Version classiqueVersion mobile

Le donateur, l’offrande et la déesse

 | 
Clarisse Prêtre

Identification d’une déesse : questions sur l’Aphrodite argienne

Francis Croissant

Résumé

Le sanctuaire découvert à Argos en 1967 et fouillé jusqu’en 1974 ne posait pas à proprement parler de problème d’identification : une mention explicite de Pausanias, confirmée par diverses dédicaces inscrites, ne laissait guère de doute sur son attribution à Aphrodite. Pourtant la personnalité de la déesse argienne reste difficile à cerner précisément. Les ex-voto conservés — essentiellement des figurines de terre cuite — sont fort nombreux, mais le type le plus fréquent, celui de la « Dame assise », se retrouve dans tous les sanctuaires féminins de la région, ce qui trahit une certaine indifférence des dédicants à la signification intrinsèque des offrandes. Et l’installation relativement tardive du culte, à la fin du viie siècle, comme la claire articulation topographique du sanctuaire sur le premier édifice civique d’Argos, le théatron à gradins droits où siègera l’assemblée du peuple, invitent à mettre d’abord l’accent sur le rôle politique de la déesse.

Texte intégral

  • 1 BCH 92 (1968), p. 1021-1039 ; BCH 93 (1969), p. 986-1013 ; BCH 95 (1971), p. 745-747 ; BCH 96 (1972 (...)
  • 2 Voir BCH 98 (1974), p. 761-763.
  • 3 Voir BCH 93 (1969), p. 1009-1012.

1En 1967 furent découverts dans le quartier Sud d’Argos, à l’occasion d’une fouille de contrôle confiée par le Service des Antiquités à l’École française, les vestiges d’un petit sanctuaire, dont la fouille devait se poursuivre jusqu’en 19741. Situés juste au Sud de l’Odéon romain (Fig. 1), sur un terrain vague appartenant à la Municipalité, où devait être aménagé un parc de stationnement destiné aux visiteurs du Théâtre, ils ont pu être conservés en place, à ciel ouvert (Fig. 2), et même s’ils ne sont pas très spectaculaires, et attendent toujours un véritable aménagement, ils rendent visibles non seulement les principales structures — le temple, dont les fondations sont en partie creusées dans le roc, une terrasse, un autel et une stoa d’époque archaïque —, mais aussi l’un des points forts de la topographie antique d’Argos : nous verrons l’importance historique d’un grand escalier taillé dans le roc, découvert entre le sanctuaire et les ruines de l’Odéon2. L’état de dévastation dans lequel nous sont parvenues ces structures requiert évidemment une explication : dans la mesure où la fin du sanctuaire est précisément datée par la présence dans la dernière couche de destruction de nombreuses monnaies d’Arcadius3, il est probable que les bâtiments furent systématiquement démontés, et les offrandes précieuses dispersées dès la fin du ive siècle à la suite de l’édit de Théodose. Aussi les seuls ex-voto qui aient subsisté sont-ils la céramique et les terres cuites, déjà enfouies au moment du saccage.

  • 4 L’espace grec, Paris, 1996, pl. p. 114 et 118 ; M. Piérart, G. Touchais, Argos, une ville grecque d (...)

2Bien que les monuments ne soient guère conservés qu’au niveau des fondations, l’organisation générale du sanctuaire est lisible, et une reconstitution du Temple, petit édifice dorique construit au ve siècle, et dont les proportions étaient à peu près celles du Trésor des Athéniens à Delphes (Fig. 3), a pu être intégrée au plan et à la maquette du quartier de l’Agora et du Théâtre, dans son état du ier siècle de notre ère4.

  • 5 Voir BCH 93 (1969), p. 986 fig. 1, et BCH 97 (1973), p. 476 fig. 3.
  • 6 Sur les grandes étapes de l’histoire du sanctuaire, voir BCH 93 (1968), p. 986-1013.
  • 7 R.M. Dawkins, The Sanctuary of Artemis Orthia at Sparta, Londres, 1929, p. 249-284, pl. 179-200.
  • 8 Voir notamment ibid. pl. 190.
  • 9 Voir Polydipsion Argos, Athènes, 1992 (BCH, suppl. 22), p. 86, pl. 31-32.

3Le plan de la fouille est complexe5, dans la mesure où l’occupation, qui remonte au début du Bronze Moyen, s’est poursuivie jusqu’à l’époque byzantine, et il n’est pas question d’entrer ici dans le détail6. On notera seulement que l’installation du sanctuaire est relativement tardive, et qu’elle intervient sur un site déserté depuis la fin du Mycénien IIIc, où aucune trace de culte antérieur n’a pu être relevée : la réponse au fameux problème de la transition ou de la rupture entre l’âge du Bronze et l’âge du Fer est ici particulièrement simple. Car si l’on en juge par les offrandes les plus anciennes, on ne peut guère situer la construction de l’oikos primitif, dont la fondation restera englobée dans celle du temple classique, avant la fin du viie siècle. C’est en tout cas la date que suggèrent deux statuettes portant la ceinture et la pélerine « dédaliques » (Fig. 4), et quelques pinakes « orientalisants » (Fig. 5). L’un d’eux, qui représente le Maître des Fauves (Fig. 6), est en plomb moulé, et se rattache à une série très originale de figurines miniatures : il s’agit à l’évidence d’une production locale, complètement indépendante de la production laconienne, très abondante au sanctuaire d’Artémis Orthia7, dont il n’y a ici que quelques exemples (Fig. 7)8, caractérisés par une technique toute différente, en tôle estampée et découpée, alors que les figurines argiennes sont au contraire moulées en ronde bosse sur leurs deux faces, et reproduisent plusieurs types de kouros et de korés, dont l’une paraît être une Gorgone (Fig. 11). Trouvés pour la plupart dans le remblai d’une stoa de la fin du vie siècle, ces objets peuvent néanmoins être datés au plus tard du début du siècle, en raison de leurs affinités immédiates avec les terres cuites associées à la fondation du premier temple. Les kouroi (Fig. 8) constituent évidemment le contexte stylistique local des statues argiennes de Delphes, et les korés (Fig. 10) portent des robes historiées ornées de frises d’animaux qui évoquent la céramique du Corinthien Ancien. Et ces visages trapus, tendus en avant, très caractéristiques du style argien du début de l’Archaïsme, sont attestés aussi par plusieurs exemplaires du type de la Dame assise en terre cuite (Fig. 9, 12), qui doivent être parmi les plus anciens9 : ils étaient en tout cas associés à une série de vases miniatures (Fig. 13) dans un « dépôt de fondation » trouvé sous le pronaos du temple du ve, et apparemment constitué d’ex-voto récupérés lors de la destruction de l’oikos primitif.

  • 10 Voir BCH 92 (1967), p. 1028.
  • 11 Je ne reproduis ici que les deux plus complètes, celles du fragment d’hydrie C.10701 (ἀνέθεϰε τφρο (...)
  • 12 Paus., II, 20, 8. Voir BCH 92 (1967), p. 1030.
  • 13 Voir BCH 31 (1907), p. 182-183.
  • 14 V. Pirenne-Delforge, L’Aphrodite grecque, Athènes/Liège, 1994 (Kernos, suppl. 4), p. 154- 160, et 4 (...)

4Le problème de l’identification du sanctuaire, grâce à la découverte, dès la première campagne10, d’une série de dédicaces gravées sur des offrandes céramiques (Fig. 14,15)11, fut très vite résolu, en dépit d’une apparente contradiction avec le témoignage de Pausanias. Selon celui-ci12, le sanctuaire d’Aphrodite aurait été en effet situé υπερ τ θέατρον, ce que l’on avait traduit jusque-là par « au-dessus du théâtre ». Et comme il y avait précisément, juste au-dessus de l’Odéon, sur les premières pentes de la Larissa, une chapelle de St Georges, c’est là que depuis longtemps voyageurs et érudits s’étaient obstinés à chercher le sanctuaire vu par le Périégète13. Mais dès lors que l’on en trouvait les restes au pied de la colline, la solution était simple : ὑπέρ signifiait ici en réalité non pas « au-dessus » mais « au-delà », et Pausanias voulait dire seulement que, venant du Nord, il avait d’abord vu le théâtre avant de visiter l’Aphrodision. Mais ce texte, peu explicite sur le sanctuaire lui-même, décrivait avec précision une offrande remarquable, située « devant la statue », que nous n’avons évidemment pas retrouvée, mais qui n’en est pas moins significative : une stèle à relief représentant la poétesse Télésilla, dont les exploits guerriers avaient sauvé la cité assiégée par le roi de Sparte Cléomène au début du ve siècle. Vinciane Pirenne-Delforge a toutefois bien montré qu’il ne fallait pas surinterpréter ce texte, qui n’autorise nullement à faire de la déesse argienne une Aphrodite armée14, et nous verrons que les offrandes confirment son point de vue.

  • 15 Voir Fr. Croissant, « Note de topographie argienne », BCH 96 (1972), p. 137-154.

5En 1970 enfin, la découverte d’une petite base de statue portant une dédicace inscrite vint apporter une indication décisive sur la situation topographique du sanctuaire15 : un certain Timanthès, consacrant à Cypris l’image de sa fille Timanthis, qui avait été prêtresse, désignait le lieu de la consécration comme le « sanctuaire du Prôn », et cette désignation confirmait l’identification du théatron à gradins droits, taillés dans le rocher, situé juste au N de notre sanctuaire, qui avait précédé l’Odéon, avec le lieu de réunion des assemblées politiques et judiciaires, l’Haliaia. On verra que cette proximité entre l’Aphrodision et ce centre de la vie civique n’était sans doute pas due au hasard. Dans l’immédiat, cette inscription permettait en tout cas de reconstituer sûrement une partie de l’itinéraire de Pausanias (Fig. 16). Venant du N en longeant le flanc oriental de la Larissa, il était passé devant le Théâtre, puis, négligeant l’Odéon, avait visité l’Aphrodision, avant de « redescendre », selon sa propre expression, vers l’Agora, en empruntant une direction qui, nous le verrons, lui était pratiquement imposée par la topographie urbaine.

6La divinité étant ainsi identifiée d’emblée, on se trouvait donc devant un cas privilégié, où l’analyse des offrandes devait par hypothèse permettre de définir les traits caractéristiques d’une iconographie spécifiquement liée au culte de l’Aphrodite argienne.

7Extrêmement abondant mais terriblement fragmentaire, le matériel comprenait beaucoup de céramique, par nature peu parlante, et encore davantage de terres cuites, que j’examinerai ici rapidement, en commençant par celles dont l’iconographie était en quelque sorte attendue. Naturellement, on ne pouvait s’étonner d’y trouver des oiseaux, en effet nombreux dès l’origine. Les types, peu déterminés au vie siècle, à l’exception de quelques exemplaires d’une femme assise sur un oiseau à long cou (Fig. 17), deviendront mieux caractérisés au Ve, où l’on peut les désigner comme des « colombes » (Fig. 18), parfois d’assez grand format (jusqu’à une vingtaine de cm). Mais on retrouve ces colombes, à l’époque du style sévère, comme attribut d’un type de figurine féminine assise (Fig. 19), qui semble remplacer ici celui de la « koré à l’oiseau », beaucoup plus rare, même si l’on y rattache une variante portant un coq. Car les korés debout, de type corinthien (Fig. 20), et quelques exemplaires de grandes protomés à buste portent le plus souvent un fruit, voire deux. Et l’on consacre aussi parfois des représentations de fruits ronds, qui sont sans doute des pommes. Soulignons toutefois d’emblée que ces offrandes « parlantes » ou supposées telles — oiseaux et fruits — restent minoritaires, et cela dès le vie siècle.

  • 16 Olympische Forschungen 12 (1979), n° 310, p. 79 et 221, pl. 36.
  • 17 BCH 93 (1969), p. 996, et 999 fig. 26. Sur Aphrodite Epitragia, voir Pirenne-Delforge, o.c. (n. 14) (...)

8Quant aux figurines d’animaux, le plus souvent modelées, qui sont en revanche relativement nombreuses, le répertoire en est plutôt banal : des bovidés (Fig. 21), des béliers (Fig. 22), des chiens, peut-être quelques loups (Fig. 23), et quelques cervidés, dont nous allons reparler. On notera en tout cas l’absence de chevaux, si l’on met à part ceux des cavaliers (sur lesquels nous reviendrons), et celui d’un type exceptionnel, une figure féminine montant en amazone (Fig. 24), selon un schéma plutôt rare, connu depuis l’époque géométrique, notamment à Olympie16, où l’on s’est généralement borné à y reconnaître une « cavalière ». Or ce schéma est précisément celui qu’illustre une autre figurine exceptionnelle de l’Aphrodision, où la « déesse » est assise sur un animal différent, où l’on ne peut guère reconnaître qu’un bouc (Fig. 25, 26), et dont, malgré l’imprécision fort peu naturaliste de ces représentations modelées, la différence est flagrante, pour le type de la tête, avec les chevaux argiens. On s’est donc demandé depuis longtemps s’il n’y avait pas là une représentation ancienne d’Aphrodite Epitragia, mais le type n’apparaît pas par ailleurs dans l’iconographie avant le ive siècle17. En l’absence de tout parallèle contemporain, la question reste ouverte : tout ce que l’on peut dire est que cette image tout à fait isolée ne saurait refléter à elle seule un aspect majeur de l’Aphrodite argienne au vie siècle.

  • 18 À l’exception notable de quelques petits bronzes : voir Cl. Rolley, RA (1975), p. 2-12, et des plom (...)
  • 19 R.J.H. Jenkins, « Archaic Argive Terracotta Figurines to 525 B.C. », ABSA 32 (1931-32), p. 23-40, p (...)

9De toute façon, quelle que soit la signification intrinsèque de telles offrandes, elles apparaissent comme très marginales par rapport au type prédominant que constitue la « Dame assise », entièrement modelée (Fig. 27, 28, 29), avec une tête au nez pincé entre deux doigts, les yeux en pastilles collées de part et d’autre, et un torse en ruban, figurant la « jupe » en vue de face, appuyé à l’arrière sur deux tenons obliques qui constituent les pieds du siège (Fig. 32). L’ensemble est de production locale et relève d’une création plastique réellement populaire, encadrée dans une typologie répétitive, mais où l’imagination individuelle des artisans se donne libre cours à travers des recherches expressives et décoratives, notamment dans le modelage des têtes (Fig. 29), où le stéréotype se traduit chaque fois par un geste artisanal différent. Tous les formats sont représentés, depuis les plus modestes (certaines figurines ne mesurent que quelques centimètres) jusqu’à des créations relativement ambitieuses (Fig. 31, 32, 33), qui ne font que développer les potentialités du type, en particulier par l’insertion de visages moulés et l’enrichissement de la parure : celle-ci est modelée, mais souvent très élaborée, et la fantaisie des coroplathes s’y exprime, avec, au moins au début du vie siècle, un raffinement miniaturiste très remarquable (Fig. 12, 30). Puis ces recherches font place dans le courant du siècle à une surcharge décorative qui exploite le grand format (jusqu’à 40 cm env.), où les visages deviennent des éléments de différenciation majeurs. La technique du visage moulé favorise en effet une très grande variété de types (Fig. 34, 35, 36, 37, 38) : il y a là un véritable domaine de création, qui fournit en fait la seule documentation directe et concrète sur le style argien entre (Poly)médès, le sculpteur de Delphes, et Polyclète18. La chronologie interne de ce matériel, malgré une tentative de Jenkins qui remonte à 193219, reste à établir, mais il s’agit d’une production aussi originale que Cléobis et Biton au début du siècle, et non moins isolée du point de vue stylistique. Elle pose notamment le problème de la relation entre les ateliers de coroplathes et les ateliers de bronziers, qui devaient logiquement être restés prédominants à Argos.

  • 20 M. Guggisberg, « Terrakotten von Argos : ein Fundcomplex aus dem Theater », BCH 83 (1959), p. 761, (...)
  • 21 Voir notamment A. Barakari-Gleni, E. Peppa-Papaioannou, « A new Cult Place of the Archaic Period in (...)
  • 22 BCH 112 (1988), p. 167-227 (voir en part. p. 170, fig. 3).
  • 23 J.-Ch. Moretti, in A. Pariente, G. Touchais (éds), Argos et l’Argolide, topographie et urbanisme, A (...)
  • 24 A. Frickenhaus, Tiryns I (1912), pl. 1, 1-3.
  • 25 Ch. Waldstein, The Argive Heraion II (1905), pl. 42-45.
  • 26 Jenkins, o.c. (n. 19), p. 27-28, pl. 12, 2 et 4.
  • 27 O.c. (n. 19), p. 31-33, pl. 15.
  • 28 Perachora I, 245, pl. 110.

10L’importance de ce matériel pour l’histoire des styles archaïques est donc évidente. Mais il est clair que l’on ne saurait en dire autant de sa contribution à l’iconographie religieuse. Devant cette image inlassablement répétée d’une femme assise sur un trône, dans une attitude majestueuse, les bras ouverts, la poitrine couverte d’une parure somptueuse (grand pectoral attaché aux épaules par d’énormes fibules, elles-mêmes décorées de rosettes, et doublé par de lourds colliers, souvent ornés de pendentifs en forme de fruits), on admettra en tout cas que la question de son identification (comme une mortelle ou une déesse) ne se pose guère : il s’agit évidemment d’une déesse. Mais sommes-nous en droit d’y reconnaître Aphrodite ? On sait que ce type de figurine n’est nullement une exclusivité de notre sanctuaire, et qu’il est même largement attesté dans toute l’Argolide, et à Argos même, dans les environs du Théâtre, notamment dans une fosse trouvée en 1982 sous la parodos N20, et surtout dans plusieurs dépôts votifs, encore inédits, mis au jour par les fouilles du Service des Antiquités en divers points de la ville21. Que le matériel du Théâtre, publié par M. Guggisberg quelques années plus tard22, ait fait partie, comme il le proposait, d’un dépotoir d’atelier ou indique plutôt, comme l’a proposé depuis non sans vraisemblance J.-Ch. Moretti, la présence à cet endroit d’un autre sanctuaire23, le fait est qu’il reproduit, au moins partiellement, le même type iconographique. Or ce type se retrouve non seulement, on vient de le voir, dans d’autres dépôts votifs de la ville, apparemment anonymes, et que l’on n’a aucune raison de mettre en relation avec Aphrodite, mais aussi dans un autre sanctuaire d’Argolide, fouillé depuis longtemps, l’Héraion de Tirynthe24, et dans le grand sanctuaire de la plaine, l’Héraion de Prosymna25 : l’un des types les plus anciens de l’Aphrodision (Fig. 12), y est d’ailleurs attesté, que l’on retrouve à l’Héraion de Pérachora26, avec des exemplaires de ce que Jenkins appelait le « style orné »27, autre création argienne bien diffusée en Corinthie (Fig. 39, 40)28.

11La première conclusion à tirer de ce rapide bilan est donc que la Dame assise, si elle ne saurait, au sens strict, représenter Aphrodite ou Héra, paraît être en tout cas caractéristique des cultes féminins : on n’en a pas d’exemple à ma connaissance dans des sanctuaires de divinités masculines. Au demeurant une autre catégorie de terres cuites qui est aussi une exclusivité féminine est bien représentée à l’Aphrodision d’Argos, les protomés, qui n’y apparaissent pas avant la fin du vie siècle, mais semblent avoir la faveur du public durant tout le ve, et peut-être au ive siècle, compte tenu de l’abondance des exemplaires et de la diversité des types. Il s’agit en majorité de protomés à plastron (Fig. 41) ou à buste drapé (Fig. 42), souvent d’importation corinthienne mais pour l’essentiel de production locale, parfois très originale (Fig. 43). En l’absence de matériel comparable pour l’époque classique dans les sanctuaires de la région, il n’est guère possible de mesurer le degré de « banalité » de ces offrandes (comme pour la Dame assise), mais on peut toujours se poser la question d’une relation spécifique avec Aphrodite. Or sauf exception (par ex. une grande protomé tenant un fruit), elles sont dépourvues d’attributs : la destinataire de ces offrandes pourrait être aussi bien Artémis, Héra, Athéna ou Déméter.

12Par conséquent, si l’on veut chercher dans le reste du matériel votif ce qui pourrait illustrer une relation, propre à ce sanctuaire et à ce culte, entre le dédicant (ou la dédicante) et la déesse, on devra se tourner vers une autre grande catégorie d’offrandes, les statuettes féminines debout.

  • 29 Voir par ex. Perachora I, 257 ; mais seule la tête est comparable.

13La série commence apparemment, au début du vie siècle, par un type assez mystérieux : modelé selon une technique exceptionnelle, avec un nez pincé en bec d’oiseau (dont on a des exemples à Corinthe, mais dans un contexte assez différent29), et en partie rehaussé de vernis noir (les yeux sont indiqués par un point), il représente une femme debout, aux cheveux longs retombant en nappe dans le dos, coiffée d’un polos plat en anneau et portant un grand collier pectoral orné de points noirs (Fig. 46). Les deux bras, tendus en avant à l’horizontale, semblent présenter chacun un objet en forme d’étoile à quatre branches, dont les extrémités sont marquées d’un point noir, tandis qu’un cinquième point marque le centre. Attesté par un exemplaire complet et plusieurs fragments de torses, ainsi que plusieurs « étoiles » encore collées à des fragments de bras, il pose d’abord le problème de cet objet lui-même, dont on ne voit pas à quelle réalité archéologique il peut correspondre. Et le problème est d’autant plus irritant que la forme en est attestée indépendamment par d’autres offrandes. On a en effet plusieurs exemplaires d’étoiles de plus grand format, les unes sans décor (Fig. 44), mais percées au centre, les autres plus élaborées, où l’on retrouve les cinq points noirs, entourés de cercles concentriques estampés (Fig. 45). Ces derniers, décorés d’un seul côté et apparemment décollés d’un bras, impliquent donc l’existence de figurines semblables, mais de facture plus soignée et, pour certaines, un peu plus grandes, dont aucun autre fragment n’a pu être identifié.

  • 30 BCH 93 (1969), p. 996.
  • 31 Voir ci-après n. 34.
  • 32 L.e., p. 172.
  • 33 Voir Guggisberg, o.e. (n. 22), p. 172.
  • 34 Waldstein, o.e. (n. 25), pl. 44, 3.
  • 35 Un exemplaire du type trônant a toutefois été trouvé, avec d’autres figurines argiennes, à l’Agamem (...)

14Quelle que soit la nature exacte de ces « étoiles » (sur lesquelles je vais revenir), le type, pris dans son ensemble, illustre bien l’ambiguïté des représentations plastiques consacrées dans les sanctuaires féminins : c’est le cas ou jamais de se demander s’il ne pourrait pas s’agir ici d’une dédicante, ce que j’avais d’ailleurs explicitement admis en 1968, dans mon rapport préliminaire, en la désignant comme une « adorante présentant des offrandes »30. Formule imprudente, comme nous allons voir, car ce type debout, dont on pouvait être tenté, à première vue, d’interpréter l’attitude comme déférente, coexiste en fait avec un type trônant (Fig. 47, 48), également bien attesté dans le sanctuaire, dont la posture majestueuse ne peut évidemment convenir qu’à la divinité elle-même, bien que le personnage présente les mêmes prétendues « offrandes ». A-t-on même le droit de tenir ces mystérieux objets comme particulièrement liés au culte de l’Aphrodite argienne ? Leur présence dans d’autres sanctuaires31 oblige malheureusement à en douter : M. Guggisberg, en 1988, à propos de quelques exemplaires d’« étoiles » indépendantes trouvés dans le dépôt du Théâtre d’Argos, a évoqué la question, toujours non résolue, de ce qu’il appelle des « croix », et que J.M. Cook prenait bizarrement pour des « oiseaux »32 Le fait est que ce type d’objets est attesté aussi bien à l’Héraion qu’à Tirynthe et à Némée33, mais intégré à d’autres contextes (par ex., sur une statuette de l’Héraion, où il joue clairement le rôle de fibule34), et qu’actuellement le type de nos statuettes est surtout représenté à l’Aphrodision d’Argos35, où il est décliné en plusieurs variantes, et en plusieurs formats différents. Mais cela ne nous avance guère quant à son interprétation, car la nature des « étoiles » collées sur les bras reste énigmatique : il est peu probable en tout cas qu’il s’agisse seulement à l’origine de grosses fibules (qui dans le cas de nos statuettes seraient placées de manière absurde), et la version détaillée n’en est pas pour autant plus explicite. De toute façon, il faut bien admettre que ces curieux « ex-voto » ne nous apprennent rien ni sur la personnalité de la déesse, ni sur les modalités du culte et les relations que les dédicants entretenaient avec elle.

  • 36 Waldstein, o.c. (n. 25), pl. 46 ; Frickenhaus, o.c. (n. 24), pl. 6, 8 et 9.

15On en dira d’ailleurs autant des nombreuses figures féminines debout qui vont leur succéder dans le sanctuaire au vie et au ve siècles. Depuis les petites figures modelées du début du vie siècle, provenant le plus souvent de groupes dont on n’a que des fragments (Fig. 49), jusqu’aux statuettes moulées, parfois très raffinées, de la fin de l’Archaïsme récent et du style sévère inspirées des korés ionisantes de l’Acropole d’Athènes (Fig. 50, 51), en passant par les figurines corinthiennes à polos (Fig. 56), la diversité des types et des formats est grande, mais il s’agit le plus souvent de types non caractérisés, et généralement attestés ailleurs, notamment à l’Héraion et à Tirynthe36. Au demeurant ces figures sont dans leur grande majorité dépourvues d’attributs. Et quand elles en ont, ce n’est certainement pas grâce à eux que nous aurions pu identifier le sanctuaire comme un Aphrodision. Même si elles restent très exceptionnelles, des figurines portant un arc (Fig. 55), un petit animal (lièvre ou faon), ou armées d’un bouclier (Fig. 52), évoqueraient en effet plutôt Artémis ou Athéna, et leur seule présence suffit à relativiser la signification des attributs plus fréquents que sont, nous l’avons vu, les fruits ou les oiseaux, d’ailleurs attestés dans d’autres sanctuaires. Car tous ces attributs paraissent en réalité faire partie de la même koiné votive, où les types sont pratiquement interchangeables, et au sein de laquelle le choix de l’offrande par le dédicant apparaît comme assez aléatoire : pour dire les choses simplement, on a l’impression que celui-ci offre à la divinité ce qu’il trouve, ce qu’il a les moyens d’acheter sur place, ou ce qu’il a pu apporter avec lui.

16Et il ne s’agit pas là, comme on pourrait croire, d’un phénomène tardif : si l’on peut admettre qu’à l’époque archaïque le type de la Dame assise ait pu sembler convenir indistinctement à toutes les divinités féminines, on ne saurait en dire autant d’un autre type presque aussi répandu, celui du cavalier, armé du bouclier argien, qui même s’il n’est pas aussi abondamment représenté que dans d’autres dépôts d’Argos, est tout de même fréquent à l’Aphrodision (Fig. 54). Devra-t-on y voir une illustration de la fonction guerrière que le texte de Pausanias pourrait faire attribuer à notre déesse argienne ? La petite statuette d’Athéna est complètement isolée, et l’on m’accordera qu’il y faudrait d’autres indices. À moins qu’il ne s’agisse d’une présence d’Arès, mais elle serait alors curieusement marginale, si l’on songe que les deux divinités partageaient à égalité un autre sanctuaire : j’y reviendrai tout à l’heure. Retenons pour le moment que ces objets, que l’on s’accorde, faute de mieux, à considérer comme des représentations d’un « héros cavalier » local, dont nous ne savons rien, étaient à l’occasion consacrés aussi à Aphrodite (comme d’ailleurs, en quantités variables, à toutes les divinités de la région). Et cette constatation relativise l’étonnement que pourrait susciter l’existence parmi nos offrandes, dès les débuts du sanctuaire de quelques représentations masculines (Fig. 53), d’ailleurs toutes plus ou moins atypiques, et auxquelles on peut même joindre deux centaures.

  • 37 Areh Delt 22 (1967), p. 178-179 ; 23 (1968), p. 131-132 ; BCH 94 (1970), p. 961, fig. 151-152. Sur (...)

17Au terme de ce trop long inventaire, indispensable si l’on voulait poser clairement le problème de la signification religieuse des offrandes, c’est-à-dire tenter de deviner ce qu’elles représentaient aux yeux de ceux qui les consacraient, on aura compris que mes conclusions ne sauraient être que relativement pessimistes. Mais il y a encore beaucoup de matériel inédit dans les réserves, provenant de divers sondages effectués à Argos et dans ses environs, notamment sur le site d’un sanctuaire anonyme trouvé à Kourtaki37 : on peut donc espérer que la publication de ces trouvailles soit un jour l’occasion d’un réexamen global et systématique de l’ensemble du matériel livré par les sanctuaires de l’Argolide, depuis les anciennes fouilles de l’Héraion et de Tirynthe ; ce serait le seul moyen de savoir si dans la koinè votive dont je parlais tout à l’heure, certaines offrandes étaient clairement réservées à Héra ou à telle ou telle autre divinité. En ce qui concerne notre sanctuaire, il faut bien constater en tout cas que, sans le témoignage de Pausanias, ce ne sont pas les ex-voto de terre cuite qui auraient pu nous révéler sûrement l’identité de la déesse.

18Ce qu’ils n’auraient pas non plus permis de comprendre, c’est la place qu’elle occupait dans le panthéon argien, ni le rôle que pouvait jouer son culte dans le fonctionnement de la cité. Et si de ce point de vue nous ne sommes pas tout à fait démunis, c’est encore grâce au texte de Pausanias, et aux observations fournies par la fouille sur la topographie du site.

  • 38 Cette hypothèse n’est bien entendu pas nouvelle, puisqu’elle a été formulée il y a plus de vingt an (...)
  • 39 Voir Marchetti, BCH 124 (2000), p. 278-289.
  • 40 L’idée que l’installation du théatron à gradins droits était nécessairement liée à l’apparition des (...)
  • 41 Pirenne-Delforge, o.e. (n. 14), p. 167-168. Voir aussi G. Pironti, Entre eiel et guerre. Figures d’ (...)

19Sur un plan restitué du centre urbain dans son état du ve siècle av. J.-C., il est en effet assez évident que l’Aphrodision occupe une position privilégiée (Fig. 57), juste à côté du théatron à gradins droits, où se tiendront les assemblées du peuple à l’époque de la démocratie, et face à la zone de l’Agora, à laquelle devait la relier une rue ancienne, antérieure en tout cas au grand portique du ve siècle, dont elle peut seule expliquer la bizarre orientation oblique de la façade S38 : l’ensemble Haliaia-Aphrodision, dont les structures (fondations, escalier d’accès, gradins droits) sont taillées dans le roc selon la même technique et doivent être contemporaines, apparaît ainsi clairement comme le point d’aboutissement d’un axe de circulation E-O, antérieur aux aménagements de l’Agora classique, mais qui se maintiendra au moins partiellement jusqu’à l’époque impériale, puisque c’est sans doute celui qu’empruntera Pausanias huit siècles plus tard pour « redescendre » de l’Aphrodision. Replacé dans le cadre général du réseau urbain antique, dont les sondages permettent de reconstituer les grandes lignes (Fig. 58)39, cet axe coïncide évidemment, à son autre extrémité, avec l’une des rues qui donnaient accès à la ville du côté Est, et dont plusieurs tronçons ont été localisés (A1, A2, A3, A5, A6 sur le plan). Le fait que cet axe majeur, qui traversait l’agora, aboutisse à l’O à l’Aphrodision et à l’escalier qui menait aux gradins de l’Haliaia paraît donc impliquer que la déesse ait été étroitement associée dès la fondation du sanctuaire, bien avant l’avènement de la démocratie, au fonctionnement politique de la cité40. Dans ces conditions, peut-être ne faut-il pas trop s’étonner de la fondation relativement tardive du sanctuaire ni de la faible caractérisation iconographique des offrandes : la fonction essentielle de l’Aphrodite du Prôn était sans doute de protéger les institutions civiques, ce qui au demeurant n’avait rien d’exceptionnel, puisque comme on sait ce rôle politique de la déesse est largement attesté ailleurs. Mais le cas d’Argos est de ce point de vue spécialement intéressant : Vinciane Pirenne-Delforge a fort bien montré, en effet, que l’autre sanctuaire d’Aphrodite mentionné par Pausanias (II, 25,1) — un sanctuaire double, où elle était associée à Arès, situé au N de la ville sur la route de Mantinée — impliquait une sorte de partage des rôles entre les deux divinités41, Arès, dont la cella était orientée vers l’O, étant chargé de défendre la cité contre ses ennemis extérieurs, tandis qu’Aphrodite, tournée vers l’E, c’est-à-dire vers la ville, en garantissait l’harmonie interne par la concorde entre les citoyens.

  • 42 Voir M.-F. Billot, OAth 22-23 (1997-1998), p. 17-19.

20Il s’agirait donc bien dans les deux cas de la même Aphrodite, qui pourrait presque faire figure ici de divinité « poliade », si la place n’était déjà prise, à la fois par la grande déesse de la plaine, Héra, et aussi, même si son rôle est relativement difficile à cerner, par la véritable « titulaire », dont le temple se dressait sur la Larissa, Athéna Polias42. Faut-il donc s’étonner qu’au moment de rendre hommage par un agalma, humble ou somptueux, à l’une de ses trois protectrices, le citoyen d’Argos ait pu avoir, plus ou moins confusément, le sentiment d’honorer la même divinité ?

Liste des illustrations

21Fig. 1. Argos, Quartier Sud, plan général des fouilles.

22Fig. 2. Argos, Aphrodision, vue générale de l’E.

23Fig. 3.Argos, Aphrodision, façade Est, essai de restitution (Y. Rizakis).

24Fig. 4. Argos, C.14132.

25Fig. 5. Argos, 74.56.6. Pinax de terre cuite à relief estampé.

26Fig. 6. Argos, Pb 110.

27Fig. 7. Argos, Pb 111.

28Fig. 8. Argos, Pb 160.

29Fig. 9. Argos, C. 22403.

30Fig. 10. Argos, Pb 139.

31Fig. 11. Argos, Pb 183.

32Fig. 12. Argos, C. 22414.

33Fig. 13. Argos, vases miniatures.

34Fig. 14. Argos, C. 22356.

35Fig. 15. Argos, C.10701.

36Fig. 16. Argos, plan restitué de la région du Prôn (= BCH 96, 1972, p. 143 fig. 3).

37Fig. 17. Argos, C. 14071.

38Fig. 18. Argos, C. 14119.

39Fig. 19. Argos, C. 24548.

40Fig. 20. Argos, C. 25184.

41Fig. 21. Argos, C. 25366.

42Fig. 22. Argos, 72.1061.448.

43Fig. 23. Argos, C. 22418.

44Fig. 24. Argos, 73.653.74.

45Fig. 25. Argos, C. 22355, % avant g.

46Fig. 26. Id., face g.

47Fig. 27. Argos, C. 14115.

48Fig. 28. Argos, C. 25378.

49Fig. 29. Argos, C.26385.

50Fig. 30. Argos, C. 25006.

51Fig. 31. Argos, 73.658.90.

52Fig. 32. Argos, C. 24967, profil dr.

53Fig. 33. Id., face.

54Fig. 34. Argos, C.22419.

55Fig. 35. Argos, C. 20552.

56Fig. 36. Argos, 73.534.135.

57Fig. 37. Argos, C. 20553.

58Fig. 38. Argos, C. 20121.

59Fig. 39. Argos, C. 20461.

60Fig. 40. Perachora I, 245, pl. 110.

61Fig. 41. Argos, C. 14135.

62Fig. 42. Argos, C. 14083.

63Fig. 43. Argos, C. 14096.

64Fig. 44. Argos, C. 22410.

65Fig. 45. Argos, C. 25567.

66Fig. 46. Argos, C. 22615.

67Fig. 47. Argos, C. 24915, face.

68Fig. 48. Id., profil g.

69Fig. 49. Argos, C. 24895.

70Fig. 50. Argos, C. 14080.

71Fig. 51. Argos, C. 22421.

72Fig. 52. Argos, C.14099.

73Fig. 53. Argos, 72.1066.274.

74Fig. 54. Argos, 72.1061.940.

75Fig. 55. Argos, C. 14103.

76Fig. 56. Argos, C. 25065.

77Fig. 57. Argos, plan restitué de l’Agora au ve s. av. J.-C. (d’après BCH 119, 1995, p. 457 fig. 12).

78Fig. 58. Argos, éléments du réseau urbain antique révélés par les sondages (d’après BCH 124, 2000, p. 284 fig. 3).

Notes

1 BCH 92 (1968), p. 1021-1039 ; BCH 93 (1969), p. 986-1013 ; BCH 95 (1971), p. 745-747 ; BCH 96 (1972), p. 883-886 ; BCH 97 (1973), p. 476-481 ; BCH 98 (1974), p. 759-763 ; BCH 99 (1975), p. 696-699.

2 Voir BCH 98 (1974), p. 761-763.

3 Voir BCH 93 (1969), p. 1009-1012.

4 L’espace grec, Paris, 1996, pl. p. 114 et 118 ; M. Piérart, G. Touchais, Argos, une ville grecque de 6000 ans, Paris, 1996, fig. p. 53.

5 Voir BCH 93 (1969), p. 986 fig. 1, et BCH 97 (1973), p. 476 fig. 3.

6 Sur les grandes étapes de l’histoire du sanctuaire, voir BCH 93 (1968), p. 986-1013.

7 R.M. Dawkins, The Sanctuary of Artemis Orthia at Sparta, Londres, 1929, p. 249-284, pl. 179-200.

8 Voir notamment ibid. pl. 190.

9 Voir Polydipsion Argos, Athènes, 1992 (BCH, suppl. 22), p. 86, pl. 31-32.

10 Voir BCH 92 (1967), p. 1028.

11 Je ne reproduis ici que les deux plus complètes, celles du fragment d’hydrie C.10701 (ἀνέθεϰε τφροδίται) et du skyphos à fig. r. C. 22356 (τς φροδίτας). Voir déjà BCH 92 (1968), p. 1032 fig. 15, et BCH 93 (1969), p. 1004 fig. 34.

12 Paus., II, 20, 8. Voir BCH 92 (1967), p. 1030.

13 Voir BCH 31 (1907), p. 182-183.

14 V. Pirenne-Delforge, L’Aphrodite grecque, Athènes/Liège, 1994 (Kernos, suppl. 4), p. 154- 160, et 452-454.

15 Voir Fr. Croissant, « Note de topographie argienne », BCH 96 (1972), p. 137-154.

16 Olympische Forschungen 12 (1979), n° 310, p. 79 et 221, pl. 36.

17 BCH 93 (1969), p. 996, et 999 fig. 26. Sur Aphrodite Epitragia, voir Pirenne-Delforge, o.c. (n. 14), p. 35-40.

18 À l’exception notable de quelques petits bronzes : voir Cl. Rolley, RA (1975), p. 2-12, et des plombs mentionnés ci-dessus, p. 183.

19 R.J.H. Jenkins, « Archaic Argive Terracotta Figurines to 525 B.C. », ABSA 32 (1931-32), p. 23-40, pl. 12-16.

20 M. Guggisberg, « Terrakotten von Argos : ein Fundcomplex aus dem Theater », BCH 83 (1959), p. 761, fig. 16 ; BCH 107 (1983), p. 839-840, fig. 1.

21 Voir notamment A. Barakari-Gleni, E. Peppa-Papaioannou, « A new Cult Place of the Archaic Period in Argos », in R.F. Docter, E.M. Moormann (ed.), Proceedings of the XVth International Congress of Classical Archaeology, Amsterdam, July 12-17, 1998, Amsterdam, 1999, p. 62- 65, pl. 4-5.

22 BCH 112 (1988), p. 167-227 (voir en part. p. 170, fig. 3).

23 J.-Ch. Moretti, in A. Pariente, G. Touchais (éds), Argos et l’Argolide, topographie et urbanisme, Athènes/Paris, 1998, p. 233-235 (ci-après : Argos et l’Argolide).

24 A. Frickenhaus, Tiryns I (1912), pl. 1, 1-3.

25 Ch. Waldstein, The Argive Heraion II (1905), pl. 42-45.

26 Jenkins, o.c. (n. 19), p. 27-28, pl. 12, 2 et 4.

27 O.c. (n. 19), p. 31-33, pl. 15.

28 Perachora I, 245, pl. 110.

29 Voir par ex. Perachora I, 257 ; mais seule la tête est comparable.

30 BCH 93 (1969), p. 996.

31 Voir ci-après n. 34.

32 L.e., p. 172.

33 Voir Guggisberg, o.e. (n. 22), p. 172.

34 Waldstein, o.e. (n. 25), pl. 44, 3.

35 Un exemplaire du type trônant a toutefois été trouvé, avec d’autres figurines argiennes, à l’Agamemnonion de Mycènes : ABSA 48 (1952), p. 63, 11, fig. 26, pl. 22 ; voir aussi MDAI(A) 87 (1972), pl. 4, 3-4. Et A. Banaka-Dimaki a bien voulu me dire qu’un autre, encore inédit, avait été découvert en 1984 à Kéfalari-Magoula.

36 Waldstein, o.c. (n. 25), pl. 46 ; Frickenhaus, o.c. (n. 24), pl. 6, 8 et 9.

37 Areh Delt 22 (1967), p. 178-179 ; 23 (1968), p. 131-132 ; BCH 94 (1970), p. 961, fig. 151-152. Sur les fouilles de la ville, voir ci-dessus n. 21.

38 Cette hypothèse n’est bien entendu pas nouvelle, puisqu’elle a été formulée il y a plus de vingt ans par M. Piérart, BCH 106 (1982), p. 144, et reprise en 1998 dans les actes du colloque de 1990 par K. Barakari et A. Pariente, Argos et l’Argolide, p. 166, mais le fait est qu’en dépit de son évidence elle ne s’est pas vraiment imposée depuis, suscitant même de la part de P. Marchetti, BCH 124 (2000), p. 282-283, une vive opposition, essentiellement fondée sur la chronologie : la fouille de sauvetage effectuée en 1980 le long de la rue Atréos (BCH 105 [1981], p. 906-909) montre en effet que la chaussée antique dégagée en A1, A2, A3 et A5 passe en A3 au-dessus des restes du rempart hellénistique. Mais doit-on pour autant considérer le tracé même de la rue comme tardif ? Assurément non, et P. Marchetti, consulté sur ce point, a bien voulu me confirmer son accord. Il s’agit bien pour lui aussi, même si le caractère hâtif et étroitement limité des fouilles dans ce secteur n’a pas encore permis d’en retrouver la trace archéologique, d’un axe ancien, dont l’antériorité par rapport à la stoa du ve siècle av. J.-C. ne saurait faire de doute. Il y a d’ailleurs sans doute plus qu’une coïncidence dans le fait que son orientation corresponde très exactement, même si P. Marchetti et Y. Rizakis, BCH 119 (1995), p. 462-464, fig. 15, n’y faisaient pas allusion, à celle de la base du triangle où ils ont proposé de retrouver le schéma directeur de l’implantation des premiers édifices de l’Agora classique. Il faut dire de toute façon que même les partisans de cette hypothèse ne l’ont pas défendue avec toute la vigueur nécessaire : la formule utilisée par Barakari et Pariente, l.c., « une rue... qui contournait (c’est moi qui souligne) par l’arrière le portique en Pi et conduisait à l’Aphrodision », laissait évidemment place à tous les malentendus. Et l’on a de toute façon peine à comprendre que le plan restitué de l’agora publié, BCH 106 (1982), p. 147 fig. 3, ne tienne aucun compte d’une hypothèse si clairement énoncée trois pages plus haut dans le même article. Je crois donc qu’il n’était nullement superflu d’y revenir.

39 Voir Marchetti, BCH 124 (2000), p. 278-289.

40 L’idée que l’installation du théatron à gradins droits était nécessairement liée à l’apparition des assemblées démocratiques et ne pouvait donc être antérieure au milieu du ve siècle a été présentée comme une évidence par R. Ginouvès, EtPélop 6, p. 81, mais elle ne va pas de soi. On peut fort bien admettre, comme le faisait notamment W. Vollgraff, BCH 82 (1958), p. 538, la possibilité de réunions populaires organisées par le pouvoir royal dès la fin du viie siècle, époque où il situait avec raison, conformément au témoignage d’Hérodote, le règne de Phidon. Qu’une première structuration de l’espace civique à partir du Prôn soit intervenue durant cette période n’aurait donc rien que de vraisemblable. Le fait même que la tradition transmise par le scholiaste de l’Oreste d’Euripide (Ginouvès, ibid., p. 77) présente celui-ci comme le cadre de jugements publics rendus par Danaos confirme d’ailleurs que l’importance politique du lieu remontait aux premiers temps de l’histoire d’Argos.

41 Pirenne-Delforge, o.e. (n. 14), p. 167-168. Voir aussi G. Pironti, Entre eiel et guerre. Figures d’Aphrodite en Grèce aneienne, Liège, 2007 (Kernos, suppl. 18), p. 256-262, pour les deux sanctuaires argiens.

42 Voir M.-F. Billot, OAth 22-23 (1997-1998), p. 17-19.

Table des illustrations

Légende Fig. 1
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Fig. 2
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Fig. 3
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 4
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 5
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 6
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 7
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 8
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 9
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 10
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 11
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 12
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 13
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 14
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 15
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 16
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Légende Fig. 17
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 18
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 19
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 20
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 21
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 22
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 23
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 24
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 25
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 26
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 27
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 28
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 29
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 30
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 31
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 32
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 33
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 34
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 35
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 36
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 37
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 38
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 39
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 40
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 41
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 42
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 43
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 44
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 45
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 46
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 47
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 48
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 49
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 50
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 51
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 52
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 53
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 54
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 55
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 56
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 57
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 58
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/614/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 726k

© Presses universitaires de Liège, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search