Version classiqueVersion mobile

Population et révolution industrielle

 | 
Claude Desama

Chapitre II. Le mouvement démographique

Texte intégral

1L’expansion d’une population est tributaire de deux facteurs : le nombre de naissances et de décès, c’est-à-dire le mouvement naturel, d’une part ; la différence entre les départs et les arrivées c’est-à-dire le solde migratoire, d’autre part. Quelle est l’importance relative de chacun de ces facteurs ? Quelle est leur évolution dans le temps ? Quel rôle ont-ils joué dans les différentes phases d’expansion de la population verviétoise ? Autant de questions auxquelles nous allons tenter de répondre pour préciser davantage le profil démographique de Verviers pendant la première moitié du 19e siècle.

2Nous examinerons d’abord les facteurs naturels à savoir : la natalité, la fécondité et la mortalité, avant de mesurer l’apport respectif de l’accroissement naturel et des soldes migratoires dans la croissance démographique.

GRAPHIQUE No 1. MOUVEMENT GENERAL DES TAUX DE NATALITE, DE MORTALITE ET DE NUPTIALITE (1800-1846)

GRAPHIQUE No 1. MOUVEMENT GENERAL DES TAUX DE NATALITE, DE MORTALITE ET DE NUPTIALITE (1800-1846)

Sources : Tableaux no 1, p. 375, no 11, p. 388, no 14, p. 396.

A) Natalité

3Si d’une manière générale, les actes d’état civil sont bien tenus, il n’en reste pas moins vrai que l’enregistrement annuel des naissances et des décès laisse parfois à désirer. En effet certaines fluctuations importantes apparaissent d’une année à l’autre sans que l’on puisse raisonnablement les attribuer à des causes endogènes ou exogènes connues. Il s’agit souvent d’un report à l’année suivante de l’enregistrement de naissances, de décès ou de mariages. Par contre, nous n’avons pas relevé ou constaté des oublis systématiques susceptibles d’introduire des biais. Bien que ces anomalies n’affectent pas un nombre élevé d’actes, nous avons préféré néanmoins y remédier en prenant comme nombre de naissances la moyenne triennale autour de l’année de référence.

  • 1 Le taux brut de natalité mesure le rapport des naissances vivantes à l’effectif total de la popula (...)

4Dans le tableau no 1, nous avons calculé les taux bruts de natalité1 de quatre en quatre ans, sauf lorsque cet intervalle dépassait une de nos « années repères » à savoir : 1806, 1816, 1826, 1836 et 1846. Nous entendons par « années repères » celles qui, en fonction même de l’évolution démographique, serviront à l’analyse de la fécondité, de la mortalité par âges et des structures de la population.

5Comme le montre également le graphique no 1, la natalité progresse pendant le régime français pour atteindre son point culminant en 1814, puis elle descend régulièrement jusqu’à la fin de la période, avec une chute plus brutale entre 1820 et une légère reprise après l’épidémie de choléra de 1833-34.

1. MOUVEMENT GENERAL DE LA NATALITE

années

nombre de naissances

taux bruts de natalité (en ‰)

1798-1801

436

43,3

1805-1807

466

43,7

1809-1811

570

53,9

1813-1815

596

55,9

1815-1817

604

52,2

1819-1821

670

51,8

1823-1825

721

45,5

1825-1827

724

40,1

1829-1831

730

38,5

1833-1835

732

38,8

1835-1837

805

40,8

1839-1841

736

35,8

1843-1845

810

36,8

1845-1847

780

34,1

Sources·. A.E.L., Registres paroissiaux, 1796-1805.
A.E.L., Registres de l’état civil, an V - 1850.

6L’évolution d’un taux de natalité ne résulte pas nécessairement d’un renforcement ou d’un affaiblissement de la fécondité légitime. Elle est aussi fonction du niveau de la nuptialité et des changements intervenus dans la structure des âges et particulièrement dans l’effectif des femmes en âge de procréer. Paradoxalement il n’est pas impossible qu’une progression du taux de natalité coïncide avec une baisse de la fécondité.

7Malgré ces réserves, les taux de natalité de Verviers permettent néanmoins quelques constatations intéressantes :

  • 2 A. Armengaud, Population in Europe dans The Industrial Revolution, p. 55 et seq.
    A. Kaufmann, Demog (...)

81° Qu’ils soient observés dans la phase ascendante ou dans la phase descendante, les taux de natalité se révèlent supérieurs aux taux généralement enregistrés à la même époque2. Si pour la période antérieure à 1830, les comparaisons sont malaisées en raison du caractère fragmentaire de la documentation, en revanche les vingt premières années de l’indépendance permettent de comparer, de façon satisfaisante, les taux de natalité verviétois avec ceux du pays.

2. TAUX BRUTS ANNUELS DE NATALITE A VERVIERS ET EN BELGIQUE (1830-1850)

2. TAUX BRUTS ANNUELS DE NATALITE A VERVIERS ET EN BELGIQUE (1830-1850)

Sources : A.E.L., Registres de l’état civil, 1830-1850.
Démographie de la Belgique 1921-1939.

9Le taux moyen de natalité pour la période 1830-1850 est de 37,03 ‰ à Verviers contre 31,91 ‰ dans l’ensemble du pays soit une différence de 5,12 ‰. Les écarts les plus importants apparaissent en 1836-37, en 1842-44 et en 1846. L’absence de corrélation entre les deux séries confirme le caractère spécifique de la natalité verviétoise.

10Il est à noter que les taux verviétois sont également supérieurs à ceux de la France mais analogues à ceux de l’Angleterre - Pays de Galles et de l’Allemagne ainsi qu’en témoigne le tableau ci-dessous :

3. TAUX BRUTS DE NATALITE A VERVIERS, EN ANGLETERRE, EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE (1830-1850)

années

Verviers

Angleterre-Galles

Allemagne

France

1830

38,6

36,6

-

29,6

1831-40

38

32,6

-

28,7

1841-50

35,9

35

36,1

27,4

Sources : A.E.L., Registres de l’état civil, 1830-1850.
R. André, Démographie de la Belgique au 19e siècle, p. 58-59.
D.V. Glass, Population Studies, V, 1951-52.

11Bien que les données de comparaison soient moins rigoureuses avant 1830, on constate que les taux de natalité de Verviers sont plus nettement supérieurs à ceux de l’Angleterre et de la France. Cette différence est encore plus accusée lorsqu’on compare les taux verviétois avec ceux d’une ville comme Diest, restée à l’écart de l’industrialisation.

4. TAUX BRUTS DE NATALITE A VERVIERS, A DIEST, EN FRANCE, EN ANGLETERRE (1800-1830)

années

Verviers

Diest

Angleterre

France

1800

43,3

-

37,3

33,4

1810

53,9

30,6

37,5

31,4

1816

54,7

31,6

-

31,2

1820

51,8

30,8

36,6

31

1830

38,6

30,2

36,6

29,6

Sources : A.E.L., Registres de l’état civil, 1800-1830.
M. Theys, La Population de Diest, p. 71.
R. André, La Démographie de la Belgique, p. 58-59.

122° Si l’on se réfère au rythme de croissance de la population verviétoise, on observe qu’à un accroissement modéré correspond, le plus souvent, un taux de natalité élevé tandis que les phases d’accélération se caractérisent par des taux de natalité plus faibles.

5. TAUX D’ACCROISSEMENT ET TAUX DE NATALITE (1799-1846)

T.A.M. ‰ (a)

T.M.N. ‰ (b)

1799-1809

8,2

45,8

1810-1815

2,8

55,4

1816-1826

55,8

45,2

1829-1840

4,5

37,1

1841-1846

29,9

36,2

(a) T.A.M. : Taux d’Accroissement Annuel Moyen.
(b) T.M.N. : Taux Moyen de Natalité Brut.

13Sans parler pour autant de corrélation inverse, — puisque les séries ne sont pas indépendantes, — il est manifeste cependant qu’entre chacune des périodes envisagées les taux d’accroissement et les taux de natalité évoluent dans des sens contraires même si l’ampleur de la variation n’est pas comparable. Comment expliquer pareil phénomène ?

14Si l’évolution du taux de natalité procède exclusivement de modifications successives et contraires de la fécondité, ce type de relation avec le taux d’accroissement moyen doit être considéré comme accidentel. En revanche, si la fécondité ne suffit pas à expliquer les fluctuations les plus significatives des taux de natalité, il faudra en chercher la cause dans l’importance de l’immigration et dans son rythme.

15Ce raisonnement est applicable également à la recherche des causes de la natalité élevée que nous enregistrons à Verviers. Dans la mesure où la fécondité n’expliquerait pas entièrement le niveau de la natalité, la raison devrait en être trouvée dans la structure des âges de la population et l’influence qu’exerce sur cette dernière les flux migratoires.

B) Fécondité et nuptialité

a) LA FECONDITE GENERALE

16L’analyse des taux de natalité nous avait conduit à faire deux constatations : d’une part le niveau moyen élevé de la natalité verviétoise par rapport au reste du pays ou même à des pays fortement industrialisés ; d’autre part, les relations non concomitantes, voire même inverses, entre les rythmes d’accroissement de la population et l’évolution de la natalité. Il convient à présent de mesurer l’influence de la fécondité et, par voie de conséquence, de la nuptialité dans cette conjoncture.

  • 3 Le taux de fécondité générale mesure le rapport des naissances vivantes d’une année à l’effectif d (...)
  • 4 Le taux brut de reproduction mesure combien 100 filles, choisies au hasard parmi les nouveaux-nés, (...)

6. TAUX DE NATALITE, DE FECONDITE GENERALE3 ET DE REPRODUCTION4

années

taux de natalité ‰

taux de fécondité générale ‰

taux brut de reproduction

1805-1807

43,7

169,6

2,47

1815-1817

54,7

198,7

2,89

1825-1827

40,1

149,8

2,18

1835-1837

40,7

159,6

2,32

1845-1847

34,1

143,6

2,09

17Expressions distinctes d’un même rapport fondamental, la natalité et la fécondité suivent une évolution parallèle dans l’ensemble de la période. La forte natalité qui se manifeste entre 1810 et 1820 trouve sa cause dans le niveau très élevé de la fécondité, qui atteint un taux proche de 200 ‰. Par ailleurs la baisse progressive des taux de natalité après 1820 apparaît, elle aussi, comme le reflet d’un mouvement analogue de la fécondité.

  • 5 En 1845-1848, le taux de fécondité générale en Belgique s’élève à 127,8 ‰ ; R. Andre, op.cit., p.  (...)
  • 6 E. Van De Walle, La nuptialité en Belgique de 1846 à 1930 et ses relations avec le déclin de la fé (...)
  • 7 E.A. Wrigley, Industrial growth and population change, p. 133, 141, 142.
    E.A. Wrigley, Société et p (...)

18Notons cependant que même en fin de période, la fécondité générale à Verviers reste largement supérieure à celle de la Belgique5. Il faut attendre 1860 et la progression de la fécondité due à l’augmentation de la nuptialité et à la baisse de l’âge des femmes au mariage6 pour que la Belgique atteigne un taux semblable à celui de Verviers en 1845-1847. La fécondité verviétoise n’a pourtant rien d’exceptionnel. Elle est tout à fait comparable à celle que l’on relève dans les régions industrielles d’Allemagne, d’Angleterre ou du Pays de Galles autour de 18507.

  • 8 E.A. Wrigley, Société et population, p. 157-164.
    E.A. Wrigley, Industrial growth and population cha (...)

19Les taux de fécondité générale à Verviers entre 1806 et 1846 confirment les observations faites par E.A. Wrigley8 selon lesquelles la révolution industrielle s’accompagne d’une fécondité plus élevée que celle constatée dans les villes et dans les régions rurales restées à l’écart de l’industrialisation. Cette disparité ne prendra fin qu’avec la généralisation du contrôle des conceptions dans le dernier quart du siècle. Elle trouve son origine, selon nous, dans les changements intervenus dans les structures démographiques sous l’impact des migrations. Le cas de Verviers va nous permettre de démontrer cette hypothèse.

20L’évolution de la natalité et de la fécondité générale est largement conditionnée par la structure des âges de la population féminine. Plus précisément la première est influencée par la proportion des femmes en âge de procréer tandis que la seconde dépend, dans son mouvement, de l’importance relative du groupe d’âge le plus fécond soit celui compris entre 25 et 34 ans.

7. NOMBRES ABSOLU ET RELATIF DES FEMMES EN AGE DE PROCREER (15-44 ans)

7. NOMBRES ABSOLU ET RELATIF DES FEMMES EN AGE DE PROCREER (15-44 ans)

Sources : A.V., Registres de population, 1806-1846.

8. STRUCTURE D’AGE DES FEMMES EN AGE DE PROCREER (15-44 ans)

8. STRUCTURE D’AGE DES FEMMES EN AGE DE PROCREER (15-44 ans)

Sources : A.V., Registres de population, 1806-1846.

21De l’examen de ces deux tableaux on peut tirer les constatations suivantes :

  1. Les taux de natalité et de fécondité générale élevés de 1816 correspondent à une évolution favorable de la structure des âges des femmes. On enregistre, d’une part, une proportion plus élevée de femmes en âge de procréer (+ 0,5 %) et, d’autre part, une augmentation du poids relatif du groupe d’âge le plus fécond (25 à 34 ans) qui représente 36,2 % contre 33,5 % en 1806.
  2. La chute du taux de fécondité générale entre 1816 et 1826 s’observe alors que le nombre de femmes en âge de procréer augmente mais où, dans le même temps, la part relative du groupe d’âge le plus fécond diminue de 3,2 %. Ce phénomène s’explique par l’ampleur du mouvement d’immigration qui s’est développé après 1816 avec une apogée en 1825-26 et qui a drainé à Verviers un fort contingent de jeunes adultes des deux sexes9.

22Si l’effet négatif, à court terme, d’une forte immigration sur le niveau de la fécondité générale est particulièrement mis en évidence en 1826, il apparaît aussi en 1806 où les flux migratoires qui accompagnent la première phase de la révolution industrielle ont rajeuni, par la base, la structure des âges des femmes au détriment du groupe le plus fécond.

23Faut-il conclure de ces deux premières constatations que les conséquences positives de l’immigration sur la fécondité ne se manifestent qu’après un délai d’environ dix ans lorsque le supplément de femmes jeunes apporté par la vague migratoire entraîne un accroissement relatif de la classe d’âge la plus féconde ? Sans doute si l’on s’en réfère à la seule année 1816 qui est un modèle quasi parfait de ce mécanisme. Par contre, l’année 1836 qui aurait dû tirer profit de la forte immigration de 1825-1826, n’enregistre qu’une hausse modérée de la fécondité générale et, dans une moindre mesure encore, de la natalité. Voyons cela de plus près.

24En fait, si la proportion des femmes appartenant au groupe d’âge le plus fécond a crû au point d’atteindre le pourcentage le plus élevé de la période (36,9 %), on constate, à l’inverse, que le nombre relatif de femmes en âge de procréer a diminué par rapport à 1826. L’explication de cette baisse se trouve dans l’évolution générale de la structure des âges de la population. Sans anticiper sur l’analyse qui en sera faite ultérieurement, il faut noter qu’après 1826 et jusqu’à la fin de la période, la pyramide des âges subit une double influence que les mouvements migratoires ne compensent pas : un rajeunissement par la base et un vieillissement par le haut. Ce phénomène a pour effet de diminuer la part relative des adultes dans la population et notamment ceux dont l’âge est compris entre 15 et 44 ans. La proportion des femmes appartenant à cette tranche d’âge passe en effet de 26,3 % en 1826 à 25,5 % en 1836. Cette diminution de 0,8 % suffit à enrayer, ou peu s’en faut, les effets positifs de l’accroissement du groupe d’âge le plus fécond puisque le taux de natalité augmente seulement de 0,6 ‰ entre 1825 et 1836 (40,7 ‰ contre 40,1 ‰). La hausse plus marquée du taux de fécondité générale n’a rien de surprenant dans la mesure où cet indice n’est pas influencé par la proportion de femmes en âge de procréer mais bien par le poids relatif du groupe d’âge le plus fécond. En revanche, si l’on se réfère à l’année 1816, on pouvait s’attendre à un accroissement plus important. Pour quelle raison ne s’est-il pas produit ? La réponse à cette question se trouve dans l’évolution de la nuptialité.

b) LA FECONDITE LEGITIME

  • 10 A Verviers, comme ailleurs, les naissances illégitimes augmentent à la fin du 18e siècle. Elles re (...)

25Dans presque toutes les sociétés traditionnelles, la majorité des naissances sont légitimes (de 90 à 95 %)10, c’est-à-dire qu’elles ont lieu après le mariage de la future mère. De ce fait la fécondité générale est directement déterminée par la fécondité légitime même si la corrélation n’est pas toujours aussi stricte qu’on serait tenté de le croire. Le rapport entre la fécondité légitime et la fécondité générale est fonction, en effet, de variables autres que la structure des âges, tels que la nuptialité, l’âge au mariage des époux, singulièrement de la femme, et le contrôle des conceptions. C’est notamment par l’intermédiaire de ces facteurs que le mécanisme démographique subit l’influence de l’évolution des mentalités.

9. TAUX DE FECONDITE GENERALE ET DE FECONDITE LEGITIME (en ‰) (a)

  • 11 Le taux de fécondité légitime mesure le rapport des naissances vivantes légitimes à l’effectif des (...)

années

taux de natalité

Taux de fécondité générale

Taux de fécondité légitime11

1806

43,7

169,6

348,3

1816

54,7

198,7

365,2

1826

40,1

149,8

372

1836

40,7

159,6

364,2

1846

34,1

143,6

346,4

(a) Sur base d’une moyenne triennale de naissances.
Sources : A.E.L., Registre de l’état civil, 1806-1846.
A.V., Registres de population, 1806-1846.

26Si l’on compare les taux verviétois à ceux d’autres régions industrielles, avant la transition démographique, on constate qu’ils se situent à des niveaux analogues notamment pour la fécondité légitime. En revanche, la comparaison avec les taux nationaux ou ceux de régions non industrielles confirment les observations de E.A. Wrigley concluant à une fécondité plus élevée dans les zones de forte industrialisation.

GRAPHIQUE No 2. EVOLUTION COMPAREE DES TAUX DE NATALITE, DE FECONDITE ET DE NUPTIALITE (1806-1846)

GRAPHIQUE No 2. EVOLUTION COMPAREE DES TAUX DE NATALITE, DE FECONDITE ET DE NUPTIALITE (1806-1846)

Sources : Tableaux no 1, p. 87, no 9, p. 94, no 11, p. 97.

  • 12 R. Andre, La démographie de la Belgique au 19e siècle, p. 63-64.
    E.A. Wrigley, Industrial growth an (...)

10. TAUX DE FECONDITE GENERALE ET DE FECONDITE LEGITIME EN BELGIQUE ET EN EUROPE (1860-1880)12

10. TAUX DE FECONDITE GENERALE ET DE FECONDITE LEGITIME EN BELGIQUE ET EN EUROPE (1860-1880)12

(a) Districts industriels.

27Le graphique no 2 montre bien la tendance générale des quatre courbes qui suivent un double mouvement parallèle : une hausse assez nette de 1806 à 1816 et une baisse plus modérée après 1836. Le niveau atteint en 1846 par les courbes se situe plus bas que celui de 1806 avec une amplitude variable cependant selon les cas. Par ailleurs le taux de fécondité légitime augmente entre 1816 et 1826 alors que les taux de natalité et de fécondité générale ont déjà commencé leur décroissance liée à celle de la nuptialité.

28Pour comprendre cet hiatus entre l’évolution de la fécondité générale et celle de la fécondité légitime, il faut procéder à l’analyse de la nuptialité et de deux composantes principales : l’âge des époux au premier mariage et la répartition, selon l’état matrimonial, de la population féminine en âge de procréer.

c) LA NUPTIALITE

11. MOUVEMENT GENERAL DE LA NUPTIALITE (a)

  • 13 Le taux brut de nuptialité mesure le rapport des mariages d’une année à l’effectif total de la pop (...)

années

nombre de mariages (b)

taux brut de nuptialité13 (en ‰)

1798-1801

94

9,3

1805-1807

105

9,9

1809-1811

149

14,1

1813-1815

129

12,2

1815-1817

116

10

1819-1821

163

12,6

1823-1825

116

7,3

1825-1827

130

7,2

1829-1831

140

7,3

1833-1835

164

8,7

1835-1837

177

8,9

1839-1841

160

7,8

1843-1845

187

8,5

1845-1847

159

6,9

(a) Voir supra p. 86, graphique no 1.
(b) Il s’agit de moyennes triennales (voir supra p. 87).
Sources : A.E.L., Registres de l’état civil, an V - 1850.
A.E.L., Registres paroissiaux, 1796-1805.

  • 14 Voir supra, graphique no 2, p. 95.

29Lorsque l’on compare la courbe de la nuptialité14 avec celles de la natalité et de la fécondité générale, on ne peut que constater une évolution analogue tout au moins en ce qui concerne la tendance. On note d’abord une hausse pendant la première décennie, ensuite le maintien à un niveau très élevé jusqu’en 1820 puis, après cette date, une chute assez brusque suivie d’un statu quo tantôt en légère hausse, tantôt en légère baisse, jusqu’en 1846. Cette concordance dans le trend est une nouvelle illustration du rôle moteur joué, dans les mouvements démographiques verviétois, par l’évolution de la structure des âges de la population, et en particulier, celle des adultes. C’est dire l’importance capitale du principal facteur de mobilité de cette structure des âges, l’immigration, dont les flux exercent leur influence non seulement sur la croissance de la population mais sur son régime démographique. Cette observation contraste avec ce que l’on sait de la démographie belge au 19e siècle où le mouvement naturel constitue l’élément dominant de l’évolution et détermine les variations de la structure des âges.

12. REPARTITION SELON L’ETAT MATRIMONIAL DES FEMMES EN AGE DE PROCREER (15 à 44 ans)

12. REPARTITION SELON L’ETAT MATRIMONIAL DES FEMMES EN AGE DE PROCREER (15 à 44 ans)

Sources : A.V., Registres de population, 1806-1846.

  • 15 A propos de l’âge au mariage, voir :
    A.M. Andre, Le mariage chez les fabricants de drap verviétois,(...)

13. AGE MOYEN DES EPOUX AU PREMIER MARIAGE (a)15

années

époux

épouses

1805-1807

27,9

26,4

1815-1817

28,9

27,1

1825-1827

28,6

26,7

1835-1837

30,1

28,3

1845-1847

25,3

24,3

(a) Il s’agit de moyennes triennales d’âges médians.
Sources : A.E.L., Registres de l’état civil, 1805-1847.

GRAPHIQUE No 3. REPARTITION SELON L’ETAT MATRIMONIAL DES FEMMES EN AGE DE PROCREER (1806-1846)

GRAPHIQUE No 3. REPARTITION SELON L’ETAT MATRIMONIAL DES FEMMES EN AGE DE PROCREER (1806-1846)

Source : Tableau no 12, p. 98.

30Si nous rapportons ces deux tableaux à l’évolution du taux de nuptialité, nous relevons les faits suivants :

  1. La hausse du taux de nuptialité entre 1806 et 1816 provoque une augmentation importante (+ 5,7 %) de la proportion des femmes mariées dans le groupe d’âge de 15 à 44 ans. C’est la seule fois au cours du demi-siècle que son pourcentage dépasse 50 %. L’accroissement de la nuptialité et du nombre relatif de femmes mariées en âge de procréer s’observe alors même que l’âge de l’épouse au premier mariage s’élève, passant de 26,4 ans à 27,1 ans. Cette constatation semble indiquer que l’évolution favorable de la nuptialité ne résulte pas d’une propension accrue au mariage mais plutôt, comme nous en avons déjà formulé l’hypothèse, des modifications que subit la structure des âges des adultes au cours de cette période.
  2. La chute rapide du taux de nuptialité après 1820 se reflète dans la répartition des femmes selon l’état civil en 1826. De 54,4 %, la proportion de femmes mariées passe en effet à 40,3 %, soit du maximum au minimum, au profit du groupe des célibataires. Cette brusque diminution et celle, non moins brutale du taux de nuptialité, s’expliquent non seulement par un recul éventuel de la propension au mariage mais aussi par un rajeunissement de la structure des âges des adultes dû à l’immigration de 1816-182616. Quant à la légère baisse de l’âge au premier mariage (26,7 ans contre 27,1 ans), elle n’a exercé aucune influence perceptible sur la nuptialité en raison même de sa faible ampleur et du jeune âge des immigrants.
  3. Le redressement modéré de la nuptialité en 1836 se traduit par une légère augmentation de la proportion de femmes mariées (+ 2,4 %). Il aurait sans doute été plus net si l’élévation de l’âge au mariage n’avait atténué les conséquences favorables sur la nuptialité du vieillissement de la population féminine en âge de procréer. Ce vieillissement relatif s’opère, en effet, au bénéfice du groupe d’âge où la propension au mariage est la plus forte (25 à 29 ans).
  4. Malgré une baisse importante de l’âge au premier mariage, la nuptialité a tendance à décroître entre 1836 et 1846, entraînant une réduction de la proportion de femmes mariées (— 2,3 %). Cette évolution contradictoire trouve son explication dans la structure des âges. Celle-ci subit, entre 1836 et 1846, un double phénomène de rajeunissement par la base et de vieillissement par le sommet qui résulte, non seulement des mouvements migratoires, mais aussi du recul de la mortalité dans les tranches d’âge les plus jeunes. De ce fait, la proportion des femmes les plus enclines à contracter mariage diminue et ne représente plus que 32,1 % de l’ensemble soit moins encore qu’en 1826 après la grande vague d’immigration.

d) L'EVOLUTION DE LA FECONDITE : SYNTHESE EXPLICATIVE

31Pour mieux comprendre l’évolution des indices de la fécondité et l’influence respective des différents déterminants, nous allons la suivre période par période.

1) De 1806 à 1816

32Avec une ampleur différente, les taux connaissent une hausse nette au cours de cette première période. L’accroissement de la fécondité générale se révèle toutefois plus que proportionnel par rapport à la fécondité légitime. L’explication réside à la fois dans les transformations subies par la structure des âges et dans l’évolution de la nuptialité.

33Sur le plan de la structure des âges, les taux de fécondité générale et de natalité ont bénéficié de l’augmentation de la part relative des femmes en âge de procréer et, parmi celles-ci, du groupe d’âge le plus fécond. La progression du taux de nuptialité, entraînant l’accroissement du pourcentage des femmes mariées par rapport au nombre de femmes en âge de procréer, a renforcé l’évolution favorable de la structure des âges. Quant à la légère élévation de l’âge de l’épouse au premier mariage, elle n’a pas, selon toute apparence, freiné la progression de la fécondité légitime.

34Ces modifications de la structure des âges trouvent leur origine dans le ralentissement puis l’arrêt de l’immigration après 1810. A ce moment les jeunes adultes venus à Verviers dans la vague migratoire de la première décennie se retrouvent dans la tranche d’âge supérieure (25-34 ans) sans être remplacés.

2) De 1816 à 1826

35Pendant cette période, nous observons le phénomène exactement inverse de celui qui s’est produit entre 1806 et 1816. La forte immigration, qui caractérise les dix premières années du régime hollandais, a provoqué un rajeunissement de la population adulte qui s’accompagne d’une décroissance très nette de la fécondité générale alors même que la fécondité légitime augmente. Le taux de natalité lui aussi a baissé malgré une légère augmentation de la proportion des femmes en âge de procréer. L’évolution de la structure des âges n’explique pas seule ce phénomène même si la diminution de la part relative du groupe d’âge le plus fécond a exercé une influence défavorable sur la fécondité générale. En réalité, les effets induits de cette évolution ont été considérablement aggravés par le fait que la proportion des femmes mariées parmi celles en âge de procréer n’est que de 40,3 % contre 54,4 % en 1816, soit un déficit de 10,1 % dû à la chute de la nuptialité qui passe de 10,12 ‰ à 7,2 ‰ après 1820.

36Comme tend à le prouver le léger abaissement de l’âge au mariage, ce mouvement de la nuptialité reflète moins une baisse éventuelle de la propension au mariage que la diminution du nombre relatif des femmes les plus enclines à contracter mariage. Celui-ci passe de 36,2 % à 33 % de l’ensemble des femmes en âge de procréer.

3) De 1826 à 1836

37L’évolution de la structure des âges des femmes en âge de procréer se caractérise par l’accroissement de la proportion du groupe d’âge le plus fécond et de la part relative des femmes mariées. Ces facteurs favorables à un accroissement de la fécondité générale ont vu leurs effets annulés en raison de la baisse importante de la fécondité légitime. L’ampleur de cette baisse est telle que la fécondité générale a été entraînée dans le mouvement descendant malgré une hausse modérée de la nuptialité.

38Ce phénomène est sans doute lié, à court terme, à l’élévation de l’âge de l’épouse au premier mariage (26,7 ans à 28,3 ans). A plus longue échéance cependant on peut considérer qu’il amorce une tendance générale de la baisse qui ramène peu à peu les taux de fécondité verviétois à un niveau plus proche de ceux de la Belgique.

4) De 1836 à 1846

39La diminution de la part relative des adultes à la suite du double phénomène de rajeunissement par le bas et du vieillissement par le haut se répercute dans tous les déterminants de la fécondité. C’est ainsi que l’on note à la fois une décroissance du pourcentage des femmes en âge de procréer (— 1,8 %) et, surtout, de la proportion des femmes appartenant au groupe d’âge le plus fécond (— 4,8 %). La poursuite du mouvement de baisse de la fécondité générale et de la natalité était donc inévitable dès le moment où la fécondité légitime continuait à décroître malgré l’abaissement de l’âge au mariage. D’autant plus que la nuptialité tend à baisser, elle aussi, entraînant une diminution du pourcentage des femmes mariées parmi celles en âge de procréer. Le fait le plus important de cette période est moins la continuation d’une tendance générale à la baisse amorcée en 1826 que la nouvelle chute de la fécondité légitime alors que l’âge de l’épouse au premier mariage s’est abaissé de près de quatre ans. En dehors de toute influence de la structure des âges, ne peut-on y voir l’amorce d’une limitation volontaire des naissances ? Seule une analyse de la fécondité, fondée sur la reconstitution des familles, permettrait d’apporter une réponse à cette question.

C) La mortalité

  • 17 La baisse fondamentale de la mortalité s’affirme, en Belgique, à partir de 1875. Elle s’accélérera (...)

40Partout en Europe, la seconde partie du 19e siècle marque le début d’un trend de longue durée : la baisse progressive du taux de mortalité générale17. Le mouvement, d’abord entrecoupé de hausses brusques dues aux épidémies et aux crises alimentaires, se poursuit de façon plus nette et plus régulière après 1870.

41L’évolution des taux de mortalité générale à Verviers montre que l’industrialisation, loin d’accélérer l’apparition de cette tendance, maintient, au contraire, la mortalité à un niveau élevé.

14. MOUVEMENT GENERAL DE LA MORTALITE

  • 18 Le taux brut de mortalité mesure le rapport du nombre annuel de décès à l’effectif de la populatio (...)

années

nombre de décès

taux brut de mortalité18 (en ‰)

1798-1801

337

33,5

1805-1807

401

37,6

1809-1811

392

37,1

1813-1815

528

49,8

1815-1817

570

49,3

1819-1821

602

46,6

1823-1825

476

30,1

1825-1827

504

28

1829-1831

636

33,5

1833-1835

849

45

1835-1837

645

32,7

1839-1841

713

34,7

1843-1845

621

28,2

1845-1847

746

32,6

Sources : A.E.L., Registres paroissiaux, 1796-1805.
A.E.L., Registres de l’état civil, an V - 1850.

42Si l’on regroupe les taux de mortalité par périodes, on peut discerner plus aisément l’évolution générale et opérer les comparaisons nécessaires.

  • 19 A.V., Registres paroissiaux, 1796-1805.
    A.E.L., Registres de l’état civil, an V - 1850.
    N. Tranter, (...)

15. TAUX DE MORTALITE SOUS LE REGIME FRANÇAIS A VERVIERS, A DIEST, EN ANGLETERRE ET EN FRANCE19

années

Verviers

Diest

Angleterre

France

1799-1805

36,2

-

26,9

32,3

1806-1810

37,4

29,5

-

31,7

1811-1814

43,1

30,2

21,1

31,5

  • 20 La ville de Diest a été choisie comme exemple d’une ville qui est restée en dehors des courants d’ (...)

43Tout au long du régime français, les taux de mortalité à Verviers restent relativement élevés par rapport à ceux de la France, de l’Angleterre ou de la ville de Diest20. La longue période de crise qui va de 1810 à 1814 se caractérise par un taux nettement supérieur à la moyenne. Il est surtout influencé par l’année 1813 dont le nombre élevé de décès (± 57 ‰) est la conséquence de la crise agricole de 1811-1812 et de la disette qu’elle a provoquée. Par ailleurs, la mortalité infantile n’ayant pas baissé sous le régime français, on peut considérer que la hausse du taux de mortalité entre 1799 et 1814 est également liée à l’accroissement de la fécondité légitime comme l’indique la corrélation positive entre le taux de natalité et le taux de mortalité.

  • 21 A.V., Registres de l’état civil, an V - 1850.
    M. Theys, op. cit., p. 80.
    J.C. Toutain, op. cit., p.  (...)

16. TAUX DE MORTALITE SOUS LE REGIME HOLLANDAIS A VERVIERS, A DIEST ET EN FRANCE21

années

Verviers

Diest

France

1816-1820

49,2

24,4

32

1821-1826

30,4

-

31,4

1827-1830

29,2

26,8

30,5

44Après 1815 le taux de mortalité s’accroît sous l’effet de la disette de 1816-1817 et des fièvres épidémiques, notamment la typhoïde, qui l’ont suivie. La période 1821-1826 marque un très net recul du taux de mortalité qui descend à un niveau légèrement inférieur de celui que Verviers a connu entre 1799 et 1806. L’absence de crises, de disettes et d’épidémies pendant les dix dernières années du régime hollandais explique sans doute cette baisse du taux de mortalité qui se prolonge jusqu’en 1830. Les taux verviétois sont, pour la première fois, inférieurs à ceux de la France et se rapprochent des taux enregistrés à Diest. Notons que la baisse constante de la natalité puis de la fécondité légitime (après 1826) au cours de cette même période, n’a pu que renforcer la tendance de la mortalité, toutes autres choses restant égales et notamment le niveau de la mortalité infantile.

  • 22 A.E.L., Registres de l’état civil, an V - 1850.
    R. Andre, La démographie de la Belgique, p. 139.
    J.C (...)

17. TAUX DE MORTALITE ENTRE 1831 ET 1850 A VERVIERS, A DIEST, EN BELGIQUE, EN FRANCE ET EN ANGLETERRE22

17. TAUX DE MORTALITE ENTRE 1831 ET 1850 A VERVIERS, A DIEST, EN BELGIQUE, EN FRANCE ET EN ANGLETERRE22

45Pour ne pas fausser l’interprétation, il convient de préciser que les chiffres de 1831-36 d’une part, 1846-50 d’autre part, sont d’autant plus élevés que Verviers a connu, en 1833-34 et en 1849, des épidémies de choléra particulièrement meurtrières. Les taux de mortalité se situent, ces années-là, respectivement aux environs de 52 ‰ et de 65 ‰. Néanmoins on constate qu’entre 1836 et 1845 notamment, le taux de mortalité générale de Verviers reste supérieur à 33 ‰ alors qu’en Belgique il oscille entre 23 et 26 ‰ et qu’en France comme en Angleterre, il demeure à un niveau légèrement plus faible encore. Le caractère élevé de la mortalité apparaît aussi lorsqu’on la compare à celle de la Wallonie, des provinces industrielles en particulier, autour du recensement de 1846.

  • 23 A.E.L., Registres de l’état civil, an V - 1850.
    CL. Desama, L’expansion démographique du XIXe siècl (...)

18. TAUX DE MORTALITE A VERVIERS, EN WALLONIE ET DANS LES PROVINCES DE LIEGE ET DU HAINAUT EN 184623

années

Verviers

Liège

Hainaut

Wallonie

1845-46

30,1

22,7

21,9

20,6

  • 24 CL. Desama, op. cit., p. 148.
    H. Damas, op. cit, p. 113.
  • 25 Cl. Desama, op. cit., p. 148.
    H. Damas, op. cit., p. 88.

46Le taux de mortalité de Verviers est également supérieur à celui enregistré, pour les mêmes années, dans l’arrondissement de Liège (23,5) et dans l’arrondissement de Verviers (24,4)24. Il demeure toutefois comparable à celui que l’on rencontre dans les zones suburbaines où l’accroissement de la population a été aussi rapide qu’à Verviers. C’est ainsi que les localités situées dans la périphérie des quatre villes (Anvers, Bruxelles, Gand, Liège) ont vu leur taux de mortalité augmenter de près de 5 ‰ entre 1846 et 1880 pour ensuite amorcer le mouvement de baisse fondamentale qui caractérise la mortalité pendant le dernier quart du 19e siècle25.

  • 26 E.A. Wrigley, Société et population, p. 174-175.
    Voir à ce sujet : W. Farr, Vital statistics, p. 47 (...)
  • 27 Cl. Desama, op. cit, p. 148.

47En conclusion, il faut souligner que par la précocité de sa révolution industrielle, Verviers a connu, avec 20 ans d’avance, les niveaux élevés de mortalité liés au phénomène de concentration de la population dans les pôles urbains de croissance et, plus précisément, de l’immigration dont ces derniers sont le siège. Cette évolution de la mortalité semble davantage liée à l’urbanisation qu’à l’expansion industrielle proprement dite. L’industrialisation a commencé en fait dès la fin du 18e siècle sans exercer d’influence apparente sur les taux de mortalité. Ceux-ci évoluent surtout en fonction de la fécondité ainsi que des crises alimentaires et épidémiques. En revanche les mêmes taux ont tendance à augmenter dès la fin du régime hollandais après le grand mouvement d’immigration. E.A. Wrigley avait déjà observé cette relation en Angleterre et en Allemagne26. Elle est confirmée, dans notre pays, par l’évolution démographique du Hainaut où le recul de la mort dans les communes industrielles est visible dès 1846, à partir d’un niveau de mortalité déjà inférieur cependant à 30 ‰27.

48Avant d’examiner l’évolution de la mortalité par âge, il faut s’attarder un instant au problème des « surmortalités ». Entendons par là des années où les taux de mortalité générale s’écartent de façon anormale de la moyenne périodique.

  • 28 A propos des crises de choléra à Verviers, voir :
    A. Lafosse, Epidémies de choléra à Verviers (1833 (...)

49Au cours de la première moitié du 19e siècle, Verviers a subi les conséquences de plusieurs crises de subsistances ainsi que de deux épidémies de choléra, en 1833-34 et en 184928. Comme le montre le graphique no 1, ces « surmortalités » ne se sont pas répercutées avec la même intensité dans la courbe des décès. La comparaison des taux de mortalité permet d’établir une sorte de hiérarchie dans les crises.

GRAPHIQUE No 4. NIVEAU DE LA MORTALITE PENDANT LES CRISES DE SUBSISTANCES ET LES EPIDEMIES (1800-1850) (en ‰)

GRAPHIQUE No 4. NIVEAU DE LA MORTALITE PENDANT LES CRISES DE SUBSISTANCES ET LES EPIDEMIES (1800-1850) (en ‰)

Sources : Tableau no 19, p. 108.

19. TAUX DE MORTALITE LORS DES CRISES ET DES EPIDEMIES (1799-1850)

années

taux de mortalité (‰)

nature de la crise

1802-1803

37,1

crise de subsistances

1812-1813

45,6

crise de subsistances

1816-1817

52,7

crise de subsistances

1818-1820

50,8

fièvre typhoïde

1833-1834

52,9

épidémie de choléra

1847

37,6

crise de subsistances

1849

65,2

épidémie de choléra

Sources : A.E.L., Registres de l’état civil, an V - 1850.
A.E.L., Registres paroissiaux, 1796-1805.

  • 29 A.V., Correspondance, Reg. 23, p. 335, 396-397.
    J. Lejaer, Histoire de la ville de Verviers (1814-1 (...)

50Les crises de 1802-1803 et de 1847 se répercutent de façon modérée dans les taux de mortalité. Par rapport aux années qui les précèdent, on note un accroissement de 3,6 ‰, pour l’une et de 5,4 ‰ pour l’autre. Il est donc quelque peu excessif de parler à leur propos de « surmortalité » d’autant plus qu’elles n’ont eu aucune influence apparente sur l’évolution démographique. La crise de 1812 est plus sérieuse mais ses effets sur la mortalité apparaissent surtout dans les registres de l’état civil de l’année suivante. A moins qu’une épidémie, dont nous n’avons pas d’autre trace, n’ait suivi la disette, on peut se demander dans quelle mesure nous ne sommes pas en présence d’une de ces anomalies de l’enregistrement dont nous avons parlé antérieurement. C’est pourquoi nous avons regroupé les années 1812 et 1813 afin d’obtenir une évaluation plus correcte. Avec un taux de 45,6 ‰, soit 8,5 ‰ de plus que les années précédentes, la crise est beaucoup moins grave dans ses effets que celle de 1816-1817 où le taux de mortalité atteint un niveau comparable à celui que l’on enregistre lors de la première épidémie de choléra. Plus de 1200 décès sont en effet relevés pour ces deux années. L’impact démographique de la crise de 1816-1817 n’apparaît pas nettement dans la mesure où elle succède à des années déjà difficiles et où elle est suivie immédiatement d’une épidémie de fièvre typhoïde29 qui ne fait pas moins de victimes. Néanmoins il est frappant de constater que le décalage entre les taux de mortalité de 1812 et de 1816-17 se retrouve dans l’écart entre les indices des prix des céréales aux mêmes dates.

20. INDICES DES PRIX DU FROMENT, DE LA POMME DE TERRE ET DES TAUX DE MORTALITE ENTRE 1812 ET 1817

années

indice du prix du froment

indice du prix de la pomme de terre

taux de mortalité

1812

100

100

100

1817

113,3

119,1

115,6

Sources : A.E.L., Registres de l'état civil, 1812, 1813, 1816, 1817
M. Deprez, Essai sur le mouvement des prix et des revenus en Belgique, t. 2, p. 4, 14.

  • 30 A.E.L., Registres de l’état civil, Mariages, 1816-1818.

51Si la crise de 1816-17 n’a pas eu d’effet sur la natalité, elle a en revanche entraîné une baisse de la nuptialité qui tombe à 7,5 ‰ en 1817 et en 1818, contre 12,2 ‰ dans les années précédentes30.

  • 31 J. Dupaquier, De l’animal à l'homme ; le mécanisme régulateur des populations traditionnelles dans(...)

52L’épidémie de fièvre typhoïde qui succède à la disette commence déjà en 1817, se prolonge jusqu’en 1818-1819 et reprend de plus belle, quoique brièvement, en 1820. Bien qu’elle soit moins aisée à circonscrire, il est vraisemblable qu’elle a fait plus de victimes que la rareté des vivres en elle-même. C’est la confirmation, en milieu urbain et industriel, du schéma classique des crises de subsistances que Jacques Dupaquier, notamment, a bien mis en évidence31.

53L’épidémie de choléra de 1833-34 et surtout celle de 1849 ont fait un grand nombre de victimes. Par rapport au nombre moyen de décès des années précédentes, on peut estimer que la première d’entre elles est responsable de ± 800 morts supplémentaires et la seconde d’environ 900 décès. Bien qu’elles n’aient affecté ni les autres variables démographiques (natalité, nuptialité) ni la structure des âges de la population, ces épidémies ont freiné la tendance à la baisse des taux de mortalité.

  • 32 Voir supra, p. 46 et p. 78, note 5.

54Malgré leur caractère parfois spectaculaire, les crises de subsistances et le choléra n’ont pas perturbé l’expansion démographique de Verviers de façon durable. Aucune de ces « surmortalités » n’a eu les mêmes conséquences que la crise de 1794 où la ville de Verviers perdit près de deux mille habitants32. Indépendamment des progrès réalisés dans l’approvisionnement des marchés ou dans la lutte contre les épidémies, c’est surtout la permanence des mouvements d’immigration qui a permis d’atténuer les effets des crises.

MORTALITE PAR AGES

55Si le niveau de la mortalité suit une tendance générale, quoique très modérée, à la baisse, on peut s’interroger toutefois sur le point de savoir si la répartition des décès entre les différents groupes d’âge s’est modifiée en 1846 par rapport à 1806 et à 1826. Le choix de ces années est dicté, en ordre principal, par le fait qu’elles constituent des points de repère privilégiés dans la période étudiée mais aussi parce qu’elles offrent la particularité de présenter des taux de mortalité générale à peu près équivalents et de ne pas enregistrer un nombre de décès élevé dus à la maladie ou à la disette. Ainsi la comparaison peut-elle s’effectuer dans de bonnes conditions.

21. DECES PAR AGES

21. DECES PAR AGES

Sources : A.E.L., Registres de l’état civil, 1806, 1826, 1846.

GRAPHIQUE No 5. REPARTITION DES DECES PAR GROUPES D’AGE (1806, 1826, 1846) (en %)

GRAPHIQUE No 5. REPARTITION DES DECES PAR GROUPES D’AGE (1806, 1826, 1846) (en %)

Sources : Tableau no 21, p. 110.
Légende : 1806 = 1
1826 = 2
1846 = 3

56Quelques constatations intéressantes peuvent être faites à l’examen de ce tableau et, tout d’abord, les modifications intervenues dans la proportion des décès par groupes d’âge. De 1826 à 1846, le pourcentage des décédés de moins de cinq ans et surtout de moins d’un an diminue, tout comme celui des jeunes adultes, alors qu’il est resté relativement stable de 1806 à 1826. En revanche, la part prise par les décédés de plus de trente ans augmente, l’évolution étant d’autant plus nette que l’âge s’élève. La structure par âges des décès est donc légèrement plus vieille en 1846 qu’en 1806 et davantage encore par rapport à 1826 comme le montre le tableau ci-dessous :

22. DECES PAR GROUPES D’AGE

groupes d’âge

1806 (en %)

1826 (en %)

1846 (en %)

0-5

45,6

48,8

40,6

6-14

6,1

5,5

4,1

15-29

11,3

9

10,5

30-44

8,6

8,3

8,9

45-64

13

12,9

15,6

65 et plus

15,4

15,5

20,3

TOTAL

100

100

100

57Cette tendance au vieillissement des décédés est-elle la projection purement mécanique d’un vieillissement de la structure des âges de la population ou, au contraire, la conséquence d’une modification des taux de mortalité par âges ?

  • 33 Les structures des âges de la population en 1806-1826 et 1846, qui ont servi de base à ce calcul, (...)

23. TAUX DE MORTALITE PAR GROUPES D’AGE (‰)33

groupes d’âge

1806

1826

1846

0-14

53,8

54,1

42,3

15-24

12,8

10,9

11,3

25-34

11,8

8,2

13,1

35-44

13,2

11,1

13,2

45-54

19,1

18,3

21,2

55-64

30,3

27,7

33,2

65 et plus

113,1

92,6

106,2

ensemble

30,9

28,6

29,4

58L’examen du tableau 23 permet, à lui seul, de lever l’alternative et de choisir la seconde hypothèse. L’importante diminution du taux de mortalité dans le groupe d’âge des moins de 14 ans suffit en effet à expliquer le vieillissement par la base de la structure des âges des décédés en 1846. Si l’on ajoute que la structure d’âge de la population évolue, à l’inverse, vers un rajeunissement par la base et une décroissance de la part relative des adultes, le bien-fondé de l’explication ne fait plus aucun doute.

59La comparaison des taux de mortalité par âges permet de constater qu’au-delà de 25 ans, et à chaque groupe d’âge jusqu’à 64 ans, ceux-ci sont plus élevés en 1846 par rapport à 1806 et surtout à 1826. Ainsi donc la tendance à la baisse de la mortalité des adultes entre 1806 et 1826 non seulement ne se poursuit pas mais fait place à une évolution défavorable qui se traduit par un accroissement des taux de l’ordre de 2 à 6 ‰. Si le même phénomène s’observe au-delà de 65 ans, il présente toutefois moins de signification, d’abord en raison des effectifs relativement faibles, mais aussi parce que le taux de 1846 reste, malgré l’augmentation, nettement inférieur à celui de 1806, ce qui n’est pas le cas pour les adultes.

60Quant à la mortalité infantile et juvénile, elle n’évolue de façon favorable que dans la seconde moitié de la période, entraînant d’ailleurs une baisse modérée des taux de mortalité générale. C’est surtout chez les enfants de moins d’un an que ce recul de la mort est le plus sensible.

61Que peut-on conclure de ces observations ?

  1. La tendance générale à la baisse de la mortalité, constatée dans les groupes d’âges supérieurs à 14 ans, entre 1806 et 1826, est indiscutable quoique relativement modérée. D’un point de vue chronologique, elle est surtout sensible après 1820 et entraîne une légère diminution du niveau moyen de la mortalité générale. Ce phénomène n’a toutefois rien de commun avec la baisse fondamentale des taux de mortalité qui s’est développée en Belgique et en Europe occidentale dans la seconde moitié du 19e siècle et qui affecte, en ordre principal, les enfants en bas âge. Il s’agit plutôt du mouvement séculaire de recul de la mort qui s’opère « selon les modalités de l’histoire » et qui se manifeste de façon nette dès le 18e siècle.
  2. De 1826 à 1846, on note une légère régression de la mortalité infantile et juvénile que notre ignorance de la structure des âges des enfants de moins de douze ans ne permet pas de mesurer exactement. Il n’est pas possible, dès lors, de calculer le taux de mortalité par âge et de préciser l’ampleur du mouvement que l’on a détecté dans le groupe des enfants de moins d’un an. On ne peut donc y voir nécessairement un signe précurseur de la baisse fondamentale de la mortalité infantile34.
  3. Le fait majeur, qui ressort de la comparaison entre la mortalité de 1806 et 1826 d’une part et celle de 1846 d’autre part, concerne principalement les adultes entre 25 et 65 ans, c’est-à-dire ceux dont le taux d’activité est le plus élevé.
  • 35 L’espérance de vie à la naissance était, en Belgique, de 32,2 ans en 1832 et de 39 ans en 1841-185 (...)

62L’accroissement de la mortalité à ces âges ne correspond à aucun mouvement démographique général que l’on pourrait constater en Belgique ou en Wallonie. Bien au contraire, les adultes sont, avec les enfants de plus d’un an, ceux qui ont bénéficié les premiers de l’amélioration de l’espérance de vie35. Par ailleurs, on ne constate pas de surmortalité féminine entre 25 et 45 ans ou tout autre phénomène démographique susceptible de fournir une explication satisfaisante. D’autre part, aucune cause d’ordre biologique ou épidémiologique ne peut être sérieusement avancée.

  • 36 Voir infra, La taille des ménages, p. 163 et seq.
    Enquête sur la condition de la classe ouvrière, t (...)

63Quant aux conditions d’hygiène et de logement, réputées mauvaises36, elles ne l’étaient certainement pas moins pour les jeunes adultes que pour les autres. Or on observe que l’augmentation de la mortalité touche surtout les classes d’âge entre 25 et 65 ans alors qu’elle reste quasi constante chez les plus jeunes (15 à 24 ans). Peut-être ceux-ci étaient-ils plus résistants que ceux-là aux conséquences physiques d’une concentration excessive de population dans des logements pas ou peu salubres et dans un milieu souvent étranger à l’hygiène la plus élémentaire ? Sous réserve d’étude ultérieure, rien ne permet de l’affirmer et d’y trouver la cause de cette évolution.

  • 37 Voir infra, p. 227.

64Reste une dernière hypothèse. Elle est liée à la constatation selon laquelle les groupes d’âges où les taux de mortalité s’accroissent (25 ans et au-delà) sont ceux où les taux d’activité sont les plus élevés37. Ne peut-on penser dès lors que la cause de cette évolution de la mortalité résiderait dans le travail en fabrique dont les contemporains attestent ses aspects pénibles et dommageables pour la santé ?

  • 38 Enquête sur la condition des classes ouvrières et sur le travail des enfants, t. 3, Rapport de Wass (...)

65Dans l’Enquête sur la condition de la classe ouvrière de 184638, on relève que les ouvriers du textile sont ceux dont la santé est la plus altérée par la nature de leur travail. Plongés douze heures par jour dans l’atmosphère chaude et humide des fabriques et des gaz délétères, ils constituent une proie facile pour des maladies telles que le rachitisme, la phtisie pulmonaire ou la tuberculose. Les progrès techniques et le machinisme n’ont pas amélioré la situation dans la mesure où ils ont accéléré le processus de concentration des entreprises, surtout entre 1820 et 1830, et augmenté de ce fait la proportion d’ouvriers occupés dans les fabriques.

  • 39 Enquête sur la condition des classes ouvrières, p. 541.
    J. Lejaer, Histoire de la ville de Verviers (...)
  • 40 A.V., Actes du collège, t. 2, p. 28-29.
  • 41 A.V., Actes du conseil, 2e série, t. 15, p. 17-20.

66Par ailleurs, l’introduction et la généralisation du travail en usine a eu pour effet d’accroître les risques d’accident39. Nous ne possédons pas de statistiques à ce sujet mais l’augmentation des accidents pendant la période hollandaise fut telle qu’il fallut légiférer en la matière. Une loi du 6 mai 1824 prescrivait déjà des mesures de sécurité pour l’emploi des machines à vapeur40. A Verviers elles étaient sans doute insuffisantes puisque le Conseil de régence de la ville vota, le 20 février 1830, un règlement spécial « vu le grand nombre d’accidents survenant dans les fabriques mues par l’eau ou la vapeur »41.

  • 42 Enquête sur la condition des classes ouvrières, p. 542, 554.
    R. Courtois, op. cit., p. 178-180.
    N.G. (...)

67Enfin, les conditions de logement et d’hygiène, qui n’ont cessé de se dégrader pendant la première moitié du siècle en raison de la croissance rapide de la population, n’ont certainement pas peu contribué à rendre l’ouvrier textile plus vulnérable encore aux agressions de son milieu professionnel42. L’hypothèse d’une mortalité spécifique due aux conditions de travail des ouvriers du textile est donc, à première vue, séduisante et se trouve étayée par ce que l’on sait de leur état de santé. Pourtant quelque éclairants que puissent être à ce sujet les travaux du Dr. Fossion, ou l’enquête de Wasseige, les constatations relatives à l’état de santé des ouvriers n’impliquent pas nécessairement que leur mortalité s’en trouve affectée. Il importe donc de ne pas franchir le pas aussi longtemps qu’une analyse de la mortalité différentielle des ouvriers du textile n’aura pas confirmé, en termes démographiques, la validité de cette hypothèse.

D) Accroissement naturel et accroissement migratoire

68Après avoir brossé les grands traits du mouvement naturel, natalité et mortalité, il importe à présent de déterminer la part prise par l’évolution naturelle et par les flux migratoires dans le volume et dans le rythme d’expansion de la population.

24. L’ACCROISSEMENT NATUREL A VERVIERS (1799-1846)

périodes

naissances

décès

accroissement naturel

1799-1806

2907

2822

+ 85

1807-1810

2143

1657

+ 486

1811-1815

2945

2320

+ 625

1816-1820

3026

3078

— 52

1821-1825

3620

2376

+ 1244

1826-1829

2890

2170

+ 720

1830-1835

4302

4390

— 88

1836-1840

3883

3343

+ 540

1841-1846

4724

4074

+ 650

1799-1815

7995

6799

+ 1196

1816-1829

9536

7624

+ 1912

1830-1846

12909

11807

+ 1102

1799-1846

30440

26340

+ 4100

Sources : A.E.L., Registres de l’état civil, an V-1850.
A.E.L., Registres paroissiaux, 1796-1805.

69Lorsqu’on sait que la population verviétoise a crû de 12.798 unités entre 1799 et 1846, on mesure, à son juste niveau, la part que l’accroissement naturel a prise dans l’expansion démographique de Verviers. En fait plus des deux tiers de la croissance ont été assurés par les soldes migratoires.

25. ACCROISSEMENT NATUREL ET ACCROISSEMENT MIGRATOIRE A VERVIERS (1799-1846)

25. ACCROISSEMENT NATUREL ET ACCROISSEMENT MIGRATOIRE A VERVIERS (1799-1846)

(a) Il s’agit de la proportion respective de l’accroissement naturel et de l’accroissement migratoire dans l’accroissement de la population.
Sources : A.V., Registres de population, 1806-1846.
A.N., F 20, 399.

70Quelles conclusions peut-on tirer d’un pareil tableau ?

  • 43 Les structures d’âge ont exercé une influence décisive sur l’évolution de la fécondité générale et (...)
  • 44 Sur le rôle des modèles en démographie historique et leurs conditions d’utilisation, voir E. Van D (...)

711) Sur l’ensemble du demi-siècle la majeure partie de l’expansion a été assurée par les soldes migratoires et, plus précisément, l’excédent de l’immigration sur l’émigration. Le flux des migrations vers le pôle verviétois est donc bien le phénomène majeur de cette première moitié du 19e siècle. A la lecture de ces chiffres, nous comprenons mieux l’influence qu’il a exercée sur les structures démographiques et, partant, sur les indices du mouvement naturel43. Il apparaît donc à l’évidence qu’aucun modèle de population stable ne pourrait rendre compte de la démographie verviétoise tant le rôle des migrations est déterminant44.

722) Si l’immigration est l’élément moteur de l’expansion démographique, il s’en faut de beaucoup qu’elle se soit manifestée d’une manière uniforme pendant près de cinquante ans. On constate, en effet, que le solde migratoire est le principal facteur de croissance sous le régime hollandais et, dans une moindre mesure, après 1830, mais qu’il agit dans un sens négatif entre 1799 et 1815 où la balance se révèle déficitaire.

73En contrepoint de cette évolution, l’accroissement naturel assure le maintien du niveau de population avant 1815 puis connaît, sous le régime hollandais, une progression plus forte en raison de la baisse du taux de mortalité et du maintien d’une fécondité élevée.

26. TAUX ANNUELS D’ACCROISSEMENT NATUREL (1799-1846)

périodes

solde naturel

T.A.M. (a) naturel

1799-1815

1196

7,4 ‰

1816-1829

1912

12,7 ‰

1830-1846

1102

3,5 ‰

(a) Taux annuel moyen d’accroissement.

74La chute subie par le taux d’accroissement naturel après 1830 résulte, essentiellement, de la mortalité élevée des années 1833-34 pendant lesquelles a sévi la première épidémie de choléra. A elles seules, elles ont enregistré 2011 décès, soit 45,8 % du total des décès entre 1829 et 1835. Si l’on ne tient pas compte de ces deux années, le taux d’accroissement naturel se situe aux environs de 6 ‰ contre 7,3 ‰ et 16,9 ‰ lors des périodes précédentes. Cet écart est dû, en ordre principal, à la baisse de la fécondité générale après 1836.

753) En allant plus loin dans l’analyse du tableau no 25 on retrouve, ou peu s’en faut, les différentes phases déjà mises en évidence lors de l’examen des chiffres de population. L’évolution des taux d’accroissement les confirme.

27. TAUX ANNUELS D’ACCROISSEMENTS GENERAL, NATUREL ET MIGRATOIRE A VERVIERS (1799-1846)

périodes

T.A.M. (en %) (a)

T.A.M.N. (en ‰) (a)

T.A.M.M. (en ‰) (a)

1799-1806

8,3

1,2

7,1

1807-1810

— 2,5

11,4

— 13,9

1811-1815

2,1

11,8

— 9,7

1816-1820

42,6

— 0,9

43,5

1821-1825

54,9

19,2

35,7

1826-1829

47,1

11,8

35,3

1830-1835

— 0,8

— 0,7

— 0,1

1836-1840

11

5,5

5,5

1841-1846

18,7

5,3

13,4

1799-1846

27,1

8,7

18,4

(a) T.A.M. = Taux annuel moyen d’accroissement.
T.A.M.N. = Taux annuel moyen d’accroissement naturel.
T.A.M.M. = Taux annuel moyen d’accroissement migratoire.

GRAPHIQUE No 6. EVOLUTION COMPAREE DES TAUX D’ACCROISSEMENTS NATUREL ET MIGRATOIRE (1799-1846)

GRAPHIQUE No 6. EVOLUTION COMPAREE DES TAUX D’ACCROISSEMENTS NATUREL ET MIGRATOIRE (1799-1846)

Sources : Tableau no 25, p. 413.

76Sous le régime français, on distingue aisément deux périodes, l’une qui couvre la première phase de la révolution industrielle, l’autre qui commence, en fait, avec la crise de 1810-1811 et qui se poursuit jusqu’en 1814. Il faut préciser, en effet, que la période 1807-1810 reflète deux réalités successives : d’une part les années 1807, 1808 et 1809 qui prolongent l’évolution des années précédentes, grâce surtout au mouvement naturel, d’autre part l’année 1810 qui, en raison de la crise économique, introduit une rupture à ce point nette qu’elle influence, de façon déterminante les paramètres de cette période.

28. TAUX ANNUELS D’ACCROISSEMENTS GENERAL, NATUREL ET MIGRATOIRE A VERVIERS DE 1799 A 1810

périodes

T.A.M. général (en ‰)

T.A.M. naturel (en ‰)

T.A.M. migratoire (en ‰)

1799-1806

8,3

1,2

7,1

1807-1808

7,6

7

0,6

1809-1810

— 12,4

15,5

— 27,9

1811-1814

1,5

16,8

— 15,3

1799-1814

3,5

7,3

— 3,8

77Deux faits sont à mettre en évidence :

  • La part du solde naturel dans la croissance de la population augmente entre 1806 et 1810. Due essentiellement à une amélioration sensible de la natalité, cette évolution est, comme nous l’avons vu antérieurement, la conséquence d’une fécondité légitime élevée et d’un accroissement de la proportion des femmes mariées en âge de procréer45. Le mouvement favorable des soldes naturels se poursuit après 1810, sous l’effet des mêmes causes, malgré une augmentation des décès après la disette de 181246.
  • Un important reflux migratoire s’observe en 1810 et dans les années suivantes à la suite de la crise industrielle47. L’émigration est telle que non seulement elle annule les effets d’un solde naturel nettement positif, mais encore elle entraîne une décroissance de la population. Ce mouvement se prolonge jusqu’en 1814 couvrant ainsi la période de récession économique.

78Le régime hollandais (1815-1829) apparaît comme la grande période de croissance démographique tant par l’ampleur de l’accroissement que par son rythme élevé. Les tableaux no 29 et 30 nous permettent d’en suivre les étapes successives.

79Entre 1815 et 1820, Verviers reçoit le flux d’immigration le plus important de la première moitié du 19e siècle, avec un solde positif de 2322 unités représentant une progression annuelle moyenne de plus de 43 ‰. En précisant davantage l’analyse, on constate cependant que cette augmentation des soldes migratoires est due, pour une très large part, à l’année 1816, le reste de la période s’inscrivant dans la tendance générale du régime hollandais.

29. TAUX ANNUELS D’ACCROISSEMENTS GENERAL, NATUREL ET MIGRATOIRE A VERVIERS DE 1815 A 1820

périodes

T.A.M. général (en ‰)

T.A.M. naturel (en ‰)

T.A.M. migratoire (en ‰)

1815-1816

84,5

4,6

79,9

1817-1820

29,6

— 2,9

32,5

1815-1820

44

0,7

43,3

  • 48 Voir supra, p. 109.

80Si l’accroissement naturel subit les conséquences de la grave disette de 1816-1817 et de l’épidémie de fièvre typhoïde qui l’a suivie48, il est remarquable de constater que cette longue crise n’a pas eu d’effet sur les soldes migratoires. Ceux-ci demeurent, en effet, très largement positifs. Notons au passage le contraste entre l’impact des crises industrielles et des crises de subsistances sur les migrations.

  • 49 Pour l’évolution de la mortalité, voir supra, p. 104 ; pour la structure des âges, voir infra, p.  (...)

81De 1820 à 1829 l’expansion démographique se développe à un rythme très élevé et avec une ampleur qui ne sera jamais plus atteinte au cours du demi-siècle. Cette croissance accélérée de la population procède, en grande partie, d’un accroissement migratoire exceptionnellement important mais aussi d’une succession de soldes naturels positifs très élevés, notamment entre 1820 et 1824. La nette diminution de la mortalité après 1821 et l’évolution favorable de la structure des âges49 expliquent la part prise par le mouvement naturel dans cette expansion.

82Si l’on détaille davantage les phases de cette croissance rapide, on constate qu’elle est surtout vive entre 1825 et 1826.

30. TAUX ANNUELS D’ACCROISSEMENTS GENERAL, NATUREL ET MIGRATOIRE A VERVIERS DE 1820 à 1829

périodes

T.A.M. général (en ‰)

T.A.M. naturel (en ‰)

T.A.M. migratoire (en ‰)

1820-1824

56,1

19,3

36,8

1825-1826

93,3

11,7

81,6

1827-1829

29

9,7

19,3

1820-1829

57,2

16,9

40,3

  • 50 Voir supra, tableau no 9, p. 94 ; graphique no 2, p. 95.

83Ces deux années apparaissent en effet comme le point culminant de l’expansion à la fois pour le taux d’accroissement général et pour le taux d’accroissement migratoire. En revanche, les soldes naturels accusent la baisse de la fécondité générale50.

84Dès 1827 la tendance se renverse. Le taux d’accroissement migratoire diminue de façon très sensible et les soldes naturels poursuivent le mouvement de baisse amorcé deux ans auparavant. De ce fait, le taux d’accroissement général tombe à son niveau le plus bas de la période hollandaise.

85En 1830, au moment de la crise économique et politique, Verviers voit sa population diminuer de 600 unités. Le taux d’accroissement général est très largement négatif sous l’impact d’un mouvement d’émigration nettement plus élevé que celui de 1810. Quant au solde naturel il parvient d’autant moins à enrayer cette évolution qu’il continue le mouvement de baisse commencé en 1825-26.

86Cette brusque décroissance reste cependant sans lendemain. Dès l’année suivante l’expansion démographique reprend mais sur un rythme plus modéré que dans la période antérieure.

31. TAUX ANNUELS D’ACCROISSEMENTS GENERAL, NATUREL ET MIGRATOIRE A VERVIERS DE 1829 A 1846

périodes

T.A.M. général (en ‰)

T.A.M. naturel (en ‰)

T.A.M. migratoire (en ‰)

1829-1830

— 31,3

8,4

— 39,7

1831-1835

5,4

— 2,7

8,1

1836-1840

11,1

5,5

5,6

1841-1846

18,7

5,3

13,4

1829-1846

9,8

3,3

6,4

87Sur le plan de l’accroissement migratoire, les années 1831-35 et 1841-46 se révèlent les meilleures avec des taux respectifs de 8,1 ‰ et 13,4 ‰. Elles s’inscrivent dans la ligne de la croissance modérée de 1827-28 et se situent très largement en-dessous des taux enregistrés avant ces deux années.

  • 51 Voir supra, p. 109.

88Le tableau no 31 met en évidence les répercussions de l’épidémie de choléra survenue en 1833-3451. L’augmentation anormale des décès au cours de ces deux années a rendu négatif le solde naturel de la période 1831-35 mais n’a pas pour autant compromis l’expansion démographique. Elle a tout au plus freiné le rythme de croissance.

  • 52 Sur la mortalité consécutive à l’épidémie de choléra, voir supra, graphique no 5, p. 118.
    A. Lafoss (...)

89Les années 1836-40 amorcent le retour à une expansion plus soutenue mais avec un taux d’accroissement migratoire à peine plus élevé que le taux de croissance naturelle. Ce dernier bénéficie de la hausse de la fécondité générale liée à l’évolution de la structure des âges52.

90Après 1840, la croissance démographique se poursuit mais à un rythme davantage soutenu et surtout selon un schéma plus caractéristique de l’expansion verviétoise, à savoir : un taux d’accroissement migratoire deux à trois fois supérieur au taux d’accroissement naturel.

***

E) Conclusions

91L’évolution comparée des taux d’accroissements naturel et migratoire permet de tirer quelques conclusions provisoires concernant le rôle des facteurs exogènes (crises de subsistances, épidémies, climat économique) sur le mouvement démographique.

921°) Il existe une relation négative entre le solde migratoire et la crise économique. Celle-ci, pour autant qu’elle ait quelque ampleur, constitue un facteur de répulsion puissant qui chasse de la ville ceux qui n’y trouvent plus de travail. En revanche, la crise d’origine industrielle ou financière n’affecte pas, de manière significative, les courbes de natalité et de mortalité qui, à Verviers, évoluent de façon indépendante de la conjoncture. Les crises de 1810 et de 1830 constituent autant de coups d’arrêt à la croissance démographique en raison de la forte émigration qu’elles entraînent. L’ampleur du mouvement est comparable à celui de l’immigration sous le régime hollandais, à ceci près qu’il est limité à la durée de la crise. C’est ainsi que l’expansion démographique, même modérée, reprend dès 1831 tandis que les soldes migratoires négatifs se poursuivent après 1810.

  • 53 Il faut remarquer que ces années de ralentissement relatif des flux migratoires sont aussi celles (...)

93La relation entre les deux phénomènes, conjoncture économique et flux migratoire, est sensible non seulement au niveau des crises proprement dites mais aussi lors des ralentissements conjoncturels. Ainsi le volume de l’immigration a-t-il tendance à baisser lorsque la croissance faiblit. Les dernières années du régime français, où l’économie est particulièrement languissante, confirment cette proposition. Pour évaluer correctement le ralentissement de l’immigration, il est nécessaire de comparer les taux d’accroissement migratoire de ces périodes avec ceux des années qui précèdent ou qui suivent. Un même taux peut être tantôt le signe d’une reprise de l’expansion, tantôt l’indice d’un mouvement de baisse. Les années 1827-1829 connaissent un accroissement migratoire encore élevé mais nettement inférieur à celui qui caractérise le régime hollandais. C’est pourquoi on peut parler, à leur propos, d’un ralentissement des flux migratoires53.

942°) Les crises de subsistances et les épidémies affectent, de manière indubitable, le niveau de la mortalité et, par voie de conséquence, le sens et l’ampleur des soldes naturels. C’est ainsi qu’en 1816-1817, 1818-1820 et, surtout, lors de l’épidémie de choléra de 1833-34, les taux de mortalité ont atteint des maxima voisins de 50 ‰. Aucune de ces « surmortalités » n’a cependant compromis l’expansion démographique mais elles ont atténué l’effet favorable des mouvements d’immigration. C’est ainsi qu’entre 1816 et 1820, malgré le taux d’accroissement migratoire le plus élevé du demi-siècle, la population a crû moins vite qu’au cours de la décennie suivante. La crise de subsistances de 1816-17 et l’épidémie de fièvre typhoïde qui l’a suivie ont constitué des freins non négligeables à la croissance. La mortalité cholérique de 1833-34 a agi dans le même sens mais avec une intensité plus grande encore puisqu’elle a réduit de moitié, ou peu s’en faut, un rythme de croissance déjà modéré. Quant à la crise de 1812, elle influença si peu le régime démographique que le taux d’accroissement naturel entre 1810 et 1815 n’en est même pas affecté.

953°) La révolution industrielle proprement dite (1799-1810) n’a pas exercé d’influence significative sur l’immigration. Les taux d’accroissement restent modérés et sans rapport avec les transformations et le développement de l’industrie drapière pendant cette décennie. Tout se passe comme si la mécanisation des opérations de cardage-filature, la diffusion rapide des nouvelles techniques et l’ouverture d’un large marché protégé par le blocus continental n’avaient pas eu d’effet marquant sur la croissance démographique de Verviers.

96Cette évolution confirme bien l’hypothèse, émise antérieurement, selon laquelle la rapidité même de l’augmentation de la production entre 1800 et 1810 avait permis le maintien d’une partie importante du travail à domicile. L’exode rural vient plus tard, sous le régime hollandais, entre 1816 et 1826. Cette période correspond à la phase d’industrialisation des entreprises verviétoises qui a pour effet, non seulement de mécaniser l’ensemble de la filature et de l’achèvement (derniers apprêts), mais aussi d’accélérer la concentration industrielle et le regroupement des ouvriers dans les fabriques.

97Le mouvement n’affecte pas seulement les fileurs, il touche aussi les tisserands dont le travail à domicile devenait incompatible avec une bonne organisation de la production. L’origine même des immigrants, que nous analysons dans un chapitre suivant, confirme cette hypothèse. La plupart d’entre eux proviennent en effet soit de l’agglomération, soit de la région économique verviétoise et des zones rurales qui la jouxtent.

984°) L’explosion démographique qui caractérise le régime hollandais est le fait du mouvement migratoire. La baisse du niveau de mortalité générale après 1821 ne fait qu’accentuer l’impact déterminant de l’immigration par l’amélioration des soldes naturels qu’elle entraîne.

99Si l’on compare l’évolution des flux migratoires de la période hollandaise avec ceux qu’a connus Verviers, pendant la révolution industrielle (1799-1810) d’une part, après l’Indépendance d’autre part, on constate que le phénomène d’attraction du pôle s’est manifesté avec une efficacité toute particulière entre 1821 et 1826. En cinq ans, l’immigration a drainé vers la ville un supplément de population de 3655 unités, ce qui représente une progression de près de 30 % par rapport au chiffre du recensement de 1820. Rappelons que cette croissance démographique est générale pour la zone urbaine et industrielle, à partir de 1824, mais qu’il n’en allait pas de même auparavant. De 1816 à 1824, en effet, l’immigration s’est portée en majeure partie sur Verviers alors que les communes les plus proches, comme Hodimont, Ensival ou Dison, connaissaient un accroissement de population plus modéré.

1005°) Si l’on excepte l’épidémie de choléra de 1833-34, le mouvement naturel, et notamment le recul de la mortalité, se présentait, entre 1830 et 1846, comme un facteur favorable, susceptible d’un effet additif sur l’accroissement de la population. Malgré cet élément positif, la croissance démographique reste modérée et même faible en raison de l’évolution des soldes migratoires. Ceux-ci demeurent, pendant cette période, à un niveau nettement inférieur à celui atteint sous le régime hollandais.

101Au vu des chiffres, on peut considérer, en effet, que le volume d’immigration entre 1831 et 1835 a permis, tout au plus, de reconstituer les pertes subies lors de la crise de 1830 et de l’épidémie de 1833-34. En fait, il faut attendre 1840 pour que le mouvement d’immigration connaisse une certaine reprise qui n’est cependant pas comparable, dans son ampleur, au flux migratoire des années 20.

  • 54 N. Briavoine, De l’industrie en Belgique, t. 2, p. 398.
    P. Lebrun, La rivoluzione industriale in Be (...)

102La conjoncture économique, difficile en raison de la réduction du marché intérieur, de la concurrence anglaise et de la politique protectionniste des principaux Etats54, explique, sans doute, une phase que l’on peut qualifier de stationnaire.

103A l’expansion démographique modérée de Verviers correspond, entre 1830 et 1846, un accroissement très remarquable de la population de Dison. En chiffres absolus, cette commune a bénéficié d’un solde migratoire égal à celui (± 2000 unités) enregistré à Verviers, à la même époque, avec une population trois fois plus importante. La croissance de Dison n’est en fait que la continuation du mouvement de hausse qui s’est développé, là aussi, dans le dernier tiers du régime hollandais.

  • 55 A.V., Correspondance, Reg. 27, p. 324.

104A ce stade, il est nécessaire de poser le problème des échanges migratoires entre Verviers et son agglomération. La provenance des immigrés aux recensements de 1806 et 1846 et les remarques que nous avons faites antérieurement à propos de la croissance de Dison, permettent de penser qu’en dehors des périodes de crise ou d’expansion plus vive, des facteurs non économiques, tels que les disponibilités de logement, ont joué un rôle non négligeable. Il est clair que l’afflux de 6000 habitants supplémentaires, venant s’ajouter à un solde naturel de 1385 unités entre 1816 et 1826, a dû aggraver la situation déjà difficile du logement. Dans une lettre adressée, le 7 mai 1825, à l’inspecteur du cadastre de la province, le Bourgmestre écrit : « les loyers des belles maisons étaient plus élevés, il y a 15 à 20 ans ; au contraire, les maisons d’ouvriers et celles servant de boutiques dans certaines rues se louent plus cher maintenant attendu le grand nombre d’individus des communes voisines et jusqu’à trois lieues d’ici, qui travaillaient ci-devant chez eux à la filature pour nos fabriques et qui, n’ayant eu plus rien à faire depuis l’établissement des mécaniques, sont venus successivement s’établir en ville »55. On ne pouvait trouver confirmation plus péremptoire, jusque dans la date, des hypothèses que nous avons formulées antérieurement à propos de la croissance démographique sous le régime hollandais. Quant au problème du logement, cet extrait montre que, dès 1825, la demande avait dépassé l’offre sur le marché des locations. Le taux d’occupation des maisons n’a d’ailleurs cessé de s’accroître pendant le demi-siècle, augmentant de plus de 60 % entre 1806 et 1846.

105On est en droit de se demander si, autour de 1830, Verviers n’avait pas atteint un point de saturation dans l’occupation des logements qui ne lui permettait plus d’absorber de nouveaux contingents d’immigrants. Il faut d’ailleurs noter que les premiers efforts de construction de maisons ouvrières datent de la période 1830-1840. Au-delà de la philanthropie, les industriels verviétois ne désiraient-ils pas maintenir ou amener en ville des travailleurs davantage attirés, à cette époque, par Dison ?

106Quoi qu’il en soit, une redistribution spatiale des habitants de l’agglomération verviétoise s’opère, au bénéfice de Dison, à deux reprises : sous le régime français et durant la première année de l’Indépendance. Elle annonce, en quelque sorte, un phénomène surtout manifeste dans la seconde moitié du 19e siècle : la croissance des communes suburbaines.

Notes

1 Le taux brut de natalité mesure le rapport des naissances vivantes à l’effectif total de la population. Il est notamment influencé par la structure des âges de la population considérée.

2 A. Armengaud, Population in Europe dans The Industrial Revolution, p. 55 et seq.
A. Kaufmann, Demographische Struktur und Haushalts-und Familienformen der Wiener Bevölkerung, Wien, 1971, p. 46.
N. Tranter, Population since the industrial revolution, p. 53.
E.A. Wrigley, Industrial growth and population change, p. 122.
R. Andre, J. Pereira-Roque, La démographie de la Belgique au XIXe siècle, p. 59.

3 Le taux de fécondité générale mesure le rapport des naissances vivantes d’une année à l’effectif des femmes en âge de procréer.

4 Le taux brut de reproduction mesure combien 100 filles, choisies au hasard parmi les nouveaux-nés, mettraient de filles au monde dans les conditions de fécondité envisagées en l’absence de toute mortalité depuis la naissance jusqu’à la fin de la période de procréation. Pour le calcul de ce taux, voir J. Bourgeois-Pichat, Evolution de la population française depuis le XVIIIe siècle dans Population 1951, no 4, p. 637.

5 En 1845-1848, le taux de fécondité générale en Belgique s’élève à 127,8 ‰ ; R. Andre, op.cit., p. 26.

6 E. Van De Walle, La nuptialité en Belgique de 1846 à 1930 et ses relations avec le déclin de la fécondité dans Population et famille, 1965, no 6-7, p. 37-56.

7 E.A. Wrigley, Industrial growth and population change, p. 133, 141, 142.
E.A. Wrigley, Société et population, p. 195.
R. Andre, op. cit., p. 66-67.

8 E.A. Wrigley, Société et population, p. 157-164.
E.A. Wrigley, Industrial growth and population change, p. 133.

9 Sauf entre 1836 et 1840, les flux migratoires présentaient des excédents féminins (voir infra p. 186). Sur l’ampleur des mouvements migratoires, voir supra p. 118.

10 A Verviers, comme ailleurs, les naissances illégitimes augmentent à la fin du 18e siècle. Elles représentent 1,7 % des naissances en 1750, 2 % en 1770, mais 4,7 % en 1780 et 5,6 % en 1790. A.E.L., Registres paroissiaux, 1748-1773, 1774-1796.

11 Le taux de fécondité légitime mesure le rapport des naissances vivantes légitimes à l’effectif des femmes mariées en âge de procréer.

12 R. Andre, La démographie de la Belgique au 19e siècle, p. 63-64.
E.A. Wrigley, Industrial growth and population change, p. 133, 141.
E.A. Wrigley, Société et population, p. 195.

13 Le taux brut de nuptialité mesure le rapport des mariages d’une année à l’effectif total de la population.

14 Voir supra, graphique no 2, p. 95.

15 A propos de l’âge au mariage, voir :
A.M. Andre, Le mariage chez les fabricants de drap verviétois, p. 75-79.
C. Firket, La nuptialité dans la région liégeoise à la fin de l’Ancien Régime et au début de l’industrialisation, mémoire inédit, Liège, 1974, p. 49-51, 60.
D'après C. El Kefi, l’âge médian au mariage des ouvrières du textile à Verviers, en 1856, serait de 25,5 ans. C. El Kefi, La population féminine active de l’industrie textile verviétoise, p. 185-186.

16 Voir infra, p. 120.

17 La baisse fondamentale de la mortalité s’affirme, en Belgique, à partir de 1875. Elle s’accélérera à la fin du 19e siècle, à la suite du recul de la mortalité infantile.
R. Andre, La démographie de la Belgique au XIXe siècle, p. 71-79, 114-115.

18 Le taux brut de mortalité mesure le rapport du nombre annuel de décès à l’effectif de la population durant l’année considérée.

19 A.V., Registres paroissiaux, 1796-1805.
A.E.L., Registres de l’état civil, an V - 1850.
N. Tranter, Population since the industrial revolution, p. 53.
R.M. Reeve, The industrial revolution, p. 197.
J.C. Toutain, La population de la France de 1700 à 1959, p. 34-35.
M. Theys, La population de Diest pendant les deux premiers tiers du XIXe siècle, p. 80.

20 La ville de Diest a été choisie comme exemple d’une ville qui est restée en dehors des courants d’industrialisation et de concentration urbaine au 19siècle.
M. Theys, op. cit., p. 7 et seq.

21 A.V., Registres de l’état civil, an V - 1850.
M. Theys, op. cit., p. 80.
J.C. Toutain, op. cit., p. 34-35.

22 A.E.L., Registres de l’état civil, an V - 1850.
R. Andre, La démographie de la Belgique, p. 139.
J.C. Toutain, La population de la France de 1700 à 1959, p. 34-35.
B.R. Mitchell, P. Deane, Abstract of britsh historical statistics, Cambridge, 1962, p. 36-37.
M. Theys, La population de Diest pendant les deux premiers tiers du XIXe siècle, p. 80.

23 A.E.L., Registres de l’état civil, an V - 1850.
CL. Desama, L’expansion démographique du XIXe siècle, p. 147.
H. Damas, Le mouvement naturel de la population belge. Son évolution de 1846 à 1960 dans Population et famille, 2, 1963, p. 109.

24 CL. Desama, op. cit., p. 148.
H. Damas, op. cit, p. 113.

25 Cl. Desama, op. cit., p. 148.
H. Damas, op. cit., p. 88.

26 E.A. Wrigley, Société et population, p. 174-175.
Voir à ce sujet : W. Farr, Vital statistics, p. 477-478.
A.F. Weber, The growth of cities, p. 349.
R.S. Rowntree, Poverty : a study of town life, p. 112-117.

27 Cl. Desama, op. cit, p. 148.

28 A propos des crises de choléra à Verviers, voir :
A. Lafosse, Epidémies de choléra à Verviers (1833-1834, 1849, 1866), mémoire inédit, Liège, 1977.
Sur la hausse du prix du pain en 1802 : A.N., F 20, 237.
A propos de la crise de 1812 : M. Deprez, Une crise agricole grave (juin 1811 - juillet 1812). Phénomènes et remèdes dans le département de l’Ourthe dans Le Vieux Liège, 1953, p. 244-257. A propos de la crise de 1816-17 :
A.V., Correspondance, Reg. 23, p. 39, 41, 73, 75. M.A.P.L., t. 3, p. 26-35.

29 A.V., Correspondance, Reg. 23, p. 335, 396-397.
J. Lejaer, Histoire de la ville de Verviers (1814-1830), p. 134-135.

30 A.E.L., Registres de l’état civil, Mariages, 1816-1818.

31 J. Dupaquier, De l’animal à l'homme ; le mécanisme régulateur des populations traditionnelles dans La quantification en histoire, p. 41, 46, 59.
Sur ce sujet voir : P. Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, Paris, 1960.
Actes du colloque international de démographie historique de Liège - Problèmes de Mortalité, Liège, 1963.
A propos du lien entre les crises de subsistances et les épidémies au 19e siècle, voir A. Armengaud, Histoire générale de la population mondiale, p. 367 - C. Rollet, L’effet des crises économiques du début du XIXe siècle sur la population dans Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, t. XVII, 1970, p. 391-410.

32 Voir supra, p. 46 et p. 78, note 5.

33 Les structures des âges de la population en 1806-1826 et 1846, qui ont servi de base à ce calcul, se trouvent dans le chapitre suivant, infra, p. 131.

34 En Belgique, la mortalité infantile ne diminue de façon significative qu’à la fin du 19e siècle. R. Andre, La démographie de la Belgique, p. 113-121.

35 L’espérance de vie à la naissance était, en Belgique, de 32,2 ans en 1832 et de 39 ans en 1841-1850 d’après les tables de Quetelet. Le premier chiffre étant sous-estimé, l’écart entre les deux données est, en fait, moins grand. En tout état de cause, l’espérance de vie s’est améliorée entre 1830 et 1846 au profit des enfants de plus d’un an et des adultes de moins de quarante ans. R. Andre, La démographie de la Belgique au 19e siècle, p. 86-90.

36 Voir infra, La taille des ménages, p. 163 et seq.
Enquête sur la condition de la classe ouvrière, t. 3, Rapport de Wasseige, p. 502, 580-593.
« Les logements ouvriers sont composés d’une pièce (...) qui sert de cuisine, de salle à maner et de chambre à coucher pour tout un ménage ». E. Putzeys, Conférence sur l’hygiène publique et privée, p. 6.
R. Courtois, Recherches sur la statistique physique, agricole et médicale de la province de Liège, t. 2, p. 171, 176, 190.

37 Voir infra, p. 227.

38 Enquête sur la condition des classes ouvrières et sur le travail des enfants, t. 3, Rapport de Wasseige, p. 540-541.
Voir aussi : R. Courtois, op. cit., p. 178-180 ; N.G. Fossion, Rapport sur la condition des ouvriers et le travail des enfants dans les manufactures, p. 66,105-106 ; Exposé de la situation de la ville de Verviers, 1858, p. 103.

39 Enquête sur la condition des classes ouvrières, p. 541.
J. Lejaer, Histoire de la ville de Verviers (1814-1830), p. 176.
J.S. Renier, Histoire de l’industrie drapière, p. 85.

40 A.V., Actes du collège, t. 2, p. 28-29.

41 A.V., Actes du conseil, 2e série, t. 15, p. 17-20.

42 Enquête sur la condition des classes ouvrières, p. 542, 554.
R. Courtois, op. cit., p. 178-180.
N.G. Fossion, op. cit., p. 57-58.

43 Les structures d’âge ont exercé une influence décisive sur l’évolution de la fécondité générale et de la mortalité. Voir supra p. 90-93.

44 Sur le rôle des modèles en démographie historique et leurs conditions d’utilisation, voir E. Van De Walle, De l’emploi des modèles en démographie historique dans Actes du Colloque international de Florence (1-3 octobre 1971), Annales de démographie historique, 1972.

45 Voir supra, tableau no 12, p. 98.

46 Au sujet des répercussions de la crise de subsistances de 1811-1812, voir supra, p. 108.

47 A propos de la crise de 1810-12, voir supra, p. 128, note 28.

48 Voir supra, p. 109.

49 Pour l’évolution de la mortalité, voir supra, p. 104 ; pour la structure des âges, voir infra, p. 131.

50 Voir supra, tableau no 9, p. 94 ; graphique no 2, p. 95.

51 Voir supra, p. 109.

52 Sur la mortalité consécutive à l’épidémie de choléra, voir supra, graphique no 5, p. 118.
A. Lafosse, Epidémies de choléra à Verviers, p. 192-194.

53 Il faut remarquer que ces années de ralentissement relatif des flux migratoires sont aussi celles où l’on note les premiers signes avant-coureurs de la crise de 1830 (H. Hasquin, Déjà puissance industrielle (1740-1830) dans Histoire de la Wallonie, t. 1, p. 347).

54 N. Briavoine, De l’industrie en Belgique, t. 2, p. 398.
P. Lebrun, La rivoluzione industriale in Belgio dans Studi Storici, 1961, p. 604.
R. Demoulin, Guillaume Ier et la transformation économique des provinces belges, p. 321.

55 A.V., Correspondance, Reg. 27, p. 324.

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE No 1. MOUVEMENT GENERAL DES TAUX DE NATALITE, DE MORTALITE ET DE NUPTIALITE (1800-1846)
Légende Sources : Tableaux no 1, p. 375, no 11, p. 388, no 14, p. 396.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6138/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 2. TAUX BRUTS ANNUELS DE NATALITE A VERVIERS ET EN BELGIQUE (1830-1850)
Légende Sources : A.E.L., Registres de l’état civil, 1830-1850.Démographie de la Belgique 1921-1939.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6138/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 7. NOMBRES ABSOLU ET RELATIF DES FEMMES EN AGE DE PROCREER (15-44 ans)
Légende Sources : A.V., Registres de population, 1806-1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6138/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre 8. STRUCTURE D’AGE DES FEMMES EN AGE DE PROCREER (15-44 ans)
Légende Sources : A.V., Registres de population, 1806-1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6138/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre GRAPHIQUE No 2. EVOLUTION COMPAREE DES TAUX DE NATALITE, DE FECONDITE ET DE NUPTIALITE (1806-1846)
Légende Sources : Tableaux no 1, p. 87, no 9, p. 94, no 11, p. 97.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6138/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 10. TAUX DE FECONDITE GENERALE ET DE FECONDITE LEGITIME EN BELGIQUE ET EN EUROPE (1860-1880)12
Légende (a) Districts industriels.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6138/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre 12. REPARTITION SELON L’ETAT MATRIMONIAL DES FEMMES EN AGE DE PROCREER (15 à 44 ans)
Légende Sources : A.V., Registres de population, 1806-1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6138/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre GRAPHIQUE No 3. REPARTITION SELON L’ETAT MATRIMONIAL DES FEMMES EN AGE DE PROCREER (1806-1846)
Légende Source : Tableau no 12, p. 98.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6138/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre 17. TAUX DE MORTALITE ENTRE 1831 ET 1850 A VERVIERS, A DIEST, EN BELGIQUE, EN FRANCE ET EN ANGLETERRE22
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6138/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre GRAPHIQUE No 4. NIVEAU DE LA MORTALITE PENDANT LES CRISES DE SUBSISTANCES ET LES EPIDEMIES (1800-1850) (en ‰)
Légende Sources : Tableau no 19, p. 108.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6138/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre 21. DECES PAR AGES
Légende Sources : A.E.L., Registres de l’état civil, 1806, 1826, 1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6138/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre GRAPHIQUE No 5. REPARTITION DES DECES PAR GROUPES D’AGE (1806, 1826, 1846) (en %)
Légende Sources : Tableau no 21, p. 110.Légende : 1806 = 11826 = 21846 = 3
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6138/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre 25. ACCROISSEMENT NATUREL ET ACCROISSEMENT MIGRATOIRE A VERVIERS (1799-1846)
Légende (a) Il s’agit de la proportion respective de l’accroissement naturel et de l’accroissement migratoire dans l’accroissement de la population.Sources : A.V., Registres de population, 1806-1846.A.N., F 20, 399.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6138/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre GRAPHIQUE No 6. EVOLUTION COMPAREE DES TAUX D’ACCROISSEMENTS NATUREL ET MIGRATOIRE (1799-1846)
Légende Sources : Tableau no 25, p. 413.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6138/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

© Presses universitaires de Liège, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search