Version classiqueVersion mobile

Stig Dagerman et l’existentialisme

 | 
Georges Perilleux

Troisième partie. Authenticité et inauthenticité

III. Influence de Sartre sur la conception dagermanienne de l’authenticité

Texte intégral

1La comparaison entre les conceptions dagermanienne et sartrienne de l’authenticité et de l’inauthenticité ne permet pas de supposer a priori une influence de Sartre sur Dagerman. Les idées communes aux deux auteurs ne sont pas assez typiquement sartriennes pour que l’on puisse affirmer que Dagerman les tient nécessairement du philosophe français. L’unité du psychisme n’est pas aussi nettement affirmée que chez Sartre. De plus, l’utilisation de concepts « métastables » dans les conduites inauthentiques n’est pas propre aux personnages de Sartre. Elle constitue le principe de toute espèce de comportement inauthentique dans le sens le plus général du terme, c’est-à-dire de toute attitude qui vise à se dissimuler consciemment un aspect de la réalité que l’on refuse d’assumer. L’originalité de Sartre ne réside pas ici dans la description des comportements inauthentiques, mais dans l’analyse philosophique qu’il en fait et dans la manière dont il conceptualise le phénomène. Or, c’est précisément l’analyse et l’appareil conceptuel de Sartre qui font défaut chez Dagerman.

2La seconde raison qui incite à mettre en doute l’influence prépondérante de Sartre sur la conception dagermanienne de l’authenticité et de l’inauthenticité est que Dagerman n’a pratiquement rien pu connaître de la pensée de Sartre au moment où il écrit son premier roman, dans lequel ces types d’attitude sont déjà nettement définis. Il est évident que Dagerman n’a jamais pris connaissance de « L’être et le néant ». Il n’est même pas vraisemblable qu’il ait pu être influencé — fut-ce d’une manière générale — par « Les mouches », puisque la pièce fut jouée pour la première fois en Suède, au théâtre dramatique de Stockholm, le 23 septembre 1945, c’est-à-dire très peu de temps avant la publication du « Serpent » fin novembre 1945. La revendication de la liberté par quelques individus qui se distinguent de la masse résignée et hypocrite fait certes penser à l’opposition entre Oreste et les habitants d’Argos dans la pièce de Sartre. Mais elle s’explique aisément par les convictions personnelles de Dagerman, par son engagement dans le mouvement anarcho-syndicaliste, par son désir de lutte contre le nazisme, qui s’est heurté à la passivité et à la politique de confort de l’état neutre. « L’existentialisme est un humanisme », qui donne une idée assez exacte de la conception que Sartre se fait de l’authenticité et de l’inauthenticité, paraît en Suède en octobre 1946, c’est-à-dire après la rédaction de « L’île des condamnés  ».

  • 1 Cf. p. 117.

3Ceci ne signifie nullement que Dagerman n’ait aucune dette vis-à-vis de Sartre en ce qui concerne sa conception de l’inauthenticité et de l’authenticité. Mais il semble que Sartre n’ait influencé que des aspects secondaires de cette conception. Certaines formes de la mauvaise foi représentées dans la pièce « Huis clos » jouée à Stockholm en mars 1946 et dans le recueil de nouvelles « Le mur » publié en langue suédoise en mai 1946 paraissent avoir trouvé un écho chez Dagerman. Le refus d’assumer la responsabilité de son passé et la fuite devant le regard d’autrui qui caractérisent les personnages de « Huis clos » sont également présents dans « L’île des condamnés ». La critique a souvent souligné l’analogie entre les deux œuvres. Si Dagerman a été, comme il l’affirme1, fortement impressionné par « Huis clos », il est clair qu’il n’a pu l’interpréter que d’une manière superficielle, puisque, pas plus que l’ensemble de la critique suédoise de l’époque, il n’a pu se référer à aucune œuvre théorique de Sartre pour en saisir la véritable portée. Or, si l’on s’en tient à une interprétation superficielle, la signification du regard d’autrui paraît très semblable dans « Huis clos » et dans « L’île des condamnés ». Pour un lecteur non informé de la théorie sartrienne de « l’être-pour-autrui », il semble ressortir de « Huis clos » que le passé de l’individu détermine son présent et que le regard d’autrui met en évidence un aspect objectif et permanent de la personnalité. Dès lors, la mauvaise foi par rapport au passé et par rapport au regard d’autrui prend un aspect tout différent, qui est précisément celui de l’inauthenticité dans « L’île des condamnés ».

4Des nouvelles comme « Intimité » et « L’enfance d’un chef », dans « Le mur », peuvent également avoir impressionné Dagerman. La confusion voulue entre la « pureté » et le plaisir physique est commune à Lulu dans « Intimité » et à l’Anglaise de « L’île des condamnés ». L’attitude inauthentique qui consiste à assumer la responsabilité de l’image qu’autrui se fait de soi, assez fréquente chez Dagerman, a peut-être été inspirée par la figure de Lucien Fleurier. On peut raisonnablement admettre que Dagerman ait été au courant des nouvelles de Sartre parues en langue suédoise en mai 1946. A cette époque, un personnage comme Dagerman, corédacteur de la revue « 40-tal » et rédacteur de la rubrique culturelle du journal « Arbetaren », ne pouvait plus ignorer Sartre. Ses œuvres dramatiques et littéraires suscitent de plus en plus la curiosité des critiques suédois qui ressentent le besoin d’un fondement théorique pour les interpréter. Si l’analogie entre Dagerman et Sartre reste ici encore assez superficielle, c’est que Dagerman ne dispose pas de l’instrument qui lui permettrait de comprendre toute la portée des œuvres du philosophe.

5L’analogie entre les conceptions dagermanienne et sartrienne de l’authenticité et de l’inauthenticité repose à la fois sur une certaine communauté de pensée en dehors de tout contact direct des auteurs et sur une interprétation superficielle de certaines œuvres de Sartre après la parution du « Serpent ». C’est ce second facteur qui explique qu’à partir de « L’île des condamnés », on retrouve chez Dagerman des idées de Sartre simplifiées et déformées.

Notes

1 Cf. p. 117.

© Presses universitaires de Liège, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search