Version classiqueVersion mobile

Le monde des maîtres universitaires du diocèse de Liège 1140-1350

 | 
Christine Renardy

Première partie. Les problèmes du XIIe siècle

Chapitre III. Le milieu social des maîtres liégeois au XIIe siècle

Texte intégral

Les réalités sociales sont unes. On ne saurait prétendre expliquer une institution si on ne la rattache pas aux grands courants intellectuels, sentimentaux, mystiques de la mentalité contemporaine.
Marc Bloch

1Vingt-neuf clercs, cités au XIIe siècle dans les sources liégeoises, auraient donc pris leurs grades dans un studium generale. C’est durant le dernier quart de ce siècle que la très grande majorité des maîtres ont exercé leurs activités, mais ces dernières ne se déroulèrent pas toujours dans les limites du diocèse, loin de là. Il convient dès lors d’étudier les magistri qui ont joui d’une prébende, exercé une fonction ou résidé dans l’évêché de Liège, selon une répartition qui tienne compte de certains critères géographiques et professionnels.

2Les gradués du XIIe siècle ont été classés en quatre groupes :

  1. les clercs de la chancellerie impériale ;

  2. les membres de l’administration ecclésiastique liégeoise ;

  3. les notaires ou conseillers des princes temporels dont les domaines sont situés dans le diocèse de Liège ;

  4. les dignitaires monastiques.

  • 1 La carte II illustre la répartition géographique des gradués. Des points de différentes grandeurs i (...)

3On notera tout de suite qu’il existe une interpénétration entre deux groupes, celui des maîtres occupés à l’administration ecclésiastique liégeoise et celui des notaires des princes temporels. Avant de recenser les différentes activités des gradués avant 1200, il est encore nécessaire d’exposer quelques données concernant l’origine sociale des clercs, qui ont donc acquis des grades à l’étranger, et surtout les bénéfices et dignités qu’ils ont détenus dans les limites du diocèse de Liège1. Afin d’examiner ce dernier problème, une carte a été dressée ; cette illustration a de plus été complétée par un tableau qui reprend les vingt-neuf clercs retenus comme gradués au XIIe siècle. Les bénéfices détenus par les magistri sont mentionnés dans une première colonne, tandis que la deuxième contient les fonctions exercées par les personnages étudiés ou les missions importantes qui leur furent confiées. Enfin, on trouve dans la troisième colonne l’indication du ou des groupes dont le clerc fait partie.

CARTE II. Répartition géographique des gradués dans le diocèse de Liège au XIIe siècle

CARTE II. Répartition géographique des gradués dans le diocèse de Liège au XIIe siècle

4Carte II établie d’après É. De Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, tome complémentaire, Bruxelles, 1948, carte la.

Tableau 3. Les Magistri liégeois au XIIe siècle

NOMS

Bénéfices dans le diocèse de Liège

Fonction ou mission importante

Groupe

Héribert

Prévôt de N.D. d’Aix

notaire impérial

A

Éverlin de Fooz

Abbé de Saint-Laurent

D

Conrad de Querfurt

Prévôt de N.D. d’Aix

chancelier impérial

A

Jacques de Vitry

Chan. rég. Saint-Nicolas d’Oignies

évêque auxiliaire de Liège

B/D

Siger de Brabant ou de Dongelbert

Chan. de St-Lambert, coûtre de Nivelles

médecin du duc Henri Ier de Brabant

B/C

Thierry de Friesheim

Doyen de St-Lambert

expert juridique et juge délégué du Souverain Pontife

B

Renier

Prieur du Neufmoustier

D

Winand

Écolâtre de St-Servais, doyen de N.D. d’Aix

expert juridique

B

Gauthier

Doyen de Saint-Jean

expert juridique

B

Benoît

Chanoine de Looz et doyen de Saint-Jean

arbitre/clerc de Raoul de Zähringen

B

Conrad

Doyen de N.D. et prévôt de St-Adalbert d’Aix, doyen de St-Lambert

Drogo

Chanoine de St-Lambert

clerc d’Alexandre II

Francon de Bruxelles

Chanoine prémontré du Parc à Héverlée

notaire d’Henri Ier duc de Brabant

C/D ?

Gérard

Chanoine de Sclayn, « vestit » du doyenné d’Andenne

clerc des archidiacres Amalric et Albert de Rethel

B

Gérard

« vestit » de Frasnes

clerc d’Albert de Rethel

B

Gérard

Doyen de Saint-Jean

compagnon d’Albert de Louvain et de Simon de Limbourg

B

Gilles

 ?

clerc d’Albert de Rethel

B

Godefroid de Schoor

Chanoine de St-Lambert, écolâtre de St-Pierre de Louvain

clerc d’Henri de Leez et d’Alexandre II

B

Henri

Écolâtre de St-Servais prévôt de N.D. d’Aix et

protonotaire impérial

A

Jean

Chanoine de Celles et chanoine de St-Lambert

clerc d’Albert de Rethel et d’Hugues de Pierrepont

B

Jonas

Écolâtre, coûtre puis doyen de St-Paul

clerc de Raoul de Zähringen

B

Julien

Écolâtre de Nivelles

notaire d’Henri Ier, duc de Brabant

C

Pierre

 ?

auteur de l'Antigraphum, défenseur de Lambert le Bègue

Rabodon

Chanoine de St-Pierre et doyen de St-Martin à Liège

official

B

Raoul

Chanoine de St-Paul à Liège

arbitre

B

Renier de Hocsem

Chanoine de St-Pierre à Louvain et de Saint-Lambert à Liège

clerc d’Albert de Louvain et notaire d’Henri Ier, duc de Brabant

B/C

Ricolfus de Mayence

Camérier de N.D. d’Aix

notaire impérial

A

Robert de Malonne

Prévôt de St-Pierre de Namur

clerc d’Albert de Rethel et d’Henri l’Aveugle

B/C

Simon de Langres

Chanoine de St-Lambert

clerc d’Albert de Rethel et du légat pontifical Guy de Preneste

B

N.B. Les données inscrites en italique sont hypothétiques.

  • 2 Sept si l’on accepte l'identification du clerc d’Albert de Rethel, prénommé Jean, avec le notaire d (...)
  • 3 Il y aurait alors deux maîtres à Saint-Denis, deux également à Saint-Pierre de Liège, un à Notre-Da (...)

5Deux chapitres du diocèse de Liège possèdent donc, dès le XIIe siècle, un noyau appréciable de clercs gradués, puisque six ou sept2 chanoines de Saint-Lambert et six chanoines de Notre-Dame d’Aix, cités dès avant 1200, avaient fait un séjour d’études dans un studium generale à l’étranger. Il en va de même pour trois membres de la collégiale Saint-Jean l’Évangéliste, située dans la cité épiscopale. En-dehors de celle-ci, on trouve également des maîtres : deux à Saint-Servais de Maastricht, deux à Saint-Paul de Nivelles, un à Saint-Pierre de Louvain, un à Saint-Adalbert d’Aix, un à Saint-Pierre de Namur, un à Sclayn, un à Looz, un à Celles. A Liège même, deux chanoines de Saint-Paul, un de Saint-Martin et un de Saint-Pierre sont des maîtres. Cette-répartition des gradués dans les églises du diocèse garde, à peu de chose près, les mêmes proportions, si l’on tient compte des bénéfices détenus par huit clercs qui pourraient être des maîtres et qui ont été étudiés dans la première partie de ce chapitre3.

6Deux chanoines réguliers de Saint-Augustin (Neufmoustier et Oignies) et un prémontré (Parc) sont également gradués, ainsi qu'un moine bénédictin : Éverlin de Fooz, abbé de Saint-Laurent. Pour deux maîtres, Pierre, auteur de l'Antigraphum, et Gilles, collaborateur de l’archidiacre Albert de Rethel, les sources n’apportent aucun renseignement concernant leur bénéfice. Enfin, Gérard n’est connu qu’avec la qualité de « vestit » de Frasnes ; mais, c’est peut-être lui qui devient doyen de Saint-Jean après septembre 1189 ?

  • 4 Voir à ce sujet les biographies de Thierry de Friesheim (no 84+), Conrad de Querfurt (no 14+), Rico (...)

7Il faut donc faire une place de choix aux chapitres de Notre-Dame d’Aix et de Saint-Lambert, qui ont compté un nombre important de clercs gradués ; le rôle joué à cet égard par la collégiale Saint-Jean l’Évangéliste de Liège n’est cependant pas à négliger. L’église aixoise a surtout fourni des collaborateurs à la chancellerie impériale, alors que les magistri des deux églises de la cité épiscopale sont souvent les « secrétaires — fondés de pouvoir » des évêques et dignitaires ecclésiastiques. Les princes temporels choisissent, eux, leurs conseillers dans les églises proches de leur résidence. Ajoutons enfin que les gradués détiennent souvent plusieurs bénéfices dans l’évêché de Liège (Winand, Conrad, Henri, Rabodon, Siger...), mais les cumuls avec des prébendes situées dans d’autres diocèses sont aussi fréquents4.

8On possède relativement peu de renseignements sur l’origine sociale des gradués cités au XIIe siècle. Voici les données concernant ce sujet. Un seul maître, détenant une prébende dans le diocèse, appartient à la haute noblesse : Conrad de Querfurt est issu d’une famille comtale, apparentée aux Staufen.

9Quatre gradués sont d’une moins haute extraction, mais issus de familles néanmoins aisées. Le physicus Siger peut être rattaché au lignage de Dongelbert, qui fait partie de la noblesse brabançonne, tandis que Renier de Hocsem appartient à la ministérialité chevaleresque de la même région. Éverlin de Fooz est le fils du chevalier Libert Suréal, seigneur de Dommartin et de Warfusée, membre de la ministérialité. Jacques de Vitry vivait dans l’aisance ; il pourrait être né soit dans le lignage des châtelains de Vitry-en-Artois, soit dans un lignage patricien de Vitry-en-Perthois. Quand à Benoît de Saint-Jean, comme F. Vercauteren l’a montré, il est issu d’une famille ministérielle ou de la chevalerie de la Hesbaye thioise.

10On peut penser que Thierry de Friesheim est né dans la familia de la cathédrale Saint-Pierre de Cologne. Enfin, deux gradués sont d’origine bourgeoise : Emma, la mère de Winand, possède des biens à Huy, tandis que les parents de Simon doivent être des bourgeois de Langres.

A. Les clercs de la chancellerie impériale

  • 5 Voir au sujet de ce personnage la biographie no 87+. On sait aussi qu’Arnould de Wied, chancelier d (...)
  • 6 F. Hausmann, Reichskanzlei und Hofkapelle unter Heinrich V und Konrad III, Stuttgart, 1956, pp. 167 (...)
  • 7 Regnum et imperium, Vienne, 1967.
  • 8 Sacrum imperium..., dans Zeitschrift für Geschichtswissenschaft, t. 16, 1968, pp. 598-601.
  • 9 Wibald de Stavelot et le droit romain, dans Économies et Sociétés du Moyen Age. Mélanges offerts à (...)

11Il est impossible de parler des Liégeois qui travaillèrent à la chancellerie impériale au XIIe siècle, sans citer au moins le nom de Wibald de Stavelot, qui vécut dans l’entourage de tous les empereurs, de Lothaire III à Frédéric Barberousse5. Les travaux de F. Hausman6, R.M. Herkenrath7 et G. Koch8 ont mis en évidence le rôle joué par ce personnage de tout premier plan dans la réorganisation de la chancellerie, ainsi que dans l’élaboration et la diffusion de l’idéologie impériale, tandis qu’A. Joris9 a bien montré que « Wibald possédait une connaissance étendue du droit romain et tout particulièrement du Digeste » ; il aurait été en contact avec l’enseignement juridique bolonais lors d’un séjour qu’il fit en Italie en 1135-1137. On ne peut cependant pas le considérer comme un gradué ; il n’est « ni un civiliste, ni un praticien du droit ».

  • 10 Cfr biographie no 51+.
  • 11 F. Hausmann, Die Anfänge des staufischen Zeitalters unter Konrad III., pp. 69-73.
  • 12 R. Folz, La chancellerie de Frédéric Ier et la canonisation de Charlemagne, dans Le Moyen Age, t. 7 (...)

12Un des proches collaborateurs de Wibald à la chancellerie est un clerc gradué liégeois. Il s’agit d’Héribert, chanoine de Notre-Dame d’Aix10, qui est cité comme notaire de Conrad III dès 1140. Il fut prévôt de ce chapitre aixois, de mars-avril 1159 jusqu’au 31 juillet 1163, date à laquelle Frédéric Barberousse et Victor IV le placèrent à la tête de l’archevêché de Besançon. On peut affirmer qu’Héribert a continué, à la chancellerie, l’œuvre entreprise par Wibald. Comme le célèbre abbé, ce notaire inclut dans le préambule de certains diplômes impériaux une définition de la justice extraite du Digeste11. De plus, il a joué également un rôle certain dans la définition de la nature du pouvoir impérial et dans la diffusion de cette idéologie, et cela à tel point que R. Folz tient pour vraisemblable qu’il a rédigé le diplôme de Frédéric Ier, daté du 8 janvier 116612.

  • 13 Cfr la biographie no 51+.
  • 14 H. Loetzke, Die Burggrafen von Magdebourg aus dem Querfurter Hause, Greifswald, 1951, p. 57.
  • 15 Cfr à ce sujet la biographie no 46+ et particulièrement la note 4 au sujet de l’identification de T (...)

13On trouve encore d’autres gradués issus du milieu ecclésiastique aixois dans l’entourage de Frédéric Barberousse et de ses successeurs. Certes, Conrad de Querfurt13 est né dans une famille comtale apparentée aux Staufen ; mais, tout comme Héribert, il était prévôt du chapitre Notre-Dame à Aix, lorsqu’il fut choisi comme chancelier par l’empereur Henri VI, puis par Philippe de Souabe, et nommé évêque de Hildesheim, puis de Wurtzbourg. Il n’apparaît cependant pas comme l’héritier intellectuel de Wibald de Stavelot ; il a été, en effet, formé à Paris en même temps qu’innocent III14. Cité à partir de 1186 avec le titre de notaire, Henri, ancien écolâtre de Maastricht15, fut en même temps prévôt de Notre-Dame d’Aix et protonotaire impérial, avant de devenir évêque de Worms, le 4 novembre 1192.

14Présentons ces quelques données dans un tableau.

  • 16 Voir à ce sujet les notices rédigées par E. Meuthen, Die Aachener Pröpste bis zum Ende der Stauferz (...)

15Ces trois prévôts de Notre-Dame terminent leur vie à la tête d’un évêché. Depuis l’époque carolingienne, pratiquement tous les prévôts du chapitre aixois ont collaboré aux travaux de la chancellerie impériale et la plupart d’entre eux ont achevé leur carrière d’une manière aussi brillante16. Il convient néanmoins de s’interroger sur le destin de ces trois clercs gradués. Pour le XIIe siècle, sept prévôts de la collégiale Notre-Dame d’Aix ne sont apparemment pas d’extraction noble.

Tableau 4. Les maîtres prévôts de Notre-Dame d'Aix à la chancellerie impériale

Tableau 4. Les maîtres prévôts de Notre-Dame d'Aix à la chancellerie impériale

16Parmi ceux-ci, deux ont effectivement obtenu la direction soit d’un diocèse, soit d’une province ecclésiastique, et cinq n’ont pas accédé à cette dignité. Notons, par contre, que sept sur huit des prévôts qui étaient issus d'une famille noble, deviendront évêque. On peut donc certainement affirmer que l’origine familiale a une influence déterminante sur la réussite de ces individus du XIIe siècle. La carrière de Conrad de Querfurt, qui est le rejeton d’une famille comtale apparentée au Staufen, peut donc s’expliquer par son origine noble.

17Cependant, dès cette époque, les études supérieures poursuivies par des personnes d’extraction moins haute peuvent avoir favorisé le déroulement de leur carrière. En effet, les deux prévôts qui, tout en n’étant pas nobles, sont néanmoins devenus l’un évêque de Worms et l’autre archevêque de Besançon, sont justement nos deux clercs gradués. Dans leur cas, je crois pouvoir dire que la formation acquise dans un studium generale a compensé le handicap d’une origine obscure.

  • 17 Cfr la biographie no 78 +.

18Un quatrième « universitaire » du chapitre Notre-Dame d’Aix a travaillé à la chancellerie impériale. Il s’agit du camérier de cette collégiale : Ricolfus de Mayence17 est cité avec le titre de notaire dans un acte de Frédéric Barberousse, daté du 10 mars 1186. A sa mort, que l’on situe après 1192, il légua au chapitre aixois un exemplaire du décret de Gratien et un recueil des Sentences de Pierre Lombard.

19Ce premier groupe composé de gradués qui, d’une part, détiennent un bénéfice dans le diocèse de Liège et qui, d’autre part, travaillent à la chancellerie impériale, possède malgré les apparences, une certaine cohésion. Bien sûr, ces gradués jouissent des prébendes et des canonicats dans des chapitres disséminés à travers tout l’Empire : les collégiales de Saint-Servais à Maastricht et de Saints-Simon-et-Jude à Goslar, les cathédrales d’Hildesheim et de Magdebourg. De plus, Héribert est originaire de la région du Rhin et de la Meuse comme sans doute Henri, alors que Conrad est, lui, saxon.

  • 18 Deux autres clercs gradués, Winand et Conrad, sont également des membres du chapitre Notre-Dame d’A (...)

20Ces maîtres ont cependant un point commun : ils appartiennent au chapitre Notre-Dame d’Aix. En quarante ans environ, cette collégiale a donc compté, parmi ses membres, quatre clercs gradués d’un studium generale, qui tous se sont distingués à la chancellerie impériale. Trois d’entre eux n’ont d’ailleurs abandonné la prévôté d’Aix que pour accéder à un siège épiscopal. Institution favorisée par les Empereurs depuis Charlemagne, cette église est sans nul doute un centre intellectuel privilégié dans la seconde moitié du XIIe siècle18.

B. Les membres de l'administration ecclésiastique liégeoise19

  • 19 Il convient évidemment de se reporter au tableau 3, infra, pp. 108-109.

21Dans l’entourage d’Alexandre II, évêque de Liège (1164-1167), deux chapelains portent le titre de maître. Il s’agit de Drogon et de Godefroid de Schoor ; celui-ci travaillait probablement déjà avec l’évêque Henri de Leez. Benoît de Saint-Jean, clericus noster, fait partie de la suite de Raoul de Zähringen lorsque le prélat se rend au troisième concile de Latran en mars 1179. Jonas de Saint-Paul (clericus meius) rédige, avec l’aide de Gislebert de Mons, un acte de ce même évêque, daté d’avril 1183 et destiné à Baudouin (V) de Hainaut. Il est très souvent cité dans les actes épiscopaux de cette époque et a probablement été choisi comme doyen de Saint-Paul par le pape Célestin III.

22En exil à Reims durant l’automne 1192, Albert de Louvain est accompagné par trois personnages intéressants : Gérard, doyen de Saint-Jean, qui mourra à Rome en 1195 avec d’autres membres de la suite de Simon de Limbourg ; Siger, qui entreprendra, peu après l’assassinat de l’évêque Albert, des études in arte physicali ; Renier de Hocsem, qui fera une brillante carrière de notaire à la cour ducale de Brabant. L’évêque Hugues de Pierrepont choisira souvent ses conseillers parmi les clercs gradués liégeois qui sont cités au début du XIIIe siècle. Notons cependant déjà que maître Jacques de Vitry, cité dès le siècle précédent, sera évêque auxiliaire de Liège en 1226-1227 et que maître Rabodon, cité depuis 1193, sera un des deux premiers officiaux de Liège en 1214.

  • 20 Dans un acte de l’archidiacre Amalric, Gérard d’Andenne est appelé domesticus et familiaris (cfr la (...)

23Ce ne sont pourtant pas les évêques de Liège qui, au XIIe siècle, ont fait le plus volontiers appel à la collaboration des gradués. Le cas le plus significatif est celui d'Albert de Rethel, grand-prévôt de Saint-Lambert et archidiacre de Hainaut de 1177 à 1195, qui engagea six maîtres comme clerici et domestici20. Robert, Jean, Gilles, Gérard d’Andenne, qui travaillait déjà avec l’archidiacre Amalric, Gauthier, futur doyen de Saint-Jean, et Simon, qui sera également le notaire du légat pontifical Guy de Préneste, formaient le « brain-trust » de ce dignitaire. Il est vrai qu'Albert, archidiacre et vice-episcopus, a délivré en 1190 des actes épiscopaux au nom de l’évêque Raoul, son cousin, parti pour la terre sainte.

  • 21 Cfr la biographie no 32+.

24La collégiale Saint-Jean-l’Évangéliste a fourni autant de collaborateurs aux dignitaires de l’Église de Liège que la cathédrale : Benoît, Gauthier et Gérard, tous trois membres du chapitre de Saint-Jean, font, en effet, partie de l’entourage des évêques Raoul de Zähringen, Albert de Louvain et du grand-prévôt Albert de Rethel, tandis que Drogo, Godefroid et Simon, chanoines de Saint-Lambert, sont les clercs d’Henri de Leez, d'Alexandre II et du même Albert de Rethel. Ce dernier dignitaire choisit surtout ses secrétaires-fondés de pouvoir parmi les membres des collégiales situées dans son archidiaconé (Sclayn, Namur, Celles) et leur confie des cures de la même circonscription (Malonne, Frasnes et une paroisse du doyenné d’Andenne). Un recrutement localisé facilite évidemment l’organisation du travail ; en l’absence de l’archidiacre Albert, ses clercs le représentent et prennent d’ailleurs le titre d’official21. Cette ébauche de décentralisation est à mettre à l’actif des gradués liégeois de la fin du XIIe siècle.

25Il convient de faire ici, à titre d’exemple, une remarque sur la carrière de deux gradués de la suite de l’évêque Albert de Louvain. Après l’assassinat de ce prélat, Siger de Dongelbert et Renier de Hocsem rejoindront la cour ducale d’Henri de Brabant où ils occuperont les fonctions, l’un de « médecin » et l’autre de conseiller et de notaire. Le fait d’avoir travaillé avec un dignitaire ecclésiastique n’empêche donc pas, loin de là, de faire ensuite carrière à la cour d’un prince temporel. De même les dignitaires ecclésiastiques conservent souvent les clercs de leur prédécesseur : ainsi Benoît de Saint-Jean a collaboré avec plusieurs évêques, Godefroid avec Henri de Leez et Alexandre II, Gérard avec les archidiacres de Hainaut, Amalric et Albert.

  • 22 Dans R.H.D., t. 40, 1972, pp. 183-205, spécialement pp. 195-198.

26C’est sans conteste parce qu’ils ont le sens de l’administration et certaines connaissances juridiques que les clercs gradués sont utilisés par les hauts dignitaires ecclésiastiques, mais ils ne furent pas toujours cantonnés dans des fonctions subalternes, loin de là. Ainsi, Thierry de Friesheim, doyen de Saint-Lambert et prévôt de Saint-André de Cologne, fut, à plusieurs reprises, chargé par le souverain pontife de trancher des conflits en son nom. Il fut, à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle, un expert juridique apprécié et un arbitre écouté à Liège comme à Cologne. C’est à lui notamment que l’abbé de Saint-Hubert fit appel, entre 1207-1212, pour faire triompher son bon droit dans l’affaire de l’église de Baisy ; ce procès a été remarquablement étudié par A. Joris dans son article intitulé Notes sur la pénétration du droit savant au pays de Liège22.

  • 23 Basé notamment sur le décret de Gratien et sur le Breviarium Extravagantium de Bernard de Pavie.

27D’autres canonistes liégeois rédigèrent avec Thierry un memorandum23 sur les droits de l’abbaye bénédictine. Parmi les signataires de ce rapport d’expertise, on relève les noms de deux autres clercs gradués qui sont également cités avant 1200 : Winand, écolâtre de Saint-Servais de Maastricht et doyen de Notre-Dame d’Aix, et Gauthier, ancien collaborateur d’Albert de Rethel et doyen de Saint-Jean l’Évangéliste. Ces experts juridiques font partie des chapitres du diocèse de Liège qui ont compté, durant la seconde moitié du XIIe siècle, le plus de clercs gradués : la cathédrale Saint-Lambert, Notre-Dame d’Aix et Saint-Jean l’Évangéliste.

28Les autres collégiales liégeoises jouent donc, à cette époque, un rôle mineur en ce qui regarde la présence des magistri. Celle de Saint-Paul compta cependant, en plus du doyen Jonas, un clerc gradué prénommé Raoul, qui s’illustra dans des missions d’arbitrage. L’official Rabodon possédait un canonicat à Saint-Martin et un autre à Saint-Pierre.

***

29Diverses et variées sont les fonctions exercées par les gradués cités à la fin du XIIe siècle dans les rangs de l’administration ecclésiastique, puisqu’ils sont notaires ou officiaux des archidiacres, chapelains, secrétaires ou compagnons de voyage et d’exil des évêques, experts juridiques appelés en consultation, juges délégués du souverain pontife ou official de l’évêque. Cependant, aucun des maîtres appartenant à ces premières générations et qui ont fait leur carrière dans le diocèse, ne sera archidiacre, grand-prévôt ou évêque. Néanmoins, l’influence qu'ils ont pu exercer sur la société est loin d’être négligeable ; je tenterai de mettre celle-ci en évidence dans le chapitre suivant.

C. Les notaires ou conseillers des princes temporels24

  • 24 Au sujet des notaires utilisés par les princes temporels durant le XIIe siècle, on ne peut évidemme (...)

30Le diocèse de Liège s’étend sur différentes principautés, qui y sont comprises entièrement ou en partie. Citons parmi celles-ci, les comtés de Looz, de Namur et le duché de Brabant, qui intéressent particulièrement notre propos.

  • 25 On sait qu’Albert de Rethel, archidiacre de Hainaut et grand-prévôt de Saint-Lambert, est le fils d (...)

31Raoul de Zähringen prit en qualité de secrétaire Benoît de Saint-Jean, mais ce dernier apparaît aussi comme un conseiller de Gérard, comte de Looz, et semble avoir également rendu différents services à Godefroid III, duc de Brabant et beau-frère du comte précité. Cet exemple de gradué serviteur de deux princes n’est pas unique, puisque les carrières de Siger de Brabant et de Renier de Hocsem qui firent d’abord partie de l’entourage de l’évêque Albert de Louvain, puis ensuite de celui du frère de ce prélat, le duc Henri Ier de Brabant, ont déjà été analysées. Dans ce dernier cas, comme dans celui de Robert qui servait le grand-prévôt Albert de Rethel et le comte de Namur Henri l’Aveugle, les différents patrons ont cependant d'étroits liens de parenté25. Ce fait montre, je crois, l’homogénéité réelle du milieu des clercs gradués, homogénéité qui pourrait ne pas apparaître à cause de la subdivision en quatre groupes qu’il a bien fallu introduire pour la clarté de l’exposé.

1° Les notaires d'Henri l'Aveugle26

  • 26 Voir à ce sujet F. Rousseau, Actes des comtes de Namur, pp. CXXXVII-CXL ; N. Van Werveke, Études su (...)

32Un certain maître Pierre porte le titre de prothonotarius meus dans un acte luxembourgeois d’Henri l’Aveugle, que l’éditeur Wampach date de 1182/84 ; un autre gradué, maître Guillaume, est cité dans cet acte. Rien cependant ne permet d’affirmer que ces deux clercs auraient détenu des prébendes dans le diocèse de Liège. Néanmoins, un autre gradué, qui remplit cette condition nécessaire pour être repris dans mon étude, était au service du comte Henri. Il s’agit du notaire Robert, prévôt de Saint-Pierre-au-château, qui est, à mon avis, également cité en 1180 et 1193 dans deux actes d'Albert de Rethel, grand-prévôt et archidiacre de Hainaut.

Tableau 5. Carrière du notaire Robert (no 79+ et 80 +)

Tableau 5. Carrière du notaire Robert (no 79+ et 80 +)

0= original ; V = vidimus ; C = copie

  • 27 Notons qu’en 1192 et 1193, dans trois actes conservés en expédition originale et donnés par Baudoui (...)

33On a vu que l’archidiacre Albert de Rethel plaçait ou recrutait habituellement ses « clercs et domestiques » dans les collégiales situées dans sa circonspection. Ce fait se vérifie donc aussi dans le cas de Robert. Cependant, ici le choix opéré par Albert a certainement été motivé en plus par d’autres raisons. Henri l’Aveugle a sans aucun doute recommandé à son neveu ce clerc, qui lui donnait entière satisfaction comme notaire. Cette charge supplémentaire peut apparaître comme une rétribution pour de bons et loyaux services, à moins que le vieux comte n’ait songé à assurer l’avenir d’un fidèle serviteur après son décès27.

34Contrairement à Pierre, Robert ne porte jamais le titre de protonaire, mais F. Rousseau le considère comme le chef de la chancellerie du comte Henri, parce qu’il signe aussi bien les actes namurois que luxembourgeois, ce qui n’est pas le cas des autres chapelains. En comptant les trois gradués cités dans ce paragraphe, sept collaborateurs ont travaillé à la chancellerie comtale entre 1172 et 1196, mais les deux clercs qui ont occupé des postes de direction durant le règne du comte Henri sont justement des maîtres.

35Philippe le Noble ne conserva pas Robert comme chef de la chancellerie, bien que celui-ci ait vécu au moins jusqu’en août 1207. Aucun des clercs namurois au service du marquis de Namur († 1212) n’était d’ailleurs gradué.

2° Les notaires d’Henri (I) de Brabant28

  • 28 Voir à ce sujet G. Smets, Henri Ier, duc de Brabant, 1190-1235, Bruxelles, 1908, pp. 260-267.
  • 29 Il a certainement rédigé un acte daté de 1186 (cfr la biographie no 61+, note 5).

36Si maître Julien, écolâtre de Nivelles, ne semble pas avoir collaboré de manière assidue aux travaux de la chancellerie ducale durant le règne de Godefroid III29, trois gradués, — Renier, Siger et Francon, — sont des notaires fréquemment cités dans les actes d’Henri Ier, et cela dès le XIIe siècle.

Tableau 6. Les notaires gradués d’Henri Ier, cités dès le XIIe siècle

NOM

DATE

TITRE

BÉNÉFICE

Siger de Dongelbert

1187-1222

compagnon d’Albert de Louvain ; ap. 1194, physicus, maître et notaire

Ch. St-Lambert et coûtre de Nivelles

Renier de Hocsem

1189-1232

maître, notaire, compagnon d’Albert de Louvain ; ap. 1210 protonotaire.

Ch. St-Pierre de Louvain et ch. St-Lambert

Francon de Bruxelles

1195-1205

maître, chapelain

Prém. au Parc

  • 30 Daté du 1er janvier 1189 : Lahaye, Saint-Jean, pp. 23-24 no 30 (original).
  • 31 Les actes où il apparaît avec ce titre sont édités par Reusens, Heylissem, dans A.H.E.B., t. 25, 18 (...)

37Du vivant du duc Godefroid III et encore après son décès, Renier de Hocsem fut surtout au service de l’archidiacre de Brabant Albert de Louvain, fils du prince précité ; la première mention de ce personnage est, en effet, relevée dans un acte donné conjointement par Raoul de Zähringen et cet archidiacre au sujet de l’église de Tirlemont30. Mais, dès 1190, le notaire joua un rôle certain à la chancellerie ducale de Brabant. Durant au moins quarante ans, il servit fidèlement le duc Henri Ier, qui le nomma protonotaire en 121031. Renier de Hocsem est le seul gradué à avoir assumé cette fonction de direction ; il est vrai qu’il resta dans les services ducaux pratiquement durant tout le règne du duc Henri, puisqu’il ne cessa de rédiger les actes qu’en 1232. On sait aussi qu’il accompagnait son maître dans ses déplacements à l’étranger. Siger de Dongelbert est également un des compagnons de l’évêque Albert de Louvain. Ce n’est, semble-t-il, qu’après l’assassinat du prélat à Reims en novembre 1192, que ce personnage entreprit des études in arte physicali ; il est, en tout cas, cité avec les titres de maître, de physicus et de notaire à partir de 1194 et jusqu’à 1222.

  • 32 Voir au sujet du caractère instable d’Albert de Louvain qui quitta quelques mois, d’octobre 1187 à (...)

38Contrairement à maître Gérard, — que sa fonction de doyen de Saint-Jean a évidemment retenu dans la cité épiscopale et qui mourut d’ailleurs en 1195, — les deux autres gradués de l’entourage d’Albert (Renier et Siger) terminèrent très brillamment leur carrière à la cour de Brabant, auprès du frère de leur ancien patron. C’est donc à la famille ducale qu’ils étaient attachés ; leur passage momentané dans l’administration ecclésiastique du diocèse de Liège était sans aucun doute liée à la personnalité d’Albert de Louvain. On peut penser que le duc Godefroid avait confié à ces gradués le soin d’encadrer au point de vue technique son fils, qui avait embrassé très jeune la carrière ecclésiastique et semblait de caractère instable32. Maître Francon, chanoine prémontré du Parc, n’est cité parmi les membres de la chancellerie d’Henri Ier de Brabant que durant une dizaine d’années : 1195-1205. Probablement originaire de Bruxelles, ce notaire intervint à deux reprises dans des actes de l’hôpital de Saint-Jean, situé dans cette ville.

  • 33 Cfr note 28, p. 121.

39Les notaires repérés durant le règne d’Henri Ier (1 190-1235) sont nombreux. G. Smets recense, en effet, une vingtaine de clercs, appelés chapelains ou notaires, dans l’étude qu’il a consacrée à ce prince33 ; on relève parmi eux treize gradués, qui, presque tous, exercèrent leur charge au XIIIe siècle. Seuls maître Renier de Hocsem, maître Siger, physicus, et maître Francon de Bruxelles sont cités dès la dernière décennie du siècle précédent. Il ne semble donc guère possible de tirer ici des conclusions valables concernant le rôle joué par les gradués dans l’organisation de la chancellerie ducale durant tout le règne d’Henri Ier.

3° Benoît de Saint-Jean était-il au service de Gérard (I) de Looz ?

40Les carrières de Robert de Malonne ou de Namur, de Renier de Hocsem et du physicus Siger, que l’on vient de décrire, témoignent de manière éloquente du fait que des gradués servaient parfois simultanément deux patrons. Dans tous les exemples rencontrés jusqu’ici, ces différents princes ou dignitaires avaient d’étroits liens de parenté. On ne peut évidemment pas faire la même constatation dans le cas de Benoît de Saint-Jean qui semble avoir été au service du comte Gérard (I) de Looz et des évêques Henri de Leez et Raoul de Zähringen. Mais peut-on affirmer que ce gradué faisait réellement partie de l’entourage du comte de Looz comme notaire ou conseiller ?

  • 34 F. Vercauteren, Maître Benoît de Saint-Jean, pp. 48-50.

41Benoît est né dans une famille aisée du pays de Looz et détenait une prébende canoniale dans le chapitre de cette localité, ainsi qu’une charge de curé dans le doyenné de Saint-Trond. Il semble dès lors plausible d’admettre que le comte Gérard Ier ait eu recours aux services de ce gradué qu’il devait connaître depuis l’enfance. Bien qu’il ait fait une brillante carrière dans la cité épiscopale, — puisqu’il fut choisi comme secrétaire par l’évêque Raoul en 1178, — Benoît de Saint-Jean resta toujours évidemment « introduit parmi les familiers et les vassaux de la famille comtale » de Looz34. C’est lui qui a probablement négocié, vers 1175, le mariage d’Imaine, sœur du comte Gérard de Looz, avec Godefroid (III) de Brabant ; la réussite de cette négociation lui valut d’ailleurs toute la sympathie du duc.

42Il ne me semble cependant pas que l’on puisse affirmer que Benoît de Saint-Jean ait assuré un service régulier à la cour comtale de Looz. Le véritable maître de ce gradué est l’évêque de Liège Raoul de Zähringen, qu’il a servi fidèlement jusqu’à son décès survenu probablement le 24 septembre 1189. Tout au long de son existence, Benoît a néanmoins gardé d’étroites relations avec le comte Gérard de Looz, dont son lignage dépendait très probablement. Une fois devenu un personnage recherché pour son savoir-faire, le doyen de Saint-Jean a encore rendu des services occasionnels aux membres de la famille comtale, qui avaient peut-être protégé les débuts de sa carrière.

D. Les dignitaires réguliers

  • 35 Notons qu’un autre gradué est un chanoine prémontré. Il s’agit de Francon de Bruxelles, membre du m (...)

43Sont classés dans cette catégorie trois gradués du XIIe siècle : un moine bénédictin (Éverlin de Fooz) et deux chanoines réguliers de Saint-Augustin (Jacques de Vitry et le physicus Renier du Neufmoustier)35.

44Le plus célèbre des magistri liégeois du XIIe siècle est sans conteste le théologien Jacques de Vitry, qui fut évêque d’Acre et cardinal-évêque de Tusculum. On sait qu’après un long séjour (1170-1197) au studium generale de Paris où il prit ses grades en arts et en théologie, ce clerc entra au chapitre régulier Saint-Nicolas d’Oignies. Bien qu’il résidât plus tard en Acre et à Rome, il resta jusqu’à sa mort en 1240 attaché à son église de profession, où il voulut être inhumé. Ce prédicateur renommé fut en outre le protecteur attitré de l’abbaye cistercienne d’Aywières en Brabant. Très lié avec Hugues de Pierrepont, il fit partie de la suite de cet évêque au quatrième concile de Latran, réuni du 11 au 30 novembre 1215. C’est encore lui que le prélat choisit comme évêque auxiliaire en 1226 et comme exécuteur testamentaire en avril 1229. Jacques de Vitry exerça également une influence certaine sur la mystique et la vie religieuse du diocèse de Liège au début du XIIIe siècle.

  • 36 É. Poncelet, Œuvres de Jacques de Hemricourt, tome 3, Notes complémentaires, pp. 482-488.
  • 37 Voir à ce sujet, mon article sur Le culte de Thomas Becket..., dans R.B.P.H., t. 55, 1977, pp. 381- (...)

45Le physicus Renier, dernier prieur du Neufmoustier avant l’érection en abbaye (1208), est également un chanoine régulier de Saint-Augustin ; on ne possède cependant aucun renseignement précis concernant ce personnage. Éverlin de Fooz, moine bénédictin est, lui, beaucoup mieux connu. Le Miroir des Nobles de Hesbaye de Jacques de Hemricourt et différents documents diplomatiques36 en font un des fils du chevalier Libert Suréal, seigneur de Dommartin et de Warfusée, membre de la familia de Saint-Lambert. Après avoir étudié au studium generale de Paris aux environs de 1140, Éverlin entra à l’abbaye bénédictine de Saint-Jacques. Il ne quitta son église de profession en 1161 que pour accéder à la dignité d’abbé de l’autre monastère bénédictin de la cité épiscopale : Saint-Laurent. On garde le souvenir d’un lettré distingué, d’un administrateur remarquable et de l’heureux entrepreneur de divers travaux de restauration et d’embellissement de l’abbatiale ; parmi ceux-ci, citons la fondation de l’autel dédié au martyr Thomas Becket. Le caractère exceptionnel de cette consécration précoce ne peut s’expliquer que par les relations personnelles qu’ont entretenue, lors de leur séjour d’études à Paris, le futur archevêque de Canterbury et cet abbé liégeois37.

  • 38 pp. 135-137 et 384-388.

46Mise à part la personnalité énigmatique du physicus Renier, dernier prieur du Neufmoustier, les deux dignitaires réguliers, qui avaient pris leurs grades au studium de Paris connurent une certaine célébrité. Bien que la réputation de l’abbé Éverlin ne semble pas avoir, comme celle de Jacques de Vitry, dépassé les frontières du diocèse de Liège, ces deux gradués ont eu une influence certaine sur les formes de la vie religieuse de nos contrées. Cette question sera traitée ultérieurement38.

E. Conclusion

47En guise de conclusion, dressons un premier bilan.

48L’origine sociale de vingt-et-un clercs gradués du XIIe siècle n’est pas connue. Pour ce qui concerne les huits autres, on sait que :

  1. deux sont nobles, dont un issu d’une famille comtale ;

  2. trois ou quatre appartiennent à des lignages de la chevalerie ou de la ministérialité et trois de ces familles vivent dans l’aisance ;

  3. deux ou trois sont d’origine bourgeoise et patricienne.

49Les cumuls de bénéfices sont loin d’être rares parmi les gradués liégeois ; parmi ceux-ci, on relève vingt-cinq chanoines suivant la règle d’Aix, un prémontré, deux chanoines réguliers de Saint-Augustin et un moine bénédictin. Deux maîtres liégeois ont achevé leur carrière à la tête d’un évêché, un troisième à la tête d’un archevêché, tandis qu’un quatrième fut cardinal-évêque ; pour deux de ces personnages, la formation acquise dans un studium generale a certainement favorisé le déroulement de leur carrière.

50Le chapitre Notre-Dame d’Aix est la seule institution à avoir fourni des gradués à la chancellerie impériale, alors que les magistri de Saint-Lambert, de Saint-Paul et de Saint-Jean de Liège, les trois églises de la cité épiscopale qui, au XIIe siècle, comptent le plus grand nombre de gradués, sont souvent les secrétaires-fondés de pouvoir des évêques et dignitaires ecclésiastiques. Mais, les archidiacres, tout comme les princes temporels, préfèrent recruter ou placer leurs notaires dans les églises de leur circonscription ou de leur principauté. Un des premiers officiaux de Liège en 1214 est un clerc gradué et l’évêque Hugues de Pierrepont a fait nommé un théologien évêque auxiliaire en 1226/27.

51Les évêques de Liège, d’Henri de Leez à Albert de Louvain, ont choisi des maîtres comme chapelain, notaire, secrétaire ou fondé de pouvoir. Enfin, deux figures politiques importantes de la Basse-Lotharingie à la fin du XIIe siècle, Henri l’Aveugle, comte de Namur et de Luxembourg, et Henri Ier, duc de Brabant, dont les domaines sont situés en partie dans le diocèse de Liège, ont confié la direction de leur chancellerie à des gradués appartenant à des églises proches de leur résidence. Les empereurs de Frédéric Barberousse à Philippe Ier ont également eu recours à des « universitaires » du chapitre Notre-Dame d’Aix pour assumer des fonctions parfois très importantes.

52Lorsque les maîtres servent plusieurs patrons, ces derniers ont d’étroits liens de parenté. La réputation, parfois internationale, acquise par ces intellectuels les fait choisir par certains princes temporels comme ambassadeur ou négociateur, même si ceux-là ne sont pas habituellement à leur service.

Notes

1 La carte II illustre la répartition géographique des gradués. Des points de différentes grandeurs indiquent le nombre total des maîtres attachés aux églises situées dans chaque localité. Les chanoines réguliers du Parc et du Neufmoustier sont signalés à Louvain et à Huy.

2 Sept si l’on accepte l'identification du clerc d’Albert de Rethel, prénommé Jean, avec le notaire d’Hugues de Pierrepont, Jean de Maubeuge, cfr notice biographique no 56+.

3 Il y aurait alors deux maîtres à Saint-Denis, deux également à Saint-Pierre de Liège, un à Notre-Dame de Dînant et sept ou huit à la cathédrale ; pour les autres collégiales, le nombre de gradués reste inchangé.

4 Voir à ce sujet les biographies de Thierry de Friesheim (no 84+), Conrad de Querfurt (no 14+), Ricolfus de Mayence (no 78+).

5 Voir au sujet de ce personnage la biographie no 87+. On sait aussi qu’Arnould de Wied, chancelier de Conrad III pour l’Italie de février 1140 à avril 1151, a probablement été à Liège le condisciple de Wibald, cfr H. Wolter, Arnold von Wied, Kanzler Konrad III. und Erzbischof von Köln, Cologne, 1973, pp. 5-6.

6 F. Hausmann, Reichskanzlei und Hofkapelle unter Heinrich V und Konrad III, Stuttgart, 1956, pp. 167-257.

7 Regnum et imperium, Vienne, 1967.

8 Sacrum imperium..., dans Zeitschrift für Geschichtswissenschaft, t. 16, 1968, pp. 598-601.

9 Wibald de Stavelot et le droit romain, dans Économies et Sociétés du Moyen Age. Mélanges offerts à È. Perroy, Paris, 1970, pp. 601-607.

10 Cfr biographie no 51+.

11 F. Hausmann, Die Anfänge des staufischen Zeitalters unter Konrad III., pp. 69-73.

12 R. Folz, La chancellerie de Frédéric Ier et la canonisation de Charlemagne, dans Le Moyen Age, t. 70, 1964, pp. 19 et sv. ; Herkenrath, op. cit., pp. 22, 51 note 277. Pour l’édition de l’acte, voir Meuthen, Aix, pp. 81-119, no 1-2.

13 Cfr la biographie no 51+.

14 H. Loetzke, Die Burggrafen von Magdebourg aus dem Querfurter Hause, Greifswald, 1951, p. 57.

15 Cfr à ce sujet la biographie no 46+ et particulièrement la note 4 au sujet de l’identification de Traiectensis avec Maastricht.

16 Voir à ce sujet les notices rédigées par E. Meuthen, Die Aachener Pröpste bis zum Ende der Stauferzeit, dans Zeitschrift des Aachener Geschichtsvereins, t. 78, 1966/67, pp. 5-95 et spécialement pp. 87-88.

17 Cfr la biographie no 78 +.

18 Deux autres clercs gradués, Winand et Conrad, sont également des membres du chapitre Notre-Dame d’Aix. Cependant, comme ils n’ont pas fait partie de la chancellerie impériale, il n’y a pas lieu de les étudier ici.

19 Il convient évidemment de se reporter au tableau 3, infra, pp. 108-109.

20 Dans un acte de l’archidiacre Amalric, Gérard d’Andenne est appelé domesticus et familiaris (cfr la biographie no 32+).

21 Cfr la biographie no 32+.

22 Dans R.H.D., t. 40, 1972, pp. 183-205, spécialement pp. 195-198.

23 Basé notamment sur le décret de Gratien et sur le Breviarium Extravagantium de Bernard de Pavie.

24 Au sujet des notaires utilisés par les princes temporels durant le XIIe siècle, on ne peut évidemment que renvoyer à l’étude fouillée de É. Reusens, Les chancelleries inférieures en Belgique depuis leur origine jusquau commencement du XIIIe siècle, dans A.H.E.B., t. 26, 1896, pp. 20-206. On trouve dans l’entourage des rois de France de la deuxième moitié du XIIe siècle des clercs gradués. É. Bournazel (Le gouvernement capétien au XIIe siècle, 1108-1180, Paris, 1975, p. 169) estime que c’est dans la renaissance du droit romain qu'il faut chercher les véritables fondements institutionnels du conseil royal; à la fin de son règne, Louis VII était, en effet, conseillé notamment par des légistes, dont l’esprit avait été formé à cette discipline.

25 On sait qu’Albert de Rethel, archidiacre de Hainaut et grand-prévôt de Saint-Lambert, est le fils de Béatrice, sœur d’Henri l’Aveugle et épouse de Gonthier de Rethel.

26 Voir à ce sujet F. Rousseau, Actes des comtes de Namur, pp. CXXXVII-CXL ; N. Van Werveke, Études sur les chartes luxembourgeoises du moyen âge Luxembourg 1890, pp. 80-82.

27 Notons qu’en 1192 et 1193, dans trois actes conservés en expédition originale et donnés par Baudouin (V) de Hainaut, « marquis » de Namur, Gislebert de Mons prend le titre de chancelier de Namur et de Hainaut (Reusens, op. cit., p. 138 ; au sujet de la création du marquisat de Namur, voir J.L. Kupper, Raoul de Zähringen..., pp. 101-127). Dès avant le décès d’Henri l’Aveugle donc, il y a une mainmise hennuyère sur la chancellerie namuroise et celle-ci s’amplifiera évidemment durant le règne de Philippe Ier le Noble.

28 Voir à ce sujet G. Smets, Henri Ier, duc de Brabant, 1190-1235, Bruxelles, 1908, pp. 260-267.

29 Il a certainement rédigé un acte daté de 1186 (cfr la biographie no 61+, note 5).

30 Daté du 1er janvier 1189 : Lahaye, Saint-Jean, pp. 23-24 no 30 (original).

31 Les actes où il apparaît avec ce titre sont édités par Reusens, Heylissem, dans A.H.E.B., t. 25, 1895, pp. 288, 289. Notons que son prédécesseur Arnould portait, lui, soit le titre de protonotaire, soit celui de chancelier (Reusens, Les chancelleries inférieures..., pp. 151-152).

32 Voir au sujet du caractère instable d’Albert de Louvain qui quitta quelques mois, d’octobre 1187 à mars 1188, l’état ecclésiastique pour se faire armer chevalier : Gislebert de Mons, Chronicon Hanoniense, éd. Vanderkindere, pp. 199, 206.

33 Cfr note 28, p. 121.

34 F. Vercauteren, Maître Benoît de Saint-Jean, pp. 48-50.

35 Notons qu’un autre gradué est un chanoine prémontré. Il s’agit de Francon de Bruxelles, membre du monastère du Parc et notaire d’Henri Ier. Il ne semble avoir détenu aucune dignité.

36 É. Poncelet, Œuvres de Jacques de Hemricourt, tome 3, Notes complémentaires, pp. 482-488.

37 Voir à ce sujet, mon article sur Le culte de Thomas Becket..., dans R.B.P.H., t. 55, 1977, pp. 381-389.

38 pp. 135-137 et 384-388.

Table des illustrations

Titre CARTE II. Répartition géographique des gradués dans le diocèse de Liège au XIIe siècle
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5970/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 4. Les maîtres prévôts de Notre-Dame d'Aix à la chancellerie impériale
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5970/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 5. Carrière du notaire Robert (no 79+ et 80 +)
Légende 0= original ; V = vidimus ; C = copie
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5970/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

© Presses universitaires de Liège, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search