Version classiqueVersion mobile

Le monde des maîtres universitaires du diocèse de Liège 1140-1350

 | 
Christine Renardy

Deuxième partie. Les maîtres liégeois aux XIIIe et XIVe siècles

Conclusion. Les universitaires liégeois entre 1200 et 1350

Texte intégral

Vidi Leodium insignem clero locum.
François Pétrarque

1François Pétrarque décrit Liège, telle qu’il la voit au milieu du XIVe siècle, par une phrase laconique, mais riche de perspectives. C’est pour ses clercs que la cité mosane mérite d’être signalée. Qu’ont ces derniers de si remarquable ? Pourquoi retiennent-ils l’attention d’un humaniste toscan formé à Montpellier, puis à Bologne ?

2Il ne peut certes pas s’agir uniquement d’une question quantitative, car Pétrarque, qui vit alors en Avignon dans la « mesnie » du cardinal Giovanni Colonna, ne doit guère s’étonner d’une abondance d’établissements religieux dans une cité épiscopale. S’il a remarqué les Liégeois, le poète italien n’a pu qu’être frappé par certaines de leurs qualités intellectuelles, l’érudition et la culture étant encore alors dans une large mesure l’apanage des clercs.

3Dans le diocèse de Liège, terre d’Empire progressivement gagnée à la papauté et à l’influence française, ce sont les chapitres fidèles à la règle d’Aix qui comptent le plus grand nombre d’universitaires. Les chanoines réguliers de Saint-Augustin et les prémontrés, de même que les moines bénédictins et cisterciens, qui, en nombre relativement réduit, ont pris leurs grades dans une université, préfèrent vivre dans des établissements religieux situés à la campagne, là où la concurrence des chapitres séculiers se fait moins sentir qu’en milieu urbain.

4Entre 1200 et 1350, les villes du diocèse de Liège, et plus particulièrement encore la cité épiscopale, possèdent un énorme potentiel intellectuel qui n’a pas échappé à l’esprit intéressé de Pétrarque, d’autant plus qu’il s’agit déjà à l’époque d’un fait établi et connu à l’étranger. Les chapitres séculiers liégeois, qui sont le plus recherchés par les maîtres originaires des régions éloignées, sont précisément ceux où le pourcentage de membres autochtones titulaires de grades académiques est élevé.

5Exception faite pour la collégiale Notre-Dame d’Aix, — dont certains chanoines gradués vivent à la cour de l’Empereur ou du roi des Romains, — les universitaires prébendés mais non résidents dans les églises de nos contrées sont surtout, au XIIIe siècle, des Italiens. Après l’installation de la papauté en Avignon et la constitution Ex debito pastoralis du 15 septembre 1316, qui étend considérablement les droits de collation des souverains pontifes, le nombre des universitaires étrangers détenant des bénéfices et des dignités sans séjourner à Liège, augmente dans des proportions considérables ; il s’agit surtout de Méridionaux, Français et Italiens, et dans une moindre mesure, de sujets du roi de France nés au nord de la Loire.

6La grande majorité des maîtres, clercs ou laïcs, sont toutefois issus de régions comprises dans les limites de l'ancien duché de Lotharingie. Le diocèse de Liège occupe, il est vrai, une position centrale entre le Rhin et l’Escaut, limites naturelles du territoire jadis assigné à Lothaire II. De plus, si, dans l’ensemble, les universitaires du royaume de Germanie ne cherchent guère à obtenir des bénéfices liégeois, les Westphaliens titulaires de grades académiques se distinguent au XIVe siècle par leur désir de s’installer sur les bords de la Meuse. La présence d’Adolphe et Englebert de La Marck, deux clercs gradués nés dans une famille comtale dominant une région à l’ouest de la Saxe, à la direction de l’évêché de Liège, durant une cinquantaine d’années de 1313 à 1364, explique évidemment cette singularité des universitaires westphaliens. Quelques décennies plus tôt, on avait assisté à un phénomène du même ordre : l’arrivée massive d’universitaires flamands avait été enregistrée peu après 1282, date de l’installation sur le siège épiscopal de Jean de Dampierre. Ce décrétiste bolonais avait, en effet, soigneusement veillé à s’entourer de collaborateurs pourvus de titres académiques et originaires du comté de Flandre.

7De quelles couches de la société sont issus les maîtres liégeois ? Avant 1350, la bourgeoisie et d’autres classes modestes de la population envoient certainement dans les studia generalia un nombre important de leurs fils. La fermeture des universités ou « l’aristocratisation » de la population estudiantine est bien caractéristique du Bas Moyen Age. En effet, les milieux les plus favorisés au point de vue matériel, tant noble que patricien, comprirent rapidement tous les avantages que la connaissance de certaines matières enseignées à l’étranger pouvait procurer à ceux de leurs enfants qu’ils destinaient aux ordres sacrés, alors que, dans le même temps, les collèges perdaient peu à peu leur statut de fondation charitable. Il ne faut cependant pas perdre de vue le fait que déjà à la fin du XIIe siècle, des étudiants nobles, parfois issus de la haute aristocratie, acquéraient une solide formation intellectuelle.

8Ce sont incontestablement les études de droit qui préparent le mieux les clercs issus de la haute noblesse à la gestion et à l’administration au niveau le plus élevé, si possible épiscopal ou, à défaut, prévôtal. Les juristes nés dans les lignages de la « nouvelle aristocratie » visent surtout les dignités des chapitres situés près du lieu de résidence de leurs parents. Les fonctions aux attributions spirituelles ou intellectuelles leur sont cependant parfois disputées par les universitaires d’origine bourgeoise, et cela même au chapitre cathédral.

9L’origine sociale des maîtres liégeois a, dans certains cas, une influence déterminante sur la durée de leurs études et par conséquent aussi sur le choix de leur spécialisation universitaire. On remarque, en effet, que seuls certains fils de bourgeois sont obligés d’interrompre leur formation après la maîtrise-ès-arts. Plus conscients des besoins réels de la population, ils choisissent aussi parfois d’exercer la médecine ou chirurgie et renoncent dès lors aux bénéfices lucratifs que l’entrée dans les ordres pourrait leur procurer. Les clercs issus des couches sociales les moins élevées qui entreprennent néanmoins des études de théologie, le font souvent grâce aux fondations parisiennes des ordres cistercien et dominicain. Mais pour les clercs, qu’ils soient d’origine noble, patricienne ou bourgeoise, le savoir a rarement une fin désintéressée, mais est au contraire souvent un instrument de puissance.

10Dans la société liégeoise, où l’élément ecclésiastique était dominant, c’est pourtant le droit romain qui attire le plus les intellectuels. Cependant, on constate qu’un tiers environ des civilistes ont jugé nécessaire de se spécialiser aussi en droit canon. Qu’ils soient formés à l’étude des décrets ou de la législation romaine, les juristes trouvent à la cour de l’officialité de Liège d’intéressantes possibilités de carrière puisqu’ils sont cités avec le titres de notaire, de scelleur et d’avocat. Cette dernière fonction est souvent assumée par des laïcs. D’autres spécialistes du droit qui refusent aussi de recevoir les ordres sacrés sont, à partir de la fin du XIIIe siècle, membres du conseil des jurés de la cité ou, peu après 1300, échevins de différentes localités du diocèse de Liège.

11Plus encore que les dignités capitulaires, les fonctions de représentation du chef du diocèse (officialité, scellerie et vicariat général) sont, dès leur institution à Liège, littéralement accaparées par les universitaires. Cependant, exception faite pour les juges ordinaires de l’évêque, ces fondés de pouvoir ne sont pas nécessairement des juristes.

12En Flandre, J. Gilissen ne repère aucun légiste avant 1275 ; il signale cependant que maître Nicolas Le Mirlier, cité à Tournai en 1261, devait avoir étudié le droit. Déjà au début du XIIIe siècle (novembre 1207-1212), neuf Liégeois portent le titre de magister... jurisperitus. Il ne fait donc aucun doute que les chapitres liégeois comptent très tôt dans leurs rangs de nombreux individus capables d’appliquer aux cas qui leur sont soumis les principes du droit romano-canonique. C’est aussi plus souvent qu’à Tournai, Thérouanne, Soissons, Amiens ou Arras, que les dignités de l’église de Liège sont, dans le cours du XIIIe siècle, aux mains d’universitaires.

  • 1 La notion de possession du droit romano-canonique..., p. 335.

13Je souscris donc entièrement à l’affirmation de Ph. Godding, lorsqu’il écrit : « il semble que le milieu ecclésiastique liégeois ait constitué plus que d’autres sièges épiscopaux dont relevaient nos principautés, un centre actif de réception du droit savant. Les données concernant la prescription trentenaire et la quasi-possession en témoignent notamment »1. L’étude globale de l’arbitrage, qui est souvent, on l’a vu, l’apanage des universitaires, juristes ou spécialistes d’autres matières, et de la renaissance du droit savant dans le diocèse de Liège, doit encore être entreprise. Le recensement systématique des gradués qui ont fait carrière dans cette circonscription ecclésiastique devrait faciliter des recherches de ce type.

14En dehors de la prédication et de l’enseignement de la théologie dans certains couvents dominicains, les spécialistes de la sacra pagina ne trouvent guère à s’occuper dans le diocèse de Liège qui est éloigné de tout centre universitaire. Mis à part Godefroid de Fontaines, un enfant du pays qui revient y jouer un rôle de conseiller politique, les théologiens n’ont guère d’influence sur l’organisation de la société liégeoise. Ils assument toutefois une mission de protection du mouvement béguinal et veillent à faire reconnaître officiellement la dévotion eucharistique qui rencontre, sans doute à cause de leurs prédications, un grand écho chez les religieuses augustiniennes et cisterciennes de nos contrées. Deux maîtres en théologie, Jean d’Enghien et Hugues de Chalon, furent évêques de Liège à la fin du XIIIe siècle ; ils éprouvèrent l’un et l’autre certaines difficultés à dominer la situation politique probablement complexe de la principauté.

15Les résultats obtenus dans la recherche de l’origine scolaire étant restés extrêmement fragmentaires, il convient d’éviter prudemment toute généralisation hâtive ; aucune analyse sérieuse des centres d’études fréquentés par les Liégeois ne peut, en effet, être entreprise avant 1342, date de conservation des premiers rotuli et suppliques adressés à la papauté.

16La présence de quelques maîtres liégeois à Orléans révèle probablement l’existence, durant la première moitié du XIVe siècle, de certaines habitudes scolaires qui sont prouvées pour la fin du moyen âge. Entre 1200 et 1350, un nombre déjà important d’étudiants de nos contrées est repéré à Paris et à Bologne, alors qu’à la même époque, les studia generalia du midi ne semblent guère avoir eu de succès auprès des étudiants liégeois. Ce fait est d’autant plus étonnant que l’installation de la papauté en Avignon attire dans cette région les clercs de toute la chrétienté. Il semble donc que cet illustre voisinage n’ait été bénéfique aux institutions méridionales d’enseignement supérieur que durant la seconde moitié du XIVe siècle.

17Au début du XIIIe siècle, les maîtres in arte physicali assument à la cour des princes lotharingiens différentes fonctions de chancellerie, d’administration et de représentation. La pratique médicale est interdite à ces clercs, mais la formation générale qu’ils ont acquise à l’université leur permet de se faire apprécier par les dynastes, parfois durant plusieurs règnes. À partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, les princes recourent plus volontiers à la compétence des juristes. C’est à la même époque que les services administratifs des gouvernements principautaires se transforment, se rationalisent, et cela sans aucun doute sous l’impulsion des maîtres. Les gradués œuvrent alors depuis un siècle environ dans les différentes chancelleries ; ils continueront évidemment à le faire. Ce sont eux, en effet, qui sont souvent appelés à assumer les rôles de direction des différents secteurs de gestion gouvernementale (chancellerie ou recette) et à sièger comme assesseur du prince au conseil, à la cour féodale et à la cour de justice. Leur talent de négociateurs, leur réputation d’arbitres intègres et leur sens de l’administration sont particulièrement utiles aux dynastes qui veulent organiser leur état sur de nouvelles bases et mieux asseoir leur pouvoir.

18Les dynastes lotharingiens préfèrent nettement collaborer avec des universitaires choisis parmi leurs sujets ; à cause du caractère international du recrutement des chapitres liégeois, les évêques ont à cet égard une attitude assez différente. On a cependant pu constater une certaine permanence dans la composition des entourages politiques des chefs du diocèse de Liège. Ces derniers ont presque tous recours aux services de gradués issus de régions dominées par leur famille, ainsi que de maîtres qui ont été leur compagnon d’études ou leur collègue en début de carrière. Ces liens privilégiés créent évidemment un climat de réelle confiance.

19À ce premier noyau de collaborateurs épiscopaux se joignent tout naturellement des universitaires originaires du diocèse et souvent membres des chapitres de la cité de Liège, qui briguent les charges de représentation de l’évêque (officialité, scellerie ou vicariat général). Les étrangers ne sont cependant pas systématiquement exclus de ces fonctions, loin de là. Il convient de souligner l’attitude particulière de certains gradués italiens, qui font partie de l’entourage politique de plusieurs évêques de Liège. Alors que les autres méridionaux, cités dans les documents de la pratique de nos contrées, sont le plus souvent de simples vicaires de dignitaires retenus à la curie pontificale, des maîtres, pourtant issus de familles aristocratiques italiennes, viennent participer aux activités du milieu ecclésiastique liégeois. Au XIVe siècle, ils sont d’ailleurs plus spécialement chargés de régler divers conflits opposant des groupes sociaux du pays de Liège. Leur origine étrangère, qui garantit une certaine indépendance à l’égard des différentes couches de la population, facilite le déroulement des négociations ou l’acceptation de la sentence arbitrale.

20Les universitaires jouent un rôle certain dans l’affirmation politique du clergé de la cité, et plus particulièrement du chapitre cathédral. Les maîtres veillent à la défense des droits de l’Église de Liège, de son patrimoine et de ses clercs ; pour réaliser cette mission de sauvegarde, ils vont jusqu’à poursuivre en justice le chef du diocèse et à l’excommunier. C’est cependant la politique menée par les lignages patriciens dans la cité épiscopale qui oblige les gradués attachés à la cathédrale à œuvrer durant de longues années pour la défense des intérêts de leur corps. Cette lutte opiniâtre semble d’ailleurs créer chez ce groupe d'universitaires liégeois, pourtant issus de milieux divers dont des familles scabinales, une véritable solidarité de corps. Il convient donc de s’y arrêter un moment. Le décrétiste bolonais Jean de Dampierre a, durant son épiscopat à Liège, imposé un pacte (août 1287) qui équilibrait les forces en présence dans la cité, celles des clercs et des patriciens. Ces derniers profitèrent cependant d’une période troublée par une vacance du siège épiscopal au début de l’année 1303 pour tenter de prendre de l’ascendant dans la cité épiscopale. La réaction des universitaires ne se fit pas attendre. Soutenu par la présence à Liège d’un des plus grands théologiens de l’époque Godefroid de Fontaines, maître Jean des Canges, doyen du chapitre cathédral issu d’un lignage patricien, conclut, au nom du clergé primaire, une alliance politique avec les métiers liégeois, à qui il fit reconnaître le droit de constituer la moitié du magistrat urbain.

21Parce qu’elle était dirigée contre les prérogatives patriciennes, cette union des clercs et du commun survécut à la disparition des universitaires qui l’avaient voulue. Conscients des avantages que cette coalition pouvait apporter à leur milieu, d’autres gradués prirent la relève et collaborèrent avec les métiers jusqu’à la défaite totale des lignages patriciens (le 4 août 1312). Jean de Willembrenges et Arnould d’Île, deux universitaires issus du clan des Waroux et d’une famille scabinale liégeoise, négocièrent, en février 1313, la Paix d’Angleur au nom du chapitre cathédral et des métiers. Ils obtinrent que ces derniers fussent désormais les seuls corps électoraux du gouvernement de la cité.

22Il ressort des écrits de Godefroid de Fontaines que ce théologien d’origine hesbignonne prône l’autorité collective et déléguée à un prince élu, en fait une forme de gouvernement constitutionnel. Ce théoricien, qui n’est confronté avec des problèmes de politique appliquée qu’en quelques occasions, a un disciple liégeois qui est, lui, essentiellement un homme de la pratique. Jean de Hocsem connaît bien les problèmes posés par l’exercice du pouvoir et vit pleinement les tentatives d’explication des théories politiques aristotéliciennes à la société. Également auteur d’une intéressante chronique, d’un recueil d’adages juridiques qui connaîtra les honneurs d’une édition en 1477 et de plusieurs mémoires de droit défendant les prérogatives et le patrimoine de l’Église de Liège, cet écolâtre de Saint-Lambert mériterait qu’on lui consacre une étude complète, où toutes les facettes de sa personnalité pourraient être mises en Valeur.

23Un des buts de ce travail était de dégager des perspectives d’ensemble au sujet de la composition et des activités du monde que formaient les universitaires liégeois. C’est dès lors en se référant à ces recherches que l’on mettra le plus facilement en lumière les individualités intéressantes ; celles-ci sont loin d’être rares dans le diocèse de Liège. L’analyse approfondie des réalisations concrètes, des mérites respectifs de chaque groupe des gradués, classés par affinité intellectuelle, apparaît évidemment comme le prolongement idéal de cette étude préalable.

Notes

1 La notion de possession du droit romano-canonique..., p. 335.

© Presses universitaires de Liège, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search