Version classiqueVersion mobile

Le monde des maîtres universitaires du diocèse de Liège 1140-1350

 | 
Christine Renardy

Première partie. Les problèmes du XIIe siècle

Conclusion. Influence des gradués sur la société du XIIe siècle et du début du XIIIe siècle

Texte intégral

Dans l'Église même, le renouveau urbain accusa le divorce, un moment dissimulé, entre les sociétés monastiques, dont toutes les structures s’accordaient à la ruralité, et l'effervescence qui, autour des cathédrales, animait l’Église séculière et faisaient d’un grand nombre de clercs les conquérants d’un âge nouveau.
G. Duby

1L’influence des intellectuels sur la société du XIIe siècle a déjà fait l’objet des recherches de plusieurs auteurs, qui tous ont utilisé des cheminements différents pour réaliser leur étude.

  • 1 The Becket Conflict and the Schools. A Study of Intellectuals in Politics in the Twelfth Century, (...)
  • 2 Masters, Princes and Merchants. The social Views of Peter the Chanter and his Circle, t. 1-2, Prin (...)

2C’est dans le cadre du conflit qui opposa Henri II Plantagenet à Thomas Becket que Béryl Smalley1 a envisagé les conceptions politiques des intellectuels qui intervinrent dans cette lutte : Robert de Melun, évêque de Hereford, Herbert de Bosham, Jean de Salisbury et Alexandre III. Quant à John W. Baldwin2, il a mis en évidence les vues sociales du maître parisien Pierre le Chantre, ainsi que celles, très proches, de ses disciples et amis, qui sont notamment Robert de Courson, légat pontifical dans le royaume de France au temps de Philippe-Auguste, Étienne Langton, archevêque de Canterbury, qui s’opposa au roi Jean sans Terre pour la défense des libertés de l’Église d’Angleterre, et Jacques de Vitry, le prédicateur liégeois. On peut dire que ces clercs se sont intéressés au comportement chrétien dans la société de leur temps et estimaient avoir une importante mission d’éducation et d’enseignement à remplir, vis-à-vis aussi bien du clergé que des laïcs.

  • 3 Dans Archiv für Kulturgeschichte, t. 48, 1966, pp. 155-180.

3Dans un article étoffé et intitulé Die Hohen Schulen und die Gesellschaft im 12. Jahrhundert, P. Classen3 s’est surtout intéressé aux grandes figures intellectuelles du XIIe siècle (Abélard, Hugues de Saint-Victor, Bernard de Chartres, Jean de Salisbury, Pierre de Blois) et à l’idée que celles-ci se faisaient de la société. Néanmoins, le rôle joué par les théologiens et, dans une moindre mesure, les canonistes dans l’entourage des papes Eugène III, Adrien IV et Alexandre III est également souligné ; de même, la réussite de certains magistri, — tels Pierre Lombard, évêque de Paris, Robert de Melun, évêque d’Hereford, Gilbert de la Porrée, évêque de Poitiers et Albéric de Reims, archevêque de Bourges, — est mise en évidence.

4On le voit, P. Classen ne s’est limité, pour cette étude, ni dans l’espace ni dans le temps. Mes préoccupations sont plus restreintes, puisqu’elles sont bornées aux seuls gradués, qui ont vécu, détenu une prébende ou exercé une charge dans le diocèse de Liège avant 1200, et cela dans le but essentiel de montrer leur place dans la société et le rôle qu’ils ont pu exercer dans les limites de cette circonscription. Rappelons cependant ici que trois gradués du diocèse de Liège ont terminé leur carrière à la tête d’un évêché étranger (Conrad de Querfurt, évêque d’Hildesheim et de Wurtzbourg ; Héribert, archevêque de Besançon et légat impérial en Bourgogne ; Henri, évêque de Worms) et que Jacques de Vitry fut évêque de Saint-Jean d’Acre, avant de devenir cardinal-évêque de Tusculum.

  • 4 Die Entstehung des Juristenstandes im 12. Jahrhundert. Zur sozialen Stellung und politischen Bedeu (...)
  • 5 Paris, 1975.

5La remarquable étude que Johannes Fried4 a consacrée à YEntstehung des Juristenstandes im 12. Jahrhundert traite de la position sociale, ainsi que de l’influence politique des juristes enseignant à Bologne et à Modène, et se rapproche davantage de mes préoccupations. Bien que consacrée à des régions différentes politiquement et juridiquement du diocèse de Liège, cette recherche n’a pas été sans intérêt pour la conduite de mon analyse. Il convient enfin de signaler le livre intitulé Le gouvernement capétien au XIIe siècle, 1108-1180, dans lequel Eric Bournazel a essentiellement analysé les structures sociales et les mutations institutionnelles5. Cet auteur est notamment arrivé à la conclusion suivante : les légistes formés au droit romain, dont Louis VII s’était entouré, eurent une influence certaine sur la transformation du gouvernement royal durant la seconde moitié du XIIe siècle. C’est à eux que l’on doit, entre autres choses, la notion de couronne, symbole de la puissance et du pouvoir royal, qui fera fortune au XIIIe siècle.

***

6Dès la deuxième moitié du XIIe siècle, les évêques de Liège et les dignitaires ecclésiastiques, aussi bien que les princes temporels (Em pire, Brabant et Namur), eurent recours aux services des clercs gradués pour leurs travaux de chancellerie. Un maître travaillant de manière assidue à la confection des actes d’un représentant de l’autorité publique, était évidemment aussi associé à l’administration et au gouvernement des territoires soumis au prince dont il dépendait ; de même, il était parfois envoyé à l’étranger comme chargé de mission.

7Ainsi, vers 1175, Benoît de Saint-Jean, proche collaborateur de Raoul de Zähringen, négocia-t-il le mariage d’Imaine, soeur de Gérard (I) de Looz avec Godefroid (III) de Brabant. De même, un gradué, qui cité dès la fin du XIIe siècle sera plus tard protonotaire d’Henri (I) de Brabant, Renier de Hocsem, négociera, en 1222, au nom du duc avec le représentant de l'archevêque de Cologne. C’est sans nul doute pour leurs connaissances juridiques, leur sens de l’administration et des affaires, que les princes, se sont entourés, à partir de 1170 surtout, de clercs gradués, à qui ils confièrent des responsabilités et des missions d’importance.

  • 6 É. De Moreau, Villers, pp. 40-41 n° 25-26 (copie dans cart. Du XIVe siècle) ; voir au sujet de l’a (...)

8Voici quelques exemples qui regardent la juridiction ecclésiastique. Entre 1177 et 1195, l’archidiacre Albert de Rethel eut à son service quelque six gradués. Peu après, Thierry de Friesheim, doyen de Saint-Lambert et prévôt de Saint-André de Cologne, fut à plusieurs reprises désigné comme juge apostolique par les papes Célestin III et Innocent III. Au XIIIe siècle, Hugues de Pierrepont, lorsqu’il institua l’officialité dans son diocèse (en 1214 ou peu avant), eut recours aux services de Rabodon, clerc gradué ; mais, dès le 17 janvier 1180, un maître liégeois (Gérard d’Andenne) s’intitulait officialis d’Albert de Rethel, dominus prepositus et archydiaconus6.

  • 7 F. Vercauteren, Maître Benoît de Saint-Jean, pp. 42-44.

9Il semble donc que, même si cette délégation de pouvoir des juridictions épiscopale et archidiaconale fut l’oeuvre de l’autorité ecclésiastique, la personnalité des « universitaires » ne fut pas sans influence sur cette institution. Ce n’est pas un hasard, en effet, si les premiers ecclésiastiques à porter le titre d’official — épiscopal ou archidiaconal — sont justement des clercs qui ont fait des études supérieures. Ici aussi, les connaissances intellectuelles, le savoir-faire des magistri ont été appréciés à leur juste valeur. Tout comme d’autres dignitaires liégeois, — Henri de Leez, Alexandre II, Raoul de Zähringen et Albert de Louvain, — Hugues de Pierrepont et Albert de Rethel ont compris tout le parti qu’ils pouvaient tirer de collaborateurs compé tents. Déjà entre 1147 et 1155, Henri de Leez s’était fait représenter par maître Benoît de Saint-Jean dans une affaire qui se traitait entre, d’une part, l’abbé de Saint-Vaast d’Arras et, d’autre part, le comte de Looz et l’abbé de Saint-Trond7. De plus, entre le 22 avril et le 4 octobre 1164, l’évêque Alexandre II s’était attaché les services de maître Drogo avant même d’accéder au siège épiscopal de Liège, alors qu'il n’était encore que grand-prévôt et archidiacre.

10Très tôt donc dans le diocèse de Liège, l’autorité ecclésiastique a eu recours aux gradués non seulement pour assumer des fonctions de chancellerie ou de secrétariat, mais aussi pour assurer des missions de suppléance, au nom soit des archidiacres, soit de l’évêque lui-même.

  • 8 Exception faite pour un chapitre du livre de Y. Bongert (Recherches sur les cours laïques du Xe au (...)
  • 9 Voir pour la bibliographie du sujet dans l’Empire et en Suisse, l’ouvrage récent de M. Kobler, Das (...)
  • 10 Voir à ce sujet : A. Gouron, Le rôle social des juristes dans les villes méridionales au moyen âge (...)
  • 11 Ph. Godding, C.R. de l’ouvrage de M. Kobler, dans Revue d’Histoire du Droit, t. 38, 1970, pp. 593- (...)

11C’est probablement la totale confiance témoignée aux « universitaires » par les représentants de l’autorité ecclésiastique et les princes temporels qui a incité les parties de nombreux procès à demander aux gradués d’arbitrer, de régler à l’amiable, les litiges dans lesquels elles étaient impliquées. Les problèmes relatifs à l’arbitrage, dans nos contrées, n’ont pas encore été étudiés de manière systématique8 ; ce n’est pas le cas, par contre, pour de nombreuses régions de Suisse et d’Allemagne9. On constate une très grande uniformité de la procédure d’arbitrage dès le début du XIIIe siècle, et cela grâce à l’influence de l’Église. La compétence des arbitres choisis et la confiance qu’ils inspiraient à tous, rendaient souvent cette procédure plus rapide que les procès intentés devant les juridictions ordinaires10. Souvent même, notamment pour des conflits qui surviennent à l’intérieur d’une principauté, le pouvoir central n’a pas l’autorité suffisante pour imposer un jugement et préfère que les parties recourent à la procédure de l’arbitrage11.

  • 12 Cfr note 8 in fine, p. 133.
  • 13 J’ai mis ces faits en évidence dans un article intitulé Synodes, juridiction de la paix et cession (...)
  • 14 Voir mon article Synodes..., pp. 253-254.

12Le nombre d’ecclésiastiques susceptibles de trancher rapidement les conflits relatifs aux dîmes au nom de l’évêque et le recours à l’arbitrage mixte de la Paix en cas d’usurpation ont incontestablement facilité la mainmise des communautés sur les dîmes12 ; or, chez ces ecclésiastiques, on relève une forte proportion de clercs gradués. Parmi les arbitres qui interviennent dans les conflits au sujet de cessions de dîmes au XIIe et au début du XIIIe siècles, citons : Jacques de Vitry, Thierry de Friesheim, Rabodon. Par ailleurs, les maîtres liégeois n’hésitent pas à s’associer avec des arbitres laïcs pour trancher des conflits et jouent un rôle certain dans les synodes de la fin du XIIe et du début du XIIIe siècle13. Ainsi, par exemple, un acte de l’évêque Hugues de Pierrepont, daté de mai 1218 et terminant un conflit opposant l’évêque à l’abbaye d’Aywières au sujet d’une cession de dîme, paraît bien avoir été donné lors d’une assemblée mixte réunie à Liège (in sinodo generali). Parmi les participants à ce synode, on relève le nom de maître Thierry de Friesheim, ainsi que ceux de maîtres Herward, Pierre de Dînant, Adam de Namur, Baudouin de Vaux, quatre universitaires liégeois cités après 1200 ; l’évêque Hugues mentionne dans cet acte qu’il agit habito consilio prudentium virorum et eisdem approbantibus14.

13Les conflits au sujet de dîmes, opposant des églises à des laïcs, ne sont évidemment pas les seuls où interviennent des clercs gradués. Ceux-ci arbitrent ou accordent des consultations également dans des litiges opposant deux institutions ecclésiastiques au sujet de différents biens, revenus, droits... Les arbitres les plus recherchés sont évidemment aussi les plus renommés : Benoît et Gauthier de Saint-Jean, Raoul de Saint-Paul, Thierry de Friesheim, et bien sûr Jacques de Vitry.

  • 15 A. Joris, Notes sur la pénétration du droit savant..., pp. 195-197.

14Revenons ici sur l’importante consultation juridique accordée à l’abbaye de Saint-Hubert par des jurisperiti liégeois : Thierry, Winand et Gauthier. On a conservé le texte de l’avis hautement autorisé que ces trois gradués ont rédigé avec d’autres spécialistes qui n’apparaissent dans nos sources qu’au début du XIIIe siècle. A. Joris, suivant en cela P. Fournier, a signalé que les auteurs de ce document avaient utilisé le décret de Gratien et le Breviarium Extravagantium de Bernard de Pavie ; ces juristes connaissaient donc déjà ce dernier traité que le canoniste italien composa pourtant peu après 119115.

15Il ne s’agit pas, dans ce cas précis, d’un véritable arbitrage, mais les interventions des gradués du XIIe siècle, comme amicabilis compositor, sont fréquentes. Benoît et Gérard de Saint-Jean secondent, en 1162-1164, Philippe de Heinsberg, alors archidiacre de Campine, à qui Victor IV avait confié l’arbitrage d’un conflit opposant la prévôté de Meersen et l’abbaye de Saint-Remi de Reims. Un troisième ecclésiastique détenant un canonicat à Saint-Jean l’Évangéliste s’est illustré dans des missions d’arbitrage : Gauthier, ancien clerc d’Albert de Rethel, juriste renommé et fréquemment cité dans l’entourage d’Hugues de Pierrepont, fut choisi à deux reprises, en 1202 et en 1203, comme arbitre par l’abbaye de Floreffe, afin de mettre fin à des conflits qui opposaient cette église à des laïcs. De même, maître Raoul de Saint-Paul intervint en 1202 dans un conflit qui opposait l’abbaye de Saint-Laurent au prévôt d’incourt, au sujet de l’écolâtrie et des prébendes de ce chapitre brabançon et de leur juridiction respective ; l’affaire fut finalement portée devant le synode présidé par Hugues de Pierrepont.

  • 16 U. Berlière, Jacques de Vitry. Ses relations avec les abbayes d'Aywières et de Doorezeele, dans Re (...)

16Raoul de Saint-Paul, tout comme Gauthier de Saint-Jean d’ailleurs, est fréquemment cité comme témoin dans les actes de cet évêque qui, comme ses prédécesseurs, aimait s’entourer de clercs gradués ; mais la plupart des maîtres qui conseillèrent ce prélat ne sont cités pour la première fois qu’après 1200. Il convient néanmoins de mentionner ici celui qui fut sans doute le plus écouté d’entre eux. En 1213, maître Jacques de Vitry, alors chanoine régulier à Oignies, arbitra un conflit qui opposait l’abbaye d’Aywières à Yvan de Rèves au sujet de la dîme de Braine-l’Alleud ; on sait que ce théologien avait une prédilection pour cette institution de moniales cisterciennes, à qui il a fait de nombreuses donations16.

  • 17 Voir à ce sujet l’article que j’ai consacré au culte rendu à Thomas Becket dans le diocèse de Lièg (...)
  • 18 J.L. Kupper, Raoul de Zähringen..., pp. 51-65.
  • 19 Éd. Robertson, Materials for the History of Thomas..., t. 1, pp. 373-375 (B H L n° 8185).

17L’influence que certains clercs gradués du XIIe siècle ont pu avoir sur les formes de vie religieuse et sur la spiritualité dans le diocèse de Liège doit être analysée : Éverlin de Fooz et Jacques de Vitry sont, à ce point de vue, deux personnalités intéressantes. On doit certainement à l’abbé de Saint-Laurent d’avoir introduit très tôt dans le diocèse de Liège le culte de Thomas Becket, archevêque de Canterbury, qu’il a connu peu avant 1140 au Studium generale de Paris. On sait que ce clerc fut assassiné le 29 décembre 1170 et canonisé par Alexandre 111 le 21 février 1173. Ce souverain pontife se fit, pour des raisons politiques évidentes, le propagandiste acharné du culte du nouveau martyr17. À mon avis, Éverlin de Fooz n’a pas attendu la réconciliation en juillet 1177 de l’empereur Frédéric Barberousse avec le pape Alexandre18 pour inciter les Liégeois à vénérer la figure de l’archevêque anglais. Il ressort, en effet, d’un passage du récit des miracles opérés par Thomas après son décès, que Guillaume, moine de Canterbury, rédigea avant juin 1172, qu’à cette époque le culte du nouveau saint était répandu à Liège, et cela malgré l’opposition de Raoul de Zähringen19.

  • 20 Liber gratiarum actionis ad B. Laurentium super dedicatione nova, éd. Arndt, dans M.G.H., SS., t.  (...)

18Cependant, quand la vénération accordée à Thomas eut perdu une partie de son caractère subversif et anti-impérialiste, Éverlin installa dans le logis abbatial de Saint-Laurent un autel dédié à son ami, probablement avec l’appui de l’évêque Raoul. Cette fondation pourrait être située en novembre 1182, quand ce prélat bénit à nouveau l'église de Saint-Laurent qui avait été endommagée par la foudre20. L’ascendant de maître Éverlin de Fooz est ici manifeste, car aucun autre Liègeois n’a été apparemment en relations avec Thomas Becket.

  • 21 Voir au sujet de la prédilection de ce gradué pour certains ordres religieux, la mise au point de (...)
  • 22 Et deux réservées aux hommes : Val-Saint-Lambert et Val-Dieu.
  • 23 Cfr infra pp. 384-388.
  • 24 Cfr infra pp. 230-231.
  • 25 Cfr infra p. 242.

19Jacques de Vitry21, que Baldwin rattache au cercle de Pierre le Chantre, a eu une influence certaine sur les formes de la vie religieuse et la spiritualité dans le diocèse de Liège, mais celle-ci s’est surtout manifestée au XIIIe siècle. À cette époque, ce théologien parisien apparaît en effet comme le chef de file d’un groupe de gradués composé de Baudouin de Barbençon, Jean de Liro et Jean de Nivelles qui, tous, feront partie de l’entourage de l’évêque Hugues de Pierrepont. On sait que ce prélat admirait la règle de Cîteaux, dont il favorisa les fondations dans l’évêché ; parmi celles-ci, on relève cinq institutions de moniales (Val-Benoît, Val-Notre-Dame, Awirs-Aywières, SaintRemy-lez-Rochefort) 22. Hugues fut donc loin d’être réfractaire au mysticisme féminin et on peut se demander jusqu’à quel point il ne fut pas influencé en cela par les défenseurs de cette forme de spiritualité et les prédicateurs, dont il s’était entouré. Il semble donc que l’on ne puisse séparer arbitrairement Jacques de Vitry de ses compagnons du XIIIe siècle et qu’il sera nécessaire de reparler de ce noyau de maîtres très actif plus tard23. Il en ira de même pour d’autres universitaires qui collaboreront avec l’évêque Hugues de Pierrepont : notamment l’official Rabodon24 et les juristes consultés par l'abbaye de Saint-Hubert entre 1207 et 121225.

***

20Dès la seconde moitié du XIIe siècle, les gradués ont certainement provoqué des changements dans l’organisation de la société du diocèse de Liège. Ils ont dirigé la chancellerie de deux dynastes lotharingiens et servi de secrétaire à tous les évêques depuis Alexandre II. Certains d’entre eux ont participé à l’exercice du pouvoir et joué un rôle politique certain. Les juridictions tant épiscopale que ducale ont rapidement compris le parti qu’elles pouvaient tirer de ces gradués dont les connaissances intellectuelles et la compétence ont rapidement déclassé les clercs qui n’avaient pas fait d’études supérieures à l’étranger. Ainsi les premiers officiaux, épiscopal et archidiaconal, sont des maîtres ; mais, ceux-ci ont également arbitré des litiges opposant aussi bien deux églises qu’une institution ecclésiastique et un laïc. C’est dans ces missions d’amicabilis compositor que les maîtres ont pu le mieux faire la preuve de leur savoir-faire et probablement augmenter encore la confiance qu'ils inspiraient à tous.

Notes

1 The Becket Conflict and the Schools. A Study of Intellectuals in Politics in the Twelfth Century, Oxford, 1973.

2 Masters, Princes and Merchants. The social Views of Peter the Chanter and his Circle, t. 1-2, Princeton, 1970.

3 Dans Archiv für Kulturgeschichte, t. 48, 1966, pp. 155-180.

4 Die Entstehung des Juristenstandes im 12. Jahrhundert. Zur sozialen Stellung und politischen Bedeutung gelehrter Juristen in Bologna und Modena, Cologne-Vienne, 1974.

5 Paris, 1975.

6 É. De Moreau, Villers, pp. 40-41 n° 25-26 (copie dans cart. Du XIVe siècle) ; voir au sujet de l’acte, É. Brouette, La plus ancienne mention..., pp. 367-368.

7 F. Vercauteren, Maître Benoît de Saint-Jean, pp. 42-44.

8 Exception faite pour un chapitre du livre de Y. Bongert (Recherches sur les cours laïques du Xe au XIIIe siècle, Paris, 1949) traitant des procédures de paix (pp. 97-111), il n’y a rien sur ce sujet dans la littérature historique française. Le professeur Ph. Godding publiera très prochainement les résultats de recherches relatives au rôle de l’arbitrage en Brabant. J’ai personnellement déjà envisagé ce problème pour ce qui concerne les contestations de dîmes (L’influence des juridictions sur le mouvement de restitution des dîmes..., dans Revue d'Histoire du Droit, t. 41, 1973, pp. 339-360).

9 Voir pour la bibliographie du sujet dans l’Empire et en Suisse, l’ouvrage récent de M. Kobler, Das Schiedsgerichtwesen nach Bayerischen Quellen des Mittelalters, Munich, 1967.

10 Voir à ce sujet : A. Gouron, Le rôle social des juristes dans les villes méridionales au moyen âge, dans Villes de l’Europe méditerranéenne et l’Europe occidentale du moyen âge au XIXe siècle, Paris, 1969, p. 56.

11 Ph. Godding, C.R. de l’ouvrage de M. Kobler, dans Revue d’Histoire du Droit, t. 38, 1970, pp. 593-595.

12 Cfr note 8 in fine, p. 133.

13 J’ai mis ces faits en évidence dans un article intitulé Synodes, juridiction de la paix et cessions de dîmes aux églises qui a paru dans M. A., t. 81, 1975, pp. 245-264 ; voir spécial, pp. 254-255.

14 Voir mon article Synodes..., pp. 253-254.

15 A. Joris, Notes sur la pénétration du droit savant..., pp. 195-197.

16 U. Berlière, Jacques de Vitry. Ses relations avec les abbayes d'Aywières et de Doorezeele, dans Revue bénédictine, t. 25, 1908, pp. 185-193 (l’acte d’arbitrage est édité pp. 190-191).

17 Voir à ce sujet l’article que j’ai consacré au culte rendu à Thomas Becket dans le diocèse de Liège (R.B.P.H., t. 55, 1977, pp. 381-389).

18 J.L. Kupper, Raoul de Zähringen..., pp. 51-65.

19 Éd. Robertson, Materials for the History of Thomas..., t. 1, pp. 373-375 (B H L n° 8185).

20 Liber gratiarum actionis ad B. Laurentium super dedicatione nova, éd. Arndt, dans M.G.H., SS., t. 20, pp. 616-620.

21 Voir au sujet de la prédilection de ce gradué pour certains ordres religieux, la mise au point de R. Lejeune, L'évêque de Toulouse Folquet de Marseille et la principauté de Liège, dans Mélanges F. Rousseau, 1958, pp. 433-448.

22 Et deux réservées aux hommes : Val-Saint-Lambert et Val-Dieu.

23 Cfr infra pp. 384-388.

24 Cfr infra pp. 230-231.

25 Cfr infra p. 242.

© Presses universitaires de Liège, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search