Version classiqueVersion mobile

La norme en matière religieuse en Grèce ancienne

 | 
Pierre Brulé

Le culte de Zeus Meilichios à Sélinonte et la place des groupements familiaux et pseudo-familiaux dans la colonisation mégarienne1

Adrian Robu

Résumé

La présence des patriai dans les colonies mégariennes de Sélinonte et de Byzance et l’attestation d’un Dionysos Patrôos à Mégare aussi bien qu’à Callatis soutiennent l’hypothèse d’une origine mégarienne du groupement appelé patria. Selon nous, cela s’explique par le rôle originel des groupements « familiaux » dans la colonisation mégarienne. Nous pensons qu’à côté des cultes rendus aux divinités poliades, les cultes gentilices (Zeus Meilichios à Sélinonte; Dionysos Patrôos à Callatis), qui exprimaient l’attachement des colons à la famille et au groupe dont ils faisaient partie, tenaient une place importante dans les transferts religieux qui unissaient Mégare aux colonies mégariennes et héracléotes.

Texte intégral

  • 1 Je remercie les organisateurs du colloque de Rennes, et notamment Pierre Brule, de m’avoir donne l’ (...)
  • 1 À titre d’exemple, pour la présence des nomima d’origine mégarienne ou milésienne dans les colonies (...)
  • 2 I. Malkin, Religion and Colonisation in Ancient Greece, Leiden et al., 1987, surtout p. 185.

1Dans l’examen du mouvement de colonisation grec, les nomima constituent un objet d’étude privilégié pour les chercheurs. On a souvent insisté sur l’introduction des cultes, du calendrier et des institutions politiques de la métropole dans les colonies1, en relevant le rôle de l’œciste dans ce processus2.

  • 3 E. Lepore, La Grande Grèce : aspects et problèmes d’une ‘colonisation’ ancienne, Naples, 2000, p. 4 (...)

2Par ailleurs, plusieurs études ont mis en évidence l’hétérogénéité des groupes de colons grecs partis pour l’Italie, la Sicile, la Propontide ou le Pont-Euxin. On accepte aujourd’hui qu’il y avait dans la colonisation grecque non seulement des apoikoi (des colons originaires d’une certaine cité), mais aussi des synoikoi (des colons qui s’associèrent au mouvement de colonisation d’une autre cité) et des époikoi (des colons ultérieurs)3.

  • 4 Jameson et al., Lex sacra, Col. A, l. 9, 17 (reprise dans les recueils récents d’E. Lupu, Greek Sac (...)

3Dernièrement, une célèbre loi sacrée de Sélinonte est venue confirmer le caractère familial du culte de Zeus Meilichios (« doux comme le miel » ou « le bienveillant »), également attesté dans d’autres cités grecques4. Nous aimerions montrer ici que la présence de cette divinité dans la colonie mégarienne de la Sicile occidentale tient au rôle important détenu par les groupements familiaux ou pseudo-familiaux (génè, patriai) dans la colonisation mégarienne. Cela nous amènera à nous interroger sur le transfert des cultes de la métropole dans les colonies et sur la « norme » que les savants ont définie en la matière. En effet, même si les modernes ont relevé la célébration des divinités poliades de la cité-mère dans les colonies, l’on n’a pas suffisamment souligné, à notre avis, le fait que les cultes des groupes faisaient aussi partie du bagage initial des colons. Ces dernières divinités sont susceptibles de témoigner de l’hétérogénéité et de la complexité du mouvement de colonisation et du panthéon mégariens.

4Après avoir analysé la nature gentilice du culte de Zeus Meilichios à Sélinonte, nous examinerons donc la présence de cette divinité et des groupements familiaux ou pseudo-familiaux à Mégare et dans d’autres établissements mégariens.

L’attestation du culte de Zeus Meilichios et des groupements pseudo-familiaux à Sélinonte

  • 5 Thucydide, VI, 3-5 ; cf. K.J. Dover, in A.W. Gomme, A. Andrews, K.J. Dover, A Histori-cal Commentar (...)

5Thucydide rapporte que les Mégariens de Sicile, conduits par Pammilos, fondèrent la cité de Sélinonte cent ans après la fondation de Mégara Hyblaea, soit vers 628/7 av. J.-C.5. Grâce à ce récit, on sait aussi que l’œciste de la cité était originaire de Mégare Nisaia, la métropole de Mégara Hyblaea. Il n’est pas inapproprié de considérer que les colons qui arrivèrent à Sélinonte provenaient principalement des deux cités, de Mégara Hyblaea et de Mégare Nisaia, d’autres Mégariens de Grèce ayant certainement accompagné Pammilos.

  • 6 V. Tusa, « Nuovi rinvenimenti nell’area del santuario della Malophoros a Selinunte », SicArch XVII, (...)
  • 7 Pour les découvertes provenant du sanctuaire de Zeus Meilichios et de l’aire ouverte, voir E. Gabri (...)

6À Sélinonte, le temenos de Zeus Meilichios était situé sur la colline occidentale de la Gaggera, au nord du sanctuaire de Déméter Malophoros. Bien que les premiers témoignages concernant la célébration de ce culte datent du milieu du vie s. av. J.-C., les découvertes archéologiques indiquent que la colline de la Gaggera était fréquentée dès la fin du viie s. av. J.-C., donc à peu près dès l’époque de la première génération de colons6. D’ailleurs, la présence de Zeus Meilichios à Mégare Nisaia confirme que cette divinité appartient à la couche initiale des cultes célébrés par les colons ayant fondé Sélinonte (voir ci-dessous). Notons qu’au sud et à l’ouest du sanctuaire de Zeus Meilichios, on a trouvé dans une aire ouverte, qui était sans doute une zone de passage vers les nécropoles de Manicalunga — Timpone Nero et Pipio, des traces de sacrifices (des résidus de centaines de foyers, des fragments de céramique et des os d’animaux calcinés), des petits autels, des defixiones (c’est-à-dire des tablettes de malédiction sur plomb) et des stèles dédiées à Zeus Meilichios. La datation exacte de tous ces dépôts n’est pas toujours assurée, mais plusieurs d’entre eux semblent se situer dans la deuxième moitié du vie ou vers le début du ve s. av. J.-C. De même, il convient de remarquer que différents objets étaient déposés autour de plusieurs stèles : des armes, des vases, des fragments de terre cuite, des os d’animaux. En s’appuyant sur ces découvertes, M. Dewailly estime « qu’entre la fin du vie siècle et le ve siècle av. J.-C., le culte pratiqué sur l’aire ouverte consistait en repas rituels et dédicaces de stèles à Meilichios ou expressions de recommandation (les devotiones) ou d’imprécation (les defixio-nes) »7.

  • 8 Lazzarini, o.c. (n. 4), 880 a et aussi p. 150-151 ; IGDS, 50 ; D.R. Jordan, «A Meilichios Stone fro (...)
  • 9 Gabrici, l.c. (n. 7), 5, p. 382-383, 405 ; IGLMP, 58 ; IGDS, 45 ; IGASM F, 41 ; cf. K Hanell, o.c. (...)
  • 10 IG XII, 3, 1316. On trouve aussi dans les inscriptions de Théra la mention de Ζεὺς τῶν περὶ Λάϰιον (...)

7Par ailleurs, les dédicaces à Zeus Meilichios montrent que l’on a affaire à un culte à caractère familial, accompli non seulement par des individus, mais aussi par des groupes de personnes. On a découvert en effet dans le Campo di Stele de Sélinonte une stèle érigée par Pyrrhias, Euménidotos et Pédiarchos pour Zeus Meilichios8. Une autre stèle évoque en outre le Μειλίχιος | τõν Κλευλιδν (« je suis le Meilichios des Kleulidai »). Les Κλευλίδαι réunissaient les membres d’un groupe descendant d’un ancêtre commun nommé Κλελος9. On remarque à cet égard qu’un cas analogue se présente à Théra, où plusieurs groupes gentilices font des dédicaces à Zeus (voir notamment l’inscription évoquant Ζες Μηλίχιος τν περὶ Πολξενον)10.

  • 11 M.T. Manni Piraino, « Epigrafia selinuntina », Kokalos 16 (1970), p. 268-277 ; IGLMP, 68 ; C. Galla (...)
  • 12 CID I, 9, A. 23-28, et p. 44-46 (reprise par P.J. Rhodes, R. Osborne, Greek Historical Inscriptions (...)

8D’autre part, une dédicace trouvée en 1970 à Sélinonte, toujours dans le champ de stèles de la Gaggera, atteste d’une manière exceptionnelle le caractère familial du culte de Zeus Meilichios. Il s’agit là d’une stèle figurée (monocéphale) datant du milieu du Ve av. J.-C. qui transmet l’inscription suivante : Ho Μιλίχιος τ|ς πατρις τν Η<ε>ρ|μίō παίδōν ϰα|τν Εϰλέ παί|δ(ō)ν11. En interprétant patria comme une « association religieuse », Laurent Dubois, dans son recueil d’inscriptions dialectales de Sicile, traduit cette inscription par « Milichios de l’association des filles d’Hermios et des filles d’Eukléas » (τν παίδōν en dialecte mégarien est au génitif pl., fém.; cf. IG VII, 1, l. 17 : πὲρ τγ ϰωμν). Pour appuyer cette interprétation, le savant français a avancé comme parallèle la documentation de Delphes. Mais la loi sacrée des Labyades suggère que la patria est à Delphes plus précisément un groupe gentilice, car de même que la phratrie attique des Démotionides de Décélie était subdivisée en communautés plus restreintes appelées thiases, les Labyades étaient divisés en patria12

  • 13 Manni Piraino, l.c. (n. 11), p. 277 ; Jameson et al., Lex sacra, p. 97, notent : « The stone seems (...)
  • 14 La documentation est réunie principalement par Roussel, o.c. (n. 12), p. 45-46 (Élide ?), 52 (Égine (...)
  • 15 R. Meiggs, D. Lewis, A Selection of Greek Historical Inscriptions to the End of the Fifth Century, (...)
  • 16 R. Étienne, Ténos II. Ténos et les Cyclades du milieu du ive siècle av. J.-C. au milieu du iiie siè (...)
  • 17 IG XII Suppl., 303, l. 1 : νόμος σαγωγς· γυναϰα χιμάρωι ; l. 8 : μντω δ ϰα μ[ήτηρ] ;. cf. (...)

9Dans ces conditions, plusieurs spécialistes ont suggéré le fait que la patria des filles (ou des descendantes) d’Hermios et d’Eukléas pouvait compter deux groupes familiaux ou pseudo-familiaux ayant des héros (ancêtres héroïsés) tutélaires différents13. De fait, malgré l’absence d’autres attestations de patriai composées de femmes, il est certain que ce terme relève du vocabulaire de la parenté. On remarque que la πατριά (ou la πάτρα) est utilisée dans plusieurs cités pour désigner des groupements pseudo-familiaux. On la trouve ainsi à Égine, Delphes, Trézène, Thasos, Camiros, Ténos, Cyrène, Iasos, Milet, Mylasa14. À titre d’exemple, la patra et le culte de Zeus Meilichios apparaissent à Cyrène, où le célèbre pacte des fondateurs témoigne de l’appartenance des citoyens aux phylai, patrai et aux hetaireai15. On connaît aussi à Ténos un décret de la patra des νδραϰλεδαι, soit d’un groupement gentilice ayant Androklès comme héros fondateur, en l’honneur de Théomnestos, fils d’Euktiménos, qui fut honoré vers la fin du ive s. ou le début du iiie s. av. J.-C. pour les services qu’il avait rendus au groupe, notamment pour avoir augmenté les revenus et pour s’être occupé des affaires communes et des affaires sacrées. De plus, l’éditeur de ce décret, Roland Etienne interprète l’inscription IG XII Suppl., 303, datant du milieu du ive s. av. J.-C, comme un règlement d’admission dans la patra, et non pas dans la phratrie (comme la majorité des savants l’avaient jusqu’alors considérée)16. Notons que si la supposition du savant français est correcte, on aurait un parallèle explicite pour l’intégration des femmes dans la patra/patria, déjà attestée à Sélinonte. Car le règlement de Ténos commence par prévoir l’introduction de l’épouse dans le groupe (l. 1), suivie ensuite par l’enregistrement du fils, du fils illégitime, du frère consanguin et du neveu. Il y a aussi la mention d’un serment prêté par une mère (l. 8-9)17.

  • 18 Dikaiarchos, fr. 52 (éd. Wehrli [1967]) : ἐϰλήθη δ πάτρα μν ες τν δευτέραν μετάβασιν λθόντων (...)

10De même, selon Robert Parker, un passage de Dikaiarchos de Messène ferait allusion, quoique d’une manière indirecte, à la situation de la patria sélinontine. Chez Dikaiarchos, la patra est un groupe de parenté patrilinéaire. En revanche, la phatria ou la phratria a pris naissance afin que les femmes, qui ne participaient plus aux rituels de leurs patrai (tapatriôtika hiera), étant passées par mariage dans la patra de leur époux, puissent célébrer avec leurs frères les cultes communs18.

  • 19 IG XII 8, 267, l. 9-10 ; XII Suppl., 355, l. 4 ; J. Pouilloux, Choix d’inscriptions grecques, Paris (...)
  • 20 C. Rolley, « Le sanctuaire des dieux patrôoi et le Thesmophorion de Thasos », BCH 89 (1965), p. 441 (...)

11Quelques inscriptions de Thasos fournissent la plus ample documentation pour les cultes des patrai/patriai. Elles attestent ainsi que les patrai sont des groupes de nature gentilice, remplissant un rôle institutionnel. Les décrets rapportent l’obligation des nouveaux citoyens de s’inscrire dans la patria qu’ils persuaderont19. De plus, Claude Rolley a publié douze inscriptions sur stèles ou bornes datant du ve s. av. J.-C., trouvées dans le sanctuaire d’Evraiocastro, qui mentionnent plusieurs divinités (Zeus Ktèsios, Zeus Alastoros, Athéna Mykesiè, Artémis Orthosiè et les Nymphes Kouradôn), toutes honorées par des groupes, souvent accompagnées par le mot patrôios que l’éditeur considère comme un adjectif, en le traduisant par « de la patra ». Ces inscriptions appartenant aux patrai présentent au génitif le nom du dieu avec une épithète caractéristique et nommant presque toujours le groupe. On apprend ainsi les noms de sept groupes : Amphôteridai, Anchialidai, Neophantidai, Geléontes, Pèleidai, Priamidai, Phastadai. Il semble aussi que le sanctuaire où figurent ces blocs était celui où l’on célébrait les Apatouria thasiennes, sanctuaire que Rolley identifie au Thesmophorion20. On remarque qu’à Thasos aussi bien qu’à Sélinonte, les inscriptions de patrai/patriai ont été découvertes dans un sanctuaire hors des remparts et que les groupes gentilices ont souvent dans les deux cités des anthroponymes en tant qu’éponymes. Ces similitudes suggèrent que tout comme dans le sanctuaire thasien d’Evraiocastro, il y avait très probablement aussi dans le sanctuaire sélinontin de la Gaggera des autels ou des enclos sacrés appartenant à des patriai.

  • 21 M. Rausch, « Damos, gruppi e individui in una lex sacra di Selinunte », MEP 3 (2000), p. 45.

12Sur la base des documents examinés ci-dessus, il nous semble qu’à Sélinonte la patria a peu de chances d’être une simple association religieuse. En revanche, il est probable que ce type de groupement a été un clan gentilice, une forme d’union de plusieurs oikoi ou génè, à laquelle les femmes étaient aussi associées21.

  • 22 Jameson et al., Lex sacra, Col. A, l. 3, avec les commentaires aux p. 20 et 52. Grâce à Aristote, P (...)
  • 23 Jameson et al., Lex sacra, Col. A, l. 9 : τõι Μιλιχίοι τõι ν Μύσο ; l. 17 : τõι ν Εθυδάμο Μιλιχ (...)
  • 24 IGLMP, 76 ; IGDS, 71 ; IGASM I2,16.
  • 25 Dubois, l.c. (n. 22), p. 110.

13Au demeurant, une information supplémentaire sur la célébration du culte de Zeus Meilichios par des groupes pseudo-familiaux est fournie par une loi sacrée, récemment publiée de manière exemplaire par les savants américains Jameson, Jordan et Kotansky. Il n’est pas question d’analyser ici ce texte célèbre qui, depuis sa parution, a suscité de nombreux commentaires. Notons seulement que dans les premières lignes de cette inscription, malheureusement mutilées, apparaissent des /hμοσεπύοι /μοσιπύοι (l. 3 : « ceux qui ont la même huche à pain ») qui accomplissent les rituels ensemble et sont membres du même oikos22. Ensuite, la loi donne une liste des divinités auxquelles il faut sacrifier : Zeus Euménès (le « Bienveillant ») et les Euménides, les Τριτοπατρες (les « Arrière-Grands-Pères »), divisés en deux catégories « purs » et « impurs », et Zeus Meilichios. On apprend qu’une victime adulte doit être offerte au Zeus Meilichios qui se trouve « chez Myskos » et un bélier au Zeus Meilichios qui se trouve « chez Euthydamos ». Selon l’opinion généralement admise, Myskos et Euthydamos seraient des noms de défunts ou d’ancêtres héroïsés, les deux Meilichioi appartenant à des groupes à caractère gentilice, devenus importants pour toute la cité23. Myskos est très probablement un des premiers colons arrivés à Sélinonte, le même nom n’étant attesté qu’une seule fois dans le monde grec : il s’agit d’une épitaphe du viie s. av. J.-C. découverte à Sélinonte même24. Laurent Dubois croit qu’il serait même un œciste héroïsé25. Pourtant, en l’absence d’une mention plus détaillée fournie par les documents, il est impossible pour l’instant d’avoir une confirmation de cette hypothèse. Tout ce qu’on peut dire est que Myskos, l’un des ancêtres héroïsés de la communauté, a joué un rôle important dans l’histoire de la cité.

  • 26 Brugnone, l.c. (n. 22), p. 128 ; Lazzarini, l.c. (n. 13), p. 315. K. Clinton, « Review Article. A N (...)

14Quant aux lieux où le culte de Zeus Meilichios était pratiqué, les modernes ont suggéré qu’il s’agissait de chapelles ou d’enclos sacrés situés à Gaggera, près du sanctuaire de Zeus Meilichios. Une autre hypothèse est avancée par Kevin Clinton, qui pense qu’on aurait affaire à de véritables sanctuaires localisés dans différents endroits à Sélinonte et à l’intérieur desquels les membres de deux groupes honoraient leurs ancêtres fondateurs et tutélaires (Myskos et Euthydamos)26.

  • 27 F. Cordano, « M. H. Jameson, D. R. Jordan, R. D. Kotansky, A Lex Sacra from Selinous », Aevum 70, 1 (...)
  • 28 L. Robert, « Une épigramme de Carie. Note additionnelle », RPh 32 (1958), p. 65-66 (= OMS I, Amster (...)

15En même temps, il n’est pas exclu que ces groupes qui se réunissent autour d’un Meilichios soient du même genre que la patria évoquée par la stèle de Sélinonte déjà citée27. Un parallèle est fourni par les documents épigraphiques de Milet qui attestent que les patriai célébraient des ancêtres héroïques ou des divinités. La patria milésienne des Νελεΐδαι renvoie en effet au fondateur de la cité Νείλεως et la patria des Ποσιδες au culte de Poséidon28.

  • 29 Cf. M. Riotto, « Il santuario della Malophoros a Selinunte : spunti per una discussione storico-rel (...)
  • 30 IG XIV, 268 ; W.M. Calder, The Inscriptions from the Temple G at Selinus, Durham (North Carolina), (...)

16Enfin, le caractère familial du culte de Zeus Meilichios est mis en évidence par l’absence de la mention de ce dieu dans l’inscription dite du temple G29, un texte du ve s. av. J.-C. qui énumère les divinités protectrices de la cité, qui ont contribué à la suprématie de Sélinonte (Zeus, Phobos, Héraclès, Apollon, Poséidon, Athéna, les Tyndarides, la Malophoros, la Pasikrateia)30.

L’arrière-plan mégarien

  • 31 Hanell, o.c. (n. 1), p. 177-178 ; Cordano, l.c. (n. 11), p. 425. Contra E. Manni, « Da Megara a Sel (...)
  • 32 G.C. Richards, « Archaeology in Greece, 1897-8 », JHS 18 (1898), p. 332 ; cf. L.H. Jeffrey, The Loc (...)
  • 33 Jones, o.c. (n. 14), p. 94 ; cf. SEG 37, 370 ; Jameson et al., Lex sacra, p. 84, 92 ; C. Antonet-Ti(...)
  • 34 Pour Artémis Πανφυλαία à Épidaure, voir IG Fv72 1, 503 ; cf. Jones, o.c. (n. 14), p. 94, 107.

17En s’appuyant sur une inscription de Mégare, les spécialistes ont soutenu que le culte de Zeus Meilichios remontait à l’époque de la fondation de Sélinonte, faisant partie des nomima d’origine mégarienne introduits par les premiers colons arrivés sur place31. Dans ce sens, une borne mégarienne du ve s. av. J.-C. transmet l’inscription Δις Μιλιχίο Πανφύλο. Cette pierre, découverte jadis dans la région de l’ancien port mégarien de Nisaia (près de la colline d’Agios Giorgios) par S. P. Lambros et signalée par G.C. Richards en 1898, semble aujourd’hui perdue32. Le dernier élément de cette inscription a été interprété soit comme une référence à la tribu des Pamphyloi, soit comme une épiclèse signifiant, selon l’expression de Jones, « of all the phylai (or φλα) »33. Dans ce dernier cas, le culte de Zeus Meilichios appartiendrait à toutes les tribus mégariennes, une situation qui serait similaire à celle du culte d’Artémis Pamphylaia, attesté à Épidaure à une époque où la tribu des Pamphyloi n’existait plus34.

  • 35 Hanell, o.c. (n. 1), p. 178, estimait jadis que « Zeus Meilichios Pamphylos ist der Meilichios der (...)
  • 36 Clinton, l.c. (n. 26), p. 165 ; cf. L. Dubois, Bull. ép. (1995), 692, p. 558 ; id., « La nouvelle l (...)

18Les inscriptions de Sélinonte nous incitent néanmoins à donner une autre explication de la borne mégarienne de Zeus Meilichios Panphylos (ou Pamphylos). Comme on l’a constaté, le culte de cette divinité dans la colonie mégarienne de l’ouest sicilien est de nature gentilice, accompli d’habitude dans la chapelle (ou peut-être même dans le temenos) d’un héros. Dans ces conditions, notre inscription peut indiquer que les Mégariens de Grèce pratiquaient le culte de Zeus Meilichios dans la chapelle du héros dorien Pamphylos, l’éponyme de la tribu des Pamphyloi, tout comme les Sélinontins le faisaient dans les chapelles de leurs héros, Myskos et Euthydamos35. Sur la foi de l’exemple sélinontin, qui atteste la formule ἐν + nom du héros au génitif (Zeus Meilichios ν Μύσο et ν Εθυδάμο), on pourrait corriger l’inscription de Mégare ainsi : Δις Μιλιχίο <ἐν> Πανφύλο ou Πα(μ)φύλο36.

  • 37 Pausanias, I, 44, 3.
  • 38 E. Curti, R. von Bremen, « Notes on the Lex Sacra from Selinus », Ostraka 8 (1999), p. 24.
  • 39 Cf. Malkin, o.c. (n. 2.), p. 135-137.

19Les modernes ont aussi avancé l’hypothèse selon laquelle la localisation des sanctuaires de Déméter Malophoros37 et de Zeus Meilichios près de Nisaia (le port de Mégare) a pu être reproduite à Sélinonte. Dans la colonie mégarienne, les sanctuaires de ces deux divinités se trouvent sur la colline de Gaggera, également près du port de la ville38. Bien qu’on ne puisse pas exclure cette possibilité, en l’absence d’informations plus détaillées sur la localisation du cultede Zeus Meilichios à Mégare il est encore difficile de l’accepter sans réserves. Il faut d’autre part éviter de créer des modèles trop rigides et d’offrir des interprétations « modernisantes » dans le domaine du transfert du culte de la métropole dans les colonies. L’hétérogénéité ethnique du mouvement de colonisation, les rapports avec les indigènes, les particularités géographiques du nouveau territoire ont donné naissance dans les colonies à des spécificités locales et ont provoqué des évolutions différentes de celles de la cité-mère39.

20La documentation littéraire et épigraphique émanant des colonies mégariennes et héracléotes de la Propontide et du Pont-Euxin suggère que, comme le culte de Zeus Meilichios, la patria de Sélinonte puisse elle aussi avoir une origine mégarienne. En effet, le Ps.-Aristote rapporte que les Byzantins avaient mis en vente les terres des θιασοί et celles des πατριαί à cause de leurs difficultés financières.

Ps.-Aristote, Economique, II, 2, 3a (1346a 13-19, trad. A. Wartelle légèrement modifiée)

Βυζάντιοι δ δεηθέντες χρημάτων τ τεμένη τ δημόσια πέδοντο, τ μν ϰάρπιμα χρόνον τινά, τ δ ϰαρπα εννάως τά τε θιασωτιϰ ϰα τ πατριωτιϰ σαύτως- ϰα σα ν χωρίοις ἰδιωτιϰοῖς ἦν ὠνοῦντο γὰρ πολλο ν ν ϰα τό λλο ϰτμα τος δ θιασώταις ἕτερα χωρία, τ δημόσια σα ν περὶ τὸ γυμνάσιον τν γορν τν λιμένα.

  • 40 Il s’agit là de terres appartenant aux patrai ou patriai (πατριωτιϰά) et non aux phratries, comme l (...)

Pressés par le besoin d’argent, les habitants de Byzance mirent en vente les enclos sacrés du domaine public : les terres fertiles étaient vendues pour un temps, et les autres pour toujours. Ils firent de même pour les terres des confréries religieuses et celles des patriai40, et en particulier pour les terrains du même genre situés au milieu de domaines privés, car les propriétaires des autres portions de ces territoires les achetaient à prix élevé. Ils vendirent ensuite aux membres de ces confréries d’autres terrains du domaine public, situés à proximité du gymnase, de la place ou du port.

21Différenciées des associations religieuses appelées thiases, les patriai byzantines étaient très probablement des groupements de nature gentilice, ayant un rôle important dans la vie religieuse de la cité. Tous ces groupes possédaient des lots de terre, dont la cité pouvait disposer dans des situations de crise. Même si les patriai de Sélinonte et de Byzance présentaient des spécificités locales, perceptibles à l’époque classique (notamment l’intégration des femmes à Sélinonte), ces deux groupes appartenaient très probablement au même héritagemégarien ; un héritage certes conservé dans d’autres cités grecques (voir ci-dessus).

  • 41 Pausanias, I, 43, 5, témoigne du culte de Dionysos Patrôos à Mégare ; une divinité qui apparaît dan (...)
  • 42 S.J. Saprykin, VDI (1980), 2, p. 173-174 ; cf. SEG 30, 965, 613. Pour les cultes liés à des groupes (...)
  • 43 IG XII Suppl. 208 ; f. Jameson el al., Lex sacra, p. 117 ; et surtout Brulé, l.c. (n. 14), p. 316.

22Mieux encore, en faveur de la présence des patriai dans les cités mégariennes, il existe aussi l’attestation à Mégare aussi bien qu’à Callatis d’un Dionysos Πατρῷος41; un Dionysos qui ne serait pas une divinité « ancestrale », mais un dieu d’un sous-groupe de type gentilice (patria). De même, un graffite émanant d’une autre colonie héracléote, Chersonèse Taurique, mentionne peut-être un Zeus Patrôos42. D’ailleurs, le cas des patrai de Thasos déjà évoqué fournit un parallèle pour l’introduction dans les colonies du système des patrai ou patriai à partir de la métropole. En effet, la mention d’un Δις λαστέρο πατρώιο par une inscription parienne suggère que les patrai de Thasos provenaient de sa métropole, Paros43.

23À notre avis, l’apparition des patriai dans les établissements mégariens et héracléotes peut s’expliquer par l’importance que les groupements familiaux ont eue dans la colonisation, ou plus précisément dans la distribution et l’administration des premiers klèroi. À ce propos, il n’est pas sans intérêt d’évoquer un passage de Denys de Byzance concernant la colonisation du Bosphore thrace.

Denys de Byzance, 53, (éd. Gungerich [19582], p. 22-23)

στίαι δ τόπος νόμασται ϰατέσχον γὰρ νταθα τας ναυσν ο τς ποιϰίας γεμόνες, πειδ παρεξιόντες τν Βοσπόριον ϰραν ὁρῶσι πολλ πλήθει βαρβαριϰο στρατο ϰατεχομένας τς ποβάσεις. ϰα τς μν στίας δρύσαντο ϰατ πόλιν ϰάστηννθα πρῶτον πέβησαν (...) νιοι δέ φασιν ο πόλεων, λλοϰων Μεγαριϰῶν πτ τν ἀρίστων εναι τς στίας πεπιστεύσθω δπως ϰάστω φίλον.

Ce lieu est appelé Hestiai. C’est que les chefs de la colonisation abordèrent à cet endroit avec leurs bateaux, lorsque, arrivés près du promontoire du Bosphore, ils virent que les lieux où ils voulaient débarquer étaient tenus par un grand nombre [de soldats] d’une armée barbare. Alors ils fondèrent Hestiai (les « Foyers »), chaque cité le sien, à l’endroit où ils avaient d’abord débarqué. (...) Mais, certains affirment que les Hestiai (les « Foyers ») n’appartiennent pas aux cités, mais aux sept maisons mégariennes les plus nobles. Plaise à chacun de croire quoi que ce soit.

  • 44 Robu, o.c. (n. 1). Cf. E. Scheid-Tissinier, « Laos et dèmos, le peuple de l’épopée », AC 71 (2002), (...)

24Le récit de Denys de Byzance indique que le nom de l’endroit appelé Hestiai provient soit des cités qui ont participé à la fondation, soit des sept maisons mégariennes les plus nobles (οἴϰων Μεγαριϰῶν πτ τν ἀρίστων). Sans être entièrement en contradiction, ces deux légendes de fondation témoignent en réalité autant de la participation de plusieurs cités à la fondation de Byzance que du rôle important détenu par les oikoi aristocratiques dans ce mouvement de colonisation44.

  • 45 D. Asheri, « La colonizzazione greca », in E. Gabba, G. Vallet (éds.), La Sicilia antica I, 1, Napl (...)
  • 46 G. Vallet, F. Villard, P. Auberson, « Expérience coloniale en Occident et urbanisme grec. Les fouil (...)
  • 47 M. Gras, H. Treziny, in Mégara 5, p. 533, 564-566. Cf. A. di Vita Gafa, « L’urbanistica », in G. Pu (...)

25En fait, il faut reconnaître que, du point de vue juridique, le concept d’une apoikia implique la reproduction d’un oikos et la possession d’un klèros45. On suppose l’existence à Mégara Hyblaea, au moment de la fondation, de plusieurs noyaux d’installation, de plusieurs groupes de lotissements46. Et il y a tout lieu de croire que ces groupes de lotissements sont des groupes dd oikoi, chaque oikos ayant besoin d’un lot dans l’espace urbain et d’un klèros dans le territoire47. Il s’agissait de familles, plus ou moins larges, qui devaient sans nul doute constituer les cellules de base dans les premières décennies de l’histoire des colonies.

  • 48 Mégara 5, p. 512-519, 541-543.
  • 49 A. Henning, in D. Mertens et al., « Die Agora von Selinunt. Neue Grabungsergebnisse zur Fruhzeit de (...)
  • 50 M. Gras, H. Tréziny, «Mégara Hyblaea. Retours sur l’agora», in Architettura, urbanistica, società n (...)
  • 51 On notera aussi que le lieu de culte de l’agora ne sera pas affecté par les constructions ultérieur (...)

26De surcroît, Michel Gras et Henri Tréziny ont récemment attiré l’attention sur les plates-formes généralement circulaires découvertes à Mégara48 et à Sélinonte49, qui ne seraient pas à interpréter comme des structures domestiques, mais plutôt comme des lieux de culte privés (autels) appartenant à un groupe familial50. De même, le lieu de culte datant du début du vie s. av. J.-C., les dépôts votifs et l’herôon découverts en bordure de l’agora de Sélinonte témoignent probablement de la célébration du culte des premiers ancêtres51.

  • 52 F. de Angelis, « Trade and Agriculture at Megara Hyblaea », OJA 21 (2002), p. 299-310 ; id., Megara (...)
  • 53 M. Cébeillac-Gervasoni, « Les nécropoles de Mégara Hyblaea », Kokalos 21 (1975), p. 32-33 ; M. Gras(...)

27Nous pouvons nous demander par ailleurs si les silos découverts à Mégara Hyblaea, qui datent des viiie-viie s. av. J.-C., n’ont pas été utilisés par des aristocrates pour le commerce avec leur métropole de Grèce, comme le soutient Franco de Angelis, mais ils appartenaient plus probablement à des groupements de plusieurs oikoi52. Il est de même possible qu’au moins à partir de la seconde moitié du vie s. av. J.-C., les tombes monumentales groupées, mises au jour au nord, à l’ouest et au sud du site de Mégara, témoignent de liens familiaux entre leurs occupants53.

  • 54 Plutarque, QG, 59 (= Mor., 304e-f) ; cf. L. Piccirilli, Gli arbitrati interstataligreci I, Pisa, 19 (...)
  • 55 Cf. Figueira, l.c. (n. 54), p. 285-286 ; A. Robu, « L’affaire de Salamine », Dacia N.S. 48-49 (2004 (...)
  • 56 Souda, s.v. Ἡραϰλείδης, Εφρονος, φιλόσοφος, Ἡραϰλείας τς Πόντου, τ δ γένος νωθεν π Δάμιδος, (...)

28On relèvera que les groupes gentilices sont aussi attestés à Mégare. Plutarque place en effet à l’époque de la « démocratie sans retenue » (akolastos démokratia), soit au vie s. av. J.-C., le génos des « renverseurs de chariots » (γένος μαξοϰυλιστν). Les membres de ce génos étaient originellement tenus pour responsables d’un sacrilège : ils avaient attaqué des théores du Péloponnèse qui allaient en direction de Delphes54. Un autre exemple est le groupe de Dorykleioi (« fameux par leurs lances ») qui, selon les Mégariens cités par Pausanias (I, 40, 5), avaient livré l’île de Salamine aux Athéniens. Quoique difficile à situer du point de vue chronologique, ce groupe remonte aussi au vie s. av. J.-C., l’époque des combats entre Athéniens et Mégariens pour la possession de la Salamine55. Dans le cas des colonies mégariennes, on sait aussi qu’à Héraclée du Pont, fondation mégaro-béotienne, Damis, l’un des chefs des colons, fut le fondateur d’un génos auquel le philosophe Héracleidès le Pontique se vantait d’appartenir56.

  • 57 Pour l’attestation des divinités appartenant à l’ancien panthéon mégarien dans les colonies mégarie (...)

29Pour conclure, nous constatons que l’examen du culte sélinontin de Zeus Meilichios oblige à reconsidérer la « norme » dans le domaine du transfert du panthéon de la métropole dans les colonies. Les documents confirment en effet qu’en dehors des cultes poliades de la cité-mère (Apollo Pythien, Déméter Malophoros, Artémis Orthôsia, etc.)57, les colons mégariens ont repris les cultes qui construisaient leur identité de groupe et qui mettaient en valeur leurs traditions ancestrales. C’est ainsi qu’on peut expliquer la présence dans les établissements mégariens et héracléotes à la fois de groupes pseudo-familiaux (génè, patriai) et de cultes des groupes spécifiques (Zeus Meilichios à Sélinonte, Dionysos Patrôos à Mégare et à Callatis, peut-être Zeus Patrôos à Chersonèse).

30Il importe, en dernier lieu, de souligner que les groupements familiaux eurent un rôle important à la fois dans le premier lotissement du territoire des colonies mégariennes et dans la célébration du culte des premiers fondateurs/ancêtres. Les documents témoignent du fait que, dans les colonies, ces ancêtres pouvaient devenir les fondateurs de groupes gentilices, à côté des héros empruntés à la métropole. La loi sacrée de Sélinonte confirme en effet aujourd’hui que le culte gentilice de Zeus Meilichios pouvait se rattacher à la chapelle d’un héros/ancêtre héroïsé (les héros Myskos et Euthydamos ; de même pour le héros Pamphylos à Mégare), et il arrivait aussi que ce lieu de culte fût utilisé par la cité tout entière.

Notes

1 À titre d’exemple, pour la présence des nomima d’origine mégarienne ou milésienne dans les colonies, nous renvoyons aux ouvrages classiques de K. Hanell, Megarische Studien, Lund, 1934, et de N. Ehrhardt, Milet und seine Kolonien. Vergleichende Untersuchung der kultischen undpolitischen Einrichtungen, Frankfurt am Main et al., 19882 [1983]. Cf. dernièrement à ce sujet A. Robu, Mégare et les établissements mégariens de Sicile, de la Propontide et du Pont-Euxin. Histoire et Institutions, thèse de doctorat, Universités de Neuchâtel et du Maine, 2008 ; et aussi pour la place des nomima dans les colonies I. Malkin, « Networks and the Emergence of Greek Identity », in I. Malkin (éd.), Mediterranean Paradigms and Classical Antiquity, London/New York, 2005, p. 56-74 ; M. Nafissi, « From Sparta to Taras : Nomima, Ktiseis, and Relationships between Colony and Mother City », in S. Hodkinson, A. Powell (éds.), Sparta : New Perspectives, London, 1999, p. 245-272.

2 I. Malkin, Religion and Colonisation in Ancient Greece, Leiden et al., 1987, surtout p. 185.

3 E. Lepore, La Grande Grèce : aspects et problèmes d’une ‘colonisation’ ancienne, Naples, 2000, p. 40 ; H. Tréziny, « Les colonies grecques de Méditerranée occidentale », Revue d’histoire urbaine 13 (2005), p. 54-55. Pour le rapport entre apoikoi et époikoi dans le vocabulaire de la colonisation grecque, voir J. De Wever, R. Van Compernolle, « La valeur des termes de ‘colonisation’ chez Thucydide », AC 36 (1967), p 498-504 ; M. Casevitz, Le vocabulaire de la colonisation en grec ancien, Paris, 1995, p. 118-119, 156-158.

4 Jameson et al., Lex sacra, Col. A, l. 9, 17 (reprise dans les recueils récents d’E. Lupu, Greek Sacred Law. A Collection of New Documents (NGSL), Leiden-Boston, 2005 [RGRW, 152], 27 ; et de R. Arena, IGASM I2, 53bis). Donnant une liste des attestations par cité du culte de Zeus Meilichios (p. 81-91), les premiers éditeurs de la loi sacrée de Sélinonte ont examiné en détail le caractère privé et propitiatoire de cette divinité (p. 91-103) ; cf. à cet égard aussi M.L. Lazzarini, Le formule delle dediche votive nella Grecia arcaica, Roma, 1976 (MemLincei serie VIII, vol. 19, 2), p. 149151 ; L. Dubois, IGDS, p. 55 ; N. Cusumano, « Zeus Meilichios », Mythos 3 (1991), p. 19-47 (avec la bibliographie).

5 Thucydide, VI, 3-5 ; cf. K.J. Dover, in A.W. Gomme, A. Andrews, K.J. Dover, A Histori-cal Commentary on Thucydides IV, Oxford, 1970, p. 198-219 ; P. Danner, « Die Grundung von Selinunt », GB 21 (1995), p. 7-27 ; C. Dehl-von Kaenel, Die archaische Keramik aus dem Malophoros-Heiligtum in Selinunt. Die korinthischen, lakonischen, ostgriechischen, etruskischen und megarischen Importe sowie die ‘argivisch-monochrome’ und lokale Keramik aus den alten Grabungen, Berlin, 1995, p. 3242.

6 V. Tusa, « Nuovi rinvenimenti nell’area del santuario della Malophoros a Selinunte », SicArch XVII, 54-55 (1984), p. 11-15 ; C. Dehl, M. Dewailly, in S. Tusa et al., « Selinunte-Malophoros : rapporto preliminare sulla II campagna di scavi», SicArch XIX, 60-61 (1986), p. 5966 ; M.L. Famà, in M.L. Famà, V. Tusa, Le stele del Meilichios di Selinunte, Padua, 2000, p. 19 ; C. Antonetti, S. de Vido, « Cittadini, non Cittadini e stranieri nei santuari della Malophoros e del Meilichios di Selinunte », in A. Nasso (éd.), Stranieri e non cittadini nei santuari greci. Atti del Convegno internazionale, Grassina, 2006, p. 411, 413.

7 Pour les découvertes provenant du sanctuaire de Zeus Meilichios et de l’aire ouverte, voir E. Gabrici, « Il santuario della Malophoros a Selinunte », MAL 32 (1927), col. 1-419, surtout col. 91-119, 403-406 ; P. Vaccarello, « Rilievo del Tempietto di Zeus Meilichios », SicArch XIX, 6061 (1986), p. 89-96 ; M. Dewailly, Histoire du culte dans le sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte, thèse de doctorat, Université de Lille III, 1987, p. 153-184 (citation p. 165) ; ead., Les statuettes aux parures du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte. Contexte, typologie et interprétation d’une catégorie d’offrandes, Naples, 1992 (Cahiers du Centre Jean Bérard, 17), p. 36-40, 148-150 ; B. Bergquist, «A Particular Western Greek Cult Practice? The Significance of Stele-crowned, Sacrificial Deposit », OAth 19, 3 (1992), p. 41 ; Jameson et al., Lex sacra, p. 132-136 ; Famà, Tusa, o.c. (n. 6), p. 9-19 ; Antonetti, de Vido, l.c. (n. 6), p. 417-419. Selon D. White, «The Post-Classical Cult of Malophoros at Selinus », AJA 71 (1967), p. 349-351, les restes du naiskos visibles aujourd’hui ne dateraient pas de l’époque archaïque, mais du ive s. av. J.-C., époque à laquelle le site de Sélinonte n’était qu’une dépendance carthaginoise. Je tiens à remercier ici Martine Dewailly de m’avoir permis de consulter sa thèse portant sur les sanctuaires de la Gaggera.

8 Lazzarini, o.c. (n. 4), 880 a et aussi p. 150-151 ; IGDS, 50 ; D.R. Jordan, «A Meilichios Stone from Selinous», ZPE 86 (1991), p. 279-282 : Τõ Δις τõ Μ|ελιχίō ἐμί | Π<υ>ρρίᾱ, Εμε | νιδότō, Πε | διάρχō ; cf. IGASM F, 50, pour une autre restitution de l’inscription.

9 Gabrici, l.c. (n. 7), 5, p. 382-383, 405 ; IGLMP, 58 ; IGDS, 45 ; IGASM F, 41 ; cf. K Hanell, o.c. (n. 1), p. 178. De plus, les savants ont considéré l’appellation Ηεραϰλείδας, qui accompagne les noms et les patronymiques de plusieurs personnes dans une defixio de Sélinonte, comme appartenant à un groupe familial : L. Jeffery, « Further Comments on Archaic Greek Inscriptions », ABSA 50 (1955), p. 73 ; F. Cordano, « Considerazioni sull’uso greco del terzo nome in Sicilia », in Seconde giornate internazionali di studi sull’area elima (Gibellina, 22-26 sett. 1994). Atti, Pisa/Gibellina, 1997, p. 403 ; R. Arena, IGASM F, ad n° 69, p. 70 ; F. Ghinatti, « Le organizzazioni civiche siceliote », Kokalos 46, 1 (2000, 2004), n° 26.1, p. 59-60. L. Dubois, IGDS, ad no. 36, p. 47, estime toutefois que ce terme doit être un phylétique. Il n’est pas exclu en effet que ce nom puisse appartenir à une subdivision de la cité (hékatostys ?), une situation déjà attestée dans les colonies mégariennes de Byzance et de Chalcédoine : Hanell, o.c. (n. 1), p. 142-143 ; J. et L. Robert, Bull. ép. (1959), 252 ; Robu, o.c. (n. 1). Cf. L. Bettarini, Corpus delle defixiones di Selinunte. Edizione e commento, Alessandria, 2005, adn° 24, p. 127.

10 IG XII, 3, 1316. On trouve aussi dans les inscriptions de Théra la mention de Ζεὺς τῶν περὶ Λάϰιον (IG XII 3, 1317), et de Ζεὺς τῶν περὶ Ὀλυμπιόδωρον (IG XII, 3, 1316).

11 M.T. Manni Piraino, « Epigrafia selinuntina », Kokalos 16 (1970), p. 268-277 ; IGLMP, 68 ; C. Gallavotti, «Scritture arcaiche della Sicilia e di Rodi», Helikon 15-16 (1975-76), p. 100 ; IGDS, 47 ; IGASM F, 51 ; Famà, in Famà, Tusa, o.c. (n. 6), 11 ; cf. Jameson et al., Lex sacra, p. 93, 97-98 ; F. Cordano, « M.H. Jameson, D.R. Jordan, R.D. Kotansky, A Lex Sacra from Selinous », PP 52 (1997), p. 426 ; Ghinatti, l.c. (n. 9), no. 26.2, p. 60-61.

12 CID I, 9, A. 23-28, et p. 44-46 (reprise par P.J. Rhodes, R. Osborne, Greek Historical Inscriptions, 404-323 BC, Oxford, 2003, 1) ; cf. D. Roussel, Tribu et cité, Paris, 1976, p. 133, qui considère les patriai de Delphes comme des « cercles de parents » ; V. Sebillotte, « Les Labyades : une phratrie à Delphes », CCG 8 (1997), p. 39-49.

13 Manni Piraino, l.c. (n. 11), p. 277 ; Jameson et al., Lex sacra, p. 97, notent : « The stone seems to have been set up by a kinship or pseudo-kinship group, a patria, of women who are the daughters or descendants of two men, presumably regarded as related » ; M.L. Lazzarini, « Zeus Meilichios e le Eumenidi : alcune considerazioni », in E. Catani, S.M. Marengo (éds.), La Cirenaica in età antica. Atti del Convegno Intemazionale di Studi (Macerata, 18-20 Maggio 1995), Pisa/Roma, 1998, p. 315 ; Cordano, l.c. (n. 11), p. 426 ; Famà, in Famà, Tusa, o.c. (n. 6), p. 67-68.

14 La documentation est réunie principalement par Roussel, o.c. (n. 12), p. 45-46 (Élide ?), 52 (Égine), 126-127 (Cyrène), 133 (Delphes), 142 (Thasos) ; N.F. Jones, Public Organization in Ancient Greece. A Documentary Study, Philadelphia, 1987, p. 111-112 (Trézène) ; 143 (Élis) ; 184-186 (Thasos) ; 219 (Cyrène), 246-247 (Camiros), 248-249 (Lindos ?), 251 (Symè ?) 320-327 (Milet) ; 332-333 (Iasos), 328-331 (Mylasa, Olymos ? et Labraunda ?) ; P. Brulé, « La sainte maison commune des Klytides de Chios », Ktèma 23 (1998), p. 314-318 (= P. Brulé, La Grèce d’à côté. Réel et imaginaire en miroir en Grèce antique, Rennes, 2007, p. 393-398). Pour la présence d’une patria en Élide, on notera que S. Minon, Les inscriptions éléennes dialectales (vie- iie siècles avant J.-C.), Genève, 2007, vol. I, 20, p. 140-143, avance dernièrement d’autres arguments en faveur de l’hypothèse selon laquelle la rhètra des Eléens (IvO 2) porte sur la protection juridique du secrétaire Patrias et non pas sur celle d’un groupe gentilice appelé patria. Contra D. Penna, « Alcune osservazioni sulla rhetra degli Elei (IvO n. 2) », AlFLPer N.S. 11, 25 (1987-88)[1991], p. 217-231.

15 R. Meiggs, D. Lewis, A Selection of Greek Historical Inscriptions to the End of the Fifth Century, Oxford, 1960, 5, l. 15-16.

16 R. Étienne, Ténos II. Ténos et les Cyclades du milieu du ive siècle av. J.-C. au milieu du iiie siècle ap. J.-C., Athènes/Paris, 1990, no. 1, p. 37-39 (le décret de la patra des νδραϰλεδαι), n° 2, p. 40-42 (loi d’admission dans la patra ?) ; cf. toutefois P. Gauthier, Bull. ép. (1991), 431, qui, tout en constatant la mention dans les décrets de Ténos de l’inclusion du nouveau citoyen dans la tribu et dans la phatra (IG XII 5, 798, l. 22-23 : ϰα πρὸς | [φυλν] ϰ̣α φάτραμ προσγράψασθαι) ou la phratria (IG XII 5, 802, l. 17-18 : [ϰα] πρὸς φυλν ϰα φάτριαν [προσ | γράψ]ασ[θ]αι ; la même forme dans les n° 819, 820, 821, etc.), se demande s’il n’y aurait pas eu une « contamination de deux formes distinctes pour désigner une seule et même subdivison civique ». Pour une réédition récente de IG XII Suppl., 303, voir Rhodes, Osborne, o.c. (n. 12), 61, qui préfèrent l’ancienne hypothèse selon laquelle ce règlement porte sur l’admission dans la phratrie et estiment aussi que les différents noms attestés pour les groupements de Ténos désignent probablement des phratries. Contra P. Brulé, l.c. (n. 14), p. 316-317, qui suit l’interprétation de R. Etienne selon laquelle le règlement ténien concerne l’admission dans une patra.

17 IG XII Suppl., 303, l. 1 : νόμος σαγωγς· γυναϰα χιμάρωι ; l. 8 : μντω δ ϰα μ[ήτηρ] ;. cf. Rhodes, Osborne, o.c. (n. 12), p. 299, qui estiment que le serment de la mère « seem certain to apply to all sons ».

18 Dikaiarchos, fr. 52 (éd. Wehrli [1967]) : ἐϰλήθη δ πάτρα μν ες τν δευτέραν μετάβασιν λθόντων ϰατ μόνας ἑϰάστ πρότερον οσα συγγένεια (...). φατρίαν δ συνέβη λέγεσθαι ϰα φρατρίαν, πειδή τινες ες τέραν πάτραν δίδοσαν θυγατέρας αυτν. ο γὰρ τι τν πατριωτιϰῶν ερῶν εχε ϰοινωνίαν δοθεσα, λλες τν το λαβόντος ατν συνετέλει πάτραν, στε πρότερον πόθ τς συνόδου γιγνομένης δελφας σν δελφ τέρα τις ιερῶν τέθη ϰοινωνιϰὴ σόνοδος, ν δ φρατρίαν νόμαζον ϰα πάλιν : στε πάτρα μν νπερ επομεν ἐϰ τς συγγενείας τρόπον γένετο μάλιστα τς γονέων σν τέϰνοις ϰα τέϰνων σν γονεσι, φρατρίαν δ έϰ τς τν δελφν ; cf. D. Roussel, o.c. (n. 12), p. 106 ; R. Parker, « Patroioi theoi : the Cults of Sub-groups and Identity in the Greek World », à paraître. Je tiens à remercier Robert Parker d’avoir aimablement mis à ma disposition son article encore inédit au moment de la rédaction de cette étude.

19 IG XII 8, 267, l. 9-10 ; XII Suppl., 355, l. 4 ; J. Pouilloux, Choix d’inscriptions grecques, Paris, 1960, 33, l. 4.

20 C. Rolley, « Le sanctuaire des dieux patrôoi et le Thesmophorion de Thasos », BCH 89 (1965), p. 441-483, surtout p. 452-453, 458-459 ; cf. J. et L. Robert, Bull. ép. (1967), 452 ; Jones, o.c. (n. 14), p. 184-186 ; Brulé, l.c. (n. 14), p. 315-316.

21 M. Rausch, « Damos, gruppi e individui in una lex sacra di Selinunte », MEP 3 (2000), p. 45.

22 Jameson et al., Lex sacra, Col. A, l. 3, avec les commentaires aux p. 20 et 52. Grâce à Aristote, Politique I, 2, 5 (1252b 14), on sait que Charondas, le législateur de Catane, appela les μοσιπύοι les membres du même oikos ; cf. A. Brugnone, « Una lamineta iscrita da Selinunte », SicArch 30, 93-95 (1997), p. 123-124 ; L. Dubois, « La nouvelle loi sacrée de Sélinonte », CRAI 1 (2003), p. 110-111 ; G. Camassa, « La lex sacra di Selinunte », in Sicilia Epigraphica. Atti del convegno (Erice, 15-18 Ottobre 1998), ASNP serie iv, Quaderni 1, Pisa, 1999, p. 141 ; A. Dimartino, « Omicidio, contaminazione, purificazione : il ‘caso’ della lex sacra di Selinunte », ANSP N.S. 8, (2003) [2006], p. 312-313, 333. Pour Charondas en tant que législateur des villes chalcidiennes d’Italie et de Sicile, voir aussi Aristote, Politique II, 12, 6 (1274a 23-24).

23 Jameson et al., Lex sacra, Col. A, l. 9 : τõι Μιλιχίοι τõι ν Μύσο ; l. 17 : τõι ν Εθυδάμο Μιλιχίοι, avec les commentaires aux p. 28-29, 37, 52-53, 93, 97. Cf. P. Brulé, l.c. (n. 14), p. 321322, qui estime que les cultes dits «lignagers » (cultes des patries ou des phratries) apparaissent, notamment à Athènes, construits comme « des fusées à trois étages » : l’oikos, la phratrie et la communauté entière (voir la célébration des Apatouries).

24 IGLMP, 76 ; IGDS, 71 ; IGASM I2,16.

25 Dubois, l.c. (n. 22), p. 110.

26 Brugnone, l.c. (n. 22), p. 128 ; Lazzarini, l.c. (n. 13), p. 315. K. Clinton, « Review Article. A New Lex Sacra from Selinus : IKndly Zeuses, Eumenides, impure and pure Tritopatores, and Elasteroi», CPh 91 (1996), p. 164-165, suggère que les sanctuaires consacrés par les Sélinontins aux héros Myskos et Euthydamos seraient similaires aux sanctuaires des héros éponymes des tribus athéniennes. Cf. A. Chaniotis, « Epigraphic Bulletin 1996 », Kernos 12 (1999), n° 45, p. 234 ; Lupu, o.c (n. 4), p. 367.

27 F. Cordano, « M. H. Jameson, D. R. Jordan, R. D. Kotansky, A Lex Sacra from Selinous », Aevum 70, 1996, p. 139 ; ead., l.c. (n. 11), p. 426 ; Dimartino, l.c. (n. 22), p. 315-316. En revanche, selon G. Manganaro, « M. H. Jameson, D. R. Jordan, R. D. Kotansky, A Lex Sacra from Selinous », Gnomon 69 (1997), p. 563, ces groupes seraient des phratrai.

28 L. Robert, « Une épigramme de Carie. Note additionnelle », RPh 32 (1958), p. 65-66 (= OMS I, Amsterdam, 1969, p. 400-401) ; SEG 48, 1412.

29 Cf. M. Riotto, « Il santuario della Malophoros a Selinunte : spunti per una discussione storico-religiosa », SicArch 18, 59 (1985), p. 38.

30 IG XIV, 268 ; W.M. Calder, The Inscriptions from the Temple G at Selinus, Durham (North Carolina), 1963 (GRB Monographs, 4) ; IGLMP, 49 ; IGDS, 78 ; IGASM F, 53.

31 Hanell, o.c. (n. 1), p. 177-178 ; Cordano, l.c. (n. 11), p. 425. Contra E. Manni, « Da Megara a Selinunte : le divinità », Kokalos 21 (1975), p. 180-181 (= E. Manni, Σιϰελιϰ ϰα ταλιϰ. Scritti minori di storia antica della Sicilia e dell’Italia meridionale, Roma, 1990, p. 429-430), qui pense que cette divinité est trop souvent attestée dans différents endroits pour que l’on puisse soutenir une origine mégarienne. Mais cela ne nous semble pas constituer une objection suffisante, car d’autres divinités (comme Apollon Pythien) et magistratures (comme le basileus ou les stratèges) abondamment attestées dans le monde grec furent aussi introduites par les Mégariens dans les établissements qu’ils avaient fondés en Propontide et dans le Pont-Euxin.

32 G.C. Richards, « Archaeology in Greece, 1897-8 », JHS 18 (1898), p. 332 ; cf. L.H. Jeffrey, The Local Scripts of Archaic Greece, Oxford, 19902 [1961], no. 12, p. 138 ; Cusumano, l.c. (n. 4), p. 34, n. 57, qui considère que cette inscription de Mégare est plutôt une dédicace votive qu’une borne. Pour les différentes hypothèses concernant la localisation de Nisaia, voir R.P. Legon, Megara. The Political History of a Greek City-State to 336 B.C., Ithaca/London, 1981, p. 27-32 ; M.A. Bernier, Etudes topographique sur les ports de la Mégaride antique, thèse de maîtrise, Université d’Ottawa, 1990, p. 11-122.

33 Jones, o.c. (n. 14), p. 94 ; cf. SEG 37, 370 ; Jameson et al., Lex sacra, p. 84, 92 ; C. Antonet-Ti, « Megara e le sue colonie : un’unità storico-culturale ? », in C. Antonetti (éd.), Il dinamismo della colonizzazjonegreca. Atti della tavola rotonda : Espansione e colonizzazione greca di età arcaica, metodologie eproblemi a confronto (Venezia, 10-11.11.1995), Naples, 1997, p. 89.

34 Pour Artémis Πανφυλαία à Épidaure, voir IG Fv72 1, 503 ; cf. Jones, o.c. (n. 14), p. 94, 107.

35 Hanell, o.c. (n. 1), p. 178, estimait jadis que « Zeus Meilichios Pamphylos ist der Meilichios der Phyle Pamphyloi, also haben auch in Megara gentilizische Einheiten den Kultus dieses Gottes gepflegt ». Tout en acceptant l’opinion du savant suédois concernant la nature gentilice du culte de Zeus Meilichios, nous croyons pourtant que la nouvelle loi sacrée de Sélinonte suggère qu’il s’agit d’un culte souvent célébré dans la chapelle d’un héros plutôt que d’un culte appartenant à une seule tribu mégarienne. Pour l’attestation du héros Pamphylos, voir G. TuRK, « Pamphylos 2 », RE XVIII, 3 (1949), col. 408.

36 Clinton, l.c. (n. 26), p. 165 ; cf. L. Dubois, Bull. ép. (1995), 692, p. 558 ; id., « La nouvelle loi sacrée de Sélinonte. Bilan dialectologique », AÎION(ling) 19 (1997), p. 343 ; Cordano, l.c. (n. 11), p. 426.

37 Pausanias, I, 44, 3.

38 E. Curti, R. von Bremen, « Notes on the Lex Sacra from Selinus », Ostraka 8 (1999), p. 24.

39 Cf. Malkin, o.c. (n. 2.), p. 135-137.

40 Il s’agit là de terres appartenant aux patrai ou patriai (πατριωτιϰά) et non aux phratries, comme le propose la traduction d’A. Wartelle (CUF). À cet égard, les propos de D. Roussel, o.c. (n. 12), p. 127, restent toujours valables : « Dans le doute, il vaut mieux s’abstenir de traduire d’une façon ou d’une autre ces termes d’institutions et se contenter de les transcrire. » Cf. aussi B.A. Van Groningen, Aristote. Le Second livre de l’Economique, Leyde, 1933, p. 55-56.

41 Pausanias, I, 43, 5, témoigne du culte de Dionysos Patrôos à Mégare ; une divinité qui apparaît dans une liste du ive s. av. J.-C. émanant de Callatis : A. Avram, Inscriptions grecques et latines de Scythie Mineure, vol. III : Callatis et son territoire, Bucarest, 1999, 48 A, l. 1. On rappelle que l’héritage mégarien fut transmis à Callatis par le biais de sa métropole Héraclée du Pont, dont la fondation fut l’œuvre des Mégariens et des Béotiens (Ps.-Scymnos, fr 31 [éd. D. Marcotte, 2000]).

42 S.J. Saprykin, VDI (1980), 2, p. 173-174 ; cf. SEG 30, 965, 613. Pour les cultes liés à des groupes gentilices (tels patrai/patriai), voir surtout A. Bresson, « De Marseille à Milet : lettres lunaires et associations cultuelles », REA 99 (1997), p. 495-501 ; Brulé, l.c. (n. 14), p. 313-317 ; Parker, l.c. (n. 18), avec une nouvelle liste commentée d’attestations des théoipatrôioi, rassemblées jadis par W. Aly, « Patroioi theoi », RE XVIII, 4 (1949), col. 2254-2262.

43 IG XII Suppl. 208 ; f. Jameson el al., Lex sacra, p. 117 ; et surtout Brulé, l.c. (n. 14), p. 316.

44 Robu, o.c. (n. 1). Cf. E. Scheid-Tissinier, « Laos et dèmos, le peuple de l’épopée », AC 71 (2002), p. 3-9, pour l’emploi chez Homère du mot oikos avec le sens de famille plus ou moins restreinte.

45 D. Asheri, « La colonizzazione greca », in E. Gabba, G. Vallet (éds.), La Sicilia antica I, 1, Naples, 1980, p. 100 ; G. Vallet, « L’apporto dell’urbanistica. Le fait urbain en Grèce et en Sicile à l’époque archaïque », Kokalos 30-31 (1984-85), p. 133-155, surtout p. 141-142, 145 (= G. Vallet, Le monde grec colonial d’Italie du Sud et de Sicile, Paris-Rome, 1996, p. 497-516, surtout p. 504-505, 508).

46 G. Vallet, F. Villard, P. Auberson, « Expérience coloniale en Occident et urbanisme grec. Les fouilles de Mégara Hyblaea », Annales (HSS) 25 (1970), p. 1112 (= Vallet, o.c. [n. 45], p. 450).

47 M. Gras, H. Treziny, in Mégara 5, p. 533, 564-566. Cf. A. di Vita Gafa, « L’urbanistica », in G. Pugliese Carratelli (éd.), SIKANIE. Storia e civiltà della Sicilia antica, Milano, 1985, p. 368, qui pense que «i diversi orientamenti dei lotti possano riflettere l’attribuzione ad appartenenti a una stessa fratria, o a uno stesso ghenos ».

48 Mégara 5, p. 512-519, 541-543.

49 A. Henning, in D. Mertens et al., « Die Agora von Selinunt. Neue Grabungsergebnisse zur Fruhzeit der griechischen Kolonialstadt », MDAI(R) 110 (2003), p. 413-418.

50 M. Gras, H. Tréziny, «Mégara Hyblaea. Retours sur l’agora», in Architettura, urbanistica, società nel mondo antico. Giornata di studi in ricordo di Roland Martin, Paestum, 2001 (Tekmeria, 2), p. 5163, surtout p. 57 ; Tréziny, l.c. (n. 3), p. 60.

51 On notera aussi que le lieu de culte de l’agora ne sera pas affecté par les constructions ultérieures. À propos de ces découvertes, N. Hoesch, in Mertens et al., l.c. (n. 49), p. 437, note que « Die enge Einbindung in ein eher inoffiziell wirkendes Wohnumfeld, die relativ bescheide-nen und nahezu auf Keramik beschrànkten Weihungen sowie die geringe Ausdehnung des Platzes kônnte andererseits aber auch an Aktivitàten einer privaten oder familiàren Kultgemein-schaft aus den Anfàngen der Besiedlung denken lassen ». Malheureusement, en l’absence de découvertes épigraphiques (et même de terres cuites), l’identité des héros (ou des divinités ?) célébrés vers 600 en bordure de l’agora de Sélinonte reste inconnue. Dernièrement, D. Mertens, Stàdte und Bauten der Westgriechen. Vor der Kolonisationszeit bis zur Krise um 400 vor Christus, Munchen, 2006, a publié une tombe, sans inventaire funéraire, qu’il interprète comme un herôon, voire peut-être le monument du fondateur (ou des fondateurs) de la cité. Il n’est pas sans intérêt de préciser ici que cette découverte trouve un parallèle remarquable à Mégare de Grèce où, selon Pausanias (I, 42-43), plusieurs tombes héroïques se trouvaient à l’intérieur de la ville.

52 F. de Angelis, « Trade and Agriculture at Megara Hyblaea », OJA 21 (2002), p. 299-310 ; id., Megara Hyblaia and Selinous. The Development of Two Greek City-States in Archaic Sicily, Oxford, 2003, p. 51. Contra A. Robu, « Chronique mégarienne. À propos d’un livre récent portant sur les cités mégariennes de Sicile », AC 75 (2006), p. 209-210 ; M. Gras, H. Tréziny, in Mégara 5, p. 526.

53 M. Cébeillac-Gervasoni, « Les nécropoles de Mégara Hyblaea », Kokalos 21 (1975), p. 32-33 ; M. Gras, « Nécropole et histoire : quelques réflexions à propos de Mégara Hyblaea », Kokalos 21 (1975), p. 50-51. Le prochain volume Mégara 6, portant sur les nécropoles de Mégara, apportera sans nul doute plus d’informations dans ce domaine.

54 Plutarque, QG, 59 (= Mor., 304e-f) ; cf. L. Piccirilli, Gli arbitrati interstataligreci I, Pisa, 1973, n° 6, p. 25-27 ; F. Lefèvre, L’Amphictioniepyléo-delphique : histoire et institutions, Athènes/Paris, 1998, p. 242 ; P. Sánchez, L’Amphictionie des Pyles et de Delphes : recherches sur son rôle historique, des origines au iie siècle de notre ère, Stuttgart, 2001 (Historia Einzelschriften, 148), p. 81-82 ; S. Forsdyke, « Revelry and Riot in Archaic Megara : Democratic Disorder or Ritual Reversal? », JHS 125 (2005), p. 83-84. Sur la « démocratie mégarienne » du vie s. av. J.-C., voir T.J. Figueira, « Chronological Table. Archaic Megara », in T.J. Figueira, G. Nagy (éds.), Theognis of Megara. Poetry and the Polis, Baltimore/London, 1985, p. 296-302 ; Legon, o.c. (n. 32), p. 104-135 ; S.I. Oost, « The Megara of Theagenes and Theognis », CPh 68 (1973), p. 195, n. 33.

55 Cf. Figueira, l.c. (n. 54), p. 285-286 ; A. Robu, « L’affaire de Salamine », Dacia N.S. 48-49 (2004-05), p. 161-172.

56 Souda, s.v. Ἡραϰλείδης, Εφρονος, φιλόσοφος, Ἡραϰλείας τς Πόντου, τ δ γένος νωθεν π Δάμιδος, νς τν γησαμένων τς ες Ἡράϰλειαν ϰ Θηβν ποιϰίας (« Hérakleidès, fils d’Euphrôn, du génos de Damis, un des chefs de la colonisation d’Héraclée originaire de Thèbes ») (éd. Adler I [1967], p. 581). On constate que le nom de Damis est présent en Béotie : P.M. Fraser, E. Matthews, with the assistance of R.W.V. Calling, A Lexicon of Greek Personal Names, vol. III.B, Oxford, 2000, s.v. Δμις 1 (Tanagra), 2 (Thespies).

57 Pour l’attestation des divinités appartenant à l’ancien panthéon mégarien dans les colonies mégariennes et héracléotes, voir Hanell, o.c. (n. 1), p. 161-188 ; L.D. Loukopoulou, Contribution à l’histoire de la Thracepropontique durant lapériode archaïque, Athènes, 1989 (Meletèmata, 9), p. 103-109 ; C. Antonetti, « Le culte d’Apollon entre Mégare et ses colonies du Pont », in O. Lordki-panidzé, P. Lévêque (éds.), Religions du Pont-Euxin, Actes du VIIIe Symposium de Vani (Colchide)-1997, Besançon/Paris, 1999, p. 17-24 ; Avram, o.c. (n. 41), p. 91-95.

Notes de fin

1 Je remercie les organisateurs du colloque de Rennes, et notamment Pierre Brule, de m’avoir donne l’occasion de présenter mes opinions lors de cette rencontre consacrée a la norme en matière religieuse en Grèce antique. Mes remerciements vont aussi a Denis Knoepfler, Nathan Badoud et Delphine Ackermann pour la lecture du manuscrit de cette étude. Liste d’abréviations : IGASM I2 : R. Arena, Iscrizioni greche arcaiche di Sicilia e Magna Grecia. Iscrizioni di Sicilia, I. Iscrizioni di Megara Iblea e Selinunte, Pisa, 19962 [1989] ; IGDS : L. Dubois, Inscriptions grecques dialectales de Sicile. Contribution à l'étude du vocabulaire colonial, Rome, 1989 ; IGLMP : M.T. Manni Piraino, Iscrizioni greche lapidarie del museo di Palermo, Palermo, 1973 (Sikelika, 6) ; Jameson et al., Lex sacra : M.H. Jameson, D.R. Jordan, R.D. Kotansky, A lex sacra from Selinous, Durham, 1993 (GRB Monographs, 11) ; Megara 5 : M. Gras, H. Treziny, H. Broise, Megara Hyblaea. 5, La ville archaïque : l’espace urbain d’une cite grecque de Sicile orientale, Rome, 2005.

Auteur

123, rue des Fahys
CH - 2000 Neuchâtel
Courriel : adrianrobu@yahoo.com

© Presses universitaires de Liège, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search