Version classiqueVersion mobile

Le monde des maîtres universitaires du diocèse de Liège 1140-1350

 | 
Christine Renardy

Introduction

Note de l’éditeur

Conformément au règlement de la « Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres », le présent ouvrage a été examiné par une commission technique composée de M. Ph. Godding, doyen de la Faculté de Droit de l’U.C.L., de M.J. Lejeune, de M.J. Stiennon, de M.A. Joris et de M. J.P. Massaut, professeurs à la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de l’État à Liège. M. A. Joris en a assuré la révision et a surveillé la correction des épreuves.

A la mémoire de mon père, le Docteur Jacques RENARDY.

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet S. Stelling-Michaud, L’histoire des universités au Moyen Age et à la Renaissance a (...)

1L’histoire des universités fut longtemps confondue avec l'analyse des doctrines qui y étaient élaborées ou encore avec l’exposé de l’évolution institutionnelle des facultés et collèges qui les composaient. Depuis peu cependant, on a songé aussi à étudier les relations qui s’organisaient entre ces établissements d'enseignement supérieur, créations originales du Moyen Age occidental, et les différentes composantes de la société1. Le remarquable ouvrage que S. Stelling-Michaud a consacré à L’Université de Bologne et la pénétration des droits romain et canonique en Suisse aux XIIIe et XIVe siècles (Genève, 1955) est évidemment loin d’être étranger à cet important changement d’orientation. Puisque la plupart des étudiants quittent l’Université qui les a formés après l’obtention de leurs grades, il semble particulièrement logique de s’intéresser à leur insertion dans la société. C’est pourquoi j'ai voulu dans ce livre mettre en évidence, le plus concrètement possible, l’intégration des universitaires qu’ils soient maîtres-ès-arts, juristes, physici ou théologiens, dans les cadres familiaux, administratifs, religieux et politiques du diocèse de Liège.

  • 2 Commission communale d’histoire du pays de Liège.
  • 3 Plutôt que de renvoyer à ce répertoire biographique en énonçant chaque fois son titre, ce qui aura (...)

2L’étude du rôle joué par les universitaires prébendés ou résidant dans cette circonscription ecclésiastique ne pouvait évidemment être réalisée qu’à partir de l'analyse d'un nombre important de cas individuels, si bien que chacun des personnages remplissant des conditions déterminées ont dû être préalablement identifiés. Ces notices biographiques constituent les fondations de l’exposé qui va suivre ; elles feront l’objet d’une publication séparée sous le titre Les maîtres universitaires du diocèse de Liège, 1140-1350. Répertoire biographique2. Les lecteurs, désireux de prendre connaissance de détails concernant l’un ou l’autre gradué, voudront bien se reporter à ce volume, auquel d’ailleurs je ferai très souvent référence3.

***

3L’immense majorité des universitaires des XIIe-XIVe siècles étant des clercs, mon cadre géographique ne pouvait être qu’une circonscription ecclésiastique. Le diocèse de Liège, un des plus vastes de l’Empire germanique, occupe une position centrale entre l’Escaut et le Rhin, limites naturelles du territoire jadis assigné à Lothaire II. Il n’est peut-être pas inutile de rappeler que la désagrégation du pouvoir en Lotharingie a permis la constitution de plusieurs principautés, telles que les comtés de Namur, de Looz et le duché de Brabant, et que celles-ci relèvent au spirituel, totalement ou partiellement, de l’ordinaire de Liège. Ce dernier était en outre personnellement investi du gouvernement temporel d’un « pays », dont l’épine dorsale est constituée par la Sambre, de Thuin à Moustier, et la Meuse, de Huy à Maastricht. La caractéristique la plus importante du cadre géographique choisi pour la réalisation de cette étude est donc l’absence d'homogénéité politique. Loin de constituer un handicap, cette situation a tout au contraire permis d’effectuer d’utiles comparaisons.

4Ces recherches sur les activités des universitaires ont été limitées à deux siècles : 1140-1350. La date de 1140 est évidemment celle de la première mention d’un gradué appartenant au diocèse de Liège : maître Héribert, chanoine de Notre-Dame d'Aix, était alors attaché à la chancellerie impériale. 1350 apparaît comme une limite extrême à ne pas dépasser. Il importe toujours de justifier le choix d’une date, surtout si celle-ci ne fait pas référence à un événement historique précis ; plusieurs arguments peuvent être avancés.

  • 4 Cfr les ordonnances capitulaires du 27 octobre 1320, les statuts des 15 septembre 1292, 2 septembr (...)

5D’abord, le monde universitaire perdit dans le cours du XIVe siècle, sa cohésion, du fait de la multiplication des institutions d’enseignement supérieur. L’augmentation considérable du nombre d’étudiants qui en résulta, provoqua aussi un important changement de mentalité : les gradués ne furent bientôt plus considérés comme des êtres d’exception. Et cela d’autant plus que les statuts de la cathédrale et des collégiales du diocèse de Liège4 stipulèrent, parfois dès le début du XIVe siècle, que les candidats sous-diacres devaient avoir effectué un séjour d’études de deux ans dans une université avant de pouvoir jouir d'une prébende.

CARTE I. Le diocèse de Liège dans la province ecclésiastique de Cologne

CARTE I. Le diocèse de Liège dans la province ecclésiastique de Cologne

Autres diocèses couvrant le territoire belge actuel :
Province de Reims : 1. Cambrai, 2. Tournai, 3. Thérouanne Province de Trêves : 4. Trêves
Carte I établie d’après K. Von Sprunner et T, Menke, Hand-Atlas..., 3e éd. 1880, carte 43.

6Ensuite, la centralisation s'accentua fortement dans le gouvernement de l’Église à partir de la fin du XIIIe siècle. Les papes d'Avignon ont usé et abusé du droit que leur réservait la législation canonique de pourvoir des clercs de bénéfices disséminés dans toute la chrétienté, à un point tel que cette procédure d’exception a fini par devenir la règle. Dès la première moitié du XIVe siècle, le milieu ecclésiastique du diocèse de Liège perdit ainsi son homogénéité et sa force, parce qu'une part toujours plus importante de ses canonicats étaient aux mains d’étrangers non résidents.

  • 5 Cfr à ce sujet D.E.R. Watt, University Clerks and Rolls of Petitions for Benefices, dans Speculum,(...)
  • 6 Voir au sujet des suppliques en général, l’introduction de U. Berlière à son édition des Supplique (...)
  • 7 C’est, en effet, seulement à partir de cette époque que l’on peut envisager de réaliser une vérita (...)

7Enfin, il convient certainement de signaler qu’à partir de 1342, les rotuli, ces listes de suppliants pourvus de titres académiques, que le pape recevait des différentes universités depuis au moins 13175 nous ont été conservés6. Certains lecteurs pourraient dès lors s’étonner en constatant que mon analyse a été interrompue au moment où les sources offertes à mes investigations devenaient apparemment plus intéressantes. En fait, c’est une nouvelle période de l’histoire de l’enseignement supérieur qui s’ouvre au milieu du XIVe siècle7. Les rotuli, ces sources proprement universitaires, si elles ne manquent pas d'un certain intérêt au point de vue prosopographique, ne se révèlent pas être particulièrement utiles à la réalisation de cette étude. En effet, elles ne contiennent que très peu de données concernant l’insertion des maîtres dans la société de nos contrées.

8La seule existence de ces documents ne pouvait donc justifier la prolongation de mes recherches dans le temps au-delà de 1350, époque où le milieu ecclésiastique liégeois a déjà perdu son homogénéité et le monde universitaire sa cohésion.

***

9Tous les gradués qui ont exercé une fonction quelconque dans l’organisation politique, administrative ou judiciaire d'une des principautés comprises dans les limites du diocèse de Liège ou détenu une dignité ou un simple bénéfice dans une église de cette circonscription ont été retenus pour cette étude. Furent aussi considérés les maîtres laïques ou religieux qui se sont établis dans des localités relevant de la juridiction ordinaire liégeoise. Les diverses activités des maîtres dans nos contrées seront donc envisagées ; tout comme le sera d’ailleurs le rôle joué par les gradués, prébendés dans le diocèse, qui se distinguèrent en dehors des limites de celui-ci, à la cour impériale et à la curie pontificale, ou encore dans les institutions d’études supérieures.

10Il est évident que le cas des universitaires d’origine étrangère et détenant des bénéfices liégeois a posé un problème. De prime abord, leur présence dans le répertoire biographique des maîtres liégeois et leur prise en considération de ce volume destiné à dégager des perspectives d’ensemble au sujet du monde intellectuel du diocèse de Liège pourrait sembler curieux. Les lecteurs attentifs se rendront compte cependant que certains gradués nés dans la péninsule italienne ont collaboré très activement à la conduite des affaires politiques liégeoises du XIVe siècle ; leur rôle ne pouvait dès lors pas être passé sous silence. Restait néanmoins à résoudre le problème posé par les gradués méridionaux qui résidèrent peu ou pas du tout dans notre diocèse septentrional. À partir de quelle durée de séjour et d’ailleurs comment déterminer celle-ci avec précision, devait-on retenir un maître ou rejeter un autre ? À mon avis, il n’était pas possible d’opérer un tri parmi les étrangers sur la base d’un critère juridiquement défendable et non influencé par une quelconque lacune documentaire. Aucune exclusive ne pouvant être prononcée de manière irrévocable, il convenait de tenir compte de tous les universitaires prébendés à Liège pour l’établissement des statistiques ; ce qui fut fait. Un chapitre sera d'ailleurs consacré au problème de la détention de bénéfices liégeois par des universitaires non résidents.

***

  • 8 Pour des causes inhérentes à l’organisation même de leur ordre, les mendiants n’apparaissent pas, (...)

11Le recensement systématique des universitaires qui sous-tend cette étude a été effectué à partir de documents d’origines diverses. L’essentiel de la base documentaire est constitué par les actes de la pratique rédigés dans le diocèse de Liège. Un nombre important de recueils et d’inventaires d’actes diplomatiques ont été systématiquement dépouillés ; différents fonds d’archives ont également retenu mon attention8.

12Les analyses et les éditions des registres de la chancellerie pontificale, qui sont l’œuvre des membres de l’École française et de l’Institut historique belge de Rome, ont évidemment été largement utilisées. Relativement peu de données ont pu être extraites des sources universitaires, car les registres d’immatriculation des étudiants n’ont souvent été conservés que pour le Bas Moyen Age.

13Les documents nécrologiques (obituaires et recueils d’épitaphes) sont par contre venus très à-propos pour compléter les renseignements tirés des autres sources.

14Enfin, les écrits narratifs dus pour la plupart à des clercs du diocèse de Liège, qui sont souvent des maîtres universitaires, n’ont pas été négligés, loin de là. Le Chronicon du juriste liégeois Jean de Hocsem, ainsi que le Chronicon comitum de Marca et Altena, sive origines marcanae et le Catalogus archiepiscoporum Coloniensium de maître Lévold de Northos, un gradué d’origine westphalienne, seront analysés et critiqués dans le chapitre intitulé : La place des maîtres dans le domaine du savoir et de la foi.

15On trouvera l’énumération des documents utilisés pour l’établissement des notices d’identification des gradués dans les pages d'introduction du volume intitulé Les maîtres universitaires du diocèse de Liège, 1140-1350. Répertoire biographique. La bibliographie du présent livre ne contient évidemment que les sources et travaux auxquels il est fait expressément référence dans cette synthèse.

***

16On ne pouvait étudier le monde des universitaires liégeois sans examiner préalablement les variations du sens du mot magister à l’époque médiévale. Cette étude de vocabulaire a été réalisée en liaison directe avec l’histoire des institutions. Pour le XIIe siècle, la recherche des véritables diplômés des studia generalia a été réalisée à partir d’une liste de quatre-vingt-neuf clercs, retenus parce qu’ils sont qualifiés de magister, magister scolar(i)um, medicus ou de physicus, dans les documents liégeois entre 1100 et 1199. D’après mes constatations et déductions, vingt-neuf de ces clercs sont d’authentiques gradués. Il convenait évidemment de passer alors à l’étude des activités de ces maîtres qui vécurent à la cour impériale, dans la mesnie de différents princes lotharingiens, dans l’entourage des évêques de Liège ou encore dans des communautés régulières. Ensuite, un chapitre particulier qui sert de conclusion à la première partie intitulée Problèmes du XIIe siècle a été consacrée à l’influence des maîtres sur la société du diocèse de Liège.

17Dans ces recherches sur la composition et les activités du milieu que forment les maîtres prébendés ou fixés dans le diocèse de Liège, je me suis efforcée de répondre à diverses questions. Les premières portent sur les origines familiale, géographique et scolaire des gradués. En second lieu, c’est la répartition des universitaires dans les établissements religieux et la détention par les intellectuels des différentes fonctions dirigeantes dans cette circonscription ecclésiastique, qui ont retenu mon attention. Ensuite une place spéciale a été réservée aux maîtres laïques, qui sont peu nombreux, mais dont le statut juridique exceptionnel mérite d’être noté.

18Après avoir situé les gradués par rapport à leur milieu d’origine, au monde universitaire et aux établissements religieux du diocèse de Liège, il convenait évidemment de montrer leur influence sur le gouvernement spirituel, mais aussi et surtout sur l'administration des différentes principautés lotharingiennes, telles que le duché de Brabant, le comté de Namur et le pays de Liège. Le rôle joué par les maîtres prébendés dans nos contrées à la cour impériale ou à la curie pontificale a aussi été mis en lumière.

19Une étude sur les universitaires ne pouvait négliger l’influence qu’ils ont pu exercer sur le développement ou la diffusion des idées et sur la spiritualité. Il n’était néanmoins pas possible de prendre en considération toutes les œuvres puisque nombre d’entre elles sont encore inédites. Leur utilisation aurait nécessité de trop longues recherches heuristiques et des développements critiques très étendus, qui auraient constitué à eux seuls la matière d'un livre. Quelques questions jugées particulièrement représentatives des activités intellectuelles et de la spiritualité des maîtres liégeois ont donc été étudiées dans un chapitre conçu comme une simple illustration.

***

  • 9 Pour plus de détails et une bibliographie complète du sujet, voir mon article intitulé Les écoles (...)

20Liège fut, dès le Xe siècle, mais surtout après l’an mil, un centre d’études de tout premier plan. Avant de recenser les membres d’un groupe social dont le signe distinctif est une formation intellectuelle poussée, il importe certainement de cerner les causes du brusque déclin qui affecta les écoles mosanes au début du XIIe siècle9.

  • 10 Notger et la civilisation du Xe siècle, pp. 272-287.
  • 11 Cfr J.W. Thompson, The Introduction of Arabic Science into Lorraine in the 10th Century, dans Isis (...)
  • 12 H. Michel, Traité sur l'astrolabe, Paris, 1947, pp. 10, 176.
  • 13 Voir la bonne analyse du De quadratura circuii de Francon de Liège que Ton doit à A. Smeur, (De Ve (...)
  • 14 Voir à ce sujet Ch. Dereine, L’école canonique liégeoise et la réforme grégorienne, dans Ann. Féd. (...)
  • 15 A. Boutemy, Un grand abbé du XIe siècle : Olbert de Gembloux, dans A.S.A.N., t. 41, 1935, pp. 43-8 (...)
  • 16 Ch. Dereine, Les chanoines réguliers dans le diocèse de Liège avant saint Norbert, Bruxelles, 1952 (...)
  • 17 Cfr la notice no 3+ ; pour l’analyse de ses œuvres, voici la bibliographie : G. Lebras, Le « De mi (...)

21Aucune des disciplines du trivium, — grammaire, rhétorique et dialectique, — et du quadrivium, —arithmétique, géométrie, astronomie et musique, — n’était évidemment négligée à Liège. G. Kurth10 a bien montré comment les sept arts libéraux étaient enseignés au temps de Notger. Cependant, lorsqu’on passe en revue les travaux des maîtres célèbres des XIe et XIIe siècles, on constate que certaines spécialités semblent avoir plus particulièrement mobilisé les esprits liégeois. Je pense bien sûr aux disciplines mathématiques11, — avec Raoul12, premier utilisateur de l’astrolabe dans nos contrées, et Francon13, théoricien de la quadrature du cercle, — au droit canon et à la théologie14, — avec Olbert15, collaborateur de Burchard de Worms, l’évêque Wazon16, défenseur de la vita apostolica, et surtout Alger de Liège17, secrétaire de l’évêque Otbert —.

  • 18 Je pense notamment aux écrits de Rupert de Deutz qui, en refusant la dialectique, a cherché à expl (...)

22Ce sont les événements politiques du début du XIIe siècle qui ont provoqué le déclin liégeois dans le domaine du droit canon. Depuis Olbert de Gembloux, les écolâtres de notre diocèse s’étaient attachés à défendre la structure politico-ecclésiastique de l’Église impériale et l'organisation canoniale découlant de la règle d’Aix. Mais, à partir du moment où la querelle dite des Investitures a été réglée par la signature du Concordat de Worms, un compromis entre les thèses pontificale et impériale, les canonistes de nos contrées n’eurent plus à disserter sur le bon droit des théories de leur parti. L’opposition des intellectuels liégeois au grégorianisme était, en effet, dépassée, si bien qu’ils préférèrent changer l’orientation de leurs préoccupations : les écrits théologiques et les méditations spirituelles prirent peu peu le pas sur les traités de droit canon18. Leur position de repli, la mystique, se trouve à l’opposé de la réflexion logique, de l’inclination rationaliste.

  • 19 G. Constable, The letters of Peter the Vénérable, t. 1, p. 229, let. 89.
  • 20 Ch. Dereine, Les chanoines réguliers..., pp. 50-51.
  • 21 J. Stiennon, Hézelon de Liège..., dans Mélanges offerts à René Crozet, pp. 345-358.

23Le milieu culturel liégeois de 950 à 1150 apparaît comme dominé par le fait monastique et cela, bien que la cathédrale de Liège ait certainement joué un rôle primordial au XIe siècle dans le rayonnement des centres intellectuels mosans. Alger, le dernier défenseur des traditions mosanes d’organisation ecclésiastique et probablement le meilleur théoricien médiéval du problème eucharistique, abandonna en 1121 le chapitre de Saint-Lambert pour entrer à l’abbaye de Cluny19. Il est plus intéressant encore de noter qu’il ne s’agit nullement d’une action isolée ; Ch. Dereine a montré, en effet, que les cloîtres bénédictins et clunisiens exerçaient « une forte attraction sur les chanoines liégeois »20. L’architecte de l’abbatiale Cluny III Hézelon21 était, lui aussi, un ancien chanoine de Saint-Lambert. Probablement disciple de l’écolâtre Fran con et certainement héritier des traditions scientifiques de la cathédrale de Liège, ce mathématicien aurait pu, s’il n’avait préféré la discipline monastique et la vie à Cluny, poursuivre une très brillante carrière d’enseignant sur les bords de la Meuse.

24Le départ de ces deux personnalités, illustrant parfaitement les « écoles » liégeoises qui furent réellement novatrices, l’une théologico-canonique et l’autre scientifique, est symptomatique de l’influence que les institutions régulières exerçaient sur la civilisation liégeoise. Cette influence est, à mon avis, avec le règlement de la querelle des investitures, une des causes du déclin des centres intellectuels du diocèse de Liège : d’une part, parce que les milieux monastiques s’opposèrent, au XIIe siècle, à l’introduction dans les programmes d’enseignement d’un nouvel art du raisonnement, la dialectique qui allait véritablement transformer les études théologiques, et, d’autre part, parce que les mouvements monastiques à tendance réformiste furent, à la même époque, hostiles à toute mission d’enseignement.

25C’est donc pour des causes inhérentes à l’enseignement qu’elles prodiguaient que les écoles liégeoises ont décliné au XIIe siècle. Elles n’étaient pas en mesure de former des maîtres dans les disciplines qui couronnaient alors la formation des intellectuels. Elles se contenteront bientôt de ne plus préparer les meilleurs éléments qu’à un séjour d’études à l’étranger. Dès lors, il est impossible d’imaginer que les centres intellectuels mosans aient pu encore exercer un attrait quelconque sur les étudiants originaires d’autres contrées et donner naissance à un Studium generale.

  • 22 G. Ermini, Il concetto di « Studium generale », dans Archivio giuridico, sér. V, t. 127, 1942, pp. (...)

26On considère habituellement qu'au XIIe siècle, un Studium generale est un centre d’études qui se caractérise par l’enseignement de disciplines supérieures (médecine, droit, théologie), par l’universalité de son auditoire et par le privilège exclusif de conférer des grades valables pour tous pays (jus hic ubique terrarum docendi). Avant 1200, trois institutions seulement possèdent ces qualités, il s’agit de Salerne, Bologne et Paris22.

***

27Il me reste à accomplir la plus agréable des tâches : celle d’exprimer ma profonde gratitude envers les personnes qui m’ont aidée à mener à bien cette étude, puis à l’éditer. Je tiens à remercier en premier lieu les membres de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège qui m’ont fait l’honneur d’accepter ce livre dans leur Bibliothèque.

28D’abord déposé comme thèse, ce mémoire a ensuite été examiné par les commissaires désignés par la Faculté de Philosophie et Lettres. Que ces professeurs, qui ont déjà fait partie du jury de mon doctorat, trouvent ici l’expression de ma vive reconnaissance. Monsieur Philippe Godding, doyen de la Faculté de Droit à l’Université de Louvain, a spontanément facilité mes investigations dans son domaine d'élection : l’histoire du droit et des institutions ; ses observations et ses suggestions toujours positives m’ont été extrêmement précieuses. MM. les Professeurs Jean Lejeune et Jacques Stiennon m’ont enseigné les principes de la critique historique au moment où je débutais dans le métier d’historien ; l’un et l’autre ont toujours témoigné un intérêt certain à mes recherches. Déjà lors de l’élaboration de ma thèse et ensuite encore lors de la dernière mise au point de ce livre, Monsieur le Professeur Jean-Pierre Massaut m’a apporté, avec sa prodigalité habituelle, l'aide et les conseils qui m’ont permis d’améliorer à plusieurs reprises les pages de ce livre traitant des matières philosophiques et théologiques.

29Je tiens à associer à ces remerciements MM. les Professeurs Halkin et Hélin, qui se sont toujours préoccupés de l’avancement de mes travaux, ainsi que Mademoiselle D. Van der Veeghde, chef de travaux aux Archives Générales du Royaume, et Monsieur J. Buchet, archiviste de l’Université de Louvain, qui ont très aimablement facilité mes recherches de documents inédits. Ma gratitude va aussi aux personnes qui ont mis à ma disposition les ressources inépuisables de leur compétence technique et de leur amitié : Sonja et René Ancion, Franz Bierlaire, Renée Davister et Christiane Goblet. Je n’oublie pas non plus ma mère, ainsi que les amis qui m’ont donné bien des preuves de sympathie et de sollicitude durant le long temps de la maturation de ce livre.

30« Last, but not least », je suis aussi reconnaissante à mes deux maîtres, MM. Fernand Vercauteren et André Joris. Aujourd’hui Professeur émérite, le premier m’a honoré de sa confiance en me choisissant d’abord comme chercheur à la Commission Royale d’Histoire, puis comme assistant. Monsieur le Professeur A. Joris a suivi avec assiduité les lents progrès de ce travail. Entrepris sous sa direction et élaboré grâce à ses conseils, ce livre lui doit beaucoup. J’espère qu’il lui sera agréable de relire ces pages qui furent bien souvent l’objet de fructueuses discussions pendant les belles années que j’ai passées au Séminaire d’Histoire du Moyen Age.

31Liège, le 12 juillet 1978.

Notes

1 Voir à ce sujet S. Stelling-Michaud, L’histoire des universités au Moyen Age et à la Renaissance au cours des vingt-cinq dernières années, dans Rapports du ΧIe Congrès international des Sciences historiques, Stockholm, 1960, t. 1, pp. 97-143.

2 Commission communale d’histoire du pays de Liège.

3 Plutôt que de renvoyer à ce répertoire biographique en énonçant chaque fois son titre, ce qui aurait allongé démesurément les notes infra-paginales du présent livre, j’ai préféré numéroter les notices biographiques. L’expression cfr notice no sera donc utilisée pour signaler au lecteur qu’il peut se reporter à ce volume de complément. Quatre-vingt-neuf biographies, répertoriées de 1+ à 89+, ont été consacrées aux clercs cités dans les sources du XIIe siècle avec les titres de magister, magister scolar(i)um, physicus et medicus. Les véritables universitaires sont numérotés de 1 à 748, tandis que les notices no 749-797 se rapportent à des personnages qui n’ont pu être retenus dans le cadre de l’étude pour diverses raisons : absence de preuve formelle de leur appartenance au diocèse de Liège, mention dans des sources suspectes, fausses ou mal datées ou encore doute concernant leur qualité d’universitaire.

4 Cfr les ordonnances capitulaires du 27 octobre 1320, les statuts des 15 septembre 1292, 2 septembre 1321 et 2 septembre 1325 pour Sainte-Croix de Liège (Poncelet, pp. 71 no 160, 112 no 267, 114 no 273 et 124-125 no 306-309) ; les statuts du 12 mars 1336 pour Notre-Dame de Tongres (Paquay, pp. 344-346 no 163) ; ceux du 25 juin 1336 pour Saint-Jean l’Évangéliste à Liège (Lahaye, p. 179 no 358) ; ceux du 31 août 1336 pour Saint-Martin de Liège (Schoonbroodt, p. 62 no 205), ainsi que ceux de 1299 et 1365 pour Notre-Dame de Huy (Schoolmeesters, dans A.H.E.B., t. 33, 1907, pp. 479-481 ; Id. et Bormans, dans B.C.R.H., 4e série, t. 1, 1873, pp. 148-149 no 30). Pour la cathédrale Saint-Lambert, on ne conserve pas de statuts promulgués entre ceux de 1253 et ceux de 1394 ; mais à la fin du XIVe siècle, on obligeait les chanoines à étudier à l’université jusqu’à vingt-cinq ans au moins (C.S.L. 5, pp. 11 no 1865 et 571-572 no 8).

5 Cfr à ce sujet D.E.R. Watt, University Clerks and Rolls of Petitions for Benefices, dans Speculum, t. 34, 1959, pp. 213-229.

6 Voir au sujet des suppliques en général, l’introduction de U. Berlière à son édition des Suppliques de Clément VI (Rome-Paris-Bruges, 1906) ; B. Katterbach, Inventario dei Registri delle Suppliche, Cité du Vatican, 1932 et des rotuli en particulier deux articles de J. Verger : Le recrutement géographique des universités françaises..., dans Mél. d'archéol. et d’histoire, t. 82/2, 1970, pp. 855-870 et Noblesse et Savoir : étudiants nobles..., dans La Noblesse au Moyen Age. Essai à la mémoire de R. Boutruche, Paris, 1976, pp. 289-295.

7 C’est, en effet, seulement à partir de cette époque que l’on peut envisager de réaliser une véritable étude des clientèles universitaires.

8 Pour des causes inhérentes à l’organisation même de leur ordre, les mendiants n’apparaissent pas, exception faite pour les testaments, dans les documents de la pratique. Les dominicains et les franciscains n’ont donc pu être repérés, — surtout à l’aide des sources hagiographiques et les sermonnaires, — qu’en nombre restreint. Le résultat obtenu dans cette recherche précise semble ne refléter qu’imparfaitement la vérité historique. Il s'agit là d’une lacune indéniable de cette étude, qui devait être mise en évidence dès l’entrée de jeu.

9 Pour plus de détails et une bibliographie complète du sujet, voir mon article intitulé Les écoles liégeoises du IXe au XIIe siècle. Grandes lignes de leur évolution, dans R.B.P.H., t. 57, 1979.

10 Notger et la civilisation du Xe siècle, pp. 272-287.

11 Cfr J.W. Thompson, The Introduction of Arabic Science into Lorraine in the 10th Century, dans Isis, t. 12, 1929, pp. 184-194 ; M.C. Welborn, Lotharingia as a center of Arabic and Scientific Influence in the 11th Century, dans Isis, t. 16, 1931, pp. 188-198.

12 H. Michel, Traité sur l'astrolabe, Paris, 1947, pp. 10, 176.

13 Voir la bonne analyse du De quadratura circuii de Francon de Liège que Ton doit à A. Smeur, (De Verhandeling over de cirkelkwadratur van Franco van Luik omstreeks 1050, dans Me de del. Konink. Vlaamse Ac. Wet. Let. Sch. Kunsten, Kl. Let., t. 30/11, 1968).

14 Voir à ce sujet Ch. Dereine, L’école canonique liégeoise et la réforme grégorienne, dans Ann. Féd. hist. archéol. Belgique, 33e session : Tournai, 1949, t. 1, 1952, pp. 79-94.

15 A. Boutemy, Un grand abbé du XIe siècle : Olbert de Gembloux, dans A.S.A.N., t. 41, 1935, pp. 43-85.

16 Ch. Dereine, Les chanoines réguliers dans le diocèse de Liège avant saint Norbert, Bruxelles, 1952, pp. 11, 37, 41-42 ; Id., Clercs et moines..., pp. 183-203, spécial. 199-200.

17 Cfr la notice no 3+ ; pour l’analyse de ses œuvres, voici la bibliographie : G. Lebras, Le « De misericordia et iustitia » d’Alger de Liège, pp. 80-118 ; Id., Alger de Liège et Gratien, pp. 5-26 ; L. Brigué, Alger de Liège, un théologien de l’Eucharistie au début du XIIe siècle, Paris, 1936.

18 Je pense notamment aux écrits de Rupert de Deutz qui, en refusant la dialectique, a cherché à expliquer les dogmes par la littérature sacrée et qui apparaît comme un des fondateurs de la mystique spéculative. Cfr J. Leclercq, F. Van Den Broucke et L. Bouyer, La spiritualité du Moyen Age, Paris, 1961, pp. 213-215 ; J. Leclercq, L’amour des lettres et le désir de Dieu. Initiation aux auteurs monastiques du moyen âge, Paris, 1957, pp. 192-199, 202-204, 211.

19 G. Constable, The letters of Peter the Vénérable, t. 1, p. 229, let. 89.

20 Ch. Dereine, Les chanoines réguliers..., pp. 50-51.

21 J. Stiennon, Hézelon de Liège..., dans Mélanges offerts à René Crozet, pp. 345-358.

22 G. Ermini, Il concetto di « Studium generale », dans Archivio giuridico, sér. V, t. 127, 1942, pp. 3-24 ; H. Rashdall, F.M. Powicke et A.B. Emden, The Universities of Europe in the Middle Ages, Oxford, 1936, t. 1, pp. 6-24 ; Ch. H. Haskins, The University of Oxford and the jus ubique docendi, dans English Historical Review, t. 46, 1941, pp. 281-283 ; G.M. Monti, Studium generale, dans Scritti in onore di C. Ferrini, Milan, t. 2, 1947, pp. 150-159 ; A.B. Cobban, The Medieval Universities..., pp. 23-36. Notons qu’au cours du XIIIe siècle, la notion de Studium generale se transforme à tel point qu’il devient impossible de définir cette institution vers 1300.

Table des illustrations

Titre CARTE I. Le diocèse de Liège dans la province ecclésiastique de Cologne
Légende Autres diocèses couvrant le territoire belge actuel :Province de Reims : 1. Cambrai, 2. Tournai, 3. Thérouanne Province de Trêves : 4. TrêvesCarte I établie d’après K. Von Sprunner et T, Menke, Hand-Atlas..., 3e éd. 1880, carte 43.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5949/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 265k

© Presses universitaires de Liège, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search