Version classiqueVersion mobile

Population et révolution industrielle

 | 
Claude Desama

Chapitre III. Les structures démographiques de la population

Texte intégral

A) La structure des âges

  • 1 J. Stassart, Les avantages et les inconvénients économiques d’une population stationnaire, Liège, (...)

1Dans une population où les échanges migratoires ne prennent guère d’ampleur, la structure des âges est la résultante des deux lignes de force du mouvement naturel : la fécondité et la mortalité. C’est dans cette perspective qu’il faut replacer le débat, jamais clos, entre les natalistes et les néo-malthusiens sur la croissance économique. Nous ne nous engagerons pas dans cette controverse dont Joseph Stassart a traité dans un ouvrage remarquable : Les Avantages et les Inconvénients économiques d’une population stationnaire1. Il est clair cependant que cette confrontation s’inscrit dans une perspective différente lorsque la croissance démographique est le fruit des flux migratoires qui gonflent surtout les groupes adultes. D’autant plus qu’en l’absence de tendances fondamentales à la hausse ou à la baisse de la fécondité et de la mortalité, le mouvement naturel est, lui-même, largement déterminé par la structure des âges et donc par les changements dus aux migrations.

1. LA STRUCTURE DES AGES DE LA POPULATION VERVIETOISE ENTRE 1806 ET 1846 (*). a) En chiffres absolus

1. LA STRUCTURE DES AGES DE LA POPULATION VERVIETOISE ENTRE 1806 ET 1846 (*). a) En chiffres absolus

(*) L’intervalle de classe de 10 ans pour les groupes d’âge compris entre 15 et 64 ans a été choisi afin de mieux suivre l’évolution de ces groupes au sein des « coupes » qui sont pratiquées de dix en dix ans.

b) En chiffres relatifs ( %)

b) En chiffres relatifs ( %)

FIGURE No 1. PYRAMIDE DES AGES DE LA POPULATION EN 1806

FIGURE No 1. PYRAMIDE DES AGES DE LA POPULATION EN 1806

FIGURE No 2. PYRAMIDE DES AGES DE LA POPULATION EN 1816

FIGURE No 2. PYRAMIDE DES AGES DE LA POPULATION EN 1816

FIGURE No 3. PYRAMIDE DES AGES DE LA POPULATION EN 1826

FIGURE No 3. PYRAMIDE DES AGES DE LA POPULATION EN 1826

FIGURE No 4. PYRAMIDE DES AGES DE LA POPULATION EN 1836

FIGURE No 4. PYRAMIDE DES AGES DE LA POPULATION EN 1836

FIGURE No 5. PYRAMIDE DES AGES DE LA POPULATION EN 1846

FIGURE No 5. PYRAMIDE DES AGES DE LA POPULATION EN 1846

2De 1806 à 1846, la structure des âges de la population subit un double phénomène de rajeunissement par la base et de vieillissement par le sommet. Cette tendance est particulièrement manifeste en 1836 et 1846 alors que, jusqu’en 1826, l’évolution générale de la structure des âges avait entraîné une augmentation de la part relative des adultes.

2. REPARTITION PAR GROUPES D’AGE (en %)

2. REPARTITION PAR GROUPES D’AGE (en %)

3La similitude des structures d’âge au cours du premier quart du 19e siècle, et notamment entre 1816 et 1826, ne doit pas être interprétée comme le reflet d’une stabilité qui ne se modifierait sensiblement qu’à partir de 1836. A l’intérieur même de chacun des trois grands groupes, et en particulier parmi les adultes, la répartition des âges est parfois fort différente, sans que cela se traduise dans la statistique d’ensemble.

a) LES ADULTES

4Les mouvements immigratoires, dont nous avons précédemment mesuré l’ampleur et le rythme, se manifestent de deux façons au sein de la structure des âges : d’une part le gonflement des classes de jeunes adultes lors du flux migratoire, d’autre part un déplacement en âge de ces classes lors des périodes à immigration modérée ou faible qui les suivent.

5Le premier de ces phénomènes est particulièrement apparent en 1826, après une période de forte et même de très forte immigration.

3. STRUCTURE D’AGE DES ADULTES (en %)

3. STRUCTURE D’AGE DES ADULTES (en %)
  • 2 La structure d’âge simulée se construit par l’application de la formule suivante :

6A l’examen de la structure d’âge des adultes, on observe une croissance de 5 % par rapport à 1816 dans le seul groupe de 15 à 24 ans. L’ampleur même du mouvement indique, comme l’évolution de la fécondité générale le laissait prévoir, que l’immigration de 1826 est, en ordre principal, celle de jeunes adultes même si elle a affecté d’autres classes d’âge. La simulation que nous avons faite à partir de la structure des âges de 1816 et sur base des taux de mortalité par âge observés à cette période, montre bien l’impact de la vague migratoire. Ouvrons ici une parenthèse à propos de la technique de simulation2. Fondée sur l’hypothèse d’une population fermée aux courants migratoires, elle donne la possibilité de suivre in vitro l’évolution naturelle d’une structure des âges. La simulation constitue en fait une extrapolation décalée dans le temps dont la comparaison avec la structure d’âge effectivement observée mesure l’influence spécifique des mouvements migratoires. Cette technique est particulièrement intéressante pour l’historien puisqu’elle lui permet d’isoler les différentes causes d’un phénomène et d’en mesurer les effets respectifs. Son degré de certitude est bien entendu fonction de la précision des paramètres de variation, en l’occurrence ici les taux de mortalité aux âges adultes.

4. STRUCTURE D’AGE SIMULEE ET STRUCTURE D’AGE OBSERVEE DES ADULTES EN 1826

4. STRUCTURE D’AGE SIMULEE ET STRUCTURE D’AGE OBSERVEE DES ADULTES EN 1826

* Nous annotons (I) la structure des âges simulée qui résulterait de la seule influence de la mortalité dans l’hypothèse d’une population fermée.

7Sur l’ensemble des immigrants de la période 1816-1826, la classe d’âge la plus jeune parmi les adultes représentent 30,2 % contre 21,8 % au groupe d’âge suivant. Plus de la moitié des immigrants, soit 2667 individus, a donc un âge compris entre 15 et 34 ans.

5. STRUCTURE D’AGE DES IMMIGRANTS (1816-1826)

groupes d’âge

nombres absolus

nombres relatifs ( %)

0-14

931

18,2

15-24

1549

30,2

25-34

1118

21,8

35-44

806

15,7

45-54

347

6,8

55-64

70

1,4

65 et plus

304

5,9

Total

5125

100

FIGURE No 6. STRUCTURES D’AGE SIMULEE ET OBSERVEE EN 1826

FIGURE No 6. STRUCTURES D’AGE SIMULEE ET OBSERVEE EN 1826

8Par rapport à la structure théorique des âges de 1826, le flux migratoire entraîne non seulement un rajeunissement du groupe des adultes mais permet à ce dernier de maintenir son importance relative au sein de la population.

9Dans l’hypothèse d’une absence d’immigration, la structure des âges subit un très net rajeunissement par le bas qu’accompagne une légère diminution de la classe la plus vieille (65 ans et plus). Malgré une mortalité d’abord très élevée, le solde naturel devient, en effet, positif après 1820 et l’écart entre les naissances et les décès ne cesse de s’accroître jusqu’en 1826 au point que le taux moyen d’accroissement naturel est le plus important de toute la période. Cette évolution est parfaitement normale si l’on se rappelle que la fécondité légitime croît encore de 1816 à 1826 tandis que le taux de mortalité lui-même commence à baisser après 1821.

6. STRUCTURE DES AGES EN 1816 ET EN 1826

groupes d’âge

1816

1826 (I)

1826 (II)

0-14

28,6

33,1

28,8

15-64

66,4

62,6

66,4

65 et plus

5

4,3

4,8

Total

100

100

100

(I) : structure des âges simulée.
(II) : structure des âges observée.

10Le second effet des mouvements migratoires sur le groupe des adultes est de provoquer à terme une nouvelle modification de la structure des âges par le déplacement vers le haut des classes qui ont subi l’impact de l’immigration, toutes autres choses restant égales bien entendu. Ce phénomène s’observe en 1816 et, dans une moindre mesure en 1836, années pendant lesquelles l’influence des flux migratoires a été moins déterminante. Il est aussi très visible dans la structure des âges simulée de 1826 où l’effet de l’immigration est annulé.

7. EVOLUTION DES GROUPES D’AGE ADULTES

7. EVOLUTION DES GROUPES D’AGE ADULTES

(I) : structure des âges simulée.
(II) : structure des âges observée.

11C’est ce glissement dans les structures des âges notamment qui explique, en 1816, la hausse de la fécondité générale et, en 1836, le palier que l’on observe dans son mouvement de baisse.

  • 3 Voir supra p. 93.
  • 4 Au cours de l’année 1816, le taux d’accroissement migratoire par rapport à 1815 s’élève à 79,9 % s (...)

12Nous avons déjà eu l’occasion précédemment de montrer le mécanisme de cette action sur la fécondité3. Précisons cependant qu’en 1816 le poids relatif des adultes de 25 à 34 ans s’est accru, non seulement par le déplacement des effectifs de la classe précédente, âgée de 15 - 24 ans en 1806, mais aussi par un vieillissement à la base de leur structure des âges. D’autre part, il ne faut pas négliger l’influence de l’immigration propre à la seule année 18164. A l’examen de ses conséquences, il semble que cette immigration se soit portée, de façon plus nette encore qu’en 1806, sur le groupe d’âge de 25 à 34 ans, renforçant ainsi les tendances naturelles déjà observées.

  • 5 Dans l’hypothèse d’une population fermée, la structure d’âge de 1846 résulterait de l’influence co (...)
  • 6 Voir supra p. 112.
  • 7 A. Lafosse, Epidémie de choléra à Verviers, p. 194-195.
  • 8 R.J. Morris, Choléra 1832, the social response to an epidemic, London, 1976, p. 79-93.

13En 1836, et pour la première fois au 19e siècle, la proportion des adultes régresse à la suite du vieillissement au sommet et du rajeunissement à la base de la structure des âges5. Si le vieillissement au sommet s’explique par la baisse concomitante de la fécondité et de la mortalité, le rajeunissement à la base trouve son origine dans l’évolution favorable des taux de mortalité par âge. En effet, la tendance à la baisse affecte, en ordre principal, la mortalité juvénile6 et ce sont, précisément, ces mêmes classes d’âge qui ont le moins souffert de l’épidémie de choléra de 1833-347. Ce constat est d’ailleurs confirmé par les travaux de MORRIS sur cette épidémie qui a ravagé la Grande-Bretagne en 18328.

8. MORTALITE CHOLERIQUE PAR AGE A GLASGOW (1832)

groupes d’âge

taux de mortalité pour 1000 décès dus au choléra

0-5

4,29

5-10

4,12

10-20

3,14

20-30

9,37

30-40

20,02

40-50

35,47

50-60

47,73

60-70

64,16

70 et plus

82,42

Sources : R.J. MORRIS, Choléra 1832, p. 83.

14La régression de l’importance relative des adultes dans la population a pour conséquence d’atténuer l’impact sur la natalité du glissement des classes d’âge les plus jeunes de 1826, vers le groupe de 25 à 34 ans.

15La statistique de 1846 confirme la tendance apparue dix ans plus tôt, à savoir le recul de la proportion des adultes. Les causes en sont les mêmes : vieillissement de la structure des âges par le sommet et rajeunissement à la base à la suite du double mouvement de baisse de la fécondité et de la mortalité. Faut-il en conclure dès lors que les flux migratoires n’ont, cette fois, exercé aucune influence malgré la recrudescence de l’immigration après 1840 ? Pour répondre à cette question, nous avons simulé la structure des âges en 1846 dans les mêmes conditions d’hypothèse où nous l’avions fait pour 1826, mais sur base des taux de mortalité par âge de la période 1836-1846.

9. STRUCTURE D’AGE SIMULEE ET STRUCTURE D’AGE OBSERVEE EN 1846

9. STRUCTURE D’AGE SIMULEE ET STRUCTURE D’AGE OBSERVEE EN 1846

I : Structure d’âge simulée.
II : Structure d’âge observée.
Sources : A.V., Registres de population, 1836, 1846.

16A l’examen de ce tableau, deux constatations peuvent être faites :

171°) le mouvement migratoire n’a pas enrayé la tendance au rajeunissement par le bas et au vieillissement par le haut. Tout au plus l’a-t-il atténuée dans des proportions qui demeurent assez faibles puisque le gain réalisé par les adultes est seulement de 0,6 % par rapport à la structure des âges simulée. Cette différence se répartit équitablement entre les vieillards et les jeunes à raison d’une perte de 0,3 % de part et d’autre.

FIGURE No 7. STRUCTURES D’AGE SIMULEE ET OBSERVEE EN 1846

FIGURE No 7. STRUCTURES D’AGE SIMULEE ET OBSERVEE EN 1846

10. REPARTITION PAR GROUPES D’AGE EN 1836 ET EN 1846 (en %)

groupes d’âge

1836

1846 (I)

1846 (II)

0-14

30,1

31,5

31,2

15-64

64,8

62,6

63,2

65 et plus

5,1

5,9

5,6

Total

100

100

100

  • 9 Voir supra p. 122.

18Le peu d’influence des flux migratoires sur la répartition des grands groupes d’âge mérite d’autant plus d’être soulignée que le volume de l’immigration n’est pas négligeable surtout après 1840. Pendant cette période, en effet, le taux annuel moyen d’accroissement migratoire s’élève à 13,4 ‰9. Cette observation postule que l’impact de l’immigration sur la structure des âges n’est pas mécanique. Il l’est seulement dans la mesure où le mouvement naturel demeure constant. Plus précisément l’évolution des structures d’âge n’est fonction de l’ampleur du flux migratoire qu’au-delà d’un seuil qui varie selon les tendances de la fécondité et de la mortalité. Plus celles-ci exercent une influence spécifique sur la structure des âges, plus le seuil d’impact des migrations sera élevé.

192°) La conséquence la plus visible du mouvement migratoire apparaît dans la structure d’âge des adultes. Ainsi que nous l’avions déjà remarqué en 1826, l’immigration entraîne un accroissement plus que proportionnel de la classe d’âge de 15 à 24 ans. Par rapport à la structure de la population fermée (I), seul ce groupe d’âge augmente, entraînant d’ailleurs une diminution relative des âges les plus élevés et donc un rajeunissement de la population adulte.

11. STRUCTURE D’AGE DES ADULTES EN 1836 ET EN 1846 (en %)

groupes d’âge

1836

1846 (I)

1846 (II)

15-24

25,9

24,5

28,2

25-34

26,3

22,7

22,8

35-44

20,3

22,6

21,4

45-54

16,2

17,4

16

55-64

11,3

12,8

11,6

Total

100

100

100

20Entre 1840 et 1846, comme vingt ans plus tôt, ce sont des jeunes migrants qui sont venus gonfler les effectifs de la population verviétoise. La structure des âges comparée des immigrants des périodes 1816-1826 et 1836-1846 montre bien la permanence de ce mouvement.

12. STRUCTURE D’AGE DES IMMIGRANTS

12. STRUCTURE D’AGE DES IMMIGRANTS

21L’examen du tableau permet cependant d’autres constatations intéressantes. Ainsi la dispersion des effectifs parmi les différents groupes est-elle plus grande en 1816-1826 qu’en 1836-1846. Si 48,4 % des immigrants avaient moins de 25 ans pendant la première période, ils étaient 70,2 % dans ce cas parmi la seconde vague.

22Ce déséquilibre important entre les classes d’âge explique pourquoi le flux migratoire entre 1836-1846 a entraîné une baisse relative du nombre des adultes âgés de 35 ans et plus. Par ailleurs l’accroissement de la proportion des jeunes (27,8 % contre 18,2 % auparavant) au sein des immigrants a joué en faveur du rajeunissement par la base de la population et a sans doute été la cause du moindre profit tiré de la migration par le groupe des adultes.

b) JEUNES ET VIEUX

23Traitant de la structure d’âge des adultes, nous avons déjà tracé, a contrario, les grandes lignes de l’évolution du nombre relatif des jeunes et des vieux dans la population verviétoise.

24Jusqu’en 1826, cette évolution ne subit guère l’influence des facteurs naturels, la fécondité et la mortalité. Tout au plus la mortalité élevée du régime français explique-t-elle, en partie, la décroissance de la proportion des jeunes entre 1806 et 1816. Pour le reste, les fluctuations subies par ces deux groupes ont été dépendantes des mouvements migratoires en ce qu’ils modifiaient l’équilibre des structures au bénéfice des adultes.

25Après 1826 toutefois, le rôle de la fécondité et de la mortalité va devenir davantage déterminant, d’autant plus que le rythme et le volume de l’immigration restent modérés. Un double phénomène de rajeunissement par la base et de vieillissement au sommet s’opère alors en raison du mouvement de baisse qui affecte la fécondité générale et la mortalité pendant les vingt dernières années de la période. Cette tendance sera à peine freinée par les flux migratoires de 1836-1846 qui renforcent les groupes de jeunes adultes.

26L’absence de recensement nominatif des jeunes de moins de douze ans ne permet pas d’analyser de plus près la structure de ce groupe d’âge et les changements éventuellement intervenus entre 1806 et 1846. Pour les vieux et les adultes âgés, en revanche, nous possédons une statistique plus détaillée.

13. STRUCTURE DES AGES DES ADULTES DE 45 ANS ET PLUS

13. STRUCTURE DES AGES DES ADULTES DE 45 ANS ET PLUS

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

27Au-delà de 45 ans, le phénomène de vieillissement par le haut de la structure des âges se manifeste de façon nette jusqu’à 80 ans. Après cet âge, la valeur significative des pourcentages est d’autant plus faible que les effectifs s’amenuisent. Notons cependant que la tendance générale s’y trouve également confirmée.

28La seule exception à ce vieillissement vient du groupe de 45 à 54 ans et, plus précisément, de la tranche de 50 à 54 ans. Elle trouve son explication dans le phénomène de glissement des classes d’âge que nous avons exposé précédemment. Les adultes qui comptent entre 45 et 54 ans en 1846 sont ceux-là qui constituaient la « classe creuse » de 25 à 34 ans lors du recensement de 1826. En outre, il est probable que la hausse relative de la mortalité des adultes âgés en 1846 ait renforcé l’effet de déplacement. Quant aux variations, à l’intérieur de ces groupes d’âge, entre les tranches quinquennales, elles doivent être considérées avec beaucoup de précautions étant donné la propension, universellement vérifiée, à déclarer des âges ronds.

B) La structure selon le sexe et l’état matrimonial

a) LA REPARTITION SELON LE SEXE

  • 10 Voir supra p. 91-92.

29L’analyse de la fécondité a mis en évidence le rôle joué par la structure d’âge des femmes en âge de procréer et la part prise par celles-ci dans l’ensemble de la population10. Nous avons déjà souligné, à cette occasion, combien leur importance relative est tributaire des flux migratoires. Voyons, sur un plan plus général, ce qu’il en est de la répartition selon les sexes :

14. STRUCTURE D’AGE SELON LE SEXE (nombres absolus)

14. STRUCTURE D’AGE SELON LE SEXE (nombres absolus)

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1816, 1826, 1836 et 1846.

15. STRUCTURE DES AGES SELON LE SEXE (nombres relatifs)

15. STRUCTURE DES AGES SELON LE SEXE (nombres relatifs)

30L’évolution chronologique montre que des phénomènes, observés antérieurement dans la structure des âges, se répercutent de façon parfois différente au niveau des sexes. C’est ainsi que la diminution du nombre relatif des jeunes, entre 1806 et 1816, s’est opérée surtout au détriment des filles : 2 % en moins contre 0,3 % seulement pour les garçons. En revanche, la situation inverse prévaut entre 1836 et 1846 où le rajeunissement par la base n’est manifeste que dans la population féminine.

31Quant aux transformations de la structure des âges en 1826 et 1836, elles apparaissent tant chez les hommes que chez les femmes, mais avec une ampleur variable selon les groupes d’âge.

32Au-delà de ces premières constatations, la principale question qui se pose est de savoir si les flux migratoires et les facteurs naturels, qui influencent la structure des âges, ont modifié le poids respectif des deux sexes dans la population. Pour y répondre, examinons l’évolution des taux de masculinité par âge, c’est-à-dire le nombre d’hommes pour 100 femmes dans chaque classe considérée.

16. TAUX DE MASCULINITE PAR GROUPES D’AGE

16. TAUX DE MASCULINITE PAR GROUPES D’AGE
  • 11 La structure de 1836 est choisie comme référence parce qu’elle n’a pas subi l’impact d’un puissant (...)
  • 12 J. Bourgeois-Pichat, Evolution de la population française depuis le XVIIIe siècle dans Population,(...)

33Ce tableau laisse apparaître un déficit important d’hommes dans les tranches d’âge suivantes : 15 à 24 ans en 1806 et en 1816,25 à 34 ans en 1816 et en 1826, 35 à 44 ans en 1826 et en 1836,45 à 54 ans en 1836 et en 1846, 55 à 64 ans en 1846. Il s’agit là, bien entendu, de la répercussion des guerres napoléoniennes qui se manifeste de dix en dix ans dans les classes d’âge successives. Indépendamment de son intérêt historique, cette constatation met en évidence le rôle joué par les structures démographiques comme révélateur des surmortalités dues aux guerres. En prenant les taux de masculinité par âge de 1836 comme référence11, on peut estimer entre 450 et 500 unités le déficit en hommes, pour les groupes d’âge de 15 à 24 ans, en 1806 et en 1816. Il s’agit bien entendu d’une évaluation très grossière mais elle correspond à la proportion de décédés et disparus résultant des guerres napoléoniennes selon les estimations de Bourgeois-Pichat et de Houdaille (4 à 5 % de la population française de 1801)12.

FIGURE No 8. TAUX DE MASCULINITE DANS LES GROUPES D’AGE DE 15 A 34 ANS

FIGURE No 8. TAUX DE MASCULINITE DANS LES GROUPES D’AGE DE 15 A 34 ANS
  • 13 R. Darquenne, Démographie hennuyère et problèmes conscriptionnels (1795-1813) dans Le Hainaut fran (...)
  • 14 R. Andre, La Démographie de la Belgique au XIXe siècle, p. 201.

34R. Darquenne a souligné les effets meurtriers de ces guerres et leurs conséquences démographiques dans le Hainaut13. A Verviers, l’impact de la conscription sur la répartition par âge est surtout manifeste en 1816. Il y apparaît avec d’autant plus de netteté que le mouvement d’immigration s’est considérablement ralenti depuis quelques années déjà. La proportion des adultes, entre 15 et 24 ans, tombe à 16,1 % alors que les effectifs des jeunes (moins de 15 ans) en 1806 étaient parmi les plus élevés de la période. A l’instar de ce que révèle l’évolution des structures d’âge, cette « classe creuse » influence, par l’effet de glissement, les taux de masculinité dans les tranches d’âge successives jusqu’en 1846. Un phénomène semblable s’observe dans la pyramide de la Belgique au recensement de 1846 où les hommes entre 50 à 59 ans sont trop peu nombreux14.

  • 15 Sur la valeur des listes nominatives comme source démographique, voir supra, introduction, p. 10.
    S (...)

35Notons au passage que la réapparition de ces « classes creuses » dans des tranches successives de dix en dix ans confirme, en quelque sorte a posteriori, la validité des déclarations d’âge et la cohérence des structures démographiques qu’elles révèlent. Cette remarque est particulièrement importante lorsqu’on sait le rôle décisif des structures d’âge dans l’évolution de la population verviétoise15.

36L’influence des guerres napoléoniennes mise à part, on constate que, sauf dans le groupe des jeunes de moins de 15 ans, les femmes sont chaque fois plus nombreuses que les hommes. Deux exceptions seulement à cette règle générale : le groupe d’âge de 65 ans et plus en 1806 et celui de 55 à 64 ans en 1816. Si l’on compare ce rapport entre les sexes à celui qui prévaut en Belgique, lors des deux premiers recensements généraux (1846, 1856), on note que la proportion des hommes, aux âges adultes, est plus faible à Verviers que dans le pays, mais plus élevée après 65 ans.

17. TAUX DE MASCULINITE EN BELGIQUE

groupes d’âge

1846

1856

15-19

102,5

103

20-24

100,9

105

25-29

101,7

103,7

30-34

101

102,6

35-39

102,6

102,5

40-44

105,2

101,4

45-49

104

104,5

50-54

90,6

100,6

55-59

78,3

101,9

60-64

85,5

90,9

65-69

87,4

76,9

Sources : R. ANDRE, La Démographie de la Belgique, p. 203.

  • 16 R. Mols, Introduction à la démographie historique des villes d'Europe du XIVe au XVIIIe siècle, t. (...)
  • 17 E. Helin, La Démographie de Liège aux XVIIe et XVIIIe siècles, p. 99-108.
  • 18 M. Theys, La population de Diest, p. 27.
  • 19 J. Verbeemen, Antwerpen in 1755, p. 31-32.
    J. De Belder, De gehierarchiseerde statische doorsnede a (...)

37En fait, la répartition selon les sexes confirme la prépondérance féminine que l’on observe dans la plupart des villes à la fin du 18e et au début du 19e siècle16. C’est le cas notamment à Liège17, à Diest18 et à Anvers19 pour ne citer que ces trois exemples. Avec un rapport qui varie, en moyenne, de 100 à 110 femmes pour 100 hommes et qui ne dépasse 120/100 que dans les « classes creuses », on peut considérer que Verviers connaît des excédents réduits.

  • 20 E.A. Wrigley, Industrial growth and population change, p. 143-145.
  • 21 E. Helin, op. cit., p. 108.
  • 22 Voir infra, p. 251, les structures démographiques dans l’industrie textile.
  • 23 Voir supra, p. 184, les structures démographiques de la population immigrée.

38Cette situation est toutefois moins normale qu’il n’y paraît à première vue. Verviers, en effet, est le siège d’une révolution industrielle « à l’anglaise » alors que des villes comme Liège ou Diest, par exemple, conservent encore, au début du 19e siècle, leurs structures démographiques d’Ancien Régime. Or, comme le souligne Wrigley sur base des expériences anglaise, allemande et belge20, les flux migratoires, liés à l’industrialisation, apportent généralement un surplus de jeunes adultes du sexe masculin et, par voie de conséquence, une résorption des excédents féminins. Ce paradoxe n’est qu’apparent. Il confirme ce qu’écrivait E. Helin dans la Démographie de Liège, à savoir que « l’explication des excédents réside dans les besoins de main-d’œuvre suscités par les fonctions urbaines propres à chaque localité »21. Or l’industrie textile, dominante à Verviers, occupe une main-d’œuvre féminine particulièrement abondante qui représente plus de 35 % des travailleurs employés dans ce secteur22. D’autre part, et ceci est une conséquence de cela, les femmes représentent 47,8 % des immigrés adultes au recensement de 1806 et 52,6 % à celui de 1846, témoignant ainsi du caractère spécifique de l’immigration vers le pôle verviétois23.

  • 24 E.A. Wrigley, Industrial growth and population change, p. 144 (tableau 40).
    E.A. Wrigley, Société e (...)

39Parmi les traits démographiques des régions industrielles en croissance, on note, en raison des excédents masculins dans les groupes des adultes les plus jeunes, un taux élevé du célibat des hommes et, corrélativement, un abaissement de l’âge des femmes au premier mariage24. Nous savons déjà que cette dernière caractéristique ne se vérifie pas à Verviers, tout au moins avant 1846.

40Indépendamment d’autres causes éventuelles liées à la mortalité et à la condition sociale, l’excédent féminin, surtout important dans les classes d’âge entre 15 et 34 ans, suffit à l’expliquer. La corrélation inverse entre l’évolution de l’âge de la femme au premier mariage et celle des taux de masculinité à ces âges ne laisse place à aucun doute même si les « classes creuses » de 1806 et de 1816 et, par glissement, de 1826, perturbent le calcul.

18. AGE AU MARIAGE ET TAUX DE MASCULINITE

18. AGE AU MARIAGE ET TAUX DE MASCULINITE

(a) voir supra, p. 98.

  • 25 Pour la fécondité, voir supra p. 102.
    Pour les structures d’âge, voir supra p. 131.

41A plusieurs reprises déjà, — dans l’analyse de la fécondité et des structures d’âge notamment25, — nous avons mis en évidence la spécificité des caractéristiques démographiques en 1846 par rapport aux périodes précédentes. La répartition selon les sexes ne fait pas exception à cette règle.

  • 26 Voir supra p. 131.

42On constate, en effet, un accroissement général de la part relative des hommes et une réduction, plus nette encore, de l’excédent féminin dans le groupe d’âge de 15 à 24 ans. Cette masculinisation croissante est donc en rapport avec les mouvements d’immigration qui se développent entre 1836 et 1846. Cette vague d’immigrants comprendrait davantage d’hommes que les contingents antérieurs, ce qui pourrait expliquer, par ailleurs, la baisse de l’âge des épouses au premier mariage. Nous trouvons confirmation de cette déduction dans la structure des âges comparée des non-Verviétois en 1806 et en 1846. Alors que la proportion des femmes croît, entre ces deux dates, de 4,8 %, — conséquence des flux migratoires à haute densité féminine de 1816 à 1826, — la progression dans le groupe d’âge de 15 à 24 ans n’est que de 0,3 %26.

43Notons toutefois que les flux migratoires postérieurs à 1840 vont à l’encontre de cette tendance. L’excédent féminin augmente à nouveau dans le groupe d’âge de 15 à 24 ans mais insuffisamment pour mettre en cause l’évolution antérieure.

b) LA REPARTITION SELON L’ETAT MATRIMONIAL

44Nous avons vu, jusqu’à présent, le rôle décisif joué par l’immigration dans l’évolution des excédents féminins, des structures d’âge et, partant, de la fécondité. Dans quelle mesure ces mouvements ont-ils également influencé la répartition selon l’état matrimonial ? Pour le savoir, nous avons comparé les structures de la population aux recensements de 1806 et de 1846.

19. REPARTITION PAR GROUPES D’AGE ET PAR ETAT MATRIMONIAL (en nombres absolus)

19. REPARTITION PAR GROUPES D’AGE ET PAR ETAT MATRIMONIAL (en nombres absolus)

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846

20. REPARTITION PAR GROUPES D’AGE ET PAR ETAT MATRIMONIAL (en nombres relatifs)

20. REPARTITION PAR GROUPES D’AGE ET PAR ETAT MATRIMONIAL (en nombres relatifs)
  • 27 Voir supra p. 97 et graphique no 1, p. 86.

45De 1806 à 1846, la répartition selon l’état matrimonial laisse apparaître une diminution sensible de la proportion des gens mariés (— 4,9 %), qui s’opère essentiellement au bénéfice des célibataires, dont le pourcentage croît de 56 à 59,8 % de l’ensemble de la population. Cette évolution doit être rapprochée de celle du taux de nuptialité. Celui-ci passe d’abord de 10,8 ‰, en 1806, à 12,6 ‰, en 1816, puis il décroît de façon brusque en 1826 (7,2 ‰) annonçant ainsi un mouvement de baisse qui le conduit à 6,9 ‰ en 184627.

46Quant à l’accroissement de la proportion des veufs et des veuves (+ 1,1 %), il est lié au vieillissement par le haut de la pyramide des âges, comme l’indiquent les pourcentages relatifs au groupe de 65 ans et plus.

47Le trait marquant de cette évolution réside dans la stabilité de la distribution par âges à l’intérieur de chaque état matrimonial. Elle confirme, s’il était nécessaire, que l’abaissement de l’âge au mariage n’est apparu qu’à la fin de la période, et n’a pas, de ce fait, exercé d’influence déterminante sur la structure des âges des gens mariés en 1846.

21. REPARTITION DES ADULTES SELON LE SEXE ET L’ETAT MATRIMONIAL (en nombres absolus)

21. REPARTITION DES ADULTES SELON LE SEXE ET L’ETAT MATRIMONIAL (en nombres absolus)

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

22. REPARTITION DES ADULTES SELON LE SEXE ET L’ETAT MATRIMONIAL (en nombres relatifs)

22. REPARTITION DES ADULTES SELON LE SEXE ET L’ETAT MATRIMONIAL (en nombres relatifs)
  • 28 E. Helin, Démographie de Liège, p. 120-121.
    J. Verbeemen, Antwerpen in 1755, p. 33.
    Cette constatati (...)

48Les changements et les continuités apparaissent avec plus de netteté lorsqu’on concentre l’observation sur les seuls adultes. On constate, en effet, que la baisse de la nuptialité, et donc du pourcentage de gens mariés, n’a pas affecté la proportion respective d’époux et d’épouses. L’écart entre le nombre d’hommes mariés et celui des femmes mariées demeure constant, 1,6 %, au profit de ces dernières. Cette disproportion n’a rien de surprenant : elle s’observe également à Liège et à Anvers à la fin du 18e siècle et au début du 19e siècle28. Dans cet excédent féminin, on trouve tout à la fois les femmes abandonnées ; celles dont le mari a émigré ou est parti temporairement soit en voyage, soit à l’armée ; celles enfin dont l’époux est emprisonné. Numériquement les couples désunis ne représentent que 1,3 % de l’ensemble des couples et peuvent être considérés, de ce fait, comme quantité négligeable, tout au moins sur un plan statistique. Au surplus l’impossibilité de les désagréger selon les causes de désunion ne permet guère de tirer des conclusions quant à la solidité de la cellule familiale.

  • 29 E. Helin, Démographie de Liège, p. 126.
    J. De Belder, op. cit., p. 37-40.

49Les célibataires constituent, nous l’avons vu, près de 60 % de la population. Cette proportion est légèrement inférieure à celle des autres villes à la fin de l’Ancien Régime et au début du 19e siècle, telles que Liège, Gand, Anvers ou Vienne29. Le décalage (± 8 %) provient essentiellement des célibataires les plus jeunes, ceux qui ont moins de 14 ans. A Verviers ils représentent environ 30 % de la population totale (29,6 % en 1806 et 31,1 % end 1846) contre 35 à 40 % dans les villes que nous avons citées. Il s’agit là d’une conséquence de la structure des âges où, en raison des flux migratoires, la proportion des adultes est plus élevée.

50L’extension du célibat, entre 1806 et 1846, est un phénomène qui affecte exclusivement la population adulte. Le pourcentage des célibataires y augmente de 5,3 %. Semblable évolution s’explique par la baisse constante du taux de nuptialité à partir de 1820 et par la présence, dans l’effectif des immigrants, d’une majorité de non-mariés. Parmi les célibataires la proportion de femmes augmente à peine, passant de 52 % en 1806 à 52,7 % en 1846. Ce maintien de l’excédent féminin est lié aux caractéristiques propres d’une immigration au sein de laquelle les femmes occupent une place importante, et parfois même dominante.

51Le nombre relatif de veufs et de veuves connaît une remarquable stabilité. Aucun changement n’intervient dans ce groupe entre 1806 et 1846 si ce n’est une très légère réduction des excédents féminins. La diminution des gens mariés aurait dû entraîner une baisse de la part des veufs et des veuves dans la population puisqu’aussi bien les couples mariés constituent la réserve de recrutement naturelle du veuvage. Deux raisons ont joué, nous semble-t-il, en faveur du maintien de l’équilibre. Tout d’abord, le recul de la mortalité qui a provoqué une augmentation du nombre des survivants aux grands âges, et donc des veufs ou veuves, ainsi qu’en témoigne leur pourcentage plus élevé, en 1846, par rapport à l’ensemble de la population. Ensuite, la chronologie des mouvements migratoires dont les effets induits sur la structure des âges et la répartition selon le sexe et l’état matrimonial, ne se manifestent pas avant la période 1816-1826. Leur influence, en 1846, s’en trouve ainsi limitée aux groupes d’âge inférieurs à 50 ans où le veuvage est relativement faible (22 % du total des veufs et veuves).

23. REPARTITION DES ADULTES DU SEXE MASCULIN SELON L’AGE ET L’ETAT MATRIMONIAL (en %)

23. REPARTITION DES ADULTES DU SEXE MASCULIN SELON L’AGE ET L’ETAT MATRIMONIAL (en %)

24. REPARTITION DES ADULTES DU SEXE FEMININ SELON L’AGE ET L’ETAT MATRIMONIAL (en %)

24. REPARTITION DES ADULTES DU SEXE FEMININ SELON L’AGE ET L’ETAT MATRIMONIAL (en %)

FIGURE No 9. REPARTITION DES ADULTES SELON LE SEXE ET L’ETAT MATRIMONIAL (en centaines)

FIGURE No 9. REPARTITION DES ADULTES SELON LE SEXE ET L’ETAT MATRIMONIAL (en centaines)

Légende :
C = célibataires
M = marié(e)s
V = veufs/veuves

52La comparaison des structures d’âge selon l’état matrimonial, en 1806 et en 1846, confirme les observations que nous avons faites antérieurement sur l’influence de la baisse de nuptialité et sur les effets induits de l’immigration. Elle permet néanmoins d’en préciser les répercussions :

  1. Parmi les femmes célibataires, on constate une diminution de la part relative des groupes d’âge les plus jeunes (15-19 et 20 - 24 ans) entre 1806 et 1846, tandis que l’évolution inverse se produit chez les hommes où la structure d’âge des célibataires adultes est rajeunie par la base. Cette situation est la conséquence des mouvements migratoires postérieurs à 1836, qui amènent à Verviers davantage d’hommes jeunes que par le passé. En revanche la structure des âges des femmes célibataires continue à subir les effets des excédents féminins qui ont légèrement augmenté, contraignant un nombre croissant de femmes au célibat définitif.
  2. Les structures d’âge des hommes et des femmes mariés subissent la même transformation entre 1806 et 1846. Elles accusent l’une et l’autre la tendance générale au vieillissement de la population, tendance renforcée par l’âge élevé au mariage. L’abaissement de cet âge, en fin de période, n’exerce encore aucune influence sur la structure des âges des femmes mariées.
  3. La comparaison de la structure d’âge des hommes mariés avec celle des femmes mariées laisse apparaître une constante : la première est plus vieille que la seconde, notamment dans les tranches d’âge comprises entre 20 et 30 ans. Ce phénomène s’explique par l’écart permanent entre l’âge respectif des hommes et des femmes au premier mariage, celles-ci étant toujours 1 ou 2 ans plus jeunes que leur conjoint.
  4. Alors qu’en 1806 les structures des âges des veufs et des veuves étaient analogues, il n’en va plus de même quarante ans plus tard. On note, en effet, un vieillissement plus accusé de la structure des âges des veuves, notamment au delà de 45 ans. Cette situation n’est que le reflet du vieillissement général de la population en 1846, particulièrement manifeste chez les femmes. Non que leur espérance de vie se soit allongée de façon plus que proportionnelle mais parce que les groupes d’âge élevés (45 ans et plus) dans la population masculine subissent l’influence des « classes creuses » des guerres napoléoniennes. L’effet de vieillissement s’y trouve atténué par la réduction des effectifs.

C) Taille des ménages et conditions de logement

a) LA TAILLE DES MENAGES

53A plusieurs reprises déjà, au cours de l’exposé, nous avons été amené à aborder le problème de la taille des ménages en terme de conditions de logement. Au-delà des descriptions bouleversantes que nous en font les témoins, il nous a paru intéressant, dans ce chapitre consacré aux structures démographiques de la population, de mesurer la dimension des ménages et la densité d’occupation des maisons en comparant des résultats de 1806 et de 1846.

  • 30 P. Laslett, Size and structure of the household in England over three centuries dans Population St (...)
  • 31 La liste nominative de 1806 offre, à cet égard, un bel exemple de diversité dans le recensement de (...)

54Sur le plan méthodologique précisons d’emblée qu’il ne s’agit pas, à l’instar de P. Laslett30, d’analyser la morphologie de la cellule familiale et l’influence des variables démographiques sur cette structure. Les listes nominatives de Verviers présentent d’ailleurs, à cet égard, des lacunes ou des écueils qui limitent l’ambition. Tout d’abord l’absence de directives aux agents recenseurs expliquant ce qu’ils devaient entendre par « ménage ». Un « logeur » partageant ses repas avec la famille, vivant sous le même toit mais formant une unité économique autonome fait-il partie du ménage ? Or ces « logeurs » sont nombreux à Verviers, et, qui plus est, recensés de façon très inégale. Il est impossible d’en établir une statistique sérieuse et donc de les isoler afin de conserver au terme de « ménage » une définition plus « familiale »31.

55Autre handicap : l’absence d’information relative aux liens de parenté qui unissent les membres d’un même ménage. Sans doute le problème ne se pose-t-il pas pour les parents (le chef de famille et son épouse) et les enfants de moins de 12 ans. Mais ce sont bien les seules personnes, ou peu s’en faut, qui échappent à toute équivoque.

  • 32 Voir, à ce sujet : Cl. Desama, J. Pieyns, La Reconstitution automatique des descendances au moyen (...)

56La dimension même des ménages et le grave déficit en logement font que vivent ensemble, non seulement la famille « nucléique », mais aussi des proches parents de souche ou par alliance. Il devient, dès lors, difficile, et en tout cas risqué, de distinguer les enfants de plus de douze ans des autres parents par les seuls critères du nom et de l’âge. Quelques expériences que nous avons faites à ce sujet avec l’ordinateur nous ont convaincu que toute étude sur les structures familiales, au départ des listes nominatives, devait d’abord être précédée d’une véritable « reconstitution de familles » dans les listes elles-mêmes, à l’aide des tables de registres paroissiaux et de l’état civil32.

57Faute de procéder de la sorte, on introduit, dans l’analyse des structures familiales, des biais dont il n’est pas possible d’estimer l’ampleur et le sens. Voilà certes un terrain d’expérience particulièrement fécond pour le couplage automatique des données !

  • 33 I.N.S., Recensement général de 1947, t. VI, p. 9.
    J. Ockers, De Gezinnen in België dans Population (...)

58Malgré la portée volontairement limitée de l’enquête, il importe de préciser ce que nous entendons par « ménage » afin d’éviter les équivoques contenues implicitement dans la source. Le « ménage » dont nous parlerons, est donc « une unité simple ou collective, constituée soit par une personne vivant seule soit par la réunion de deux ou plusieurs personnes qui, unies ou non par les liens de famille, résident habituellement dans une même habitation et y ont une vie commune »33. A défaut de pouvoir les isoler et compte tenu qu’ils vivent, en fait, dans une même communauté que les membres de la famille où ils séjournent, les « logeurs » sont compris dans la statistique des ménages.

  • 34 A.V., Registre de population, 1846 (tableau récapitulatif).
    J. Lejaer, Histoire de la ville de Verv (...)

59Les comptages ont été effectués par l’ordinateur qui a, en quelque sorte, reconstitué chaque ménage au préalable. Ainsi avons-nous été dispensé de la critique, bien aléatoire, des chiffres récapitulatifs du nombre de ménages et de maisons. Ceux-ci sont inexacts et très largement surestimés tout comme les évaluations faites sur base de la numérotation des maisons34. Au recensement de 1846, le tableau récapitulatif mentionne 2052 maisons et 5950 ménages, tandis que le dernier numéro de maison attribué est 1596. L’ordinateur, lui, a comptabilisé 4985 ménages et 1863 maisons. La différence est sensible puisqu’elle s’élève respectivement à 19,4 % pour les ménages et 10,1 % pour les maisons. Lorsqu’on sait que les données des tableaux récapitulatifs ont sans doute nourri les statistiques officielles, on doit conclure que la dimension des ménages et le nombre d’habitants par maison ont été systématiquement sous-évalués, à Verviers tout au moins.

25. TAILLE DES MENAGES

1806

1846

Nombre d’habitants

10.659

22.870

Nombre de ménages (a)

5.950

Nombre de ménages (b)

1.749

4.985

Taille moyenne des ménages (a)

3,8

Taille moyenne des ménages (b)

6,1

4,6

(a) d’après le tableau récapitulatif de la liste nominative de recensement
(b) d’après les comptages effectués par l’ordinateur.
Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

  • 35 La taille moyenne des ménages à Liège, en 1801, est de 3,668 habitants.
    E. Helin, La taille des mén (...)
  • 36 R. Mols, Introduction à la démographie historique des villes d’Europe, t. II, p. 100-130.

60Le tableau no 25 indique qu’entre 1806 et 1846 le nombre de ménages a crû plus rapidement que la population. De ce fait, leur dimension moyenne a baissé, passant de 6,1 habitants par ménage à 4,6. Malgré cette évolution, la taille moyenne des ménages reste nettement supérieure à celle que l’on rencontre à Liège en 180135 et dans d’autres villes européennes à la fin du 18e siècle et au début du 19e siècle36.

  • 37 E. Helin, La démographie de Liège, p. 140-143.
    H.J. Beloch, Bevölkerungsgeschichte Italiens, t. I, (...)

26. DONNEES DE COMPARAISON EN EUROPE (fin du 18e - début du 19e siècle)37

Ville

Année

Dimension moyenne du ménage

Verviers

1806

6,1

Verviers

1846

4,6

Liège

1801

3,6

Amsterdam

1795

3,9

Florence

1766

4,2

Anvers

1755

3,9

Bruxelles

1796

3,6

Genève

1797

3,7

  • 38 E. Helin, La démographie de Liège, p. 191-192.
    Voir supra, p. 94.

61Il est probable que les hauts niveaux de fécondité et de nuptialité de la population verviétoise ne sont pas étrangers à cette situation. Si l’on compare les taux de fécondité légitime verviétois avec ceux des paroisses liégeoises au 18e siècle, on constate des différences très importantes : 350 ‰ environ pour les premiers contre 300 ‰ en moyenne pour les seconds38.

  • 39 Pour l’immigration de 1816-1826 et 1836-1846, voir supra p. 116.
    Une structure selon le sexe et l’é (...)

62La baisse de la nuptialité et de la fécondité qui intervient après 1820-25 devait agir dans le sens d’une réduction de la taille des ménages mais il est peu vraisemblable qu’elle explique une diminution aussi importante. Par contre, il est hautement probable que les flux migratoires ont davantage contribué à cette évolution dans la mesure où les immigrants étaient en majorité des jeunes célibataires39. L’accroissement plus que proportionnel des ménages d’une personne en 1806 et 1846 constitue à cet égard un indice révélateur.

27. REPARTITION DES MENAGES SELON LEUR TAILLE

27. REPARTITION DES MENAGES SELON LEUR TAILLE

Sources : A. V., Registres de population, 1806, 1846.

63A l’examen du tableau no 27, on peut faire les constatations suivantes :

  • 40 Au sujet de la diminution des taux de mortalité aux âges adultes, voir supra 180. L’influence de c (...)

641° La proportion des ménages les plus fréquents, de 2 à 4 personnes, varie peu entre 1806 et 1846. Ils représentent respectivement 50,2 % et 51,5 % de l’ensemble, attestant ainsi que Verviers est, tout comme Liège en 1801, une ville de petits ménages. Entre 1806 et 1846, on note cependant un accroissement de la proportion de ménages de 2 à 3 personnes, au détriment des ménages de 4 personnes. La baisse de la fécondité légitime explique sans doute l’augmentation du nombre de couples sans enfant ou avec un seul enfant. La diminution du taux de mortalité aux âges adultes agit dans le même sens en favorisant le maintien de ménages âgés sans enfants40.

652° La diminution de la part relative des grands ménages (plus de 4 personnes) apparaît de façon nette : de 45,3 % en 1806, elle passe à 37,2 % quarante ans plus tard. Toutefois ce fléchissement des pourcentages n’affecte que les ménages de plus de 9 personnes avec une baisse particulièrement forte dans la dernière classe (15 personnes et plus). Cette constatation limite quelque peu l’importance que l’on pourrait accorder à ce « mouvement ». Il est clair, en effet, qu’il n’existe pas à Verviers, ni en 1806, ni en 1846, près de 130« unités de vie » de cette taille. L’absence de définition de la notion même du « ménage » est ici en cause.

  • 41 A.V., Registre de population, 1806, fol. 61.

66Tantôt les agents recenseurs ont compté les « logeurs » comme membres à part entière du ménage, tantôt ils les ont considérés comme formant une « unité de vie » séparée. Aucune règle de conduite n’a présidé à ces choix dans l’un et l’autre des recensements. En outre les déclarations faites par les habitants eux-mêmes manquaient de précision à cet égard, comme en témoignent certaines observations notées en marge de la liste nominative par les agents recenseurs eux-mêmes41.

67Les effectifs relativement faibles des ménages de 9 personnes et plus les rendent très sensibles aux fluctuations dues à l’enregistrement. Il faut donc se montrer prudent dans l’interprétation. Même si la baisse de la fécondité des couples et des taux de nuptialité a joué dans le sens d’une diminution de la part relative des grands ménages, il serait sans doute excessif d’y voir la seule cause.

683° Le changement le plus manifeste, qui intervient entre 1806 et 1846, concerne les ménages formés d’une seule personne. Leur proportion croît de 4,5 % à 11,3 %, soit, au niveau des effectifs, une multiplication par 7,24 alors que le multiplicateur moyen du nombre de ménages est de 2,85. Davantage encore que le pourcentage, c’est l’accroissement qui doit retenir notre attention. Sans doute peut-on toujours supposer qu’en 1846 les « logeurs » ont été plus souvent considérés comme formant un ménage séparé qu’en 1806. Outre qu’aucun élément précis ne fonde cette interprétation, celle-ci ne paraît pas pouvoir expliquer l’ampleur même du phénomène. L’arrivée à Verviers d’un nombre important de jeunes célibataires, à chaque vague d’immigration, fournit certainement une explication plus satisfaisante. A cette cause, il faut ajouter l’accroissement de la proportion des veufs, surtout des veuves, qui résulte de la baisse de la mortalité des adultes.

69En conclusion, on peut estimer que la diminution de la taille moyenne des ménages entre 1806 et 1846 n’est pas due à des modifications intervenues dans la dimension des ménages les plus fréquents, mais à l’augmentation plus que proportionnelle du nombre d’isolés formant ménage et à la réduction de la part relative des grandes « unités de vie ». Le premier de ces changements est, avant tout, une conséquence de l’immigration ; le second résulte des fluctuations intervenues dans la composition même des grands ménages.

70La répartition des enfants de moins de douze ans, selon la taille des ménages auxquels ils appartiennent, met bien en évidence ce phénomène.

28. REPARTITION DES ENFANTS DE MOINS DE DOUZE ANS SELON LA TAILLE DES MENAGES

28. REPARTITION DES ENFANTS DE MOINS DE DOUZE ANS SELON LA TAILLE DES MENAGES

(a) : rapport entre le nombre d’enfants de moins de douze ans et le nombre de ménages (tableau no 27, p. 162).
Sources : Registres de population, 1806, 1846.

71Le tableau no 28 montre, en effet, que la proportion des enfants décroît au fur et à mesure que la dimension des ménages augmente. Cela signifie que les changements dans la répartition des grands ménages selon leur taille tiennent moins aux variations du nombre d’enfants par couple qu’au nombre d’adultes recensés dans le ménage. Cette remarque est à mettre en rapport avec ce que nous avons écrit précédemment à propos des « logeurs ». Elle confirme notre hypothèse selon laquelle la diminution du poids des grands ménages ne doit pas être considérée comme une conséquence pure et simple de la baisse de la nuptialité et de la fécondité.

b) LA DENSITE DES MENAGES

72La diminution de la taille moyenne des ménages pourrait laisser croire à une amélioration relative des conditions de logement, sur le plan quantitatif tout au moins. Il n’en n’est rien dans la mesure où l’augmentation du nombre de maisons entre 1806 et 1846 est, dans une large mesure, moins que proportionnelle à l’accroissement des ménages.

29. NOMBRE DE MENAGES PAR MAISON

29. NOMBRE DE MENAGES PAR MAISON

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

73Le nombre moyen de ménages par maison passe de 1,3 en 1806 à 2,7 en 1846, soit un doublement de la densité des logements. Le tableau no 29 montre l’ampleur du mouvement : alors que 70 % des maisons étaient occupées par un seul ménage en 1806, ce pourcentage tombe à 40 % en 1846. Par ailleurs les maisons comptant 4 ménages et plus, qui représentaient seulement 3,4 % au début de la période, voient leur nombre relatif passer à 27,9 % quarante ans plus tard. Seules les maisons comprenant deux ménages témoignent d’une certaine stabilité : leur proportion ne s’accroît en effet que de 1,6 %.

  • 42 La nuptialité connaîtra une remontée aussi modérée que passagère en 1835-36 après l’épidémie de ch (...)

74Sans doute la réduction de la taille des ménages a-t-elle rendu moins pénible cette concentration plus élevée sous un même toit. A l’inverse on peut se demander dans quelle mesure ce phénomène n’a pas agi, sinon sur la taille elle-même, au moins sur certains facteurs démographiques qui la conditionnent. Nous songeons ici, en particulier, à la nuptialité qui, dès 1821, après la première grande vague d’immigration, connaît une baisse brutale qui prolonge ses effets jusqu’en 184642.

  • 43 Enquête sur la condition ouvrière, t. III, Rapport de Wasseige, p. 501-502.

75La densité des habitants par maison confirme les tendances révélées par le tableau no 29. De 7,72 en 1806, elle passe à 12,28 en 1846. Entre ces deux dates nous disposons d’évaluations faites par Wasseige dans son enquête sur la condition ouvrière43. Elles sont fondées sur les chiffres de population et le nombre de maisons qui lui sont fournis par l’Administration communale.

76En se référant aux résultats de 1846, on peut considérer que la densité d’habitants par maison, calculée d’après les données officielles est sous-estimée dans une proportion de l’ordre de 5 à 10 % (8 % exactement en 1846).

30. NOMBRE D’HABITANTS PAR MAISON

années

population

nombre de maisons (a)

nombre d’habitants par maison

1806

10.659

1381

7,72

1826

18.025

1550 (1426)

11,63 (12,64)

1836

19.745

1860(1711)

10,62 (11,54)

1846

22.870

1863

12,28

1856

27.115

2306 (2122)

11,75 (12,78)

(a) Les chiffres entre parenthèses résultent de l’ajustement du nombre de maisons sur base d’une surestimation de l’ordre de 8 %.
Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1826, 1836, 1846, 1856.

77Le tableau no 30 reflète bien la relation entre la croissance démographique et l’augmentation de la densité des habitants par maison. L’accroissement le plus important, de 1806 à 1826, correspond, en effet, à la période qui couvre, en partie tout au moins, la forte immigration du régime hollandais (1816-1826). A cette date, le nombre d’habitants par maison est déjà équivalent à son niveau de 1846 et 1856. La légère diminution, déjà observée en 1836, s’explique par le rythme plus modéré de la croissance démographique pendant la première décennie de l’indépendance. Quant à la remontée de 1846, elle suit, avec la même fidélité, la hausse du taux d’accroissement de la population. Si l’on se reporte à ce que nous avons dit antérieurement du mécanisme de la croissance démographique à Verviers, on constatera, sans surprise, la relation entre l’évolution du nombre d’habitants par maison et le mouvement migratoire.

78La répartition des habitants par maison semble indiquer cependant que la corrélation négative entre la taille des ménages et la densité des logements n’entraîne pas nécessairement l’entassement de ménages plus petits dans une même maison.

31. REPARTITION DES HABITANTS PAR MAISONS

31. REPARTITION DES HABITANTS PAR MAISONS

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

79Si l’on ne tient pas compte de la catégorie de « 15 habitants et + », on constate que le mode de la distribution est de 7 habitants par maison en 1846 contre 4 habitants en 1806, et que les effectifs des maisons, exprimés en pourcentage, ne dépassent leur niveau de 1806 qu’à partir de la catégorie de 10 habitants. Le phénomène d’une plus grande concentration sous un même toit est certes perceptible mais avec une ampleur moindre qu’on aurait pu le supposer.

80Reste une exception et elle est de taille : l’accroissement plus que proportionnel du nombre de maisons comptant 15 habitants et plus. Il couvre, à lui seul, 80 % de l’augmentation du parc immobilier entre 1806 et 1846. Si l’on rapproche cette observation de celles que nous avons faites à propos de l’évolution du nombre de ménages par maison, on constate une relation positive entre la hausse du pourcentage des maisons comptant 15 habitants et plus et celle des habitations constituées d’au moins quatre ménages. Cette relation doit-elle être étendue à la réduction de la taille des ménages et notamment ceux formés de familles incomplètes, d’hommes ou de femmes vivant seuls ? Sans doute mais pour une part seulement car les ménages de plus de six personnes ne se trouvent que dans 143 maisons alors qu’il y en a 510 à compter 15 habitants et plus.

81Il faut bien admettre dès lors qu’au moins 240 maisons supplémentaires par rapport à 1806 contiennent trois à quatre ménages comptant quatre personnes et plus.

  • 44 Enquête sur la condition ouvrière et le travail des enfants, t. III, Rapport de Wasseige, p. 501-50 (...)

82Une part importante de l’augmentation de la densité dans les logements s’opère donc avec des ménages moyens et grands ce qui pose le problème d’un changement éventuel d’habitat. Est-il réaliste, en effet, de croire que cette évolution aurait pu s’effectuer au départ du potentiel immobilier existant, composé surtout de petites maisons comme le révèle la statistique de 1806 et comme le confirme la plupart des témoignages44 ?

83Ne faut-il pas plutôt considérer l’hypothèse d’une modification partielle tout au moins de l’habitat par la construction ou l’aménagement d’immeubles à étages susceptibles d’accueillir un nombre plus élevé de ménages moyens et grands ?

84Seule une étude approfondie de l’habitat verviétois permettra de répondre à cette question. Précisons toutefois qu’entre 1806 et 1846, il s’est construit ou mis à la disposition des habitants 482 maisons supplémentaires soit deux fois plus qu’il n’en faut pour confirmer notre hypothèse.

D) Les structures démographiques selon la provenance

85Analysant la croissance de la population verviétoise, nous avons mis en évidence le rôle majeur joué par l’immigration. Avant de clôturer ce chapitre consacré aux structures démographiques, il nous paraît utile, d’une part, de préciser l’origine géographique des immigrants, d’autre part, d’analyser leur répartition selon l’âge, le sexe et l’état matrimonial. Nous pourrons ainsi déterminer l’aire d’attraction du pôle verviétois et vérifier dans quelle mesure leurs structures démographiques diffèrent de celles de la population dans son ensemble.

a) LA PROVENANCE

  • 45 Pour rappel, on peut schématiser comme suit le calendrier des mouvements migratoires : de 1799 à 1 (...)

86La chronologie des mouvements migratoires a été trop souvent abordée dans cette étude pour qu’il soit encore nécessaire d’y revenir45. C’est sans surprise que l’on constate l’accroissement de la part relative des immigrés dans la population avec une solution de continuité entre 1810 et 1815, seule période pendant laquelle les soldes migratoires ont été négatifs.

31 bis. IMMIGRES DANS LA POPULATION

années

population totale

nombre d’immigrés

part relative des immigrés (en %)

1806

10.659

4.052

38,01

1810

10.552

4.352

41,24

1815

10.662

4.373

41,01

1820

12.932

5.524

42,72

1826

18.025

8.845

49,07

1830

18.979

9.293

48,96

1836

19.745

9.732

49,28

1840

20.567

10.406

50,60

1846

22.870

11.852

51,82

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1826, 1836, 1846.
P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 228-232 (pour les années 1810 1815, 1820, 1830 et 1840).

87Bien que cela ne modifie pas l’évolution qui se dégage du tableau no 31 bis, il est bon de noter cependant que le nombre d’immigrés est légèrement surévalué. Parmi ceux-ci, en effet, sont comptabilisés les enfants de moins de 12 ans dont le père et/ou la mère sont nés en dehors de Verviers. Or l’origine des parents ne postule pas que les enfants soient nés, eux aussi, dans une autre commune. Le rapport le plus juste est donc celui établi entre les populations adultes, totale et immigrée, de plus de 12 ans. Sur cette base, les pourcentages d’immigrés obtenus sont, respectivement, de 35,9 % et 49,3 % en 1806 et 1846, ce qui donne une surestimation de la part relative des immigrés, de l’ordre de 2,1 % et 2,5 %.

88Un autre aspect, qu’il convient de ne pas perdre de vue, est celui de l’ambivalence des mouvements migratoires. Les immigrés recensés en 1806 ou en 1846 ne sont pas nécessairement les immigrants survivants à ces dates. Entre le moment de leur arrivée à Verviers et celui du recensement, ils peuvent, en effet, avoir quitté la ville. Or nos listes nominatives ne mentionnent pas, ou de façon très incomplète, les sorties. La question serait sans doute de peu d’intérêt si le volume de l’émigration était négligeable. Rien ne permet de l’affirmer cependant et l’estimation à laquelle nous nous sommes livré, à ce sujet, semble indiquer le contraire.

89Partant de l’effectif recensé des immigrés adultes entrés à Verviers, respectivement entre 1799 et 1806 et entre 1840 et 1846, nous avons tenté d’évaluer l’importance de l’émigration pendant ces périodes.

32. EMIGRATION ESTIMEE DE 1799 A 1806 ET DE 1840 A 1846

1799-1806

1840-1846

immigrants (a)

1280

3180

solde migratoire (b)

502

1527

émigrants

778

1653

(a) immigrants = immigrants survivant en 1806 (1846) +immigrants décédés pendant la période. Ces derniers sont évalués en fonction des quotients de mortalité aux âges adultes de ces périodes (voir supra p. 110). Leur nombre est sans doute surestimé dans la mesure où l’effectif d’immigrants est supposé n’avoir subi aucune perte d’origine migratoire.
(b) voir supra p. 116
Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

  • 46 Voir supra, p. 123-126.

90En insistant, une fois de plus, sur le fait qu’il s’agit d’estimation, on peut néanmoins constater que le volume de l’émigration représente environ 60 % de l’immigration en 1806 et 50 % en 1846. L’émigration est donc loin d’être un phénomène marginal. Son importance même, jointe à ce que l’on sait de l’immigration, reflète bien la grande mobilité de la population. Cette mobilité, que nous avions déjà évoquée dans nos commentaires à propos de l’accroissement migratoire46, renforce l’hypothèse émise, à ce moment, de mouvements alternants de population entre Verviers et son agglomération, en particulier Dison.

  • 47 Au sujet du calcul automatique des distances, voir Cl. Desama, J. Pieyns, Codification des commune (...)

91Nous abordons ainsi, de plain-pied, la question de l’origine des immigrants. Grâce aux procédés de codage des provenances et de calcul automatique des distances que nous avons mis au point, l’ordinateur peut associer la fréquence de chaque provenance avec la distance qui la sépare de Verviers. Pour des raisons que nous avons énoncées en d’autres circonstances47, cette technique est, pour l’instant, appliquée aux seules communes belges.

92Sans anticiper, précisons cependant que les étrangers, au sens strict du terme, représentent 7,1 % des immigrés en 1806 et 4,7 % en 1846, leurs effectifs étant extrêmement dispersés.

33. REPARTITION DES IMMIGRES SELON LA DISTANCE QUI SEPARE LE LIEU D’ORIGINE DE VERVIERS

33. REPARTITION DES IMMIGRES SELON LA DISTANCE QUI SEPARE LE LIEU D’ORIGINE DE VERVIERS

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

93Plusieurs constatations peuvent être induites du tableau no 33 :

  1. Près de 50 % des immigrés en 1806 et 60 % en 1846 proviennent de la région économique de Verviers qui s’étend dans un rayon de 8 km autour du pôle central. La moitié d’entre eux sont issus des communes de l’agglomération (26,1 % et 30,8 %) parmi lesquelles Hodimont, Ensival et Stembert sont les lieux d’origine les plus fréquents.
  2. La majeure partie des provenances (70 et 80 %) sont localisées à moins de 20 km de Verviers. Au-delà de cette limite, seuls Liège et Malmédy constituent une source d’immigrants dont les effectifs sont encore significatifs. L’immigration originaire d’autres centres (Bruxelles, Huy, etc.) est marginale.
  3. Dans l’aire d’attraction située entre le périmètre de la région économique et la limite supérieure du champ migratoire (20 km), on distingue deux zones : l’une, dans un rayon de 9 à 12 km de Verviers, fournit 12 à 15 % des immigrants, au départ de 20 à 25 communes ; l’autre, distante de 13 à 19 km du pôle central, ne représente que 6 % des provenances, réparties entre près de 50 communes environ. La première de ces deux zones comprend les régions de Spa, d’Eupen et du Nord-Est du Plateau de Herve ; la seconde est formée des localités situées à la frontière avec l’Allemagne et des communes constituant la limite est de la région liégeoise (Herstal, Dalhem, Beyne, Chaudfontaine, Aywaille).
  • 48 N. Briavoine, Sur l’état de la population des fabriques, des manufactures et du commerce dans les (...)

94En conclusion, on peut constater qu’entre 1806 et 1846, non seulement le champ migratoire autour de Verviers ne s’étend pas, mais encore que la proportion d’immigrants originaires de la région économique verviétoise et de zones rurales qui l’entourent s’accroît de 10 %. Par ailleurs, malgré une expansion économique plus rapide, Verviers n’exerce aucune attraction significative sur les communes de la région liégeoise. En dehors de sa propre périphérie, ses réservoirs d’immigrants sont toujours ceux de l’Ancien Régime48 : les pays de Herve et de Franchimont auxquels il faut ajouter les communes de la vallée de la Vesdre, Eupen notamment. Ils constituent, en quelque sorte, sur le plan démographique, l’hinterland verviétois.

  • 49 Voir supra p. 125.

95La délimitation même du champ migratoire de Verviers et le poids accru des quatre principales zones où s’exerce l’attraction du pôle entre 1806 et 1846 confirment l’hypothèse émise quant aux causes du mouvement d’immigration sous le régime hollandais et après 184049.

96La concentration industrielle et le regroupement dans les usines ont non seulement obligé les fileurs ruraux du plateau de Herve et du pays de Franchimont à s’urbaniser, mais ont contraint aussi les tisserands et fileurs, travaillant auparavant à domicile et vivant déjà en milieu urbain, à se rapprocher davantage de leur nouveau lieu de travail, la fabrique, et à s’installer à Verviers même.

  • 50 Voir supra p. 174-175.
    P. Lebrun, op. cit., p. 272, n. 4.

97En ce qui concerne plus particulièrement l’agglomération, il faut ajouter l’influence de ces mouvements d’échange alternants, entre Verviers et les communes limitrophes, que nous avons déjà mis en évidence antérieurement50. Etant donné l’étroite imbrication des communes de l’agglomération verviétoise, ces mouvements trouvent sans doute leur explication dans la possibilité de logement qu’elles offrent tour à tour à une population sans cesse croissante. Dans cet ensemble, seul Dison, qui bénéficie d’une activité industrielle plus spécifique, a peut-être connu une croissance propre qui ne soit pas entièrement dépendante de celle de Verviers. Dison est d’ailleurs la commune de l’agglomération qui, toutes proportions gardées, fournit le moins d’immigrants à Verviers.

34. REPARTITION DES IMMIGRANTS PAR COMMUNE D’ORIGINE DANS L’AIRE D’ATTRACTION DE VERVIERS EN 1806 ET 1846

34. REPARTITION DES IMMIGRANTS PAR COMMUNE D’ORIGINE DANS L’AIRE D’ATTRACTION DE VERVIERS EN 1806 ET 1846

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

98L’importance relative de l’immigration en provenance des différentes zones de l’aire d’attraction verviétoise change peu de 1806 à 1846. Tout au plus note-t-on une légère diminution de la part prise par l’agglomération au sein de la région économique et une augmentation de la proportion d’immigrants originaires de celle-ci. Le changement le plus significatif est la baisse du pourcentage de l’immigration en provenance de la région spadoise (20,2 % en 1846 contre 28,6 % en 1806) et, en particulier, de Spa même. Elle ne bouleverse toutefois pas la hiérarchie des courants migratoires de l'hinterland verviétois vers le pôle central puisque, en 1806 déjà, l’immigration venant du pays de Herve était, de loin, la plus importante.

99Sur le plan de l’agglomération, la part relative de chaque commune dans le mouvement d’immigration n’a pas subi de grandes modifications, surtout lorsqu’on se réfère au poids démographique propre de chacune d’entre elles en 1806 et en 1846.

35. REPARTITION PAR COMMUNES DE LA POPULATION ET DES IMMIGRANTS ORIGINAIRES DE L’AGGLOMERATION VERVIETOISE (1806-1846) (en %)

35. REPARTITION PAR COMMUNES DE LA POPULATION ET DES IMMIGRANTS ORIGINAIRES DE L’AGGLOMERATION VERVIETOISE (1806-1846) (en %)

100L’accroissement plus que proportionnel du taux d’immigration traduit, selon nous, une absorption de fait de Hodimont dans Verviers davantage qu’un mouvement migratoire exceptionnel.

101Contrastant avec les autres communes de l’agglomération, Petit-Rechain excepté, Dison possède des taux d’immigration peu élevés dont la progression, de 1806 à 1846, est également moins forte.

  • 51 Voir supra p. 60-63.

102Ce nouveau caractère spécifique de Dison, joint à ce que nous avons observé antérieurement dans son rythme de croissance51, atteste la place particulière qu’occupe cette commune au sein de l’agglomération. Un accroissement démographique rapide, mais décalé dans le temps par rapport à Verviers, et un faible taux d’immigration vers la ville, confirment son rôle de pôle secondaire.

103En conclusion, nous pouvons considérer que l’aire d’attraction du pôle verviétois ne dépasse pas un rayon de 15 km dans toutes les directions. L’immigration en provenance des communes situées au-delà de cette limite demeure relativement faible et surtout très dispersée. On relève toutefois deux exceptions à cette règle : les immigrants originaires de Liège et, dans une moindre mesure, de Malmédy.

104Sur le plan de la géographie économique, on constate que la zone polarisée par Verviers s’arrête là où commence traditionnellement la région de Liège : les contreforts « liégeois » du plateau de Herve, la vallée de la Vesdre au-delà de Nessonvaux et la vallée de l’Amblève en aval d’Aywaille. Vers le sud, elle est limitée au niveau de la basse Ardenne et, plus précisément, de la région spadoise.

105A l’intérieur de cette aire d’attraction, on note une nette prédominance de la région économique verviétoise qui est plus accusée encore en 1846 qu’en 1806. Le poids de la zone urbaine et industrielle s’y révèle déterminant puisque 80 % environ des immigrants de la région proviennent des communes qui la composent. Au sein de cette agglomération on note cependant des différences marquantes tant en ce qui concerne le niveau des taux d’immigration qu’en ce qui concerne leur accroissement de 1806 à 1846. Deux communes sortent du lot, à cet égard : Hodimont et Dison. La première fournit le plus fort contingent d’immigrants à Verviers au point qu’à la fin de la période un Hodimontois sur cinq émigre vers le pôle central. L’insertion de plus en plus étroite de Hodimont dans le réseau urbain verviétois en est sans doute la cause. Quant à Dison, elle présente un taux d’immigration peu élevé alors même que sa population connaît une croissance extrêmement vive. La conjonction de ces deux éléments laisse supposer que l’action polarisante de Verviers était moins fortement ressentie à Dison que dans les autres communes pour des raisons d’ordre économique déjà évoquées antérieurement.

106Entre la région verviétoise et la limite de l’aire d’attraction de Verviers, nous avons pu préciser les contours de ce que nous appelons l'hinterland démographique. Celui-ci est constitué des communes de la vallée de la Vesdre en amont de Limbourg et en aval de Pepinster, de la région spadoise et, surtout, du Pays de Herve. C’est du plateau herbager, en effet, que proviennent la majorité des immigrants originaires de l'hinterland : la proportion atteint même 60 % au recensement de 1846.

107Ainsi l’étude de l’immigration met en évidence et confirme tout à la fois l’interprétation que nous avions donnée des importants mouvements migratoires dont Verviers est le siège de 1816 à 1846 avec un ralentissement pendant les premières années de l’Indépendance.

108L’exode rural qui amène à Verviers les anciens fileurs ruraux du pays de Franchimont et, surtout, du plateau de Herve procède des mêmes causes que le regroupement de la population urbaine dans le pôle central de l’agglomération. Π s’agit, rappelons-le, de l’industrialisation croissante de la production qui se traduit par la concentration des entreprises et le regroupement des ouvriers dans les vastes fabriques localisées le long de la Vesdre et du canal des usines.

LES ETRANGERS

  • 52 L’importance quantitative des mouvements migratoires et la part qu’ils prennent dans la croissance (...)

109Nous l’avions déjà noté au passage : l’immigration étrangère, à Verviers, est faible. Rappelons, en effet, qu’elle représente 7,1 % de l’ensemble des immigrés recensés en 1806 et 4,7 % en 1846. Sans doute peut-on se demander si les étrangers ne forment pas une population moins stable que les immigrés « de l’intérieur » et si les pourcentages établis lors des recensements, ne sous-estiment pas leur part relative dans les courants migratoires. Pour répondre à cette question nous avons fait calculer, par l’ordinateur, le nombre d’étrangers entrés à Verviers, respectivement après 1798 et après 1839, c’est-à-dire avec les principaux flux d’immigration du régime français et de la période postérieure à l’Indépendance52.

110Comme le montre clairement le tableau no 36 la proportion d’étrangers y est à peine plus élevée, ce qui confirme notre jugement.

36. NOMBRE D’ETRANGERS PARMI LES IMMIGRES

années

immigrés

étrangers

proportion d’étrangers (en %)

1799-1806 (a)

1255

116

9,2

1806 (b)

2851

203

7,1

1840-1846 (a)

3139

187

6

1846 (b)

8192

388

4,7

(a) immigrants entrés à Verviers entre ces deux années.
(b) immigrés recensés à cette date.
Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

111Les étrangers représentent moins de 10 % des immigrés, en tout état de cause, et se répartissent de façon très inégale entre le pays d’origine.

37. REPARTITION DES ETRANGERS PAR PAYS D’ORIGINE

37. REPARTITION DES ETRANGERS PAR PAYS D’ORIGINE

Sources : A.V., Registres paroissiaux, 1806, 1846.

112En fait, plus de la moitié d’entre eux proviennent d’Allemagne et, particulièrement, des régions d’Aix-la-Chapelle, de Montjoie et de l’Eifel. Si l’on excepte une augmentation de l’immigration en provenance de Maestricht en 1846, les contingents originaires d’autres pays sont faibles ou même marginaux par rapport à l’ensemble des immigrants.

  • 53 En date du 11 pluviôse an VIII, la ville de Verviers avait insisté pour devenir le siège d’une sou (...)

113Indépendamment de la nette prépondérance allemande, il est bon de noter que la proportion des Français en 1806 est à peine supérieure à celle de 1846. La République et l’Empire n’ont pas manifestement accru la présence française à Verviers. Il faut dire que la cité lainière n’était ni sous-préfecture ni chef lieu d’arrondissement53 et que, de ce fait, les fonctionnaires d’origine française y étaient peu nombreux.

114Comme nous l’avions déjà indiqué, l’augmentation du pourcentage des immigrants hollandais résulte, exclusivement, d’une recrudescence de l’immigration en provenance de Maestricht. Celle-ci ne représente en effet que 0,4 % des étrangers en 1806 mais 8,2 % en 1846, où elle compose la moitié du contingent hollandais.

115Restent les Allemands : leur nombre absolu est assez important pour être ventilé entre les principales régions d’origine.

38. REPARTITION DES IMMIGRES ALLEMANDS SELON LEUR LIEU D’ORIGINE

38. REPARTITION DES IMMIGRES ALLEMANDS SELON LEUR LIEU D’ORIGINE

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

116Les fluctuations de pourcentages n’appellent aucun commentaire non seulement parce qu’elles ne présentent pas une grande ampleur mais surtout parce que la modestie des effectifs ainsi répartis rend une interprétation très hasardeuse. Bornons-nous donc à constater qu’en 1806 comme en 1846, l’essentiel de l’immigration allemande est originaire d’Aix-la-Chapelle, y compris sa région, et, dans une moindre mesure, de Montjoie. A l’exception de Prüm et de Trèves, les autres provenances sont extrêmement dispersées et rendent inutile une désagrégation plus poussée.

  • 54 E. Fairon, La chaussée de Liège à Aix-la-Chapelle et les autres voies de communication des Pays-Ba (...)
  • 55 L. Dechesne, L'industrie drapière de la Vesdre avant 1800, Liège, 1927, ch. III.
    P. Lebrun, op. cit (...)

117La proximité d’Aix-la-Chapelle, renforcée par l’existence d’une voie de communication, Liège-Aix, à laquelle Verviers est relié depuis 176354, et les échanges commerciaux qui traditionnellement unissent les deux cités expliquent à suffisance la part prépondérante d’Aix-la-Chapelle dans l’immigration allemande. D’autant plus qu’à l’instar de Montjoie, Aix et son faubourg Borcette sont des centres textiles qui, jusqu’à la fin du 18e siècle, constituaient des concurrents sérieux pour l’industrie verviétoise55.

b) LA STRUCTURE DES AGES

118Les immigrés représentent, rappelons-le, 35,9 % de la population adulte de plus de 12 ans en 1806 et 49,3 % en 1846. Il s’en faut de beaucoup cependant que leur poids soit uniformément réparti dans les différents groupes d’âge.

39. LA REPARTITION PAR GROUPES D’AGE DE LA PART RELATIVE DES IMMIGRES DANS LA POPULATION

groupes d’âge

1806

1846

12-14

22,8

26,8

15-24

29,4

34,5

25-34

40,6

47,3

35-44

40,9

56

45-54

40,2

62,5

55-64

32,8

63,2

65 et +

32,8

58,5

total

35,9

49,3

Sources : Tableau no 40, p. 180.

119On constate, en effet, que la proportion des immigrés augmente avec l’âge jusqu’à 45 ans en 1806 et jusqu’à 65 ans en 1846. Il s’agit d’un phénomène d’accumulation des immigrants provoqué par le fait qu’à chaque nouveau flux migratoire vient ajouter, aux différents groupes d’âge adultes, un contingent supplémentaire qui renforce l’effectif des immigrations précédentes. Le mécanisme est d’autant plus manifeste que l’on progresse dans la structure des âges mais il est aussi fonction de l’ampleur relative des mouvements migratoires antérieurs et des quotients de mortalité par âge à l’époque considérée.

  • 56 La baisse de mortalité apparaît clairement dans le graphique no 1, p. 86. Au sujet de l’évolution (...)

120La différence constatée entre 1806 et 1846 vient précisément de l’influence de ces deux derniers facteurs. L’accroissement de l’immigration sous le régime hollandais et la baisse des taux de mortalité56 expliquent pourquoi, en 1846, la proportion d’immigrés continue à croître jusqu’à 65 ans.

121Devant l’importance même de la part relative des immigrés dans la population, il convient non seulement de connaître leur répartition par groupes d’âge mais surtout de déterminer dans quelle mesure elle diffère ou non de celle de la population dans son ensemble. Pour établir cette comparaison de façon précise, nous nous bornerons à l’analyse des structures d’âge de la population adulte de 12 ans et plus, la seule dont la provenance ait été effectivement recensée.

40. STRUCTURE DES AGES DE LA POPULATION IMMIGREE ET DE LA POPULATION VERVIETOISE DANS SON ENSEMBLE. a) En nombres absolus

40. STRUCTURE DES AGES DE LA POPULATION IMMIGREE ET DE LA POPULATION VERVIETOISE DANS SON ENSEMBLE. a) En nombres absolus

b) En nombres relatifs

b) En nombres relatifs

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

  • 57 Voir supra, figure no 1, pyramide des âges de 1806, p. 133. L’analyse des structures des âges de 1 (...)

122La constatation initiale que l’on peut faire, à l’examen du tableau no 40, concerne le caractère homogène des distributions. Ni en 1806, ni en 1846, la répartition des immigrés par groupes d’âge ne diffère, de façon significative, de celle de la population dans son ensemble. Manifestement, ils ne constituent pas une anomalie démographique, tout au moins sur le plan des structures d’âge. Cette homogénéité se retrouve également dans l’évolution qui s’opère entre 1806 et 1846. On y retrouve, en effet, la tendance au vieillissement par le haut de la structure des âges des adultes en 1846 et la proportion relativement élevée de la classe d’âge de 25 à 34 ans en 180657. Sans doute objectera-t-on que ce constat n’a rien de surprenant étant donné le poids des immigrés dans la population verviétoise. En fait rien n’était moins sûr car la répartition par âges de la population dans son ensemble pouvait n’être que la résultante de deux structures profondément différentes, celle des Verviétois de souche et celle des immigrés. Les chiffres du tableau no 40 démontrent qu’il n’en est rien.

123Une seconde objection concerne la représentativité des données du recensement pour juger de la structure d’âge des immigrants. Ceux dont les noms sont repris dans les registres de 1806 et de 1846 forment la partie survivante des contingents venus à Verviers par vagues successives. Pour peu que la mobilité des immigrés soit plus importante que celle des Verviétois et/ou que les recensements suivent une période au cours de laquelle les soldes migratoires sont quasi nuls ou négatifs, la répartition par âges qu’ils révèlent risque d’être biaisée notamment par un vieillissement plus que proportionnel. Afin d’éviter cet écueil, nous avons reconstitué la structure des âges des immigrants entrés à Verviers entre 1799 et 1806 d’une part, entre 1840 et 1846 d’autre part. Outre qu’il s’agit de deux groupes d’années où l’immigration est loin d’être négligeable, ce procédé permet d’éliminer les effets démographiques des flux migratoires antérieurs et de mieux mesurer, par conséquent, la répartition des âges parmi les immigrants.

41. STRUCTURE DES AGES DES IMMIGRANTS DE 1799-1806 ET DE 1840-1846

41. STRUCTURE DES AGES DES IMMIGRANTS DE 1799-1806 ET DE 1840-1846

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

  • 58 Voir supra p. 143.
    Au sujet de la technique de simulation voir supra p. 196 n. 2.

124Le tableau no 41 confirme ce que l’analyse des mouvements migratoires, par le procédé des structures d’âge simulées, avait mis en évidence58 : à savoir la jeunesse des immigrants dont plus de la moitié sont âgés de 15 à 34 ans.

125La proportion est plus importante encore en 1806 qu’en 1846, notamment dans le groupe d’âge de 25 à 34 ans qui comprend près d’un tiers de l’effectif total. Dix ans plus tard, en 1826, ce sont les adultes de 15 à 24 ans qui se révéleront les plus nombreux parmi les immigrants, entraînant un rajeunissement de la structure des âges des adultes. L’immigration de 1840-1846 est moins concentrée sur l’une ou l’autre tranche d’âge : on y relève même un pourcentage non négligeable d’individus de plus de 45 ans (23,1 % contre 13,8 % en 1806).

126La part relative des groupes d’âge de 15 à 24 ans et de 25 à 34 ans en 1840-1846 mérite quelques mots de commentaires. Si l’on se reporte à la structure des âges de la population en 1846, on constate, en effet, une prédominance du groupe de 15 à 24 ans qui comprend 28,2 % de l’ensemble des adultes contre 22,8 % à celui de 25 à 34 ans. Or, dans le contingent des immigrants de 1840-1846, les proportions sont sensiblement les mêmes avec une légère supériorité pour le second. Par ailleurs, l’examen de la structure des âges simulée montre que le mouvement naturel n’a joué aucun rôle perturbateur, bien au contraire ! Comment résoudre dès lors cette contradiction ?

  • 59 Voir supra, tableau no 12, p. 143.

127L’existence d’un important mouvement d’immigration n’implique pas nécessairement que l’émigration soit un phénomène négligeable. L’évaluation que nous avons faite antérieurement le confirme puisque le nombre d’habitants qui sortent de Verviers de 1799 à 1806 d’une part, de 1840 à 1846 d’autre part, représente respectivement 60 % et 50 % du total de ceux qui y entrent. Pour peu que cette émigration se concentre de façon significative sur tels ou tels groupes d’âge, la structure de l’ensemble peut subir d’importantes modifications par rapport à celle des immigrants. Or c’est précisément le cas de 1840 à 1846, comme l’indique la comparaison de la structure des âges des immigrants reprise au tableau no 41 avec celle des immigrants formant le solde migratoire de la période 1836-184659.

42. STRUCTURE DES AGES COMPAREE DES IMMIGRANTS DE 1840-1846 ET DU SOLDE DES IMMIGRANTS DE 1836-1846 (en %)

groupes d’âge

1840-1846

1836-1846

15-24

27,1

58,7

25-34

27,6

22,5

35-44

21,1

10,1

45-54

11,8

3,3

55-64

7,3

1,8

65 et +

5,1

3,6

total

100

100

128Davantage encore que les pourcentages, c’est le décalage entre les deux structures qui présente de l’intérêt. On voit manifestement que l’émigration a porté sur l’ensemble des groupes d’âge après 24 ans avec une intensité particulière entre 35 et 44 ans. Ce phénomène a pour conséquence d’accroître la part relative des adultes de 15 à 24 ans au détriment des autres tranches d’âge. Il explique l’inversion du rapport proportionnel entre les deux premiers groupes d’âge, mais aussi l’atténuation des effets des puissants flux migratoires de 1825-1826 sur la structure des âges de la population en particulier au niveau de la classe de 35 à 44 ans.

129En conclusion l’examen de la pyramide des âges des immigrants confirme le jugement formulé lors de l’analyse des structures démographiques de la population. Les mouvements d’immigration ont pour conséquence de rajeunir la structure d’âge des adultes et de la population en général mais suivant un mécanisme plus complexe qu’il n’y paraît à première vue. Non seulement les facteurs naturels et le volume même de l’immigration influencent l’ampleur des changements, mais encore l’émigration, dont nous mesurons mal l’importance faute de données, peut-elle, à son tour, jouer un rôle perturbateur non négligeable.

130La provenance des immigrés induit-elle une répartition par âges différente ? Pour répondre à cette question, nous avons comparé les structures d’âge des étrangers et des immigrés originaires de la région économique verviétoise en 1806 et en 1846.

43. REPARTITION PAR AGES DES IMMIGRES ORIGINAIRES DE LA REGION VERVIETOISE ET DES ETRANGERS (en %)

43. REPARTITION PAR AGES DES IMMIGRES ORIGINAIRES DE LA REGION VERVIETOISE ET DES ETRANGERS (en %)

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

131A la lecture du tableau no 43, on peut faire les constatations suivantes :

  1. D’une manière générale, la répartition par âge des étrangers laisse apparaître une population plus jeune que celle des autres immigrés.
  2. La structure d’âge des immigrés de la région verviétoise se présente de manière différente en 1806 et en 1846. Alors qu’au premier recensement elle apparaît comme la plus vieille des trois, il n’en va plus de même quarante ans plus tard à la suite de la forte progression du groupe d’âge de 15 à 24 ans.
  3. Qu’il s’agisse des étrangers ou des immigrés belges, on note un accroissement général de la part relative des adultes âgés de 55 ans et plus. Ce phénomène se retrouvant dans toutes les structures d’âge de 1846 vues jusqu’à présent, il est évident que ce vieillissement par le haut est la conséquence de l’évolution de la mortalité. Une pareille cohérence confirme, s’il en était besoin, la validité des déclarations d’âge consignées dans nos listes nominatives.
  • 60 Voir supra, tableau no 33, p. 170.

132Au vu de ces observations, il est donc permis se conclure, sauf en ce qui concerne les étrangers, à l’absence de relation entre l’origine des immigrés et leur répartition par âge. La profondeur restreinte du champ migratoire verviétois (moins de 20 km) en est sans doute la cause60.

c) LA STRUCTURE SELON LE SEXE ET L’ETAT MATRIMONIAL

  • 61 E.A. Wrigley, Société et population, p. 157-158.

133La conception que l’on a, traditionnellement, de l’immigration, et que reprend E.A. Wrigley dans son ouvrage fondamental Société et Population61, est celle d’un mouvement à forte densité d’hommes célibataires. L’étude des structures démographiques de Verviers nous a déjà conduit à mettre en doute ce schéma classique. Nous allons tenter à présent de préciser davantage le contour de la population immigrée sur le double plan de la répartition selon le sexe et selon l’état matrimonial.

44. STRUCTURE DES AGES DE LA POPULATION IMMIGREE SELON LE SEXE. a) en nombres absolus

44. STRUCTURE DES AGES DE LA POPULATION IMMIGREE SELON LE SEXE. a) en nombres absolus

b) en nombres relatifs

b) en nombres relatifs

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

  • 62 Voir supra, tableau no 15, p. 146.

134Tant en 1806 qu’en 1846, les structures des âges des hommes et des femmes immigrés présentent une analogie remarquable, plus poussée encore que celles de la population dans son ensemble. C’est ainsi qu’en 1806 la part relative du groupe d’âge de 25 à 34 ans est supérieure non seulement chez les hommes, mais aussi chez les femmes contrairement à ce que l’on observe dans la structure des âges de la population selon le sexe62.

135Sur le plan de l’évolution, la tendance générale au vieillissement se retrouve dans la répartition par âge des hommes comme dans celle des femmes avec une ampleur analogue dans chaque groupe d’âge.

136Si la relation sexe-âge ne laisse pas apparaître de traits particuliers à la population immigrée, il n’en va pas de même du rapport entre hommes et femmes.

45. TAUX DE MASCULINITE PAR AGE DANS LA POPULATION IMMIGREE

groupes d’âge

1806

1846

12-14

106,3

129,4

15-24

90,5

89,3

25-34

111,4

89

35-44

117,8

92,9

45-54

115,8

89,9

55-64

116,2

87,5

65 et +

120,9

76,2

ensemble

109,8

89,5

137Le contraste entre les deux distributions est frappant. Alors que les hommes sont dominants dans tous les groupes d’âge, à l’exception de celui de 15 à 24 ans, en 1806, la situation est exactement inverse en 1846 où les taux de masculinité présentent un déficit moyen de l’ordre de 10 % à chaque tranche d’âge sauf celle de 12 à 14 ans.

  • 63 ibidem.

138La cause de ce changement réside dans le fait que les grands flux migratoires qui ont envahi Verviers entre 1816 et 1846 comportaient une majorité de femmes. Nous avions déjà abouti à la même conclusion en analysant la structure par sexe de l’ensemble de la population63. Le calcul des taux de masculinité parmi les immigrants de 1799-1806 et 1840-1846 en apporte la preuve décisive.

46. TAUX DE MASCULINITE PAR AGE DANS LA POPULATION IMMIGREE ENTRE 1799-1806 ET ENTRE 1840-1846

groupes d’âge

1799-1806

1840-1846

12-14

130,8

108,7

15-24

98,4

80,4

25-34

121,2

86,9

35-44

120,2

103,9

45-54

122,9

97,2

55-64

109,1

90,4

65 et +

66,6

57,7

ensemble

112,7

88,9

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

139La comparaison des tableaux no 45 et 46 met en évidence certains aspects qu’il convient de souligner :

  1. L’immigration de la fin du 18e siècle et de la période française se caractérise par une nette prédominance de l’élément masculin. Si l’on ne tient pas compte de la classe d’âge de 65 ans et plus, dont les effectifs absolus sont faibles et où l’influence de la mortalité se fait lourdement sentir, un seul groupe d’âge échappe à la règle : celui de 15 à 24 ans. La cause de cette exception réside, bien entendu, dans le fait que la tranche d’âge de 15 à 24 ans constitue une « classe creuse » dans l’ensemble de la population de 1806 à la suite, rappelons-le, de la conscription napoléonienne64. Les immigrés formant près de 40 % de la population verviétoise, la répercussion de ce phénomène sur leur structure selon le sexe doit être considérée comme une preuve supplémentaire de la validité de nos données.
  2. La « féminisation » des contingents d’immigrants apparaît clairement dans la cohorte de 1840-1846 puisque seuls les groupes d’âge de 35 à 44 ans et de 12 à 14 ans comportent une majorité d’hommes. Au-delà de cette constatation, on relève que les taux de masculinité entre 15 et 34 ans sont plus faibles dans le contingent de 1840-1846 que parmi les immigrés recensés en 1846. Cet écart confirme, lui aussi, ce que nous avions pressenti dans l’analyse des structures démographiques de la population : à savoir qu’entre 1836 et 1840, l’élément masculin dominait parmi les jeunes immigrants65. Enfin les taux de masculinité plus élevés par rapport à ceux de 1846 dans les tranches d’âge de 45 à 64 ans attestent, une fois de plus, que la forte immigration de 1816 à 1826 comprenait bien une majorité de femmes.

140L’examen comparé des structures d’âge de l’ensemble des immigrés et de ceux qui proviennent de l’agglomération verviétoise a permis de constater que ces derniers ne constituent, en aucune façon, un isolat : mieux ils influencent, de manière décisive, la structure des âges.

  • 66 Voir supra, tableau no 32, p. 169.

141Comme un phénomène analogue se produit dans la répartition selon le sexe et l’état matrimonial, une analyse séparée de leur structure nous paraît superflue. Il n’en va pas de même, en revanche, pour les étrangers qui, en matière d’âge, se caractérisent par une plus grande proportion de jeunes adultes66. La répartition par sexe laisse-t-elle apparaître de nouvelles particularités ?

47. STRUCTURE DES AGES SELON LE SEXE ET TAUX DE MASCULINITE PAR AGE CHEZ LES ETRANGERS

47. STRUCTURE DES AGES SELON LE SEXE ET TAUX DE MASCULINITE PAR AGE CHEZ LES ETRANGERS

Sources : A V., Registres de population, 1806, 1846.

142Exception faite des groupes d’âge extrêmes (12 à 14, 65 et plus) dont les effectifs absolus sont trop faibles pour que les taux aient quelque signification, on observe, d’une manière générale, une prédominance très nette des hommes. Celle-ci est encore plus accusée en 1806 qu’en 1846, notamment dans les tranches d’âge de 15 à 34 ans. Ainsi l’étranger qui vient à Verviers, en cette première moitié du 19e siècle, est-il un adulte jeune, le plus souvent du sexe masculin. Cette précision apportée, revenons à présent à l’ensemble de la population immigrée et examinons sa répartition selon l’état matrimonial.

48. STRUCTURE DE LA POPULATION IMMIGREE SELON L’ETAT MATRIMONIAL. a) En nombres absolus

48. STRUCTURE DE LA POPULATION IMMIGREE SELON L’ETAT MATRIMONIAL. a) En nombres absolus

b) En nombres relatifs

b) En nombres relatifs

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

143Le tableau no 48 révèle une incontestable similitude entre la répartition par état matrimonial de 1806 et celle de 1846. Cette analogie se manifeste également entre les sexes puisque la part relative des mariés et des célibataires reste à peu près la même chez les hommes et chez les femmes à chacun des recensements. En fait le seul changement significatif concerne l’augmentation en 1846 de la proportion des veuves au détriment des femmes mariées. Il ne viendrait sans doute à l’esprit de personne d’imaginer que les veuves aient pu occuper effectivement une part aussi importante des contingents d’immigrants. Leur accroissement relatif vient de ce que la population recensée en 1846 comporte des immigrés installés à Verviers depuis longtemps : en particulier ceux qui sont venus avec les grands flux migratoires de 1816-1826. Les femmes qui en faisaient partie ont atteint, en 1846, les classes d’âge où la probabilité de veuvage devient plus élevée, provoquant par là même la modification de structure que nous venons d’évoquer.

144Si l’on en juge par ce cas, il faut bien admettre que la structure de la population immigrée, aux dates des recensements, ne rend pas compte, de façon entièrement satisfaisante, des composantes matrimoniales de l’immigration. Entre le moment de leur arrivée à Verviers et celui où ils sont recensés, un homme et une femme célibataires ont de bonnes chances d’avoir changé d’état matrimonial en se mariant puis, éventuellement, en devenant veuf ou veuve.

145Afin d’éviter cet écueil qui fausse le jugement et sous-estime la part des célibataires, nous avons examiné la répartition des immigrants de 1799-1806 et de 1840-1846.

49. STRUCTURE DES IMMIGRANTS DE 1799-1806 ET 1806-1846 SELON L’ETAT MATRIMONIAL. a) En nombres absolus

49. STRUCTURE DES IMMIGRANTS DE 1799-1806 ET 1806-1846 SELON L’ETAT MATRIMONIAL. a) En nombres absolus

b) En nombres relatifs

b) En nombres relatifs

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

146L’analyse du tableau no 49 met en évidence les points suivants :

  1. Les célibataires représentent plus de 50 % des immigrants du sexe masculin en 1799-1806 mais cette proportion diminue de 10,7 % quarante ans plus tard. Le pourcentage des femmes célibataires, lui, reste quasiment constant.
  2. La part relative des hommes mariés augmente de 7,5 % entre 1799-1806 et 1840-1846 où ils constituent près de la moitié des immigrants du sexe masculin. Quant aux femmes mariées, leur proportion ne varie guère. Tout au plus note-t-on une légère diminution du pourcentage au profit des veuves mais ce mouvement est lié à la baisse de la mortalité.

147En rapprochant ces observations de celles que nous avons faites à propos de la structure des âges et de la répartition selon les sexes, nous sommes en mesure de tracer le profil de l’immigrant à l’époque de la révolution « mécanique » et à la fin de la période d’industrialisation.

  1. Entre 1799 et 1806 arrivent à Verviers près de 1200 migrants, en provenance de sa région économique, mais aussi de son hinterland, le pays de Franchimont, la vallée de la Vesdre et surtout, le plateau de Herve. Les effectifs d’étrangers sont faibles. Ce contingent comprend une majorité d’hommes dont plus de 60 % sont âgés de 15 à 34 ans. Ils sont, pour la plupart (54,9 %), célibataires. Les femmes sont moins nombreuses mais légèrement plus jeunes (le groupe de 15 à 24 ans représente 32 % de l’ensemble des femmes contre 28 % chez les hommes). Elles comptent une proportion quasi égale de mariées et de célibataires.
  2. De 1840 à 1846, le nombre d’immigrants est deux fois plus élevé et 60 % d’entre eux proviennent de la région économique verviétoise. L’exode rural s’est maintenu mais la concentration dans le pôle central (Verviers) s’est accrue. Les étrangers voient leur proportion diminuer bien que leur effectif absolu progresse. Ces immigrants comprennent une majorité de femmes qui se répartissent d’égale façon entre célibataires et mariées. Leur structure d’âge est légèrement plus vieille mais le groupe de 15 à 24 ans reste, proportionnellement, le plus nombreux. Quant aux hommes, leur part relative diminue et l’on note une forte augmentation d’hommes mariés qui s’opère au détriment des célibataires. Enfin leur structure d’âge vieillit de façon aussi sensible que celle des femmes mais la proportion des jeunes adultes (15 à 34 ans) tombe à 50 % contre 54 % chez les femmes.

148En ce qui concerne les étrangers, leur répartition selon l’état matrimonial laisse apparaître les mêmes particularités que celles de l’ensemble des immigrés : une majorité d’hommes célibataires en 1806 et une majorité de femmes équitablement réparties entre célibataires et mariées, en 1846. Toutefois l’examen de leur structure des âges montre que ces caractéristiques résultent surtout de la sous-estimation des célibataires parmi les immigrants recensés en 1806 et 1846.

50. STRUCTURE DES AGES DES ETRANGERS CELIBATAIRES ET MARIES. a) en 1806

50. STRUCTURE DES AGES DES ETRANGERS CELIBATAIRES ET MARIES. a) en 1806

b) en 1846

b) en 1846

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

  • 67 repartition des etrangers entre 15 et 34 ans selon le sexe et l'etat matrimonial

149Le tableau indique clairement qu’aux âges où les étrangers arrivent à Verviers, entre 15 et 34 ans, les célibataires sont, de loin, les plus nombreux puisqu’ils représentent 77 % des hommes et 58 % des femmes en 1806 tandis que ces proportions sont respectivement de 59 % et de 72 % en 184667. Notons par ailleurs que, chez les étrangers également, la diminution de la part relative des hommes dans les flux migratoires s’accompagne d’une décroissance de la proportion des célibataires tandis que le mouvement inverse s’observe chez les femmes.

E) Conclusions

150Le fait marquant de la répartition selon le sexe et l’état matrimonial est, bien entendu, l’inversion des rapports de masculinité parmi les immigrants entre 1806 et 1846. Pourquoi les femmes sont-elles devenues majoritaires dans le courant migratoire alors que, traditionnellement, l’immigration concerne avant tout les hommes ? La première réponse qui vient à l’esprit est d’attribuer la responsabilité de ce phénomène à l’activité économique dominante, l’industrie textile, dont on sait qu’elle emploie une main-d’œuvre féminine abondante. L’hypothèse est d’autant plus séduisante que la période 1816-1846 voit la disparition du filage à domicile : les femmes auraient été tentées de retrouver dans les fabriques de Verviers un travail qu’elles avaient perdu. Sous réserve d’analyse des structures démographiques de la population active, nous pouvons retenir cette cause mais il est clair qu’elle n’explique pas tout. D’autres éléments nous semblent avoir contribué à ce changement.

  1. La faible profondeur du champ migratoire, dans la mesure où elle implique des déplacements de courte distance, nous paraît constituer un facteur favorable à l’immigration des femmes. Sans doute nous objectera-t-on que la baisse des taux de masculinité apparaît aussi parmi les étrangers mais on se rappellera que plus de la moitié d’entre eux viennent d’Aix-la-Chapelle et de Maestricht, deux villes distantes de moins de 30 km de Verviers. En soutien à cette hypothèse, il faut noter la coïncidence, sinon la corrélation, entre l’accroissement de la proportion d’immigrants originaires de la région verviétoise et l’augmentation de la part relative des femmes dans les flux migratoires de 1816 à 1846, exception faite de la seule période de 1836 à 1840.
  2. Le volume même de l’immigration entre 1816 et 1846 en a modifié son caractère. A l’exode rural, déjà perceptible au début du siècle, est venue s’ajouter une concentration accrue dans le pôle urbain. Il s’agit d’un mouvement de masse qui ne concerne plus seulement des individus mais des familles. Cette tendance est confirmée par l’augmentation relative d’hommes mariés parmi les immigrants mais elle explique aussi l’accroissement plus que proportionnel des femmes, qu’il s’agisse des épouses ou des jeunes filles célibataires accompagnant leurs parents.

CARTE No 2. L’AIRE GEOGRAPHIQUE D’ATTRACTION DE VERVIERS EN 1846

CARTE No 2. L’AIRE GEOGRAPHIQUE D’ATTRACTION DE VERVIERS EN 1846

Sources : A.V., Registres de population, 1846.

FIGURE No 10. PYRAMIDE DES AGES DE LA POPULATION IMMIGREE ADULTE (en centaines)

FIGURE No 10. PYRAMIDE DES AGES DE LA POPULATION IMMIGREE ADULTE (en centaines)

Notes

1 J. Stassart, Les avantages et les inconvénients économiques d’une population stationnaire, Liège, 1965.

2 La structure d’âge simulée se construit par l’application de la formule suivante :

Image

g = groupe d’âge
n = numéro d’ordre du groupe d’âge
t = date de la structure simulée
i = intervalle entre la date de la structure simulée et celle de la structure de départ.
Image = quotient de mortalité du groupe d’âge précédent au cours de la période i.
Les quotients de mortalité utilisés sont ceux que nous avons calculés pour les groupes d’âge supérieurs à 15 ans et les quotients de la table de Quetelet de 1856 pour le groupe précédent. Les effectifs théoriques du groupe d’âge de 5 à 14 ans dans la structure de départ ont été établis en appliquant, aux naissances vivantes des années antérieures, les quotients de mortalité de la table de Quetelet de 1856.
Sur l’application de cette technique de simulation aux structures d’âge, voir R. Andre, J. Pereira-Roque, Les Evolutions régionales de la structure des âges en Belgique dans la seconde moitié du XIXe siècle (1846-1900) dans Revue de l’Institut de sociologie, 1971, 2, p. 287-300.

3 Voir supra p. 93.

4 Au cours de l’année 1816, le taux d’accroissement migratoire par rapport à 1815 s’élève à 79,9 % soit l’un des plus forts du régime hollandais. Voir supra p. 165.

5 Dans l’hypothèse d’une population fermée, la structure d’âge de 1846 résulterait de l’influence concomitante d’une fécondité élevée et d’une mortalité en baisse.

6 Voir supra p. 112.

7 A. Lafosse, Epidémie de choléra à Verviers, p. 194-195.

8 R.J. Morris, Choléra 1832, the social response to an epidemic, London, 1976, p. 79-93.

9 Voir supra p. 122.

10 Voir supra p. 91-92.

11 La structure de 1836 est choisie comme référence parce qu’elle n’a pas subi l’impact d’un puissant flux migratoire, contrairement aux structures de 1826 et 1846.

12 J. Bourgeois-Pichat, Evolution de la population française depuis le XVIIIe siècle dans Population, 1951, p. 641.
J. Houdaille, Le Problème des pertes de guerre dans Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, t. XVII, 1970, p. 411-423.

13 R. Darquenne, Démographie hennuyère et problèmes conscriptionnels (1795-1813) dans Le Hainaut français et belge, p. 43-44.

14 R. Andre, La Démographie de la Belgique au XIXe siècle, p. 201.

15 Sur la valeur des listes nominatives comme source démographique, voir supra, introduction, p. 10.
Sur le rôle décisif des structures d’âge, voir les passages relatifs à la fécondité et à la nuptialité, supra p. 91-92, 97-98.

16 R. Mols, Introduction à la démographie historique des villes d'Europe du XIVe au XVIIIe siècle, t. 2, p. 186-198.

17 E. Helin, La Démographie de Liège aux XVIIe et XVIIIe siècles, p. 99-108.

18 M. Theys, La population de Diest, p. 27.

19 J. Verbeemen, Antwerpen in 1755, p. 31-32.
J. De Belder, De gehierarchiseerde statische doorsnede als vertrekpunt voor de Studie van demografische gedragspatronen dans Studia Historica Gandensia, 200, Gent, 1977, p. 24.

20 E.A. Wrigley, Industrial growth and population change, p. 143-145.

21 E. Helin, op. cit., p. 108.

22 Voir infra, p. 251, les structures démographiques dans l’industrie textile.

23 Voir supra, p. 184, les structures démographiques de la population immigrée.

24 E.A. Wrigley, Industrial growth and population change, p. 144 (tableau 40).
E.A. Wrigley, Société et population, p. 157-158.
L. Henry, Fécondité des mariages, Paris, 1953, p. 58, 115.
E. Van De Walle, La Nuptialité en Belgique de 1846 à 1930 dans Population et famille, 1965, p. 46.

25 Pour la fécondité, voir supra p. 102.
Pour les structures d’âge, voir supra p. 131.

26 Voir supra p. 131.

27 Voir supra p. 97 et graphique no 1, p. 86.

28 E. Helin, Démographie de Liège, p. 120-121.
J. Verbeemen, Antwerpen in 1755, p. 33.
Cette constatation est faite également à propos des recensements de 1806 et de 1811 par L.F. Thomassin, Mémoire statistique, p. 39, 195-197.
A.N., F 20, 237.
A.E.L., Fonds français, Préfecture, 205.

29 E. Helin, Démographie de Liège, p. 126.
J. De Belder, op. cit., p. 37-40.

30 P. Laslett, Size and structure of the household in England over three centuries dans Population Studies, XXIII, 2, 1969.
P. Laslett, Household and family in past time, Cambridge, 1972.

31 La liste nominative de 1806 offre, à cet égard, un bel exemple de diversité dans le recensement des logeurs alors que certains agents recenseurs les distinguent au sein même des ménages, d’autres au contraire ne les signalent pas (A.V., Registres de population, 1806). Les logeurs « à la semaine » sont évalués à un bon millier par les autorités communales (A.V., Conseil communal, Reg. 1, p. 101-105).

32 Voir, à ce sujet : Cl. Desama, J. Pieyns, La Reconstitution automatique des descendances au moyen des Tables des Registres paroissiaux dans Actes du Colloque International de Florence (4-6 avril 1977).

33 I.N.S., Recensement général de 1947, t. VI, p. 9.
J. Ockers, De Gezinnen in België dans Population et Famille, no 11, p. 4-9, Belgique, 1967.

34 A.V., Registre de population, 1846 (tableau récapitulatif).
J. Lejaer, Histoire de la ville de Verviers (1794-1814) dans B.S.V.A.H., t. IV, 1903, p. 164-168.
Sur base de la numérotation des maisons, il estime à 1539 le nombre d’habitations en 1801.
Au 1 janvier 1830, il y aurait eu 1422 maisons et 4343 ménages. J. Lejaer, Histoire de la ville de Verviers (1814-1830) dans B.S.V.A.H., t. VII, 1906, p. 127-128.
La numérotation à laquelle se réfère Lejaer est restée en vigueur jusqu’en 1838. Ce n’est qu’en 1842 qu’apparaît la numérotation par rue (P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 221).

35 La taille moyenne des ménages à Liège, en 1801, est de 3,668 habitants.
E. Helin, La taille des ménages avant la révolution industrielle dans Recherches économiques de Louvain, 4, Louvain, 1969, p. 234.

36 R. Mols, Introduction à la démographie historique des villes d’Europe, t. II, p. 100-130.

37 E. Helin, La démographie de Liège, p. 140-143.
H.J. Beloch, Bevölkerungsgeschichte Italiens, t. I, p. 4.
J. Verbeemen, Antwerpen in 1755, p. 35.
E. Helin, La taille des ménages, p. 248.
A. Cosemans, Bijdrage tot de demographische en sociale geschiedenis van de stad Brussel, Bruxelles, 1966, p. 85-86.
La taille moyenne des ménages verviétois se rapproche davantage de celle des villes industrielles anglaises dans la première moitié du 19e siècle. A Manchester elle est de 6 habitants, à Norwich de 5 et à Preston de 5,4-N. Tranter, Population since the industrial revolution, p. 177-178.
Dans une ville moyenne, Diest, qui est restée à l’écart du mouvement d’industrialisation, la taille des ménages est de 3,6 habitants en 1810 et 4,1 en 1846 - M. Theys, La population de Diest, p. 120.

38 E. Helin, La démographie de Liège, p. 191-192.
Voir supra, p. 94.

39 Pour l’immigration de 1816-1826 et 1836-1846, voir supra p. 116.
Une structure selon le sexe et l’état matrimonial, plus détaillée, des immigrants de 1799-1806 et 1840-1846, est donnée supra p. 189.

40 Au sujet de la diminution des taux de mortalité aux âges adultes, voir supra 180. L’influence de cette baisse sur la structure par âge et par état matrimonial est commentée supra p. 154.

41 A.V., Registre de population, 1806, fol. 61.

42 La nuptialité connaîtra une remontée aussi modérée que passagère en 1835-36 après l’épidémie de choléra, voir supra p. 100.

43 Enquête sur la condition ouvrière, t. III, Rapport de Wasseige, p. 501-502.

44 Enquête sur la condition ouvrière et le travail des enfants, t. III, Rapport de Wasseige, p. 501-502, 574, 580.
Exposé sur la situation de la ville de Verviers, 1857, p. 7.
Un « quartier » à Verviers comprend souvent une ou deux chambres avec mansarde. Enquête sur la condition ouvrière, t. III, Rapport de Fossion, p. 86 - E. Putzeys, Conférence sur l’hygiène publique et privée, Verviers, 1883, p. 6.
Un grand nombre de célibataires prennent pension dans un ménage ou partagent une même chambre ; A. Lepas, Coup d’œil sur la situation de la classe ouvrière de Verviers, Verviers, 1844, p. 200.

45 Pour rappel, on peut schématiser comme suit le calendrier des mouvements migratoires : de 1799 à 1809, immigration modérée ; de 1810 à 1815, immigration faible compensée, et au-delà, par l’émigration ; de 1816 à 1826, très forte immigration avec un maximum en fin de période ; de 1827 à 1829, ralentissement de l’immigration qui reste néanmoins soutenue ; de 1830 à 1835, immigration modérée (cfr début du siècle) mais entièrement compensée par l’émigration de 1830 ; de 1836 à 1840, immigration plus soutenue ; de 1840 à 1846, forte immigration mais inférieure à celle de la période hollandaise.

46 Voir supra, p. 123-126.

47 Au sujet du calcul automatique des distances, voir Cl. Desama, J. Pieyns, Codification des communes belges et calcul automatique des distances dans Archives et Bibliothèques de Belgique, Bruxelles, 1974, p. 323-328.

48 N. Briavoine, Sur l’état de la population des fabriques, des manufactures et du commerce dans les provinces des Pays-Bas, t. 14, p. 143.
P. Lebrun, L’industrie de la laine à Verriers, p. 269-275.

49 Voir supra p. 125.

50 Voir supra p. 174-175.
P. Lebrun, op. cit., p. 272, n. 4.

51 Voir supra p. 60-63.

52 L’importance quantitative des mouvements migratoires et la part qu’ils prennent dans la croissance démographique sont exposés supra, p. 115 et seq.

53 En date du 11 pluviôse an VIII, la ville de Verviers avait insisté pour devenir le siège d’une sous-préfecture mais en vain.
A.V., Conseil, t. 28, p. 13.

54 E. Fairon, La chaussée de Liège à Aix-la-Chapelle et les autres voies de communication des Pays-Bas vers l’Allemagne au XVIIIe siècle dans B.S.V.A.H., t. 12, 1912, p. 72-78.

55 L. Dechesne, L'industrie drapière de la Vesdre avant 1800, Liège, 1927, ch. III.
P. Lebrun, op. cit., p. 65, n. 1.

56 La baisse de mortalité apparaît clairement dans le graphique no 1, p. 86. Au sujet de l’évolution de la mortalité, voir supra p. 103-115.

57 Voir supra, figure no 1, pyramide des âges de 1806, p. 133. L’analyse des structures des âges de 1806 et de 1846 est exposée supra, p. 131-146.

58 Voir supra p. 143.
Au sujet de la technique de simulation voir supra p. 196 n. 2.

59 Voir supra, tableau no 12, p. 143.

60 Voir supra, tableau no 33, p. 170.

61 E.A. Wrigley, Société et population, p. 157-158.

62 Voir supra, tableau no 15, p. 146.

63 ibidem.

64 A propos des « classes creuses » dans la structure de la population verviétoise, voir supra, tableau no 16, p. 146 et le commentaire p. 147-148.
Sur ce sujet, voir aussi R. Darquenne, Démographie hennuyère et problèmes conscriptionnels (1795-1813), p. 43-44.

65 Voir supra, p. 143.

66 Voir supra, tableau no 32, p. 169.

67 repartition des etrangers entre 15 et 34 ans selon le sexe et l'etat matrimonial

Image

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

Table des illustrations

Titre 1. LA STRUCTURE DES AGES DE LA POPULATION VERVIETOISE ENTRE 1806 ET 1846 (*). a) En chiffres absolus
Légende (*) L’intervalle de classe de 10 ans pour les groupes d’âge compris entre 15 et 64 ans a été choisi afin de mieux suivre l’évolution de ces groupes au sein des « coupes » qui sont pratiquées de dix en dix ans.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre b) En chiffres relatifs ( %)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre FIGURE No 1. PYRAMIDE DES AGES DE LA POPULATION EN 1806
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre FIGURE No 2. PYRAMIDE DES AGES DE LA POPULATION EN 1816
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre FIGURE No 3. PYRAMIDE DES AGES DE LA POPULATION EN 1826
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre FIGURE No 4. PYRAMIDE DES AGES DE LA POPULATION EN 1836
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre FIGURE No 5. PYRAMIDE DES AGES DE LA POPULATION EN 1846
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre 2. REPARTITION PAR GROUPES D’AGE (en %)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre 3. STRUCTURE D’AGE DES ADULTES (en %)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre 4. STRUCTURE D’AGE SIMULEE ET STRUCTURE D’AGE OBSERVEE DES ADULTES EN 1826
Légende * Nous annotons (I) la structure des âges simulée qui résulterait de la seule influence de la mortalité dans l’hypothèse d’une population fermée.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre FIGURE No 6. STRUCTURES D’AGE SIMULEE ET OBSERVEE EN 1826
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre 7. EVOLUTION DES GROUPES D’AGE ADULTES
Légende (I) : structure des âges simulée.(II) : structure des âges observée.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre 9. STRUCTURE D’AGE SIMULEE ET STRUCTURE D’AGE OBSERVEE EN 1846
Légende I : Structure d’âge simulée.II : Structure d’âge observée.Sources : A.V., Registres de population, 1836, 1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre FIGURE No 7. STRUCTURES D’AGE SIMULEE ET OBSERVEE EN 1846
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre 12. STRUCTURE D’AGE DES IMMIGRANTS
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre 13. STRUCTURE DES AGES DES ADULTES DE 45 ANS ET PLUS
Légende Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre 14. STRUCTURE D’AGE SELON LE SEXE (nombres absolus)
Légende Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1816, 1826, 1836 et 1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre 15. STRUCTURE DES AGES SELON LE SEXE (nombres relatifs)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre 16. TAUX DE MASCULINITE PAR GROUPES D’AGE
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre FIGURE No 8. TAUX DE MASCULINITE DANS LES GROUPES D’AGE DE 15 A 34 ANS
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre 18. AGE AU MARIAGE ET TAUX DE MASCULINITE
Légende (a) voir supra, p. 98.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre 19. REPARTITION PAR GROUPES D’AGE ET PAR ETAT MATRIMONIAL (en nombres absolus)
Légende Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre 20. REPARTITION PAR GROUPES D’AGE ET PAR ETAT MATRIMONIAL (en nombres relatifs)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre 21. REPARTITION DES ADULTES SELON LE SEXE ET L’ETAT MATRIMONIAL (en nombres absolus)
Légende Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 22. REPARTITION DES ADULTES SELON LE SEXE ET L’ETAT MATRIMONIAL (en nombres relatifs)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre 23. REPARTITION DES ADULTES DU SEXE MASCULIN SELON L’AGE ET L’ETAT MATRIMONIAL (en %)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre 24. REPARTITION DES ADULTES DU SEXE FEMININ SELON L’AGE ET L’ETAT MATRIMONIAL (en %)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre FIGURE No 9. REPARTITION DES ADULTES SELON LE SEXE ET L’ETAT MATRIMONIAL (en centaines)
Légende Légende :C = célibatairesM = marié(e)sV = veufs/veuves
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre 27. REPARTITION DES MENAGES SELON LEUR TAILLE
Légende Sources : A. V., Registres de population, 1806, 1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre 28. REPARTITION DES ENFANTS DE MOINS DE DOUZE ANS SELON LA TAILLE DES MENAGES
Légende (a) : rapport entre le nombre d’enfants de moins de douze ans et le nombre de ménages (tableau no 27, p. 162).Sources : Registres de population, 1806, 1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 29. NOMBRE DE MENAGES PAR MAISON
Légende Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre 31. REPARTITION DES HABITANTS PAR MAISONS
Légende Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre 33. REPARTITION DES IMMIGRES SELON LA DISTANCE QUI SEPARE LE LIEU D’ORIGINE DE VERVIERS
Légende Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre 34. REPARTITION DES IMMIGRANTS PAR COMMUNE D’ORIGINE DANS L’AIRE D’ATTRACTION DE VERVIERS EN 1806 ET 1846
Légende Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 35. REPARTITION PAR COMMUNES DE LA POPULATION ET DES IMMIGRANTS ORIGINAIRES DE L’AGGLOMERATION VERVIETOISE (1806-1846) (en %)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre 37. REPARTITION DES ETRANGERS PAR PAYS D’ORIGINE
Légende Sources : A.V., Registres paroissiaux, 1806, 1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre 38. REPARTITION DES IMMIGRES ALLEMANDS SELON LEUR LIEU D’ORIGINE
Légende Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre 40. STRUCTURE DES AGES DE LA POPULATION IMMIGREE ET DE LA POPULATION VERVIETOISE DANS SON ENSEMBLE. a) En nombres absolus
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre b) En nombres relatifs
Légende Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre 41. STRUCTURE DES AGES DES IMMIGRANTS DE 1799-1806 ET DE 1840-1846
Légende Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 43. REPARTITION PAR AGES DES IMMIGRES ORIGINAIRES DE LA REGION VERVIETOISE ET DES ETRANGERS (en %)
Légende Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 44. STRUCTURE DES AGES DE LA POPULATION IMMIGREE SELON LE SEXE. a) en nombres absolus
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre b) en nombres relatifs
Légende Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 47. STRUCTURE DES AGES SELON LE SEXE ET TAUX DE MASCULINITE PAR AGE CHEZ LES ETRANGERS
Légende Sources : A V., Registres de population, 1806, 1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre 48. STRUCTURE DE LA POPULATION IMMIGREE SELON L’ETAT MATRIMONIAL. a) En nombres absolus
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre b) En nombres relatifs
Légende Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre 49. STRUCTURE DES IMMIGRANTS DE 1799-1806 ET 1806-1846 SELON L’ETAT MATRIMONIAL. a) En nombres absolus
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre b) En nombres relatifs
Légende Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre 50. STRUCTURE DES AGES DES ETRANGERS CELIBATAIRES ET MARIES. a) en 1806
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre b) en 1846
Légende Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre CARTE No 2. L’AIRE GEOGRAPHIQUE D’ATTRACTION DE VERVIERS EN 1846
Légende Sources : A.V., Registres de population, 1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre FIGURE No 10. PYRAMIDE DES AGES DE LA POPULATION IMMIGREE ADULTE (en centaines)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6141/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search