Version classiqueVersion mobile

Le donateur, l’offrande et la déesse

 | 
Clarisse Prêtre

Offrir l’Orient aux déesses grecques

Catherine Saint-Pierre

Résumé

À l’époque archaïque les orientalia sont parvenus en nombre élevé et ont été consacrés dans les sanctuaires égéens. Très vite il apparaît que les dédicants de ces objets de nature et de valeur diverses ont fait des choix conscients. La cité de Milet présente une situation tout à fait particulière. En effet, deux témènè, consacrés l’un à Athéna, l’autre à Aphrodite, ont livré un nombre significatif d’offrandes orientales qui pourtant présentent de fortes disparités. La nature des offrandes consacrées permet de mettre en évidence d’une part la diversité des systèmes votifs au sein d’une même cité et leur complémentarité et d’autre part leur adaptation à la nature des deux déesses.

Texte intégral

  • 1 Notamment à Lefkandi en Eubée et, dans une moindre mesure, dans les tombes du Dipylon à Athènes K. (...)
  • 2 Le cas de la Grande Grèce et de la Sicile est à part. En effet, des objets orientaux ont été découv (...)

1Les contacts, de part et d’autre de la Méditerranée, sont généralement attestés par la présence d’objets exogènes à la culture considérée. Ainsi, dès l’époque minoenne, l’Égée et le Proche-Orient ont noué des relations plus ou moins suivies et intenses, matérialisées par la circulation d’objets dont les déplacements les ont conduits dans les palais puis dans les tombes du monde égéen durant les siècles obscurs1. Cette époque est d’ailleurs caractérisée par une diminution sensible des importations, que l’on interprète comme une quasi-interruption des échanges entre les deux rives de la Méditerranée. L’époque archaïque se distingue de deux façons, tout d’abord l’abondance — inégalée jusqu’alors — des productions orientales mises au jour en Grèce et la nature des lieux de découverte : les sanctuaires2. D’objets marqueurs de ces rencontres, ils changent de statut et deviennent des offrandes. Cette innovation doit être naturellement prise en compte dans les analyses des objets orientaux de l’époque archaïque. Bien que la majorité des offrandes orientales ait été fabriquée en Syrie du Nord, en Phénicie, à Chypre ou en Égypte, l’aire de production de ces offrandes est beaucoup plus vaste, s’étendant de l’arrière-pays anatolien à la Mésopotamie. Si les régions productrices n’ont rien d’homogène, l’unité ne provient pas non plus du type d’objet parvenu en Grèce. En effet, le terme d’offrande orientale que l’on a coutume d’employer revêt en réalité une multitude de possibilités. La forme, la matière, la taille ou l’usage possible de ces objets en font un groupe difficile à apprécier. On peut définir les offrandes orientales comme l’ensemble des objets importés d’Orient, ou leur imitation fidèle sur le plan technique et formel et consacré dans un sanctuaire du monde grec. L’offrande orientale est donc avant tout un objet perçu comme étranger à la culture grecque, incluant les productions chypriotes à l’époque archaïque.

  • 3 Un récipient en forme de femme agenouillée en faïence, une statuette de Bès en bronze (Égypte), une (...)
  • 4 Il faut souligner que Déméter et Korè n’ont que très rarement reçu d’offrandes orientales.

2Chaque sanctuaire de Grèce continentale et d’Asie Mineure présente une spécificité que l’on décèle dans le nombre d’objets orientaux consacrés, mais également dans leur forme, leur fonction ou leur valeur intrinsèque. Une étude de l’ensemble de ces artefacts a permis de montrer qu’il n’y avait pas d’adéquation entre le genre de la divinité et la nature des objets orientaux consacrés. Parallèlement, on observe que, dans une même cité, les offrandes orientales dédiées à plusieurs divinités forment des assemblages différents, impliquant des choix conscients de la part des dédicants. Rares sont les cités offrant de telles perspectives. Les fouilles de Milet permettent de dresser un panorama — bien qu’incomplet — des espaces cultuels de la cité archaïque. En effet, six sanctuaires en fonction à l’époque archaïque, dispersés sur le territoire milésien, ont été identifiés. Parmi ces teménè, deux ont reçu un nombre significatif d’offrandes orientales : celui d’Athéna près du port du théâtre et celui d’Aphrodite sur le sommet de la colline de Zeytintepe, bordé par la mer à l’époque archaïque. Ce site était distant de quelques km du centre de l’astu situé sur le plateau de Kalabaktepe. Il faut par ailleurs noter que le sanctuaire d’Apollon à Didymes a livré trois offrandes orientales3. La nature, le nombre et les caractéristiques des offrandes orientales des sanctuaires d’Athéna et d’Aphrodite permettent de mettre en lumière la diversité des systèmes votifs au sein d’une même cité. D’autres divinités féminines étaient honorées à Milet, notamment Artémis, Déméter et Koré, dont les sanctuaires n’ont pas livré d’objets orientaux4

Sanctuaires archaïques identifiés consacrés à des divinités féminines (d’après A. M. Greaves, 2002)

Le sanctuaire d’Athéna du port

  • 5 Le temenos a été découvert et fouillé une première fois au tournant des xixe et xxe siècles. Une se (...)
  • 6 A.M. Greaves, Miletos, a History, Londres, 2000.
  • 7 Ibid. p. 84. Durant l’époque archaïque, le temple a connu deux phases, la première date du viiie au (...)

3Le sanctuaire d’Athéna, connu et fouillé depuis le début du xxe siècle5, a été publié en 20006. Ce grand laps de temps a eu des répercussions sur la connaissance du site dont une partie du matériel a pu disparaître. Cependant, les données de fouilles ont établi que les premières traces d’occupation remontaient à la période mycénienne et, d’autre part, que le site a été fréquenté sans interruption au moins jusqu’à la fin de la période archaïque. Le culte d’Athéna est attesté dès la première moitié du viiie siècle, ce qui en a fait l’un des plus anciens de la cité7. La plupart des offrandes conservées semblent avoir été consacrées entre le viiie et le viie siècle. Le sanctuaire perd de son importance un demi-siècle avant sa destruction par les Perses — du moins si on en juge d’après la qualité des offrandes qui décline.

Tab. : Offrandes orientales du sanctuaire d’Athéna (d’après W. Held 2000)

  • 8 W. Held, Das Heiligtum der Athena in Milet, Berlin, 2000 (Milesischen Forschungen, 2), p. 106. L’in (...)

4Le sanctuaire d’Athéna présente un assemblage votif assez particulier. Les pièces de prestige en métal, surtout en bronze, abondent. On y trouve de nombreuses armes offensives ou défensives, des pièces de harnachement, mais aussi des récipients, dont un certain nombre de chaudrons ou d’éléments de chaudrons, ainsi qu’un trépied. Les figurines animales représentent des cerfs, des béliers ou des bouquetins, animaux d’élevage ou de chasse familiers pour les Grecs. La fouille du temenos a également permis de mettre au jour des offrandes de pierres monumentales (fragments de corè, de bassins, de bases pour statues monumentales). Une base inscrite met clairement l’accent sur les pratiques agonistiques qui trouvaient leur expression dans le temenos de la déesse8. Les pièces en céramique découvertes dans le sanctuaire d’Athéna sont caractéristiques de la vaisselle du sacrifice et du banquet (coupes, cratères, cruches...). Dans ce corpus relativement restreint, la place des offrandes orientales y est tout à fait importante notamment en raison de leur valeur intrinsèque. Ces objets, dont le plus ancien remonte au ixe siècle, ont été consacrés dans le sanctuaire jusqu’à la fin du viie siècle.

  • 9 Ibid. Ces objets sont à rapprocher des éléments de chaudron en bronze (protomés de griffons notamme (...)
  • 10 Sur les coquilles de tridacnes, voir l’analyse de R. Stucky, Engraved Tridacna Shelles, Sâo Paulo, (...)
  • 11 Fr. de Polignac, « Espace de communication et dynamique d’appartenance en Grèce archaïque », REA 10 (...)

5Au premier regard, les offrandes en bronze forment le groupe le plus notable. Par leurs consécrations, les dédicants semblent avoir sélectionné des offrandes évoquant les modalités de la guerre héroïque à travers le bouclier et les pièces de harnachement qui évoquent plus généralement l’aisance propre à ce groupe9. Le monde de la chasse héroïque est peut-être évoqué par les figurines représentants un lion et un dompteur de lion. Toutes les offrandes orientales n’évoquent pas nécessairement les pratiques sociales des élites masculines archaïques. Ainsi, parmi les offrandes orientales ont été découverts des fragments de tridacne gravés, coquillages de la mer Rouge dont l’usage principal est d’être un récipient destiné à recevoir du fard10. On remarque également la présence de fragments d’œuf d’autruche, objet de valeur par excellence. Leur origine orientale permet également d’évoquer un univers fastueux avec lequel les élites archaïques apprécient être associées. Ainsi, la rareté et l’exotisme de ces tridacnes, avant même d’évoquer des pratiques féminines, en font des offrandes de luxe tout à fait remarquables. Dans le contexte du sanctuaire d’Athéna, la dimension féminine de ces objets, qui se réfèrent généralement à l’univers féminin, est au second plan, ces offrandes évoquant plus largement un mode de vie luxueux. Ce sont donc des objets de prestige qui permettent au donateur de proclamer son appartenance à une élite sociale11.

  • 12 Sur sept objets en faïence, deux sont orientaux.

6L’impression qui se dégage du sanctuaire d’Athéna est la domination des offrandes de prestige et de grande valeur. On y trouve cependant quelques figurines de moindre prix en faïence, terre cuite ou calcaire, tant grecques qu’orientales qui datent de la dernière phase du sanctuaire avant son relatif abandon12. Ces consécrations sont cependant en nombre restreint proportionnellement aux objets de bronze conservés.

  • 13 Held, o.c. (n. 8), p. 173.
  • 14 J.-Β. Bonnard, Le complexe de Zeus. Représentations de la paternité en Grèce ancienne, Paris, 2004, (...)

7Cet assemblage d’offrandes laisse perplexes les archéologues et en particulier W. Held qui est surpris de ne trouver aucune offrande évoquant les erga gunaika dans le sanctuaire d’une divinité féminine13. L’archéologue note en effet l’absence d’objets généralement associés au monde féminin tels que les pesons, les accessoires de vêtements ou des bijoux, catégories d’offrandes pourtant fréquentes dans les autres sanctuaires de Milet et d’Ionie. Il semblerait que, pour l’auteur, les divinités féminines soient naturellement honorées par la composante féminine de la société, alors que l’assemblage votif du sanctuaire d’Athéna présente des traits masculins prononcés. Cette dimension est peut-être à rapprocher du caractère plutôt viril de la fille préférée de Zeus. Ses qualités guerrières et d’intelligence rusée qui serait une vertu royale et donc masculine font d’Athéna une déesse à part14. Cependant, justifier l’absence de consécrations évoquant la sphère féminine par cette explication n’est guère recevable. En effet, aucune règle ne lie le sexe de la divinité à celui de ses adorateurs. Ce n’est pas la dimension de genre qui est rendue visible par les consécrations, mais d’une part, le statut social des dédicants et, d’autre part, la fonction du sanctuaire au sein de la cité.

  • 15 Held, o.c. (n. 8), p. 180.

8La place et le rôle du sanctuaire de la cité peuvent être interprétés de différentes façons. En comparant le matériel votif du sanctuaire d’Athéna et celui de la déesse poliade de Samos, Héra, W. Held émet l’hypothèse que le sanctuaire d’Athéna aurait pu jouer le rôle de sanctuaire poliade durant la haute période archaïque15. Les deux sanctuaires ont certes en commun la présence d’un nombre relativement élevé d’armes et également d’offrandes orientales de prestige, mais il est incertain, en l’absence d’autres arguments, de faire d’Athéna la déesse poliade de Milet.

  • 16 de Polignac, l.c. (n. 11), p. 14.
  • 17 En cela il suit les interprétations de H. Kyrieleis, « Babylonische Bronzen im Heraion von Samos », (...)
  • 18 Sur les stratégies de distinction dans les sanctuaires voir Fr. de Polignac, « Offrandes, mémoire e (...)
  • 19 Cependant, ce sanctuaire n’était pas réservé aux seuls membres de l’élite comme le suggère la prése (...)

9Pour comprendre la particularité des offrandes orientales dans le sanctuaire d’Athéna, il faut les réintroduire parmi l’ensemble du mobilier votif. On remarque, tant à Milet qu’à Samos, que l’écrasante majorité des offrandes d’origine orientale trouvent leur parallèle parmi les objets de facture grecque. Chaque type d’offrande orientale s’inscrit dans un groupe d’objets aux fonctions et valeurs comparables. Dans cette optique, il est possible d’envisager que la spécificité de l’offrande orientale est à rechercher dans l’expression des pratiques agonistiques où l’origine lointaine de l’objet — qui le rend sinon plus difficile à acquérir du moins plus onéreux — vient renforcer sa valeur et son prestige16. Ainsi l’hypothèse, suggérée par W. Held qui considère que ces artefacts ont été consacrés à Athéna par des étrangers de passage, doit être fortement nuancée17. Le sanctuaire d’Athéna semble, d’après la nature et la qualité des offrandes consacrées, avoir été privilégié comme le temenos où tout ou partie de l’élite archaïque milésienne mettait en œuvre des stratégies de distinction et de reconnaissance sociales aux viiie et viie siècles18. Athéna semble être la garante de ce groupe, de leurs activités guerrières, cynégétiques et sociales comme la xenia19. Ce sont par ailleurs des domaines d’intervention que l’on connaît pour cette déesse : ainsi le choix de cette divinité n’est-il pas non plus anodin. Aucun autre temenos de la cité archaïque ne possède des caractéristiques identiques.

  • 20 Held, o.c. (n. 8), p. 174.

10Au sein d’une même cité, les types d’offrandes consacrées dans les sanctuaires présentent de fortes disparités. I. Kilian-Dirlmeier a remarqué qu’une spécialisation des offrandes est perceptible dès la fin de la période géométrique et au début de la période archaïque, entraînant des pratiques votives différenciées entre les sanctuaires d’une même cité20. La comparaison des offrandes, en particulier orientales, des sanctuaires d’Athéna et d’Aphrodite à Milet viennent confirmer son observation.

Le sanctuaire d’Aphrodite à Zeytintepe

  • 21 Le site fait l’objet de publications régulières en particulier dans les Archaologische Anzeiger. Co (...)
  • 22 V. von Greaves, « Milet 1992-1993 », AA (1995), p. 195-333 (282-286). Une inscription trouvée sur l (...)

11Les fouilles du temenos de Zeytintepe étant beaucoup plus récentes, aucune publication intégrale n’est encore disponible, mais nous disposons de nombreuses contributions éclairant certains aspects du site et des découvertes21. Le sanctuaire, consacré à Artémis22, a connu deux phases avant la destruction perse de 494. Les offrandes consacrées lors de la première période, c’est-à-dire du viie au vie siècle, ont été retrouvées sur la pente Est de la colline, dans des bothroi. C’est dans ce contexte brouillé qu’a été découverte l’impressionnante masse des offrandes archaïques.

  • 23 Des marmites et instruments de cuisine, certainement employés lors des sacrifices ont été retrouvés (...)
  • 24 W. Selesnow, « Marmor und andere Steinlampen aus Milet », AA (2002) p. 27-40 (p. 28).
  • 25 Environ 400 accessoires de vêtements ont été publiés à ce jour. Les accessoires vestimentaires pouv (...)
  • 26 H. Philipp, Bronzeschmuck aus Olympia, Berlin, 1981 (Olympische Forschungen, 13), p. 22-23.
  • 27 V. Pirenne-Delforge, L’Aphrodite grecque, Athènes/Liège, 1994, p. 378-379.
  • 28 von Greaves, l.c. (n. 22).

12Ces publications permettent de brosser un premier panorama, certes incomplet, de la nature des offrandes consacrées. Si la céramique, comme dans de nombreux sanctuaires archaïques, occupe une place centrale, il est tout de même intéressant de signaler d’une part la présence de vases d’origine étrusque23, d’autre part la découverte de plus de quatre milles lampes qui permettent de suggérer un culte nocturne24. Les objets métalliques sont également particulièrement bien représentés — près d’un millier d’offrandes (pour environ 120 pour Athéna). Il s’agit de figurines, de récipients (plus de 140) dont de nombreuses phiales à omphalos, mais aussi de quelques éléments de chaudrons. Le groupe le plus abondant est représenté par plusieurs centaines d’accessoires vestimentaires (boucles de ceintures, fibules et épingles25) absents dans le sanctuaire d’Athéna. Concernant l’identité des donateurs, le sujet fait encore débat. Longtemps, on a considéré que ces offrandes étaient par essence consacrées par des femmes. Les études récentes affirment, au contraire, qu’elles n’étaient pas nécessairement associées strictement au monde féminin. Pour avancer une telle hypothèse, il convient de replacer ces offrandes dans leur contexte26. Aphrodite, comme l’a souligné Vinciane Pirenne-Delforge, est souvent associée, dans les poèmes de YAnthologie Palatine, aux consécrations de vêtements faites par des femmes27. Il peut sembler raisonnable dans ces circonstances, d’envisager que les offrandes d’accessoires et de leurs éventuels vêtements servaient à évoquer la sphère féminine — ce qui ne présume pas obligatoirement du sexe du dédicant. Cette atmosphère est renforcée par la présence de nombreux bijoux en métal précieux ou en bronze, mais également de représentations féminines sous forme de figurines. Il est tout à fait juste de ne pas considérer ces figurines aux postures variées comme des représentations de la déesse tutélaire du sanctuaire28.

  • 29 R. Senff, « Das Aphroditeheiligtum von Milet », AMStud 49 (2003), p. 11-25. Son hypo- thèse repose (...)

13L’assemblage votif n’est pas uniquement composé d’offrandes évoquant spécifiquement les activités ou les domaines de prédilection des femmes. En effet, une quantité appréciable de figurines représentant des adorateurs a été mise au jour. En outre, quelques armes et boucliers, dont certains miniatures, ont été consacrés à Aphrodite. Ces offrandes sont généralement interprétées comme le signe de la fonction courotrophe de la déesse. Il s’agirait donc d’objets offerts par des jeunes gens. L’étude du mobilier, dans l’état actuel des connaissances, permet de dégager certaines spécificités du sanctuaire et des choix conscients de la part des dédicants. Dans ce contexte, les nombreuses offrandes orientales mises au jour forment-elles un groupe particulier évoquant un autre aspect de la déesse comme le suggère R. Senff ? Ce dernier interprète en effet la présence des offrandes orientales comme le signe de l’ouverture maritime du sanctuaire et donc du rôle protecteur de la déesse des aventures maritimes. Il associe ces objets aux quelques offrandes en rapport avec les activités halieutiques livrées par le sanctuaire29. Il semble néanmoins important, comme dans le cas du sanctuaire d’Athéna, de ne pas réduire les offrandes orientales à leur seule dimension exogène.

  • 30 Ces offrandes ont été retrouvées dans un dépôt avec des objets datant de la fin du viie, début du v (...)
  • 31 J.D. Baumbach, The Significance of Votive Offerings in Selected Hera Sanctuaries in the Peloponnese (...)
  • 32 Une douzaine serait d’origine égyptienne, les autres appartiendraient au groupe des scarabées égypt (...)
  • 33 Senff, l.c. (n. 29), p. 24.
  • 34 Bumke, l.c. (n. 3), p. 209-219.

14Le sanctuaire d’Aphrodite a proportionnellement reçu moins d’offrandes orientales que celui d’Athéna. Cependant, un rapide dénombrement permet de les estimer entre 450 et 500 — dans l’état actuel des publications. La petite plastique chypriote forme le groupe principal avec 310 fragments découverts30. Ce sont essentiellement des représentations humaines dans diverses postures où les figurines féminines dominent — tout comme pour les statuettes de fabrication locale. Il faut mentionner la présence de fragments d’un nombre indéterminé de statues chypriotes en terre cuite de grandeur quasiment nature, par ailleurs rares dans les autres sanctuaires égéens. Parmi les autres figurines orientales, les faïences égyptisantes sont assez bien représentées. Les statuettes offrent une grande variété de représentations masculines dans diverses postures — dont des kouroi figurés nus — ou féminines. Les figurines animales semblent avoir été particulièrement prisées, en particulier le lion (ou sphinx) et le faucon. Ces mêmes animaux figurent sur les amulettes, offrandes protectrices qui d’une manière générale sont associées au monde féminin et infantile31. Parmi les amulettes, une centaine de scarabées de type égyptisants a été consacrée32. Ces amulettes et ces scarabées pouvaient être portés comme éléments de parure avant d’être consacrés dans le sanctuaire. Certaines offrandes figurent des divinités égyptiennes. Ainsi Nefertoum, Isis et Bès protecteur chez les Égyptiens des femmes et des enfants, sont présents dans le sanctuaire aux côtés d’Osiris. Bès, connu pour jouer un rôle dans la sexualité aux côtés de l’égyptienne Hathor, a été associé à l’Aphrodite grecque33. Cependant, on retrouve ce personnage très largement dans un grand nombre de sanctuaires grecs, y compris de divinités masculines, à commencer par le sanctuaire d’Apollon à Didymes34. Cela rend donc délicat une telle interprétation. Il faudrait en outre pouvoir prouver que les Grecs étaient familiarisés avec les divinités et les cultes des différentes religions du monde oriental, ce qui est loin d’être établi.

  • 35 A.M. Greaves, « The Cult of Aphrodite in Miletos and its colonies », Anatolian Studies 54 (2004), p (...)

15Les offrandes monumentales et de prestige ne semblent pas être prépondérantes dans le temenos d’Aphrodite. Cependant, le sanctuaire a livré une pièce de harnachement d’origine nord-syrienne, quelques fragments d’œuf d’autruche et de tridacnes gravés, ou encore un encensoir en bronze en forme de tête d’Horus. Si les offrandes orientales, de par leur originalité, forment un groupe plus visible, elles ne sont pas pour autant des offrandes à part. Elles s’insèrent pour la plupart dans le système votif du temenos. Ainsi, une fibule orientale doit être intégrée au groupe des fibules et ne peut pas être réduite à une interprétation centrée sur la protection des affaires maritimes. L’hypothèse de R. Senff d’en faire un groupe à part semble donc ne pas tenir compte de leur insertion dans le système votif et n’en retenir que la dimension exotique. Les aspects commerciaux et d’échanges par voie maritime semblent donc, dans ce cadre, moins évidents. Les liens cultuels étroits qui unissent Milet et ses colonies de mer Noire à travers la déesse Aphrodite ont été soulignés récemment par A.M. Greaves35. Cependant, les offrandes retrouvées à Zeytintepe ne sont pas particulièrement évocatrices de ces aventures coloniales. A.M. Greaves est donc contraint de considérer la présence des offrandes orientales, vues là aussi comme un ensemble unitaire, comme la preuve du rôle de protection des affaires maritimes et notamment coloniales à la déesse. Il ne s’agit pas de remettre en cause cette caractéristique de la déesse milésienne, mais de mettre en garde contre une analyse simpliste des offrandes orientales dont seule la dimension exogène est ainsi retenue.

  • 36 Senff, l.c. (n. 29), p. 22.

16Il est possible de dégager, à travers les offrandes, une sorte d’esquisse des fonctions de la déesse de Zeytintepe. Comme il a été souligné, les deux dimensions qui semblent prédominer sont la protection des activités de la sphère féminine et la dimension courotrophe de la déesse. Par ailleurs, l’Aphrodite de Zeytintepe a reçu beaucoup de figurines — tant grecques qu’orientales — représentant des animaux sauvages. Les archéologues ont donc émis l’hypothèse que l’Aphrodite de Zeytintepe pouvait être également une maîtresse des animaux36.

  • 37 Une coquille de tridacne et un œuf d’autruche, une pièce de harnachement nord syrienne ainsi que qu (...)

17La comparaison des offrandes consacrées à Athéna et celles dédiées à Aphrodite permet d’envisager une répartition des rôles dévolus à chaque divinité. Il faut cependant garder en mémoire le décalage chronologique entre les deux sanctuaires, le culte d’Athéna étant attesté dès le viiie siècle et celui d’Aphrodite à partir du viie siècle. Toutefois, pendant quelques décennies, les deux sanctuaires ont fonctionné de manière concomitante comme l’atteste la présence d’objets similaires dans les deux téménè37. Si des offrandes analogues ont été consacrées dans les deux sanctuaires, elles l’ont en revanche été dans des proportions différentes. Leur interprétation doit donc prendre en considération cette dimension. En outre, l’assemblage votif dans lequel l’offrande s’insère intervient également dans l’analyse qui doit être faite de l’objet. Or, comme nous l’avons vu, les deux sanctuaires dégagent des atmosphères dissemblables, reflétant les particularités et les spécificités de ces deux déesses milésiennes.

18Les offrandes, comme cela a été souligné maintes fois, sont polysémiques. La signification de l’une d’entre elle ne peut être comprise qu’en étant mise en relation avec l’ensemble votif dans lequel elle a été incluse. Les offrandes orientales — malgré leur origine étrangère — s’inscrivent dans ce schéma et ne doivent pas être considérées hors du contexte votif dans lequel elles sont intégrées — comme c’est souvent le cas. Leur origine exotique permet d’en enrichir le sens, d’accroître leur valeur, leur visibilité et ainsi les bienfaits et le prestige que les dédicants vont en retirer. Cependant c’est avant tout l’assemblage votif qui permet de dégager le sens « individuel » de ces offrandes.

  • 38 Philipp, o.c. (n. 26), p. 19. Il s’agit d’un bracelet en bronze provenant du sanctuaire d’Olympie e (...)

19La question du genre des dédicants est là encore difficile à trancher. Envisager que les objets dont la connotation relève du monde féminin aient été consacrés par des femmes est par trop systématique. L’étude du mobilier funéraire mais aussi des offrandes inscrites prouvent que l’objet n’est pas attaché à un genre précis38. Dans le même ordre d’idée, si une divinité semble être plus particulièrement invoquée pour protéger les aspects du monde féminin, rien ne permet d’exclure d’emblée la présence masculine du sanctuaire. En effet, certaines offrandes ont pu être dédiées au nom d’une femme. De même, les objets qui suggèrent des pratiques masculines n’ont pas nécessairement été offerts par des hommes. En l’absence de toute inscription permettant d’identifier formellement le donateur, il faut se garder de toute généralisation. De même, il serait incorrect de considérer que les offrandes de prix et de prestige se réfèrent au monde masculin et que les offrandes féminines seraient de moindre valeur. En effet, il semblerait que l’ostentation par le biais des offrandes n’était pas uniquement le fait des hommes. La diversité et la qualité des objets évoquant la sphère du féminin permettent d’envisager l’existence de stratégies de distinction entre les dédicantes à travers les objets qui leur sont traditionnellement associés. Offrir des bijoux orientaux, par exemple, permet pour la dédicante de s’inscrire dans une stratégie de reconnaissance sociale au même titre que les hommes de la cité.

20Les offrandes orientales consacrées aux divinités féminines milésiennes peuvent être évocatrices d’un univers tant masculin que féminin mais aussi portent des dimensions se rattachant à un milieu social. Athéna et Aphrodite, semblent avoir été investis de rôles différents au sein de la cité archaïque ainsi que le révèle leurs assemblages votifs respectifs. Les membres de la cité consacrent des offrandes à l’un ou l’autre espace cultuel en fonction des caractéristiques de chacune des deux déesses.

Notes

1 Notamment à Lefkandi en Eubée et, dans une moindre mesure, dans les tombes du Dipylon à Athènes K. Kübler, « Eine Bronzeschale im Kerameikos » in Studies Presented to David M. Robinson II, Saint Louis, 1953, p. 25-29, pour le Céramique. Pour les objets orientaux dans les tombes de Lefkandi, voir les publications de Lefkandi : M. Popham, L.H. Sackett, Lefkandi I. The Iron Age, Athènes/Londres, 1979-1980 ; M Popham, Ρ. Callifas, L.H. Sackett, Lefkandi II, Theprotogeometric building at Toumba, The excavation, architecture and finds, Londres, 1993 ; M. Popham, I. Lemos, Lefkandi III, planches, 1996. Pour une interprétation voir A. Duplouy, Le prestige des élites, Paris, 2006, p. 151-163.

2 Le cas de la Grande Grèce et de la Sicile est à part. En effet, des objets orientaux ont été découverts en dehors d’un contexte cultuel, mais bien souvent il s’agissait de tombes de chefs locaux autochtones.

3 Un récipient en forme de femme agenouillée en faïence, une statuette de Bès en bronze (Égypte), une poignée de louche en forme de cygne, en bronze (Phrygie). G. Hölbl, « Funde aus Milet viii. Die Aegyptiaca von Aphroditetempel auf dem Zeytintepe », AA (1999/2000), p. 345372 ; H. Bumke « Eine Bes-Statuette aus dem Apollonheiligtum von Didyma », IstMitt 52 (2002), p. 209-219 ; H. Bumke, E. Röver, « Ein wierentdeckter Heiligtum auf dem « Taxiarchis » im Didyma », AA (2002), p. 84-104.

4 Il faut souligner que Déméter et Korè n’ont que très rarement reçu d’offrandes orientales.

5 Le temenos a été découvert et fouillé une première fois au tournant des xixe et xxe siècles. Une seconde phase de fouille a débuté dans les années 1950-1970.

6 A.M. Greaves, Miletos, a History, Londres, 2000.

7 Ibid. p. 84. Durant l’époque archaïque, le temple a connu deux phases, la première date du viiie au vie siècle, la seconde commencerait dès le vie siècle. La deuxième phase a été à l’origine datée de l’époque classique, après 494. Il semble qu’il faille revenir sur cette datation par la découverte de céramiques archaïques associées aux décombres.

8 W. Held, Das Heiligtum der Athena in Milet, Berlin, 2000 (Milesischen Forschungen, 2), p. 106. L’inscription est datée au plus tard du milieu du vie siècle (traduction d’après W. Held) : ]okos, le fils de Lea[gr]es m’a offert à Athéna [... /...] après qu’il [...] a vaincu. La charge de [...] vêtu.

9 Ibid. Ces objets sont à rapprocher des éléments de chaudron en bronze (protomés de griffons notamment) ou de vases à boire, également en bronze, découverts dans le sanctuaire de la déesse.

10 Sur les coquilles de tridacnes, voir l’analyse de R. Stucky, Engraved Tridacna Shelles, Sâo Paulo, 1974.

11 Fr. de Polignac, « Espace de communication et dynamique d’appartenance en Grèce archaïque », REA 108 (2006), p. 9-24 (p. 12-13).

12 Sur sept objets en faïence, deux sont orientaux.

13 Held, o.c. (n. 8), p. 173.

14 J.-Β. Bonnard, Le complexe de Zeus. Représentations de la paternité en Grèce ancienne, Paris, 2004, p. 25-35.

15 Held, o.c. (n. 8), p. 180.

16 de Polignac, l.c. (n. 11), p. 14.

17 En cela il suit les interprétations de H. Kyrieleis, « Babylonische Bronzen im Heraion von Samos », JdI 94 (1979), p. 32-49 (p. 44-48) ; et I. Kilian-Dirlmeier, « Fremde Weihungen im griechischen Heiligtumern von 8. bis zum begin des 7. Jahrhunderts »,JRGZM 32 (1985), p. 215- 254 (p. 215).

18 Sur les stratégies de distinction dans les sanctuaires voir Fr. de Polignac, « Offrandes, mémoire et compétition dans les sanctuaires grecs à l’époque géométrique », in P. Hellström, B. Alroth (éds.), Religion and Power, Uppsala, 1996, p. 59-66 (p. 63-64) et Duplouy, o.c. (n. 1), p. 247-249.

19 Cependant, ce sanctuaire n’était pas réservé aux seuls membres de l’élite comme le suggère la présence de consécrations plus modestes (figurines masculines chypriotes). Certaines sont d’ail- leurs évocatrices du monde féminin (femme agenouillée ou figurine féminine). Elles sont datées d’une période où le mobilier votif du temenos avait perdu de son luxe. Les offrandes orientales suivent donc le mouvement général propre au sanctuaire.

20 Held, o.c. (n. 8), p. 174.

21 Le site fait l’objet de publications régulières en particulier dans les Archaologische Anzeiger. Concernant la publication ou la mention des offrandes orientales voir plus précisément n. 29.

22 V. von Greaves, « Milet 1992-1993 », AA (1995), p. 195-333 (282-286). Une inscription trouvée sur la base d’une statue mentionne une Aphrodite Oikus. Cette épithète est probablement un toponyme.

23 Des marmites et instruments de cuisine, certainement employés lors des sacrifices ont été retrouvés en abondance ainsi que la vaisselle à boire associée au banquet, de taille réelle ou miniature.

24 W. Selesnow, « Marmor und andere Steinlampen aus Milet », AA (2002) p. 27-40 (p. 28).

25 Environ 400 accessoires de vêtements ont été publiés à ce jour. Les accessoires vestimentaires pouvaient parfois être associés à un vêtement. Β. Fellmann, Friihe olympische Giirterlschmuck- scheiben aus Bronze, Berlin, 1984 (Olympische Forschungen, 16), p. 127. L’auteur considère que la plupart des accessoires ont dû être consacrés avec des vêtements.

26 H. Philipp, Bronzeschmuck aus Olympia, Berlin, 1981 (Olympische Forschungen, 13), p. 22-23.

27 V. Pirenne-Delforge, L’Aphrodite grecque, Athènes/Liège, 1994, p. 378-379.

28 von Greaves, l.c. (n. 22).

29 R. Senff, « Das Aphroditeheiligtum von Milet », AMStud 49 (2003), p. 11-25. Son hypo- thèse repose aussi sur l’analyse de la composition de la terre cuite des ustensiles de cuisine et marmites. En effet, elle présente de fortes similitudes avec des récipients grecs similaires découverts sur des sites du Levant. A. Aydemir, « Funde aus Milet xx. Kochgeschirr und Kuchengeràte aus dem archaischen Milet »,AA (2005), p. 85-101.

30 Ces offrandes ont été retrouvées dans un dépôt avec des objets datant de la fin du viie, début du vie siècle (première phase du sanctuaire avant sa restructuration). Il ne semble pas y avoir d’objets chypriotes parmi le matériel du vie siècle. J.-M. Henke, « Funde aus Milet xiii. Kyprische Koroplastik », AA (2005), p. 49-71. Sur les 310 fragments non connectés, seuls 195 peuvent être identifiés. Pour les autres offrandes orientales voir G. Hölbl 1999, l.c. (n. 3) ; R. Senff, « Zyprische und ostgriechische Statuetten aus Milet », in F. Vandenabeele, R. Laffineur (éds), Cypriot Stone Sculpture, Bruxelles/Liège, 1994, p. 63-69 ; M. Heinz, R. Senff, « Die Grabung of dem Zeytintepe », AA (1995), p. 220-224 ; M. Heinz, R. Senff, « Arbeiten am Zeytintepe imJahre 1994 », AA (1997), p. 114-118 ; H. Donder « Funde aus Milet xi, die Metallfunde », AA (2002), p. 1-8.

31 J.D. Baumbach, The Significance of Votive Offerings in Selected Hera Sanctuaries in the Peloponnese, Ionia and Western Greece, Oxford, 2004 (BAR International series, 1249), p. 26-27.

32 Une douzaine serait d’origine égyptienne, les autres appartiendraient au groupe des scarabées égyptisants égéens.

33 Senff, l.c. (n. 29), p. 24.

34 Bumke, l.c. (n. 3), p. 209-219.

35 A.M. Greaves, « The Cult of Aphrodite in Miletos and its colonies », Anatolian Studies 54 (2004), p. 27-33.

36 Senff, l.c. (n. 29), p. 22.

37 Une coquille de tridacne et un œuf d’autruche, une pièce de harnachement nord syrienne ainsi que quelques faïences.

38 Philipp, o.c. (n. 26), p. 19. Il s’agit d’un bracelet en bronze provenant du sanctuaire d’Olympie et portant une dédicace indiquant que l’objet a été consacré à Déméter. Pour H. Philipp, l’offrande a pu être faite par un homme éventuellement au nom de son épouse.

Table des illustrations

Légende Sanctuaires archaïques identifiés consacrés à des divinités féminines (d’après A. M. Greaves, 2002)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/604/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Tab. : Offrandes orientales du sanctuaire d’Athéna (d’après W. Held 2000)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/604/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 325k

Auteur

Équipe Phéacie, INHA
2, rue Vivienne
FR — 75002 Paris.
Courriel : catherine.sp@gmail.com

© Presses universitaires de Liège, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search