Version classiqueVersion mobile

Les deux « Vie de Jésus » de Renan

 | 
Georges Pholien

Introduction

Texte intégral

1Il est arrivé qu’un peintre traitât un même sujet sous des éclairages différents. Renan, pour sa part, a réalisé l’expérience sur la toile de l’histoire, en remaniant sa déjà célèbre Vie de Jésus peu après sa publication.

2Passée jusqu’ici inaperçue, cette expérience nous parut mériter examen, d’autant plus qu’elle avait porté sur une des œuvres littéraires françaises qui eurent le plus de retentissement.

3À travers la lecture comparée des deux ouvrages, nous avons cherché à déceler les objectifs qu’avait visés un savant en se muant en poète et en moraliste.

4La présente étude ne relève ni de la critique littéraire ni de l’histoire. En faisant apparaître chez l’auteur de la Vie de Jésus des préoccupations intéressantes, croyons-nous, pour ses biographes, elle ne prétend qu’apporter une contribution à l’analyse d’un caractère tout en nuances.

5Les soucis dont fait preuve Renan de corriger les effets produits sur certains lecteurs de la Vie de Jésus, ouvrent aussi certaines voies à l’historien qui se penche sur l’état de l’opinion sous le Second Empire. Les innombrables publications qu’a fait éclore cet ouvrage et qui sont réunies à la Bibliothèque de Strasbourg, ainsi que la masse de lettres de protestation conservées dans la Collection Scheffer-Renan, au siège des Études renaniennes, 16 rue Chaptal, à Paris, constituent une précieuse source d’informations sur ce sujet. En revanche, on ignore tout de l’accueil réservé à la version remaniée, dite populaire, sinon que les critiques et les érudits, trompés par les apparences d’un livre de vulgarisation, n’y prêtèrent pas attention. Elle connut cependant un succès considérable, puisqu’au lendemain de la mort de Renan, elle comptait quarante et une éditions. Sans doute la Collection Scheffer-Renan renferme-t-elle aussi des témoignages sur la manière dont le grand public la reçut. Il resterait à dépouiller ces documents pour savoir si Renan a atteint son but. Nous serions heureux si notre étude incitait un historien de la littérature à entreprendre des recherches dans cette direction.

6Comme exemplaires de travail, nous avons utilisé l’édition princeps de la Vie de Jésus publiée en 1863 chez Michel Lévy Frères, et le texte paru aux éditions Nelson - Calmann-Lévy, en 1935, sous le titre Vie de Jésus. Après collation, il s’est avéré que ce texte de 1935 et celui de la sixième édition de Jésus parue en 1864 sont en tous points semblables, à ces deux seules différences près que celui-ci ne comporte pas la dédicace : « À l’âme pure de ma sœur Henriette » et que le titre varie.

© Presses universitaires de Liège, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search