Version classiqueVersion mobile

Le monde des maîtres universitaires du diocèse de Liège 1140-1350

 | 
Christine Renardy

Deuxième partie. Les maîtres liégeois aux XIIIe et XIVe siècles

Les maîtres liégeois aux XIIIe et XIVe siècles

Texte intégral

1Il n'est pas possible d’entreprendre une étude sur les origines tant géographique que sociale et scolaire, ainsi que sur la répartition dans un grand nombre d’établissements religieux, des membres d’un groupe social important sans recourir à une méthode quantitative. Le relevé statistique des gradués qui ont détenu une prébende, résidé ou exercé une profession quelconque sur le territoire du diocèse de Liège entre 1200 et 1350, a évidemment été complété par des considérations analytiques et des données extraites de différents travaux des historiens des universités, des ordres religieux et des églises liégeoises.

2Voici les bases de calcul qui ont servi à l’élaboration des différents tableaux statistiques que l’on trouvera dans la suite de l’exposé. Le Répertoire des maîtres, docteurs et « physici » du diocèse de Liège contient sept cent quarante-huit notices biographiques, y compris celles concernant des gradués du XIIe siècle ou qui ne sont que de simples renvois. Après l’élimination de ces dernières, on obtient le chiffre de sept cents, qui a donc été considéré comme le nombre total de gradués liégeois, au sens où on l’entend dans ce travail.

  • 1 On possède peu de renseignements sur le nombre exact d’universitaires des XIIIe et XIVe siècles. D (...)

3Ce nombre sept cents est, à mon avis, légèrement supérieur à la réalité, mais il n’a pas été possible d’approcher davantage celle-ci. Certains gradués sont identifiés par leur seul prénom et par une unique mention. Rien n’empêche évidemment de penser qu’ils puissent être cités une autre fois plusieurs années, voire plusieurs décennies plus tard, peut-être avec un patronyme et dans un lieu différents. Cependant, comme très souvent, aucun élément ne vient étayer de telles hypothèses, les mentions isolées de gradués portant le même prénom n’ont pu être regroupées. Le classement de ces citations sous une seule et même rubrique a été effectué seulement quand il existait des preuves formelles d’identité. Une conséquence de cette attitude prudente a sans doute été l’augmentation de quelques unités du nombre total des gradués liégeois1

  • 2 Cfr p. 101.
  • 3 Voir à ce sujet le graphique reproduit ci-contre. En abscisse, on a indiqué les vingt-deux décenni (...)

4Il convient assurément d’étudier la répartition chronologique de ces sept cents universitaires repérés entre 1200 et 1350. C’est pourquoi un graphique illustrant le nombre de gradués cités pour la première fois, durant chacune des décennies comprises dans le cadre chronologique de cette étude, a été réalisé. Afin que l'on puisse plus aisément se rendre compte de l’évolution générale, le graphique déjà présenté dans la première partie2 a été reproduit à nouveau ici et une droite de tendance (– 4/59) a été calculée pour les années 1140-13403.

5La décennie 1341-1350 a été exclue de cette régression linéaire, car sa prise en considération aurait nettement faussé l’observation, et cela à cause d’un problème documentaire. C’est, en effet, à partir de 1342 que les rotuli universitaires ont été conservés et que notre connaissance des clientèles estudiantines s’améliora nettement. Il y a donc à ce moment un important changement de perspective. J’ai dès lors préféré n’établir la droite de tendance que pour les années où les maîtres étaient en très grande majorité repérés à l’aide des documents liégeois : actes de la pratique, obituaires, sources narratives, recueils d’épitaphes...

6Entre 1140 et 1350, le nombre de maîtres repérés pour chacune des décennies connaît une augmentation pratiquement constante. Différents paliers peuvent néanmoins être mis en évidence. Alors que, pour les années 1191-1200, seulement neuf clercs pourvus de titres académiques sont connus, durant la première moitié du XIIIe siècle, la moyenne par décennie sera de trente et un gradués, durant la seconde moitié, la moyenne passera déjà à quarante-cinq et durant les quarante années du début du siècle suivant à quarante-neuf et demi.

Graphique No 2. Évolution du nombre de gradués de 1140 à 1350.

Graphique No 2. Évolution du nombre de gradués de 1140 à 1350.

Notes

1 On possède peu de renseignements sur le nombre exact d’universitaires des XIIIe et XIVe siècles. Dans un article intitulé Le recrutement géographique des universités françaises (dans Mélanges d'archéologie et d'histoire de l'École fr. de Rome, t. 82, 1970, pp. 855-902), Jacques Verger a seulement repéré, dans les universités françaises pendant l’année 1403, neuf étudiants originaires du diocèse de Liège. Le nombre apparaît comme très peu élevé. Il est vrai que cette étude statistique est réalisée durant la période troublée du schisme et uniquement à l’aide des registres des suppliques adressées à Benoît XIII. Malgré le ralliement personnel de l’évêque Jean de Bavière à ce pape avignonnais de 1399 à 1404, une partie importante du clergé liégeois était restée urbaniste et fidèle à Boniface IX. Cfr à ce sujet J. Lejeune, Liège et Bourgogne, Introduction historique, Liège, 1968, pp. 15-25.

2 Cfr p. 101.

3 Voir à ce sujet le graphique reproduit ci-contre. En abscisse, on a indiqué les vingt-deux décennies du cadre chronologique retenu et, en ordonnée, le nombre de gradués cités pour la première fois durant chacune des décennies : 1131-1140 = 2, 1141-1150 = 2, 1151-1160 = 2, 1161-1170 = 2, 1171-1180 = 4, 1181-1190 = 8, 1191-1200 = 9, 1201-1210 = 22, 1211-1220 = 23, 1221-1230 = 32, 1231-1240 = 27, 1241-1250 = 49, 1251-1260 = 46, 1261-1270 = 43, 1271-1280 = 49, 1281-1290 = 42, 1291-1300 = 47, 1301-1310 = 45, 1311-1320 = 50, 1321-1330 = 53, 1331-1340 = 50, 1341-1350 = 109.

Table des illustrations

Titre Graphique No 2. Évolution du nombre de gradués de 1140 à 1350.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5979/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

© Presses universitaires de Liège, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search