Version classiqueVersion mobile

Le monde des maîtres universitaires du diocèse de Liège 1140-1350

 | 
Christine Renardy

Deuxième partie. Les maîtres liégeois aux XIIIe et XIVe siècles

Chapitre premier. Le maître et son milieu 1200-1350

Texte intégral

Science, Foy et Chevalerie sont les trois lis.
Philippe de Vitry

A. L’origine géographique des gradués

1Les sources contiennent souvent des renseignements sur l’origine géographique des gradués ; elles permettent dès lors d’étudier ce problème avec quelque chance de réussite.

  • 1 Cfr pp. 156 et 174.

2La région natale de cinq cent quarante-sept universitaires, qui ont fait carrière en partie tout au moins, dans le diocèse de Liège, a pu être identifiée. Une remarque préalable s'impose d'emblée à l’esprit : la proportion très importante (79 %) de gradués identifiés au point de vue de l’origine géographique par rapport à ceux qui ne le sont pas, présente un caractère exceptionnel. On verra, en effet, plus tard que les documents comportent beaucoup moins de données sur la famille ou les études des individus1 repris dans le Répertoire des maîtres, docteurs et « physici » du diocèse de Liège de 1200 à 1350.

  • 2 Maître Robert de Pinchebeke (notice no 688).
  • 3 Maître Nicolas Drukken (notice no 589).

3Exception faite pour un Anglais2 et un Danois3, les universitaires liégeois, — au sens où on l’entend dans ce travail, — sont tous nés dans l’Empire, dans le royaume de France ou dans les États Pontificaux. Il a semblé préférable de traiter de manière séparée ces trois groupes de gradués issus d’États différents. La même méthode a cependant été utilisée tant pour étudier les individus de toutes les régions délimitées dans ces États que pour dresser la carte qui sert à l’examen et à la présentation de l’origine des universitaires, qui ont fait carrière dans le diocèse de Liège.

  • 4 A. Longnon (†), La formation de l'Unité française, éd. par H.F. Delaborde, Paris, 1922, pp. 175-181 (...)
  • 5 A. Longnon, op. cit., pp. 202-204 ; R. Cazelles, La société politique et la crise de la royauté sou (...)

4L’élaboration de cette illustration a pourtant posé un problème. La frontière entre l’Empire et la France a, en effet, été modifiée entre 1300 et 1350, soit durant la fin de la période qui est envisagée dans la deuxième partie de cette étude. Philippe IV le Bel a d’abord réussi à rattacher au royaume de France différentes régions : le Vivarais en 1305 et le Lyonnais en 13124, qui jusqu’à ces dates avaient fait partie de l’Empire. Enfin, le Dauphiné et la Viennoise5 passèrent sous la domination française en 1349. Ce dernier changement s’opéra l’année même qui sert de terme à mes dépouillements ; il n’eut donc aucune influence sur ce travail. Quant aux contrées rattachées au début du XIVe siècle, elles n’ont, à cette époque, fourni aucun universitaire à l’Église de Liège.

  • 6 J. Dhondt, Études sur la naissance des principautés territoriales en France, Bruges, 1948, pp. 169 (...)
  • 7 Le comté de Provence resta une possession de la dynastie catalane de 1123 jusqu’en 1245, année où i (...)
  • 8 Bien que passée au IXe siècle sous l’autorité des rois de Germanie, l’Italie était et resta longtem (...)
  • 9 Il s’agit évidemment des territoires compris dans les anciennes limites du royaume constitué, en 85 (...)

5C’est, dès lors, la frontière qui exista sans subir de modifications importantes du Xe au début du XIVe siècle qui a été reproduite sur la carte III. D’autres limites apparaissent cependant sur ce croquis, à l’intérieur de l’Empire et de la France. Dans ce dernier pays, une frontière naturelle a été choisie : la Loire isole du reste du royaume de France les territoires formant l’Aquitaine, la Gascogne et la Septimanie carolingiennes6. On verra que ce fleuve sépare bien des régions qu’il convient de distinguer dans l’étude de l’origine géographique des gradués liégeois. A l’intérieur de l’Empire, les limites du comté de Provence7, du royaume d’Italie8, du duché de Lotharingie9 ont été également reproduites.

CARTE III. Origine géographique des gradués, 1200-1350

CARTE III. Origine géographique des gradués, 1200-1350

Carte III établie d'après Westermanns Atlas zur Weltgeschichte, t. 2, 1968, pp. 58, 66, 88.

  • 10 Depuis 1125, le Comtat était une possession des comtes de Toulouse. Philippe le Hardi acquit, à la (...)

6Le Comtat Venaissin10, cédé par Philippe III le Hardi au pape Grégoire X en 1274, a été considéré comme indépendant de l’Empire et de la France et sera traité en même temps que les territoires pontificaux d’Italie.

***

7Le cas des gradués originaires des États Pontificaux, d’Italie et de Provence, qui ont détenu ensuite des bénéfices dans le diocèse de Liège, sera d’abord examiné.

Tableau 7. Gradués originaires des États Pontificaux

ORIGINE

1200-1300

1300-1350

TOTAL

Comtat-Venaissin

2

2

Italie

4

10

14

États Pontificaux

4

12

16

  • 11 Guillaume Augier d’Agout et Hugues de Mirabeau, cfr les notices no 264 et 365.

8Durant le xiiie siècle, le Comtat-Venaissin, qui appartint d’ailleurs aux comtes de Toulouse jusqu’en 1271, n’a fourni aucun gradué au diocèse de Liège. Par contre, après que la papauté se fut installée en Avignon, deux jeunes nobles11, nés dans la plaine du Comtat et pourvus de titres universitaires, demandèrent à obtenir une prébende liégeoise.

  • 12 Cfr les notices no 382, 579 et 664.

9Parmi les maîtres qui ont fait une partie au moins de leur carrière à Liège, on relève avant 1300, quatre Italiens originaires de l’État Pontifical et dix après 1300. Dans ce dernier groupe, il convient de faire une place de choix à trois membres d’une célèbre famille guelfe de Rome : les Orsini. Napoléon et Renaud se succèdent, en effet, à la tête de l’archidiaconé de Campine de 1313 à 1374, tandis que leur neveu Jacques détient un canonicat prébendé à Ciney12.

10Les Italiens nés dans les territoires dépendant de l’Empire sont, eux, on va le voir, nettement plus nombreux parmi les gradués liégeois que les ressortissants de l’État Pontifical.

Tableau 8. Gradués originaires de l'Empire

ORIGINE

1200-1300

1300-1350

TOTAL

Diocèse de Liège

191

136

326

Brabant *

13

9

22

Hainaut *

7

5

12

Lotharingie **

19

15

34

Prov. eccl. Cologne ***

2

11

13

Germanie (reste de la)

9

3

12

Provence

2

2

Italie

6

21

27

Empire

247

202

449

* Parties du duché de Brabant et du comté de Hainaut ne relevant pas au spirituel de l’évêque de Liège, mais de celui de Cambrai.
** Autres territoires lotharingiens non encore mentionnés, tels que la Lorraine, l’Alsace, la Hollande, la Zélande, la Frise, la Gueldre, le
Juliers...
*** Territoires extérieurs à l’ancienne Lotharingie.

11Encore peu nombreux au XIIIe siècle, le nombre d’Italiens nés dans des territoires impériaux s’accroît de façon sensible durant le début du XIVe siècle, puisque, entre 1300 et 1350, on ne relève pas moins de vingt-et-un gradués originaires de ces contrées. Parmi les sujets dépendants de l’Empereur, ils sont les seuls à connaître un tel accroissement. Les causes de ce phénomène seront exposées plus loin, car il n’est pas particulier à cette région de l’Empire. On remarque, en effet, qu’après 1300, tous les Méridionaux détiennent en plus grand nombre des prébendes liégeoises.

  • 13 Cfr la notice no 76.
  • 14 Cfr la notice no 698.
  • 15 Cfr la notice no 253.
  • 16 Cfr la notice no 749 et la notice no 759.

12Ce sont évidemment les gradués originaires du diocèse de Liège qui forment le groupe le plus important parmi les universitaires cités dans cette circonscription. Tout naturellement, les clercs qui ont terminé leurs études à l’étranger rentrent faire carrière dans leur région natale. Souvent même, ceux qui choisissent de rester dans un studium generale comme maître-régent demandent à obtenir des prébendes dans leur diocèse d’origine. Ainsi, Bernier de Nivelles13, Siger de Brabant14 et Gossuin de La Chapelle15, qui font des carrières d’enseignant à Paris, détiennent-ils des bénéfices à Liège. Mais il y a des exceptions à cette tendance. A ma connaissance, Godefroid de Liège et Alain de Vaux, professeurs de philosophie et de droit civil à Orléans qui sont d’origine liégeoise, ne possèdent aucune prébende dans le territoire ecclésiastique qui les a vu naître16.

  • 17 Sur la formation du duché de Brabant, voir la dernière synthèse qui a paru à ce sujet : W. Mohr, Ge (...)
  • 18 Cfr pour le ΧΙΙIe siècle, les biographies de Godefroid de Grimde (no 150), Gauthier de Lierre (no 1 (...)

13Les sujets du duc de Brabant17, qui ne dépendent pas de l’évêque de Liège au point de vue spirituel, sont loin de constituer une quantité négligeable parmi les universitaires qui ont fait carrière dans le diocèse qui sert de cadre à ce travail. Il est, en effet, naturel que les techniciens, juristes ou médecins, dont s’entourent les ducs de Brabant, aient détenu des bénéfices dans des collégiales situées sur des terres qui appartiennent à ces princes, tout en relevant de l’ordinaire liégeois : comme par exemple les collégiales Saint-Pierre de Louvain et Saint-Paul de Nivelles, ainsi que celle de Saint-Servais de Maastricht au XIVe siècle tout au moins18.

  • 19 Au sujet des délimitations du Hainaut, il convient de se reporter à l’ouvrage classique de Ch. Duvi (...)

14Les Hennuyers sont nettement moins nombreux que les Brabançons. Il est vrai que seule une partie minime du comté de Hainaut19 est située dans le diocèse de Liège ; la situation est différente pour le Brabant, où presque la moitié du duché dépend au spirituel de la cité mosane. C’est donc dans les collégiales cambrésiennes ou dans celles qui sont disséminées dans cette circonscription ecclésiastique que les gradués hennuyers cherchent plutôt à obtenir des bénéfices.

  • 20 Le lecteur peut, pour situer ces diocèses, se reporter à la carte qui illustre l’introduction, p. 1 (...)
  • 21 Cfr Adolphe de Waldeck (no 6) et Wigbolt de Holte (no 746).
  • 22 Cfr notamment les notices no 77, 125, 165, 353, 555, 588 et 597.
  • 23 Cfr les notices no 5 et 114.

15Tous les territoires soumis à la juridiction spirituelle de l’archevêque de Cologne ne sont pas compris dans les limites du duché carolingien et ottonien de Lotharingie. Les évêchés de Minden, d'Osnabruck et de Munster couvrent en réalité l’ouest de la Saxe20. Dans ces régions, ne sont nés au XIIIe siècle que deux gradués qui ont ensuite fait carrière dans le diocèse de Liège21. Durant la première moitié du XIVe siècle, par contre, onze universitaires westphaliens22 sont venus œuvrer dans la circonscription liégeoise. La plupart d’entre eux ont secondé les membres de la famille comtale de La Marck, Adolphe et Englebert, qui ont été évêques de Liège de 1313 à 136423.

  • 24 Douze Germains et treize Westphaliens.
  • 25 Dix-neuf Brabançons, douze Hennuyers et trente-trois Lotharingiens.

16La partie germanique de l’Empire a fourni relativement peu, compte tenu de sa superficie, de gradués à l’Église de Liège. En effet, même si on comptabilise les universitaires westphaliens de la province ecclésiastique de Cologne, avec ceux qui sont originaires du reste de la Germanie, le total obtenu (vingt-cinq)24 reste nettement inférieur au contingent de gradués lotharingiens (soixante-quatre)25.

Tableau 9. Gradués originaires du royaume de France

ORIGINE

1200-1300

1300-1350

TOTAL

Flandre *

13

25

38

Nord de la Loire

12

16

28

Sud de la Loire

21

21

Royaume de France

25

62

87

Il s’agit du comté de Flandre, cfr F.L. Ganshof, La Flandre, dans Histoire des institutions françaises..., pp. 344-353.

  • 26 Certains gradués flamands furent aussi prébendés dans le diocèse avant 1282 (date de l’accession de (...)
  • 27 Cfr la notice no 451.
  • 28 Cfr à titre d’exemple : Gérard d’Alost (no 178), Gérard de Ferlin (no 190), Henri d’Audenarde (no 3 (...)

17Pour les gradués originaires du royaume de France aussi, la personnalité d’un évêque exerça une influence déterminante sur le nombre d’étudiants repérés ensuite dans le diocèse de Liège. C’est, en effet, surtout à la fin du XIIIe siècle26, que les universitaires flamands apparaissent dans les églises de cette circonscription ecclésiastique, au moment où Jean de Flandre27, lui-même juriste et fils du comte Guy de Dampierre, occupe le siège épiscopal de Liège28. Néanmoins, il convient de remarquer que les maîtres nés dans le comté de Flandre ont, durant la première moitié du XIVe siècle, continué à détenir des prébendes liégeoises. Il est vrai que lorsque la papauté se fut installée en Avignon, tous les sujets du roi de France eurent des facilités pour acquérir des bénéfices à l’étranger.

  • 29 Sur les préférences marquées par les papes d’Avignon pour les clercs de leur région natale, cfr B. (...)
  • 30 Cfr les tableaux 7 et 8, pp. 149 et 150.

18À la même époque, un nombre important d’universitaires limousins, aquitains et languedociens font leur apparition parmi les membres des églises de ce diocèse d’Empire29. Ce fait est d’autant plus remarquable qu'avant 1300, les territoires du sud de la Loire n’avaient délégué aucun gradué aux collégiales de Liège. On a déjà vu que les Provençaus et les Italiens, tant impériaux que pontificaux, sont également plus nombreux parmi les prébendés de nos contrées après 130030.

  • 31 Voir à ce sujet l'article de G. Kurth, Liège et la cour de Rome, pp. 1-43 qui est, comme son titre (...)
  • 32 Au sujet de l’intervention des protecteurs en curie, voir B. Guillemain, La cour pontificale d’Avig (...)
  • 33 Voir à titre d’exemple Arnaud et Audouin Aubert (no 22 et 50) qui sont les neveux d’Étienne Aubert, (...)
  • 34 Voir par exemple Nicolas de Noissy (no 598), clerc et familier de Louis, comte de Clermont et seign (...)
  • 35 Cfr Baudouin de Zonnebeke (no 71), Gauthier de Moorsele (no 168), Jacques Muset (no 380), Jean Blan (...)
  • 36 Mais une partie seulement, cfr Jean Backere de Assenede (no 413), Jean Balkaerd (no 414), Jean Amic (...)
  • 37 Voir infra, pp. 301-304.

19Au temps de la papauté d’Avignon, les Méridionaux, qu’ils soient français, provençaux ou italiens, détiennent de plus en plus souvent des bénéfices dans les diocèses du Nord31. Quand ces clercs possèdent des titres universitaires, comme c’est le cas pour tous ceux qui ont été retenus, les puissantes relations familiales, dont ils disposent à la curie32, peuvent plus facilement encore leur réserver des prébendes lucratives et leur obtenir des dispenses de résidence33. Bien sûr, les Français du nord peuvent également, tant que les papes résident sur les bords du Rhône dans une certaine dépendance vis-à-vis du roi de France, bénéficier de l’appui de relations intéressantes. Parmi celles-ci, la famille royale française et ses alliés occupent certainement une place prépondérante34. Cependant, quand les gradués originaires du comté de Flandre35, qui sont d’ailleurs nettement majoritaires parmi les Français du nord de la Loire, obtiennent des prébendes à Liège, une partie importante d’entre eux vient résider dans le diocèse pour assumer diverses fonctions36. Cette habitude est malheureusement beaucoup plus rarement adoptée par les Méridionaux, qui préfèrent souvent séjourner à la curie pontificale37.

***

  • 38 Voir infra, pp. 333-334.

20En conclusion, il convient de souligner que, durant la première moitié du XIVe siècle, s’est opéré un changement très net dans le recrutement des prébendés du diocèse de Liège. La papauté d’Avignon a incontestablement favorisé les universitaires méridionaux qui purent jouir de bénéfices lucratifs dans nos contrées sans pour cela quitter leur région natale. A la même époque, les gradués protégés par des membres de la famille royale française doivent également être considérés comme des privilégiés38.

  • 39 Au sujet de la persistance des souvenirs lotharingiens aux XIIIe-XVe siècles, je ne puis que renvoy (...)

21Pour ce qui concerne les régions septentrionales, on remarque que les églises liégeoises n’ont guère exercé d’attrait sur les universitaires nés en Germanie. Ce sont les territoires compris dans les limites de l’ancien duché de Lotharingie qui ont sans aucun doute possible fourni le contingent le plus peuplé de gradués au diocèse de Liège39 ; cette dernière circonscription occupe, il est vrai, une position centrale dans les territoires lotharingiens situés entre l’Escaut et le Rhin.

22Enfin, il importe de souligner que certains évêques, des universitaires nés dans des lignages comtaux solidement implantés dans des régions non contiguës au diocèse de Liège (la Flandre et la Westphalie), ont veillé à être entourés de collaborateurs efficaces, issus des zones d’influence contrôlées par leur famille. Ces « arrivages » massifs s’opèrent aussi bien au XIIIe qu'au XIVe siècle.

B. L’origine sociale des gradués

23Les sources du XIIIe et du début du XIVe siècle ne permettent pas de résoudre la question de l’origine sociale pour tous les gradués qui ont été repérés dans le diocèse de Liège. Il a été néanmoins possible de trouver des renseignements à ce sujet pour plus d’un tiers des universitaires : 38,6 % exactement.

  • 40 Cfr supra, pp. 141-142.

24On peut cependant formuler quelques remarques concernant les 61,4 % de gradués dont l'origine sociale reste indéterminée. Tout d’abord, le nombre total des universitaires liégeois est, on l’a vu, sans doute légèrement surestimé ; par conséquent, ce pourcentage l’est aussi40. Ensuite, il semble qu’un nombre important de maîtres dont les origines familiales sont incertaines, doivent être d’extraction modeste. Et cela, pour deux raisons. Les membres des lignages princiers, nobles et patriciens sont, en effet, souvent bien connus. De plus, les ecclésiastiques nés dans ces lignages font d’habitude des carrières plus brillantes que ceux qui sont issus de milieux humbles et sont dès lors plus fréquemment cités dans les sources, avec leur patronyme d’ailleurs. Ces deux faits incitent donc à conclure que les gradués provenant des couches les plus riches de la population sont proportionnellement moins nombreux dans le groupe d’universitaires aux origines familiales indéterminées que dans celui des membres dont l’extraction sociale est connue.

25Il convient de répartir les universitaires identifiés socialement suivant la classe à laquelle leurs parents appartenaient, puisque les maîtres formaient, eux, à l’époque envisagée une élite intellectuelle, dont la très grande majorité des membres étaient des ecclésiastiques. On a donc sérié les deux cent septante-et-un universitaires pour qui la souche familiale est connue en cinq catégories, afin de dresser un tableau.

26Voici ces cinq catégories :

  1. les fils de bourgeois, en fait les clercs nés en milieu urbain, mais non considérés comme membres d’un lignage patricien ;

  2. les fils de patriciens, en fait les membres d’un lignage détenant un siège scabinal et les descendants de ministeriales installés en milieu urbain ;

    • 41 Selon l’expression des rotuli universitaires.
    • 42 Sur l’évolution de la noblesse du XIIe au XIVe siècle, voir L. Genicot, L'économie rurale namuroise (...)
    • 43 F. Vercauteren, Une parentèle dans la France du Nord..., dans Le Moyen Age, t. 69, 1963, p. 229 : c (...)

    les fils de chevaliers, des seigneurs ruraux, parmi lesquels on trouve évidemment aussi des descendants de ministeriales, en un mot les nobiles de genere militari41, ainsi que les membres des familles nobles qui se sont considérablement appauvries : en fait, les gradués issus de la « nouvelle aristocratie », selon l’expression de L. Génicot42, ou de la « classe moyenne du temps », selon l’expression de F. Vercauteren43 ;

  3. les fils de magni nobiles, des dynastes exerçant le pouvoir dans une principauté, un duché ou un comté ;

  4. les fils de prêtres.

  • 44 Cfr la colonne 2 du tableau 10.

27Il importe maintenant de passer à l’examen du tableau consacré à l’origine sociale des gradués, qui ont fait une partie au moins de leur carrière dans le diocèse de Liège, tout en ne perdant pas de vue que cette donnée nous échappe pour 61,1 % d’entre eux. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’on a établi un rapport entre le nombre de gradués répartis dans chacune des cinq catégories et le nombre total des universitaires repérés à Liège entre 1200 et 135044, de manière à ce que cette lacune très importante de la documentation reste présente à l’esprit du lecteur. C’est la couche bourgeoise qui, entre 1200 et 1350, a fourni le plus d’universitaires, nonante-cinq exactement, à l’Église de Liège. Viennent ensuite les lignages de chevaliers, de seigneurs ruraux et de nobles de militari genere, avec quatre-vingt-six gradués, le patriciat avec soixante-quatre et les grandes familles nobles avec vingt.

Tableau 10. Origine sociale des gradués liégeois. 1200-1350

Classe sociale

Nombre de gradués

1 * %

2 ** %

Bourgeoisie

95

35

13,5

Patriciat

64

23,5

9,3

Nouvelle aristocratie

86

32

12,3

Haute noblesse

20

7,2

2,8

Fils de prêtres

7

2,5

1

Total des différentes classes

272

100

38,9

Origine sociale inconnue

428

61,1

Total général

700

100

* Rapport entre le nombre de gradués issus de chaque classe sociale et le nombre total de gradués identifiés socialement.
** Rapport entre le nombre de gradués issus de chaque classe sociale et le nombre total de gradués liégeois.

  • 45 Au sujet du rapprochement du patriciat urbain et de la « nouvelle aristocratie » dans nos contrées, (...)
  • 46 Histoire de Belgique, t. 1 in-4°, pp. 276-277.
  • 47 Étude sur les ministeriales en Flandre et en Lotharingie, pp. 320-335.
  • 48 Op. cit., pp. 137-249.
  • 49 Voir les généalogies de familles chevaleresques et patriciennes établies par É. Poncelet, d’après l (...)
  • 50 Cfr par exemple la famille d’Éverlin de Fooz, abbé de Saint-Laurent (no 21 +) qui était le fils de (...)
  • 51 Cfr par exemple la famille Osterrode ou Hosterode à Dînant (Ch. Méan, Les familles patriciennes de (...)

28Le patriciat fut, à partir de la fin du XIIIe siècle, très proche socialement de la « nouvelle aristocratie »45. H. Pirenne46 signalait qu’après 1300, les alliances des lignages patriciens et chevaleresques avaient fait perdre à ces deux catégories sociales leur caractère exclusivement urbain et rural ; les travaux de F.L. Ganshof47 et L. Génicot48 ont confirmé les constatations de cet historien. Dès cette époque, on trouve des membres d’une même famille qui possèdent l’un un siège scabinal à Liège et l’autre une seigneurie en Hesbaye49. La tentation est grande, dès lors, dans ce chapitre qui traite précisément de la période où tant d’alliances matrimoniales se sont nouées entre le patriciat et les lignages seigneuriaux de la « nouvelle aristocratie », de classer dans le même groupe social les universitaires issus de ces familles d’origine urbaine ou rurale qu’unissaient souvent déjà des liens de sang. Certains lignages, tant chevaleresques50 que patriciens51, descendaient de l’ancienne ministérialité ; ce fait ne pouvait encore qu’accentuer l’amalgame de ces deux classes sociales.

29C’est évidemment cette classe aisée, formée par le patriciat et la petite noblesse dite de militari genere, qui vient alors largement en tête pour ce qui regarde le nombre des gradués avec près de 60 % du nombre d’universitaires dont l’origine sociale est connue. Quant à la bourgeoisie, elle fournit 35 % des gradués qui ont fait carrière dans le diocèse de Liège. Il convient de rappeler ici que la documentation consultée pour ce travail, — qui se compose essentiellement d’archives d’institutions ecclésiastiques, ainsi que de sources et travaux généalogiques concernant les lignages nobles, patriciens ou scabinaux, — ne jette certainement pas le même éclairage sur toutes les couches sociales ; elle a, sans conteste possible, tendance à mettre en relief principalement les clercs issus des lignages nobles et, déjà dans une moindre mesure, ceux qui sont nés dans des familles patriciennes. La proportion de gradués d’origine bourgeoise est donc visiblement sous-évaluée en raison même des sources, qui identifient moins clairement ces derniers.

  • 52 Il s’agit de familles comtales ou ducales : La Marck, Waldeck, Juliers, Dampierre, Isembourg, Sponh (...)

30Certains clercs sont très bien mis en évidence par les documents médiévaux, ce sont les fils des grandes familles nobles52. On peut dès lors supposer qu’aucun universitaire, proche parent d’un prince exerçant le pouvoir dans un duché ou comté, n’a échappé à mes recherches. C’est pourquoi on considèrera que ces gradués, qui sont particulièrement privilégiés au point de vue de la naissance et qui ont fait de brillantes carrières ecclésiastiques, n’ont pas formé plus de 3 % du total des clercs retenus pour cette étude.

  • 53 Cfr le titre XVII De filiis presbyterum ordinandis vel non du livre I des décrétales de Grégoire IX (...)
  • 54 Cfr les notices no 142 et 280 consacrées à Francon de Gembloux et à Guillaume d’Heure, deux fils de (...)
  • 55 Cfr la notice consacrée à maître André de Ferrières, qui s’illustra dans la défense des intérêts de (...)

31Il convient de ne pas perdre de vue le groupe, peu important il est vrai, des fils de prêtres. En théorie, l’Église veillait à ce que le clergé ne se transformât pas en une caste héréditaire53, les souverains pontifes accordèrent néanmoins très souvent les dispenses nécessaires pour que les descendants directs de clercs puissent accéder aux ordres sacrés, tant mineurs que majeurs. Sept gradués, qui ont fait carrière dans le diocèse de Liège, étaient fils de prêtres. Certains sont même nés d’un père qui avait fait des études universitaires54, mais tous n’entrèrent pas dans la cléricature55.

1° L’aristocratisation des universités : mythe ou réalité ?

  • 56 Le sous-titre est Étudiants nobles aux universités d’Avignon, Cahors, Montpellier et Toulouse (fin (...)

32Jacques Verger affirme, dans le préambule d’une étude intitulée Noblesse et savoir56, qui a le grand mérite d’être à la fois quantitative et qualitative, que « l’histoire sociale des universités à la fin du Moyen Age reste actuellement dominée (...) par la problématique de la fermeture, de l’aristocratisation de ces universités ». Cet auteur a examiné le cas des étudiants nobles, qui ont fréquenté, à la fin du XIVe siècle, les quatre universités d’Avignon, Cahors, Montpellier et Toulouse, et qui ont été repérés dans les registres de suppliques de Clément VII et Benoît XIII.

  • 57 J. Verger, op. cit., pp. 291-292.
  • 58 J. Verger, op. cit., p. 293 : tableau.

33Il ressort de l’étude bien documentée de l’historien français que beaucoup de ceux qui étaient reconnus nobles dans les rotuli universitaires appartenaient en réalité à d’anciennes familles urbaines, vouées aux offices plus qu’au commerce, en un mot au patriciat57. Cette constatation faite à partir de la population universitaire vient évidemment confirmer le bien fondé de l’assimilation au point de vue social qui a été réalisée entre les gradués nés dans des familles de la petite noblesse rurale et du patriciat du diocèse de Liège. J. Verger a repéré, comme noble, 5,12 % de l’effectif total des quatre universités du midi de la France58. Ce résultat est évidemment très différent de celui auquel je suis arrivée pour le diocèse de Liège : 24,5 %. Il est vrai que les sources liégeoises ont tendance à réserver aux nobles une place privilégiée. De plus, dans une étude centrée sur une circonscription limitée, il est possible d’apporter plus de soin aux identifications.

  • 59 Je ne puis évidemment reproduire tout le tableau statistique très précis d’ailleurs de J. Verger. V (...)
  • 60 J. Verger, op. cit., p. 295.
  • 61 J. Verger, op. cit., p. 296.

34Cependant, si l’on cesse d’envisager globalement le recrutement des universités méridionales pour s’intéresser à la population étudiante originaire des diocèses de l’Est de la France, d’Allemagne, d’Italie et de l’Europe centrale, on constate que le pourcentage des nobles y est sensiblement plus élevé que dans d’autres régions59. J. Verger propose d’expliquer ce phénomène par différentes causes. Pour lui, dans les provinces ecclésiastiques de l’Est de la France, « on assimilait plus volontiers à la noblesse les familles des patriciats urbains » et « le goût des nobles pour les études universitaires, — et les carrières qui en découlaient, — y était plus prononcé et plus précoce »60. Quant au pourcentage relativement élevé de nobles allemands, écossais et italiens dans les universités méridionales françaises, l’auteur l’explique par le fait que « les nobles étaient mieux placés que les autres pour entreprendre des déplacements et des séjours longs et coûteux »61.

35Toutes ces tentatives d’explication n’ont pas, à mes yeux, la même valeur. Jusqu’en 1388 (date de la fondation de l’université de Cologne), tous les étudiants du nord de l’Empire qui désiraient faire des études universitaires, ont dû entreprendre des voyages, des séjours longs et coûteux. L’étude de J. Verger qui porte sur les années 1378-1403 devrait évidemment tenir compte du fait que le studium generale de Cologne n’a pu changer, en l’espace de quelques années, toutes les habitudes scolaires des étudiants allemands. L’argument prétendant que « les non-nobles devaient souvent se contenter d’universités moins éloignées ou de simples écoles locales » ne repose, à mon avis, sur aucune base solide, puisque, d’une part, les universitaires liégeois, entre 1200 et 1350, sont nombreux et que, d’autre part, jusqu’à l’extrême fin du XIVe siècle, aucune université n’existait en Germanie.

  • 62 Cfr supra les notes 4 et 5, p. 147.

36Plus intéressante, à mon avis, est l’explication que J. Verger propose au sujet de l’assimilation du patriciat à la noblesse dans certaines régions françaises, mais il convient à ce propos de faire une remarque préalable. Il semble que l’auteur n’ait pas suffisamment tenu compte d’une frontière importante : celle de l’Empire. Jusqu’au début du XIVe siècle, toutes les provinces ecclésiastiques de l’Est de la France (Aix, Arles, Tarentaise, Vienne, Lyon, Besançon) ont fait partie de cet État. À l’extrême fin du même siècle, les nobles de ces régions, dont certaines étaient alors devenues françaises62, continuaient tout comme ceux de l’Empire, à envoyer en plus grand nombre leur fils à l’université.

37En conclusion, il semble que l’on puisse affirmer, d’après J. Verger et les quelques corrections proposées, que les fils de nobles originaires d’Italie et de l’Empire ou des régions qui ont longtemps fait partie de cet État, ont été proportionnellement plus nombreux, parmi les étudiants qui ont fréquenté les universités du midi de la France actuelle, que les nobles d’autres régions européennes. La raison probable en est que les patriciens furent réellement assimilées aux nobles en Italie et dans l’Empire.

  • 63 Cfr à ce sujet Ph. Dollinger, Les villes allemandes au Moyen Age, les groupements sociaux, pp. 385- (...)
  • 64 Ph. Dollinger, Le patriciat des villes du Rhin supérieur et ses dissensions internes dans la premiè (...)
  • 65 J. Verger, op. cit., pp. 291-292.

38On sait, en effet, qu’en Allemagne du Sud, les membres du patriciat avaient, dès la première moitié du XIIIe siècle, la faculté de recevoir des fiefs et, que dans le nord du même pays, ils reçurent le même privilège quelques décennies plus tard. Fréquentant les tournois et possédant des armoiries, une partie importante de ce groupe social adopta vraiment les usages de la noblesse63. On vit même dans les villes du Rhin supérieur, le patriciat se dédoubler, d’une part, en une noblesse urbaine, composée de nobles ruraux installés en ville, de descendants de ministeriales et d’échevins anoblis, et, d’autre part, en un patriciat encore adonné aux activités marchandes64. L’adoption de ce mode de vie par les patriciens fut un facteur déterminant dans le processus d’assimilation à l’université de leurs enfants aux étudiants issus de la noblesse. Et cela, parce qu’un des critères utilisés par les autorités des studia pour la reconnaissance de la qualité de noble était le train de vie somptueux65.

  • 66 Nouvelle aristocratie (12, 3), patriciat (9, 3) et grande noblesse (2, 8) : cfr tableau 10, p. 158.
  • 67 J. Verger, op. cit., p. 295.

39La constatation de ce qu’une proportion plus importante de nobles originaires de l’Empire que de nobles français existait parmi la population étudiante des universités du midi de la France actuelle est démontré par J. Verger pour la période 1378-1403. D’après les recherches menées au sujet des gradués liégeois, cette affirmation est également valable à partir de 1200. On peut en tout cas affirmer que 24,5 %66 des universitaires identifiés au point de vue social et ayant fait carrière dans le diocèse de Liège, sont nés dans des familles de la noblesse et du patriciat. Il semble dès lors difficile d’admettre, à la suite de J. Verger, qu’à la fin du XIVe siècle, le goût des nobles de l’Est de la France actuelle pour les études supérieures ait été précoce67.

***

40L’engouement certain des clercs issus des familles nobles et patriciennes pour les études universitaires s’explique probablement à Liège par l’organisation politique. Dans cette principauté ecclésiastique, le clergé occupait visiblement une situation privilégiée, une place prépondérante. Il est dès lors normal que les nobles, qui plaçaient depuis toujours leurs cadets dans les ordres et qui avaient été imités en cela également par les patriciens, aient eu, dès que les gradués se sont mis à monopoliser les bénéfices et fonctions lucratives, l'idée d'envoyer à l’université les fils qu’ils destinaient à la cléricature. Ces derniers cumulèrent dès lors les privilèges dont ils jouissaient par la naissance avec ceux que les titres universitaires leur assuraient. Pour les jeunes nobles, les études et le savoir n’ont pas une fin désintéressée, mais sont, comme pour les roturiers, un instrument de puissance.

  • 68 Cfr notice no 19.
  • 69 Cfr notice no 63.
  • 70 Cfr notice no 663.
  • 71 Cfr notice no 349.
  • 72 Cfr notice no 386.
  • 73 Cfr notice no 504.
  • 74 Cfr notice no 468.
  • 75 Cfr notice no 279.
  • 76 Cfr notice no 280.
  • 77 Cfr notice no 184.
  • 78 Cfr notice no 185.
  • 79 Cfr notice no 27.
  • 80 Cfr notice no 620.
  • 81 Cfr notice no 442.
  • 82 Cfr notice no 189.
  • 83 Cfr notice no 458.
  • 84 Cfr notice no 630.
  • 85 Cfr notice no 377.
  • 86 Cfr notice no 591.
  • 87 Cfr notice no 250.
  • 88 Cfr notice no 712.
  • 89 Cfr notice no 680.
  • 90 Cfr notice no 66.
  • 91 Cfr notice no 167. Maître Albert de Warneffe (notice no 10) appartient sans doute à la même famille
  • 92 Cfr notice no 128.
  • 93 Cfr notice no 437.
  • 94 Cfr notice no 691.
  • 95 Cfr notice no 15.
  • 96 Cfr notice no 143.

41Les lignages aristocratiques ont donc rapidement compris le parti qu’ils pouvaient tirer des grades universitaires, si bien que pour certaines familles s’instaura véritablement l'obligation d’envoyer les fils que l’on destinait à la carrière ecclésiastique faire des études supérieures. On relève ainsi, parmi les maîtres liégeois : trois universitaires issus de la famille seigneuriale de Barbençon de 1215 à 1367 (Anselme68, Baudouin69 et Renaud70), trois de celle de Restées de 1226 à 1276 (Henri71, Jacques72 et Jean73), trois de celle d’Heure de 1272 à 1341 (Jean74, Guillaume75 et le fils naturel de ce dernier, également prénommé Guillaume76), deux de celle de Bierset de 1236 à 1313 (Gérard77 et son neveu Gérard, dit Chantereau78), deux de celle d’Awans de 1275 à 1317 (Arnould79 et Pierre80), deux de celle de Cuyck de 1296 à 1326 (Jean81 et Gérard82), deux de celle de Gondrecourt en 1262 (Jean83 et Pierre84), deux de celle de Gestel de 1295 à 1310 (Jacques85 et Nicolas86), deux de celle de Marville de 1262 à 1325 (Godin87 et Simon88), deux de celle de Jeneffe de 1264 à 1283 (Rigaud89 et Baudouin90), deux de celle de Marneffe de 1284 à 1305 (Gauthier91 et Fastré92), deux de celle de Corswaren de 1229 à 1328 (Jean93 et Rodolphe94), deux de celle de Lowaige de 1270 à 1282 (Amic95 et Francon96).

  • 97 F. Vercauteren a étudié ce lignage dans l’article qu’il a consacré à Henri de Jodoigne (cfr spécial (...)
  • 98 Cfr notices no 194, 331, 332, 474, 475, 708 et 709.

42Il convient de terminer cette énumération de lignages nobles par trois cas qui méritent, pour des raisons diverses, d’être mis en évidence. La première famille se signale par la constance avec laquelle elle envoya à l’Université les fils qui se destinaient à la cléricature. Il s’agit du lignage des de Jodoigne qui avait fait partie, au XIIe siècle, de la ministérialité des comtes de Duras ; elle compta quelque sept ou huit97 gradués prénommés Baudouin, Henri, Jean et Simon98.

  • 99 Cfr notices no 5 et 114.
  • 100 Une autre famille comtale de l’ouest de l’Empire, celle de Sponheim (cfr J.G. Lehmann, Die Grafscha (...)
  • 101 Cfr notice no 125.

43Le second lignage eut une grande importance politique à Liège au XIVe siècle. On sait, en effet, que les trois fils des comtes de La Marck99 qui détinrent des prébendes dans le diocèse entre 1300 et 1350 étaient universitaires100. Parmi ceux-ci, Adolphe et Englebert furent évêques de Liège de 1313 à 1364, tandis qu’Évrard, chorévêque de Cologne, quittait les ordres en mars 1348 pour épouser Marie de Looz101.

  • 102 Cfr A. Van Der Rest. La noblesse en Brabant, Mémoire de licence, Louvain, 1959, p. 50.
  • 103 Cfr la notice no 75+, ainsi que les pp. 00 et sv., 000 et sv.
  • 104 Il est traité dans la même notice que son oncle.
  • 105 Cfr R. Feenstra, Flores utriusque iuris..., dans R.H.D., t. 31, 1963, pp. 488-494.
  • 106 Cfr les notices no 133 et 467.

44Enfin, la troisième famille qui retiendra l’attention est celle de Hocsem ; à l’origine, elle faisait partie de la ministérialité brabançonne102. Maître Renier de Hocsem servit le duc de Brabant Henri Ier, de 1189 à 1242, durant plus de quarante ans donc103. Un autre gradué attaché à la chancellerie ducale à partir de 1202 et prénommé lui aussi Renier, était sans aucun doute le neveu du protonotaire dont il vient d’être question104. Le lignage auquel ces deux clercs appartenaient ne semble plus avoir envoyé ses fils à l’université avant la génération du célèbre chroniqueur Jean de Hocsem, qui étudia le droit à Paris et à Orléans peu après 1300105 ; mais, le neveu de ce dernier, Florent de Hocsem, était lui aussi un juriste106. Quatre membres de cette famille brabançonne ont donc fait des études universitaires : les deux premiers à la fin du ΧΙIe siècle et les deux autres au début du XIVe siècle.

***

  • 107 Cfr les notices no 38, 692 et 364.
  • 108 Cfr notices no 353 et 77.
  • 109 Cfr notices no 628 et 682.
  • 110 Cfr notices no 419 et 584.
  • 111 Cfr notices no 427 et 428.
  • 112 Cfr notice no 429.
  • 113 Cfr notices no 198 et 468.
  • 114 Cfr notices no 182 et 315.
  • 115 Cfr notices no 464, 329 et 707.

45Les familles patriciennes et bourgeoises comptèrent elles aussi parfois plusieurs gradués qui firent carrière dans le diocèse de Liège entre 1200 et 1350 : ainsi Arnould, Roger et Hugues d’Ile107 (de Liège) firent-ils des études supérieures, de même que Henri et Bertram Suderman108 (de Dortmund), Robert et Pierre de Dînant109 (de Liège), Jean et Nicolas Beyart110 (de Gand), Jean et Jean-Gillard des Canges111 (de Liège), ainsi que leur neveu également appelé Jean Gillard112, Jean et Gérard d’Osterrode113 (de Dînant), Gérard et Henri de Bastogne114, Jean, Simon et Henri de Hérent115 (de Louvain).

  • 116 Voir aussi le cas des Barré. Maître Gérard Barré, fils d’un échevin de Liège, était licencié en dro (...)
  • 117 Cfr notice no 226.
  • 118 Cfr J. De Theux, 1, p. 252 et 2, pp. 34-35 (cet auteur confond visiblement les deux Gilles) et De B (...)

46Il y a cependant des exceptions à cette habitude prise par certaines familles aisées d’envoyer à l’université les fils destinés aux ordres sacrés. Signalons parmi d’autres exemples116, le cas significatif des Surlet. Ce lignage patricien liégeois n’a compté qu’un seul gradué, Gilles117, qui fut, il est vrai, écolâtre de Saint-Lambert à Liège à la fin du XIIIe siècle. Cette famille a pourtant, quelques années plus tard, placé un autre de ses membres Gilles, — neveu du précédent, — au chapitre cathédral, et ce clerc y fit une intéressante carrière118. Il peut donc suffire qu’un seul individu prenne ses grades à l’université pour assurer un brillant avenir à d’autres membres du lignage.

  • 119 Cfr C. de borman, Les échevins de Liège, 1. pp. 75-76, 100 : Gilles des Canges, le frère des maître (...)
  • 120 Cfr les notes no 113 et 114.
  • 121 Cfr notice no 108.
  • 122 Cfr notice no 166.

47La famille des Canges, qui était pourtant alliée aux Surlet119, a réagi de manière très différente. Jean et Jean Gillard des Canges, cousins germains du premier Gilles Surlet, et leur neveu Jean Gillard, cité au début du XIVe siècle, avaient fait, tous les trois, des études universitaires120. Voici cependant encore un exemple de lignage qui n’envoya pas tous les fils d’une même génération faire des études supérieures à l’étranger. Maître Elbert121, écolâtre de Saint-Lambert cité jusqu’en 1274, compta parmi les chanoines liégeois deux neveux (Gauthier et Elbert de Marguel) et un petit-neveu (Gauthier de Marguel junior). De ces trois clercs proches parents d’un gradué, un seul avait conquis le titre de maître : Gauthier de Marguel l’aîné, qui fut prévôt de Saint-Jean l’Évangéliste122 ; les deux autres firent d’ailleurs de moins brillantes carrières.

2° Les études à la portée de tous : une idée vite oubliée

  • 123 J. Le Goff, Les intellectuels au moyen âge, Paris, 1957, p. 147. Au sujet des difficultés rencontré (...)
  • 124 J. Le Goff, op. cit., p. 139. H. De Ridder-Symoens a présenté au congrès international de Louvain s (...)

48L’« aristocratisation » du monde universitaire qui s’accentua, semble-t-il, à la fin du moyen âge a retenu mon attention jusqu’à présent. Il convient cependant de rappeler aussi qu’un nombre très appréciable de clercs issus de la bourgeoisie et d’autres classes moins aisées de la population, ont pris leurs grades dans les studia generaba avant 1350, et cela grâce, en grande partie, aux fondations charitables qu’étaient à l’origine les collèges universitaires123. Cette proportion importante d’étudiants de condition modeste parmi la population scolaire semble caractéristique des deux premiers siècles d’existence de ces institutions d’enseignement supérieur. Effectivement, Jacques le Goff a analysé les statuts universitaires et constaté qu’à la fin du XIVe et surtout dans le cours du XVe siècle, le nombre d’étudiants pauvres, — qui recevaient enseignement et titres gratuitement grâce aux fondations charitables créées à cet effet, — décline rapidement124.

  • 125 Cfr par exemple les notices no 197, 214 et 217.
  • 126 Cfr notice no 47.
  • 127 Cfr notice no 263.
  • 128 Cfr notice no 109.
  • 129 Cfr notice no 528.
  • 130 Cfr notice no 56.
  • 131 Cfr notice no 585.
  • 132 Cfr notice no 204.
  • 133 Cfr notice no 425.
  • 134 Cfr notice no 699.

49A l’issue de leurs études, les gradués issus de milieux modestes se cantonnèrent évidemment parfois dans des fonctions subalternes, comme le notariat d’officialité, tout en se contentant d’un simple canonicat dans une collégiale de moindre importance125. Mais, ce ne fut pas le cas de tous les universitaires d'origine bourgeoise, loin de là. Ainsi Arnould Vrient126 cumula plusieurs bénéfices, puisqu’il était prévôt de Wassenberg, chanoine de Saint-Pierre à Louvain et de Saint-Paul à Nivelles. Ainsi Guillaume d'Arras127, archidiacre et conseiller écouté de l’évêque Jean de Flandre, fut élu évêque de Liège, mais refusa cette dignité. En outre, Elbert de Bettincourt128 fut official de Liège et conseiller des évêques Adolphe et Englebert de La Marck, Jean de Vervoz129, chantre de Notre-Dame à Huy, offrit à cette collégiale les châsses de Notre-Dame et de Saint-Marc, Barthélemy Mailhet130 vécut dans l’entourage de Clément VI et enfin Nicolas Camus131 fut écolâtre de Nivelles, alors qu’ils étaient tous les quatre fils de bourgeois de Huy, Dînant et Nivelles. Bien sûr, Gérard de Treiste132 rechercha l’appui de Marguerite de Courtenay, comtesse de Vianden, afin d’obtenir un bénéfice ; mais, Jean de Bruxelles 133et Siger Faber ou Fèvre134 finirent, eux, sans protection particulière, leurs jours comme abbé de Villers-en-Brabant et comme abbé du Parc.

  • 135 Cfr F.L. Ganshof, Étude sur les ministeriales en Flandre et en Lotharingie, Bruxelles, 1924, append (...)
  • 136 Cfr notice no 507.
  • 137 Cfr notice no 9.

50Il semble aussi que les gradués d’origine bourgeoise aient eu une certaine prédilection pour différentes fonctions dans la cité de Liège, notamment la charge d’archiprêtre, dont une des missions était le scellage des actes de la cour allodiale, et la charge de notaire de cette même cour, dite des Homines de Casa Dei135. Maître Jean li Roiez136 et maître Alard Pilet137 se sont particulièrement illustrés dans ces activités. Doit-on dès lors voir en ces deux universitaires des descendants des membres de l’ancienne familia de Saint-Lambert, des fils d'homines de casa Dei qui, après avoir pris leurs grades à l’étranger, seraient venus mettre leur technicité au service de cette cour allodiale où siégeaient leurs parents ? Cette hypothèse est séduisante et très plausible ; elle mériterait d’être vérifiée. Malheureusement, on sait que la notion précise d'Homines de Casa Dei/membres de la familia de Saint-Lambert a disparu durant la seconde moitié du XIIIe siècle.

  • 138 Cfr notice no 126.
  • 139 Cfr notice no 60.
  • 140 Cfr notices no 141 et 142.
  • 141 Cfr notice no 158
  • 142 Cfr notice no 456.
  • 143 Cfr notice no 292.
  • 144 Cfr notice no 603.
  • 145 Voir à ce sujet le tableau 25, pp. 233-234.

51Enfin, plusieurs fils de bourgeois, — Éverard de Louvain138, Bastin de Sauvenière139, les deux Francon de Gembloux140, Gauthier de Hannut141, Jean de Gembloux142, Guillaume de Saint-Jacques143, Nicolas del Wanelheies144, — furent avocats à la cour de l’officialité de Liège ; mais, dans cette profession, on rencontre également de nombreux gradués issus de familles seigneuriales145.

***

52Que retenir comme conclusion des considérations qui ont été développées jusqu’à maintenant au sujet de l’origine sociale des gradués ? Pour ce qui concerne les maîtres qui ont fait au moins une partie de leur carrière dans le diocèse de Liège entre 1200 et 1350, on peut faire quelques remarques.

53La bourgeoisie et, sans doute, d’autres classes modestes de la population ont, jusqu’à 1350, envoyé à l’université un nombre important de leurs fils. Après cette date, il semble, comme l’a écrit Jacques le Goff, que les enfants issus de milieux défavorisés au point de vue matériel aient été moins nombreux parmi les étudiants.

  • 146 Cfr pp. 219-239.

54Ensuite, les classes aristocratiques, tant noble que patricienne, ont très rapidement saisi tous les avantages que pouvaient procurer aux enfants qu’elles destinaient aux ordres sacrés, les titres universitaires ; l’organisation politique liégeoise offrait, en effet, un grand nombre de débouchés aux ecclésiastiques gradués. Ce problème fera précisément l’objet du chapitre intitulé : Les maîtres et l’Église de Liège146.

55Enfin, certains lignages ont su utiliser pleinement l’impact parfois d’un seul gradué, souvent de deux, sur la société liégeoise pour assurer la réussite de leurs autres enfants.

C. Les gradués et l’Université

  • 147 Seule l’Université de Padoue, née en 1222 d’une sécession d’étudiants bolonais, fut reconnue presqu (...)

56Aux trois studia generalia du XIIe siècle, — Salerne, Bologne et Paris, — vinrent entre 1200 et 1350 s’ajouter différentes universités. Certaines de ces institutions se formèrent spontanément : soit par l’association d’écoles, restées ou devenues depuis peu florissantes (celles d’Oxford et de Montpellier, qui furent reconnues en 1214 et en 1220) ; soit par migration et, dans ces cas, cette fondation « sauvage » se fit longtemps avant la reconnaissance par l’autorité (celles d’Orléans en 1306, de Cambridge en 1318 et d’Angers en 1337)147.

  • 148 À l’époque, le roi de Castille et de Léon prétendait encore exercer l’autorité impériale sur omnes (...)
  • 149 En Espagne, on assista également à la fondation, avant 1250, d’une université à Valladolid, mais ce (...)

57D’autres universités furent par contre créées principalement par le pape et l’empereur, mais aussi le roi de Castille et de Léon148, en fait par les détenteurs d’autorité souveraine. Il s’agit principalement des fondations de Palencia (1208/12), de Salamanque (1218)149, de Naples (1224), de Toulouse (1229), d’Avignon (1303) et de Coïmbre (1307). Ces institutions imposées par l’autorité connurent souvent des débuts difficiles, ce qui ne fut évidemment pas le cas des universités dites « spontanées ».

  • 150 C’est vers quatorze ou quinze ans que les jeunes gens entraient à la faculté des arts, mais il leur (...)
  • 151 Les intellectuels qui enseignent dans un studium generale étaient privilégiés par l’Église, puisqu’ (...)

58À chaque étudiant désireux de poursuivre, dans une institution d’enseignement supérieur, la formation qu’il avait à peine amorcée dans nos contrées150, se posait donc un important problème de choix : vers quel pays étranger, et plus particulièrement vers quel studium generale, allait-il se diriger en quittant la région où il avait toujours vécu ? Dès le début du XIIIe siècle, l’éventail des possibilités était, on l’a vu, largement ouvert. À son départ de Liège et des régions voisines, dont sont originaires beaucoup des gradués retenus pour cette étude, le jeune clerc ne s’inquiétait pas encore de l’orientation future de ses études, puisqu’il devait obligatoirement passer environ six ans à la faculté des arts avant de prendre une décision à ce sujet. Une fois acquis le baccalauréat et la maîtrise-ès-arts, certains rentraient d’ailleurs dans leur région natale, tandis que d’autres privilégiés choisissaient de rester à l’Université pour enseigner comme régent151 les disciplines du Trivium et du Quadrivium aux artiens ou encore pour entreprendre des études d’abord de droit ou de médecine, complétées parfois de théologie.

  • 152 L. Martines (Lawyers and Statecraft in Renaissance Florence, Princeton, 1968, p. 90) cite l’exemple (...)
  • 153 J. Le Goff, Les intellectuels au moyen âge, pp. 139 et sv.
  • 154 Cfr C. Tihon, Les expectatives « in forma pauperum », dans B.I.H.B.R., t. 5, 1925, pp. 51-95 : étai (...)
  • 155 Cfr J. Verger, Noblesse et savoir..., pp. 300-302.
  • 156 On sait que dans la seconde moitié du XIVe siècle, les magni nobiles étaient assimilés aux licencié (...)

59Deux faits importants méritent d’être signalés. D’abord, les étudiants n’avaient pas tous la possibilité matérielle de continuer à suivre les cours dans un studium à l’étranger. Les études coûtaient cher152 et le nombre de places réservées aux pauvres clercs, dans les institutions charitables qu’étaient à l’origine les collèges universitaires, avait tendance à diminuer constamment au lieu d’augmenter153. Certains jeunes particulièrement démunis devaient attendre d’avoir acquis leurs premiers grades pour obtenir une promesse de bénéfice in forma pauperum qui les obligeait très souvent à rentrer au pays pour assumer une fonction pastorale154. D’autres, par contre, étaient à l’université des privilégiés. Il convient de classer, parmi ces derniers, les nobles qui pouvaient d’abord postuler dans les meilleures conditions matérielles leurs grades155. On sait aussi que, grâce à la protection de puissantes relations et à leur qualité sociale, les nobles étaient en mesure d’obtenir plus vite et surtout de cumuler plus facilement des bénéfices lucratifs, souvent même sans obligation de résidence156.

  • 157 Sur l’enseignement de la théologie à la curie pontificale, cfr Guillemain, La curie pontificale...,(...)

60Ensuite, les étudiants qui avaient la possibilité de poursuivre leur formation au-delà de la maîtrise-ès-arts, n’étaient nullement obligés de rester dans l’université, où ils avaient acquis leurs premiers grades. Ils pouvaient tout au contraire fréquenter les cours d’une autre institution. Ce fait est surtout important à signaler pour l’enseignement de la théologie qui, pendant la période étudiée, n'était dispensé qu’à Paris et à la curie pontificale157.

  • 158 Une bonne bibliographie concernant les facultés de droit et leur enseignement est fournie par l’ouv (...)

61Il convient maintenant de rechercher, à la lumière de la documentation réunie, quelles sont les universités et les facultés158 fréquentées par les gradués qui ont fait au moins une partie de leur carrière dans le diocèse de Liège. Cette étude, pour les raisons qui viennent d’être développées, est indissociable de l’analyse de l’origine sociale des universitaires.

1° Le choix d’un centre d’études

  • 159 Par contre, quand les actes traitant de l’organisation interne des nations sont conservés, on possè (...)
  • 160 Au sujet des registres de suppliques, voir B. Katterbach, Inventario dei Registri delle Suppliche, (...)

62Pour la période 1200-1350, aucune matricule universitaire n’a été conservée. Quant aux chartriers et cartulaires des studia generalia, ils comportent peu de données biographiques concernant les étudiants159. Les rotuli envoyés aux souverains pontifes par les institutions d’enseignement supérieur et les suppliques des personnes influentes contiennent par contre nombre de renseignements sur les centres d’études fréquentés par les jeunes clercs qui sollicitent des bénéfices. Malheureusement, ces documents, dont on trouve trace depuis 1317, ont totalement disparu pour les années antérieures à 13 42160. Ils ont donc rendu très peu de services.

63L’université qu’ont fréquentée pour leurs études les gradués liégeois, au sens où on l’entend dans ce travail, reste inconnue pour six cent seize d’entre eux (88 %). Les résultats obtenus dans la recherche de l’origine scolaire sont donc extrêmement fragmentaires, et cela d’autant plus que certains universitaires ont étudié dans deux ou même trois institutions d’enseignement supérieur différentes.

  • 161 Cfr la colonne 2 du tableau 11, p. 175.

64Examinons donc le tableau dressé à l’aide des maigres renseignements extraits des sources. Ici aussi, comme pour le problème de l’origine sociale, il a été tenu compte du nombre total des gradués qui ont fait au moins une partie de leur carrière à Liège dans le calcul des pourcentages161, afin de souligner le caractère partiel des résultats obtenus.

  • 162 Il s'agit de trois nobles limousins de la famille Aubert : Audouin (no 50), Arnaud (no 22) et Étien (...)
  • 163 Dont deux, Bertrand de Deaux (no 78) et Hugues Garrel (no 363), originaires des environs de cette v (...)

65L’université de Paris, la plus proche du diocèse de Liège et une des premières à s’être organisée, a accueilli cinquante étudiants parmi les gradués repérés dans le diocèse de Liège ; cependant, celle de Bologne, une fondation ancienne mais très éloignée de la circonscription choisie comme cadre, vient en deuxième position avec quatorze universitaires. Le Studium generale d’Avignon n’a, d’après mes sources, été fréquenté que par quatre étudiants liégeois, tandis que les deux autres institutions d’enseignement supérieur du midi de la France actuelle, Toulouse et Montpellier, n’en comptèrent respectivement que trois162 et six163. Quant à Orléans, on n’y repère que sept universitaires qui ont ensuite fait carrière à Liège ; à Angers, un seul.

Tableau 11. Origine scolaire des gradués du diocèse de Liège

Université fréquentée par les gradués du diocèse de Liège

Nombre de gradués ayant fréquenté chaque université

1* %

2** %

Paris

50

60

7,14

Bologne

14

17

2

Avignon***

4

4,9

0,57

Orléans

7

8,2

0,10

Angers

1

1,2

0,14

Toulouse

3

3,6

0,43

Montpellier

6

7,2

0,86

Total des Universités

85

100

12,2

Origine scolaire inconnue

615

87,8

Total Général

700

100

* Rapport entre le nombre d’étudiants de chaque université et la nombre total de gradués dont on connaît le lieu d’études.
** Rapport entre le nombre de gradués de chaque université et le nombre total des gradués du diocèse de Liège.
*** Les étudiants de l’école de théologie attachée à la curie pontificale sont comptabilisés avec ceux de l’université.

66Il ne semble guère possible de conclure valablement à partir de données aussi fragmentaires. Voici néanmoins quelques remarques prudentes. Notons tout d’abord que les universités espagnoles et anglaises ne semble pas avoir accueilli d’étudiants liégeois. Les studia generalia cités par les sources sont, en effet, tous situés sur le territoire de la France actuelle, à l’exception de celui de Bologne.

67Il convient ensuite de souligner le succès certain remporté par l’université de Paris, tout en rappelant que les institutions d’Orléans et d’Angers n’ont été reconnues par l’autorité qu’en 1306 et 1337. Si l’on considère donc la durée réduite de leur fonctionnement pendant la période qui est étudiée ici (quarante-quatre et dix-sept ans), le nombre d’étudiants liégeois qui les ont fréquentées prend évidemment une toute autre valeur.

  • 164 Cfr supra note 152, p. 172.
  • 165 Cfr C. Tihon, Les expectatives « in forma pauperum », pp. 71-74.
  • 166 Une des meilleures preuves de ce fait est sans doute la constatation qu’a faite J. Verger (Le rôle (...)

68Enfin, on ne constate pas de véritable attirance pour les universités situées à proximité d’Avignon, le lieu de résidence des papes depuis 1312. On sait pourtant que le souverain pontife distribuait au XIVe siècle la plupart des bénéfices ecclésiastiques. De plus, les clercs considérés comme pauvres164 devaient en principe se rendre à la curie afin de passer un examen165. Ajoutons encore que la population scolaire du studium d’Avignon était composée presque exclusivement de jeunes qui attendaient dans la localité provençale des expectatives pontificales et qui se faisaient immatriculer, afin de figurer sur un rotulus universitaire et augmenter de cette manière leurs chances d’obtenir des prébendes lucratives166.

  • 167 A. Gouron, Juristes originaires des Pays-Bas à l’université de Montpellier au Moyen Age, dans R.H.D (...)

69Il est vrai qu’A. Gouron a montré que les étudiants originaires des Pays-Bas fréquentèrent surtout le studium de Montpellier, entre 1340 et la fin du XIVe siècle, et que cet auteur explique l’attrait momentané de cette institution par la proximité du lieu de résidence de la papauté167. Il faut donc conclure que ce voisinage n’aura sans doute joué un certain rôle attractif qu’à l’extrême fin de la période envisagée dans cette étude.

***

  • 168 M. Fournier, dans un article intitulé La Nation allemande à l’université d’Orléans au XIVe siècle ( (...)
  • 169 A Paris, les clercs originaires du diocèse de Liège se répartissent entre la nation picarde et la n (...)
  • 170 Voir à ce sujet le Chartularium Studii Bononiensis, ainsi que l’index biographique des Acta Nationi (...)

70Il convient donc d’être d’une extrême prudence dans l’étude des populations scolaires d’avant 1350 et surtout d’éviter toute généralisation hâtive. Aucune analyse sérieuse des centres d’études fréquentés par les étudiants qui ont fait carrière dans le diocèse de Liège ne peut, à mon avis, être entreprise avant le milieu du XIVe siècle. La présence de quelques individus à Orléans avant 1350 est bien sûr indicative de l’existence de certaines habitudes scolaires, qui sont prouvées à partir du XVe siècle168. Mais, dès avant cette date, des individus repérés plus tard comme des prébendés ou résidents dans nos contrées, étudiaient en nombre plus élevé à Paris169 et à Bologne170 et, à la fin du moyen âge, les séjours scolaires des Liégeois dans ces deux villes universitaires se multiplièrent également.

71Il semble en fait qu’avant et après 1350, les universitaires du diocèse de Liège aient eu des habitudes scolaires diversifiées. Il en résulte que les traces laissées par le séjour d’un groupe, même important, d’étudiants dans les sources ne permettent donc en aucune manière de tirer des conclusions ayant une valeur de généralité pour la période antérieure au milieu du XIVe siècle.

2. Le choix d'une spécialité

  • 171 Cfr p. 179 : tableau 12, colonne 2.

72Une remarque préalable s’impose d’emblée à l’esprit : toutes les personnes retenues pour cette synthèse ont évidemment poursuivi leur instruction au moins jusqu’à la maîtrise-ès-arts. Pour 65,7 % des gradués, il est cependant impossible de déterminer le niveau qu’ils avaient atteint dans leurs études au moment précis où ils ont quitté l’université. Un tableau a été dressé ; il comporte les différentes spécialisations que les étudiants pouvaient entreprendre aux XIIIe-XIVe siècles, et le nombre de Liégeois, dont on sait qu’ils ont opté pour chacune d’entre elles. Un rapport entre le nombre d’universitaires connus pour chaque discipline et le nombre total des maîtres repérés dans le diocèse de Liège a été établi171, de manière à ce qu’apparaisse clairement le caractère fragmentaire des résultats obtenus dans cette recherche.

73Il ressort donc de l’étude statistique des spécialisations entreprises à l’université par les gradués de nos contrées qu’au moins 6 % de ceux-ci cessèrent leurs études après la maîtrise-ès-arts, mais qu’au moins 28 % ont poursuivi leur formation après l’acquisition des deux grades préparatoires in artibus. On compte, en effet, 14,7 % de juristes, 7 % de médecins, 4 % de théologiens, ainsi qu’un peu plus de 2 % d’étudiants inscrits à une faculté supérieure non identifiée.

  • 172 Tongerloo en zijn Studenten..., dans Ons Geestelijk Erf, t. 44, 1970, pp. 405-431 et t. 45, 1971, p (...)
  • 173 Monastère prémontré situé dans le duché de Brabant et relevant de la juridiction ordinaire de Cambr (...)

74On possède très peu de renseignements statistiques sur les études entreprises par les gradués d’autres régions. Signalons néanmoins l’étude que H. De Ridder-Symoens et L. Milis172 ont consacrée aux universitaires qui furent ensuite religieux à Tongerloo173. Ces deux auteurs ont fait trois constatations importantes. Ils ont d’abord montré que beaucoup de gradués avaient cessé leurs études après la maîtrise-ès-arts, ensuite qu’il se trouvait, parmi les membres du monastère, plus de juristes que de théologiens et enfin, que les médecins étaient extrêmement rares dans ce milieu régulier. Ce relevé statistique porte sur une période postérieure à 1350 et sur une population homogène de religieux de l’ordre prémontré. On remarque néanmoins que les conclusions qu’ont tirées H. De Ridder-Symoens et L. Milis de cette étude particulière, limitée à un monastère et portant donc sur une période différente de celle envisagée dans ce travail, vont d’une manière générale dans le même sens que les constatations faites pour l’ensemble du diocèse de Liège entre 1200 et 1350.

Tableau 12. Études suivies par les gradués liégeois des XIIIe etXIVe siècles

Études supérieures indéterminées***
Physica
Théologie

16
50
30

6,63
20,74
12,46

2,28
7,14
4,29

Spécialité

Nombre de gradués

1* %

2** %

Arts

42

17,42

6

Études supérieures indéterminées***

16

6,63

2,28

Physica

50

20,74

7,14

Théologie

30

12,46

4,29

Droit (non spécifié)

19

7,88

2,71

Droit romain

44

18,25

6,29

Droit canon

21

8,71

3

Utriusque Iuris

19

7,88

2,71

Total des études juridiques

103

42,7

14,71

Total des différentes disciplines

241

100

34,42

Spécialités inconnues

459

65,58

Total Général

700

100

* Rapport entre les étudiants de chaque spécialité et le total des gradués dont la spécialité est connue.
** Rapport entre les étudiants de chaque spécialité et le total des gradués liégeois.
*** Ces maîtres-ès-arts poursuivirent ensuite des études, mais il n’a pas été possible de déterminer la nature de celles-ci.

  • 174 Voir pp. 188-192.
  • 175 On sait que la pratique de la médecine et surtout de la chirurgie était interdite aux clercs depuis (...)

75Il convient cependant de souligner une conclusion discordante entre les deux recherches. Il y a proportionnellement beaucoup moins de physici (1 %) chez les prémontrés de Tongerloo que parmi la population universitaire liégeoise (20,8 %). Cette divergence est évidemment facile à expliquer. L’étude présentée ici recense tous les maîtres, ecclésiastiques et laïcs, du diocèse de Liège, alors que celle des deux auteurs cités plus haut est centrée sur un milieu clérical homogène. Or, les gradués laïcs pratiquaient volontiers la chirurgie174. Ces derniers font évidemment augmenter de façon sensible le pourcentage des maîtres in arte physicali relevés dans l’évêché de Liège par rapport à celui des médecins membres du monastère de Tongerloo. On sait que les clercs, réguliers comme séculiers, ne pouvaient faire couler le sang175 ; ils étaient dès lors moins tentés que les laïcs par les études de médecine qui devaient pour eux rester purement théoriques.

  • 176 Voir à ce sujet les pp. 324-325.

76On remarque néanmoins que les séculiers, maîtres in arte physicali, furent particulièrement recherchés par les princes ; dans les « mesnies » ducales ou comtales, ces gradués assumèrent différentes fonctions, telles que notaire, ambassadeur, conseiller, la pratique médicale proprement dite étant réservée aux barbiers176.

***

77Il n’y a aucune raison, à mon avis, pour que l’ensemble des sources utilisées dans ce travail, — épitaphes, nécrologes, actes diplomatiques, suppliques et sources narratives, — mette en évidence une spécialité plutôt qu’une autre. Il semble dès lors que l’on peut conclure valablement à partir des pourcentages obtenus au sujet des études entreprises par les gradués ; et cela, d'autant plus que la spécialité de deux cent quarante-et-un universitaires, qui ont fait une partie au moins de leur carrière à Liège, est connue.

  • 177 Aux quarante-quatre civilistes connus, il convient évidemment d'ajouter les dix-neuf docteurs utriu (...)

78Les études de droit ont incontestablement attiré de préférence les gradués liégeois, puisqu’on relève cent et trois juristes parmi ces derniers. La discipline exacte (droit civil ou canon) qu’ont choisie dix-neuf d’entre eux n’est pas connue ; mais il est certain que le même nombre d’individus ont acquis un doctorat utriusque iuris. Le droit romain eut quarante-quatre adeptes, alors que le droit canonique n’a, lui, attiré que vingt-et-un étudiants. La législation civile était donc la matière en honneur dans la société liégeoise, où l’élément ecclésiastique était pourtant dominant. On remarque néanmoins que dix-neuf civilistes sur soixante-trois177 jugèrent nécessaire d’étudier en plus le droit canonique.

  • 178 Cfr la notice no 449.
  • 179 Cfr la notice no 361.

79Les « physiciens », parmi lesquels, on le verra, se trouvaient des laïcs qui pratiquèrent réellement l’art médical, sont nettement plus nombreux que les théologiens. La formation métaphysique et les préoccupations spéculatives de ces derniers ne les destinaient sans doute pas, exception faite pour les prédicateurs, à s’intégrer réellement à la société d’une région où n’existait aucune université. On verra plus loin que les deux théologiens qui dirigèrent le diocèse de Liège entre 1200 et 1350, Jean d’Enghien178 et Hugues de Chalon179, éprouvèrent certaines difficultés à dominer la situation politique sans doute complexe de cette circonscription.

***

80Les sources étrangères ne permettent pas de résoudre, pour la période antérieure à 1342, le problème des lieux d’études fréquentés par les gradués, qui seront ensuite repérés dans le diocèse de Liège ; mais, par contre, les documents locaux contiennent eux plus d’indices concernant les disciplines intellectuelles choisies. Il semble dès lors qu’en combinant les données extraites des sources universitaires et liégeoises au sujet des studia generalia recherchés et des spécialisations entreprises par les maîtres, on pourra dégager les relations existant éventuellement entre le lieu et la nature des cours suivis et, de ce fait, mettre en évidence certaines habitudes scolaires des gradués repris dans ce travail. C’est sous forme d’un tableau que sont présentés les résultats des recherches menées au sujet des étudiants pour qui on connaît la ville et la faculté fréquentées, de manière à ce que se dégage clairement les carrières scolaires typiques des clercs et laïcs, qui ont travaillé, résidé ou détenu des prébendes dans nos contrées.

Tableau 13. Analyse des rapports entre la nature et le lieu des études

Tableau 13. Analyse des rapports entre la nature et le lieu des études

* Nombre d’étudiants connus comme ayant fréquenté chaque université.
** Nombre d’étudiants de chaque université pour qui la spécialité entreprise a pu être déterminée.
***Y compris les étudiants en théologie de l’école de la curie pontificale.

  • 180 Il s’agit de Louis Heiligen (no 559), Lévold de Northof (no 555) et de Jean de Nocera (no 498).

81On remarque immédiatement que l’on connaît presque toujours (80/86) la discipline étudiée par les gradués pour qui le lieu d’études a pu être déterminé. Voici donc les spécialisations entreprises dans chaque université par les maîtres retenus dans le cadre de cette analyse. A Paris, ces derniers fréquentaient les quatre facultés existantes : arts (25), physica (4), droit canonique (6), théologie (15). Pour Bologne, on connaît un maître-ès-arts et neuf juristes et pour Montpellier, un « physicien » et trois étudiants en droit. Aux universités de Toulouse, Avignon, Angers et Orléans, il n’y eut, d’après les sources, des Liégeois que dans les facultés juridiques, mais trois d’entre eux fréquentèrent l’école de théologie de la curie pontificale installée en Avignon180.

  • 181 Cfr note no 157, p. 173.

82Concluons ce paragraphe consacré aux carrières scolaires typiques des gradués du diocèse de Liège par quelques remarques de portée générale. Tout d’abord, un fait important concernant les quinze étudiants parisiens in sacra pagina doit être signalé, car il souligne une fois de plus, s’il en était besoin, les lacunes de la documentation. On sait, en effet, que, exception faite pour l’école attachée à la curie pontificale qui ne compta qu’un professeur à la fois et qui n’attira pas des masses d’étudiants, l’enseignement de la théologie n’était jusqu’en 1362181 dispensé qu’à Paris. Il semble dès lors que l’immense majorité des trente théologiens connus pour le diocèse de Liège doit avoir étudié dans le studium generale parisien.

  • 182 Dans R.H.D., t. 37, 1969, pp. 515-528, spécial. p. 525.

83De plus, l’université de Paris attira incontestablement les jeunes qui commençaient leurs études, puisqu’un nombre important d’entre eux prirent leurs premiers grades à la faculté des arts de Paris. C’est sans doute la proximité de cette ville et le prestige d’un des trois premiers studia generalia qui séduisaient les clercs lotharingiens. A. Gouron, dans son étude sur les Juristes originaires des Pays-Bas à Montpellier182, a, lui aussi, noté que les universitaires du nord, qui étudièrent ensuite le droit dans ce studium languedocien, avaient auparavant fait un séjour d’études à la faculté des arts de Paris.

  • 183 Au sujet des rivalités entre les écoles de sciences naturelles de Paris et de Montpellier au XIVe s (...)

84Ensuite, la physica, qui était pourtant enseignée dans toutes les universités, ne fut étudiée par les médecins du diocèse de Liège qu’à Bologne, Paris et Montpellier, c’est-à-dire dans une des plus anciennes institutions d’enseignement supérieur, ainsi que dans les deux grandes écoles françaises, qui étaient justement renommées pour leur enseignement des sciences naturelles et rivalisaient d’ailleurs d’éclat aux XIIIe et XIVe siècles183.

  • 184 C’est le cas de Waléran de Juliers (no 741) et de Jean de Hocsem (no 467).
  • 185 C est le futur cardinal Bertrand de Deaux qui étudia les droits canon et civil à Paris et à Montpel (...)
  • 186 L’évêque Adolphe de La Marck étudia les droits canon et civil à Bologne et à Orléans (cfr notice no(...)
  • 187 Cfr notice no 701.
  • 188 Il avait même été, en 1345, recteur des Ultramontains étudiant dans la cité bolonaise.

85Enfin, les étudiants en droit qui ont fait plus tard carrière à Liège avaient suivi les cours dans toutes les universités où l’on repère des Liégeois. Aucune école juridique ne peut donc apparaître comme privilégiée par ces derniers, qui suivirent souvent les cours de plusieurs studia. Ainsi, les canonistes formés à Paris allèrent ensuite se perfectionner dans l’autre droit soit à Orléans184, soit à Montpellier185 ; tandis que les civilistes Orléanais avaient parfois étudié les décrets à Bologne186. On notera aussi le cas de Siger van den Nieuwensteen187 : celui-ci était docteur en médecine de l’université de Bologne188 avant de venir, vers 1347, prendre à Orléans ses grades en droit romain.

  • 189 Cfr notice no 407.

86Terminons cette analyse des carrières scolaires typiques entre 1200 et 1350 en signalant l’exemple caractéristique de Jean d’Arkel189. Le futur évêque de Liège étudia d’abord en 1335 les arts à Paris avant de suivre les cours de droit à Bologne à partir de 1338, pour enfin revenir en 1341 prendre à Paris ses grades en théologie.

D. L'influence de l’origine sociale sur le déroulement des études

87En concluant ces propos centrés sur les studia fréquentés et les spécialisations entreprises par les gradués repérés ensuite dans le diocèse de Liège, il est nécessaire d’analyser l’influence que l’origine sociale de ces maîtres a pu avoir sur le déroulement de leur formation. Les études au moyen âge coûtaient cher. Les jeunes issus de milieux modestes, donc souvent sans appui influent à la curie pontificale, étaient-ils dès lors en mesure de séjourner à l’étranger durant de nombreuses années ? Ou bien, au contraire, devaient-ils cesser leur instruction sitôt acquise la maîtrise-ès-arts ?

88Pour répondre à ces questions, il est nécessaire de déterminer le niveau intellectuel atteint par les gradués, dont on connaît l’origine sociale, au moment où ils ont cessé d’étudier. Les données concernant les diplômes obtenus par les maîtres identifiés socialement sont présentées sous forme de tableau. Les pourcentages de Liégeois arrivés à chacun des niveaux d’études sont calculés à partir du nombre total d’universitaires identifiés dans chacune des classes sociales.

  • 190 Pour les autres classes, les données sont connues pour des pourcentages variant de 38 à 60 %.
  • 191 17,9 % des gradués sont issus de cette classe sociale.

89On peut tirer des données qui ont servi à l’élaboration de ce tableau statistique différentes conclusions, sans toutefois perdre de vue que les études poursuivies par les enfants des « nouveaux aristocrates » ne sont connues que pour un quart d’entre eux190. Deux faits frappants doivent être signalés en priorité. Voici le premier : seuls certains fils de bourgeois191 abandonnent leurs études après la maîtrise-ès-arts. Le second est qu’aucun descendant de magni nobiles n’a étudié la médecine.

Tableau 14. Influence de l’origine sociale sur le déroulement des études des gradués liégeois

Tableau 14. Influence de l’origine sociale sur le déroulement des études des gradués liégeois

* Nombre de gradués repérés pour cette classe sociale.

  • 192 Jean de Bruxelles (notice no 425) étudia au collège Saint-Bernard à Paris, tandis qu’Arnould de Liè (...)

90Mais, d’autres constatations méritent aussi de retenir l’attention. Tout d’abord, il semble que chacune des classes sociales ait produit un nombre à peu près égal (quatre ou cinq) de théologiens, alors qu’il s’agit des études les plus longues. Il convient cependant de tempérer tout de suite cette affirmation d’apparente égalité en faisant remarquer que les maîtres in sacra pagina, fils de princes, ducs ou comtes, sont proportionnellement beaucoup plus nombreux que ceux d’origine plus modeste. Ces derniers étudièrent d’ailleurs souvent la théologie grâce aux collège et couvents que les cisterciens et dominicains avaient établis à Paris192.

91Ensuite, ce sont les gradués issus de la haute noblesse et du patriciat qui ont été le plus volontiers attirés par les études de droit, puisque 40 % et 27 % des descendants de ces catégories sociales sont des juristes. Enfin, les universitaires d’origine bourgeoise se répartissent de manière à peu près égale entre le droit et la médecine.

***

92L’origine sociale des gradués a donc eu une incontestable influence sur le choix des spécialisations qu’ils ont entreprises à l’Université. Cette influence peut, à mon avis, se manifester de deux manières différentes. Il est prouvé, d’une part, que certains étudiants qui n’avaient pas la chance d’être admis dans des collèges assurant la gratuité de l’enseignement et des examens, mais où les places disponibles furent de plus en plus rares, devaient connaître d’importants problèmes d’ordre matériel. Ces derniers eurent comme conséquence importante d’interrompre la carrière des étudiants pauvres immédiatement après la maîtrise-ès-arts.

93D’autre part, l’origine sociale a eu, en dehors de toute question financière, une influence certaine sur le choix des disciplines étudiées par les gradués. Les options scolaires sont évidemment déterminées par les ambitions personnelles ou familiales. Les lignages de la haute noblesse préparaient leurs fils à la gestion et à l’administration au niveau le plus élevé, si possible épiscopal, en leur faisant étudier principalement le droit. La même spécialité fut recherchée par les enfants de patriciens qui visaient surtout les dignités des chapitres situés dans les villes où résidaient leurs parents. On retrouvera ces problèmes lors de l’analyse de la place occupée par les universitaires dans les églises liégeoises et des carrières réalisées par ces derniers. Enfin, certains fils de bourgeois restés laïcs pratiquaient la chirurgie dans différentes localités du diocèse de Liège. L’étude des maîtres non entrés dans les ordres va précisément faire l’objet des pages qui suivent.

E. Les gradués laïques

94La plupart des universitaires qui ont fait carrière ou résidé dans le diocèse de Liège entre 1200 et 1350 étaient des clercs. Les familles nobles, patriciennes et bourgeoises envoyaient surtout les fils qu’elles destinaient aux ordres sacrés prendre leurs grades à l’étranger, tandis qu’elles faisaient le plus souvent pourvoir sur place à l’instruction des enfants qui hériteront du comté, de la seigneurie, du fief, de l’office scabinal ou du commerce. De plus, certains ordres religieux payaient les études de jeunes particulièrement doués qu’ils voulaient attacher à leurs couvents. Enfin, certains princes furent aussi les mécènes de clercs dont ils désiraient, par la suite, utiliser les services comme chapelain, notaire ou conseiller.

  • 193 Cfr infra, note 217 p. 192.
  • 194 Cfr les notices no 67, 252, 335, 355 et 402. Au sujet de l’interdiction faite aux clercs de faire c (...)
  • 195 Cfr les notices no 16, 126 et 475.
  • 196 Cfr les notices no 158, 329, 463, 573, 617 et 697.

95Alors qu’à Paris, tous les étudiants étaient tonsurés, il n’est pas rare de trouver, parmi la population des institutions d’enseignement supérieur italiennes, des laïcs ; or, des universitaires possédant ce statut juridique firent carrière dans le diocèse de Liège. En effet, les sources consultées pour ce travail ont gardé trace des activités, entre 1275 et 1350, de quatorze maîtres de condition laïque. Est-il encore nécessaire de signaler que la documentation sur laquelle est basée cette étude est presque exclusivement d’origine ecclésiastique et qu’elle ne met certainement pas en particulière évidence les actions de ces universitaires ? Leur nombre ne peut donc qu’être sous-évalué par rapport à la réalité193. Les gradués laïques ont étudié soit la médecine194, soit le droit195. Comme ceux dont la spécialisation n’est pas connue exercèrent des fonctions de notaire public, d’avocat ou d’échevin196, on peut penser qu’ils avaient reçu une formation juridique.

  • 197 Cfr J. Le Goff, Les intellectuels au moyen âge..., p. 145.
  • 198 Cfr les notices no 355 et 402.
  • 199 Cfr la notice no 252.

96Des médecins et chirurgiens en robe longue, — cet attribut les distinguait des vulgaires barbiers197, — étaient installés à Liège, à Louvain et assez curieusement à Lens-sur-Geer. Les biens immobiliers que possédaient les deux louvanistes Jean et Henri, dit du Vieux-Heverlee, sont connus198. On sait aussi que Gossuin siégeait, d’une part, à la cour allodiale de Liège et était, d’autre part, un homme de fief de Jacques de Clermont199.

  • 200 Cfr les notices no 16, 126, 158 et 475 : André de Ferrières, Gauthier de Hannut, Jean de Jodoigne e (...)
  • 201 André de Ferrières, civis Leodiensis, fils de prêtre et licencié dans l’un et l’autre droit, reçut (...)
  • 202 Cfr supra, p. 160, ainsi que les notices no 761, 773, 775, 779, 787, 789 et 792 de l’annexe au répe (...)
  • 203 Cfr la notice no 608.
  • 204 Cfr la notice no 135.

97Parmi les juristes, on relève quatre avocats à la cour de l’officialité de Liège200, qui étaient mariés. Le plus célèbre est sans aucun doute maître André de Ferrières. Il était le fils naturel d’un prêtre, probablement d’un chanoine de Sainte-Croix à Liège. Après avoir obtenu le titre de licencié utriusque iuris, ce gradué ne chercha pas à entrer dans les ordres201, comme le faisaient souvent les fils de prêtres202. Ce fait ne l’empêcha cependant pas d’arbitrer des conflits en compagnie de clercs, tels que maître François Médicis203 ou maître Philippe le Brun204, et de devenir à la fin de sa vie un conseiller écouté de l’évêque Englebert de La Marck.

  • 205 Cfr à ce sujet G. Kurth, La cité de Liège, t. 2, pp. 21-28 et 72 ; Id., Liège et la cour de Rome, p (...)
  • 206 Hocsem, éd. Kurth, pp. 192-193.
  • 207 Cfr spécialement la lettre rédigée par Hocsem au nom du chapitre cathédral et adressée au cardinal (...)
  • 208 Fayen, Jean XXII, 2, p. 390 no 2715. C’est peu après qu'il obtint du même pape la dispense analysée (...)

98C’est cependant une autre action qui rendit célèbre cet universitaire. Il joua, en effet, un rôle important dans la révolte de la cité de Liège contre l’évêque Adolphe de La Marck ; le conflit dura près de sept ans, du début de l’année 1325 à juillet 1332, et obligea le prélat, ainsi qu’une partie importante du clergé liégeois, à se réfugier à Huy205. Durant le carême 1328, maître André de Ferrières, délégué par le conseil des jurés, voulut se rendre en Avignon pour plaider la cause du magistrat urbain auprès du pape Jean XXII, mais il fut arrêté en France par des hommes d’armes au service d’Adolphe de La Marck206. Son attitude durant tout le conflit lui valut d’ailleurs une haine farouche de la part du clergé resté fidèle à l’évêque, et surtout de son porte-parole officiel : Jean de Hocsem207. C’est sans doute pour cette raison que ce juriste laïque demanda, le 23 avril 1330, l’appui du pape Jean XXII pour obtenir un siège scabinal liégeois208.

  • 209 Cfr la notice no 158.
  • 210 C.S.L., t. 2, pp. 377-380 no 753.

99C’est donc surtout le conflit qui opposa la cité à l’évêque Adolphe de La Marck qui rendit célèbre maître André de Ferrières, mais un autre gradué, également avocat à la cour de l’officialité, avait été, dès la fin du XIIIe siècle, membre du conseil des jurés. On sait, en effet, que maître Gauthier de Hannut209 a fait partie de cette assemblée du magistrat urbain de 1284 à 1293 au moins. Il fut choisi comme négociateur, en 1284, lors d’un conflit entre, d’une part, les échevins, jurés et habitants de la cité et, d’autre part, les chapitres cathédral et collégiaux, au sujet du problème toujours brûlant de l’impôt sur la fermeté, ainsi que de la juridiction sur la Sauvenière et des limites des franchises des églises et cloîtres210.

  • 211 Paris, 1964, pp. 27-28.
  • 212 R. Fédou, Les hommes de loi lyonnais..., pp. 29 et sv.

100Dans l’étude qu'il a consacrée aux Hommes de loi lyonnais à la fin du moyen âge, R. Fédou a relevé, parmi les syndics et procureurs qui dirigeaient la cité rhodanienne, des juristes à partir des dernières années du XIIIe siècle211 ; c’est pourquoi on remarque des jurisperiti dans la délégation de magistrats représentant le patriciat lyonnais, qui négocia à partir de 1300 avec le roi Philippe IV le Bel212. A Liège aussi, à partir de 1284, certains jurés siégeant au conseil urbain portaient des titres universitaires ; ce sont ces maîtres laïques qui s’occupèrent précisément de défendre les droits de la cité en face des prérogatives du clergé et du prince. Mais, contrairement au cas des spécialistes lyonnais, qui commencèrent à intervenir dans la vie politique au moment même où s’organisa l’enseignement du droit dans cette cité, les juristes qui s’occupèrent des intérêts des bourgeois de Liège, avaient, eux, été obligés d’aller faire des études dans une université étrangère.

  • 213 H. De Radiguès, Les échevins de Namur, pp. 33-34.
  • 214 M. Tits, Les échevins de Louvain, p. 364.

101Deux universitaires, Jean de Ham et Siger, étaient notaires publics et mariés à des bourgeoises de Namur et de Liège. C’est la carrière du notaire namurois qui est la mieux connue. Maître Jean de Ham débuta, en effet, comme receveur de Marie de Conches, comtesse douairière de Namur, peu avant 1350 ; il assuma ensuite des fonctions notariales dans différentes cours, — parmi lesquelles on peut citer celles du Feix à Namur, de Jambes et du chapitre Saint-Pierre-au-Château, — avant de devenir, en 1364, échevin de Namur213. C’est également comme juge représentant le duc de Brabant que maître Henri de Hérent est connu, puisqu’il fut échevin à Louvain en 1305-1306214. A Liège aussi, on vient de le voir, un licencié en droit demanda à être installé comme échevin en 1330.

  • 215 R.C. Van Caenegem, Le droit romain en Belgique, p. 9.
  • 216 Cfr la notice no 573.

102Ces mentions d’universitaires qui détenaient des sièges scabinaux dans trois villes du diocèse de Liège durant la première moitié du XIVe siècle, permettent donc de nuancer les constatations que R. Van Caenegem avait faites dans son étude sur le droit romain en Belgique : « ce n’est qu’au XIVe siècle et surtout au XVe siècle que (...) l’on trouve parmi les échevins, les juges naturels de nos villes et villages, des maîtres ayant obtenu un grade en droit civil »215. Le phénomène semble, en effet, plus précoce dans les villes du diocèse de Liège, où des universitaires furent juré dès 1284 et échevin dès 1305. On sait aussi que le conseil scabinal de Louvain avait, dès avant 1314, comme secrétaire un gradué : maître Mathias d’Aarschot216.

***

103En guise de conclusion à ce relevé des gradués laïques, il convient de faire quelques remarques. Les étudiants universitaires qui ne désiraient pas rentrer dans les ordres purent donc, dès 1275, — date de la première mention d’un médecin laïque, — faire carrière dans le diocèse de Liège. Les juristes avaient le choix entre les métiers d’avocat d’officialité et de notaire public, ou encore, quand les relations familiales le permettaient, une charge d’échevin. C’est au tout début du XIVe siècle qu’à Louvain (1305) d’abord, puis à Liège (1330) et à Namur (1364), on relève les premiers échevins diplômés d’université ; mais, dès la fin du siècle précédent (1284), un gradué en droit siégeait parmi les jurés du conseil urbain de la cité de Liège.

  • 217 Le nombre d’avocats laïques était probablement en réalité plus élevé, mais il n’a pas été possible (...)

104Seuls les laïcs pouvaient pratiquer la chirurgie, puisque l’exercice de cette spécialité était strictement interdit aux clercs. Certains avocats à la cour de l’officialité de Liège détenaient des canonicats et prébendes dans les églises collégiales de cette cité ; mais des laïcs exercèrent aussi ce métier avec un certain bonheur217. Il est, en effet, plausible d’admettre que des plaideurs non ecclésiastiques aient recouru de préférence aux services d’un juriste qui n’était pas entré dans les ordres, donc plus proche d’eux, pour conduire leur litige devant le tribunal de l’official.

Notes

1 Cfr pp. 156 et 174.

2 Maître Robert de Pinchebeke (notice no 688).

3 Maître Nicolas Drukken (notice no 589).

4 A. Longnon (†), La formation de l'Unité française, éd. par H.F. Delaborde, Paris, 1922, pp. 175-181 ; R. Fédou, Les hommes de lois lyonnais..., Paris, 1964, pp. 29-31 ;G. Digard (†), Philippe le Bel et le Saint-Siège, éd. par F. Leroux, t. 1, Paris, 1936, pp. 81-85.

5 A. Longnon, op. cit., pp. 202-204 ; R. Cazelles, La société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois, Paris, 1958, pp. 244-247.

6 J. Dhondt, Études sur la naissance des principautés territoriales en France, Bruges, 1948, pp. 169 et sv.

7 Le comté de Provence resta une possession de la dynastie catalane de 1123 jusqu’en 1245, année où il passa par mariage à Charles d’Anjou, cfr É. Baratier, Marquisat et comtés en Provence, pp. 131-142, 151-157 et Rois angevins et papes d'Avignon, pp. 169-173, dans Histoire de la Provence, Toulouse, 1969.

8 Bien que passée au IXe siècle sous l’autorité des rois de Germanie, l’Italie était et resta longtemps politiquement divisée. C’est Othon Ier qui prit le titre de roi d’Italie en 951, avant de se faire couronner empereur en 962. Ses successeurs porteront également ce titre. Cfr, pour une première approche de l’histoire politique de l'Italie et de ses rapports avec l’Empire, L. Salvatorelli, L’Italia communale dal secolo XI alla meta del secolo XIV, Milan, 1940 ; P. Brezzi, Le relazioni tra i communi italiani e l'impero, dans Questioni di storia medioevale, éd. E. Rota, Milan-Côme, 1946, pp. 385-411 ; les contributions de P. Lamma et E. Cristiani (pp. 279-456, 457-544) au volume de synthèse de N. Valeri, Storia d'Italia, t. 1, Turin, 1967 ; ainsi que évidemment l’ouvrage classique de G. Von Below, Die italienische Kaiserpolitik des deutschen Mittelalters mit besonderem Hinblik auf die Politik Friedrich Barbarossas, Munich-Berlin, 1927.

9 Il s’agit évidemment des territoires compris dans les anciennes limites du royaume constitué, en 855, par Lothaire Ier en faveur de son fils Lothaire II Ces territoires furent ensuite partagés en 870 avant de passer sous domination allemande en 923 et d’être divisés en deux duchés par Othon Ier en 959. Cfr L. Vanderkindere, La formation territoriale des principautés belges au Moyen Age, t. 2, Bruxelles, 1902, pp. 1-58 ; W. Mohr, Geschichte des Herzogtums Lothringen, 1re partie, Geschichte des Herzogtums Gross-Lothringen (900-1048), Sarrebruck, 1974, pp. 7-50.

10 Depuis 1125, le Comtat était une possession des comtes de Toulouse. Philippe le Hardi acquit, à la mort de son oncle Alphonse II de France, dit de Poitiers, en 1271, tous les territoires possédés par ce comte : le comté de Toulouse, l’Auvergne, le Poitou et le Comtat Venaissin. Il vendit donc peu après ce territoire au Saint-Siège. Cfr C. Faure, Études sur l’administration et l’histoire du Comtat-Venaissin du XIIIe au XVe siècle, 1229-1417, Paris-Avignon, 1909, pp. 33 et sv. ; É. Baratier, Rois angevins et papes d’Avignon, pp. 186 et sv. ; B. Guillemain, La Cour pontificale d'Avignon (1309-1376). Étude d’une société, Paris, 1962, pp. 79-88.

11 Guillaume Augier d’Agout et Hugues de Mirabeau, cfr les notices no 264 et 365.

12 Cfr les notices no 382, 579 et 664.

13 Cfr la notice no 76.

14 Cfr la notice no 698.

15 Cfr la notice no 253.

16 Cfr la notice no 749 et la notice no 759.

17 Sur la formation du duché de Brabant, voir la dernière synthèse qui a paru à ce sujet : W. Mohr, Geschichte der Herzogtums Lothringen, 2e partie Niederlothringen bis zu seinem Aufgehen im Herzogtum Brabant (11.-13. Jahrhundert), Sarrebruck, 1976, pp. 92 et sv.

18 Cfr pour le ΧΙΙIe siècle, les biographies de Godefroid de Grimde (no 150), Gauthier de Lierre (no 164), Jean de Louvain (no 338), Jean de Sterrebeek (no 519) et pour le XIVe siècle, celles de Jean de Wambeek (no 531), d’Alard d’Oss (no 8) et de Jean de Cuyck (no 442).

19 Au sujet des délimitations du Hainaut, il convient de se reporter à l’ouvrage classique de Ch. Duvivier, Recherches sur le Hainaut ancien du VIIe au XIIe siècle, Bruxelles, 1865, mais il n’est pas sans intérêt de consulter aussi M. Bruwier, Le Hainaut, le Cambrésis et l’Empire au XIIe siècle, dans Annales de la Féd. hist. et archéol. de Belgique, 36e Congrès : Gand, 1955, Gand, 1956, pp. 207-226.

20 Le lecteur peut, pour situer ces diocèses, se reporter à la carte qui illustre l’introduction, p. 11.

21 Cfr Adolphe de Waldeck (no 6) et Wigbolt de Holte (no 746).

22 Cfr notamment les notices no 77, 125, 165, 353, 555, 588 et 597.

23 Cfr les notices no 5 et 114.

24 Douze Germains et treize Westphaliens.

25 Dix-neuf Brabançons, douze Hennuyers et trente-trois Lotharingiens.

26 Certains gradués flamands furent aussi prébendés dans le diocèse avant 1282 (date de l’accession de Jean de Flandre à l’évêché de Liège). Cfr par exemple les notices no 35 et 227 consacrées à Arnould de Gand et à Gilles de Tournai.

27 Cfr la notice no 451.

28 Cfr à titre d’exemple : Gérard d’Alost (no 178), Gérard de Ferlin (no 190), Henri d’Audenarde (no 313), Jacques de Chataîgne (no 375), Michel de Tournai (no 578). Il convient aussi de se reporter au chapitre IV, paragraphe C, 2° : Les familles de Courtenay et de Dampierre, p. 337

29 Sur les préférences marquées par les papes d’Avignon pour les clercs de leur région natale, cfr B. Guillemain, Les Français du Midi à la cour pontificale d’Avignon, dans Annales du Midi, t. 74, 1962, pp. 29-38 ; J. Bernard, Le népotisme de Clément V et ses complaisances pour la Gascogne, Ibidem, t. 61, 1949, pp. 369-412 ; É. Albe, Autour de Jean XXII. Jean XXII et les familles du Quercy, dans Annales de Saint-Louis-des-Français, t. 6, 1901-1902, pp. 341-396 et t. 7, 1902-1903, pp. 91-491 ; G. Mollat, Clément VI et le Limousin, dans Journal des Savants, janvier-février 1959, pp. 16-27 et L. Caillet, La papauté d'Avignon et l’Église de France : la politique bénéficiale du pape Jean XXII en France (1316-1334), Paris, 1975.

30 Cfr les tableaux 7 et 8, pp. 149 et 150.

31 Voir à ce sujet l'article de G. Kurth, Liège et la cour de Rome, pp. 1-43 qui est, comme son titre ne l’indique pas, entièrement consacré à la politique des papes d’Avignon, et les articles cités à la note 29. Ce problème sera traité pp. 301-304.

32 Au sujet de l’intervention des protecteurs en curie, voir B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon (1309-1376), pp. 252-277.

33 Voir à titre d’exemple Arnaud et Audouin Aubert (no 22 et 50) qui sont les neveux d’Étienne Aubert, le pape Innocent VI (no 113) ; Guillaume Bernard de Clermont (no 269) qui est le protégé du cardinal Bertrand de Montfavès (cfr notice no 80) ; Antoine des Alex (no 20) qui est le chapelin du cardinal Jacques Cajetan Stefaneschi et Danesius de Casalia (no 97), qui est le chapelain du cardinal Pierre de Colonna.

34 Voir par exemple Nicolas de Noissy (no 598), clerc et familier de Louis, comte de Clermont et seigneur de Bourbon ; Baudouin de Bailly (no 64), conseiller de Philippe VI de Valois ; Pierre de Coulmiers (no 627), protégé du même roi de France ; Thibaut de Meaux (no 721), chapelain de Clémence de Hongrie, veuve de Louis X le Hutin.

35 Cfr Baudouin de Zonnebeke (no 71), Gauthier de Moorsele (no 168), Jacques Muset (no 380), Jean Blankart (no 420), Jean et Nicolas Beyart (no 419 et 584) et Jean de Cadzant (no 426).

36 Mais une partie seulement, cfr Jean Backere de Assenede (no 413), Jean Balkaerd (no 414), Jean Amic de Bruges (no 424) et Jean de Deinze (no 443).

37 Voir infra, pp. 301-304.

38 Voir infra, pp. 333-334.

39 Au sujet de la persistance des souvenirs lotharingiens aux XIIIe-XVe siècles, je ne puis que renvoyer à la mise au point de P. Bonenfant, dans B.I.H.B.R., t. 27, 1952, pp. 53-64.

40 Cfr supra, pp. 141-142.

41 Selon l’expression des rotuli universitaires.

42 Sur l’évolution de la noblesse du XIIe au XIVe siècle, voir L. Genicot, L'économie rurale namuroise au Bas Moyen Age, t. 2, Les Hommes —la Noblesse, Louvain, 1960, notamment pp. 137-249. Cet auteur a bien montré comment les chevaliers, héritiers de ministeriales, ont acquis, au XIIIe siècle, la liberté et les privilèges attachés à celle-ci et comment les nobles se sont, à la même époque, fortement appauvris. Cette double évolution a bientôt amené ces deux classes sociales à se confondre, à s’amalgamer jusqu’à former une nouvelle aristocratie.

43 F. Vercauteren, Une parentèle dans la France du Nord..., dans Le Moyen Age, t. 69, 1963, p. 229 : c’est avec cette expression que cet auteur qualifie le milieu familial dont est issu Lambert de Watrelos. Ce clerc lettré appartenait à « une famille de chevaliers assez notable et assez fortunée mais qui n’a pas joué un rôle éminent dans l'histoire ».

44 Cfr la colonne 2 du tableau 10.

45 Au sujet du rapprochement du patriciat urbain et de la « nouvelle aristocratie » dans nos contrées, voir L. Genicot, L’Économie rurale..., t. 2, Les Hommes la Noblesse, pp. 172, 178, 225, 251 et sv. et A. Joris, La ville de Huy au moyen âge, pp. 373-377.

46 Histoire de Belgique, t. 1 in-4°, pp. 276-277.

47 Étude sur les ministeriales en Flandre et en Lotharingie, pp. 320-335.

48 Op. cit., pp. 137-249.

49 Voir les généalogies de familles chevaleresques et patriciennes établies par É. Poncelet, d’après le Miroir des Nobles de Jacques de Hemricourt et des documents diplomatiques ; elles sont éditées dans le t. 2 des oeuvres de ce chroniqueur. Cfr par exemple la généalogie des seigneurs de Haccourt et de leurs alliés les Polain de Wonck (p. 230) et celle des chevaliers de Langdris (p. 276). On peut aussi trouver des exemples dans le Namurois, cfr à ce sujet les généalogies établies par L. Genicot (op. cit., pp. 222-224) pour les lignages de Monceau, d’Otreppe et de Saint-Germain, ainsi que parmi le patriciat hutois, cfr à ce sujet A. Joris (op. cit., pp. 366-377) ; ce dernier historien a montré comment des patriciens « ont acquis des manoirs où ils résident à l’instar des nobles » et parfois « des seigneuries entières comprenant la justice, la terre et les cens ».

50 Cfr par exemple la famille d’Éverlin de Fooz, abbé de Saint-Laurent (no 21 +) qui était le fils de Libert Suréal, seigneur de Dommartin et de Warfusée, membre de la ministérialité (Poncelet, Œuvres de J. de Hemricourt, t. 3, pp. 482-483).

51 Cfr par exemple la famille Osterrode ou Hosterode à Dînant (Ch. Méan, Les familles patriciennes de Dînant au Moyen Age, p. 141, qui compta deux gradués, Gérard et Jean (no 198 et 468), était issue de la ministérialité. Notons ici que les érudits considèrent à l’heure actuelle que les éléments d'origine ministérielle jouèrent un rôle primordial dans la formation du patriciat urbain (cfr Ph. Dollinger, L’apogée médiéval..., dans Histoire de l'Alsace, Toulouse, 1970, p. 119).

52 Il s’agit de familles comtales ou ducales : La Marck, Waldeck, Juliers, Dampierre, Isembourg, Sponheim, Lavegna...

53 Cfr le titre XVII De filiis presbyterum ordinandis vel non du livre I des décrétales de Grégoire IX (éd. Friedberg, pp. 135-142). Au sujet de la lutte constante de l’Église contre la transformation du clergé en caste héréditaire, voir les articles de P. MI Chaud-Quantin, Le vocabulaire des catégories sociales chez les canonistes et les moralistes du XIIIe siècle, dans Ordres et classes, éd. D. Roche et C.É. Labrousse, Paris, 1973, pp. 74-75 et de K. Bosl, Castes, ordres et classes en Allemagne, Ibidem, p. 17.

54 Cfr les notices no 142 et 280 consacrées à Francon de Gembloux et à Guillaume d’Heure, deux fils de clercs gradués. Voir aussi maître Simon de Herent (no 707) qui eut un fils apparemment non gradué.

55 Cfr la notice consacrée à maître André de Ferrières, qui s’illustra dans la défense des intérêts des bourgeois de Liège contre Adolphe de La Marck (no 16). Les autres fils de prêtres sont Guillaume Paris (no 290), Pierre Berre (no 622), Gilles Benjamin de Vodecée (no 228) et Gilles de Lobbes (no 222), mais l’annexe au répertoire des maîtres, docteurs et physici contient aussi plusieurs notices consacrées à des fils de prêtres, cfr les no 761, 773, 775, 779, 787, 789, 792.

56 Le sous-titre est Étudiants nobles aux universités d’Avignon, Cahors, Montpellier et Toulouse (fin du XIVe siècle) ; cette étude a paru dans La noblesse au Moyen Age, XIe-XVe siècles. Essais à la mémoire de Robert Boutruche, Paris, 1976, pp. 289-313.

57 J. Verger, op. cit., pp. 291-292.

58 J. Verger, op. cit., p. 293 : tableau.

59 Je ne puis évidemment reproduire tout le tableau statistique très précis d’ailleurs de J. Verger. Voici quelques pourcentages élevés d’étudiants nobles par province ecclésiastique : Vienne 9, 41 ; Lyon 7, 88 ; Tarentaine 7. 69 ; Besançon 8, 65. Pour l'Allemagne et l’Europe orientale, il relève 5,66 % de nobles et pour l’Italie 18,18 %. Par contre, on relèvera quelques provinces ecclésiastiques dont sont originaires peu d’étudiants nobles : Reims 1,68 % ; Rouen 0,78 % ; Bordeaux 2,71 % ; Auch 3,5 % et Narbonne 2,58 %.

60 J. Verger, op. cit., p. 295.

61 J. Verger, op. cit., p. 296.

62 Cfr supra les notes 4 et 5, p. 147.

63 Cfr à ce sujet Ph. Dollinger, Les villes allemandes au Moyen Age, les groupements sociaux, pp. 385-386 : c’est individuellement et non collectivement que les patriciens accèdent à la noblesse. J’ai cité plus haut des exemples d’assimilation de patriciens aux nobles dans nos contrées, cfr notes 49-50, p. 159.

64 Ph. Dollinger, Le patriciat des villes du Rhin supérieur et ses dissensions internes dans la première moitié du XIVe siècle, dans Revue suisse d’histoire, t. 3, 1953, pp. 248-258.

65 J. Verger, op. cit., pp. 291-292.

66 Nouvelle aristocratie (12, 3), patriciat (9, 3) et grande noblesse (2, 8) : cfr tableau 10, p. 158.

67 J. Verger, op. cit., p. 295.

68 Cfr notice no 19.

69 Cfr notice no 63.

70 Cfr notice no 663.

71 Cfr notice no 349.

72 Cfr notice no 386.

73 Cfr notice no 504.

74 Cfr notice no 468.

75 Cfr notice no 279.

76 Cfr notice no 280.

77 Cfr notice no 184.

78 Cfr notice no 185.

79 Cfr notice no 27.

80 Cfr notice no 620.

81 Cfr notice no 442.

82 Cfr notice no 189.

83 Cfr notice no 458.

84 Cfr notice no 630.

85 Cfr notice no 377.

86 Cfr notice no 591.

87 Cfr notice no 250.

88 Cfr notice no 712.

89 Cfr notice no 680.

90 Cfr notice no 66.

91 Cfr notice no 167. Maître Albert de Warneffe (notice no 10) appartient sans doute à la même famille.

92 Cfr notice no 128.

93 Cfr notice no 437.

94 Cfr notice no 691.

95 Cfr notice no 15.

96 Cfr notice no 143.

97 F. Vercauteren a étudié ce lignage dans l’article qu’il a consacré à Henri de Jodoigne (cfr spécialement pp. 452-461) ; notons cependant que cet auteur n’a pas pu rattacher avec certitude le chirurgien Baudouin (notice no 67) à cette famille chevaleresque hesbignonne. J’ai donc indiqué deux chiffres hypothétiques pour le nombre d’universitaires issus du lignage des « de Jodoigne ».

98 Cfr notices no 194, 331, 332, 474, 475, 708 et 709.

99 Cfr notices no 5 et 114.

100 Une autre famille comtale de l’ouest de l’Empire, celle de Sponheim (cfr J.G. Lehmann, Die Grafschaft und die Graven von Sponheim, Kreuznach, 1869 : le territoire dominé par cette famille était situé entre Trèves, Worms et Mayence) compta deux de ses membres parmi les universitaires du diocèse de Liège : Émichon, archidiacre de Brabant de 1299 à 1324, et Henri, prévôt de Notre-Dame d’Aix de 1343 à 1346, avaient tous deux étudié à Bologne (cfr notices no 112 et 352).

101 Cfr notice no 125.

102 Cfr A. Van Der Rest. La noblesse en Brabant, Mémoire de licence, Louvain, 1959, p. 50.

103 Cfr la notice no 75+, ainsi que les pp. 00 et sv., 000 et sv.

104 Il est traité dans la même notice que son oncle.

105 Cfr R. Feenstra, Flores utriusque iuris..., dans R.H.D., t. 31, 1963, pp. 488-494.

106 Cfr les notices no 133 et 467.

107 Cfr les notices no 38, 692 et 364.

108 Cfr notices no 353 et 77.

109 Cfr notices no 628 et 682.

110 Cfr notices no 419 et 584.

111 Cfr notices no 427 et 428.

112 Cfr notice no 429.

113 Cfr notices no 198 et 468.

114 Cfr notices no 182 et 315.

115 Cfr notices no 464, 329 et 707.

116 Voir aussi le cas des Barré. Maître Gérard Barré, fils d’un échevin de Liège, était licencié en droit civil. A sa mort, son neveu Fastré, qui n'était pas gradué, hérita de ses bénéfices. Cfr notices no31 et 181.

117 Cfr notice no 226.

118 Cfr J. De Theux, 1, p. 252 et 2, pp. 34-35 (cet auteur confond visiblement les deux Gilles) et De Borman, Bayot et Poncelet, Œuvres de J. de Hemricourt, t. 1. pp. 310-313 ; t. 2, pp. 377-379 : Gilles fut au XIVe siècle vice-doyen du chapitre cathédral.

119 Cfr C. de borman, Les échevins de Liège, 1. pp. 75-76, 100 : Gilles des Canges, le frère des maîtres Jean et Jean Gillard des Canges, épousa Catherine Surlet, la sœur de maître Gilles Surlet (cfr les notices no 427, 428 et 226) ; maître Jean Gillard junior (no 429) était le fils de ces deux époux.

120 Cfr les notes no 113 et 114.

121 Cfr notice no 108.

122 Cfr notice no 166.

123 J. Le Goff, Les intellectuels au moyen âge, Paris, 1957, p. 147. Au sujet des difficultés rencontrées par les étudiants moins favorisés au point de vue matériel, cfr infra, p. 173. Voir aussi l’analyse de l’influence de l’origine sociale sur le choix de la spécialité, pp. 185-187.

124 J. Le Goff, op. cit., p. 139. H. De Ridder-Symoens a présenté au congrès international de Louvain sur les Universités à la fin du Moyen Age, en mai 1975, une communication traitant en partie des origines sociales des étudiants de la nation germanique d’Orléans entre 1444 et 1546. Cette étude n’est pas encore publiée, mais il ressort de mes notes qu’à cette époque, Orléans doit être considéré comme un studium aristocratique, fréquenté surtout par des fils de la haute noblesse, par des clercs issus de la petite noblesse et du patriciat urbain. Au même colloque, Guy F. Lytle a étudié les origines sociales des membres du New College d’Oxford. Il a pu déterminer que les étudiants d’origine bourgeoise n’y furent, entre 1390 et 1450, que 165 sur 1053.

125 Cfr par exemple les notices no 197, 214 et 217.

126 Cfr notice no 47.

127 Cfr notice no 263.

128 Cfr notice no 109.

129 Cfr notice no 528.

130 Cfr notice no 56.

131 Cfr notice no 585.

132 Cfr notice no 204.

133 Cfr notice no 425.

134 Cfr notice no 699.

135 Cfr F.L. Ganshof, Étude sur les ministeriales en Flandre et en Lotharingie, Bruxelles, 1924, appendice 1 : Les « Homines de casa Dei » du très ancien droit liégeois, pp. 380 et sv.

136 Cfr notice no 507.

137 Cfr notice no 9.

138 Cfr notice no 126.

139 Cfr notice no 60.

140 Cfr notices no 141 et 142.

141 Cfr notice no 158

142 Cfr notice no 456.

143 Cfr notice no 292.

144 Cfr notice no 603.

145 Voir à ce sujet le tableau 25, pp. 233-234.

146 Cfr pp. 219-239.

147 Seule l’Université de Padoue, née en 1222 d’une sécession d’étudiants bolonais, fut reconnue presque immédiatement par l’autorité. À Orléans, de même qu’à Angers, les débuts de l’enseignement en 1229 coïncident avec l’interdiction d’Honorius III d’expliquer le droit civil à Paris ; le studium de Cambridge naquit, lui, d’une sécession d’Oxford en 1208.

148 À l’époque, le roi de Castille et de Léon prétendait encore exercer l’autorité impériale sur omnes Ispanae nationes, mais cette autorité était plus que contestée, cfr R. Folz, L’idée d'Empire en Occident du Ve au XIVe siècle, Paris, 1953, pp. 64-69 et la discussion qui suivit une communication de C. Sanchez Albornoz, Conséquence de la reconquête et du repeuplement sur les institutions féodo-vassaliques de Léon et de Castille qui a paru dans les Annales du Midi, t. 80, 1968, pp. 374-375 (en particulier les interventions de M. Lacarra).

149 En Espagne, on assista également à la fondation, avant 1250, d’une université à Valladolid, mais cette institution, de même que celle de Palencia, n’a jamais joui que d’un recrutement régional ; cfr V. Beltran de Heredia, Los origines de la Universidad de Salamanca, Salamanque, 1953, pour l’histoire des origines des universités espagnoles.

150 C’est vers quatorze ou quinze ans que les jeunes gens entraient à la faculté des arts, mais il leur arrivait de résider dans les collèges universitaires dès leur plus jeune âge : huit ans. Cfr à ce sujet les livres de J. Destrez, La « Pecia » dans les manuscrits universitaires, pp. 17-43 et de I. Hajnal, L’enseignement de l’écriture aux universités médiévales, Budapest, 1954, ainsi que les articles de A L. Gabriel, Preparatory Teaching in the Parisian Colleges during the Fourteenth Century, dans Revue de l'Université d’Ottawa, t. 21, 1951, pp. 449-483 ; I. Hajnal, A propos de l’enseignement de l'écriture dans les universités médiévales, dans Scriptorium, t. 11, 1957, pp. 3-28.

151 Les intellectuels qui enseignent dans un studium generale étaient privilégiés par l’Église, puisqu’ils pouvaient jouir de bénéfices, souvent dans leur région d’origine, sans être astreints à la résidence. Voir, à titre d’exemple, l'indult de Jean XXII daté du 20 novembre 1333 (J. Calmette, Cartulaire de l’université de Montpellier, t. 1, pp. 289-291, no 59) qui accordait aux membres de l’université de Montpellier le droit de percevoir les revenus de leurs bénéfices pendant cinq ans sans être astreints à la résidence. Des Liégeois enseignaient à la faculté des arts de Paris et à la faculté de droit d’Orléans, cfr supra les notes 13-15 p. 151, ainsi que la notice no 432.

152 L. Martines (Lawyers and Statecraft in Renaissance Florence, Princeton, 1968, p. 90) cite l’exemple d’un jeune florentin de la fin du XVe siècle qui dépense plus de 500 ducats pour l’obtention de son doctorat en droit Voir aussi l’étude de J. Le Goff, Dépenses universitaires à Padoue au XVe siècle, rééd. dans Pour un autre Moyen Age : temps, travail et culture en Occident, Paris, 1977, pp. 147-161.

153 J. Le Goff, Les intellectuels au moyen âge, pp. 139 et sv.

154 Cfr C. Tihon, Les expectatives « in forma pauperum », dans B.I.H.B.R., t. 5, 1925, pp. 51-95 : était considéré comme pauvre, le clerc, dont les revenus patrimoniaux joints à ceux des bénéfices qu’il possédait, n’étaient pas suffisants pour lui permettre de vivre convenablement.

155 Cfr J. Verger, Noblesse et savoir..., pp. 300-302.

156 On sait que dans la seconde moitié du XIVe siècle, les magni nobiles étaient assimilés aux licenciés et les nobiles de militari genere aux bacheliers, si bien que les uns et les autres pouvaient solliciter des bénéfices beaucoup plus lucratifs et obtenir des expectatives plus rapidement que de simples étudiants (cfr à ce sujet, l’édition par E. Von Ottenthal, Die päpstlichen, Kanzleiregeln.... Innsbruck, 1888, des règlements d’Urbain V, par. 11, p. 16 et de Grégoire XI, par. 53, pp. 33-34). Quant à l’équivalence entre les titres universitaires et la qualité de noble, elle a notamment été étudiée par A. Visconti, De nobilitate doctorum legentium in studiis generalibus, dans Studi di Storia e Diritto in onore di E. Besta, t. 3, Storia e Diritto, Milan, 1939, pp. 221-241.

157 Sur l’enseignement de la théologie à la curie pontificale, cfr Guillemain, La curie pontificale..., pp. 382-391. La faculté de théologie de Bologne fut fondée en 1364 et celle de Toulouse en 1362.

158 Une bonne bibliographie concernant les facultés de droit et leur enseignement est fournie par l’ouvrage de H. Coing, Handbuch der Quellen und Literatur derneueren europäischen Privatrechtgeschichte, t. I, Mittelalter, Munich, 1975.

159 Par contre, quand les actes traitant de l’organisation interne des nations sont conservés, on possède alors heureusement un plus grand nombre de renseignements sur les étudiants. C’est le cas pour la nation germanique de Bologne à partir de la fin du XIIIe siècle, cfr l’édition de E. Friedlaender et C. Malagola, Acta Nationis Germanicae Universitatis Bononiensis, Berlin, 1887.

160 Au sujet des registres de suppliques, voir B. Katterbach, Inventario dei Registri delle Suppliche, Cité du Vatican, 1932. C’est D. Watt (University Clerks and Rolls of Petitions for Benefices, dans Speculum, t. 34, 1959, pp. 213-229) qui a prouvé que les premiers rotuli universitaires dataient de 1317.

161 Cfr la colonne 2 du tableau 11, p. 175.

162 Il s'agit de trois nobles limousins de la famille Aubert : Audouin (no 50), Arnaud (no 22) et Étienne (no 119).

163 Dont deux, Bertrand de Deaux (no 78) et Hugues Garrel (no 363), originaires des environs de cette ville universitaire.

164 Cfr supra note 152, p. 172.

165 Cfr C. Tihon, Les expectatives « in forma pauperum », pp. 71-74.

166 Une des meilleures preuves de ce fait est sans doute la constatation qu’a faite J. Verger (Le rôle social de l’université d’Avignon au XVe siècle, pp. 489-504) de la perte d’éclat de cette institution d’enseignement supérieur au XVe siècle, quand la papauté résida à nouveau en Italie. Sur les débuts du studium d’Avignon, voir A. Gouron, Note sur les origines de l’université d’Avignon, dans Études offertes à Jean Macqueron, Aix-en-Provence, 1970, pp. 361-366.

167 A. Gouron, Juristes originaires des Pays-Bas à l’université de Montpellier au Moyen Age, dans R.H.D., t. 37, 1969, pp. 515-528.

168 M. Fournier, dans un article intitulé La Nation allemande à l’université d’Orléans au XIVe siècle (dans R.H.D. fr. et étr., t. 12, 1888, pp. 386-431), a montré que les étudiants allemands formaient déjà une association active durant la première moitié du XIVe siècle, mais cet auteur cite en fait très peu de noms de gradués impériaux. Notons qu’un docteur originaire du diocèse de Liège, Alain de Vaux, y enseignait le droit civil en 1301 (cfr notice no 749). Au sujet de la population étudiante d’Orléans à la fin du moyen âge, il vaut mieux se reporter à l’édition du Premier livre des Procurateurs de la nation germanique de l’ancienne université d’Orléans, 1444-1546, par C.M. Ridderikhoff et H. De Ridder-Symoens, Leyde, 1971, qui déclasse évidemment l’ancienne étude de J. Van Kuyk, Lijst der Nederlanden Studenten te Orléans (1444-1602), dans Bijdragen en Mededeelingen van het Historisch Genootschap te Utrecht, t. 34, 1913, pp. 293-349) ; on peut aussi consulter un article d’une des éditrices qui est consacré en partie aux étudiants Orléanais ayant fait carrière à l’abbaye de Tongerloo (H. De Ridder-Symoens et L. Milis, Tongerloo en zijn Studenten op het keerpunt van de middeleeuwen en de moderne tijden, dans Ons Geestelijk Erf, t. 44, 1970, pp. 405-431 et t. 45, 1971, pp. 290-332). Notons cependant qu’avant les recherches citées supra, R. Feenstra (Influence de l’enseignement du droit romain sur les nations étrangères, dans Actes du Congrès sur l'ancienne université d’Orléans, Orléans, 1962, pp. 59 et sv.) avait déjà montré l’influence de cette université sur les juristes de nos contrées. On sait en tout cas qu’entre 1444 et 1546, 18 % des étudiants de la nation germanique d’Orléans sont originaires du diocèse de Liège.

169 A Paris, les clercs originaires du diocèse de Liège se répartissent entre la nation picarde et la nation anglaise, selon la langue qu’ils parlent. Voir à ce sujet les éditions de Ch. Samaran et É Van Moe, Liber procuratorum nationis Picardiae, 1476-1484, dans Auctarium Chartularii Universitatis Parisiensis, t. 4, Paris, 1938 ; H. Denifle, É. Chatelain, Ch. Samaran et É. Van Moe, Liber procuratorum nationis Anglicanae (Alemanniae) in Universitate Parisiensis, 1333-1492, dans Auct. Chart. Univ. Paris., t. 1-3, Paris, 1935-1937 et A.L. Gabriel et G.C. Boyce, Liber receptorum nationis Alemanniae, 1425-1494, dans Auct. Chart. Univ. Paris., t. 6, Paris, 1964, ainsi que l’étude qu’un de ses éditeurs, G.C. Boyce, a consacrée à la nation anglo-germanique (The English-German Nation in the University of Paris, Bruges, 1927).

170 Voir à ce sujet le Chartularium Studii Bononiensis, ainsi que l’index biographique des Acta Nationis Germanicae Universitatis Bononiensis que G. Knod a établi [Deutsche Studenten in Bologna (1289-1562), Berlin, 1899], Dans ces sources et index, avant 1350, j’ai repéré quatorze universitaires qui ont fait ensuite carrière dans le diocèse de Liège mais, après cette date, les mentions de Liégeois au sens où on l’entend dans ce travail, augmentent de façon très sensible. R.C. Van Caenegem (Le droit romain en Belgique..., pp. 22-23) a fait la même constatation pour les juristes originaires des territoires belges. J’ajouterai enfin que P. Kibre (The Nations in the Medioeval Universities, Cambridge (Mass.), 1948, pp. 9-11) a signalé qu’en 1432, on avait créé à Bologne une nation séparée pour les Flamands, qui appartenaient jusqu’alors à la nation allemande. Ce fait montre à suffisance que nombre d’étudiants de nos contrées fréquentaient encore l’université de Bologne au milieu du XVe siècle.

171 Cfr p. 179 : tableau 12, colonne 2.

172 Tongerloo en zijn Studenten..., dans Ons Geestelijk Erf, t. 44, 1970, pp. 405-431 et t. 45, 1971, pp. 290-332.

173 Monastère prémontré situé dans le duché de Brabant et relevant de la juridiction ordinaire de Cambrai.

174 Voir pp. 188-192.

175 On sait que la pratique de la médecine et surtout de la chirurgie était interdite aux clercs depuis 1215 (cfr Conciliorum œcumenicorum decreta, p. 220).

176 Voir à ce sujet les pp. 324-325.

177 Aux quarante-quatre civilistes connus, il convient évidemment d'ajouter les dix-neuf docteurs utriusque iuris, qui ont étudié les droits civil et canon, pour obtenir le nombre de soixante-trois.

178 Cfr la notice no 449.

179 Cfr la notice no 361.

180 Il s’agit de Louis Heiligen (no 559), Lévold de Northof (no 555) et de Jean de Nocera (no 498).

181 Cfr note no 157, p. 173.

182 Dans R.H.D., t. 37, 1969, pp. 515-528, spécial. p. 525.

183 Au sujet des rivalités entre les écoles de sciences naturelles de Paris et de Montpellier au XIVe siècle, il est intéressant de remarquer que maître Simon du Château de Couvin, canoniste formé à Paris mais très au fait des théories médicales parisiennes, se moque ouvertement des médecins montpelliérains dans le poème qu’il a consacré à la peste de 1348. Cfr à ce sujet mon article Un témoin de la grande peste : maître Simon de Couvin, pp. 291-292.

184 C’est le cas de Waléran de Juliers (no 741) et de Jean de Hocsem (no 467).

185 C est le futur cardinal Bertrand de Deaux qui étudia les droits canon et civil à Paris et à Montpellier (cfr notice no 78). Notons ici que A. Gouron, (Juristes originaires des Pays-Bas à Montpellier, pp. 524-525) signale pourtant que cette école juridique était surtout recherchée pour l'étude du droit canonique.

186 L’évêque Adolphe de La Marck étudia les droits canon et civil à Bologne et à Orléans (cfr notice no 5). On sait que son neveu Evrard fréquenta lui aussi le studium d’Orléans (cfr notice no 125), mais c’est à Montpellier qu’A. Gouron (op. cit., p. 519) a repéré ses petits-neveux entre 1354 et 1362.

187 Cfr notice no 701.

188 Il avait même été, en 1345, recteur des Ultramontains étudiant dans la cité bolonaise.

189 Cfr notice no 407.

190 Pour les autres classes, les données sont connues pour des pourcentages variant de 38 à 60 %.

191 17,9 % des gradués sont issus de cette classe sociale.

192 Jean de Bruxelles (notice no 425) étudia au collège Saint-Bernard à Paris, tandis qu’Arnould de Liège (notice no 40) et Gérard de Reims (notice no 200) séjournèrent au couvent dominicain de Paris.

193 Cfr infra, note 217 p. 192.

194 Cfr les notices no 67, 252, 335, 355 et 402. Au sujet de l’interdiction faite aux clercs de faire couler le sang, en 1215 au IVe Concile de Latran, voir Conciliorum œcumenicorum decreta, p. 220.

195 Cfr les notices no 16, 126 et 475.

196 Cfr les notices no 158, 329, 463, 573, 617 et 697.

197 Cfr J. Le Goff, Les intellectuels au moyen âge..., p. 145.

198 Cfr les notices no 355 et 402.

199 Cfr la notice no 252.

200 Cfr les notices no 16, 126, 158 et 475 : André de Ferrières, Gauthier de Hannut, Jean de Jodoigne et Éverard de Louvain.

201 André de Ferrières, civis Leodiensis, fils de prêtre et licencié dans l’un et l’autre droit, reçut le 15 mai 1330 du pape Jean XXII une dispense pour accéder à tous les différents fonctions et honneurs séculiers : Fayen, Jean XXII, 2, p. 403, no 2747.

202 Cfr supra, p. 160, ainsi que les notices no 761, 773, 775, 779, 787, 789 et 792 de l’annexe au répertoire des maîtres.

203 Cfr la notice no 608.

204 Cfr la notice no 135.

205 Cfr à ce sujet G. Kurth, La cité de Liège, t. 2, pp. 21-28 et 72 ; Id., Liège et la cour de Rome, p. 12 ; F. Vercauteren, Luttes sociales à Liège, p. 86 et J. Lejeune, Liège et son pays..., pp. 350-356 : il s’agit de l’opposition de deux souverainetés, celle du prince, du maïeur et des échevins d’une part, et celle des maîtres et jurés d'autre part.

206 Hocsem, éd. Kurth, pp. 192-193.

207 Cfr spécialement la lettre rédigée par Hocsem au nom du chapitre cathédral et adressée au cardinal Bertrand de Montfavès, doyen de Saint-Lambert à Liège (notice no 80).

208 Fayen, Jean XXII, 2, p. 390 no 2715. C’est peu après qu'il obtint du même pape la dispense analysée à la note 201 p. 189.

209 Cfr la notice no 158.

210 C.S.L., t. 2, pp. 377-380 no 753.

211 Paris, 1964, pp. 27-28.

212 R. Fédou, Les hommes de loi lyonnais..., pp. 29 et sv.

213 H. De Radiguès, Les échevins de Namur, pp. 33-34.

214 M. Tits, Les échevins de Louvain, p. 364.

215 R.C. Van Caenegem, Le droit romain en Belgique, p. 9.

216 Cfr la notice no 573.

217 Le nombre d’avocats laïques était probablement en réalité plus élevé, mais il n’a pas été possible de faire la preuve du non engagement dans les ordres pour d’autres avocats. Voir cependant les cas d’Henri de Gembloux (no 325), de Guillaume de Saint-Jacques (no 292), d’Eustache de Villers (no 124) et de Bastien de la Sauvenière (no 60). Cfr aussi le tableau 25 pp. 233-234.

Table des illustrations

Titre CARTE III. Origine géographique des gradués, 1200-1350
Légende Carte III établie d'après Westermanns Atlas zur Weltgeschichte, t. 2, 1968, pp. 58, 66, 88.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5982/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau 13. Analyse des rapports entre la nature et le lieu des études
Légende * Nombre d’étudiants connus comme ayant fréquenté chaque université.** Nombre d’étudiants de chaque université pour qui la spécialité entreprise a pu être déterminée.***Y compris les étudiants en théologie de l’école de la curie pontificale.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5982/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 14. Influence de l’origine sociale sur le déroulement des études des gradués liégeois
Légende * Nombre de gradués repérés pour cette classe sociale.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5982/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

© Presses universitaires de Liège, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search