Version classiqueVersion mobile

Population et révolution industrielle

 | 
Claude Desama

Introduction

Texte intégral

DEMOGRAPHIE ET INDUSTRIALISATION : UN PROBLEME MAL POSE

1Les rapports entre la démographie et l’industrialisation sont, depuis longtemps, au centre des préoccupations des historiens et des démographes. Cet intérêt est né d’une constatation : la convergence entre la croissance économique induite par la révolution industrielle et l’expansion rapide de la population dans les pays industrialisés du 19e siècle. Sur cette base, la seule en définitive qui soit assurée, les constructions les plus contradictoires se sont édifiées.

2Pour la plupart des historiens économistes, l’accélération de la croissance démographique, que l’on décèle en Angleterre dès après 1780, ne pouvait être qu’une conséquence des changements économiques intervenus durant les premières étapes de la révolution industrielle. Une telle assertion suppose, bien évidemment, que la croissance démographique anglaise dans la seconde moitié du 18e siècle n’ait rien de comparable ailleurs, notamment dans les régions restées à l’écart de l’industrialisation. Les travaux des démographes comme WRIGLEY, DUPAQUIER et autres ont démontré l’inexactitude d’une relation aussi simpliste. On constate, en effet, qu’à la même époque des taux de croissance aussi élevés qu’en Angleterre, apparaissent dans d’autres pays européens et que des zones rurales connaissent, jusqu’au milieu du 19e siècle parfois, un accroissement démographique plus rapide encore.

3Une autre école soutient, à l’instar d’Alfred SAUVY, que la pression de la population après 1750 a contribué à une demande accrue de travail et de consommation qu’il a fallu satisfaire par l’invention technique et l’organisation de la production. La présence sur le marché de l’emploi d’une main-d’œuvre jeune, abondante et disponible aurait favorisé les économies sur les salaires et stimulé le développement économique. Outre son parti-pris nataliste évident, cette thèse est démentie par ce que l’on sait des origines de la révolution industrielle. Celle-ci a pris naissance et s’est développée dans des régions où la pression démographique n’était pas nécessairement plus forte que dans d’autres restées à l’écart du mouvement d’industrialisation. Par ailleurs, le cas de la France démontre qu’il n’existe aucun lien chronologique entre le démarrage de l’économie et l’expansion de la population particulièrement vive à la fin de l’Ancien Régime.

4Une autre thèse, inspirée des deux précédentes, propose un schéma explicatif moins simpliste : le développement économique induirait une demande d’emploi accrue qui, à son tour, provoquerait une hausse de la fécondité destinée à fournir la main-d’œuvre nécessaire. Les mécanismes proposés à l’appui de cette thèse se heurtent à de sérieuses objections. Elle suppose tout d’abord que les zones industrielles se caractérisent par l’abaissement de l’âge au mariage, toutes autres choses restant égales. Cette baisse trouverait son origine dans le fait que la demande nouvelle de main-d’œuvre s’adresserait aux adultes du sexe masculin et entraînerait une augmentation du salaire qui leur serait offert. Les statistiques relevées dans des zones industrielles comme la Ruhr ou la région liégeoise semblent attester la validité de la relation. Un examen plus attentif montre toutefois qu’elle est loin d’être univoque. Ainsi dans les bassins houillers d’Arnsberg et du Hainaut, où la demande de main-d’œuvre masculine est élevée, la moyenne d’âge au mariage est particulièrement basse mais chez les femmes. Le niveau des salaires ou le développement économique n’est pas, en cette matière, le facteur déterminant. Il n’exerce d’influence que dans la mesure où il crée un déséquilibre entre les sexes à la suite, notamment, de mouvements migratoires. Encore faut-il préciser que ce déséquilibre n’entraîne pas nécessairement une augmentation de la nuptialité précoce : le climat social, la conjoncture économique à court terme et les conditions de logement influencent plus sûrement les décisions de mariage.

5D’autres raisons sont invoquées pour expliquer l’impact de l’industrialisation sur la croissance démographique via la fécondité. Qu’il s’agisse du recul des traditions de la société préindustrielle ou de l’incitant constitué par la demande de main-d’œuvre juvénile, aucune interprétation n’emporte l’adhésion. D’abord parce que les exceptions sont aussi nombreuses que les règles énoncées. Ensuite parce que rien n’avère, en définitive, une hausse de la fécondité liée à la révolution industrielle. Chaque étude démographique nouvelle renforce, au contraire, l’opinion que ce mouvement est plus général et qu’il concerne les zones rurales comme les zones industrielles. De l’enchevêtrement des rapports entre la population et les changements économiques nés de la révolution industrielle, il ressort, avec certitude, qu’aucun modèle simple et général de relations n’a de chance de rendre compte de tous les faits et de toutes les situations.

  • 1 E.A. Wrigley, Société et population, p. 185.

6Les travaux démographiques les plus récents ont contribué à mettre en évidence deux phénomènes qui, de manière indiscutable, constituent autant de conséquences de l’industrialisation et apparaissent, dans tous les pays d’Europe occidentale, en l’espace de vingt ans : la diminution de la mortalité et la baisse fondamentale de la fécondité qui l’a suivie. La transition démographique, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, est le trait marquant de la société industrielle. Elle recrée, en quelque sorte, des mécanismes auto-régulateurs nouveaux destinés à maintenir un optimum de population que l’augmentation constante de l’espérance de vie, dans la seconde moitié du 19e siècle surtout, risquait de compromettre. La diminution de la fécondité, résultant de la généralisation des pratiques contraceptives, marque, mutatis mutandis, un retour au schéma des populations préindustrielles par le rétablissement du lien entre le niveau de la fécondité et celui de la mortalité. Comme l’écrit E.A. WRIGLEY, « ce fut la période intermédiaire de rapide croissance des XVIIIe et XIXe siècles, où chaque génération était bien plus nombreuse que la précédente à atteindre l’âge adulte, qui fut exceptionnelle »1. Vue sous l’angle de l’accroissement naturel, cette proposition implique que la mortalité est devenue, durant cette période, un régulateur de vitesse. La croissance de la population dépendrait de sa régression davantage que d’une hausse nouvelle de la fécondité.

7Si les conclusions de WRIGLEY sont, à bien des égards, inattaquables, elles ne peuvent expliquer l’expansion démographique plus vive des centres qui connaissent une révolution industrielle. Les changements significatifs dans la mortalité n’interviennent, en effet, qu’après 1860-1870. Issus des progrès sanitaires plus encore que des découvertes médicales, ils constituent en fait un sous-produit de l’industrialisation. Est-il permis dès lors de conserver l’hypothèse d’une accélération de la croissance démographique liée aux seuls facteurs naturels ? Ne peut-on considérer que le problème est mal posé et analyser davantage les effets induits des mouvements migratoires sur les structures de la population ? Cette nouvelle orientation de la recherche nous paraît d’autant plus fondée que la révolution industrielle est un phénomène régional, fortement polarisé. Or les migrations internes, qui sont les plus importantes, n’ont d’effet démographique qu’au niveau d’une ville ou d’une région limitée. A l’échelle d’un pays, d’une province ou parfois d’un arrondissement, les mouvements ont tendance à s’annuler vu la faible part prise par l’immigration extérieure.

8L’analyse des structures démographiques de la population verviétoise nous paraît donc particulièrement justifiée non seulement parce que Verviers est le siège d’une révolution industrielle parfaite mais aussi en fonction de la problématique générale des rapports entre la démographie et l’industrialisation. Cette étude s’impose d’autant plus que nous disposons de la meilleure source possible pour la mener à bien : les listes nominatives de recensement.

LES LISTES NOMINATIVES DE RECENSEMENT : CRITIQUE D’UNE SOURCE

  • 2 Ces listes nominatives sont conservées aux Archives communales de Verviers : A. V., Registres de po (...)

9Les listes nominatives de recensement sur lesquelles est fondée notre analyse sont celles de 1806 et 1846. Verviers possède une collection unique de documents semblables établis annuellement entre ces deux dates, avec une solution de continuité en 18072. A plusieurs reprises, en 1822, 1826, 1827, 1830, 1836 et 1838, ces listes nominatives sont doublées de relevés par ordre alphabétique des habitants. Pour chaque adulte de plus de 12 ans, sont notés les nom, prénoms, profession, âge, état matrimonial, lieu de naissance et, le cas échéant, la date d’entrée dans la commune lorsqu’il s’agit d’un non-verviétois. Le nombre et le sexe des enfants de moins de douze ans sont indiqués en regard du chef de famille, généralement leur père ou leur mère. Les habitants, regroupés en ménages, sont recensés maison par maison. Celles-ci sont numérotées de façon continue mais cette numérotation est complétée, après 1842, d’une numérotation par rue. Chaque liste nominative se présente sous la forme d’un épais in-folio manuscrit dont les pages sont divisées en rubriques aux titres imprimés. A la fin du volume on trouve la signature du commissaire de police responsable et, parfois, comme en 1836 et en 1846, un tableau récapitulatif contenant : le chiffre de la population ; le nombre d’hommes, de femmes et d’enfants de moins de douze ans ; la répartition par état matrimonial ; le nombre de maisons et de ménages ; la population de l’année précédente ; les soldes naturel et migratoire. Les données du tableau récapitulatif procèdent de comptages effectués sans doute par les services communaux et sont entachés d’erreurs. Il faut donc les utiliser avec beaucoup de précautions.

  • 3 Sur la statistique de la population sous la Révolution, le Consulat et de l’Empire, voir : M. Reinh (...)

10La liste nominative de 1806, comme celles qui ont suivi, a été réalisée en exécution des lois des 19-22 juillet 1791 et du 10 vendémiaire an IV prescrivant la tenue de registres de population qui devaient contenir les noms, âge, état et profession de tous les individus au-dessus de douze ans, leur lieu de naissance, l’époque de leur entrée dans la commune et, depuis la circulaire du 11 frimaire an IV, l’état matrimonial3.

  • 4 A.N., F 20, 119, 146, 452.
    J. Dupaquier, Problèmes démographiques de la France napoléonienne dans Re (...)

11En principe, c’est sur la base des renseignements contenus dans ces registres que devaient être dressés les états de population réclamés pour les recensements de 1801, 1806 et 1811. Il est exceptionnel qu’une ville ait tenu de pareils registres, avec autant de soin et de régularité que ne l’a fait l’Administration communale de Verviers, et plus rare encore qu’on les ait conservés. La correspondance des préfets et les admonestations répétées des ministres de l’Intérieur successifs montrent à quel point ces instructions furent, en général, peu ou mal suivies4.

  • 5 J. Lejaer, Histoire de la ville de Verviers (1794-1814) dans B.S.V.A.H., t. 4, 1903, p. 165. A.V., (...)

12Nous ne possédons pas de listes nominatives antérieures à 1806 et il est probable qu’il n’y en eut point. Des dénombrements ont été effectués cependant, à plusieurs reprises, depuis 1794 mais nous n’en avons conservé d’autres traces que les chiffres de population. Ceux-ci sont d’ailleurs le plus souvent suspects en raison de leur arrière-plan fiscal ou administratif. Afin de pallier cet inconvénient la municipalité de Verviers était informée en date du 16 prairial an VII que la commune continuerait à être regardée comme ayant une population de 10.000 âmes tant dans l’exercice de ses droits politiques que dans l’acquittement de ses contributions5.

  • 6 J. Dupaquier, op. cit., p. 345.

13La première liste nominative de la population a donc été établie à l’occasion du recensement de 1806. Une circulaire du 3 novembre 1805 prescrivait, en effet, d’enregistrer tous les citoyens domiciliés dans la commune à la date du 1er janvier 1806, qu’ils fussent présents ou non, mais d’écarter les gens de passage6. C’était donc la population légale qui était recensée et non la population présente. La liste nominative fut établie pendant le premier semestre de l’année et achevée au plus tard dans le courant du mois de juin. Le dernier relevé où la date figure est, en effet, du 18 juin et le « supplément » à la liste mentionne des individus domiciliés depuis le 5 juillet. Basé sur le principe ! déclaratif, le recensement a été réalisé sous la responsabilité du commissaire de police avec l’aide d’une dizaine d’agents recenseurs. Chacun de ceux-ci recueillait les déclarations des habitants d’une ou plusieurs rues suivant le cas, en ajoutant parfois quelques observations personnelles relatives à l’état d’indigence de la famille ou notant la présence éventuelle de « logeurs » au sein des ménages. Ces agents sont difficiles à identifier au travers de signatures souvent peu lisibles mais deux au moins d’entre eux n’appartenaient pas à l’administration communale.

  • 7 Th. Piron, Des Registres de population en Belgique, Manuel pratique, Gand, 1922.
  • 8 P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 223, n. 2.

14La liste nominative de 1846 ne présente aucune différence, dans la forme et la nature du contenu, avec celle de 1806. Comme les listes qui l’ont précédée, elle a été dressée sur le modèle établi par l’administration française ; tout au plus son caractère de registre de population est-il plus accusé. On y trouve en effet davantage d’informations relatives aux entrées et aux sorties des habitants, même après 1846, sans doute pour répondre aux dispositions de l’Arrêté royal du 30 juin 1846 prescrivant la tenue des registres de population7. Toutefois ces renseignements sont loin d’être systématiques et il faudra attendre le recensement de 1856 pour qu’ils le deviennent. Aucun élément de datation ne permet de préciser le moment où fut établie, en fait, la liste nominative. Le tableau récapitulatif donne les chiffres de population au 1er janvier 1847 mais il est raisonnable de croire qu’elle a été réalisée avant le 15 octobre, date de clôture du recensement national. A part la signature du commissaire, aucun nom d’agent recenseur n’apparaît. Nous savons, toutefois, par la liste nominative elle-même, que Verviers comptait cinq policiers en activité, soit plus qu’il n’en faut, comme écrivait Pierre LEBRUN, pour effectuer un recensement8.

15Le problème de la critique interne du document a été abordé sous un angle nouveau, tenant compte de l’informatisation des listes nominatives et des moyens d’analyse propres à l’ordinateur.

16A l’occasion de la correction automatique des fichiers, nous avons soumis le contenu des listes nominatives à des contrôles systématiques effectués par la machine. Ces tests portaient sur le caractère complet ou lacunaire des informations ainsi que sur leur vraisemblance. Un pareil examen est naturellement impossible sans le recours à l’ordinateur, étant donné la masse des données à vérifier de façon exhaustive.

17Nous n’entreprendrons pas ici de décrire les tests, pour nous en tenir aux principaux enseignements et résultats.

18Sur un plan statistique, constatons que les erreurs ou lacunes impossibles à corriger représentent 4,2 % de l’ensemble des enregistrements. Elles sont constituées essentiellement soit de l’absence d’une ou plusieurs informations, soit d’une incompatibilité entre les données.

19Des résultats semblables ont été obtenus pour 1846 où le « noyau dur » irréductible est descendu à 3 % en raison d’un nombre moins grand de lacunes (50 % des « erreurs » au lieu de 70 %).

20Les contrôles de vraisemblance sont satisfaisants, comme on peut le constater, et rares sont sans doute les sources qui méritent autant de confiance. Il est vrai qu’en ce domaine on manque de point de comparaison. Les appréciations portées sur la documentation de masse relèvent souvent d’un jugement subjectif faute de se fonder sur des examens systématiques. Dans le meilleur des cas la critique se borne à des sondages menés certes avec soin mais dont rien ne garantit la représentativité.

21La vraisemblance des informations ne postule pas leur véracité même si elle la rend probable. Pour nous en assurer avec la même rigueur, nous aurions dû procéder au couplage systématique avec d’autres sources. Notamment avec l’état civil qui nous permet de contrôler la validité des déclarations d’âge, de sexe et d’état matrimonial ainsi que la composition de la famille. Les performances actuelles de notre méthode de couplage automatique ne rendent pas possible pareil contrôle pour les raisons que nous évoquerons ultérieurement.

22Toutefois, à titre d’expérience, nous avons effectué un couplage par ordinateur entre les actes de mariage de 1805 et la liste nominative de 1806. La comparaison portait sur quatre-vingt-trois couples mariés dont cinquante-trois figurent effectivement dans le recensement. Afin de ne pas confondre effet de mobilité et inexactitude, nous nous en sommes tenus aux seules données « stables » : l’âge, le sexe, l’état matrimonial et le lieu de naissance. Cette confrontation a donné les résultats suivants ;

  • divergences quant à l’état matrimonial : 2 (2 veufs)

  • divergences quant au sexe : 0

  • divergences quant au lieu de naissance : 4

  • absence de lieu de naissance dans la liste nominative : 3

  • différence d’âge de plus d’un an : 14

  • différence d’âge de plus de trois ans : 3

  • différence d’âge de plus de cinq ans : 4

23L’erreur la plus fréquente touche 13,2 % des effectifs contrôlés et n’a aucune conséquence sur la structure démographique. Les autres inexactitudes n’excèdent pas 3,8 %.

24Comme nous n’avons aucune raison de croire, au vu des tests de vraisemblance, que les résultats pour 1846 soient différents, nous pouvons donc conclure à la fiabilité des informations démographiques contenues dans les listes nominatives. Les statistiques portant sur les structures de la population dans son ensemble et de la population active en particulier, élaborées par l’ordinateur, offrent ainsi les garanties d’exactitude indispensables et fournissent des bases solides à l’analyse.

L’ORDINATEUR ET LES SOURCES HISTORIQUES : VERS UNE METHODOLOGIE

25L’historien le plus perspicace ou le plus méthodique ne peut construire qu’avec les matériaux dont il dispose. En bonne règle, il est tributaire de ce que les sources lui révèlent ou, plus exactement, de ce qu’il y trouve. Quel rôle assigner à l’ordinateur dans la relation entre le document et l’historien si ce n’est d’aider celui-ci dans des opérations de comptage et de calcul sur les données qu’il a lui-même collectées ?

26Dans cette optique, l’ordinateur n’interviendrait qu’après une autre tâche noble de l’historien : la construction de séries statistiques exactes ou l’élaboration d’un ensemble de données dignes de foi. Cette conception, très largement répandue faut-il le dire, repose sur le postulat selon lequel les informations rassemblées et dûment critiquées au terme d’un dépouillement traditionnel constituent la base nécessaire et suffisante de toute interprétation. En considérant le seul domaine de l’histoire économique et sociale, il est clair que ce postulat mérite révision.

27Les registres de population, les actes notariés et les listes nominatives sont généralement dépouillés de façon sélective, rarement de façon exhaustive, jamais dans la perspective de couplages ultérieurs avec d’autres données issues d’autres sources. Malgré les justifications valorisantes, la démarche de l’historien résulte moins d’un souci critique, réel par ailleurs, que d’une incapacité physique et intellectuelle à maîtriser complètement une documentation aussi massive. Le technological gap qui sépare l’histoire des sciences sociales n’est pas le manque d’informations mais son traitement et son organisation en vue d’une exploitation optimale, notamment dans le domaine des sources nominatives. « Au bout du compte, écrit Jacques Dupaquier, c’est toute la tactique et même la stratégie de l’histoire sociale qui s’en trouvent modifiées ; au lieu d’attaquer les grands problèmes, — qui sont parfois de faux problèmes, — avec des instruments de mesure ridiculement insuffisants (...), on fait descendre le niveau de l’observation jusqu’aux individus et aux familles. Ainsi on peut espérer refaire l’histoire sociale au microscope ».

28C’est cette préoccupation qui entraîne le dépassement de la programmation utilitaire au profit d’une méthodologie du traitement de l’information. La première concerne l’historien dans la mesure où il ne dispose pas des ressources financières nécessaires pour exploiter ses données au moyen d’un package ou d’un système de data base. La seconde ne peut être élaborée et expérimentée que par un historien compétent en informatique. Elle a pour but, en effet, de transformer les sources nominatives, avec leur contenu informatif intégral, en autant de banques de données aux possibilités d’exploitation les plus diverses. Au seul niveau de la documentation, le traitement informatique présente deux avantages décisifs :

  1. - il organise l’ensemble des données, nominatives ou non, de manière telle que l’utilisateur soit en mesure, à tout moment, de constituer, selon les critères qu’il définit lui-même, une série ou un tableau statistique, une liste d’individus ou une fiche de famille ;

  2. - il peut, de façon à la fois permanente et réversible, enrichir les informations primaires, soit par le couplage avec d’autres données, soit par leur codage raisonné.

29Sur le plan de la critique des sources, le traitement informatique ouvre des perspectives qui dépassent les possibilités humaines. Il permet, en effet, de soumettre chaque unité d’information à un double contrôle de forme qui garantit l’authenticité du résultat, et de fonds qui élimine les invraisemblances et en mesure l’importance statistique. En outre, grâce aux techniques de couplage, il rend possible la comparaison systématique entre des informations de même nature contenues dans des sources différentes.

30Dans tous les cas, les premières recherches sont précédées d’une réflexion méthodologique qui débouche sur la mise au point et l’expérimentation de procédures de traitement. C’est dans la mesure où ces méthodes sont jugées fiables et performantes, qu’elles sont ensuite appliquées à une documentation de plus en plus abondante.

31La nécessité d’une démarche scientifique rigoureuse n’est pas seule en cause. Le coût des opérations en machine et la longueur des dépouillements exhaustifs constituent de tels investissements en argent comme en temps qu’on ne peut se permettre de les engager sans être assurés d’un résultat satisfaisant. Si de telles précautions sont jugées indispensables par des équipes structurées disposant de budgets considérables, a fortiori le sont-elles pour un chercheur isolé aux moyens financiers très limités. Choisir la voie d’un traitement automatique des sources massives implique que l’on consacre le temps nécessaire à la mise au point d’une méthodologie complète couvrant les phases principales : la saisie et l’enregistrement des données, l’organisation des fichiers et de l’information qu’ils contiennent, l’exploitation proprement dite par l’intermédiaire de programmes intégrés.

32Nous savons, par expérience, que la méthodologie du traitement de l’information ne fait pas recette en dehors des cercles d’initiés. Sa logique formelle et le langage parfois ésotérique que l’on emploie par souci de précision, rebutent l’historien aussi sûrement que les modèles mathématiques. Elle ne fait cependant que poser et résoudre, en termes d’informatique, un certain nombre de problèmes importants qui sont au cœur des préoccupations de l’historien. Ainsi que n’a-t-on pas écrit à propos des codes socio-professionnels depuis la profession de foi enthousiaste de François Furet : « il n’est d’histoire sociale que quantitative ! » jusqu’au paradoxe évoqué par Adeline Daumard : « il faut avoir une classification pour pouvoir travailler : mais en même temps, il faut se garder de préjuger le résultat » ? La conception d’un code ouvert et hiérarchisé et la technique même du codage automatique nous ont permis d’apporter, en cette matière, une solution que nous jugeons décisive. Est-ce là une problématique d’informaticien ?

33Au-delà des questions que nous venons d’évoquer, il reste que les traitements en ordinateur ne s’accommodent pas ou mal d’une démarche hésitante et empirique. Si l’on veut obtenir des rendements élevés tant au niveau des résultats qu’au niveau des coûts, tous les problèmes doivent être résolus, toutes les difficultés prévues et rencontrées, avant l’exploitation exhaustive des fichiers. C’est pourquoi il faut inlassablement remettre l’ouvrage sur le métier jusqu’à l’élimination des dernières scories, multiplier les tests et les mises au point pour chacun des programmes, pour chacune des procédures. Une méthodologie du traitement de l’information est un puzzle que l’on constitue patiemment, pièce par pièce, jusqu’à ce que le dernier élément soit en place. De sa rigueur et de son efficacité dépend la réussite ultérieure du projet de recherche.

LE TRAITEMENT INFORMATIQUE DES LISTES NOMINATIVES DE RECENSEMENT : LE SYSTEME LEGIA

34Le système LEGIA est un ensemble de programmes intégrés qui, au départ d’une structure d’enregistrement définie, analysent le contenu du fichier et en combinent les éléments. LEGIA comprend plusieurs fonctions (calcul, édition, tableaux) qui apparaissent sous la forme de routines ou de sous-routines dans les différents programmes. Conçues de façon modulaire, les composantes de chaque procédure sont pour la plupart, interchangeables, ce qui confère à l’ensemble une grande souplesse de fonctionnement.

1. LE SYSTEME LEGIA

1. LE SYSTEME LEGIA

35Pour mieux comprendre, voyons l’organigramme :

36On distingue très nettement deux phases : l’une, préparatoire, que nous avons appelée la translation dont l’objet est d’organiser la structure d’enregistrement des records en vue de l’exploitation ; l’autre, opératoire, qui offre plusieurs options de traitement, combinées ou non entre elles selon les besoins de l’utilisateur.

37La combinaison des routines ne se heurte à aucune contrainte à caractère technique ou programmatique. Ainsi, il n’existe aucun obstacle à faire effectuer, dans un même programme, une impression ordonnée d’un élément et d’un tableau croisé à n variables : il suffit de juxtaposer les deux routines en définissant les variables. Toutefois il convient, en cette matière aussi, de respecter un plan de traitement qui tienne compte de la logique interne de l’analyse que l’on veut faire du document et des résultats que l’on désire obtenir : en bref de ce que les chercheurs américains appellent le Research design.

38Par ailleurs, il apparaît à l’évidence que certaines routines sont complémentaires et qu’il faut tirer parti de cette complémentarité dans un souci raisonnable d’optimalisation des traitements.

A) La translation ou l'organisation de l’enregistrement

39Nous appelons translation l’opération qui consiste à transformer une structure ture d’enregistrement quelconque en un record dont l’organisation interne permet l’application des programmes standards propres au système legia. La translation comprend, selon le cas, un ou plusieurs programmes dont les fonctions varient suivant la nature des transformations à opérer. Elle entraîne au moins une copie du fichier à traiter. Telle que nous l’avons conçue, la translation n’implique aucune modification du contenu de l’enregistrement sauf dans le cas où certaines informations seraient volontairement ignorées dans le traitement. Il s’agit, par exemple, des données nominatives figurant dans les fichiers dont l’exploitation porte exclusivement sur les données numériques ou encore d’éléments codés (professions, provenances,...) dont seul le code est pris en considération.

L’ORGANISATION DE L’ENREGISTREMENT

40Si l’on excepte la création du critère de tri, qui pose des problèmes spécifiques, la phase de translation vise, en définitive, à mieux organiser le contenu des records. Le but recherché est une plus grande économie de place, préoccupation qui n’a rien d’académique lorsqu’on sait la taille des fichiers que l’on peut constituer avec les protocoles de notaires, les tables des registres paroissiaux ou encore les listes nominatives de recensement des grandes villes. Dans ce domaine, il n’existe aucune contrainte liée à l'operating System ou au langage de programmation : le chercheur choisit l’architecture qui lui convient le mieux.

41Pour notre part, nous avons organisé les enregistrements en nous inspirant de deux principes :

42premièrement les informations se succèdent dans un ordre fixe et permanent ;

43deuxièmement il n’existe entre les informations aucune solution de continuité. En fonction de ces deux postulats, la séquence définitive du record se présente comme suit : critère de tri / référence / identification / données en longueur fixe / données en longueur variable.

44Les données en longueur fixe sont regroupées dans la première partie du record de façon à connaître immédiatement leur position initiale. Si elles étaient précédées des informations en longueur variable, il nous faudrait recourir, dans chaque cas, à certaines fonctions PL/l pour obtenir ce résultat. Pareille démarche irait, sans nul doute, à l’encontre de la simplification recherchée.

45Pour atteindre la forme définitive de l’enregistrement, il est nécessaire d’effectuer deux ou trois opérations selon que le record est composé de zones de longueur fixe et/ou de zones de longueur variable. Ces opérations, dont l’ensemble constitue la translation, sont les suivantes :

  1. la création de critères de tri ;

  2. l’organisation des zones de longueur fixe ;

  3. l’organisation des zones de longueur variable.

46Leur ordre de succession n’est bien entendu pas obligatoire et leur importance respective varie selon la nature et le contenu de l’enregistrement. Il va de soi que la bonne qualité de la translation, et partant son intérêt, suppose que l’on ait une vision déjà élaborée des traitements ultérieurs. Faute de quoi, elle devrait être inévitablement recommencée en cours de travail.

B) Les programmes standards

47Si l’on ne craignait pas de succomber à la mode terminologique, on qualifierait volontiers de package l’ensemble des procédures legia en aval de la translation. Il s’agit, en effet, de programmes standards qui s’appliquent à une structure d’enregistrement donnée dont le contenu n’est pas déterminant. Toutefois, par référence à SPSS, OSIRIS ou à S.A.S., force nous est d’admettre que l’universalité d’application de legia n’en est encore qu’à ses débuts. Aussi éviterons-nous une confusion, qui pourrait paraître ambitieuse, en parlant simplement de programme standard.

48L’organisation des enregistrements et des programmes n’est sans doute pas indispensable au traitement des listes nominatives de recensement de Verviers (1806-1846). Il est clair cependant que l’investissement en software est d’autant mieux rentabilisé qu’il s’applique à d’autres fichiers justiciables d’exploitations analogues. Le coût/travail que représentent la conception, la rédaction et la mise au point de programmes est trop élevé, en effet, pour qu’on se satisfasse d’une utilisation qui ne serait que spécifique et sans lendemain.

49Ce souci nous a amené à concevoir non seulement une uniformisation des structures d’enregistrement, — c’est la translation que nous venons de décrire, — mais encore des programmes d’exploitation organisés de façon modulaire.

50Pourquoi ce surcroît qui peut apparaître comme une complication gratuite ? Pour la raison, aisément compréhensible, que chaque fichier ne réclame pas nécessairement tous les types d’exploitation mais aussi afin de garder aux programmes legia une souplesse optimale d’utilisation qui fait généralement défaut aux packages classiques.

51La raison d’être de legia est de fournir aux historiens et aux praticiens de la documentation sociale un instrument susceptible de répondre à des préoccupations dont nous savons la variété. Elle vise donc à être sinon la « panacée informatique » tout au moins un plus grand commun dénominateur capable de réduire, autant que faire se peut, la spécificité des problèmes et des solutions.

1) LA FONCTION D’EDITION

52La fonction d’édition est loin d’être secondaire dans la chaîne des traitements. Elle ne se borne pas à imprimer les données sous une forme de bonne présentation et répond à d’autres impératifs que celui de l’élégance. En fait, il s’agit de regrouper les informations selon des critères qualitatifs, soit pour mettre en évidence tel ou tel caractère, soit pour donner au chercheur ou au lecteur du fichier un moyen de consultation. A cet égard, la fonction d’édition complète la banque de données et facilite son utilisation pratique. Initialement, la fonction d’édition a été appliquée à un type de fichier et de structure d’enregistrement bien précis. Néanmoins les divers modules de la fonction n’ont pas de vocation spécifique et certains d’entre eux peuvent aisément servir aux éditions d’autres fichiers, a fortiori lorsque leur structure d’enregistrement a été soumise à la procédure de translation.

a) L’ordonnance des informations

1) Le rôle du tri

53Si les procédures de tri jouent dans les traitements en général un rôle important, celui-ci est décisif dans la fonction d’édition. Il faut savoir en effet que l’ordre selon lequel se déroule une impression est déterminé par le choix des critères de tri dans la procédure de sort et non dans le programme d’édition proprement dit. Ce dernier organise l’information préalablement triée et met en page l’impression elle-même. C’est au moment du tri que s’opère l’ordonnancement des données et leur combinaison éventuelle.

54On distingue généralement deux types de tri : le tri unidimensionnel et le tri hiérarchisé. Comme son qualificatif l’indique, le premier ne concerne qu’une seule variable que l’on trie, soit selon un ordre ascendant, soit selon un ordre descendant (par exemple un tri alphabétique des patronymes de AA à ZZ ou de ZZ à AA). Le second type englobe l’ensemble des tris qui portent sur une pluralité de variables. Il est hiérarchisé dans la mesure où l’on doit obligatoirement fixer la succession des tris, chacun de ceux-ci réalisant une désagrégation supplémentaire des informations.

55Le nombre de branches constituant cette arborescence n’est pas, bien entendu, lié à une structure binaire. Le principe du tri hiérarchisé est de désagréger les ensembles formés par le tri précédent et de créer de nouveaux ensembles qui peuvent à leur tour faire l’objet d’une désagrégation. La limite de ce processus est atteinte lorsque l’on a utilisé successivement tous les critères de tri possibles. Il s’agit là d’une limite théorique car, en pratique, il serait absurde de combiner des variables qui n’ont pas de lien logique entre elles. Opérer un tri selon l’ordre alphabétique des patronymes et le nombre d’enfants mâles de moins de douze ans ne présente en soi aucun intérêt puisqu’il n’existe entre ces deux variables aucune relation de discrimination ou de complémentarité.

56En vue des diverses éditions de la liste nominative de recensement nous avons toujours eu recours à des tris hiérarchisés même lorsqu’on ne souhaitait mettre en évidence qu’une seule variable. La raison en est qu’aucun critère de tri n’a assez de pouvoir discriminant, par lui-même, pour lever toutes les ambiguïtés possibles. Si l’on prend la variable qui opère la sélection la plus stricte, le patronyme, on constate, dans des fichiers où la dispersion des noms est aléatoire, que les homonymes sont nombreux et que le recours au premier voire même au second prénom est absolument indispensable. L’avantage du tri hiérarchisé sur le tri unidimensionnel réside en ceci qu’il permet de créer des sous-ensembles homogènes où les identités sont connues et acceptées en hypothèse.

57Quant au tri unidimensionnel, il est utilisé, en ordre principal lors de traitements intermédiaires (vérification d’enregistrement, listing de travail) ou encore pour l’impression de listes sélectives. Citons, à titre d’exemple, la liste des professions telles qu’elles figurent dans le document avec en regard le code numérique correspondant. Davantage qu’une différence de valeur ou de qualité, c’est donc la fonction assignée à l’édition qui départage le recours au tri unidimensionnel ou au tri hiérarchisé.

2) Le choix des variables

58Etant donné le rôle éminent du tri dans la fonction d’édition et la place qu’il occupe en amont des traitements, le choix des paramètres revêt une grande importance. Autrement dit, il est nécessaire d’établir la liste des variables à mettre en œuvre et leurs combinaisons éventuelles. D’une manière générale cependant celles-ci doivent tenir compte de trois nécessités : la production de listings de travail ou de référence ; l’impression de listes sélectives ; l’édition du fichier dans son ensemble sous les formes les plus appropriées à une consultation aisée (souci lié à la constitution de la banque de données et à son utilisation).

59Listings de travail et/ou de référence

60On peut imaginer toutes les variétés possibles de listings de travail et les multiplier à l’envi. Le libre-arbitre du chercheur n’est, en l’occurrence, limité que par les contraintes de coût.

61L'impression de listes sélectives

62Contrairement aux listings de travail, les listes sélectives dont il est question à présent sont des documents définitifs qui, le cas échéant, peuvent faire l’objet d’une publication.

63L’édition du fichier dans son ensemble

64Indépendamment des aspects purement documentaires, l’impression d’un fichier complet présente un intérêt analogue à celui des listes sélectives. Comme ces dernières, elle permet d’effectuer des contrôles ou de contribuer à l’enrichissement des informations mais, cette fois, de manière exhaustive. Elle peut être aussi l’amorce d’études spécifiques d’une nature certes différente mais qui participent du même principe.

2) LA FONCTION CALCUL ET LES TABLEAUX

65Bien qu’il s’agisse de sous-routines distinctes, les fonctions calcul et l’impression de tableaux sont si étroitement associées dans les faits qu’il nous est apparu plus rationnel de les analyser ensemble, comme nous l’avons fait précédemment pour les modules de tri et d’impression.

a) La fonction calcul

66Il n’est pas question de décrire ici les nombreuses fonctions arithmétiques et mathématiques que comporte le PL/1 comme d’ailleurs tout langage évolué. Ces fonctions ne jouent, en effet, qu’un rôle accessoire dans la mesure où elles n’exercent aucune influence sur la conception et l’organisation du système legia. Elles n’interviennent, éventuellement, qu’au moment de l’opération de calcul elle-même.

67Les modules que nous groupons sous le nom générique de « fonction calcul » se répartissent en deux types de sous-routines : les comptages et les calculs statistiques.

1) Les comptages

68Qui dit grand nombre implique presque nécessairement le recours aux méthodes d’analyse quantitative dont la plus élémentaire, — et souvent la plus éclairante —, est le comptage. Entendons par là une addition des occurrences d’une variable ou d’un ensemble de variables combinées. D’emblée nous nous trouvons donc confrontés avec le problème du choix des variables et, par conséquent, des décisions à prendre concernant les critères de tri. Bien que la matière à traiter soit différente, les contraintes sont analogues à celles que nous avons déjà exposées à propos de l’impression des listes. Il est toutefois une exigence, propre à toute analyse de données chiffrées, à laquelle nous ne pouvons nous soustraire : la valeur significative des résultats.

69Nous ne parlons pas, bien entendu, de l’intérêt ou de l’absurdité sur le plan logique de telle ou telle combinaison de variables mais de leur signification statistique. Il existe en effet des seuils en deçà desquels toute interprétation de données quantitatives n’est plus fondée ou, à tout le moins, s’effectue avec des précautions autres que de langage. Les abaques mis au point par les statisticiens fournissent, à cet égard, des échelles extrêmement précieuses qui évitent l’écueil d’un jugement subjectif.

70En matière d’analyse quantitative, le choix des variables doit nécessairement prendre en compte ce facteur supplémentaire et prévoir des combinaisons qui restent significatives.

71Le principal mérite d’une procédure informatique intégrée comme le système legia réside dans le passage d’une démarche déductive fondée sur diverses hypothèses, implicites ou explicites, relatives à la structure de la population verviétoise, à une démarche inductive. Partant de données globales et de quelques regroupements généraux (par ex. les secteurs économiques) l’ordinateur poursuit une analyse de plus en plus fine, non pas en fonction d’un plan conçu au préalable mais en fonction des résultats obtenus à chaque étape.

2) Les calculs statistiques

72Les sous-routines statistiques ne sont pas des compléments obligés des modules de comptage et d’impression de tableaux. Elles constituent, en quelque sorte, la partie facultative de la fonction calcul et dépendent avant tout de la nature même de la source ainsi que du projet de recherche et des méthodes d’interprétation. Le tableau de fréquence peut être, en effet, considéré pour son intérêt descriptif propre ou fournir la matière première à une analyse statistique. C’est pourquoi il est légitime de ranger parmi les calculs statistiques aussi bien les calculs de pourcentage et les ratios simples (taux d’activité, taux de sénilité, etc.) que les calculs de caractéristiques plus complexes.

73Cette distinction n’a rien d’artificiel car elle implique une attitude différente face aux problèmes des sous-routines statistiques. Il faut savoir, en effet, qu’il n’existe pas de fonction PL/l qui, par elle-même, calcule automatiquement tel ratio ou tel paramètre statistique. Les fonctions effectuent telle ou telle opération arithmétique mais elles sont intégrées à un ensemble d’instructions qui, seules, permettent à l’ordinateur de fournir le résultat recherché. En un mot, les calculs statistiques doivent être programmés au même titre que les comptages ou l’impression des tableaux de fréquences. Dès lors plus les formules seront complexes plus la programmation le sera. Ce corrolaire a pour conséquence de poser le problème de la rentabilité d’une sous-routine statistique intégrée aux modules de la fonction calcul. La programmation d’un test comme le X2 ou le coefficient de corrélation entraîne une occupation de mémoire centrale importante, tant en place qu’en temps de travail, en raison de la longueur des opérations arithmétiques et de leur nature, c’est pourquoi nous avons renoncé à introduire des sous-routines spécifiques dans les programmes de calcul. Tout d’abord en raison du coût additionnel de ces sous-routines ; ensuite parce que les calculs statistiques ont, pour la plupart, un caractère facultatif et que l’intérêt de leur utilisation est fonction du résultat des comptages. Prévoir a priori plusieurs sous-routines de calcul revient à prendre le risque de faire travailler l’ordinateur en pure perte car l’importance ou la répartition des effectifs peut rendre inutile pareil traitement.

b) Les tableaux

74Les sous-routines d’impression de tableaux relèvent tout autant de la fonction d’édition que de la fonction calcul. Elles constituent, en effet, une forme de sortie de données au même titre que les listes dont nous avons parlé précédemment. Si nous les avons rangées dans la fonction calcul c’est qu’elles concernent, en ordre principal, des valeurs numériques et qu’elles apparaissent comme le corollaire des opérations de comptage. La notion de tableau, à laquelle nous nous référons constamment, doit être précisée.

75Nous entendons par là, tant le simple relevé de fréquence d’une occurence que le tableau statistique proprement dit ou tableau croisé qui combine deux ou plusieurs variables. Bien que l’on puisse concevoir, sur le plan théorique, des tableaux à n dimensions, nous nous bornerons, quant à nous, au cas des tableaux à deux dimensions puisque se sont les plus courants et les seuls auxquels nous ayons eu recours.

1) Les tables

76Les tables, ou tableaux à une dimension, sont utilisées lorsqu’il s’agit de mesurer la fréquence d’une variable discrète ou continue. Leur usage toutefois n’est pas réservé aux valeurs numériques et l’on se sert également des tables dans l’organisation de données alphabétiques pour autant qu’elles soient de même type.

2) Les tableaux à deux dimensions

77Dans un tableau de fréquences à deux dimensions chaque compteur est défini par des coordonnées, en l’occurrence les valeurs attribuées aux indices de ligne et de colonnes. L’impression d’un tableau semblable fait appel au même procédé de programmation que celui utilisé pour les tables.

78Toutefois le fait même qu’il s’agisse d’un tableau à deux dimensions, rend la sous-routine d’impression plus complexe. D’autant qu’il est nécessaire, pour la bonne compréhension, de préciser la nature des paramètres « ligne » et des paramètres « colonne ».

79legia constitue, à notre connaissance, le seul système complet qui effectue le traitement automatique des listes nominatives de recensement. Nous appelons complet un système qui prend en charge, à la fois et successivement, l’organisation préalable des enregistrements, le traitement de l’information selon les schémas d’analyse retenus et les sorties de résultats dans les formes souhaitées. Un tel ensemble suppose une succession de procédures, autonomes et complémentaires, qui s’intègrent les unes aux autres comme autant de modules. Elles ont chacune leur logique propre qui s’inscrit dans la logique générale dont s’inspire le système.

***

80legia se compose de trois procédures principales : la translation, la fonction d’édition et la fonction calcul. Si la première d’entre elles assume exclusivement l’organisation des records, les deux autres, en revanche, comprennent, chacune pour leur part, des programmes de traitement des données et des routines d’impression qui s’exécutent à partir d’un choix préalable de variables exprimé dans les critères de tri.

81Ainsi conçu, le système legia présente le double avantage de conserver les données originales dans leur intégrité et de permettre des exploitations « à la carte ». Les seules limites apportées au choix de l’utilisateur sont celles qu’il se fixe lui-même en fonction des buts poursuivis par la recherche, de la valeur des données et de l’intelligibilité des résultats demandés. L’historien et le démographe peuvent dès lors, par l’application de ce système, obtenir tous les renseignements et les informations qu’ils désirent tant au niveau des groupes, définis selon les critères les plus divers, qu’au niveau des individus eux-mêmes. legia leur fournit, au moindre coût, avec une égale facilité, une liste nominative des tisserands nés à Verviers et recensés dans cette ville, un tableau de répartition de la population féminine suivant l’âge et l’état matrimonial, un relevé statistique des statuts sociaux dans le secteur textile, etc..

82Soumis à ce système, les fichiers réagissent comme autant de banques de données qu’il est loisible de consulter soit par des procédures batch (ce sont celles décrites dans ce chapitre) soit en time sharing (TSO). Un profil d’informations peut être ainsi dessiné par l’utilisateur puis précisé et affiné au fil des questions posées à l’ordinateur. Si le coût de l’investigation en mode conversationnel (TSO) est trop élevé, on procède alors, comme nous l’avons fait, à un choix préalable de variables hiérarchisées et on modifie, selon les besoins, les paramètres des programmes.

83Sans doute les férus des packages traditionnels, S.P.S.S., OSIRIS et autres, reprocheront-ils au système legia l’absence de procédures de calculs statistiques autres que les pourcentages et les ratios simples. La réponse à cette critique se trouve dans la définition même des objectifs de legia. Contrairement à S.P.S.S. ou à OSIRIS, notre système ne vise pas à l’analyse quantitative des données contenues dans le fichier mais plutôt au traitement de l’information pris dans son sens le plus large, y compris les opérations statistiques élémentaires. legia est un instrument d’investigation volontairement souple et diversifié qui s’adapte aux données alors que les packages, au contraire, ont des fonctions définies une fois pour toutes qui s’appliquent à un schéma d’enregistrement déterminé. Si ces derniers sont coûteux mais hautement performants au départ de données numériques de format fixe, le système legia présente l’avantage d’être infiniment moins coûteux et d’effectuer les traitements souhaités sans aucune contrainte sur le plan des enregistrements. Ils ne sont d’ailleurs pas exclusifs l’un de l’autre dans la mesure où l’utilisateur qui désire une analyse statistique élaborée peut soumettre à S.P.S.S. ou à OSIRIS les résultats chiffrés des traitements opérés par legia.

84Notre système veut répondre avant tout aux desiderata des historiens en leur fournissant le moyen de « manipuler », dans le bon sens du terme, la documentation enregistrée sur support informatique comme ils le feraient, mutatis mutandis, des fiches traditionnelles. Avec l’apport décisif de la vitesse d’exécution et de l’inépuisable capacité de travail qui sont l’apanage incontesté de l’ordinateur, legia apporte, au problème posé par l’exploitation des sources massives, une solution décisive.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Sources manuscrites

1. Archives de l’Etat à Liège (A.E.L.)

a) Fonds français – Préfecture

202, 203-204, 248-250.

b) Fonds hollandais

875, 877, 3252, 3254.

c) Registres paroissiaux

Verviers, no 14B 1748-1773, 13B 1774-1796, 45BM 1796-1805, 28D 1783-an IV, 29D 1796-1805.

d) Tables des Registres paroissiaux

Verviers B 1573 - an IV
M 1593 - an V
D 1593 - an V

e) Etat civil

Verviers, Registres de l’état civil de la commune de Verviers. Copie faite par le tribunal de première instance siégeant à Verviers, contenant les déclarations pour la rédaction des actes de naissance, mariage et décès, no 1 à 47, an V - 1870.

2. Archives communales de Verviers (A.V.)

Actes de la mairie : R. 1 à 8 (1800-1818)

Actes du conseil communal : R. 17 à 28, 2e série 1 à 15
(1800-1831)
1832-1850

Actes du collège : R.1 à 6 (1818-1831)
1832-1850

Correspondance : R. 1 à 52

Farde : 36 (Enquêtes statistiques, an IX - 1827)

Population : 39 Registres de 1806 à 1846.

3. Archives nationales à Paris (A.N.)

Série F 20

21, 22, 31, 103, 105, 132, 146, 237, 278, 368, 399, 400, 462-467.

Sources imprimées

Annales du Conseil de Salubrité Publique de la Province de Liège, t. 1-4, Liège, 1844-1850.

E. Barlet, Recherches historiques sur la fabrication de la draperie en Belgique, in-12°, Verviers, 1859.

Constans (fils), Tableau politique du département de l'Ourte, in-12°, Bruxelles, an IX.

R. Courtois, Recherches sur la statistique physique, agricole et médicale de la province de Liège, 2 vol., in-12°, Verviers, 1828.

De Becdelievre, Biographie contemporaine de la province de Liège, Liège, 1839.

N. De Briavoine, De l’industrie en Belgique. Causes de décadence et de prospérité. La situation actuelle, 2 vol., in-8°, Bruxelles, 1839.

N. De Briavoine, Sur les inventions et perfectionnements de l’industrie depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours dans Mémoires de l’Académie royale des sciences et belles-lettres de Belgique, t. XIII, in-4°, Bruxelles, 1838.

N. De Briavoine, Sur l’état de la population, des fabriques, des manufactures et du commerce dans les provinces des Pays-Bas depuis Albert et Isabelle jusqu’à la fin du siècle dernier dans Mémoires de l'Académie royale des sciences et belles-lettres de Belgique, t. XIV, in-4°, Bruxelles, 1838-1840.

J.J. De Bouge, Manuel géographique, statistique et administratif du royaume des Pays-Bas, Bruxelles, 1821.

J.J. De Cloet, Géographie historique, physique et statistique du royaume des Pays-Bas, Bruxelles, 1822.

Desmousseaux, Tableau statistique du département de l’Ourthe, in-8°, Paris, an IX.

R.J. Detrooz, Histoire du marquisat de Franchimont et particulièrement de la bonne ville de Verviers et de ses fabriques, in-8°, Liège, 1809.

Documents relatifs au travail des enfants et des femmes dans les manufactures, in-fol., Bruxelles, 1871.

E. Ducpetiaux, Budgets économiques des classes ouvrières en Belgique dans Bulletin de la commission centrale de statistique, t. VI, Bruxelles, 1855, pp. 261-440.

M.G. Dumont, Rapport sur les divers projets de distribution d’eau à Verviers, in-8°, Verviers, 1863.

Enquête sur la condition des classes ouvrières et sur le travail des enfants, Ministère de l’Intérieur, 3 vol., in-8°, Bruxelles, 1846.

Exposé de la situation de la ville de Verviers sous le rapport de son administration (1839-1879), Verviers, (1880).

N.G. Fossion, Rapport sur la condition des ouvriers et le travail des enfants dans les manufactures, mines et usines de la province, Liège, 1846.

E. Gilon, Guide de Verviers, Verviers, 1874.

A. Houget, La réforme du travail des enfants, pourquoi une loi ?, Verviers, 1870.

F. Kannengieser, Recueil des règlements de police de la ville et du canton de Verviers, Verviers, 1857.

M. Larondelle, Rapport sur l’épidémie de choléra qui a régné à Verviers et les environs en 1866, Bruxelles, 1867.

E. Lebens, Projet d'agrandissement et d’assainissement de la ville de Verviers, Verviers, 1868.

A.J. Lepas, Coup d'œil sur la situation de la classe ouvrière de Verviers dans Nouvelle Revue de Bruxelles, p. 199-214, in-8°, Bruxelles, 1844.

P. Limbourg, La réforme du travail des enfants, Verviers, 1869.

Mémorial administratif du département de l’Ourthe, Liège, an X-1814.

Mémorial administratif de la province de Liège, Liège, 1815 et suiv.

F. Mullendorf, Question des octrois commerciaux, Verviers, 1850.

C. Oudiette, Dictionnaire géographique et topographique des treize départements (...) réunis à la France, in-8°, Paris, 1804.

J. Peuchet, Essai d’une statistique générale de la France, in-8°, Paris, an IX.

E. Putzeys, Conférence sur l’hygiène publique, Verviers, 1883.

Statistique de la Belgique. Population. Mouvement de l'état civil (1831-1840), Ministère de l’Intérieur, in-4°, Bruxelles, 1842.

Statistique de la Belgique. Population. Recensement général (5 octobre 1846), Ministère de l’Intérieur, in-4°, Bruxelles, 1851.

Statistique générale de la Belgique. Exposé de la situation du royaume (1841-1850), Ministère de l’Intérieur, 3 vol., in-4°, Bruxelles, 1852.

Statistiques de la population active, 1956-1966, OCDE, Paris, 1968.

E. Smits, Statistique nationale (...) mouvements de la population dans les Pays-Bas depuis la création du royaume jusqu'en 1824 inclus, Bruxelles, 1827.

L. Thomassin, Mémoire statistique du département de l’Ourthe, in-folio, Liège, 1879.

Ph. Van Der Maelen, Dictionnaire géographique de la Province de Liège, in-8°, Bruxelles, 1831.

M. Villerme, Tableau de l'Etat physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, 2 vol., in-8°, Paris, 1840.

A. Visschers, E. Ducpetiaux, Enquête sur la condition des classes ouvrières et sur le travail des enfants, in-8°, Bruxelles, 1848.

Travaux : Ouvrages, articles et communications

Pr. Abrams, Towns and economic growth. Some theories and problems, dans Towns in societies (...), Cambridge, 1979, pp. 9-33.

G. Ch. Alter, The influence of social stratification on marriage in nineteenth Century Europe. Verviers, Belgium, 1844-1845, thèse de doctorat inédite, Philadelphie, 1978.

M. Anderson, Family structure in nineteenth Century Lancashire, Cambridge, 1971.

A.M. Andre, Le mariage chez les fabricants de drap verviétois, XVIII-début XIXe siècle. Essai de démographie historique et structure de l’alliance, mémoire inédit, Université de Liège, 1977.

R. Andre, La démographie du Hainaut, t. 1, Bruxelles, 1970 ; t. 2, Bruxelles, 1972.

R. Andre, La population de la Wallonie dans la dualité démographique de la Belgique, Bruxelles, 1983.

R. Andre, R. Gyselings, La mortalité infantile en Belgique, Bruxelles, 1971.

R. Andre, J. Pereira-Roque, La démographie de la Belgique au XIXe siècle, Bruxelles, 1974.

R. Andre, J. Pereira-Roque, Le rôle des migrations dans l’évolution de la structure des âges des provinces belges au cours de la dernière décennie du XIXe siècle dans Revue de l'Institut de sociologie (Université libre de Bruxelles), 2, 1971, pp. 287-300.

H. Angenot, Inventaire raisonné du Fonds Dethier déposé à la bibliothèque communale de Verviers dans B S.V.A.H., XIII, 1913, pp. 45-86.

A. Armengaud, Population in Europe (1700-1914) dans The Fontana economic history of Europe, t. 3 ; The industrial revolution, Glasgow, 1970.

W.A. Armstrong, Social Structure from the early census returns dans An introduction to English historical demography, London, 1966.

W.J. Ashley, L'évolution économique de l'Angleterre, Paris, 1925.

H. Aydelotte, O. Bogue, R.W. Fogel, Dimensions of quantitative research in history, Princeton, Univ. Press, 1975.

H. Balthasar, J. De Belder, J. Hannes, J. Verhelst, Enkele bronnen voor de sociale geschiedenis van de XIX eeuw (1815-1914), 2e éd, Louvain-Paris, 1965.

H. Balthazar, A Study of Wealth and Income in the Nineteenth and Twentieth Centuries, Acta Historiae Neerlandicae,’s Gravenhage, 9, 1976, pp. 121-142.

J.-P. Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les mutations d’un espace social, Paris, 1983.

F. Bedarida, Londres au milieu du XIXe siècle. Une analyse de structure sociale, dans Annales, E.S.C., 23, 1968, pp. 268-295.

K.J. Beloch, Bevölkerungsgeschichte Italiens, t. I : Grundlagen. Sizilien und das Königreich Neapel, Berlin, 1937 ; t. II : Die Bevölkerung des Kirchenstaates, Toskanas und der Herzogtümer am Pô ; Berlin, 1940.

J.F. Bergier, L. Solari, Histoire et élaboration statistique, Genève, 1963.

L.R. Berlanstein, Illegitimacy, concubinage andproletarianization in a french town (1760-1914) dans Journal of family history, 5, Minneapolis, 1980, pp. 360-374.

J.N. Biraben, La statistique de population sous le consulat et l’empire, dans R.H.M.C., 17, 1977, pp. 359-372.

S. Blumin, The historical Study of vertical mobility dans Historical Methods Newsletter, 1, 1968, pp. 18-36.

A. Briggs, The age of improvement 1783-1867, Oxford, 1979.

P.M. Boulanger, D. Tabutin, La mortalité des enfants dans le monde et dans l'histoire, Liège, 1980.

J. Bourgeois-Pichat, Evolution de la population française depuis le XVIIIe siècle dans Population, no 4, 1951, pp. 635-662.

J. Bouvier, A propos de la crise dite de 1805 : les crises économiques sous l’Empire dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, XVII, 1970, pp. 506-513.

D. Brouwers, La fabrique des queues et pennes dans le duché de Limbourg en 1766 dans B.S.V.A.H., IV, 1903, pp. 275-291.

T.K. Burch, Some demographic determinants of average household size : an analytic approach dans Household and Family in past time, Cambridge, 1972, pp. 91-102.

R. Bushman, Family security in the transition from farm to city (1750-1850) dans Journal of Family History, V. 6, Minneapolis, 1981, pp. 238-256.

G. Carlsson, Social mobility and class structure, Lund, 1969.

G. Cauderlier, Les lois de la population et leur application à la Belgique, Bruxelles, Soc. belge de Librairie, 1900.

N. Caulier-Mathy, Statistiques de la province de Liège sous le régime hollandais, Louvain - Paris, 1962.

N. Caulier-Mathy, La composition d’un prolétariat industriel dans Revue d’histoire de la sidérurgie, t. 4, 1963-1964, pp. 207-222.

L. Cavalli-Sforza et W.F. Bodmer, The genetics of human populations, San Francisco, 1971.

P. Chaunu, Réflexions sur la démographie normande dans Sur la population française aux XVIIIe et XIXe siècles. Hommage à Marcel Reinhard, Paris, 1973, pp. 97-118.

L. Chevalier, La Formation de la population parisienne au XIXe siècle, Paris, 1949.

L. Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris, au début du XIXe siècle, Paris, 1958.

G.N. Clark, The idea of the industrial revolution, Glasgow, 1953.

C. Clark, Les conditions du progrès économique, Paris, 1960.

A.J. Coale, The Demographic transition dans Actes du congrès international de la Population, Liège, 1973, pp. 53-71.

A.J. Coale, Factors associated with the development of low fertility : an historic summary dans World population Conference, New York, 1961, pp. 15-36.

T.C. Cochran, Social change in industrial society, Londres, 1972.

F.A. Comer, Geschiedkundig overzicht van de cholera in België, Wet. Tijdingen, XXXIII, 1974, col. 64-84.

Communes de Belgique. Dictionnaire d’histoire et de géographie administrative, Bruxelles, 1980.

C. Corsini, L. Del Panta, G. Ceppatelli, Pour connaître la population de la Toscane aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, Florence, 1974.

A. Cosemans, Bijdrage tot de demographische en sociale geschiedenis van de stad Brussel, Bruxelles, 1966.

J.P. Courtheoux, La répartition des activités économiques, Paris, 1966.

H. Damas, Le mouvement naturel de la population belge. Son évolution de 1846 à I960 dans Population et famille, 2, 1963, pp. 64-120.

H. Damas, Population de la Belgique : les migrations intérieures dans Population et Famille, 4,1964, pp. 31-62.

H. Damas, La concentration de la population en Belgique dans Population et Famille, 3, 1964, pp. 1-23.

H. Damas, Les régions démographiques en Belgique dans Population et Famille, 11, 1967, pp. 51-90.

H. Damas, Réflexions sur la structure de la population en Belgique dans Bulletin de la Société géographique de Liège, 5, 1969, pp. 139-148.

R. Darquenne, La conscription dans le département de Jemappes (1795-1813) dans Annales du Cercle archéologique de Morts, t. 67, 1970.

R. Darquenne, Démographie hennuyère et problèmes conscriptionnels (1795-1813) dans Le Hainaut français et belge, Mons, 1967, pp. 43-44.

A. Daumard, Structures sociales et classement socio-professionnel L apport des archives notariales au XVIIIe et au XIXe siècles dans Revue Historique, janv.-mars 1962, pp. 139-154.

A. Daumard, Une référence pour l’étude des sociétés urbaines en France au XVIIIe et XIXe siècles. Projet de code socio-professionnel dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, Paris, 1963, pp. 185-210.

P. Deane, W.A. Cole, British economic growth (1688-1919), Cambridge 1967.

J. De Belder, De gehierarchiseerde statische doorsnede als vertrekpunt voor de Studie van demografische gedragspatronen. Casus : de Antwerpse bevolking op het einde van de XVIIIde eeuw dans Studia historica Gandensia, 200, 1977, pp. 1-81.

L. Dechesne, Histoire économique et sociale de la Belgique depuis les origines jusqu’en 1914, Paris-Liège, 1932.

L. Dechesne, L’industrie drapière de la Vesdre avant 1800, Liège, 1927.

D. Degreve, Le commerce extérieur de la Belgique (1830-1939), dans Histoire quantitative de la Belgique au XIXe siècle, Bruxelles, 1977, 1200 pp.

P. Delfosse et J.P. Peemans, Analyse historique, changement social et croissance économique : propositions pour une histoire structurelle du développement économique et social, Louvain, U.C.L., 1978, 102 pp.

R. Demoulin, Guillaume Ier et la transformation économique des provinces belges (1815-1830), Liège, 1938.

M. Deprez, Une crise agricole grave (juin 1811 - juillet 1812). Phénomènes et remèdes dans le département de l’Ourthe dans Bulletin de la société royale « Le Vieux Liège », 1953, pp. 244-257.

M. Deprez, Essai sur le mouvement des prix et des revenus en Belgique au début du XIXe siècle (1798-1830), thèse inédite, 2 vol., Liège, 1948.

M. Deprez, La crise industrielle de 1810-1811 dans Annales de la Fédération archéologique et historique de Belgique, Gand, 1955, 2, pp. 291-311.

P. Deprez, The demographic development of Flanders in the eighteenth Century dans Population in history, London, 1965, pp. 608-630.

A. De Ryckel, Les communes de la province de Liège, rééd., Liège, 1982.

L. De Saint-Moulin, La Construction et la propriété des maisons, expressions des structures sociales, Seraing, depuis le début du XIXe siècle, Bruxelles, 1969.

Cl. Desama, Structures socio-démographiques et révolution industrielle : Verviers 1806-1846. Observations méthodologiques sur le traitement par ordinateur des listes nominatives de recensement dans Historical methods newsletter, 7, 1974, pp. 129-133.

Cl. Desama, L'expansion démographique du XIXe siècle dans La Wallonie, le pays et les hommes, t. 2, Bruxelles, 1976, pp. 129-157.

Cl Desama, J. Pieyns, Codification des communes belges et calcul automatique des distances dans Archives et Bibliothèques de Belgique, t. XLV, Bruxelles, 1974, pp. 323-328.

Cl. Desama, Programmes appliqués aux recensements du début du XIXe siècle : Liège et Verviers dans Archives et Bibliothèques de Belgique, numéro spécial, 1971.

Cl. Desama, La Population active à Verviers pendant la révolution industrielle - 1. dans Population et famille, 47, Bruxelles, 1979, 2, pp. 45-67.

Cl. Desama, La Population active à Verviers pendant la révolution industrielle - 2. dans Population et famille, 48, Bruxelles, 1980, 3, pp. 45-75.

Cl. Desama, Démographie et Industrialisation : le modèle verviétois (1800-1850) dans Revue du Nord, 63, Lille, 1981, pp. 147-155.

Cl. Desama, La Croissance démographique à Verviers dans Annales de démographie historique, Paris, 1982, pp. 191-212.

J. Dupaquier, De l’animal à l’homme ; le mécanisme auto-régulateur des populations traditionnelles dans La Quantification en histoire, Revue de l’Institut de sociologie (Université libre de Bruxelles), 2, 1972, pp. 177-211.

J. Dupaquier, Problèmes démographiques de la France napoléonienne dans Revue d’Histoire moderne et contemporaine, XVII, 1970, pp. 339-358.

J. Dupaquier, Histoire et démographie dans Population, no spécial, septembre 1977, pp. 299-321.

J. Dupaquier, Problèmes de la codification socio-professionnelle dans L'Histoire Sociale, Sources et Méthodes, Paris, 1967, pp. 157-190.

G. Dupeux, La Société française, 1789-1960, Paris, 1964.

G. Dupeux, La Croissance urbaine en France au XIXe siècle dans Revue d’histoire économique et sociale, Paris, 1974, pp. 173-189.

G. Dupeux, The impact of immigration on the occupational structure in the city of Bordeaux (1906-1926) dans Historical methods newsletter, 3, 1974, pp. 76-99.

C. El Kefi-Clockers, La Population féminine active de l’industrie textile verviétoise. Essai d’interprétation du recensement de 1856, mémoire inédit, Université de Liège, 1976.

E. Fairon, Inventaire analytique du fonds français aux Archives de l’Etat à Liège dans Annuaire d’histoire liégeoise, t. III, Liège, 1944, pp. 183-330.

E. Fairon, La chaussée de Liège à Aix-la-Chapelle et les autres voies de communication des Pays-Bas vers l'Allemagne au XVIIIe siècle dans B.S.V.A.H., 12, 1912, pp. 23-184.

W. Farr, Vital Statistics, Londres, 1885.

C. Firket, La nuptialité dans la région liégeoise à la fin de l’Ancien Régime et au début de l’industrialisation, mémoire inédit, Liège, 1974.

C. Firket, Freins et stimulants au mariage au début de l’industrialisation, dans Actes du colloque Amour et Mariage en Europe, Liège 1978, pp. 173-177.

M.W. Flinn, British population growth (1700-1850), Londres, 1970.

J. Fohal, Verriers et son industrie, il y a quatre-vingt-cinq ans, Verviers, 1928.

C. Fohlen, Révolution industrielle et travail des enfants dans Annales de démographie historique, 1973, pp. 319-325.

J. Fourastie, Le progrès technique et les activités économiques dans Revue économique, 1966, p. 115-126.

F. Furet, Pour une définition des classes inférieures à l'époque moderne, Annales E.S.C., 1963, t. 18, pp. 459-474.

K. Gaskin, Age atfirst mariage in Europe before 1850 : a summary of family reconstitution data dans Journal of family history, 3, Minneapolis, 1978, 78 pp.

L. Genicot, Histoire des routes belges depuis 1704, Bruxelles, Office de Publicité, 1948, 78 pp.

B. Gille, Les sources statistiques de l'histoire de France, 2e éd., Paris, 1980.

L. Glasco, Ethnicity and Social Structures : Irish, Germans and Native-Born of Buffalo (New York, 1850-1860), New York, 1973.

D.V. Glass, D.E. Erversley, Population in history, London, 1965.

D.V. Glass, E. Grebenik, World population 1800-1950 dans The Cambridge economic history of Europe, VI, I, Cambridge, 1967.

J.H. Goldthorpe, K. Hope, The social grading of occupations. A new approach and scale, Oxford, 1974.

P. Goubert, Vingt-cinq ans de démographie historique dans Sur la population française au XVIIIe et au XIXe siècle. Hommage à Marcel Reinhard, Paris, 1973, pp. 315-324.

C. Griffen, Occupational mobility in nineteenth-century America : Problems and possibilities dans Journal of social history, 5, 1972, pp. 310-330.

E. Gubin et A. Van Neck, La répartition professionnelle de la population belge en 1846 : un piège statistique, dans Acta Historica Bruxellensia, Bruxelles, 4, 1981, pp. 269-365.

P. Guillaume, Le comportement au mariage de différents groupes sociaux bordelais (1844-1856) dans Sur la population française aux XVIIIe et XIXe siècles. Hommage à Marcel Reinhard, Paris, 1973, pp. 325-340.

P. Guillaume, La population de Bordeaux au XIXe siècle. Essai d’histoire sociale, Paris, 1972.

M. Gutmann, E. Van De Walle, New sources for social and demographic history : the Belgian population register dans Social science history, 2, 1978, pp. 121-143.

H. Habakkuk, Population growth and economic development since 1750, Leicester, 1972.

H. Habakkuk, Family structure and economic change in nineteenth-century Europe dans Journal of economic history, 15, 1955, pp. 1-12.

N. Haesenne-Peremans, Un siècle d’histoire sociale. Les pauvres dans la province de Liège de 1730 à 1830. De la charité à la prévoyance sociale, Liège, 1981.

M.R. Haines, Fertility and occupation : population patterns in industrialisation, New York, 1979.

R.H. Hall, Occupations ans the social structure, New Jersey, 1969.

G. Hansotte, L’émigration ouvrière dans la province de Liège sous le régime du royaume des Pays-Bas dans Album M. Bussels, Hasselt, 1967, pp. 303-320.

G. Hansotte, La sidérurgie belge au XIXe siècle avant l’acier, dans Revue d’Histoire de la sidérurgie, VII. Jarville-Nancy, 1966, pp. 211-237.

G. Hansotte, Travaux récents sur l’histoire de la sidérurgie belge au XIXe siècle avant l’acier, dans Revue d'Histoire de la sidérurgie, VII. Jarville-Nancy, 1966, pp. 211-237.

E. Helin, Variables démographiques en rapport avec la profession dans Annales de Démographie Historique, 1972, pp. 215-220.

E. Helin, Size of households before the industrial revolution : the case of Liège in 1801 dans Household and family in past time, Cambridge, University Press, 1972, pp. 299-318.

E. Helin, La taille des ménages avant la révolution industrielle dans Recherches économiques de Louvain, t. 35, Louvain, 1969, 4, pp. 233-250.

E. Helin, R. Mols, G. Wunsch, La Population de la Belgique, s. 1., 1974.

E. Helin, Les recherches sur la mortalité dans la région liégeoise (XV-XIXe siècles) dans Actes du colloque international de démographie historique, Liège, 1963, pp. 155-184.

E. Helin, La population des paroisses liégeoises aux XVIIe et XVIIIe siècles, Liège, 1959.

E. Helin, Les codes socio-professionnels comme instruments d'analyse des populations antérieures à la révolution industrielle dans Annales du XLIe congrès de la Fédération archéologique et historique de Belgique, Malines, 1970, pp. 357-366.

E. Helin, La démographie de Liège aux XVIIe et XVIIIe siècles, Liège, 1963.

E. Helin, La démographie historique : rétrospective et perspective dans Revue belge d’histoire contemporaine, 12, Gand, 1981, pp. 7-26.

E. Helle, Silhouettes et profils verviétois, Verviers, s.d.

L. Henry, The verification of data in historical demography dans Population studies, 22, 1968, pp. 61-82.

L. Henry, Structure de la population et besoins en logements dans Population, 3, 1949, pp. 433-446.

L. Henry, Fécondité des mariages, Paris, 1953.

L. Henry, Fécondité des mariages dans le quart sud-ouest de la France de 1720 à 1820 dans Annales E.S.C., 27, 1972, pp. 977-1024.

L. Henry, M. Fleury, Nouveau manuel de dépouillement et d’exploitation de l'état civil ancien, Paris, 1976.

L. Henry, Manuel de démographie historique, Genève, Paris, 1967.

L. Henry, Y. Blayo, La population de la France de 1740 à 1860 dans Population, numéro spécial, novembre 1975, pp. 71-122.

L. Henry, Le volume de l’immigration à Paris de 1740 à 1792 dans Population, 6, 1971, pp. 1073-1085.

L. Henry, Techniques d’analyse en démographie historique, Paris, 1980.

Th. Hershberg, B. Laurie, G. Alter, Immigrants and industry : The Philadelphia experience, 1850-1880, Philadelphie, 1973.

X. Heuschling, Notice sur la statistique ancienne en Belgique, Liège, 1875.

T.H. Hollingsworth, Historical Demography, London, 1969.

R. A. Horvath, Une école Quetelet ? Le problème des contributions des disciples belges de Quetelet à la formation d’une discipline statistique moderne, Académie royale de Belgique, Bulletin de la Classe des Lettres et Sciences morales et politiques, LXVII, 1981, pp. 314-325.

J. Houdaille, Le problème des pertes de guerre dans Revue d'histoire moderne et contemporaine, XVII, 1970, pp. 411-423.

A.E. Imhof, La surmortalité des femmes mariées en âge de procréation : un indice de la condition féminine au 19e siècle dans Annales de démographie historique, Paris, 1981, pp. 81-87.

I.N.S., Recensement général de la population, de l’industrie et du commerce au 31 décembre 1947, Bruxelles, 1951.

C. Jacquart, Etude de la démographie statique et dynamique des agglomérations urbaines et spécialement des villes belges, Bruxelles, 1903.

M.B. Katz, Social structure in Hamilton, Ontario dans Nineteenth-century cities. Essays in the new urban history, London, 1971.

M.B. Katz, Occupational Classification in History dans Journal of interdisciplinary history, 3, 1972, pp. 70-80.

G.E. Karush, Industrialisation et changement de la population active en Belgique de 1846 à 1910 dans Population et famille, 1, Paris, 1977, pp. 37-76.

A. Kaufmann, Demographische Struktur und Haushalts- und Familienform der wiener Bevölkerung, Wien, 1971.

M. Kempeneers, Aux origines des statistiques liégeoises. Premières recherches sur leur élaboration (an III-1843), mémoire inédit, Liège, 1976.

A.H. Kittel, The revolutionary period of the industrial revolution : industrialization, innovation and population displacement in Belgium (1830-1880) dans Journal of Social History, 1, 1967, pp. 119-148.

P.M.M. Klep, Bevolking en arbeid in transformatie. Een onderzoek in Brabant, 1700-1900, Nimègue, 1981.

P. Knights, The plain people of Boston, 1830-1860 : A study of city growth, New York, 1971.

J.E. Knodel, The decline of fertility in Germany 1871-1939, Princeton, New Jersey, 1974.

W. Kohlmann, Bevölkerung in der industriellen Revolution, Göttingen, 1974.

J. Krahli, Coutumes et silhouettes du Verviers ancien, Verviers, 1895.

S. Kuznets, Population and economic growth dans Proceedings of the american philosophical Society, 11, 1967, pp. 170-207.

E. Labrousse, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au XVIIIe siècle, Paris, 2 vol., 1932.

A. Lafosse, Epidémies de choléra à Verviers (1833-34, 1849, 1866), mémoire inédit, Université de Liège, 1977.

A. Lafosse, Les hôpitaux temporaires à Verviers durant les épidémies de choléra, dans Ann. de la Soc. belge d’histoire des hôpitaux, XVII, 1979, pp. 71-79, de 1831 à 1893.

A. Landry, La Révolution démographique, Paris, 1934.

La région liégeoise. Démographie, logement, industrie et commerce, Liège, 1951.

P. Laslett, Household and family in past time, Cambridge, 1972.

P. Laslett, Size and structure of the household in England over three centuries dans Population studies, XXIII, 1969, pp. 199-223.

P. Laslett, The world we have lost, London, 1965.

R. Leboutte, Structure démographique et socio-économique de la population de Herstal en 1812 dans Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, 40, 1978, pp. 115-155.

R. Leboutte, De lakenfabriek Scheibler, Ronstorff, Rahlenbeck te Dalem (1774-1890), een voorbeeld van industrialisatie op het platteland, dans Studies voor de sociaal-economische geschiedenis van Limbourg, t. 24, 1979, pp. 24-82.

R. Leboutte, Démographie et industrialisation : la population de Herstal en 1812, dans Clio, 1978, 55, pp. 30-56.

P. Lebrun, Essai sur la révolution industrielle en Belgique (1770-1847), Bruxelles, 1979.

P. Lebrun, Croissance et industrialisation. L’expérience de l’industrie drapière verviétoise (1750-1850) dans Première conférence internationale d’histoire économique, Stockholm, 1960, pp. 531-568.

P. Lebrun, L'industrie de la laine à Verviers pendant le 18e et le début du 19e siècle, Liège, 1948.

P. Lebrun, avec la collaboration de M. Bruwier, J. Dhondt, E. Helin, G. Hansotte, La rivoluzione industriale in Belgio, dans Studi Storici, 3-4, 1961, pp. 548-568, 1962, pp. 247-249.

J.J. Lee, Aspects of urbanization and economic development in Germany, 1815-1914, dans Towns in societies (...), Cambridge, 1979, pp. 279-293.

R.W. Lee, European demography and economic growth, Londres, 1979, 416 pp.

J. Lejaer, Histoire de la ville de Verviers. Période française (1794-1814) dans B.S.V.A.H., IV, 1903, pp. 1-274.

J. Lejaer, Histoire de la ville de Verviers, période hollandaise et révolution belge de 1830 dans B.S.V.A.H., VII, 1906, pp. 1-264.

Y. Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914). La formation de la classe ouvrière régionale, Lyon, 1977.

R. Lesthaege, Nuptiality and population growth dans Population Studies, 25, 1971, pp. 415-432.

R. Lesthaege, The decline of Belgian fertility, 1800-1970, Princeton New Jersey, 1977.

R. Lesthaege, Een demografish model voor de oostvlaamse landelijke populatie in de 18e eeuw dans Tijdschrift voor nieuwste geschiedenis, 1, 1974, pp. 61-100.

R. Lesthaege, J. Duchene, Essai de reconstitution de la population belge sous le régime français : quelques caractéristiques démographiques de la population féminine dans Population et famille, 1971, 36, 1975, pp. 1-47.

R. Lesthaege, Vruchtbaarheidscontrole, nuptialiteit en social-economische veranderingen in België, 1846-1910 dans Bevolking en gezin, 1973, 2, pp. 375-381.

D. Levine, Illeteracy and family life during the first industrial revolution dans Journal of social history, 14, 1980, pp. 25-44.

P. Limbourg, La réforme du travail des enfants, Verviers, 1869.

L’industrie en Belgique : deux siècles d’évolution, 1780-1980, Bruxelles, Crédit communal de Belgique, Soc. nat. de crédit à l’industrie, 1981, 322 pp.

M. Livi Bacci, A history of Italian fertility during the last two centuries, Princeton, 1977.

M. Livi Bacci, Il declino delle fecondità della populazione Italiana nell’ultimo secolo dans Statistica, 1965.

M. Livi Bacci, Una disciplina in rapido sviluppo : la demografia storica dans Quaderni Storici, mai-août 1971.

M. Livi Bacci, La transformazione demografica della società europa, Turin, Loescher, 1977.

P. Mantoux, La Révolution industrielle au XVIIIe siècle. Essai sur les commencements de la grande industrie moderne en Angleterre, Paris, 1959.

M.L. Marcilio, H. Charbonneau, Démographie historique, Paris, 1979.

J. Mathieu, Histoire sociale de l’industrie textile de Verviers, Dison, 1946.

T.Mc Keown, R.G. Brown, An interpretation of the modem rise of population in Europe dans Population studies, XIX, 3, 1972, pp. 345-382.

F. Mendels, Industry and marriages in Flanders before the industrial revolution dans Population and economics, 1970, pp. 81-89.

F. Mendels, Industrialization and population pressure in eighteenth Century Flanders dans Journal of economic history, 31, 1971, pp. 269-271.

B.R. Mitchell, P. Deane, Abstracts of British historical statistics, Cambridge, 1962.

L.P. Moch, Paths to the city. Regional migration in the 19th Century France, dans New Approaches to social science history, Londres, 1983.

R. Mols, Où en est la population belge ? dans Population, 27, 1972, 6, pp. 985-1000.

R.J. Morris, Choléra 1832, the social response to an epidemic, London, 1976.

J. Morsa, La Population féminine active et son évolution en Belgique dans La condition sociale de la femme. XXVe semaine sociale universitaire, Bruxelles, 1956, pp. 23-52.

I. Nadasdi, L'Evolution séculaire (1821-1968) de la répartition et du développement de la population au Grand-Duché de Luxembourg dans Bulletin de la Société géographique de Liège, 6, 1970, pp. 145-168.

K. Obermann, Du rôle et du caractère des migrations internes vers Berlin de 1815 à 1875 dans Annales de démographie historique, 1971, pp. 133-159.

K. Obermann, Die Arbeitermigrationen in Deutschland im Prozess der Industrialisierung und der Entstehung der Arbeiter-Klasse in der Zeit von der Gründung bis zur Auflösung des deutschen Bundens (1815 bis 1867), Jahrewirtschaftsgeschichte, 1971-1972, pp. 135-181.

R. Obotela, Les recensements belges du 19e siècle. Genèse d’une technique administrative et d’une source de démographie historique, thèse de doctorat inédite, Liège, 1983.

J. Ockers, De gezinnen in België dans Population et famille, 11, 1967, pp. 1-50 et 12, 1968, pp. 79-144.

R. Olbrechts, Le mouvement de la population des provinces belges depuis le début du XIXe siècle jusqu'à la révolution de 1830 dans Bulletin de statistique, 1947, pp. 1528-1530.

J. Ortuzar, La correction automatique des données recueillies par les recensements et les enquêtes à l’aide d’un ordinateur de moyenne puissance, dans Notas, 1978, no 17.

M. Peeters, L’évolution des salaires en Belgique de 1831 à 1913, dans Bulletin de l’Institut des sciences économiques, 1939, pp. 389-420.

J. Pereira-Roque, Age médian et vieillissement démographique, dans Revue belge de Géographie, CV, 1981, 1, pp. 3-21.

A. Perrenoud, La population de Genève, XVI-XIXe siècles - Etude démographique. Structures et mouvements, Genève, 1979.

Th. Piron, Des registres de population en Belgique, manuel pratique, Gand, 1922.

H. Poetgens, Souvenirs de Verviers ancien dans B.S.V.A.H., VII, 1906, pp. 265-320 et XI, 1910, pp. 23-72.

E. Pontanus, La population active en Belgique 1910-1961 et tendances récentes, un demi-siècle d’évolution, Institut de Sociologie, Bruxelles, 1971.

F. Pontanus, Un demi-siècle d’évolution de la population active en Belgique : 1910-1961 dans Population et famille, 15, 1968, pp. 39-86.

F. Pontanus, Etude comparative des recensements de la population active : 1910, 1930, 1947, Bruxelles, 1959.

M. Poulain, Du registre de population aux statistiques de migration interne en Belgique. Critique des sources et correction des données dans Population et famille, 45, Bruxelles, 1978, pp. 1-45.

M. Poulain, Une épidémie de choléra et ses répercussions démographiques : un mécanisme autorégulateur suite à une crise de mortalité dans Population et Famille, 45, Bruxelles, 1977, pp. 73-90.

M. Poulain, Contribution à l’analyse spatiale d’une matrice de migration interne, Louvain-la-Neuve, 1981.

J.P. Poussou, P. Guillaume, Démographie historique, Paris, 1970.

J.P. Poussou, Réflexions sur l’apport démographique des études consacrées aux migrations anciennes dans IVe Colloque national de démographie du C.N.R.S., Migrations intérieures, Méthodes d’observation et d’analyse, Caen, 1973, pp. 137-151.

J.P. Poussou, Bordeaux et le Sud-Ouest au XVIIIe siècle. Croissance économique et attraction urbaine, Paris, 1983.

C.H. Pouthas, La population française pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, 1955.

R. Pressat, L’analyse démographique. Concepts - méthodes - résultats, Paris, 1973.

R. Pressat, Principes d’analyse, cours d’analyse démographique, Paris, s.d.

Programme de développement et d’aménagement de l’arrondissement de Verviers, groupe l’Equerre, Liège, 1970.

A. Quetelet, Sur les anciens recensements de la population belge dans Bulletin de la commission centrale de statistique, 3, 1847, pp. 1-38.

P. Razzel, Population change and economic change in eighteenth and early nineteenth-century England and Ireland dans Land Labour and Population in the industrial revolution, London, 1967, pp. 260-281.

R M. Reeve, The industrial revolution 1750-1850, London, 1971.

M. Reinhard, Etude de la population pendant la Révolution et l’Empire, II dans Bulletin d'histoire économique et sociale de la révolution française, 1962, pp. 19-90.

M. Reinhard, A. Armengaud, J. Dupaquier, Histoire générale de la population mondiale, Paris, 1968.

M. Reinhard, Etude de la population pendant la Révolution et l’Empire, Instruction, recueil de textes et notes dans Bulletin d'histoire économique et sociale de la révolution française, 1959-1960, pp. 20-88.

M. Reinhard, La Statistique de la population sous la Révolution et l’Empire dans Population, 1950, 1, pp. 103-120.

A. Rengissart, Le pays de Herve et son évolution agricole et industrielle dans Bulletin d’archéologie du plateau de Herve, Bulletin jubilaire 1960-1965, Olne, Impr. Pirotte, 1965, pp. 21-30.

J.S. Renier, Histoire de l’industrie drapière au pays de Liège et particulièrement dans l’arrondissement de Verviers, Liège, 1881.

M. Reiters, Le mariage à Liège au cours de la première moitié du XIXe siècle. Etude de démographie historique, mémoire inédit, Liège, 1979.

C. Rollet, L’effet des crises économiques du début du XIXe siècle sur la population dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, XVII, 1970, pp. 391-410.

R. Roncart, L’évolution géographique de l’agglomération verviétoise, dans Bulletin de la société royale de géographie d’Anvers, t. 47, 1927, 3-4, pp. 306-347.

R.S. Rowntree, Poverty : a study of town life, Londres, 1901.

A. Rutten, La population belge depuis 1830, Louvain, 1899.

J. Ruwet, Crises démographiques : problèmes économiques ou crises morales ? dans Population, 1954, pp. 451-476.

A. Sauvy, Développement économique et répartition professionnelle de la population dans Revue d’Economie politique, mai-juin, 1956, pp. 372-396.

A. Sauvy, Développement économique et répartition professionnelle de la population dans Revue d’Economie politique, mai-juin, 1956, pp. 372-396.

A. Sauvy, Théorie générale de la population, Paris, 1952-1954.

E. Shorter, J. Knodel, E. Van De Walle, The decline of non-marital fertility in Europe, 1880-1940 dans Population Studies, 25, 1971, pp. 375-393.

N.J. Smelser, Social change in the industrial revolution ; an application of theory to the Lancashire cotton industry, Londres, 1959.

H. Stalpaert, Volkstellingen. Historische schets, Heule, 1961, 64 pp.

J. Stassart, Les avantages et les inconvénients économiques d’une population stationnaire, Liège, 1965.

J. Stengers, Les pratiques anticonceptionnelles dans le mariage au XIXe siècle ; problèmes humains et attitudes religieuses dans Revue belge de philologie et d’histoire, 49, 1971, 2, pp. 402-447 et 4, pp. 1119-1174.

J. Stengers, Emigration et immigration en Belgique au XIXe et au XXe siècles, Ac. r. Sc. d’Outre-Mer, cl. Mor. et Pol., XLVI, 1978, 4, 88 pp.

J. Stengers, Les migrations internationales de la fin du XVIIIe s. à nos jours, Paris, C.N.R.S., 1980.

M. Termotte, Urbanization and population redistribution in Belgium dans Patterns of urbanization : comparative country studies, Dolhain, 1977, pp. 151-237.

S. Thernstrom, Poverty and Progress : social mobility in a nineteenth Century city, Cambridge, 1964.

M. Theys, La population de Diest pendant les deux premiers tiers du XIXe siècle, Crédit communal de Belgique, Bruxelles, 1977.

B. Thomas, Migration and the rythm of economic growth 1830-1913 dans Manchester School of Economic and Social Studies, XIX, 3, 1951, pp. 215-251.

A. Thonnar, L'Industrie du tissage de la laine dans le pays de Verviers dans Les Industries à domicile en Belgique, t. VI, Bruxelles, 1904.

J.Y. Tirat, Problèmes de méthode en histoire sociale dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, Paris, 1963, pp. 211-218.

J.C. Toutain, La Population de la France de 1700 à 1959, Cahiers de l’I.S.E.A., 133, Paris, 1963.

N. Tranter, Population since the industrial revolution. The case of England and Wales, Londres, 1973.

N. Tranter, Population and industrialization, Londres, 1973.

C. Vandenbroeke, Caractéristiques de la nuptialité et de la fécondité en Flandres et en Brabant aux XVIIe-XIXe siècles dans Annales de démographie historique, Paris, 1977, pp. 7-20.

C. Vandermotten, Tendances longues de l’évolution de la production, de l’emploi et de la productivité industrielle en Belgique : 1840-1978, Les Cahiers économiques de Bruxelles, 1980, 86, pp. 261-301.

H. Van Der Wee, Historische aspecten van de economische groei, Antwerpen, 1972.

H. Van Der Wee et E. Aerts, The history of the textile industry in the low countries. List of publications 1970-1977, dans Textile history, 9, 1978, pp. 176-183.

E. Van De Walle, De l'emploi des modèles en démographie historique dans Annales de démographie historique, 1972, pp. 153-177.

E. Van De Walle, J. Knodel, Demographic-transition and fertility decline : the European case dans Actes du Congrès international de Population, Sidney, 1967.

E. Van De Walle, La nuptialité en Belgique de 1846 à 1930 et sa relation avec le déclin de la fécondité dans Population et famille, 6-7, 1965, pp. 37-56.

E. Van De Walle, The Female Population of France in the Nineteenth Century, Princeton, 1974.

E. Van De Walle, O. Blanc, Registres de population et démographie : La Hulpe 1846-1880 dans Population et Famille, 36, 1975, pp. 113-128.

Fr.X. Van Houtte, L'évolution de l’industrie textile en Belgique et dans le monde de 1800 à 1939, Louvain, E. Nauwelaerts, 1949, 293 pp.

J.A. Van Houtte, Esquisse d’une histoire économique de la Belgique, Louvain, 1943.

J. A. Van Houtte, Economiche en sociale geschiedenis van de lage langen. Antwerpen, Standaard-Boekhandel, 1964, XV, 366 pp.

A. Van Neck, Les débuts de la machine à vapeur dans l’industrie belge 1800-1850, dans Histoire quantitative du développement de la Belgique au XIXe siècle, Bruxelles, 1979.

Ph. Van Praag, Apparence et réalité dans l’interprétation de l’expansion démographique en Belgique dans Cahiers de Clio, 64, Liège, 1980, pp. 59-63.

J. Verbeemen, Antwerpen in 1755. Een demographische en sociaal-economische Studie dans Bijdragen tot de geschiedenis, XL, 1957, pp. 27-63.

J. Verbeemen, Mechelen gedurende de eerste helft der XIXe eeuw dans Handelingen van de koninklijke kring voor de Oudheidkunde, letteren en kunst van Mechelen, LVII, 1953, pp. 70-127.

K. Veraghtert, De demografische en socio-economiche ontwikkeling in Vlaanderen en Wallonië, Spiegel Historiad, XVI, 1981, 4, pp. 225-230.

E. Vilquin, La mortalité infantile selon le mois de naissance. Le cas de la Belgique au XIXe siècle dans Population, 33, Paris, 1978, pp. 1137-1154.

E.C. Vollans, Urban development in Belgium since 1830 dans Urbanization and its Problems, Oxford, 1968, pp. 171-193.

A. Weber, Essai de bibliographie verviétoise, 5 vol., Verviers 1899-1912.

A.F. Weber, The growth of cities in the nineteenth Century, New York, 1899.

E.A. Wrigley, Société et population, Paris, 1969.

E.A. Wrigley, Population and history, New York, 1969.

E.A. Wrigley, Industrial growth and population change. A regional study of the coalfields areas of North West Europe in the late nineteenth Century, Cambridge, 1961.

E.A. Wrigley, An introduction to English historical demography, New York, 1966.

E.A. Wrigley, A simple model of London's importance in changing english society and economy (1650-1750) dans Towns in societies. Essays in economic history and historical sociology, 1979, pp. 215-243.

E.A. Wrigley, Nineteenth Century society, Cambridge, 1972.

E.A. Wrigley, Identifying people in the past, London, 1973.

J. Wynants, Ainsi naquit une industrie... La condition ouvrière à Verviers jusque 1900, Verviers, Edit. C.I.E.P. - M.O.C., 1984.

J.L. Yernaux, Les taux féminins d’activité dans Revue belge de sécurité sociale, 6, 1964, pp. 1102-1129 ; 1267-1279.

Notes

1 E.A. Wrigley, Société et population, p. 185.

2 Ces listes nominatives sont conservées aux Archives communales de Verviers : A. V., Registres de population, 1806-1846.

3 Sur la statistique de la population sous la Révolution, le Consulat et de l’Empire, voir : M. Reinhard, La Statistique de la population sous la Révolution et l’Empire dans Population, janv.-mars, 1950, p. 103-120.
M. Reinhard, Etude de la population pendant la Révolution et l’Empire. Instruction, recueil de textes et notes dans Bulletin d’histoire économique et sociale de la Révolution française, 1959-1960, p. 20-88.
M. Reinhard, Etude de la population pendant la Révolution et l'Empire II dans Bulletin d’histoire économique et sociale de la Révolution française, 1962, p. 19-90.
B. Gille, Les Sources statistiques de l’histoire de France, Paris, 1964, p. 288.

4 A.N., F 20, 119, 146, 452.
J. Dupaquier, Problèmes démographiques de la France napoléonienne dans Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, t. XVII, 1970, p. 344.

5 J. Lejaer, Histoire de la ville de Verviers (1794-1814) dans B.S.V.A.H., t. 4, 1903, p. 165. A.V., Conseil, Reg. 26, p. 304.

6 J. Dupaquier, op. cit., p. 345.

7 Th. Piron, Des Registres de population en Belgique, Manuel pratique, Gand, 1922.

8 P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 223, n. 2.

Table des illustrations

Titre 1. LE SYSTEME LEGIA
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6132/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

© Presses universitaires de Liège, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search