Version classiqueVersion mobile

Le monde des maîtres universitaires du diocèse de Liège 1140-1350

 | 
Christine Renardy

Première partie. Les problèmes du XIIe siècle

Chapitre II. Magistri liégeois au XIIe siècle : distinction des véritables gradués

Texte intégral

Nam ut alios ante nostra tempora venientes, nobisque vultu incognitos taceam, quando Leodiensis Ecclesiae memoria apud Cluniacum perire poterit, quae Hezelonem, Tezelinum, Algerum, canonices magnosque suiis temporibus magistros, humilitatis discípulos et, ut ipsi qui vidimus, attestamur, veros monachos fecit ?
Pierre le Vénérable

1Le terme magister n’est pas, au XIIe siècle, utilisé uniquement dans le sens précis de gradué. Il apparaît souvent comme une simple abréviation de magister scolar(i)um, qui est, on l’a vu, un synonyme de scolasticus. La qualification de magister n’est donc pas encore un signe distinctif suffisant pour reconnaître un clerc gradué à l’époque envisagée, si bien qu’il a fallu chercher d’autres indices permettant d’identifier les élites intellectuelles du temps. C’est évidemment le procédé de la comparaison qui a été utilisé pour déterminer quelles sont les caractéristiques des véritables magistri.

  • 1 Il y a évidemment beaucoup plus de citations de cette locution, mais trois individus apparaissent a (...)
  • 2 Un de ceux-ci porte également le titre de magister (cfr la biographique no 82+).
  • 3 Pour arriver au total de 89, il faut compter, en plus des personnages cités dans le texte, Lambert (...)
  • 4 Le signe + signifie qu’il s’agit d'un clerc repris dans la liste du XIIe siècle, qui ne contient pa (...)

2Dans les sources diplomatiques et narratives couvrant la période 1101-1200, septante-neuf clercs sont cités avec le titre de maître, trois avec celui de magister scolar(i)um1, un avec celui de pedagogus, trois avec celui de medicus, deux avec celui de physicus2. Chacun d’eux a fait l’objet d’une notice d’identification. Dans ce catalogue, figurent aussi les biographies de trois clercs dont on sait qu’ils ont effectué un séjour d’études dans un Studium generale, c’est-à-dire en l’occurrence à Paris et à Bologne. Le dénombrement des gradués éventuels du XIIe siècle comprend donc en tout quatre-vingt-neuf3 notices qui sont classées par ordre alphabétique des prénoms et numérotées de 1+ à 89+4.

3Une première synthèse des notices consacrées aux gradués éventuels est présentée sous forme de tableau. Celui-ci comporte huit colonnes, qui contiennent les données suivantes :

  1. Appartenance connue à un chapitre ou un monastère au moins.

  2. Exercice de la charge d’écolâtre (si celle-ci est exercée à la cathédrale Saint-Lambert, on trouve le signe L).

  3. Qualification de magister ou physicus (P).

  4. Qualification de magister scolar(i)um ou de medicus (M).

  5. Service d’un dignitaire ecclésiastique ou d’un prince temporel.

  6. Exercice d’une fonction ecclésiastique importante : abbatiat (B), officialité (O), archidiaconat (R), décanat (D), prévôté (P), évêché (É).

  7. Séjour d’études dans un Studium generale : Paris (P), Bologne (B).

  8. Intervention comme arbitre (A), comme juge délégué de l’autorité ecclésiastique (J) ; exercice d’une fonction notariale ou de chancellerie (C).

4Dans les colonnes où les données ne sont pas symbolisées par une lettre capitale, on trouve deux signes :

  1. + indique une donnée incontestable.

  2. - indique une donnée résultant d’une déduction.

5Chaque personnage s’est vu affecté d’un indice allant de 0 à 10, qui signale la décennie du XIIe siècle, durant laquelle il est cité pour la première fois. Le zéro est affecté aux clercs cités dès le XIe siècle. Les dix individus dont les mentions sont douteuses ou dont l’appartenance au diocèse n’est pas certaine sont marqués du signe*.

6Les conclusions sont exposées dans ce tableau de la manière suivante : MAGISTER, PHYSICUS, Magister, G. La mention d’un titre en lettres capitales indique un clerc pour lequel il existe des preuves formelles de sa qualité de maître d’un Studium generale. Si la mention apparaît en caractères italiques, il s’agit d’un clerc qui a fait, selon mes déductions, des études supérieures. Il y a, dans ces cas, de fortes présomptions. Les personnages marqués du signe G pourraient être des gradués. Certains indices laissent supposer ce fait, mais rien ne le démontre expressément. Enfin, il reste trois personnages qualifiés de medicus ; ceux-ci posent un problème que l’on tentera de résoudre après avoir repéré les véritables universitaires.

Tableau 1. Distinction des gradués liégeois cités au XIIe siècle

Tableau 1. Distinction des gradués liégeois cités au XIIe siècle

***

7Neuf personnalités liégeoises du XIIe siècle sont incontestablement graduées d’un Studium generale. Voici leur nom par ordre d’apparition dans les sources :

  1. Héribert d’aix, notaire impérial, prévôt de Notre-Dame d’Aix, archevêque de Besançon de 1163 à 1170 (t 1170) ;

  2. Éverlin de Fooz, abbé de Saint-Laurent de Liège (t 1188) ;

  3. Conrad de Querfurt, chancelier d’Henri VI, évêque de Wurtzbourg (1195 — juin 1198) et d’Hildesheim (juin 1198 — décembre 1202) (f 1202) ;

  4. Jacques de Vitry, cardinal-évêque de Tusculum (t 1240) ;

  5. Siger de Brabant, physicus, notaire d’Henri Ier, duc de Brabant, coûtre de Saint-Paul à Nivelles († cr. 1222) ;

  6. Thierry de Friesheim, jurisperitus, prévôt de Saint-André à Cologne et doyen de Saint-Lambert à Liège (t 1229) ;

  7. Renier de Neufmoustier, physicus, prieur du Neufmoustier de 1196 à 1208 ;

  8. Winand, jurisperitus, écolâtre de Saint-Servais, doyen de Notre-Dame d’Aix († cr. 1223) ;

  9. Gauthier, jurisperitus, doyen de Saint-Jean (+ 1220).

8Aucun clerc gradué liégeois n’est donc cité avant 1140. Aux environs de cette date, on en repère deux : maître Heribert entre à la chancellerie impériale, tandis qu’Éverlin de Fooz étudie à Paris. Exception faite pour le chancelier impérial Conrad de Querfurt, qui est cité dès 1172, les six autres diplômés des studia generaba apparaissent dans des documents postérieurs à 1180.

  • 5 Un jurisperitus est un universitaire qui a étudié le droit (canon ou civil) ; il est donc hiérarchi (...)
  • 6 La faculté de droit de Paris naquit en 1150 environ (G. Le Bras, La faculté de droit..., dans Aspec (...)
  • 7 Placentin et Rogerius, juristes bolonais, enseignèrent à Montpellier à partir de 1162/1166 : P. Tis (...)

9Il ne fait aucun doute que Conrad de Querfurt, Éverlin de Fooz et Jacques de Vitry ont fait leurs études à Paris. Ce dernier est un théologien ; on ne connaît pas avec certitude la spécialité des deux autres. Thierry de Friesheim, Winand et Gauthier sont qualifiés de jurisperiti5 ; ils ont donc fréquenté soit le Studium generale de Bologne, soit celui de Paris, ou encore les écoles de Montpellier. Avant 1219, on formait encore des civilistes à Paris6 et, depuis 1165-1166, l’enseignement du droit romain était assuré à Montpellier7.

  • 8 H. Rasdall, The Universities of Europe..., 2e éd., t. 1, pp. 79-86 ; H. Denifle, Die Universitäten. (...)
  • 9 M. Bariety et Ch. Coury, Histoire de la médecine, Paris, 1963, p. 342 ; M. Bories, op.cit., pp. 98- (...)
  • 10 F. Vercauteren, Les médecins du VIIIe au XIIIe siècle, pp. 61-92, spécialement pp. 88 et 91.

10Renier et Siger, physici, doivent leur formation à un Studium generale (soit celui de Salerne qui décline depuis le sac de la ville en 11948, soit ceux de Bologne ou de Paris, où les facultés de physica s’organisent dès la fin du XIIe siècle) ou à l’école médicale de Montpellier (qui accueille officiellement les étrangers depuis janvier 11819). F. Vercauteren10 a, en effet, montré qu’à partir de 1150 environ, les porteurs du titre de physicus sont très souvent des clercs qui ont fait des études in arte physicali. Notons que Siger ne porte les titres de magister et de physicus qu’après l’automne 1192. A cette date, il était à Reims, si bien que j’inclinerais à le voir étudier la médecine à Paris vers 1192/1194.

  • 11 Cfr les biographies no 51+ et 87+, ainsi que R.M. Herkenrath, Regnum et imperium..., Vienne, 1967, (...)
  • 12 J.C. Robertson, Materials for the History of Thomas Becket, t. 4, p. 296. Cfr p. 00.

11Aucun document n’indique la spécialité d’Héribert d’Aix, mais il semble plausible d’admettre qu’il s’agit d’un juriste formé à Bologne car, tout comme Wibald de Stavelot qui fit un séjour d’études dans cette ville italienne, il est très imprégné d’idéologie impériale11. L’autre collaborateur de la chancellerie, Conrad de Querfurt, est aussi problement un juriste, mais on sait qu’il étudia à Paris. Enfin, Éverlin de Fooz, s’il a bien connu Thomas à l’Université de Paris, ce que je crois, a dû côtoyer celui-ci à la faculté de droit ; car, c’est là qu’étudiait le futur archevêque de Canterbury avant d’être, en 1140 environ, rappelé en Angleterre12

12Résumons ces premières conclusions sous forme de tableau (p. 98).

  • 13 F. Vercauteren, Maître Benoît de Saint-Jean, dans le Moyen Age, t. 73, 1967, p. 52.
  • 14 A. Joris, Notes sur la pénétration du droit savant..., pp. 195-198.

13Un seul des gradués étudiés ici a assumé une charge d’enseignement : Winand est écolâtre de Saint-Servais de Maastricht. C’est surtout l’exercice des fonctions de chancellerie ou les missions d’arbitrage qui caractérisent les carrières magistrales. Ainsi, Conrad de Querfurt est chancelier de l’empereur Henri VI et Héribert d’Aix notaire de Frédéric Ier Barberousse, tandis que Gauthier de Saint-Jean apparaît comme un « secrétaire-fondé de pouvoirs »13 du grand-prévôt Albert de Rethel. Dans un article remarqué, A. Joris a étudié la consultation demandée par l’abbé de Saint-Hubert à des juristes liégeois au sujet des droits de son abbaye sur l’église de Baisy14. Trois des gradués étudiés ici font partie des experts consultés à cette occasion ; il s’agit de Gauthier, doyen de Saint-Jean-l’Évangéliste, de Winand, doyen de Notre-Dame d’Aix, et de Thierry de Friesheim, prévôt de Saint-André de Cologne et doyen de Saint-Lambert. Ce dernier est, à plusieurs reprises, chargé de régler des conflits au nom des papes Célestin III et Innocent III.

Tableau 2. Études des gradués

Nom

Studium

Spécialité

1. Héribert d’Aix († 1180)

Bologne

Droit

2. Éverlin de Fooz († 1188)

Paris

Droit

3. Conrad de Querfurt († 1202)

Paris

Droit

4. Jacques de Vitry († 1240)

Paris

Théologie

5. Siger de Brabant († cr. 1222)

Paris

Physique

6. Thierry de Friesheim († 1229)

Droit

7. Renier du Neufmoustier († ap. 1208)

Physique

8. Winand († cr. 1223)

Droit

9. Gauthier de St-Jean († 1220)

Droit

N.B. Les données inscrites en italique sont hypothétiques.

***

14A côté des neuf gradués que j’ai signalés jusqu’à présent, il en existe évidemment d’autres qu’il convient de repérer.

15Cette liste est plus longue, mais aussi plus difficile à établir. Retenons comme hypothèse de travail les noms suivants : 1° Benoît de Saint-Jean (no 11+) ; 2° Conrad d’Aix (no 13+) ; 3° Drogo (no 16+) ; 4° Francon de Bruxelles (no 25+) ; 5° Gérard d’Andenne (no 32+) ; 6° Gérard de Frasnes (no 33+) ; 7° Gérard de Saint-Jean (no 34+) ; 8° Gilles (no 35+) ; 9° Godefroid de Schoor ou de Louvain (no 38+-39 +) ; 10° Henri de Maastricht (no 46+) ; 11° Jean (no 56+) ; 12° Jonas de Saint-Paul (no 60+) ; 13° Julien (no 61+) ; 14° Pierre, auteur de YAntigraphum (no 68+) ; 15° Rabodon, official (no 72+) ; 16° Raoul de Saint-Paul (no 73+) ; 17° Renier de Hocsem (no 75+) ; 18° Ricolfus de Mayence (no 78+) ; 19° Robert de Malonne ou de Namur (no 79+ et 80+) ; 20° Simon de Langres (no 83+).

16Au point de vue chronologique, on remarque que trois des clercs considérés comme des gradués apparaissent avant 1160, deux durant la décennie 1160-1170, cinq entre 1170 et 1180, six et cinq durant les dernières décennies du siècle. Il reste un dernier personnage qui pose un problème : Pierre, auteur de l'Antigraphum, n’apparaît dans aucun document daté, sauf si on considère que c’est bien lui qui est cité dans la supplique adressée à Calixte III entre 1160 et 1175. Il doit cependant être né au début du XIIe siècle, puisqu’il fut le professeur de Lambert le Bègue qui meurt, lui, en 1177. De plus, il n’existe aucune preuve formelle qu’il soit liégeois, ni d’ailleurs qu’il ne le soit pas.

17Exception faite pour Pierre, auteur de l'Antigraphum, tous ces personnages sont qualifiés de maîtres. La mention du titre précède l’énoncé de leur prénom et ce fait apparaît comme un indice important de leur condition de gradué. Cinq des clercs étudiés ici ont occupé une charge d’enseignement : Benoît à Saint-Jean de Liège, Godefroid à Saint-Pierre de Louvain, Henri à Saint-Servais de Maastricht, Jonas à Saint-Paul de Liège et Julien à Saint-Paul de Nivelles ; mais ils ont eu également d’autres activités importantes : soit après avoir renoncé à l’écolâtrie de leur collégiale, comme Benoît qui devient doyen et Henri, protonotaire impérial et évêque, soit comme Jonas, Julien et Godefroid qui sont en même temps notaires et écolâtres. Notons un fait important : Jonas, Henri et Benoît conservent le titre de magister même lorsqu’ils ont renoncé à l’enseignement. Ce fait est significatif de leur véritable qualité de gradué.

18Les « universitaires » du XIIe siècle se distinguent assurément par le rôle important qu’ils ont joué dans les missions d’arbitrage et les fonctions notariales ou de chancellerie. Les notices biographiques consacrées aux clercs qui sont certainement des magistri démontrent, sans conteste, cette affirmation. On peut affirmer la même chose pour les individus du groupe étudié en ce moment. Benoît de Saint-Jean, Raoul de Saint-Paul, Gérard d’Andenne et l’official Rabodon jouent, à plusieurs reprises, le rôle d’arbitre et de juge délégué par l’autorité ecclésiastique. Des fonctions notariales, parfois d’un niveau élevé comme celle occupée par Henri de Maastricht qui est protonotaire de Frédéric Barberousse, sont confiées à ces clercs. Ils sont sans aucun doute recherchés par les princes et hauts dignitaires ecclésiastiques pour leur compétence technique, leur connaissance des affaires et du droit. Ainsi, Conrad d’Aix, Ricolfus de Mayence et Henri de Maastricht sont cités dans des diplômes de Frédéric Barberousse et d’Henri VI. Henri l'Aveugle, comte de Namur, a pour notaire Robert de Malonne ou de Namur, qui travailla également avec le grand-prévôt Albert de Rethel, neveu du comte précité.

19On trouve dans l’entourage d’Henri Ier, duc de Brabant, le physicus Siger, qui est aussi un compagnon de l’évêque Albert de Louvain, frère du duc, mais surtout les notaires Francon et Renier de Hocsem ; Julien, écolâtre de Nivelles, joue, lui, un rôle plus discret. Drogo et Godefroid de Schoor ou de Louvain sont les chapelains de l’évêque Alexandre IL Benoît de Saint-Jean collabore d’assez près avec Henri de Leez et Raoul de Zähringen ; il accompagne d’ailleurs ce dernier au troisième concile de Latran en 1179. Il est également en relations avec la famille des comtes de Looz et avec l’archevêque de Cologne Philippe de Heinsberg qui a, on le sait, fait une partie de sa carrière à Liège. Jonas est, quant à lui, qualifié de clericus meus par Raoul de Zähringen.

20Albert de Louvain, fils du duc Godefroid III et évêque de Liège, est cité en compagnie de Siger de Brabant et de Gérard de Saint-Jean. Après la mort du saint évêque, ce dernier fera partie de l’entourage de Simon de Limbourg, puisqu’il meurt à Rome, en 1195, avec d’autres ecclésiastiques liégeois qui faisaient partie de la suite du candidat à l’évêché. Enfin, Albert de Rethel, grand-prévôt de Liège, a de nombreux collaborateurs : Robert de Malonne ou de Namur, Gauthier de Saint-Jean, Gilles, Jean et Simon de Langres. Ce dernier servira également de clerc au légat pontifical Guy de Préneste, lors de son passage à Liège en 1204.

  • 15 J. Goossens, Het « Antigraphum Petri » en het probleem Lambertus li Beges. Een Kritiek op de Luikse (...)

21Reste à examiner le cas du prêtre Pierre, auteur de l'Antigraphum. Celui-ci, dont rien n’atteste expressément qu’il soit liégeois, est très mal connu. Néanmoins, la remarquable analyse de son œuvre qu’a réalisée J. Goossens15 prouve que cet auteur possédait une grande expérience du vocabulaire et des disputes théologiques. Il est donc vraisemblable de considérer que Pierre a fait un séjour d’études au Studium generale de Paris durant les premières décennies du XIIe siècle.

***

22Il convient maintenant de dresser un premier bilan. Jusqu’à présent vingt-neuf clercs liégeois ont, d’après mes constatations et déductions, pris leurs grades dans un Studium generale au XIIe siècle. Ils apparaissent dans le diocèse aux environs de 1140, mais ne deviennent nombreux que dans le dernier quart du siècle. Ce fait apparaît immédiatement à la lecture du graphique no 1. Pour établir celui-ci, on a mis en ordonnée le nombre de magistri cités pour la première fois durant une décennie et en abscisse les sept dernières décennies de ce siècle.

Graphique No 1. Date d'apparition des gradués liégeois.

Graphique No 1. Date d'apparition des gradués liégeois.

23L’influence exercée sur la société liégeoise de la deuxième moitié du XIIe siècle par ce groupe d’individus qui forment, on le sait, l’élite intellectuelle du temps, sera envisagée plus tard. Il convient, en effet, de distinguer maintenant les clercs qui pourraient être des gradués, de ceux qui, à mon avis, n’ont aucune chance d’avoir fait des études supérieures à l’étranger.

***

24Examinons maintenant le cas des clercs qui, à la suite de comparaisons effectuées avec les gradués retenus jusqu’à présent, apparaissent comme des diplômés possibles d’un studium generale ; il n’existe cependant pas concernant ceux-ci de preuves suffisamment déterminantes pour entraîner leur classement dans les catégories précédemment étudiées.

  • 16 Voir la biographie no 612.

251° Diverses mentions d’un certain maître Ascelin (no 6 +) sont relevées dans des sources datées de 1152 à 1178. On sait que ce personnage était chanoine de Saint-Lambert et chanoine de Saint-Denis à Liège, ainsi que probablement membre du chapitre Saint-Pierre et des conciles de Saint-Trond et de Visé. Aucun fait précis ne permet d’affirmer que ce clerc ait fait des études supérieures, mais l’hypothèse ne peut être totalement écartée. 2° Un clerc prénommé Daniel (no 15+) est cité, en 1184, avec Albert de Louvain, alors chanoine de Saint-Lambert, dans un acte d’Henri 1er, duc de Brabant ; c’est la seule mention connue de ce personnage. 3° Un clerc appelé maître Alexandre (no 2+) fait partie de l’entourage du même Albert de Louvain, évêque de Liège en exil à Reims, durant l’automne 1192. 4° Maître Gilbert (no 36+), cité avec le titre de notarius Lovanio en 1173, est peut-être un juriste, mais aucune des mentions de ce personnage n’apporte un élément déterminant plaidant en faveur de cette hypothèse. 5° et Deux notaires d’Henri l’Aveugle, comte de Namur et de Luxembourg, Guillaume (no 43+ et 44+) et Pierre (no 69+) sont très probablement des gradués, mais rien ne prouve qu’il s’agit de clercs du diocèse de Liège. 7° Un autre maître Pierre (no 71+) est, en 1197, écolâtre de Saint-Denis et fait partie de la mesnie d’Hugues de Pierrepont. Il pourrait être un universitaire et ne faire qu’une seule et même personne avec le maître Pierre qui dirige l’écolâtrie de Sainte-Croix au début du XIIIe siècle16. Ce dernier est également un conseiller privilégié de l’évêque Hugues. 8° Maître Barthélemy (no 71+) garde son titre de magister même lorsqu’il est cité comme doyen de Notre-Dame de Dînant, en 1217.

26Les clercs cités ci-dessus ont donc le plus souvent occupé des fonctions de chancellerie et joué un rôle de conseiller auprès de différents princes ou dignitaires ecclésiastiques. Ces activités sont caractéristiques ; la très grande majorité des personnages en qui j’ai reconnu des gradués ont, en effet, exercé celles-ci à une période quelconque de leur existence. Il faut cependant reconnaître que les renseignements fournis par les sources liégeoises au sujet de ces huit personnes sont très fragmentaires.

***

27Les clercs, qui sont repris dans le tableau 1 et dans la liste des magistri du XIIe siècle mais dont il n’a pas encore été question, doivent être, à mon avis, considérés comme de simples écolâtres. Le titre de maîtres qu’ils portent ne peut être que l’abréviation de la locution magister scolar(i)um.

28Trois personnages sont cités dans les sources liégeoises avec le titre de medicus. Le médecin juif appelé Moïse, qui a soigné Rodolphe de Saint-Trond en 1138, n’était probablement que de passage à Liège ; la mention de la chronique de l’abbé hesbignon est en tout cas la seule trace laissée par ses activités dans le diocèse. Hidulphus et Grimoald, cités entre 1150 et 1160, ont certainement résidé dans nos contrées. L’un est religieux à Averbode ; l’autre est soit moine à Saint-Hubert, soit médecin d’Henri, comte de la Roche, à moins qu’il n’occupe les deux fonctions en même temps.

  • 17 Voir à ce sujet le remarquable article de F. Vercauteren, Les Médecins du VIIIe au XIIIe siècle, da (...)
  • 18 F. Vercauteren, Les médecins..., p. 75 et p. 77, note 59.

29Dans la première moitié du XIIe siècle, c’est le terme medicus qui est encore le plus couramment utilisé pour qualifier les praticiens de l’art médical17 ; mais, certains d’entre eux, cités entre 1130 et 117018, portent cependant déjà les titres de magister et de physicus. Dès la fin du siècle, ces deux termes sont souvent associés pour désigner les médecins porteurs de titres universitaires, tandis que d’autres, qui sans doute n’ont pas eu les moyens de prendre leurs grades dans un Studium generale, continuent à être qualifiés de medicus. Cette évolution m’a incité à ne pas considérer Grimoald et Hidulphus comme des gradués, d’autant plus que les sources ne leur accordent pas le titre de magister qui est d’utilisation courante dans le sens précis de « gradué » dès 1150 environ.

Notes

1 Il y a évidemment beaucoup plus de citations de cette locution, mais trois individus apparaissent avec la seule qualification de magister scolarum et ne portent jamais le titre de magister.

2 Un de ceux-ci porte également le titre de magister (cfr la biographique no 82+).

3 Pour arriver au total de 89, il faut compter, en plus des personnages cités dans le texte, Lambert de Isshe, qui est qualifié erronément de maître par un historien moderne (cfr biographie no 63 +).

4 Le signe + signifie qu’il s’agit d'un clerc repris dans la liste du XIIe siècle, qui ne contient pas uniquement des gradués véritables ; ces derniers apparaîtront également dans le deuxième répertoire qui ne reprend, lui, que les universitaires.

5 Un jurisperitus est un universitaire qui a étudié le droit (canon ou civil) ; il est donc hiérarchiquement inférieur à un doctor utriusque juris : cfr Ε. Caillemer, Henri de Sartines..., dans Mélanges H. Fitting, t. 1, Montpellier, 1907, p. 143. Ce titre de jurisperitus apparaît sur les sceaux que ces trois clercs, Thierry, Winand et Gauthier, ont apposés au même acte ; celui-ci stipule en fait la consultation qu’ils ont accordée, conjointement avec d’autres juristes, à l’abbaye de Saint-Hubert entre novembre 1207-1208 et 1212, cfr à ce sujet A. Joris, Notes sur la pénétration du droit savant..., pp. 196-198.

6 La faculté de droit de Paris naquit en 1150 environ (G. Le Bras, La faculté de droit..., dans Aspects de l’Université de Paris, Paris, 1949, pp. 85-86), mais on cessa d'y enseigner le droit civil après le 22 novembre 1219, suite à la décrétale d’Honorius III (Super speculant..., éd. Denifle et Chatelain, 1, pp. 90-93, no 32). Voir à ce sujet A. Tardif, Note sur une bulle d'Honorius III, dans R.H.Dr.fr.et étr., t. 4, 1880, pp.291-294 ; M. Fournier, L’Église et le droit romain au XIIIe siècle, dans R.H.Dr. fr. et étr., t. 14, 1890, pp. 80-119 et St. Kuttner, Papst Honorius III. und das Studium des Zivilrechts, dans Festschrift M. Wolf, Tübingen, 1952, pp. 79-101.

7 Placentin et Rogerius, juristes bolonais, enseignèrent à Montpellier à partir de 1162/1166 : P. Tisset, Placentin et son enseignement à Montpellier, pp. 67-94 ; M. Bories, Les origines de l’Université de Montpellier, pp. 96-98 ; A. Gouron, Les étapes de la pénétration du droit romain..., pp. 103-120 ; C.G. Mor, A l'origine de l’école de Montpellier..., pp. 17-21.

8 H. Rasdall, The Universities of Europe..., 2e éd., t. 1, pp. 79-86 ; H. Denifle, Die Universitäten..., 1, p. 235 ; A.B. Cobban, The Medieval Universities, 2e éd., pp. 37-47.

9 M. Bariety et Ch. Coury, Histoire de la médecine, Paris, 1963, p. 342 ; M. Bories, op.cit., pp. 98-102.

10 F. Vercauteren, Les médecins du VIIIe au XIIIe siècle, pp. 61-92, spécialement pp. 88 et 91.

11 Cfr les biographies no 51+ et 87+, ainsi que R.M. Herkenrath, Regnum et imperium..., Vienne, 1967, pp. 22, 51 : Héribert qui vivait dans l’entourage de Frédéric Barberousse, séjourna en Italie, notamment en 1160 ; il participa à cette date au concile de Pavie.

12 J.C. Robertson, Materials for the History of Thomas Becket, t. 4, p. 296. Cfr p. 00.

13 F. Vercauteren, Maître Benoît de Saint-Jean, dans le Moyen Age, t. 73, 1967, p. 52.

14 A. Joris, Notes sur la pénétration du droit savant..., pp. 195-198.

15 J. Goossens, Het « Antigraphum Petri » en het probleem Lambertus li Beges. Een Kritiek op de Luikse Geestelijkheid in de 12de eeuw, mémoire de licence présenté à l’Université de Louvain en 1973.

16 Voir la biographie no 612.

17 Voir à ce sujet le remarquable article de F. Vercauteren, Les Médecins du VIIIe au XIIIe siècle, dans Le Moyen Age, t. 57, 1951, pp. 61-92.

18 F. Vercauteren, Les médecins..., p. 75 et p. 77, note 59.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Distinction des gradués liégeois cités au XIIe siècle
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5967/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5967/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Graphique No 1. Date d'apparition des gradués liégeois.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5967/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

© Presses universitaires de Liège, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search