Version classiqueVersion mobile

Le monde des maîtres universitaires du diocèse de Liège 1140-1350

 | 
Christine Renardy

Deuxième partie. Les maîtres liégeois aux XIIIe et XIVe siècles

Chapitre III. Les maîtres liégeois et la curie pontificale

Texte intégral

Ideo unumquodque verius habet unionem vel unitatem sibi competentem in ordine ad illud totum cujus est pars vel quasi pars quam secundum id quod est secundum se aliquid per se existens.
Godefroid de Fontaines

  • 1 Pour l’histoire de l’Église aux XIIIe et XIVe siècles, il convient maintenant de se reporter aux sy (...)
  • 2 F. Rapp, op. cit., p. 5.
  • 3 L. Genicot, Le XIIIe siècle européen, Paris, 1968, pp. 185 et sv.

1Tous les historiens de l’époque médiévale s’accordent pour affirmer qu’innocent III a défendu avec force le principe de l’indépendance de l’Église vis-à-vis des princes temporels1. Il a même tenté de faire triompher l’idée que le pape, vicaire du Christ, devait veiller à ce que tout le monde sur la terre observe la loi divine et « contrôler » même « l’usage que faisaient les souverains de l’autorité temporelle dont il se prétendait le dispenseur »2. Après 1200, à l’instar des États laïques, l’Église a consolidé ses structures et organisé sa fiscalité3. Le mouvement de centralisation aboutit, à la fin du XIIIe siècle, à la concentration totale des pouvoirs entre les mains du souverain pontife, considéré comme le chef unique de la chrétienté.

  • 4 Le problème de l'attribution des bénéfices a été étudié par différents auteurs. Une première synthè (...)
  • 5 Éd. Mansi, t. 22, coll. 377-378 et Conciliorum œcumenicorum decreta, p. 194. Cfr R. Foreville, Latr (...)
  • 6 Éd. Mansi, t. 22, coll. 1015-1018 et Conciliorum œcumenicorum decreta, pp. 225-226. Cfr R. Forevill (...)
  • 7 A titre d’exemple, signalons que Clément V a, en trente-deux mois (août 1311-avril 1314) accordé 19 (...)

2Différents aspects de la centralisation romaine, — dont surtout la politique bénéficiale4, qui eut de lourdes conséquences sur l’organisation ecclésiastique des diocèses du nord de la chrétienté, — doivent être rappelés. En 1179, les canons 13 et 14 du troisième concile de Latran avaient interdit la détention simultanée de dignités ecclésiastiques ou d’églises paroissiales par un même clerc, puisque ce dernier était en théorie astreint à la résidence et à l’exercice personnel de la cura animarum5. Mais, Innocent III, s’il demanda bien en 12156 aux pères conciliaires de confirmer cette décision, fit aussi réserver à ses successeurs le droit d’accorder des dispenses de cumul à ceux qui, par leur haute valeur ou par leur science, mériteraient d’être privilégiés. Et l’exception finit par devenir la règle, puisque les autorisations de cumul pour plusieurs bénéfices, même avec charge d’âmes, furent monnaie courante dès la seconde moitié du XIIIe siècle dans les lettres pontificales7.

  • 8 Voir à titre d’exemple la notice 60+ : maître Jonas fut nommé doyen de Saint-Paul à Liège par Céles (...)
  • 9 Il s’agit alors de grâces expectatives.

3La papauté avait entamé, à la fin du XIe siècle, une lutte opiniâtre contre les laïcs qui détenaient le droit de choisir et de nommer à un bénéfice ou à une dignité ecclésiastique, mais ce combat aboutit deux cents ans plus tard à la main-mise progressive du pouvoir central sur la collation de la presque totalité des charges. C’est Alexandre III qui, le premier, nomma par le biais de réserves particulières, des clercs à des fonctions dans des églises disséminées sur tout le territoire de la chrétienté. Dès la fin du XIIe siècle donc, les papes revendiquèrent effectivement leur part dans la collation des bénéfices8 ; en vertu du droit de réserve découlant de la primauté de leur juridiction, les souverains pontifes accordèrent alors de plus en plus souvent des dignités, canonicats ou des prébendes, et cela évidemment à l’exclusion des pouvoirs de tous les collations ordinaires. Lors du recours à cette procédure exceptionnelle, chacune des désignations devait en principe faire l’objet d’une lettre pontificale particulière. Durant tout le XIIIe siècle, on relève un nombre toujours croissant de provisions apostoliques, qui avaient pour but de conférer soit à des étrangers, soit à des autochtones, des bénéfices et des dignités ecclésiastiques, même lorsque ces derniers n’étaient pas encore vacants9.

  • 10 Sexti decretalium, lib. III, tit. IV, De Praebendis et Dignitatibus, cap. 2 : éd. Friedberg, t. 2, (...)
  • 11 Sexti decretalium, lib. III, tit. IV. De Praebendis et Dignitatibus, cap. 3 : éd. Friedberg, t. 2, (...)
  • 12 Cfr notice no 723.
  • 13 Extravagantes, lib. III, tit. II, De Praebendis et Dignitatibus, cap. I : éd. Friedberg, t. 2, col. (...)
  • 14 Par la constitution Ex debito pastoralis...
  • 15 Extravagantes, lib. I, tit. III, De electione, cap. 4 : éd. Friedberg, t. 2, coll. 1240-1241. Pour (...)

4Il fallut cependant attendre le pontificat de Clément IV pour trouver le premier exemple de réserve générale relative à la chrétienté toute entière, et non plus réservée à un bénéfice particulier. La décrétale Licet ecclesiarum du 27 août 126510 donna force de loi à un procédé que d’autres papes avaient utilisé avant cette date de manière occasionnelle. Dorénavant, le souverain pontife disposera librement des églises, personats et dignités qu’a détenu un clerc décédé à la curie pontificale. Par une constitution (Statutum) promulguée le 1er novembre 127411, Grégoire X (maître Théard Visconti12) rétablit certains droits des collateurs ordinaires, dont principalement les évêques, qui avaient un mois pour attribuer les bénéfices vacants. La décrétale de 1265 fut cependant remise intégralement en vigueur, le 5 mai 1295, par Boniface VIII et étendue aux canonicats, prébendes et charges diverses détenus par les légats, nonces et curialistes, ainsi que par les clercs qui mouraient en se rendant auprès du pape ou en quittant la curie13. Quant à Jean XXII, il décida, le 15 septembre 131614, que la réserve atteindrait dorénavant tous les bénéfices tant majeurs que mineurs qui deviendraient vacants par suite d’une déposition ou d’une privation de bénéfices, ou encore par rejet d’élection, par refus d’admission, par renonciation en cas de transfert à une autre dignité15. Benoît XII, Clément VI et Innocent VI précisèrent la portée exacte des décisions prises précédemment et les appliquèrent intégralement.

5Jusqu’en 1316, les droits des collateurs ordinaires ne furent pas très gravement lésés, car les cas de vacances par décès apud Sedem Apostolicam étaient assez rares. Après la constitution de Jean XXII par contre, on vit s’accroître de manière considérable les provisions pontificales, et cela d’autant plus que les papes d’Avignon, qui pouvaient, on l’a vu, accorder des dispenses de cumul, dotèrent très généreusement les clercs qui vivaient à la cour pontificale. À la mort de ceux-ci, c’étaient dix ou parfois quinze bénéfices qui passaient en même temps sous la juridiction apostolique. La politique bénéficiale menée par les souverains pontifes à partir de Clément IV ne fut évidemment pas sans conséquence sur la composition des chapitres du diocèse de Liège. Certains de ses effets ont déjà été mis en lumière, mais il convient encore d’étudier les rapports entretenus par les gradués prébendés dans le diocèse de Liège avec les souverains pontifes. Pour ce faire, il a paru préférable de diviser la période étudiée dans la deuxième partie de ce livre (1200-1350) en trois : la papauté d’innocent III à Urbain IV, la papauté de Clément IV à Clément V, et enfin la papauté de Jean XXII à Innocent VI. Cette distinction chronologique a été établie en fonction de la politique bénéficiale, dont on vient de retracer l’évolution générale.

  • 16 Exception faite pour les clercs qui accomplirent des missions au nom de certains princes temporels (...)

6Il sera en fait question dans ce chapitre de trois catégories de clercs : 1° les curialistes, c’est-à-dire les clercs qui occupèrent une fonction officielle à la cour pontificale ; 2° les universitaires originaires du diocèse de Liège, qui séjournèrent momentanément à la curie16 et 3° les gradués méridionaux qui furent nommés par le biais de réserves pontificales et qui sont venus réellement résider à Liège. Les ecclésiastiques non curialistes et originaires d’Italie, du Nord ou du Sud de la France actuelle, qui détinrent des bénéfices dans le diocèse de Liège sans jamais se résoudre à venir dans cette circonscription ecclésiastique, ont déjà été étudiés dans le paragraphe consacré à l’origine géographique des gradués. La question de ces gradués étrangers sera cependant encore évoquée dans les conclusions de ce chapitre.

A. D’INNOCENT III À URBAIN IV 1198-1264

1° Les premiers universitaires italiens

  • 17 Cfr note 8, p. 269.
  • 18 Ces interventions pontificales ont laissé peu de traces dans les sources des diocèses du Nord, car (...)
  • 19 Cfr la notice no 565.
  • 20 Cfr la notice no 607.
  • 21 La Chambre apostolique déléguait, depuis le début du XIIIe siècle, des fonctionnaires dans les circ (...)

7En 1197 déjà, Célestin III avait, par le biais d’une réserve particulière, nommé maître Jonas doyen de Saint-Paul à Liège, alors que le gradué était déjà membre de ce chapitre17. Les souverains pontifes firent d’abord usage de leur droit de réserve pour installer des clercs autochtones18. C’est pourquoi, dans le diocèse de Liège, les maîtres nés au sud des Alpes n’apparaissent pas avant le pontificat de Grégoire IX. En effet, deux universitaires originaires de la péninsule italienne, maître Marcuald de Modène19 et maître Philippe d’Assise20, étaient chanoines de Saint-Lambert à Liège. Le premier d’entre eux, qui est cité avec le titre d’archidiacre de Hesbaye à partir du 12 mars 1237 (n. st.), a fait la plus grande partie de sa carrière à Liège, tandis que le second, qui était collecteur apostolique21, séjourna plus souvent à Rome que dans nos contrées.

  • 22 Cfr notices no 646 et 647.
  • 23 L’aîné fut d’abord au service du cardinal Otton de Montferrat, avant de devenir en 1234 notaire de (...)
  • 24 Cfr notice no 723 : il sera question de ce clerc infra, pp. 280-285.
  • 25 Cfr notice no 577.
  • 26 Au sujet de la pénitencerie pontificale au XIIIe siècle, cfr E. Goeller, Die päpstliche Pönitentiar (...)
  • 27 Cfr notice no 257.

8Immédiatement après ces deux premiers universitaires, on relève dans les sources les noms d’autres gradués d’origine italienne : en 1241 et en 1247, sont cités les deux maîtres Pierre de Supino22, l’oncle et le neveu, qui furent respectivement chanoines de la cathédrale de Liège et de Notre-Dame de Huy, mais qui ne vinrent probablement jamais résider dans nos contrées. Ils faisaient tous les deux partie de la « mesnie » d’un cardinal23 En 1246, c’est maître Théard ou Thibaut Visconti24 qui est présent pour la première fois à Liège. Cet universitaire, qui deviendra pape sous le nom de Grégoire X en septembre 1271, fut longtemps archidiacre de Hainaut. Il fit plusieurs longs séjours dans nos contrées. Enfin, en 1258, on trouve les noms de deux notaires, maître Michel25 qui travaillait à la pénitencerie pontificale26 et maître Grégoire de Profis27, qui était, lui, employé à la chancellerie. Chanoines de Saint-Martin et de Saint-Jean l’Évangéliste à Liège, ils ne quittèrent apparemment jamais la curie romaine.

9A l’exception donc de trois dignitaires qui vinrent réellement occuper leur charge dans le diocèse de Liège, ces universitaires touchèrent les fruits de leurs prébendes sans venir séjourner sur les bords de la Meuse. Ils occupaient diverses fonctions à la curie et étaient de ce fait dispensés de la résidence pour leurs bénéfices lointains.

2° Des prédicateurs recherchés

10Certains universitaires originaires de nos contrées allèrent, eux, à Rome pour effectuer auprès des souverains pontifes différentes missions. Un groupe de trois prédicateurs liégeois séjourna en Italie en 1226-1227, mais avant de présenter ces gradués, il importe de situer leur action dans le contexte politique de l’époque.

  • 28 Le 23 novembre 1220. Déjà lors de la cérémonie du couronnement de Frédéric II comme roi des Romains (...)
  • 29 Cfr E. Winkelmann, Kaiser Friedrich II, t. 1, pp. 302-323 ; E. Jordan, L’Allemagne et l’Italie, pp. (...)
  • 30 K. Hampe, Kaiser Friedrich II, dans Historische Zeitschrift, t. 88, 1899, pp. 5-8.
  • 31 Il avait signé un accord avec le pape, le 25 juillet 1225 : cfr M.G.H., Constitutiones, 2, pp. 129- (...)

11On sait que, durant les premières années de son règne comme empereur, Frédéric II, qui avait le jour de son couronnement28 promis de partir pour la croisade, ajourna à plusieurs reprises son départ pour la Terre-Sainte29. Cette expédition avait fixée au mois d’août 1221, mais le souverain préféra alors demeurer en Italie pour y renforcer l’autorité impériale, fort contestée depuis le pontificat d’innocent III, et surtout libérer totalement la Sicile, où il avait été élevé30, de la présence des Musulmans. Cette dernière opération dura jusqu’au mariage de Frédéric II avec Isabelle, fille de Jean de Brienne, le 9 novembre 1225. L’Empereur promit alors31 de s’embarquer pour l’Orient en août 1227 ; les préparatifs de la croisade furent pourtant à nouveau interrompus, en l’occurence par la révolte des villes lombardes contre l’autorité impériale.

  • 32 Cfr notice no 681.
  • 33 Cfr notice no 23.
  • 34 Cfr notice no 213.

12C’est à ce moment qu’interviennent les trois prédicateurs gradués du diocèse de Liège : maître Robert32, qui finira ses jours (1227-1238) comme évêque d’Eztergom en Hongrie, maître Arnould33, chanoine de la Petite-Table, et maître Gilles de Braibant34. Leur action se situe donc dans le contexte d’une tentative de réconciliation de l’Empereur et des villes lombardes, orchestrée par le pape Honorius III. Ce dernier préférait évidemment de loin que Frédéric II pacifiât l’Orient plutôt que de le voir restaurer l’autorité impériale dans le nord de l’Italie ; il offrit donc sa médiation pour que le souverain puisse quitter la péninsule sans laisser la révolte lombarde en suspens.

  • 35 Boehmer, t. 5, no 1677 ; Historica diplomatica Fredericisecundi, t. 2, pp. 678-680.
  • 36 E. Kantorowicz, Kaiser Friedrich der Zweite, pp. 89-90.
  • 37 M.G.H., Constitutiones, 2, pp. 141-144 no 109-112.
  • 38 M.G.H., Constitutiones, 2, pp. 144-145 no 113.
  • 39 M.G.H., Constitutiones, 2, pp. 145-147 no 114.
  • 40 Cette guerre reprit cependant après la diète de Mayence d’août 1235 pour s’achever le 26 mai 1249, (...)

13Dans un premier temps, maître Arnould semble avoir agi seul. L’empereur Frédéric II s’adressa, en effet, à lui personnellement, le 1er octobre 122635, pour exposer une fois de plus les raisons qui l’empêchaient momentanément de préparer son départ36. Le 5 janvier 1227, Honorius III décréta en arbitre suprême une amnistie générale et s’efforça dès ce moment de la faire reconnaître par les belligérants37. C’est pourquoi, le 10 janvier, les trois gradués liégeois furent envoyés à l’Empereur, afin de le convaincre du bien fondé de l’intervention pontificale. Leur mission aboutit heureusement, puisque Frédéric II signa la paix le 1er février38. Les villes lombardes notifièrent finalement le 26 mars39 leur accord à Honorius III, sans savoir que le pape était mort depuis le 18 mars et remplacé, depuis le lendemain du jour de son décès, par Grégoire IX40.

  • 41 Sur l’utilisation par Grégoire IX des prédicateurs dominicains en Lombardie, cfr H. Zimmermann, Die (...)

14On sait que, peu après ces événements, à la fin de l’année 1228 ou au début de l’année suivante, maître Godescalc41, un dominicain maastrichtois qui avait étudié à Paris, participa à une campagne de prédication contre l’hérésie cathare. Elle était menée en Lombardie, à Verceil exactement, par des frères prêcheurs, mais sur l’ordre de Grégoire IX41.

  • 42 Cfr notice no 535.
  • 43 Cfr notice no 55+.
  • 44 Voir à ce sujet R. Lejeune, L’évêque de Toulouse Folquet de Marseille, pp. 433-448.
  • 45 Cfr notice no 496.
  • 46 La collecte des fonds nécessaires aux expéditions en Orient est à l’origine de l’organisation des s (...)
  • 47 Cfr notice no 14.
  • 48 Hugues de Saint-Cher était dominicain (cfr A. Duval, dans Catholicisme, t. 5, 1959, coll. 1039-1041 (...)
  • 49 Pertz - Rodenberg, 2, pp. 506-508 no 683. Cfr notices no 171, 184, 186, 551.

15D’autres gradués prébendés dans le diocèse de Liège s’illustrèrent dans des campagnes de prédication orchestrées par la papauté. Citons maître Jean de Xanten42 et maître Jacques de Vitry43, qui exhortèrent en 1214 les fidèles à participer à la croisade contre les Albigeois44. Quant à maître Jean de Nivelles45, il fut désigné, le 8 janvier 1216, pour servir de guide aux croisés de la province ecclésiastique de Cologne et pour collecter les fonds nécessaires à cette expédition46. En 1247, c’est maître Amel de Fize47 qui fut chargé par Innocent IV de lever, dans le diocèse de Liège, des taxes destinées à subsidier une campagne outre-mer. En 1248, Hugues de Sainte-Sabine48, cardinal-légat, organisa une campagne de prédication dans la ville d’Aix-la-Chapelle restée fidèle à l’empereur Frédéric II, alors qu’innocent IV avait excommunié le souverain. Plusieurs gradués liégeois le secondèrent. Il s’agit de maîtres Gérard de Bohan, Gérard de Bierset, Lambert de Halloy et Gauthier de Vaalbeek49.

3° Des maîtres liégeois à Rome

  • 50 Cfr notice no 441.
  • 51 Pour ce qui concerne cette fonction au XIIIe siècle, il convient de se reporter à l’étude de R. Elz (...)
  • 52 Cfr notice no 220.
  • 53 Lagery est une localité du département de la Meuse Pour les autres hypothèses d’identification, voi (...)
  • 54 Le 2 octobre 1264.

16Des universitaires liégeois vécurent aussi parfois à la curie pontificale. Ainsi, le physicus Jean Crassawe, doyen du concile de Thuin et chanoine de Fosses, de Nivelles, de Saint-Jean-en-île et Saint-Pierre à Liège, séjourna-t-il à Rome en 1258-1260. Il y représentait les intérêts de l’élu Henri de Gueldre et du clergé secondaire, mais profita de ses visites au pape Alexandre IV pour obtenir de ce dernier l’autorisation de cumuler ses différents bénéfices50. Maître Gilles de Lagery, chapelain pontifical d’honneur51, résigna le décanat de Saint-Lambert à Liège en 1259 pour se rendre à Rome52. On ne sait pas exactement quelle fonction il exerça à la curie, mais il est certain qu’il séjourna dans l’entourage des papes Alexandre IV et Urbain IV jusqu’en 1264, année où il récupéra, probablement à sa demande, la dignité qu’il avait précédemment détenue à la cathédrale de Liège. Ce gradué, qui était probablement champenois53, quitta donc la curie pontificale au moment du décès d’Urbain IV, alias maître Jacques Pantaléon de Troyes54, qui avait été son confrère à Saint-Lambert à Liège.

4° Une brillante carrière

  • 55 Cfr la notice no 382.
  • 56 Il resta archidiacre de Campine jusqu’en 1251, année où il devint évêque de Verdun.
  • 57 H. Wolter et H. Holstein, Lyon I et Lyon II, Paris 1966, p. 128.
  • 58 Cfr notice no 230.

17D’origine champenoise, maître Jacques Pantaléon Ancher55, parfois appelé de Troyes, séjourna plusieurs années dans le diocèse de Liège, car il fut titulaire de l’archidiaconat de Campine, de septembre 1243 à novembre 124856. A cette date, il quitta nos contrées afin d’effectuer différentes missions sur l’ordre d’innocent IV ; ce pape l’avait choisi comme chapelain d’honneur, lors du premier concile de Lyon qu’il présida du 28 juin au 17 juillet 124557. Après avoir été légat pontifical en Prusse et en Pologne, évêque de Verdun, légat in exercitu christiano et patriarche de Jérusalem, maître Jacques Pantaléon Ancher fut élu au souverain pontificat le 29 août 1261. Il prit alors le nom d’Urbain IV et appela auprès de lui à Rome maître Gilles de Wijnegem58. Ce gradué, issu d’une famille scabinale anversoise, résigna le décanat de Sainte-Croix avant de partir pour la curie, où il fit partie de la chapelle pontificale au moins jusqu’en 1264.

  • 59 L’hagiographe anonyme, sans doute un chanoine de Saint-Martin, qui a écrit la vie de la première ab (...)
  • 60 Entre le 14 juin et le 13 octobre : Schoolmeesters, Robert de Thourotte, p. 78 no 234.
  • 61 Potthast, 2, no 18998.
  • 62 Potthast, 2, no 19016.
  • 63 Cfr supra, note 60.

18Maître Jacques Pantaléon Ancher avait été en relations avec Julienne de Cornillon. Il se trouvait, en effet, encore à Liège en 1246, au moment où on s’interrogea sur l’authenticité des visions de l’abbesse59 et où l’évêque Robert de Thourotte, — qui avait demandé à son ancien confrère à la cathédrale de Laon de venir le seconder dans son œuvre pastorale à Liège, — tentait d’organiser la célébration de la Fête-Dieu dans l’ensemble du diocèse60. Une fois devenu pape, l’ancien archidiacre de Campine rendit, le 11 août 1264, la fête du Saint-Sacrement obligatoire dans l’Église universelle61. Urbain IV annonça d’ailleurs lui-même la nouvelle à la béguine Ève de Saint-Martin dans une lettre donnée le 8 septembre 1264 à Orvieto62. Il semble aussi que le cardinal Hugues de Saint-Cher, un proche collaborateur d’Urbain IV, ait en l’occurrence influencé ce dernier. L’ancien provincial des dominicains était, en effet, un des théologiens consultés en 1246 au sujet des visions de Julienne de Cornillon ; c’est également lui qui, le 29 décembre 1252, avait institué, en tant que légat pontifical, la célébration de la Fête-Dieu en Allemagne63.

  • 64 Cette action sera étudiée en détail, pp. 384-388.

19Même si le cardinal dominicain Hugues de Saint-Cher joua un rôle essentiel dans la reconnaissance officielle par l’Église de la Fête du Saint-Sacrement, telle qu’elle se célébrait depuis presque vingt ans dans nos contrées, il est important de ne pas perdre de vue l’action menée jusqu’en 1246 au moins par un groupe de gradués liégeois. Durant près de cinquante ans, maîtres Jacques de Vitry, Thomas de Cantimpré, Jean de Nivelles, Jean de Liroux, Jean de Villers et Gérard de Liège ont œuvré pour la défense du mouvement béguinal et la propagation du culte eucharistique ; ils sont d’ailleurs parvenus à certains résultats. Sans eux, ni Urbain IV qui a vécu cinq ans à Liège, ni Hugues de Saint-Cher qui séjourna à plusieurs reprises dans le diocèse, n’auraient, sans aucun doute, songé à glorifier ainsi le Saint-Sacrement64.

B. De Clément IV à Clément V 1265-1314

1° Les Italiens gradués et les bénéfices liégeois

20Entre 1265 et 1314, il faut aussi distinguer parmi les Italiens prébendés dans le diocèse de Liège, deux groupes : celui des clercs qui vinrent momentanément ou définitivement résider sur les bords de la Meuse et celui des curialistes qui ne quittèrent Rome ou le Midi que pour effectuer différentes missions au nom des souverains pontifes.

  • 65 Cfr notice no 183.
  • 66 Cfr notice no 18.
  • 67 Cfr notice no 593.
  • 68 Archio de Urbe fut prévôt de la cathédrale de 1279 à 1291.
  • 69 Pape du 15/22 février 1288 au 4 avril 1292.
  • 70 Cette autorisation était évidemment toujours accordée aux clercs vivant à la curie.
  • 71 Cfr notice no 368.
  • 72 Cette fonction consistait à traiter les cas les plus complexes de contestation des lettres pontific (...)
  • 73 Cfr à ce sujet la note 52, p. 276.

21On recensera d’abord les curialistes. Maître Gérard Bianchi de Parme, protonotaire apostolique puis cardinal légat en Sicile de 1288 à 1302, ne séjourna jamais à Huy où il détenait une prébende65. Maîtres Archio de Urbe66 et Nicolas d’Ivrée67, tous deux notaires de la chancellerie pontificale et chanoines de Saint-Lambert68, touchèrent à Rome les revenus de leur bénéfice liégeois, puisque Nicolas IV69 les avait l’un comme l’autre dispensés de la résidence70. Maître Hugues de Verceil71 qui fut, de 1303 à 1312, auditeur des causes contredites à la même chancellerie72, ainsi que chapelain d’honneur73 de Benoît XI, n’a joui que deux mois de sa prébende à la cathédrale de Liège, puisque le pape l’installa comme évêque de Novare dès le 19 février 1304.

  • 74 Cfr notice no 372.
  • 75 Pape du 25 novembre 1277 au 22 août 1280.
  • 76 Kurth, Saint-Hubert, pp. 403-404 no 320.

22Mais, certains universitaires italiens, qui firent la plus grande partie de leur carrière à la curie pontificale, vinrent parfois résider momentanément à Liège, avant de rejoindre à Rome ou dans le Midi leurs puissants protecteurs. Ainsi, maître Jacques Berdamente de Trévise74 fut nommé visiteur apostolique pour le diocèse par le pape Nicolas III75. Ce chanoine de Notre-Dame de Tournai fut aussi à Liège un collaborateur du théologien Jean d’Enghien, que Grégoire X transféra du siège épiscopal de Tournai à celui de Liège en 1274. Jacques de Trévise est en effet, cité avec le titre d’official de Liège en 128276.

  • 77 C.A. Willemsen, Kardinal Napoleon Orsini (1263-1342), Berlin, 1927.
  • 78 Cfr notice no 579.
  • 79 Cfr notice no 79.
  • 80 C.S.L., 3, pp. 155-156 no 996, 421 no 1155 et 6, pp.53-54 no 282.

23Au début du XIVe siècle également, des gradués originaires du sud de l’Europe et curialistes sont venus vivre durant quelques mois ou quelques années dans nos contrèes. Maître Napoléon Orsini, neveu du cardinal du même nom77, notaire de Benoît XI et Clément V, fut nommé archidiacre de Campine le 1er septembre 1313. Il fit un séjour dans son archidiaconé en 1318-131978. Maître Bertrand de Milan79, chanoine de Saint-Lambert, est cité comme témoin dans deux actes donnés à Liège les 21 novembre 1315 et dans un autre daté du 28 juin 133380. Il se trouvait pourtant le 8 mars 1318 en Avignon dans l’entourage de Jean XXII.

2° Le pape Grégoire X et le diocèse de Liège

  • 81 Cfr notice no 723.
  • 82 Il se trouvait en Palestine en 1271 au moment de son élection et n’était alors ni membre du Sacré-C (...)
  • 83 Cfr à ce sujet les notes liminaires de ce chapitre, pp. 267 et sv.

24Le plus célèbre des universitaires italiens prébendés dans le diocèse de Liège entre 1265 et 1314 est sans conteste possible maître Théard ou Thibaut Visconti81, qui fut pape sous le nom de Grégoire X82. Ce gradué a vécu dans nos contrées au moins de 1246 à 1255 et de 1259 à 1267, mais il séjourna aussi à Rome auprès du pape Alexandre IV (1255-1259) ; de plus, il prêcha la croisade en Angleterre à la demande de Clément IV en 1267-1268 et fit parfois des séjours à Lyon, où il détenait un canonicat. C’est ce souverain pontife qui, au début de sa carrière, avait détenu différents bénéfices dans des diocèses fort éloignés les uns des autres, qui neutralisa certains effets de la décrétale Licet ecclesiarum de Clément IV ; ce dernier avait, en 1265, institué la première réserve générale pour la chrétienté83. Sans doute Grégoire X était-il conscient des graves inconvénients que pouvait entraîner pour l’organisation ecclésiastique des diocèses, l’absentéisme des dignitaires et des clercs chargés de la cura animarum ?

  • 84 Leodium, t. 1, 1902, pp. 85-86.

25Mais examinons plutôt l’action de cet universitaire italien dans le diocèse de Liège. Maître Thibaut Visconti négocia, en août 1250, au nom des archidiacres liégeois avec maître Godefroid de Gueldre, alors doyen de Saint-Servais de Maastricht et, en l’occurrence, procurateur de son oncle l’élu Henri de Gueldre. Cette discussion se termina par un accord au sujet des attributions respectives des archidiacres et du prélat en matières criminelle et administrative. Le cardinal légat Henri d’Albano, qui était à cette époque de passage à Liège, approuva la convention84.

  • 85 Othon Visconti, frère de Grégoire X, fut nommé archevêque de Milan en 1262. Il fit élire son neveu (...)
  • 86 Cfr les notices no 328 et 445.

26Thibaut appartenait à une célèbre famille gibeline, originaire de Plaisance, mais qui régna sur Milan à partir de la fin du XIIIe siècle85. C’est sans doute parce qu’il en avait les moyens financiers que le dignitaire italien put engager deux universitaires à son service86. Maître Henri de Hennuyères et maître Jean de Dînant officiaient en lieu et place de l’archidiacre de Hainaut, lorsque ce dernier était retenu loin de la circonscription, dont il avait la charge, par un séjour à la curie pontificale. De même, ils représentaient le titulaire, lorsque celui-ci accomplissait à l’étranger une mission à la demande d’un souverain pontife : comme par exemple quand, en 1267-1268, il prêcha la croissade en Angleterre ou quand, en 1271, il partit pour la Terre-Sainte en compagnie du prince de Galles, le futur Édouard 1er. Ce système de représentation par vicaire avait encore un caractère exceptionnel durant la seconde moitié du XIIIe siècle ; il deviendra d’utilisation courante après 1316.

***

  • 87 Maître Elbert, écolâtre de Saint-Lambert à Liège, était chapelain d’honneur du pape Grégoire X, cfr (...)
  • 88 Chronique de 1402, éd. Bacha, pp. 214-215 ; Hocsem, éd. Kurth, p. 48 et Gesta abbatum Trudonensium, (...)
  • 89 Cfr H. Wolter et H. Holstein, Lyon II, p. 180 ; L. Gatto, op. cit., pp. 152-153.

27C’est cependant pour une autre initiative que maître Théard Visconti87 est resté célèbre dans nos contrées. On sait, en effet, que ce pontife avait eu, en 1265 alors qu’il n’était encore qu’archidiacre de Hainaut, une violente discussion avec l’évêque Henri de Gueldre88. Cet incident et d’autres faits, dont il avait eu connaissance durant ses séjours à Liège, expliquent la déposition du prélat au concile de Lyon le 3 juillet 127489.

  • 90 Guiraud, Grégoire X, pp. 38-39 no 111.
  • 91 Au sujet du droit de marque, cfr F. L. Ganshof, Le Moyen Age, t. 1 de l’Histoire des relations inte (...)

28Les registres pontificaux ont conservé, à la date du 27 novembre 1272, une lettre exécutoire de Grégoire X90. Par celle-ci, le pape révoqua à la demande de la cité une décision de l’evêque de Liège. Henri de Gueldre avait, en effet, accordé à ses créanciers l’autorisation de se dédommager sur les biens des marchands liégeois, au cas où lui-même ne parviendrait pas à régler ses dettes, et cela par application du droit de marque ou de représailles91 ; mais, aucune source narrative ne signale ce fait.

  • 92 Éd. Kurth, pp. 49-58.
  • 93 Éd. Borgnet et Bormans, t. 5, pp. 351-352, 388.

29De son côté, maître Jean de Hocsem a dans son Chronicon reproduit le texte d’une lettre92. Adressée par Grégoire X à l’évêque Henri de Gueldre, cette missive contient des reproches d’ordre moral. Le chroniqueur n’a pas daté ce document, mais Jean d’Outremeuse, qui l’a transcrit d’après Hocsem dans son Myreur des Histors, signale que le pape l’a donnée le 28 janvier 1273 à Saint-Pierre de Rome93. Cette lettre, dont l’original est perdu et dont on ne trouve aucune copie dans les archives de Saint-Lambert, devrait faire l’objet de recherches critiques.

  • 94 R.P.R., 2, 1875.
  • 95 Il arrive à Lyon entre le 5 et le 9 novembre 1273, alors que le concile était prévu pour le 7 mai 1 (...)
  • 96 Grégoire X fit le voyage en compagnie de saint Bonaventure, son conseiller, qu’il venait de créer c (...)
  • 97 Le 27 novembre 1272.
  • 98 Cfr notes 91-92 p. 282.

30En premier lieu, ce document n’a laissé aucune trace dans les archives vaticanes. J. Guiraud ne l’a donc pas repris dans son édition des Registres de Grégoire X parue en 1892, dans la Bibliothèque des Écoles française de Rome et d’Athènes, mais A. Potthast ne l’a pas non plus retenu dans ses Regesta Pontificum Romanorum94 ; celles-ci contiennent pourtant d’autres documents conservés en dehors des registres pontificaux. De plus, si on consulte ces deux ouvrages, il est aisé de constater que Grégoire X séjourna à Orvieto entre le 5 juillet 1272 et le 5 juin 1273, jour où il se mit en route pour gagner Lyon — où il devait présider le concile95, — par Florence, Bologne, Plaisance, Milan et Chambéry96. Le lieu et la date du document fournis par Jean d’Outremeuse sont donc inexacts. Enfin, on voit mal pourquoi Grégoire X, qui connaissait personnellement Henri de Gueldre, aurait jugé nécessaire de lui faire parvenir une lettre contenant des conseils d’ordre moral, et cela moins de deux mois97 après avoir, en tant que détenteur de l’autorité suprême, cassé une décision de l’évêque98, et plus d’un an avant de le déposer officiellement au concile de Lyon.

  • 99 Cfr à ce sujet la notice signée par Henri Pirenne, dans Biogr. nat Belg., t. 9, 1886-1887, coll. 19 (...)

31Cette épître moralisante, dont le but principal semble être l’étalage outrancier des mauvais penchants d’Henri de Gueldre, est donc des plus suspectes. Contenant nombre d’informations qui font songer à des ragots, elle a cependant été utilisée par plusieurs historiens, et non des moindres99 : ceux qui ont basé leurs recherches sur la chronique de Jean de Hocsem. Il semble pourtant qu’il faille considérer cette lettre pontificale comme un faux rédigé à Liège.

  • 100 Éd. Kurth, pp. 192-193.

32Qui peut être l’auteur de ce faux ? Le nom qui vient immédiatement à l’esprit est évidemment celui de maître Jean de Hocsem. C’est, en effet, dans son Chronicon que l’on trouve la seule copie de la lettre pontificale, qu’il a d’ailleurs eu l’intelligence de ne pas dater. Le juriste aimait à dresser des tableaux de mœurs et à stigmatiser les « vices » des personnes qu’il voulait dénoncer. Il convient évidemment de rappeler à ce propos la lettre que Jean de Hocsem adressa, en 1327, au cardinal Bertrand de Montfavès, doyen de Saint-Lambert, afin qu’il puisse contrecarrer l’intervention de maître André de Ferrières à la curie pontificale100. Ce dernier universitaire, qui était fils de prêtre et avocat à la cour de l’officialité de Liège, avait, en effet, été délégué par le conseil des jurés de la cité de Liège pour exposer à Jean XXII leurs griefs à l’égard de l’évêque Adolphe de La Marck et leur refus d’admettre le compromis de Wihogne. André de Ferrières est présenté dans ce document comme une créature satanique aux mœurs douteuses. Comme la missive de 1327 le prouve, la lettre attribuée à Grégoire X est bien conforme aux habitudes littéraires de l’écolâtre liégeois qui aimait à s’appesantir sur des détails scabreux

  • 101 Éd. Bacha, pp. 214 et 219.
  • 102 Cfr la notice no 449. C’est durant l’épiscopat de Jean d’Enghien qu’éclata le conflit appelé « guer (...)

33Maître Jean de Hocsem, quand il rédigea sa chronique des évêques de Liège, fut confronté avec le délicat problème d’exposer pour quelles raisons Grégoire X avait déposé Henri de Gueldre. Il voulut évidemment noircir l’évêque, afin que les lecteurs de son œuvre s’indignassent de la conduite qui avait amené le souverain pontifie à intervenir avec autant de fermeté pour destituer ce prince indigne. D’après la chronique de 1402101, les Liégeois qui ont vécu ces événements ne furent pas tous satisfaits de la déposition de l’évêque Henri opérée par le pape Grégoire X. Les qualités viriles et guerrières de ce prélat-chevalier, qui avait maintenu les ennemis du pays de Liège en dehors des limites de la principauté, et même fait reculer les frontières de son État, furent regrettées durant le règne de maître Jean d’Enghien ; son successeur fut, en effet, incapable de défendre aussi courageusement les domaines de l’Église de Liège102. Il est dès lors possible que Jean de Hocsem ait préféré noircir la conduite du prélat afin de justifier l’intervention pontificale qui n’avait apparemment pas fait l’unanimité à Liège.

  • 103 Je tiens à remercier ici Monsieur le professeur J. Lejeune qui a eu l’amabilité de discuter avec mo (...)
  • 104 Dans la chronique qu’il composa entre 1294 et 1298. Jean de Thilrode (éd. J. Heller, dans SS., t. 2 (...)

34L’identification du légiste Hocsem avec le faussaire reste bien sûr une hypothèse de travail qu’il faudrait encore étayer. Rien n’empêche de penser aussi que le chroniqueur ait trouvé dans les archives de la cathédrale un factum anonyme, dirigé contre l’évêque Henri et rédigé aux environs de l’année 1274, qu’il aurait reproduit en l’attribuant au pape Grégoire X. Cette éventuelle source103 d’Hocsem pourrait être l’œuvre du successeur d’Henri de Gueldre maître Jean d’Enghien, à qui l’évêque déposé causa, on le sait, certaines difficultés104. Le théologien aurait ainsi constitué, peut-être peu avant son décès, un dossier où il dénonçait les agissements de son ennemi pour justifier une éventuelle action à intenter en cour de Rome. Le ton moralisateur et les innombrables références bibliques cadrent, en effet, assez bien avec ce que l’on sait de cet évêque plus homme d’église que prince.

  • 105 Hugues de Pierrepont, Thibaut de Bar et Adolphe de La Marck, parmi d’autres, furent aussi des princ (...)

35Enfin, on signalera que la lettre pontificale présentée par Hocsem repose sans aucun doute sur un fond de vérité. Il semble certain que vigoureux, bon vivant et guerrier, Henri de Gueldre ait mené une existence peu conforme à certains idéaux religieux, mais il fut loin d’être le seul prélat à vivre de cette façon au moyen âge105. Les évêques de cette époque s’acquittaient personnellement des obligatione militaires imposées par le droit féodal et la défense de leur principauté.

3° D'efficaces collaborateurs pontificaux

36Les Italiens ne furent évidemment pas les seuls à entretenir des rapports suivis avec les souverains pontifes entre 1265 et 1314. Un gradué lorrain prébendé à Liège et deux clercs d’origine brabançonne vécurent aussi à la curie pontificale ; tandis que d’autres universitaires, restés dans leur région natale, effectuèrent néanmoins sur place différentes missions apostoliques.

  • 106 Cfr notice no 288.
  • 107 Voir à ce sujet la note 26 p. 273.

37Maître Guillaume de Moerbeke106, ancien frère prêcheur du couvent de Louvain, fut pénitencier mineur107 depuis avant 1265 jusqu’à 1278, année où il devint évêque de Corinthe. Il occupa donc cette fonction importante sous les ordres de différents souverains pontifes (Urbain IV, Clément IV, Grégoire X et Innocent V), après avoir été appelé à la curie par le premier d’entre eux, qui était un ancien archidiacre du diocèse de Liège.

  • 108 Cfr notice no 712.
  • 109 Voir à ce sujet G. Sommerfeldt, Die Romfahrt Kaiser Heinrichs VH. (1310-1313), Königsberg, 1888 et (...)
  • 110 Le poème sera analysé infra pp. 380-382.

38Le théologien Simon de Marville108 était issu de la famille des châtelains de cette localité, qui appartint d’abord aux comtes de Bar, puis ensuite aux comtes-ducs de Luxembourg. Cet universitaire ne résida jamais à Liège où il possédait pourtant une dignité à la cathédrale Saint-Lambert, mais il entretenait des relations amicales avec l’évêque Thibaut de Bar. Puisque ce prélat trouva la mort, le 29 mai 1312, dans un combat lors du Romfahrt d’Henri VII109, il fut tout naturellement un des héros chantés par le poéte lorrain Simon de Marville dans les Vœux de l’Épervier110. Cette pièce en vers rapporte les différents événements de l’expédition italienne, qui se termina tragiquement par le décès du nouvel empereur, le 24 août 1313.

  • 111 Référendaire en 1296, évêque de Burgos en 1300 et cardinal-évêque de Sabine en 1302, ce prélat rest (...)
  • 112 Cfr au sujet du titre, Guillemain, Les chapelains d’honneur des papes d’Avignon, pp. 217-238.

39Maître Simon de Marville passa une partie importante de son existence à la curie pontificale, mais vécut néanmoins de 1308 à 1312 dans l’entourage du roi Henri VII C’est d’abord au service du castillan Pierre Rodriguez111, premier référendaire pontifical connu, que travailla l’universitaire lorrain. Il s’occupait de l’audition des causes et portait le titre de chapelain d’honneur112 de Boniface VIII et de Clément V ; puis, il quitta donc son emploi à la curie pour rejoindre Henri de Luxembourg, dont sa famille était vassale, peu avant l’élection du comte à la royauté des Romains. Celle-ci eut lieu le 27 novembre 1308. La fin de la vie du poète est assez mal connue ; il est pourtant certain qu’il a entrepris des études de théologie peu après la mort de l’évêque Thibaut de Bar. En juillet 1312, il fut, pour ce faire, dispensé de la résidence pour tous ses bénéfices. C’est pourtant dans sa région natale qu’il mourut en décembre 1325.

  • 113 Cfr notice no 474.
  • 114 Guillemain, La curie pontificale..., pp. 185, 212, 219, 228 et 310.
  • 115 Cfr notice no 332.
  • 116 C’est F. Vercauteren (Henri de Jodoigne, pp. 471-472) qui a exposé ces deux hypothèses.

40A la même époque, on relève le nom d’un gradué du diocèse de Liège d’origine brabançonne dans la suite d’un cardinal : maître Jean de Jodoigne113, chanoine de Notre-Dame à Huy, était au service de Lucas Fieschi de Sinibaldo114, un des envoyés de Clément V au couronnement d’Henri VIL Il faut dire que son patron fut en contact avec maître Henri de Jodoigne115, clerc de la « mesnie » impériale, lors du Romfahrt de ce souverain. C’est donc peut-être sur la recommandation de son parent que le gradué fut engagé par le cardinal au titre de Sainte-Marie-in-Via-Lata. Par contre, il se peut aussi que maître Jean de Jodoigne ait convaincu son protecteur, le légat pontifical Lucas Fieschi, d’autoriser au nom de Clément V Henri VII à se faire couronner à Saint-Jean de Latran plutôt qu’à Saint-Pierre, situé dans un quartier encore aux mains de troupes hostiles à l’Empereur. Ce serait Jean qui, dans ce cas, aurait rendu service à Henri de Jodoigne116.

  • 117 Cfr notice no 38.
  • 118 Cfr notice no 690.
  • 119 L’entourage direct du souverain pontife se chargeait d’instruire le procès de l’ordre du Temple en (...)
  • 120 Regestum Clementis V pape, no 6666-6668.
  • 121 E. Mueller, Das konzil von Wien, 1311-1312. Seine Quellen und seine Geschichte, Munster, 1934, pp.  (...)
  • 122 Conciliorum Œcumenicorum Decreta, pp. 312-319 : E. Mueler, op. cit., pp. 67-70 et Lecler, op. cit.,(...)

41Il faut signaler, dans cette analyse des relations des gradués du diocèse de Liège avec la papauté et la curie entre 1265 et 1314, la mission confiée par Clément V à maître Arnould d’Île117 et à maître Robin de Mélin118. En août 1309, le pape leur demanda d’enquêter dans la province ecclésiastique de Trèves sur les membres de l’ordre du Temple119. Ces commissaires pontificaux devaient faire rapport au concile œcuménique prévu pour l’automne 1310 à Vienne, mais la lenteur avec laquelle s’effectuèrent les enquêtes120 obligea le pape à retarder l’ouverture de l’assemblée jusqu’au 16 octobre 1311121. L’ordre du Temple fut supprimé par la bulle Vox in caelo promulguée par Clément V, le 3 avril 1312 lors d’une séance plénière du concile, en présence de Philippe IV le Bel122.

4° Le pouvoir pontifical et l’élection des évêques de Liège

  • 123 Conciliorum Œcumenicorum Decreta, pp. 222-223. Cfr R. Foreville, Latran I, II, III, et IV, p. 360.
  • 124 L. Genicot, Haut clergé et noblesse dans le diocèse de Liège, pp. 245-252.

42Avec la déposition d’Henri de Gueldre au concile de Lyon, le 3 juillet 1274, et l’installation du théologien Jean d’Enghien sur le siège épiscopal de Liège commença pour le diocèse la réelle décadence du système électif. La nécessité de cette procédure avait encore été réaffirmée dans le 24e canon du quatrième concile de Latran en 1215123 ; mais, depuis le concordat de Worms, l’élection de tous les évêques de Liège était devenue l’enjeu d’intrigues entre les grandes familles lotharingiennes, bien plus que le résultat d’une libre compétition entre les chanoines tréfonciers de Saint-Lambert124. À partir donc de 1274, la papauté intervint de manière active dans le choix de tous les évêques, sauf à ce qu’il semble, lors de l’élection de Thibaut de Bar. Ce cas d’exception doit être considéré avec grande attention.

  • 125 G. Kurth, Liège et la cour de Rome..., p. 4.
  • 126 H.V. Sauerland, Vatikanische Urkunden und Regesten zur Geschichte Lothringens, t. 1, 1905, pp. 53-5 (...)
  • 127 A. Thomas, G. Digard, M. Faucon et R. Fawtier, Les registres de Boniface VIII, t. 4, 1939, coll. 71 (...)
  • 128 Cfr notice no 263.
  • 129 Après le décès de maître Jean de Flandre, il fut dédommagé par Guy de Dampierre.
  • 130 La commission était en outre composée de l’archidiacre Thierry de Hornes (cfr Berlière, Archidiacre (...)
  • 131 Cfr notice no 281.
  • 132 Cfr notice no 237.
  • 133 Je ne suis que renvoyer au bon mémoire de licence de Chr. Limbrée, Thibaut de Bar, évêque de Liège (...)

43G. Kurth affirmait qu’« il (Thibaut de Bar) était le seul évêque de Liège (entre 1274 et 1390) qui devait sa crosse au libre choix du chapitre »125. On possède deux éditions de la bulle de confirmation de l’élection de l’évêque délivrée par Boniface VIII, le 13 mars 1303 : celle de H. V. Sauerland126 et celle de R. Fawtier127. La copie du document comporte, par la suite de détériorations, quelques lacunes ; celles-ci n’empêchent pas heureusement une claire compréhension du texte de la bulle qui narre dans les détails les péripéties de cette élection. Le choix des membres du chapitre cathédral de Liège s’était d’abord porté sur maître Guillaume d'Arras128, chanoine de Saint-Lambert depuis 1285 et archidiacre de Condroz depuis 1289. Ce gradué avait été un collaborateur efficace et un créancier129 de maître Jean de Flandre — Dampierre, évêque de Liège. Devant le refus de l’élu, sans doute motivé par son âge, le chapitre de Saint-Lambert chargea une commission, choisie en son sein, de procéder à une nouvelle élection. Ce groupe, dont faisaient notamment partie130 trois universitaires, — maître Guillaume d’Arras, maître Guillaume de Juliers131 qui fut peu après élu à l’archevêché de Cologne, et maître Godefroid de Fontaines132, théologien parisien originaire de Hesbaye, — délibéra et se mit enfin d’accord sur le nom de Thibaut de Bar133.

  • 134 À Paris, Reims, Langres, Beauvais, Troyes, Le Mans.
  • 135 À Metz, Toul, Verdun et Liège.
  • 136 Le frère aîné du futur évêque de Liège.
  • 137 Le frère du roi Philippe IV le Bel.
  • 138 F. Kern, Die Anfänge der französischen Ausdehnungspolitik bis zum Jahr 1308, Tübingen, 1910, pp. 24 (...)

44Fils de Thibaut, comte de Bar, et de Jeanne de Toucy, ce clerc détenait de très nombreux bénéfices dans le nord de la France134, en Lotharingie135, ainsi qu’à Lincoln ; en 1303, il se trouvait précisément à la curie pontificale. Il semble donc que ce choix du fils d’un prince lorrain par le chapitre de Liège, s’il ne fut pas directement inspiré par Bonifice VIII, — ce qui resterait à prouver, — tint sans aucun doute compte de la volonté pontificale. Voici pourquoi : au mois de septembre-octobre 1302, peu après le décès à Naples du comte Henri (III) de Bar136 (il partait pour la croisade avec Charles de Valois137), Thibaut de Bar avait été exclu de la régence du Barrois par Philippe IV le Bel138, si bien qu’il ne devait donc guère être favorable au souverain français. Ce fait ne pouvait évidemment que lui donner des atouts supplémentaires auprès de Bonifice VIII. De même, la présence de Thibaut à la curie devait certainement aussi jouer en sa faveur. On pouvait, en effet, espérer que cela faciliterait la tâche de la Chambre apostolique, chargée de récolter les fonds dûs pour la confirmation pontificale : le service commun à verser pour le souverain pontife et les menus services à payer pour les cardinaux et les clercs du service financier de la curie.

  • 139 Éd. Kurth, pp. 111-112.
  • 140 Éd. Martène et Durand, Amplissima Collectio, t. 5, Paris, 1729, col. 147.
  • 141 Éd. Bacha, Bruxelles, 1900, p. 249.
  • 142 Éd. Bormans, Liège, 1865, p. 87.
  • 143 Fragments de la chronique de Jean de Warnant, à partir du manuscrit de Tongerloo, éd. Balau, dans C (...)
  • 144 Au sujet de l’auteur de la source commune de ces trois chroniques que J. Lejeune, La « Chronique li (...)

45Jean de Hocsem139, dont s’est inspiré Corneille de Zantfliet140, rapporte bien les faits consignés dans la bulle de confirmation. Par contre, « la chronique dite de 1402 »141 attribue faussement le choix de Thibaut de Bar au pape Benoît XI sans mentionner d’ailleurs les délibérations capitulaires. Mathias de Lewis142 et Jean de Warnant143 copient sans doute la même source que l’auteur de cette partie de la chronique de 1402144, mais mentionnent, eux, de manière incidente, le rôle joué par le clergé de la cathédrale de Liège : a suo capitulo electus.

  • 145 Cfr notice no 449 : il fut installé à Liège après la déposition d'Henri de Gueldre.
  • 146 Cfr notice no 451. Les débats capitulaires en vue de l’élection du successeur de Jean d’Enghien dur (...)
  • 147 Charles 1er d'Anjou, fils du roi Louis VIII et frère de Louis IX, était comte d’Anjou, du Maine, de (...)
  • 148 Ch. Duvivier, La querelle des d’Avesnes et des Dampierre, t. 1, pp. 235-274.
  • 149 Cfr notice no 361. Deux candidats se disputaient l’évêché de Liège, — maître Guillaume Berthout (no (...)
  • 150 Sur le rôle joué par la famille de Chalon dans le conflit qui opposa le roi de France à Boniface VI (...)
  • 151 Cfr no 6 et A. Joris, dans Biogr. nat. Belg., t.5, 1966, coll. 751-752 : ce gradué était candidat à (...)
  • 152 Cfr notice no 5. Thibaut de Bar perdit la vie dans un combat à Rome le 29 mai 1312 (cfr supra, p. 4 (...)

46En vertu de leurs droits de réserve et d’intervention en cas d’élection contestée, de transfert ou de déposition, les papes ont installé, entre 1265 et 1314, cinq clercs gradués sur le siège épiscopal de Liège. Ces nominations furent toujours motivées par des raisons politiques, qui varièrent en fonction des papes et des alliances qui liaient ceux-ci. Ainsi maître Jean d’Enghien145, le cousin de Jean d’Avesnes, reçut l’évêché en juillet 1274 des mains de Grégoire X, ancien archidiacre de Hainaut, tandis que maître Jean de Flandre-Dampierre146 obtint, le 31 octobre 1282, le siège épiscopal de Liège de celles de Martin IV. Ce pape français avait été élu en février 1282 grâce à l’appui de Charles 1er d’Anjou147, l’allié inconditionnel de Marguerite de Constantinople contre Jean d’Avesnes148, et ne pouvait dès lors rien refuser aux Dampierre. Boniface VIII nomma successivement à Liège : en 1295, maître Hugues de Chalon149, dont la famille menait en Bourgogne une politique d’opposition à Philippe IV le Bel150 et, en 1301, maître Adolphe de Waldeck151, son chapelain. Par contre, Clément V offrit, en 1313, l’évêché à un gradué recommandé par le même roi de France : maître Adolphe de la Marck152.

47Pendant la période chronologique étudiée ici (1265-1314), un seul évêque de Liège ne fut donc pas universitaire. Il s’agit de Thibaut de Bar, qui fut élu au nom du chapitre cathédral par des gradués, sans doute sur les conseils de Boniface VIII, ou tout au moins avec son assentiment. Le souverain pontife, on l’a vu plus haut, confirma immédiatement l’élection de cet ecclésiastique considéré comme peu favorable à Philippe IV le Bel. À partir de 1274, la papauté n’a donc permis au chapitre cathédral de Liège de jouer son rôle d’électeur qu’une seule fois. Il est vrai qu’en 1303, le choix des Liégeois s’était justement porté sur un clerc, résidant à la curie auprès de Boniface VIII et mécontent de l’attitude de Philippe IV le Bel à son égard.

C. De Jean XXII à Innocent VI 1316-1362

1° Une politique bénéficiale suivie

  • 153 Cfr notice no 114.
  • 154 Voir à ce sujet les pp. 368-369, où dans le paragraphe intitulé Les idées politiques des chroniqueu (...)
  • 155 Cfr notice no 40.

48Un seul évêque fut installé dans le diocèse de Liège durant la période 1316-1350. Il s’agit de maître Englebert de La Marck153, qui immédiatement après le décès de son oncle en 1343, se rendit en Avignon muni de lettres de recommandation de Philippe (VI) de Valois, afin d’obtenir le siège épiscopal. On notera également, — même si cet évènement se situe en dehors du cadre chronologique de cette étude, — la nomination d’un autre universitaire comme évêque de Liège en 1364. Quand il eut transféré maître Englebert de La Marck à la tête de l’archevêché de Cologne, qui était vacant depuis le décès d’un autre membre de la famille comtale westphalienne154, Urbain V donna l’évêché à un théologien maître Jean d’Arkel155.

  • 156 J. Bernard, Le népotisme de Clément V et ses complaisances pour la Gascogne, dans Annales du Midi, (...)
  • 157 Pour connaître le nombre de gradués fournis par les régions méridionales aux églises du diocèse de (...)

49La papauté continua donc au XIVe siècle sa politique du siècle précédent qui consistait à nommer elle-même les évêques de Liège et à choisir pour cette importance charge des clercs gradués. Elle persista bien sûr aussi dans sa volonté de pourvoir directement un nombre toujours croissant de bénéfices mineurs et majeurs. Il y eut cependant après 1316 un changement certain dans la politique pontificale. En plus des autochtones et des Italiens, les papes d’Avignon nommèrent à des prébendes liégeoises, des Français du sud de la Loire, des Provençaux et des habitants du Comtat-Venaissin. La question des préférences marquées par les souverains pontifes, de Clément V à Innocent VI, pour les clercs issus de leur région natale a été suffisamment étudiée par des historiens français156 pour que on ne s’attache pas davantage à ce problème, d’autant plus qu’il a déjà été évoqué lors de l’étude de l'origine géographique des gradués liégeois157.

50Les carrières des curialistes, originaires du royaume de France ou de Provence et prébendés dans le diocèse de Liège, seront d’abord envisagées. Il sera ensuite question des rapports des gradués italiens, encore nombreux à venir résider dans nos contrées, avec la curie pontificale. Puis enfin, on passera à l’étude des universitaires du nord au service des papes et des cardinaux d’Avignon.

2° Les curialistes du Midi français

  • 158 Cfr notice no48.
  • 159 Cfr notice no 560.
  • 160 Cfr les notices no 22 et 50.
  • 161 Ce pape, qui régna du 18 décembre 1352 au 12 septembre 1362, fut archidiacre de Brabant dans le dio (...)
  • 162 Cfr la notice no 266.
  • 163 Cfr au sujet de ce prélat, petit-neveu de Clément V, qui fut créé cardinal par Jean XXII, l’étude d (...)
  • 164 Cfr notice no 106.
  • 165 Au sujet de cette fonction, qui consistait en fait dans la charge de transmettre des convocations p (...)

51La plupart des curialistes originaires du midi de la France actuelle ne vinrent jamais résider à Liège. Ce fut le cas pour maître Astorge d’Ugnouas158, chanoine de Saint-Barthélemy, qui fut, en 1354, légat pontifical dans le duché de Spolète ; pour maître Louis Isard159, chanoine de la cathédrale de Liège, qui faisait partie en Avignon de la « mesnie » du cardinal Guy de Boulogne-Auvergne ; pour maîtres Arnaud et Audouin Aubert160, archidiacres de Hesbaye et de Brabant, qui ne quittèrent pas l’entourage de leur oncle le pape Innocent VI161 ; pour maître Guillaume Aymeric162, chanoine de Saint-Paul à Liège et de Notre-Dame à Huy, qui était au service du cardinal Gailhard de la Mothe163, et enfin pour maître Durand Girard164, chanoine de Saint-Lambert à Liège, qui était chambrier165 d’innocent VI.

  • 166 Cfr la notice no 119 et la note 162.
  • 167 Cfr la notice no 51.
  • 168 Au sujet du tribunal du Sacré Palais, appelé à partir de 1336 la Rote, cfr E. Goeller, Zur Geschich (...)
  • 169 Cfr notice no 489.
  • 170 Cfr notice no 78.
  • 171 Le rôle joué par ce légat, lors de la tentative de Cola di Rienzo d’établir à Rome une République, (...)
  • 172 Cfr notice no 80.

52Certains gradués français du sud de la Loire qui détenaient des bénéfices et dignités à Liège firent de très brillantes carrières cardinalices ou même pontificale. Il importe de citer en premier lieu maître Étienne Aubert, qui fut pape sous le nom d’innocent VI, après avoir été archidiacre de Brabant de 1342 à 1352166, mais, d’autres noms doivent aussi être mentionnés : celui de maître Aymeric de Châtelus167, cardinal depuis 1342, chanoine de Saint-Lambert et auditeur des causes à la Rote168 ; celui de maître Jean Maurel169, prévôt de Sainte-Croix à Liège, qui devint, en 1362, évêque de Vaison-la-Romaine ; celui de maître Bertrand de Deaux170, prévôt de Saint-Lambert, auditeur des lettres contredites de 1323 à 1338 et cardinal-légat à Rome à partir de 1345171, et enfin, celui du cardinal Bertrand de Montfavès172, qui était aussi doyen de la cathédrale de Liège depuis 1317.

  • 173 Cfr notice no 269.
  • 174 Cfr notice no 621.
  • 175 Ce noble limousin, qui était un neveu du pape Clément VI, fut en 1344 nommé cardinal-au-titre de Sa (...)
  • 176 Ce fils de Robert VII, comte de Boulogne et d’Auvergne, fut d’abord archevêque de Lyon et cardinal- (...)
  • 177 Cfr notice no 363.
  • 178 U. Berlière, dans Monasticon belge, t. 2/1, p. 89.

53Deux universitaires originaires du sud de la France vinrent à Liège comme vicaire de grands curialistes retenus en Avignon. Ainsi maître Guillaume Bernard de Clermont173 était au chapitre cathédral le procurateur du doyen Bertrand de Montfavès, dont il vient d’être question. Quant à maître Pierre Batisse174, il était à Liège le vicaire de deux cardinaux : Nicoles de Besse175, neveu de Clément VI, qui est cité avec le titre d’archidiacre de Condroz jusqu’en 1369, et Guy de Boulogne-Auvergne176, qui fut en outre doyen de Saint-Lambert jusqu’en 1363. Enfin, on retiendra le nom d’un troisième gradué du Midi français qui vint dans le diocèse de Liège, parce qu’il y avait reçu un bénéfice majeur. Nommé abbé de Stavelot le 23 décembre 1342, maître Hugues Garrel177, professeur de droit canon à Montpellier, s’occupa de l’administration des domaines de l’abbaye bénédictine pendant divers séjours qu’il fit en Ardenne178.

3° Des Italiens en Avignon et à Liège

54Si les papes qui résidèrent en Avignon favorisèrent surtout les clercs des régions du sud de la Loire, ils n’en continuèrent pas moins à accorder nombre de bénéfices liégeois aux universitaires de la péninsule italienne. On peut répartir ceux-ci, comme déjà cela fut fait pour les gradués originaires des mêmes régions cités avant 1316, en deux groupes : celui des curialistes « purs » et celui des ecclésiastiques qui vécurent réellement dans nos contrées.

  • 179 Cfr notice no 96.
  • 180 Cfr notice no 715.
  • 181 Au sujet de ce prélat, voir L. Mohler, Die Kardinale Jakob und Peter Colonna, Paderborn, 1914.
  • 182 Cfr notice no 600.
  • 183 Au sujet de ce prélat, cfr M. Dykmans, Le cardinal Annibai de Ceccano, dans B.I.H.B.R., t. 43, 1973 (...)
  • 184 Cfr notice no 371.
  • 185 Au sujet de cette fonction, voir la note 169 p. 294.
  • 186 Cfr les notices no 12, 81, 626 et 637.
  • 187 Il est assez difficile de saisir avec précision la place tenue au XIVe siècle à la cour pontificale (...)
  • 188 Cfr notice no 382.
  • 189 Cfr notice no 111.

55Voici d’abord les curialistes qui firent toute leur carrière en Avignon : maîtres Danesius de Casalia179 et Simon de Terni180 des familiers du cardinal Pierre Colonna181, détenaient des prébendes à Saint-Paul et à Saint-Denis de Liège, tandis que maître Nicolas de Sezze182 faisait partie de la mesnie d’Annibal de Ceccano183, tout en étant membre du chapitre de Saint-Jean l’Évangéliste à Liège. De même, maître Jacques degli Atti de Modène184, auditeur des causes du tribunal de la Rote185, ainsi que quatre autres universitaires186 (Alger de Lanate, Blaise de Cascia, Pierre Castelli et Pierre Margaritus), tous prébendés dans le diocèse et occupant des fonctions à la chancellerie pontificale187, ne quittèrent pas la curie pour venir résider à Liège. Pour en terminer avec les curialistes italiens qui détenaient des bénéfices liégeois, on doit encore citer deux ecclésiastiques gradués et issus d’illustres familles de la péninsule. Le premier est romain : maître Jacques Orsini188 a détenu une prébende à Ciney et termina ses jours en 1379 comme cardinal-diacre-au-titre de Saint-Georges-au-Velabre. Quant au second maître Emmanuel Fieschi, il appartenait à la famille comtale de Lavagna. Il mourut en 1348, alors qu’il dirigeait l’évêché de Verceil en Lombardie189.

  • 190 Cfr notice no 664.
  • 191 Cfr notice no 736.
  • 192 Cette fonction consistait en la préparation des minutes de toutes les pétitions et suppliques parve (...)
  • 193 Cfr notice no 498.

56Comme au XIIIe siècle, certains universitaires italiens vinrent, entre 1316 et 1350, assumer diverses fonctions dans le diocèse de Liège. En effet, maître Renaud Orsini190, qui commença sa carrière comme notaire de Jean XXII, en 1316, et qui fut, en 1350, élevé au cardinalat par Clément VI, a détenu l’archidiaconat de Campine à partir de 1323 ; ce gradué d’origine romaine fit, contrairement à son cousin Jacques dont il vient d’être question, différents séjours à Liège. De même, maître Thomas Guidicio de Pérouse191, après avoir été notaire et abréviateur192 à la chancellerie de Jean XXII, est cité parmi les membres résidant du chapitre cathédral de Liège de 1340 à 1346. Quant à maître Jean de Nocera193, doyen de Saint-Pierre à Liège, il quitta nos contrées en 1324/25 pour aller étudier la théologie à l’école de la curie pontificale.

  • 194 Cfr notice no 135.
  • 195 Cfr au sujet de ce prélat, qui fut cardinal-diacre de Saint-Nicolas-in-Carcere de 1294 à 1319, Guil (...)
  • 196 Cfr supra dans le deuxième chapitre, les pp. 232 et 258-259.

57Les sources liégeoises ont surtout gardé trace des activités de deux gradués d’origine italienne, qui vécurent longtemps dans nos contrèes. Maître François Médicis, dit de Milan194 quitta, en 1324, la curie pontificale où il faisait partie de la « mesnie » du cardinal Guillaume Longhi195, pour venir vivre sur les bords de la Meuse. Cet universitaire, fut, comme on l’a déjà vu196, official (au moins de 1334 à 1336), mais aussi un conseiller très écouté de l’évêque Adolphe de La Marck et surtout un arbitre recherché pour des litiges intéressant notamment les différents groupes sociaux du pays de Liège.

  • 197 Cfr notice no 21.
  • 198 Cfr supra, pp. 259-260.
  • 199 Au sujet de cette affaire, voir J. Baerten, Het graafschap Loon..., pp. 141-145 et G. Kurth, Liège (...)
  • 200 Éd. Kurth, pp. 255-258, 273-280. Voir l’analyse de l’argumentation de l’écolâtre de Saint-Lambert ( (...)
  • 201 Cfr au sujet des péripéties de cette affaire, J. Lejeune, Liège et son pays, pp. 123-130.
  • 202 Cfr infra, les notes 218-219 p. 299.

58C’est à maître Antoine de Biella197, qui fut lui aussi official (1330 à 1334), que le même évêque de Liège a demandé en 1336 d’aller en Avignon plaider la cause de l’Église de Liège. La question de la création d’un diocèse brabançon a déjà été traitée198, mais, on rappellera que le chapitre cathédral de Liège profita de cette mission diplomatique effectuée par Antoine de Biella à la curie pontificale pour recourir également à ses services. Le gradué d’origine lombarde était chargé de dénoncer, au nom des chanoines de Saint-Lambert, les agissements d’Adolphe de la Marck. Le prélat favorisait, en effet, son beau-frère Thierry de Heinsberg au détriment des droits liégeois sur le comté de Looz199. L’opposition à la politique épiscopale était dirigée par le juriste Jean de Hocsem, qui rédigea un savant mémoire au sujet de ce différend200. L’affaire ne s’apaisa cependant à Liège qu’en avril 1361 à la mort de Thierry de Heinsberg, au moment où l’évêque de Liège Englebert de La Marck prit, à la satisfaction du chapitre Saint-Lambert, le titre de comte de Looz201. En 1343, maître Antoine de Biella résidait à nouveau à la curie pontificale ; il était alors examinateur des pauvres clercs202.

4° Les papes d'Avignon et les universitaires liégeois

  • 203 Il n’est pas possible d’affirmer avec certitude que maître Durand Cornu, camérier du cardinal Guy d (...)

59Après 1316, des gradués originaires du diocèse de Liège203 occupèrent aussi différentes fonctions à la cour d'Avignon.

  • 204 Cfr notice no 16.
  • 205 Cfr supra les pp. 189-190.
  • 206 Il est le fils d’un chanoine de Sainte-Croix.
  • 207 Fayen, 2, p. 390 no 2715 et 403 no 2747.

60Mais avant de recenser ces universitaires, on notera l'intervention, en 1330, de Jean XXII en faveur d’André de Ferrières204, licencié in utroque iure et défenseur de la cité contre l’évêque Adolphe de La Marck205. Ce juriste laïque éprouvait des difficultés à se faire nommer échevin de Liège à cause de sa naissance illégitime206 et évidemment aussi de sa politique d’opposition au chef du diocèse. Il demanda donc au souverain pontife de lui accorder une dispense pour pouvoir accèder à tous les honneurs d’une carrière séculière, ainsi qu'une lettre de recommandation pour un siège scabinal liégeois, et obtint l’une et l’autre en mai 1330207.

  • 208 Cfr notice no 207.
  • 209 Cfr notice no 139.
  • 210 Ce cardinal fut vice-chancelier de la chancellerie pontificale et grand pénitencier, cfr B. Guillem (...)
  • 211 Cfr notice no 558.
  • 212 Son premier patron fut d’ailleurs victime de l’épidémie de peste de 1348 : cfr J. De Smet, Breve Ch (...)
  • 213 Citons Nicolas de Bockout, Gilles Blanc de Saint-Omer, Jean Punifier de Lierneux, Gilles Waspart de (...)

61Maître Gérard de Xanten208, chanoine de Saint-Jean l’Évangéliste, effectua, en octobre 1318, différents payements au nom de Frédéric (III) de Blankenheim, évêque d’Utrecht ; il semble avoir quitté la curie immédiatement après avoir terminé ces opérations. Par contre, il est certain que maître Francon d’Aix, maître Barthélemy Mailhet, maître Guillaume Boileau de Mons et maître Louis Santus de Beeringen passèrent de longues années en Avignon. En effet, maître Francon209, chanoine de Notre-Dame d’Aix, faisait encore fonction en 1317 de médecin auprès du cardinal Gaucelme de Jean210, mais ce physicus était déjà décédé le 10 mai 1318. Maître Louis Heiligen (Sanctus) de Beeringen211, que Pétrarque avait surnommé Socrate, était, tout comme le poète italien, au service de la célèbre famille Colonna. L’auteur du Sentencia in musica sonora subjecti, qui étudia, après 1350, la théologie à l’école de la curie pontificale, était maître de chapelle du cardinal Jean Colonna212. Au milieu du XIVe siècle, les clercs de nos contrèes étaient très recherchés pour leurs connaissances musicales213 et les cardinaux avignonnais les engageaient souvent comme maître de chapelle.

  • 214 Cfr notice no 56.
  • 215 Cfr la note 190.
  • 216 Cfr notice no 271.
  • 217 L’examen portait sur le latin, le chant et le comput, mais les universitaires en étaient parfois di (...)
  • 218 Cfr, au sujet de la fonction, C. Tihon, Les expectatives « in forma pauperum » particulièrement au (...)
  • 219 Cfr notice no 415.
  • 220 Cfr notice no 701.
  • 221 Cfr notice no 707.

62C’est à la chancellerie pontificale que maître Barthélemy Mailhet214 de Dînant occupa la fonction de notaire à partir de 1347215 alors que maître Guillaume Boileau de Mons216 était examinateur des pauvres clercs. En fait, cet universitaire testait les capacités217 des demandeurs de bénéfices in forma pauperum218 ; il séjourna à la curie de 1348 à 1355, puis rentra à Liège, où il fut un bon administrateur des biens du chapitre cathédral et l’écolâtre de la même institution jusqu’à son décès survenu le 10 août 1379. Lui aussi examinateur des pauvres clercs, maître Jean Bamborne de Léau219 travailla à la cour d’Avignon jusqu’en 1343 ; il obtint alors de Jean XXII le droit de percevoir les revenus du décanat de Saint-Jean l’Évangéliste pendant les années qu’il passerait dans une ville universitaire. Maître Siger van den Nieuwensteen220 fut d’abord attaché à la chambre apostolique de 1354 à 1362, puis ensuite collecteur de fonds pour les diocèse de Liège, de Cologne et d’Utrecht, tandis que maître Simon de Hérent221 faisait partie de la chapelle de Clément VI, de 1345 à sa mort survenue en décembre 1350.

  • 222 Cfr notice no 290. Voir aussi pour ce vicaire et les suivants, les tableaux no 22-23, pp. 221 et sv
  • 223 Cfr notice no 419.
  • 224 Cfr notice no 228.
  • 225 Cfr notice no 608.
  • 226 Cfr notice no 279.
  • 227 Cfr notice no 658.
  • 228 Cfr notice no 142.

63Sans aller résider personnellement à la curie pontificale, certains universitaires originaires de nos contrées jouissaient en Avignon d’appuis intéressants. Voici pourquoi : ils étaient les vicaires de grands curialistes dans les églises du diocèse de Liège et obtenaient, par l’intermédiaire de ces derniers, des bénéfices intéressants. Ainsi maître Guillaume Paris222 représentait les intérêts de Guy de Boulogne, maître Jean Bermeren223 ceux de Bertrand de Deaux, maîtres Gilles Benjamin de Vodecée224 et Philippe le Brun225 ceux de Renaud Orsini, maître Guillaume d’Heure226 ceux de Mathieu Longhi, maîtres Raoul de Montenaken227 et Francon de Gembloux228 ceux de Nicolas de Besse.

D. Les gradués méridionaux et les bénéfices liégeois

64En guise de conclusion à ce chapitre consacré aux relations existant entre la curie pontificale et les gradués prébendés ou travaillant dans l’évêché de Liège, il est nécessaire de traiter de l’influence néfaste que la politique centralisatrice des souverains pontifes a eue sur l’organisation ecclésiastique du diocèse. Il sera dès lors surtout question dans ces notes des clercs originaires d’Italie ou du Midi français, qui furent les principaux bénéficiaires des faveurs pontificales.

  • 229 Il convient de se reporter aux données présentées dans les tableaux no 16, 17, 18 et 20 pp. 204-210 (...)

65Grégoire IX fut le premier parmi les papes du XIIIe siècle à nommer, en 1237, dans le diocèse de Liège des universitaires italiens ; mais après lui, tous les pontifes qui se trouvèrent à la tête de la chrétienté installèrent dans nos contrées des clercs méridionaux. Un tableau a été dressé, afin qu’apparaisse très clairement le nombre de gradués originaires des régions du Sud qui détenaient des bénéfices. Il vient évidemment compléter les données qui ont été présentées lors de l’étude de la non-résidence des universitaires229. Rappelons à titre d’exemple qu’à Saint-Denis, 18,2 % des bénéfices détenus par des universitaires l’étaient par des non résidents, à Saint-Paul de Nivelles 12 % et à la cathédrale 40 %.

  • 230 Cfr les notes liminaires de ce chapitre, pp. 267 et sv.

66Il convient, après lecture du tableau (p. 302), de distinguer deux phases dans l’étude de la détention des bénéfices liégeois par les méridionaux : la première couvre le XIIIe siècle et le pontificat de Clément V, la seconde débute en 1316 avec le pontificat de Jean XXII. C’est, en effet, la constitution Ex debito pastoralis promulguée le 15 septembre 1316230, qui lésa le plus gravement les droits des collateurs ordinaires, en l’occurence essentiellement l’évêque de Liège.

Tableau 28 Les gradués méridionaux et les bénéfices liégeois

Tableau 28 Les gradués méridionaux et les bénéfices liégeois
  • 231 Cfr les tableaux 7-9, pp. 149-152.

1. Nombre total d’universitaires méridionaux231.
2. Nombre de gradués méridionaux curialistes.
3. Nombre de gradués méridionaux résidant dans le diocèse de Liège.

67Jusqu’en 1264, les papes ont nommé dans le diocèse de Liège sept gradués italiens ; trois sont venus réellement occuper les charges qu'ils recevaient de la mansuétude pontificale, tandis que quatre autres restaient à Rome pour travailler dans différents services de la curie. Il était admis au XIIIe siècle que les souverains pontifes dotassent raisonnablement leurs collaborateurs de bénéfices disséminés dans l’ensemble de la chrétienté. Jusqu’à la fin du pontificat de Clément V (1314), la situation resta pratiquement semblable à celle du milieu du XIIIe siècle. Pour l’ensemble du diocèse, entre 1265 et 1314, on ne relève, en effet, les noms que de trois méridionaux qui ne vinrent pas résider dans nos contrées sans être expréssément retenus par une fonction à la curie.

68Par contre, après 1316, les Italiens et les Français du Sud furent favorisés en plus grand nombre par les pontifes d’Avignon. Ces universitaires reçurent parfois plusieurs prébendes avec dispense de résidence, simplement parce qu’ils étaient originaires des mêmes régions que le pape et les cardinaux les plus en vue à la cour pontificale. En effet, alors que vingt-et-un gradués méridionaux détenant des bénéfices liégeois travaillaient dans les différents services de la curie d’Avignon et que huit universitaires originaires des régions du Sud venaient résider à Liège, vingt autres se contentèrent de toucher les revenus de leur prébende liégeoise sans pour cela quitter leur région natale, ni participer d’une quelconque façon à l’administration centrale de l'Église.

69C’est donc dans le cours du XIVe siècle que la collation des benéfices mineurs échappa, dans une large mesure, aux évêques de Liège. À ces gradués méridionaux, il convient évidemment d’ajouter d’autres clercs qui jouirent aussi des faveurs pontificales, notamment seize Français du nord de la Loire pourvus de diplômes délivrés par des studia generalia, qui après 1309 reçurent des bénéfices liégeois. Et cela, grâce aux pressions que les rois de France pouvaient exercer sur les papes installés en Avignon. Des Liégeois gradués furent bien sûr aussi gratifiés de prébendes par les souverains pontifes, de même que de nombreux clercs non universitaires originaires des diocèses du Nord et du Sud de l’Europe.

70D’autres faits méritent d’être mis en relief. Certaines dignités liégeoises furent, au XIVe siècle, monopolisées par des familles italiennes ou françaises. Ainsi, les Orsini détinrent sans interruption l’archidiaconat de Campine, de 1316 à 1371, et les Aubert celui de Brabant, de 1342 à 1363. Comme ces archidiacres ne vinrent pratiquement pas à Liège assumer leur fonction, l'administration ecclésiastique du diocèse fut confiée, avec la bénédiction de l’autorité pontificale, à des vicaires. Dès lors, ces procurateurs, qui étaient le plus souvent originaires de nos contrées, obtinrent, grâce à la protection des dignitaires retenus à la curie et à titre de compensation pour services rendus, de nombreux bénéfices lucratifs.

  • 232 Cfr pp. 333-334, ainsi que p. 317.

71On a vu aussi qu’à partir de la deuxième moitié du XIIIe siècle, le système d’élection du chef du diocèse de Liège était tombé en complète décadence, puisqu’un seul évêque fut élu par le chapitre cathédral, entre 1274 et 1364, entre la déposition d’Henri de Gueldre et l’installation de maître Jean d’Arkel. L’élu Thibaut de Bar fut immédiatement confirmé par Boniface VIII, car il s’agissait justement d’un clerc favorable à ce pape. Mais dans d’autres circonstances232, des choix capitulaires ne furent pas respectés, simplement parce qu’ils n’allaient pas dans le sens des volontés du pape ou de ses alliés. À l’exception de Thibaut de Bar, pourtant choisi par trois universitaires, tous les évêques installés à Liège entre 1274 et 1364 étaient des clercs gradués.

72Enfin, dès 1226, des universitaires liégeois servirent très activement la papauté. A toutes les époques depuis le début du XIIIe siècle, des gradués originaires de nos contrées occupèrent différentes fonctions apostoliques ou curiales, d’abord en Italie, puis en Avignon.

Notes

1 Pour l’histoire de l’Église aux XIIIe et XIVe siècles, il convient maintenant de se reporter aux synthèses suivantes : A. Fliche, C. Thouzellier et Y. Azais, La chrétienté romaine (1198-1274), dans Histoire de l’Église, sous la dir. de A. Fliche et V. Martin, t. 10, Paris, 1950 ; M.D. Knowles et D. Obolensky, Le Moyen Age, dans Nouvelle Histoire de l’Église, t. 2, Paris, 1968 ; Die mittelalterliche Kirche, dans Handbuch der Kirchengeschichte, sous la dir. de H. Jedin, t. 3/2, Fribourg-en-Brisgau, 1968 ; F. Rapp, L’Église et la vie religieuse en Occident à la fin du Moyen Age, Paris, 1971 ; B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon, 1309-1376, Paris, 1962.

2 F. Rapp, op. cit., p. 5.

3 L. Genicot, Le XIIIe siècle européen, Paris, 1968, pp. 185 et sv.

4 Le problème de l'attribution des bénéfices a été étudié par différents auteurs. Une première synthèse a été réalisée par C. Lux, Constitutionum apostolicarum de generali beneficiorum reservatione... collectio et interpretatio (1265-1378), Breslau, 1904, tandis que deux études traitant plus spécialement du XIIIe siècle parurent peu après : E. Baier, Päpstliche Provisionem für niedere Pfründen bis zum Jahre 1304, Munster, 1911 et E. Berger, Les Registres d’innocent IV, t. 2, spécialement pp. CCI-CCVII. Mais c’est surtout la politique bénéficiale de la papauté au XIVe siècle qui a retenu récemment l’attention des spécialistes : A. Fierens, Ons prebendenwezen onder de Pausen van Avignon, dans Verslagen en Mededelingen der Konink. VI. Akad. voor Taal-en Letterkunde, 1921, pp. 809-843 ; G. Mollat, La collation des bénéfices ecclésiastiques à l’époque des papes d’Avignon (1305-1378), Paris, 1921 ; B. Guillemain, La politique bénéficiale du pape Benoît XII, Paris, 1952.

5 Éd. Mansi, t. 22, coll. 377-378 et Conciliorum œcumenicorum decreta, p. 194. Cfr R. Foreville, Latran I, II, III et Latran IV, Paris, 1965, p. 217.

6 Éd. Mansi, t. 22, coll. 1015-1018 et Conciliorum œcumenicorum decreta, pp. 225-226. Cfr R. Foreville, op. cit., pp. 361-362.

7 A titre d’exemple, signalons que Clément V a, en trente-deux mois (août 1311-avril 1314) accordé 191 dispenses pour cumul de bénéfices et 301 dispenses de résidence ou de visite (cfr R. Gaignard, Le gouvernement pontifical au travail..., dans Annales du Midi, t. 72, 1960, p. 176).

8 Voir à titre d’exemple la notice 60+ : maître Jonas fut nommé doyen de Saint-Paul à Liège par Célestin III en 1197.

9 Il s’agit alors de grâces expectatives.

10 Sexti decretalium, lib. III, tit. IV, De Praebendis et Dignitatibus, cap. 2 : éd. Friedberg, t. 2, col. 1021.

11 Sexti decretalium, lib. III, tit. IV. De Praebendis et Dignitatibus, cap. 3 : éd. Friedberg, t. 2, col. 1021. Cette constitution fut promulguée durant le concile de Lyon, cfr H. Wolter et H. Holstein, Lyon I et Lyon II, Paris, 1966, p. 201.

12 Cfr notice no 723.

13 Extravagantes, lib. III, tit. II, De Praebendis et Dignitatibus, cap. I : éd. Friedberg, t. 2, col. 1257 et Sexti decretalium, lib. III, tit. IV, De Praebendis et Dignitatibus, cap. 34 : éd. Friedberg, t. 2, col. 1031.

14 Par la constitution Ex debito pastoralis...

15 Extravagantes, lib. I, tit. III, De electione, cap. 4 : éd. Friedberg, t. 2, coll. 1240-1241. Pour plus de détails, voir C. Lux, op.cit., pp. 51-54.

16 Exception faite pour les clercs qui accomplirent des missions au nom de certains princes temporels (voir à leur sujet les pp. 305-342).

17 Cfr note 8, p. 269.

18 Ces interventions pontificales ont laissé peu de traces dans les sources des diocèses du Nord, car les nominations de clercs dans leur région d’origine donnaient rarement lieu à des problèmes. Il convient cependant de signaler qu’en 1246/47, la nomination par Innocent IV de Jacques de Fontaines (chapelain de Sigefroid III, archevêque de Mayence) au décanat de Saint-Jean l’Évangéliste à Liège, fut contestée par maître Henri de Restées. Ce dernier avait été régulièrement élu par ses confrères, mais le souverain pontife maintint la désignation qu’il avait faite en vertu de son droit de réserve. Peu après, maître Henri de Restées obtint sans doute à titre de compensation un canonicat prébendé à la cathédrale. Cfr la notice no 349 et Berger, Innocent IV, 1, p. 497 no 3196.

19 Cfr la notice no 565.

20 Cfr la notice no 607.

21 La Chambre apostolique déléguait, depuis le début du XIIIe siècle, des fonctionnaires dans les circonscriptions financières, appelées collectories, pour qu’ils récoltassent le produit des impôts prélevés sur les biens ecclésiastiques pour l’organisation des croisades ; mais, au fil du temps, des taxes furent levées plus fréquemment et plus régulièrement, si bien que la chambre apostolique finit par devenir l’institution la plus importante de la curie pontificale. Cfr F. Baix, Notes sur les clercs de la chambre apostolique (XIIIe-XIVe siècles), pp. 15-72 ; G. Mollat, Contribution à l’histoire de la chambre apostolique au XIVe siècle, dans R.H.E., t. 40, 1950, pp. 82-94 ; H. Schroeder. Die Protokollbücher der päpstlichen Kammerkleriker, dans Archiv für Kulturgeschichte, t. 37, 1937, pp. 121-287 ; J. P. Kirsch, Die päpstlichen Kollektorien in Deutschland während des XIV. Jahrhunderts, Paderborn, 1894, pp. VII-LXXVIII ; G. Felici, La reverenda camera apostolica, studio storico-giuridico, Cité du Vatican, 1940.

22 Cfr notices no 646 et 647.

23 L’aîné fut d’abord au service du cardinal Otton de Montferrat, avant de devenir en 1234 notaire de la chancellerie et en 1241 collecteur apostolique pour l’Angleterre. Son neveu était en 1247 camérier de Pierre Capocci, cardinal-diacre au titre de Saint-Georges-au-Velabre. Au sujet de l’organisation de la chancellerie pontificale au XIIIe siècle, il convient de se reporter aux ouvrages classiques de H. Bresslau, Handbuch der Urkundenlehre für Deutschland und Italien, t. 1, 3e éd. (réimpr. 2e éd. 1912), Berlin, 1958, pp. 249-278 et de P.M. Baumgarten, Von der apostolischen Kanzlei... im XIII. XIV. und XV Jahrhunderts, Cologne, 1908.

24 Cfr notice no 723 : il sera question de ce clerc infra, pp. 280-285.

25 Cfr notice no 577.

26 Au sujet de la pénitencerie pontificale au XIIIe siècle, cfr E. Goeller, Die päpstliche Pönitentiarie..., t. 1/1, Rome, 1907 : il s'agissait d’un tribunal compétent sur toutes les matières qui dépendent du for interne, même non sacramentel. Le chef de cette institution a toujours été un cardinal, appelé pénitencier ; il était secondé par des fonctionnaires appelés pénitenciers mineurs et par des scribes : les premiers entendaient les confessions et les seconds rédigeaient les lettres de dispense.

27 Cfr notice no 257.

28 Le 23 novembre 1220. Déjà lors de la cérémonie du couronnement de Frédéric II comme roi des Romains le 25 juillet 1215, maître Jean de Xanten (no 535) avait conseillé au souverain de partir pour la Terre-Sainte.

29 Cfr E. Winkelmann, Kaiser Friedrich II, t. 1, pp. 302-323 ; E. Jordan, L’Allemagne et l’Italie, pp. 202-220 ; H. Wolter, dans Die mittelalterliche Kirche, pp. 237-251 ; H.M. Schaller, Kaiser Friedrich II, Francfort - Zurich, 1964, pp. 21-39, 478-484, spécial. 479-481.

30 K. Hampe, Kaiser Friedrich II, dans Historische Zeitschrift, t. 88, 1899, pp. 5-8.

31 Il avait signé un accord avec le pape, le 25 juillet 1225 : cfr M.G.H., Constitutiones, 2, pp. 129-131 no 102-103.

32 Cfr notice no 681.

33 Cfr notice no 23.

34 Cfr notice no 213.

35 Boehmer, t. 5, no 1677 ; Historica diplomatica Fredericisecundi, t. 2, pp. 678-680.

36 E. Kantorowicz, Kaiser Friedrich der Zweite, pp. 89-90.

37 M.G.H., Constitutiones, 2, pp. 141-144 no 109-112.

38 M.G.H., Constitutiones, 2, pp. 144-145 no 113.

39 M.G.H., Constitutiones, 2, pp. 145-147 no 114.

40 Cette guerre reprit cependant après la diète de Mayence d’août 1235 pour s’achever le 26 mai 1249, quand la ligue vainquit l’armée impériale à Fossalta. L’Empereur mourut le 13 décembre 1250.

41 Sur l’utilisation par Grégoire IX des prédicateurs dominicains en Lombardie, cfr H. Zimmermann, Die päpstliche Legation zu Beginn des 13. Jh. im Dienste der Kreuzpredigt, Inquisition..., pp. 103-119 ; A. Borst, Die Katharer, p. 129.

42 Cfr notice no 535.

43 Cfr notice no 55+.

44 Voir à ce sujet R. Lejeune, L’évêque de Toulouse Folquet de Marseille, pp. 433-448.

45 Cfr notice no 496.

46 La collecte des fonds nécessaires aux expéditions en Orient est à l’origine de l’organisation des services de la chambre apostolique, cfr supra note 21 pp. 272-273.

47 Cfr notice no 14.

48 Hugues de Saint-Cher était dominicain (cfr A. Duval, dans Catholicisme, t. 5, 1959, coll. 1039-1041). Il fit plusieurs séjours dans le diocèse de Liège, cfr à ce sujet les pp. 385-386.

49 Pertz - Rodenberg, 2, pp. 506-508 no 683. Cfr notices no 171, 184, 186, 551.

50 Cfr notice no 441.

51 Pour ce qui concerne cette fonction au XIIIe siècle, il convient de se reporter à l’étude de R. Elze, Die päpstliche Kapelle im 12. und 13. Jahrhundert, dans Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte, Kanonistische Abteilung, t. 36, 1950, pp. 145-204 : c’est sous Innocent IV que fut réellement organisée la chapelle pontificale ; elle était composée des clercs destinés à assister le souverain pontife dans la célébration des offices. Les chapelains (capellani commensales) résidaient à la curie, mais il existait aussi des capelloni honoris qui n’étaient pas de réels familliers du Pape. On confiait surtout à ces derniers différentes missions à exécuter le plus souvent dans la région où ils résidaient habituellement, mais certains d’entre eux occupaient aussi des fonctions très importantes à la curie. Sous Nicolas III (1277-1280), le nombre maximum de chapelains avait été fixé à vingt-cinq. Cette fonction était très recherchée et conférait à son titulaire une autorité certaine en raison même de la confiance que lui témoignait le chef de la chrétienté. Au sujet du titre de chapelain d’honneur, voir B. Guillemain, Les chapelains d’honneur des papes d’Avignon, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire de l'École française de Rome, t. 64, 1952, pp. 217-238.

52 Cfr notice no 220.

53 Lagery est une localité du département de la Meuse Pour les autres hypothèses d’identification, voir la note 1 de la notice 220.

54 Le 2 octobre 1264.

55 Cfr la notice no 382.

56 Il resta archidiacre de Campine jusqu’en 1251, année où il devint évêque de Verdun.

57 H. Wolter et H. Holstein, Lyon I et Lyon II, Paris 1966, p. 128.

58 Cfr notice no 230.

59 L’hagiographe anonyme, sans doute un chanoine de Saint-Martin, qui a écrit la vie de la première abbesse du couvent de Cornillon, signale (éd. G. Henschen, dans AA. SS. Avril 1, 1675, pp. 443-476, spécialement pp. 459-463) que plusieurs théologiens furent consultés à propos des visions de Julienne. Parmi ceux-ci, il mentionne Hugues de Saint-Cher, provincial des dominicains et futur légat pontifical en Allemagne, et maître Guiard de Laon, chancelier de l’Université de Paris et futur évêque de Cambrai, qui mourut à Afflighem le 16 septembre 1248. Cfr à ce sujet les pp. 000-000 (La piété eucharistique des maîtres liégeois). Voir aussi A. Duval, Hugues de Saint-Cher, dans Catholicisme, t. 5, 1959, coll. 1039-1041 ; A. Rayez, Hugues de Saint-Cher, dans Dict. Spiritualité, t. 7/1, 1969, col. 900 et P.C. Boeren, La vie et les œuvres de Guiard de Laon, La Haye, 1956, spécial. pp. 111-118.

60 Entre le 14 juin et le 13 octobre : Schoolmeesters, Robert de Thourotte, p. 78 no 234.

61 Potthast, 2, no 18998.

62 Potthast, 2, no 19016.

63 Cfr supra, note 60.

64 Cette action sera étudiée en détail, pp. 384-388.

65 Cfr notice no 183.

66 Cfr notice no 18.

67 Cfr notice no 593.

68 Archio de Urbe fut prévôt de la cathédrale de 1279 à 1291.

69 Pape du 15/22 février 1288 au 4 avril 1292.

70 Cette autorisation était évidemment toujours accordée aux clercs vivant à la curie.

71 Cfr notice no 368.

72 Cette fonction consistait à traiter les cas les plus complexes de contestation des lettres pontificales. A partir de la fin du XIIIe siècle, les anciens auditeurs des causes contredites devenaient presque automatiquement évêques. Depuis le pontificat de Jean XXII, cette fonction importante ne fut plus confiée qu’à des clercs revêtus de la dignité épiscopale. Cfr Bresslau, Urkundenlehre..., pp. 279-296 ; Guillemain, La cour pontificale..., pp.318-319.

73 Cfr à ce sujet la note 52, p. 276.

74 Cfr notice no 372.

75 Pape du 25 novembre 1277 au 22 août 1280.

76 Kurth, Saint-Hubert, pp. 403-404 no 320.

77 C.A. Willemsen, Kardinal Napoleon Orsini (1263-1342), Berlin, 1927.

78 Cfr notice no 579.

79 Cfr notice no 79.

80 C.S.L., 3, pp. 155-156 no 996, 421 no 1155 et 6, pp.53-54 no 282.

81 Cfr notice no 723.

82 Il se trouvait en Palestine en 1271 au moment de son élection et n’était alors ni membre du Sacré-Collège, ni même prêtre. Il reçut les ordres majeurs à Viterbe le 29 mars 1272 et fut consacré comme souverain pontife à Rome le 27 mars. Au sujet de son action à la tête de l’église, voir L. GATTO, Il pontificato di Gregorio X (1271-1276), Rome, 1959.

83 Cfr à ce sujet les notes liminaires de ce chapitre, pp. 267 et sv.

84 Leodium, t. 1, 1902, pp. 85-86.

85 Othon Visconti, frère de Grégoire X, fut nommé archevêque de Milan en 1262. Il fit élire son neveu Matthieu, capitaine du peuple ; ce dernier devint seigneur de Milan à la mort d’Othon en 1295. C’est donc de cette époque que date la domination de la famille Visconti sur la ville lombarde (cfr L. Gatto, op. cit., pp. 30, 223-226, 234).

86 Cfr les notices no 328 et 445.

87 Maître Elbert, écolâtre de Saint-Lambert à Liège, était chapelain d’honneur du pape Grégoire X, cfr notice no 108.

88 Chronique de 1402, éd. Bacha, pp. 214-215 ; Hocsem, éd. Kurth, p. 48 et Gesta abbatum Trudonensium, cont. III, éd. Koepke, p. 403 (cette dernière source composée au XIVe siècle copie manifestement Hocsem). L. Gatto, op. cit., pp.43, 153 expose que le loup porté par Henri de Gueldre à Théard Visconti provoqua une hernie à l’abdomen de l’archidiacre. Au sujet d’Henri de Gueldre, cfr H. Pirenne, dans Biogr. nat. Belg., t. 9, 1886-1887, coll. 193-202 et J. Cl. Detroux, Henri de Gueldre, Mémoire de licence, Liège, 1972.

89 Cfr H. Wolter et H. Holstein, Lyon II, p. 180 ; L. Gatto, op. cit., pp. 152-153.

90 Guiraud, Grégoire X, pp. 38-39 no 111.

91 Au sujet du droit de marque, cfr F. L. Ganshof, Le Moyen Age, t. 1 de l’Histoire des relations internationales, Paris, 1958, pp. 288-290 ; P.C. Timbal, Les lettres de marque dans le droit de la France médiévale, dans Rec. Soc. J. Bodin, t. 10, L'Étranger, Bruxelles, 1958, pp. 108-138.

92 Éd. Kurth, pp. 49-58.

93 Éd. Borgnet et Bormans, t. 5, pp. 351-352, 388.

94 R.P.R., 2, 1875.

95 Il arrive à Lyon entre le 5 et le 9 novembre 1273, alors que le concile était prévu pour le 7 mai 1274. Cfr. H. Wolter et H. Holstein, Lyon II, pp. 150-151.

96 Grégoire X fit le voyage en compagnie de saint Bonaventure, son conseiller, qu’il venait de créer cardinal, cfr A. Callebaut, Le voyage du bienheureux Grégoire X et de saint Bonaventure au concile de Lyon, dans Archivum franciscanum historicum, t. 18, 1925, pp. 169-180.

97 Le 27 novembre 1272.

98 Cfr notes 91-92 p. 282.

99 Cfr à ce sujet la notice signée par Henri Pirenne, dans Biogr. nat Belg., t. 9, 1886-1887, coll. 193-202, spéc. p. 200 ; G. Kurth, Liège et la cour de Rome, pp. 4-5 et J. Lejeune, Liège et son pays, p. 82.

100 Éd. Kurth, pp. 192-193.

101 Éd. Bacha, pp. 214 et 219.

102 Cfr la notice no 449. C’est durant l’épiscopat de Jean d’Enghien qu’éclata le conflit appelé « guerre de la Vache de Ciney ».

103 Je tiens à remercier ici Monsieur le professeur J. Lejeune qui a eu l’amabilité de discuter avec moi de cette question.

104 Dans la chronique qu’il composa entre 1294 et 1298. Jean de Thilrode (éd. J. Heller, dans SS., t. 25, pp. 561 et 573) parle de la conduite d'Henri de Gueldre en ces termes : quod scandalum fuit ecclesiae christianitatis. Le chroniqueur ne fait cependant aucune allusion à la conduite de l’évêque avant la déposition de juillet 1274 ; les faits qu’il signale à l’attention concernent le guet-apens tendu à son successeur Jean d’Enghien, qui mourut des suites d’une chevauchée que lui avait imposée Henri de Gueldre.

105 Hugues de Pierrepont, Thibaut de Bar et Adolphe de La Marck, parmi d’autres, furent aussi des princes guerroyants et virils, cfr à ce sujet J. Lejeune, Liège et son pays, pp. 80-84.

106 Cfr notice no 288.

107 Voir à ce sujet la note 26 p. 273.

108 Cfr notice no 712.

109 Voir à ce sujet G. Sommerfeldt, Die Romfahrt Kaiser Heinrichs VH. (1310-1313), Königsberg, 1888 et W.M. Bowsky, Henry VII in Italy. The Conflict of Empire and City-State, 1310-1313, Lincoln, 1960.

110 Le poème sera analysé infra pp. 380-382.

111 Référendaire en 1296, évêque de Burgos en 1300 et cardinal-évêque de Sabine en 1302, ce prélat resta auprès de Boniface VIII après l’attentat d’Anagni, cfr Guillemain, La cour pontificale..., p. 58.

112 Cfr au sujet du titre, Guillemain, Les chapelains d’honneur des papes d’Avignon, pp. 217-238.

113 Cfr notice no 474.

114 Guillemain, La curie pontificale..., pp. 185, 212, 219, 228 et 310.

115 Cfr notice no 332.

116 C’est F. Vercauteren (Henri de Jodoigne, pp. 471-472) qui a exposé ces deux hypothèses.

117 Cfr notice no 38.

118 Cfr notice no 690.

119 L’entourage direct du souverain pontife se chargeait d’instruire le procès de l’ordre du Temple en général, tandis que, dans les provinces ecclésiastiques, on enquêtait sur les personnes ; cfr J. Delaville le Roulx, La suppression des Templiers, dans Revue des questions historiques, t.48, 1890, p. 45 et H. Finke, Papsttum und Untergang des Templeordens, t. 1, pp. 230-232 et t. 2, p. 234 note 1.

120 Regestum Clementis V pape, no 6666-6668.

121 E. Mueller, Das konzil von Wien, 1311-1312. Seine Quellen und seine Geschichte, Munster, 1934, pp. 63-67 et J. Lecler, Vienne, Paris, 1964, p. 51.

122 Conciliorum Œcumenicorum Decreta, pp. 312-319 : E. Mueler, op. cit., pp. 67-70 et Lecler, op. cit., pp. 57-59.

123 Conciliorum Œcumenicorum Decreta, pp. 222-223. Cfr R. Foreville, Latran I, II, III, et IV, p. 360.

124 L. Genicot, Haut clergé et noblesse dans le diocèse de Liège, pp. 245-252.

125 G. Kurth, Liège et la cour de Rome..., p. 4.

126 H.V. Sauerland, Vatikanische Urkunden und Regesten zur Geschichte Lothringens, t. 1, 1905, pp. 53-55 no 75.

127 A. Thomas, G. Digard, M. Faucon et R. Fawtier, Les registres de Boniface VIII, t. 4, 1939, coll. 712-714 no 5150.

128 Cfr notice no 263.

129 Après le décès de maître Jean de Flandre, il fut dédommagé par Guy de Dampierre.

130 La commission était en outre composée de l’archidiacre Thierry de Hornes (cfr Berlière, Archidiacres du XIVe siècle, p. 147).

131 Cfr notice no 281.

132 Cfr notice no 237.

133 Je ne suis que renvoyer au bon mémoire de licence de Chr. Limbrée, Thibaut de Bar, évêque de Liège (ca. 1263-1303-1312), Liège, 1974.

134 À Paris, Reims, Langres, Beauvais, Troyes, Le Mans.

135 À Metz, Toul, Verdun et Liège.

136 Le frère aîné du futur évêque de Liège.

137 Le frère du roi Philippe IV le Bel.

138 F. Kern, Die Anfänge der französischen Ausdehnungspolitik bis zum Jahr 1308, Tübingen, 1910, pp. 241-244, 334-341 ; M. Grosdidier de Matons, Le comté de Bar, Paris, 1922, pp. 505-506 : avant son départ, Henri III avait pourtant confié la garde de son comté et de son fils mineur à ses deux frères Thibaut et Renaud.

139 Éd. Kurth, pp. 111-112.

140 Éd. Martène et Durand, Amplissima Collectio, t. 5, Paris, 1729, col. 147.

141 Éd. Bacha, Bruxelles, 1900, p. 249.

142 Éd. Bormans, Liège, 1865, p. 87.

143 Fragments de la chronique de Jean de Warnant, à partir du manuscrit de Tongerloo, éd. Balau, dans Chroniques liégeoises, t. 1, pp. 57-58.

144 Au sujet de l’auteur de la source commune de ces trois chroniques que J. Lejeune, La « Chronique liégeoise de 1402 » et Henri de Dînant, pp. 418-425, propose d’identifier à maître Pierre de Huy, voir la notice no 618.

145 Cfr notice no 449 : il fut installé à Liège après la déposition d'Henri de Gueldre.

146 Cfr notice no 451. Les débats capitulaires en vue de l’élection du successeur de Jean d’Enghien duraient depuis plus d’un an (24 août 1281-31 octobre 1282), quand le pape nomma Jean de Dampierre.

147 Charles 1er d'Anjou, fils du roi Louis VIII et frère de Louis IX, était comte d’Anjou, du Maine, de Provence, roi de Naples et de Sicile. C’est lui le fondateur de la deuxième maison d’Anjou.

148 Ch. Duvivier, La querelle des d’Avesnes et des Dampierre, t. 1, pp. 235-274.

149 Cfr notice no 361. Deux candidats se disputaient l’évêché de Liège, — maître Guillaume Berthout (notice no 270) et Guy d’Avesnes (cfr la notice no 316 consacrée à son précepteur maître Henri Bate), tous deux seront plus tard évêques d’Utrecht, — quand Boniface VIII installa Hugues de Chalon sur le siège épiscopal de Liège.

150 Sur le rôle joué par la famille de Chalon dans le conflit qui opposa le roi de France à Boniface VIII, voir G. Digard, Philippe le Bel et le Saint-Siège de 1285 à 1304, t. 1, pp. 55-56, 215-219 et t. 2, pp. 33-39.

151 Cfr no 6 et A. Joris, dans Biogr. nat. Belg., t.5, 1966, coll. 751-752 : ce gradué était candidat à l’évêché d’Utrecht, vacant depuis le décès (4 juillet 1301) de maître Guillaume Berthout (notice no 270), mais fut nommé à celui de Liège.

152 Cfr notice no 5. Thibaut de Bar perdit la vie dans un combat à Rome le 29 mai 1312 (cfr supra, p. 466), mais la nouvelle ne parvint en France qu’au mois d’août. Adolphe de La Marck qui étudiait alors à Nevers se rendit immédiatement en Avignon, après avoir obtenu une lettre de recommandation de Philippe IV le Bel. Il fut nommé par Clément V le 4 avril 1313, malgré l’élection de Guillaume de Julémont par le chapitre cathédral.

153 Cfr notice no 114.

154 Voir à ce sujet les pp. 368-369, où dans le paragraphe intitulé Les idées politiques des chroniqueurs gradués, je traiterai de l’ambition manifestée par la famille La Marck de placer un de ses fils sur le siège archiépiscopal de Cologne.

155 Cfr notice no 40.

156 J. Bernard, Le népotisme de Clément V et ses complaisances pour la Gascogne, dans Annales du Midi, t. 61, 1949, pp. 369-412 ; É. Albe, Autour de Jean XXII. Jean XXII et les familles du Quercy, dans Annales de Saint-Louis-des-Français, t. 6, 1901-1902, pp. 341-396 et t. 7, 1902-1903, pp. 91-492 ; B. Guillemain, Les Français du midi à la cour d’Avignon, dans Annales du Midi, t. 74, 1962, pp. 29-38 ; G. Mollat, Clément VI et le Limousin, dans Journal des Savants, janv.-févr. 1959, pp. 16-27 et enfin L. Caillet, La papauté d’Avignon et l'Église de France : la politique bénéficiale du pape Jean XXII en France (1316-1334), Paris, 1975.

157 Pour connaître le nombre de gradués fournis par les régions méridionales aux églises du diocèse de Liège, il convient de se reporter au tableau no 28 (p. 302) présenté dans le paragraphe de conclusions de ce chapitre.

158 Cfr notice no48.

159 Cfr notice no 560.

160 Cfr les notices no 22 et 50.

161 Ce pape, qui régna du 18 décembre 1352 au 12 septembre 1362, fut archidiacre de Brabant dans le diocèse de de Liège du 27 septembre 1342 à son élévation au souverain pontificat, cfr la notice no 117.

162 Cfr la notice no 266.

163 Cfr au sujet de ce prélat, petit-neveu de Clément V, qui fut créé cardinal par Jean XXII, l’étude de B. Guillemain, La cour pontificale..., pp. 178, 188, 193, 195, 228, 240, 255-259, 264-266.

164 Cfr notice no 106.

165 Au sujet de cette fonction, qui consistait en fait dans la charge de transmettre des convocations pontificales aux cardinaux et prélats, cfr Guillemain, La cour pontificale..., pp. 373-376.

166 Cfr la notice no 119 et la note 162.

167 Cfr la notice no 51.

168 Au sujet du tribunal du Sacré Palais, appelé à partir de 1336 la Rote, cfr E. Goeller, Zur Geschichte der Rota Romana, dans Archiv für Katholisches Kirchenrecht, t. 91, 1911, pp. 18-48 ; F. E. Schneider, Die römische Rota, Paderborn, 1911 ; G. Mollat (Contribution à l'histoire de l’administration judiciaire de l’Église romaine au XIVe siècle, dans R.H.E., t. 32, 1936, pp. 877-928, spécial, pp. 898-906) et B. Guillemain, La cour pontificale..., pp. 346-355 ont spécialement étudié la fonction d’auditeur de ce tribunal.

169 Cfr notice no 489.

170 Cfr notice no 78.

171 Le rôle joué par ce légat, lors de la tentative de Cola di Rienzo d’établir à Rome une République, a été souligné par Jean de Hocsem dans sa chronique (éd. Kurth, pp. 352, 388 et 395).

172 Cfr notice no 80.

173 Cfr notice no 269.

174 Cfr notice no 621.

175 Ce noble limousin, qui était un neveu du pape Clément VI, fut en 1344 nommé cardinal-au-titre de Sainte-Marie-in-Via-Lata et évêque de Limoges : cfr Berlière, Archidiacres du XIVe siècle, pp. 179-180 ; Guillemain, La cour pontificale..., pp. 160, 188, 193, 196, 203, 208, 212, 260, 415, 628.

176 Ce fils de Robert VII, comte de Boulogne et d’Auvergne, fut d’abord archevêque de Lyon et cardinal-au-titre-de-Sainte-Cécile, avant de devenir, en 1363, cardinal-évêque de Porto : cfr Guillemain, La cour pontificale..., pp. 249-251.

177 Cfr notice no 363.

178 U. Berlière, dans Monasticon belge, t. 2/1, p. 89.

179 Cfr notice no 96.

180 Cfr notice no 715.

181 Au sujet de ce prélat, voir L. Mohler, Die Kardinale Jakob und Peter Colonna, Paderborn, 1914.

182 Cfr notice no 600.

183 Au sujet de ce prélat, cfr M. Dykmans, Le cardinal Annibai de Ceccano, dans B.I.H.B.R., t. 43, 1973, pp. 145-341.

184 Cfr notice no 371.

185 Au sujet de cette fonction, voir la note 169 p. 294.

186 Cfr les notices no 12, 81, 626 et 637.

187 Il est assez difficile de saisir avec précision la place tenue au XIVe siècle à la cour pontificale par les notaires du pape. Il semble néanmoins qu’ils furent quatre à six seulement à travailler en même temps ; il s’agissait d’une fonction importante à la curie, car les notaires intervenaient à la fois dans les services de la chambre apostolique et dans ceux de la chancellerie. Cfr. H. Schroeder, Die Protokollbücher der päpstlichen Kammer-Kleriker, dans Archiv für Kulturgeschichte, t. 27, 1937, pp. 275-286 ; G. Mollat, Contribution à l’histoire de l’administration judiciaire de l’Église romaine..., pp. 906-907 ; Bresslau, Urkundenlehre, 1, pp. 276-277, 293-294.

188 Cfr notice no 382.

189 Cfr notice no 111.

190 Cfr notice no 664.

191 Cfr notice no 736.

192 Cette fonction consistait en la préparation des minutes de toutes les pétitions et suppliques parvenues à la chancellerie, cfr P.M. Baumgarten, Von der apostolischen Kanzlei. Untersuchungen über die päpstlichen Tabellionen und die Vizekanzler der Heiligen Römischen Kirche im XIII. XIV. und XV. Jahrundert, Cologne, 1908, pp. 74-89 ; M. Tangl, Die päpstlichen Kanzleiordnungen von 1200-1500, Innsbruck, 1894, pp. 124-124-125 ; Bresslau, Urkundenlehre..., t. 1, pp. 274-275, 295-300.

193 Cfr notice no 498.

194 Cfr notice no 135.

195 Cfr au sujet de ce prélat, qui fut cardinal-diacre de Saint-Nicolas-in-Carcere de 1294 à 1319, Guillemain, La cour pontificale..., pp. 212, 228. Matthieu Longhi, petit-neveu de ce cardinal, est étudié dans la notice no 574.

196 Cfr supra dans le deuxième chapitre, les pp. 232 et 258-259.

197 Cfr notice no 21.

198 Cfr supra, pp. 259-260.

199 Au sujet de cette affaire, voir J. Baerten, Het graafschap Loon..., pp. 141-145 et G. Kurth, Liège et la cour de Rome. pp. 8-9.

200 Éd. Kurth, pp. 255-258, 273-280. Voir l’analyse de l’argumentation de l’écolâtre de Saint-Lambert (p. 262)

201 Cfr au sujet des péripéties de cette affaire, J. Lejeune, Liège et son pays, pp. 123-130.

202 Cfr infra, les notes 218-219 p. 299.

203 Il n’est pas possible d’affirmer avec certitude que maître Durand Cornu, camérier du cardinal Guy de Boulogne-Auvergne (cfr note 177 p. 295) était issu du lignage des Cornu de Saint-Léonard. Cfr à ce sujet la notice no 105.

204 Cfr notice no 16.

205 Cfr supra les pp. 189-190.

206 Il est le fils d’un chanoine de Sainte-Croix.

207 Fayen, 2, p. 390 no 2715 et 403 no 2747.

208 Cfr notice no 207.

209 Cfr notice no 139.

210 Ce cardinal fut vice-chancelier de la chancellerie pontificale et grand pénitencier, cfr B. Guillemain, La cour pontificale..., pp. 188, 193-195, 230-236, 274-275, 309-310, 332-338.

211 Cfr notice no 558.

212 Son premier patron fut d’ailleurs victime de l’épidémie de peste de 1348 : cfr J. De Smet, Breve Chronicum Flandriae, dans Recueil des chroniques de Flandre, t. 3, Bruxelles, 1856, pp. 16-18.

213 Citons Nicolas de Bockout, Gilles Blanc de Saint-Omer, Jean Punifier de Lierneux, Gilles Waspart de Liège, Nicaise de Beaumont, Jean Godin de Crépy-en-Ponthieu, Etienne le Stupéfait de Tournai, Pierre Bâton-de-Fer, Nicolas Talmards et Jean de la Barre, tous trois de Liège, cfr Guillemain, La cour pontificale..., pp. 261-262.

214 Cfr notice no 56.

215 Cfr la note 190.

216 Cfr notice no 271.

217 L’examen portait sur le latin, le chant et le comput, mais les universitaires en étaient parfois dispensés.

218 Cfr, au sujet de la fonction, C. Tihon, Les expectatives « in forma pauperum » particulièrement au XIVe siècle, pp. 71-74.

219 Cfr notice no 415.

220 Cfr notice no 701.

221 Cfr notice no 707.

222 Cfr notice no 290. Voir aussi pour ce vicaire et les suivants, les tableaux no 22-23, pp. 221 et sv.

223 Cfr notice no 419.

224 Cfr notice no 228.

225 Cfr notice no 608.

226 Cfr notice no 279.

227 Cfr notice no 658.

228 Cfr notice no 142.

229 Il convient de se reporter aux données présentées dans les tableaux no 16, 17, 18 et 20 pp. 204-210, ainsi qu’au graphique no 4, p. 215.

230 Cfr les notes liminaires de ce chapitre, pp. 267 et sv.

231 Cfr les tableaux 7-9, pp. 149-152.

232 Cfr pp. 333-334, ainsi que p. 317.

Table des illustrations

Titre Tableau 28 Les gradués méridionaux et les bénéfices liégeois
Légende 1. Nombre total d’universitaires méridionaux231.2. Nombre de gradués méridionaux curialistes.3. Nombre de gradués méridionaux résidant dans le diocèse de Liège.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5988/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

© Presses universitaires de Liège, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search