Version classiqueVersion mobile

Population et révolution industrielle

 | 
Claude Desama

Chapitre I. Croissance démographique et expansion économique à Verviers pendant la Révolution industrielle (1799-1850)

Texte intégral

A) La croissance démographique

  • 1 P. Lebrun , L’industrie de la laine à Verviers pendant le 18e et le début du 19e siècle, Liège, 19 (...)
  • 2 A.V., Registre de population, 1806.
    A.N., F 20, 31.

1Nous ne possédons pas de dénombrements susceptibles de nous fournir des renseignements sur le chiffre de la population verviétoise au cours du 18e siècle. Tout au plus relève-t-on quelques notations approximatives dont rien ne permet de mesurer l’exactitude. Sur la base de six personnes par ménage, Pierre Lebrun évalue à 12.800 âmes la population en 1769, tandis que la municipalité l’estime à 12.070 habitants en 1789 et à 13.897 d’après le recensement effectué en l’an III1. Si l’on s’arrête à ces chiffres, Verviers aurait perdu près de 2.000 unités entre 1789 et le début du 19e siècle. La ville ne compte plus, en effet, que 10.659 habitants en 1806. Ce chiffre est le premier sur lequel on puisse se fonder avec quelque certitude puisqu’il résulte du dépouillement de la liste nominative établie, au cours du premier trimestre de l’année, conformément aux instructions gouvernementales2.

  • 3 A.V., Conseil, Reg. 19, p. 461.
    A.V., Farde 114, no 11.
    R. Courtois, Recherches sur la statistique p (...)
  • 4 Les coefficients qui correspondent à ces taux de natalité sont respectivement : 30, 26, 24. Ils on (...)

2Faut-il croire dès lors, avec les contemporains, que Verviers avait payé un tribut particulièrement lourd aux difficultés du temps et à la crise alimentaire qui frappa la ville en 1794-17953 ? Pour le savoir nous avons cherché à estimer, de façon plus rigoureuse, le chiffre de la population dans la seconde moitié du 18e siècle par le recours à la technique du « coefficient multiplicateur » du nombre de naissances en fonction du taux de natalité. Partant de moyennes quinquennales de naissances, nous avons évalué le nombre d’habitants en nous fondant sur trois hypothèses de taux de natalité : 32-33 ‰, 37-38 ‰ et 42-43 4.

1. POPULATION DE VERVIERS DANS LA SECONDE MOITIE DU 18e SIECLE

années (a)

estimation 1 (32-33 ‰)

estimation 2 (37-38 ‰)

estimation 3 (42-43 ‰)

1750

12.390

10.738

9.912

1760

9.930

8.606

7.613

1770

10.320

8.944

7.912

1780

12.360

10.712

9.476

1790

13.230

11.466

10.143

1796

12.240

10.608

9.792

(a) : il s’agit des années centrales de chaque période quinquennale
Sources : A.E.L., Registres paroissiaux, 1748-1773, 1774-1796.

3Si l’on admet, pour la fin du 18e siècle, un taux de nuptialité de l’ordre de 9 à 10 ‰, ce qui nous semble un maximum, ce sont les estimations 1 et 2 qui doivent être considérées comme les plus probables.

  • 5 A.E.L., Registres Paroissiaux, 29, 1795.
    1484 décès ont été enregistrés pour la seule année 1795. C (...)

4Dans ces conditions, Verviers aurait perdu de 1500 à 2000 habitants entre 1790 et 1799 dont la moitié au moins à cause de la surmortalité de 17955.

5Avec les réserves qu’impose toute estimation, il faut noter que la population ne s’accroît pas entre 1750 et 1780 mais qu’elle augmente après cette date pour atteindre ce qui est, sans doute, son maximum séculaire. Par rapport à la période que nous allons étudier, à savoir la première moitié du 19e siècle, la croissance de la population verviétoise, entre 1750 et 1790, reste modérée (6,7 ‰ par an).

***

6De 1806 à 1846, la population de Verviers passe de 10.659 à 22.870 habitants soit un doublement, et même davantage, des effectifs. Si la tendance générale, pendant cette première moitié du 19e siècle, est à l’accroissement de la population, le rythme n’en est pas uniforme ainsi qu’en témoigne le tableau no 2.

2. CROISSANCE DE LA POPULATION

années

nombres

indices

1806

10.659

100

1810

10.552

99

1816

11.563

108

1820

12.932

121

1826

18.025

155

1830

18.979

178

1836

19.735

183

1840

20.567

193

1846

22.870

215

Sources : A.V., Registres de population, 1806-1846.

7On constate en effet que la croissance est la plus rapide entre 1820 et 1830 avec un taux moyen d’accroissement annuel de 46,7 ‰ ; qu’elle ralentit nettement pendant la première décennie de l’indépendance (8,3 ‰) pour reprendre de plus belle jusqu’en 1846 (18,5 ‰. C’est entre 1806 et 1816 que l’expansion démographique a été la plus faible avec un taux moyen d’accroissement annuel de 8 ‰.

8En se référant au cadre historique conventionnel, on peut diviser la première moitié du 19e siècle en trois périodes qui se caractérisent chacune par un rythme de croissance démographique différent :

a) LE REGIME FRANÇAIS

9L’examen des chiffres de population pour la période antérieure à 1816 indique que le taux de croissance de 8 ‰ est excessif dans la mesure où, entre 1806 et 1815, la population reste stationnaire :

GRAPHIQUE No 1. POPULATION DE VERVIERS DE 1750 A 1850 (en milliers d’habitants)

GRAPHIQUE No 1. POPULATION DE VERVIERS DE 1750 A 1850 (en milliers d’habitants)

3. CROISSANCE DE LA POPULATION SOUS LE REGIME FRANÇAIS

années

nombres absolus

indices

1799

10.072

100

1806

10.659

105,8

1810

10.552

104,8

1815

10.662

105,8

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1810, 1815.

10Il serait donc plus exact de parler d’une croissance faible voire nulle pour la période du régime français postérieure à 1806 et d’une reprise modérée de l’expansion dès la première année du régime hollandais avec un taux d’accroissement de 8 ‰ entre 1815 et 1816.

11Contrairement à ce qu’une première observation aurait pu laisser croire, il ne semble pas que la crise qui débute en 1810-1811 et s’étend jusqu’en 1814 soit, seule, responsable du profil stationnaire de la population. Avant 1810 en effet la croissance était déjà très modérée puisque le taux d’accroissement annuel moyen entre 1806 et 1809 était de 7,6 ‰.

  • 6 A.N., F 20, 399.
    Il s’agit probablement du recensement du 12 ventôse an 7 (2 mars 1799) dont on n’a (...)

12Se référer à la période antérieure à 1806 est beaucoup plus aléatoire dans la mesure où l’on ne possède aucune source susceptible de nous fournir des chiffres de population sûrs. Toutefois un dénombrement, dont nous n’avons pas conservé la trace, a été effectué à Verviers en l’an 7. Le résultat global en a été repris, sans modification, dans l’Etat de population dressé par la Préfecture de l’Ourthe le 25 Frimaire an 96. Selon cette source la population s’élevait, en 1799, à 10.072 habitants soit à peine 587 de moins qu’en 1806. Pour autant que ce chiffre soit proche de la réalité, le taux d’accroissement annuel moyen dans la période antérieure à 1806 aurait été de l’ordre de 8 ‰.

13En résumé, on peut considérer que le régime français, à Verviers, se caractérise par une croissance démographique modérée pendant la révolution technique (1799-1810), suivi d’une croissance tantôt faible, tantôt négative en raison de la crise qui précède l’annexion aux Pays-Bas.

14Ce phénomène observé est-il propre à Verviers ou est-il le reflet d’une situation plus générale ?

15Voyons ce qu’il en est dans les trois principales communes de l’agglomération : Dison, Ensival et Hodimont.

4. POPULATION DE DISON, ENSIVAL ET HODIMONT SOUS LE REGIME FRANÇAIS

4. POPULATION DE DISON, ENSIVAL ET HODIMONT SOUS LE REGIME FRANÇAIS

Sources : A.N., F 20, 105, 237, 399.

5. TAUX D’ACCROISSEMENT ANNUEL MOYEN (en ‰)

5. TAUX D’ACCROISSEMENT ANNUEL MOYEN (en ‰)
  • 7 P. Lebrun, op. cit., p. 82-83.
  • 8 D. Brouwers, La fabrique des queues et pennes dans le duché de Limbourg en 1766 dans Bulletin de l (...)

16Le tableau no 4 montre que Dison et surtout Ensival connaissent, sous le régime français, une expansion démographique très vive alors que le taux d’accroissement de Hodimont est plus proche de celui de Verviers. Si l’on se réfère à la situation géographique de ces communes, on peut se demander dans quelle mesure le mouvement d’immigration, lié aux premières phases de la révolution industrielle, ne s’est pas manifesté davantage au profit des principales communes périphériques qu’au centre de l’agglomération dont Hodimont fait partie intégrante. Toutefois dans le contexte économique de l’époque, il paraît peu indiqué de dissocier Ensival de Verviers et Hodimont car cette commune constitue en fait leur prolongement le long de la vallée de la Vesdre7. En revanche Dison est le siège, dès la seconde moitié du 18e siècle, d’une activité économique plus spécifique même si elle reste liée à la fabrication du drap : la transformation des queues et pennes8. Il convient donc de nuancer en conséquence notre commentaire sur l’expansion démographique et les conclusions que l’on peut en tirer.

b) LE REGIME HOLLANDAIS

17Après 1815, l’expansion de la population reprend sur un rythme modéré (8 ‰), comparable à celui qu’avait connu Verviers avant la crise économique, pour ensuite s’accélérer au point de provoquer une véritable explosion démographique, qui voit la population verviétoise augmenter de plus de 50 % en dix ans.

6. CROISSANCE DE LA POPULATION SOUS LE REGIME HOLLANDAIS

années

nombres

indices

1816

11.563

100

1820

12.932

111,8

1825

16.486

142,6

1826

18.025

155,8

1829

19.592

169,4

1830

18.979

164,1

Sources : A.V., Registre de population, 1816-1830.

18Alors que le taux d’accroissement annuel moyen pour l’ensemble de la période (1816-1830) est de l’ordre de 45,8 ‰, soit un taux déjà très élevé, on observe différentes phases de croissance dont certaines atteignent des niveaux peu courants.

7. TAUX D’ACCROISSEMENT ANNUEL MOYEN (en ‰)

1816-1820

29,6

1820-1825

54,9

1825-1826

93,3

1826-1829

47,1

1829-1830

— 36,2

1816-1829

53,4

19La période d’accélération la plus forte se situe entre 1820 et 1826 avec une pointe particulièrement vive en 1825-26. Quant aux dernières années du régime hollandais elles se caractérisent par une expansion qui demeure forte mais ne dépasse plus cependant la moyenne de la décennie. La chute brutale du taux d’accroissement observée en 1830 constitue un phénomène limité. Il s’ensuivra cependant une période de croissance plus modérée et plus erratique qui met davantage encore en évidence la progression remarquable de la population pendant le régime hollandais.

20Qu’en est-il, pendant cette même période, des communes de Hodimont, de Dison et d’Ensival qui, sous le régime français, avaient connu une croissance démographique tantôt analogue tantôt supérieure à celle de Verviers ?

8. POPULATION DE DISON, ENSIVAL, HODIMONT SOUS LE REGIME HOLLANDAIS

communes

1818 (a)

1824 (a)

1829 (b)

Dison

2.983

3023

3807

Ensival

2415

2004

2722

Hodimont

1949

2037

2499

Sources : (a) A.E.L., Fonds Hollandais, 3253-3254.
(b) Ph. Vander Maelen, Dictionnaire géographique de la Province de Liège.

8 bis. TAUX D’ACCROISSEMENT ANNUEL MOYEN A DISON, ENSIVAL, HODIMONT

communes

1818-1824

1824-1829

1818-1829

Dison

2,2

51,9

25,1

Ensival

— 28,4

71,6

11,6

Hodimont

7,5

45,4

25,6

  • 9 Les chiffres de population de Dison, Ensival, Hodimont et, d’une manière générale, des autres comm (...)

21En gardant à l’esprit que ces chiffres de population ne sont pas extraits des listes nominatives et qu’ils offrent, par conséquent, moins de garantie d’exactitude que ceux de Verviers9, on peut néanmoins faire les observations suivantes :

  • La reprise de l’expansion démographique qui, à Verviers, s’observe dès les premières années du régime hollandais, semble avoir été plus tardive dans les communes voisines. Pendant cette période, entre 1818 et 1825, elles connaissent en effet une croissance tantôt faible (Dison), tantôt modérée (Hodimont).
  • L’accélération du rythme de croissance, sensible à Verviers entre 1825 et 1829, se manifeste aussi à Dison avec une ampleur d’autant plus vive que cette commune sort d’une phase de moindre accroissement. L’évolution de Dison est, à cet égard, plus significative que celle d’Ensival où les chiffres de population de 1824 sont anormalement faibles. Quant à Hodimont, il retrouve un taux de croissance plus proche de celui de Verviers dont il s’était cependant écarté dans la période précédente.
  • Contrairement à ce qui s’était passé sous le régime français, les principales communes de l’agglomération ont absorbé une part moindre de l’immigration vers le pôle verviétois que Verviers même. Il n’est pas impossible que le mouvement de concentration des entreprises, amorcé par la crise de 1810-11 et poursuivi sous le régime hollandais10, ait exercé une influence sur la répartition spatiale de la population dans la zone urbaine et industrielle où fabriques et maisons d’habitations s’entremêlent. Cette hypothèse mérite d’autant plus d’être prise en considération que cette concentration s’est opérée au bénéfice de Verviers ville par la double attraction de la Vesdre et du Canal des usines11. Le cas de Hodimont pourrait confirmer cette interprétation dans la mesure où le taux de croissance de sa population est resté modéré jusqu’en 1824-25, en tout cas, très largement en-dessous de celui de Verviers.

c) APRES L'INDEPENDANCE

22L’année 1830 marque un tournant dans l’évolution de la population verviétoise. Après la forte expansion démographique du régime hollandais, nous entrons dans une phase de ralentissement qui dure environ dix ans. Ce n’est qu’après 1840 que le rythme de croissance va à nouveau s’accélérer sans atteindre cependant les maxima de 1825 à 1829. La crise économique de 1847-48, suivie de l’épidémie de choléra de 1849, marque un nouveau temps d’arrêt dans le mouvement d’expansion de longue durée qui reprend dès 1850 pour atteindre son maximum historique à la fin du siècle.

9. CROISSANCE DE LA POPULATION APRES 1830

années

nombre

indices

1830

18.979

100

1835

19.492

102,7

1836

19.735

103,9

1840

20.567

108,3

1846

22.870

120,5

1850

24.053

126,7

1856

27.115

142,8

Sources : A.V., Registres de population, 1806-1846, 1856.
A.V., Correspondance, reg. 50-60.

10. TAUX D’ACCROISSEMENT ANNUEL MOYEN (en ‰)

1830-35

5,4

1836-40

10,5

1841-46

18,7

1830-46

12,8

23Si l’on découpe la période selon les rythmes de croissance, on met en évidence deux phases principales :

a) DE 1830 A 1835

  • 12 A propos de cette épidémie de choléra, voir : A. Lafosse, Epidémie de choléra à Verviers (1833-34, (...)

24Le taux d’expansion est relativement faible mais reste néanmoins supérieur à celui que Verviers a connu à la suite de la crise de 1810-11. L’épidémie de choléra qui a sévi dans la ville en 1833 et 183412 a, bien évidemment, affecté la croissance dans un sens négatif. Pour s’en convaincre, il suffit non seulement d’observer la nette augmentation de la mortalité en 1833-34 (respectivement 53 et 52 ‰ contre 30 à 35 ‰ les années précédentes) mais aussi la baisse du chiffre de la population qui se trouve ramené à son niveau de 1830. L’épidémie annule les effets de l’expansion que Verviers avait connue pendant les premières années de l’Indépendance (1831-1832) avec un taux annuel moyen d’accroissement de 13,7 ‰.

b) DE 1836 A 1846

  • 13 Cl. Desama, L’Expansion démographique du XIXe siècle dans La Wallonie, le pays et les hommes, t. 2 (...)

25La population verviétoise reprend sa croissance sur un rythme, certes plus lent qu’avant l’Indépendance, mais comparable à celui des autres régions industrielles de la Wallonie, avec un taux d’accroissement annuel moyen de 15,9 ‰13.

26Au vu du tableau no 10, il est possible de distinguer deux mouvements : l’un d’expansion modérée (1836-1840) avec un accroissement annuel moyen de 10,5 ‰ ; l’autre de croissance plus vive, après 1840, avec un taux de 18,7 .

27Après l’Indépendance, les communes de Dison, Ensival et Hodimont ont poursuivi, elles aussi, leur expansion mais selon des rythmes différents.

11. CROISSANCE DES POPULATIONS DE DISON, ENSIVAL ET HODIMONT (1829-1846)

1829

1846

T.A.M. (en ‰)

Indice (1829 = 100)

Dison

3807

5749

30

151

Ensival

2722

3264

11,7

119,9

Hodimont

2334

2646

7,9

113,4

Sources : Ph. Vander Maelen, Dictionnaire géographique de la Province de Liège.
Statistique de la Belgique, recensement de 1846.

28Comme l’indique le tableau no 11, la croissance de Dison a été particulièrement vive entre 1829 et 1846, et très nettement supérieure à celle de Verviers.

29Ainsi, à l’exception de la période 1816-1824, Dison a-t-il connu une expansion plus rapide que celle de Verviers en suivant un rythme parfois très différent. Cette « indépendance » dans l’évolution, que l’on ne rencontre ni à Ensival ni à Hodimont, et l’importance de sa population lui confèrent une place particulière dans le cadre démographique de la région verviétoise : celle d’un pôle d’attraction secondaire qui trouve sans doute son origine dans la spécificité de ses activités économiques.

GRAPHIQUE No 2. LA CROISSANCE COMPAREE DES POPULATIONS DE VERVIERS ET DE DISON (1800-1846)

GRAPHIQUE No 2. LA CROISSANCE COMPAREE DES POPULATIONS DE VERVIERS ET DE DISON (1800-1846)

30Comparons à présent les taux et indices verviétois avec ceux enregistrés, entre 1831 et 1846, en Belgique d’une part, en Wallonie d’autre part.

  • 14 R. Andre, J. Pereira-Roque, La Démographie de la Belgique au XIXe siècle, Bruxelles, 1974, p. 16.
    C (...)

12. CROISSANCE COMPAREE DE LA POPULATION A VERVIERS, EN WALLONIE ET EN BELGIQUE14

1831

1846

indices (1831 = 100)

T.A.M. (‰)

Verviers

19.711

22.870

116

10,7

Wallonie

1.505.474

1.778.023

118

11,3

Belgique

3.785.814

4.337.196

114,6

9,1

31A la lecture de ce tableau, on constate que le rythme d’accroissement de la population verviétoise a été supérieur à celui de l’ensemble du pays mais qu’il reste légèrement inférieur à celui de la région wallonne. Cette remarque doit être nuancée cependant compte tenu du chiffre relativement élevé de la population verviétoise en 1831. Si l’on prend, en effet, comme référence de départ les années 1830, 1832, ou encore le chiffre moyen de la population en 1830-32, les taux d’accroissement annuel moyen seront respectivement de 12,8 ‰, 12,2 ‰ et 12 ‰. Il est donc plus exact de considérer que la croissance démographique verviétoise, entre 1831 et 1846, se situe au même niveau que celle de la population wallonne.

32Par rapport à d’autres pays d’Europe Occidentale, les taux wallons et verviétois ne sont pas exceptionnels : ils sont tantôt légèrement inférieurs, tantôt équivalents à ceux de l’Angleterre et du Pays de Galles, dont le dynamisme démographique est remarquable, mais demeurent supérieurs à ceux de la Belgique, bien sûr, des Pays-Bas, de l’Allemagne, des pays Scandinaves et, surtout, de la France ainsi qu’en témoigne le tableau ci-dessous :

  • 15 R. Andre, J. Pereira-Roque, op. cit., p. 18.
    A. Armengaud, Population in Europe, 1700-1914 dans The (...)

13. TAUX DE CROISSANCE DE LA POPULATION EN EUROPE DE 1830 A 185015

Périodes

Angleterre

Pays de Galles

Ecosse

France

1831-41

13,6

13,6

10,3

5

1841-51

12

12

9,8

4,4

Périodes

Pays-Bas

Allemagne

Suède

Danemark

1830-40

9,1

8,8

8,4

7,9

1840-50

6,7

9,8

10,5

9,3

d) VERVIERS DANS SA REGION

33La notion de région économique est un concept assez récent même s’il exprime une réalité parfois fort ancienne.

  • 16 On aurait pu y ajouter aussi d’autres communes ou hameaux, qui se trouvent en lisière de la région (...)

34A la fin du 18e siècle et au début du 19e siècle, l’action polarisante de certains centres, liée au processus d’industrialisation, a créé des ensembles homogènes dont les éléments participent à une même fonction économique. C’est le cas de la région industrielle de Verviers constituée des communes entourant le pôle central, communes qui sont le siège d’entreprises textiles et dont la population vit, en majeure partie, de cette industrie. Cette région va de Limbourg à Theux en épousant les vallées de la Vesdre et de la Hoëgne. Elle comprend 11 communes : Dison, Ensival, Andrimont, Petit-Rechain, Lambermont, Wegnez, Stembert, Heusy, Limbourg, Theux et Hodimont16.

  • 17 A.N., F 20, 399, 237.
    A.E.L., Fonds Hollandais, 3253, 3254.
    Ph. Vandermaelen, Dictionnaire géographi (...)

14. POPULATION DE LA REGION VERVIETOISE (1800-1846)17

14. POPULATION DE LA REGION VERVIETOISE (1800-1846)17

15. PART RELATIVE DE VERVIERS

15. PART RELATIVE DE VERVIERS

GRAPHIQUE No 3. CROISSANCE COMPAREE DES POPULATIONS DE VERVIERS ET DE LA REGION VERVIETOISE (1800-1846)

GRAPHIQUE No 3. CROISSANCE COMPAREE DES POPULATIONS DE VERVIERS ET DE LA REGION VERVIETOISE (1800-1846)
  • 18 Programme de développement et d’aménagement de l’arrondissement de Verviers, p. 52-53,70, 75.

35Dans le tableau no 14, nous avons distingué la région économique de Verviers et la zone urbaine et industrielle proprement dite (Z.U.I.)18. Cette dernière entité est composée des communes qui non seulement participent à la même activité industrielle mais encore constituent, avec la ville de Verviers, une agglomération urbaine. Seuls Theux et Limbourg, en raison de leur situation géographique, échappent à cette Z.U.I. au sein de laquelle Verviers, comme centre principal, et Dison, comme centre secondaire, rassemblent 70 % de la population.

36On peut donc établir comme suit la hiérarchie urbaine dans la région verviétoise :

16. HIERARCHIE URBAINE DANS LA REGION VERVIETOISE

Pôle central

Pôle secondaire

Z.U.I.

Région économique

Verviers

Dison

Verviers

Z.U.I.

Dison

Theux

Ensival

Limbourg

Hodimont

Stembert

Petit-Rechain

Lambermont

Wegnez

Andrimont

37Voyons à présent la part relative prise par chacune de ces entités dans l’expansion démographique de la région verviétoise :

17. PART RELATIVE DES ENTITES DANS LA POPULATION DE LA REGION ET DE LA Z.U.I.

17. PART RELATIVE DES ENTITES DANS LA POPULATION DE LA REGION ET DE LA Z.U.I.

38Plusieurs éléments caractérisent l’évolution telle qu’elle apparaît dans ce tableau :

  • Deux mouvements continus se développent en sens opposés : l’accroissement de la part prise par la zone urbaine et industrielle (Z.U.I.) dans l’expansion de la région et la diminution, au sein de cette zone, du poids démographique des communes non verviétoises à l’exception de Dison.
  • Le poids du pôle central va croissant tant au niveau de la région que dans la zone urbaine et industrielle avec un saut très net sous le régime hollandais (vers 1825). Cette constatation permet d’affirmer que l’accélération de l’expansion démographique de Verviers en 1825-26 est un phénomène propre à la ville puisqu’il ne s’est manifesté ni sur le plan régional, ni dans la zone urbaine et industrielle.
  • L’importance relative de la population de Dison, tant par rapport à la région que par rapport à la zone industrielle, confirme ce que l’évolution comparée des chiffres de population de Verviers et de cette commune avait déjà laissé apparaître. On constate, en effet, entre Dison et les autres communes non verviétoises de la Z.U.I., la même relation inverse qui apparaît dans l’évolution comparée du poids respectif de Dison et de Verviers.

39Après avoir mis en évidence les traits principaux de l’évolution démographique des entités constituant la région verviétoise entre 1800 et 1846, comparons à présent leur rythme de croissance respectif.

18. TAUX D’ACCROISSEMENT ANNUELS MOYENS (en ‰)

18. TAUX D’ACCROISSEMENT ANNUELS MOYENS (en ‰)

40La croissance démographique de la zone urbaine et industrielle comme celle de la région suit les phases que nous avions déjà mises en évidence à propos de Verviers. Tout d’abord, on note une expansion modérée qui correspond à la première période de révolution industrielle suivie d’une croissance plus vive, surtout manifeste dans la première décennie (avant 1825) du régime hollandais. Une brusque accélération se produit dans les années antérieures à la révolution de 1830 ; elle précède une longue période d’accroissement plus modéré qui se prolonge sur un rythme semblable à celui que connaît la Wallonie.

41Au-delà de ce diagnostic général, c’est le comportement comparé des entités composant la région qui présente le plus d’intérêt. Que constatons-nous ?

  • La différence entre les rythmes de croissance de Dison et de Verviers, déjà observés précédemment, est encore plus nette lorsqu’on étend la comparaison aux autres communes. C’est ainsi que Dison connaît deux périodes de forte expansion correspondant à des phases d’accroissement plus modéré à Verviers et dans la région entre 1800 et 1806 d’abord, entre 1829 et 1846 ensuite. En revanche sa croissance est plus faible lors des premières années du régime hollandais alors que Verviers et la région industrielle enregistrent des taux d’accroissement élevés. Le seul point commun entre Dison et les autres entités est l’accélération des dernières années du régime hollandais, plus vive cependant à Dison qu’ailleurs.
  • Verviers et les autres communes de la zone industrielle, Dison mis à part, suivent une évolution démographique analogue. On pourrait même parler d’une corrélation stricte si l’accroissement de la population de Verviers n’avait pas été plus rapide que celui de sa région à la fin du régime hollandais, entre 1825 et 1829. Mais le parallélisme du trend général ne signifie pas que l’ampleur du mouvement d’expansion soit la même à chaque phase ; les taux d’accroissement de Verviers sont plus élevés que ceux des autres communes. Cette différence entre les niveaux de croissance a pour conséquence d’augmenter la part prise par la population de Verviers au sein de la région. Elle représente en effet 55,2 % de l’ensemble en 1846, contre 51,3 % quarante ans plus tôt. Il est à noter par ailleurs que, sous le régime français comme après 1830, la croissance de Dison s’est opérée au détriment tant de Verviers que des autres communes de la région, contribuant, elle aussi, à diminuer le poids relatif de ces dernières.

42En conclusion on peut affirmer que l’expansion de Verviers rend compte, dans sa chronologie et dans son rythme, de l’évolution démographique des communes qui l’entourent. Toute étude sur la population de Verviers sera donc considérée comme représentative de l’ensemble plus vaste constitué par la région économique verviétoise, au moins en ce qui concerne les facteurs de la croissance démographique et les implications sur les structures. L’enquête menée dans les registres de population de Verviers échappe ainsi à l’écueil des monographies traditionnelles dont on ne sait jamais jusqu’à quel point les résultats peuvent être généralisés.

43La seule réserve qui s’impose concerne Dison. Son expansion suit un rythme différent de celle de Verviers et des autres communes selon une chronologie bien particulière. Tout se passe comme si Dison se développait dans l’orbite de Verviers certes, mais de façon relativement autonome. C’est pourquoi nous lui avons assigné un rôle spécifique dans la hiérarchie urbaine, celui de pôle secondaire.

44Toute analyse démographique approfondie sur le plan régional devra prendre en compte cette singularité disonaise.

B) L’expansion économique de l’industrie verviétoise de 1799 à 1850

a) LE CADRE GENERAL

  • 19 P. Lebrun, La Rivoluzione industriale in Belgio dans Studi Storici, 3-4, 1961, p. 598-599.

45Située en bordure du triangle Liège-Maastricht-Aix-la-Chapelle, Verviers est le centre d’une région économique qui s’étend de Limbourg à Theux le long de la vallée de la Vesdre. Dès l’Ancien Régime, l’économie verviétoise possède une assise stable, fondée sur les manufactures de draps, et largement indépendante de la métropole liégeoise19. Verviers est, dès cette époque, le pôle inconstesté d’une région vouée exclusivement, jusque dans le mode de vie de ses habitants, à l’industrie de la laine en fonction de laquelle s’organisent les autres activités économique, sociale et politique.

  • 20 P. Lebrun, L’Industrie de la laine à Verviers, p. 100-102.
  • 21 Les archives de la firme Simonis révèlent que l’entreprise avait des clients à Hambourg, Hanovre, (...)
  • 22 R. Demoulin, op. cit., p. 318-319.
    P. Lebrun, Croissance et industrialisation. L’expérience de l’in (...)
  • 23 Briavoine, De l’industrie en Belgique, t. II, p. 398.
    R. Demoulin, op. cit., p. 321.

46Bénéficiant très tôt d’un système de production libre et d’un réseau de voies de communication ouvert sur l’Europe, l’industrie verviétoise tire le maximum de profit des avantages apportés par les régimes politiques qui se sont succédés depuis 1794. Les conquêtes de la Révolution française puis de l’Empire ont ouvert aux fabricants verviétois des débouchés très larges que le blocus continental a permis d’occuper sans risque de concurrence des produits anglais notamment20. Après l’ébranlement provoqué par la chute de l’Empire, l’industrie verviétoise reprend rapidement son expansion grâce, sans doute, à la politique économique très active de Guillaume I mais aussi par la réouverture de ses marchés vers l’Europe centrale, l’Italie, le Proche-Orient et surtout l’Allemagne21. En outre les Indes anglaises, l’Amérique du Sud et les Etats-Unis sont devenus, à leur tour, des débouchés précieux ainsi qu’en témoignent les exportations de draps de la firme Simonis22. En comparaison de ces mouvements, le marché intérieur absorbe une part plus limitée de la production. Après la crise de 1830, le problème des débouchés deviendra plus difficile en raison du rétrécissement du marché national, de la concurrence accrue des draps anglais et surtout de l’extension du protectionisme. La chute des exportations est sensible, en effet, de 1830 à 1837, notamment après la conclusion du Zollverein et la perte du débouché allemand qui s’ensuit23. Toutefois entre 1845 et 1850, l’industrie verviétoise tirera bénéfice de la relance volontariste de la croissance opérée par le gouvernement belge grâce au développement du réseau des chemins de fer. Verviers est desservi, dès 1846, par ce nouveau mode de transport.

  • 24 P. Lebrun, L’Industrie de la laine à Verviers, p. 193-194.
    P. Lebrun, La Révolution industrielle, p (...)
  • 25 E. Barlet, Recherches historiques sur la fabrication de la draperie en Belgique, Verviers, 1850, p (...)
  • 26 G. Dumont, Rapport sur les divers projets de distribution d'eau à Verviers, Verviers, 1863, p. 2.
  • 27 A.V., Conseil, Reg. 35, Rapport du Conseil de salubrité (1849).
    J. Fohal, Verviers et son industrie (...)
  • 28 J. Krahli (Poetgens), Coutumes et silhouettes du Verviers ancien, Verviers, 1895, p. 28.

47Le paysage urbain est, lui aussi, profondément influencé par l’expansion de l’industrie lainière dès la fin de l’Ancien Régime. Les premières fabriques s’implantent, en effet, le long de la Vesdre et du Canal des usines, véritable enchevêtrement de biez qui, au centre même de la ville, s’étend sur près de deux kilomètres24. La qualité chimique de l’eau de la Vesdre, précieuse dans le traitement de la laine, n’explique pas seule cette implantation fortement concentrée. C’est que la rivière et le Canal des usines fournissaient aussi, par les roues à aubes, la force motrice nécessaire au fonctionnement des « mécaniques ». L’introduction des premières machines à vapeur date de 1816 mais leur pénétration progressive dans les différentes fabriques, entre 1816 et 1840, n’a pas pour autant mis fin à l’utilisation de la force motrice produite par les coups d’eau25. La localisation des entreprises le long de la Vesdre et du Canal des usines allait créer et développer dans la vallée un agglomérat inextricable de fabriques, de maisons bourgeoises occupées par les fabricants et de maisons petites et insalubres où s’entassait la classe ouvrière. Véritable collecteur de tous les déchets industriels et domestiques, la Vesdre et surtout le Canal des usines, dont l’étiage était plus faible, deviennent rapidement un agent de pollution26 et contribuent à l’état d’insalubrité et de malpropreté de la ville. Les témoignages abondent à ce sujet27. Ils nous décrivent une ville sale et boueuse où les dépôts de fumier et d’urine, collectée par les industriels, sont autorisés jusque dans les habitations : « on conçoit aisément, écrivait H. Poetgens dans ses souvenirs de jeunesse, l’hygiène qui existait dans les ménages composés du père, de la mère et de trois ou quatre enfants, n’habitant, le plus souvent, qu’une seule pièce, parfumée, en été surtout, par une tinne remplie, placée sous le lit »28.

  • 29 L’insuffisance des logements était apparue dès le début du 19e siècle et avait suscité une initiat (...)

48Sans égoût jusqu’à la fin du siècle, Verviers dut attendre l’érection du barrage de la Gileppe pour connaître une distribution d’eau. Les pompes auxquelles la population s’approvisionnait, devaient être régulièrement fermées en raison de leur pollution. Les logements occupés par les ouvriers ajoutaient à cette insalubrité générale. Trop peu nombreux et trop exigus, pour répondre aux besoins d’une population sans cesse croissante, ils se concentraient dans un nombre limité de rues le long de la Vesdre et du Canal des usines. En 1806, d’après les calculs effectués par l’ordinateur, on ne compte pas moins de 7 à 8 habitants par maison. Ce rapport s’élève à 11 habitants en 1846. Malgré un effort de construction, il restera à ce niveau dix ans plus tard29.

  • 30 E.A. Wrigley, Société et population, p. 172-174.
    En ce qui concerne les centres industriels anglais (...)

49La malpropreté générale et le surpeuplement dramatique des logements ne sont pas spécifiques à Verviers. Des observations analogues ont été faites à Londres et dans la plupart des centres industriels30. Ces conditions de vie pénibles sont le produit de la révolution industrielle et de l’exode vers les pôles de croissance qu’elle a provoqué.

b) LA REVOLUTION INDUSTRIELLE

  • 31 P. Lebrun, L’Industrie de la laine à Verviers, p. 234-254.

50Au sens étroit du terme, la révolution industrielle à Verviers débute en 1799 et s’achève avec la crise de 181031. Elle comprend deux étapes : la première, qui s’étend de 1799 à 1804, voit la mise au point et l’application des grandes innovations techniques dans les entreprises Biolley et Simonis d’abord, chez d’autres fabricants ensuite ; la seconde, qui prend fin en 1810, se caractérise surtout par l’efflorescence d’ateliers et de fabriques et par une mécanisation à outrance.

  • 32 A l’exception du tissage, la plupart des « branches » de l’industrie drapière ont achevé, en 1850, (...)

51Au sens large, nous pouvons entendre par révolution industrielle l’ensemble du phénomène d’industrialisation qui se prolonge jusqu’aux environs de 185032. Il se manifeste non seulement par la poursuite du processus de mécanisation lié à un progrès technique quasiment continu mais aussi par l’ensemble des aménagements du dispositif de production, notamment son organisation.

1) La chronologie

  • 33 J.S. Renier, Histoire de l’industrie drapière au pays de Liège et particulièrement dans l’arrondis (...)
  • 34 P. Lebrun, L’Industrie de la laine, p. 234-240.
  • 35 A l’origine crise de crédit, elle se transforme en une récession économique due à la fois au manqu (...)

52La révolution industrielle proprement dite, ou encore « révolution mécanique », commence avec l’arrivée des Cockerill en 1799. Originaires du Lancashire, ils avaient déjà parcouru l’Europe lorsqu’ils s’établissent à Verviers. Là William Cockerill installe un assortiment cardage-filature, mis au point en Angleterre, et supérieur à ceux de ses principaux concurrents33. D’abord limités aux seules entreprises Biolley et Simonis qui s’en étaient assuré l’exclusivité, ces assortiments seront progressivement introduits chez d’autres fabricants par l’entremise de J. Hodson, gendre de Cockerill, qui fonde, vers 1805, un atelier de construction de machines34. La crise économique de 1810 met fin à cette propagation fiévreuse du progrès technique. A cette date, en effet, une vingtaine de fabricants ont installé des assortiments à filer grâce notamment aux crédits que leur consentaient les constructeurs. L’endettement, parfois important, des petites entreprises dont les patrons ne possèdent pas de fortune personnelle, va provoquer leur perte lors de la récession35. De nombreuses faillites et fermetures surviennent alors à Verviers mais le potentiel financier, commercial et technique des principaux fabricants reste intact. Ce coup de frein a contribué à assainir la situation en éliminant tout ce que la révolution mécanique et la forte croissance qui en a résulté, avaient engendré comme entreprises marginales ou mal rentabilisées.

53La résistance des Biolley, Simonis et autres aux effets de la crise et la poursuite d’une prospérité que le 19e siècle n’allait pas démentir, s’explique d’abord par le mode de financement de leurs investissements —, nous reviendrons sur ce sujet, — ensuite par un phénomène propre à Verviers : la véritable osmose, au niveau de l’entrepreneur, des qualités de technicien, de fabricant et de gestionnaire.

54C’est ainsi que Biolley, Peltzer, Simonis et autres se sont intéressés au progrès technique et même, pour certains d’entre eux, à fabriquer et à vendre des machines. En outre la présence à Verviers de techniciens particulièrement habiles comme Cockerill, Hodson, Houget et d’autres a permis de réaliser une conjonction éminemment favorable avec l’esprit d’entreprise des fabricants verviétois et leurs moyens financiers d’investissement. A ces facteurs on peut ajouter l’importance des débouchés commerciaux ouverts par le rattachement à la France et le système continental.

  • 36 P. Lebrun, La Rivoluzione industriale in Belgio, p. 601.
    P. Lebrun, Croissance et industrialisation (...)

55On comprend dès lors que Pierre Lebrun ait pu qualifier cette « révolution » de précoce, car elle est en avance sur les innovations des centres concurrents ; rapide grâce aux moyens financiers et à l’esprit de décision des fabricants ; parfaite en raison de la qualité technique du matériel36.

  • 37 E. Barlet, op. cit., p. 53.
    P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 168, n. 1.
  • 38 Exposé de la situation de la ville de Verviers, 1857, p. 126.
  • 39 J.S. Renier, op. cit., p. 159.

56Les premiers progrès de la mécanisation sont réalisés, nous l’avons vu, par les assortiments cardage-filature. Ils exigent des investissements importants et entraînent une concentration des ouvriers en fabrique. L’introduction de la mule-jenny en 181837 améliore l’ancien système et permet une augmentation de la production qui, de 12 kgs de laine filée en 1805-1810, passe à 25 kgs en 1840-184538. A cette époque on trouve des assortiments comprenant des mule-jenny de 200 à 300 broches. Toujours dans le domaine de la filature, le métier à filer en gros a été remplacé en 1840 par le « continu »39.

  • 40 E. Barlet, op. cit., p. 53.
    P. Lebrun, L'industrie de la laine, p. 242-243.
    J.S. Renier, op. cit., p (...)
  • 41 P. Lebrun, L'industrie de la laine, p. 242, n. 3.
    P. Lebrun, Croissance et industrialisation, p. 55 (...)

57Les derniers apprêts ont également subi très tôt l’influence de la mécanisation40. C’est ainsi que la machine à « lainer » du Verviétois Faux apparut dès 1806 en même temps que se généralisait l’usage des ciseaux pour tondre (les « forces ») mécanisés41.

  • 42 A.V., Correspondance, Reg. 24, p. 143-147.
    A.V., 2e série, Reg. 9, p. 17.
    R. Demoulin, op. cit., ann (...)
  • 43 E. Barlet, op. cit., p. 53-54.
    J.S. Renier, op. cit., p. 191-195.
    P. Lebrun, Croissance et industria (...)
  • 44 Exposé de la situation de la ville de Verviers, 1857, p. 128-129.
    J. Lejaer, op. cit., p. 210-214.
  • 45 Exposé de la situation de la ville de Verviers, 1857, p. 129.
    E. Barlet, op. cit., p. 53-54.
    P. Lebru (...)

58L’introduction, en 1819, de la première tondeuse longitudinale provoque des troubles assez sérieux42. Il est vrai qu’elle supprime près de 60 tables de tondeurs. Les ouvriers obtiennent le départ de la machine mais leur succès fut de courte durée. Dès 1821, Houget mit au point de nouvelles tondeuses transversales et longitudinales dont l’usage se répandit jusqu’en 183043. A cette date, on installe des tondeuses dites à rasoir chez Biolley et chez Simonis. Elles furent parmi les « victimes » des troubles des 28 et 29 août puisque la population ouvrière exigea leur démontage44. Toujours dans le domaine des derniers apprêts, la presse hydraulique entre en fonction dès 1810 mais ce n’est qu’en 1840 que l’on entreprit de moderniser les opérations de dégraissage et de foulage déjà rénovées en 182445.

  • 46 J.S. Renier, op. cit., p. 167.
    N. Briavoine, De l’industrie en Belgique, t. I, p. 350.
  • 47 J.S. Renier, op. cit., p. 170.

59Enfin, le tissage n’a connu, au cours de cette période, qu’une seule grande amélioration : la navette volante, utilisée par les tisserands dès 180246. Elle ne nécessitait pas le regroupement des ouvriers dans une fabrique et s’appliquait aussi bien au tissage à domicile qu’au tissage en usine. L’introduction puis la généralisation des métiers à tisser mécaniques, mus par la vapeur, sont plus tardives, elles datent de 187047.

  • 48 Exposé de la situation de la ville de Verviers, 1857, p. 126.
    E. Barlet, op. cit., p. 53.
  • 49 P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 174.
  • 50 P. Lebrun, Croissance et Industrialisation, p. 557.

60Après cette chronologie des innovations mécaniques, venons-en au développement de la force motrice par excellence du 19e siècle : la machine à vapeur. Les deux premières machines à vapeur furent achetées en 1816 par Sauvage, fabricant de machines48. Elles développaient 4 et 10 chevaux-vapeur. Au cours des six années qui suivent, seuls les plus gros fabricants installent des machines à vapeur, dix au total pour Verviers49. Après 1823, le mouvement s’amplifie et l’on en compte 22 en 1829 et 40 en 185050.

  • 51 Ibidem, n. 3.

61Le taux de croissance des machines à vapeur est élevé. Entre 1823 et 1850, on peut l’estimer à 5,3 % à Verviers et 7 % dans l’arrondissement, en fait la zone urbaine et industrielle. Pendant la même époque le nombre de chevaux-vapeur, qui mesure, en quelque sorte, leur efficience, s’accroît respectivement de 9,3 % et 10,2 %51.

  • 52 A.V., Correspondance, Reg. 32, 158.
    Bibliotheque de Verviers, ms Delhausse, p. 57-58.
    Les difficulté (...)
  • 53 P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 174-175.

62La période 1816-1829 est donc celle des principaux investissements non seulement dans le domaine mécanique, mais aussi dans celui de la force motrice. Cette expansion sera brutalement freinée par la crise économique et politique de 183052. Elle reprendra en 1834-35 pour les machines à vapeur et se prolongera entre 1840 et 1850 avec de nouvelles améliorations techniques53.

63Avant de synthétiser les différentes phases de la croissance de l’industrie verviétoise pendant la première moitié du 19e siècle, arrêtons-nous à deux problèmes : celui des investissements initiaux et celui des aménagements du dispositif de production.

2) Les investissements

  • 54 P. Lebrun, op. cit., p. 184.
  • 55 Ibidem.
    Voir supra, graphique no 4, p. 72.

64On s’est souvent interrogé sur les moyens financiers que la révolution industrielle a mis en œuvre et, par voie de conséquence, sur les origines du capital des fabricants verviétois. Les investissements privés requis par la mécanisation accélérée entre 1800 et 1810 sont évalués à 2.000.000 F pour les machines et à 4.000.000 F pour les investissements immobiliers, c’est-à-dire pour la transformation ou la construction des entreprises mécanisées54. Vers 1850, ces chiffres passent respectivement à 12.000.000 F (7 à prix constants) et 13.000.000 F pour l’immobilier (8 à prix constants)55. Notons au passage l’importance du capital-immeubles dont la croissance suit celle du capital-machines. L’installation des machines et surtout le regroupement des ouvriers attachés aux mécaniques entraînent des transformations aux immeubles industriels. Les fabriques deviennent, pour la plupart, de gros bâtiments à quatre ou cinq étages, insérés dans un habitat urbain qui les condamne à cette extension verticale.

  • 56 L’accroissement des profits pendant la révolution industrielle apparaît dans la comparaison des pr (...)

65Après le démarrage économique du début du siècle, les fabricants disposaient d’importantes possibilités d’autofinancement résultant des profits considérables qu’ils avaient réalisés56. Les investissements réalisés entre 1820 et 1829 n’ont donc pas entraîné d’endettement excessif ni porté atteinte à la fortune des fabricants. Reste la question de savoir comment s’est opéré l’accumulation primitive du capital qui a permis tout à la fois le financement de la mécanisation et celui des investissements immobiliers.

  • 57 P. Lebrun, La Rivoluzione industriale in Belgio, p. 605.
  • 58 P. Lebrun, L’Industrie de la laine, p. 374-384.
    Mais surtout l’analyse détaillée faite dans P. Lebr (...)

66Plusieurs thèses classiques ont été avancées dans le passé : celle du capitalisme marchand devenu industriel ou encore l’influence du climat général de facilité monétaire dû à l’inflation des profits au 18e siècle57. Les travaux de Pierre Lebrun sur la question ont permis de préciser l’origine du capital investi lors de la révolution industrielle proprement dite58. Les moyens financiers procèdent de deux sources d’inégale importance : d’une part les réserves extérieures préalables, créées par les profits des années précédentes et, dans certains cas, par la spéculation sur les biens nationaux ; d’autre part, et en ordre principal, les prélèvements effectués sur les liquidités courantes de l’entrepreneur aussi bien celles de son entreprise que les siennes propres. Les coûts des biens d’équipement sont couverts, dès la première année, par une réorientation des dépenses de capital circulant.

  • 59 P. Lebrun, L’industrie de la laine, p. 379-381.
    P. Lebrun, Croissance et industrialisation, p. 552.

67Cette technique financière est facilitée par la stabilité relative des salaires mais aussi par le rôle du crédit, consenti par les fabricants de machines, et des effets de commerce59. Il est à remarquer que ces effets de commerce constituent l’essentiel des liquidités des entreprises : ils servent de véritable monnaie dans les échanges internationaux et dans les rapports entre les fabricants.

  • 60 A.M. Andre, Le mariage chez les fabricants verviétois (18e début 19e siècle), mémoire inédit, Univ (...)

68Le réseau d’alliances matrimoniales qui, depuis le 18e siècle, unissait entre elles les principales familles de fabricants60, facilitait les opérations commerciales et les ouvertures de crédit. En outre il assurait une « solidarité du capital » qui achevait de transformer le mariage en une sorte de prise de participation immédiate (avec l’époux) ou à terme (avec les enfants).

  • 61 voir supra, graphique no 4, p. 72.

69En conclusion, on peut considérer que les investissements de la révolution industrielle n’ont pas, chez les principaux fabricants tout au moins, affecté la fortune personnelle des entrepreneurs. Ils ont tout au plus modifié la structure financière des entreprises par une réorientation du capital circulant61.

3) L’aménagement du dispositif de production

70La révolution industrielle et l’expansion de l’industrie drapière qui l’a suivie (après 1816 essentiellement) ne se caractérisent pas seulement par une mécanisation de plus en plus poussée de certaines activités et par un mode d’investissement particulièrement favorable. Elles s’accompagnent aussi d’une réorganisation de la production dans deux sens : le regroupement dans les usines d’une part croissante de la main d’œuvre et la réduction du nombre d’entreprises.

  • 62 P. Lebrun, L’industrie de la laine à Verviers, p. 269-270.
  • 63 L. Thomassin, Mémoire statistique, p. 479.
    N. Briavoine, Sur l’état de la population, des fabriques (...)

71Si l’Ancien Régime avait déjà vu la création de véritables fabriques regroupant sous un même toit et une même direction toutes les opérations de traitement de la laine, la filature et le tissage avaient échappé à ce mouvement. Ces opérations étaient effectuées à domicile : l’une dans les campagnes, la filature ; l’autre en milieu urbain, le tissage62. L’augmentation de la production et sa mécanisation sans cesse croissante, pendant et après la révolution « mécanique », ont porté un coup fatal au système des fileurs ruraux, mi-paysans, mi-ouvriers, particulièrement nombreux dans les pays de Herve et de Franchimont63. Entre 1820 et 1850, fileurs et tisserands sont intégrés dans les fabriques et ce phénomène se manifeste surtout au cours de la première décennie.

  • 64 P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 186.
    R. Demoulin, op. cit., p. 318.
    Outre la crise de 1810 (...)

72Ce retard, par rapport à la phase de révolution industrielle proprement dite, s’explique par la rapidité même de l’augmentation de la production. Celle-ci avait permis, en effet, le maintien d’une partie importante du travail rural jusqu’en 1810 et, après cette date, l’atonie des affaires n’avait pas encouragé l’exode rural64.

73La mécanisation n’est pas seule responsable de ce regroupement dans les fabriques. Il traduit également le souci des entrepreneurs de mieux surveiller l’ensemble de la main d’œuvre et éviter ainsi un décalage entre le rendement des machines et celui des ouvriers affectés à des opérations non mécanisées. Cette raison explique en particulier le regroupement en usine des tisserands puisque la révolution technique n’atteint cette branche que dans le dernier quart du siècle.

  • 65 P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 185.
  • 66 Ibidem.

74Pendant ce demi-siècle d’industrialisation rapide, on note un mouvement constant de concentration des entreprises : de 150 en 1789, leur nombre passe à 132 en 1807, 114 en 1810 et 50 en 185065. Dans cet ensemble, Biolley et Simonis se taillent la part du lion puisqu’ils assurent à eux seuls le tiers de la production verviétoise sans exercer toutefois de véritable monopole66. Plusieurs facteurs ont contribué à cette concentration. La crise de 1810 tout d’abord entraîne la faillite d’entreprises peu rentables qui ne sont pas remplacées. Ensuite la mécanisation croissante de la production réclame des capacités d’autofinancement que l’on rencontre seulement dans les grandes entreprises. Enfin les nécessités d’une bonne gestion exigent, d’une part que soient rassemblés, dans une même usine, des ouvriers intéressés à la même production ; d’autre part le développement des entreprises qui associent les différents stades d’un seul cycle (les filatures de cardé notamment).

75Dans ce processus de mécanisation et d’aménagement du dispositif de production, le rôle personnel des entrepreneurs verviétois a été déterminant.

76Doués d’une rare ouverture d’esprit aux innovations et aux changements, ils étaient d’abord et avant tout des fabricants qui participaient étroitement au processus de production. En fait, l’entreprise était une affaire de famille à laquelle l’épouse, les enfants et les proches étaient étroitement mêlés. La vie professionnelle était inséparable de la vie familiale. D’autant plus que s’est rapidement développé à Verviers une tendance marquée à l’homogamie sociale qui a tissé un réseau serré d’alliances matrimoniales entre les principales familles de fabricants. Ainsi s’est constitué un véritable isolat formant la classe politique et économique dominante qui devait diriger la ville pendant plus d’un siècle.

  • 67 A. Visschers, E. Ducpetiaux, Enquête sur la condition ouvrière et sur le travail des enfants, 1848 (...)

77Tout dans l’action de cette classe va être orienté en fonction des besoins de l’industrie. Depuis la construction des grandes routes commerciales et l’établissement d’une liaison ferroviaire entre les réseaux belge et allemand jusqu’à l’édification du barrage de la Gileppe, ce qui est bon pour l’industrie textile l’est pour Verviers. Indifférents à la structure des régimes politiques, ils sont en revanche très intéressés par les divers aspects de la politique économique qui est menée et les journaux qu’ils contrôlent y consacrent une très grande attention. Sur le plan social ils font preuve d’un « paternalisme éclairé ». Peu soucieux des droits et des conditions de travail de leurs ouvriers, ils pratiquent une forme de philanthropie qui tend à rendre les rigueurs de la vie un peu moins pénibles. La famille Biolley notamment s’était taillée une solide réputation à cet égard. Les ouvriers qui travaillaient dans leurs fabriques recevaient des soins gratuits et la visite régulière d’un médecin. Les plus anciens d’entre eux, s’ils devenaient infirmes, bénéficiaient d’une pension67).

  • 68 Au sujet des maisons construites à l’initiative de Raymond Biolley, voit supra n. 25, p. 80.

78C’est aussi Raymond Biolley qui, en 1834-1835, faisait construire dans le quartier de l’Est (la rue Raymond actuelle), une série de maisons destinées aux ouvriers68.

79Mais ce n’étaient là, faut-il le préciser, que des efforts sporadiques. La réalité sociale de l’époque, on la trouve dans les mauvaises conditions de logement, dont nous avons déjà parlé, et dans l’évolution des salaires. Si le salaire nominal s’est élevé de 1800 à 1810, le réel a diminué. Après la crise et jusqu’en 1850, le salaire nominal est resté stable mais le réel a fluctué en fonction de la conjoncture des prix alimentaires. On conçoit dès lors que la disette de 1816-17 ait été durement ressentie, comme l’ont été les hausses des prix entre 1816 et 1830 et entre 1836 et 1846.

  • 69 P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 245.
  • 70 P. Lebrun, Croissance et industrialisation, n. 11, p. 564-565.

80Pendant les quarante années qui ont suivi la révolution industrielle proprement dite, les salaires réels se sont à peine accrus (moins de 10 %)69. Ils représentent, en 1845-1850, 17 % de la valeur de la production contre 19 % en 1805-1810, alors même que la valeur ajoutée augmentait de 3 % au cours de cette période70.

3) LES PHASES DE L'EXPANSION

  • 71 A propos de la crise de 1810-12 voir supra n. 35, p. 80.
  • 72 J. Lejaer, Histoire de la ville de Verviers (1794-1814) dans B.S.V.A.H., t. IV, 1903, p. 93-94.
    J. (...)
  • 73 R. Demoulin, Guillaume 1er et la transformation économique des provinces belges, p. 212-213, 410-4 (...)

81L’expansion de l’industrie drapière verviétoise pendant la première moitié du 19e siècle comporte deux phases distinctes : un take-off ou « phase de décollage » de l’économie qui correspond à la révolution industrielle proprement dite (1799-1810) ; une phase de fonctionnement du système capitaliste classique avec le prolongement et la fin de la révolution industrielle (1816-1850). Entre elles une période de langueur économique avec la crise de 1810-181271, les secousses politiques de la fin de l’Empire et l’occupation militaire72. Ces deux phases réunissent, d’une manière générale, des années de bonne conjoncture et s’inscrivent dans des cycles de longue durée différents : la première dans celui d’expansion des prix et des revenus entre 1750 et 1810, la seconde dans celui de baisse des prix qui couvre la période 1810-185073.

  • 74 La production nette de draps est le nombre de pièces produites moins l’amortissement exprimé en no (...)

82Le rythme de la croissance s’exprime en terme de capital comme en terme de production. L’évolution « en capital » s’observe au travers du capital total et de ses deux composantes : le capital circulant et le capital fixe (immeubles et machines). Quant à la production, l’indice retenu est celui de la production nette en quantité de draps74. Ces indicateurs permettent de traduire en taux de croissance les deux phases que nous avons définies.

19. LA CROISSANCE « EN CAPITAL »

variables

1784

1808

1848

Capital total

8,5 (a)

16 (a)

37 (a)

Capital circulant

6,5

10,5

17

Capital fixe

2

5,5

20

Immeubles

1,8

4,1

13

Machines

0,2

1,4

7

(a) : en millions de francs à prix constants
Sources : P. Lebrun, Croissance et industrialisation, p. 566.

  • 75 Les données sur lesquelles est construit le graphique no 4 se trouvent dans P. Lebrun, Croissance (...)

GRAPHIQUE No 4. MOUVEMENT DES CAPITAUX A PRIX CONSTANTS (1780-1850)75 en millions de francs

GRAPHIQUE No 4. MOUVEMENT DES CAPITAUX A PRIX CONSTANTS (1780-1850)75 en millions de francs
  • 76 P. Lebrun, Croissance et industrialisation, p. 544, n. 2. Graphique no 4, p. 72, comparaison entre (...)

83Le tableau no 19 et, plus encore, le graphique no 4 montrent l’effort considérable d’investissement qui caractérise la première moitié du 19e siècle. L’accroissement du capital total entraîne une augmentation plus que proportionnelle du capital fixe au détriment, en partie tout au moins, du capital circulant. Au sein du capital fixe, la croissance la plus spectaculaire (+ 25 %) est celle du capital-machines, pendant la révolution technique. Elle se poursuit après cette période sur un rythme soutenu mais nettement moins élevé. En termes de quantités, le capital-immeubles, dont la croissance est moins vive, reste très nettement supérieur au capital-machines en fin de période. Les changements intervenus dans la composition du capital mettent bien en évidence le rôle de l’auto-financement dans le processus d’industrialisation et les conséquences de ce dernier sur la croissance « en capital ». En fait, les machines et les immeubles ont remplacé les ouvriers et ce mouvement n’a été atténué que par l’allongement du crédit76. Quant au rythme de la croissance, il diminue de 1808 à 1848 par rapport à celui de la période 1784-1808 qui comprend la phase de révolution industrielle proprement dite.

20. CROISSANCE DE LA PRODUCTION NETTE DE DRAPS

20. CROISSANCE DE LA PRODUCTION NETTE DE DRAPS

(a) en milliers de pièces
Sources : P. Lebrun, Croissance et industrialisation, p. 566.

  • 77 P. Lebrun, op. cit., p. 540.

GRAPHIQUE No 5. TENDANCES DE LA PRODUCTION NETTE DE DRAPS A VERVIERS (1750-1850)77 (en milliers de pièces)

GRAPHIQUE No 5. TENDANCES DE LA PRODUCTION NETTE DE DRAPS A VERVIERS (1750-1850)77 (en milliers de pièces)
  • 78 Ibidem.

GRAPHIQUE No 6. MOUVEMENT GÉNÉRAL DE LA PRODUCTION DE DRAPS DE SIMONIS (1800-1850)78 (en milliers de pièces à vendre)

GRAPHIQUE No 6. MOUVEMENT GÉNÉRAL DE LA PRODUCTION DE DRAPS DE SIMONIS (1800-1850)78 (en milliers de pièces à vendre)
  • 79 P. Lebrun, op. cit. p. 561.
  • 80 P. Lebrun, op. cit., p. 541.

84Le taux de croissance de la période 1754-1808 paraît faible au regard de la révolution technique qui s’y déroule. En fait si l’on s’en réfère aux seules années 1800 à 1810, il s’élève à 6 %79. L’écart entre les deux indices vient de la faible croissance de l’Ancien Régime (0,46 %)80. Après la crise de 1810-1812, l’expansion reprend de façon soutenue mais sur un rythme plus modéré avec un freinage de la croissance lors de la crise économique et politique de 1830.

  • 81 P. Lebrun, op. cit., p. 539, n. 5.

85Les tendances exprimées par le graphique no 5 sont, dans l’ensemble, confirmées par l’évolution du nombre de pièces de drap à vendre de l’entreprise Simonis (graphique no 6) qui regroupe environ 10 % de la production totale. La dépression de 1810-1815 s’y marque nettement, tandis que la croissance quasi continue de la production présente une solution de continuité entre 1820 et 1826. Cette chute, qui est exclusivement imputable à des événements particuliers à cette firme, a pour effet d’estomper la crise de 183081.

  • 82 P. Lebrun, op. cit., p. 540.

86Avec un taux annuel moyen de 2,2 % pour l’ensemble de la période82, le rythme de croissance de l’industrie drapière verviétoise, bien que soutenu, demeure inférieur à celui que l’on rencontre dans certaines industries neuves à la même époque. Le caractère modéré mais durable de l’expansion tient à deux raisons. La première de ces raisons est qu’il s’agit d’une industrie de biens de consommation dont les taux de croissance sont moins rapides que ceux des entreprises produisant des biens de production. La seconde procède de la tradition ancienne d’une industrie drapière qui avait déjà atteint une certaine taille, établi ses liaisons commerciales, assuré sa base financière et prospecté les marchés disponibles.

87C’est de sa propre capacité à améliorer l’outil et à mieux organiser la production que dépendait, en ordre principal, la croissance de l’industrie verviétoise. Le rôle des facteurs endogènes (mécanisation, concentration des entreprises, regroupement de la main d’œuvre, investissements) a donc été déterminant dans son expansion.

***

88La croissance démographique et l’expansion économique sont les deux faces d’un même problème : la brusque accélération du développement de la société dans la première moitié du 19e siècle.

89Augmentation de la production, concentration d’entreprises de plus en plus intégrées, mécanisation progressive des activités, regroupement de la main d’œuvre au sein des fabriques : autant d’éléments qui ont dû influencer l’évolution de la population.

CARTE No 1 LOCALISATION DES ENTREPRISES TEXTILES LE LONG DE LA VESDRE ET DU CANAL DES USINES

CARTE No 1 LOCALISATION DES ENTREPRISES TEXTILES LE LONG DE LA VESDRE ET DU CANAL DES USINES

Sources : A.E.L., F.F., liasse 649
Musée RENIER, Plan J.F. Malkin (1811)
A.E.L., Plan Popp, Verviers.

Notes

1 P. Lebrun , L’industrie de la laine à Verviers pendant le 18e et le début du 19e siècle, Liège, 1948, p. 105.
A.V., Farde 36 (An IX).
A.V., Conseil, Reg. 18, p. 140.

2 A.V., Registre de population, 1806.
A.N., F 20, 31.

3 A.V., Conseil, Reg. 19, p. 461.
A.V., Farde 114, no 11.
R. Courtois, Recherches sur la statistique physique, agricole et médicale de la province de Liège, Verviers, 1828, t. 2, p. 19.

4 Les coefficients qui correspondent à ces taux de natalité sont respectivement : 30, 26, 24. Ils ont été fixés sur base du rapport entre le nombre de naissances (moyenne quinquennale), les taux de natalité et le chiffre de population en 1806, 1816, 1826, 1836 et 1846.

5 A.E.L., Registres Paroissiaux, 29, 1795.
1484 décès ont été enregistrés pour la seule année 1795. Ce chiffre est manifestement trop élevé puisqu’il se traduirait par un taux de mortalité de près de 100 ‰. Etant donné que le nombre de décès de 1794 est relativement faible (taux de mortalité de ± 28 ‰), on peut considérer qu’un certain nombre de décès de 1794 ont été enregistrés seulement l’année suivante. En rapportant la moyenne des décès en 1794-95 aux chiffres estimés de la population entre 1790 et 1794, on obtient un taux de mortalité de 65-66 ‰. Ce taux est légèrement supérieur à celui de l’année 1849 au cours de laquelle a sévi l’épidémie de choléra la plus meurtrière du 19e siècle à Verviers.

6 A.N., F 20, 399.
Il s’agit probablement du recensement du 12 ventôse an 7 (2 mars 1799) dont on n’a conservé que le résultat global avec le nombre des individus au-dessus et au-dessous de 12 ans (A.V., Conseil, Reg. 26, p. 66).
Le chiffre de 10.072 habitants semble assez près de la réalité si on le rapporte au nombre de naissances et aux taux de natalité du début du siècle. Précisons d’ailleurs que les différents chiffres que l’on trouve dans les archives verviétoises sont toujours proches de 10.000 habitants, tantôt plus, tantôt moins, selon que l’on voulait engager des officiers municipaux supplémentaires ou obtenir une réduction des contributions.

7 P. Lebrun, op. cit., p. 82-83.

8 D. Brouwers, La fabrique des queues et pennes dans le duché de Limbourg en 1766 dans Bulletin de la Société verviétoise d’archéologie et d’histoire, t. IV, 1903, p. 275-291.
P. Lebrun, op. cit., p. 64, 221-231.

9 Les chiffres de population de Dison, Ensival, Hodimont et, d’une manière générale, des autres communes de la région verviétoise ne procèdent pas de comptage de listes nominatives. Ils sont extraits des états de population ou des relevés réclamés par les administrations françaises et hollandaises. Seuls les chiffres de 1829 et de 1846 peuvent être considérés comme sûrs.

10 Voir infra p. 69.
P. Lebrun, op. cit., p. 276-287.

11 Malgré l’introduction de la machine à vapeur, le Canal des usines continuait à actionner des roues à aubes produisant la force motrice. A cette fonction, il faut, bien entendu, ajouter les vertus de l’eau de la Vesdre dans le traitement de la laine. Au 19e siècle la majorité des usines n’étaient pas situées sur les rives de la Vesdre elle-même mais le long du Canal des usines et de ses nombreux biez.

12 A propos de cette épidémie de choléra, voir : A. Lafosse, Epidémie de choléra à Verviers (1833-34, 1849, 1866), mémoire inédit, Université de Liège, 1977.

13 Cl. Desama, L’Expansion démographique du XIXe siècle dans La Wallonie, le pays et les hommes, t. 2, p. 139, 143, 148-149.

14 R. Andre, J. Pereira-Roque, La Démographie de la Belgique au XIXe siècle, Bruxelles, 1974, p. 16.
Cl. Desama, op. cit., p. 139.

15 R. Andre, J. Pereira-Roque, op. cit., p. 18.
A. Armengaud, Population in Europe, 1700-1914 dans The Industrial Revolution, The Fontana Economic History of Europe, p. 29-32.
N. Tranter, Population since the industrial revolution, Londres, 1973, p. 42-43.
J.C. Toutain, La population de la France de 1700 à 1959, Cahiers de l’I.S.E.A., 133, Paris, 1963, p. 22-23.

16 On aurait pu y ajouter aussi d’autres communes ou hameaux, qui se trouvent en lisière de la région verviétoise, comme Grand-Rechain, Chaineux, Cornesse, Xhendelesse ou Soiron, mais leur introduction n’aurait rien changé. En revanche les 11 communes retenues, à l’exception de Hodimont, déjà absorbée par Verviers, de Theux et de Limbourg, constituent la zone urbaine et industrielle définie dans les travaux préparatoires au plan de secteur. Voir à ce sujet : Programme de développement et d’aménagement de l’arrondissement de Verviers, 1970, p. 52 et seq.

17 A.N., F 20, 399, 237.
A.E.L., Fonds Hollandais, 3253, 3254.
Ph. Vandermaelen, Dictionnaire géographique de la Province de Liège, p. 221.
Statistique de la Belgique. Population. Recensement général (15 octobre 1846), Bruxelles, 1851.

18 Programme de développement et d’aménagement de l’arrondissement de Verviers, p. 52-53,70, 75.

19 P. Lebrun, La Rivoluzione industriale in Belgio dans Studi Storici, 3-4, 1961, p. 598-599.

20 P. Lebrun, L’Industrie de la laine à Verviers, p. 100-102.

21 Les archives de la firme Simonis révèlent que l’entreprise avait des clients à Hambourg, Hanovre, Magdebourg, Munster, Königsberg, Osnabrück, Göttingen, etc... Elle exportait aussi en Italie et, notamment, à Milan, Rome, Bologne, Florence, Venise et Naples.
R. Demoulin, Guillaume 1er et la transformation économique des provinces belges (1815-1830), Liège, 1938, p. 318.
Bibliotheque de la ville de Verviers, Fonds Dethier. Ce fonds contient les livres de comptes courants, les « cahiers de foire » de la firme de Dethier pour la fin du 18e et le début du 19e siècle. Voir à ce sujet : H. Angenot, Inventaire raisonné du fonds Dethier déposé à la bibliothèque communale de Verviers dans B.S.V.A.H., t. XIII, 1913, p. 45 et seq.
P. Lebrun, L’Industrie de la laine à Verviers, p. 44-45.

22 R. Demoulin, op. cit., p. 318-319.
P. Lebrun, Croissance et industrialisation. L’expérience de l’industrie drapière verviétoise (1750-1810), p. 550, n. 1.

23 Briavoine, De l’industrie en Belgique, t. II, p. 398.
R. Demoulin, op. cit., p. 321.

24 P. Lebrun, L’Industrie de la laine à Verviers, p. 193-194.
P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 165.
A.V., Correspondance, Reg. 21, p. 249.
A.V., 2e série, Reg. 10, p. 18.

25 E. Barlet, Recherches historiques sur la fabrication de la draperie en Belgique, Verviers, 1850, p. 52-53.
P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 171.

26 G. Dumont, Rapport sur les divers projets de distribution d'eau à Verviers, Verviers, 1863, p. 2.

27 A.V., Conseil, Reg. 35, Rapport du Conseil de salubrité (1849).
J. Fohal, Verviers et son industrie, il y a quatre-vingt-cinq ans, Verviers, 1928, p. 72.
P. Lebrun, L’industrie de la laine à Verviers, p. 57 et surtout la note 6.
H. Poetgens, Souvenirs de Verviers ancien dans B.S.V.A.H., t. VII, 1906, p. 279 et dans B.S.V.A.H., t. XI, 1910, p. 30.

28 J. Krahli (Poetgens), Coutumes et silhouettes du Verviers ancien, Verviers, 1895, p. 28.

29 L’insuffisance des logements était apparue dès le début du 19e siècle et avait suscité une initiative des deux principaux industriels, H.G. Simonis et J.F. Biolley. Dès 1808 ils proposèrent à la ville d’ouvrir une nouvelle rue dans la partie Est de la ville et d’y construire des maisons sur le terrain communal dit des « Grandes Rames ». Le Conseil communal accepta et concéda le terrain. On décida d’y bâtir huit maisons et la construction commença l’année suivante.
A.V., 2e série, Reg. 4, p. 98, Reg. 5, p. 18.
Des maisons destinées aux ouvriers furent également construites en 1834-35 (Maisons Biolley) et entre 1835 et 1840 (Maisons Bonvoisin). Elles comprenaient 3 pièces et une cave mais leur prix de location (6 à 9 F par mois) les réservait, en fait, à la couche supérieure du prolétariat. Enquête sur la condition des classes ouvrières et sur le travail des enfants, t. 3, Bruxelles, 1846, p. 582.
P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 247.
Sur l’inconfort et l’insalubrité des maisons, voir Enquête sur la condition des classes ouvrières, t. 3, p. 580-593 (rapport de Wasseige).
E. Putzeys, Conférence sur l’hygiène publique et privée, Verviers, 1883, p. 6.
Exposé de la situation de la ville de Verviers, 1857, p. 7.

30 E.A. Wrigley, Société et population, p. 172-174.
En ce qui concerne les centres industriels anglais et Londres, voir :
R.S. Rowntree, Poverty : a study of town life, London, 1901.
W. Farr, Vital Statistics, Londres, 1885.
Pour l’Europe continentale :
A.F. Weber, The growth of cities in the nineteenth Century, New-York, 1899.

31 P. Lebrun, L’Industrie de la laine à Verviers, p. 234-254.

32 A l’exception du tissage, la plupart des « branches » de l’industrie drapière ont achevé, en 1850, leur processus de mécanisation. A cette époque également les principaux changements touchant à l’organisation de la production sont terminés.

33 J.S. Renier, Histoire de l’industrie drapière au pays de Liège et particulièrement dans l’arrondissement de Verviers, Liège, 1881, p. 79-80.
E. Barlet, Recherches historiques sur la fabrication de la draperie en Belgique, p. 52-54.

34 P. Lebrun, L’Industrie de la laine, p. 234-240.

35 A l’origine crise de crédit, elle se transforme en une récession économique due à la fois au manque de liquidité et à l’absence de confiance.
R. Demoulin, op. cit., p. 317.
M. Deprez, La Crise industrielle de 1810-1811 dans Annales de la Fédération archéologique et historique de Belgique, 1956.
J. Bouvier, A propos de la crise dite de 1805 : les crises économiques sous l’Empire dans Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, t. XVII, 1970, p. 506-513.
Sur les conséquences de la crise à Verviers :
R. Demoulin, op. cit., p. 317, n. 3.
P. Lebrun, L’Industrie de la laine à Verviers, pièces justificatives : XXXII, p. 486-496, XXI, p. 453-454.

36 P. Lebrun, La Rivoluzione industriale in Belgio, p. 601.
P. Lebrun, Croissance et industrialisation, p. 555-556.

37 E. Barlet, op. cit., p. 53.
P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 168, n. 1.

38 Exposé de la situation de la ville de Verviers, 1857, p. 126.

39 J.S. Renier, op. cit., p. 159.

40 E. Barlet, op. cit., p. 53.
P. Lebrun, L'industrie de la laine, p. 242-243.
J.S. Renier, op. cit., p. 186-187.
R. Demoulin, op. cit., p. 254, n. 4.

41 P. Lebrun, L'industrie de la laine, p. 242, n. 3.
P. Lebrun, Croissance et industrialisation, p. 556.
J.S. Renier, op. cit., p. 190-191.

42 A.V., Correspondance, Reg. 24, p. 143-147.
A.V., 2e série, Reg. 9, p. 17.
R. Demoulin, op. cit., annexe II, p. 374-375, lettre du Bourgmestre de Verviers, Rutten, au Comte de Liedekerke, Gouverneur de la Province de Liège.
J. Lejaer, Histoire de la ville de Verviers, Période hollandaise et Révolution belge de 1830 dans B.S.VA.H., t. VII, 1906, p. 175.

43 E. Barlet, op. cit., p. 53-54.
J.S. Renier, op. cit., p. 191-195.
P. Lebrun, Croissance et industrialisation, p. 556.

44 Exposé de la situation de la ville de Verviers, 1857, p. 128-129.
J. Lejaer, op. cit., p. 210-214.

45 Exposé de la situation de la ville de Verviers, 1857, p. 129.
E. Barlet, op. cit., p. 53-54.
P. Lebrun, Croissance et industrialisation, p. 557.

46 J.S. Renier, op. cit., p. 167.
N. Briavoine, De l’industrie en Belgique, t. I, p. 350.

47 J.S. Renier, op. cit., p. 170.

48 Exposé de la situation de la ville de Verviers, 1857, p. 126.
E. Barlet, op. cit., p. 53.

49 P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 174.

50 P. Lebrun, Croissance et Industrialisation, p. 557.

51 Ibidem, n. 3.

52 A.V., Correspondance, Reg. 32, 158.
Bibliotheque de Verviers, ms Delhausse, p. 57-58.
Les difficultés financières des entreprises résultant de la surproduction et des manoeuvres spéculatives, entraînent la faillite de deux banquiers : J.J. Rigaux en mars 1830 et Dejoye en juin de la même année. Devant la crise de confiance qui en résulte, les principaux fabricants verviétois constituèrent une société anonyme « Le Comptoir général des Fabriques du district de Verviers » au capital de 500.000 florins. Du 30 mars au 3 août 1830, douze fabricants de drap et cinq négociants furent également en faillite.
R. Demoulin, op. cit., p. 319-320.
J. Lejaer, op. cit., p. 184.

53 P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 174-175.

54 P. Lebrun, op. cit., p. 184.

55 Ibidem.
Voir supra, graphique no 4, p. 72.

56 L’accroissement des profits pendant la révolution industrielle apparaît dans la comparaison des prix de vente et des prix de revient entre 1786-1789 et 1808-1810 (d’après Dethier et Simonis).

périodes

production (a)

prix de vente (b)

prix de revient (b)

1786-1789

23.500

268

220

1802-1804

31.750

454

401

1808-1810

40.000

488

426

(a) en nombre de pièces
(b) en francs « germinal »
Sources : P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 197, n. 1.
voir aussi P. Lebrun, L'Industrie de la laine, annexe V, p. 527-529.

57 P. Lebrun, La Rivoluzione industriale in Belgio, p. 605.

58 P. Lebrun, L’Industrie de la laine, p. 374-384.
Mais surtout l’analyse détaillée faite dans P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 187, 212-215.

59 P. Lebrun, L’industrie de la laine, p. 379-381.
P. Lebrun, Croissance et industrialisation, p. 552.

60 A.M. Andre, Le mariage chez les fabricants verviétois (18e début 19e siècle), mémoire inédit, Université de Liège, 1977, p. 143 et seq.

61 voir supra, graphique no 4, p. 72.

62 P. Lebrun, L’industrie de la laine à Verviers, p. 269-270.

63 L. Thomassin, Mémoire statistique, p. 479.
N. Briavoine, Sur l’état de la population, des fabriques, des manufactures et du commerce, p. 143.

64 P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 186.
R. Demoulin, op. cit., p. 318.
Outre la crise de 1810-12, l’industrie verviétoise eut à subir les effets de la politique protectionniste de l’Empire de Russie et du Danemark ; en 1813 la guerre, en 1814 la perte du marché français et en 1815 l’occupation militaire.

65 P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 185.

66 Ibidem.

67 A. Visschers, E. Ducpetiaux, Enquête sur la condition ouvrière et sur le travail des enfants, 1848, p. XXIII.
Les conditions de travail et l’état sanitaire des ouvrières de l’industrie textile verviétoise sont détaillés dans C. El Kefi-Clockers, La Population féminine active de l’industrie textile verviétoise. Essai d'interprétation du recensement de 1856, mémoire inédit, Université de Liège, 1976.

68 Au sujet des maisons construites à l’initiative de Raymond Biolley, voit supra n. 25, p. 80.

69 P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 245.

70 P. Lebrun, Croissance et industrialisation, n. 11, p. 564-565.

71 A propos de la crise de 1810-12 voir supra n. 35, p. 80.

72 J. Lejaer, Histoire de la ville de Verviers (1794-1814) dans B.S.V.A.H., t. IV, 1903, p. 93-94.
J. Lejaer, Histoire de la ville de Verviers (1814-1830) dans B.S.V.A.H., t. VII, 1906, p. 14-21.

73 R. Demoulin, Guillaume 1er et la transformation économique des provinces belges, p. 212-213, 410-411 (indices des prix agricoles et industriels).
M. Deprez, Essai sur le mouvement des prix et des revenus en Belgique au début du XIXe siècle (1798-1830), t. 2, p. 4-48, 107-108.
E. Labrousse, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au XVIIIe siècle, p. 315-320.
P. Lebrun, L’Industrie de la laine à Verviers, p. 312-319, diagramme I (prix de la laine 1719-1811) et diagramme II (prix de vente du drap (1719-1820).
Les mouvements des prix du drap et de la laine connaissent une hausse assez vive en 1750 puis ralentissent à partir de 1760-1765, avant de connaître une accélération très vive après 1790 et au début du 19e siècle. Le tournant à la baisse se situe vers 1809-1811. La tendance descendante des prix industriels sera continue après 1815 avec une brève hausse autour de 1825.

74 La production nette de draps est le nombre de pièces produites moins l’amortissement exprimé en nombre de pièces de la production annuelle.

75 Les données sur lesquelles est construit le graphique no 4 se trouvent dans P. Lebrun, Croissance et industrialisation, p. 561.

76 P. Lebrun, Croissance et industrialisation, p. 544, n. 2. Graphique no 4, p. 72, comparaison entre la croissance du capital fixe et celle du capital circulant.

77 P. Lebrun, op. cit., p. 540.

78 Ibidem.

79 P. Lebrun, op. cit. p. 561.

80 P. Lebrun, op. cit., p. 541.

81 P. Lebrun, op. cit., p. 539, n. 5.

82 P. Lebrun, op. cit., p. 540.

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE No 1. POPULATION DE VERVIERS DE 1750 A 1850 (en milliers d’habitants)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6135/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre 4. POPULATION DE DISON, ENSIVAL ET HODIMONT SOUS LE REGIME FRANÇAIS
Légende Sources : A.N., F 20, 105, 237, 399.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6135/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre 5. TAUX D’ACCROISSEMENT ANNUEL MOYEN (en ‰)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6135/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre GRAPHIQUE No 2. LA CROISSANCE COMPAREE DES POPULATIONS DE VERVIERS ET DE DISON (1800-1846)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6135/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre 14. POPULATION DE LA REGION VERVIETOISE (1800-1846)17
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6135/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre 15. PART RELATIVE DE VERVIERS
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6135/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre GRAPHIQUE No 3. CROISSANCE COMPAREE DES POPULATIONS DE VERVIERS ET DE LA REGION VERVIETOISE (1800-1846)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6135/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre 17. PART RELATIVE DES ENTITES DANS LA POPULATION DE LA REGION ET DE LA Z.U.I.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6135/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre 18. TAUX D’ACCROISSEMENT ANNUELS MOYENS (en ‰)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6135/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre GRAPHIQUE No 4. MOUVEMENT DES CAPITAUX A PRIX CONSTANTS (1780-1850)75 en millions de francs
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6135/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 20. CROISSANCE DE LA PRODUCTION NETTE DE DRAPS
Légende (a) en milliers de piècesSources : P. Lebrun, Croissance et industrialisation, p. 566.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6135/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre GRAPHIQUE No 5. TENDANCES DE LA PRODUCTION NETTE DE DRAPS A VERVIERS (1750-1850)77 (en milliers de pièces)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6135/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre GRAPHIQUE No 6. MOUVEMENT GÉNÉRAL DE LA PRODUCTION DE DRAPS DE SIMONIS (1800-1850)78 (en milliers de pièces à vendre)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6135/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre CARTE No 1 LOCALISATION DES ENTREPRISES TEXTILES LE LONG DE LA VESDRE ET DU CANAL DES USINES
Légende Sources : A.E.L., F.F., liasse 649Musée RENIER, Plan J.F. Malkin (1811)A.E.L., Plan Popp, Verviers.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6135/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 131k

© Presses universitaires de Liège, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search