Version classiqueVersion mobile

Les deux « Vie de Jésus » de Renan

 | 
Georges Pholien

Conclusion

Texte intégral

1De nature, l’homme est épris de merveilleux. De tout temps, les religions ont répondu à ce besoin, et, quand elles ne remplissent plus cette fonction, comme ce fut le cas à Rome à la fin de la République et au début de l’Empire, les foules se tournent vers les pratiques ésotériques.

2Pour Renan, le christianisme satisfait à une tout autre aspiration.

3Tandis que, dans la Vie de Jésus, le Christ est un moment dans la durée, moment certes déterminant mais qui s’insère dans l’évolution historique, l’auteur de Jésus présente un personnage à ce point unique qu’il échappe au temps et à l’histoire. Sa singularité confère au christianisme sa prééminence. Elle devrait aussi lui assurer un succès grandissant, maintenant que, formés à la réflexion scientifique, de plus en plus nombreux sont ceux qui ne réclament plus le secours du surnaturel. Ainsi Renan était convaincu qu’en mettant en relief le caractère spécifique de la religion chrétienne, il lui rendait un service incomparable. Pour en avoir fait lui-même l’expérience, il savait mieux que quiconque que la critique moderne éloigne inexorablement des formes élémentaires du sentiment religieux. Afin de conserver au christianisme l’estime des foules parvenues à maturité, il fallait leur montrer que, loin d’être dans les légendes qu’il charrie avec lui, l’essentiel de son message est son élan spirituel.

  • 1 « En un sens, nous sommes chrétiens, même quand nous nous séparons sur presque tous les points de (...)
  • 2 Vie de Jésus, p. 447 — Jésus, p. 276-277.
  • 3 Nous croyons pouvoir nous inscrire en faux contre ce jugement de Laudyce Rétat sur le Christ de l’ (...)

4La Vie de Jésus est une tentative de sauvetage et non l’entreprise de démolition que l’on a dit. Plus la foi se complique de rites, de dogmes et de mystères, plus elle travestit la pensée du Christ, plus elle s’inféode à l’histoire et plus elle est caduque. Elle est assurée de durer, au contraire, si elle fait retour à la pureté primitive du message, l’annonce du royaume de Dieu1. La Vie de Jésus procédait à cette épuration indispensable. Mais, devant l’explosion de haines qu’elle suscita, son auteur comprit aussitôt qu’en replongeant le Christ dans son époque il en avait fait subitement un étranger. C’est pourquoi il décida de trancher ces amarres en présentant, non plus à des érudits, mais au grand public, un Christ hors du temps. Telle fut, à ses yeux, la façon la meilleure de se mettre au service de ce Jésus auquel il demeurait tellement attaché de cœur et qui, « s’il revenait parmi nous, reconnaîtrait pour disciples, non ceux qui prétendent le renfermer tout entier dans quelques phrases de catéchisme, mais ceux qui travaillent à le continuer ».2 Renan a conçu l’édition populaire à l’intention de ceux que l’édition savante pouvait éloigner du bercail et qu’il voulut ramener sur ses épaules. De la première version à la seconde, on va de la science à la poésie. L’auteur ne change pas seulement de genre en passant de l’histoire à la biographie romancée, mais aussi de propos : l’ouvrage didactique s’est fait œuvre d’édification. Quoi qu’il prétende dans l’Avertissement, il s’agit bien ici d’un nouveau livre. La plupart des mots sont restés en place, certes, mais les remaniements du contexte leur donnent une portée toute différente3.

5En publiant Jésus, Renan voulait persuader qu’il n’avait pas eu dessein de s’en prendre au christianisme, bien au contraire. Il se situe aux antipodes de Voltaire. Incapables de dissocier foi et superstitions, Voltaire et ses adeptes ébranlèrent la première en pourfendant celles-ci. Ils détachèrent sans peine de la religion les foules auxquelles, depuis toujours, l’Église transmettait le message du Christ sous un appareil de mythes et de rites, en combattant celui-là à travers ceux-ci. En montrant que le surnaturel est un artifice auquel il fallait bien que Jésus recourût pour toucher les âmes simples, mais qu’il est tout circonstanciel, Renan prétendait assurer auprès des foules désormais adultes la pérennité d’un enseignement qui propose aux hommes de se surpasser par l’espérance et l’amour. Il est toutefois permis de penser que le résultat de son entreprise ne répondit pas à son attente. C’est bien à son corps défendant que son souvenir se fixa sous les traits d’un des ennemis les plus acharnés du christianisme. Jésus n’a en rien corrigé les effets de la Vie de Jésus pour la raison que, confondu avec celle-ci, il est passé inaperçu. Le préjugé aidant, les lecteurs de Jésus ont continué à considérer son auteur à travers l’image qu’en avait donnée le premier volume de l’Histoire des origines du christianisme, sans se rendre compte qu’ils avaient une autre œuvre sous les yeux. Certes, les éditions de Jésus se sont multipliées par dizaines parallèlement aux innombrables éditions de la Vie de Jésus. Mais la confusion s’explique d’autant plus facilement que l’ouvrage qui s’intitulait primitivement Jésus reçut plus tard le titre de Vie de Jésus, suivi ou non de la mention « édition populaire ». De la sorte, de même que les lecteurs ne trouvant nulle allusion à celle-ci dans la version savante, n’en soupçonnaient pas l’existence, beaucoup parmi le public de Jésus continuèrent d’ignorer celle d’un ouvrage plus scientifique, en dépit des allusions qu’y fait l’Avertissement, mais qui, le plus souvent, sont perdues de vue une fois le livre fermé.

6Il n’est pas d’adversaires plus irréductibles que ceux qui se proposent un même but, mais par des voies différentes. Il est plus déchirant de ne pas s’entendre sur les moyens que sur les fins. Jules Lemaître rappelait fort justement que les hommes de la Révolution se sont envoyés à l’échafaud alors qu’ils étaient d’accord sur l’essentiel. Ainsi Staline et Trotzky. Ainsi modernistes et traditionalistes.

  • 4 « Avec la renaissance actuelle du libéralisme catholique et le virage pris par l’Église depuis le (...)

7Chacun d'eux n’a rien de plus à cœur que d’assurer au christianisme sa survie. Mais les uns choisissent l’immobilisme, tandis que Renan veut dégager l’essence de la religion de son évolution deux fois millénaire, de telle sorte que l’avenir la révère à jamais dans sa perfection recouvrée. Il semble qu’en ce XXe siècle, où l’Église catholique lutte pour son existence, celle-ci a compris la leçon de Renan. Quelle n’eût pas été la joie de ce dernier de constater à quel point son œuvre est actuelle, un siècle après sa publication. On ne peut s’empêcher de penser avec Étienne Trocmé, qu’il fait figure de précurseur4. Mais dans quelle mesure en avait-il lui-même conscience ? Ne commettons pas la faute de prêter à nos prédécesseurs une prescience qu’il est si tentant de leur supposer à la lumière des événements ultérieurs. Combien pourtant Renan voyait clair en insistant sur le rôle capital du progrès moral ! Car, si l’on n’apprend pas aux hommes qu’ils deviendront meilleurs, comment s’en jugeraient-ils capables et en formeraient-ils le projet ?

*

8Nous espérons que ce travail aura permis de pénétrer un peu plus avant dans la personnalité de Renan, si nuancée dans sa richesse, et qui ne fut si âprement discutée que parce qu’elle était mal connue. Il destinait Jésus aux « vrais chrétiens », qu’il définissait à son image. C’est donc pour lui, en définitive, qu’il a composé cet ouvrage, pour se libérer de l’histoire et réparer le préjudice qu’il avait causé à son héros en retraçant sa carrière selon les préceptes de la critique.

  • 5 Op. cit. — Dans un article récent et très approfondi sur Renan et son œuvre, du Supplément au dict (...)

9Il est étrange que l’édition populaire soit si rarement mentionnée par les historiens de la littérature, alors qu’elle fut si répandue. Sans doute n’était-elle pas de nature à intéresser historiens et théologiens, puisqu’elle ne se présente pas comme scientifique ; et l’on n’a pas lieu de s’étonner que Jean G. H. Hoffmann ne la compte pas dans son recensement5. En revanche, on ne comprend pas pourquoi ce livre, dans lequel l’auteur a mis le meilleur de lui-même, est généralement méconnu de ses biographes.

10Ses contemporains lui prêtèrent des intentions démoniaques parce qu’il était en avance sur eux de plusieurs générations. Cela est dans l’ordre des choses. Qu’après plus d’un siècle son œuvre scientifique ait vieilli, l’est aussi. En revanche, par son dépouillement et par l’ampleur de son idéal, sa philosophie du christianisme rejoint les esprits les plus généreux de notre époque. Une morale épurée des superstitions et allégée du fatras des dogmes, enseignant que l’homme porte en soi les germes de sa régénérescence, est riche d’une espérance plus que jamais nécessaire pour sauver une humanité qui s’enlise dans le mépris d’elle-même.

Notes

1 « En un sens, nous sommes chrétiens, même quand nous nous séparons sur presque tous les points de la tradition chrétienne qui nous a précédés » (Vie de Jésus, p. 447 — Jésus, p. 277).

2 Vie de Jésus, p. 447 — Jésus, p. 276-277.

3 Nous croyons pouvoir nous inscrire en faux contre ce jugement de Laudyce Rétat sur le Christ de l’édition populaire : « Ce n’est pas une image éclairée d’un autre jour, c’est nécessairement la même, moins ce qui, aux yeux de Renan, la fonde » (Religion et Imagination religieuse : leurs formes et leurs rapports dans l’œuvre d’Ernest Renan, Paris, Klincksieck, 1977, p. 255). Il est vrai que cet auteur n’a vu dans tout le travail de remaniement auquel s’est livré Renan qu’une « technique de simple retranchement, de soustraction ».

4 « Avec la renaissance actuelle du libéralisme catholique et le virage pris par l’Église depuis le Concile, on peut se demander si ce n’est pas précisément parmi les catholiques d’aujourd’hui que le Jésus de Renan risque de faire des adeptes, en particulier dans notre pays » (Bulletin des études renaniennes, no 14, 1er trim. 1973).

5 Op. cit. — Dans un article récent et très approfondi sur Renan et son œuvre, du Supplément au dictionnaire de la Bible (Fascicule 55, col. 278-344), Y. Marchasson ne fait pas davantage mention de Jésus.

© Presses universitaires de Liège, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search