Version classiqueVersion mobile

Le monde des maîtres universitaires du diocèse de Liège 1140-1350

 | 
Christine Renardy

Première partie. Les problèmes du XIIe siècle

Chapitre premier. Le terme magister au XIIe siècle

Texte intégral

  • 1 Il s’agit évidemment d’une paraphrase de la Genèse (1, 1 ; 2, 4).

Illius magister qui caelum et terram ex nihilo condidit1
Pierre de Naples

A. Le terme magister au point de vue sémantique et institutionnel

1Le terme magister n’a pas fait jusqu’à présent l’objet d’une étude sémantique ; il semble cependant que l’analyse des variations de sens de ce mot aiderait à la compréhension de certains problèmes institutionnels du Haut Moyen Age, qui intéressent directement ce travail. On trouvera donc ici un relevé des acceptions de ce terme, relevé sommaire, mais réalisé en corrélation très étroite avec l’histoire des institutions.

  • 1 D’où vient également le mot magnus, cfr A. Ernout et A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la la (...)

2A l’époque classique, le mot latin magister qui s’est formé à partir du radical mac1, a deux significations :

    • 2 Les exemples sont évidemment innombrables.

    celui qui dirige, qui commande » : magister populi, magister equitum, magister chori canentium, magister pecoris, etc.2 ;

    • 3 Cicéron, De l’orateur, lib. I, cap. 57 (éd. E. Courbaud, Paris, 1922, p. 88). Voir aussi par exempl (...)

    « celui qui enseigne » : magister artium, magister virtutis, magister docendis publice juvenibus. Pour illustrer ce deuxième sens, qui se rapporte directement à mon propos, je citerai Cicéron : At in hoc genere pueri apud magistros exercentur omnes3. De même, magisterium signifie soit « fonction de chef, de directeur », soit « fonction d’enseignant, de précepteur » ; on relève également, dérivant de cette deuxième acception, le sens de « leçons d’enseignement ».

3Dans la langue latine utilisée au Moyen Age, magister a de nombreux sens que l’on peut regrouper, — sans doute un peu arbitrairement, — en quatre catégories :

41. — chef d’un groupe d’esclaves, des tenanciers d’un domaine, des serviteurs ou chef d’une communauté cléricale, d’une institution de charité, d’une grange cistercienne ;

52. — officier seigneurial chargé de l’administration d’un domaine (cfr supra : chef des tenanciers), de la justice du marché, du monnayage ;

6— bourgmestre ;

73. — artisan spécialisé qui domine une technique, un art ;

  • 4 Cfr au sujet de ces deux acceptions, J. Stiennon, Histoire de l'art et fiction poétique, dans Mélan (...)

8— ouvrier de la construction (maçon, charpentier, sculpteur), architecte4 ;

9— chef d’un métier qui dirige le travail et enseigne aux apprentis ;

104. — enseignant, précepteur : même signification que dans la langue latine de l’époque classique.

11Les sens du mot magister repris dans les groupes 1, 2 et 4 dérivent directement des deux significations, — chef et enseignant, — qui existaient dans la langue latine de l’époque classique. Par contre, les acceptions classées dans la troisième catégorie, — artisan qui domine une technique, un art et ouvrier de la construction, — apparaissent comme une création originale de la mentalité médiévale. Cette innovation ne sera d’ailleurs pas sans influence sur la formation du titre accordé plus tard à certains intellectuels.

  • 5 Tannery et Clerval, Une correspondance d’écolâtres..., p. 463.
  • 6 Jaffé, Monumenta Corbeiensia..., p. 132 no 55.

12Citons, à titre d’exemple, deux emplois du terme magister dans le sens classique d’« enseignant » aux XIe et XIIe siècles. L’évêque Wazon de Liège est appelé par Raimbaud, grand-écolâtre de Cologne, le magister tuus dilectas noster dominus de Raoul, écolâtre de Liège5. De même, Wibald de Stavelot considère Reinhard, abbé de Reichenau, comme le nostrae adolescentiae magister ac praceptor6.

13Même si elle est encore connue par certains individus, l’acception du latin classique magister = celui qui enseigne sera peu usitée au moyen âge. On préféra à cette époque recourir à d’autres termes composés à partir du mot schola. Plusieurs indices — parmi lesquels j’en retiendrai deux — prouvent cet oubli relatif.

  • 7 É. Lesne, Les écoles de la fin du Ville siècle à la fin du XIIe siècle, Lille, 1940, pp. 460-461.

14Le premier est le suivant. Selon É. Lesne, « un certain nombre d’expressions désignent ceux qui font profession d’enseigner dans une école. Ce sont des vocables composés, où le terme école est déterminé par un autre : primus scole, primicerius scolae puerorum, scolae provisor ac primus, caput scolae ou capiscol, magister scolae, magister scolarum, magister scolaris, rector scolarum, archiscola, (archi) scolaster, (archi) scolaris, (archi) scolasticus »7. Je m’attarderai donc aux expressions contenant le mot magister et désignant ceux qui enseignent. Une remarque vient immédiatement à l’esprit. Dans les locutions magister scolae ou scolarum ou scolaris, maître signifie « chef », « didirecteur», et apparaît comme un synonyme de primus, rector, caput, archi..., primicerius. Le sens de « celui qui enseigne » que possédait magister dans la langue latine depuis l’époque classique semble donc ne pas avoir été pris en considération pour créer ces expressions consacrées.

  • 8 À partir de 1100, il y a plus de confusion dans la terminologie ; il est vrai que les sources sont (...)
  • 9 Ainsi, entre 1010 et 1027, Raoul est appelé magister (specialis) par Raimbaud de Cologne (cfr Tanne (...)
  • 10 G. Bourbon, La licence d’enseigner et le rôle de l'écolâtre au moyen âge, dans Revue des questions (...)

15On peut voir un second indice de l’oubli de l’acception classique magister = enseignant dans le fait qu’à Liège, au XIe siècle8, le titre de magister est accordé uniquement aux écolâtres de Saint-Lambert9. Celui-ci semble donc avoir été réservé au détenteur du monopole scolaire10 dans l’ensemble du diocèse. Le titulaire était d’ailleurs seul habilité à donner licence à d’autres enseignants de diriger une école à l’intérieur des limites territoriales de l’autorité ecclésiastique qui lui a accordé cette juridiction, en l’occurrence l’évêque de Liège. Ainsi, dans ce titre réservé au seul écolâtre de la cathédrale, l’idée de primauté semble également intervenir tout autant, sinon plus, que celle d’enseignement.

***

  • 11 Lesne, op.cit., pp. 461-462.
  • 12 Voir à ce sujet le Novum Glossarium Mediae Latinitatis (fasc. Ma) éd. F. Blatt, Copenhague, 1959, c (...)
  • 13 Migne, P.L., t. 179, col. 516.

16L’utilisation, après 1100, du terme magister pour désigner les ecclésiastiques gradués ne dérive donc certainement pas uniquement de l’acception du latin classique « celui qui enseigne », loin de là. Examinons la manière dont cette appellation, qui connaîtra un succès sans précédent, s’est forgée. A l’époque du Bas-Empire et au Moyen Age, magister est employé dans une « acception d’ordre général, désignant celui dont on reconnaît l’autorité, dont les préceptes sont obéis »11. Il possède surtout ce sens dans la Vulgate et dans les textes religieux12. C’est sans nul doute de cette acception générale d’« autorité reconnue » que dérive le titre de magister que l’on va accorder à certains intellectuels, ceux qui dominent une matière, une branche du savoir. En 1140, Innocent Il appelle Abélard, maître Pierre13 ; de même, on cite maître Robert de Mélun, maître Pierre Lombard, maître Jean de Salisbury, maître Conrad de Querfurt... Un maître au XIIe siècle est un docteur distingué par l’Église. Ajoutons que ce titre sera d’autant mieux reçu dans le public cultivé qu’il est, au départ, attribué surtout à des enseignants que la langue latine permet déjà d’appeler magister.

  • 14 U. Gualazinni, L'origine dello « studium » bolognese nella più antiche vicende della « licentia doc (...)
  • 15 En effet, l’Empereur accorda également des privilèges aux étudiants et aux maîtres de Bologne : P. (...)
  • 16 Un cas intéressant à souligner est celui de Thomas Becket. Celui-ci, après avoir reçu un enseigneme (...)

17Dès le milieu du XIIe siècle donc, la qualification de maître est réservée aux personnes qui ont satifait aux épreuves organisées par les studia generalia14. C’est à elles seules que les autorités compétentes, l’Église d’abord, l’Empereur peu après15, accordèrent à partir de cette époque la licentia ubique terrarum docendi16.

  • 17 Cfr supra, p. 18.
  • 18 Lesne, op.cit., p. 463.
  • 19 Ph. Delhaye, L’organisation scolaire..., pp. 265-267.
  • 20 Voir à ce sujet, M.M. Davy, La situation juridique des étudiants..., dans Revue d'Histoire de l’Égl (...)

18Mes conclusions concernant le titre accordé aux diplômés des institutions d’enseignement supérieur de Salerne, Bologne et Paris17 seront différentes de celles auxquelles était parvenu É. Lesne au début de ce siècle. Cet auteur estimait qu’« en dépit de la fréquence avec laquelle il (le titre de magister) est distribué (au XIIe siècle), il semble bien qu’il désigne le maître qui enseigne ou qui a enseigné »18. A mon avis, au contraire, tous les maîtres ne se consacreront pas à l’enseignement, tant s’en faut. Dès le XIIe siècle, les juristes et les physici d’abord, les théologiens ensuite, préféreront souvent à une carrière de professeur, les honneurs d’une carrière à la cour des princes et des prélats, ainsi que les bénéfices qui en découlent19. S’ils renoncent à utiliser la licentia docendi que l’autorité spirituelle ou temporelle leur a décerné pour rechercher d’autres honneurs, ils n’en conservent pas moins leur titre de magister. De plus, quelle que soit la fonction qu’ils assument, les clercs gradués jouissent, dès le XIIe siècle, de privilèges spéciaux. Par le biais des réserves particulières, les souverains pontifes peuvent, en effet, pourvoir les maîtres de bénéfices dans toute la chrétienté20.

  • 21 Ph. Delhaye, L’organisation scolaire..., p. 256.
  • 22 Miraeus et Foppens, 1, p. 682 : Ermentruda magistra.

19A l’opposé, tous les enseignants de cette époque ne portent pas le titre de magister. Nombre d’entre eux sont désignés simplement par les termes scolasticus, magister scolarum, rector scolarum..., magister étant réservé aux individus qui, comme on vient de le voir, ont fait des études supérieures dans un des trois studia generalia existant au XIIe siècle et qui sont, de ce fait, habilités à enseigner ubique terrarum. Les maîtres, diplômés d’une de ces grandes écoles, ne doivent pas être confondus avec la majorité des écolâtres liégeois, qui ne sont plus capables, au XIIe siècle, que de préparer les clercs à un séjour de perfectionnement à l’étranger. Il n’est pas rare, à cette époque, de trouver à la tête des écoles capitulaires des enseignants qui n’ont jamais étudié la théologie ou le droit canon et qui s’en tiennent, dès lors, à l’explication des arts libéraux21. Les sources narratives et diplomatiques liégeoises n’accordent d’ailleurs pas le titre de « maître» à tous les pédagogues du diocèse. Notons cependant que la locution magister scolarum, scolaris ou scolarium est parfois abrégée en magister. Cet usage peut évidemment prêter à confusion. A ce propos, citons l’exemple de la chanoinesse de Nivelles, qui est qualifiée de magistra dans un acte daté de 112622 ; il est pourtant certain que cette personne n’a pas pris ses grades à l’étranger et qu’il s’agit d’une simple maîtresse d’école.

***

  • 23 Ducange, Glossarium Mediae et Infimae Latinitatis, rééd. P. Carpentier et G.A.L. Henschel, Paris, 1 (...)
  • 24 Ce dictionnaire reprend les expressions suivantes concernant ce titre universitaire : magister in a (...)
  • 25 J.F. Niermeyer (†), Mediae Latinitatis Lexicon Minus, 12 fasc., Leyde, 1954-1977.
  • 26 Notons que ce glossaire ne prend en considération que les sources datées de 800 à 1200.
  • 27 Pour plus de détails, voir Ch. Lefèbvre, Docteur, dans Dictionnaire de droit canonique, t. 4, 1949, (...)
  • 28 W. Von Wartrurg, Französiches Etymologisches Wörterbuch, t. 6, Bâle, 1958, col. 39 A.

20Du Cange23 définit les magistri24 de la manière suivante : qui vulgo doctores in theologia, vel alia facultate. Niermeyer25 a omis de signaler cette acception du mot magister qui n’existe pourtant pas dans la latinité classique ; il signale par contre le sens médiéval de magisterium : grade de maître, licence. Quant au Novum Glossarium Mediae Latinitatis, il considère le mot magister comme un titre honorifique qui s’adresse à la valeur intellectuelle du personnage auquel il s’applique26. Les mêmes instruments de travail ont été consultés pour la recherche des sens du mot doctor. Ce terme désigne étymologiquement celui qui enseigne, par extension celui qui a reçu mission d’enseigner. Au cours du XIIe siècle, doctor acquiert le sens précis de titulaire d’un grade académique ; il est le plus souvent utilisé à partir de cette époque comme un simple synonyme de magister27. Maistre ou maestre est très souvent employé en ancien français. W. von Wartburg, qui a étudié les variations de sens de ce terme, signale cependant qu’il n’est pas utilisé dans la langue française avec l’acception précise de gradué universitaire avant la première moitié du XVe siècle28.

  • 29 Voici un exemple d’emploi de ce terme dans une source narrative. Stepelinus exterior scolasticus et (...)

21La distinction des significations du mot magister, — 1° « maître d’école = écolâtre » ; 2° « clerc gradué », — est le problème essentiel qu’il a fallu résoudre pour utiliser valablement les sources du XIIe siècle liégeois. Il a été également nécessaire de relever les mentions du mot scolasticus29, qui est le terme utilisé le plus fréquemment dans le diocèse de Liège pour désigner les maîtres des écoles aussi bien monastiques que capitulaires ; car, pour déterminer dans quels cas magister était une simple abréviation de la locution magister scolarum, il est indispensable d’être en mesure de comparer toutes les mentions d'un même personnage.

***

  • 30 Cette qualification ne suit plus le nom du porteur, mais le précède.
  • 31 P. Mandonnet, Crise scolaire au début du XIIIe siècle, dans R.H.E., t. 15, 1914, pp. 36-37.
  • 32 Notons également que les grands centres scolaires, en groupant l’élite des maîtres et en attirant l (...)

22Magister est sans aucun doute un titre dont s’honore celui qui le porte30. Les énormes progrès intellectuels qui furent accomplis au cours du XIIe siècle, aboutirent sans conteste à la formation d’une élite et non à la diffusion de l’instruction et du savoir dans la masse des clercs31. Seuls ceux qui en avaient les moyens, et intellectuels, et financiers, purent accéder aux formations supérieures dispensées dans quelques centres français ou italiens32. Ces privilégiés tiennent dès lors à ce qu’on les distingue de la masse en leur attribuant le titre envié de maître, qui précédera toujours la mention de leur nom.

B. Un problème de terminologie : magister scolarum ou scolasticus

  • 33 Voir à ce sujet É. Lesne, Les écoles..., pp. 458 et sv. ; L. Maître, Les écoles épiscopales et mona (...)
  • 34 Il en existe d’autres : ainsi un écolâtre brabançon prénommé Henri est appelé pedagogus (cfr la bio (...)

23Celui qui dirige une école capitulaire ou monastique, qui forme donc intellectuellement les jeunes chanoines et moines, est désigné par certaines expressions33. Les termes les plus courants pour désigner les enseignants du diocèse de Liège au XIIe siècle sont scolasticus ou magister scolar(i)um34. On connaît maintenant l’usage liégeois qui consiste à abréger cette dernière locution en magister ; cette habitude peut évidemment entraîner certaines confusions entre les écolâtres et les clercs gradués issus des studia generalia.

  • 35 P.C. Bœren, Jocundus, biographe de saint Servais, La Haye, 1972, p. 40.
  • 36 Bœren pense sans doute à la première citation de Renier, scholasticus de Saint-Servais (B.S.A.H.L.,(...)
  • 37 Voir la biographie d’Étienne (no 19+).

24Il est impossible de souscrire à une affirmation de P.C. Bœren35 : « À partir du XIIe siècle, le magister scolarum était subordonné au scolasticus, qui était toujours un des chanoines de Saint-Servais à Maastricht et dont le titre apparaît pour la première fois en 113236. La dépendance est purement formelle. Le magister (appelé plus tard rector) était nommé par le chapitre général le 1er septembre et sa nomination devait être renouvelée tous les ans ». Plusieurs arguments peuvent, en effet, être avancés pour réfuter ces allégations37.

  • 38 Cfr Bœren, op.cit., p. 40, note 52.
  • 39 Dans Publ. Soc. archéol. hist. Limbourg, t. 74, 1938, pp. 33-54, spécial, pp. 39-40.

25D’abord, le premier chanoine de Saint-Servais a être cité avec le titre de scolasticus est un certain Étienne. Stephanus scholasticus est mentionné dans un acte de ce chapitre maastrichtois daté de 1126. Ensuite, ce même Étienne est cité le 13 juin 1128 dans un diplôme impérial de Lothaire III, conservé en expédition originale, ainsi qu’en 1130 et 1131, avec le titre de magister scolarum. Enfin, l’idée de subordination du magister scolarum au scolasticus est tirée d’une analyse des statuts datant de la deuxième moitié du XIVe siècle38 qu’a présentée P. Doppler dans l’introduction de sa Lijst van Kannuniken van het Vrije Rijkskapittel van Sint-Servaas te Maastricht39.

26En conclusion, on peut donc admettre qu’à la tête de l’école de Saint-Servais de Maastricht se trouvait, au XIIe siècle, un chanoine qui est appelé soit magister scolar(i)um, soit scolasticus et que la situation décrite par Bœren ne peut valoir que pour le Bas Moyen Age. De même, dans tout le diocèse au XIIe siècle, les enseignants portent indifféremment l’un ou l’autre de ces titres. Il suffit de se reporter aux notices biographiques que j’ai rédigées à propos de Baudouin de Saint-Lambert (9 +), Baudouin de Saint-Servais (10+), Étienne de Saint-Lambert (18 +), Gauthier de Chauvency (30 +), Henri de Maastricht (46+), Jérémie d’Aix (59 +), Jonas de Saint-Paul (60 +) et Wérembert d’Aix (85 +) pour y trouver des preuves supplémentaires de l’équivalence des titres scolasticus et magister scolarum.

  • 40 Voir G. Kurth, Notger, 2e partie, pp. 1-4 ; éd. pp. 10-15. L’organisation décrite (p. 14) est certa (...)
  • 41 Le canon 18 du concile de Latran de 1179 (Concilorium... decreta, p. 196), renouvelé par le canon 1 (...)
  • 42 Pressuti, Honorius III, 2, p.405, no 5840.

27Voici cependant encore quelques remarques, qui vont dans le sens de ma conclusion. Une vie anonyme de Notger, — rédigée selon G. Kurth40 entre 1060 et 1096 par un chanoine de Saint-Jean, — rapporte que l’évêque de Liège fonda la collégiale dédiée à SaintJean-l’Évangéliste et qu’il y établit en plus d’un prévôt, d’un doyen, d’un coûtre et d’un chantre, un magister scolarum. Encore une fois, ce dernier ne peut être que l’écolâtre lui-même et non un de ses subordonnés. Cette description, rédigée à l’extrême fin du XIe siècle, vaut certainement encore pour le XIIIe siècle. De même, lorsque le 26 février 1226, le pape Honorius III confirme la fondation du chapitre Saint-Gertrude de Louvain, il dit Licentiam eisdem concedit habendi iuxta statutum concila generalis (3e et 4e concile de Latran41) magistrum scolarum in eorum ecclesia qui tam eius canonicos quam laicos, qui ad eius scolas convenire valuerunt, erudire valeat42. Ici aussi, magister scolarum apparaît comme un synonyme d’écolâtre.

  • 43 Balau, Les sources..., pp. 173-174.
  • 44 Cfr note 9, p. 82.
  • 45 Piot, Saint-Trond, 1, pp. 93-94, no 70.

28Sylvain Balau estimait, avec raison je crois, que l’école cathédrale de Liège, et cela dès le XIe siècle, comptait parfois plusieurs professeurs travaillant en même temps43. On pourrait dès lors penser que l’affirmation de P.C. Bœren se justifierait pour décrire la situation à Saint-Lambert. Ce serait cependant une erreur. S’il ne fait aucun doute, en effet, que plusieurs enseignants professaient dans l’école attachée à la cathédrale et y commentaient différentes matières, les subordonnés ne sont apparemment pas qualifiés de magister scolarum, ni le directeur de scolasticus. Bien au contraire. D’une part, il semble qu’au XIe siècle, le titre de magister ait été réservé à l’écolâtre « en chef » qui supervisait le travail des autres pédagogues de l’école de la cathédrale44 ; ce dernier est d’ailleurs le seul habilité à accorder la licentia docendi à un autre clerc du diocèse. Un bel exemple à mettre en avant pour l’écolâtrie de Saint-Lambert est celui d’un acte, daté de 1158 et conservé en expédition originale : Balduinus, Dei gracia archidiaconus et magister scolarum principalis Leodiensis45 déclare qu’il a délégué au seul abbé de Saint-Trond le droit d’ériger une école dans cette paroisse. D’autre part, il apparaît également qu’Étienne, qui fut écolâtre de la cathédrale de 1107 à 1121 environ, est appelé indifféremment scolasticus ou magister scolarum. Il en va de même pour Baudouin qui exerça cette fonction de 1144 à 1178, ainsi que pour Gauthier de Chauvency, qui dirigea l’école de 1189 à 1198.

  • 46 Ajoutons que R. Favreau, Les écoles et la culture à Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers, dans Cahier (...)

29A mon avis donc, il est impossible d’admettre qu’aux XIe et XIIe siècles, voire au XIIIe, le magister scolarum n’ait été qu’un simple collaborateur de l’écolâtre, un subordonné du scolasticus. Ces deux expressions ont exactement la même signification : elles désignent un clerc qui a reçu mission d’enseigner46.

***

  • 47 P. Doppler, op. cit., pp. 39-40.
  • 48 A.G.R., Arch. Eccl., no 1265 et 1267, chartrier de Saint-Pierre : no 381, 414 et 425 ; Lahaye, Sain (...)

30Le titre de rector scolarum n’est pas, à ma connaissance, utilisé au XIIe siècle dans le diocèse de Liège. Dans les sources du Bas Moyen Age, par contre, cette locution est fréquemment employée pour désigner certains clercs. P. Doppler a très bien décrit les attributions et le mode de choix du rector scolarum de Maastricht, qui est effectivement, au XIVe siècle, un collaborateur de l’écolâtre en titre et qui est nommé par le chapitre chaque année47. En outre, on possède des renseignements identiques sur l’organisation des écoles de Saint-Pierre à Louvain et de Saint-Jean l’Évangéliste à Liège au XIVe siècle. Là également, un rector scolarum est choisi annuellement par l’écolâtre, pour l’aider dans ses tâches d’enseignement et cette nomination est approuvée par le chapitre48.

Notes

1 D’où vient également le mot magnus, cfr A. Ernout et A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine. Histoire des mots, Paris, 1939, pp. 579-581.

2 Les exemples sont évidemment innombrables.

3 Cicéron, De l’orateur, lib. I, cap. 57 (éd. E. Courbaud, Paris, 1922, p. 88). Voir aussi par exemple chez le même auteur : Deuxième Plippique, cap. 4, § 8 (Discours, t. 19, éd. A. Boulanger et P. Wuilleumier, Paris, 1959, p. 93) : Invideo magistro tuo, qui te tanta mercede quantum iam proferam nihil sapere doceat

4 Cfr au sujet de ces deux acceptions, J. Stiennon, Histoire de l'art et fiction poétique, dans Mélanges Rita Lejeune, Gembloux, 1969, pp. 696-697. Le sens d’architecte/conducteur des travaux n’est pas une création médiévale, car l’expression magister operum est utilisée dès l’Antiquité.

5 Tannery et Clerval, Une correspondance d’écolâtres..., p. 463.

6 Jaffé, Monumenta Corbeiensia..., p. 132 no 55.

7 É. Lesne, Les écoles de la fin du Ville siècle à la fin du XIIe siècle, Lille, 1940, pp. 460-461.

8 À partir de 1100, il y a plus de confusion dans la terminologie ; il est vrai que les sources sont également beaucoup plus nombreuses.

9 Ainsi, entre 1010 et 1027, Raoul est appelé magister (specialis) par Raimbaud de Cologne (cfr Tannery et Clerval, Une correspondance d’écolâtres..., pp.462-463, 488-489) ; Francon (1047-1083) porte également le titre de magister (cfr Cosme de Prague, Chronica Bæmorum, éd. dans M.G.H., SS., t. 9, p. 130).

10 G. Bourbon, La licence d’enseigner et le rôle de l'écolâtre au moyen âge, dans Revue des questions historiques, t.19, 1876, p. 514 ; Ph. Delhaye, L’organisation scolaire..., p.253 : à l’origine, c’est l’évêque qui accorde la licentia docendi à un membre du chapitre cathédral.

11 Lesne, op.cit., pp. 461-462.

12 Voir à ce sujet le Novum Glossarium Mediae Latinitatis (fasc. Ma) éd. F. Blatt, Copenhague, 1959, col. 22 ; A. Blaise, Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, avec la coll, de H. Chirat, Turnhout, 1954, col. 507.

13 Migne, P.L., t. 179, col. 516.

14 U. Gualazinni, L'origine dello « studium » bolognese nella più antiche vicende della « licentia docendi », dans Studi e mem. Univ. Bologna, n.s., t. 1, 1956, pp. 97-115 ; G. Post, Alexander III, the « licentia docendi » and the Rise of the Universities, dans Anniversary Essays in Medieval History by Students of Ch.H. Haskins, Boston, 1929, pp. 255-278. Voir aussi la notice licence signée par R. Naz, dans Dict. Droit canonique, t. 6, 1957, coll. 525-526.

15 En effet, l’Empereur accorda également des privilèges aux étudiants et aux maîtres de Bologne : P. Classen, Die hohen Schulen... im 12. Jahrhundert, dans Archiv für Kulturgeschichte, t. 48, 1966, pp. 155-173 ; H. Koeppler, Frederick Barbarossa and the schools of Bologna, dans The Englisch Historical Review, t. 54, 1939, pp. 577-607 ; A. Marongiu, Le « privilegium scholasticum » de Frédéric Barberousse et son application, dans Cahiers de Civilisation Médiévale, t. 15, 1972, pp. 295-301 ; A. Marongiu, A proposito dell’ authentica « Habita », dans Studi Accursiani, t. 1, 1968, pp. 99-113.

16 Un cas intéressant à souligner est celui de Thomas Becket. Celui-ci, après avoir reçu un enseignement de base chez les chanoines réguliers de Merton, vint à Paris pour y poursuivre ses études. La ruine de son père l’obligea à rentrer en Angleterre avant d’avoir eu le temps de prendre ses grades. Dès lors, jamais les sources latines contemporaines ne lui accordent le titre de maître, ce qui est normal puisqu'il n’est pas gradué (cfr à ce sujet la biographie d’Éverlin de Fooz no 21+ et mon article intitulé Notes concernant le culte de Thomas Becket..., dans R.B.P.H. t. 55, 1977, pp. 381-389).

17 Cfr supra, p. 18.

18 Lesne, op.cit., p. 463.

19 Ph. Delhaye, L’organisation scolaire..., pp. 265-267.

20 Voir à ce sujet, M.M. Davy, La situation juridique des étudiants..., dans Revue d'Histoire de l’Église de France, t. 17, 1931, pp. 305-306, ainsi que les pp. 269-271 du présent travail.

21 Ph. Delhaye, L’organisation scolaire..., p. 256.

22 Miraeus et Foppens, 1, p. 682 : Ermentruda magistra.

23 Ducange, Glossarium Mediae et Infimae Latinitatis, rééd. P. Carpentier et G.A.L. Henschel, Paris, 1840-1857.

24 Ce dictionnaire reprend les expressions suivantes concernant ce titre universitaire : magister in artibus, magister in divinitate, magister legum, magister in sacra pagina, magister in theologia.

25 J.F. Niermeyer (†), Mediae Latinitatis Lexicon Minus, 12 fasc., Leyde, 1954-1977.

26 Notons que ce glossaire ne prend en considération que les sources datées de 800 à 1200.

27 Pour plus de détails, voir Ch. Lefèbvre, Docteur, dans Dictionnaire de droit canonique, t. 4, 1949, coll. 1325-1329 ; C.G. Mor, Legis doctor, dans Studi Accursiani, t. 1, 1968, pp. 195-201 ; J. Fried, Die Entstehung des Juristenstanders im 12. Jahrhundert, Cologne-Vienne, 1974, pp. 11-24 ; R. Guelluy, La place des théologiens dans l’Église et dans la société médiévale, dans Miscellanea... A. De Meyer, Louvain-Bruxelles, 1946, pp. 584-585.

28 W. Von Wartrurg, Französiches Etymologisches Wörterbuch, t. 6, Bâle, 1958, col. 39 A.

29 Voici un exemple d’emploi de ce terme dans une source narrative. Stepelinus exterior scolasticus et interior Balduinus : Chronique de Saint-Hubert, dite Cantatorium, éd. K. Hanquet, p. 21, cap. 8. Notons l’utilisation par Gislebert de Mons, pour qualifier un maître d’école, du terme scolarius, qui désigne généralement les étudiants : Walcerus scolarius Cameracensis, a quadam parte capituli electus... (Chronicon Hanoniense, éd. L. Van der Kindere, p. 260, cap. 176). Il est vrai que cette source n’est conservée que par une copie du XVe siècle ; dès lors, on est peut-être en présence d’une erreur de scribe ou de lecture.

30 Cette qualification ne suit plus le nom du porteur, mais le précède.

31 P. Mandonnet, Crise scolaire au début du XIIIe siècle, dans R.H.E., t. 15, 1914, pp. 36-37.

32 Notons également que les grands centres scolaires, en groupant l’élite des maîtres et en attirant les étudiants qui en avaient les moyens, ont rendu extrêmement difficile, sinon impossible, l’organisation scolaire de la masse des clercs. Cfr à ce sujet les décrets conciliaires de 1179 et 1215 (Conciliorum oecumenicorum decreta, pp. 196 et 216) analysés par P. Mandonnet, op.cit, pp. 37-40. Signalons que les décrets conciliaires qualifient encore en 1215 les chanoines chargés d’enseignement dans les chapitres cathédraux de magister scolasticus ; ce maître enseignant n’était pas obligatoirement un gradué universitaire.

33 Voir à ce sujet É. Lesne, Les écoles..., pp. 458 et sv. ; L. Maître, Les écoles épiscopales et monastiques..., pp. 124-126.

34 Il en existe d’autres : ainsi un écolâtre brabançon prénommé Henri est appelé pedagogus (cfr la biographie no 45+).

35 P.C. Bœren, Jocundus, biographe de saint Servais, La Haye, 1972, p. 40.

36 Bœren pense sans doute à la première citation de Renier, scholasticus de Saint-Servais (B.S.A.H.L., t. 13, 1902, pp. 472-473, no 6).

37 Voir la biographie d’Étienne (no 19+).

38 Cfr Bœren, op.cit., p. 40, note 52.

39 Dans Publ. Soc. archéol. hist. Limbourg, t. 74, 1938, pp. 33-54, spécial, pp. 39-40.

40 Voir G. Kurth, Notger, 2e partie, pp. 1-4 ; éd. pp. 10-15. L’organisation décrite (p. 14) est certainement valable pour les XIe et XIIe siècles. Elle évoluera d’ailleurs peu avec le temps.

41 Le canon 18 du concile de Latran de 1179 (Concilorium... decreta, p. 196), renouvelé par le canon 11 du concile de 1215 (Conciliorum... decreta, p.216), ordonne aux chapitres d’entretenir un enseignant chargé d’instruire gratuitement les clercs et les laïcs.

42 Pressuti, Honorius III, 2, p.405, no 5840.

43 Balau, Les sources..., pp. 173-174.

44 Cfr note 9, p. 82.

45 Piot, Saint-Trond, 1, pp. 93-94, no 70.

46 Ajoutons que R. Favreau, Les écoles et la culture à Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers, dans Cahiers de Civilisation médiévale, t. 3, 1960, pp. 473-478, signale également que les écolâtres poitevins sont qualifiés de magister scolarium. De même, A. Joris, La ville de Huy..., p. 394, affirme aussi que magister scolarum est le titre parfois donné aux écolâtres de Notre-Dame à Huy au XIIe siècle.

47 P. Doppler, op. cit., pp. 39-40.

48 A.G.R., Arch. Eccl., no 1265 et 1267, chartrier de Saint-Pierre : no 381, 414 et 425 ; Lahaye, Saint-Jean, 1, p. XL et surtout l’acte daté du 26 juin 1360, p. 227, no 455.

Notes de fin

1 Il s’agit évidemment d’une paraphrase de la Genèse (1, 1 ; 2, 4).

© Presses universitaires de Liège, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search