Version classiqueVersion mobile

Le monde des maîtres universitaires du diocèse de Liège 1140-1350

 | 
Christine Renardy

Deuxième partie. Les maîtres liégeois aux XIIIe et XIVe siècles

Chapitre II. Les maîtres et l’Église de Liège

Texte intégral

Non enim scribo magistris, sed rudibus qualis ego sum, nec tyronibus quibus in libris suis memoriam figere magis expedit quam assuescere ruditati...
Jean de Hocsem

1On sait maintenant que la très grosse majorité des universitaires du diocèse de Liège sont des clercs ; il importe donc de déterminer à quels chapitres, monastères ou couvents, en fait à quel établissement religieux, les gradués repris dans cette étude appartiennent. Ces questions feront l’objet de la première partie de ce chapitre.

2Ensuite, l’étude des différentes fonctions assumées par des maîtres dans l’organisation administrative et judiciaire de l’évêché sera entreprise. C’est le procédé de l’analyse statistique qui sera utilisé pour mettre en évidence l’accaparement des charges les plus importantes (officialité, archidiaconats, vicariat général, prévôté et décanat de la cathédrale) par les universitaires.

3Enfin, on envisagera le rôle primordial joué par les gradués dans le gouvernement spirituel de l’évêché et temporel du pays de Liège.

4Une partie importante de ce chapitre est élaborée à partir de données chiffrées. Celles-ci seront, dans la mesure du possible, présentées dans des tableaux, afin que mes lecteurs puissent en prendre connaissance rapidement et sans lassitude. De plus, quelques croquis et une carte mettront des éléments statistiques en évidence.

A. Les établissements religieux du diocèse de Liège et les maîtres

5Pour le XIIe siècle, vingt-neuf clercs gradués avaient été repérés. Parmi ceux-ci, on relevait un bénédictin, un prémontré, deux chanoines réguliers de Saint-Augustin et vingt-cinq chanoines suivant la règle d’Aix. Entre 1200 et 1350, les universitaires liégeois appartiendront aux mêmes groupes de clercs, mais aussi aux ordres de Cîteaux, des frères prêcheurs, des frères mineurs et du Carmel.

Tableau 15. Répartition des maîtres entre les différentes catégories de clercs (1200-1350)

  • 1 Il aurait été évidemment intéressant de pondérer les chiffres obtenus dans ce recensement des gradu (...)

Catégories de clercs

Nombre de gradués1

 %

Saint-Benoît et Citeaux

9

1,5

Chan. rég. Saint-Augustin et Prémontré

17

2,84

Chan. règle d’Aix

555

92,8

Mendiants (Dominicains)

17

2,84

Total

598

100

  • 2 Sur sept cents universitaires connus, 598 (85,4 %) sont repris dans le tableau no 15, vingt-deux (3 (...)
  • 3 À l’époque, les moines ordonnés détenaient parfois des cures paroissiales ; ils étaient surtout tit (...)

6Ce tableau appelle quelques réflexions. Soulignons d’abord qu’une proportion importante (11,4 %) des universitaires liégeois2 n’ont pu être repérés que comme titulaires d’une cure paroissiale ou encore comme vicaires d’un « vestit », alors que, porteurs de titres universitaires, ils étaient probablement aussi membres d'un chapitre ou d’un monastère. Ils n’ont pas pu être comptabilisés comme appartenant à l’un ou à l’autre établissement religieux. Il convient donc de considérer, d’une part, que les chanoines suivant la règle d’Aix ou réguliers et les moines bénédictins ou cisterciens3 étaient en réalité plus nombreux que ce qu’il apparaît dans cette récapitulation et, d’autre part, que les clercs cités uniquement comme « vestit » d’une paroisse n’ont pas été retenus lors de l’élaboration de ce tableau.

7La très grosse majorité (92,8 %) des clercs universitaires du diocèse de Liège identifiés du point de vue de l’appartenance à une institution, étaient membres de chapitres suivant la règle d’Aix, puisque les autres établissements religieux n’atteignent ensemble qu’environ 7 % des maîtres. Mais pourquoi les gradués furent-ils aussi peu nombreux parmi les membres des fondations relevant de certains ordres, notamment ceux de Saint-Benoît et de Citeaux ?

1° Les moines bénédictins et cisterciens

8Les sources dépouillées pour ce travail ont, en effet, seulement gardé trace, entre 1200 et 1350, des activités de neuf moines bénédictins ou cisterciens, qui avaient fait des études supérieures dans un Studium generale à l’étranger.

  • 4 Cfr mon article actuellement sous presse dans la R.B.P.H. : Les écoles de Liège du IXe au XIIe sièc (...)

9À première vue, cette constatation est d’autant plus surprenante que, durant plusieurs siècles (IXe-XIIe), les monastères de l’ordre de Saint-Benoît avaient été dans nos contrées des foyers d’études très florissants ; elle peut cependant s’expliquer sans problème si on se réfère aux faits suivants. D’abord, on rappellera qu’aux XIe et XIIe siècles, les réformateurs monastiques se montrèrent hostiles à l’enseignement4. Les écoles extérieures des abbayes furent donc fermées ou confiées à des séculiers, tandis que l’on se contentait d’inculquer aux novices quelques notions de liturgie et de chant.

10Le XIIIe et le XIVe siècles constituent pour les bénédictins mosans une période de très net déclin au point de vue intellectuel. Opposés à la dialectique, ces religieux furent, à partir de 1150, dépassés pour les études théologiques et eurent dès lors tendance à se replier sur eux-mêmes. Dans ces conditions, comment imaginer que les cloîtres de Saint-Benoît aient pu attirer de jeunes gradués fraîchement émoulus d’un studium generale, où l’on avait entraîné leur esprit aux formes du raisonnement logique.

  • 5 Cfr notice no 535.

11Quatre maîtres de nos contrées appartinrent cependant entre 1200 et 1350 à l’ordre bénédictin. Comme maître Éverlin de Fooz, abbé de Saint-Laurent à la fin du XIIe siècle, trois de ces gradués universitaires obtinrent des dignités. C’est contre sa volonté que maître Jean de Xanten5 fut élu, durant l’automne, 1222, abbé de Saint-Trond ; jusqu’alors il avait été doyen de Notre-Dame à Aix. Protégé par Conrad de Scharfenberg, évêque de Metz et chancelier impérial, ce prédicateur de talent n’accepta finalement d’entrer dans l’ordre de Saint-Benoît pour recevoir cette dignité (le monastère de Saint-Trond était encore une possession de l’église messine), que lorsqu’il en eut reçu l’ordre exprès du pape Honorius III lui-même, le 19/20 avril 1223.

  • 6 Cfr notice no 535, ainsi qu’à la p. 274, la note 28.
  • 7 Voir É. Poncelet, Hugues de Pierrepont, p. 232 no 245.

12L’installation de Jean de Xanten à la tête de l’abbaye hesbignonne fut certainement inspirée par des mobiles politiques. Hugues de Pierrepont, évêque de Liège, dont dépendait Saint-Trond au point de vue spirituel, s’empressa évidemment d’agréer l’élection du nouvel abbé, qui était un prédicateur apprécié des papes Innocent III et Honorius III6, et un collaborateur occasionnel du chancelier impérial Conrad de Scharfenberg, évêque de Metz. L’évêque Hugues fut durant son règne souvent aux prises avec Henri 1er, duc de Brabant. Il n’est dès lors pas interdit de supposer que le prélat ait songé, dès 1223, à l’aide que Jean de Xanten, dont il connaissait les hautes relations, pouvait lui apporter contre le Brabant. C’est en tout cas cet abbé gradué qui, en 1227 (avant le 26 juin), s’entremit pour que l’échange de Maidières et de Saint-Trond, entre les églises liégeoise et messine, puisse avoir lieu malgré l’opposition brabançonne7.

  • 8 Cfr notice no 285.
  • 9 Son prédécesseur Henri de Waelbeek fut déposé par l’évêque de Liège parce qu’il dilapidait les bien (...)
  • 10 Cfr notice no 363. Cette abbaye bénédictine du diocèse de Béziers comptait parmi ses membres différ (...)
  • 11 Cfr notice no 554.

13Maître Guillaume de Malines8, fils illégitime de Gauthier (VII) Berthout, était prieur de Wavre, quand, en 1277, l’évêque Jean d’Enghien, qui avait étudié la théologie en même temps que lui à Paris, l’installa à la tête de l’abbaye de Saint-Trond9. Quant à Hugues Garrel, decretorum doctor enseignant à Montpellier et camérier de Joncels10, il reçut en décembre 1342 des mains de Clément VI l’abbatialité de Stavelot. Bien que d’origine méridionale, il fit de fréquents séjours en Ardenne. Enfin, Laurent Binette11, maître-ès-arts de Paris, entra en religion à l’abbaye de Gembloux en 1349.

14Il semble néanmoins difficile de tirer des conclusions de portée générale après l’examen des carrières de ces quelques maîtres bénédictins qui apparaissent tous quatre comme des exceptions à la règle.

***

  • 12 Cfr M. A. Dimier, Les premiers cisterciens étaient-ils ennemis des études ?, pp. 69-91.
  • 13 Voir à ce sujet G. Mueller, Gründung des St-Bernhard-Kollegiums in Paris, dans Cistercienser-Chroni (...)

15À ma connaissance, cinq moines cisterciens du diocèse de Liège, cités entre 1200 et 1350, avaient fait des études supérieures. Il convient évidemment de rappeler ici que l’ordre de Citeaux ne fut pas longtemps aussi intransigeant à l’égard du monde universitaire que l'aurait voulu saint Bernard12. Dès 1237, Evrard, abbé de Clairvaux, obtint du chapitre général l'autorisation, tant pour lui que pour d’autres dignitaires, d’envoyer des novices étudier à Paris. Quelques années plus tard, en 1244 exactement, Étienne Lexington, nouvel abbé de Clairvaux, put fonder dans cette cité universitaire un collège qui fut d’abord appelé Cardinetum, puis Saint-Bernard13. À partir de cette époque, les chapitres généraux de l’ordre insistèrent à plusieurs reprises pour que les jeunes moines aillent étudier dans des studia generalia.

  • 14 Cfr notice no 102.
  • 15 Cfr notice no 682.
  • 16 Cfr notice no 486.
  • 17 Cfr notice no 425.
  • 18 Cfr notice no 376.
  • 19 Analecta Reginensia, dans Studi e Testi, t. 59, 1933, pp. 117-118.
  • 20 Notons cependant que E. J. Polak (A textual study of Jacques de Dinant..., p. 19) estime que l’appa (...)

16Cette politique fut immédiatement appliquée dans nos contrées, puisque maître Dieudonné14, moine de Grandpré et gradué universitaire, est cité en 1264 dans le testament d’une bourgeoise de Dînant. Robert de Bloqueroie étudiait encore les arts à Paris, quand il fut choisi comme abbé de Villers au début de l’année 128315. Deux autres dignitaires de cette église brabançonne, Jean de Malderen16 (abbé à partir de 1315) et Jean de Bruxelles17 (abbé à partir de 1333), étaient, eux, des théologiens. Terminons cette énumération des gradués cisterciens en mentionnant maître Jacques de Dînant18, un rhétoriqueur d’origine mosane. A. Wilmart19 a analysé et édité la plus grande partie de ses traités : Breviloquium dictaminis, Expositio breviloquii et Ars arengandi ; il est arrivé à la conclusion qu’ils étaient l’œuvre d’un moine cistercien, qui fit la plus grande partie de sa carrière à Bologne, après avoir quitté son monastère de profession situé dans le diocèse de Liège20.

  • 21 Cfr notice no 679.
  • 22 Cfr notice no 674.
  • 23 Cfr notice no 628.

17Il faut pourtant dire que certains monastères bénédictins ou cisterciens recrutaient des clercs séculiers gradués à titre de conseiller-pensionnaire : maître Rigaud21 mit ainsi son activité au service de l’abbaye de Saint-Laurent à Liège, maître Ribert22 de celle du Val Saint-Lambert et maître Pierre de Dinant23 de celle de Robermont. Ce fait dénote sans aucun doute que ces établissements religieux ont rapidement ressenti, pour ce qui concernait les problèmes administratifs ou juridiques, leur déclassement intellectuel.

2° Les chanoines réguliers et les prémontrés

  • 24 Intellectual training and attitudes toward reform, pp. 235 et sv.
  • 25 Il convient évidemment de se reporter à l'ouvrage de Ch. Dereine (Les chanoines réguliers au diocès (...)

18Pour la période 1075-1150, L.K. Little24 a réalisé une étude prosopographique minutieuse des réformateurs radicaux, qui prônaient un idéal apostolique pour la vie des clercs, et des réformateurs modérés ou conservateurs, qui voulaient rester fidèles à la vie monastique traditionnelle. Il est arrivé à une conclusion qui mérite d’être citée. L’analyse des biographies des radicaux révèle, en effet, un seul point commun à tous : la formation acquise dans des écoles urbaines. Par contre, le facteur unissant le groupe des modérés ou conservateurs est la fréquentation d’une école monastique. Une conséquence logique de ce fait a été que jamais, les ordres des chanoines réguliers de Saint-Augustin25 ou de Prémontré n’ont montré une quelconque opposition à l’enseignement dispensé dans les studia generalia, nés en milieu urbain.

  • 26 Cfr notice no 55+.
  • 27 Cfr notice no 76 +.
  • 28 Cfr notice no 63.
  • 29 Cfr notice no 496.
  • 30 Cfr notice no 42.
  • 31 Cfr notice no 136.
  • 32 Cfr notice no 251.

19Avant 1200 déjà, deux chanoines réguliers de Saint-Augustin (Jacques de Vitry26 et Renier de Neufmoustier27), attachés à des églises liégeoises, étaient des universitaires. Entre 1200 et 1350, cinq membres du même ordre firent des études supérieures avant de venir résider dans nos contrées. Il s’agit de Baudouin de Barbençon28 et Jean de Nivelles29, chanoines réguliers de Saint-Nicolas à Oignies, d’Arnould de Namur30, chanoine régulier de Malonne, et enfin de Francon31 et Gossuin32, chanoines réguliers de Sainte-Gertrude à Louvain.

  • 33 Éd. J. Monfrin, Paris, 1959, p. 97 (I. 1200-1204), cfr J. T. Muckle, The Story of Abelard's Adversi (...)
  • 34 The Role of the Canons of Prémontré in the intellectual Movements of the twelfth and thirteenth cen (...)
  • 35 Cfr supra.
  • 36 P. L., t. 203, col. 31.
  • 37 Au sujet de ce personnage, parfois appelé à tort « de Chichester », voir J. B. Valvekens, Gervasius (...)
  • 38 L. Thorndike, The Sphere of Sacrobosco, Chicago, 1949.
  • 39 C.U.P. 1, p. 179, no 138, Cfr J. John, The college of Prémontré in Medieval Paris, Notre-Dame (Indi (...)

20Contrairement à ce qu’on affirmait généralement en interprétant un passage de l'Historia Calamitatum d’Abélard33, A. Gabriel a pu montrer que Norbert de Gennep ne fut pas, au XIIe siècle, un adversaire résolu des études, loin de là34. Ce réformateur fait d’ailleurs partie du groupe des radicaux étudiés par Little35. De plus, Philippe de Harvengt († 1182), un des premiers disciples du fondateur de l’ordre prémontré, a inclu, dans son De Instandone clericorum, un chapitre (De Scientia) où il faisait l’éloge de Paris : felix civitas in qua sancii codices tanto studio revolvuntur36. Il est dès lors tout naturel que, dès la fin du XIIe siècle, des religieux prémontrés aient été étudier dans la cité française. Citons, parmi les plus connus, maître Gervais dit l’Anglais, abbé de Prémontré de 1209 à 1220 et pénitentier d’Honorius III37, et surtout maître Jean de Sacrobosco, dont on connaît les écrits scientifiques sur la sphère38. Peut-être dès 1237, mais certainement à partir de 1245, fonctionna à Paris un collège de l’ordre prémontré39.

  • 40 Cfr notice no 25+.
  • 41 Cfr notices no 175, 362, 377, 618, 636 : Gérard, Hugues de Dînant, Jacques de Gestel, Pierre Amand (...)
  • 42 Cfr notice no 591.
  • 43 Cfr notice no 645.
  • 44 Cfr notice no 698. Il convient de noter également que maître Jean de Tongres fut abbé de Vicogne de (...)

21Dès avant le milieu du XIIIe siècle, des Liégeois, disciples de Norbert de Gennep, avaient cependant fait des études universitaires. Maître Francon, membre du monastère du Parc à Heverlee, vécut, en effet, de 1197 à 1205 au moins dans l’entourage d’Henri Ier de Brabant40. Sept chanoines prémontrés de Floreffe sont cités avec des titres de maîtres41 entre 1200 et 1350 ; deux de ceux-ci, Nicolas de Gestel42 et Pierre de Solre43 furent abbés de cet établissement religieux. C’est également à la direction d’un monastère prémontré, celui du Parc, qu’accéda maître Siger le Fèvre en 130744.

  • 45 Cfr supra, note 29 p. 200.
  • 46 Cfr notice no 316.
  • 47 Cfr notice no 313.

22Les communautés qui tendaient à reproduire les formes de vie apostolique et qui préconisaient un retour à l’Église primitive, ont également attiré des universitaires, qui avaient jusqu’alors vécu selon la règle d’Aix. Ainsi maître Jean de Nivelles45 abandonna, entre 1215 et 1219, sa prébende à Saint-Jean l’Évangéliste de Liège pour se retirer à Oignies et maître Henri Bate de Malines46, chantre de Saint-Lambert, passa les dernières années de sa vie (1308-1310) à Tongerloo. Quant à maître Henri d’Audenarde de Rozoy47, il renonça à sa prébende à la cathédrale de Liège en 1281/82 pour devenir prieur du Val des Écoliers à Mons.

3° Les mendiants

  • 48 H. M. Vicaire, Fondation, approbation, confirmation de l’ordre des Prêcheurs, dans R.H.E., t. 47, 1 (...)
  • 49 Poncelet, Hugues de Pierrepont, p. 250 no 267. Voir aussi Berlière, Les évêques auxiliaires..., pp. (...)

23Lorsque le IVe concile de Latran approuva la fondation de l’ordre des frères prêcheurs par Dominique Guzman, il fut ordonné que ces religieux vivraient selon la règle dite de Saint-Augustin48. A Liège, c’est d’ailleurs à maîtres Jacques de Vitry et Baudouin de Barbençon, chanoines réguliers d’Oignies, qu’Hugues de Pierrepont demanda, en avril 1229 alors qu’il rédigeait son testament, d’installer un couvent dominicain49.

  • 50 …ut per totum episcopatum disseminent verbum Dei, dit le testament d'Hugues de Pierrepont cité à la (...)
  • 51 L. E. Halkin, L'hérésie et sa répression au Pays de Liège, pp. 106 et sv.
  • 52 P. Fredericq, Corpus documentorum..., t. 1, pp. 74-75 no 75.
  • 53 Le fondateur de l’ordre Dominique de Guzman était d’ailleurs maître en théologie (R. Loenertz, Sain (...)

24Le rôle primordial joué par les membres de cet ordre dans le développement des études théologiques au XIIIe siècle, avec notamment Albert le Grand, Thomas d’Aquin et Gilles de Lessines, est trop connu pour qu’il soit besoin de le présenter ici. Les missions essentielles assumées par les frères prêcheurs dans nos contrées furent la prédication50 et la lutte contre l’hérésie51. De plus, l’évêque Jean d’Eppes souhaita aussi que ces religieux legant de theologia52 ; en principe d’ailleurs, aucun couvent dominicain ne pouvait être établi sans qu’un docteur ayant reçu la mission d’enseigner aux autres frères ou aux clercs séculiers de la localité, n’y fût attaché53.

  • 54 L’organisation même de cet ordre mendiant, qui prônait la pauvreté, a pour effet indirect de réduir (...)
  • 55 Sept théologiens, trois physici et un gradué dont on ne connaît pas la spécialité ; cfr les notices (...)
  • 56 Cfr les notices no 288 et 733.
  • 57 Cfr notice no 247.

25Les activités des dominicains gradués n’ont malheureusement guère laissé de traces dans les archives54, si bien que quatorze universitaires membres de l’ordre des frères prêcheurs seulement sont connus dans le diocèse de Liège avant 1350. Onze étaient attachés au couvent de Liège55, deux à celui de Louvain56 et un à celui de Maastricht57.

  • 58 P. Gratien, Histoire de la fondation et de l’évolution de l’ordre des Frères Mineurs, Gembloux, 192 (...)
  • 59 Y. Willemaers, Franciscains à Liège au XIIIe siècle, dans Franciscana, t. 30, 1975, pp. 100 et sv.
  • 60 Cfr notice no 510 et 522. Maître Jean de Tongres ne peut être rattaché avec certitude à aucun couve (...)

26Les franciscains ne participèrent pas dans nos contrées à la diffusion du savoir. Les premiers disciples de François d’Assise avaient parfois été des laïcs sans grande culture, à qui l’on recommandait de continuer à exercer leur ancien métier tout en se consacrant à la prédication sur des sujets d’ordre moral et à qui on ne confia pas, comme aux dominicains, des missions d’enseignement58. Dans le diocèse de Liège, les frères mineurs s’illustrèrent dans des campagnes d’incitation à la croisade et de récolte de fonds pour financer les expéditions outre-mer59. A ma connaissance, deux franciscains liégeois seulement d’avant 1350 avaient fait des études universitaires60. Il s’agit de maître Jean de Saint-Martin, qui quitta d’ailleurs l’ordre des frères mineurs pour entrer dans celui du Carmel ; il enseigna de 1351 à 1357 au couvent des carmes de Paris et devint ensuite évêque auxiliaire de Liège, où il mourut le 24 décembre 1374. Par contre, le théologien Jean de Tongres abandonna la direction du monastère prémontré de Vicogne en 1302, pour rejoindre le couvent franciscain de Paris, où il fut régent jusqu’en 1312 au moins.

4° Les universitaires et les établissements religieux de Louvain, Maastricht et de Liège

27La répartition globale des gradués universitaires dans différentes catégories de clercs vient d’être examinée. Il convient de vérifier maintenant si les proportions constatées pour l’ensemble du diocèse se retrouvent dans les différentes localités relevant de Liège au point de vue spirituel, ou si, au contraire, dans certaines régions, des établissements particulièrement renommés perturbent la tendance générale. L’étude portera sur trois villes où les universitaires furent nombreux et se répartissent dans au moins trois institutions.

Tableau 16. Répartition des maîtres dans les établissements religieux de Louvain (1200-1350)

Institutions

Nombre de gradués

1 * %

Gradués non résidents

2 * %

Couv. Dominicain

2

5,1

1

50

Chap. St-Pierre

35

89,8

3

8,6

Chap. Ste-Gertrude

2

5,1

0

0

Total

39

100

4

10,2

* Rapport entre le nombre de maîtres membres de chacune des institutions et le nombre total de maîtres membres du clergé de la ville.
** Rapport entre le nombre de maîtres non résidents de chacune des institutions et le nombre total des maîtres de chacune des institutions.

28A Louvain, on trouve des établissements appartenant à trois ordres religieux différents. Les chanoines de Saint-Pierre suivaient la règle d’Aix ; ce chapitre compta parmi ses membres trente-cinq gradués (89,8 %). Deux dominicains du couvent de cette localité brabançonne étaient des universitaires ; ils représentent 5,1 % du total des maîtres louvanistes. Deux chanoines réguliers de Sainte-Gertrude avaient également fait des études supérieures.

29A Maastricht, les gradués se répartissent dans trois établissements religieux. Il y avait ainsi un dominicain (1,5 %), vingt-quatre chanoines de Notre-Dame (36,4 %) et quarante-et-un chanoines de Saint-Servais (62,1 %).

Tableau 17. Répartition des maîtres dans les établissements religieux de Maastricht (1200-1350)

Institutions

Nombre de gradués

1 * %

Gradués non résidents

2 ** %

Couv. Dominicain

1

1,5

Chap. St-Servais

41

62,1

6

14,6

Chap. Notre-Dame

24

36,4

6

25

Total

66

100

12

18,2

* Rapport entre le nombre de maîtres membres de chacune des institutions et le nombre total des maîtres membres du clergé de la ville de Maastricht.
** Rapport entre le nombre de maîtres non résidents de chacune des institutions et le nombre total des maîtres de chacune des institutions.

Tableau 18 Répartition des maîtres dans les établissements religieux de Liège (1200-1350)

Institutions

Nombre de maîtres membres de chaque établissement

1 * %

Gradués ne résidant pas habituellement à Liège

2 ** %

Chap. St-Barthélemy

16

3,8

2

12,5

Chap. St-Paul

49

11,7

14

28,6

Chap. Ste-Croix

33

7,9

4

12,1

Chap. St-Martin

33

7,9

6

18,2

Chap. St-Denis

40

9,5

7

17,5

Chap. St-Jean

49

11,7

13

26,5

Chap. St-Pierre

25

5,9

1

4

Chap. annexés à la cathédrale

14

3,3

2

14,2

Cathédrale

147

35,1

59

40

Mendiants

13

3,1

0

0

Total

419

100

108

25,8

*Rapport entre le nombre de maîtres membres de chacune des institutions et le nombre total de maîtres membres du clergé de la cité de Liège.
**Rapport entre le nombre de maîtres non résidents de chacune des institutions et le nombre total des maîtres membres de chacune des institutions.

30A Liège, par contre, aucun membre d’un chapitre régulier ou d’un monastère bénédictin, n’avait apparemment fait des études universitaires. Les maîtres appartenaient pratiquement tous à des chapitres séculiers (96,9 %), puisque seuls treize d’entre eux (3,1 %) étaient des mendiants.

***

31Après l’examen de ces données, certaines conclusions peuvent être mises en évidence.

  • 61 Ensemble du diocèse : 93,12 % ; Louvain : 89,8 % ; Maastricht : 98,5 % ; Liège : 96,9 %.

32Remarquons d’abord que, dans les trois localités importantes étudiées à titre d’exemple, comme dans l’ensemble du diocèse, ce sont les chapitres suivant la règle d’Aix qui ont incontestablement exercé le plus grand attrait sur les universitaires61.

33Ensuite, soulignons le fait que les maîtres qui appartenaient à l’ordre dominicain se répartissent dans des proportions faibles et donc proches l’une de l’autre dans les trois villes : Louvain (5,1 %), Maastricht (1,5 %) et Liège (3,1 %). Les établissements des frères prêcheurs installés dans des localités moins importantes, comme Dînant, Namur, Saint-Trond, Huy..., ne comptèrent apparemment pas d’universitaires parmi leurs membres, et cela contrairement à la règle de leur ordre.

34Ajoutons encore que les gradués bénédictins et cisterciens ne sont repérés que dans des agglomérations relativement petites (Saint-Trond et Stavelot) ou dans des abbayes campagnardes (Villers et Grandpré), là où l’attrait des chapitres séculiers se faisait nettement moins sentir que dans le milieu urbain. Aucun universitaire à Saint-Jacques de Liège ou au Val-Saint-Lambert par exemple.

35Notons enfin une constatation semblable pour les chapitres réguliers ou prémontrés. Les chanoines réformés qui avaient fait des études supérieures ont, en effet, vécu dans des institutions éloignées du cheflieu du diocèse (Floreffe, Malonne et Oignies) ; aucun d’entre eux n’est repéré au Neufmoustier ou à Saint-Gilles de Liège.

5° La répartition géographique des canonicats aux mains d’universitaires dans le diocèse de Liège

36Il importe maintenant d’étudier le groupe des chanoines, vivant sous les trois règles d’Aix, de Saint-Augustin ou de Prémontré, qui représentent presque 96 % des maîtres pour qui il a été possible de déterminer l’appartenance à une catégorie de clercs.

  • 62 Cfr tableau no 18, p. 206.
  • 63 On trouve ensuite les chapitres de Sainte-Croix et Saint-Martin avec 7,9 % des universitaires de la (...)

37Une carte montrant la répartition géographique des canonicats détenus par des universitaires entre 1200 et 1350 dans le diocèse de Liège a été dressée. Elle fait clairement apparaître les localités où un nombre important de bénéfices étaient aux mains de chanoines gradués. La cité épiscopale de Liège62 comptait sept chapitres collégiaux, et évidemment le chapitre cathédral, auquel étaient encore annexées deux autres communautés suivant la règle d’Aix : celles de Saint-Materne et de la Petite Table. Quatre-cent-six canonicats de ces dix institutions furent, entre 1200 et 1350, détenus par des universitaires : 38,4 % de ces bénéfices étaient attachés à la cathédrale. Citons encore trois collégiales, Saint-Jean, Saint-Paul et Saint-Denis, qui comptèrent respectivement parmi leurs membres : 11,7, 11,7 et 9,5 % des universitaires de la cité épiscopale63.

Tableau 20. Légende* de la carte no IV

Tableau 20. Légende* de la carte no IV

* Il s’agit en fait du nombre de canonicats détenus par les universitaires dans les chapitres suivant la règle d’Aix, de Saint-Augustin ou de Saint-Norbert ; les institutions sont groupées par localité.

CARTE IV. Répartition des canonicats détenus par des universitaires dans le diocèse de Liège

CARTE IV. Répartition des canonicats détenus par des universitaires dans le diocèse de Liège

Carte IV établie d’après É. de Moreau, Histoire de l'Église en Belgique, tome complémentaire, Bruxelles, 1948, carte Ia.

  • 64 Cfr tableau no 17, p. 205.
  • 65 Cfr tableau no 21.
  • 66 Cfr tableau no 16, p. 204. On trouvera une illustration de cette situation p. 212.
  • 67 Cfr tableau no 21, p. 210.
  • 68 Cfr tableau no 20, p. 208.

38Soixante-cinq canonicats maastrichtois64 étaient aux mains de gradués (quarante et un à Saint-Servais et vingt-quatre à Notre-Dame), tandis qu’à Aix65, on en relève quarante-huit (trente-sept à Notre-Dame et neuf à Saint-Adalbert). À Louvain, on a déjà vu66 que deux bénéfices du chapitre de Sainte-Gertrude furent détenus par des universitaires, alors que trente-cinq le furent au chapitre séculier de Saint-Pierre. La collégiale Notre-Dame à Huy67 compta à elle seule trente-huit gradués, tandis que les trois églises namuroises n’atteignent ensemble qu’un total de trente canonicats aux mains de maîtres. Il est vrai que les chapitres réguliers de Floreffe et de Malonne situés à proximité de Namur ont exercé une certaine concurrence ; ils comptèrent respectivement parmi leurs membres sept et un universitaires. Citons encore parmi les collégiales où un nombre relativement important de canonicats étaient aux mains de gradués : Saint-Paul de Nivelles (25), Notre-Dame de Tongres (24), Saint-Ode d’Amay (14), Saint-Germain de Tirlemont (12), Notre-Dame de Dînant (10) et Saint-Feuillien de Fosses (9). Toutes les autres institutions comptèrent parmi leurs membres moins de sept universitaires68.

Tableau 21. Bénéfices détenus par des gradués résidents et non résidents dans le diocèse de Liège (1200-1350)

Localités et institutions

Nombre de gradués par institution

Nombre de gradués non résidents

 %

Namur :

— Saint-Aubain

17

2

11,8

— Notre-Dame

7

0

— Saint-Pierre

6

0

Huy (Notre-Dame)

38

7

18,4

Tongres (Notre-Dame)

24

3

12,5

Nivelles (St-Paul)

25

3

12

Louvain*

39

4

10,2

Tirlemont (St-Germain)

12

0

Amay (Sainte-Ode)

14

3

21,4

Maastricht*

66

12

18,2

Fosses (St-Feuillien)

9

1

11,1

Aix : — Notre-Dame

37

12

32,5

— Saint-Adalbert

9

3

33,3

Liège*

419

109

26,3

Total

721

156

21,6

* Pour les détails, voir les tableaux no 16, 17 et 18, pp. 204, 205 et 206.

39Une remarque doit cependant être faite au sujet de certaines localités et institutions. La collégiale Notre-Dame permet à la ville de Huy d’arriver en quatrième position parmi les localités du diocèse de Liège avec trente-huit bénéfices détenus par des gradués. Elle devance même Louvain, où les universitaires avaient pourtant le choix entre trois établissements appartenant à des ordres religieux différents. De plus, elle distance nettement des localités comme Nivelles et Tongres, qui ont pourtant, comme la ville mosane, des maîtres dans un seul chapitre séculier (Saint-Paul et Notre-Dame). Il convient, à mon avis, d’expliquer ce fait de la manière suivante : le chapitre de Notre-Dame à Huy compta parmi ses universitaires, neuf chanoines (soit 23,9 %) qui détenaient aussi des prébendes à Liège. Il apparaît donc en partie comme une institution satellite de la cité épiscopale.

  • 69 On trouve cinq gradués de Saint-Lambert à Liège qui détenaient un bénéfice à Tongres, sur les vingt (...)

40Une constatation semblable peut être mise en évidence pour les chapitres Sainte-Ode d’Amay et Notre-Dame de Dînant, qui comptèrent quatorze et dix gradués parmi leurs membres. Dans la première de ces collégiales, cinq maîtres (35 %) étaient aussi chanoines de Saint-Lambert, dans la seconde, trois (30 %). Cette situation ne se retrouve pas à Saint-Germain de Tirlemont, ni à Saint-Paul de Nivelles, mais bien à Notre-Dame de Tongres (20,8 %) et à Notre-Dame de Maastricht (25 %)69.

Graphique no 3. Répartition des maîtres dans les établissements religieux de différentes localités entre 1200 et 1350.

Graphique no 3. Répartition des maîtres dans les établissements religieux de différentes localités entre 1200 et 1350.
  • 70 Cfr supra : tableau no 16, p. 204.
  • 71 Cfr tableau 18, p. 206.

41Divers graphiques ont été réalisés pour illustrer la répartition des universitaires entre différents établissements religieux d’une même ville. Le cas de Louvain, qui comptait des institutions appartenant à trois ordres religieux différents, a déjà été analysé70 ; celui de la cité épiscopale n’appelle guère de commentaires71. On remarque, en effet, que deux chapitres attirèrent peu les maîtres : celui de Saint-Barthélemy ne compta, parmi ses membres, que 3,8 % de l’ensemble des gradués de la cité de Liège et celui de Saint-Pierre 5,9 %. Sinon, les autres chapitres collégiaux (Saint-Jean, Saint-Paul, Saint-Denis, Saint-Martin et Sainte-Croix) comptèrent entre 11,7 et 7,9 % de la population universitaire des institutions de la ville, alors que la cathédrale et ses collèges annexes totalisent 38,4 % des maîtres liégeois.

  • 72 Cfr tableau no 21, p. 210.
  • 73 Cfr tableau no 17, p. 205 : quarante et un et vingt-quatre.

42Plus curieuses semblent être les différences marquées entre les différents établissements de villes moins importantes. A Namur, comme à Maastricht et à Aix, un chapitre particulier a visiblement exercé un attrait plus vif sur les universitaires que la ou les autres institutions. Ainsi, celui de Saint-Aubain de Namur totalisa dix-sept gradués pour treize (sept et six) à ceux de Notre-Dame et Saint-Pierre-au-Château72. De même, la collégiale Saint-Servais de Maastricht compta dix-sept maîtres73 de plus que celle de Notre-Dame dans la même ville et celle de Notre-Dame d’Aix vingt-huit maîtres de plus que celle de Saint-Aldalbert.

  • 74 Servatiusstift und Stadt Maastricht. Untersuchungen zu Entstehung und Verfassung, Bonn. 1970, a étu (...)
  • 75 Die Aachener Pröpste bis zum Ende der Stauferzeit, dans Zeitschrift des Aachener Geschichtsvereins,(...)

43Ce ne sont pas nécessairement les fondations les plus anciennes qui comptèrent le plus de gradués. Le cas de Maastricht est flagrant à cet égard. Il faut plutôt mettre ces constatations en rapport avec certains faits d’histoire administrative ou des chancelleries impériale et princières : Saint-Servais de Maastricht et Notre-Dame d’Aix étaient, en effet, deux institutions privilégiées des Empereurs et rois des Romains, qui y avaient souvent choisi ou y choisissaient encore des techniciens de grande valeur. Les études de J. Deeters74 et E. Meuthen75 ont prouvé ces faits à suffisance pour que l’on ne s’y attarde pas ici. Constatons donc simplement que, dans ces deux chapitres, existait une tradition vivace qui voulait que les clercs acquièrent une solide formation intellectuelle. Celle-ci était évidemment destinée à les préparer à assumer certaines tâches de chancellerie ou d’administration.

  • 76 Voir les biographies no 531 et 701, ainsi que le paragraphe intitulé La famille de Louvain dans le (...)
  • 77 Voir les biographies no 333, 334, 746, ainsi que les pp. 308-313.
  • 78 Voir pp. 337-338, ainsi que les biographies no 284, 341, 419, 471.

44Après 1200, les gradués de Saint-Servais à Maastricht ne furent plus appelés à vivre dans l’entourage impérial ; mais, au XIVe siècle, ils collaborèrent efficacement au gouvernement du duché de Limbourg, passé sous la domination de la famille de Louvain76. Les universitaires membres du chapitre Notre-Dame d’Aix continuèrent à prêter leur concours aux services de la chancellerie germanique77. De plus, c’est aussi parmi les membres du chapitre Saint-Aubain que les comtes de Namur recrutaient leurs collaborateurs78.

6° Le problème de la non résidence

45Il convient encore d’étudier le problème de la non résidence. C’est essentiellement le problème du cumul des bénéfices liégeois avec d’autres, situés dans des diocèses éloignés, qui a retenu l’attention.

46Le graphique no 4 a été dressé à l’aide des données présentées dans les tableaux no 16-20. Il permet d’apprécier, pour une vingtaine de chapitres séculiers, la proportion d’universitaires qui ont séjourné plusieurs années au moins dans le diocèse de Liège. On a considéré comme non résidents les maîtres qui vécurent à la cour impériale, à la curie pontificale ou dans des régions éloignées de Liège et qui ne sont jamais cités dans des actes de la pratique judiciaire et administrative de notre évêché ou des principautés comprises dans les limites de cette circonscription. Toutefois, les gradués qui détenaient des prébendes cambrésiennes dans des localités brabançonnes, comme par exemple à Saint-Gudule de Bruxelles, ont néanmoins été considérés comme résidents dans les limites du diocèse, parce qu’ils servaient la famille de Louvain, dont les domaines étaient situés en partie dans cette circonscription ecclésiastique. Et cela, même si la famille ducale résida habituellement à Bruxelles à la fin de la période étudiée ici.

47Les institutions sont classées dans l’ordre croissant des non résidences : du chapitre où tous les membres étaient présents jusqu’à celui où la proportion des absents était la plus importante, donc de 0 à 40 %. Une remarque s’impose d’emblée à l’esprit. Les établissements religieux qui se distinguent par le nombre important de gradués qu’ils comptèrent parmi leurs membres, ne sont pas nécessairement ceux qui souffrirent le plus de l’absentéisme ; mais, ce fait constitue quand même la tendance générale.

Graphique no 4. Bénéfices détenus par des gradués résidents et non résidents dans le diocèse de Liège (1200-1350).

Graphique no 4. Bénéfices détenus par des gradués résidents et non résidents dans le diocèse de Liège (1200-1350).
  • 79 Je reviendrai plus loin sur le cas de Sainte-Croix, qui compta, contrairement à Saint-Barthélemy (1 (...)

48Que dire du premier groupe de chapitres séculiers, qui comptèrent comme gradués non résidents moins d’un huitième (12,5 %) du total de leurs maîtres ? Tout d’abord, on y trouve des collèges situés dans des villes d’importance moyenne. Il s’agit, en effet, des trois établissements namurois, de ceux de Nivelles, Louvain, Fosses, Tirlemont et Tongres, mais aussi de trois autres situés dans la cité épiscopale : Saint-Pierre, Saint-Barthélemy et Saint-Croix79. En apparence donc, ces collégiales n’intéressaient guère les étrangers qui demandèrent peu souvent à y obtenir des prébendes ; celles-ci restèrent surtout l’apanage des enfants du pays. Les chapitres de Nivelles, Louvain et Tirlemont se trouvaient, il est vrai, dans la zone d’influence du duc de Brabant, qui préférait presque toujours réserver les canonicats de ces églises à ses fidèles serviteurs ; ce prince recrutait, en effet, de préférence ses collaborateurs parmi ses sujets. Le comte de Namur agissait dans le même sens pour les chapitres Saint-Aubain et Saint-Pierre-au-Château.

49Le deuxième groupe est constitué des chapitres qui comptèrent entre un huitième et un quart des universitaires non résidents. Il inclut surtout des institutions satellites de la cathédrale : Notre-Dame de Huy, Sainte-Ode d’Amay, Notre-Dame de Maastricht, Saint-Materne et la Petite-Table. Ces dernières ont évidemment subi dans leur recrutement l’influence de l’attrait exercé sur les Italiens et Méridionaux par l’église Saint-Lambert de Liège. Le chapitre de Saint-Servais à Maastricht avait connu, aux XIe et XIIe siècles, son heure de gloire, à cause notamment de la confiance que lui témoignaient les Empereurs. Au XIIe siècle, il traversa une période moins faste, mais garda néanmoins une certaine renommée, puisque 14,6 % de ses membres gradués venaient de l’étranger. Les collégiales liégeoises de Saint-Martin et Saint-Denis avaient un recrutement très semblable à celui de l’établissement maastrichtois : 17,5 et 18,2 % d’universitaires non résidents.

  • 80 Cfr pp. 301-304.

50Enfin, le troisième groupe se compose de cinq établissements. On y trouve d’abord les deux chapitres d’Aix : celui de Notre-Dame (32,5 %), où les Empereurs et rois des Romains faisaient obtenir des bénéfices à leurs collaborateurs et celui de Saint-Adalbert (33,3 %), qui a manifestement subi dans son recrutement l’influence de l’autre collège aixois. On constate, en effet, que les universitaires cumulèrent souvent des bénéfices dans ces deux églises. Les trois chapitres liégeois restant sont ceux qui, parmi les établissements de la cité épiscopale, comptèrent le plus d’universitaires. Les pourcentages des maîtres non résidents sont de 26,5 à Saint-Jean, 28,6 à Saint-Paul et de 40 à la cathédrale Saint-Lambert. Dans ces derniers cas, la proportion des clercs gradués ne vivant pas à Liège atteint un taux impressionnant. Il conviendra donc de revenir plus tard sur le problème de la détention des bénéfices par des curialistes80.

***

51L’analyse du recrutement de ces trois églises liégeoises illustre parfaitement le fait que les universitaires ont plus fortement subi l’attraction de certains chapitres que celles d’autres. Les établissements ont été d’autant plus recherchés par les maîtres étrangers que le pourcentage des membres originaires du diocèse de Liège qui avaient étudié un studium generale y était élevé. L’important potentiel intellectuel de certaines institutions de nos contrées était donc sans aucun doute apprécié à la curie pontificale et dans des diocèses éloignés.

52Les exceptions à cette constatation d’ordre général peuvent être de deux espèces. La première concerne certains chapitres satellites de la cathédrale, comme ceux de Notre-Dame à Maastricht, Sainte-Ode d’Amay, Saint-Materne et la Petite-Table, ainsi que celui de SaintAdalbert, qui apparaît comme une annexe de celui de Notre-Dame d’Aix. Ces établissements d’importance secondaire ont un pourcentage élevé de gradués non résidents (14,2/21,4/25/33,3), alors qu’ils ont seulement compté entre neuf et vingt-quatre universitaires. Ces anomalies à la règle dominante s’expliquent donc par l'influence de la cathédrale et de Notre-Dame d’Aix (40 et 32,5 % d’universitaires non résidents) sur le recrutement de ces collégiales.

53L’autre espèce d’exception n’intéresse que deux chapitres : ceux de Saint-Pierre à Louvain et de Sainte-Croix à Liège, qui comptèrent un nombre élevé d’universitaires, mais un pourcentage minime (8,6 et 12,1) de non résidents. La situation de Saint-Pierre est facilement explicable par le fait que cette institution compta parmi ses membres la majorité des universitaires de l’entourage des ducs de Brabant, qui se sont rarement fait servir par des étrangers. Le cas de Saint-Croix à Liège est moins compréhensible. Il faut bien admettre que cette institution était une exception à la règle, puisqu’elle compta un nombre relativement important de maîtres originaires de la cité de Liège parmi ses chanoines, sans être obligée d’accueillir de nombreux gradués étrangers.

B. Les maîtres universitaires dans l’organisation ecclésiastique du diocèse de Liège

1° Les universitaires et le chapitre cathédral

  • 81 A partir de 1204, il y eut soixante prébendes à Saint-Lambert et dix à Saint-Materne ; entre 1230 e (...)

54Entre 1200 et 1350, les gradués attachés à la cathédrale de Liège furent cent soixante et un81 ; ils formaient, on l’a vu, 38,4 % des clercs universitaires de la cité de Liège. Il importe donc certainement d’étudier dans quelle proportion les maîtres ont détenu les différentes dignités du chapitre Saint-Lambert.

  • 82 Je reviendrai sur ce fait infra, pp. 284-285.
  • 83 Voir au sujet de l’élection de ce prélat par une commission essentiellement composée d’universitair (...)

55L’évêque de Liège détenait d’office une prébende à la cathédrale. Même si, au moment de leur élection ou confirmation, les prélats n’étaient pas membres du chapitre Saint-Lambert, ils le devenaient au moment de leur accession au siège épiscopal. Mais, à partir de quelle époque, les chefs du diocèse furent-ils choisis parmi les maîtres ? Le premier gradué à avoir dirigé le diocèse fut en fait Jean d’Enghien. Le théologien parisien fut déplacé, en juillet 1274, de l’évêché de Tournai à celui de Liège par le pape Grégoire X82. Tous les dignitaires qui lui succédèrent à la direction du diocèse jusqu’en 1364, année de l’installation de Jean d’Arkel, étaient des universitaires, exception faite pour Thibaut de Bar83. Jean de Dampierre et Adolphe de Waldeck avaient étudié le droit à Bologne, Hugues de Chalon et Jean d’Arkel avaient acquis leur formation théologique à Paris, tandis qu’Adolphe et Englebert de La Marck étaient des juristes bolonais et Orléanais.

  • 84 Notons, d’après J. Gilissen, Les légistes en Flandre, pp. 195 et sv, qu'à Thérouanne, deux évêques (...)
  • 85 C.S.L. 1, pp. 267-269 no 204. Voir aussi Lahaye, Les paroisses de Liège, dans B.I.A.L., t. 46. 1921 (...)

56A partir de la deuxième moitié du XIIIe siècle, la dignité épiscopale fut donc presque toujours détenue par des universitaires84 qui étaient, il est vrai, issus de familles nobles et puissantes. Mais en allait-il de même pour les autres dignités liégeoises ? Du fait de la disparition de la vie commune et la totale division du domaine de Saint-Lambert, la grande prévôté serait, au XIIIe siècle, devenue une fonction purement honorifique, si, le 23 mai 1230, les prérogatives archidiaconales de l’abbé de Notre-Dame sur la cité épiscopale n’avaient été attribuées à la plus haute autorité du chapitre cathédral85. Quant au doyen, il était responsable de l'administration spirituelle de l’église Saint-Lambert et le chef du clergé attaché à celle-ci.

  • 86 Dans Adel und Kirche. Gerd Tellenbach zum 65. Geburtstag dargebracht..., 1968, pp. 237-258. Cet aut (...)

57Dans un article intitulé Haut clergé, princes et nobles dans le diocèse de Liège du XI au XVe siècle, L. Génicot86 a montré qu’entre 1000 et 1450, la grosse majorité des prévots de la cathédrale étaient issus de la noblesse lotharingienne, tandis que la proportion des doyens sortis de cette classe sociale était déjà nettement moins élevée. Lorsqu’il étudia le problème du recrutement de ces dignitaires, cet auteur n’a cependant tenu aucun compte de la formation acquise par ces derniers avant leur arrivée à Liège. Or ce point revêt, à mon avis, une certaine importance.

58Un tableau a été dressé. Il contient le nom de tous les titulaires de trois dignités du chapitre Saint-Lambert (1o la prévôté et l’archidiaconat de la cité ; 2° le décanat et 3° l’écolâtrie), qui possédaient des grades universitaires. Les autres archidiaconats seront envisagés plus tard.

Tableau 22. La cathédrale de Liège : détention des dignités par des maîtres

1. Prévôté

1279-1282

Ange de Urbe (no 18)

1283-1288

+

1289-1312

+

1312-1329

+
(Guillaume d'Heure no 279)

1329-1332

Waléran de Juliers (no 741)

1332-1345

Englebert de La Marck (no 114)

1345-1355

Bertrand de Deaux (no 78)
(Jean Bermeren n" 419)

2. Décanal

1207/08-1229

Thierry de Friesheim (no 84 +)

1229-1253

+

1254-1259

Gilles de Lagery (no 220)

1259-1263

+

1264-1274

Gilles de Lagery (no 220)

1274-1279

Francon de Lowaige (no 143)

1279-1303

Jean des Canges (no 428)

1304-1311

Jean le Sage (no 509)

1316

+

1317-1342

Bertrand de Montfavès (no 80)
(Guillaume de Clermont, no 269)
(Enguerrand de Flesse, no 115)

1342-1363

+
(Pierre Batisse, n
o 621)
(Guillaume Paris, n
o 290)

1363-1379

Jean Blankart (no 421)

3. Ecolâtrie

1224-1231

Pierre de Dînant (no 628)

1231/5-1251

Lambert de Halloy (no 551)

1259

+

1259-1266

Elbert (no 108)

1266 ?-1275 ?

Gilles Surlet (no 226)

1276-1304

Baudouin d’Autre-Eglise (no 62)

1304-1311

+

1318-1348

Jean de Hocsem (no 467)

1349-1355

+

1355-1379

Guillaume Boileau de Mons (no 271)

Le signe + indique un dignitaire non gradué. Les noms imprimés en italique sont ceux des titulaires non résidents. Les indications entre parenthèses désignent les vicaires gradués de titulaires non résidents.

59Avant l’installation de maître Ange de Urbe, noble romain, à la prévôté par le pape Nicolas III, aucun titulaire de cette dignité n’avait fait des études universitaires. Il fallut ensuite attendre l’année 1329 pour retrouver un prévôt de Saint-Lambert gradué ; il s’agit de maître Waléran de Juliers, qui deviendra peu après archevêque de Cologne (1332). Ses deux successeurs à Liège seront aussi issus de familles de la haute aristocratie : maîtres Englebert de La Marck et Bertrand de Deaux.

60Dans le cas de la grande prévôté, la constatation faite par L. Genicot au sujet de l’origine sociale des dignitaires se vérifie donc parfaitement. Il importe seulement de la nuancer en soulignant le fait qu’à partir de la fin du XIIIe siècle, quatre des sept clercs qui assumèrent cette fonction furent bien sûr des nobles, mais que ces derniers étaient en outre titulaires de grades universitaires.

  • 87 À titre de comparaison, je signale d’après W. M. Newman, (Les seigneurs de Nesles..., pp. 245 et sv (...)
  • 88 Il semble avoir été nommé à Liège par Boniface VIII quand les maîtres favorables à la papauté quitt (...)

61Dès le début du XIIIe siècle, des maîtres furent choisis comme doyen du chapitre cathédral de Liège, puisque c’est en 1207/08 que maître Thierry de Friesheim, jurisperitus, prévôt de Saint-André de Cologne et ancien archidiacre de Brabant, accéda à cette dignité. De plus, entre cette date et 1370, sept titulaires du décanat sur onze avaient fait des études supérieures87. Parmi ceux-ci, plusieurs étaient issus de familles mal situées dans l’échelle sociale et n’appartenaient sûrement pas à des lignages de la haute aristocratie ; dans ces cas, il est clair que les titres universitaires ont favorisé leur carrière à la cathédrale. Maître Jean le Sage avait enseigné la théologie à Paris jusqu’en 130488, avant donc de venir assumer la fonction de doyen du chapitre Saint-Lambert, tandis que maître Jean Blankart sera, lui, chancelier de ce même studium français après être sorti de charge à Liège en 1379. Ce doyen, comme d’ailleurs maître Jean des Canges, était fils de patricien.

62Si, aux XIIIe et XIVe siècles, comme l’a montré L. Génicot, le décanat de Saint-Lambert fut souvent aux mains de titulaires d’origine non aristocratique, c’est, à mon avis, parce que les clercs issus de milieux plus modestes avaient acquis des titres intellectuels qui leur permettaient de briguer, avec des chances certaines de réussite, une des plus hautes dignités de l’Église de Liège.

  • 89 Il fut décrété au IVe concile de Latran de 1215 que les chapitres cathédraux devaient tous être dot (...)

63À la même époque, les écolâtres de Saint-Lambert ne jouaient déjà plus un grand rôle dans l’instruction des jeunes chanoines, puisque, d’une part, les élèves les plus doués intellectuellement et les plus favorisés au point de vue matériel allaient très souvent étudier dans les studia generalia, et que, d’autre part, des rectores scolar(i)um étaient chargés des tâches d’enseignement élémentaire. En plus de cela, tous les maîtres universitaires avaient le droit d’enseigner ubique terrarum sans être obligés d’en demander l’autorisation à l’écolâtre attaché à l’église cathédrale du diocèse où ils résidaient. C’est néanmoins très souvent à des gradués pourvus de grades académiques qui détinrent peu après 1200, l’écolâtrie de Saint-Lambert. On connaît dix titulaires de cette fonction entre 1224 et 1355 : sept d’entre eux étaient des maîtres89. Mis à part Jean de Hocsem, qui était issu d’une famille chevaleresque de l’ancienne ministérialité brabançonne, aucun de ces dignitaires n’appartenait à l’aristocratie. Trois d’entre eux étaient certainement nés dans un lignage patricien : Pierre de Dînant, Gilles Surlet et Guillaume Boileau de Mons. Les autres étaient sans doute issus des couches bourgeoises des communautés urbaines du diocèse.

64Bien que devenue honorifique, cette fonction intellectuelle par excellence a donc permis à des gradués universitaires, nés dans des familles qui n’appartenaient pas à l’aristocratie, de faire partie, dès la première moitié du XIIIe siècle, du groupe restreint des dignitaires de l’Église de Liège. Le décanat, fonction aux attributions spirituelles, joua à la même époque un rôle très semblable. Par contre, la prévôté de Saint-Lambert n’échut, avant 1350, qu’à des universitaires issus de familles ducales ou comtales. Cette dernière institution était jumelée avec l’archidiaconat de la cité, si bien qu’il ne reste plus maintenant à étudier que les titulaires des sept archidiaconats ruraux ; ils représentaient l’évêque pour toutes les affaires temporelles ou relevant de la juridiction ordinaire.

Tableau 23. La cathédrale de Liège : détention des archidiaconats par des maîtres

1. Ardenne

1269-1273

Baudouin de Rosoux (no 68)

1273-1277

Baudouin d’Autre-Église (no 62)

1277-1281

+

2. Brabant

1196-1198

Thierry de Friesheim (no 84+)

1198-1202

+

1204-1224

+

1225-1229

+

1229-1235

Baudouin de Vaux (no 69)

1235-1265

+

1283-1295

Jacques de Châtaigne (no 375)

1299-1324

Émichon de Sponheim (no 112)

1325-1342

+

1342-1352

Étienne Aubert (no 119)

1352-1363

Audouin Aubert (no 50)

3. Campine

1220-1229

Baudouin de Vaux (no 69)

1230-1241

+

1243-1248

Jacques Pantaléon Ancher (no 384)

1249-1261

+

1261-1273

+

1273-1313

+

1313-1323

Napoléon Orsini (no 579)

1323-1374

Renaud Orsini (no 664)
(Gilles de Vodecée, no 228)
(Philippe le Brun, no 608)

4. Condroz

1230

Amand (no 13)

1234-1238

+

1241-1261

+

1262-1265

+

1270-1271

+

1275-1279

+

1289

Jean de Reims (no 503)

1289-1304

Guillaume d’Arras (no 263)

1304-1312

+

1313-1318

Englebert François (no 113)

1318-1333

+
(Jean Garin, no 454)

1333

+

1341-1343

Emmanuel Fieschi (no 111)

1343-1369

+
(Raoul de Montenaken, no 658)
(Pierre Batisse, no 621)
(Francon de Gembloux, no 141)

5. Famenne

1209-1227

Herward (no 358)

1230

+

1238-1249

+

1252-1261

Godefroid de Gueldre (no 239)

1264-1279

+

1288-1294

Jean de Lille (no 480)

1294-1295

+

1303

+

1308-1312

+

1315-1342

+

1343-1377

Henri Suderman (no 353)

6. Hainaut

1242-1246

Thierry (no 724)

1246-1271

Théard Visconti (no 723)

1271-1274

Francon de Lowaige (no 143)

1275-1281

+

1281-1302

+

1302-1304

Guillaume de Juliers (no 193)

1308-1309

+

1311-1365

Matthieu Longhi (no 574)
(Guillaume d’Heure, n
o 279)

7. Hesbaye

1217

Ulric d’Ans (no 737)

1222-1232

+
(J., no 539)

1237-1274

Marcuald de Modène (no 565)

1274-1282

+

1283-1296

Guillaume Berthout (no 270)

1300-1304

+

1304-1338

+

1339-1351

Jean de Nocera (no 498)

Les noms imprimés en italique sont ceux des titulaires non résidents. Le signe + indique un archidiacre non gradué. Les noms entre parenthèses sont ceux des vicaires gradués.

  • 90 Signalons d'après J. Gilissen, Les légistes en Flandre, pp. 202 et sv., qu’avant 1350, quatre archi (...)
  • 91 Parmi les archidiacres non gradués, les fils de nobles, et surtout de comtes et de ducs, étaient ma (...)

65Exception faite pour la circonscription couvrant l’Ardenne qui ne fut prise en charge par aucun gradué avant 1269, tous les archidiaconés furent, durant le début du XIIIe siècle, dirigés au moins une fois par des titulaires de titres académiques. Entre 1200 et 1350, trente archidiacres furent des maîtres90, alors que quarante-quatre d’entre eux n’avaient pas fait d’études universitaires91.

66Ces dignitaires gradués étaient au XIIIe siècle surtout issus de la « nouvelle aristocratie » ; il s’agit, en effet, de clercs nés dans des familles chevaleresques (Francon de Lowaige, Baudouin de Vaux, Baudouin de Rosoux, Hervard ?), patriciennes ou bourgeoises (Jean de Reims, Guillaume d’Arras, Jean de Lille). On trouve cependant aussi des magni nobiles parmi les archidiacres diplômés (Émichon de Sponheim, Matthieu Longhi, Godefroid de Gueldre, Audouin et Étienne Aubert, Guillaume de Juliers, Guillaume Berthout, Théard Visconti) ; mais, la plupart de ces fils de dynastes détinrent des dignités de l’église de Liège au XIVe siècle.

67Les grandes familles nobles ont donc surtout envoyé leurs fils à l'université quand elles eurent constaté que les clercs gradués d’origine plus modeste prenaient possession des archidiaconats. Cette constatation doit être rapprochée d’une conclusion déjà mise en évidence. On avait, en effet, noté que l’aristocratisation des universités avait été progressive et qu’au XIIIe siècle, les fils de bourgeois étaient proportionnellement plus nombreux parmi les étudiants qu’ils ne le furent plus tard.

2° Le chapitre de Saint-Jean l'Évangéliste : un utile point de comparaison

  • 92 Maître Rodolphe de Corswaren, élu à la prévôté par ses confrères en 1229, ne put être confirmé, car (...)

68La collégiale Saint-Jean compta un nombre appréciable de maîtres, puisque quarante-neuf de ses membres cités entre 1200 et 1350 étaient gradués. Mais ceux-ci ont-ils réussi, comme à la cathédrale Saint-Lambert, à accéder dès la première moitié du XIIIe siècle aux principales dignités capitulaires ? À Saint-Jean, le décanat fut plus souvent détenu par des universitaires que la prévôté. Néanmoins, cette dernière fonction avait déjà été assumée avant 122892 par deux gradués et sept de ses titulaires sur quatorze avaient fait des études supérieures. C’est dès 1159 qu’un maître, Benoît dit de Saint-Jean, fut élu au décanat. Son successeur Gérard, qui fut un des compagnons d’exil d’Albert de Louvain, était aussi un gradué. De 1200 à 1350, quatorze doyens se succédèrent à la direction spirituelle de ce chapitre ; neuf d’entre eux avaient incontestablement fait un séjour d’études dans un studium generale à l’étranger.

Tableau 23. La collégiale Saint-Jean l’Évangéliste

1. Prévôté

+

?-1208

?-1214

Conrad (no 93)

1214-1217

+

1220-1227

+

1228

Hervard (no 358)

1229

Rodolphe de Corswaren (no 691)

1229-1253

+

1251-1258

Henri de Restées ? (no 349)

1258-1274

Elbert (no 106)

1276-1290

Jean de Reims (no 503)

1291-1302

+

1309-1318

Arnould d’Ile (no 38)

1318

+

1331-1361

+

2. Décanat

1159-1189

Benoît (no 11+)

1192-1194

Gérard (no 34+)

1206

+

1207/8-20

Gauthier (no 31+)

1220-1227

+

1228-1233

Godefroid (no 232)

1238-1245

Guillaume de Russon (no 291)

1246

Henri de Restées (no 349)

1246-1263

+

1265-1273

Gérard de Virton (no 206)

1276-1281

Jean d’Heure (no 465)

1281-1303

Rigaud de Jeneffe (no 680)

1304-1312

+

1318-1320

Arnould d’Ile (no 38)

1322-1335

+

1336-1360

Jean Bamborne de Lewis (no 415)

Le signe + indique un dignitaire non gradué.

69Après avoir examiné la liste des dignitaires de Saint-Jean, on peut conclure que c’est surtout par le biais du décanat, charge aux responsabilités essentiellement spirituelles, que les gradués ont eu d’abord accès aux fonctions dirigeantes de ce chapitre. Il y eut plus tôt et plus fréquemment des doyens pourvus de grades académiques que des prévôts, les uns et les autres étant parfois issus des milieux aristocratiques. C’est une situation presque identique qui prévalait à la cathédrale Saint-Lambert, où cependant la prévôté n’échut qu’à des nobles. Les titulaires de l’écolâtrie de Saint-Jean sont malheureusement trop mal connus avant 1350 pour qu’on puisse faire d’utiles comparaisons au sujet de cette dignité.

3° La cour de l’officialité : ses avocats et ses notaires

70Certaines fonctions indépendantes des dignités capitulaires furent instituées à Liège dans le cours du XIIIe siècle. Il importe donc de vérifier dans quelle mesure les universitaires ont été aussi choisis pour assumer celles-ci. Il s’agit de l’officialité, du vicariat général et de la scellerie.

  • 93 L’ouvrage classique qu’il convient encore de consulter au sujet de cette institution est celui de P (...)
  • 94 Le concile provincial de Tours de 1236 exigea de la part des officiaux qu’ils aient étudié le droit (...)
  • 95 Sur l’institution, probablement peu avant 1214, de l’officialité dans le diocèse de Liège, par l’év (...)
  • 96 Il a déjà été souligné dans la conclusion de la première partie de ce travail que maître Gérard d’A (...)
  • 97 Au XIIIe siècle, trois civilistes seulement furent officiaux à Tournai (Gilissen, op. cit., p. 204) (...)

71L’official était vicaire de l’évêque pour les affaires judiciaires, mais ses attributions s’étendaient aussi au domaine de l’enregistrement et de la confirmation des actes93. Suite à l’influence des studia generalia, le système juridique en vigueur dans les tribunaux ecclésiastiques s’était considérablement modifié dans le cours du XIIe siècle, si bien que l’exercice de la justice était devenu impraticable par des non spécialistes. Il est donc normal que l’extrême majorité des officiaux liégeois institués par les évêques pour les seconder efficacement aient été des universitaires94. Entre 121495, date de la première mention d’un official épiscopal à Liège96, et 1352, trente-six clercs assumèrent cette fonction de représentation : seuls cinq d’entre eux n’avaient apparemment pas fait d’études universitaires. À partir de 1262, tous les titulaires de cette importance importante charge ecclésiastique furent des maîtres97.

Tableau 24. L’officialité de Liège et les maîtres universitaires

Date

Nom des gradués

1214

Rabodon (no 72+), + (no 77+)

1224

+

1225

Ribert (no 674)

1227

+

1228

Pierre, ch.N.D.Namur (no 614)

1234-1236

Gérard de Bierset (no 184)

1237

Yvon de Marbotte (no 748)

1238

A., ch. de St-Denis (no 54)

1241

+

1241-1242

Lambert, coûtre de St-Denis (no 541)

1244-1246

Gérard de Bohan (no 186)

1246-1247

Gilles de Tournai (no 227)

1247-1254

Nicolas de Mézières (no 595)

1254-1259

Baudouin de Rosoux (no 68)

1259-1261

+

1262-1263

Arnould de Gand (no 35)

1262-1270

Baudouin de Rosoux (no 68)

1270-1274

Baudouin d’Autre-Eglise (no 62)

1274-1279

Jean des Canges (no 428)

1279-1281

Jacques de Châtaigne (no 375)

1281

Amic de Lowaige (no 15)

1282

Jean de Reims (no 503)

1282

Jacques Berdanente (no 373)

1283

Gilles Patin (no 224)

1288

Jean de Lille (no 480)

1288-1291

Jean Ruisol (no 508)

1291-1304

Arnould d’Awans (no 27)

 ?

-

1313-1314

Francon de Gembloux (no 141)

1317

Jean de Hocsem (no 467)

Date

Nom des gradués

1323

Jean Gillard des Canges (no 429)

1326-1328

Jean de Cadzant (no 426)

1329

Elbert de Bettincourt (no 109)

1330-1332

Antoine de Biella (no 21)

1334-1336

François Médicis (no 135)

1341-1352

Raoul de Montenaken (no 658)

1352-1357

Jean de Vieuxville (no 530)

Le signe + indique un official non gradué.

  • 98 P. Pieyns-Rigo (Notaires d’officialité et notaires publics..., dans B.C.R.H., t. 132, 1966, p. 300 (...)
  • 99 Cfr notice no 412. Il sera encore question de cet ecclésiastique dans la troisième partie de ce cha (...)
  • 100 Cfr notices no 229 et 456.

72Étant donné la multiplication des tâches qui incombaient à l’official, celui-ci fut bientôt entouré de différents collaborateurs. Des ecclésiastiques liégeois sont cités au XIIIe siècle avec le titre de vices-gerens du juge suprême du diocèse. Il s’agit de trois maîtres98 : en 1263, Jean d’Avennes99, futur doyen de Notre-Dame à Huy, en 1272, le moins connu Jean de Genappe et, en 1277, Gilles de Wihogne, futur doyen de Sainte-Croix à Liège100

  • 101 P. Fournier, Officialités au Moyen Age, p. 33, signale que les avocats devaient avoir étudié le dro (...)
  • 102 Cfr au sujet de ces juristes non entrés dans les ordres, les pp. 188-192.

73L’official avait également d’autres assesseurs. Appelés avocats, ces experts en droit101 était désignés par les parties pour défendre leurs intérêts et conseiller le juge, mais ce dernier n’était néanmoins pas lié par leur avis. Sur vingt-deux gradués qui assumèrent cette fonction à partir de 1267 (date de la première activité connue d’un juriste comme avocat attaché à la cour de Liège) et avant 1350, on connaît cinq laïcs102, onze clercs et sept personnes au statut juridique indéterminé.

Tableau 25. Avocats d’officialité dans le diocèse de Liège jusqu’en 1350

Nom

Date de la première activité

Fonctions assumées et bénéfices détenus

Marsile no 567

1267

-

Bastien de Sauvenière no 60

1279

membre de la cour allodiale

Guillaume de Wierde no 295

1279

« vestit » de Kerkom-lez Saint-Trond

Macaire de Mierle no 564

1282

chanoine de St-Servais, St-Barthélemy, St-Martin, St-Lambert, St-Pierre

Gauthier de Hannut no 158

1284

juré au conseil de la cité de Liège

Christian no 87

1284

-

Lambert no 547

1297

curé de Saint-Christophe à Liège

Francon de Gembloux
no 141

1301
1301

scelleur de l’officialité, puis official de Liège

Fastré de Marneffe no 126

1304

-

Arnould d’Ile no 38

1305

chanoine de St-Lambert et prévôt de St-Jean

Éverard de Louvain no 128

1305

laïc

Henri de Jodoigne no 331

1307

-

Guillaume d’Heure no 279

1315

écolâtre de Sclayn, chanoine de St-Paul, St-Aubain, St-Jean, N.D.Maastricht

Jean de Jodoigne no 475

1320

laïc

André de Ferrières no 16

1324

laïc, échevin ? et juré de Liège

Jean de Laminne no 476

1324

clerc attaché à l’église St-Barthélemy

Nicolas de Wanelheies no 603

1329

clerc

Jean de Gembloux no 455

1334

clerc

Albert de Marneffe no 10

1338

-

Eustache de Villers no 124

1338

-

Guillaume d’Heure no 280

1341

fils d’un autre avocat, doyen de St-Martin et chanoine de St-Servais

Guillaume de Saint-Jacques no 292

1345

-

Jean Carpeal de Vieuxville no 530

1345

official de Liège

N.B. Les données imprimées en italique sont hypothétiques.

74Ces dernières n’avaient probablement pas reçu les ordres sacrés : les avocats ecclésiastiques sont, en effet, bien connus, parce qu’ils détenaient plusieurs prébendes ou bénéfices et firent souvent de brillantes carrières. Soulignons à cet égard le cas de deux avocats qui ne cessèrent d’assumer la fonction de conseiller du juge ordinaire que pour atteindre d’autres honneurs. Maître Francon de Gembloux, cité comme avocat à partir de 1301, fut scelleur de la cour en 1313, peu avant de devenir official. Quant à Jean Carpeal de Vieuxville, avocat cité en 1345, il fut official de 1352 à 1357. Aux clercs qui avaient étudié le droit s’offraient donc, dans les services de cette cour de justice ecclésiastique, des perspectives d’un intéressant cursus honorum. Les avocats d’officialité, tant clercs que laïcs, furent d’ailleurs recherchés pour les missions d’arbitrage.

  • 103 P. Pieyns-Rigo, Notaires d’officialité et notaires publics..., pp. 297-332, ici p. 302.
  • 104 Cfr notice no 567.
  • 105 Cfr notice no 9.
  • 106 Cfr notice no 728.
  • 107 Cfr notice no 327.
  • 108 Cfr notice no 517.
  • 109 Cfr notice no 350.
  • 110 Cfr notice no 505.
  • 111 Cfr notice no 205.
  • 112 Cfr notice no 129.
  • 113 Cfr notice no 521.

75L’official de Liège avait aussi à sa disposition quelques collaborateurs qui le secondaient dans l’exercice de la juridiction gracieuse. Dans le diocèse de Liège, le premier notaire d’officialité est cité en 1252103. Il s’agit de maître Martin104, chanoine de Notre-Dame à Maastricht et de Saint-Pierre à Liège. Entre le milieu du XIIIe siècle et 1350, on relève dans les sources les noms de sept autres maîtres parmi les auxiliaires du juge ecclésiastique : Alard Pilet105, également greffier de la cour allodiale, Thierry de Meffe106, Henri de Gueldre107, Jean Skamochons108, Henri de Sainte-Croix109, Jean de Risoir110, Gérard de Treiste111, Fastré112 et Jean de Tihoul113.

  • 114 Il importe certainement de souligner que certains notaires publics indépendants (ces derniers appar (...)
  • 115 Cfr notice no 620.
  • 116 Cfr notice no 631.
  • 117 Cfr notice no 327.

76Cependant, des notaires publics114 gradués mirent aussi leur activité au service de l’official. Le premier connu est maître Pierre d’Awans115 cité en 1294, mais deux autres universitaires, Pierre de Huy116 et Henri de Gueldre117, ancien notaire d’officialité, suivirent son exemple respectivement en 1302 et en 1305.

4° Le vicariat général et la scellerie

77Il reste à étudier l’occupation par les universitaires de deux dignités de l’Église de Liège : le vicariat général et la scellerie.

  • 118 D’une manière générale, il convient de se reporter à l’ouvrage de È. Fournier, L’origine du vicaria (...)

78C’est sous Henri de Gueldre, élu en 1247 mais non ordonné prêtre, qu’apparaît à Liège un fonctionnaire chargé de représenter d’une manière permanente le chef du diocèse dans ses attributions spirituelles118. Avant cela, les évêques n’avaient délégué leur pouvoir à des collaborateurs que de manière occasionnelle lors de séjours à l’étranger ; ce procédé fut remis à l’honneur par d’autres prélats : Hugues de Chalon en 1298, Thibaut de Bar en 1310, et Adolphe de La Marck en 1316 et en 1324. Quand aucun vicaire général n’était désigné, cette fonction était assurée par l’official.

Tableau 26. Les gradués vicaires généraux

Tableau 26. Les gradués vicaires généraux

*Ces titulaires ne furent vicaires-généraux que lorsque l’évêque était in remotis agens.

  • 119 Cfr notice no 239.
  • 120 Au sujet de ce prélat, voir aussi p. 385 note 143.
  • 121 Cfr notice no 673.
  • 122 Il renonça à cette charge quand son âge ne lui permit plus de l’assumer, mais Henri de Gueldre le n (...)
  • 123 Cfr notice no 143.

79Trois universitaires détinrent le vicariat général durant l’épiscopat d’Henri de Gueldre, puisque cet élu ne fut pas immédiatement en mesure d’assumer le gouvernement spirituel du diocèse. Le premier, maître Godefroid119 était le neveu du prélat. Chanoine, puis écolâtre, et enfin, doyen de Saint-Servais à Maastricht, ce gradué cumula le vicariat avec l’archidiaconat de Famenne de 1251 à 1260 ; il fut de plus nommé, en juin 1252, visiteur apostolique de la cité et du diocèse par Hugues de Saint-Cher, cardinal au titre de Saint-Sabine120. Tout de suite après le décès de Godefroid de Gueldre, maître Renier, dit de Tongres121, né dans une famille hesbignonne appartenant à la petite noblesse ou à la ministérialité, lui succéda. Cet universitaire assuma, tout en détenant l’écolâtrie de Notre-Dame à Tongres, le gouvernement spirituel de l’évêché jusqu’en 1266122, bien qu’Henri de Gueldre ait finalement reçu, en mars-avril 1260, les ordres majeurs. Maître Francon de Lowaige123 porta le titre de vicaire in spiritualibus de 1270 à 1273 ; il devint ensuite doyen du chapitre cathédral. On notera que ces trois dignitaires étaient originaires du nord du diocèse.

  • 124 Cfr notice no 428.
  • 125 Cfr notice no 390.
  • 126 Cfr notice no 113.

80Quand, en 1298, Hugues de Chalon quitta momentanément le diocèse pour effectuer un voyage en Franche-Comté, il choisit trois clercs qui devaient exercer collégialement le gouvernement spirituel de l’évêché. Parmi ceux-ci, on relève les noms de maître Jean des Canges124, doyen du chapitre cathédral, et de maître Jacques de Wassi125, chanoine de Saint-Lambert sans doute d’origine française. Thibaut de Bar n’eut pas recours aux services de clercs gradués pour le représenter, quand il participa au Romfahrt d’Henri (VU) de Luxembourg, mais Adolphe de La Marck confia, notamment en 1316 et en 1324, l’administration des rerum spiritualium du diocèse à un universitaire, né dans une famille westphalienne qui avait toujours servi la sienne : maître Englebert François126. Après le décès de ce dernier en 1330, il n’y eut apparemment plus de vicaire-général à Liège.

  • 127 Cfr J. L. Kupper, Raoul de Zähringen..., p. 161.
  • 128 Cfr É. Poncelet, Hugues de Pierrepont..., p. LII.

81Entre 1250 et 1330, le vicariat général fut donc très souvent confié à des universitaires, mais cette charge ne fut attribuée qu’exceptionnellement, — lors de voyages de l’évêque (in remotis agens), — sauf durant l'épiscopat d’Henri de Gueldre. Ce dernier prélat fut secondé par trois universitaires tout au long de son règne, même lorsqu’il put légalement assumer la direction spirituelle du diocèse. Les évêques ont le plus souvent accordé cette charge spirituelle à des universitaires originaires des mêmes régions qu’eux, à qui ils faisaient particulièrement confiance. En 1189, Raoul de Zähringen avait déjà choisi comme vicaire un de ses cousins Albert de Rethel127 et Hugues de Pierrepont avait fait de même en 1215/16 et 1229 avec son neveu Jean d’Eppes128. La fonction de vicaire in spiritualibus n’était, semble-t-il, confiée qu’à des collaborateurs sûrs. C’est pourquoi, après 1250 aussi, on rechercha le plus souvent pour l’assumer des universitaires qui étaient unis au chef du diocèse par certains liens privilégiés.

***

  • 129 Voir au sujet de cette fonction, É. Poncelet, Les vicaires généraux et les scelleurs..., t. 29, 193 (...)

82Le garde-sceau présidait dans tout le diocèse au scellage des actes découlant de l’autorité spirituelle de l’évêque, qu’ils aient été délivrés par ce dernier ou le vicaire-général129. Cet emploi était permanent et n’admettait pas de vacance. Les premiers scelleurs, qui étaient aussi responsables de la perception des taxes provenant de la juridiction de l’ordinaire, apparaissent dans le diocèse de Liège à la fin du XIIIe siècle. Entre 1277, date de la première mention du nom d’un titulaire de cette charge, et 1350, six clercs, dont on garde souvenir l’assumèrent. Quatre d’entre eux étaient des maîtres universitaires : Jean de Willembrenges, qui joua un rôle actif dans la politique du chapitre cathédral au début du XIVe siècle ; Gauthier de Marneffe, chanoine de Saint-Materne ; Wéry, ancien greffier de la cour allodiale, et Jean Haensanc, ancien notaire public, chanoine de Notre-Dame à Tongres, de Sainte-Croix et de Saint-Lambert à Liège. Cette fonction fut donc souvent assumée par des clercs instruits et proches de la cathédrale.

Tableau 27. Les scelleurs gradués de 1277 à 1350

Date

Nom

1227-1280

+

1291

Jean de Willembrenges (no 533)

1291

Gauthier de Marneffe (no 167)

1294-1313

Wéry (no 744)

1323-1330

Jean Haensanc (no 462)

1345

+

Le signe + indique un titulaire non gradué.

***

83Plus encore que les dignités capitulaires, les fonctions de représentation du chef du diocèse (officialité, vicariat général et scellerie) furent donc littéralement accaparées par les universitaires, et cela dès qu’elles furent instituées dans le diocèse de Liège. Les notaires publics et les auxiliaires de l’official pour ce qui regardait la juridiction gracieuse furent parfois des maîtres, mais c’est surtout dans les emplois de conseillers du juge délégué de l’ordinaire que s’illustrèrent les légistes liégeois.

C. L’influence des maîtres sur le gouvernement spirituel de l’évêché et temporel du pays de Liège130

1° Les premiers évêques français (1200-1247)

  • 131 Cfr au sujet du règne de cet évêque, l’introduction à l’édition de ses actes par É. Poncelet, Bruxe (...)
  • 132 Cfr notice no 296.
  • 133 Cfr les notice no 71+ et 612.
  • 134 Cfr notices no 580 et 581 ; il se pourrait que ce gradué ait également servi le duc Henri (I) de Br (...)
  • 135 Cfr notice no 580, notes 5 et 6.
  • 136 Cfr notice no 56+ ainsi que les pp. 108-109.

84Quatre universitaires ont apparemment fait partie de la « mesnie » d’Hugues de Pierrepont131. Alors qu’il n’était encore, en 1197, que prévôt de Saint-Lambert et de Notre-Dame à Huy et à Tongres, ce dignitaire d’origine comtale avait déjà à son service deux gradués. Le premier prénommé Guy132 est encore cité dans l’entourage du prélat en 1215, tandis que le second, maître Pierre133 qui fut écolâtre de Saint-Denis, puis peut-être de Sainte-Croix, n’apparaît plus dans les sources après 1205. Cependant, dès 1202, l’évêque Hugues avait encore engagé comme secrétaire un autre maître : Nicolas, chanoine de Saint-Paul134. De plus, il eut aussi comme notaire un certain Jean de Maubeuge135, chanoine de Saint-Lambert. Ce dernier doit sans doute être identifié avec maître Jean136, chanoine de Celles et ancien domesticus d’Albert de Rethel, oncle maternel d’Hugues de Pierrepont et grand prévôt de Liège mort en 1195.

  • 137 Cfr notice no 69. Cet universitaire fut d'abord archidiacre de Campine (1220/21-1225), puis archidi (...)
  • 138 Cfr notice no 748. Cet universitaire sera official en 1237.
  • 139 Cfr notice no 231. C’est au nom du pape Grégoire IX que cet universitaire s’occupa, en 1231-1233, d (...)

85Certains conseillers gradués d’Hugues de Pierrepont ont commencé leur carrière ecclésiastique à la fin du XIIe siècle. Rappelons donc pour simple mémoire, les noms de Jacques de Vitry (f 1240), Rabodon, premier official connu († ap. 1216), Raoul de Saint-Paul († ap. 1214) et Gauthier de Saint-Jean († cr. 1220), puisque leurs activités ont été évoquées dans la première partie de ce travail. Il faut néamoins souligner que d’autres clercs titulaires de grades académiques sont venus, durant le règne d’Hugues de Pierrepont, se joindre à ce groupe d’intellectuels entourant l’évêque de Liège. Ce dernier semble, en effet, avoir attiré dans son diocèse lotharingien des universitaires français, tels que maître Baudouin de Vaux137, issu d’une famille seigneuriale laonnoise, maître Yvon de Marbotte138, originaire d’une petite localité de la seigneurie d’Aspremont, et maître Godefroid139, probablement né dans la région rémoise. A l’exception de ce clerc champenois, qui abandonna le décanat de Saint-Jean l’Évangéliste au printemps 1233, ces universitaires conseillèrent Jean d’Eppes, neveu et successeur de l’évêque Hugues.

  • 140 Cfr notice no 55+ et les pp. 384 et sv.
  • 141 Cfr notice no 496.
  • 142 Cfr notice no 481. Au sujet de l’identification Liroux, voir la note 1 de cette notice.
  • 143 Après l’étude des activités de ce clerc (cfr notice no 30+), je ne Fai pas considéré comme un gradu (...)
  • 144 Jacques de Vitry, Vita Mariae Oigniacensis, dans AA. SS., Junii 4, 1707, p. 651.
  • 145 Ce problème sera envisagé infra, pp. 384-388.

86De plus, deux maîtres originaires du diocèse de Liège et disciples du théologien Jacques de Vitry140 (Jean de Nivelles141, chanoine de Saint-Jean l’Évangéliste, puis membre du chapitre régulier d’Oignies, et Jean de Liro (Liroux ?)142, chanoine de Saint-Denis à Liège) sont souvent cités dans l’entourage de l’évêque Hugues. Ensemble, ils assitèrent ce dernier quand il procéda, en 1202, à la fondation de l’abbaye des moniales cisterciennes aux Awirs, et, entre le 14 juillet et le 15 août 1208, à l’érection du prieuré du Neufmoustier en abbaye. C’est aussi le théologien et canoniste Jean de Nivelles qui conseilla, en 1200, Gauthier de Chauvency143 lors de la réorganisation de l’abbatialité de Notre-Dame en un collège de chanoines dédié à Saint-Materne. De même, il apparaît comme le protecteur de l’hôpital de Saint-Matthieu-à-la-Chaîne, autre réalisation du doyen Gauthier, et comme le fondateur du premier béguinage liégeois144. Quant à maître Jean de Liro, il s’occupa de la défense des intérêts de l’hospice de Cornillon. Ajoutons encore que l’un comme l’autre de ces universitaires joua un rôle certain dans le développement de la mystique féminine à Liège145.

  • 146 Cfr les notices no 628 et 683 : l’un fut écolâtre de la cathédrale et l’autre chanoine de Saint-Jea (...)
  • 147 Voir à ce sujet l’étude très érudite d’A. Joris, Notes sur la pénétration du droit savant de Liège (...)
  • 148 Il s’agit de Thierry de Friesheim (no 84+), Adam de Namur (no 3), Gauthier de Saint-Jean (no 31+ et (...)

87Maître Jacques de Vitry et ses disciples liégeois ont sans aucun doute apporté à Hugues de Pierrepont une aide efficace pour tout ce qui touchait à la spiritualité et aux fondations religieuses ou hospitalières, mais cet évêque s’était aussi entouré de conseillers qui avaient étudié le droit. En effet, deux jurisperiti, probablement issus de la même famille patricienne de la cité (maîtres Pierre et Robert de Dînant146), s’illustrèrent par différents jugements rendus au nom du chef du diocèse, mais aussi des papes Innocent III et Honorius III. Ces deux gradués ne sont pas les seuls chanoines à avoir possédé au début du XIIIe siècle, des connaissances juridiques, puisqu’ils faisaient partie du groupe des neuf canonistes liégeois qui rédigèrent, entre 1207/08 et février 1212, une consultation de droit au sujet de l’affaire de l’église de Baisy-Thy ; elle opposait les Hospitaliers de Jérusalem à l’abbaye de Saint-Hubert147. Rappelons encore à la suite d’A. Joris que chacun de ces experts est appelé maître et jurisperitus148. Il est donc prouvé que, dès le début du XIIIe siècle, des clercs formés dans des studia generalia à l’étranger étaient capables d’appliquer à des cas liégeois les principes du droit savant.

  • 149 Cfr notice no 55+.
  • 150 Cfr notice no 63.
  • 151 Cfr supra, p. 202.
  • 152 Cfr notice no 748.
  • 153 Maître Jean de Chimay, dit Mouton (no 434), chanoine de Saint-Materne, secondait maître Yvon de Mar (...)
  • 154 G. Kurth, La Cité de Liège, t. 1, pp. 129 et sv. : c’est de cette époque que date la première ligue (...)
  • 155 C.S.L. 1, pp. 270-275 no 206 et 209.
  • 156 C.S.L. 1, pp. 286-288 no 221.

88C’est à maître Jacques de Vitry149 et Baudouin de Barbençon150, supérieur du chapitre d’Oignies, que l’évêque Hugues de Pierrepont demanda, en avril 1229, d’exécuter ses dernières volontés151 ; en conséquence, ces universitaires continuèrent à collaborer de manière active avec le neveu et successeur du prélat défunt : Jean d’Eppes. Ce dernier choisit d’ailleurs le théologien Baudouin comme pénitencier, c’est-à-dire comme conseiller pour les affaires spirituelles. Le nouvel évêque eut pourtant besoin d’un universitaire d’origine française, — sans doute un juriste, puisqu’il fut ensuite official, — Yvon de Marbotte152 pour régler peu après son élection (mai 1229) un conflit qui déjà l’opposait au chapitre cathédral153. Jean d’Eppes avait, en effet, autorisé les habitants de la cité154 à lever des impôts sur le vin et divers biens de consommation, sans consulter les chanoines de Saint-Lambert. Un accord se fit entre les Liégeois et le clergé le 18 janvier 1231155, mais il fallut attendre, le 20 novembre, l’intervention de trois cardinaux pour réconcilier l’évêque et le chapitre cathédral156.

  • 157 Cfr notice no 69.
  • 158 Cfr notice no 724.
  • 159 Une commémoration contenue dans l’obituaire d’Amay (A.É.H., Sainte-Ode d’Amay, obituaire : 6 nov.) (...)
  • 160 Cfr notice no 360.
  • 161 Citons les papes Grégoires IX et Innocent IV, le cardinal-légat Otton de Saint-Nicolas, les évêques (...)
  • 162 Maîtres Philippe d’Assise (no 607), Libert d’Amay (no 556), Daniel (no 164), Lambert de Halloy (no  (...)

89Jean d’Eppes, comme son oncle, eut donc volontiers recours à des gradués d’origine française, car il s’appuya aussi souvent sur les conseils de maître Baudouin de Vaux157. C’est cependant un Liégeois, maître Thierry158 physicus, qui lui servit de secrétaire. Cet universitaire fut aussi écolâtre de Saint-Jean l’Évangéliste, puis archidiacre de Hainaut (+ 1246), et pourrait être issu d’une famille patricienne dinantaise159. De plus, à cette époque, le juriste le plus réputé à Liège était maître Hugues de Celles160, écolâtre de Saint-Paul. Ce canoniste trancha à l’amiable nombre de conflits que les autorités tant ecclésiastiques que temporelles n’arrivaient pas à règler à la satisfaction des parties et de manière définitive161 ; il fut aussi très souvent choisi comme arbitre par d’autres universitaires162.

***

  • 163 Cfr au sujet de sa famille et de sa carrière ecclésiastique, W. N. Newman, Les seigneurs de Nesle e (...)

90Après la période troublée par l’opposition entre deux candidats à l’évêché, Otton d’Eberstein, protégé par Conrad de Hohenstaufen, et Guillaume de Savoie, défendu par le pape Grégoire IX, et le court règne du deuxième d’entre eux (29 mai — 1er novembre 1239), ce fut à nouveau un ecclésiastique français qui devint évêque de Liège. Fils de Jean II, châtelain de Noyon, et d’Odette de Dampierre, Robert de Thourotte était, au moment de sa nomination à Liège, évêque de Langres (août/novembre 1232 — août 1240). Avant son accession à cette dignité supérieure, il avait été archidiacre de Beauvais, chanoine de Laon et de Reims163.

  • 164 J. Lejeune, Liège et son pays, p. 35.
  • 165 Cité dès 1237 avec le titre de chanoine de Saint-Lambert, maître Philippe d’Assise (no 607) ne vint (...)
  • 166 Cfr notice no 723.
  • 167 Cfr notice no 565.
  • 168 Cfr notice no 149.
  • 169 Voir à ce sujet les pp. 384-388.

91C’est durant l’épiscopat de cet autre protégé du pape Grégoire IX, qui ne reçut jamais l’investiture temporelle de la principauté de Liège des mains du détenteur de l’autorité impériale164, qu’on eut recours pour la première fois aux gradués italiens165. Deux d’entre eux, maîtres Théard Visconti de Plaisance166 et Marcuald de Modène167, furent d’ailleurs, on le verra, des collaborateurs efficaces de cet évêque originaire des confins de la Picardie et de l’île de France. Mais, Robert de Thourotte appela aussi auprès de lui un de ses anciens confrères à la cathédrale de Laon : maître Jacques Pantaléon Ancher de Troyes168 fut archidiacre de Campine de 1243 à 1248 et légat pontifical en Allemagne. Devenu pape sous le nom d’Urbain IV, ce théologien parisien joua un rôle primordial dans l’institution de la Fête-Dieu169.

2° Le cas d’Henri de Gueldre (1247-1274)

  • 170 H. Obreen, Gerhard IV, Graaf van Gelre, dans Nieuw Nederlandsch Biografisch Woordenboek, t. 2, 1912 (...)
  • 171 Fille du duc Henri Ier.
  • 172 W. Classen, Das Erzbistum Köln, Archidiakonat von Xanten, dans Germania Sacra t. 3/1, p. 86.
  • 173 En 1245, il avait été élu grand prévôt d’Utrecht (Oorkondenboek van het Sticht Utrecht tot 1301, t. (...)
  • 174 Epistolae, éd. PertzRodenberg, t. 2, pp. 182-183 no 244.
  • 175 Au sujet du règne d'Henri de Gueldre, voir le bon mémoire de licence de J. Cl. Detroux (Liège, 1972 (...)
  • 176 15 novembre 1247 : Epistolae, éd. PertzRodenberg, t. 2, pp. 325-326 no 452.
  • 177 Cfr supra le tableau 26 p. 236.
  • 178 Cfr notice no 239.
  • 179 Sloet, Oorkondenboek der graafschappen Gelre en Zutphen, t. 2, p. 695.
  • 180 Ch. Duvivier, La querelle des d’Avesnes et des Dampierre, t. 2, p. 361 no 210.

92Fils du comte Gérard (IV) de Gueldre170 et de Marguerite de Brabant171, Henri, prévôt de Xanten depuis 1238172 et d’Utrecht depuis 1246173, fut installé, en octobre 1247, sur le siège épiscopal de Liège par le pape Innocent IV dont il était le chapelain174. Comme, en vertu d’un privilège pontifical, l’élu de Liège175 était dispensé de recevoir les ordres majeurs176, il put engager son neveu comme provisor in spiritualibus rebus. Maître Godefroid de Gueldre177 se révéla être aussi un très habile conseiller politique, qui accompagnait souvent le chef du diocèse dans ses déplacements178. Ainsi le 20 novembre 1248, — quand Henri de Gueldre a conclu un traité d’alliance avec Henri (III) de Brabant, Otton (II) de Gueldre et Arnould (IV) de Looz, — et le 14 février 1254179, — quand le même prélat a annulé la donation du comté de Hainaut, fief de l’Église de Liège, réalisée par Marguerite de Constantinople, comtesse de Flandre et de Hainaut, à Charles d’Anjou180, — cet universitaire était présent à la ratification des accord et décision qu’il avait fait prendre à son oncle.

  • 181 Cet archidiacre italien devint plus tard pape sous le nom de Grégoire X. On le retrouvera aux pp. 2 (...)
  • 182 Leodium, t. 1, 1902, pp. 85-88. Pour ce qui regarde les attributions des archidiacres dans le diocè (...)
  • 183 C.S.L. 2, pp. 119-120 no 570 et p. 133 no 580.

93En outre, maître Godefroid de Gueldre négocia un compromis, en août 1250, avec l’archidiacre de Hainaut Théard Visconti181, qui contestait à l’élu ses attributions en matière criminelle182. Enfin, le 1er août 1260, il réconcilia l’évêque et le chapitre cathédral ; ce dernier litige portait sur des questions matérielles, telles que l’achat d’une maison à Cologne, la vente de différentes forêts, mais aussi sur la question de la succession du comté de Hainaut183.

  • 184 Il porte encore le titre d’élu dans un acte du 2 mars 1260 (n. st.), mais il est appelé episcopus L (...)
  • 185 Cfr supra tableau 26 p. 000.

94Même lorsqu’il porta le titre d’évêque après le 11 avril 12 60184, Henri de Gueldre continua à déléguer à des universitaires ses prérogatives spirituelles : maître Renier de Tongres est cité avec le titre de vicaire général de 1261 à 1266 et maître Francon de Lowaige de 1270 à 1274185. Les trois gradués choisis par le chef du diocèse pour remplir cette importante fonction étaient originaires des régions thioises.

  • 186 Cfr notice no 497. Le 19 mars 1261 (n. st.), il rend au nom d’Henri de Gueldre une sentence en fave (...)
  • 187 Cfr notices no 186, 360 et 551. Le 23 mars 1251 (n. st.), ils interviennent au nom du chef du diocè (...)
  • 188 Cfr notice no 108. Ce gradué sera plus tard écolâtre de Saint-Lambert et chapelain de Grégoire X.
  • 189 Cfr notice no 484.
  • 190 Cfr notice no 384.
  • 191 Cfr notice no 465.
  • 192 Voir au sujet de ces événements, les pp. 000-000.

95Parfois aussi, Henri de Gueldre eut recours pour rendre différents jugements en son nom aux services de dignitaires gradués, comme maître Jean li Roiez186, archiprêtre de la cité, les jurisperiti Lambert de Halloy, écolâtre de Saint-Lambert, Gérard de Bohan, doyen de Saint-Pierre et ancien official, et Hugues de Celles, écolâtre de Saint-Paul187. En plus de ces collaborateurs occasionnels, trois universitaires firent encore partie de la mesnie de cet élu, puis évêque de Liège. Le premier maître Elbert188 était probablement originaire de la région de Maastricht ; il apparaît dans les actes de l’élu avec le titre de chapelain-notaire de 1250 à 1255. Le deuxième, maître Jean de Maastricht dit Rouge189 obtint, en 1263, un canonicat à Liège grâce à la protection du pape Urbain IV190, un ancien archidiacre de Campine, qui exerçait encore cette fonction au début du règne d’Henri de Gueldre. Enfin, le dernier, maître Jean d’Heure191, physicus, est cité dans l’entourage du prélat à partir de février 1272 ; ce médecin fit partie, en 1279 peu avant son décès, du comité de défense créé par les dignitaires liégeois contre le théologien Jean d’Enghien, que Grégoire X plaça sur le siège épiscopal de Liège en juillet 1274, après avoir déposé Henri de Gueldre192. Deux des trois chapelains gradués de cet évêque étaient donc, comme les trois vicaires généraux, d’origine thioise.

3° La première étape de la mainmise des universitaires sur le siege épiscopal de Liège (1274-1291)

  • 193 Cfr notice no 449.
  • 194 Cfr notice no 240.
  • 195 Cfr notice no 62.
  • 196 É. Schoolmeesters, Rudolphe de Habsbourg..., pp. 13-14.
  • 197 C.S.L. 2, pp. 243-244 no 665.

96Peu après son installation, Jean d’Enghien193 connaissait déjà certaines difficultés avec le clergé liégeois ; car, durant l’automne 1275, les chapitres de la cité mosane déléguèrent deux universitaires pour qu’ils veillassent à leurs intérêts. C’est pourquoi maître Godefroid de Hakendover194, chanoine de Saint-Jean l’Évangéliste, et maître Baudouin d’Autre-Église195, ancien official et futur écolâtre de Saint-Lambert, accompagnèrent l’évêque de Liège à Lausanne, où devait avoir lieu une rencontre entre le roi Rodolphe de Habsbourg et le pape Grégoire X196. Ce dernier chargea alors Umbert, cardinal-diacre au titre de Saint-Eustache, de trancher le différend opposant Jean d’Enghien et le clergé liégeois au sujet de la juridiction à exercer sur les serviteurs des ecclésiastiques197 ; l’évêque acceptait, en effet, qu’elle fût laissée aux bourgeois de la cité, mais cette position était fermement combattue par les représentants des chapitres.

  • 198 Cfr tableau 24 p. 231 et notice no 428.
  • 199 Il convient de rappeler ici que Jean d’Enghien fut évêque de Tournai (1267-1274) avant d’être nommé (...)
  • 200 Cfr notice no 376.
  • 201 É. Poncelet, La Guerre dite de la Vache..., pp. 293-294, 330-337. Un premier arbitrage avait été ef (...)

97Durant l’épiscopat de maître Jean d’Enghien, deux officiaux seulement furent installés. Maître Jean des Canges198, issu d’un lignage patricien liégeois, mais qui avait commencé sa carrière à Namur au service de Guy de Dampierre, occupa cette fonction de 1274 à 1279. Quand ce gradué eut été choisi comme doyen du chapitre cathédral, l’évêque de Liège le remplaça à l’officialité par un décrétiste originaire du diocèse de Tournai199 : maître Jacques de Châtaigne200, en qui il avait toute confiance. Ce canoniste avait, en effet, représenté les intérêts du prélat, en juin 1278, lors du règlement du conflit connu sous le nom de « guerre de la Vache »201 ; cette collaboration ne l’empêcha d’ailleurs pas de servir plus tard fidèlement des membres de la famille Dampierre.

  • 202 Cfr notice no 373.
  • 203 Böhmer-Redlich, pp. 142-143 no 527-528, p. 197 no 779 et p. 401 no 1823. Voir aussi Kurth, La cité (...)
  • 204 Voir notamment C.S.L. 2, pp. 251-257 no 671.
  • 205 B.I.A.L., t. 33, 1903, p. 20 ; Bormans, Clergé secondaire, p. 317 no 26.
  • 206 Cfr notice no 428.
  • 207 Cfr notice no 680.
  • 208 Cfr notice no 43.
  • 209 Cfr notice no 146.
  • 210 Cfr notice no 185.
  • 211 Cfr notice no 465.
  • 212 Cfr notice no 14.
  • 213 Cfr notice no 27.
  • 214 C’est Hugues de Pierrepont qui, en 1229 (avant le 13 avril), avait autorisé le chapitre cathédral à (...)

98C’est à Tournai également que Jean d’Enghien alla chercher un collaborateur d’origine italienne : maître Jacques Berdanente de Trévise202, qui fut, en 1278, visiteur apostolique du diocèse de Liège. Dans cette cité, le clergé fut en réalité presque toujours en opposition avec la politique de l’évêque théologien. Quelques mois après l’arbitrage de Lausanne (octobre 1275), un conflit surgit à nouveau entre le chef du diocèse, les bourgeois et l’ensemble des clercs au sujet de la fermeté. Malgré les interventions du roi des Romains Rodolphe de Habsbourg en 1278 et en 128 1203, l’évêque Jean d’Enghien laissait encore les bourgeois de Liège lever l’impôt de la fermeté au mépris des privilèges ecclésiastiques204. Un comité de défense fut créé en 1279 par tous les chapitres de la cité205 : Jean des Canges206, Rigaud de Jeneffe207, Arnould de Stavelot208, Frédéric de Saint-Martin209, Gérard de Bierset210 junior, Jean d’Heure211, Amel de Fize212 et Arnould d’Awans213, tous universitaires originaires du diocèse, en faisaient partie. Cette délégation du clergé primaire et secondaire excommunia les bourgeois et l’évêque Jean d’Enghien214. Ce dernier fulmina à son tour la même peine contre les clercs en révolte.

  • 215 Le chapitre cathédral refusa d’ailleurs l’inhumation dans l’église Saint-Lambert de la dépouille de (...)
  • 216 Cfr notice no 451.
  • 217 Cfr notice no 412.
  • 218 C.S.L. 2, pp. 355-356 no 738.

99L’affaire en était à ce stade lors du décès subit de Jean d’Enghien ; l’évêque ne supporta pas, en effet, une chevauchée nocturne que lui imposa Henri de Gueldre, son prédécesseur déposé par Grégoire X215. Sitôt nommé à Liège (31 octobre 1282), Jean de Dampierre216 dit de Flandre, décrétiste bolonais, apaisa rapidement la colère des chapitres de la cité. Pour ce faire, il désigna maître Jean d’Avennes217, vice-official et doyen de Notre-Dame à Huy, afin qu’il examinât la sentence d’excommunication fulminée par Jean d’Enghien contre le clergé primaire et secondaire ; le chargé de mission la déclara entachée de nullité218.

  • 219 Cfr notice no 190 : ce gradué, qui est cité avec le titre de secrétaire de Jean de Flandre, resta a (...)
  • 220 Cfr notice no 227 : ce gradué avait été official de Liège en 1246-47, mais avait quitté le diocèse (...)
  • 221 Cfr notice no 263.
  • 222 Cfr notice no 480 : ce gradué fut doyen de Saint-Pierre-au-Château à Namur et chancelier du comte J (...)
  • 223 Cfr notice no 178 : ce juriste avait étudié à Bologne en même temps que l’évêque Jean de Flandre.
  • 224 Cfr notice no 375.
  • 225 Cfr notice no 428 : ce doyen du chapitre cathédral avait à son service un gradué prénommé Nicolas q (...)

100C’est durant l’épiscopat de Jean de Flandre, fils de Guy de Dampierre et de Mahaut de Béthune, qu’arrivèrent à Liège un nombre appréciable d’universitaires flamands : Gérard de Ferlin219, Gilles de Tournai220, Guillaume d’Arras221, Jean de Lille222 et Gérard d’Alost223. Maître Jacque de Châtaigne224, qui avait pourtant été appelé à Liège par Jean d’Enghien, un allié des d’Avesnes, se mit lui aussi au service du nouvel évêque de Liège. Il est vrai que le prélat était comme lui originaire du diocèse de Tournai et doctor decretorum. Quant à maître Jean des Canges, doyen du chapitre cathédral, issu d’un lignage patricien liégeois, il était, depuis 1271, un chaud partisan des Dampierre225.

  • 226 Éd. Schoolmeesters, Les statuts synodaux de Jean de Flandre, évêque de Liège, Liège, 1908 ; voir au (...)
  • 227 R.C.L. 1, pp. 114-115 no 177-178. Voir Kurth, La cité de Liège, 1, pp. 233-240 et J. Lejeune, Liège (...)

101Deux faits importants du règne de Jean de Flandre doivent être signalés. D’une part, ce décrétiste bolonais ordonna, le 16 juin 1288, que l’on réalisât la première codification des stipulations synodales liégeoises226 et, d’autre part, patronna, les 7 et 8 août 1287, deux accords connus sous le nom de « Paix des Clercs » et de « Loi muée des chanoines ». Ce double pacte réconcilia le clergé de la cité et les bourgeois227 ; de plus, il uniformisait le droit appliqué aux habitants de Liège et équilibrait certaines forces en présence dans la cité : celles des clercs et des patriciens.

  • 228 Cfr notice no 6.
  • 229 Cfr notice no 561.
  • 230 C.S.L. 2, pp. 457-458 no 797.
  • 231 Boehmer-Redlich, no 2268-2270
  • 232 Cfr notice no 263.
  • 233 Conjointement avec maître Jean de Dînant, cfr notice no 445. Maître Godefroid de Fontaines (no 234) (...)
  • 234 C.S.L. 2, pp. 466-467 no 804 et 6, pp. 272-273 no 36.
  • 235 Il s’agit de l’affaire réglée par Adolphe de Waldeck et Louis d’Isembourg (cfr supra) en décembre 1 (...)

102Le chef du diocèse connut néanmoins encore certaines difficultés avec les chapitres et le magistrat liégeois, quand ces derniers tentèrent, en 1289, de lever l’octroi aux portes de la cité sans avoir obtenu le consentement du clergé. Deux juristes bolonais, maître Adolphe de Waldeck228, futur évêque de Liège, et maître Louis d’Isembourg229, s’entremirent le 17 décembre 1289230 pour régler le litige. Leur sentence fut d’ailleurs approuvée par Rodophe de Habsbourg231 roi des Romains, le 20 janvier 1290. Lors d’un conflit impliquant seulement Jean de Flandre et le chapitre cathédral, c’est maître Guillaume d’Arras232 qui, le 9 août 1290, trancha à l’amiable le litige233 ; celui-ci concernait la juridiction à exercer sur les membres de la familia de Saint-Lambert234. Quelques mois auparavant, cet archidiacre s’était pourtant opposé à la politique du chef du diocèse235.

4° Deux évêques gradués en butte aux revendications sociales (1295-1303)

  • 236 Cfr notice no 270.
  • 237 Voir au sujet de ce personnage, les pp. 263-264.
  • 238 Cfr notice no 361. Voir au sujet de l'épiscopat d’Hugues de Chalón, le mémoire de licence en histoi (...)
  • 239 Cfr notice no 428.
  • 240 Cfr notice no 390 : cet universitaire n’est cité qu'à cette occasion.

103Après la mort de maître Jean de Dampierre († 14 octobre 1291), l’évêché de Liège fut le théâtre de divers troubles politiques, car il se divisa en deux partis. Les collaborateurs et amis du prélat défunt élirent comme évêque le théologien Guillaume Berthout236, archidiacre de Hesbaye, tandis que le reste du chapitre cathédral portait ses suffrages sur Guy d'Avesnes237. Finalement, Boniface VIII installa, le 12 décembre 1295, un théologien Hugues238 (fils de Jean, comte de Bourgogne et de Chalon, et de sa troisième épouse Laure de Commercy), sur le siège épiscopal de Liège. On a déjà vu que lorsqu’en juin 1298, ce prélat quitta momentanément le diocèse de Liège, il ne nomma pas un provisor in spiritualibus pour l’évêché, mais désigna pour assurer le gouvernement spirituel un collège, dont faisaient partie maître Jean des Canges239, doyen de la cathédrale, et un autre gradué membre du chapitre Saint-Lambert et probablement d’origine française : Jacques de Wassi240. Ce fait dénote sans aucun doute que l’évêque n’avait pas à son service un collaborateur prébendé à Liège, en qui il avait entière confiance et aux compétences unanimement reconnues.

  • 241 Cfr les notices no 62, 112, 263 et 428.
  • 242 C.S.L. 2, pp. 566-567 no 872.
  • 243 Les souverains de la fin du XIIIe siècle connurent pratiquement tous des difficultés du même ordre  (...)
  • 244 Cfr notice no 518.
  • 245 Lahaye, Saint-Jean, pp. 124-125, no 245.
  • 246 A. Hessel, Albrecht I. von Habsburg, pp. 128-129.
  • 247 Boemmer, no 237 et 1405. Pour connaître la conjoncture politique de l’époque, voir M. Yans, Les pri (...)

104C’est durant l’été 1299 que commencèrent les difficultés du théologien Hugues de Chalon, évêque de Liège, avec son chapitre cathédral. Le 11 août, les dignitaires de celui-ci, — dont certainement le doyen maître Jean des Canges, les archidiacres maîtres Émichon de Sponheim et Guillaume d’Arras, et l’écolâtre maître Baudouin d’Autre Église241 — et de nombreux universitaires simples chanoines, firent savoir au chef du diocèse qu’ils cesseraient la célébration des offices divins242, si celui-ci continuait à émettre de la mauvaise monnaie243. Le 31 août, les mêmes déléguèrent maître Jean de Stavelot244, chanoine de la Petite-Table, pour qu’il se rendît à Moha où séjournait Hugues de Chalon ; le chargé de mission devait, une nouvelle fois, signifier à l’évêque la menace du clergé liégeois245. A la fin de l’année (5/7 décembre 1299), le roi des Romains Albert de Habsbourg, qu’une alliance matrimoniale attachait à Jean de Chalon d’Arlay246, autorisa le prince de Liège à battre, comme ses voisins, une monnaie dévaluée247 ; cette décision calma momentanément le chapitre cathédral.

  • 248 Ceux-ci sont exposés dans la notice no 361.
  • 249 Le 17 avril 1300, la cité de Liège et les Bonnes Villes avaient conclu une alliance pour la défense (...)
  • 250 Boniface VIII transféra l’évêque de Liège à Besançon, où il espérait renforcer le parti anti-frança (...)
  • 251 Cfr notice no 6 et le notice biographique rédigée par A. Joris, dans Biogr. nat. Belgique, t. 32, 1 (...)
  • 252 Voir à ce sujet A. Joris, La ville de Huy..., pp. 319, 434.
  • 253 L’obituaire de ce chapitre (éd. Renardy, pp. XXV et 55) contient la commémoration de cet évêque, qu (...)

105Le bref épiscopat de cet évêque (1296-1301) coïncida donc avec une période de troubles économiques et politiques pour le pays de Liège248, si bien que Hugues de Chalon avait fini par ne plus avoir que des opposants dans le diocèse de Liège249. Dès le 1er septembre 1301, Boniface VIII préféra, pour des raisons politiques évidentes, installer à Liège250 un homme neuf, en qui il avait totale confiance, puisqu’il en avait fait son chapelain d’honneur : le juriste bolonais Adolphe de Waldeck251. Celui-ci ne dirigea l’évêché que quatorze mois († 13 décembre 1302), durant lesquels il réussit néanmoins à y rétablir une certaine paix. Il s’illustra par la liquidation de la révolte hutoise252, où les gens de commun, soutenus par Hugues de Chalpon et sans doute le chapitre Notre-Dame253 avaient chassé les lignages scabinaux.

5° Thibaut de Bar, un prélat d’exception (1303-1312)

  • 254 Elles s’opérèrent avec le concours de maîtres Godefroid de Fontaines (no 238) et de Guillaume de Ju (...)
  • 255 Cfr notice no 253.
  • 256 pp. 288-290.
  • 257 Cfr notice no 428.
  • 258 Hocsem, éd. Kurth, pp. 106-108, 134-135. Voir aussi G. Kurth, L’entrée du parti populaire au consei (...)
  • 259 H. V. Sauerland, Vatikanische Urkunden, p. 54 no 76 et R. Fawtier, Boniface VIII, coll. 712-713 no  (...)
  • 260 C.S.L. 3, pp. 33-34 no 914 et R.C.L. 2, pp. 157-158 no 237. Le nouvel évêque était retenu à la curi (...)

106Les problèmes posés par les élections successives254 à l’évêché de Liège (décembre 1302 — mars 1303) de maître Guillaume d’Arras255 et de Thibaut de Bar, seront envisagés dans la partie de ce travail consacrée aux rapports des gradués liégeois et de la papauté256. Il importe cependant de signaler dès à présent certains événements qui se déroulèrent dans la cité pendant la vacance du siège épiscopal (décembre 1302 — mars 1303). Maître Jean des Canges257, né dans un lignage patricien liégeois, était un des auteurs de la « Paix des Clercs » d’août 1287. Tout naturellement donc, le doyen du chapitre cathédral se trouva à la tête de l’opposition du clergé liégeois, quand le conseil des jurés tenta de rétablir la fermeté contrairement aux accords signés précédemment. Il fit jeter l’interdit sur la cité et conclut une alliance avec les métiers258. Sitôt que Thibaut de Bar eut été confirmé par Boniface VIII (13 mars 13 03)259, maître Jean des Canges, respectant ses engagements à l’égard des gens du commun, leur fit reconnaître par le mambour, en l’occurrence Jean de Bar, le droit de constituer la moitié du magistrat urbain (29 avril — 15 mai 1303)260.

  • 261 Cfr notice no 238.
  • 262 Contribution à l’histoire des idées politiques. De Godefroid de Fontaines à la Paix de Fexhe, dans (...)
  • 263 Cfr note 258 p. 253.
  • 264 À cette date, Godefroid de Fontaines répondit aux envoyés de Jean Ier d'Avesnes, comte de Hainaut, (...)
  • 265 Ly Myreur des Histors, éd. Bormans, t. 6, p. 72.
  • 266 R.C.L.. 2, pp. 62-63 no 46.

107Le célèbre théologien de l’université de Paris Godefroid de Fontaines261 était issu d’un lignage de la ministérialité hesbignonne. Ses idées politiques et sociales ont été étudiées par J. Lejeune262 ; elles étaient en parfaite concordance avec celles appliquées par le doyen Jean des Canges. Quand on sait, d’abord, que la bulle de confirmation de l’élection de Thibaut de Bar, datée du 13 mars 1303, signale expressément que maître Godefroid de Fontaines joua un rôle déterminant dans le choix de cet évêque263 et, ensuite, qu’un acte daté du 5 janvier 1303 (n. st.) atteste la présence à Liège du théologien pendant la vacance du siège épiscopal264, il ne semble plus faire aucun doute que le maître parisien fut un des instigateurs de l’action entreprise par le chapitre cathédral à cette époque. Il la défendit d’ailleurs plus tard comme le prouve un passage de Jean d’outremeuse265. En effet, le chroniqueur rapporte qu’en 1305, Godefroid de Fontaines vint à Liège s’opposer à la politique réactionnaire de son protégé l’évêque Thibaut de Bar. Ce dernier voulait rétablir le patriciat dans ses anciennes prérogatives et remettre en vigueur au conseil des jurés le système électif d’avant 1303 ; mais, dans un édit, — connu sous le nom d’« Ordonnance perpétuelle » et daté du 7 mai 1308, — le chef du diocèse entérina finalement l’accord du 15 mai 1303, qui n’avait jusque-là été approuvé que par son frère : le mambour Jean de Bar266. Il conviendrait peut-être alors de corriger la date proposée par Jean d’Outremeuse (1305) pour l’intervention de Godefroid de Fontaines et situer celle-ci au printemps 1308.

  • 267 Pour connaître les différents événements de son épiscopat, voir le bon mémoire de licence de Chr. L (...)
  • 268 Voir à ce sujet la p. 219.
  • 269 Cfr notice no 620.
  • 270 Cfr notice no 166.
  • 271 Cfr notice no 108.
  • 272 Cfr notice no 744.

108Mais Thibaut de Bar267, le seul évêque de Liège d’après 1274 à n’être pas universitaire268, s’appuya-t-il pour gouverner sur des clercs gradués ? On peut certainement répondre par l’affirmative à cette question ; car, maître Pierre d’Awans269, notaire public au service de l’officialité de 1294 à 1317, servit de secrétaire à l’évêque de Liège, qui lui fit obtenir, en plus de son canonicat à Sainte-Croix, l’écolâtrie de Fosses. En outre, maître Gauthier de Marguel270, neveu d’un ancien écolâtre de Saint-Lambert (maître Elbert271), rendit à plusieurs reprises des jugements au nom du chef du diocèse. Enfin, maître Wéry272, scelleur de l’évêché nommé par Hugues de Chalon, exerça aussi cette charge au nom d’Adolphe de Waldeck et de Thibaut de Bar.

  • 273 Voir au sujet de cet événement et de sa répercussion dans la littérature, les pp. 379-380.
  • 274 Voir au sujet de ce personnage, J. Baerten, La politique d’Arnould V, comte de Looz (1279-1323), da (...)

109Quand parvint à Liège, en juillet 1312, la nouvelle du décès à Rome de l’évêque Thibaut de Bar273, le patriciat, allié à la noblesse rurale, crut le moment venu de remettre en cause les droits acquis par les métiers en mai 1303 et en mai 1308, car les universitaires défenseurs de ces derniers, tels maîtres Jean des Canges et Godefroid de Fontaines, n’étaient plus. Les membres de ce que L. Génicot appelle « la nouvelle aristocratie » élirent mambour Arnould (V) de Looz274, alors que le chapitre de Saint-Lambert choisissaient pour cette fonction le grand-prévôt Arnould de Blankenheim. Dans la cité, l’affrontement entre les grands et les métiers, soutenus par le chapitre cathédral, était dès lors inévitable. À l’aube du 4 août 1312, après des combats sanglants où le grand-prévôt trouva la mort, les gens des métiers incendièrent la collégiale Saint-Martin, où s’étaient réfugiés les patriciens et leurs alliés.

  • 275 O.P.L. 1, pp. 141-142, notes.
  • 276 Cfr notice no 533 : il avait été scelleur de l’évêché.
  • 277 Cfr notice no 38 : ce gradué avait, en 1309, réalisé conjointement avec maître Robin de Mélin, une (...)
  • 278 Les autres délégués étaient Colard de Herstal, bourgeois, et Nicolas Payen, chanoine de Saint-Lambe (...)
  • 279 R.C.L. 2, p. 177 no 258, d’après Jean d'Outremeuse (éd. Bormans, t. 6, pp. 177-178).
  • 280 Voir au sujet de l’interprétation à donner à cette paix, F. Vercauteren, Luttes sociales à Liège, p (...)

110Le 20 janvier 1313, huit arbitres désignés par les deux camps entamèrent des pourparlers de paix275. Maître Jean de Willemberges276, pourtant issu du lignage des Waroux, et maître Arnould d’île277, né dans un lignage patricien, faisaient partie de la délégation du chapitre cathédral et des métiers278. Ces deux gradués, comme ceux qui avaient œuvré pour le commun en 1303, ont donc fait passer l’intérêt du clergé et de ses alliés avant celui de leur milieu d’origine. La « Paix d’Angleur » fut signée le 14 février 1313279 ; elle reconnaissait que les métiers étaient devenus les seuls corps électoraux du magistrat urbain, si bien que ces organisations assumèrent dorénavant le rôle joué jusqu’alors par les lignages patriciens280.

6° Le demi-siècle des la Marck (1313-1364)

  • 281 O.P.L. 1, p. 147 : le 9 janvier 1314.
  • 282 Cfr notice no 555 : ce clerc était, avant 1314, le vicaire d’Adolphe de La Marck à la prévôté de Sa (...)
  • 283 Cfr notice no 113 : ce clerc vint à Liège en 1313.
  • 284 Cfr notice no 21 : ce gradué vint à Liège en 1318.
  • 285 Cfr notice no 115 : ce gradué prébendé à Liège depuis 1319, vint résider dans le diocèse en 1333.
  • 286 Cfr notice no 135 : ce doctor utriusque iuris, prébendé à Liège depuis 1310, vint y résider en 1324
  • 287 Cfr notice no 426 : ce licencié in utroque jure vécut à Liège de 1326 à 1331 seulement.
  • 288 Cfr notice no 467 : ce doctor legum d’Orléans avait apparemment étudier aussi le droit canon sans d (...)
  • 289 Cfr notice no 109 : ce décrétiste est cité de 1317 à 1359 ; il s’illustra surtout dans des missions (...)
  • 290 Cfr notice no 430 : ce décrétiste, qui était le neveu du doyen Jean des Canges, est cité de 1325 à  (...)

111C’est peu après la signature de cet accord, le 4 avril 1313 exactement, qu’Adolphe de La Marck, décrétiste bolonais et romaniste Orléanais, reçut l’évêché de Liège des mains du pape Clément V. Le nouveau prélat n’arriva dans la cité que le 26 décembre, mais ratifia immédiatement les décisions contenues dans la « Paix d’Angleur ».281 Ce spécialiste utriusque iuris s’entoura d’universitaires et leur confia de nombreuses missions. Citons, parmi ceux qui le servirent le plus souvent, deux gradués westphaliens nés dans des familles dépendant du lignage comtal des La Marck (Lévold de Northof282 et Englebert François283), trois Italiens nobles (Antoine de Biella284, Enguerrand de Fiesse285 et François Médicis286), un légiste originaire du comté de Flandre (Jean de Cadzant287) et un autre né dans un lignage de l’ancienne ministérialité brabançonne (Jean de Hocsem288), enfin deux clercs fils de bourgeois et de patriciens du diocèse de Liège (Elbert de Bettincourt289 et Jean Gillard des Canges junior290).

  • 291 Quand, en octobre 1315, Adolphe de La Marck éprouva le besoin de s’allier à Jean III, duc de Braban (...)
  • 292 O.P.L. 1, pp. 154-157.
  • 293 Voir à ce sujet pp. 361-362.

112La complaisance témoignée aux métiers par Adolphe de La Marck, qui avait entériné les stipulations de la « Paix d’Angleur » et accordé son pardon pour les excès commis durant la nuit du 3 août 1312, provoqua presque immédiatement le mécontentement des patriciens et des nobles, qui étaient leurs alliés, c’est-à-dire le clan des Waroux. Le pays de Liège fut bientôt en totale ébullition291 et les troubles durèrent jusqu’à la nomination d’arbitres le 17 juin 1316. Ces derniers rédigèrent la « Paix de Fexhe » qui fut ratifiée dès le lendemain292. Jean Lejeune a bien montré que cette constitution est une véritable application des théories politiques de maître Godefroid de Fontaines293.

  • 294 R.C.L. 2, pp. 213-218 no 298.
  • 295 Cfr notice no 467.

113Depuis 1313, les métiers de la cité de Liège étaient conscients de leur force. Ils admirent difficilement, après 1316, la reprise en main par un prince décidé de certains pouvoirs (gestion des hôpitaux et justice en matière criminelle) qu’ils voulaient assumer eux-mêmes et manifestèrent leur mécontentement. Le 14 février 1325, Adolphe de La Marck publia un réquisitoire, dans lequel il énumérait les atteintes portées par le magistrat urbain à son autorité, puis jeta l’interdit sur la cité294. En octobre, l’évêque décida en plus d’envoyer un chargé de mission à la curie pontificale installée en Avignon : le légiste Jean de Hocsem295, ancien official, prévôt de Saint-Pierre et écolâtre de Saint-Lambert. Ce dernier devait exposer les griefs du chef du diocèse et de la majorité des membres du chapitre cathédral, qui avaient été obligés de se réfugier à Huy.

  • 296 Cfr notice no 16.
  • 297 Voir à ce sujet supra p. 160.
  • 298 Voir à ce sujet pp. 189-190.
  • 299 Cfr notice no 80.
  • 300 Celles-ci nous sont conservées par la chronique de l’écolâtre de Saint-Lambert (éd. Kurth, pp. 186- (...)
  • 301 Éd. Kurth, pp. 200-201, 201-202.

114Malgré les tentatives d’arbitrage du pape Jean XXII, la querelle s’envenima d’autant plus qu’elle se greffa sur la déjà ancienne guerre des Awans et des Waroux. Le compromis de Wihogne (juin 1326) fut rejeté par les jurés, qui eux aussi décidèrent d’aller exposer leur point de vue à la curie pontificale. En mars 1328, la cité envoya donc en Avignon une délégation conduite par le secrétaire du conseil : André de Ferrières296. Celui-ci était le fils d’un chanoine de Sainte-Croix, mais aussi licencié in utroque jure et avocat297. Les chargés de mission tombèrent à Saint-Quentin dans une embuscade tendue par Adolphe de La Marck, avec 4a complicité du roi de France298. Le chapitre cathédral avait néanmoins encore pris une précaution supplémentaire. Il avait, en effet, expédié à Jean XXII, à Philippe VI de Valois et au cardinal-doyen de Saint-Lambert maître Bertrand de Montfavès299, des plaidoiries rédigées à leur intention par maître Jean de Hocsem300. Le grand-écolâtre apparaît à l’époque comme le scribe patenté de l’Église de Liège et de l’évêque Adolphe de La Marck, puisque c’est encore lui qui signa les lettres contenant le récit des deux victoires au thier d’Airbonne301. Ces combats s’étaient déroulés les 27 mai et 2 juin 1328.

  • 302 Lettre d’Hocsem, éd. Kurth, pp. 177-181.
  • 303 C.S.L. 3, pp. 312-318 no 1108.
  • 304 Cfr notice no 426. Il fut suppléé par maître Antoine de Biella pour une partie de la négociation (n (...)
  • 305 Cfr notice no 135.
  • 306 F. Vercauteren, Luttes sociales à Liège, pp. 84-89.
  • 307 Cfr notice no 16.

115Les forces et les ressources de la cité et du clergé secondaire resté à Liège malgré les injonctions de l’évêque302 s’affaiblissaient, comme celles de l’autre camp d’ailleurs. La négociation de la « Paix de Wihogne » (4 octobre 1328)303 put alors s’engager sous le patronage de l’abbé de Saint-Nicaise de Reims. Des universitaires collaborateurs directs d’Adolphe de La Marck rédigèrent l’accord qui devait terminer cette longue guerre. Maîtres Jean de Cadzant304 et François Médicis305, deux spécialistes de l’un et l’autre droits, réussirent à garantir au prince de Liège les prérogatives de la souveraineté que la cité tentait d’usurper306. Le juriste André de Ferrières307, parmi d’autres bourgeois, représentait les intérêts du commun ; il ne put empêcher que l’on excluât les gouverneurs des métiers du conseil des jurés.

  • 308 Cfr notice no 555.
  • 309 Cfr notice no 21.
  • 310 Cfr notice no 135.
  • 311 Cfr notice no 426.
  • 312 Cfr notice no 21.
  • 313 C.S.L. 3, pp. 337-351 no 1120.
  • 314 C.S.L. 3, pp. 352-353 no 1121. On signa encore un accord complémentaire le 25 octobre 1330 (C.S.L. (...)
  • 315 O.P.L. 1, pp. 216-200.

116En avril 1329, le chef du diocèse confia à deux autres gradués, Lévold de Northof308 et Antoine de Biella309, le soin d’aplanir les dernières difficultés existant encore entre les membres du clergé primaire et secondaire ; ceux-ci avaient, en effet, été très longtemps divisés en partisans et adversaires de la politique épiscopale, si bien qu’il subsistait encore diverses susceptibilités à apaiser. Une autre commission arbitrale, dont faisaient partie maîtres François Médicis310, Jean de Cadzant311 et André de Ferrières312, trois licenciés utriusque iuris, avait été mise en place lors de la signature de la « Paix de Wihogne » ; elle devait évaluer les dédommagements à fournir par les deux parties. La cité, qui ne pouvait payer ceux-ci sans rétablir la fermeté, fut lourdement pénalisée par l’accord signé le 6 juin 1330 à Flône313. Maître Antoine de Biella jura, au nom du chapitre cathédral, de respecter ce compromis314 que les métiers refusèrent d’ailleurs d’accepter. Ils continuèrent donc la lutte. Mal leur en prit, car Adolphe de La Marck put alors leur imposer, le 10 juillet 1331, un édit appelé « Réformation »315 qui enlevait au peuple le monopole de l’élection des jurés et supprimait les gouverneurs des métiers. Ces derniers ne furent dès lors que des associations professionnelles sans pouvoir politique. Le prince-évêque rentra enfin, le 26 avril 1332, dans la cité où lignages patriciens et artisans partageaient désormais le pouvoir.

  • 316 Cfr notice no 115.
  • 317 Cfr notice no 135.
  • 318 C.S.L. 3, p. 447 no 1177 et 6 pp. 317-320 no 61. La Paix des Douze fut finalement scellée le 16 mai (...)

117C’est encore à des universitaires d’origine étrangère, Enguerrand de Fiesse316 et François Médicis317, que l’évêque fit appel le 13 juillet 1334 pour rédiger avec d'autres arbitres un traité de paix qui mettrait fin à la guerre des Awans et des Waroux. Celle-ci durait depuis près de quarante ans et avait, depuis le début du XIVe siècle, envenimé tous les conflits sociaux au pays de Liège318.

  • 319 Voir au sujet de ces affaires G. Kurth, Liège et la cour de Rome..., pp. 5 et sv. et M. Martens, La (...)
  • 320 Cfr notice no 467.
  • 321 Un projet de démembrement du diocèse de Liège proposé par les Brabançons, dans B.C.R.H., t. 78, 190 (...)
  • 322 Il tentait donc aussi de soustraire à l’autorité spirituelle de l'évêque de Cambrai une partie de s (...)
  • 323 É. Fairon, Un projet de démembrement..., pp. 162-163, 188-192.
  • 324 Cfr notice no 21.
  • 325 Déjà en 1312, Jean II avait sollicité l’érection d’un évêché brabançon du pape Clément V (Fairon, o (...)
  • 326 Verkooren, 1/1, pp. 272-275 no 383.
  • 327 Cfr notice no 430.
  • 328 Cfr notice no 776.

118Venons-en maintenant aux questions qui opposèrent l'évêque de Liège et le duc de Brabant durant le deuxième quart du XIVe siècle319. En 1332, le légiste Jean de Hocsem320 rédigea, comme É. Fairon l’a bien montré321, un mémoire réfutant les prétentions de Jean III ; celui-ci tentait d’obtenir du pape Jean XXII l’érection d’un évêché couvrant les territoires de sa principauté322. L’argumentation liégeoise, pourtant plus politique que juridique, convainquit les membres de la curie. Quatre ans plus tard (janvier-février 1336), le duc de Brabant323 fit une nouvelle tentative auprès de Benoît XII cette fois, si bien que Adolphe de La Marck fut obligé de dépêcher en Avignon son collaborateur maître Antoine de Biella324. Mais, cette tentative de Jean III échoua tout comme la précédente325 grâce en majeure partie aux interventions du roi de France toujours favorable à Adolphe de La Marck. Lors du déroulement de ce conflit entre Liège et le Brabant, Philippe VI de Valois avait, en effet, dans une sentence rendue à Amiens le 30 août 1334, proclamé la légitimité de la juridiction de l’ordinaire de Liège sur une partie du duché de Brabant et garanti à l’évêque le droit de faire comparaître devant la Paix de Liège des sujets brabançons qui relevaient de lui au spirituel326. Par le même acte, le roi de France avait confié à maître Jean Gillard des Canges327 junior, décrétiste liégeois, et à maître Jean Major de Meerbeek328, doyen de Sainte-Gudule à Bruxelles, le soin de règler un litige concernant des dîmes levées par le chapitre Saint-Denis à Liège dans le duché de Limbourg.

***

  • 329 Cfr notice no 467.
  • 330 Éd. Kurth, pp. 237-246, 296-300, 300-303 et 304-305.

119Maître Jean de Hocsem329, s’il collabora souvent avec Adolphe de La Marck, veilla néanmoins aussi à défendre les droits du clergé liégeois quand il estima que le chef du diocèse outrepassait ses droits. On garde de lui une série de lettres ou de mémoires juridiques datés de 1335 à 1340, concernant la nomination illégale d’Alexandre de Fléron comme prévôt de Saint-Barthélemy330. Ils furent envoyés à Adolphe de La Marck lui-même et à l’official de Cologne, devant qui l’affaire avait été portée. S’appuyant sur le droit romain aussi bien que sur la législation canonique, l’écolâtre de Saint-Lambert rédigea à cette occasion une dissertation sur le problème suivant : un évêque peut-il acquérir par prescription le droit de confirmer une élection sans le consentement de son chapitre ?

  • 331 Au sujet de l’inféodation du comté de Looz à l’Église de Liège, voir la dernière mise au point de J (...)
  • 332 Thierry était le fils de Godefroid, seigneur de Heinsberg et de Blankenberg, et de la sœur aînée du (...)
  • 333 Cfr notice no 467.
  • 334 Éd. Kurth, pp. 255-258.
  • 335 Cfr notice no 80.
  • 336 Cfr notice no 21.
  • 337 G. Kurth, Liège et la cour de Rome, pp. 8-9.
  • 338 C.S.L. 6, pp. 323-325 no 64.

120Une autre question mobilisa les universitaires liégeois contre le chef du diocèse : la succession du comté de Looz. Le comte Louis IV était mort le 21 janvier 1335 sans héritier direct, si bien qu’Adolphe de La Marck essaya alors d’accorder cette terre, fief de l’Église de Liège331, au neveu du comte défunt Thierry de Heinsberg ; ce seigneur se trouvait être l’époux d’une La Marck332 Le légiste Jean de Hocsem333 prit alors la plume pour exposer cette affaire334 à maître Bertrand de Montfavès335, cardinal et doyen de Saint-Lambert résidant à la curie, tandis que maître Antoine de Biella336 partait pour Avignon plaider la cause de l’Église auprès du pape Benoît XII. Le chapitre cathédral veillait donc à la défense des droits liégeois contre le chef du diocèse, qui ne songeait visiblement plus qu’à favoriser un membre de son lignage. Et de fait, les arguments des deux juristes, chanoines de Saint-Lambert, eurent un effet certain, puisque, le 25 octobre 1336, Benoît XII exigea que l’évêque de Liège revendiquât le comté de Looz au nom de l’Eglise de Liège337. Il est vrai qu’en outre, après avoir délibéré avec les chevaliers lossains (janvier 1336), le chef du diocèse avait obtenu pour son beau-frère l’investiture du comté de Looz de Louis de Bavière338. Le pape ne reconnaissait plus ce prince comme Empereur et apprécia donc fort peu la démarche.

  • 339 Cfr notice no 741 : ce doctor utriusque iuris d’origine comtale et cousin du duc de Brabant avait é (...)
  • 340 C.S.L. 3, pp. 535-536 no 1223.
  • 341 On sait aussi que lors des négociations de Montenaeken, (8 avril 1338), maître Elbert de Bettincour (...)
  • 342 Éd. Kurth, pp. 273-280, voir aussi p. 266.
  • 343 R. Feenstra, « Flores utriusque iuris » de Jean de Hocsem, p. 497 note 41, signale que Jean de Hocs (...)
  • 344 Voir à ce sujet R. Feenstra, op. cit., pp. 496-497 et J. Baerten, A-t-il existé un acte d'inféodati (...)
  • 345 G. Kurth, Liège et la cour de Rome, p. 9.

121Acculé, l’évêque Adolphe de La Marck s’allia même pour la circonstance à Jean (III) de Brabant ; le duc créait pourtant, à l’époque, de sérieuses difficultés, puisqu’il tentait de soustraire ses terres à la juridiction spirituelle liégeoise. Cette politique porta néanmoins ses fruits, puisque l’archevêque Waléran de Juliers339, favorable au duc comme à l’évêque, reconnut Thierry de Heinsberg comme comte de Looz dans une sentence arbitrale rendue à Hasselt le 18 mai 1338340. Le chapitre cathédral de Liège n’accepta pas cette décision341. C’est pourquoi maître Jean de Hocsem continua à argumenter au sujet de l’affaire de Looz en lui consacrant un savant mémoire juridique342, dans lequel il n’étudia cependant que brièvement la question de la succession féodale343. Le légiste y disserta surtout sur la notion de corpus, ainsi que sur les distinctions à faire entre le dominium utile et dominium directum, entre la questio proprietatis et possessio sive sasina344. Cette plaidoirie parvint sans doute au pape Benoît XII qui tenta une nouvelle fois, le 26 octobre 1336, de faire changer d’avis Adolphe de la Marck345.

  • 346 Hocsem, éd. Kurth, pp. 309, 311.
  • 347 A. Joris, Ville de Muy, pp. 466-467.
  • 348 Éd. Kurth, pp. 323-325 et 325-328.

122Ce ne furent cependant pas les arguments juridiques qui vinrent à bout de la résistance du chef du diocèse de Liège, mais différents événements de l’année 1342 : la mort de Godefroid346, le dernier fils de sa sœur Cunégonde de La Marck et de Thierry de Heinsberg, et l’appui apporté par ce dernier à une nouvelle révolte hutoise347. L’évêque Adolphe songea à s’entendre avec les juristes de l’Église de Liège. Ceux-ci décidèrent de remettre les procès engagés par eux à la curie pontificale et œuvrèrent à partir d’alors avec le prélat pour obtenir la reconnaissance par Thierry de Heinsberg des droits liégeois sur le comté de Looz. C’est encore une fois au talent de plaideur du légiste Hocsem que l’on recourut, puisque celui-ci écrivit au pape Clément VI et à divers cardinaux dignitaires de l’Église de Liège348.

***

  • 349 Cfr notice no 114, ainsi que les pp. 333-334.
  • 350 Cfr notice no 109.
  • 351 C.S.L. 4, pp. 46-51 no 1315-1317.

123Peu après la mort d’Adolphe († 3 novembre 1344), Clément VI, influencé par Philippe VI de Valois, nomma Englebert de La Marck349 évêque de Liège, le 25 février 1345. Une fois consacré, le nouveau chef du diocèse chargea maître Elbert de Bettincourt350 et d’autres tréfonciers d’informer Thierry de Heinsberg du fait qu’il devait relever le comté de Looz de l’Église de Liège351. Les craintes du chapitre cathédral ne s’apaisèrent cependant qu’à la mort de ce seigneur en 1361, quand l’évêque Englebert prit enfin le titre de comte de Looz.

  • 352 Cfr notice no 228. Ce gradué en droit civil siégea à la cour féodale.
  • 353 Cfr notice no 663. Ce licencié en lois tenta de succéder à Englebert de La Marck en 1364 (voir à ce (...)
  • 354 Cfr notice no 624. Ce licencié en lois fut le précepteur des neveux de l’évêque Englebert ; son tra (...)
  • 355 Cfr notice no 353. Ce docteur en lois fit une partie importante de sa carrière à Cologne dans l’ent (...)

124Parmi les collaborateurs de ce prélat, qui était lui-même un juriste Orléanais, on citera maîtres Gilles Benjamin de Vodecée352, Renaud de Barbençon353, Pierre Brebechon354 et Henri Suderman355.

  • 356 Au sujet de la Paix dans le diocèse de Liège, la seule étude valable est celle d’A. Joris, Observat (...)
  • 357 Les griefs brabançons contre la juridiction liégeoise de la Paix sont présentés, puis réfutés par m (...)
  • 358 Verkooren, 1/1, p. 213 no 806 ; C.S.L. 6, p. 100 no 525.

125Les débuts du règne à Liège de cet évêque d’origine westphalienne furent troublés par deux litiges avec Jean III, duc de Brabant. Ce prince avait déjà, à deux reprises (en 1332 et 1336), tenté de soustraire ses domaines à la juridiction ordinaire de Liège. Le traité d’Amiens, qui fut imposé le 30 août 1334 par le roi Philippe VI de Valois, avait explicitement reconnu la légitimité de toutes les interventions épiscopales en Brabant au point de vue spirituel, y compris l’application de la juridiction de la Paix356. C’est pourtant cette dernière qui gênait le duc de Brabant357, car peu avant juillet 1349, Jean III demanda à l’empereur Charles IV de Luxembourg, son cousin, d’enquêter sur la validité des droits de l’évêque Englebert à évoquer devant la Paix de Liège tous les fidèles de son diocèse, y compris les Brabançons358.

  • 359 La Positio pro justificatione Pacis, qui est conservée dans un manuscrit de l’Université de Liège, (...)
  • 360 Cfr note 357.
  • 361 Boehmer, Acta Imperli Selecta, pp. 568-570 no 846. Voir aussi Verkooren, 1/2, p. 256 no 866 : car, (...)
  • 362 R.C.L. 2, p. 89 no 82 : le 14 octobre 1356.

126Maître Henri Suderman, un juriste bolonais, se mit alors en devoir de justifier la position de l’Église liégeoise dans un copieux et adroit mémoire359 ; son argumentation fut envoyée à la curie pontificale, où Jean (III) de Brabant tentait aussi d’intervenir. On sait pourtant que, le 25 juillet 1349, Charles IV de Luxembourg avait, d’une part, ordonné une enquête comme le voulait le Brabançon360 et, d’autre part, proclamé qu’aucun sujet de Jean III ne pourrait être dorénavant attrait devant une juridiction étrangère361. Les troubles qui suivirent la mort du duc de Brabant en 1355 rendirent néanmoins impossible l’application de la sentence impériale362.

  • 363 Voir à ce sujet G. Kurth, Liège et la cour de Rome, pp. 7-8 et l’article très documenté de M. Marte (...)
  • 364 C.S.L. 3, pp. 417-420 no 1154 et 6, pp. 76-77 no 389.
  • 365 Cfr notice no 438.
  • 366 C.S.L. 6, p. 86 no 440.

127L’autre conflit, qu’Englebert de La Marck eut à l’époque avec le duc de Brabant, concernait Malines363. En 1333, l’évêque Adolphe avait cédé cette enclave liégeoise en terre brabançonne comme fief au comte de Flandre Louis (I) de Nevers, en exigeant de celui-ci la promesse que ni lui ni ses successeurs ne livreraient cette seigneurie à un duc de Brabant364. En 1337, Jean III réussit cependant à intervenir à Malines et à y obtenir un partage du pouvoir, si bien que, le 28 juillet, l’évêque de Liège dépêcha maître Jean del Court365, chanoine de Saint-Barthélemy, à la cour de Flandre pour rappeler à Louis de Nevers les clauses de la convention de 1333366. Mais, en 1340, Jean III profita des difficultés politiques que connaissait le comte de Flandre pour prendre Malines sous sa garde. Les Liégeois réagirent alors en réclamant la constitution d’une commission ponctificale, mais cette démarche resta pratiquement sans effet.

  • 367 Cfr notice no 663.
  • 368 Cfr notice no 416.
  • 369 C.S.L. 4, pp. 40-43 no 1312.
  • 370 Berlière-van Isacker, 1, pp. 664 no 1786 et 708 no 1869.
  • 371 H. Laurent, Les conventions de Saint-Quentin (juin 1347), dans B.C.R.H., t. 91. 1927, pp. 106-108, (...)
  • 372 C.S.L. 4, pp. 226-236 no 1459 et 243-246 no 1470.

128Peu de temps après son installation (mars-avril 1346), l’évêque Englebert délégua, conjointement avec le chapitre cathédral, deux universitaires, Renaud de Barbençon367 et Jean Bartellus368, pour représenter leurs intérêts369. Ces envoyés se rendirent auprès des évêques de Paris, Laon et Thérouanne, qui avaient été désignés comme juges apostoliques370. Suite aux intrigues de Jean III et à un revirement de la politique pontificale, la mission des deux ambassadeurs liégeois échoua. En juin 1347, Louis (II) de Mâle fut, en effet, délié du serment prêté par son père en 1333 et contraint de céder la seigneurie à Henri, fils du duc de Brabant371. Cependant, les comte de Flandre et prince de Liège récupérèrent leurs droits sur Malines à l’issue de la guerre de succession du duché de Brabant en 1357372.

***

129Dès le début du XIIIe siècle, les juristes et théologiens ont collaboré de manière active au gouvernement spirituel de l’évêché de Liège. Henri de Gueldre, qui ne fut ordonné prêtre qu’en mars-avril 1261, confia à des universitaires d’origine thioise la totale responsabilité de l’administration ecclésiastique, et cela même à la fin de son règne. Après la déposition de ce prélat en juillet 1274, les évêques de Liège furent tous des universitaires, à l’exception de Thibaut de Bar (mars 1303 — mai 1312). Néanmoins, chacun d’entre eux veilla à être entouré de collaborateurs gradués, à qui il confia différentes missions essentiellement d’ordre temporel. À partir de la fin du XIIIe siècle, on voit intervenir des maîtres dans toutes les négociations mettant fin à des troubles à l’intérieur de la principauté, mais aussi à des conflits avec des princes voisins. La seule exception fut la rédaction de la Paix de Fexhe en 1316. Cette constitution politique, même si elle ne fut pas rédigée par des universitaires, apparaît pourtant comme le fruit d’une politique menée, depuis 1303, par les universitaires du chapitre cathédral, qui avaient réussi à enlever aux lignages patriciens une part importante de leur pouvoir politique.

130La collaboration des universitaires avec les différents chefs du diocèse n’empêcha pas les ecclésiastiques gradués de veiller activement à la défense des intérêts de leur corps contre certaines mesures politiques prises par les lignages patriciens, les métiers ou les évêques, et cela quel que fût leur milieu d’origine. D’ailleurs, les universitaires liégeois n’hésitèrent pas à aller exposer à la curie d’Avignon les griefs qu’ils avaient à l’égard des princes de Liège, quand ceux-ci ne veillaient pas suffisamment à l’intérêt du patrimoine de Saint-Lambert.

131Les évêques aimèrent particulièrement collaborer avec des clercs gradués originaires des mêmes régions qu’eux. C’est par vagues successives correspondant aux différents règnes, que les Champenois, les Thiois du Nord du diocèse, les Flamands et les Westphaliens vinrent faire de belles carrières à Liège. Entre 1230 et 1350, les différentes composantes de la société liégeoise se heurtèrent à plusieurs reprises. Les épiscopats de Jean de Dampierre et d’Adolphe de La Marck furent, comme ceux d’autres prélats, troublés par des conflits sociaux. Il importe cependant de noter que ces deux évêques, qui avaient l’un comme l’autre reçu une formation juridique, réussirent à imposer divers pactes et constitutions : Paix des Clercs, Loi muée des chanoines, Paix de Fexhe et Paix des Douze. Ces traités connurent bien sûr des succès divers, mais tous portaient la griffe des universitaires qui les avaient voulus, imposés et rédigés.

Notes

1 Il aurait été évidemment intéressant de pondérer les chiffres obtenus dans ce recensement des gradués par le nombre total des membres des différents établissements religieux représentés dans le diocèse de Liège. Malheureusement, les sources ne permettent pas d'arriver à des chiffres précis concernant les personnes qui fait partie de chacune des communautés retenues durant le siècle et demi envisagé dans cette étude.

2 Sur sept cents universitaires connus, 598 (85,4 %) sont repris dans le tableau no 15, vingt-deux (3,1 %) étaient laïques ou ont exercé une fonction sans que l’on puisse déterminer le bénéfice qu’ils détenaient. Les quatre-vingts restant (11,4 %) Sont cités comme « vestit » d’une cure paroissiale ou comme représentant de ce bénéficiaire.

3 À l’époque, les moines ordonnés détenaient parfois des cures paroissiales ; ils étaient surtout titulaires de ces charges dans les localités appartenant à leur monastère de profession.

4 Cfr mon article actuellement sous presse dans la R.B.P.H. : Les écoles de Liège du IXe au XIIe siècle.

5 Cfr notice no 535.

6 Cfr notice no 535, ainsi qu’à la p. 274, la note 28.

7 Voir É. Poncelet, Hugues de Pierrepont, p. 232 no 245.

8 Cfr notice no 285.

9 Son prédécesseur Henri de Waelbeek fut déposé par l’évêque de Liège parce qu’il dilapidait les biens de l’abbaye au profit des membres de son lignage (cfr Cesta Abbatum Trudonensium, éd. de Borman, 2, pp. 214-216).

10 Cfr notice no 363. Cette abbaye bénédictine du diocèse de Béziers comptait parmi ses membres différents juristes, cfr H. Gilles, Un canoniste oublié : l’abbé de Joncels, dans R.H.D.F. et É., 4e sér., t. 38, 1960, pp. 578-602.

11 Cfr notice no 554.

12 Cfr M. A. Dimier, Les premiers cisterciens étaient-ils ennemis des études ?, pp. 69-91.

13 Voir à ce sujet G. Mueller, Gründung des St-Bernhard-Kollegiums in Paris, dans Cistercienser-Chronik, t. 20, 1908, pp. 1-14, 38-50 ; É. Kwanten, Le collège Saint-Bernard de Paris, sa fondation et ses débuts, dans R.H.E., t. 43, 1948, pp. 443-472. Voir aussi P. Michaud-Quantin, Guy de l’Aumône, premier maître cistercien de l’Université de Paris, dans Annales Sacris Ordinis Cisterciensis, t. 15, 1959, pp. 194 et sv.

14 Cfr notice no 102.

15 Cfr notice no 682.

16 Cfr notice no 486.

17 Cfr notice no 425.

18 Cfr notice no 376.

19 Analecta Reginensia, dans Studi e Testi, t. 59, 1933, pp. 117-118.

20 Notons cependant que E. J. Polak (A textual study of Jacques de Dinant..., p. 19) estime que l’appartenance de ce gradué à l’ordre cistercien n’est pas encore démontrée avec certitude.

21 Cfr notice no 679.

22 Cfr notice no 674.

23 Cfr notice no 628.

24 Intellectual training and attitudes toward reform, pp. 235 et sv.

25 Il convient évidemment de se reporter à l'ouvrage de Ch. Dereine (Les chanoines réguliers au diocèse de Liège avant saint Norbert, Bruxelles, 1952) pour connaître le développement pris, aux XIe et XIIe siècles, par cet ordre religieux dans nos contrées.

26 Cfr notice no 55+.

27 Cfr notice no 76 +.

28 Cfr notice no 63.

29 Cfr notice no 496.

30 Cfr notice no 42.

31 Cfr notice no 136.

32 Cfr notice no 251.

33 Éd. J. Monfrin, Paris, 1959, p. 97 (I. 1200-1204), cfr J. T. Muckle, The Story of Abelard's Adversities, Toronto, 1954, p. 55.

34 The Role of the Canons of Prémontré in the intellectual Movements of the twelfth and thirteenth centuries, pp. 201 et sv.

35 Cfr supra.

36 P. L., t. 203, col. 31.

37 Au sujet de ce personnage, parfois appelé à tort « de Chichester », voir J. B. Valvekens, Gervasius..., dans Analecta Praemonstratensia, t. 28, 1952, pp. 193-196 et C. R. Cheney, Gervase, abbot of Prémontré, a medieval letter-writer, dans Bulletin of the John Rylands Library, t. 33, 1950, pp. 25-56. Au sujet de la fonction de pénitencier, voir p. 000 note 26.

38 L. Thorndike, The Sphere of Sacrobosco, Chicago, 1949.

39 C.U.P. 1, p. 179, no 138, Cfr J. John, The college of Prémontré in Medieval Paris, Notre-Dame (Indiana), 1953, pp. 3-15.

40 Cfr notice no 25+.

41 Cfr notices no 175, 362, 377, 618, 636 : Gérard, Hugues de Dînant, Jacques de Gestel, Pierre Amand et Pierre du Marché.

42 Cfr notice no 591.

43 Cfr notice no 645.

44 Cfr notice no 698. Il convient de noter également que maître Jean de Tongres fut abbé de Vicogne de 1301 à 1302, avant de passer dans l’ordre des frères mineurs (cfr notice no 522).

45 Cfr supra, note 29 p. 200.

46 Cfr notice no 316.

47 Cfr notice no 313.

48 H. M. Vicaire, Fondation, approbation, confirmation de l’ordre des Prêcheurs, dans R.H.E., t. 47, 1952, pp. 123-141, 586-603.

49 Poncelet, Hugues de Pierrepont, p. 250 no 267. Voir aussi Berlière, Les évêques auxiliaires..., pp. 10-14 et R. Lejeune, L’évêque de Toulouse Folquet de Marseille, pp. 448-449.

50 …ut per totum episcopatum disseminent verbum Dei, dit le testament d'Hugues de Pierrepont cité à la note 49. Voir aussi S. Asters, Geschiedenis van de Vroomheid, t. 2, pp. 54-55 ; Y. Willemaers, Franciscains et dominicains..., 25-36.

51 L. E. Halkin, L'hérésie et sa répression au Pays de Liège, pp. 106 et sv.

52 P. Fredericq, Corpus documentorum..., t. 1, pp. 74-75 no 75.

53 Le fondateur de l’ordre Dominique de Guzman était d’ailleurs maître en théologie (R. Loenertz, Saint Dominique..., dans Archivum Fratrum Praedicatorum, t. 12, 1942, pp. 84-97). Au sujet de la mission d’enseignement assumée par cet ordre religieux, voir P. Mandonnet, La théologie dans l’ordre des frères prêcheurs, dans Dict. Théol. cathol., t. 6, 1920, coll. 863-924 : D. Berg, Armut und Wissenschaft..., pp. 32-42, 58-66 et J. P. Renard, La formation... des prédicateurs, spécial, pp. 113-126.

54 L’organisation même de cet ordre mendiant, qui prônait la pauvreté, a pour effet indirect de réduire les interventions des frères prêcheurs gradués dans des actes administratifs ou de gestion. Les universitaires dominicains sont repérés à l’aide des testaments de bourgeois, des sources hagiographiques et des sermonnaires.

55 Sept théologiens, trois physici et un gradué dont on ne connaît pas la spécialité ; cfr les notices no 40, 176, 200, 215, 216, 225, 247, 494, 557, 569, 644.

56 Cfr les notices no 288 et 733.

57 Cfr notice no 247.

58 P. Gratien, Histoire de la fondation et de l’évolution de l’ordre des Frères Mineurs, Gembloux, 1928, pp. 49-50, 82-83 ; P. Sabatier, La vie de saint François d’Assise, pp. 115-131 ; P. Cyprien, Règle franciscaine, dans Dict. Dr. Canon, t. 5, 1950, coll. 884-896.

59 Y. Willemaers, Franciscains à Liège au XIIIe siècle, dans Franciscana, t. 30, 1975, pp. 100 et sv.

60 Cfr notice no 510 et 522. Maître Jean de Tongres ne peut être rattaché avec certitude à aucun couvent franciscain du diocèse de Liège.

61 Ensemble du diocèse : 93,12 % ; Louvain : 89,8 % ; Maastricht : 98,5 % ; Liège : 96,9 %.

62 Cfr tableau no 18, p. 206.

63 On trouve ensuite les chapitres de Sainte-Croix et Saint-Martin avec 7,9 % des universitaires de la cité.

64 Cfr tableau no 17, p. 205.

65 Cfr tableau no 21.

66 Cfr tableau no 16, p. 204. On trouvera une illustration de cette situation p. 212.

67 Cfr tableau no 21, p. 210.

68 Cfr tableau no 20, p. 208.

69 On trouve cinq gradués de Saint-Lambert à Liège qui détenaient un bénéfice à Tongres, sur les vingt-quatre universitaires de cette localité. A Notre-Dame de Maastricht, il y en avait six sur vingt-quatre.

70 Cfr supra : tableau no 16, p. 204.

71 Cfr tableau 18, p. 206.

72 Cfr tableau no 21, p. 210.

73 Cfr tableau no 17, p. 205 : quarante et un et vingt-quatre.

74 Servatiusstift und Stadt Maastricht. Untersuchungen zu Entstehung und Verfassung, Bonn. 1970, a étudié l'union de fait entre la prévôté de Saint-Servais et la chancellerie de l’Empire aux XIe-XIIe siècles.

75 Die Aachener Pröpste bis zum Ende der Stauferzeit, dans Zeitschrift des Aachener Geschichtsvereins, t. 78, 1966/67, pp. 5-95. Voir aussi dans le troisième chapitre de la première partie, le tableau no 4 intitulé Les maîtres prévôts de Notre-Dame d’Aix à la chancellerie impériale (p. 113).

76 Voir les biographies no 531 et 701, ainsi que le paragraphe intitulé La famille de Louvain dans le chapitre IV, pp. 328-329.

77 Voir les biographies no 333, 334, 746, ainsi que les pp. 308-313.

78 Voir pp. 337-338, ainsi que les biographies no 284, 341, 419, 471.

79 Je reviendrai plus loin sur le cas de Sainte-Croix, qui compta, contrairement à Saint-Barthélemy (16) et Saint-Pierre (25), un nombre déjà appréciable de gradués universitaires (33).

80 Cfr pp. 301-304.

81 A partir de 1204, il y eut soixante prébendes à Saint-Lambert et dix à Saint-Materne ; entre 1230 et 1234, on transféra en plus à la cathédrale, les douze prébendes des chanoines de la Petite-Table qui, jusqu’alors, avaient assumé le service de la chapelle Saint-Gilles. Cfr à ce sujet, S. Chot-Stassart, Le chapitre cathédral de Saint-Lambert..., pp. 9-10.

82 Je reviendrai sur ce fait infra, pp. 284-285.

83 Voir au sujet de l’élection de ce prélat par une commission essentiellement composée d’universitaires, pp. 288-290.

84 Notons, d’après J. Gilissen, Les légistes en Flandre, pp. 195 et sv, qu'à Thérouanne, deux évêques seulement d’avant 1350 furent des légistes : Jean de Vienne (1330-1334) et Raymond Saquet (1334-1356) ; à Tournai, il y en eut trois : Jean de Vassogne (1295-1300), André Chini (1334-1342) et Jean des Prés (1342-1349).

85 C.S.L. 1, pp. 267-269 no 204. Voir aussi Lahaye, Les paroisses de Liège, dans B.I.A.L., t. 46. 1921, pp. 67-68.

86 Dans Adel und Kirche. Gerd Tellenbach zum 65. Geburtstag dargebracht..., 1968, pp. 237-258. Cet auteur a réédité cet article dans Études lotharingiennes, pp. 140-171. La lecture des notices que j’ai rédigées au sujet des dignitaires gradués de la cathédrale de Liège permettent de corriger les quelques inexactitudes contenues dans cette contribution.

87 À titre de comparaison, je signale d’après W. M. Newman, (Les seigneurs de Nesles..., pp. 245 et sv.) qu’à Beauvais, sur dix doyens du chapitre cathédral connus pour le XIIIe siècle, trois seulement étaient des universitaires. Pour le chapitre cathédral d’Arras, il y eut, entre 1200 et 1300 (R. Berger, Archidiacres, officiaux, dignitaires..., pp. 514 et sv.) trois prévôts universitaires et cinq qui ne l’étaient pas ; pour ce qui concerne le décanat, R. Berger cite cinq titulaires gradués et sept qui ne l’étaient pas, alors que sept écolâtres étaient pourvus de titres académiques et que quatre ne l’étaient pas.

88 Il semble avoir été nommé à Liège par Boniface VIII quand les maîtres favorables à la papauté quittèrent Paris sous la pression de Philippe IV le Bel.

89 Il fut décrété au IVe concile de Latran de 1215 que les chapitres cathédraux devaient tous être dotés d’une prébende réservée à un enseignant (Conciliorum oecumenicorum decreta, p. 216) ; à cette occasion, il ne fut cependant pas notifié que le magister scolasticus devait être titulaire de grades universitaires.

90 Signalons d'après J. Gilissen, Les légistes en Flandre, pp. 202 et sv., qu’avant 1350, quatre archidiacres du diocèse de Tournai seulement avaient fait des études de droit ; d’après R. Berger, Archidiacres, officiaux et dignitaires du chapitre d’Arras, pp. 508 et sv., qu'entre 1200 et 1300, huit archidiacres du diocèse d'Arras sur vingt étaient des gradués et d'après W. N. Newman, Les seigneurs de Nesle en Picardie, pp. 239 et sv., qu’entre 1195 et 1304, sept archidiacres du diocèse de Beauvais sur dix-huit étaient des gradués.

91 Parmi les archidiacres non gradués, les fils de nobles, et surtout de comtes et de ducs, étaient majoritaires. Citons d’après É. Schoolmeesters (Leodium, t. 3, 1904, pp. 140-143) et U. Berliere (B.C.R.H., t. 75, 1906, pp. 137-211) : Englebert d’Isemborg, Jean et Gérard de Nassau, Englebert de Fauquemont, Rodolphe de Neumagen, Guillaume d’Auvergne, Henri de Vianden, Otton et Waléran de Juliers, Simon et Gaucher de Rethel, Jean d’Eppes, Guy d’Avesnes, Henri de Jauche, Jean d’Aische, Arnould de Blankenheim, Thierry de Homes, Nicolas de Besse.

92 Maître Rodolphe de Corswaren, élu à la prévôté par ses confrères en 1229, ne put être confirmé, car il n’était pas membre du chapitre cathédral.

93 L’ouvrage classique qu’il convient encore de consulter au sujet de cette institution est celui de P. Fournier, Les officialités au Moyen Age, étude sur l’organisation, la compétence et la procédure des tribunaux ecclésiastiques ordinaires en France, Paris, 1880, mais la lecture de A. Giry, Manuel de diplomatique, Paris, 1894, pp. 837 et sv., de A. de Boüard, Manuel de diplomatique française et pontificale, Paris, 1948, t. 2, pp. 252-255, de J. F. Lemarignier, dans F. Lot et R. Fawtier, Histoire des institutions françaises au moyen âge, Paris, 1962, t. 3, pp. 258 et sv. et de Ch. Lefèbvre, Juges et savants en Europe (13e-16e s.), dans Ephemerides Iuris Canonici, t. 22, 1966, pp. 99 et sv. est loin d’être inutile. Pour le cas liégeois, voir É. Brouette, Examen des plus anciennes chartes de l’officialité de Liège, dans B.S.A.H.L., t. 42, 1961, pp. 9-24 ; É. Brouette, et P. Pieyns-Rigo, Regestes des officiaux des évêques de Liège (1214-1300), dans B.S.A.H.L., t. 46, 1966, pp. 1-139. Pour le XIVe siècle, il faut encore se référer à la liste des officiaux établie par E. Schoolmeesters (Leodium, t. 7, 1908, pp. 113-125).

94 Le concile provincial de Tours de 1236 exigea de la part des officiaux qu’ils aient étudié le droit durant au moins cinq ans (Hefele-Leclercq, t. 5/2, p. 1573) ; ce décret ne fut pas immédiatement étendu à l’ensemble de la chrétienté (P. Fournier, Les officialités..., p. 18 notes 3-5).

95 Sur l’institution, probablement peu avant 1214, de l’officialité dans le diocèse de Liège, par l’évêque Hugues de Pierrepont, voir É. Poncelet, Actes de Hugues de Pierrepont, 1200-1229, Bruxelles, 1941, pp. LI-LII. Signalons à titre comparatif et d’après P. Fournier (op. cit., pp. 309-313) les dates d’apparition de cette institution dans d’autres diocèses : Cambrai : 1180, Thérouanne : 1203 et Tournai : 1216. Ch. Lefèbvre, op. cit., p. 100, donne 1173 pour Westminster, 1182 pour Reims, 1191 pour Le Mans et 1196 pour Amiens. Dans l’Empire, par contre, la délégation par les prélats de la juridiction ordinaire fut plus tardive : F. Gescher (Das Offizialat des Ersbischofs von Köln im 13. Jahrhundert, dans Annalen des Historischen Vereins für den Niederrheins, t. 115, 1929, p. 136) signale 1250 pour Cologne, F. Ketner, [Verstiging en eerste Ontwikkeling van het Notariaat in Utrecht (1291-1341), Utrecht, 1954], avant 1231 pour Utrecht et R. Fedou (Les hommes de loi..., p. 122) avant 1214 pour Lyon.

96 Il a déjà été souligné dans la conclusion de la première partie de ce travail que maître Gérard d’Andenne (no 32+) portait dans un acte, daté du 17 janvier 1180, le titre d’official de l’archidiacre Albert de Rethel. Cfr p. 132.

97 Au XIIIe siècle, trois civilistes seulement furent officiaux à Tournai (Gilissen, op. cit., p. 204), cinq à Thérouanne (Ibidem, p. 205). Au XIVe siècle, la proportion d’officiaux gradués augmente sensiblement dans ces deux diocèses mais reste nettement inférieure à ce qui est relevé à Liège. A Soissons, par contre, les officiaux furent beaucoup plus souvent des universitaires, et cela dès le XIIIe siècle. Entre 1203 et 1287, W. M. Newman (Les seigneurs de Nesle..., pp. 282-283) cite, en effet, dix-neuf maîtres et trois titulaires non pourvus de titres académiques.

98 P. Pieyns-Rigo (Notaires d’officialité et notaires publics..., dans B.C.R.H., t. 132, 1966, p. 300 note 2) signale que Gauthier de Hannut était également un vices gerens de l’official de Liège en se basant sur une analyse fautive de J. C. Schoonbroodt (Saint-Martin, pp. 32-33 no 112) d’un acte original (A.É.L., Saint-Martin, chartrier : 26 avril 1281). Ce légiste était en réalité un avocat d’officialité laïque et un membre du conseil des jurés (cfr notice no 158).

99 Cfr notice no 412. Il sera encore question de cet ecclésiastique dans la troisième partie de ce chapitre, p. 249.

100 Cfr notices no 229 et 456.

101 P. Fournier, Officialités au Moyen Age, p. 33, signale que les avocats devaient avoir étudié le droit romain ou canon trois ans au moins. A la fin du XIIIe siècle, on exigea souvent quatre années de séjour à la faculté de droit.

102 Cfr au sujet de ces juristes non entrés dans les ordres, les pp. 188-192.

103 P. Pieyns-Rigo, Notaires d’officialité et notaires publics..., pp. 297-332, ici p. 302.

104 Cfr notice no 567.

105 Cfr notice no 9.

106 Cfr notice no 728.

107 Cfr notice no 327.

108 Cfr notice no 517.

109 Cfr notice no 350.

110 Cfr notice no 505.

111 Cfr notice no 205.

112 Cfr notice no 129.

113 Cfr notice no 521.

114 Il importe certainement de souligner que certains notaires publics indépendants (ces derniers apparaissent dans le diocèse de Liège en 1274 avec Roger de Liège : H. Nélis, Les origines du notariat public en Belgique, 1269-1320, dans R.B.P.H., t. 2, 1923, pp. 267-277) furent parfois des universitaires. C’est surtout en dehors de la cité de Liège que ces derniers œuvrèrent : maître Baudouin de Herten (no 65), rector scolarum de Notre-Dame à Tongres, cité en 1334 ; maître Gauthier (no 152), écolâtre de Saint-Germain à Tirlemont, cité en 1318 ; maître Gérard, dit Pelliciator (no 199), rector scolarum de Saint-Pierre à Louvain, cité de 1322 à 1339 ; maître Gilles Danory (no 218), cité en 1313/14 comme représentant les intérêts de l’abbaye de la Ramée ; maître Jean Haensangh (no 452), chanoine de Tongres, cité comme notaire en 1314, fut plus tard scelleur de l’évêché ; maître Jean de Ham (no 463), laïc et notaire à Namur en 1350, fut plus tard échevin de cette ville mosane ; maître Pierre Brebechon (no 624), notaire public cité en 1346, fit ensuite une brillante carrière ecclésiastique ; maître Siger (no 698), laïc et notaire à Liège en 1312. On remarque donc une liaison certaine entre les fonctions enseignante et notariale dans les petites localités du nord du diocèse.
Signalons aussi que deux universitaires furent greffier et notaire de la cour allodiale, Maître Alard Pilet (no 9) occupa cette fonction de 1270 à 1297 ; il fut aussi notaire de l’officialité et secrétaire de Jean des Canges, doyen de Saint-Lambert. Quand à maître Wéry (no 745), il délivra en 1280 un acte comme notaire de la cour allodiale, mais il fut, de 1294 à 1313, scelleur de l’évêché. Ce sont les curés de Notre-Dame ou archiprêtres, qui scellaient les actes donnés par les Homines de Casa Dei (cfr É. Schoolmeesters, Les archiprêtres de Liège, pp. 61-62). Sur sept titulaires de cette fonction, connus pour le XIIIe siècle, cinq étaient universitaires (Jean, no 399 ; Jean li Royer, no 507 ; Pierre, no 616 ; Jean, no 400 et Thierry, no 726) ; mais, au XIVe siècle, aucun archiprêtre ne semble avoir été gradué universitaire.

115 Cfr notice no 620.

116 Cfr notice no 631.

117 Cfr notice no 327.

118 D’une manière générale, il convient de se reporter à l’ouvrage de È. Fournier, L’origine du vicariat général et des autres membres de la curie diocésaine, 2e éd., Paris, 1940 ; le cas liégeois a été étudié par É. Poncelet, Les vicaires généraux et les scelleurs de l’évêché de Liège, dans B.S.A.H.L., t. 29, 1938, pp. 1-82 et t. 30, 1939, pp. 1-63.

119 Cfr notice no 239.

120 Au sujet de ce prélat, voir aussi p. 385 note 143.

121 Cfr notice no 673.

122 Il renonça à cette charge quand son âge ne lui permit plus de l’assumer, mais Henri de Gueldre le nomma alors visiteur diocésain des béguinages.

123 Cfr notice no 143.

124 Cfr notice no 428.

125 Cfr notice no 390.

126 Cfr notice no 113.

127 Cfr J. L. Kupper, Raoul de Zähringen..., p. 161.

128 Cfr É. Poncelet, Hugues de Pierrepont..., p. LII.

129 Voir au sujet de cette fonction, É. Poncelet, Les vicaires généraux et les scelleurs..., t. 29, 1938, pp. 25 et sv.

130 Pour situer certains événements dans un contexte plus général, il convient de se reporter aux études de F. Vercauteren, Luttes sociales à Liège, XIIIe et XIVe siècles, 2e éd., Bruxelles, 1946 ; J. Lejeune, Liège et son pays. Naissance d'une patrie (XIIIe-XIVe siècles), Paris, 1948, ainsi qu’à l’ouvrage plus ancien mais non encore remplacé de G. Kurth, La cité de Liège au moyen âge, t. 1-2, Liège, 1909-1910.

131 Cfr au sujet du règne de cet évêque, l’introduction à l’édition de ses actes par É. Poncelet, Bruxelles, C.R.H., 1941.

132 Cfr notice no 296.

133 Cfr les notice no 71+ et 612.

134 Cfr notices no 580 et 581 ; il se pourrait que ce gradué ait également servi le duc Henri (I) de Brabant (voir infra, tableau 29 p. 322).

135 Cfr notice no 580, notes 5 et 6.

136 Cfr notice no 56+ ainsi que les pp. 108-109.

137 Cfr notice no 69. Cet universitaire fut d'abord archidiacre de Campine (1220/21-1225), puis archidiacre de Brabant (1225-1235).

138 Cfr notice no 748. Cet universitaire sera official en 1237.

139 Cfr notice no 231. C’est au nom du pape Grégoire IX que cet universitaire s’occupa, en 1231-1233, de la poursuite des assassins d’Englebert de Berg, archevêque de Cologne.

140 Cfr notice no 55+ et les pp. 384 et sv.

141 Cfr notice no 496.

142 Cfr notice no 481. Au sujet de l’identification Liroux, voir la note 1 de cette notice.

143 Après l’étude des activités de ce clerc (cfr notice no 30+), je ne Fai pas considéré comme un gradué universitaire.

144 Jacques de Vitry, Vita Mariae Oigniacensis, dans AA. SS., Junii 4, 1707, p. 651.

145 Ce problème sera envisagé infra, pp. 384-388.

146 Cfr les notices no 628 et 683 : l’un fut écolâtre de la cathédrale et l’autre chanoine de Saint-Jean l’Évangéliste.

147 Voir à ce sujet l’étude très érudite d’A. Joris, Notes sur la pénétration du droit savant de Liège (XIIe-XVe siècles), dans R.H.E., t. 40, 1972, pp. 196-198. J’ai donné différents détails concernant cette affaire dans la conclusion de la première partie (pp. 00-00).

148 Il s’agit de Thierry de Friesheim (no 84+), Adam de Namur (no 3), Gauthier de Saint-Jean (no 31+ et 756), Jean de Nivelles (no 496), Pierre de Bourgogne (no 623), Gauthier de Saint-Paul (no 170), Winand de Maastricht (no 88+) et évidemment des deux clercs dont il vient d’être question : Pierre et Robert de Dinant.

149 Cfr notice no 55+.

150 Cfr notice no 63.

151 Cfr supra, p. 202.

152 Cfr notice no 748.

153 Maître Jean de Chimay, dit Mouton (no 434), chanoine de Saint-Materne, secondait maître Yvon de Marbotte, tandisque maître Lambert de Halloy jurisperitus (no 551) représentait, lui, les intérêts du chapitre cathédral.

154 G. Kurth, La Cité de Liège, t. 1, pp. 129 et sv. : c’est de cette époque que date la première ligue connue unissant la cité de Liège et les Bonnes Villes.

155 C.S.L. 1, pp. 270-275 no 206 et 209.

156 C.S.L. 1, pp. 286-288 no 221.

157 Cfr notice no 69.

158 Cfr notice no 724.

159 Une commémoration contenue dans l’obituaire d’Amay (A.É.H., Sainte-Ode d’Amay, obituaire : 6 nov.) semble concerner ce gradué ; elle en fait le frère de Jean Godescalc, villicus de Dinant.

160 Cfr notice no 360.

161 Citons les papes Grégoires IX et Innocent IV, le cardinal-légat Otton de Saint-Nicolas, les évêques Hugues de Pierrepont et Jean d’Eppes, l’archevêque de Cologne Henri (II) de Virnenbourg, divers officiaux liégeois, mais auusi le duc de Brabant Henri Ier et ses collaborateurs.

162 Maîtres Philippe d’Assise (no 607), Libert d’Amay (no 556), Daniel (no 164), Lambert de Halloy (no 551), Gauthier de Lierre (no 164).

163 Cfr au sujet de sa famille et de sa carrière ecclésiastique, W. N. Newman, Les seigneurs de Nesle en Picardie, p. 255. C’est É Schoolmeesters qui a établi les regestes de ce prélat à Liège (B.S.A.H.L., t. 13, 1906, pp. 1-126, 449-454).

164 J. Lejeune, Liège et son pays, p. 35.

165 Cité dès 1237 avec le titre de chanoine de Saint-Lambert, maître Philippe d’Assise (no 607) ne vint pas réellement résider à Liège.

166 Cfr notice no 723.

167 Cfr notice no 565.

168 Cfr notice no 149.

169 Voir à ce sujet les pp. 384-388.

170 H. Obreen, Gerhard IV, Graaf van Gelre, dans Nieuw Nederlandsch Biografisch Woordenboek, t. 2, 1912, coll. 467-468.

171 Fille du duc Henri Ier.

172 W. Classen, Das Erzbistum Köln, Archidiakonat von Xanten, dans Germania Sacra t. 3/1, p. 86.

173 En 1245, il avait été élu grand prévôt d’Utrecht (Oorkondenboek van het Sticht Utrecht tot 1301, t. 2, pp. 405-407) ; mais, après un long procès en cour de Rome, Innocent IV avait, le 6 septembre 1245, confirmé dans cette fonction Gobert de Perwez, neveu du duc Henri 1er de Brabant et prévôt de Nivelles, car ce clerc avait précédemment obtenu une lettre de provision pour la première dignité qui serait vacante à la cathédrale d’Utrecht (Ibidem, p. 412). A titre de compensation, le pape accorda alors à Henri de Gueldre le titre honorifique de chapelain pontifical (Berger, Innocent IV, 1, p. 239 no 307). Cependant, peu après (17 août 1246), il revint sur son jugement et confirma Henri à la prévôté d’Utrecht (Ibidem, 1, p. 246 no 324), Gobert étant entretemps devenu un défenseur acharné de l’empereur Frédéric II.

174 Epistolae, éd. PertzRodenberg, t. 2, pp. 182-183 no 244.

175 Au sujet du règne d'Henri de Gueldre, voir le bon mémoire de licence de J. Cl. Detroux (Liège, 1972) ; cet auteur s’est essentiellement intéressé à l’influence politique du personnage. Voir aussi aux pp. 000-000 de ce travail, l’organisation, en 1248, par le cardinal-légat Hugues de Sainte-Sabine, d’une croisade dirigée contre la ville d’Aix, fidèle à Frédéric II, avec l’assentiment d’Henri de Gueldre.

176 15 novembre 1247 : Epistolae, éd. PertzRodenberg, t. 2, pp. 325-326 no 452.

177 Cfr supra le tableau 26 p. 236.

178 Cfr notice no 239.

179 Sloet, Oorkondenboek der graafschappen Gelre en Zutphen, t. 2, p. 695.

180 Ch. Duvivier, La querelle des d’Avesnes et des Dampierre, t. 2, p. 361 no 210.

181 Cet archidiacre italien devint plus tard pape sous le nom de Grégoire X. On le retrouvera aux pp. 282-285 puisque c’est lui qui déposa l’évêque Henri de Gueldre.

182 Leodium, t. 1, 1902, pp. 85-88. Pour ce qui regarde les attributions des archidiacres dans le diocèse de Liège, il convient de se reporter à l’étude de J. Paquay, Les fonctions et prérogatives des archidiacres..., pp. 169 et sv.

183 C.S.L. 2, pp. 119-120 no 570 et p. 133 no 580.

184 Il porte encore le titre d’élu dans un acte du 2 mars 1260 (n. st.), mais il est appelé episcopus Leodensis le 11 avril 1260 (n. st.). Cfr Brouwers-Delescluse, Henri de Gueldre, pp. 286-288 et Piot, Saint-Trond, 1, pp. 295-297 no 248.

185 Cfr supra tableau 26 p. 000.

186 Cfr notice no 497. Le 19 mars 1261 (n. st.), il rend au nom d’Henri de Gueldre une sentence en faveur de l’abbaye de Val-Benoît (Cuvelier, Val-Benoît, pp. 166-168 no 129).

187 Cfr notices no 186, 360 et 551. Le 23 mars 1251 (n. st.), ils interviennent au nom du chef du diocèse dans un conflit opposant l’official maître Nicolas de Mézières et Daniel, châtelain de Genappe.

188 Cfr notice no 108. Ce gradué sera plus tard écolâtre de Saint-Lambert et chapelain de Grégoire X.

189 Cfr notice no 484.

190 Cfr notice no 384.

191 Cfr notice no 465.

192 Voir au sujet de ces événements, les pp. 000-000.

193 Cfr notice no 449.

194 Cfr notice no 240.

195 Cfr notice no 62.

196 É. Schoolmeesters, Rudolphe de Habsbourg..., pp. 13-14.

197 C.S.L. 2, pp. 243-244 no 665.

198 Cfr tableau 24 p. 231 et notice no 428.

199 Il convient de rappeler ici que Jean d’Enghien fut évêque de Tournai (1267-1274) avant d’être nommé à Liège.

200 Cfr notice no 376.

201 É. Poncelet, La Guerre dite de la Vache..., pp. 293-294, 330-337. Un premier arbitrage avait été effectué en août 1277 par le roi Philippe III le Hardi ; après celui-ci, il restait cependant quelques questions d’intérêt mineur à régler.

202 Cfr notice no 373.

203 Böhmer-Redlich, pp. 142-143 no 527-528, p. 197 no 779 et p. 401 no 1823. Voir aussi Kurth, La cité de Liège, t. 1, pp. 227-232 et 307-322 ; É. Schoolmeesters, Rudolphe de Habsbourg, pp. 18-21 ; J. Lejeune, Liège et son pays, pp. 260-261.

204 Voir notamment C.S.L. 2, pp. 251-257 no 671.

205 B.I.A.L., t. 33, 1903, p. 20 ; Bormans, Clergé secondaire, p. 317 no 26.

206 Cfr notice no 428.

207 Cfr notice no 680.

208 Cfr notice no 43.

209 Cfr notice no 146.

210 Cfr notice no 185.

211 Cfr notice no 465.

212 Cfr notice no 14.

213 Cfr notice no 27.

214 C’est Hugues de Pierrepont qui, en 1229 (avant le 13 avril), avait autorisé le chapitre cathédral à excommunier ses oppresseurs (Poncelet, Hugues de Pierrepont, pp. 257-258 no 276). Le 20 novembre 1261, Henri de Gueldre avait confirmé cette autorisation (C.S.L. 2, p. 133 no 580).

215 Le chapitre cathédral refusa d’ailleurs l’inhumation dans l’église Saint-Lambert de la dépouille de l’évêque défunt (Hocsem, éd. Kurth, p. 65).

216 Cfr notice no 451.

217 Cfr notice no 412.

218 C.S.L. 2, pp. 355-356 no 738.

219 Cfr notice no 190 : ce gradué, qui est cité avec le titre de secrétaire de Jean de Flandre, resta après le décès de celui-ci (1291) au service du comte Guy de Dampierre.

220 Cfr notice no 227 : ce gradué avait été official de Liège en 1246-47, mais avait quitté le diocèse peu après 1254 pour la cour de Flandre. Il revint à Liège dans la suite de Jean de Flandre en 1281.

221 Cfr notice no 263.

222 Cfr notice no 480 : ce gradué fut doyen de Saint-Pierre-au-Château à Namur et chancelier du comte Jean Ier de Dampierre, demi-frère de l’évêque de Liège.

223 Cfr notice no 178 : ce juriste avait étudié à Bologne en même temps que l’évêque Jean de Flandre.

224 Cfr notice no 375.

225 Cfr notice no 428 : ce doyen du chapitre cathédral avait à son service un gradué prénommé Nicolas qu’il convient peut-être d’identifier avec maître Nicolas de Tournai (cfr les notices no 583 et 602).

226 Éd. Schoolmeesters, Les statuts synodaux de Jean de Flandre, évêque de Liège, Liège, 1908 ; voir aussi l’article de M. Lavoye, Le teste original des statuts synodaux de Jean de Flandre, dans B.S.A.H.L., t. 25, 1934, pp. 131-156. J’ai personnellement critiqué ce document pour ce qui concerne les cessions de dîmes dans un article intitulé Synodes, juridiction de la paix et cessions de dîmes, voir spécial. pp. 246-247. Certaines mesures de 1288 furent abrogées le 4 février 1291.

227 R.C.L. 1, pp. 114-115 no 177-178. Voir Kurth, La cité de Liège, 1, pp. 233-240 et J. Lejeune, Liège et son pays, p. 260. Ces traités abolirent la fermeté qui fut remplacée par une taxe sur la bière instituée pour dix-huit ans (jusqu’en 1305), mais les bourgeois obtenaient en échange la juridiction sur le quartier de Sauvenière et les « mesnies » des chanoines.

228 Cfr notice no 6.

229 Cfr notice no 561.

230 C.S.L. 2, pp. 457-458 no 797.

231 Boehmer-Redlich, no 2268-2270

232 Cfr notice no 263.

233 Conjointement avec maître Jean de Dînant, cfr notice no 445. Maître Godefroid de Fontaines (no 234) avait été choisi pour régler ce problème durant l’été 1289, mais il n’avait apparemment pas pu rendre sa sentence arbitrale.

234 C.S.L. 2, pp. 466-467 no 804 et 6, pp. 272-273 no 36.

235 Il s’agit de l’affaire réglée par Adolphe de Waldeck et Louis d’Isembourg (cfr supra) en décembre 1289.

236 Cfr notice no 270.

237 Voir au sujet de ce personnage, les pp. 263-264.

238 Cfr notice no 361. Voir au sujet de l'épiscopat d’Hugues de Chalón, le mémoire de licence en histoire de D. Boermans (Liège, 1974).

239 Cfr notice no 428.

240 Cfr notice no 390 : cet universitaire n’est cité qu'à cette occasion.

241 Cfr les notices no 62, 112, 263 et 428.

242 C.S.L. 2, pp. 566-567 no 872.

243 Les souverains de la fin du XIIIe siècle connurent pratiquement tous des difficultés du même ordre : cfr J. Lejeune, Liège et son pays, p. 167 ; A. Joris, Politique monétaire et difficultés commerciales, dans A.C.H.S.B.A., t. 24, 1953, pp. 193-206 ; A. Grunzweig, Les incidences internationales des mutations monétaires de Philippe le Bel, dans M.A., t. 59, 1953, pp. 117-172 ; F. Graus, La crise monétaire du XIVe siècle, dans R.B.P.H., t. 29, 1951, pp. 445-454.

244 Cfr notice no 518.

245 Lahaye, Saint-Jean, pp. 124-125, no 245.

246 A. Hessel, Albrecht I. von Habsburg, pp. 128-129.

247 Boemmer, no 237 et 1405. Pour connaître la conjoncture politique de l’époque, voir M. Yans, Les priviléges impériaux de 1299, pp. 267-290.

248 Ceux-ci sont exposés dans la notice no 361.

249 Le 17 avril 1300, la cité de Liège et les Bonnes Villes avaient conclu une alliance pour la défense de leurs franchises et privilèges, menacés par la politique de l’évêque Hugues et de son frère Jean de Chalon d’Arlay (R.C.L. 2, pp. 54-55 no 34), et ensuite (août/novembre 1300), passé accord avec des princes voisins, tels que Jean Ier d’Avesnes, comte de Hainaut, Jean Ier de Dampierre, comte de Namur, et Henri, châtelain de Durbuy (R.C.L. 2, pp. 55-56 no 35-36 ; C.S.L., 2, pp. 585-586 no 884). C’est alors (décembre 1300) que Hugues de Chalon s’aliéna une nouvelle fois le clergé primaire et secondaire en s’emparant de certains revenus du chapitre Sainte-Croix (Poncelet, Sainte-Croix, 1, p. 80 no 183). Les bourgeois et les clercs s’unirent donc contre le chef du diocèse, qui avait quitté la cité pour s’installer à Huy dès l’été 1299.

250 Boniface VIII transféra l’évêque de Liège à Besançon, où il espérait renforcer le parti anti-français. Cette manoeuvre ne servit à rien, car les confédérés bourguignons passèrent un à un dans le camp de Philippe IV le Bel (cfr J. Lejeune, Liège et son pays, p. 51 note 12). En Franche-Comté, le nouvel archevêque partagea le pouvoir avec son frère Jean de Chalon d’Arlay, à qui le roi de France accorda, en 1303, le titre de maire et de vicomte de Besançon et, en 1306, celui de comte de Bourgogne (cfr C. Fohlen, Histoire de Besançon, t. 1, pp. 408-412 et F. Funck-Brentano, Philippe le Bel et la noblesse franc-comtoise, pp. 30-35).

251 Cfr notice no 6 et le notice biographique rédigée par A. Joris, dans Biogr. nat. Belgique, t. 32, 1964, coll. 751-756.

252 Voir à ce sujet A. Joris, La ville de Huy..., pp. 319, 434.

253 L’obituaire de ce chapitre (éd. Renardy, pp. XXV et 55) contient la commémoration de cet évêque, qui était maudit par l’ensemble du diocèse sauf par les métiers hutois.

254 Elles s’opérèrent avec le concours de maîtres Godefroid de Fontaines (no 238) et de Guillaume de Juliers (no 281).

255 Cfr notice no 253.

256 pp. 288-290.

257 Cfr notice no 428.

258 Hocsem, éd. Kurth, pp. 106-108, 134-135. Voir aussi G. Kurth, L’entrée du parti populaire au conseil communal de Liège en 1303, dans B.I.A.L., t. 36, 1909, pp. 193-202.

259 H. V. Sauerland, Vatikanische Urkunden, p. 54 no 76 et R. Fawtier, Boniface VIII, coll. 712-713 no 5150.

260 C.S.L. 3, pp. 33-34 no 914 et R.C.L. 2, pp. 157-158 no 237. Le nouvel évêque était retenu à la curie pontificale si bien que son frère dirigea le pays de Liège à sa place durant quelques mois (cfr pp. 288 et sv.).

261 Cfr notice no 238.

262 Contribution à l’histoire des idées politiques. De Godefroid de Fontaines à la Paix de Fexhe, dans Annuaire d'Histoire liégeoise, t. 6/5, 1962, pp. 1215-1259. L’aspect théorique de l’influence de ce théologien sera envisagé, infra, pp. 359-362.

263 Cfr note 258 p. 253.

264 À cette date, Godefroid de Fontaines répondit aux envoyés de Jean Ier d'Avesnes, comte de Hainaut, au sujet de la prise de Mirwart : J. Vannérus, Documents relatifs aux conflits ayant surgi de 1302 à 1310, entre le comté de Hainaut et l'évêché de Liège, dans B.C.R.H., t. 72, 1903, pp. 242-247 no 14. Pour connaître les détails concernant le règlement de cette affaire, voir aux pp. 318, 327-328.

265 Ly Myreur des Histors, éd. Bormans, t. 6, p. 72.

266 R.C.L.. 2, pp. 62-63 no 46.

267 Pour connaître les différents événements de son épiscopat, voir le bon mémoire de licence de Chr. Limbrée, Thibaut de Bar, évêque de Liège, Liège, 1974.

268 Voir à ce sujet la p. 219.

269 Cfr notice no 620.

270 Cfr notice no 166.

271 Cfr notice no 108.

272 Cfr notice no 744.

273 Voir au sujet de cet événement et de sa répercussion dans la littérature, les pp. 379-380.

274 Voir au sujet de ce personnage, J. Baerten, La politique d’Arnould V, comte de Looz (1279-1323), dans M.A., t. 63, 1957, pp. 481-510.

275 O.P.L. 1, pp. 141-142, notes.

276 Cfr notice no 533 : il avait été scelleur de l’évêché.

277 Cfr notice no 38 : ce gradué avait, en 1309, réalisé conjointement avec maître Robin de Mélin, une enquête sur les Templiers (cfr pp. 379-380).

278 Les autres délégués étaient Colard de Herstal, bourgeois, et Nicolas Payen, chanoine de Saint-Lambert non gradué.

279 R.C.L. 2, p. 177 no 258, d’après Jean d'Outremeuse (éd. Bormans, t. 6, pp. 177-178).

280 Voir au sujet de l’interprétation à donner à cette paix, F. Vercauteren, Luttes sociales à Liège, pp. 77-79 et J. Lejeune, Liège et son pays, pp. 304-309.

281 O.P.L. 1, p. 147 : le 9 janvier 1314.

282 Cfr notice no 555 : ce clerc était, avant 1314, le vicaire d’Adolphe de La Marck à la prévôté de Saint-Martin à Worms.

283 Cfr notice no 113 : ce clerc vint à Liège en 1313.

284 Cfr notice no 21 : ce gradué vint à Liège en 1318.

285 Cfr notice no 115 : ce gradué prébendé à Liège depuis 1319, vint résider dans le diocèse en 1333.

286 Cfr notice no 135 : ce doctor utriusque iuris, prébendé à Liège depuis 1310, vint y résider en 1324.

287 Cfr notice no 426 : ce licencié in utroque jure vécut à Liège de 1326 à 1331 seulement.

288 Cfr notice no 467 : ce doctor legum d’Orléans avait apparemment étudier aussi le droit canon sans doute à Paris.

289 Cfr notice no 109 : ce décrétiste est cité de 1317 à 1359 ; il s’illustra surtout dans des missions d’ordre spirituel.

290 Cfr notice no 430 : ce décrétiste, qui était le neveu du doyen Jean des Canges, est cité de 1325 à 1336.

291 Quand, en octobre 1315, Adolphe de La Marck éprouva le besoin de s’allier à Jean III, duc de Brabant, il demanda à maître Englebert François de mener en son nom les négociations (R.C.L. 1, pp. 183-192 no 267-268). C’est le même gradué qui, en 1318, 1323 et 1327, négocia différentes alliances entre l’évêque de Liège et Arnould, comte de Looz (C.S.L. 3, pp. 175-177, 203-207, 246-248 et 287-289 no 1014, 1032, 1063, et 1094).

292 O.P.L. 1, pp. 154-157.

293 Voir à ce sujet pp. 361-362.

294 R.C.L. 2, pp. 213-218 no 298.

295 Cfr notice no 467.

296 Cfr notice no 16.

297 Voir à ce sujet supra p. 160.

298 Voir à ce sujet pp. 189-190.

299 Cfr notice no 80.

300 Celles-ci nous sont conservées par la chronique de l’écolâtre de Saint-Lambert (éd. Kurth, pp. 186-187, 193-195 et 195-196).

301 Éd. Kurth, pp. 200-201, 201-202.

302 Lettre d’Hocsem, éd. Kurth, pp. 177-181.

303 C.S.L. 3, pp. 312-318 no 1108.

304 Cfr notice no 426. Il fut suppléé par maître Antoine de Biella pour une partie de la négociation (notice no 21).

305 Cfr notice no 135.

306 F. Vercauteren, Luttes sociales à Liège, pp. 84-89.

307 Cfr notice no 16.

308 Cfr notice no 555.

309 Cfr notice no 21.

310 Cfr notice no 135.

311 Cfr notice no 426.

312 Cfr notice no 21.

313 C.S.L. 3, pp. 337-351 no 1120.

314 C.S.L. 3, pp. 352-353 no 1121. On signa encore un accord complémentaire le 25 octobre 1330 (C.S.L. 3, pp. 361-363 no 1125).

315 O.P.L. 1, pp. 216-200.

316 Cfr notice no 115.

317 Cfr notice no 135.

318 C.S.L. 3, p. 447 no 1177 et 6 pp. 317-320 no 61. La Paix des Douze fut finalement scellée le 16 mai 1335 (R.C.L. 2, pp. 307-315 no375). Voir aussi É. Fairon, L’abolition des guerres privées au pays de Liège, dans Mélanges G. Kurth, t. 1, pp. 163 et sv.

319 Voir au sujet de ces affaires G. Kurth, Liège et la cour de Rome..., pp. 5 et sv. et M. Martens, La politique de Clément VI, pp. 15 et sv. Ces deux auteurs replacent évidemment les relations Liège-Brabant dans le cadre plus large de la politique européenne.

320 Cfr notice no 467.

321 Un projet de démembrement du diocèse de Liège proposé par les Brabançons, dans B.C.R.H., t. 78, 1909, pp. 173-185. Du côté brabançon, c’est maître Jean Major de Meerbeek (no 776) qui argumentait.

322 Il tentait donc aussi de soustraire à l’autorité spirituelle de l'évêque de Cambrai une partie de son duché, mais c'est surtout la juridiction liégeoise de la Paix qui gênait le duc de Brabant, comme le prouve l’argumentation de Hocsem (Fairon, op. cit., pp. 158-159) et la sentence d’Amiens, qui va être analysée.

323 É. Fairon, Un projet de démembrement..., pp. 162-163, 188-192.

324 Cfr notice no 21.

325 Déjà en 1312, Jean II avait sollicité l’érection d’un évêché brabançon du pape Clément V (Fairon, op. cit., pp. 145 et sv.). On verra plus tard le déroulement de l’affaire de Malines.

326 Verkooren, 1/1, pp. 272-275 no 383.

327 Cfr notice no 430.

328 Cfr notice no 776.

329 Cfr notice no 467.

330 Éd. Kurth, pp. 237-246, 296-300, 300-303 et 304-305.

331 Au sujet de l’inféodation du comté de Looz à l’Église de Liège, voir la dernière mise au point de J. Baerten, dans R.B.P.H., t. 54, 1976, pp. 1109-1122.

332 Thierry était le fils de Godefroid, seigneur de Heinsberg et de Blankenberg, et de la sœur aînée du comte Louis IV de Looz. Il avait épousé Cunégonde de La Marck, sœur de l’évêque Adolphe.

333 Cfr notice no 467.

334 Éd. Kurth, pp. 255-258.

335 Cfr notice no 80.

336 Cfr notice no 21.

337 G. Kurth, Liège et la cour de Rome, pp. 8-9.

338 C.S.L. 6, pp. 323-325 no 64.

339 Cfr notice no 741 : ce doctor utriusque iuris d’origine comtale et cousin du duc de Brabant avait été consacré archevêque par Adolphe de La Marck lui-même.

340 C.S.L. 3, pp. 535-536 no 1223.

341 On sait aussi que lors des négociations de Montenaeken, (8 avril 1338), maître Elbert de Bettincourt (no 109) avait tenté une nouvelle fois de défendre les droits de l'Église de Liège.

342 Éd. Kurth, pp. 273-280, voir aussi p. 266.

343 R. Feenstra, « Flores utriusque iuris » de Jean de Hocsem, p. 497 note 41, signale que Jean de Hocsem ne s’intéressa guère à cette question, contrairement à ce que A. Wohlwill, Die Anfänge der landständische Verfassung im Bistum Lüttich, Leipzig, 1867, p. 193, affirme.

344 Voir à ce sujet R. Feenstra, op. cit., pp. 496-497 et J. Baerten, A-t-il existé un acte d'inféodation du comté de Looz à l'Église liégeoise ?, pp. 230 et sv.

345 G. Kurth, Liège et la cour de Rome, p. 9.

346 Hocsem, éd. Kurth, pp. 309, 311.

347 A. Joris, Ville de Muy, pp. 466-467.

348 Éd. Kurth, pp. 323-325 et 325-328.

349 Cfr notice no 114, ainsi que les pp. 333-334.

350 Cfr notice no 109.

351 C.S.L. 4, pp. 46-51 no 1315-1317.

352 Cfr notice no 228. Ce gradué en droit civil siégea à la cour féodale.

353 Cfr notice no 663. Ce licencié en lois tenta de succéder à Englebert de La Marck en 1364 (voir à ce sujet aux pp. 333-334 : L’entourage royal).

354 Cfr notice no 624. Ce licencié en lois fut le précepteur des neveux de l’évêque Englebert ; son travail était supervisé par maître Lévold de Northof (voir à ce sujet les pp. 366-369 : Les idées politiques et sociales des chroniqueurs gradués).

355 Cfr notice no 353. Ce docteur en lois fit une partie importante de sa carrière à Cologne dans l’entourage de l’archevêque Waléran de Juliers.

356 Au sujet de la Paix dans le diocèse de Liège, la seule étude valable est celle d’A. Joris, Observations sur la proclamation de la Trêve de Dieu à la fin du XIe siècle, dans Recueil Soc. J. Bodin, t. 14, La Paix, Bruxelles, 1962, pp. 503-545.

357 Les griefs brabançons contre la juridiction liégeoise de la Paix sont présentés, puis réfutés par maître Henri Suderman dans son traité intitulé Positio pro justificatione Pacis et cité à la note 358. Il s’agit notamment du recours au duel judiciaire, d’ailleurs interdit par le droit canon, de la peine différente qui est réservée aux deux vaincus potentiels (demandeur et plaideur) et de la possibilité pour un vilain d’accuser un noble. Voir aussi à ce sujet l’article de P. Avonds, Het « Tribunal de la Paix » van Luik in de Stadsrekeningen van Leuven, 1345-1355, dans R.B.P.H., t. 48, 1970, pp. 1225-1239.

358 Verkooren, 1/1, p. 213 no 806 ; C.S.L. 6, p. 100 no 525.

359 La Positio pro justificatione Pacis, qui est conservée dans un manuscrit de l’Université de Liège, ms. 188 (f° 193-203), fut éditée par les soins de C. De Borman, A. Bayot et É. Poncelet, en même temps que le « Patron de la temporalité » de Jacques de Hemricourt (t. 2, pp. 93-104) et que d’autres mémoires liégeois défendant la juridiction de la Paix (pp. 92-93, 104-123). La Positio pro justicatione Pacis d’Henri Suderman a fait l’objet des recherches de L. Huette-Braeuker, Ein Kampf um das Lütticher Friedensgericht. Untersuchung von Prozesschriften aus der Mitte des 14. Jahrhunderts, dans Archiv für Urkundenforschung, t. 11, 1930, pp. 258-281. Hocsem (cfr note 321, p. 259) avait déjà en 1322 argumenté en faveur de la juridiction de la Paix.

360 Cfr note 357.

361 Boehmer, Acta Imperli Selecta, pp. 568-570 no 846. Voir aussi Verkooren, 1/2, p. 256 no 866 : car, en 1354, l’empereur Charles IV renouvela sa décision.

362 R.C.L. 2, p. 89 no 82 : le 14 octobre 1356.

363 Voir à ce sujet G. Kurth, Liège et la cour de Rome, pp. 7-8 et l’article très documenté de M. Martens, La politique de Clément VI, pp. 10 et sv.

364 C.S.L. 3, pp. 417-420 no 1154 et 6, pp. 76-77 no 389.

365 Cfr notice no 438.

366 C.S.L. 6, p. 86 no 440.

367 Cfr notice no 663.

368 Cfr notice no 416.

369 C.S.L. 4, pp. 40-43 no 1312.

370 Berlière-van Isacker, 1, pp. 664 no 1786 et 708 no 1869.

371 H. Laurent, Les conventions de Saint-Quentin (juin 1347), dans B.C.R.H., t. 91. 1927, pp. 106-108, 116 : Louis de Mâle épousa d’ailleurs Marguerite, fille de Jean III de Brabant, en juillet 1347.

372 C.S.L. 4, pp. 226-236 no 1459 et 243-246 no 1470.

Table des illustrations

Titre Tableau 20. Légende* de la carte no IV
Légende * Il s’agit en fait du nombre de canonicats détenus par les universitaires dans les chapitres suivant la règle d’Aix, de Saint-Augustin ou de Saint-Norbert ; les institutions sont groupées par localité.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5985/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre CARTE IV. Répartition des canonicats détenus par des universitaires dans le diocèse de Liège
Légende Carte IV établie d’après É. de Moreau, Histoire de l'Église en Belgique, tome complémentaire, Bruxelles, 1948, carte Ia.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5985/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Graphique no 3. Répartition des maîtres dans les établissements religieux de différentes localités entre 1200 et 1350.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5985/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Graphique no 4. Bénéfices détenus par des gradués résidents et non résidents dans le diocèse de Liège (1200-1350).
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5985/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Tableau 26. Les gradués vicaires généraux
Légende *Ces titulaires ne furent vicaires-généraux que lorsque l’évêque était in remotis agens.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5985/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search