Version classiqueVersion mobile

Le monde des maîtres universitaires du diocèse de Liège 1140-1350

 | 
Christine Renardy

Deuxième partie. Les maîtres liégeois aux XIIIe et XIVe siècles

Chapitre IV. Notes sur les activités des maîtres au service des princes et des villes

Texte intégral

Les légistes, qui avaient gouverné les rois anglais dès le XIIe siècle, au XIIIe saint Louis, Alfonse X et Frédéric II, furent sous le petit-fils de saint Louis les tyrans de la France. Ces « chevaliers en lois », ces âmes de plomb et de fer, les Plasian, les Nogaret, les Marigni, procédèrent avec une horrible froideur dans leur imitation servile du droit romain et de la fiscalité impériale. Les Pandectes étaient leur Bible, leur Évangile. Rien ne les troublait dès qu'ils pouvaient répondre à tort ou à droit : « Scriptum est... » Avec des textes, des citations, des falsifications, ils démolirent le moyen âge, pontificat, féodalité, chevalerie (...). Ces cruels démolisseurs du moyen âge sont, il coûte de l'avouer, les fondateurs de l'ordre civil aux temps modernes.
J. Michelet

  • 1 Voir à ce sujet, pp. 111 et sv., ainsi que pp. 119 et sv.

1Au XIIe siècle déjà, on remarquait dans l’entourage de l’Empereur et de certains princes lotharingiens des universitaires liégeois1. Après 1200, ces derniers continueront évidemment à collaborer à l’administration de l’État impérial, du duché de Brabant et du comté de Namur. Mais, des gradués prébendés dans le diocèse de Liège serviront aussi les intérêts des comtes de Hainaut, de Gueldre ou de Flandre, tandis que d’autres auront des relations, suivies ou épisodiques, avec les rois de France ou d’Angleterre.

  • 2 L’entourage de Philippe IV le Bel a fait l’objet de nombreuses recherches, je me contenreai donc de (...)

2La politique « bénéficiale » appliquée par la papauté avait, surtout après 1265, internationalisé le recrutement des chapitres des diocèses du Nord. Les universitaires étrangers ne séjournèrent pas tous dans nos contrées ; certains gradués, quoique ne résidant pas à Liège, exercèrent néanmoins une influence certaine sur la vie politique de cette région, à cause notamment des relations privilégiées qu’ils entretenaient avec l’un ou l’autre souverain. Il semble difficile d’étudier l’entourage des princes entre 1200 et 1350 sans faire référence aux légistes qui conseillèrent Philippe IV le Bel2. C’est donc le jugement de Jules Michelet sur les chevaliers en lois, démolisseurs du Moyen Age mais fondateurs de l’ordre civil des Temps Modernes, dont s’entoura ce roi de France, qui a été mis en exergue.

  • 3 Études sur la naissance des principautés territoriales en France, Bruges, 1948, p. 50. Le même aute (...)
  • 4 L’économie rurale namuroise au Bas Moyen Age, t. 1, La seigneurie foncière, Louvain, 1943, p. 11. C (...)

3Il sera souvent question de principauté, puisque, entre 1200 et 1350, les universitaires ont collaboré au gouvernement de nombre d’entre elles. Il convient donc de définir cette notion : d’après J. Dhondt, « une principauté, c’est un territoire dans lequel le roi n’intervient plus que par l’intermédiaire du prince »3. Remarquons cependant que L. Génicot avait, lui, souligné que la principauté était « faite d’éléments disparates sans autre lien que la personne du prince, rattachés à lui par des fils souvent lâches et ténus »4. Dès lors, il ne faut pas s’attendre à ce que le gouvernement de ces territoires soit assuré au départ par différents services aux attributions strictement délimitées. Tout au contraire, les gradués qui ont vécu à partir de 1160 environ dans l’entourage des princes ont assumé en même temps différentes fonctions, auxquelles leur formation intellectuelle et leur sens de l’administration les prédestinaient : notaire, négociateur, ambassadeur, receveur, trésorier...

4Ce chapitre est divisé en quatre paragraphes. Il sera d’abord question des maîtres prébendés dans le diocèse de Liège qui servirent les Empereurs et rois des Romains, puis de ceux qui vécurent dans l’entourage des princes lotharingiens. Les rapports qu’entretinrent ces gradués avec les rois de France et certaines familles princières de cet État, dont deux celles de Courtenay et de Dampierre gouvernèrent le comté de Namur, seront ensuite envisagés. On terminera enfin avec l’étude des universitaires au service des villes : Gand, Bruges, Louvain et Liège.

5Avant de passer en revue les missions remplies par les maîtres, qui ont résidé dans le diocèse de Liège, pour le compte de différents princes ou villes, il faut encore faire une remarque de méthode. Dans ces quelques pages, on ne trouvera pas une analyse systématique des apports de tous les gradués aux gouvernements impérial et principautaires lotharingiens, ni d’ailleurs à la gestion des quatre localités, mais des données forcément incomplètes. Centrées sur les activités de quelques maîtres retenus dans le cadre de cette étude, ces notes ne doivent être considérées que comme quelques éléments nécessaires à la réalisation d’une vaste enquête qui aurait pour thème le rôle politique des universitaires dans l’Europe occidentale au Moyen Age.

A. Les Empereurs et rois des Romains5

  • 5 Pour ce qui concerne l’étude des entourages des souverains qui se succédèrent à la royauté des Roma (...)
  • 6 Cfr notice no 14 +.
  • 7 E. Winkelmann, Philipp von Schwaben und Otto IV. von Braunschweig, t. 1. pp. 133-155, 167-171, 231- (...)
  • 8 Au sujet de ce fils d’Henri le Lion, ancien rival de Frédéric Barberousse, voir E. Winkelmann, op. (...)
  • 9 E. Winkelmann, op. cit., 2, pp. 127-134.

6Maître Conard de Quefurt6, prévôt de Notre-Dame d’Aix, avait été formé à Paris, en même temps qu’innocent III ; il fut chancelier de l’empereur Henri VI. À la mort de ce dernier en 1197, il resta évidemment au service de Philippe de Souabe, le second fils de Frédéric Ier Barberousse7. Otton de Brunswick8, comte de Poitiers, vécut longtemps à la cour de Richard Cœur de Lion. Élu roi des Romains, le 9 juin 1198, concurremment avec le Staufen Philippe Ier, ce prince ne fut cependant couronné Empereur que, le 4 octobre 1209, après l’assassinat de son adversaire qui avait toujours eu l’avantage sur lui. Cette ancienne rivalité ne l’empêcha cependant pas d’épouser Béatrice, la fille de Philippe de Souabe, et de prendre à son service les anciens conseillers de ce dernier9. Maître Conrad de Querfurt était décédé depuis le 4 décembre 1202 ; il n’eut donc pas l’occasion de travailler pour ce souverain germanique.

  • 10 Cfr H. Bresslau (†), Handbuch der Urkundenlehre, t. 1, 3e éd. (qui reproduit celle de 1912), 1958, (...)
  • 11 Cfr Annales Sancii lacobi Leodiensis (éd. Bethmann, dans M.G.H., SS., t. 16, pp. 654-655) au sujet (...)
  • 12 Winkelmann, op. cit., 1, pp. 320-321 et 2, pp. 156, 295, 299-304, 330, 358-360, 367-370 ; Poncelet,(...)
  • 13 BoehmerFicker, no 6098a ; Winkelmann, op. cit., 2, pp. 245-263.

7Othon IV ne fut apparemment servi par aucun universitaire liégeois10. Il est vrai que l’évêque Albert de Cuyck et le clergé du diocèse n’étaient guère favorables à ce souverain du parti guelfe11. Quant à Hugues de Pierrepont, il a soutenu l’empereur Othon, tant que celui-ci a été fidèle aux engagements passés avec le pape Innocent III concernant le royaume de Sicile12. On sait qu’après l’excommunication lancée par le pape le 18 novembre 1210 contre ce souverain, l’évêque de Liège passa au parti des Staufen13.

  • 14 Winkelmann, op. cit., pp. 289-334.
  • 15 Le 27 juillet 1214. Au sujet de cette bataille, voir la récente mise au point de G. Duby, Le dimanc (...)
  • 16 Cfr notice no 535. Ce gradué était un protégé de Conrad de Scharfenberg, évêque de Spire, puis de M (...)
  • 17 Cfr pp. 197 et 275.

8Frédéric de Hohenstaufen, fils de l’empereur Henri VI et de Constance de Sicile, avait passé toute son enfance dans le royaume de sa mère. C’est Innocent III, allié à Philippe-Auguste, qui fit élire le jeune prince comme roi des Romains, le 9 décembre 1212, afin qu’il contrât en Allemagne l'autorité de l’empereur Othon IV excommunié14. Ce dernier allait être vaincu à Bouvines par les troupes réunies autour de Philippe-Auguste15, roi de France. Le petit-fils de Frédéric Ier Barberousse se fit réélire par les princes allemands le 9 décembre 1214. C’est un gradué du diocèse de Liège, maître Jean de Xanten16, alors chanoine de Notre-Dame d’Aix, qui célébra, le 25 juillet 1215, la messe solennelle au cours de laquelle Frédéric Il fut sacré roi et qui exhorta le souverain à se croiser17.

  • 18 Bresslau, Urkundernlehre..., 1, pp. 563-567 ; H. M. Schaller, Die Kanzlei Kaiser Friedrichs II..., (...)
  • 19 Cfr notice no 334.

9Les chancelleries sicilienne et germanique de l’empereur Frédéric II et de ses fils (Henri VII et Conrad IV, rois des Romains) ont fait l’objet des recherches de H. Bresslau, H. M. Schaller et P. Zinsmaier18. Maître Henri le Moine de Bilversheim19, prévôt de NotreDame d'Aix, fut notaire à la chancellerie impériale à partir de mars 1239. C’est en décembre 1241 qu’il devint protonotaire de Frédéric II, puis en juin 1242, évêque de Bamberg. Ce gradué abandonna cependant l’Empereur, comme tant d'autres l'avaient fait avant lui, peu après qu’innocent IV ait déposé le souverain au concile de Lyon (juillet 1245), pour passer dans le camp des adversaires des Staufen. Henri Raspe fit de l’ancien protonotaire impérial son chancelier entre le 15 décembre 1246 et janvier 1247, mais Henri de Bilversheim n’occupa cette fonction que quelques jours. Son nouveau maître mourut, en effet, dès le 16 février 1247.

***

  • 20 Cfr notice no 17.
  • 21 Cfr notice no 333.

10Un quart de siècle plus tard, après le Kaiserlosezeit, on retrouve à nouveau parmi les membres de la chancellerie germanique des gradués prébendés dans le diocèse de Liège. Maître André de Rode20 et maître Henri de Klingenberg21 servirent à tour de rôle Rodolphe, comte de Habsbourg et ancien compagnon de Frédéric II, qui fut élu, le 1er octobre 1273, roi des Romains.

  • 22 Cfr notice no 17.
  • 23 O. Redlich, Rudolf von Habsburg, pp. 223, 651. É. Schoolmeesters a publié dans B.I.A.L., t. 33, 190 (...)
  • 24 † 10 février 1280.
  • 25 Au sujet des démêlés de la querelle qui opposa les enfants de Marguerite de Constantinople, voir Ch (...)

11Maître André de Rode22, prévôt de Kaiserwerth et chanoine de Saint-Lambert à Liège, fut notaire à la chancellerie royale du 17 août 1274 au 1er août 1281. Originaire de Rœdingen dans le comté de Juliers, cet universitaire défendit à la cour les intérêts d’Henri de Gueldre et du chapitre cathédral. Dès avant le 20 mai 1274, l’évêque Henri demanda à maître André de Rode d’exposer au nom de l’Église de Liège les droits de celle-ci sur un certain comté. Cette lettre n’est conservée que sous forme de minute, mais E. Redlich a pu démontrer que le comté en question était celui de Hainaut23. Les Liégeois craignaient, en effet, que le comté de Hainaut ne passât, à la mort de Marguerite de Constantinople24, à un des fils de son second mari Guillaume de Dampierre. Cette famille détenait déjà, en plus de cette principauté, les comtés de Flandre et de Namur. Le Hainaut étant terre d’Empire, l’évêque Henri de Gueldre cherchait sans aucun doute à faire intervenir le roi des Romains Rodolphe de Habsbourg pour sauvegarder les intérêts liégeois et contrecarrer l'influence grandissante de la famille de Dampierre en Lotharingie25.

  • 26 É. Schoolmeesters, Rudolphe de Habsbourg, pp. 6-8, 34-37 ; O. Redlich, Rudolf von Habsburg, pp. 650 (...)
  • 27 O. Redlich, Rudolf von Habsburg, pp. 223-224.
  • 28 BoehmerRedlich, no 752. Redlich, op. cit., p. 622. Rodolphe de Habsbourg ne pouvait intervenir p (...)

12Après la déposition d’Henri de Gueldre le 3 juillet 1274, maître André de Rode, notaire du roi des Romains, resta en relations avec le chapitre cathédral de Liège. On ne possède aucune preuve d’une quelconque intervention de Rodolphe de Habsbourg dans l’affaire de la succession de Hainaut avant le 6 novembre 127926. Il est vrai que le roi des Romains fut, de 1274 à octobre 1276, en lutte armée avec Ottokar de Bohême, son ancien rival27, et qu’il ne fut dès lors pas en mesure de s’occuper à cette époque des démêlés politiques dans la partie occidentale de l’Empire. C’est ainsi que le 14 juin 1277, le notaire royal André de Rode put exposer au roi Rodolphe, avec bien des regrets inspirés par Jean d’Avesnes lui-même, que l’évêque de Liège Jean d’Enghien avait accepté l’arbitrage de Philippe III le Hardi, roi de France, pour le règlement de la guerre dite « de la Vache de Ciney ». Elle opposait le prélat à Guy de Dampierre, comte de Namur28.

  • 29 Cfr notice no 333.
  • 30 Au sujet de ce titre, voir dans le troisième chapitre : Les maîtres liégeois et la curie pontifical (...)
  • 31 † 15 juillet 1291.
  • 32 A. Hessel, Albrecht I. von Habsburg, Munich, 1931, p. 206.

13Né dans un puissant lignage seigneurial de Thurgovie, vassal des comtes de Habsbourg, maître Henri de Klingenberg29 servit fidèlement les princes, issus de la famille qui dominait sa région natale, quand ceux-ci se trouvèrent à la tête du royaume de Germanie. Entré à la chancellerie impérial en 1274, ce doctor decretorum devint protonotaire de Rodolphe de Habsbourg le 1er juin 1283. Il portait également le titre de chapelain d'honneur30 du pape Nicolas IV, qui lui accorda d’ailleurs l’autorisation de cumuler ses différents bénéfices à Zurich, Liège, Aix, Cologne, Xanten et Embrun. Après le décès de son premier maître31, il fut nommé évêque de Constance (9 août 1293), où il vécut jusqu’au 27 juillet 1298, jour de l’élection d’Albert Ier de Habsbourg comme roi des Romains. Il vint alors à nouveau à la cour où il devint un des conseillers intimes du nouveau roi (secretarias)32.

  • 33 Cfr notice no 112. Après le décès d'Adolphe de Nassau, il vint résider à Liège où il est cité avec (...)
  • 34 Cfr notice no 208. Bongard est un lieu-dit à Membach (prov. Liège, arr. Verviers, cant. Limbourg).
  • 35 Au sujet des ambassades envoyées par Édouard (I) d’Angleterre pour trouver des alliés sur le contin (...)
  • 36 V. Samanek, Studien zur Geschichte König Adolfs, pp. 127-153.

14Adolphe de Nassau succéda à Rodolphe de Habsbourg le 5 mai 1292. Ce roi s’entoura également de clercs prébendés dans le diocèse de Liège, puisqu’il appela notamment auprès de lui un de ses parents qui avait étudié le droit à Bologne : maître Émichon de Sponheim, chanoine de Saint-Lambert à Liège33. D’autres gradués liégeois, qui étaient au service du roi Adolphe de Nassau, servirent à plusieurs reprises d’intermédiaires entre ce souverain et Édouard Ier. Le roi d’Angleterre cherchait, en 1294, à entraîner le roi des Romains dans la guerre qu’il menait contre la France. Maître Gerlach de Bongard34, chanoine de Notre-Dame d’Aix et secrétaire d’Adolphe de Nassau, mourut le 3 décembre 1295 en revenant d’Angleterre ; il avait fait ce voyage en compagnie de son frère, le chevalier Eustache. Édouard Ier leur avait demandé de plaider à nouveau la cause anglaise auprès du roi des Romains, afin que ce dernier lui prêtât main forte contre Philippe IV le Bel35 ; mais, en fin de compte, Adolphe de Nassau préféra ne pas intervenir dans le conflit franco-anglais36.

  • 37 Cfr notice no 746.
  • 38 Knipping, 3, no 3620.

15Maître Wigbolt de Holte37, qui était originaire de Basse-Saxe, fut, durant tout son règne, un familier d’Adolphe de Nassau. Détenant différents bénéfices dont la prévôté de Notre-Dame d’Aix, ce gradué reçut, en 1294, une prébende à la cathédrale de Dublin ; Édouard Ier voulait dédommager ainsi le protonotaire royal des services qu’il lui avait rendus. Comme Gerlach de Bongard, avec qui il entretenait des relations suivies, le gradué Wigbolt de Holte a servi d’intermédiaire entre le souverain anglais et son maître lors de la guerre qui opposa la France à l'Angleterre de 1294 à 1297. Élu à l’archevêché de Cologne, le 3 mai 1297, cet universitaire a gardé une fonction officielle à la cour après la disparition d’Adolphe de Nassau († 2 juillet 1298). Albert Ier de Habsbourg s’adresse, en effet, à lui le 23 septembre 1298 en ce termes : princeps et secretarius sans karissimus38.

  • 39 Cfr notice no 333.

16À la même époque, on l’a vu, maître Henri de Klingenberg, évêque de Constance, revenait à la cour après sept ans d'absence. Il vécut donc auprès du fils de son premier maître, Albert de Habsbourg qui venait d’être élu roi des Romains, jusqu’à son propre décès survenu le 12 septembre 130639.

***

  • 40 Ce sont surtout les péripéties du Romfarht d’Henri VII qui ont retenu l’attention des historiens. I (...)
  • 41 Au sujet de l’élection d’Henri de Luxembourg à la royauté des Romains, cfr E. Stengel, Avignon und (...)
  • 42 Cfr notice no 332.
  • 43 Cfr notice no 223. C’est F. Vercauteren qui a reconstitué avec beaucoup d’érudition la biographie d (...)

17Henri, comte de Luxembourg40, avait épousé en 1292 Marguerite, fille de Jean Ier, duc de Brabant. Il n’est donc pas étonnant de trouver deux gradués brabançons dans l’entourage de ce prince au moment où il devint roi des Romains (le 27 novembre 1308)41 : maîtres Henri de Jodoigne42 et Gilles de la Marcelle43. Ce dernier était chanoine de Saint-Lambert ; il fut d’abord chargé de la comptabilité de la maison de la reine Marguerite. Après le décès de celle-ci le 14 décembre 1311, il devint le trésorier d'Henri de Luxembourg qu’il accompagna alors dans tous ses déplacements. Il ne cessa d’occuper cette fonction en juillet 1312 que pour effectuer l’intérim du chancelier Henri, évêque de Trente. En 1319, il occupait sa maison dans les cloîtres de la cathédrale Saint-Lambert.

  • 44 Cfr notice no 332. Pour les détails biographiques, il convient évidemment de se reporter à l’étude (...)
  • 45 Prébendes à Saint-Martin de Liège, à Saint-Aubain de Namur, à Saint-Paul de Nivelles, à Saint-Pierr (...)
  • 46 Cfr notice no 332.
  • 47 Au sujet de ce prélat, voir E. Stengel, Baldewin von Luxembourg..., Weimar, 1936 ; J. Priesack, Die (...)

18Maître Henri de Jodoigne44 détenait de nombreux bénéfices dans le diocèse de Liège45. Ce gradué d’origine brabançonne ne passa sans doute que son enfance dans cette circonscription ; il vécut le reste de son existence à la cour impériale d’Henri VII, puis dans l’entourage de différents princes. Il ne sera question pour l’instant que des rapports de cet universitaire avec les souverains germaniques. Le professor legum46 est cité pour la première fois parmi les clercs du roi des Romains Henri de Luxembourg, le 24 juin 1309. Le souverain le chargea, à cette date, d’une mission diplomatique à Mantoue. L’année suivante en avril-juin, c’est auprès de Philippe IV le Bel que maître Henri fut envoyé pour négocier un traité. Immédiatement après son retour en août, il partait dans la suite du roi Henri pour le Romfahrt. Il semble avoir encore effectué une mission diplomatique entre l’été 1311 et février 1312 et une autre en Lombardie en avril 1313. Le reste du temps, il vécut dans l’entourage direct du nouvel Empereur. Mais, au moment du décès d’Henri VII à Sienne le 24 août 1313, Henri de Jodoigne venait de quitter la péninsule italienne. Avec la suite de Baudouin, archevêque de Trèves et frère de l’Empereur47, il était rentré en Allemagne chercher des renforts. C’est d’ailleurs au service de ce membre de la famille comtale de Luxembourg que le légiste mit son activité pendant plusieurs années.

  • 48 Cfr notice no 712.
  • 49 Cfr pp. 379-380.
  • 50 Cfr pp. 286 et sv.

19Un troisième clerc prébendé dans le diocèse de Liège participa au Romfahrt d’Henri VIL Il s’agit de maître Simon de Marville48. Ce chanoine de Saint-Lambert à Liège était issu d’une famille vassale des Luxembourg. Il est sans nul doute l’auteur du poème intitulé Les Vœux de l’Epervier. Cette œuvre, dont un des héros est Thibaut de Bar, évêque de Liège, narre l’expédition italienne d’Henri VII49. Maître Simon de Marville a vécu à la curie pontificale où il faisait partie de la « mesnie » du cardinal Pierre Rodriguez et travaillait à l’audition des causes50. En novembre 1308, quand il rejoignit Henri de Luxembourg à Francfort, — où se déroulait l’élection du roi des Romains, — il portait le titre de chapelain d’honneur de Clément V. C’est donc tout naturellement sur lui que se porta le choix d’Henri VII quand il eut besoin en 1309 d’un procurateur qui puisse jurer fidélité au pape en son nom.

  • 51 Il conseillait Guillaume Ier de Hainaut, beau-père de Louis de Bavière. En septembre 1338, il fut a (...)
  • 52 Au sujet de cette élection, cfr Stengel, Avignon und Rhems..., pp. 204-215.

20Louis IV de Bavière fut élu roi des Romains à Francfort le 20 octobre 1314 ; maître Henri de Jodoigne n’est cependant cité avec le titre de conseiller de ce souverain que le 18 juin 1317. Il dut néanmoins être en relations avec lui dès l’automne 1314, puisqu’il avait accompagné l’archevêque de Trêves Baudouin de Luxembourg à la cérémonie électorale. Il n’est pas possible de déterminer avec exactitude le temps qu’il passa dans l’entourage de Louis de Bavière. Toujours est-il qu’en août 1321, c’est le comte Guillaume Ier de Hainaut, beau-père du roi des Romains, qui s’entremit pour faire sortir de prison maître Henri de Jodoigne, alors détenu par Henri, sire de Berlaimont. Il vécut, à partir de ce moment, à la cour de Hainaut-Hollande et resta au service des d’Avesnes une trentaine d’années. Cette période de la vie du légiste sera envisagée plus tard ; notons néanmoins ici qu’il resta longtemps un défenseur fidèle de l’empereur Louis de Bavière, jusqu’en 1346 exactement51. Il cessa en fait d’apporter son soutien à ce souverain en même temps que Baudouin de Luxembourg, archevêque de Trèves et frère du défunt empereur Henri VIL Maître Henri de Jodoigne se rallia alors à Charles de Luxembourg, fils de Jean l’Aveugle, roi de Bohême, qui fut, le 11 juillet 1346, élu roi des Romains avec l’appui de Clément VI52.

  • 53 Cfr notice no 734.

21Maître Thomas du Bourg, chanoine de Saint-Lambert à Liège, est repéré dès 1348 dans l’entourage de cet Empereur issu de la famille de Bohême-Luxembourg53.

B. Les grandes familles lotharingiennes

1° La famille d’Avesnes (Hainaut-Hollande)54

  • 54 Pour ce qui concerne la situation politique des comtés de Hainaut et de Hollande entre 1200 et 1350 (...)
  • 55 Cfr notice no 449.
  • 56 Cfr pp. 282 et sv : c’est au concile de Lyon que Grégoire X accorda l’évêché de Liège à Jean d’Engh (...)
  • 57 Cfr supra pp. 310 et sv.

22Bien qu’on ne puisse réellement le considérer comme un gradué au service de la famille d’Avesnes, il faut mentionner ici maître Jean d’Enghien55, second fils de Siger, seigneur d’Enghien. Le pape Grégoire X, ancien archidiacre de Hainaut de l’Église de Liège, installa ce cousin de Jean Ier d’Avesnes sur le siège épiscopal de Liège en juillet 127456. L’accession d’un parent proche à la tête du plus grand évêché lotharingien fut très bénéfique à la cause de ce lignage qui s’opposait à celui des Dampierre. C’est probablement par l'intermédiaire de Jean d’Enghien que Jean d’Avesnes entra en relation avec un notaire gradué du roi Rodolphe de Habsbourg : André de Rode, chanoine de Saint-Lambert. Ce dernier se chargeait d’ailleurs de signaler à son maître (le roi des Romains) les agissements de Guy de Dampierre et de ses frères en Lotharingie57.

  • 58 Cfr notice no 316.
  • 59 Né de son mariage avec Ailide de Hollande, ce fils de Jean Ier d’Avesnes fut archidiacre de Hainaut (...)
  • 60 Au sujet de cette œuvre encyclopédique, cfr pp. 372-374.

23Jean d’Avesnes devint comte de Hainaut le 10 février 1280 à la mort de sa grand-mère Marguerite de Constantinople. Ce prince fut le protecteur attitré de maître Henri Bate de Malines58. Après avoir pris ses grades en arts à Paris, le philosophe était rentré dans sa ville natale, où il détenait depuis 1273 un prébende à la collégiale Saint-Rombaut. C’est alors que Jean d'Avesnes lui fit obtenir une prébende à la cathédrale de Liège et lui confia l’éducation de son fils Guy59, qu’il destinait aux ordres sacrés. Maître Henri Bate et son élève, — pour qui il composa d’ailleurs le Speculum divinorum et quorundam naturalium60, — vécurent à Liège de 1281 à 1302. De précepteur qu’il était au départ, le célèbre gradué devint plus tard conseiller-fondé de pouvoir.

  • 61 Cfr notice no 270, ainsi que la note 59.
  • 62 Il avait obtenu l’investiture temporelle du roi des Romains Adolphe de Nassau, un allié de son père
  • 63 Cfr pp. 290-291.

24Après l’élection de Guy d’Avesnes à l’évêché de Liège, il accompagna celui-ci dans le voyage qu’il fit à Rome afin d’obtenir la confirmation du pape Nicolas IV. Ce dernier mourut le 4 avril 1292 avant d’avoir décidé à qui il accorderait le siège épiscopal de Liège. En effet, une partie du chapitre Saint-Lambert avait choisi comme évêque maître Guillaume Berthout61, qui faisait donc opposition à la candidature hennuyère. Tandis que Guy d’Avesnes rentrait à Liège pour diriger le diocèse sans attendre la confirmation pontificale62, maître Henri Bate resta, lui, à la curie pour tenter d’obtenir de Célestin V, puis de Boniface VIII, l’investiture de l’évêché pour son élève. L’attitude de Guy d’Avesnes, qui avait pris possession de sa dignité et gouverné de fait sans attendre l’investiture pontificale, déplut sans nul doute à Boniface VIII, qui, le 12 décembre 1295, plaça sur le siège épiscopal de Liège Hugues de Chalon, un noble bourguignon63. Il semble que maître Henri Bate ait quitté la cité de Liège pour suivre Guy d’Avesnes, quand, en mars 1302, ce dernier obtint la direction d’un diocèse, en l’occurence celui d'Utrecht. Le philosophe se retira cependant dès juin 1306 en Brabant, d’abord à Averbode et ensuite à Tongerloo.

  • 64 Au sujet des règnes de Guillaume Ier et Guillaume II d’Avesnes, en Hainaut et en Hollande (où ils s (...)
  • 65 Cfr notice no 45.
  • 66 Cfr la notice no 526 et surtout la biographie détaillée que F. Vercauteren a reconstituée : Maître (...)
  • 67 Fille d’Henri III le Blondel et veuve de Jean Ier d’Avesnes ; notons ici que Guillaume Ier était, l (...)
  • 68 Le siège de Thuin ne fut qu’un des épisodes d’un long conflit entre le pays de Liège et le comté de (...)

25A la mort de Jean Ier d’Avesnes (11-12 septembre 1304), son fils Guillaume lui succéda à la tête des comtés de Hainaut et de Hollande64. Ce prince, comme son père, fit confiance aux gradués universitaires. On relève, parmi les membres de son entourage, quatre maîtres prébendés dans le diocèse de Liège : Henri de Jodoigne, Jean Ventura de Florence, Macaire de Mierle et Arnould de Saint-Ghislain. Ce dernier65 était, en 1318, le chapelain de Jeanne de Valois, épouse de Guillaume Ier et sœur de Philippe VI, roi de France. Durant l’été 1309, maître Jean Ventura de Florence66 effectua, au nom de Guillaume Ier et de la comtesse douairière Philippa de Luxembourg67, différents payements destinés à dédommager les participants au siège de Thuin68. Il s’agit de la première intervention de ce gradué issu d’une famille de financiers italiens, qui passa toute son existence à la cour hennuyère. Maître Jean Ventura, qui détenait un canonicat à Notre-Dame de Huy, mourut probablement au début de l’année 1333. De plus, il avait aussi mis son savoir-faire à la disposition d’Édouard III d’Angleterre, gendre de Guillaume 1er, tout comme maître Henri de Jodoigne d’ailleurs.

  • 69 Cfr notice no 564, ainsi que le tableau no 25, p. 233.

26Originaire de la région de Bois-le-Duc, maître Macaire de Mierle69 fit la plus grande partie de sa carrière dans la cité de Liège. Il y détenait de nombreux bénéfices tout en occupant la fonction d’avocat d’officialité. Ce gradué fut cependant, à plusieurs reprises, en relation avec Guillaume Ier. Le 15 mars 1302, il fut, en effet, chargé par Boniface VIII d’installer sur le siège épiscopal d’Utrecht, Guy d’Avesnes, frère de ce comte de Hainaut-Hollande. Il assista aussi, le 28 juillet 1305, à l’hommage qu’Henri V, comte de Luxembourg, rendit à Guillaume Ier, pour différents biens relevant du comté de Hainaut.

  • 70 Cfr supra pp. 313-315, ainsi que la notice no 332. Les faits biographiques concernant ce gradué son (...)
  • 71 H. J. Smit, De rekeningen der graven en gravinnen uit het Henegouwsche Huis, Inleiding, 1939, pp. 7 (...)

27Maître Henri de Jodoigne70 quitta la cour de France où il conseillait Marie, fille de l’empereur Henri (VII) de Luxembourg et épouse du roi Charles IV, et travaillait surtout au rapprochement de la France et de l’Empire, peu après le décès de la jeune souveraine (mars 1324). Cet événement provoqua un changement certain dans l’orientation politique française, alors qu’au même moment, les relations entre Jean XXII et Louis de Bavière se détérioraient, si bien que l’ancien conseiller impérial préféra se retirer en Hainaut auprès de Guillaume Ier, beau-père du roi des Romains. Il occupa à la cour hennuyère une situation importante puisqu’il fit partie du conseil ordinaire71. Durant l’automne 1327, maître Henri de Jodoigne négocia le contrat de mariage de Philippa de Hainaut avec Édouard (III) d’Angleterre, tandis qu’en août 1329, il débattit avec les représentants de Jean Ier de Dampierre, comte de Namur, au sujet de la frontière qui séparait les deux principautés. Enfin, durant les années 1336-1337, où certaines alliances traditionnelles de politique internationale furent remises en question, Henri de Jodoigne intervint au nom du comte Guillaume Ier dans les négociations entre Philippe VI de Valois et Louis IV de Bavière. Celles-ci avaient pour objet les limites de la France et l’Empire, notamment dans l’espace hennuyer. A la même époque, le légiste accepta de veiller aux intérêts d’Édouard III à la cour de son maître Guillaume Ier.

  • 72 Cfr notice no 261, ainsi que J. Gilissen, Les légistes en Flandre, pp. 154-160 et P. Thomas, Le reg (...)

28On sait qu’Henri de Jodoigne resta au service de Guillaume II, qui succéda à son père le 20 juin 1337, tout en maintenant ses relations avec la cour d’Angleterre. Le roi Édouard III, allié de Louis de Bavière, projetait alors de débarquer sur le continent pour attaquer Philippe VI de Valois ; il mit d’ailleurs son projet à exécution le 17 juillet 1337. Durant le déroulement de ce conflit franco-anglais, le comte de Hainaut et le légiste Henri furent en lutte ouverte avec le pape Benoît XII et l’évêque de Cambrai Guillaume d’Auxonne72 ; ces deux prélats, qui ne reconnaissaient plus Louis de Bavière, jetèrent l’interdit sur le Hainaut en juillet 1338. Dans une lettre datée du 18 septembre 1338, Henri de Jodoigne fut d’ailleurs accusé par le pape d’avoir comploté à Cambrai contre les intérêts du roi de France au profit de Louis de Bavière et d’avoir déclaré que ce dernier prince était le véritable Empereur. En novembre 1341, Guillaume II de Hainaut-Hollande fit sa soumission, si bien que Benoît XII leva l'interdit qu’il avait fait jeter trois ans plus tôt sur le comté de Hainaut. Quand à Henri de Jodoigne, il obtint le pardon pontifical après qu’une nouvelle enquête ait été effectuée au nom du pape dans le Cambrésis ; il retrouva la jouissance de tous ses bénéfices ecclésiastiques à l’issue de cette procédure.

  • 73 Voir aussi la notice no 468 : en juin 1343, maître Jean le Brun, clerc du diocèse de Liège, demanda (...)
  • 74 Cfr notice no 280 ainsi que le tableau no 25, p. 233
  • 75 Cfr notice no 181.
  • 76 Cfr notice no 601.

29D’autres gradués prébendés dans le diocèse de Liège servirent aussi Guillaume II d’Avesnes. On relève, en effet, dans les suppliques présentées au pape Clément VI le nom de plusieurs clercs protégés par ce prince73. Maître Guillaume d’Heure74, qui sera plus tard un conseiller de l’évêque Jean d’Arkel, demanda en 1342 au comte de Hainaut de lui obtenir un canonicat prébendé à Saint-Martin de Liège. Ce gradué était avocat à la cour de l’officialité ; il ne semble donc pas avoir vécu réellement dans l’entourage de Guillaume d’Avesnes. Par contre, maître Gérard Barré75, fils d’un échevin et membre d’un lignage patricien liégeois, est cité le 31 juillet 1342 avec le titre de chapelain comtal ; il assuma cette fonction jusqu’à sa mort survenue en décembre 1345. Maître Nicolas Stuyc76, chancelier de Guillaume II depuis au moins 1338, était originaire de Dordrecht ; ce licencié en droit civil ne détenait que deux prébendes dans le nord du diocèse de Liège : l’une à Notre-Dame de Maastricht et l’autre à Odilienberg.

  • 77 Cfr supra pp. 313 et sv. Jusqu’alors, le clan des Luxembourg avait soutenu Louis de Bavière, maître (...)
  • 78 La tante de ce duc de Brabant, Marguerite, avait épousé Henri VII de Luxembourg. La famille de Louv (...)

30Guillaume II d’Avesnes fut tué à la bataille de Staveren en Frise, le 26 septembre 1345 ; Marguerite, sœur du comte défunt et épouse de l’empereur Louis de Bavière, devint alors comtesse de Hainaut et de Hollande. C’est à ce moment qu’Henri de Jodoigne quitta le camp des Wittelsbach ; car, il opta pour le parti de Charles de Luxembourg, petit-fils de l’empereur Henri VII77, qui fut, on l’a vu, élu roi des Romains le 11 juillet 1346. Ce légiste ne travailla pas réellement pour la famille de Luxembourg, mais fit partie durant quelque temps de la « mesnie » de Jean III de Brabant, un allié fidèle du roi des Romains78. Il revint cependant en 1349, — donc après le décès de Louis de Bavière († 11 octobre 1347), — vivre à la cour de Marguerite d’Avesnes. Maître Henri de Jodoigne mourut aux environs du 2 février 1352.

  • 79 Cfr notice no 601.
  • 80 Devillers, Comtes de Hainaut, 1, pp. 257-258 no 146.

31Maître Nicolas Stuyc79 de Dordrecht resta à la cour des Avesnes après l’avènement de Marguerite II. Il assista d’ailleurs, le 4 mars 1346 (n. st.) à la prestation de serment de la comtesse80. Guillaume III, puis Albert de Bavière, eurent également recours aux services de ce clerc gradué.

2° La famille de Louvain (Brabant)81

  • 81 Sur la situation politique du Brabant au XIIIe siècle, cfr P. Bonenfant, Brabant en Geldre voor en (...)
  • 82 Cfr, au sujet de règne de ce duc de Brabant, G. Smets, Henri I, duc de Brabant, 1290-1235, Bruxelle (...)
  • 83 Cfr notice no 25+.
  • 84 Cfr notice no 82+ et 75+.

32Henri Ier gouverna le duché de Brabant durant quelque quarante-cinq ans, entre 1190 et 123582. Déjà au XIIe siècle, ce prince lotharingien avait engagé comme clerc de chancellerie, trois universitaires. Ces notaires exercèrent encore leurs activités après 1200 ; il s’agit des maîtres Francon de Bruxelles83 († 1205), Siger de Donglebert († 1222) et Renier de Hocsem84 († 1232).

33D’autres universitaires ne tardèrent pas à venir se joindre à ce premier noyau de gradués. On relève, en effet, dans les sources brabançonnes du premier tiers du XIIIe siècle, les noms de dix clercs comtaux qui avaient fait des études supérieures. La plupart d’entre eux travaillèrent à la chancellerie de Brabant sous les ordres de maître Renier de Hocsem, qui est cité avec le titre de protonotaire ducal de 1210 à 1232.

34Le plus simple est de présenter les gradués qui ont vécu dans l’entourage d’Henri (I) de Brabant au XIIIe siècle à l’aide d’un tableau. Celui-ci contient différentes données qui sont réparties en trois colonnes. En premier lieu, on a mentionné les noms des notaires ducaux qui étaient des universitaires et leur date de décès. La seconde signale les dates auxquelles les différents gradués collaborèrent à la chancellerie ducale. On trouvera enfin les bénéfices détenus par ces clercs dans le diocèse de Liège.

Tableau 29. Les gradués à la chancellerie d'Henri Ier de Brabant

  • 85 Cfr notice no 63.
  • 86 Cfr notice no 98.
  • 87 Cfr notice no 150.
  • 88 Cfr notice no 164.
  • 89 Cfr notice no 194.
  • 90 Cfr notices no 259 et 291.
  • 91 Cfr notice no 338.
  • 92 Cfr notice no 519.
  • 93 Cfr notices no 580-581.
  • 94 Cfr notice no 75+.

NOM

DATE DE LA COLLABORATION

BÉNÉFICES LIÉGEOIS

Baudouin de Barbençon85
(† 23 février 1239)

1224-1227

chapelain d’Aywières et abbé d’Oignies.

Daniel de Wavre86
(† ap. 27 juillet 1283)

déc. 1231-7 sept. 1244

chanoine de Saint-Paul à Nivelles et de Saint-Pierre à Louvain

Gautfroid de Grimde87
(† en 1248 ?)

1221-1248

doyen de Saint-Pierre à Louvain et de Bierbeek

Gauthier de Lierre88
(† ap. 18 mai 1246)

1205-sept. 1237

écolâtre de Saint-Pierre à Louvain doyen de Saint-Martin à Liège

Gérard de Jodoigne89
(† ap. 1242)

1227-1238

Guillaume de Russon90
(† 1246)

oct. 1219sept. 1237

doyen de Saint-Jean l'Évangéliste

Henri de Louvain91
(† ap. 1241)

1227-1231

doyen de Saint-Germain à Tirlemont

Jean de Sterrebeek92
(† ap. 1235)

1205-1235

chanoine de Saint-Pierre à Louvain

Nicolas93
(† ap. 1214)

1203-1213

chanoine de Saint-Paul à Liège

Renier de Hocsem, junior94
(† ap. 1223)

1202-1223

chanoine de Hœgarde

N.B. Les données imprimées en italique sont hypothétiques

35Le groupe des clercs gradués au service du duc Henri (I) de Brabant est suffisamment étoffé pour que l’on puisse tirer de son étude quelques conclusions de portée générale.

  • 95 Cfr notice no 63.
  • 96 Cfr notice no 519.
  • 97 Cfr notice no 75+.
  • 98 Cfr notice no 63.
  • 99 Du [7 janvier 1242 (n. st.) — 22 juin 1245] à son décès survenu en 1246.
  • 100 Cfr notice no 259.
  • 101 Cfr notice no 291.
  • 102 Cfr notices no 580-581.

36Exception faite pour maître Baudouin de Barbençon95, qui semble n’avoir été qu’un collaborateur occasionnel, tous les universitaires ont mis leur activité au service de la chancellerie ducale durant une dizaine d’années au moins, avec un maximum de trente ans pour Jean de Sterrebeek96 et de quarante-trois pour Renier de Hocsem l’aîné97. Par deux fois, des gradués, qui détenaient jusqu’alors des bénéfices situés en Brabant, ont quitté l’entourage ducal pour aller prendre possession d’une dignité située dans une autre principauté. Ainsi maître Baudouin de Barbençon98, chapelain des moniales d’Aywières, devint en 1234 abbé du monastère d’Oignies. De même, maître Gauthier de Lierre cessa sa collaboration à la chancellerie ducale en 1237, soit peu après la mort d’Henri Ier. Il fut d’abord écolâtre de Saint-Pierre à Louvain, puis vint résider à Liège au chapitre de Saint-Martin. dont il occupa le décanat durant quelques années99. Ces deux exemples incitent évidemment à identifier Guillaume100, notaire gradué d’Henri Ier, avec maître Guillaume de Russon101, qui devint doyen de Saint-Jean l’Évangéliste en août-septembre 1237, au moment précis où le notaire ducal quitta les services de la chancellerie brabançonne. De même, maître Nicolas, chanoine de Saint-Paul à Liège et clerc de l’évêque Hugues de Pierrepont, prêta peut-être parfois son concours au duc de Brabant102.

  • 103 Cfr notice no 25+.
  • 104 Cfr notice no 63.
  • 105 Gilles de Walcourt, le fondateur du prieuré d’Oignies, mourut en janvier 1234. Cfr U. Berlière, dan (...)
  • 106 Pour Daniel de Wavre, Henri de Louvain, Guillaume et Nicolas, cfr les notices no 97, 255, 332 et 56 (...)
  • 107 Cfr notices no 150, 164, 194, 519 et 75+.
  • 108 Cfr notices no 98, 150, 194, 580-581.
  • 109 Cfr son testament daté de 1242 : A.H.E.B., t. 27, 1898, pp. 127-128 no 123.

37Au XIIe siècle déjà, un des notaires gradués engagés par Henri Ier, était membre de l’ordre prémontré : maître Francon de Bruxelles, chanoine de l’abbaye du Parc103. Après 1200, parmi les dix universitaires collaborant aux travaux de la chancellerie brabançonne, il y avait aussi un disciple de saint Norbert : maître Baudouin de Barbençon104 succéda, en janvier 1234, à son oncle Gilles de Walcourt105 à la tête du prieuré d’Oignies. Ce gradué était issu d’un lignage noble du comté de Hainaut. L’origine sociale de tous les autres clercs d’Henri Ier n’est pas connue106 ; mais, on sait que cinq d’entre eux (Gaufroid de Grimde, Gauthier de Lierre, Gérard de Jodoigne, Jean de Sterrebeek et Renier de Hocsem junior) étaient issus de familles de la ministérialité brabançonne107. Enfin, au début du XIIIe siècle parmi les dix notaires du duc de Brabant, on recense quatre physici : Gaufroid de Grimde, Daniel de Wavre, Nicolas et Gérard de Jodoigne 108. Ce dernier gradué possédait néanmoins, dans sa bibliothèque personnelle, des manuscrits de droit civil et de droit canon109.

  • 110 Bruxelles, 1975, pp. 187-188.

38Dans son ouvrage Le gouvernement du duché de Brabant au bas moyen âge110, A. Uyttebrouck signale qu’au milieu du XIVe siècle, la chancellerie brabançonne restait encore relativament inorganisée. Il semble hors de doute que déjà au XIIIe siècle, les clercs, qui étaient chargé de la rédaction et de l’expédition des actes ducaux, exercaient aussi d’autres fonctions dans l’entourage du prince. Ils étaient médecin, conseiller, ambassadeur, secrétaire et se distinguaient des autres familiers par leur formation universitaire et leur sens de l’administration.

  • 111 Cfr notices no 194 et 519.
  • 112 Cfr notices no 164, 259 et 291.
  • 113 Cfr notice no 98 et 150. Ce n’est qu’en 1245 que Simon de Jodoigne arriva à la chancellerie, cfr p. (...)

39Les entourages des ducs de la maison de Louvain qui dirigèrent le Brabant après Henri Ier furent, à ma connaissance, composés de la même manière. Quand Henri (II) de Brabant succéda à son père le 5 septembre 1235, différents universitaires, dont il vient d’être question, participaient encore aux activités de la curia ducis et la chancellerie. Cependant, maîtres Jean de Sterrebeek et Gérard de Jodoigne semblent avoir quitté la cour peu après la mort d'Henri Ier111. De même, maîtres Gauthier de Lierre et Guillaume (de Russon) ne sont cités, parmi les clercs ducaux, que jusqu’en septembre 1237 ; l’un et l’autre vivaient pourtant toujours à Liège en 1246112. Il semble donc que le nouveau duc n’ait pas tenu à conserver auprès de lui tous les conseillers de son père. Les physici Daniel de Wavre et Gaufroid de Grimde, tous deux membres du chapitre de Saint-Pierre à Louvain, continuèrent néanmoins à mettre leur activité au service d’Henri II, duc de Brabant. A ma connaissance, ils furent pendant longtemps les seuls universitaires à conseiller ce prince, qui eut un règne relativement court (5 septembre 1235 — 1er février 1248)113.

  • 114 Il se brouilla avec Henri III au sujet de l’avouerie de Villers-le-Peuplier, cfr Polyptyque de Guil (...)
  • 115 Marguerite, fille du duc Henri Ier, avait épousé Gérard IV, comte de Gueldre († 22 octobre 1229). E (...)
  • 116 Pour ce qui concerne le règne d’Henri III, on peut encore se référer à l’article de A. Wauters, Hen (...)
  • 117 Cfr notice no 57.
  • 118 Cfr notice no 699.
  • 119 Au sujet de cette duchesse, cfr H. Pirenne, La duchesse Aleyde et le « De Regimine Judaeorum » de s (...)

40Le physicus Daniel de Wavre se brouilla cependant avec Henri III, peu après l’avènement du nouveau duc114. Il se rendit alors à la cour d’Othon (II) de Gueldre, petit-fils d’Henri Ier115 qui avait été, on l’a vu, le premier prince à recourir aux services de ce gradué. Mais, Henri III116 engagea pour sa « mesnie » d’autres licenciés in arte physicali. Le premier Barthélemy de Pellaines117, qui fut écolâtre de Saint-Pierre à Louvain à partir de 1251, est cité pour la première fois dans l’entourage ducal le 15 septembre 1248. Le second physicus de la chancellerie brabançonne à cette époque est Siger de Limelette118, qui souscrira encore le 12 octobre 1261, un acte de la duchesse douairière Aleide119, fille du duc Hugues (IV) de Bourgogne et veuve du duc Henri (III) de Brabant.

  • 120 Cfr notice no 82.
  • 121 Cfr notice no 144.
  • 122 L’« inquisitio » en Brabant au XIIIe siècle, dans Droit privé et institutions régionales. Études hi (...)
  • 123 Cfr notice no 497.
  • 124 Cfr notice no 708.
  • 125 Au sujet de cette famille, cfr F. Vercauteren, Henri de Jodoigne, pp. 452-461.
  • 126 Cfr notice no 194.

41Cependant, trois au moins des autres universitaires qui travaillèrent pour le duc Henri III semblent être juristes. Maître Blanchard120, écolâtre de Saint-Paul à Nivelles, et maître Francon de Molenstede121, trésorier de Saint-Pierre à Louvain, procédèrent, le 12 décembre 1260, à une inquisitio ducale ; elle concernait un litige au sujet d’une dîme et se déroula, comme Ph. Godding l’a bien montré, conformé ment aux règles qui régissaient l’enquête romano-canonique122. Il n’est pas possible de déterminer quelle était la spécialisation intellectuelle de maître Jean, « vestit » de Baulers et chanoine de Nivelles. Ce dernier représentait, en octobre 1258, les intérêts d’Henri III à la cour d’Alphonse de Castille, roi des Romains123. En réalité, le juriste, dont le nom apparaît le plus fréquemment dans les actes ducaux à partir de 1245, est maître Simon de Jodoigne, dit de Bruyère124. Ce dernier appartenait très probablement au même lignage de la ministérialité des anciens comtes de Duras125 que maître Gérard de Jodoigne, notaire d’Henri Ier, puis écolâtre de Saint-Cassius à Bonn, qui était sans doute décédé depuis 1242126. Maître Simon de Jodoigne détenait plusieurs cures paroissiales et une prébende à Saint-Pierre de Louvain ; comme bien d’autres clercs de la chancellerie brabançonne, il eut l’occasion, durant son existence, de servir plusieurs ducs.

  • 127 Cfr, au sujet du règne de ces deux frères, A. Wauters, Le duc Jean Ier et le Brabant sous le règne (...)
  • 128 A. Wauters, op. cit., pp. 19-47 : après sa renonciation au duché, Henri se rendit en Bourgogne d’où (...)
  • 129 (1250-1406), Bruxelles, 1954.
  • 130 Cfr supra, note 110 p. 324.

42Deux fils d’Henri III se succédèrent à la tête du duché de Brabant127. Henri IV devint, en principe, duc immédiatement après la mort de son père († 28 février 1261), alors qu’il ne devait pas avoir dix ans ; le 25 mai 1267, il renonça cependant au duché, avant même d’avoir atteint sa majorité et sans jamais avoir exercé personnellement le pouvoir128, au profit d’un frère plus jeune prénommé Jean (I). Celui-ci dirigea le Brabant jusqu’en 1294. Dans son étude intitulée L’administration du domaine ducal en Brabant au Moyen Age129, M. Martens a bien montré que les services brabançons de gestion avaient connu, à partir du règne de Jean Ier jusqu’à la fin du XIVe siècle, une profonde évolution. A la place de la chapelle aux compétences multiples qui existait encore à la fin du XIIIe siècle, on trouvera, cent ans plus tard, différentes institutions dont le conseil ducal, la cour féodale et différents fonctionnaires indépendants. Ce gouvernement du duché de Brabant n’a cependant été étudié par A. Uyttebrouck qu’à partir de 1355130.

  • 131 Cfr notice no 708.
  • 132 Ph. Godding, op. cit., pp. 308-309. Le même auteur (La notion de possession en droit romano-canoniq (...)
  • 133 Cfr notice no 709.

43Maître Simon de Jodoigne mourut probablement peu après le 21 juin 1289 ; à cette date, il avait cédé deux maisons situées à Jodoigne à l’abbaye d’Heylissem131. Durant les quarante-cinq ans que dura sa collaboration au gouvernement ducal, ce gradué effectua à plusieurs reprises des inquisitiones au nom du duc Jean Ier. On sait que la responsabilité de cette procédure n’était pratiquement confiée qu’à « l’officier ducal compétent ratione loci » ou à des « hommes de confiance du duc »132. De plus, maître Simon de Jodoigne intervint souvent à titre personnel comme arbitre pour trancher à l’amiable des litiges où des institutions religieuses brabançonnes étaient impliquées. Un de ses parents et homonyme133 vint cependant, à la fin de sa vie, le seconder à la cour ducale de Brabant. Ce gradué est cité avec le titre de chanoine de Saint-Paul à Liège à partir de 1278 ; il séjourna d’ailleurs parfois dans cette cité épiscopale, où il représentait les intérêts brabançons, mais aussi à la cour de Brabant.

  • 134 Cfr notice no 388.
  • 135 Delvaux, Maagdendaal, pp. 128-129 no 80-82.
  • 136 Cfr notice no 221.
  • 137 G. Despy, Donation de manuscrits, pp. 18-20.
  • 138 C’est Guy d'Avesnes, alors élu de Liège, qui avait laissé Jean d’Avesnes prendre, en 1293, possessi (...)
  • 139 On laissa finalement la jouissance de ce fief à Jean d’Avesnes, qui reconnut le détenir de l’Église (...)

44Maître Simon de Jodoigne junior effectua, en décembre 1290, un arbitrage conjointement avec maître Jacques Thibaut134, chanoine de Nivelles et clerc ducal ; la sentence proclamée en janvier 1291 mit fin à un litige opposant l’abbaye de Maagdendael et le « vestii » de Meerhout135. Après le décès de Jean Ier, ces deux clercs restèrent dans la « mesnie » du nouveau duc et furent rejoints par un autre gradué, qui vint mettre également son activité au service du duc Jean II : maître Gilles de Libertange136. Cet universitaire, qui semble avoir étudié le droit civil et la théologie137, intervint notamment en mai-juin 1310 avec le titre de fondé de pouvoir du duc de Brabant. En fait, le dynaste avait été choisi comme arbitre pour trancher à l'amiable le conflit qui opposait Thibaut de Bar, évêque de Liège, à Guillaume Ier d’Avesnes et Philippa, comtesse douairière de Hainaut, au sujet de la terre de Mirwart138. C’est donc maître Gilles de Libertange qui conseilla Jean de Brabant dans le règlement de cette affaire délicate, qui opposait deux princes lotharingiens139.

  • 140 Cfr supra, pp. 313-315.
  • 141 Ce gradué viendra plus tard vivre à la cour de Brabant. Au début de l’année 1346, il quitta, en eff (...)

45Marguerite de Brabant, sœur du duc Jean II, épousa, en 1292, le comte de Luxembourg Henri VII, qui fut élu roi des Romains le 27 novembre 1308. C’est pourquoi à partir de cette époque on trouve donc deux gradués d’origine brabançonne dans l’entourage du souverain germanique140 : maître Gilles de la Marcelle, qui fut d’abord attaché à la maison de la reine Marguerite, et maître Henri de Jodoigne141 participèrent d’ailleurs au Romfahrt de l’empereur Henri de Luxembourg.

  • 142 Cfr notice no 219.
  • 143 Cfr notice no 8.
  • 144 L'administration du domaine ducal, pp. 107-110 : cette institution fut mise en place en 1284 par le (...)
  • 145 Il se retira au chapitre Saint-Pierre à Louvain et mourut le 4/5 septembre 1363.

46Maître Gilles de Libertange, secrétaire de Jean (II) de brabant, servit également le successeur de ce dernier qui dirigea le duché à partir de la fin du mois d’octobre 1312 ; mais, il prit sa retraite peu avant 1328 à l’abbaye d’Heylissem142. Cependant, avec maître Alard d’Oss143, c’est une nouvelle fonction qui va être assumé par un gradué. Ce collaborateur du duc Jean III est, en effet, cité à partir de 1335 avec le titre de receveur du Brabant. D’après M. Martens, il fut le premier universitaire à avoir eu la haute main sur l’administration de l’ensemble du domaine ducal144. Le receveur était en réalité le pivot autour duquel le gouvernement de la principauté s’organisa. Alard d’Oss détenait différents bénéfices ecclésiastiques, dont la prévôté de Saint-Pierre à Louvain. Il resta à la cour ducale jusqu’au mois de juin 1360145.

  • 146 Cfr notice no 531.
  • 147 C’est durant le règne de Jean Ier que ce duché passa à la maison de Louvain (1283).
  • 148 Cfr notice no 701.

47Un autre gradué maître Jean de Wambeek146, licencié-ès-arts et chanoine de Saint-Servais de Maastricht depuis 1335, assuma une fonction administrative semblable à celle d’Alard d’Oss. Elle fut cependant exercée dans une autre principauté que dirigeait Jeanne de Brabant et son mari Wenceslas, duc de Luxembourg, en l’occurrence le duché de Limbourg147. Cet universitaire, qui était issu d’un lignage appartenant à la ministérialité brabançonne, est donc cité avec le titre de maître des rentes du duché de Limbourg à partir d’octobre 1353 et jusqu’en 1371. Maître Jean de Waambeek avait, semble-t-il, renoncé au décanat de Saint-Servais à Maastricht avant d’obtenir cette importante charge administrative. C’est maître Siger van den Nieuwensteen, physicus bolonais et civiliste Orléanais, qui remplaça, en 1353, le nouveau maître des rentes au décanat de cette collégiale maastrichtoise. Cet universitaire sera lui-même, de 1371 à 1377, un conseiller apprécié de Jeanne et de Wenceslas de Brabant148.

3° La famille de Luxembourg

  • 149 Pour le règne de ce prince, je ne puis que renvoyer au copieux mémoire de licence de E. Wilhelmus, (...)
  • 150 Cfr notice no 655.

48Henri V le Blondel fut, de 1247 à 1281, comte de Luxembourg, de La Roche et d’Arlon149. À partir du 20 juillet 1253, il détint en plus le comté de Namur comme fief de Jean d’Avesnes, qui l’avait lui-même reçu du roi des Romains Guillaume de Hollande. Cette cession fut révoquée dès le mois de septembre 1256 par un arbitrage de Louis IX ; mais, Henri le Blondel, qui était le petit-fils du comte Henri l’Aveugle, jouissait d’appuis dans le Namurois et conserva le comté jusqu’en 1264. Ce prince avait à son service, en novembre 1265, un gradué : maître Raoul, chanoine de Notre-Dame à Huy, dont on ne sait rien, sinon qu’il mourut un 15 décembre150.

  • 151 Cfr notice no 221.
  • 152 Cfr notice no 712.

49Quant à Henri VI de Luxembourg, il eut un règne très court puisqu’il succéda à son père le 24 décembre 1281 et mourut le 5 juin 1288 à Wœringen. Il a déjà été question à plusieurs reprises des universitaires de l’entourage du comte Henri VII de Luxembourg et de son épouse Marguerite de Brabant, puisque ce prince devint, en novembre 1308, roi des Romains. Il faut donc citer simplement pour mémoire les noms des maîtres Henri de Jodoigne et Gilles de la Marcelle, deux clercs d’origine brabançonne, et celui de maître Simon de Marville, issu d’une famille vassale des Luxembourg. Après la mort de l’empereur Henri VII (24 août 1313), ces trois collaborateurs ne mirent pas, on l’a vu, leur activité au service du nouveau comte Jean Ier, dit l’Aveugle, qui était aussi, depuis le 7 février 1311, roi de Bohême. Gilles de la Marcelle151 s’en vint vivre à Liège, tandis que Simon de Marville152 décida de parfaire sa formation intellectuelle en prenant ses grades en théologie.

  • 153 Cfr notice no 408.
  • 154 Cfr notice no 594.

50Jean Ier de Bohême, dit l’Aveugle, eut néanmoins à son service des universitaires prébendés dans le diocèse de Liège. Maître Jean, fils d’Arnould d’Arlon153, doctor utriusque iuris, et maître Nicolas de Luxembourg154, licencié en lois, détenaient tous deux, entre autres bénéfices, un canonicat à Saint-Lambert de Liège.

4° Les familles de Gueldre et de Hollande

51Ces deux familles lotharingiennes n’eurent pas habituellement recours aux services de gradués liégeois ; il est vrai qu’exception faite pour une part minime du comté de Gueldre, leur principauté ne relevait pas au spirituel de l’évêque de Liège. On ne peut cependant négliger de mentionner les quelques universitaires repris dans cette étude, qui vécurent dans l’entourage des princes de ces familles.

  • 155 Pour ce qui concerne l’histoire de cette principauté, il convient de se reporter à l’étude de W. J. (...)
  • 156 Au sujet du comte, voir H. Verbeek, Graf Otto II. von Geldern (1229-1271), Munster, 1910.
  • 157 Cfr notice no 239.
  • 158 Cfr à ce sujet pp. 244-245.
  • 159 Cfr notice no 98.
  • 160 1249-1267.
  • 161 H. Camps, De stadrechten van Graaf Willem II van Holland..., Utrecht, 1948, pp. 22-96 (édition pp.  (...)

52La famille de Gueldre, qui dirigeait un territoire compris entre le nord du Rhin et de la Meuse155, eut très rapidement conscience de l'utilité des titres universitaires, puisque Godefroid de Gueldre, fils du comte Othon II156, avait lui-même fait des études supérieures157. C’est lui qui fut jusqu’en 1261 le collaborateur le plus efficace de son oncle l’élu Henri de Gueldre dans le gouvernement tant spirituel que temporel du diocèse et du pays de Liège158. Tandis que son fils secondait à Liège un autre membre du lignage, le comte Othon II engagea à son service un ancien notaire de son grand-père Henri Ier de Brabant. Maître Daniel de Wavre159 était en relations avec le comte de Gueldre depuis décembre 1231, mais séjourna en Brabant au moins jusqu’en décembre 1244. Il partagea à partir d’alors son temps entre la cour de Gueldre, celle de Hollande et l’entourage d’Henri Ier de Vianden, évêque d’Utrecht160. C’est à la demande de Guillaume (II) de Hollande, futur roi des Romains, que, le 23 novembre 1245, il rédigea, conjointement avec le chancelier Lubbert, la charte urbaine de Haarlem161. Il figure d’ailleurs parmi les témoins de cet intéressant document.

  • 162 Au sujet de ce comte, voir P. Bonenfant, Brabant en Gelre voor en na Woeringen, pp. 265-268.
  • 163 Cfr notice no 503.

53Le comte Renaud (Ier) de Gueldre162 succéda à son père le 10 janvier 1271. Il avait dans sa « mesnie » un universitaire d’origine champenoise : maître Jean de Reims163. Ce dernier était prévôt de Saint-Jean l’Évangéliste, chanoine de Saint-Denis et de Saint-Lambert à Liège ; il faisait néanmoins de fréquents séjours à la cour gueldroise.

  • 164 Cfr notice no 6 et A. Joris, dans Biogr. nat. Belg., t. 32, 1964, coll. 751-756.
  • 165 Au sujet de ce comte de Hollande, voir H. Obreen, Floris V, graaf van Holland en Zeeland, Gand, 190 (...)
  • 166 J. de Sturler, Les relations politiques et les échanges commerciaux entre le duché de Brabant et l’ (...)
  • 167 Cfr pp. 252 et 291.

54La collaboration de maître Daniel de Wavre avec Guillaume (II) et Florent (V) de Hollande a déjà été mentionnée, mais il convient de citer aussi, parmi les clercs attachés à cette famille comtale, un autre gradué prébendé dans le diocèse de Liège. Le juriste bolonais Adolphe de Waldeck164 était chanoine de Notre-Dame à Maastricht, de Saint-Lambert à Liège, de Saint-Pierre à Cologne et prévôt de la cathédrale d’Utrecht. C’est lui que Florent V165 envoya en octobre 1294 comme chargé de mission auprès du roi Édouard Ier ; ces deux princes, furent, en effet, jusqu’en janvier 1296 alliés dans la guerre qui opposait le roi d’Angleterre à Philippe IV le Bel166. Le 1er septembre 1301, Boniface VIII installa sur le siège épiscopal de Liège maître Adolphe de Waldeck, qui était son chapelain d’honneur167.

C. Les rois de France et les princes français

  • 168 Cfr à ce sujet B. Guillemain, La cour pontificale..., pp. 75-80.

55On sait qu’à partir de 1305, les papes ne résidèrent plus en Italie. Après son élection, le gascon Clément V erra dans le midi français, — il résida successivement à Bordeaux, Poitiers et enfin Avignon, — afin d’avoir le temps de régler différentes affaires avec Philippe IV le Bel. Les démarches relatives à celles-ci et la convocation du concile de Vienne obligèrent le pape à retarder constamment son départ pour Rome. Clément V se fixa alors en Avignon, ville angevine située à proximité du Comtat-Venaissin, qui était une possession pontificale depuis 1274 ; il mourut le 20 avril 1314 dans une localité campagnarde proche de la cité rhodanienne168.

56Son successeur Jean XXII, élu le 7 août 1316, était évêque d’Avignon. C’est donc cette cité qu’il choisit comme lieu de résidence pour la curie pontificale. Les services apostoliques se trouvèrent à partir de ce moment installés à la frontière même du royaume de France, sous la protection en quelque sorte des souverains de cet État. Philippe IV le Bel, ses trois fils qui régnèrent après lui, puis Philippe VI de Valois profitèrent évidemment de ce fait pour faire accorder à des clercs français de nombreux bénéfices ecclésiastiques. Ces derniers étaient parfois situés dans le diocèse de Liège.

57Mais, dès avant l’installation de la papauté en Avignon, des gradués du nord du royaume de France obtinrent des prébendes liégeoises. La très grosse majorité d’entre eux étaient protégés par la famille Dampierre.

1° L'entourage royal

58Il sera question dans ce paragraphe de membres de familles princières descendant des rois de France : Louis VIII, Louis IX, Philippe III le Hardi et Philippe IV le Bel.

  • 169 Cfr notice no 598.
  • 170 Cfr notice no 500.
  • 171 C’était la petite-fille de Charles II d’Anjou-Sicile (petit-fils de Louis VIII) et de Marie de Hong (...)
  • 172 Cfr notice no 721.

59Louis de Bourbon, comte de Clermont et petit-fils de Louis IX, avait dans sa « mesnie » maître Nicolas de Noisy169 ; en 1316, ce gradué détenait entre autres bénéfices une prébende à Saint-Paul de Liège. Philippe, comte palatin de Bourgogne et de Poitiers, était le second fils du roi Philippe IV le Bel. Au moment où il fut régent du royaume de France après le décès de son frère le roi Louis X le Hutin, ce prince eut notamment recours aux services d’un licencié en droit civil : maître Jean de Plailly170. Celui-ci est cité en 1316 avec le titre de chanoine prébendé de Saint-Lambert à Liège. La veuve du roi Louis X, Clémence d'Anjou171, avait, elle, engagé comme chapelain maître Thibaut de Meaux172, chanoine de Notre-Dame à Huy.

  • 173 Cfr notice no 64.
  • 174 Cfr notice no 627.

60Philippe de Valois, petit-fils du roi Philippe III le Hardi, était comte du Maine, d’Anjou, d’Alençon et de Chartres ; il devint roi de France en 1328. Ce prince avait, dès 1327, pris comme conseiller maître Baudouin de Bailly173, doctor utriusque iuris et doyen de Saint-Denis à Liège ; ce dernier le servait encore en septembre 1342. Un autre gradué prébendé dans le diocèse de Liège, maître Pierre de Coulmiers174 servit également ce souverain à partir de 1329.

  • 175 P. Fournier, Statuts et privilèges des universités françaises, t. 1, pp. 43-53.
  • 176 Hocsem, éd. Kurth, p. 144.
  • 177 Cfr notice no 5.
  • 178 Cfr notice no 11.
  • 179 BerlièreVan Isacker, Lettres de Clément VI, no 1361, 1363 et 1397. C’est le même souverain franç (...)

61Aucun des universitaires cités dans l’entourage des rois de France ne vint résider dans notre diocèse. Ces souverains étrangers exercèrent cependant une certaine influence sur la politique liégeoise. Quand parvint en France la nouvelle du décès à Rome de l’évêque Thibaut de Bar († 29 mai 1312), maître Adolphe de la Marck étudiait encore à Nevers, où enseignaient alors les juristes Orléanais175. Fils d’un comte westphalien, ce gradué se rendit aussitôt à la cour royale de France et se fit délivrer par Philippe IV le Bel une lettre de recommandation à l’intention de Clément V176. Le pape gascon ne pouvait rien refuser au roi de France ; il accorda l’évêché de Liège à Adolphe de La Marck, et cela malgré l’élection de Guillaume de Julémont par le chapitre cathédral177. Le neveu de ce prélat, Englebert de La Marck178, utilisa le même procédé pour obtenir sa confirmation comme évêque de Liège. C’est, en effet, grâce à l'intervention de Philippe VI de Valois que ce fils du comte Englebert (II) de La Marck put, le 23 janvier 1345, succéder à son oncle, et cela bien que sa candidature ait été combattue à la curie pontificale par des délégués du chapitre Saint-Lambert179.

  • 180 Cfr notice no 6.
  • 181 Notamment dans l’affaire de la cession de Malines, voir à ce sujet les pp. 264-265.
  • 182 Englebert de La Marck avait été transféré à l’archevêché de Cologne.
  • 183 Fierens, Lettres d’Urbain V, 1, p. 470 note 2.
  • 184 Cfr notice no 407.

62Fils de Jean II, seigneur de Barbençon, maître Renaud180 fut un collaborateur efficace de l’évêque Englebert181. Cet universitaire hennuyer suivit l’exemple des deux membres de la famille comtale de La Marck, qui avait obtenu l’évêché grâce à l’intervention des rois de France : Philippe IV et Philippe VI. En 1364, il tenta donc de se faire accorder le siège épiscopal de Liège182 grâce à la recommandation de Charles V de Valois183 Cette supplique royale ne fut cependant pas suivie d’effets, puisque c’est maître Jean d’Arkel, évêque d’Utrecht, qui fut transféré à Liège184.

2° Les familles de Courtenay et de Dampierre

  • 185 Cfr aux pages 120-121, le paragraphe intitulé : Les notaires d'Henri l'Aveugle.
  • 186 Contrairement à ce que pensait M. Walraet (ouvr. cité à la note suivante), F. Vercauteren (Gisleber (...)
  • 187 M. Walraet, Actes de Philippe Ier, dit le Noble, pp. 45-46, 87-89 : le chanoine Ghislain, qui porte (...)

63En 1190, le comté de Namur devint possession des Hainaut. Alors qu’Henri l’Aveugle avait eu recours aux services de gradués prébendés dans les chapitres namurois185, Baudouin V de Flandre et de Hainaut et Philippe 1er le Noble, — qui fut aussi régent du comté de Flandre (1208-121 1), — se servirent essentiellement pour l'administration et la chancellerie du Namurois de clercs hennuyers ou flamands, qui travaillèrent peut-être sous la direction de Gislebert de Mons186. Aucun gradué prébendé dans le diocèse de Liège n’est, en effet, cité, dans l’entourage de Philippe Ier le Noble187.

  • 188 Au sujet du gouvernement du comté de Namur à partir du XIIIe siècle, voir l’article de J. Bovesse, (...)
  • 189 Cfr notice no 396.
  • 190 Cfr à son sujet J. Milmeister, Le déclin et l’extinction de la maison de Vianden, dans Hémecht, t.  (...)
  • 191 Cfr notice no 204. Treiste est un lieu-dit situé près de Beaurepart à Liège.
  • 192 Cfr J. Milmeister, op. cit. (tableau généalogique) et J. Vannerus, Les comtes de Salm..., p. 64 : l (...)
  • 193 Cfr notice no 716. Ce gradué sera ensuite protégé par Guillaume de Nassau, roi des Romains.

64Philippe (II) de Courtenay hérita du comté de Namur de sa mère Yolande de Hainaut, sœur de Philippe le Noble, comte et marquis de Namur, et épouse de Pierre de Courtenay, empereur de Constantinople. Issu d’une famille descendant de Louis VI, roi de France, et détenant aussi les comtés d’Auxerre et de Tonnerre, ce prince dirigea le Namurois de juin 1216 à 1226. Il avait choisi pour le seconder dans son gouvernement188 maître Jean, coûtre de Saint-Aubain et chanoine de Saint-Pierre-au-Château à Namur189. Ce gradué vivait toujours en 1242 ; il servit donc probablement aussi les successeurs du comte Philippe II, qui sont ses frères et soeur : Henri II (1226-1229), Marguerite (1229-1237) et Baudouin de Constantinople (1237-1262). Marguerite de Courtenay, qui gouverna donc le comté de Namur, de 1229 à 1237 durant l’absence de son frère l’empereur de Constantinople, était l’épouse du comte Henri (I) de Vianden190. Cette comtesse avait à son service un gradué d’origine bourgeoise : maître Gérard de Treiste191. Elle demanda pour lui au pape Innocent IV deux promesses de bénéfices en 1248 et en 1252. À la même époque, Conrad de Hochstaden, archevêque de Cologne et neveu du comte Henri de Vianden192, protégeait lui un parent du chapelain de Marguerite : maître Simon de Treiste193.

  • 194 Cfr Ch. Duvivier, La querelle des d’Avesnes et des Dampierre, t. 1, pp. 272 et sv.
  • 195 L’empereur Baudouin de Courtenay avait cédé le comté de Namur à son fils Philippe, le 16 octobre 12 (...)

65Il a déjà été signalé qu’Henri V le Blondel, comte de Luxembourg et petit-fils d’Henri l’Aveugle, avait été investi du comté de Namur par Jean d’Avesnes en juillet 1253 ; cette cession n’est évidemment qu’une des péripéties de la querelle qui opposa, au milieu du XIIIe siècle, les fils de Marguerite de Constantinople194. Dix ans plus tard, le 19 mai 1263, Guy de Dampierre réussit néanmoins à se faire reconnaître comme comte de Namur, après avoir acheté les droits sur cette principauté que possédait Philippe de Courtenay195.

***

  • 196 Cfr Ch. Duvivier, La querelle des d'Avesnes et des Dampierre.
  • 197 Cfr notice no 35 : il était alors dispensé de la résidence à Liège.
  • 198 Duvivier, op. cit., t. 1, pp. 252-256 ; t. 2, pp. 371-372 no 217.
  • 199 Un litige opposait la comtesse Marguerite à Guillaume de Hollande, roi des Romains, qui retenait co (...)
  • 200 Cfr notice no 35.

66Étudions maintenant l’entourage des princes de la maison Dampierre, en notant que, déjà au milieu du XIIIe siècle, Marguerite de Constantinople avait eu recours aux services d’un gradué prébendé dans le diocèse de Liège. On sait que cette comtesse de Flandre et de Hainaut passa une partie importante de son existence à défendre les intérêts des fils qu’elle avait eu de Guillaume, fils de Guy de Dampierre, sénéchal de Champagne ; elle voulait évidemment dans ce cas défavoriser les enfants issus de son premier mariage avec Bouchard, seigneur d’Avesnes-en-Condé196. Marguerite de Constantinople avait donc dans son entourage un clerc originaire de Gand : maître Arnould, qui était depuis 1247 chanoine de Saint-Lambert à Liège197. En 1254, ce dernier fut envoyé comme ambassadeur à la curie pontificale198 pour tenter d’obtenir d’innocent IV qu'il désignât un légat favorable aux intérêts des Dampierre199. Peu après cette mission, maître Arnould de Gand quitta la « mesnie » de Marguerite de Hainaut et de Flandre pour venir résider à Liège, où il est cité avec le titre d’official en 1262 et 1263200.

  • 201 L’article intitulé Les légistes en Flandre aux XIIIe et XIVe siècles, est signé par J. Gilissen, ma (...)
  • 202 Il n’est donc pas tenu compte des universitaires dont on a pu préciser la nature des études et qui (...)
  • 203 Marguerite de Constantinople mourut le 10 février 1280.
  • 204 Voir à ce sujet, les pp. 249-250.

67Les légistes flamands ont fait l’objet des recherches de R. Pirenne et J. Gilissen201. Les universitaires formés à la pratique du droit romain ou civil202 apparaissent dans l’entourage comtal à partir du règne de Guy de Dampierre. Ce prince, déjà comte de Namur, porta le titre de comte de Flandre dès le 29 décembre 1278203. Son fils Jean de Dampierre, dit de Flandre, doctor decretorum bolonais, fut évêque de Liège de 1282 à 1291. Ce fait augmenta bien sûr l’ascendant de cette famille française qui intervint plus facilement encore dans les territoires de l’ancienne Lotharingie. La présence de ce gradué issu du lignage des Dampierre sur le siège épiscopal de Liège a aussi permis à des universitaires flamands de venir occuper dans le diocèse différentes fonctions importantes204. Il ne sera toutefois question ici que des quelques clercs prébendés à Liège qui ont participé à l’administration des comtés de Flandre et de Namur.

  • 205 En 1287, c’est aussi un gradué originaire de Douai qui est prévôt de Saint-Aubain à Namur, il s’agi (...)
  • 206 Cfr notice no 428.
  • 207 Il est cité comme official de Liège à partir de cette date.
  • 208 Au sujet de ce gradué malinois, voir la notice no 270.
  • 209 Cfr notice no 347.
  • 210 Cfr notice no 480.

68Cinq gradués205 du diocèse de Liège participèrent aux travaux de la curia comitis de Namur de 1263 à 1350. Cité dès mai 1271 avec le titre de chanoine de Saint-Aubain à Namur, maître Jean des Canges206 fut toujours un allié inconditionnel des Dampierre ; le comte Guy lui versait d’ailleurs une pension annuelle de 60 livres tournois. Cet universitaire ne dut collaborer au gouvernement du Namurois que jusqu’en septembre 1274207 ; mais, après cette date, il fut à Liège le défenseur actif des intérêts de Guy de Dampierre et cela même après la mort du fils du comte, l’évêque Jean. Il fut, en effet, un ardent soutien de Guillaume Berthout208, rival de Guy d’Avesnes pour le siège épiscopal de Liège. Maître Henri de Poilvache209, chanoine de Saint-Aubain à Namur, représenta les intérêts de Guy de Dampierre en 1278-1281, quand il s’est agi de régler le conflit connu sous le nom de « guerre de la vache de Ciney ». Celui-ci opposait l’évêque Jean d’Enghien, un allié des Avesnes, au comte de Namur. Maître Jean de Lille210 vint à Liège dans la suite du canoniste Jean de Dampierre, avec qui il avait étudié le droit à Bologne. Ce juriste disparaît des sources liégeoises en 1294, peu après donc le décès de son patron ; il fut, en effet, appelé à Namur par le comte Guy pour assumer une fonction de direction à la chancellerie comtale. Maître Jean de Lille, qui ne porte cependant jamais le titre de chancelier, est encore cité dans les actes du début du règne de Jean 1er (1298-1330).

  • 211 C’est un fils issu du mariage de Guy de Dampierre avec Mathilde de Béthune qui hérita du comté de F (...)
  • 212 Cfr notice no 284. Voir aussi la biographie détaillée que J. Balon a rédigée au sujet de ce gradué  (...)
  • 213 Cfr notice no 463.

69Ce jeune dynaste est issu du second mariage du comte Guy avec Isabelle de Luxembourg. Il est l’initiateur de la branche cadette des Dampierre qui gouvernera le comté de Namur jusqu’en 1429211. Ce n’est qu’au milieu du XIVe siècle que l’on va retrouver des universitaires dans l’entourage des comtes de Namur. Voici les deux gradués repérés avant 1350. Né dans une famille scabinale namuroise, maître Guillaume Masson212, écolâtre et doyen, puis prévôt de Saint-Aubain, est cité avec le titre de receveur du comté de 1345 à [mai 1364-février 1367]. On sait que ce gradué fut ensuite choisi comme chancelier par le comte Guillaume 1er le Riche, qui lui demanda aussi de siéger dans son conseil. Maître Guillaume n’abandonna ses fonctions curiales qu’à son décès survenu en juin 1381. Quant à maître Jean de Ham213, il était en 1350 receveur du douaire de Marie de Conches, veuve du comte Jean 1er. Cet universitaire était l’époux d’une bourgeoise namuroise prénommée Marguerite et fut nommé échevin de Namur en 1364, peu de temps donc avant le décès de la comtesse qui le protégeait († 22 janvier 1366).

  • 214 Cfr notice no 190.

70Passons maintenant en revue les gradués prébendés dans le diocèse de Liège qui ont servi les comtes de Flandre de la famille Dampierre. Chanoine de Saint-Paul à Liège et coûtre de Fosses, maître Gérard de Ferlin214 vécut à Liège dans l’entourage de l’évêque Jean de Dampierre, à qui il servit de secrétaire durant tout son épiscopat. En 1291, il passa au service du père du prélat défunt : Guy de Dampierre. Ce prince lui fit alors obtenir la prévôté de Saint-Pierre à Douai et des prébendes à Saint-Pierre de Lille et à Saint-Donatien de Bruges.

  • 215 Cfr notice no 186.
  • 216 Au sujet de ces événements, voir Fr. FunckBrentano, Philippe IV le Bel en Flandre, 1897, pp. 379 (...)

71C’est pourtant un universitaire uni à la famille comtale de Dampierre par des liens particuliers qui joua le rôle le plus important en Flandre à cette époque. Fils du comte Guillaume de Juliers, maître Guillaume215 était par sa mère le petit-fils de Guy de Dampierre, comte de Flandre et de Namur. Prévôt de Saint-Servais à Maastricht depuis 1299, puis prévôt de Notre-Dame d’Aix et archidiacre de Hainaut, cet universitaire formé à Bologne participa activement au soulèvement de la Flandre contre le roi Philippe IV le Bel. Il vint en réalité prêter main forte à ses oncles Robert de Béthune et Jean de Namur, pendant la détention du comte Guy de Dampierre, prisonnier à Paris depuis 1300216. Immédiatement après le massacre de la garnison de Bruges, le 18 mai 1301, maître Guillaume de Juliers prit la tête des milices urbaines, qui avaient toujours été de fidèles alliées de son grand-père le comte Guy. Il dirigea ces troupes aux combats de Courtrai et de Cassel, mais perdit la vie à la bataille de Mons-en-Pévèle, le 18 août 1304, alors qu’il venait d’être élu, au mois d’avril, archevêque de Cologne.

  • 217 Cfr notice no 48 et Gilissen, op. cit., pp. 148-150.

72Guy de Dampierre mourut à Paris le 7 mai 1305. Son fils Robert (III) de Béthune dirigea le comté de Flandre jusqu’au 17 septembre 1322. Ce prince fut secondé par plusieurs légistes ; un de ceux-ci, maître Baudouin de Zonnebeke217 détenait un canonicat à Saint-Paul de Liège. Ce professor legum fit au moins un séjour dans cette cité, mais il fut surtout, à partir de 1315, un ambassadeur diligent du comte de Flandre. On le trouve ainsi en juillet 1315 à Paris, en octobre 1317 en Avignon et en 1324 en Angleterre. Il servit donc aussi le comte Louis (I) de Nevers qui dirigea le comté de septembre 1322 jusqu’à son décès survenu à Crécy le 25 août 1346.

  • 218 Cfr notice no 241.
  • 219 Cfr notice no 265 et P. Thomas, Le registre de Guillaume d’Auxonne, chancelier de Louis de Nevers, (...)
  • 220 Cfr notice no 426 ; Gilissen, op. cit., p. 162.
  • 221 Cfr notice no 421.
  • 222 Au sujet de ce prélat, voir Guillemain, La cour pontificale d'Avignon, pp. 249-251.
  • 223 Cfr notice no 719 et Gilissen, Legisles..., pp. 169-172.
  • 224 J. Buntinx, L'origine de l’audience des comtes de Flandre, pp. 210-222. Le même auteur (De Audiënte (...)

73On relève, dans l’entourage de ce prince, trois autres légistes prébendés dans le diocèse de Liège. Citons d’abord maître Godefroid de Jandrain, chanoine de Saint-Denis à Liège et de Notre-Dame à Huy218. D’origine bourguignonne et professor utriusque iuris, Guillaume d’Auxonne219 commença sa carrière bénéficiale à Saint-Martin de Liège. Il ne semble pourtant jamais avoir résidé dans cette cité, et cela contrairement à un autre légiste qui servit Louis de Nevers : maître Jean de Cadzant220. Ce dernier passa une partie de son existence à Liège, où il fut official de 1326 à 1330 et un conseiller de l’évêque Adolphe de La Marck. Il retourna pourtant vivre, dès 1334, en Flandre où il est d’ailleurs cité parmi les membres du conseil comtal jusqu’en 1343. De plus, Marguerite de Valois, fille de Philippe VI, roi de France, et épouse de Louis de Nevers, protégeait en 1352 maître Jean Blankart221, théologien sorbonnard d’origine gantoise. Ce dernier passa ensuite dans la « mesnie » du cardinal Guy de Boulogne-Auvergne222, fils du comte Robert (VII) de Boulogne, mais vécut aussi à Liège. Il fut, en effet, doyen du chapitre cathédral de 1363 à 1379 au moins. Plus tard (1381), maître Jean Blankart retourna à Paris et devint chancelier de l’Université. Enfin, maître Testard de la Wastine223 était chanoine de Saint-Lambert à Liège, dispensé de la résidence. Il siégea au conseil de Louis (II) de Mâle de 1349 à 1380. Ce légiste participa aussi aux travaux de l’Audience comtale, qui était le tribunal supérieur du comté de Flandre224.

D. Les villes

  • 225 Le rôle social des juristes dans les villes méridionales au moyen âge, dans Annales Fac. Lettres et (...)
  • 226 Les hommes de loi lyonnais à la fin du Moyen Age. Étude sur les origines de la classe de robe, Pari (...)
  • 227 Lawyers and Statecraft in Renaissance Florence, Princeton (New Jersey), 1968. Une partie importante (...)

74Des auteurs, tels que A. Gouron225, R. Fédou226 et L. Martines227, ont remarquablement mis en évidence le rôle essentiel que les légistes ont joué dans le gouvernement des villes méridionales à partir de la fin du XIVe siècle. Les hommes de lois ne furent évidemment pas absents des administrations urbaines des régions du nord. On notera cependant que le terme chronologique choisi pour cette étude (1350) ne permet pas d’arriver à des conclusions d’ensemble valables, car seuls quelques universitaires liégeois participèrent, entre 1275 et le milieu du XIVe siècle, à la gestion et à l’administration de villes de nos contrées.

  • 228 Cfr pp. 190-192.

75Les maîtres qui furent échevins de Liège, de Namur et de Louvain, ont été étudiés dans le paragraphe consacré aux gradués laïques. On sait donc maintenant que c’est dès le début du XIVe siècle que des légistes ont occupé des sièges scabinaux dans les villes du diocèse de Liège228.

  • 229 Voir à ce sujet Gilissen, Les légistes en Flandre..., pp. 178 et sv. ; W. Prevenier, Ambtenaren in (...)
  • 230 Cfr notice no 71.
  • 231 Cfr notice no 426.
  • 232 Cfr notice no 381.
  • 233 Cfr notice no 414.

76Il est loin d’être rare en Flandre que des légistes de la curia comitis aient mis également leur activité au service des magistrats urbains229. En effet, maître Baudouin de Zonnebeke230, legum professor et conseiller de Robert de Béthune et de Louis de Nevers (1315 à 1329), représenta deux fois les intérêts de la ville de Gand : en 1319, à la curie pontificale, et, en 1323-1324, en Angleterre. Il n’est pas possible de déterminer avec exactitude les missions qu’il était chargé de remplir au nom des dirigeants gantois. Quant à maître Jean de Cadzant231, qui fut official de Liège de 1326 à 1330, il fut utilisé par la ville de Bruges dans différentes affaires. En 1331-1332, il négocia à la cour de France le volume des impôts à fournir par cette communauté urbaine et, en 1335, il tenta d’interjeter appel au tribunal de la Rote pour le règlement d’un litige opposant les Brugeois à l’évêque de Tournai. A partir d’août 1334, maître Jean de Cadzan fit partie de la curia comitis. Des villes flamandes choisirent aussi de collaborer avec des gradués prébendés dans le diocèse de Liège, qui n’appartiennent pas à l’entourage comtal. Ainsi maître Jacques Muset232 professor legum et chanoine de Saint-Lambert, est fréquemment cité dans les comptes de la ville de Bruges de 1298 à 1335, tandis que maître Jean Balkaerd233, chanoine prébendé d’Andenne, était en 1316 au service des magistrats de la même localité.

  • 234 Gilissen, op. cit., pp. 181-182.
  • 235 Cfr notice no 158.
  • 236 Cfr notice no 16.
  • 237 Voir au sujet de l’action de ces deux universitaires laïques, les pp. 189-190.

77Le recours à des universitaires n’est pas une exclusivité des magistrats urbains du comté de Flandre. Bien sûr, on ne connut pas à Liège, avant 1350, l’institution du clerc de ville : ce dernier était le fonctionnaire rémunéré le plus important de la communauté urbaine. À partir de 1270, certaines villes flamandes engagèrent des universitaires pour assumer cette charge234. Néanmoins, dès 1284, un gradué du nom de Gauthier de Hannut235 siégea au conseil des jurés de la cité épiscopale. De plus, André de Ferrières236, un autre laïc qui était licencié utriusque iuris, prit, en 1325, la tête du soulèvement de la même ville contre l’évêque Adolphe de La Marck. C’est en tant que délégué du conseil des jurés qu’il partit en mars-avril 1328 pour la curie pontificale, afin de convaincre le pape Jean XXII de la justesse de la cause du magistrat liégeois en révolte contre le prince237.

  • 238 Cfr notice no 457.
  • 239 Hocsem, éd. Kurth, p. 161.
  • 240 P. Avonds, Jan van Hocsem en Leuven, dans R.H.D., t. 38, 1970, pp. 191-194.
  • 241 Gilissen (op. cit., pp. 181-182) a bien montré le rôle joué par certains légistes comme conseiller (...)

78Maître Jean de Hocsem238 était issu d’un lignage branbançon d’origine ministérielle ; le légiste joua un rôle primordial dans la vie politique liégeoise jusqu’en 1348, mais s’intéressa aussi durant toute son existence à sa région natale. En 1315, quand les membres du chapitre cathédral de Saint-Lambert quittèrent la cité en même temps que l’évêque Adolphe de La Marck, c’est tout naturellement à Louvain que ce juriste alla momentanément résider239. Dans des comptes encore inédits de cette ville et conservés seulement à partir de 1345-1346, P. Avonds a découvert la preuve que maître Jean de Hocsem touchait, à la fin de sa vie, une petite rente240. Elle lui était versée par le magistrat urbain, très probablement en dédommagement pour services rendus. On ne sait malheureusement pas depuis quand le légiste touchait cette rétribution. Jean de Hocsem était retenu par des occupations absorbantes à Liège et n’était donc pas attaché réellement à l’administration louvaniste, mais les membres de celle-ci venaient sans aucun doute le consulter quand un problème juridique délicat se posait à eux.241

E. Le rôle politique des universitaires : quelques éléments à retenir

79Après 1200, comme au XIIe siècle déjà, les Empereurs et rois des Romains ont placé les clercs de leur chancellerie dans des chapitres du diocèse de Liège. L’institution privilégiée à cet égard resta sans conteste possible la collégiale Notre-Dame d’Aix, qui a compté parmi ses membres : maîtres Conrad de Querfurt, Henri le Moine de Bilversheim, Henri de Klingenberg, Wigbolt de Holte, Gerlach de Bongard. C’est cependant au chapitre cathédral de Liège que Rodolphe de Habsbourg a fait obtenir une prébende à son notaire maître André de Rode et Adolphe de Nassau à son conseiller et parent maître Emichon de Sponheim. De plus, l’empereur Henri VII de Luxembourg avait dans son entourage trois gradués prébendés dans le diocèse de Liège : deux Brabançons, Gilles de La Marcelle et Henri de Jodoigne, et un Lorrain, Simon de Marville.

80Les grandes familles nobles ont compris très tôt le parti qu’elles pouvaient tirer des universitaires. La meilleure preuve de ce fait est que des lignages ducaux, comtaux et seigneuriaux importants ont envoyé certains de leurs fils faire des études supérieures à l’étranger. Citons pour mémoire les noms de Godefroid de Gueldre, Jean de Dampierre, Guillaume et Waléran de Juliers, Jean d’Enghien, Guillaume Berthout, Jean et Gérard de Cuyck. C’est aussi à un gradué célèbre Henri Bate que Jean d'Avesnes confia l’éducation de son fils Guy.

  • 242 H. Pirenne, La chancellerie et les notaires des comtes de Flandre avant le XIIIe siècle, spécial, p (...)
  • 243 G. Smets, Henri Ier, duc de Brabant, 1190-1235, spécial, pp. 266 et sv.
  • 244 F. L. Ganshof, Die Rechtsprechung des gräflichen Hofgerichtes in Flandern..., pp. 163-177.
  • 245 D. Th. Enklaar, De opkomst van den grafelijken Raad in Holland, pp. 16-30.
  • 246 L. Genicot, Le premier siècle de la curia de Hainaut, pp. 39-60.
  • 247 Ch. Kerremans, Études sur les circonscriptions judiciaires et administratives du Brabant..., spécia (...)
  • 248 M. Martens, L’administration du domaine ducal en Brabant au Moyen Age. (1250-1406), spécial, pp. 19 (...)
  • 249 D. D. Brouwers, L’administration et les finances des comtes de Namur, t. 2/1, pp. CI et sv.
  • 250 W. Prevenier, La chancellerie des comtes de Flandre..., pp. 63-68, 92-93.

81Des travaux de Pirenne242, Smets243, Ganshof244, Enklaar245, Génicot246, Kerremans247, Martens248, Brouwers249 et Prévenier250 ont notamment montré qu’au début du XIIIe siècle, les notaires au service des princes lotharingiens assuraient encore l’administration domaniale. La chancellerie n’était donc pas alors une institution aux contours bien définis. Les clercs, qui la composaient, assumaient aussi différentes fonctions administratives et judiciaires : trésorier, receveur, enquêteur, secrétaire, fondé de pouvoir, conseiller, ambassadeur... Tout naturellement, c’est à des gradués universitaires que les princes songeaient le plus souvent pour exercer ces différents rôles, c’est à eux que furent confiées les charges de direction, les postes de responsabilité et les missions délicates. Ainsi, maître Renier de Hocsem fut protonotaire ducal du Brabant de 1210 à 1232, tandis que maître Henri de Poilvache négocia, de 1278 à 1281, le règlement du conflit connu sous le nom de « guerre de la vache de Ciney » au nom de Guy de Dampierre.

  • 251 J. Gilissen, Les légistes en Flandre aux XIIIe et XIVe siècles, dans Bull. Comm. Royale Anc. Lois e (...)

82Entre 1190 et 1235, Henri Ier, duc de Brabant, n’eut pas recours aux services de moins de treize gradués. Parmi ceux-ci, les physici occupaient d’ailleurs une place de choix. Au XIIIe siècle, en effet, les maîtres in arte physicali assumèrent souvent diverses fonctions dans les cours lotharingiennes. La pratique médicale était interdite à ces clercs, mais la formation générale qu’ils avaient acquise à l’Université leur permettait de se faire apprécier par les dynastes. Ainsi, c’est un physicus Daniel de Wavre qui rédigea, en novembre 1245, la charte urbaine de Haarlem. À partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, les universitaires repérés dans l’entourage des princes furent beaucoup plus souvent des juristes. Ce changement de recrutement a échappé au seul historien qui ait étudié de manière systématique l’entourage d’une dynastie de nos contrées : celle des Dampierre. J. Gilissen251 a, en effet, limité sa recherche aux seuls légistes flamands. Ces derniers n’apparaissent d’après lui à la cour comtale de Flandre qu’à partir du règne de Guy de Dampierre, plus précisément en 1279.

83En général, le savoir-faire des universitaires leur permit de servir plusieurs générations de princes. Quand, cependant, le successeur de leur premier maître préférait renoncer à leur collaboration, les clercs bien formés au point de vue intellectuel n’avaient guère de peine à se reclasser à la cour des princes voisins. Ainsi, le légiste Henri de Jodoigne servit, durant sa longue carrière, des membres des familles de Luxembourg, d’Avesnes, de Bavière et de Louvain. Le physicus Daniel de Wavre mit son activité au service des ducs de Brabant, des comtes de Hollande et de Gueldre. Souvent aussi, les universitaires proches d’un souverain étaient sollicités par un prince ami de leur maître, afin qu’ils veillassent au maintien ou encore au renforcement d’une alliance déjà conclue. Je pense notamment aux relations existant entre deux proches collaborateurs d’Adolphe de Nassau, maîtres Wigbolt de Holte et Gerlach de Bongard, et le roi Edouard Ier d’Angleterre.

  • 252 Voir à ce sujet le livre de M. Martens (op. cit.) qui traite surtout de la mise en place du receveu (...)

84À partir de la fin du XIIIe siècle, les services administratifs des gouvernements principautaires vont se transformer, se rationaliser, et cela sans aucun doute sous l’impulsion des universitaires. Ceux-ci œuvraient alors, ne l’oublions pas, depuis un siècle environ dans les différentes chancelleries. La chapelle du Haut Moyen Age va se scinder en différents secteurs aux compétences déterminées, tels que la chancellerie, la recette ou trésorerie, le conseil, la cour féodale et la cour de justice252.

  • 253 p. 198.

85A. Uyttebrouck a montré qu’après 1355, les clercs de la chancellerie brabançonne « n’ont pas uniquement été chargés de rédiger, de signer et d’expédier les actes ducaux »253. Souvent, ils furent envoyés en mission comme ambassadeur ou négociateur. Ce furent aussi, on l’a vu, des tâches fréquemment remplies avec succès, entre 1250 et 1350, par les gradués universitaires pour le compte de différents princes. Citons à titre d’exemple maître Adolphe de Waldeck qui fut, en 1294, envoyé par Florent (V) de Hollande comme plénipotentiaire à la cour d’Édouard (I) d’Angleterre. Les maîtres travaillant dans les chancelleries siégeaient aussi dans les conseils des différents princes. Les curiae se sont élargies par l’adjonction de techniciens du droit et de l’administration qu’étaient les légistes. Ainsi, maître Jean de Cadzant, ancien official de Liège et collaborateur de l’évêque Adolphe de La Marck, siégea au conseil de Louis de Nevers, comte de Flandre, de 1334 à 1343.

86Des gradués vivant dans l’entourage des différents princes jouèrent un rôle certain dans l’exercice de la justice. La formation juridique que beaucoup d’entre eux avaient acquise à l’Université les y préparaient tout particulièrement. Ainsi, maître Simon de Jodoigne, clerc issu d’une famille qui s’illustra par le nombre de ses fils universitaires, procéda à plusieurs reprises à des inquisitiones au nom du duc Jean Ier. À la tête des services de la recette de différents princes du XIVe siècle, on trouva également des universitaires. Ainsi maître Alard d’Oss fut à partir de 1335 le premier gradué à avoir eu la haute main sur l’administration de l’ensemble du domaine ducal brabançon. Mais d’autres maîtres liègeois assumèrent aussi des fonctions de trésorerie. Citons notamment maître Gilles de la Marcelle, trésorier du Romfahrt d’Henri VII, et maître Jean de Wambeek, receveur du duché de Limbourg sous le règne de la duchesse Jeanne Ire, de 1353 à 1371.

  • 254 H. Pirenne, Histoire de Belgique, t. 2, 3e éd., 1922, p. 142.

87Une fois de plus, le rôle joué par les universitaires dans la transformation des institutions gouvernementales des principautés de nos contrées, à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, doit être mis en relief. C’est grâce aux maîtres que les dynastes lotharingiens ont pu augmenter leur pouvoir personnel par « la centralisation de l’administration et l’extension continuelle de la seigneurie dans le courant du XIVe siècle »254.

Notes

1 Voir à ce sujet, pp. 111 et sv., ainsi que pp. 119 et sv.

2 L’entourage de Philippe IV le Bel a fait l’objet de nombreuses recherches, je me contenreai donc de citer ici les quatre études les plus récentes : J. Favier, Un conseiller de Philippe le Bel : Enguerrand de Marigny, Paris, 1963 ; F. J. Pegues, The Lawyers of the Last Capetians, Princeton (New Jersey), 1962 ; J. Favier, Les légistes et le gouvernement de Philippe le Bel, dans Journal des Savants, 1969, pp. 92-108 ; J. A. Mac Namara, Gilles Aycelin. The Servant of two Masters, Syracuse (New York), 1973.

3 Études sur la naissance des principautés territoriales en France, Bruges, 1948, p. 50. Le même auteur (p. 231) remarque : « bien que l’établissement d’une principauté territoriale suppose une révolution profonde, par laquelle la totalité des pouvoirs dans une région donnée passe des mains du roi aux mains d’un de ses sujets, c’est en quelques dizaines d’années que cette révolution s’opère, et ce non point sporadiquement mais dans toute la France, en Allamagne, en Italie, en un mot dans tout l’Empire ».

4 L’économie rurale namuroise au Bas Moyen Age, t. 1, La seigneurie foncière, Louvain, 1943, p. 11. Cet auteur est revenu sur cette question : La Lotharingie politique, dans Études sur les principautés lotharingiennes, Louvain, 1975, pp. 9-11.

5 Pour ce qui concerne l’étude des entourages des souverains qui se succédèrent à la royauté des Romains et à la tête de l’Empire, il convient évidemment de se reporter aux Regesta Impertí de Boehmer et consorts, au Handbuch der Urkundenlehre de H. Bresslau, à la série des Jahrbücher der deutschen Geschichte : E. Winkelmann (Philippe de Souabe, Otton IV de Brunswick et Frédéric II) et A. Hessel (Albert Ier de Habsbourg), ainsi qu’à l’ouvrage que O. Redlich a consacré à Rodolphe de Habsbourg (Innsbruck, 1903).

6 Cfr notice no 14 +.

7 E. Winkelmann, Philipp von Schwaben und Otto IV. von Braunschweig, t. 1. pp. 133-155, 167-171, 231-236, 265-271.

8 Au sujet de ce fils d’Henri le Lion, ancien rival de Frédéric Barberousse, voir E. Winkelmann, op. cit., t. 2.

9 E. Winkelmann, op. cit., 2, pp. 127-134.

10 Cfr H. Bresslau (†), Handbuch der Urkundenlehre, t. 1, 3e éd. (qui reproduit celle de 1912), 1958, pp. 562-563. Je signalerai néanmoins que maître Jean de Xanten, alors chanoine de Notre-Dame d’Aix, dont il sera question plus loin, est cité comme témoin dans deux actes d’Othon IV, datés du 30 janvier et du 10 février 1212 (BoehmerFicker, no 463 et 465). Ce gradué était en relations avec Conrad, chancelier impérial et évêque de Metz.

11 Cfr Annales Sancii lacobi Leodiensis (éd. Bethmann, dans M.G.H., SS., t. 16, pp. 654-655) au sujet des deux passages d’Othon à Liège en mai 1198 et avril 1199. Voir aussi Winkelmann, op. cit., 1, pp. 73, 82, 86, 134, 143.

12 Winkelmann, op. cit., 1, pp. 320-321 et 2, pp. 156, 295, 299-304, 330, 358-360, 367-370 ; Poncelet, Actes de Hugues de Pierrepont, pp. VII-VIII, XIII-XVIII.

13 BoehmerFicker, no 6098a ; Winkelmann, op. cit., 2, pp. 245-263.

14 Winkelmann, op. cit., pp. 289-334.

15 Le 27 juillet 1214. Au sujet de cette bataille, voir la récente mise au point de G. Duby, Le dimanche de Bouvines, Paris, 1973.

16 Cfr notice no 535. Ce gradué était un protégé de Conrad de Scharfenberg, évêque de Spire, puis de Metz, qui fut chancelier impérial d’Othon IV et de Frédéric II († 1224).

17 Cfr pp. 197 et 275.

18 Bresslau, Urkundernlehre..., 1, pp. 563-567 ; H. M. Schaller, Die Kanzlei Kaiser Friedrichs II..., dans Archiv für Diplomatik, t. 3, 1957, pp. 207-286 et t. 4, 1958, pp. 264-327 ; P. Zinsmaier, Die Reichskanzlei unter Friedrich II, dans Probleme um Friedrich II, Sigmaringen, 1974, pp. 135-166 ; ID., Studien zu den Urkunden Heinrichs (VII) und Konrads IV., dans Zeitschrift für die Geschichte der Oberrheins, t. 100, 1952, pp. 445-565.

19 Cfr notice no 334.

20 Cfr notice no 17.

21 Cfr notice no 333.

22 Cfr notice no 17.

23 O. Redlich, Rudolf von Habsburg, pp. 223, 651. É. Schoolmeesters a publié dans B.I.A.L., t. 33, 1903, pp. 1-44, un résumé des passages du livre de Redlich qui concernent le pays de Liège.

24 † 10 février 1280.

25 Au sujet des démêlés de la querelle qui opposa les enfants de Marguerite de Constantinople, voir Ch. Duvivier, La querelle des Avesnes et des Dampierre jusqu’à la mort de Jean d’Avesnes (1257), Bruxelles — Paris, 1894 ; H. van Werveke, Avesnes et Dampierre, Vlaanderens Vrijheidsoorlog, 1244-1305, dans Algemene Geschiedenis der Nederlanden, t. 2, 1950, pp. 306-337.

26 É. Schoolmeesters, Rudolphe de Habsbourg, pp. 6-8, 34-37 ; O. Redlich, Rudolf von Habsburg, pp. 650-652 : à cette date, le roi des Romains accorda à Jean d’Avesnes l’investiture de la Flandre impériale.

27 O. Redlich, Rudolf von Habsburg, pp. 223-224.

28 BoehmerRedlich, no 752. Redlich, op. cit., p. 622. Rodolphe de Habsbourg ne pouvait intervenir personnellement, si bien qu’il avait demandé au pape Jean XXI de défendre les droits liégeois : BoehmerRedlich, no 759.

29 Cfr notice no 333.

30 Au sujet de ce titre, voir dans le troisième chapitre : Les maîtres liégeois et la curie pontificale, note 52 pp. 276-277.

31 † 15 juillet 1291.

32 A. Hessel, Albrecht I. von Habsburg, Munich, 1931, p. 206.

33 Cfr notice no 112. Après le décès d'Adolphe de Nassau, il vint résider à Liège où il est cité avec le titre d’archidiacre de Brabant de 1299 à 1324.

34 Cfr notice no 208. Bongard est un lieu-dit à Membach (prov. Liège, arr. Verviers, cant. Limbourg).

35 Au sujet des ambassades envoyées par Édouard (I) d’Angleterre pour trouver des alliés sur le continent, voir J. de Sturler, Les relations politiques et les échanges commerciaux entre le duché de Brabant et l'Angleterre au moyen âge, Paris, 1936 pp 148-153, 160-163.

36 V. Samanek, Studien zur Geschichte König Adolfs, pp. 127-153.

37 Cfr notice no 746.

38 Knipping, 3, no 3620.

39 Cfr notice no 333.

40 Ce sont surtout les péripéties du Romfarht d’Henri VII qui ont retenu l’attention des historiens. Il convient sûrement de se reporter à l’ouvrage de W. M. Bowsky, Henry VII in Italy, Lincoln, 1960.

41 Au sujet de l’élection d’Henri de Luxembourg à la royauté des Romains, cfr E. Stengel, Avignon und Rhens..., Weimar, 1930, pp. 1-35.

42 Cfr notice no 332.

43 Cfr notice no 223. C’est F. Vercauteren qui a reconstitué avec beaucoup d’érudition la biographie de cet universitaire : Gilles de la Marcelle, chanoine de Liège et trésorier de l'empereur Henri VII, dans Studi in onore... A. Sapori, t. 1, pp. 417-431.

44 Cfr notice no 332. Pour les détails biographiques, il convient évidemment de se reporter à l’étude très fouillée que F. Vercauteren a consacrée à ce personnage : Henri de Jodoigne, légiste, clerc et conseiller des princes († 1352), dans B.I.H.B.R., t. 27, 1952, pp. 451-505.

45 Prébendes à Saint-Martin de Liège, à Saint-Aubain de Namur, à Saint-Paul de Nivelles, à Saint-Pierre de Louvain, prévôté de Saint-Adalbert d’Aix, chapellenie à Fouron-Saint-Martin et différentes églises paroissiales.

46 Cfr notice no 332.

47 Au sujet de ce prélat, voir E. Stengel, Baldewin von Luxembourg..., Weimar, 1936 ; J. Priesack, Die Reichspolitik des Erzbischofs Balduin von Trier, Göttingen, 1894.

48 Cfr notice no 712.

49 Cfr pp. 379-380.

50 Cfr pp. 286 et sv.

51 Il conseillait Guillaume Ier de Hainaut, beau-père de Louis de Bavière. En septembre 1338, il fut accusé de comploter en faveur de l'Empereur que le pape Benoît XII ne reconnaissait plus.

52 Au sujet de cette élection, cfr Stengel, Avignon und Rhems..., pp. 204-215.

53 Cfr notice no 734.

54 Pour ce qui concerne la situation politique des comtés de Hainaut et de Hollande entre 1200 et 1350, voir H. van Werveke, Avesnes et Dampierre..., dans Algemene Geschiedenis der Nederlanden, t. 2, 1950, pp. 306-337 et J. F. Niermeyer, Hennegouwen, Holland en Zeeland onder Willem III en Willem IV van Avesnes, dans Ibidem, t. 3, 1951, pp. 63-91.

55 Cfr notice no 449.

56 Cfr pp. 282 et sv : c’est au concile de Lyon que Grégoire X accorda l’évêché de Liège à Jean d’Enghien après avoir déposé Henri de Gueldre.

57 Cfr supra pp. 310 et sv.

58 Cfr notice no 316.

59 Né de son mariage avec Ailide de Hollande, ce fils de Jean Ier d’Avesnes fut archidiacre de Hainaut de 1281 à 1301, puis évêque d’Utrecht. Il succéda à la direction de ce diocèse, — voisin du comté de Hollande qui, en 1299, était passé aux Avesnes, — à son ancien rival pour l’évêché de Liège : maître Guillaume Berthout (cfr notice no 270). Guy d’Avesnes n’avait certainement pas facilité le gouvernement de son prédécesseur dans l’évêché d’Utrecht ; en juillet 1302, ce dernier mourut d'ailleurs les armes à la main dans une bataille contre ses sujets révoltés que soutenaient les d’Avesnes. Au sujet de ce clerc issu de cette famille comtale, voir É. Poncelet, Guy de Hainaut, élu de Liège, dans B.C.R.H., 5e sér., t. 8, 1898, pp. 501-552.

60 Au sujet de cette œuvre encyclopédique, cfr pp. 372-374.

61 Cfr notice no 270, ainsi que la note 59.

62 Il avait obtenu l’investiture temporelle du roi des Romains Adolphe de Nassau, un allié de son père.

63 Cfr pp. 290-291.

64 Au sujet des règnes de Guillaume Ier et Guillaume II d’Avesnes, en Hainaut et en Hollande (où ils sont appelés Guillaume III et IV), voir Th. van Riemsdijl, De tresorie en kanselarij van de graven van Holland et Zeeland..., La Haye, 1908 ; J. F. Niermeuer, Henegouwen, Holland en Zeeland..., dans Algemene Geschiedenes der Nederlanden, t. 3, 1951, pp. 63-91. Guillaume Ier hérita du comté de Hollande de sa mère Ailide après les décès successifs de Florent V et Jean Ier de Hollande.

65 Cfr notice no 45.

66 Cfr la notice no 526 et surtout la biographie détaillée que F. Vercauteren a reconstituée : Maître Jean Ventura de Florence : un conseiller de Guillaume Ier de Hainaut (1308-1333), dans Mélanges É. Perroy, Paris, 1973, pp. 538-552.

67 Fille d’Henri III le Blondel et veuve de Jean Ier d’Avesnes ; notons ici que Guillaume Ier était, lui, le fils d’Ailide de Hollande, première épouse du comte Jean.

68 Le siège de Thuin ne fut qu’un des épisodes d’un long conflit entre le pays de Liège et le comté de Hainaut qui débuta en 1293, voir à ce sujet les notes 138 et 139, p. 328.

69 Cfr notice no 564, ainsi que le tableau no 25, p. 233.

70 Cfr supra pp. 313-315, ainsi que la notice no 332. Les faits biographiques concernant ce gradué sont extraits de l’article de F. Vercauteren, Henri de Jodoigne..., dans B.I.H.B.R., t. 27, 1952, ici spécial, pp. 476-494.

71 H. J. Smit, De rekeningen der graven en gravinnen uit het Henegouwsche Huis, Inleiding, 1939, pp. 79-80, 222, 229.

72 Cfr notice no 261, ainsi que J. Gilissen, Les légistes en Flandre, pp. 154-160 et P. Thomas, Le registre de Guillaume d’Auxonne..., dans Revue du Nord, t. 10, 1924, pp. 5-38.

73 Voir aussi la notice no 468 : en juin 1343, maître Jean le Brun, clerc du diocèse de Liège, demandait, par l’intermédiaire de Guillaume II, un bénéfice à la collation de l’évêque de Liège.

74 Cfr notice no 280 ainsi que le tableau no 25, p. 233

75 Cfr notice no 181.

76 Cfr notice no 601.

77 Cfr supra pp. 313 et sv. Jusqu’alors, le clan des Luxembourg avait soutenu Louis de Bavière, maître Henri de Jodoigne cessa donc d’apporter son soutien à ce prince de la famille de Wittelsbach, au même moment que les descendants de l'empereur Henri VII.

78 La tante de ce duc de Brabant, Marguerite, avait épousé Henri VII de Luxembourg. La famille de Louvain était restée très liée aux descendants du couple impérial.

79 Cfr notice no 601.

80 Devillers, Comtes de Hainaut, 1, pp. 257-258 no 146.

81 Sur la situation politique du Brabant au XIIIe siècle, cfr P. Bonenfant, Brabant en Geldre voor en na Woeringen, dans Algemene Geschiedenis der Niederlanden, t. 2, 1950, pp. 256-268.

82 Cfr, au sujet de règne de ce duc de Brabant, G. Smets, Henri I, duc de Brabant, 1290-1235, Bruxelles, 1908.

83 Cfr notice no 25+.

84 Cfr notice no 82+ et 75+.

85 Cfr notice no 63.

86 Cfr notice no 98.

87 Cfr notice no 150.

88 Cfr notice no 164.

89 Cfr notice no 194.

90 Cfr notices no 259 et 291.

91 Cfr notice no 338.

92 Cfr notice no 519.

93 Cfr notices no 580-581.

94 Cfr notice no 75+.

95 Cfr notice no 63.

96 Cfr notice no 519.

97 Cfr notice no 75+.

98 Cfr notice no 63.

99 Du [7 janvier 1242 (n. st.) — 22 juin 1245] à son décès survenu en 1246.

100 Cfr notice no 259.

101 Cfr notice no 291.

102 Cfr notices no 580-581.

103 Cfr notice no 25+.

104 Cfr notice no 63.

105 Gilles de Walcourt, le fondateur du prieuré d’Oignies, mourut en janvier 1234. Cfr U. Berlière, dans Monasticon belge, t. 1/2, 1894, p. 453.

106 Pour Daniel de Wavre, Henri de Louvain, Guillaume et Nicolas, cfr les notices no 97, 255, 332 et 567-568.

107 Cfr notices no 150, 164, 194, 519 et 75+.

108 Cfr notices no 98, 150, 194, 580-581.

109 Cfr son testament daté de 1242 : A.H.E.B., t. 27, 1898, pp. 127-128 no 123.

110 Bruxelles, 1975, pp. 187-188.

111 Cfr notices no 194 et 519.

112 Cfr notices no 164, 259 et 291.

113 Cfr notice no 98 et 150. Ce n’est qu’en 1245 que Simon de Jodoigne arriva à la chancellerie, cfr p. 326.

114 Il se brouilla avec Henri III au sujet de l’avouerie de Villers-le-Peuplier, cfr Polyptyque de Guillaume de Ryckel, éd. Pirenne, pp. 218, 225. Quant à Gaufroid, il disparaît des sources en 1248.

115 Marguerite, fille du duc Henri Ier, avait épousé Gérard IV, comte de Gueldre († 22 octobre 1229). Elle était donc la mère d’Otton (II) de Gueldre.

116 Pour ce qui concerne le règne d’Henri III, on peut encore se référer à l’article de A. Wauters, Henri III, duc de Brabant, dans B.A.R.B., 2e sér., t. 38, 1874, pp. 672-691 et t. 39, 1875, pp. 153-203, mais il convient de compléter cette contribution ancienne à l’aide de la synthèse de P. Bonenfant, Brabant en Gelre voor en na Woeringen, ici pp. 260-263.

117 Cfr notice no 57.

118 Cfr notice no 699.

119 Au sujet de cette duchesse, cfr H. Pirenne, La duchesse Aleyde et le « De Regimine Judaeorum » de saint Thomas d’Aquin, dans B.A.R.B., Cl. Lettres, t. 14, 1928, pp. 43-55. Je noterai cependant que l’on a renoncé actuellement à l’hypothèse qui retenait l’attention d’Henri Pirenne. On voulait alors que Thomas d’Aquin ait dédié son De Regimine... à Aleyde. La duchesse dédicataire est en réalité Marguerite de France, fille de saint Louis et épouse de Jean Ier de Brabant. Cfr à ce sujet G. Verbere, Een onvoltooide commentar van Thomas van Aquino, dans Mededelingen Konink. Vlaamse Akademie, t. 22/8, 1960.

120 Cfr notice no 82.

121 Cfr notice no 144.

122 L’« inquisitio » en Brabant au XIIIe siècle, dans Droit privé et institutions régionales. Études historiques offertes à Jean Yver, Rouen, 1976, p. 308.

123 Cfr notice no 497.

124 Cfr notice no 708.

125 Au sujet de cette famille, cfr F. Vercauteren, Henri de Jodoigne, pp. 452-461.

126 Cfr notice no 194.

127 Cfr, au sujet du règne de ces deux frères, A. Wauters, Le duc Jean Ier et le Brabant sous le règne de ce prince (1267-1294), Bruxelles, 1859. Citons aussi, en octobre 1261, dans l'entourage de la régente Aleyde, veuve d’Henri III, maître Gauthier de Gossoncourt, prévôt de Saint-Pierre à Louvain (cfr notice no 171).

128 A. Wauters, op. cit., pp. 19-47 : après sa renonciation au duché, Henri se rendit en Bourgogne d’où sa mère était originaire, (cfr supra p. 325) ; il entra en religion à l’abbaye Saint-Etienne à Dijon.

129 (1250-1406), Bruxelles, 1954.

130 Cfr supra, note 110 p. 324.

131 Cfr notice no 708.

132 Ph. Godding, op. cit., pp. 308-309. Le même auteur (La notion de possession en droit romano-canonique..., p. 334) a montré que ce juriste avait joué un rôle certain dans la diffusion de formules du droit romano-canonique dans les actes brabançons de la deuxième moitié du XIIIe siècle.

133 Cfr notice no 709.

134 Cfr notice no 388.

135 Delvaux, Maagdendaal, pp. 128-129 no 80-82.

136 Cfr notice no 221.

137 G. Despy, Donation de manuscrits, pp. 18-20.

138 C’est Guy d'Avesnes, alors élu de Liège, qui avait laissé Jean d’Avesnes prendre, en 1293, possession du château et de la terre de Mirwart, un fief liégeois. Cfr à ce sujet J. Lejeune, Liège et son pays, pp. 87-88.

139 On laissa finalement la jouissance de ce fief à Jean d’Avesnes, qui reconnut le détenir de l’Église de Liège : cfr J. Vannerus, Documents relatifs aux conflits ayant surgi de 1302 à 1310, entre le comté de Hainaut et l’évêché de Liège, pp. 270-304 no 31-35.

140 Cfr supra, pp. 313-315.

141 Ce gradué viendra plus tard vivre à la cour de Brabant. Au début de l’année 1346, il quitta, en effet, la famille d’Avesnes pour rallier le parti des Luxembourg, à la tête duquel se trouvait le futur empereur Charles IV, le petit-fils de l’empereur Henri VIL Henri de Jodoigne vécut environ trois ans dans l’entourage du duc Jean III, qui était un parent de Charles de Luxembourg. Ces deux princes descendaient, en effet, du duc Jean (I) de Brabant (cfr supra note 78 p. 321).

142 Cfr notice no 219.

143 Cfr notice no 8.

144 L'administration du domaine ducal, pp. 107-110 : cette institution fut mise en place en 1284 par le duc Jean Ier.

145 Il se retira au chapitre Saint-Pierre à Louvain et mourut le 4/5 septembre 1363.

146 Cfr notice no 531.

147 C’est durant le règne de Jean Ier que ce duché passa à la maison de Louvain (1283).

148 Cfr notice no 701.

149 Pour le règne de ce prince, je ne puis que renvoyer au copieux mémoire de licence de E. Wilhelmus, Le règne d’Henri V le Blondel, comte de Luxembourg, 1247-1281, Liège, 1975.

150 Cfr notice no 655.

151 Cfr notice no 221.

152 Cfr notice no 712.

153 Cfr notice no 408.

154 Cfr notice no 594.

155 Pour ce qui concerne l’histoire de cette principauté, il convient de se reporter à l’étude de W. J. Alberts, Geschiedenis van Gelderland van de Vroegste Tijden tot het Einde der Middeleeuwen, La Haye, 1966, spécialement pp. 48-73.

156 Au sujet du comte, voir H. Verbeek, Graf Otto II. von Geldern (1229-1271), Munster, 1910.

157 Cfr notice no 239.

158 Cfr à ce sujet pp. 244-245.

159 Cfr notice no 98.

160 1249-1267.

161 H. Camps, De stadrechten van Graaf Willem II van Holland..., Utrecht, 1948, pp. 22-96 (édition pp. 126-137) ; Elenchus fontium historiae urbanae, éd. Van de Kieft, pp. 468-477 no 44.

162 Au sujet de ce comte, voir P. Bonenfant, Brabant en Gelre voor en na Woeringen, pp. 265-268.

163 Cfr notice no 503.

164 Cfr notice no 6 et A. Joris, dans Biogr. nat. Belg., t. 32, 1964, coll. 751-756.

165 Au sujet de ce comte de Hollande, voir H. Obreen, Floris V, graaf van Holland en Zeeland, Gand, 1907 : les pp. 100-152 traitent des relations de ce comte avec Édouard Ier d'Angleterre.

166 J. de Sturler, Les relations politiques et les échanges commerciaux entre le duché de Brabant et l’Angleterre, pp. 146, 156, 159-161, 183-189 : c’est en fait sa rupture avec Édouard Ier qui coûta la vie au comte Florent V.

167 Cfr pp. 252 et 291.

168 Cfr à ce sujet B. Guillemain, La cour pontificale..., pp. 75-80.

169 Cfr notice no 598.

170 Cfr notice no 500.

171 C’était la petite-fille de Charles II d’Anjou-Sicile (petit-fils de Louis VIII) et de Marie de Hongrie.

172 Cfr notice no 721.

173 Cfr notice no 64.

174 Cfr notice no 627.

175 P. Fournier, Statuts et privilèges des universités françaises, t. 1, pp. 43-53.

176 Hocsem, éd. Kurth, p. 144.

177 Cfr notice no 5.

178 Cfr notice no 11.

179 BerlièreVan Isacker, Lettres de Clément VI, no 1361, 1363 et 1397. C’est le même souverain français qui avait rendu le 30 août 1334 une sentence arbitrale très favorable aux intérêts de l’évêque de Liège (cfr pp. 260 et 263).

180 Cfr notice no 6.

181 Notamment dans l’affaire de la cession de Malines, voir à ce sujet les pp. 264-265.

182 Englebert de La Marck avait été transféré à l’archevêché de Cologne.

183 Fierens, Lettres d’Urbain V, 1, p. 470 note 2.

184 Cfr notice no 407.

185 Cfr aux pages 120-121, le paragraphe intitulé : Les notaires d'Henri l'Aveugle.

186 Contrairement à ce que pensait M. Walraet (ouvr. cité à la note suivante), F. Vercauteren (Gislebert de Mons, rédacteur de chartes..., p. 252) et W. Prevenier (La chancellerie des comtes de Flandre, p. 55) estiment que Gislebert de Mons n’a plus, après décembre 1195, assumé la fonction de chancelier.

187 M. Walraet, Actes de Philippe Ier, dit le Noble, pp. 45-46, 87-89 : le chanoine Ghislain, qui porte le titre de chancelier du comté de Namur à partir de 1 196, n’est pas un gradué.

188 Au sujet du gouvernement du comté de Namur à partir du XIIIe siècle, voir l’article de J. Bovesse, Le personnel administratif du comté de Namur au bas moyen âge, dans Revue de l’Université de Bruxelles, t. 22, 1969-1970, pp. 432-456.

189 Cfr notice no 396.

190 Cfr à son sujet J. Milmeister, Le déclin et l’extinction de la maison de Vianden, dans Hémecht, t. 20, 1968, p. 40.

191 Cfr notice no 204. Treiste est un lieu-dit situé près de Beaurepart à Liège.

192 Cfr J. Milmeister, op. cit. (tableau généalogique) et J. Vannerus, Les comtes de Salm..., p. 64 : l’archevêque Conrad est le fils de Mathilde de Vianden.

193 Cfr notice no 716. Ce gradué sera ensuite protégé par Guillaume de Nassau, roi des Romains.

194 Cfr Ch. Duvivier, La querelle des d’Avesnes et des Dampierre, t. 1, pp. 272 et sv.

195 L’empereur Baudouin de Courtenay avait cédé le comté de Namur à son fils Philippe, le 16 octobre 1262.

196 Cfr Ch. Duvivier, La querelle des d'Avesnes et des Dampierre.

197 Cfr notice no 35 : il était alors dispensé de la résidence à Liège.

198 Duvivier, op. cit., t. 1, pp. 252-256 ; t. 2, pp. 371-372 no 217.

199 Un litige opposait la comtesse Marguerite à Guillaume de Hollande, roi des Romains, qui retenait comme otage Guy et Jean de Dampierre ; la question débattue concernait la légitimité de Jean et Baudouin d’Avesnes. Le légat Pierre Capucii, cardinal-diacre au titre de Saint-Georges-au-Velabre, désigné le 2 mai 1254, devait donc arbitrer la lutte armée opposant le comtesse de Hainaut et de Flandre au roi des Romains. Cependant, le décès d’innocent IV le 7 décembre 1254 rendit sans effet la mission du légat, et cela d’autant plus qu’à son retour à Paris en septembre 1254, Louis IX s’était posé en médiateur suprême de la querelle. Cfr Duvivier, op. cit., pp. 258-277.

200 Cfr notice no 35.

201 L’article intitulé Les légistes en Flandre aux XIIIe et XIVe siècles, est signé par J. Gilissen, mais ce dernier signale qu'il a travaillé à l’aide des notes de Robert Pirenne (Bull. Comm. Anc. Lois et Ordonn., t. 15, 1935, pp. 117-231).

202 Il n’est donc pas tenu compte des universitaires dont on a pu préciser la nature des études et qui sont cités à partir de 1240.

203 Marguerite de Constantinople mourut le 10 février 1280.

204 Voir à ce sujet, les pp. 249-250.

205 En 1287, c’est aussi un gradué originaire de Douai qui est prévôt de Saint-Aubain à Namur, il s’agit sans aucun doute d’un protégé de Guy de Dampierre. Cfr notice no 448.

206 Cfr notice no 428.

207 Il est cité comme official de Liège à partir de cette date.

208 Au sujet de ce gradué malinois, voir la notice no 270.

209 Cfr notice no 347.

210 Cfr notice no 480.

211 C’est un fils issu du mariage de Guy de Dampierre avec Mathilde de Béthune qui hérita du comté de Flandre.

212 Cfr notice no 284. Voir aussi la biographie détaillée que J. Balon a rédigée au sujet de ce gradué : Un légiste namurois, Guillaume Masson..., dans Études d'Histoire et d’Archéol. hamuroises dédiées à F. Courtoy, 1952, t. 1, pp. 439-461.

213 Cfr notice no 463.

214 Cfr notice no 190.

215 Cfr notice no 186.

216 Au sujet de ces événements, voir Fr. FunckBrentano, Philippe IV le Bel en Flandre, 1897, pp. 379-477.

217 Cfr notice no 48 et Gilissen, op. cit., pp. 148-150.

218 Cfr notice no 241.

219 Cfr notice no 265 et P. Thomas, Le registre de Guillaume d’Auxonne, chancelier de Louis de Nevers, comte de Flandre, dans Revue du Nord, t. 10, 1924, pp. 5-38.

220 Cfr notice no 426 ; Gilissen, op. cit., p. 162.

221 Cfr notice no 421.

222 Au sujet de ce prélat, voir Guillemain, La cour pontificale d'Avignon, pp. 249-251.

223 Cfr notice no 719 et Gilissen, Legisles..., pp. 169-172.

224 J. Buntinx, L'origine de l’audience des comtes de Flandre, pp. 210-222. Le même auteur (De Audiënte..., pp. 106 et sv.) a étudié plus spécialement le rôle joué par les légistes dans cette cour de justice entre 1330 et 1409. Il signale que les universitaires y ont introduit des réformes profondes.

225 Le rôle social des juristes dans les villes méridionales au moyen âge, dans Annales Fac. Lettres et Sciences Humaines de Nice, t. 9-10, 1969, pp. 55-67. C’est entre 1400 et 1500 que « les gouvernements de la plupart des cités méridionales ont été investis ou pris d’assaut par les juristes ».

226 Les hommes de loi lyonnais à la fin du Moyen Age. Étude sur les origines de la classe de robe, Paris, 1964. Il s’agit d’une étude des offices judiciaires détenus par les gradués universitaires, mais aussi d’une brève analyse de leur conquête du pouvoir politique à Lyon, celle-ci s’opérant après 1370.

227 Lawyers and Statecraft in Renaissance Florence, Princeton (New Jersey), 1968. Une partie importante de ce livre est consacrée à l’étude de la main-mise des vingt-cinq juristes, membres de la puissante Arte dei Giudici e Notai (Ars Judicum et Notariorum), que comptait Florence, sur la vie politique de la ville et du territoire qu’elle dominait, et cela après l’expulsion des Médicis en 1380.

228 Cfr pp. 190-192.

229 Voir à ce sujet Gilissen, Les légistes en Flandre..., pp. 178 et sv. ; W. Prevenier, Ambtenaren in Stad en Land, pp. 50-51 et l’étude de P. Rocche, De Gentse Klerken in de XIVe en de XVe eeuw. Trouw en Verraad, dans Appeltijes van het Meetjesland, t. 11, 1960, pp. 5-142.

230 Cfr notice no 71.

231 Cfr notice no 426.

232 Cfr notice no 381.

233 Cfr notice no 414.

234 Gilissen, op. cit., pp. 181-182.

235 Cfr notice no 158.

236 Cfr notice no 16.

237 Voir au sujet de l’action de ces deux universitaires laïques, les pp. 189-190.

238 Cfr notice no 457.

239 Hocsem, éd. Kurth, p. 161.

240 P. Avonds, Jan van Hocsem en Leuven, dans R.H.D., t. 38, 1970, pp. 191-194.

241 Gilissen (op. cit., pp. 181-182) a bien montré le rôle joué par certains légistes comme conseiller pensionnaire des grandes villes flamandes.

242 H. Pirenne, La chancellerie et les notaires des comtes de Flandre avant le XIIIe siècle, spécial, pp. 744-747.

243 G. Smets, Henri Ier, duc de Brabant, 1190-1235, spécial, pp. 266 et sv.

244 F. L. Ganshof, Die Rechtsprechung des gräflichen Hofgerichtes in Flandern..., pp. 163-177.

245 D. Th. Enklaar, De opkomst van den grafelijken Raad in Holland, pp. 16-30.

246 L. Genicot, Le premier siècle de la curia de Hainaut, pp. 39-60.

247 Ch. Kerremans, Études sur les circonscriptions judiciaires et administratives du Brabant..., spécial, pp. 23-29.

248 M. Martens, L’administration du domaine ducal en Brabant au Moyen Age. (1250-1406), spécial, pp. 19-33, 126-136.

249 D. D. Brouwers, L’administration et les finances des comtes de Namur, t. 2/1, pp. CI et sv.

250 W. Prevenier, La chancellerie des comtes de Flandre..., pp. 63-68, 92-93.

251 J. Gilissen, Les légistes en Flandre aux XIIIe et XIVe siècles, dans Bull. Comm. Royale Anc. Lois et Ordonn., t. 15, 1935, pp. 117-231.

252 Voir à ce sujet le livre de M. Martens (op. cit.) qui traite surtout de la mise en place du receveur ducal en Brabant, mais qui envisage ce problème dans le cadre général de la transformation des administrations principautaires, ainsi que A. Uyttebrouck, Le gouvernement du duché de Brabant au bas Moyen Age, (pp. 155-224) qui décrit soigneusement le mode de gouvernement du duché en 1355.

253 p. 198.

254 H. Pirenne, Histoire de Belgique, t. 2, 3e éd., 1922, p. 142.

© Presses universitaires de Liège, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search