Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À l’ombre du Pouvoir

 | 
Jean-Louis Kupper
, 
Alain Marchandisse

« Croit conseil » et ses « ministres ». L’entourage politique de Philippe le Beau (1494-1506)

Jean-Marie Cauchies

Texte intégral

  • 1 Olivier de la Marche, Mémoires, éd. H. Beaune et J. d’Arbaumont, t. 1, Paris, 1883, p. 163.
  • 2 Id., t. 3, p. 315-317.
  • 3 C.A.J. Armstrong, The Burgundian Netherlands (1477-1521), The New Cambridge Modem History, t. 1, T (...)

1Dans l’introduction de ses Mémoires, dédiées au jeune archiduc d’Autriche Philippe le Beau, le fidèle homme de cour bourguignon Olivier de La Marche s’adresse en ces termes au prince, rappelant le long conflit qui a opposé son père, Maximilien, à la ville de Garni : Et pour vous donner a entendre verité, j’escrips cest acte affin que vous prenez exemple de jamais [ne] donner auctorité sur vous a ceulx qui doivent vivre et regner soubz vostre main. Mais je conseille bien que vous leur devez demander conseil et ayde pour vos grans affaires conduire et soustenir1. Dissertant plus loin à propos des surnoms opportunément applicables aux dynastes de la maison de Bourgogne, il dénomme leur héritier et successeur dans les Pays-Bas « Philippe Croit conseil » et il justifie ainsi la formule : parvenu jeune au pouvoir, par la force des choses — l’accident tragique qui a coûté la vie à sa mère, Marie de Bourgogne, en 1482 —, demeuré pour son éducation politique entre les mains des Gantois avant d’en être dégagé par Maximilien, Philippe avait besoin de judicieux avis et d’influences bénéfiques2. Il ne faut pas y voir une critique, ou à tout le moins le constat d’une certaine absence de décision, voire de capacité de décision personnelle dans le chef du prince. Il s’agit plutôt là d’une double mise en garde : explicite, en ce qu’il convient d’effacer l’empreinte néfaste des Gantois rebelles (et avoit bien besoing d’estre bien conseillé) ; implicite, en ce que Philippe devra éviter les travers de son aïeul, Charles le Hardi — « le Travaillant », écrit La Marche —, réputé pour son entêtement excessif. L’historien britannique Armstrong a souligné à bon escient que le surnom, aux yeux des contemporains, ne devait pas dévaloriser Philippe : le percevoir négativement serait céder aujourd’hui encore à l’attrait d’un modèle contraire, auréolé plus tard seulement d’une haute renommée, le monarque « moderne » autoritaire, décidant seul3.

  • 4 Olivier de la Marche, op. cit., t. 3, p. 318. Sur tout ceci, cf. J. Huizinga, Uit de voorgeschieden (...)

2On remarquera que dans son préambule, La Marche utilisait un vocabulaire très féodal, s’il en est : en se gardant bien de leur abandonner l’autorité mais sans préjudice de ses pouvoirs légitimes, le jeune archiduc doit demander à ses sujets le conseil et l’aide pour ses « affaires ». À la fin de son œuvre, le chroniqueur et mémorialiste annonce d’ailleurs — projet interrompu par son propre décès — qu’il va relater les actions de Philippe le Beau et montrer comment, par croire conseil, il se ressourdit (releva) et porta le temps saigement4. Cette phrase ne fournit-elle pas une connotation positive du surnom ?

3Mais La Marche assortit tout de même son jugement d’un trait d’humour politique. Il cite le surnom choisi deux fois et il écrit la première fois « Croy conseil », clin d’œil au lecteur averti, allusion au patronyme du seigneur de Chièvres, Guillaume de Croÿ, l’un des « ministres » les plus influents de Philippe le Beau et plus tard, davantage encore, du jeune Charles Quint... À mots couverts, en des termes subtils, La Marche nous aide donc à poser la question centrale de notre contribution : qui « entoure » Philippe le Beau et quel est l’impact de cet entourage ?

  • 5 Jean Molinet, Chroniques (1474-1506), éd. G. Doutrepont et O. Jodogne, t. 2, Bruxelles, 1935, p. 53 (...)

4Une autre plume contemporaine illustre et dévouée à la cause de la dynastie, l’historiographe officiel ou indiciaire Jean Molinet, livre un commentaire circonstanciel mais non moins significatif. Lors du décès de cet important collaborateur des premiers Habsbourg, survenu le 31 mai 1504, il rappelle qu’Engelbert, comte de Nassau, avait été durant le premier voyage de Philippe le Beau en Espagne (1501-1503) lieutenant général dans les Pays-Bas et les avait gouvernés parmi le prudent conseil de monseigneur l’archiduc, dont il avoit l’assistence et advis : le mot « conseil » désigne ici l’institution, l’organe formé de conseillers de l’archiduc, ainsi perçus comme des gens « prudents », sages5. Molinet tient donc à souligner, au détour de cette évocation, le rôle important que doit jouer un bon entourage dans l’administration des territoires.

  • 6 Pour une vue d’ensemble, nous renvoyons à nos travaux : J.-M. Cauchies, Die burgundischen Niederla (...)
  • 7 À propos de laquelle l’étude (avec recueil de textes) la plus utile demeure celle de W.P. Blockman (...)

5L’une des interrogations suscitées par le règne personnel de l’archiduc (1478-1506), de 1494 à sa mort, peut être libellée comme suit : quelle fut sa part effective dans les choix politiques, la succession des événements6 ? A-t-il été le simple jouet de conseillers, bénéficiant de sa confiance aveugle ou tirant profit de son impuissance ? A-t-il eu les mains liées, compte tenu de son bas âge autant que des objectifs et intérêts contradictoires dictés par son appartenance dynastique, les contingences dans les Pays-Bas, l’héritage du trône de Castille... ? En outre, ne fut-il pas politiquement « traumatisé » par une jeunesse agitée7 ?

  • 8 H. Pirenne, Histoire de Belgique, t. 3, De la mort de Charles le Téméraire à l’arrivée du duc d’Al (...)
  • 9 Souvent appelé aussi Quirini, voire Quirino ; nous adoptons ici la graphie retenue dans l'indice b (...)
  • 10 Relazioni degli ambasciatori Veneti al Senato, éd. E. Albèri, t. 1 (Serie Ia. Volume I°), Florence (...)

6La communis opinio doctorum sur le sujet est fournie, encore et toujours, par Henri Pirenne : éduqué par des « seigneurs belges », façonné par eux dans l’optique exclusive des Pays-Bas bourguignons (« on lui avait fermé les yeux sur tous les intérêts indifférents à ses domaines néerlandais »), Philippe « s’abandonne » à la volonté des conseillers, au « gouvernement de la noblesse », et mérite donc le surnom de « croit conseil ». Voilà qui est promptement instruit et sévèrement jugé ! Et qui sont les responsables de cet état de choses ? Des chevaliers de la Toison d’or, Croÿ, Berghes, Lalaing, 1’« entourage habituel » de Philippe, « dominé par ses conseillers belges8 ». Sans être foncièrement inexacte, cette appréciation paraîtra restrictive et formulée à l’emporte-pièce... On ne peut certes passer sous silence le témoignage de l’ambassadeur vénitien Vincenzo Querini9, en poste auprès du jeune roi de Castille en 1505/06, décrivant ce dernier comme poco risoluto à exécuter les décisions prises et s’en remettant volontiers à des conseillers auxquels il accorde en toutes choses sa confiance, gran fede, et qu’il est prompt à suivre dans ce dont ils le convainquent, à credere quello che gli era persuaso da chi egli amava10. Mais est-ce faiblesse chronique ou prudence de bon aloi ? Le diplomate, nous semble-t-il, en laisse juge... En tout état de cause, se dégagera ici un premier thème de réflexion : de quelle autonomie dans la décision l’archiduc a-t-il disposé ?

  • 11 R. Van Uytven, Vorst, adel en steden : een driehoeksverhouding in Brabant van de twaalfde tot de z (...)
  • 12 L’expression est du même historien (cycle de conférences « Noblesse et villes dans les Pays-Bas au (...)

7Sans doute tout n’est-il pas à dédaigner dans la vision que propose l’auteur de la célèbre Histoire de Belgique. L’hypothèse d’un gouvernement aristocratique mérite une considération certaine en raison de la place et de la visibilité des nobles autour de leur prince. Mais ne pourrait-il s’agir là d’« arbres cachant une forêt » ? Nonobstant le nombre et le prestige inné des grands seigneurs présents, les négociations décisives ne seraient-elles pas menées par d’autres, loin de tout apparat ? Un regain d’impact de la présence nobiliaire autour des gouvernants des Pays-Bas nous semble incontestable en cette « extrême fin de moyen âge », pour parler en termes de périodisation classique. Raymond Van Uytven, qui a particulièrement étudié les rapports de forces en Brabant11, une principauté représentative s’il en est, a pu souligner le contraste entre un xive siècle où les nobles se sont trouvés « à la remorque12 » des villes influentes et un xve siècle — nous ajouterons : tardif surtout — où les positions se sont rééquilibrées, voire inversées : il y a tout lieu en effet pour le souverain de s’appuyer alors de façon croissante sur l’élément nobiliaire face au poids urbain, de se concilier et de remettre plus que jamais politiquement en selle la noblesse des Pays-Bas. Celle-ci va connaître une promotion nouvelle en affermissant sa présence dans les conseils princiers. Voici donc que se profile une seconde question : quelles parts dans la décision sont-elles réservées aux nobles et aux autres ? et puis, de quels types de nobles, de « seigneurs » de quels rangs s’agit-il ?

  • 13 Ch. Laurent, Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e sér., 1506-1700, t. 1, Bruxelles, 1893, p. 7 (...)
  • 14 Cf. A.J.M. Kerckhoffs-De Heij, De Grote Raad en zijn functionarissen (1477-1531), Amsterdam, 1980, (...)
  • 15 Recueil des ordonnances, p. 77-78.

8Parmi les sources contribuant à la connaissance de l’entourage des princes, les textes normatifs ne brillent ni par le nombre ni par la limpidité. Ils ont trait à la structure, aux compétences, à la composition du ou des conseil(s). Leur portée demeure parfois ambiguë, à la manière de l’ordonnance d’établissement du Grand Conseil de justice à Malines (22 janvier 1504, n. st.)13, « fixant » dans une ville, où elle siège déjà de facto la plupart du temps depuis plus de deux ans14, cette cour, par ailleurs héritière d’une longue tradition et d’un organe judiciaire qui a traversé plusieurs mutations sans y perdre son âme. Il faut donc déterminer si, à l’instar d’autres, pareil acte crée vraiment ou ratifie seulement quelque chose. En l’occurrence, il s’agit d’un texte organique, qui ne fournit pas de noms, et c’est dans d’autres lettres patentes archiducales de même date qu’on va trouver la liste des président, conseillers et autres membres désignés, en l’espèce tous juristes, vu la nature de l’institution15.

  • 16 A. Walther, Die Burgundischen Zentralbehörden unter Maximilian I. und Karl V., Leipzig, 1909, p. 1 (...)
  • 17 Le texte le dénomme d’ailleurs bien, à deux reprises, conseil de nosdictes finances.
  • 18 Lille, Archives départementales du Nord, B 868/16501 (original).
  • 19 Walther, op. cit., p. 61 et n. 2 (qui exploite une mention comptable relative au paiement de la pen (...)
  • 20 Cf Baron [F.A.F.] de Reiffenberg, État de l’hôtel de Philippe-le-Bel, duc de Bourgogne, en l’an 14 (...)

9Des ordonnances financières livrent bien quelques noms. Ainsi celle de Maximilien (et Philippe) du 26 décembre 148716 établit-elle une commission, germe du futur Conseil des finances17, formée de six nobles ou « seigneurs » qu’elle énumère, de deux commis(saires) et d’un greffier non dénommés, tandis que celle de Philippe du 1er mai 1497 se montre explicite sur l’identité du chef et des quatre trésoriers des finances alors « institués18 »... mais on sait par ailleurs qu’il existait déjà précédemment de telles fonctions de chef (1493 sans doute) et de trésoriers (1490). Est à épingler aussi l’une ou l’autre commission, comme celle du 3 décembre 1499 pour un trésorier général unique, remplaçant les quatre titulaires précédemment en fonctions19. Pour leur part, les (rares) ordonnances de l’hôtel disponibles offrent surtout quelque intérêt pour la connaissance du personnel subalterne et domestique, davantage que pour celle des cadres dirigeants20.

  • 21 J.-M. Cauchies, Indices de gestion, formules de décision. Les mentions de service dans les actes p (...)

10D’une tout autre veine sont les mentions hors teneur dites de service, ou de commandement (jussio). Précédant la signature habituelle du secrétaire archiducal, la mention de service est censée notifier l’identité de ceux qui ont commandé l’acte21. D’usage courant dans les Pays-Bas dès le xive siècle, elles se présentent ici sous trois grandes formes distinctes. Les mots Par monseigneur l’archiduc, à partir de novembre 1504 (décès de la reine Isabelle de Castille) Par le roy, peuvent constituer à eux seuls la formule : on présumera ici qu’il s’agit d’une décision toute personnelle, ou que l’on souhaite en tout cas faire apparaître comme telle. Viennent parfois à la suite les mots en son conseil, indice de participation à la décision, ou bien encore a la relation du conseil, suggérant que le prince serait demeuré personnellement, « physiquement », à l’écart de cette décision, laissant à des proches le soin de statuer, de trancher. Mais les choses présentent un intérêt réel pour notre recherche lorsque, dans les deuxième et troisième types de mentions, des noms de collaborateurs impliqués dans la décision sont consignés : X, Y, Z... presens, ou encore ouquel X, Y, Z... estoient.

  • 22 N. 13 et 15 supra. Les conseillers intervenus figurent tous dans l’annexe, dans l’ordre cité, sous (...)
  • 23 Toujours désigné par « vous », la mention de service lui étant adressée en vue du contrôle de la c (...)
  • 24 Cauchies, Indices de gestion, p. 21-22.
  • 25 Certains cumulent deux de ces qualités, tels les Plaine, membres d’une famille de légistes d’origi (...)

11Voyons par exemple les deux ordonnances citées du 22 janvier 1504 (n. st.) pour le Grand Conseil de Malines22. Ont été directement associés à la décision, parmi d’autres non identifiés, le chancelier23 (Thomas de Plaine), puis le premier chambellan comte de Nassau (Engelbert II), le prince de Chimay (Charles de Croÿ), les seigneurs de Ville (Jean de Luxembourg), du Fay (Claude de Neufchâtel) et de Sempy (Michel de Croÿ), cinq nobles de haut rang, tous, notons-le, chevaliers de la Toison d’or, enfin le seigneur de Veyré (Philibert), de rang plus modeste mais homme clé de l’entourage de l’archiduc, bientôt lui aussi chevalier du même ordre, et un « technicien », véritable « ministre des finances », le trésorier général des finances Jérôme Lauwerin. Reportons-nous à présent vingt-six mois plus tôt, lorsque Philippe le Beau ratifie un important accord fiscal avec le clergé du comté de Hainaut (novembre 1501)24. Ici, un groupe de quatorze personnes soigneusement ordonné dans l’énumération (outre plusieurs autres non identifiés) comporte, aux côtés du chancelier, du trésorier général des finances et du maître des requêtes Gérard de Plaine (fils de Thomas), une brochette — disons mieux : un gratin... —-de sept dignitaires laïques et quatre ecclésiastiques : le marquis de Bade (Christophe Ier, prince du sang puisque cousin de Maximilien), le comte de Nassau, les seigneurs de Berghes (Jean EU, alors premier chambellan), du Fay, de Zevenbergen (Corneille de Berghes, frère de Jean), de Beersel (Henri III de Witthem, second chambellan), tous déjà chevaliers de la Toison d’or, et Veyré, avec l’archevêque de Besançon (François de Busleyden), les prévôts (de Saint-Pierre) de Louvain (Nicolas de Ruter), (de Saint-Rombaut) de Malines (Conrard de Sarto) et (de la cathédrale) d’Utrecht (Philibert Naturel), rien que « du beau monde », que nous retrouverons intégralement dans le tableau des « ministres » dressé plus loin. Il faut convenir que la participation attestée à des décisions politiques ou administratives de caractère majeur ne doit rien au hasard d’une présence hic et nunc. Tous les nobles, ecclésiastiques et légistes cités ici25 exercent dans l’entourage princier des fonctions politiques, diplomatiques, militaires, administratives de haut vol.

  • 26 J.-M. Cauchies, Voyage d’Espagne et domaine princier : les opérations financières de Philippe le B (...)

12Une autre approche de mentions de service, répertoriées en série cette fois, a permis d’établir qu’un ensemble de près de cent actes d’objets similaires, en l’occurrence des ventes, engagères et assignations en garanties de parties du domaine (mai 1505-mars 1506) en vue de financer le second voyage du jeune roi de Castille dans la péninsule ibérique, ne fournit au total que sept noms distincts de conseillers. Même en tenant compte du fait que les mots et autres, systématiquement présents en fin de mention, peuvent masquer l’implication d’un nombre sensiblement plus élevé d’individus, force est de constater qu’un « haut personnel » relativement permanent est requis aux décisions26. Sans surprise, on y voit le chancelier, le premier (ou grand) chambellan Ville, les seigneurs de Fiennes (Jacques de Luxembourg, gouverneur de Flandre et d’Artois, chevalier de la Toison d’or) et de Chièvres (Guillaume de Croÿ, chef des finances, bientôt lieutenant général dans les Pays-Bas, chevalier de la Toison d’or), le seigneur de La Chaulx (Charles de Poupet, d’une noblesse sensiblement plus modeste mais influent homme de coulisses, comme Veyré), le prévôt d’Utrecht Naturel (alors promu chancelier de l’ordre de la Toison d’or) et le trésorier général.

  • 27 Comme en atteste souvent le texte même de l’acte, faisant état de consultations.
  • 28 O. Morel, La Grande Chancellerie royale et l'expédition des lettres royaux de l’avènement de Phili (...)

13Certes l’utilisation des mentions de service soulève-t-elle nombre de problèmes de nature critique : les décisions marquées d’un simple Par monseigneur l’archiduc ont-elles vraiment été prises en solitaire ?... c’est moins que probable27 ; cherche-t-on à leur conférer un peu plus d’allure ou à « coller » avant tout à la réalité des faits ? selon les cas, n’a-t-on pas été tenté, à la cour, au conseil ou à la chancellerie, de ne prendre en considération que des « grands noms » de seigneurs ou des titulaires de hautes charges (chancelier, chef de conseil), sans toujours faire état de « techniciens » moins prestigieux mais non moins agissants ? pourquoi tantôt se référer au « conseil » sans citer nommément personne, tantôt épingler des noms ? lorsqu’on désigne tels ou tels, veut-on établir une césure (implicite) entre conseillers effectifs et « de parade » ? À défaut de fournir des photographies d’une fidélité totale, ces petites « lettre(s) écrite(s) par le notaire (secrétaire) au chancelier pour établir la régularité de la rédaction », comme les qualifia un diplomatiste français28, trop peu exploitées, sont riches de données sur les travaux et les jours d’un entourage princier.

  • 29 M. Bruchet, Archives départementales du Nord. Répertoire numérique. Série B (Chambre des comptes d (...)
  • 30 Deux exemples récents : J.-M. Cauchies, Baudouin de Bourgogne (v. 1446-1508), bâtard, militaire et (...)

14Les comptes de la recette générale des finances pour les Pays-Bas bourguignons29 procurent un luxe de détails dans leurs articles de recettes ou de dépenses ; on y trouve parfois soigneusement reproduit le dispositif exact d’un mandement, l’objet détaillé d’une quittance. Des séries de pièces justificatives viennent encore compléter cette documentation comptable d’un intérêt et d’une richesse exceptionnels. Dans les comptes, les chapitres les plus féconds pour notre propos sont dévolus aux gages et pensions extraordinaires d’une part — les gages et pensions ordinaires sont en général à rechercher dans d’autres séries comptables —, aux « ambassades et gros voyages » d’autre part. Ces données souvent inédites peuvent contribuer de manière décisive à retracer des missions, voire des carrières entières30.

  • 31 Cf. J. Van Rompaey, De Grote Raad van de hertogen van Boergondië en het Parlement van Mechelen, Br (...)
  • 32 Bruxelles, Archives générales du Royaume, Papiers d’État et de l’Audience, 22, f° 154 v° (document (...)
  • 33 Il doit s’agir en l’occurrence du conseil dit « privé » : cf. infra. Cet organe restreint accompag (...)
  • 34 Petitjean, op. cit., p. 82 s., livre au lecteur de précieuses remarques critiques et méthodologique (...)

15Chaque année, plusieurs dizaines d’individus mentionnés y sont pourvus du titre de conseiller, avec une précision éventuelle du genre « et chambellan », et maistre des requestes de l'hostel, « en [tel] conseil »... Tous ne sont évidemment pas à placer sur un pied d’égalité ni à prendre en considération comme membres de « l’entourage », l’octroi du titre pouvant constituer d’ailleurs une simple faveur, un honneur recherché concédé par le gouvernant, et ne donner lieu qu’à des consultations du prince et des interventions politiques très occasionnelles31. Un document (estat) relatif à la gestion et au personnel de la chambre de l’archiduc (1er février 1503, n. st.) nous livre ici une clef ; il consigne le fait que Charles de Poupet, déjà cité, conseiller-chambellan, par ailleurs premier sommelier de corps, aura entree en conseil, comme il est acoustumé aux mesmes gages32. Une distinction s’établit donc entre la qualité de « conseiller » reconnue à Poupet, assez répandue, et la prérogative, plus rare et non rémunérée comme telle par un supplément de gages, de participer au « conseil33 », ce qui signifie bien que tout conseiller n’est pas ipso facto membre actif d’un tel « conseil »... À condition d’être exploitée avec prudence et discernement quant à la portée des qualifications qu’elle révèle, la comptabilité peut fournir d’irremplaçables éclairages sur l’identité, les fonctions, les spécialisations éventuelles dans leurs tâches d’une foule de personnes, aux noms le plus souvent précédés de « messire » ou « maître34 ».

  • 35 Walther, op. cit.
  • 36 M. Baelde, De Collaterale Raden onder Karel V en Filips II (1531-1578). Bijdrage tot de geschieden (...)

16Établir un organigramme des institutions « centrales », c’est-à-dire proches de la personne du prince : la démarche a déjà été tentée, pour la période qui nous occupe, par Andreas Walther35 et, à sa suite, Michel Baelde36. On résumera ici les résultats de leurs travaux, nuancés et complétés au moyen de quelques autres données.

17L’« héritage » des ducs de Bourgogne, de 1477 plus précisément, est fait d’un conseil, « grand conseil » (hofraad, Hofrat) suivant le prince, au sein duquel s’affirment des compétences et se profilent des « commissions » ou « sections » spécifiques.

  1. Jetons d’abord un regard sur le conseil de justice, véritable héritier de l’éphémère Parlement de Malines de Charles le Hardi (1473-1477), dit lui-même aussi « grand conseil », comme avant 1473. Il tend toujours davantage à se sédentariser, à Malines, fixation géographique acquise, on l’a vu, de facto depuis la fin de l’année 1501, sanctionnée de jure par l’ordonnance du 22 janvier 1504. C’est avant tout, naturellement, un conseil formé de juristes, sans qu’il faille trop promptement en exclure qualitate qua des membres de la noblesse. Sa nature et ses fonctions propres sont indéniables. Lui reconnaître, par contre, l’autonomie la plus large, une indépendance pure et simple37, paraît excessif, avant 1504 du moins : il s’inscrit encore jusqu’alors, voire au-delà38, dans un ensemble que nous dénommerons, sans plus, « le » conseil. On ne peut rompre ici totalement le cordon ombilical et ignorer une collaboration voire une imbrication persistante entre des institutions de même souche, fussent-elles plus spécialisées que jamais.
  2. En demeurant donc attentif au processus de spécialisation bien en cours, il faut épingler ensuite, comme l’appelle déjà l’ordonnance du 26 décembre 1487, le conseil de nosdictes finances39. Ce conseil financier vivra en mutation constante, associant d’ordinaire un ou plusieurs noble(s) et technicien(s) de la matière. Les premiers sont dénommés simplement « seigneurs » en 148740, « su(per)intendant et chef » en 149441, « chef principal des finances » en 149742, « chef gouverneur » au début du xvie siècle43. Les seconds sont dits successivement « commis des finances » (1487), « trésoriers des finances », « trésoriers et commis sur le fait de nos domaines et finances44 », « commis et trésoriers ayant la charge et conduite des finances » (1497), « trésorier général des domaines et finances » (1499)45 ; selon les mêmes textes et le débroussaillage de la documentation effectué par Walther, ils sont deux dès 1477 et en 1487, trois en 1494, quatre en 1495 et 1497, un seul en 149946. L’importante ordonnance de 1487 indique une continuité, bien plus qu’elle ne « crée47 ». Une précieuse lettre inédite de Maximilien, en date du 30 septembre 149648, distingue clairement dans l’entourage de son fils un grant conseil et des finances et un conseil privé. Du premier, l’adresse de la missive énumère partiellement les membres et ne fournit ainsi pas moins de dix-sept noms. En tout premier lieu, le chancelier (Carondelet), puis, troisième homme cité, à la suite de Philippe de Clèves, prince du sang, le comte (Engelbert) de Nassau, qualifié de chief du conseil privé ; Philippe de Bourgogne-Beveren, chief et superintendent des finances, est le cinquième et les chevaliers et confreres de nostre ordre de la thoison d’or — dont quelques-uns sont identifiés49 — se voient globalement intégrés au conseil. Ferment la marche des légistes et techniciens, dont deux trésoriers des finances en exercice. Il ressort ainsi que des responsabilités financières continuent à être assumées par les conseillers désignés ad hoc au sein d’un plus vaste organe fédérateur, où la haute noblesse occupe généreusement le terrain.
  3. Distinctement d’une assemblée plus large, il est donc un conseil restreint ou privé (geheime raad)50. Organisé de manière très pragmatique et peu stricte sous Maximilien, il acquiert une réelle existence durant la majorité de Philippe le Beau. Il dispose d’un président propre, comme il en va du Grand Conseil (de justice) et des conseillers financiers (avec le chef des finances). On vient de lire dans la lettre impériale de 1496 que cette présidence fut confiée au fidèle Engelbert de Nassau, que l’ordonnance de 1494 (plutôt que 1493) place en effet à la tête (‘tregiment) d’un raed ou regenterie explicitement chargé des affaires non judiciaires ni financières (allen saken ende materien [...] behalven van den justicie ende van den financien), tenu de suivre le jeune archiduc partout aux Pays-Bas51. L’ordonnance du 22 janvier 1504, déjà citée, qui sépare nettement l’organe visé ici, dit nostre conseil estant lez nous, du Grand Conseil de justice sédentaire (arresté), y adjoint explicitement, pour « suivre » le prince et la cour plutôt que siéger à Malines, quatre conseillersmaîtres des requêtes52 : ceux-là ne sont toutefois pas les premiers ni les seuls juristes à participer ainsi aux activités d’un petit groupe aux tâches proprement politiques53. Dans cette dualité entre nobles et hommes de droit, on peut voir en germes la future partition de 1531 entre Conseil d’État et Conseil privé, le Conseil des finances, troisième des conseils collatéraux alors réorganisés — plutôt qu’« institués » — tirant pour sa part ses origines des commissions et charges déjà présentées54.
  • 55 Nous n’aborderons pas ici la question des conseils de régence établis lors des voyages espagnols d (...)
  • 56 Henri de Berghes (no 3) et Thomas de Plaine (no 27) : Vienne, Haus-, Hof-und Staatsarchiv, Maximil (...)
  • 57 NO 3. Il est dit dans l’ordonnance de 1494 hooft ende uperste van den raede : Chmel, op. cit., p.  (...)
  • 58 Cf. la relation du premier voyage de Philippe le Beau en Espagne (1501), dans Gachard, Collection,(...)

18Ainsi l’incontestable promotion de groupes d’hommes (encore subordonnés) ou de fonctions aux contours assez bien circonscrits ne doit-elle pas occulter la persistance d’un hofraad55, d’un « conseil dans son entier », où se côtoient nobles, en principe parés du titre de chambellans, et juristes officiant en qualité de maîtres des requêtes, sous la présidence en titre d’un chancelier qui n’est plus, comme au temps des ducs Valois, à considérer comme « le regardeur sur tout », selon l’expression du chroniqueur Chastelain, la figure prédominante de l’entourage. N’écartons toutefois pas trop vite l’impact et le prestige qui sont encore siens : un document officiel du 14 juillet 1495, signé de la main d’un secrétaire de l’institution, l’audiencier Numan, et relatif à l’organisation du grant conseil, stipule de l’évêque de Cambrai et du président (du Grand Conseil) de Plaine — le futur chancelier (décembre 1496) — qu’en l’absence de mondit seigneur le chancellier, ilz sont les chiefz de la justice56. Pour sa part, le président du hofraad ne peut être, conformément d’ailleurs à la tradition ducale bourguignonne — songeons aux prélats tournaisiens Chevrot ou autres Fillastre — qu’un homme de haut rang et de totale confiance : à Henri de Berghes, évêque de Cambrai, frère aîné du grand chambellan Jean et simultanément chancelier de l’ordre de la Toison d’or57, succédera (1502), très brièvement il est vrai en raison de son décès rapide, François de Busleyden, archevêque de Besançon, ci-devant précepteur de Philippe le Beau. Ledit président est flanqué de ceux qu’Olivier de La Marche qualifie par déférence de « grands maîtres », soit des « princes de son sang58 », des membres de hauts lignages, mais aussi quelques autres individualités à ne pas négliger, quoique de moins brillante extraction.

  • 59 Nos 4, 22 et 20.
  • 60 Nous relevons à l’appui de notre thèse une remarque du dernier biographe en date de Jean Carondele (...)

19On aurait tort de céder à l’obsession des prescriptions et des structures. Certes fallait-il s’attarder aux cadres voulus ou consentis par les princes — les maîtrisaient-ils toujours eux-mêmes ? — : mais bien plus que ces cadres importent les personnes, plus que les profils théoriques esquissés, les missions et les tâches effectivement confiées. Trois hommes de fort noble origine, Jean de Berghes ou de Glymes, seigneur de Walhain puis (1494) de Bergen op Zoom, Engelbert, comte de Nassau-Dillenburg, seigneur de Breda, et Jean de Luxembourg, seigneur de Ville59, ont été successivement premier conseillerchambellan de Philippe le Beau au temps de son gouvernement personnel, Berghes jusqu’à sa disgrâce en juillet 1502, Nassau jusqu’à son trépas le 21 mai 1504, Ville aux côtés de son maître mort en Castille le 25 septembre 1506. Qu’elle en soit la cause ou la conséquence, la présence de tels « grands formats » illustre la valorisation que cette charge de primus inter pares des nobles de la cour va connaître dans les dernières années du xve siècle, lorsqu’elle tend à éclipser celle du chancelier dit de Bourgogne, affecté davantage à la justice et à l’administration, sensiblement moins à la politique générale. Les titulaires de la chancellerie, Jean Carondelet (jusqu’à sa retraite, à l’âge de près de 70 ans, en 1496), fils d’un bourgeois et diplômé de faculté de Dole (Franche-Comté), fait chevalier en 1474, et Thomas de Plaine, fils d’un maître des monnaies, diplômé de Louvain, tout seigneurs bien pourvus qu’ils devinrent, représentaient un autre monde que celui du beau sang, tenant alors la corde de la promotion politique60.

  • 61 Petitjean, Les Conseillers de Philippe le Beau, p. 111-249 ; cf. ce que nous avons déjà fait remarq (...)
  • 62 On la trouvera ci-après, avec un répertoire sélectif des principaux instruments utiles à l’identif (...)

20Dans un travail remarquable pour son érudition et sa rigueur, une jeune historienne, Bernadette Petitjean, a répertorié, pour les années 1495 à 1506, 273 individus porteurs du titre de « conseiller61 », leur seul point commun, car ils n’ont évidemment jamais constitué « un conseil », une assemblée. On lui doit l’identification de bon nombre de « sans-grade ». Tant il est vrai qu’il nous faut sans cesse distinguer, comme on l’a déjà souligné, les collaborateurs du prince en titre et en action, une réserve flottante d’auxiliaires et un véritable entourage permanent. En conséquence, l’exploitation d’une abondante documentation publiée et inédite accumulée autour de Philippe le Beau et du gouvernement de ses États nous a permis d’établir à ce jour une liste raisonnée de ceux que nous dénommerons les (trente-trois) « ministres » de l’archiduc-roi62. Elle n’est évidemment attestée comme telle, faut-il le dire, par aucune source de l’époque. Elle n’est pas davantage définitive ni sans retouches possibles : encore la tiendrions-nous pour telle que d’autres historiens pourraient à bon droit, pour l’un ou l’autre nom répertorié ou absent, contester le choix.

  • 63 Les bâtards Baudouin (no 8) et Philippe (no 9), rejetons tardifs du fécond duc Philippe le Bon ; l (...)
  • 64 Baron [F.A.F.] de Reiffenberg, Histoire de l'Ordre de la Toison d’Or..., Bruxelles, 1830, p. 304-3 (...)
  • 65 Cf. J.-M. Cauchies, Les Pays-Bas en 1492 : l’aube d’un nouveau monde ?, Cahiers de Clio, t. 109, 1 (...)
  • 66 Retracée par Cauchies, Baudouin de Bourgogne.
  • 67 Quant au sang bien sûr ; son père Guillaume fut receveur général des finances (1447-1456) puis com (...)

21Vingt-sept laïcs, six ecclésiastiques, peuplent les rangs. Peu de « princes du sang63 », de ces parents dont on n’eut pas toujours à se louer en haut lieu dans les moments difficiles. Vingt-et-un des laïcs sont chevaliers de l’ordre de la Toison d’or, fort alors en principe de trente membres — outre le prince régnant, chef et souverain —, jusqu’à ce que Charles Quint (chapitre de Bruxelles, 1516) décide de porter ce chiffre à cinquante, avec l’approbation pontificale64. Certes l’ordre a-t-il traversé une phase de crise dans le contexte politique troublé du dernier quart du xve siècle. Il a toutefois connu un renouveau dès avant Charles Quint ; les années de paix intérieure et extérieure faisant suite aux rébellions, querelles intestines et conflits armés de la régence de Maximilien dans les Pays-Bas65 ont été propices à son redressement, non pas tant sans doute quant à son fonctionnement — la désaffection des chevaliers pour les chapitres et cérémonies et le recours à des assemblées « croupion » ont été épinglés ailleurs — qu’à l’influence exercée par ses membres dans les hautes sphères du pouvoir et de la décision politiques. Quatre sont décédés sous le règne de Philippe, à savoir Philippe de Bourgogne-Beveren (élu en 1478) le 4 juillet 1498, Baudouin de Lannoy-Molembaix (élu en 1481) le 7 mai 1501, Engelbert de Nassau (élu en 1473) le 31 mai 1504 et Claude de Neufchâtel (élu en 1491) le 24 février 1505. Parmi les dix-sept chevaliers qui ont survécu à leur prince, six sont des promus du chapitre de 1505, quatre de celui de 1501, six de celui de 1491 et un encore de celui de 1481. Les six laïcs non-chevaliers sont Baudouin de Bourgogne, que ses frasques doivent avoir écarté de l’octroi de la dignité, quoiqu’il ait politiquement bien surmonté les tumultes de sa carrière66, Charles de Poupet, premier sommelier de corps, dont l’absence de promotion même future ne peut qu’être due à une extraction modeste67, les légistes Le Sauvage, futur chancelier de Charles Quint, et de Plaine père et fils, ainsi que le financier Lauwerin (ou Lauwerijn). Parmi les ecclésiastiques, trois portent la mitre (Henri de Berghes, Busleyden, Ruter) et deux — on revient à l’illustre compagnie par le biais du principal de ses quatre officiers — exerceront la charge de chancelier de l’ordre de la Toison d’or (Henri de Berghes, Naturel).

  • 68 Cf. J. Paviot, Le recrutement des chevaliers de l’ordre de la Toison d’or (1430-1505), L’Ordre de (...)

22On ne doute pas que la compagnie fondée par Philippe le Bon puisse fonctionner comme un réseau dans les jeux d’influence, même si nombre de « ministres » appartenant aussi à ce sérail ont exercé d’importantes charges et accompli de grandes tâches bien avant une élection qui dut leur servir à la fois de reconnaissance d’un statut familial, de récompense et de stimulant68. Mais ce n’est pas le seul. Entrent aussi en scène des réseaux familiaux, déjà enracinés de longue date autour des princes bourguignons, tels ceux des Croÿ (quatre représentants), des Luxembourg (y compris Hugues de Melun, par son aïeule paternelle), ou de formation plus récente, à la façon des Berghes ou Glymes (les trois frères Henri, Jean et Corneille et Florent d’Egmond, gendre de Corneille). Il en est aussi d’un sang moins bleu et de moindre renommée, avec le chancelier Thomas de Plaine, son fils Gérard et son gendre Poupet.

  • 69 Les opinions des biographes divergent fort sur son année de naissance, entre ca 1450 et ca 1465/70 (...)
  • 70 Sur Berghes, en dernier lieu : P. de Win, Jean III de Glymes ou de Berghes, seigneur de Bergen op (...)
  • 71 R. Wellens, Guillaume de Croÿ, duc de Soria... seigneur de Chièvres, Les Chevaliers de l’Ordre de (...)

23À côté des solidarités lignagères, il y a une place pour de rudes affrontements personnels, sources de bonnes grâces et de disgrâces parfois alternées. Le cas de Jean de Berghes (né en 1452), le grand seigneur, et François de Busleyden69, le prélat, est sans doute le plus retentissant70. Tous deux ont été les éducateurs du jeune archiduc, le premier pour le corps, le second pour l’esprit, et sont demeurés ses hommes de confiance, élevés à de très hautes fonctions, premier conseiller-chambellan de Philippe et l’un des « seigneurs » des finances de 1487, ou premier conseiller-maître des requêtes puis chef des finances (1497) et très éphémère (juillet-août 1502 seulement) chef du « grand conseil » ducal (hofraad)... en remplacement d’Henri de Berghes, frère de Jean, démis simultanément à ce dernier. Ils ont été incontestablement les personnages les plus influents à la cour jusqu’à leurs chute et mort respectives durant l’été 1502, ne le cédant alors en poids qu’à Guillaume de Croÿ-Chièvres (né en 1458), investi jusque-là de responsabilités territoriales (grand bailliage de Hainaut en septembre 1497), bientôt lieutenant général dans les Pays-Bas durant le second voyage espagnol de Philippe (décembre 1505) et « numéro un » incontesté parmi les proches du jeune Charles Quint71.

  • 72 F. Koller, Au service de la Toison d’or (Les officiers), Dison, 1971, p. 17-19.

24Berghes s’est taillé une réputation méritée d’anglophile, position justifiant a contrario son hostilité envers la France ; dans la même perspective, son frère aîné Henri, évêque de Cambrai, a négocié à Londres pour l’archiduc, notamment en vue de la conclusion du célèbre traité commercial dit de l’entrecours72. Busleyden dut tourner avant tout le regard vers une politique bourguignonne « continentale », exigeant de vivre en paix avec la France, à proximité de laquelle il « occupait » d’ailleurs — si peu, sauf en 1499-1500... — l’important trône archiépiscopal de Besançon. Croÿ, on le sait, sera plus tard le grand ordonnateur de la présence néerlandaise en Espagne, où il se rendra avec le jeune Charles Quint en 1517 et bénéficiera lui-même de l’octroi d’une charge de contador mayor, ou trésorier général. À chacun donc son terrain privilégié de négociation et d’action.

  • 73 Ce conflit est brièvement relaté par un contemporain de Charles Quint, Lorenzo de Padilla, Crónica (...)
  • 74 Id., p. 191, 197.
  • 75 R. Brown, Calendar of State papers and manuscripts, relating to English affairs, existing in the a (...)

25Un conflit de Berghes avec son prince — et derrière celui-ci, à n’en pas douter, Busleyden — éclate au cours du premier voyage effectué au-delà des Pyrénées par l’archiduc et sa suite : l’objet, dit-on, en est le choix politique de Philippe de « lâcher » l’Angleterre au profit de la France. Jean de Berghes et son frère Henri sont promptement renvoyés aux Pays-Bas (que se fuese á su casa) en juillet 150273. Le prélat avait pourtant célébré à Lierre, le 20 octobre 1496, le mariage de Philippe et de Jeanne de Castille et le choc doit être rude aussi pour lui, destitué alors de la présidence du conseil ducal ; Henri décédera — serait-ce de dépit ? — le 7 octobre suivant, à l’âge de 53 ans. Le rival, Busleyden, ne jouira pas longtemps de sa victoire puisque, promu sur-lechamp à la tête du conseil, il meurt lui-même à Tolède dès le 23 août, moins âgé peut-être encore que son confrère cambraisien74. Les luttes entre hommes ou entre factions à la cour se révèlent donc impitoyables. Jean de Berghes, pourtant, devait y être « tout puissant », si l’on en croit le témoignage d’un ambassadeur en Angleterre de Ludovic Sforza, duc de Milan, dont l’appui est sollicité pour faire obtenir à Henri le chapeau de cardinal75.

  • 76 Cf n. 48 supra.
  • 77 Cauchies, Die burgundischen Niederlande, p. 45-46.

26Jadis Busleyden, comme en témoignent deux lettres inédites de l’empereur élu (septembre 1496), avait été poursuivi par la vindicte de Maximilien Ier. Ce dernier n’avait-il pas alors prié Philippe, sous peine de lui déplaire grandement, de tenir à l’écart l’ecclésiastique : Ne le laissez ne souffrez aler, venir, henter ne converser autour de vostre personne ne en nulz de voz consaulz privéz ne autres ? Il avait requis en même temps, menaces à la clef, l’appui à son encontre des hommes les plus influents de la cour, citant nommément le chancelier Carondelet, le chef du Conseil privé Nassau, le chef des finances Beveren, en se référant de surcroît aux membres de l’ordre de la Toison d’or dans son ensemble76. Quelles suites allait y réserver Philippe ? Busleyden serait promu chef des finances en 1497... Les divergences de vues politiques entre le père et le fils ne sont alors un secret pour aucun observateur77 et les options traditionnellement pro-françaises de Busleyden n’étaient pas du goût d’un Maximilien avide d’en découdre avec le royaume des Valois et craignant de voir le jeune archiduc s’engager sur des voies par trop indépendantes et distinctes des siennes.

  • 78 Paviot, Le recrutement, p. 79, et Id., Étude préliminaire, Les Chevaliers de l’Ordre de la Toison d (...)

27Ce n’est pas l’effet du hasard si, en septembre suivant, Maximilien forge le projet — avorté — de dédoubler l’ordre de la Toison d’or, afin, sans nul doute, de déforcer l’entourage de son fils78. Il n’empêche qu’en 1498, le vent diplomatique ayant tourné, c’est à l’intervention du souverain germanique que l’ancien précepteur devra sa mitre et sa crosse bisontines !

  • 79 Berghes, fidèle à sa ligne de conduite, affrontera d’ailleurs derechef un francophile notoire et d (...)

28Jean de Berghes, pour sa part, ne sera pas un homme « fini » après son renvoi retentissant de 1502 : il « rebondira » efficacement dans la carrière politique et les hautes charges (premier chambellan de Maximilien, membre du Conseil des finances, du conseil privé de la gouvernante, diplomate de premier plan) sous le gouvernement de Marguerite d’Autriche, sa protectrice, elle aussi pro-anglaise79, qu’il ne suivra que de peu dans la tombe au terme d’une longue existence (1532).

  • 80 À son propos : Cauchies, Dans les allées et les coulisses.
  • 81 Cf. en dernier lieu D. Coenen, Naturel ou Naturelli, Philibert, Nouvelle biographie nationale, t.  (...)
  • 82 La seule notice qui lui ait été consacrée figure dans le récent travail de Cools, Mannen met macht (...)
  • 83 Cf n. 67 supra.
  • 84 Simancas, Archivo general, Patronato Real, 50-89 : cf Archivo general de Simancas. Catálogo V. Patr (...)

29L’entourage agissant de Philippe le Beau est donc à présent bien identifié : une pléiade de grands nobles, souvent apparentés les uns aux autres, flanqués d’un petit nombre d’ecclésiastiques de rang fort estimable, d’origine aristocratique (Henri de Berghes) aussi bien que modeste (Busleyden est le fils d’un petit seigneur du Luxembourg, bourgeois d’Arlon anobli), le tout complété par des « hommes de la base », sortis du rang. Les plus exemplaires nous paraissent être Veyré, Naturel et Poupet. Issu d’une noblesse mâconnaise peu tapageuse, Philibert de Veyré — mossou de Vere dans maintes sources ibériques —, négociateur de tout premier plan, accueille Philippe le Beau en Castille au printemps de 1506 et, parmi les « Bourguignons », quitte le dernier ce royaume après la mort inopinée de son prince, ayant traité d’égal à égal avec les Grands d’Espagne et décroché la palme de « bête noire » de Ferdinand d’Aragon80... Philibert Naturel, lui aussi d’extraction bourguignonne (d’une lignée seigneuriale ?), collectionneur de prébendes, tiendra le rôle de relais principal de Philippe le Beau à Rome, où il deviendra ambassadeur résident près le Saint-Siège en 1505 ; plus tard, objet lui aussi de la vindicte de Jean de Berghes, il fera en outre écrire de lui par le Piémontais Gattinara, dernier chancelier « de Bourgogne » au service de Charles Quint, qu’il mentait « comme un arracheur de dents81 »! Charles de Poupet, seigneur de La Chau(l)x82, mossou Lachao au-delà des Pyrénées, d’une famille de Poligny mais né d’un père haut fonctionnaire ducal établi à Malines83, sera un autre pion capital de la politique des Habsbourg en Castille, et longtemps après encore, il conclura au Portugal, en sa qualité de precurador et d'embaixador, le mariage par procuration de Charles Quint (1526)84, comme l’avait fait autrefois pour Philippe le Bon, notons-le, un seigneur issu d’une bien plus illustre maison, Jean de Roubaix.

  • 85 H. Kreiten, Der Briefwechsel Kaiser Maximilians I. mit seiner Tochter Margareta..., Archivfür öste (...)

30Plus tard encore (1508), alors que Marguerite d’Autriche se voit contrainte de trancher des différends surgis entre de grands seigneurs de la cour à propos de leurs charges, la gouvernante fait savoir à Maximilien qu’elle a convoqué et mis à l’unisson le prince de Chimay et les seigneurs de Chièvres, Fiennes, Berghes et Ville, que sont ceulx qui plus peulent faire de service a cesteditte maison : les « grandes voix » du pouvoir demeurent celles de « ministres » aristocrates du défunt souverain85.

31Ce que nous appellerons la « moyenne noblesse de province » fait défaut dans le tableau. Elle n’est pas oubliée mais, à l’instar des Jauche-Mastaing, Gavre, Halewijn, Boussu ou autres encore, elle occupe davantage les charges civiles et militaires ancrées dans le sol des principautés bourguignonnes.

  • 86 Cf. Cools, op. cit., p. 48 : « een kleine en gesloten hoogadellijke groep rondom de vorst ».
  • 87 H. Wiesflecker, König Philipps I. Tod in Burgos (1506). Eine Krise der habsburgischspanischen Welt (...)

32L’heure n’est pas à conclure : il demeure encore bien des broussailles à arracher, bien des bosquets à élaguer. Mais un premier bilan nous permet d’oser caractériser par une formule l’espace où évolue l’entourage de Philippe le Beau : « Entre Toison d’or et homines novi ». Il n’est pas erroné mais tant soit peu réducteur de n’y focaliser l’attention que sur un groupe aristocratique limité et fermé86 : pions essentiels sans doute, exclusifs certainement pas. Reste à déterminer quelles parts personnelles le jeune souverain a prises dans les décisions. Rien n’interdit de penser qu’elles furent réelles, grandes peut-être, pour arbitrer d’âpres rivalités, pour choisir ceux auxquels le dernier mot appartiendrait, car le monarque ne pouvait se trouver physiquement partout à la fois. La détermination dont Philippe fit preuve face à des positions de Maximilien divergeant des siennes, les incontestables jalons qu’il a posés sur la voie d’une paix durable avec la France de Louis XII ou dans son opération de conquête des esprits en Castille devant l’hostile Ferdinand, tout cela tend à suggérer une présence constante du prince autant que de ses collaborateurs dans les rouages de la grande politique. Survint le drame de Burgos87 et la remise en question des acquis : mais cela, ni Philippe, ni aucun des « trente-trois » ne pouvait le prédire...

Annexes

Annexe

Les « trente-trois ministres » de Philippe le Beau (1494-1506)

Pour l’identification des personnages, on verra en particulier, dans une masse de documentation éparse, les notices (parfois à corriger et/ou à compléter) que fournissent les travaux suivants, déjà cités dans les notes de l’article : F. Koller, Au service de la Toison d’or (1971) ; A.J.M. Kerckhoffs-De Heij, De Grote Raad en zijn functionarissen 1477-1531. Biografieën van raadsheren (1980) ; B. Petitjean, Les Conseillers de Philippe le Beau (1495-1506) d’après les comptes de la recette générale des finances... (1991) ; Les Chevaliers de l’Ordre de la Toison d’or au XVe siècle..., éd. R. De Smedt, 1re et 2e édit. (1994 et 2000) ; H. Cools, Mannen met macht. Edellieden en de moderne Staat in de Bourgondisch-Habsburgse landen... (2001). On y trouvera pour chacun les indications bibliographiques antérieures.

Sous T.O. sont indiquées les dates d’admission dans l’ordre de la Toison d’or. Les noms précédés de † sont ceux des conseillers décédés avant Philippe le Beau.

1) Christophe, margrave de Bade
gouverneur du Luxembourg – T.O. 1491

2) Corneille de Berghes, seigneur de Zevenbergen –
militaire et amiral – T.O. 1501

3) † Henri de Berghes – évêque de Cambrai – chef du conseil –
chancelier T.O./ecclésiastique

4) Jean de Berghes, seigneur de Bergen op Zoom –
premier conseiller-chambellan – T.O. 1481

5) Baudouin, bâtard de Bourgogne – chef du conseil

6) Philippe, bâtard de Bourgogne
amiral et lieutenant général en Gueldre – T.O. 1501

7) † Philippe de Bourgogne, seigneur de Beveren –
chef des finances – amiral – T.O. 1478

8) † François de Busleyden, dit le prévôt de Liège –
archevêque de Besançon – chef des finances puis du conseil/ecclésiastique

9) Charles de Croÿ, prince de Chimay –
lieutenant et capitaine général en Hainaut – T.O. 1491

10) Ferry de Croÿ, seigneur du Roeulx – militaire – T.O. 1505

11) Guillaume de Croÿ, seigneur de Chièvres – chef des finances –
lieutenant général dans les Pays-Bas – T.O. 1491

12) Michel de Croÿ, seigneur de Sempy – diplomate – T.O. 1501

13) Florent d’egmond, seigneur d’Ijsselstein –
militaire – gouverneur de Gueldre – T.O. 1505

14) Jacques, comte de Hornes – militaire – T.O. 1505

15) Charles, baron de Lalaing-T.O. 1505

16) † Baudouin de Lannoy, seigneur de Molembaix –
gouverneur de Flandre gallicante – T.O. 1481

17) Jérôme Lauwerin – trésorier général des domaines et finances

18) Jean Le Sauvage – président du Conseil de Flandre

19) Jacques de Luxembourg, seigneur de Fiennes –
gouverneur de Flandre et d’Artois – T.O. 1491

20) Jean de Luxembourg, seigneur de Ville –
premier conseiller-chambellan – T.O. 1501

21) Hugues de Melun, vicomte de Gand – militaire – T.O. 1491

22) † Engelbert, comte de Nassau – chef du conseil privé –
lieutenant général dans les Pays-Bas – premier conseiller-chambellan – T.O. 1473

23) Henri, comte de Nassau – militaire – T.O. 1505

24) Philibert Naturel, dit le prévôt d’Utrecht – diplomate –
chancelier T.O./ecclésiastique

25) † Claude de Neufchâtel, seigneur du Fay –
maréchal de Bourgogne – T.O. 1491

26) Gérard de Plaine, seigneur de La Roche – légiste et diplomate

27) Thomas de Plaine, seigneur de Magny-sur-Tille –
président du Grand Conseil — chancelier « de Bourgogne »

28) Charles de Poupet, seigneur de La Chaulx – diplomate

29) Charles de Ranchicourt, dit le prévôt d’Arras –
diplomate/ecclésiastique

30) Nicolas de Ruter, dit le prévôt de Louvain – évêque d’Arras –
trésorier des finances/ecclésiastique

31) † Cornard de Sarto, dit le prévôt de Malines –
légiste/ecclésiastique

32) Philibert de Veyré – diplomate – T.O. 1505

33) Henri de Witthem, seigneur de Beersel – militaire – T.O. 1491

Notes

1 Olivier de la Marche, Mémoires, éd. H. Beaune et J. d’Arbaumont, t. 1, Paris, 1883, p. 163.

2 Id., t. 3, p. 315-317.

3 C.A.J. Armstrong, The Burgundian Netherlands (1477-1521), The New Cambridge Modem History, t. 1, The Renaissance (1493-1520), Cambridge, 1957, p. 245.

4 Olivier de la Marche, op. cit., t. 3, p. 318. Sur tout ceci, cf. J. Huizinga, Uit de voorgeschiedenis van ons nationaal besef, dans Id., Verzamelde werken, t. 2, Nederland, Haarlem, 1948, p. 136-137, et J.-M. Cauchies, Die burgunsdischen Niederlande unter Erzherzog Philipp dem Schönen (1494-1506) : ein doppelter Integrationsprozeβ, Europa 1500. Integrationsprozeβe im Widerstreit, éd. F. Seibt et W. Eberhard, Stuttgart, 1987, p. 31-32.

5 Jean Molinet, Chroniques (1474-1506), éd. G. Doutrepont et O. Jodogne, t. 2, Bruxelles, 1935, p. 534.

6 Pour une vue d’ensemble, nous renvoyons à nos travaux : J.-M. Cauchies, Die burgundischen Niederlande, p. 27-52 ; Id., L’archiduc Philippe d’Autriche, dit le Beau (1478-1506), Handelingen van de koninklijke Kring voor Oudheidkunde, Letteren en Kunst van Mechelen, t. 90, 2, (1991), 1992, p. 45-54.– Id., Filips de Schone en Johanna van Castilië in de kering van de wereldgeschiedenis, Lira Elegans. Liers Genootschap voor geschiedenis. Jaarboek, t. 6, (1996), 1999, p. 69-89.– Id., Philippe le Beau, archiduc d’Autriche, Les Chevaliers de l’Ordre de la Toison d’or au XVe siècle. Notices bio-bibliographiques, éd. R. De Smedt, 2e éd., Francfort-sur-le-Main, 2000, p. 204-206, no 86. On y trouvera, notamment pour la succession des faits, de nombreuses références à des ouvrages antérieurs.

7 À propos de laquelle l’étude (avec recueil de textes) la plus utile demeure celle de W.P. Blockmans, Autocratie ou polyarchie ? La lutte pour le pouvoir politique en Flandre de 1482 à 1492, d’après des documents inédits, Bulletin de la Commission royale d’Histoire, t. 140, 1974, p. 257-368.

8 H. Pirenne, Histoire de Belgique, t. 3, De la mort de Charles le Téméraire à l’arrivée du duc d’Albe dans les Pays-Bas (1567), 3e éd., Bruxelles, 1923, p. 60-61.

9 Souvent appelé aussi Quirini, voire Quirino ; nous adoptons ici la graphie retenue dans l'indice biografico italiano, éd. T. Nappo et P. Notto, t. 4, Munich-Londres-New York-Paris, 1993, p. 1148.

10 Relazioni degli ambasciatori Veneti al Senato, éd. E. Albèri, t. 1 (Serie Ia. Volume I°), Florence, 1839, p. 5. Cité et commenté par H. Cools, Mannen met macht. Edellieden en de moderne Staat in de Bourgondisch-Habsburgse landen (1475-1530), Zutphen, 2001, p. 48-49.

11 R. Van Uytven, Vorst, adel en steden : een driehoeksverhouding in Brabant van de twaalfde tot de zestiende eeuw, Bijdragen tot de Geschiedenis, t. 59, 1976, p. 93-122.

12 L’expression est du même historien (cycle de conférences « Noblesse et villes dans les Pays-Bas aux xve et xvie siècles », présenté à la tribune du Centre belge d’études bourguignonnes, 1400-1600, en 1988, à l’Université catholique de Louvain).

13 Ch. Laurent, Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e sér., 1506-1700, t. 1, Bruxelles, 1893, p. 76-77.

14 Cf. A.J.M. Kerckhoffs-De Heij, De Grote Raad en zijn functionarissen (1477-1531), Amsterdam, 1980, p. 9.

15 Recueil des ordonnances, p. 77-78.

16 A. Walther, Die Burgundischen Zentralbehörden unter Maximilian I. und Karl V., Leipzig, 1909, p. 193-195.

17 Le texte le dénomme d’ailleurs bien, à deux reprises, conseil de nosdictes finances.

18 Lille, Archives départementales du Nord, B 868/16501 (original).

19 Walther, op. cit., p. 61 et n. 2 (qui exploite une mention comptable relative au paiement de la pension octroyée au titulaire).

20 Cf Baron [F.A.F.] de Reiffenberg, État de l’hôtel de Philippe-le-Bel, duc de Bourgogne, en l’an 1496, à Bruxelles, Bulletin de la Commission royale d'Histoire, 1re sér., t. 11, 1846, p. 678-718 (mars 1497, n. st.) ; un répertoire pour toute la période est dressé par Cools, Mannen met macht, p. 44 n. 26.

21 J.-M. Cauchies, Indices de gestion, formules de décision. Les mentions de service dans les actes princiers pour les Pays-Bas au xve siècle, Décisions et gestion. Septièmes rencontres, 26 et 27 novembre 1998, Toulouse, 1999, p. 15-24 (avec plusieurs cas pour le temps du gouvernement personnel de Philippe le Beau).

22 N. 13 et 15 supra. Les conseillers intervenus figurent tous dans l’annexe, dans l’ordre cité, sous les nos 27, 22, 9, 20, 25, 12, 32, 17.

23 Toujours désigné par « vous », la mention de service lui étant adressée en vue du contrôle de la conformité de l’acte ; dans l’annexe, nos 27, 17, 26, 1, 22,4, 25, 2, 33, 32, 8, 30, 31, 24.

24 Cauchies, Indices de gestion, p. 21-22.

25 Certains cumulent deux de ces qualités, tels les Plaine, membres d’une famille de légistes d’origine franc-comtoise établie aux Pays-Bas depuis la génération précédente, introduite dans la moyenne noblesse.

26 J.-M. Cauchies, Voyage d’Espagne et domaine princier : les opérations financières de Philippe le Beau dans les Pays-Bas (1505-1506), Commerce, finances et société ( XIe- XVIe siècles). Recueil de travaux d’histoire médiévale offert à M. le Professeur Henri Dubois, éd. P. Contamine, T. Dutour et B. Schnerb, Paris, 1993, p. 225, et Id., Indices de gestion, p. 22-23 ; les absences de plusieurs de ces hommes dans l’un ou l’autre cas peuvent aisément se justifier par des missions et ambassades qui leur ont été confiées (dans l’annexe, nos 27, 20, 19, 11,28, 24, 17).

27 Comme en atteste souvent le texte même de l’acte, faisant état de consultations.

28 O. Morel, La Grande Chancellerie royale et l'expédition des lettres royaux de l’avènement de Philippe de Valois à la fin du XIVe siècle (1328-1400), Paris, 1900, p. 300-301.

29 M. Bruchet, Archives départementales du Nord. Répertoire numérique. Série B (Chambre des comptes de Lille), t. 1, Lille, 1921, p. 90-91.

30 Deux exemples récents : J.-M. Cauchies, Baudouin de Bourgogne (v. 1446-1508), bâtard, militaire et diplomate. Une carrière exemplaire ?, Revue du Nord, t. 77, 1995, p. 257-281.– Id., Dans les allées et les coulisses du pouvoir : Philibert de Veyré, diplomate au service de Philippe le Beau (m. 1512), Liber amicorum Raphaël De Smedt, t. 3, Historia, éd. J. Paviot, Louvain, 2001, p. 133-152. Pour l’analyse et l’exploitation critique des données de la recette générale des finances dans la perspective qui est la nôtre, on verra la première partie de l’excellent mémoire, malheureusement demeuré inédit, de B. Petitjean, Les Conseillers de Philippe le Beau (1495-1506) d’après les comptes de la recette générale des finances. Essai de prosopographie, Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve), 1991, entièrement fondé sur l’exploitation de cette source.

31 Cf. J. Van Rompaey, De Grote Raad van de hertogen van Boergondië en het Parlement van Mechelen, Bruxelles, 1973, p. 155.

32 Bruxelles, Archives générales du Royaume, Papiers d’État et de l’Audience, 22, f° 154 v° (document original, signé de la main de Philippe le Beau) ; annexe : no 28.

33 Il doit s’agir en l’occurrence du conseil dit « privé » : cf. infra. Cet organe restreint accompagne alors Philippe le Beau au-delà des Pyrénées ; l’estat est daté de Figueras, en Catalogne, et le récit contemporain du périple de l’archiduc note précisément pour ces lieu et jour que la revint monseur de la Chault (Poupet), qui en poste avoit estet vers le roy de France et sollicitet des affaires de monsigneur : L.-P. Gachard, Collection des voyages des souverains des Pays-Bas, t. 1, Bruxelles, 1876, p. 260.

34 Petitjean, op. cit., p. 82 s., livre au lecteur de précieuses remarques critiques et méthodologiques sur le sujet.

35 Walther, op. cit.

36 M. Baelde, De Collaterale Raden onder Karel V en Filips II (1531-1578). Bijdrage tot de geschiedenis van de centrale instellingen in de zestiende eeuw, Bruxelles, 1965, p. 4-13.

37 Comme le fait Van Rompaey, op. cit., p. 130, parlant de zelfstandigheid.

38 Cf. Kerckhoffs-De Heij, op. cit., p. 10 et 15-16.

39 Walther, op. cit., p. 193 (art. 1), 194 (art. 9).

40 Id., p. 194 (art. 8) ; il s’agit (art. 1) de Philippe de Clèves-Ravenstein, Philippe de Bourgogne-Beveren (annexe, no 7), Jean de Berghes-Walhain (no 4), Baudouin de Lannoy-Molembaix (no 16), Martin de Polheim et Jean de Lannoy-Mingoval.

41 Superintendent ende hooft van allen den financie : J. Chmel, Urkunden, Briefe und Actenstücke zur Geschichte Maximilians I. und seiner Zeit, Stuttgart, 1845, p. 538 ; la fonction unique est dévolue à Philippe de Bourgogne-Beveren (no 7) : nous ne pouvons actuellement en affirmer avec certitude l’exercice par ce seigneur qu’entre 1495 et 1497. La date de 1493 est proposée par Walther, op. cit., p. 19, 57 et surtout 137, pour le texte qui contient cette menmention ; pour notre part, nous opterions plutôt pour 1494 (Jean [III] de Berghes, premier chambellan, cité Id., n’est devenu heer van Berghe, ou Bergen op Zoom, que le 7 septembre 1494, à la mort de son père Jean [II] ; en 1493, il devait être encore dénommé « seigneur de Walhain »).

42 Dans l’ordonnance financière inédite du 1er mai 1497 : citée n. 18 supra ; il s’agit du prévôt (de Saint-Lambert) de Liège et de Saint-Donatien (de Bruges), c’est-à-dire de François de Busleyden (no 8).

43 Guillaume de Croÿ-Chièvres (no 11).

44 Ordonnance du 20 janvier 1490, n. st., sur la recette de l’épargne : Walther, op. cit., p. 197.

45 Commission du 3 décembre 1499 pour Jérôme Lauwerin (no 17) : Id., p. 61.

46 Id., p. 52 s.

47 Cf. M.A. Arnould, Les origines du Conseil des finances des anciens Pays-Bas, Revue du Nord, t. 54, 1972, p. 108-109.

48 Conservée sous forme de minute, sans millésime, mais que nous pouvons dater avec certitude sur la base des faits qu’elle expose : Vienne, Haus-, Hof- und Staatsarchiv, Maximiliana, carton 42, IV/1.

49 Outre Nassau (no 22) et Beveren (no 7), respectivement membres de l’ordre depuis 1473 et 1478.

50 Cf. M. Baelde, De Geheime Raad, coordinator van de centralisering in de zestiendeeeuwse Nederlanden, Cultuurgeschiedenis in de Nederlanden van de Renaissance naar de romantiek. Liber amicorum J. Andriessen sj. A. Keersmaekers – P. Lenders s.j., LouvainAmersfoort, 1986, p. 60, et schéma p. 61.

51 Chmel, op. cit., p. 541-542, 544. Cf. aussi l’ordonnance de l’hôtel de mars 1497, à propos de la pension allouée à Nassau, qualifié de « chef de notre conseil qui se tiendra en notre maison » : De Reiffenberg, État de l’hôtel, p. 680.

52 Recueil des ordonnances, p. 76 ; Philippe Wielant, Recueil des antiquités de Flandre..., Corpus chronicorum Flandriae, éd. J.J. De Smet, t. 4, Bruxelles, 1865, p. 143 : Wielant, juriste et auteur contemporain, lui-même conseiller laïque au Grand Conseil, en fournit les noms et utilise l’expression « conseil privé ».

53 Le même article de l’ordonnance y comprend d’ailleurs nominativement quatre autres juristes, qui sont aussi passés par une carrière de maître des requêtes, à savoir le chancelier Thomas de Plaine (no 27), ancien président du Grand Conseil de justice, et son fils Gérard (no 26), l’évêque d’Arras Nicolas de Ruter (no 30), qui fut trésorier des finances, et le prévôt du chapitre cathédral d’Utrecht Philibert Naturel (no 24) ; dans une ordonnance de l’hôtel du 1er février 1500 (n. st.), Ruter, alors prévôt de Saint-Pierre de Louvain, répertorié en qualité de maître des requêtes, était dit en outre du privé conseil de monseigneur : Bruxelles, Archives générales du Royaume, Papiers d'État et de l'Audience, 22, f° 125 r°, et Kerckhoffs-de Heij, De Grote Raad, p. 14.

54 Pour ce qui concerne cet important moment et ses suites, nous renvoyons une fois pour toutes au livre de Baelde, De Collaterale Raden. Ajoutons-y depuis lors les formules synthétiques et pertinentes de Kerckhoffs-De Heij, De Grote Raad, p. 18-19 : « Langzamerhand was er een splitsing tussen edelen en juristen ontstaan [...] Het belangrijke jaar 1531 vormt het sluitstuk van een ontwikkeling naar een steeds verder gaande differientatie op bestuurlijk, financieel en rechtsprekend gebied » (c’est nous qui soulignons).

55 Nous n’aborderons pas ici la question des conseils de régence établis lors des voyages espagnols de Philippe le Beau (1501-1503 et 1505-1506), aux côtés des lieutenants généraux Engelbert de Nassau (no 22) puis Guillaume de Croÿ-Chièvres (no 11) ; ils pourront être considérés comme des émanations de circonstance de ce hofraad. À ce propos, se référer à l’« état des lieux » dressé par L.V.G. Gorter-Van Royen, Maria van Hongarije, regentes der Nederlanden. Een politieke analyse op basis van haar regentschapsordonnanties en haar correspondentie met Karel V, Hilversum, 1995, p. 130-131, schéma explicatif (p. 135) à l’appui.

56 Henri de Berghes (no 3) et Thomas de Plaine (no 27) : Vienne, Haus-, Hof-und Staatsarchiv, Maximiliana, carton 4, juin-août 1495, f° 299 r° ; le chancelier est alors Jean Carondelet, seigneur de Champvans.

57 NO 3. Il est dit dans l’ordonnance de 1494 hooft ende uperste van den raede : Chmel, op. cit., p. 539 ; dans l’ordonnance de l’hôtel de mars 1497 (rubrique consacrée au « grand conseil »), il fait figure en tant que « chef » de substitut du chancelier absent : de Reiffenberg, État de l’hôtel, p. 704. Plus tard, un compte de la dépense de l’hôtel archiducal de 1501/02, notamment, le dénommera en effet chief du grant conseil de mondit seigneur en l’absence de son chancellier (novembre 1501) : Bruxelles, Archives générales du Royaume, Papiers d’État et de l’Audience, 22, f° 175 r° (l’expression « grand conseil » désigne alors « le » conseil dans son ensemble, le hofraad, dont le président « naturel » demeure bien le chancelier).

58 Cf. la relation du premier voyage de Philippe le Beau en Espagne (1501), dans Gachard, Collection, p. 125.

59 Nos 4, 22 et 20.

60 Nous relevons à l’appui de notre thèse une remarque du dernier biographe en date de Jean Carondelet, selon lequel « ce politique averti et d’expérience, avec lequel il fallut compter, eut alors [en 1496] conscience que son âge ne lui permettait plus l’action, et que dans le nouveau contexte politique il n’était plus à sa place » : J. Theurot, L’université de Dole au service de Bourgogne. L’université, les gens de savoir et le prince (1423 – début XVIe siècle), Publication du Centre européen d’Études bourguignonnes (XIVe-XVIe siècles), t. 38, 1998, p. 293.

61 Petitjean, Les Conseillers de Philippe le Beau, p. 111-249 ; cf. ce que nous avons déjà fait remarquer plus haut, à propos de mentions comptables.

62 On la trouvera ci-après, avec un répertoire sélectif des principaux instruments utiles à l’identification de toute la galerie.

63 Les bâtards Baudouin (no 8) et Philippe (no 9), rejetons tardifs du fécond duc Philippe le Bon ; le seigneur de Beveren (no 7), leur neveu, fils du « Grand Bâtard » Antoine ; Christophe de Bade (no 1), cousin germain de Maximilien ; Engelbert de Nassau (no 22), époux de la sœur du précédent.

64 Baron [F.A.F.] de Reiffenberg, Histoire de l'Ordre de la Toison d’Or..., Bruxelles, 1830, p. 304-306,317.

65 Cf. J.-M. Cauchies, Les Pays-Bas en 1492 : l’aube d’un nouveau monde ?, Cahiers de Clio, t. 109, 1992, p. 25-48.

66 Retracée par Cauchies, Baudouin de Bourgogne.

67 Quant au sang bien sûr ; son père Guillaume fut receveur général des finances (1447-1456) puis commis des domaines et finances de Philippe le Bon.

68 Cf. J. Paviot, Le recrutement des chevaliers de l’ordre de la Toison d’or (1430-1505), L’Ordre de la Toison d'or, de Philippe le Bon à Philippe le Beau (1430-1505) : idéal ou reflet d’une société ?, Bruxelles-Turnhout, 1996, p. 75-79.

69 Les opinions des biographes divergent fort sur son année de naissance, entre ca 1450 et ca 1465/70, et nous ne pouvons trancher ici ; ses fonctions de « maître d’école » auprès de Philippe le Beau « jeune » (né en 1478) inciteraient toutefois à pencher pour la première hypothèse, mais sans garanties formelles.

70 Sur Berghes, en dernier lieu : P. de Win, Jean III de Glymes ou de Berghes, seigneur de Bergen op Zoom, Les Chevaliers de l’Ordre de la Toison d’or, p. 216-220, no 291 (dont plus d’une page de bibliographie) ; sur Busleyden, en particulier : H. Tribout de Morembert, La famille de Busleyden. Ses illustrations au xvie siècle, Biographie nationale du pays de Luxembourg..., t. 13, 1965, p. 123-144, et Kerckhoffs-De Heij, De Grote Raad en zijn functionarissen, p. 32-33.

71 R. Wellens, Guillaume de Croÿ, duc de Soria... seigneur de Chièvres, Les Chevaliers de l’Ordre de la Toison d’or, p. 247-249, no 105.

72 F. Koller, Au service de la Toison d’or (Les officiers), Dison, 1971, p. 17-19.

73 Ce conflit est brièvement relaté par un contemporain de Charles Quint, Lorenzo de Padilla, Crónica de Felipe I°, llamado el Hermoso, Colección de documentas inéditos para la historia de Espaῆa, t. 8, Madrid, 1846, p. 88, qui souligne la grande complicité de l’archiduc et de l’archevêque de Besançon, que á la sazon tenia mucha privanza y parte con el Principe ; moins explicite (les causes pourquoy me sont celees...), le témoin et homme de cour Antoine de Lalaing indique seulement dans son récit du voyage que monseigneur [l’archiduc] renvoya le signeur de Berghes au pays, a sa maison et qu’une démarche de la reine Isabelle et de l’archiduchesse Jeanne auprès de Philippe n’y fit rien : Gachard, Collection des voyages, p. 190-191.

74 Id., p. 191, 197.

75 R. Brown, Calendar of State papers and manuscripts, relating to English affairs, existing in the archives and collections of Venice, and in other libraries of Northern Italy, t. 1 (1202-1509), Londres, 1864, p. 272.

76 Cf n. 48 supra.

77 Cauchies, Die burgundischen Niederlande, p. 45-46.

78 Paviot, Le recrutement, p. 79, et Id., Étude préliminaire, Les Chevaliers de l’Ordre de la Toison d’or, p. xxvii.

79 Berghes, fidèle à sa ligne de conduite, affrontera d’ailleurs derechef un francophile notoire et de grand poids, Guillaume de Croÿ lui-même (mort en 1521).

80 À son propos : Cauchies, Dans les allées et les coulisses.

81 Cf. en dernier lieu D. Coenen, Naturel ou Naturelli, Philibert, Nouvelle biographie nationale, t. 5, Bruxelles, 1999, p. 273-276.

82 La seule notice qui lui ait été consacrée figure dans le récent travail de Cools, Mannen met macht, p. 281-282.

83 Cf n. 67 supra.

84 Simancas, Archivo general, Patronato Real, 50-89 : cf Archivo general de Simancas. Catálogo V. Patronato Real (834-1851), t. 1, Valladolid, 1946, p. 580, no4218 ; dans l’acte (en portugais) passé devant notaire le 20 janvier 1526 à Almeirim (Portugal), Carllo de Popet est aussi qualifié de camareiro e do conselho (chambellan et membre du conseil) de l’empereur-roi.

85 H. Kreiten, Der Briefwechsel Kaiser Maximilians I. mit seiner Tochter Margareta..., Archivfür österreichische Geschichte, t. 96, 1907, p. 247.

86 Cf. Cools, op. cit., p. 48 : « een kleine en gesloten hoogadellijke groep rondom de vorst ».

87 H. Wiesflecker, König Philipps I. Tod in Burgos (1506). Eine Krise der habsburgischspanischen Weltreichsbildung, Römische historische Mitteilungen, t. 18, 1976, p. 87-94.– Id., Kaiser Maximilian I. Das Reich, Österreich und Europa an der Wende zur Neuzeit, t. 3, Munich, 1977, p. 296-304.– J.-M. Cauchies, Philippe le Beau, dernier duc de Bourgogne, Turnhout, 2003 (sous presse), ch. VIII/3/c.

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.