Version classiqueVersion mobile

Les Nomades de Mésopotamie au temps des rois de Mari

 | 
Jean-Robert Kupper

Chapitre II. Les Benjaminites

Texte intégral

  • 1 Ch.-F. Jean estimait que « rendre les deux mots (c’est-à-dire Benê-Yamina, comme on transcrit parfo (...)

1A côté des Ḫanéens, les Benjaminites tiennent une place d’égale importance dans la correspondance de Mari. Sans doute leur histoire est-elle moins intimement liée à celle des origines mêmes du royaume, mais leurs menées hostiles révèlent un groupement nombreux et turbulent, dont la présence sur les franges du désert devait représenter, aux yeux des autorités, un souci de tous les jours. Dès le début du déchiffrement des archives, M. Dossin a consacré aux Benjaminites, dont on ignorait auparavant jusqu’au nom1, une étude suggestive, sous le titre « Benjaminites dans les textes de Mari » (Mél. Dussaud, p. 981-996), qui sera amplement mise à profit dans notre enquête.

  • 2 Le texte écrit šad Bi-si-ir. Le Djebel Bishrî s’étend entre Palmyre et l’Euphrate, atteignant le fl (...)

2Leur peuplade est dispersée sur un vaste territoire. On rencontre ses représentants dans les régions de Mari (ARM, 1, 6 : 6 ss. ; VI, 30 : 3-4) et de Terqa (II, 83 : 18-20 ; 90 : 7-8 ; 92 : 5 ss. ; III, 16 : 5-6 ; 21 : 5 ss. ; 38 : 15 ss. ; 58 : 5-10 ; 70 : 4’ ss. ; Dossin, Signaux, p. 178, 1. 8-15). Malgré l’absence de témoignages formels, il est probable que leurs campements s’échelonnent également le long de l’Euphrate, bien au delà de l’embouchure du Ḫabur. Un seul passage nous montre les Benjaminites traversant l’Euphrate en direction du Djebel Bishrî (ARM, V, 27 : 25-26)2. Dans la vallée du Ḫabur, ils sont installés aux environs de Sagarâtim (II, 102 : 5 ss. ; G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 984), où Zimri-Lim leur infligea une défaite mémorable (St. mariana, p. 55, date n° 6), et de Qattunân (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 989).

  • 3 La ville de Šudâ, souvent mentionnée dans les archives de Mari (voir ARMT, XV, p. 135), figure plus (...)
  • 4 L’existence de cette localité, homonyme de la ville bien connue de Tuttul=Ḫit, a été révélée par G. (...)
  • 5 L’itinéraire d’Urbana les mentionne immédiatement à l’ouest de Apqum du Balîḫ et de Ḫarrân : cf. A. (...)

3Plus au nord commence le « Haut-Pays » où les Benjaminites abondent. C’est le terme habituel de leurs déplacements : ils s’y rendent (ARM, II, 92 : 12 ss ; 102 : 5 ss.) ou en reviennent (III, 12 : 17-20 ; 58 : 5-10). Un des rois du pays d’Idamara, qui avoisine le Haut-Ḫabur (cf. ci-dessus, p. 10), repousse leur alliance (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 990) ; des agents de Zimri-Lim engagent leur maître à écrire aux princes locaux avant de déclencher une offensive contre les Benjaminites (ibid., p. 992). On annonce qu’ils se concentrent à Iaḫmumum (ibid., p. 986), une localité qui devait faire partie du domaine de Ḫali-sumu, roi d’Ilânṣûrâ, (d’Ilânṣûrâ,) car celui-ci la réoccupe après le départ d’une bande de Ḫabiru pillards (cf. ci-dessous, p. 255). Les Benjaminites semblent particulièrement actifs dans la région de Ḫarrân, qu’on appelle le Zalmaqum. Le roi de Šudâ, dans le secteur du Haut-Ḫabur3, recherche l’appui de Zimri-Lim pour repousser les incursions des Benjaminites et porter la guerre chez eux, dans le Zalmaqum (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 991). A Ḫarrân même, les rois du pays concluent une alliance offensive avec les chefs des Benjaminites (ibid., p. 986). Ḫali-ḫadun, un correspondant de Zimri-Lim, presse le souverain ds faire pièce à leur action commune ; il exprime aussi la crainte de voir les Benjaminites agir de concert avec Ešnunna (ibid., p. 991-992 ; Ch. Jean, RÉS, 1939, p. 62-63). On a déjà observé que les rois d’Ešnunna ne craignaient pas de conduire des expéditions dans le Haut-Pays (cf. ci-dessus, p. 8, n. 1) ; la chose se confirme ici, car Ḫali-ḫadun signale la présence à Šubat-Enlil du roi d’Ešnunna, accompagné d’un allié des Benjaminites, un ennemi acharné de Zimri-Lim, le roi Qarni-Lim (cf. G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 990). Ensemble, les rois du Zalmaqum et les Benjaminites projettent un coup de main contre la ville de Tuttul, sise probablement sur le cours inférieur du Balîḫ4 (ibid., p. 987). Nous savons par ailleurs qu’il y avait des Benjaminites aux alentours de cette ville (ARM, II, 137 : 27-29) et qu’ils occupaient des pâturages dans la contrée (I, 43 : 5’-12’). Le même courrier apporte à Mari des nouvelles de Lânasûm, qui est « maire » de Tuttu (cf. G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 987 ; ARM, II, 137 : 34-35), et des chefs benjaminites (ARM, II, 36 : 10-14). Zimri-Lim ordonne de détruire les installations des Ḫanéens benjaminites et de les refouler au delà du Balîḫ (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 989). En route vers Aḫunâ, un voyageur rencontre un campement benjaminite (ibid., p. 986) ; ailleurs, des cheikhs benjaminites se rassemblent à Zalpaḫ avant de se rendre à Aḫunâ (ARM, II, 53 : 12-14). Ces deux localités se trouvaient entre le Balîḫ et l’Euphrate5.

4Le grand fleuve ne marque pas la limite du territoire fréquenté par les Benjaminites. Un texte communiqué à M. Parrot par M.Dossin signale des Benjaminites dans les pays de Iamḫad, de Qatna et d’Amurru (RHPR, 30 [1950], p. 7), c’est-à-dire sur le pourtour occidental du « Croissant fertile », depuis Alep jusqu’à une région située en tout cas au sud de l’Oronte moyen (cf. ci-dessous, p. 179).

  • 6 Le syllabaire accadien ne permet pas d’exprimer une syllabe fermée se terminant par w. Lorsque le c (...)

5Les Benjaminites se présentent aussi sous d’autres noms. Annonçant au souverain le passage de trois Benjaminites du Haut-Pays qui se rendent à Mari pour y nouer des relations de paix, le gouverneur de Terqa précise que la délégation comprend un Ub-ra-bu-um, un Ia-ḫu-ur-ru-um et un PI-na-nu-um (ARM, III, 50). A ces trois noms de tribus, un autre texte permet d’en ajouter un quatrième. A la veille d’une grande expédition, Iasmaḫ-Addu reçoit de son père l’ordre de lever différentes catégories de troupes. Il doit recruter notamment plusieurs centaines d’hommes parmi les Ub-ra-bi-a-yi, les Ia-ri-ḫi-i, les Ia-aḫ-ru-ri-i et les Am-na-ni-i (I, 42 : 30-31). Les termes initiaux des deux séries sont identiques ; il s’agit des Ubrabû. Pour Iaḫrurûm et Iaḫurrûm, on verra ci-dessous que les deux formes alternent et ne peuvent être dissociées. Il va de soi que les termes PI-na-nu-um et Am-na-ni-i doivent correspondre. J’avais lu précédemment Wa-na-nu-um (ARMT, III, p. 74), mais l’alternance est alors difficile à expliquer. Une solution plus hardie consisterait à donner au signe PI une valeur aw, inconnue jusqu’à présent du syllabaire accadien6. Dans ce cas, le nom de la tribu serait à lire Amnanûm ou Awnanûm. Quant aux Iariḫû, il est clair qu’ils constituent, eux aussi, une tribu benjaminite.

6C’est Iasmaḫ-Addu qui est chargé de lever les troupes qui l’accompagneront ; il s’ensuit que nos quatre tribus devaient être installées sur le territoire de Mari. Pour les Ubrabû, nous en trouvons la confirmation dans le titre d’un des roitelets vaincus par Iaḫdun-Lim : Lâ’ûm, roi de Samanum et du pays d’Ubrabûm (Dossin, Iaḫdun-Lim, p. 14, col. III, l. 4-5). Or la ville de Samanum appartenait au district de Terqa (cf. ARMT, XV, p. 133). En réalité, il s’agit seulement de fractions de ces tribus, car d’autres résidaient dans le Haut-Pays. Les délégués de passage à Terqa s’en venaient à Mari à la suite de la défaite qu’un général de Zimri-Lim avait infligée aux Benjaminites du Haut-Pays (cf. G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 993). Au temps de Iaḫdun-Lim, des Amnanû reconnaissaient l’autorité de Baḫlu-kulim, roi de Tuttul, au delà du Balîḫ (Dossin, Iaḫdun-Lim, p. 14, col. III, 1. 6-7). Une lettre d’un serviteur de Zimri-Lim nous montre les Ubrabû s’apprêtant à franchir l’Euphrate pour passer chez les Rabbû, qui demeuraient sur l’autre rive, au pays d’Alep (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 985). De leur côté, les Iaḫrurû ont essaimé également en Mésopotamie orientale. Išme-Dagan a « purifié » en même temps les pays d’Êkallâtum et de Ia-aḫ-ru-raki (ARM, II, 18 : 5). Un document inédit énumère successivement les Turukkû, les gens de Qabrâ et les Ia-ḫu-ur-ru-um (Ch. Jean, RA, 39 [1942-1944], p. 67, n. 2). Le gouverneur de Terqa signale qu’on lui annonce de Sagarâtim l’arrivée d’un homme de [Ia]-aḫ-ru-urki (ARM, II, 93 : 7’) ; s’il vient de la vallée du Tigre, c’est la route à suivre, celle-ci rejoignant le Ḫabur en amont de Sagarâtim. Les Iariḫû ne sont pas représentés parmi les délégués benjaminites du Haut-Pays. En revanche, des gens de leur tribu vont trouver un agent de Zimri-Lim qui doit résider en Mésopotamie supérieure, car il est question dans sa lettre des villes de Zalpaḫ et d’Aḫunâ (ARM, II, 53). Nous apprenons encore que les gens de Iariḫ (awîlumeš Ia-ri-i) reconnaissent formellement la royauté de Iasmaḫ-Addu (Dossin, Arch. ép., p. 112). Ailleurs, Zimri-Lim enjoint au gouverneur de Terqa d’appréhender un Iariḫû (ARM, III, 35 :5), peut-être étranger au district. Toutefois, ces deux derniers passages ne peuvent être utilisés du point de vue géographique.

  • 7 lugal Un u gki.ga lugal Am-na-nu-um : cf. Thureau-Dangin, ISA, p. 314, n° 1, b et c ; H. Holma, Zeh (...)

7Les noms des quatre tribus que nous venons de reconnaître nous ouvrent des horizons inattendus. On a déjà vu (ci-dessus, p. 31) que le roi Sin-kâšid, dont le règne dut coïncider au moins partiellement avec celui du second souverain de la première dynastie de Babylone, Sumu-la-El, se proclamait roi d’Uruk et d’Amnanûm7. Non loin d’Uruk, d’autres indices encore nous prouvent que nous sommes bien sur la trace des Benjaminites. Dans une lettre adressée à Šamaš-ḫâṣir, qui administre les domaines royaux à Larsa, Ḫammurabi donne l’ordre de livrer une terre à un personnage originaire de la ville d’Ubrabî : N. awîl âlUb-ra-bi-iki (TCL, VII, 28 : 10).

  • 8 A. P. Riftin, Starovavilonskie juridičeskie i administrativnye dokumenty ν sobranijach SSSR, Moscou (...)

8On peut supposer raisonnablement que cette localité était située dans la région de Larsa. Nous sommes ramenés d’ailleurs dans ces parages par une tablette administrative, dépourvue de date, qui énumère des vergers appartenant à un habitant de Larsa et sis dans le « Bas-Iaḫrurûm »8. Ainsi donc, environ la même époque, les noms des trois tribus benjaminites rencontrées dans le Haut-Pays possèdent des correspondants en Babylonie méridionale, dans la région d’Uruk-Larsa.

  • 9 L’hypothèse est infirmée notamment par une lettre d’Abi-ešuḫ, qui emploie l’expression Sipparki Am- (...)
  • 10 En dépit de l’affirmation de J. Lewy, HUCA, 18 (1944), p. 471, on ne trouve, ni dans les références (...)

9Le phénomène se répète en Babylonie septentrionale. Comment séparer en effet Sippar-Amnanûm et Sippar-Iaḫrurûm des Amnanû et des Iaḫrurû benjaminites des archives de Mari (cf. déjà RA, 45 [1951], p. 128, n. 1) ? Les textes qui mentionnent ces deux prétendus quartiers9 de Sippar datent de la seconde moitié de la dynastie ḫammurabienne. On relève la première allusion à Sippar-Amnanûm dans une lettre adressée par Samsu-iluna aux autorités de Sippar (VAB, VI, n° 65). Le roi annonce l’arrivée prochaine d’un contingent de travailleurs chargés de restaurer les murs de la localité. La fondation de Sippar-Amnanûm est donc bien antérieure à la lettre, puisqu’on s’occupe déjà de réparer son rempart. En revanche, ce document est le seul à remonter jusqu’au règne de Samsu-iluna ; les autres sont tous plus tardifs10. Les constructions se délabrent rapidement en Orient ; le rempart peut avoir été moins ancien qu’on ne le croirait à première vue. Quant à Sippar-Iaḫrurûm, elle semble un peu plus récente, la majorité des références datant d’Ammiṣaduqa.

  • 11 D’après l’inscription de Samsu-iluna dite « bilingue A » (cf. Thureau-Dangin, RA, 39 [1942-1944], p (...)

10Toutefois, son nom apparaît dans deux lettres du roi Abi-ešuḫ aux autorités de Sippar (VAB, VI, n° 75 et 76). Le terme Iaḫrurûm figure encore dans une expression curieusement composée, qui est employée dans un document daté de l’an 24 de Ḫammurabi ; il y est question de trois individus qualifiés d’hommes du « Tigre-Iaḫrurûm » : awîl nârIdiqlat Ia-a-ru-ru-um (VAB, VI, n° 141, 1. 7-8). Malgré l’absence du déterminatif de lieu, il s’agit évidemment d’une désignation toponymique. Pour situer sur la carte cette localité riveraine du Tigre, on ne dispose que d’un seul indice, la mention de deux hommes de Dimti-Enlil. Or cette ville est au nombre des six forteresses qui avaient été édifiées par Sumu-la-El et que Samsu-iluna devait restaure11. Comme le territoire contrôlé par le deuxième roi de Babylone n’était pas très étendu, on peut supposer que la ville de Dimti-Enlil était sise en Babylonie septentrionale, de même que la seconde localité citée par le texte.

11Dans une liste, énumérant vraisemblablement des rationnaires, qui provient d’Ur et appartient au plus tard, d’après son écriture, au règne de Rîm-Sin, on retrouve le terme Amnanûm dans les fonctions d’un nom personnel : dSin-ma-gir mâr PI-na-nu-um (UET, V, 704, col. I, l. 6). Il est impossible de décider s’il s’agit d’un véritable nom de personne ou d’un gentilice en tenant lieu, ce qui établirait la relation avec les Benjaminites.

12Aux côtés des tribus benjaminites évoluent des peuplades qui leur sont certainement apparentées, sans que nous puissions saisir la nature exacte du lien qui les unit. Les Rabbû (Ra-ab-ba-yu ou Ra-ab-bi-i) sont appelés les frères des Benjaminites (ARM, I, 6 : 9). Ils habitent au pays de Iamḫad, ou d’Alep, de l’autre côté de l’Euphrate (I, 6 : 10 ; IV, 6 : 6 ; G. Dessin, Mél. Dussaud, p. 985). L’un des trois adversaires malheureux de Iaḫdun-Lim, dont il est question dans l’inscription du temple de Šamaš, Ayâlum, était roi d’Abattim et du pays de Rabbûm (Dossin, Iadun-Lim, p. 14, col. III, l. 8-9), mais la ville d’Abattim n’est pas autrement connue.

  • 12 On trouve tantôt DUMU.MEŠ Wi-i-la-nim (ARM, I, 8 : 5, 11 ; IV, 33 : 15), tantôt seulement Wi-i-la-n (...)
  • 13 Une collation sur l’original, que m’a obligeamment communiquée M. Dossin, a montré qu’il fallait li (...)

13Les DUMU.MEŠ Wi-i-la-nim12, qui n’interviennent que sous le règne de Šamši-Addu, sont constamment en mauvais termes avec le souverain. Les espoirs de paix s’étant évanouis, Šamši- Addu ordonne à son fils de faire massacrer les membres de la tribu qui se trouvent entre ses mains (ARM, I, 8). Une autre fois, il annonce qu’il a tué leur dâwîdûm (I, 92 : 9-10) ; comme sa victoire suit, à quelques jours de distance, un succès remporté sur les troupes de Qabrâ, il est à croire que l’affaire s’est passée dans la région du Zab. A son tour, Išme-Dagan donne à son frère la nouvelle d’une victoire complète sur la tribu ; tous les guerriers ennemis ont péri au combat, y compris leur chef Bin-Addu (IV, 33). Or un personnage de ce nom est mentionné dans un des noms d’années du règne de Šamši-Addu : « année où Šamši-Addu s’est emparé de Bin-Addu et où il a construit le temple de Dagan » (G. Dossin, St. mariana, p. 53, A 1)13. Tout porte à croire que nous avons déjà affaire au chef des Wîlânu, qui aura été relâché ultérieurement, pour finir ses jours sur le champ de bataille, sous les coups d’Išme-Dagan.

  • 14 Le second élément s’écrit de différentes façons : si-im-a-al (ARM, II, 33 : 21’ ; G. Dossin, Mél. D (...)
  • 15 Cf. ARM, I, 10 : 15’-16’ ; 25 : 6 ; 97 : 14 ; 118 : 21’ ; II, 131 : 7, 17 ; 136 : 8. Il ne faut pas (...)

14Aux Benjaminites, les « fils du Sud », s’opposent les « fils du Nord », les Benê-Sim’âl14. Le parallélisme de ces désignations pourrait indiquer que nous avons affaire à des peuplades apparentées (cf. G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 983). Les nouveaux nommés semblent n’occuper qu’une petite place dans les archives de Mari. On les rencontre uniquement dans le Haut-Pays. Iasmaḫ-Addu, chargé de mettre en train une expédition, reçoit l’ordre de se rendre à Šubat-Šamaš, entre le Balîḫ et l’Euphrate15 ; il dispose déjà d’un contingent de troupes que lui a envoyé son père, mais il devra en outre réclamer l’appui des Benê-Sim’âl et des Benjaminites (ARM, I, 60 : 9-10). A deux reprises, un agent de Zimri-Lim, en tournée d’inspection dans l’Idamaraṣ, signale à son maître que la steppe (nawûm) et les Benê-Sim’âl vont bien (ARM, II, 33 : 21’-22’ ; 37 : 25). Le roi de Šudâ conclut avec Zimri-Lim et les Benê-Sim’âl une alliance qui a pour but d’écarter les Benjaminites de son territoire et de les attaquer sur leurs positions, au pays de Zalmaqum (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 991). Le gouverneur de Zalluhân, une ville du Haut-Ḫabur (cf. ci-dessus, p. 11), prie Zimri-Lim de lui fournir un contingent de Benê-Sim’âl, qui se joindra aux Ḫanéens de son district (Jean, Lettres, p. 71, l. 36).

  • 16 Pour désigner le « Haut-Pays », on emploie souvent l’adverbe elênum (cf. Dossin, Arch. ép., p. III, (...)

15Benjaminites et alliés mènent tous un genre de vie semblable. Leur nomadisme est plus intense que celui des Ḫanéens, bien qu’eux aussi se laissent tenter parfois par la vie sédentaire. Les textes rapportent fréquemment les mouvements qu’ils effectuent dans les deux sens. Des Benjaminites installés dans les environs de Terqa et de Sagarâtim se proposent de gagner le Haut-Pays (ARM, II, 92 : 12-16 ; 102 : 9-12) ; d’autres s’en reviennent à Terqa (III, 12 : 17-20 ; 58 : 5-10). Un parti de Benjaminites traverse l’Euphrate en direction du Djebel Bishrî (V, 27 : 25 ss.). Il ne s’agit pas d’un déplacement dans un rayon limité, comme celui des Iama-ḫamû s’en allant faire paître leurs moutons sur l’autre rive de l’Euphrate (V, 81 : 9-12) ; sinon, on n’aurait pas eu l’intention de s’opposer à leur mouvement. Les Ubrabû se disposent à passer le fleuve pour rejoindre les Rabbû au pays d’Alep (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 985). De leur côté, les Rabbû s’apprêtent à faire la traversée en sens inverse (ARM, IV, 6 : 5 ss.). Ces passages doivent être coutumiers ; Šamši-Addu s’occupe de faire mettre des barques à la disposition des Rabbû. Mais on compte bien que chacun rentrera chez soi plus tard. En effet, à un autre moment, Šamši-Addu dit sa crainte de voir les Rabbû refuser de retourner dans leur pays (ARM, I, 6 : 12). Ce mouvement de constant va-et-vient est celui de nomades en quête de pâtures pour leurs troupeaux. Nous l’apprenons de la bouche même des Benjaminites qui veulent quitter la région de Sagarâtim : « Il n’y a plus de pâturages, aussi nous dirigeons-nous vers le Haut (-Pays) » (ARM, II, 102 : 14-16). Si l’on pouvait délimiter exactement le « Haut-Pays »16, on arriverait à déterminer l’amplitude de leurs transhumances, mais il s’agit probablement d’une désignation vague, dont le contenu pouvait varier suivant les circonstances.

16On sait que les pèlerinages occupent une grande place dans la vie religieuse des nomades. Si les chefs des Benjaminites scellent leur alliance avec les rois du Zalmaqum dans le temple de Sin à Ḫarrân (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 986), c’est qu’ils connaissaient le chemin du sanctuaire fameux, où ils avaient coutume d’aller vénérer le dieu Lune (cf. R. Dussaud, Syria, 18 [1937], p. 396).

  • 17 Pour l’interprétation des lignes 6 à 8, cf. Finet, ALM, p. 235. Pour le dernier mot de la l. 7, la (...)

17Les Benjaminites se déplacent aussi pour des raisons moins pacifiques. Ceux des leurs qui sont installés dans les parages de Terqa ont quitté leurs femmes pour se joindre à l’ennemi et comploter quelque coup de main contre le district (ARM, III, 16)17. Ils lancent des rezzous, qui prennent parfois figure de grandes expéditions. Ils capturent des troupeaux de moutons (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 988), mais ils s’allient aussi aux princes du Zalmaqum pour s’attaquer à des villes (ibid., p. 986-987), comme celle de Tuttul, qui paraît spécialement menacée par leurs entreprises (ibid., p. 987). Le roi de Šudâ, lui non plus, ne se sent pas en sécurité devant les Benjaminites (ibid., p. 991), qui vont jusqu’à opérer de concert avec les troupes d’Ešnunna, une éventualité que les correspondants de Zimri-Lim redoutent à juste titre (ibid., p. 991-992 ; Ch. Jean, RÉS, 1939, p. 63).

  • 18 Le gouverneur de Terqa, qui avait écrit aux « villes » des Benjaminites, rapporte la réponse que lu (...)

18Comme les Ḫanéens, les Benjaminites résident dans des campements et des « villes ». La plus ancienne mention des Benjaminites à Mari se rapporte à l’un de leurs campements tombé aux mains du roi Iaḫdun-Lim (G. Dossin, St. mariana, p. 52, date n° 6). Un campement benjaminite s’est installé au bord de l’Euphrate près de Terqa (ARM, II, 90 : 7-8). On en signale encore en d’autres endroits (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 986, n. l, p. 987, 991 et 992), mais, en somme, les allusions sont plutôt rares. En revanche, les textes parlent souvent des « villes » des Benjaminites ; on a vu plus haut (p. 13) ce qu’il fallait en penser. Ces installations se rencontrent le long du fleuve entre Mari et Terqa (Dossin, Signaux, p. 179), dans le district de Terqa (ARM, II, 92 : 5, 12 ; III, 12 : 19, 25 ; 21 : 5 ; 38 : 15. 25 ; 58 : 6 ; 70 : 6’) et aux abords mêmes de la ville (III, 16 : 5-6), dans la région de Sagarâtim (II, 102 : 7) et en Haute Mésopotamie (II, 53 : 20-26). Il est remarquable qu’elles ne sont pas désignées nommément, à une exception près18, fait qui éclaire une fois de plus, en accord avec l’emploi constant du pluriel, leur véritable caractère. Un fonctionnaire de Zimri-Lim, qui se dirige vers le nord, a fait étape à Zurubbân, dans le district de Terqa (Dossin, Signaux, p. 179). En cours de route, il a constaté que les Benjaminites levaient des torches et que, de Samanum à Ilum-Muluk et à Mišlân, toutes les « villes » des Benjaminites répondaient à ce signal, dont il n’a pu déterminer la cause. Comme on peut le comprendre, ce sont les Benjaminites de la steppe qui ont levé des feux pour alerter ceux des leurs dont les installations s’égrènent dans la vallée entre les centres urbains ; à leur tour, ceux-ci sont sortis de leurs huttes ou de leurs tentes pour brandir des torches en guise de réponse. Que l’on renforce les gardes qui veillent sur Mari, que le roi n’en franchisse plus les portes ! Si les feux sont un signal de guerre, il n’y aura plus de sécurité que derrière les murs des villes, car toute la campagne est aux mains des nomades.

  • 19 Cf. G. Dossin, St. mariana, p. 55, date n° 5 : démantèlement des deux villes par Zimri-Lim. Notons (...)
  • 20 La tablette qui enregistre les sommes perçues pour le rachat des Benjaminites est datée de « l’anné (...)

19La discussion ne porte pas sur une simple question de terminologie. La véritable ville, la seule qui mérite ce nom, est celle qui s’entoure de remparts, comme Mari et Terqa ou encore comme Mišlân et Samanum19. Ce qu’il importe de souligner, c’est que ces deux dernières villes, non plus qu’aucune autre cité, n’étaient occupées par les Benjaminites ; ceux-ci étaient loin d’avoir atteint le stade ultime de la sédentarisation que représente l’habitat urbain. Ces conclusions, il va de soi, n’ont qu’une portée générale ; des Benjaminites ont dû s’installer à demeure en divers endroits. La victoire que Zimri-Lim remporta sur les nomades à Sagarâtim lui livra un grand nombre de prisonniers. Il nous est resté de l’événement notamment une longue liste où l’intendant du palais de Mari a inscrit les sommes d’argent qu’il avait reçues pour le rachat des prisonniers (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 993). D’autres captifs ont été relâchés sans rançon. On nomme les localités qu’ils habitent : à côté de noms mal connus, on retrouve ceux d’Ilum-Muluk et de Samanum (ibid., p. 994-995). En réalité, ces hommes n’auraient-ils pas été libérés, rapidement peut-être20 et sur l’ordre exprès du roi, pour la raison qu’ils résidaient dans ces villes ? Le fonctionnaire qui demande à Zimri-Lim des instructions sur la libération de six jeunes gens benjaminites a soin de spécifier qu’ils demeurent dans telle ou telle localité ; le détail avait donc son intérêt. En somme, ces jeunes gens étaient des sujets du souverain.

20Quant à l’affirmation d’un agent de Zimri-Lim, suivant laquelle le roi, après avoir tué le dâwîdûm des Benjaminites, « a réduit leurs villes en monceaux de décombres et en terrains vagues » (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 993), c’est là une figure de style conventionnelle qui n’engage à rien.

21Si les Benjaminites possédaient néanmoins les installations décrites, c’est qu’ils ne répugnaient pas au travail de la terre, premier pas sur la voie de la sédentarisation. On en a la preuve : ils cultivent des terres appartenant au domaine royal, pour lesquelles ils abandonnent au Palais une part de la récolte (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 985). Zimri-Lim se propose de tuer le dâwîdûm des Benjaminites et de distribuer leur blé aux Ḫanéens (ibid., p. 989). Les Ubrabû sont installés sur leurs aires à blé (ibid., p. 985). Le gouverneur de Terqa se plaint que personne parmi les « villes » des Benjaminites ne l’ait tiré d’embarras au temps de la moisson (ARM, III, 38 : 24-26). Mais tout cela ne signifie point que les Benjaminites se soient définitivement transformés en paysans ; les semi-nomades ont coutume de revenir à leurs installations fixes pour la saison des semailles et des récoltes. Les Benjaminites ne pratiquent pas non plus l’élevage du gros bétail, qui contribuerait à les attacher au sol ; ils consacrent uniquement leurs soins à leurs troupeaux de moutons (ARM, I, 43 : II’ ; II, 90 : 7-8 ; 102 : 11 ; V, 81 : 9-12 ; G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 989, in fine).

22Ce n’est plus la vie errante absolue que mènent les Benjaminites ; ils n’entreprennent leurs migrations que pour procurer des pâturages à leurs troupeaux. En tant que tribus moutonnières, leurs déplacements doivent être lents, leurs parcours modérément allongés. Ils possèdent des installations permanentes, où ils viennent pratiquer un peu de culture, sans négliger de bâtir des parcs et des abris pour leurs troupeaux (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 989, in fine). A l’élevage et à la culture, ils joignent à l’occasion le pillage et la rapine : ce sont bien des semi-nomades.

  • 21 G. Dossin a déjà noté à ce sujet que šarrum devait prendre ici le sens de l’hébreu « prince », « c (...)

23Sur le plan politique, les Benjaminites connaissent une hiérarchie à la tête de laquelle figurent des « rois » (šarrânu). Zimri-Lim reçoit des nouvelles des rois des Benjaminites (ARM, II, 36 : 11-12) ou les réunit auprès de lui (III, 70 : 4’-5’). Revenant de voyage, il est mis en garde contre un rezzou lancé par les rois des Benjaminites (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 988). Lui-même essaie en vain de mettre un terme à leurs menées ; le dieu Dagan lui promet la victoire s’il lui témoigne une fidélité plus assidue (G. Dossin, RA, 42 [1948], p. 128 et suiv.). Le souverain finit par remporter sur ses adversaires un succès décisif qu’il commémore dans un nom d’année : « année où Zimri-Lim tua le dâwîdûm des Benjaminites à Sagarâtim et tua leurs rois » (G. Dossin, St. mariana, p. 55, date n° 6). On annonce du Haut-Pays que tout le territoire et tous les rois des Benjaminites ont été soumis à leur tour (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 993). Il apparaît immédiatement que le terme s’emploie toujours au pluriel et presque toujours en relation avec des événements militaires. Mais il ne s’agit pas d’une ligue de roitelets indépendants ; on se méprendrait en donnant ici à šarrum son sens plein21. Les Benjaminites forment une confédération de tribus, chacune rangée derrière son cheikh. Il est naturel qu’en temps de guerre, certains chefs s’imposent par leur ascendant personnel ou par l’importance numérique des contingents de combattants qui les suivent. Ce sont ces chefs, ces meneurs, que les gens de Mari désignent d’une manière générale sous le nom de « rois ». Dès que les circonstances cessent de l’exiger, les tribus tirent chacune de leur côté et chacun des cheikhs retrouve la plénitude de son pouvoir.

  • 22 D’autres documents témoignent dans le même sens, mais il n’est pas prouvé qu’il s’agisse de sugâgu (...)

24On a vu précédemment ce qu’étaient ces cheikhs, c’est-à-dire les sugâgu (ci-dessus, p. 16-18). Ils détiennent l’autorité suprême sur les tribus. Ce sont eux qui viennent réclamer à des fonctionnaires de Zimri-Lim, sur un ton menaçant, la restitution des villages qu’on leur a enlevés (ARM, II, 53 : 12 ss.). Accompagnés des Anciens de leurs tribus, ils concluent une alliance militaire avec les rois du Zalmaqum ; l’accord est scellé dans le temple de Sin à Ḫarrân (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 986). Lorsque les relations avec les sédentaires ne sont pas hostiles, les souverains les tiennent pour responsables de leurs gens. Le sugâgum qui n’aura pas réuni tous ses guerriers en vue d’une expédition mise sur pied par Šamši-Addu se verra accuser d’une violation d’interdit (ARM, I, 6 : 16-20). Quand il s’agit de « purifier » les Benjaminites des environs de Terqa, leurs sugâgu se rendent au chef-lieu (III, 21 : 4-8). Ceux qui laisseront un seul de leurs hommes gagner le Haut-Pays payeront de leur vie leur complaisance coupable (II, 92 : 12-19). L’apparente soumission des sugâgu au pouvoir central22 dépend uniquement de l’équilibre momentané des forces, mais même en période de paix, les sugâgu n’hésitent pas à affirmer leur indépendance. Un sugâgum benjaminite répond au gouverneur de Terqa qu’il préfère être enlevé par l’ennemi plutôt que prêter son concours à une certaine corvée (III, 38 : 15 ss.).

25Enfin, les textes font intervenir aussi les Anciens, dont on connaît suffisamment le rôle coutumier (ARM, II, 83 : 18 ; G. Dossin, Mél. Dussaud. p. 896).

  • 23 La voyelle finale est longue : da-wi-du-ú-um (ARM, I, 69 : 6’), da-wi-di-e-im (I, 92 : 5), da-wi-da (...)
  • 24 Un fragment de lettre fait bien allusion au meurtre du dâwîdûm du roi, mais le contexte est perdu ( (...)

26Il reste à déterminer la nature des fonctions d’un personnage déjà cité : le dâwîdûm23. A plusieurs reprises, il est question de la mort du dâwîdûm des Benjaminites (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 988, 989 et 993 ; St. mariana, p. 55, date n° 6) et de celui des Wîlânu (ARM, I, 92 : 9-10 ; IV, 33 : 13). Si l’on réunit tous les passages où figure le terme, on aboutit à un résultat surprenant : dans la majorité des cas, le dâwîdûm se trouve dans les rangs ennemis et son unique rôle consiste à se faire tuer24. Les autres cas ne fournissent aucun complément d’information. En effet, il s’agit d’expressions vagues, telles que « au temps du dâwîdûm » (ARM, II, 141 : 12-13 ; IV, 41 : 5 ; Dossin, Arch. ép., p. 110, l. 9) ou « après le dâwîdûm » (ARM, IV, 76 : 13). Par conséquent, le seul rôle que l’on puisse reconnaître effectivement au dâwîdûm, c’est celui d’être mis à mort.

  • 25 C’est dans un contexte semblable qu’apparaît à Alalaḫ la seule mention du terme dâwidûm connue en d (...)
  • 26 Deux autres passages sont moins décisifs, car ils font suite à une lacune: ARM II, 63 : 20 et V, 2  (...)

27Les Benjaminites et les Wîlânu ne sont pas les seuls à posséder un dâwîdûm. Il y en a dans plusieurs villes, à Imâr (G. Dossin, St. mariana, p. 52, date n° 4), à Eluhut (ibid., p. 55, date n° 9) et à Muḫâtim (Dossin, Arch. ép., p. 110, l. 9), dans le pays d’Idamaraṣ (ARM, II, 141 : 13), dans le Mutiabal (II, 74 : 12’) et en Élam (G. Dossin, St. mariana, p. 55, date n° 8). On parle aussi du dâwîdûm de certains princes (ARM, I, 92 : 5 ; V, 72 : 9 ; G. Dossin, St. mariana, p. 56, date n° 10 ; Iaḫdun-Lim, p. 15, l. 23)25, du dâwîdûm d’Išme-Dagan et de celui du roi (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 981, n. 1). Comme l’a fait observer G. Dossin (ibid.), la construction « dâwîdûm d’un tel » exclut le sens de « chef suprême », qu’on aurait pu supposer, notamment à propos des Benjaminites. D’autre part, aucun dâwîdûm n’est désigné par son nom ; pourtant, on connaît souvent les noms des chefs ennemis (par exemple ARM, I, 5 : 26 ; IV, 88 : 9 ; V, 2 : 8’ ss.). Enfin, le terme est employé parfois d’une curieuse façon indéterminée. « Un tel s’est révolté et a tué le dâwîdûm » (Dossin, Arch. ép., p. 110, l. 3) ; « ton frère, ici, tue le dâwîdûm » (ARM, I, 69 : 9’) ; « depuis que j’ai tué le dâwîdûm » (IV, 40 : 5)26. A mon sens, la clef du problème gît dans le passage suivant. Šamši-Addu annonce à son fils Iasmaḫ-Addu que son frère aîné vient de remporter un éclatant succès sur ses adversaires. Pas un ennemi n’a pu échapper au massacre et Išme-Dagan s’est emparé de leur pays. « Ce dâwîdûm est grand pour le pays » conclut le monarque, « réjouis-toi ! » (ARM, I, 69 : 6’-8’). Si l’on persiste à voir dans le dâwîdûm un personnage quelconque, on arrive à un sens peu satisfaisant. En revanche, les difficultés disparaissent si l’on admet que « tuer le dâwîdûm » est une expression idiomatique, qui signifie à peu près « triompher », « remporter la victoire ». C’est là ce que Šamši-Addu entendait dire à son fils : « Cette victoire est grande pour le pays, réjouis-toi ! Tandis que ton frère, ici, remporte la victoire, toi, là-bas, tu restes couché au milieu des femmes... ». L’expression i-nu-ma da-wi-di-im ša I-da-ma-ra-a (ARM, II, 141 : 12-13) devient « au temps de la victoire sur l’Idamaraṣ », et le nom d’année de Zimri-Lim qui commémore la défaite des Benjaminites doit se comprendre : « Année où Zimri-Lim remporta la victoire sur les Benjaminites à Sagarâtim et tua leurs rois ».

  • 27 Le verbe est toujours dâkum. Une seule exception, dans l’inscription de Iaḫdun-Lim : da-wi-da-šu-nu (...)
  • 28 Lignes 12-13, d’après la traduction proposée par W. F. Albright, Archaeology and the Religion of Is (...)

28Des fragments de tablettes retrouvés dans le palais de Mari semblent établir l’existence d’une littérature historique du genre de la chronique. Sur certains d’entre eux, relate G. Dossin, « le nom de Šamši-Adad revient souvent précédé de noms propres qui pourraient être ceux des fonctionnaires éponymes lîmu et suivi du mot ma-a-at [...] ou du mot da-wi-da-a-am [...], allusions aux conquêtes et aux victoires du roi » (Arch. éc., p. 99). On voit bien que le mot est devenu synonyme de victoire. Si, dans les lettres de Mari, l’expression n’est comprise que dans son sens figuré27, il est évident toutefois qu’elle avait servi d’abord à désigner quelque chose de concret. Ici, le sens de « chef », « général », reste probable. Le mot dâwîdûm vient naturellement du sémitique occidental. On l’a déjà rapproché du nom du roi David. Il est vraisemblable qu’il apparaît aussi dans la stèle de Mésa, avec son acception concrète28.

29Ainsi donc, nous n’avons plus à nous occuper du personnage du dâwîdûm à propos des Benjaminites. Leurs institutions politiques ne sont guère compliquées. A la tête de chaque tribu se trouve le cheikh, probablement à titre héréditaire comme c’est encore la coutume parmi les Bédouins, assisté par les Anciens dans leur rôle traditionnel de conseillers. Les rois dont parlent nos textes ne sont que des cheikhs dont l’autorité s’est imposée à l’ensemble des tribus en temps de guerre.

  • 29 Les divers indices dont on dispose ne sont pas toujours suffisants : intervention de personnages co (...)
  • 30 Lire sans doute, à la suite de A. Falkenstein (Bibl. orient., 11 [1954], p. 113), i-ma-ra-û-<šu>-n (...)

30Entre Benjaminites et sédentaires, l’état des relations est variable. La correspondance appartenant au règne de Šamši-Addu ne met pas fréquemment les Benjaminites en scène. La circonstance tient peut-être au hasard des publications ; par ailleurs, la répartition des documents entre les deux périodes de l’histoire des archives n’est pas toujours assurée29. Compte tenu de cette situation, l’ensemble des témoignages donne l’impression que les maîtres d’Assur et de Mari entretenaient de bons rapports avec les Benjaminites et les tribus apparentées. C’est à peine s’il y a quelques ombres au tableau. Šamši-Addu envoie des ordres pour qu’on empêche un groupe de Benjaminites de traverser le fleuve en direction du Djebel Bishrî (ARM, V, 27 : 25 ss.). Un correspondant de Iasmaḫ-Addu paraît s’exprimer sur le compte des Benjaminites en des termes peu flatteurs, plus courants dans la correspondance de Zimri-Lim (V, 81 : 13 ss.). Sinon, aucune trace d’hostilité. Iasmaḫ-Addu monte en Haute Mésopotamie pour protéger les pâturages des Benjaminites (I, 43 : 10’-12’) ; les Iariḫû ne reconnaissent pas d’autre maître que lui, sans doute après la disparition de son père (Dossin, Arch. ép., p. 112). Šamši-Addu fait mettre des barques à la disposition des Rabbû du pays d’Alep pour qu’ils puissent franchir l’Euphrate (ARM. IV, 6). Les nomades prennent part aux expéditions entreprises par le souverain (I, 6 : 15-20 ; 42 : 29-32 ; 60 : 9-10). Il est même question de les « purifier », au même titre que la population locale ou que les Ḫanéens. Mais Šamši-Addu interdit à son fils de mettre son projet à exécution. « Les Benjaminites, lui dit-il, ne conviennent pas pour être « purifiés ». Si tu les « purifies » et que leurs frères, les Rabbû, qui demeurent sur l’autre rive, au pays de Iamḫad, l’apprennent, ils leur causeront du tort et ils ne voudront pas retourner dans leur pays. Garde-toi bien de les « purifier » (I, 6 : 7-13). S’il n’est pas indiqué de « purifier » les Benjaminites avant leur départ en campagne (l. 16-19), c’est donc uniquement par crainte des difficultés que les Rabbû pourraient provoquer à cette occasion. Il paraît qu’ils causeraient du tort30 aux Benjaminites. On ne s’explique ni le motif de leur mauvaise humeur éventuelle, ni la raison qui les pousserait à ne point regagner leurs campements au pays d’Alep. Ces questions doivent rester sans réponse, puisque les détails précis nous font défaut. La seule chose claire dans cette affaire, c’est que Šamši-Addu ne tenait pas à voir les Rabbû s’éterniser sur ses terres.

  • 31 A la ligne 9, restituer un verbe de mouvement ; à la ligne 10, le sujet de i-ka-la ne peut être que (...)

31Avec l’avènement de Zimri-Lim, la situation change et les documents qui font état de bonnes relations entre le roi et les Benjaminites deviennent rares. Un seul texte montre explicitement les nomades au service du souverain, mais encore nombre d’entre eux ont-ils déserté avant le départ (ARM, VI, 30). Cependant, comme la pratique de la « purification » est partiellement liée aux institutions militaires, il faut rappeler que le gouverneur de Terqa, Kibri-Dagan, fait procéder à l’enregistrement des Benjaminites de son district, à l’occasion d’une « purification » (III, 21). C’est encore Kibri-Dagan qui annonce ailleurs qu’il a convoqué les Anciens des Benjaminites (II, 83 : 18-20) et que les moutons du roi (?) paissent en compagnie des moutons des nomades sur les bords de l’Euphrate (II, 90 : 7-12)31. Selon une autre information, provenant toujours de la même source, les « rois » des Benjaminites se trouvent tous réunis auprès de Zimri-Lim ; Kibri-Dagan demande à son maître si leurs « villes » doivent bien confectionner les trois cents pièces de tissu ou vêtements (ṣubâtum) dont il était question dans la première partie de la lettre, malheureusement disparue (III, 70). Nous apprenons ainsi que les Benjaminites s’adonnaient au tissage, une activité en rapport avec l’élevage du mouton, et qu’à l’occasion, ils livraient aux sédentaires le produit de leur travail ; on ignore à quel titre et si le fait était courant.

32Devant les mouvements périodiques des tribus, l’attitude des autorités varie. Kibri-Dagan signale le retour dans son district, apparemment sans incident, de Benjaminites descendant du Haut-Pays (ARM, III, 58 : 5-10) ; en d’autres occasions, par contre, il s’oppose énergiquement à leur départ (II, 92) aussi bien qu’à leur retour (III, 12 : 17-26). Iaqqim-Addu, gouverneur de Sagarâtim, empêche de même les Benjaminites de son territoire d’aller à la recherche de pâturages en Haute Mésopotamie (II, 102). On peut rappeler ici les ordres donnés par Šamši-Addu visant à interdire aux Benjaminites qui se dirigeaient vers le Djebel Bishrî de passer l’Euphrate (V, 27 : 25 ss.). Les mesures prises par les fonctionnaires de Zimri-Lim s’appliquent aux mouvements des Benjaminites dans les deux sens. Reste à savoir si ce sont là des mesures d’exception. Les documents étudiés n’invoquent qu’une seule fois un motif particulier : les Benjaminites sur le chemin du retour sont qualifiés de rebelles (III, 12 : 18, 24). Mais il est question, chaque fois, du Haut-Pays. C’est peut-être aux grandes migrations seules que Zimri-Lim voulait imposer son contrôle pour tous les troubles qu’elles pouvaient entraîner. L’attitude ferme des autorités serait une réponse à la décision des nomades d’allonger considérablement leurs parcours à la suite de certaines circonstances, comme la sécheresse, en opposition avec l’amplitude réduite de leurs transhumances coutumières. Cependant, il ne faut pas perdre de vue l’état fragmentaire de notre documentation. Trois ou quatre passages, même convergents, n’autorisent point de conclusions généralisées. En revanche, ils prouvent que Zimri-Lim avait parfois la situation bien en main, puisqu’il lui arrivait de régler à son gré les migrations des nomades. Ne célébrons pas pour autant la docilité des Benjaminites. Kibri-Dagan se plaint de n’avoir reçu d’eux aucune aide au temps de la moisson ; un de leurs cheikhs lui a même refusé son assistance sur un ton agressif (III, 38 : 15 ss.).

33Si nous abordons le chapitre des hostilités, les témoignages se pressent. Ayant laissé leurs femmes dans les villages des environs de Terqa, les Benjaminites intriguent avec l’ennemi ; leurs émissaires viennent de nuit recueillir des informations, ce qui leur a permis de lancer un coup de main contre un poste de garde aux portes de Samanum (ARM, III, 16). C’est une opération de vaste envergure qu’ils mettent sur pied, lorsque leurs torches allumées propagent un mystérieux signal parmi leurs installations échelonnées dans la vallée entre Mari et Terqa (Dossin, Signaux, p. 178). On peut tout craindre, car ils se révoltent sans cesse (ibid., p. 181), et Zimri-Lim en personne doit veiller sur ses jours (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 988). Ils lancent rezzou sur rezzou, s’en prenant à des troupeaux de moutons (ibid.), à des campements (ibid., p. 988 et 991), voire à des villes (ibid., p. 986-987). Le plus dangereux, c’est qu’ils recourent parfois à des alliances, agissant de concert avec les princes du Zalmaqum (ibid., p. 986-987), avec Qarni-Lim, un adversaire de longue date de Zimri-Lim, dont on ne sait encore où il régnait (ibid., p. 990-991), ou même avec le roi d’Ešnunna (ibid., p. 991 in fine ; Ch. Jean, RÉS, 1939, p. 63). Mais Zimri-Lim, lui non plus, n’est pas seul dans la lutte (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 990-992), sans compter que le maître suprême du pays, le dieu Dagan, lui a accordé sa protection (G. Dossin, RA, 42 [1948], p. 129 et suiv.).

34Le problème initial consisterait à rétablir la succession des événements. Mais notre documentation n’est presque jamais datée ; elle est fragmentaire et l’image qu’elle nous restitue est peut-être complètement déformée (cf. G. Goossens, RA, 46 [1952], p. 138). Le cadre chronologique, si l’on peut dire, est fourni par la série des noms d’années du règne de Zimri-Lim (G. Dossin, St. mariana, p. 54-59), dont l’ordre n’est pas connu. Même si l’on découvrait une liste officielle, son utilisation exposerait encore à des méprises. Pour chaque année, on choisit un seul événement marquant, destiné à lui donner son nom ; il suffit donc de peu de chose pour fausser notre perspective. Aux yeux des contemporains, tel événement, que le recul du temps mettra en lumière, peut sembler dénué d’intérêt, et vice versa. Dans les années mouvementées, nombre d’événements seront laissés dans l’ombre ; un seul émergera, que rien ne distinguera de ceux qui ont attaché leur nom à des années creuses. Il est bon parfois de se rappeler les limites de notre documentation.

  • 32 Il vaut mieux laisser de côté les cinq années dont le nom répète celui de l’année précédente, puisq (...)

35Sur les vingt-sept noms d’années appartenant au règne de Zimri-Lim qui nous sont parvenus32, un seul fait allusion aux Benjaminites : il s’agit de la fameuse victoire, déjà mentionnée ici à plusieurs reprises, que le souverain remporta sur les nomades à Sagarâtim. Les documents comptables qui énumèrent des prisonniers benjaminites rachetés ou libérés sont à mettre en rapport avec cette bataille, car l’un d’eux est précisément daté de l’année de la victoire (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 993-995), mais le doute est permis pour d’autres passages (par exemple ibid., p. 992, dernier texte cité).

36En effet, il est peu vraisemblable que l’ensemble des documents dont nous disposons couvre seulement une courte période du règne de Zimri-Lim. Comme les relations entre le souverain et les Benjaminites paraissent le plus souvent hostiles, il est évident qu’il y eut plus d’une bataille et, partant, plus d’un succès, et plus d’un revers aussi. C’est ainsi par exemple qu’un officier de Zimri-Lim réussit à soumettre les « rois » benjaminites de la Haute Mésopotamie (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 993 ; cf. ARM, III, 50). Ailleurs, on apprend que tous les Benjaminites ont été ramenés sous l’autorité du roi (G. Dossin, ibid.), ce qui suppose qu’ils s’étaient rebellés auparavant.

  • 33 Les observations de G. Goossens (RA, 46 [1952], p. 139-140) sont confirmées dans leur ensemble par (...)

37En somme, la question n’est pas près d’être éclaircie ; c’est qu’il s’agit de retracer non pas les phases d’un conflit entre deux états organisés, mais bien les péripéties multiples du conflit perpétuel qui oppose les sédentaires aux nomades. L’intérêt que présenterait une telle étude semblerait d’ailleurs accessoire pour notre propos, si ce n’était sa répercussion éventuelle sur l’histoire de la pénétration des Benjaminites dans la région du Moyen-Euphrate. On a vu que les relations des Benjaminites avec les occupants du pays, pacifiques du temps de Šamši-Addu, avaient pris une mauvaise tournure sous le règne de Zimri-Lim ; on a observé aussi qu’en même temps, les mentions des Benjaminites devenaient plus fréquentes. Est-il permis d’établir une relation entre ces circonstances et d’en inférer que les nomades étaient devenus plus nombreux et par le fait même plus remuants du temps de Zimri-Lim ? La pression des nomades se fait toujours plus forte dans les moments de crise, marqués par une désorganisation politique et militaire, qui affaiblit la résistance offerte par les sédentaires. Or le royaume de Mari dut connaître, pendant les années qui suivirent la mort de Šamši-Addu, une période troublée qui vit la fin de la domination étrangère, l’expulsion de Iasmaḫ-Addu, le retour au pouvoir de la dynastie locale et les débuts du règne de Zimri-Lim, jusqu’au moment où il put affermir définitivement son trône (cf. G. Dossin RA, 42 [1948], p. 126). L’occasion était propice pour permettre à de nouveaux groupes de Benjaminites de venir s’installer dans le pays. Répétons toutefois qu’un concours fortuit de circonstances peut être à l’origine de ces observations (cf. ci-dessus, p. 63). Il faut aussi tenir compte du caractère différent de la correspondance des deux souverains. Tandis que les lettres échangées entre Šamši-Addu et ses deux fils traitent surtout de problèmes de haute politique, le dossier de Zimri-Lim contient nombre de rapports émanant de fonctionnaires locaux et portant sur les événements de tout genre survenus dans leurs territoires respectifs33. Il y aura plus de chance de rencontrer les Benjaminites dans ces lettres-ci que dans celles-là.

38Quant aux Benê-Sim’âl, rarement cités il est vrai, ils semblent faire bande à part ; chaque passage les montre au service du souverain, que ce soit Šamši-Addu ou Zimri-Lim (cf. ci-dessus, p. 54).

  • 34 J. Lewy voyait dans Nēḫum la forme babylonisée de Nāḫ ou Nāḫā, le nom divin amorrhéen correspondant (...)
  • 35 Le nom divin Atmu est attesté à Mari dans Ta-aḫ-ṣí-in-At-mu et dans d’autres noms inédits (cf. M. B (...)
  • 36 Cf. Noth, Mari und Israel, p. 138.

Le nom des Benjaminites s’interprète sans difficulté : ia-mi-na correspond à l’hébreu, Image 10000000000000270000001CCA4855E8.jpg c’est-à-dire la « droite » ou le « Sud », comme si-im-a-al dans le nom des Benê-Sim’âl trouve son répondant dans l’hébreu Image 100000000000003C0000001F39FFB154.jpg, la « gauche » ou le « Nord ». Il ne suffit pas néanmoins pour établir leur origine « ouest-sémitique », car les Benjaminites ne sont pas nécessairement responsables du vocable sous lequel les archives de Mari les désignent. Ce sont les noms portés par les individus eux-mêmes qu’il importe d’examiner. En attendant la publication des listes de prisonniers benjaminites rachetés par leurs familles (cf. G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 993), nous ne possédons qu’une documentation clairsemée. Une petite tablette nomme six captifs, qui ont été libérés sur l’ordre du roi (ibid., p. 994) : Mu-ut-ra-a, Š[i]-it-ta-AŠ-ì-lí, Ia-šu-ub-dDa-gan, Ia-tar-Èl, Ia-a-du et Ia-an-ti-in-E-ra-a. Tous ces noms sont justiciables de l’onomastique « ouest-sémitique », sauf le second. L’élément divin qui entre en composition dans celui-ci peut être lu Šittaš ou, plus probablement, Šittarum, mais aucune de ces formes n’est attestée jusqu’à présent ; malgré son caractère énigmatique, je ne pense pas qu’il nous conduise en dehors du monde accadien, dans les domaines hittite, hurrite ou cassite, comme l’a suggéré W. von Soden (WO, 1, 3 [1948], p. 199). Se rapportant aux mêmes événements, deux autres documents comptables nomment encore trois Benjaminites : un certain Ì-lí-ne-i-im, sa femme Si-ni-na et sa sœur dAt-mu-ni-ri (ibid., p. 994). Le second élément qui intervient dans le nom masculin n’est pas encore expliqué ; toutefois, sa présence dans des noms « ouest-sémitiques » permet de le ranger parmi ces derniers34. Quant aux noms des deux femmes, le deuxième est « ouest-sémitique »35 ; le premier, Si-ni-na « hirondelle » (?), l’est sans doute également. Nous connaissons aussi le nom d’un individu de Iaḫrur ; le début en est perdu, mais, comme il contient l’élément théophore Lim, on est en droit de restituer un nom « ouest-sémitique » : [Ia-x]-im-Li-im (ARM, II, 93 : 6'). Enfin, un Iariḫéen porte le nom de DUMU Za-a-na-an (III, 35 : 5), qui n’est vraisemblablement pas accadien36.

  • 37 Th. Bauer, considérant que Dagan est connu du panthéon accadien dès la plus haute époque, fait obse (...)
  • 38 Temple de Dagan : G. Dossin, Syria. 21 (1940), p. 167, 1. 5-6 ; une seconde référence (R. Jestin, R (...)
  • 39 T. Fish, Catalogue of Sumerian Tablets in the John Rylands Library, Manchester, 1932, p. 50, n° 440
  • 40 A preuve, les noms des habitants de Mari relevés sur des documents datant de la IIIe dynastie d’Ur (...)
  • 41 Dagan apparaît dans plusieurs noms propres du temps d’Agadé. Citons notamment, à Tello : dDa-gan-il (...)
  • 42 Sur les vingt personnes au nom composé avec l’élément Dagan, qu’enregistre Bauer (Ostkan., p. 72), (...)

39Dans l’ensemble, ces noms sont en majorité de frappe « ouest-sémitique » ; les noms des tribus nous confirmeront dans la même voie. Avant de quitter les noms de personnes, il faut remarquer que l’un d’eux fait intervenir le dieu Dagan. On peut en déduire que les Benjaminites n’étaient pas fraîchement arrivés dans le pays, puisqu’ils en avaient adopté déjà le dieu suprême. En effet, quelle que soit son origine37, Dagan ne peut être mis en rapport avec les envahisseurs « ouest-sémitiques », appelés le plus souvent amorrhéens, parce qu’il régnait sur le Moyen-Euphrate de longs siècles avant leur arrivée. Aussi haut que l’on puisse remonter, le culte du dieu est attesté dans la région. C’est Dagan qui reçoit l’hommage de Sargon d’Agadé à Tuttul et lui accorde la souveraineté sur le « Pays Supérieur » ; dès ce temps, son culte se répand et gagne la Babylonie, mais son pays d’élection demeure le Moyen-Euphrate, dont il est vraiment le dieu national. Le temple bâti par Išṭup-ilum, gouverneur de Mari sous la IIIe dynastie d’Ur, en l’honneur du dieu « Roi du pays », n’est autre que celui de Dagan (cf. G. Dossin, Syria, 21 [1940], p. 161 et suiv.). En tout cas, un temple de Dagan est mentionné vers la fin de cette époque, tandis qu’un mois du calendrier local est consacré au dieu38. La reine d’Ur Abi-simti intervient dans une livraison d’animaux de sacrifice destinés à Dagan et à la déesse Ḫaburîtum39 ; on se rappelait d’où le dieu était sorti. Lorsque la vague « ouest-sémitique » atteint le fief de Dagan, où elle va recouvrir une population babylonisée depuis longtemps40, les envahisseurs adoptent son culte avec une particulière ferveur, mais ils ne semblent pas s’en faire les propagandistes hors de son domaine. Le nom du dieu était introduit dans l’onomastique accadienne bien avant la nouvelle migration41 et la grande majorité des noms « ouest-sémitiques » dans lesquels il s’inscrit provient précisément de la région Mari-Terqa42. Bref, l’élément divin Dagan est essentiellement une caractéristique des noms propres « ouest-sémitiques » du Moyen-Euphrate. Les Benjaminites n’ont fait que suivre l’exemple de leurs congénères fixés avant eux dans le pays.

  • 43 Il faut comprendre Ub-rabi, sur le modèle de Ḫammu-rabi. Dans un article à paraître dans Syria, M. (...)
  • 44 Pour Amnanûm, j’ai suggéré ci-dessus (p. 50, n. 1) un rapprochement possible avec le nom d’Onan ; o (...)

40Quant aux noms des tribus benjaminites, qui sont en réalité d’anciens noms de personnes, Ubrabûm seul pourrait être accadien43. Les trois autres, Amnanûm, Iaḫrurûm et Iariḫûm accusent un caractère « ouest-sémitique » incontestable44.

41L’étude des noms propres a fourni la certitude attendue : les Benjaminites ont été amenés par le grand flot de peuples venus de l’ouest qui déferla sur la Mésopotamie entière. Partout où il se répandit, on retrouve la trace des Benjaminites : en Babylonie (Larsa, Sippar), sur le Moyen-Euphrate, en Syrie septentrionale (Alep, Qatna). Mais, de cette marée, les Benjaminites ne constituent qu’une des vagues ultimes. Bien avant leur arrivée dans la vallée moyenne de l’Euphrate, d’autres tribus les y avaient précédés, submergeant les anciens centres de civilisation babylonienne. En pénétrant à leur tour dans le pays, c’est à leurs frères de race que les Benjaminites vont se heurter en ordre principal ; pour la plupart, sédentaires et nomades sont issus de la même souche. Dans les villes, le pouvoir était passé aux mains des envahisseurs, lesquels s’empressèrent de défendre leurs possessions nouvellement acquises contre leur propre arrière-garde, comme c’est toujours le cas en pareille circonstance. Il faut aussi le dire à la décharge des éléments sédentarisés, leur occupation ne datait pas de la veille et ils se considéraient certainement comme les défenseurs attitrés de la vieille civilisation urbaine à laquelle ils avaient accédé.

42Les « Ouest-Sémites » qui avaient devancé les Benjaminites sur les rives de l’Euphrate moyen n’en étaient pourtant pas tous arrivés à ce stade. Ainsi, les Ḫanéens ne s’étaient pas encore définitivement attachés au sol. On devait s’attendre à des contacts entre les deux populations apparentées ; nos textes vont plus loin et les associent parfois d’une manière non équivoque. Zimri-Lim donne l’ordre d’abattre les parcs à moutons et les étables des « Ḫanéens benjaminites » (Ḫa-na-a Binimeš-ia-mi-im) avant de les refouler au delà du Balîḫ (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 989). Un agent du souverain dans le Haut-Pays écrit à son maître qu’au moment de partir pour Mari, il a été retenu par des « Iariḫû, cheikhs des Ḫanéens » (ARM, II, 53 : 10). A la rigueur, on pourrait imaginer que la conjonction û a été omise entre awîlumeš Ia-ri-ḫa-yuki et su-ga-gu ša awilḪa-nameš et qu’il faut comprendre : « des Iariḫû et les cheikhs des Ḫanéens ». Mais, plus loin, l’expéditeur de la lettre rapporte le discours tenu par des personnages, qu’il qualifie de « cheikhs des Ḫanéens », en introduisant la citation, et de « cheikhs des Benjaminites », en la terminant (I. 17-26). La confusion est vraiment constante. Elle peut s’expliquer en partie. Ḫanéens et Benjaminites ont une origine commune et mènent un genre de vie fort semblable. Toutefois, les Hanéens sont là de plus longue date ; ils sont plus près des sédentaires, plus dociles envers les autorités. Les Ḫanéens sont les « serviteurs » du roi (ARM, II, 25 : II’), les Benjaminites, ses ennemis le plus souvent. C’est pourquoi Zimri-Lim se propose de donner aux Ḫanéens un village pris aux Benjaminites (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 984) ou leur offre de manger le blé des Benjaminites (ibid., p. 989). En revanche, dans le Haut-Pays, où les nomades doivent être plus libres, il est possible que ces différences s’atténuent au point qu’un esprit peu soucieux de précision en arrive à employer inconsidérément un terme pour l’autre. Ce n’est toutefois pas le cas pour l’expression « Ḫanéens benjaminites », où les deux termes sont accolés de propos délibéré. Celui qui les a associés aurait-il regardé « Ḫanéen » comme un appellatif désignant un type particulier de semi-nomades ? En tout cas, les mesures brutales prescrites par Zimri-Lim donnent à penser que nous avons affaire à des Benjaminites.

  • 45 Le nom de la tribu s’écrit de différentes façons. On lit, d’une part, PI-ma-ḫa-mu-um (ARM, IV, 1 : (...)
  • 46 Seul Da-di-ia (lecture due à A. Falkenstein, Bibl. orient., 13 [1956], p. 27) peut s’expliquer par (...)

43L’ambiguïté de l’expression met en cause pareillement l’identité réelle des « Ḫanéens Iamaḫamû ». Puisqu’il existe des Ḫanéens benjaminites, les Iamaḫamû45 pourraient bien être une tribu benjaminite au lieu d’un clan ḫanéen. Leurs mœurs ne nous apprennent rien à cet égard : ce sont des éleveurs de moutons, semi-nomades, qui vivent sur les rives du Ḫabur (cf. ci-dessus, p. 21). Certains sont attirés par l’état sédentaire ; ils abandonnent leur clan, conduit par un sugâgum, pour s’installer à Šubat-Enlil, où Šamši-Addu leur concède des terres (ARM, IV, 1). On nous cite les noms des transfuges et celui de leur sugâgum : presque tous révèlent une origine « ouest-sémitique »46. Ceci ne nous aide pas davantage. Il reste que la tribu prend la fuite après la défaite des Benjaminites. « Ils sont partis », conclut le correspondant de Zimri-Lim qui lui fait part de la nouvelle, »... le district Va bien » (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 992). Cette circonstance avait fait surgir le premier doute. Il apparaît maintenant que l’obstacle constitué par l’emploi du mot « Ḫanéen » n’est pas insurmontable. J’incline donc à croire, sans pouvoir apporter l’argument qui trancherait le débat, que les Iamaḫamû étaient affiliés aux Benjaminites.

44Venus à la suite du gros de la migration « ouest-sémitique », les Benjaminites ont dû marcher sur les pas de leurs devanciers. Leur progression pourrait nous révéler les voies de l’invasion. Ils étaient déjà présents sur le territoire de Mari du temps de Iaḫdun-Lim, qui se rendit maître d’un de leurs campements (G. Dossin, St. mariana, p. 52, n° 6), tandis qu’un clan appartenant à la tribu des Ubrabû était installé dans le district de Terqa (cf. ci-dessus, p. 50). D’autres clans, notamment des Amnanû, avaient planté leurs tentes entre le Balîḫ et l’Euphrate (ibid.). Sous le règne de Šamši-Addu, on signale pareillement des Benjaminites dans le Haut-Pays (ARM, I, 43 : 10’-12’).

45La correspondance de Zimri-Lim ne fait que confirmer ces témoignages, en fournissant d’abondants détails sur l’étendue de la dispersion des Benjaminites dans le secteur occidental de la Mésopotamie supérieure. A l’ouest de l’Euphrate, on ignore depuis quel moment les Benjaminites nomadisaient sur les territoires d’Alep, de Qatna et du pays d’Amurru. Leurs « frères », les Rabbû, sont installés au pays d’Alep du temps de Iaḫdun-Lim (cf. ci-dessus, p. 53).

  • 47 Seul, Išme-Dagan est susceptible de nous fournir des renseignements sur les menées éventuelles des (...)

46A l’autre extrémité de l’horizon, on rencontre, un peu plus tard, le pays de Iaḫrurâ, mentionné conjointement avec le pays d’Êkallâtum par Išme-Dagan (ARM, II, 18 : 4-5). Tandis qu’on entend par « pays d’Êkallâtum » la province commandée par la ville de ce nom, le pays de Iaḫrurâ tire sa désignation du nom de la tribu qui s’y était fixée. Le cas n’est pas exceptionnel. En effet, plusieurs régions de la rive orientale du Tigre portent un nom qui est en réalité celui d’une tribu et qui remonte en fin de compte à un personnage éponyme : Iamutbal, Idamaraṣ et Numḫâ sont du nombre, comme on le verra au chapitre des Amorrhéens (cf. ci-dessous, p. 216-217). Voilà pourquoi apparaît, dans les lettres de Mari, un second pays d’Idamaraç, situé entre le Ḫabur et le Balîḫ ; en fait, il n’y a pas eu de transfert de nom, mais bien deux fractions d’un même peuple qui se sont établies en des lieux différents, auxquels elles ont laissé pareillement leur nom. Le processus a dû prendre un temps assez long ; par conséquent, il faut que la tribu benjaminite des Iaḫrurû ait fait irruption dans la vallée moyenne du Tigre bien avant le temps où Šamši-Addu et Išme-Dagan régnaient sur l’Assyrie. Mais derrière ces éléments avancés, d’autres étaient encore en mouvement. Des Iaḫrurû sont recrutés par Iasmaḫ-Addu dans la légion de l’Euphrate et d’autres sont signalés sous Zimri-Lim dans le Haut-Pays (ci-dessus, p. 49-50). Dans l’Ouest, leur nom n’a pas davantage acquis un sens local. Osera-t-on en conclure que l’arrivée des nomades sur les rives de l’Euphrate et dans la Haute Djézireh fit suite à leur installation dans la vallée du Tigre ? Si l’on peut se fier à l’état présent de notre documentation47, il apparaît que les Benjaminites n’ont joué qu’un rôle secondaire dans l’est de la Mésopotamie ; les Iaḫrurû sont seuls à y intervenir. Aussi convient-il de classer ces témoignages avec ceux qui se rapportent au passage des Benjaminites en Babylonie proprement dite ; de part et d’autre, les circonstances sont à peu près identiques.

47Dans le Sud, en effet, les traces des Benjaminites sont peu nombreuses et elles gardent le souvenir d’une population établie à demeure. La plus ancienne allusion est contenue dans la titulature du roi Sin-kâšid, qui régnait sur Uruk et Amnanûm (ci-dessus, p. 51). Le terme Amnanûm désigne la population qui s’était installée dans la campagne autour d’Uruk. Il pouvait aussi s’appliquer au territoire qui avait accueilli la tribu, comme on le voit par l’exemple de Baḫlu-kulim, roi de Tuttul et du pays d’Amnanûm (cf. ci-dessus, p. 31). De toute façon, à l’époque de Sin-kâšid, une notable fraction de la tribu des Amnanû avait abandonné l’état nomade pour s’arrêter définitivement dans les parages d’Uruk. Comme Sin- kâšid fut, au moins pendant quelques années, le contemporain de Sumu-la-El, il faut croire qu’il y avait déjà des Benjaminites au pays de Sumer vers les débuts de la première dynastie babylonienne. La mention par Ḫammurabi de la ville d’Ubrabî, ou, plus exactement, de la ville des Ubrabû, près de Larsa (cf. ci-dessus, p. 51), témoigne dans le même sens. Les Benjaminites de Babylonie étaient passés au stade de la civilisation urbaine tant dans le nord que dans le sud du pays, car on observe le même phénomène dans la région de Sippar.

  • 48 Cf. J. Lewy, HUCA, XVIII (1944), p. 471, qui édifie son argumentation en ordre principal sur la pré (...)
  • 49 Cf. E. Ebeung, RLA, I, p. 160. Assarhaddon rappelle dans une de ses inscriptions qu’il a ramené à S (...)
  • 50 La signification première de ces noms n’est pas en jeu. Si le rapprochement entre Iaḫrurûm et la dé (...)
  • 51 D’une lettre adressée par Abi-ešuḫ aux autorités de Sippar (VAB, VI, n° 76), il ressort par exemple (...)

48La découverte du contenu des termes Amnanûm et Iaḫrurûm permet d’éliminer les hypothèses avancées jusqu’ici sur l’origine des localités de Sippar-Amnanûm et de Sippar-Iaḫrurûm. On avait voulu voir dans la première un quartier de Sippar voué au culte d’un dieu ʼAmnân48 et on a rapproché du nom de la seconde celui de la déesse Aruru49. Grâce aux gentilices relevés dans les archives de Mari, on est en droit d’affirmer que les deux localités doivent leur nom aux tribus benjaminites qui s’étaient fixées dans la région de Sippar50. On a vu qu’il fallait les regarder comme des localités distinctes (cf. ci-dessus, p. 52, n. 2), à rechercher aux abords immédiats de Sippar51, et non comme des quartiers intra muros.

  • 52 C’est la nature même de ces installations qui explique sans doute leur disparition. En effet, dans (...)

49Les lettres de Mari signalent la présence de « villes » benjaminites à proximité des grands centres urbains (cf. ci-dessus, p. 14). On peut supposer qu’il en fut de même à Sippar, où les nomades venaient s’installer volontiers non loin des portes de la cité ; à la longue, leurs campements prirent un caractère permanent et les gens de la ville continuèrent à les désigner du nom de leurs premiers habitants52. L’apparition, au temps des successeurs de Ḫammurabi, de Sippar-Amnanûm et de Sippar-Iaḫrurûm marque le terme de l’évolution qui avait transformé les anciens campements benjaminites en agglomérations fixes. La curieuse expression nârIdiqlat Ia-a-ru-ru-um, que l’on relève sur un document daté du règne de Ḫammurabi (ci-dessus, p. 53), atteste pareillement l’emploi du nom d’une tribu dans un sens local ; elle rappelle en même temps la pénétration des Iaḫrurû dans la vallée du Tigre, confirmant ainsi les données de la correspondance d’Išme-Dagan.

50En classant ces divers témoignages dans l’ordre chronologique, on constate que les plus anciens se rapportent à la région la plus méridionale. Deux ou trois générations avant que Zimri-Lim reçoive la soumission des Amnanû de la Haute Mésopotamie, une fraction de la tribu avait reconnu la souveraineté du roi d’Uruk, sur le territoire duquel elle avait planté ses tentes. Si l’on s’en tenait à ce raisonnement sommaire, on serait amené à en déduire que les Benjaminites avaient commencé de se répandre dans la Babylonie du Sud pour s’avancer ensuite vers la Mésopotamie proprement dite et atteindre finalement les steppes du Ḫabur et du Balîḫ. Cette conclusion serait en accord avec la thèse de Theo Bauer, qui retraçait la route des « Cananéens de l’Est » à partir du sud de la Babylonie, — Larsa, — leur assignant pour habitat antérieur la région transtigrine (Ostkan., p. 89-90). Il eût été vain, ajoutait-il, de remonter plus haut et de rechercher comment les « Cananéens de l’Est » avaient pénétré à l’origine dans cette région.

51En réalité, — la discussion n’est même plus permise à l’heure présente, — c’est bien au nord-ouest de la Babylonie que les envahisseurs ont fait primitivement leur apparition. Quant aux Benjaminites, l’apparente confirmation des vues de Th. Bauer ne résiste pas à une enquête plus approfondie. En premier lieu, la nature de notre documentation n’autorise pas de conclusions définitives ; les indices qui trahissent la présence des Benjaminites sont nécessairement ténus. Le critère onomastique ne joue nulle part, puisque les noms des Benjaminites se confondent dans la masse des noms « ouest-sémitiques ». Par conséquent, seuls les noms des tribus ou des clans peuvent être reconnus ; le processus de la sédentarisation à l’échelon individuel nous échappe. Normalement, ce processus se poursuit sans discontinuer ; il en aura été de même pour les Benjaminites, tant en Basse Babylonie qu’en Mésopotamie supérieure. S’il nous était permis de reconstituer la succession intégrale des événements, notre ordre chronologique, fondé sur quelques vestiges épars en Babylonie, en serait peut-être radicalement bouleversé. Nous savons maintenant ce que représentaient les prétendues « villes » des Benjaminites ; il en ressort que les nomades n’avaient pas fondé eux-mêmes de véritables centres urbains dans la région de Mari (cf. ci-dessus, p. 56-57). Toutefois, des familles ou des groupes plus ou moins nombreux ont pu se fixer au sol ; c’est vraisemblablement le cas des Ubrabû, des Amnanû et des Rabbû, établis dans les parages de Samanum, de Tuttul et d’Abattim, au temps de Iaḫdun-Lim. Tandis que de puissantes tribus benjaminites circulaient entre l’Euphrate moyen et la Haute Djézireh sous les règnes de Šamši-Addu et de Zimri-Lim, nombre de leurs congénères, assurément, s’étaient mêlés déjà à la population des villages ou des villes. Passés dans les rangs des sédentaires, où prédominaient leurs frères de race, restés encore fidèles à leurs noms traditionnels, ils avaient disparu sans laisser de traces. Il serait donc faux d’imaginer que tous les Benjaminites du Haut-Pays nomadisaient encore, alors que leurs frères de Babylonie s’étaient convertis à la vie sédentaire.

  • 53 Sur l’authenticité de cette tradition, voir notamment E. Dhorme, La religion des Hébreux nomades, B (...)

52D’autre, part, on ne peut méconnaître le caractère particulier des différentes régions où les nomades ont pénétré. Les basses terres, Sumer et Accad, représentent un pays de vieille civilisation, parsemé de villes et de bourgades, entrecoupé de routes et de canaux, livré à l’agriculture ; les grands espaces libres y sont rares. En revanche, aux confins de la zone fertile irriguée par l’Euphrate moyen, les nomades peuvent se déplacer et pousser à leur guise leurs troupeaux de moutons. Plus au nord encore, ce sont les vastes steppes qui s’étalent entre le Balîḫ et le Ḫabur et verdoient au printemps, accueillantes aux pasteurs. Si les nomades, tentés par le sol fécond de la Babylonie, veulent planter là leurs tentes, ils se verront bientôt refoulés de toutes parts ; contraints de limiter leurs parcours, ils devront acquérir les terres où leurs troupeaux iront paître, jusqu’au moment où ils se mettront à les cultiver et à s’y fixer pour de bon. Sinon, poursuivant leur vie errante, ils finiront tôt ou tard par quitter le pays, où d’autres groupes, attirés à leur tour, viendront prendre leur place, allant de pâturages en pâturages dans une quête sans fin. C’est dans ce flux et ce reflux constants de populations en marche qu’il convient de situer la migration d’Abraham, remontant à contresens d’Ur à Ḫarrân, sa véritable patrie53. Là, dans le Haut-Pays, les nomades sont chez eux. Si, de place en place, au cours de leurs pérégrinations, des familles s’arrêtent pour s’accrocher désormais au sol, le gros des nomades reste fidèle à son genre de vie coutumier. Aussi bien, c’est cette région, qui constitue le principal centre benjaminite, le territoire d’où les clans sont sortis successivement pour se diriger vers le sud, par un cheminement de proche en proche.

53La correspondance de Zimri-Lim le confirme ; les Benjaminites se montrent le plus actifs dans la zone de collines où s’abrite Ḫarrân, dans les districts du Zalmaqum et de l’Idamaraṣ. Mais ceux qui nomadisent sur l’autre rive de l’Euphrate, au pays d’Alep, de Qatna et d’Amurru, viennent-ils, eux aussi, de la Haute Mésopotamie ? La réponse nous sera donnée par l’étude d’ensemble des invasions « ouest-sémitiques ». C’est du désert syrien qu’étaient issues les tribus benjaminites et, avec elles, toutes les autres peuplades « ouest-sémitiques » qui s’étaient élancées à la conquête des terres fertiles cernant le désert à l’ouest, à l’est et au nord. A l’époque des archives de Mari, il y avait beau temps que la fraction la plus importante du peuple benjaminite avait franchi l’Euphrate et sillonnait les steppes de la Haute Mésopotamie, qui n’aura été qu’un relais sur sa route.

54Des groupes nombreux s’étaient déjà répandus dans le secteur du Moyen-Euphrate, où les conditions naturelles se prêtaient à leur mode de vie. Un fonctionnaire de Zimri-Lim fait sans doute allusion à l’arrivée d’un de ces clans sur le Ḫabur, quand il rappelle à son maître : « auparavant, lorsque les Benjaminites descendirent et s’installèrent à Sagarâtim... » (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 984). Comme le verbe l’indique, les nomades venaient du Haut-Pays (cf. ARM, III, 58 : 12). Ils avaient aussi poussé plus loin et ils avaient parcouru, suivis de leurs troupeaux, les plaines alluviales de l’Euphrate et du Tigre. Mais ici, on vient de le voir, les circonstances leur étaient peu favorables et l’emprise de la civilisation qui les encerclait hâtait leur passage à la vie sédentaire, lorsqu’elle ne provoquait pas leur départ. C’est pourquoi des groupes de nomades pouvaient s’être fixés dans les basses terres alors que l’évolution commençait à peine dans les territoires où rien n’entravait la vie indépendante des pasteurs. L’argument que l’on voudrait tirer de l’antériorité des établissements benjaminites en Sumer et en Accad perd dès lors sa valeur.

55D’une façon générale, il faut le souligner avec insistance, notre documentation sur les mouvements des nomades en Babylonie est extrêmement réduite. Pour les Benjaminites en particulier, les quelques allusions qui ont pu être relevées ont trait à des populations stables. Cette situation est d’abord un reflet fidèle de la réalité. La Babylonie n’est pas une terre d’élection pour les nomades ; ceux qui s’y aventurent ne peuvent s’y maintenir longtemps. De là, la discrétion des textes à leur égard. En outre, la nature même de nos sources entre en jeu. Hormis les noms des années de règne des souverains, qui nous livrent quelques renseignements, seule la littérature épistolaire est susceptible de nous éclairer sur l’activité des nomades. Or cette documentation est disparate et peu représentative ; parmi les lettres datant de la première dynastie babylonienne, rares sont celles qui offrent un intérêt historique immédiat. Le silence qui entoure la vie des nomades en Babylonie en est encore accentué, mais cette circonstance ne saurait suffire, à elle seule, à l’expliquer.

56Quant, aux Iaḫrurû, l’unique tribu dont on signale la présence dans l’Est, on peut hésiter sur la route qu’ils ont suivie. Du Haut-Ḫabur à l’Assyrie, on ne retrouve aucun jalon. On sait également que la poussée « ouest-sémitique » a été plus faible dans cette direction ; déjà à Chagar Bazar, elle avait perdu beaucoup de son intensité (cf. ci-dessous, p. 229). Dès lors, on peut se demander si une partie de la tribu n’avait pas remonté la vallée du Tigre, revenant du Sud à la recherche de pâturages, pour s’arrêter quelque part entre la Babylonie et l’Assyrie.

  • 54 Qu’il suffise de rappeler ici brièvement les positions prises à cet égard. Certains savants nient t (...)

57Ce n’est qu’à Mari, où les liens d’unité entre les divers clans étaient apparents, que l’on connaissait les Benjaminites sous ce nom. En Babylonie, il n’y eut pas d’invasion en masse ; seuls des groupements isolés pénétrèrent dans le pays et on leur appliqua le nom des tribus dont ils provenaient. Le terme lui-même n’a pu être imaginé par les habitants de Mari (cf. W. von Soden, WO, I, 3 [1948], p. 197), car il est tiré d’une relation géographique, comme le prouve sa contre-partie Benê-Sim’âl « Fils du Nord ». Or, c’est du nord que les « Fils du Sud » étaient arrivés à Mari et c’est toujours au nord de Mari qu’ils sont signalés. Ils ont donc introduit eux-mêmes leur nom, qui se réfère à un habitat antérieur. La question des rapports qui pourraient avoir existé entre eux et la tribu israélite de Benjamin n’intéresse pas directement notre étude54.

Notes

1 Ch.-F. Jean estimait que « rendre les deux mots (c’est-à-dire Benê-Yamina, comme on transcrit parfois) par Benjaminites expose à insinuer l’existence d’une relation lointaine, invraisemblable, avec la tribu israélite de Benjamin » (Six campagnes de fouilles à Mari 1933-1939, Tournai-Paris, 1952, p. 36). Hais le terme de Benê-Yamina peut aussi bien conduire à l’idée d’une relation ; on est donc en droit, à mon sens, d’utiliser la forme francisée.

2 Le texte écrit šad Bi-si-ir. Le Djebel Bishrî s’étend entre Palmyre et l’Euphrate, atteignant le fleuve dans la région de Zalébieh (cf. ci-dessus, p. XI) ; sur son rôle dans l’histoire des nomades, voir ci-dessous, p. 136 et 150. Comme c’est le cas pour le mont Apiḫ (à Mari, on relève le nom Mu-tu-A-pi-iḫ [ARM, V, 2 : 12’] ; à Chagar Bazar, Mu-tu-A-pi-ḫi-im [Gadd, Chagar Bazar, p. 40]), le mont Bisir entre en composition dans le nom de personne Mu-ut-Bi-si-ir ou Mu-tu-Bi-si-ir (cf. ARMT, XV, p. 152).

3 La ville de Šudâ, souvent mentionnée dans les archives de Mari (voir ARMT, XV, p. 135), figure plus tard parmi les principales cités du pays de Mitanni ou de Hanigalbat (cf. E. Weidner, Boghazköi-Studien, VIII, p. 8, l. 26-27 ; AOB, I, p. 60, l. 13 ; p. 118, l. 3 ; AfO, 5 [1928-1929], p. 98, l. 43). Elle intervient également dans le texte hittite KBo, III, 60 (étudié par H. G. Güterbock dans ΖA, 44 [1938], p. 105 et suiv.), où apparaissent aussi Alep et Ilânṣûrâ. La situation que lui assignait E. Forrer (Die Provinzeinteilung des assyrischen Reiches, Leipzig, 1920, p. 21), à une trentaine de kilomètres au nord de Nisibe, était fondée sur la proximité de Waššukkanni, dont le site précis est encore ignoré (cf. Gelb, HS, p. 71-72). A. Goetze a proposé la région de Derik, à l’ouest de Mardin (Itinerary, p. 62, n. 76) ; J. Lewy place Šudâ encore plus à l’ouest, en Osrhoène (Studies, p. 407, n. 2).

4 L’existence de cette localité, homonyme de la ville bien connue de Tuttul=Ḫit, a été révélée par G. Dossin au cours de la IIIe Rencontre assyriologique internationale, tenue à Leyde en 1952 (cf. A. Pohl, Orient., N. S., 21 [1952] ; p. 500 ; A. Finet, ARMT, XV, p. 136). Elle se retrouve dans l’itinéraire d’Urbana ; Goetze la situe, non sur le Balîḫ, mais sur l’Euphrate lui-même, à proximité de Tell Aḥmar (Itinerary, p. 60-61).

5 L’itinéraire d’Urbana les mentionne immédiatement à l’ouest de Apqum du Balîḫ et de Ḫarrân : cf. A. Goetze, loc. cit., p. 60-61 et p. 68.

6 Le syllabaire accadien ne permet pas d’exprimer une syllabe fermée se terminant par w. Lorsque le cas se présente, le w final peut être rendu par un m ; l’artifice est déjà pratiqué en vieux-babylonien (dans namra(m)- : cf. W. von Soden, Akk. Syll., p. 6). Comme, à Mari, le signe PI possédait déjà l’éventail des valeurs wa, wi, wu, il était naturel d’avoir recours à lui, le cas échéant, pour exprimer la valeur inversée. Cette solution permettrait de justifier la forme qu’on lit Na-wi-ra-(am)-ša-ru-ur (ARM, I, 8 : 35 ; VI, 70 : 5 ; A. Goetze, JCS, 4 [1950], p. 115 et note 83), alors qu’on attend la forme Na-am-ra-(am)-ša-ru-ur attestée ailleurs (cf. aussi i-in-ka lu na-PI-ra-at dans une lettre de Mari [ARM, IV, 34 : 17] et le nom propre écrit tantôt i-su-na-am-ra-at, tantôt i-su-na-PI-ra-at) ; en fait, il faut lire sans doute na-aw-ra-(am). On peut se demander également si le groupe aw ne tend pas parfois à rendre le son ô. L’hypothèse est appuyée par le cas du nom propre Ia-PI- i-Èl (ARM, II, 105 : 13), qui est écrit ailleurs Ia ú-i-Èl = Image 10000000000000360000001B85D0A628.jpg (cf. Bauer, Ostkan., p. 31 et 66 ; en revanche, A. Goetze se refuse à voir ici un hifʽîl : Language, 17 [1941], p. 135, n. 67), à lire Ia-aw-i-Èl (voir aussi ci-dessous, p. 73, n. 1). S’il en est ainsi, on pourrait lire Ônanum, en songeant au personnage de la Bible que le texte hébreu nomme Image 10000000000000280000001E8BCBD7E8.jpg (Genèse, XXXVIII, 4) et la Septante, Αὐνáν. G. Dossin estime que les différents exemples cités plaident plutôt en faveur d’une valeur PI = am (cf. ARMT, XV, p. 137, n. 2).

7 lugal Un u gki.ga lugal Am-na-nu-um : cf. Thureau-Dangin, ISA, p. 314, n° 1, b et c ; H. Holma, Zehn altbabylonische Tontafeln in Helsingfors, Helsingfors, 1914, p. 30 et pl. 6 ; Uruk vorläufiger Bericht, I, p. 52, n° 9 ; p. 53, nos 10 et 11. Sur la Chronologie des rois d’Uruk, voir F. R. Kraus, JCS, 3 (1949), p. 40, n. 21. Plus d’un millénaire plus tard, le roi Šamaššumukîn de Babylone reprit à son compte le titre de « roi d’Amnanû » (V R 62, 2). C’est là un trait d’archaïsme, sans rapport avec la réalité (cf. M. Streck, VAB, VII, 1, p. CCLVIII-CCLIX) ; il apparaît complètement isolé, mais, entre Sin-kâšid d’Uruk et Šamaššumukîn, il y eut peut- être d’autres rois à porter ce titre.

8 A. P. Riftin, Starovavilonskie juridičeskie i administrativnye dokumenty ν sobranijach SSSR, Moscou-Léningrad, 1937, n° 137, l. 1 : Ia-a-ru-rum ki. t a.

9 L’hypothèse est infirmée notamment par une lettre d’Abi-ešuḫ, qui emploie l’expression Sipparki Am-na-nu ù na-wi-šu : « Sippar-Amnanû et sa campagne environnante » (VAB, VI, n° 77, 1. 5). Ailleurs, il est question du blé produit « sur le territoire (ir-ṣi-it) de Sippar-Iaḫrurûm » (ibid., n° 88, l. 6). De même, dans l’itinéraire d’Urbana, Sippar-du-désert (cf. note suivante ; et la forteresse de Sippar constituent deux étapes distinctes (Goetze, Itinerary, p. 51, col. 1, l. 11-12).

10 En dépit de l’affirmation de J. Lewy, HUCA, 18 (1944), p. 471, on ne trouve, ni dans les références alignées par Bauer, Ostkan., p. 43, ni ailleurs, une allusion à Sippar-Amnanûm qui daterait de Sin-muballiṭ. Dans un texte qui remonte à Zabium, le grand-père de Sin-muballiṭ, le nom de la ville de Sippar est suivi d’un autre mot, dont il ne subsiste que le début du premier signe. M. Schorr a restitué A [m-na-nim] (VAB, V, n° 86, p. 130), maison pourrait lire aussi bien ED[IN.NA] (BE, VI, 1, n° 13, l. 2). A son tour, cette désignation n’est attestée dans des textes suivis qu’à partir de Samsu-iluna (VAB, VI, n° 59 : 5, 10 ; ΤCL, I, 135 : 2 et son enveloppe 136 : 2 ; CT, VIII, 9a : 7), bien qu’elle figure déjà dans des documents « précurseurs » à la série ḪAR.ra = ubullu (cf. Goetze, Itinerary, p. 55), qui ignorent en revanche Sippar-Amnanûm et Sippar-Iaḫrurûm.

11 D’après l’inscription de Samsu-iluna dite « bilingue A » (cf. Thureau-Dangin, RA, 39 [1942-1944], p. 5). Sources : King, LIH, III, p. 199 et suiv. ; FS, I, n° 33. Il n’y a pas lieu, semble-t-il, de distinguer deux localités de Dimti-Enlil, comme le suppose E. Ebeling, RLA, II, p. 227.

12 On trouve tantôt DUMU.MEŠ Wi-i-la-nim (ARM, I, 8 : 5, 11 ; IV, 33 : 15), tantôt seulement Wi-i-la-nim (I, 8 : 9 ; 92 : 9 ; IV, 33 : 5). Mais le vocable est employé aussi comme nom de personne à Mari : Wi-i-la-nim (ARM, I, 41 : 17, 29 ; cf. A. Finet, ARMT, XV, p. 137, n. 3) et Wi-i-la-an (nom porté par un Ḫanéen : RA, 49 [1955]. Ρ. 17. col. III, l. 60), et à Êkallâtum : Wi-i-la-nu (Gadd, Chagar Bazar, p. 42 ; la tablette d’où provient le nom [n° 991] contient une liste de personnes employées au palais d’Êkallâtum).

13 Une collation sur l’original, que m’a obligeamment communiquée M. Dossin, a montré qu’il fallait lire IDUMU-dIM au lieu de Dûr-dApla (= DUMU)-dAddu.

14 Le second élément s’écrit de différentes façons : si-im-a-al (ARM, II, 33 : 21’ ; G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 991 ; Jean, Lettres, p. 71, l. 36), si-im-a-al (ARM, II, 37 : 25) et si-ma-al (I, 60 : 9).

15 Cf. ARM, I, 10 : 15’-16’ ; 25 : 6 ; 97 : 14 ; 118 : 21’ ; II, 131 : 7, 17 ; 136 : 8. Il ne faut pas prendre Išme-Dagan au mot quand il fait observer à son frère que Šubat-Šamaš est proche du district de Mari, tandis que 20 doubles-heures la séparent de l’Assyrie (ARM, IV, 27 : 34-37 ; cf. Goetze, Itinerary, p. 60, n. 55). La ville fut peut-être fondée par Šamši-Addu ; c’est lui qui éleva ses remparts (G. Dossin, St. mariana, p. 53, date n° 2).

16 Pour désigner le « Haut-Pays », on emploie souvent l’adverbe elênum (cf. Dossin, Arch. ép., p. III, n. 2). On trouve aussi l’expression mâtum elîtum (ARM, I. 53 : 6’ ; 132 : 20 ; et passim).

17 Pour l’interprétation des lignes 6 à 8, cf. Finet, ALM, p. 235. Pour le dernier mot de la l. 7, la restitution proposée par A. Falkenstein : [na-bu-t]u-nim (Bibl. orient., 11 [1954], p. 117) me semble préférable, pour le sens, à celle de W. von Soden : [e-l]e-num (Orient., N. S., 21 [1952], p. 84).

18 Le gouverneur de Terqa, qui avait écrit aux « villes » des Benjaminites, rapporte la réponse que lui a faite le cheikh de Du-um-te-tiki (ARM, III, 38 : 17).

19 Cf. G. Dossin, St. mariana, p. 55, date n° 5 : démantèlement des deux villes par Zimri-Lim. Notons aussi que Samanum est administrée par un azannum « maire » (ARM, III, 73 : 7-9), et non par un sugâgum « cheikh ».

20 La tablette qui enregistre les sommes perçues pour le rachat des Benjaminites est datée de « l’année où Zimri-Lim consacra le grand trône à Šamaš » (= date n° 16, St. mariana, p. 56). En revanche, le document qui mentionne la libération de six Benjaminites relâchés sur l’ordre du roi date de l’année même « où Zimri-Lim tua le dâwîdûm des Benjaminites à Sagarâtim » (= date n° 6, St. mariana, p. 55). Les deux dates se succèdent manifestement, mais dans quel ordre ? Comme chacune d’elles est suivie d’une « deuxième année », la question initiale qui se pose est de savoir si ces dates subsidiaires doivent être ou non éliminées. La publication de tous les documents datés et l’établissement définitif de la succession des mois du calendrier pourront seuls répondre à cette question, qui présente en même temps un vif intérêt pour le problème chronologique.

21 G. Dossin a déjà noté à ce sujet que šarrum devait prendre ici le sens de l’hébreu Image 100000000000001F000000192824BABC.jpg « prince », « chef » (Mél. Dussaud, p. 981, n. 2). Le même cas se présentera plus tard à propos des Araméens et des Chaldéens semi-nomades ; Téglath pha-lasar III, hésitant à employer le terme de « roi », aura recours aux vocables rasâni ou malkê (cf. Dhorme, Recueil, p. 231).

22 D’autres documents témoignent dans le même sens, mais il n’est pas prouvé qu’il s’agisse de sugâgu benjaminites (ARM, III, 6 : 17-19 ; VI, 32 : 13-16 ; 38 : 6ss.).

23 La voyelle finale est longue : da-wi-du-ú-um (ARM, I, 69 : 6’), da-wi-di-e-im (I, 92 : 5), da-wi-da-a-am (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 981, n. 1). Cf. G. Dossin, ARMT, V, p. 123.

24 Un fragment de lettre fait bien allusion au meurtre du dâwîdûm du roi, mais le contexte est perdu (G. Dossin, Mél. Dussaud, p. 981, n. 1).

25 C’est dans un contexte semblable qu’apparaît à Alalaḫ la seule mention du terme dâwidûm connue en dehors des archives de Mari. Il s’agit d’un nom d’année libellé de la façon suivante : « Année où Iarîm-Lim, le roi, tua le dâwîdûm (da-wi-di-[e(?)]) de l’homme de x-x-naki » (Wiseman, Alalakh, n° 6, p. 34-35 et pl. V). La restitution Aš-[nu] n-nakl, c’est-à-dire Ešnunna, paraît problématique ; c’est pourquoi le passage n’a pas été utilisé à propos de l’activité des rois d’Ešnunna en Haute Mésopotamie (cf. ci-dessus, p.8, n. 1).

26 Deux autres passages sont moins décisifs, car ils font suite à une lacune: ARM II, 63 : 20 et V, 2 : 3’.

27 Le verbe est toujours dâkum. Une seule exception, dans l’inscription de Iaḫdun-Lim : da-wi-da-šu-nu im-a-a (Dossin, Iadun-Lim, p. 15, l. 23). L’emploi de maâum marquerait-il que l’action a eu lieu réellement ? Rappelons à ce sujet une empreinte de sceau où A. Parrot a voulu reconnaître l’exécution du dâwîdûm (Syria, 28 [1951]. p. 347-348).

28 Lignes 12-13, d’après la traduction proposée par W. F. Albright, Archaeology and the Religion of Israel, Baltimore, 2e éd., 1946, p. 218, n. 86 : « Je ramenai de là Oriel, son chef, et je le traînai devant la face de Qamosh, à Qerîyôt ». Cf. aussi R. Dussaud, Syria, 28 (1951), p. 348. A propos du rapprochement avec le nom de David, voir notamment A. Jirku, Forschungen und Fortschritte, 27 (1953), p. 28.

29 Les divers indices dont on dispose ne sont pas toujours suffisants : intervention de personnages connus (cf. toutefois Dossin, ARMT, V, p. III), allusions à certains événements datés, emploi de deux calendriers presque entièrement différents (cf. RA, 45 [1951], p. 130, n. 3), quelques rares particularités grammaticales (voir par exemple Finet, ALM, p. 53, § 24 d ; p. 97, § 39 e).

30 Lire sans doute, à la suite de A. Falkenstein (Bibl. orient., 11 [1954], p. 113), i-ma-ra-û-<šu>-nu-ši-im-ma. Pour le sens, cf. Finet, ARMT, XV, p. 223.

31 A la ligne 9, restituer un verbe de mouvement ; à la ligne 10, le sujet de i-ka-la ne peut être que « les moutons du roi » ou « du palais » : le roi est intéressé directement à l’affaire, puisqu’il lui est conseillé de ne pas s’inquiéter. On ne sait à quelle période il faut attribuer le texte signalé par G. Dossin, qui enregistre la superficie des terres cultivées par les Benjaminites (Mél. Dussaud, p. 985) ; il serait intéressant à verser au dossier des bonnes relations entre les nomades et le Palais.

32 Il vaut mieux laisser de côté les cinq années dont le nom répète celui de l’année précédente, puisque nous ignorons si elles doivent réellement être prises en considération (cf. ci-dessus, p. 58, n. 1).

33 Les observations de G. Goossens (RA, 46 [1952], p. 139-140) sont confirmées dans leur ensemble par les volumes de textes parus depuis. Le tome IV est consacré à la correspondance échangée entre Šamši-Addu et son fils Iasmaḫ-Addu et entre celui-ci et son frère Išme-Dagan. Le tome VI porte tout entier sur la correspondance de Baḫdi-Lim, qui administre le palais de Mari sous Zimri-Lim. Seul, le tome V contient, à côté de lettres échangées entre les deux fils de Šamši-Addu et divers personnages royaux, une série de rapports émanant de fonctionnaires au service de Iasmaḫ-Addu.

34 J. Lewy voyait dans Nēḫum la forme babylonisée de Nāḫ ou Nāḫā, le nom divin amorrhéen correspondant à l’hébreu Image 10000000000000180000001A8A99426A.jpg Noé (Mél. Dussaud, p. 273-274), mais la suggestion a été repoussée, à bon droit, semble-t-il, par M. Noth (Vetus Testamentum, 1 [1951], p. 254-255). A Mari, l’élément se rencontre dans les deux noms « ouest-sémitiques » Âs-di-ni-ḫi-im (ARM, II, 111 :3) et Su-mu-ni-ḫi-im (I, 11 : 7 ; II, 5 : 11, 13 ; V, 19 : 5, 2’), le second étant déjà connu à Kiš (Bauer, Ostkan., p. 39).

35 Le nom divin Atmu est attesté à Mari dans Ta-aḫ-ṣí-in-At-mu et dans d’autres noms inédits (cf. M. Birot, RA, 50 [1956], p. 66 et n. 9). Le second élément correspond à l’hébreu Image 100000000000001F000000189F3D2570.jpg « lumière » ; on le retrouve à Mari dans Be-lí-ni-ri et dDa-gan-ni-ri (cf. M. Birot, ibid., p. 62), et à Amarna dans Ḫa-mu-ni-ri (VAB, II, 2, p. 1157).

36 Cf. Noth, Mari und Israel, p. 138.

37 Th. Bauer, considérant que Dagan est connu du panthéon accadien dès la plus haute époque, fait observer que le dieu n’a pas été introduit par les « Cananéens de l’Est » et ne pose pas le problème des origines (Ostkan., p. 7, n. 1, et p. 90). Β. Landsberger attribue le dieu Dagan à une couche primitive de la population, qu’il désigne du nom de « Proto-tigridiens » (Revue de la Faculté de Langues, dHistoire et de Géographie de lUniversité dAnkara, 2 [1944], p. 433). En revanche, pour E. Dhorme, Dagan est d’origine occidentale (Mana, I, 2, p. 165) ; A. Goetze insiste dans le même sens (Language, 17 [1941], p. 137, n. 85). Sur l’expansion du culte de Dagan, voir H. Schmökel, Der Gott Dagan, Leipzig, 1928, et RLA, II, p. 99- 101 ; E. Dhorme, op. cit., p. 165-166, 173, et RHR, 1950, II, p. 129-144.

38 Temple de Dagan : G. Dossin, Syria. 21 (1940), p. 167, 1. 5-6 ; une seconde référence (R. Jestin, RA, 46 [1952], p. 188, n° 16) a été éliminée par I. J. Gelb, RA, 50 (1956), p. 8. Mois de Dagan : R. Jestin, loc. cit., p. 192, n° 31. Pour la date des documents considérés, cf. ci-dessous, p. 206, n. 3.

39 T. Fish, Catalogue of Sumerian Tablets in the John Rylands Library, Manchester, 1932, p. 50, n° 440.

40 A preuve, les noms des habitants de Mari relevés sur des documents datant de la IIIe dynastie d’Ur (à la liste dressée par I. J. Gelb dans AJSL, 55 [1938]. p. 80. il faut ajouter maintenant Kur-bi-la-ak, La-qì-pu-um et Iš-me-dDa-gan dans Puzriš-Dagan-Texte, n° 161, rev., l.1 ; n° 180, l. 2 ; n° 594,l. 12), ceux des gouverneurs de Mari contemporains de cette dynastie (voir en dernier lieu G. Dossin, Syria, 25 [1946-1948], p. 323) et plusieurs noms de l’époque présargonique (cf. Fr. Thureau-Dangin, RA, 31 [1934], p. 140 et suiv. ; A. Parrot, Syria, 30 [1953]. p. 208 et suiv.).

41 Dagan apparaît dans plusieurs noms propres du temps d’Agadé. Citons notamment, à Tello : dDa-gan-ilu-su (Thureau-Dangin, RTC, n° 127, rev., II : 18), Ìr-(ra)-am-dDa-gan (ITT, I, n° 1118 ; II, n° 2885 et n° 4447), Iš-ku-un-dDa-gan (ITT, I, n° 1167 et n° 1316), I-ti-dDa-gan (ITT, II, n° 4615) ; sur l’Obélisque de Maniš-tusu (MDP, II, p. 6 et suiv.) : SUB-dDa-gan (A5 : 8), Šu-dDa-gan (A 11 : 15), I-ti-dDa-gan (C 16 : 7) ; dans les textes provenant de la région de la Diyala : dDa-gan-rí-ì-su (Gelb, MAD, I, p. 188), Ìr-am-dDa-gan (ibid., p. 206), I-ti-dDa-gan (ibid., p. 209) ; ailleurs encore : Ιš-ku-un-dDa-gan (Thureau-Dangin, RA, 23[1926], p. 25, 1. 2, et S. Smith, JRAS, 1932, p. 296, 1. 2). H. Schmökel a souligné le fait qu’il n’y a quasi aucun nom sumérien formé avec le nom du dieu (Der Gott Dagan, p. 8).

42 Sur les vingt personnes au nom composé avec l’élément Dagan, qu’enregistre Bauer (Ostkan., p. 72), quatre seulement ne sont peut-être pas originaires du Moyen-Euphrate (c’est une pétition de principe que de les faire toutes venir de cette région, comme le veut Bauer, op. cit., p. 7). A Mari, sur plus de trente noms qui invoquent Dagan, trois seulement sont portés à coup sûr par des étrangers : Iasîm-Dagan, messager de Qatna (ARM, V, 26 : 9), Šamši-Dagan, qui semble venir du pays d’Ešnunna (I, 76 : 12, 20), et Laḫun-Dagan, qui doit être un prince du Haut-Pays (II, 53 : 7, 22). Dans cette dernière direction, on ignore jusqu’où s’étendait le domaine du dieu. En tout cas, à Chagar Bazar, où l’on compte une proportion relativement importante de noms « ouest-sémitiques » (cf. ci-dessous, p. 229), Dagan n’apparaît que dans un seul nom (en exceptant Išme-Dagan), qui est accadien (Ana-Dagan-taklâku). De même, les textes d’Alalaḫ du niveau le plus ancien ne livrent qu’un seul nom « ouest-sémitique » composé avec Dagan : Na-a-mi-dDa-gan (Wiseman, Alalakh, p. 142 ; un second nom est accadien : Ba-ni-dDa-gan [ibid., p. 131]). Enfin, le nom du dieu n’intervient pas dans les noms propres amorrhéens de la liste publiée par Chiera, PB S, XI, 2, n° 1 (Tizqar-Dagan [col. VIII, l. 2] est accadien).

43 Il faut comprendre Ub-rabi, sur le modèle de Ḫammu-rabi. Dans un article à paraître dans Syria, M. G. Dossin montre que le panthéon suméro-accadien connaissait un dieu Ub, lequel n’est qu’un autre nom sumérien du dieu du ciel Anu.

44 Pour Amnanûm, j’ai suggéré ci-dessus (p. 50, n. 1) un rapprochement possible avec le nom d’Onan ; on pourrait également faire appel au nom biblique Amnon, Image 10000000000000350000001FB6C89F6C.jpg, cité par J. Lewy, HUCA, XVIII (1944), p. 456, n. 146. Amnanûm se retrouve dans les noms propres Su-mu-Am-na-nu-um (VS, XVI, 19 : 3) et Mu-ut- Am-na-an (Syria, 5 [1924], p. 274, AO 9051,1. 2). Iariḫûm est peut-être à rapprocher de l’hypocoristique Ia-aḫ-ri-ḫu (PBS, XIII, 56 : 4) ; sur l’absence du , cf. Bauer, Ostkan., p. 63. L’unanimité « ouest-sémitique » du groupe auquel appartient le vocable permet de repousser l’hypothèse de J. Lewy, qui lui attribuait une origine hurrite (HUCA, XIX [1946], p. 431, n. 139). Iaḫrurûm (sur la forme, cf. Bauer, ZA, 38 [1928-1929], p. 160) intervient dans deux noms de la liste de Chiera (PBS, XI, 2, n° 1) : Ia-aḫ-ru-ra (col. II : 5) et [Su-mu-I] a-aḫ-ru-r[a] (col. 1 : 23).

45 Le nom de la tribu s’écrit de différentes façons. On lit, d’une part, PI-ma-ḫa-mu-um (ARM, IV, 1 : 13 ; V, 81 : 9) et PI-ma-ḫa-miki (V, 86 : 9’) et, de l’autre, DUMU.MEŠ ia-PI-ma-ḫa-ma-yiki (Mél. Dussaud, p. 992 ; M. Dossin a vérifié la lecture ia-PI sur l’original). La dernière graphie est singulière. Il est évident qu’une lecture ia-ya est exclue, de même que ia-wa, celle-ci étant incompatible avec l’orthographe des premiers cas (PI-ma-). Dans ces conditions, ne pourrait-on adopter la lecture aw, proposée précédemment pour le signe PI (p. 50, n. 1) ? Il a été suggéré en même temps de voir dans cette valeur aw la représentation du son ô. On sait d’autre part que la valeur ya du signe PI n’est pas courante (cf. ci-dessus, p. 20, n. 3). Pour unifier ici les deux types de graphie, on pourrait peut-être lire yu dans le premier cas, en se souvenant que l’alternance x/u tend précisément à rendre le son ô (cf. W. von Soden, JCS, 2 [1948], p. 294-295). On aurait ainsi Yu-ma-ḫa-mu-um et Ia-aw-ma-ḫa-ma-yi, à entendre dans les deux cas Yômaḫamûm.

46 Seul Da-di-ia (lecture due à A. Falkenstein, Bibl. orient., 13 [1956], p. 27) peut s’expliquer par l’accadien (cf. Stamm, Namengebung, p. 242) ; néanmoins, on trouve à Mari le nom « ouest-sémitique » Da-di-a-du-un (ARM, II, 61 :3 ; III, 45 : 12). Sa-ku-ra-nu provient d’une forme qāûl du radical : Image 100000000000002D00000015A27CDF12.jpg « enivré ». Ma-na-ta-nu (cf. Ma-na-ta-an en ARM, VI, 55 : 4, et dans RA, 49 [1955]. Ρ. 17, col. IV, l. 58) ne doit pas être séparé du terme mnt que l’on trouve dans les autres langues sémitiques avec le sens de « lot », « sort », puis « destin » (cf. W. F. Albright, BASOR, n° 94 [1944], P. 18, n. 30 : M. Birot, RA, 49 [1955], p. 28). Ga-i-la-lum dérive apparemment du radical Image 100000000000002700000018E474145C.jpg « racheter », « libérer ». Pour Za-zu-nu-um, je ne puis rien proposer ; cf. Za-za-nu-um, Zi-za-nu-um, Zu-za-nu-um dans Bauer, Ostkan., p. 48. Ḫa-ti-qú pourrait être un dérivé « ouest-sémitique » du verbe Image 100000000000002C0000001A2134FAC1.jpg.

47 Seul, Išme-Dagan est susceptible de nous fournir des renseignements sur les menées éventuelles des Benjaminites en Assyrie. Or le dossier de la correspondance d’Išme-Dagan n’est pas encore volumineux, contenant un total de soixante-dix lettres seulement (cf. G. Dossin, ARMT, IV, p. 1).

48 Cf. J. Lewy, HUCA, XVIII (1944), p. 471, qui édifie son argumentation en ordre principal sur la présence du déterminatif divin devant Amnanu dans deux textes récents : Nabonide écrit Sipparki Am-na-nu (Stèle de Hilleh, VAB, IV, p. 276, col. IV, l. 29-30) et une liste géographique d’Assur établit les équivalences Sippar dŠamaški = Sip-par ša dŠamaš et Sippar A m-na-nuki = Sip-par ša dA [m]-na-nu (KA V, n° 183, l. 20-21). Mais, à l’époque Ḫammurabienne, on ne retrouve ni le déterminatif divin, ni la moindre trace d’un culte rendu au dieu ʼAmnân ; par contre, Abi-ešuḫ) parle d’un prêtre d’Anunît à Sippar-Amnanûm (VAB, VI, n° 67, l. 8-9) et dans le passage qui vient d’être cité, Nabonide rappelle l’érection, par Nériglissar, d’un sanctuaire consacré à la déesse Anunît à Sippar-Amnanû. Quant au dieu ʼAmnân lui-même, qui représenterait la planète Saturne, il doit seulement son existence à des noms de personnes (voir J. Lewy, loc. cit., p. 456, n. 146 ; RHR, 1934, II. P. 49 Mél. Dussaud, p. 272) ; sauf dans les deux cas relevés au début de cette note, il n’est jamais attesté d’une manière indépendante.

49 Cf. E. Ebeung, RLA, I, p. 160. Assarhaddon rappelle dans une de ses inscriptions qu’il a ramené à Sippar-dA-ru-ru les dieux dḪum-ḫum-mu, dŠu-qa-mu-na et dŠi-i-ma-li-ia (ΒΑ, III, 2, p. 238, l. 44, et p. 297) ; une tablette néo-babylonienne signale que la déesse Aruru est la « dame » des dieux de Sippar-dA-ru-ruki (PSBA, 1911, pl. XI, l. 18-19). Comme dans le cas précédent, il s’agit de textes récents.

50 La signification première de ces noms n’est pas en jeu. Si le rapprochement entre Iaḫrurûm et la déesse Aruru ne peut être maintenu d’aucune façon, les arguments que l’on voudrait invoquer n’étant que le fruit de spéculations tardives, en revanche, il n’est pas exclu à priori que l’on découvre une divinité au départ du nom Amnanûm. Cependant, l’hypothèse ne me semble pas nécessaire. Une fois écartée la théorie de l’origine cultuelle de Sippar-Amnanûm, il ne reste que deux noms propres pour attester l’existence du dieu (cf. ci-dessus, p. 71, n. 3). Or Sumu-Amnanûm est construit comme Sumu-Iamutbal, Sumu-Numḫim (cf. ci-dessous, p. 216-217) et naturellement Sumu-Iaḫruiâ, où le second élément est chaque fois un terme géographique, tiré du nom d’une tribu (cf. ci-dessus, p. 74). Quant à Mut-Amnan, le nom Mu-tu-Ar-ra-ap-ḫi-im (Gadd, Chagar Bazar, p. 40) montre qu’un terme géographique n’est pas impossible en seconde position. On est libre après cela d’expliquer le nom du personnage en question, c’est-à-dire du héros qui a légué son nom à la tribu, par celui d’une divinité, mais, dans l’un et l’autre cas, la conclusion demeure valable.

51 D’une lettre adressée par Abi-ešuḫ aux autorités de Sippar (VAB, VI, n° 76), il ressort par exemple que Sippar-Amnanûm et Sippar-Iaḫrurûm étaient toutes deux voisines de la ville.

52 C’est la nature même de ces installations qui explique sans doute leur disparition. En effet, dans le proche voisinage de Sippar, dont le territoire propre occupait une superficie assez médiocre, on ne découvre les ruines d’aucune agglomération importante. Le tell le plus rapproché est celui de Deir, à une dizaine de kilomètres à l’est (cf. W. Andrae et J. Jordan, Iraq, 1 [1934], p. 55). En revanche, le P. Scheil a signalé qu’au nord de Sippar, sur une étendue d’une lieue, le sol était couvert de fragments de briques et de tessères, « telle une plaine que viendrait de quitter une armée après un campement prolongé » (Une saison de fouilles à Sippar [= Mémoires publiés par les membres de lInstitut français darchéologie orientale du Caire, 1, 1902], p. 23).

53 Sur l’authenticité de cette tradition, voir notamment E. Dhorme, La religion des Hébreux nomades, Bruxelles, 1937, p. 69-71 et 87-88 ; R. de Vaux, RB, 55 (1948), p. 321-322.

54 Qu’il suffise de rappeler ici brièvement les positions prises à cet égard. Certains savants nient tout rapport historique : cf. Ch. Jean, RÉS, 1939, p. 63 ; A. Pohl, Biblica, 20 (1939), p. 200 ; R. de Vaux, RB, 53 (1946), p. 344 ; M. Noth, Histoire dIsraël, Paris, 1954, P· 74. n. 1. En revanche, W. von Soden se refuse à admettre que la similitude des noms soit fortuite (WO, I, 3 [1948], p. 197-198). Il se pourrait, suggère-t-il, que les Benjaminites de Mésopotamie aient émigré vers le sud et qu’ils aient atteint alors la Palestine, en suivant la même route qu’Abraham. Parlant des Benjaminites de Mari, H. Dussaud estime de son côté qu’« il n’y a rien d’impossible à ce que nous nous trouvions en présence de la tribu israélite » (Ρénétration des Arabes, p. 182). Il faut en tout cas verser au dossier l’important texte de Mari, sur lequel A. Parrot a attiré l’attention (RPHR, 30 [1950], p. 7), signalant que les Benjaminites allaient faire paître leurs troupeaux sur les confins occidentaux du désert syrien, jusqu’au sud de Qatna (cf. ci-dessus, p. 49).

© Presses universitaires de Liège, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search