Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À l’ombre du Pouvoir

 | 
Jean-Louis Kupper
, 
Alain Marchandisse

Conclusions

Jean-Louis Kupper

Texte intégral

« Derrière Alexandre le Grand, il y a toujours Aristote. »
Charles de Gaulle, cité par Alain Peyrefitte, Le Mal français, Paris, 1976, p. 159.

1Je pense que l’on peut articuler l’apport global de ces trois journées sur deux axes ou, plus exactement, sur deux aspects fondamentaux des entourages politiques du Moyen Âge.

21) Les éléments « permanents » : ceux que l’on retrouve pratiquement partout, à différentes époques.

32) Les éléments « évolutifs » que les nombreux exposés, replacés dans une perspective chronologique, laissent entrevoir.

4Qu’en est-il des éléments « permanents » ou, à tout le moins, de ceux que l’on pourrait considérer comme tel ?

  • Les entourages évoquent une série de cercles concentriques : entourage étroit (personnes que le prince voit quotidiennement), entourages plus larges (qui s’écartent de la personne du prince et qui concernent des personnes que le maître voit de loin en loin, selon des séquences variables, de plus en plus éloignées dans le temps).
  • Les entourages ressemblent aussi à des cercles qui, partiellement, se superposent : ce sont des entourages à fonctions diverses, des entourages qui répondent à des besoins différents : ainsi, dans l’entourage proche du souverain, on pourra rencontrer : l’épouse (Adélaïde de Savoie ou Isabelle de Portugal), les fils, les « neveux » des cardinaux ou des évêques, un vassal ou un prélat, mais aussi un bouffon, un clerc obscur (le confesseur), un ami d’enfance, un compagnon d’armes, un juriste, une maîtresse, un médecin, qui a pour mission de guérir les « crises de goutte » ou toute autre maladie, diplomatique ou non, ou encore un vétérinaire juif, l’un ou l’autre bourgeois, un Anglais ou un Français (au service du roi des Romains), ou que sais-je encore...
  • Notre attention fut également attirée par les entourages ambulants : ceux qui suivent le prince dans ses « changements d’affectation » (ainsi en est-il de Jean de Bavière).
  • Les entourages sont indispensables : aucun prince n’est en mesure de s’en passer. À tel point que si l’on peut imaginer un entourage sans prince (comme dans le Luxembourg après la catastrophe militaire de Worringen en 1288 ou à Cambrai en raison de l’absentéisme de l’évêque Pierre d’Ailly [1397-1411]) il est, en revanche, très difficile d’imaginer un prince sans entourage.
  • L’entourage n’a pas seulement pour mission d’assister le prince dans ses activités de gouvernement : il doit aussi l’aider à tenir son rang, à illustrer sa position princière : à paraître. D’où la présence, dans l’entourage du maître, de livrées colorées, d’armoiries parlantes, de hérauts d’armes, de joyaux rutilants, de jongleurs — et même de « jongleresses » anglaises — d’animaux extraordinaires (lions, éléphants, autruches, chameaux) ; d’où l’organisation de fêtes pittoresques : banquets, tournois, « joyeuses » ou « tapageuses » entrées, « joyeuses bousculades », corridas, enterrements spectaculaires, riches en émotion populaire ; présence aussi de poètes, de chroniqueurs, d’écrivains qui chantent la gloire du prince, justifient son action, argumentent sa démarche politique.
  • L’entourage et sa composition sont aussi le reflet, plus ou moins déformé, de la situation politique, économique, sociale et religieuse ; ils évoquent les représentations mentales du moment : on fait appel à des gallo-romains ou à des barbares, à des ariens ou à des catholiques, à des nobles ou à des bourgeois, à des clercs ou à des laïcs, à des « humanistes », disciples de Pétrarque, à des hommes de droit coutumier ou à des légistes, à des amateurs plus ou moins éclairés ou à des techniciens (nos futurs technocrates), à des chevaliers de la Toison d’or ou du Lévrier blanc, à des individus des « pays de par-deçà » ou des « pays de par-delà », au recrutement régional ou international, à des hommes du passé ou à des hommes neufs... Peu importe finalement, mais tous sont « hommes du prince » dont les origines et la personnalité s’impriment sur l’entourage : « Dis moi quel est ton entourage, je te dirai qui tu es... »
  • L’étude d’un entourage est également parsemée de pièges liés à la lacune de la documentation, à l’écrit ou au non-écrit, aux chausse-trappes que comporte toujours le vocabulaire : qu’est-ce qu’un conseiller, un chancelier, quel est le sens du mot familia (selon les temps et selon les lieux), qu’est-ce qu’un « familier », un ministerialis, un capellanus, qu’est-ce qu’un noble (de vieille ou de nouvelle souche), un secrétaire...
  • Autre problème, considérable, que l’on perçoit, directement ou indirectement, tout au long du parcours : l’aspect militaire. La société médiévale est une « société de la guerre et de l’agression » ; le « conseil » du prince — dont le nom seul évoque les institutions féodales, donc militaires : l'auxilium et le consilium — est un « état-major » peuplé de « capitaines » qui ont pour attributions de dénicher où il se trouve l’argent dont les princes ont éternellement besoin et d’organiser la guerre. En paraphrasant un mot célèbre, on pourrait presque dire que l’« entourage princier, ça sert avant tout à faire la guerre ».
  • C’est une des raisons pour lesquelles un entourage peut être un groupe fort exposé, fragile et, par conséquent, susceptible de brusques changements : nous avons été impressionnés, au cours de ces journées, par les conséquences inattendues et considérables d’un événement ponctuel comme la bataille d’Azincourt (1415).
  • L’entourage est également un lieu de « haute tension » : conflit des générations, révolte du fils contre le père, intrigues, luttes d’influence, rivalités féroces, perturbations et bourrasques diverses...

5Qu’en est-il, à présent, des événements « évolutifs » ?

6Les évolutions que nous constatons dans les entourages des princes sont liées aux multiples facteurs qui affectèrent la société et la civilisation depuis le ve jusqu'au xve siècle. Notamment :

  • le développement des villes et du commerce, à partir du xe siècle ;
  • la réception du droit romain, dès la fin du xie siècle ;
  • le renforcement de la monarchie féodale française, à partir du xiie siècle ;
  • le conflit entre les Capétiens et les Plantagenêts, du xiie au xve siècle ;
  • le déclin de l’Empire germanique, dès l’aube du xiiie siècle ;
  • le développement de l’écrit (xiie siècle) et, plus particulièrement, du gouvernement par l’écrit : le caractère de plus en plus « massif » des sources autorise désormais une approche statistique et informatisée ;
  • l’essor des structures administratives, beaucoup plus lourdes, mais aussi plus spécialisées.

7Quelles furent les conséquences de ces multiples et profondes transformations ?

  • Des entourages plus complexes, mieux adaptés à des tâches nombreuses et diversifiées : le « conseil » primitif du prince éclate, se subdivise en instances judiciaires, financières ou administratives.
  • On voit grandir l’influence des techniciens, qui sont en mesure de maîtriser des matières de plus en plus sophistiquées : légistes, hommes de finance et d’argent, bourgeois, capitaines : un prince, comme Charles VH, est incontestablement « bien servi ».
  • On voit donc grandir l’influence d’hommes de rien, de roturiers qui dament le pion aux antiques familles nobiliaires, car ils sont compétents, dévoués et... amovible. Deux cas de figure peuvent alors se présenter, l’un n’excluant pas l’autre :
  • la réaction nobiliaire : l’étude du conseil de Philippe le Beau est caractéristique à cet égard ; les clans et les réseaux aristocratiques sont toujours aux aguets !
  • la promotion nobiliaire : le roturier, bon serviteur de l’État, deviendra noble ; la fonction aulique, tout comme le métier des armes, ennoblit ; par surcroît la perspective d’anoblissement stimule le zèle, vous pousse à vous surpasser : c’est la « carotte ».

8Le Moyen Âge est l’enfance de l’Europe. Mais c’est aussi l’enfance des institutions politiques et administratives « modernes ». Les aulici, consiliarii et referendarii burgondes ou francs annoncent le consilium féodal qui donnera naissance aux conseils spécialisés, aux « chambres » et « conseils collatéraux » des xve et xvie siècles, au sein desquels vont s’imposer les « clercs du secret » : les « secrétaires d’État » et les « ministres » de l’Époque Moderne, qui précèdent immédiatement ceux de l’Époque Contemporaine.

9De nos jours encore, le titre de « garde des sceaux », en France, ou de « chancelier » (Kanzler), en Allemagne, sont là pour nous rappeler que nous sommes les héritiers d’une très longue tradition politique et administrative.

10Enfin, brochant sur le tout, se développe progressivement une notion plus abstraite du pouvoir, alors même que l’administration devient de plus en plus impersonnelle, pour ne pas dire inhumaine.

11De la personne du roi, se dégage dès lors la notion de « couronne » qui préfigure celle de l’État moderne, « le plus froid des monstres froids ».

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.