Version classiqueVersion mobile

À l’ombre du Pouvoir

 | 
Jean-Louis Kupper
, 
Alain Marchandisse

Acquérir sa grâce pour le temps advenir. Les hommes de Charles le Téméraire, prince héritier (1433-1467)

Werner Paravicini

Texte intégral

  • 1 La date précise de sa naissance a été établie par H. Kruse, Hof Amt und Gagen. Die taglichen Gagen (...)

1Pour illustrer les tensions que les entourages princiers subissent dans toute monarchie héréditaire, j’examinerai brièvement le cas bourguignon, qui, évidemment, n’a rien de particulier. Je me limiterai cependant aux événements les plus spectaculaires. Je ne parlerai donc point de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur ou de Jean sans Peur et de Philippe le Bon, mais du seul conflit entre Philippe le Bon et Charles le Téméraire, le plus long, le plus ardu et le plus lourd de conséquences. Quand le conflit éclate, le duc est âgé de 60 ans et le comte de 231. Le duc meurt à l’âge de 71 ans, alors que son fils et héritier en a 34. La mauvaise passe aura duré une bonne dizaine d’années.

1. L’espoir des exclus du pouvoir : un acte de fidélité en Hollande

  • 2 Georges Chastellain, Œuvres, éd. J.B.M.C. Kervyn de Lettenhove, t. 4, Bruxelles, 1864, p. 333-337. (...)

2Je commencerai par le récit d’une scène fort dramatique qui se serait jouée en octobre 1463, en Hollande2.

3Selon Chastellain, le duc de Bourgogne Philippe le Bon avait privé Charles, comte de Charolais, son fils (mais point la comtesse), de toute rente et de tout revenu, de sorte qu’il se trouva sans argent pour payer ses gens. Le comte fait alors venir en sa présence

gens nobles et non nobles, prestres et clercs, mesmes jusques aux enfans de la cuisine et de toutes autres offices.

  • 3 Cet ordre de grandeur correspond aux chiffres établis par Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 244, 271, 2 (...)

4Dans une harangue bien composée il leur explique sa situation, à vous deux ou trois cens3. Les riches sont invités à rester auprès de lui :

ma fortune muée et mieux, je le vous rétriburay si hautement que tous en aurez joie et moy los, et des premiers deniers qui jamais me viendront, serez restitués et satisfaits jusques au dernier denier de vos mises.

5Quant aux pauvres, tous ceux qui n’ont pas de quoi vivre, qu’ils se retirent et qu’ils reviennent en des temps meilleurs pour réintégrer leurs places.

6La réponse, dans les cris et dans les larmes, est celle que l’on peut et doit attendre :

Nous tous, nous tous, monseigneur, vivrons avecques vous et mourrons.

7Le comte, qui a lui aussi les larmes aux yeux, les remercie et leur promet reconnaissance. Mieux encore, ses gens viennent lui offrir une part de leur d’argent, l’un mille, l’autre dix mille livres et ainsi de suite, de sorte que l’hôtel continua à fonctionner normalement — ce que l’examen des comptes journaliers conservés confirme d’ailleurs.

  • 4 Cf. J. Huizinga, L’Automne du Moyen Âge [1919], avec un entretien avec J. Le Goff, Paris, 1980 (ci (...)
  • 5 G. Althoff, Empörung, Tränen, Zerknirschung. Emotionen in der öffentlichen Kommunikation des Mitte (...)
  • 6 Voir plus bas à la note 93 pour sa santé et ses maladies.
  • 7 Voir Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 280-281.
  • 8 J. Heers, Louis XI. Le métier de roi, Paris, 1999, p. 51 : « procédé ordinaire que de tabler sur s (...)
  • 9 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 14 n. 24, et les textes dans Der Briefwechsel Karls des Kühnen (1433-1 (...)
  • 10 Cf M. Damen, De staat van dienst. De gewestelijke ambtenaren van Holland en Zeeland in de Bourgond (...)
  • 11 Groothuis, Karel van Charolais in Holland, p. 71-72. Selon Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 271, 55 1. (...)

8Il n’y a pas lieu de douter de cette scène, même si elle rappelle les contes de fées4. Au contraire : un tel acte de fidélité réciproque, dans les larmes de l’attendrissement, paraît plus que vraisemblable, car il appartient à cette communication symbolique et démonstrative qui est typique du temps5. Ne peut en douter que celui qui croit à l’altruisme des participants. Mais il n’est point question de cela : à ce moment on pouvait déjà légitimement supposer que le principat du duc Philippe le Bon touchait de sa fin6. Cette fidélité, ce crédit accordés, dans l’attente du nouveau règne, constituaient un investissement bien calculé, et ce d’autant plus que la cour payait mal les gages dus7. L’entourage du Dauphin, qui résidait alors à la cour de Bourgogne, a été mis à contribution d’une manière identique8. D’autre part, on peut considérer cette démarche comtale comme l’introduction particulièrement habile d’un emprunt forcé. Enfin, cette mise en scène, si elle est vraie, ne constitue bien sûr pas toute la vérité. En octobre Charolais demandait aux principales villes de Hollande une aide de 1 200 florins du Rhin pour financer ses besoins9. Et il répéta plusieurs fois cette requête. L’argent lui fut d’abord refusé. Ce n’est que vers la fin de l’année 1464 que les bourses de la ville de Haarlem, de l’abbé de Middelbourg, de Frank van Borselen10 et d’autres nobles encore s’ouvrirent — chichement : Leyde se déclara prête à donner 25 livres à la comtesse au lieu des 50 demandées11.

2. La peur de l’équipe au pouvoir : Les Croy, Jean Coustain

9Voyons l’autre parti, celui des hommes au pouvoir, autour du duc vieillissant. Et prenons un exemple.

  • 12 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 4, p. 264.
  • 13 georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 3, p. 273, l’appelle, en pleine crise de janvier 1457, (...)
  • 14 Cette filiation dans R. Vaughan, Philip the Good. The apogee of Burgundy, Londres, 1970, p. 344 ; (...)

10Jean Coustain était premier valet de chambre du duc. C’est un Bourguignon, un ancien serf du prieuré de Saint-Jean-de-Losne12. Il était le confident intime du duc13. Mais le comte l’exécrait, d’autant plus qu’il était, à ce qu’il semble, une créature du puissant clan des Croy, les favoris de son père14. Jean Coustain commença à avoir peur, selon Chastellain :

voyant l’indignation que le comte avoit contre luy et son maisnage, et que le duc estoit durement malade alors et en péril de finer, doubtoit que, si ledit comte parvenoit à seignorie par le trespas de son père, luy et son maisnage seroient tous rués jus, et luy osteroit-on offices et bénéfices et le surplus de leur outrage.

  • 15 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 4, p. 237. C’était Isabeau Machefoing, d’une puissante (...)

11Déjà, le comte de Charolais a fait écarter sa femme, pourtant bien « mignonne », de l’hôtel de la comtesse. Elle était alors sa confidente, endossant les mêmes vêtements que sa maîtresse15.

12Si telle est, en quelques mots, la situation de Coustain, c’est aussi celle de tous ceux qui, pour l’heure dans les bonnes grâces du père, prévoient une indignation future du fils.

3. Obvier au danger : entourer l’enfant, assurer ses revenus, garder le pouvoir (1433-1454)

13À la base de tout cela, à coup sûr une question de générations et aussi un paradoxe : le prince héritier doit non seulement être éduqué comme n’importe quel enfant, mais doit aussi apprendre à régner, renouveler et même élargir les fidélités qui constituent la base du pouvoir présent et futur. Il doit apparaître comme un seigneur et doit apprendre à être un meneur d’hommes. Pour ce faire, il doit avoir des hommes et un pouvoir. L’important est cependant d’empêcher qu’il ait le pouvoir et que ces hommes ne soient plus ceux du prince.

14Voyons les stratégies employées pour désamorcer ces contradictions :

Les éducateurs

  • 16 Cf. C. Piérard, Art. Jean IV, seigneur et ber d’Auxy, Les Chevaliers de l'Ordre de la Toison d’or (...)
  • 17 Cf. Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 161 et 169-170 et n. 75 (travaux, dont H. Stein, Un diplomate bou (...)

15Comme tout noble de rang, Charles aura, au sortir de l’enfance, deux éducateurs : tout d’abord, en 1440, celui du corps, Jean, baron d’Auxy16, puis, en 1441, celui de l’esprit, un savant ecclésiastique, professeur à l’université de Louvain, Antoine Haneron17. Nous constatons que ces deux hommes, âgés de 40 ans et plus, réussissent à ne pas intervenir dans le conflit qui éclate quinze ans plus tard. Le baron d’Auxy († 1474), un Picard, sera même le premier chambellan du jeune duc, après avoir été celui du comte, mais, en 1468, probablement à cause de son âge, il doit céder sa place au demi-frère de Charles, le Grand Bâtard Antoine de Bourgogne.

Un premier entourage noble

  • 18 Olivier de la Marche, Mémoires, éd. H. Beaune, J. d’Arbaumont, t. 2, Paris, 1883-1888, p. 51-52 ; c (...)
  • 19 Son père Jean avait été gentilhomme du duc Philippe, Paravicini, Guy de Brimeu, p. 75 et 92.
  • 20 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 181.
  • 21 Paravicini, Guy de Brimeu, p. 88 n. 12.
  • 22 Cf. Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 239 et n. 365.
  • 23 Olivier de la Marche, Mémoires, t. 2, p. 51, signale aussi parmi les nobles accompagnant Charolais (...)
  • 24 Paravicini, Guy de Brimeu, p. 88 et n. 12.– Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 182.
  • 25 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 181.

16Plus intéressant pour notre propos : l’institution d’un entourage de jeunes nobles autour du comte de Charolais. Ce sont six, puis sept gentilshommes. Nous les rencontrons pour la première fois fin janvier 1444 quand ils vont, en groupe, avec le comte, à la rencontre de la duchesse à Bruxelles. Ce sont alors, selon le chroniqueur Olivier de la Marche18 : Jean de la Trémoille, seigneur de Daours, Philippe de Croy, seigneur de Sempy, de Quiévrain, puis comte de Chimay, Guy de Brimeu, seigneur d’Humbercourt, puis comte de Megen19, Charles de Ternant, Philippe de Crèvecœur et Philippe de Wavrin. Ce groupe, qui n’est attesté par les comptes journaliers que depuis 1447, changera quelque peu de composition. En 144720 et en 145221, l’on constate en plus la présence de Claude de Rochebaron22 et de Philippe Hinckart23. Tous, ou presque, ont été adoubés par Antoine de Croy près de Termonde en 1452, pendant la guerre de Gand24. Philippe de Croy, qui reçoit de meilleurs gages depuis 1447, n’y est plus attesté dès le 29 août 145125.

  • 26 Il y avait d’autres, mais de moindre rang : les pages. Voir les noms en 1456-1457 dans Kruse, Hof, (...)
  • 27 Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 185 et n. 121 (grand veneur de Brabant), p. 229 et n. 307 ; cf. C. Ni (...)
  • 28 W. Paravicini, Expansion et intégration. La noblesse des Pays-Bas à la cour de Philippe le Bon, Bi (...)

17Nous saisissons ainsi le groupe noble le plus étroit autour du jeune Charles le Téméraire26. Qui a nommé et placé ces gens dans l’entourage de l’héritier ? Sans aucun doute le duc, car nous verrons qu’il se réservait, même beaucoup plus tard encore, un droit de regard sur la composition de l’hôtel de son fils. Le groupe est composé en majeure partie de Picards et de Bourguignons, mais il y a aussi un Flamand wallon, et un Brabançon ; ce dernier appartient à la noblesse patricienne de Bruxelles ; il n’avait donc pas tout à fait le même rang que les autres27. Le duc comptait ainsi intégrer la noblesse du Brabant, d’acquisition récente, de la même façon qu’il lui réservait en général une partie des offices de son hôtel28.

Les premières terres, les premiers revenus

  • 29 Kruse, Hof, Amt und Gagen,p. 157 n. 27, d’après Paris, B.N.F., Coll. de Bourgogne, 99, p. 400-401 ( (...)
  • 30 Vaughan, Philip the Good, p. 340 (sans note), probablement d’après J. Bartier, Charles le Téméraire (...)
  • 31 Vaughan, Philip the Good, p. 343.
  • 32 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 209 n. 181. M. Holger Kruse (Kiel) en prépare l’édition.

18Le jour même de sa naissance, le duc attribua au nouveau-né le comté de Charolais et diverses autres seigneuries29. Le comté, qui fournit son titre à l’héritier de la maison de Bourgogne, ne lui appartenait pourtant pas, ses revenus non plus. Le duc lui concéda plutôt des seigneuries savamment réparties en Flandre, Artois, Namur, et parfois des portions d’aides30. En 1454, sa deuxième femme, Isabelle de Bourbon, lui apporta la seigneurie de Château-Chinon31. Jusqu’en 1456, ses finances ordinaires sont sous le contrôle du maître de la chambre aux deniers de la duchesse ; seules ses finances extraordinaires ont depuis 1444 leur receveur propre, Roland Pippe, dont un seul compte, celui de 1457, nous est conservé32. Il n’y a donc rien qui ressemble à un apanage constitué et pouvant créer un pouvoir concurrent.

Voir les pays, connaître les nobles

  • 33 Cf. pourtant sa curieuse lettre adressée le 3 septembre 1449 de Bruges à la ville de Dijon, tradui (...)
  • 34 W. Paravicini, Charles le Téméraire à Tours, Mélanges Bernard Chevalier, éd. M. Bourin, Tours, 198 (...)

19Le duc n’est pas non plus pressé de faire connaître son fils en Bourgogne, pays devenu périphérique pour l’État bourguignon, bien que fournissant toujours la majeure partie de son élite administrative et politique. Charolais, né pourtant à Dijon, mais n’y ayant jamais vécu, hormis durant les premières semaines de sa vie33, ne reverra le duché qu’en 1461, au retour du sacre de Louis XI à Reims et de son entrée à Paris34. Il y avait autour de lui, nous l’avons vu, de jeunes nobles bourguignons. Mais aucune relation vivante avec la province.

4. Un homme de 22 ans : La première lieutenance (1454)

  • 35 Vaughan, Philip the Good, p. 341-342.– Sommé, Isabelle de Portugal, p. 59 et n. 133.– Bartier, Char (...)
  • 36 Pour ce mariage voir Vaughan, Philip the Good, p. 342-343.

20Quand, en 1454, le duc quitte le pays pour se rendre à la diète de l’Empire à Ratisbonne, Charles, âgé de 22 ans, devient « gouverneur et lieutenant-général en absence » de son père35. Mais le comte est tellement éloigné d’une prise de pouvoir véritable que le père, absent, réussit à l’obliger, ainsi que la duchesse Isabelle, à arranger et à exécuter en vitesse le mariage du jeune veuf avec Isabelle de Bourbon, le 30 octobre 1454 ; la mère et le fils auraient préféré, à cette date déjà, une alliance anglaise36.

  • 37 Vaughan, Philip the Good, p. 342. Pour des lettres closes voir Briefwechsel, t. 1, p. 48 et s. ; po (...)
  • 38 Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 168 et n. 69.

21En tout cas, il exerce effectivement cette régence ; tout au moins des documents sont émis sous son nom et en cette qualité37, et son administration élargit ses attributions : son receveur extraordinaire Roland Pippe accède au poste d’audiencier38.

  • 39 Voir Paravicini, Philippe le Bon en Allemagne, p. 967, 995, 1002.
  • 40 C’est aussi le jugement de Vaughan, Philip the Good, p. 340.

22Mais tout ceci est de courte durée — le duc, parti le 23/24 mars de Lille, rentre à Dijon le 7/9 août39 — et il reste fondamentalement vrai que Charles et ses hommes continuent à être écartés de l’exercice du pouvoir40.

5. Un exemple qui dérange : la présence du dauphin Louis, à la cour de Bourgogne, septembre 1456 – août 1461

  • 41 Cf. Louis XI, Lettres, éd. J. Vaesen, E. Charavay, t. 1, Paris, 1883, p. 177 et s.– Georges Chaste (...)
  • 42 Paravicini, Charles le Téméraire à Tours, p. 47-69.
  • 43 Il intervient dans la scène du 17 janvier 1457, voir ci-dessous.
  • 44 Heers, Louis XI, p. 47 le prétend, sans fournir de preuves. Une remarque dans Georges Chastellain, (...)
  • 45 Cf. Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 267 n. 457, qui discute, et réfute, la thèse de Kendall Louis XI,(...)
  • 46 Vaughan, Philip the Good, p. 354. Cf. Heers, Louis XI, p. 52, 53-54.
  • 47 Voir sa réaction aux maladies, puis à la mort de son père, Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn(...)
  • 48 Voir la contribution de P. Contamine, dans ce volume.

23Survient le dauphin Louis, futur Louis XI, au milieu de l’année 1456, comme s’il voulait démontrer l’omniprésence du problème évoqué ici. Pour Charles, il pouvait constituer la preuve vivante de la défense acharnée des intérêts d’un fils face à son père, une défense passant par la rébellion ouverte, l’utilisation d’une province (le Dauphiné) comme fondement d’un pouvoir, de multiples intrigues, un mariage non autorisé et enfin une fuite à l’étranger. Les relations entre Louis et son père Charles VII étaient tellement mauvaises que le roi avait décidé de l’emprisonner. Aussi Louis chercha-t-il refuge auprès de Philippe le Bon. Celui-ci le reçut fort humblement et lui assigna demeure (le château de Genappe au Brabant) et rentes pour soutenir son état. Jusqu’en août 1461, le dauphin Louis resta son hôte et il fut le témoin de tout ce qui se passait à la cour de Bourgogne41. A-t-il donné le mauvais exemple ? Il a certes tenté de rallier Charolais en 1461, après son avènement, quand celui-ci le visita à Tours ; il le combla alors d’attentions et de présents, en ce compris le gouvernement de Normandie42. Mais il n’est pas prouvé qu’il ait pris parti contre Philippe le Bon. Vu son rang, il a été plutôt le médiateur né du conflit — sans succès perceptible d’ailleurs43. Qu’il ait intrigué avec les Croy contre Charolais n’est pas prouvé44. Sa seule présence a dû pourtant peser, celle d’un acteur bien réel d’un autre conflit, plus acerbe encore que celui-ci45. Son attente de la mort du père, sa joie de l’apprendre46 ont été remarquées et sévèrement jugées par les Bourguignons et n’ont certainement pas trouvé d’imitateur en Charles de Bourgogne47. Le dauphin, lui aussi, a changé d’équipe quand il a pris le pouvoir48. Et auparavant

  • 49 Olivier de la Marche, Mémoires, t. 2, p. 420.

se commença à bander le royaulme de France, les ungs pour le Roy Charles, le pere, et les aultres pour monseigneur le daulphin, le filz49

6. Autour du 17 janvier 1457

L’hôtel de 1456

  • 50 Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 159-272.
  • 51 Sa « gouvernante » était une noble bourguignonne, Marguerite de Sercey, femme de Jacques de Viller (...)
  • 52 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 165 s., 192 (jusqu’au mois d’août 1454).– Sommé, Isabelle de Portugal,(...)
  • 53 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 175, 177. Pour le personnage : id., p. 202 n. 170, p. 216 n. 221, p. 2 (...)

24En janvier 1438, le comte, âgé de quatre ans, obtenait pour la première fois son propre personnel50, composé alors de davantage de femmes que d’hommes51. Ce n’était pas encore un hôtel à part entière, car il était intégré à celui de la duchesse. Il n’est pas étonnant dès lors qu’un membre de celui-ci, Boquet de Lattre, ait été son maître d’hôtel52 et qu’un autre fidèle d’Isabelle, Guillaume de Montbléru, y figurât également, dès 1444, en tant qu’écuyer d’écurie53.

  • 54 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 193 et s., la reconstruction du contenu nominatif de l’ordonnance p. 2 (...)
  • 55 Son père l’avait forcé à se marier avec Isabelle de Bourbon, mariage consommé le 30 oct. 1454 (cf. (...)
  • 56 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 264-265.

25Son véritable hôtel, un hôtel indépendant, le comte le reçut, avec une ordonnance de l’hôtel (apparemment brûlée et en tout cas toujours perdue), le 1er juillet 145654. Il est alors âgé de presque 23 ans, et il est marié pour de vrai depuis quasi deux ans55 ; son père en avait reçu un à l’âge de 18 ans déjà, son grand-père plus tard, à l’âge de 27 ans56 — rien de particulier donc.

La crise du 17 janvier 1457

  • 57 Les sources historiographiques sont : Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 3, p. 230-294, e (...)
  • 58 Georges Chastellain, Chronique, éd. Delclos, p. 107.

26C’est autour de cette ordonnance de l’hôtel qu’éclata la dramatique confrontation entre père et fils, si souvent évoquée57. Les faits sont vite racontés : le premier et aussi le deuxième chambellan du comte étant absents, la personne qui devait occuper temporairement le poste et recevoir les émoluments y attachés était à désigner. Charolais nomma Antoine Rolin, seigneur d’Aymeries, le fils du chancelier et le troisième de ses chambellans. Le duc, averti par le clan Cray, ordonna tout d’abord que personne n’ait la place58, puis, confronté au refus de son fils, exigea que Philippe de Croy soit nommé.

  • 59 Georges Chastellain, Chronique, éd. Delclos, p. 104 : ne pensoit point a renoncier a son jeusne mai (...)
  • 60 Voir Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 266-267.

27Or, Philippe de Croy, ancien gentilhomme du comte, qui voulait conserver ses relations avec l’héritier59 alors qu’il avait été nommé, le 12 février 1452, remplaçant de son père dans l’hôtel du duc, avait déjà reçu, le 1er janvier 1457, les gages de premier chambellan du comte, tout comme Antoine Rolin ; le 31 janvier 1457 seulement, après les événements donc, le duc le nomma chambellan à 36 s. de son hôtel. Mais, d’après le chroniqueur Chastellain, le comte prétendit déjà auparavant qu’il ne faisait plus partie de son hôtel60.

  • 61 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 268.

28Le 17 janvier 1457 donc, dans l’oratoire ducal du Palais à Bruxelles, le duc exigea que Philippe de Croy soit nommé. Charles refusa et la colère du duc créa une situation si dangereuse pour le vie du comte que la duchesse intervint et l’éloigna, pour empêcher une agression du père. Une intervention du Dauphin n’eut guère de succès. Il s’ensuit une fugue du duc en forêt de Soignes où il se perd, est désespérément recherché, pendant que son fils se réfugie à Termonde. La comtesse de Charolais, qui va bientôt accoucher — Marie de Bourgogne naîtra le 17 février —, obtient finalement un arrangement provisoire. Dans les comptes journaliers du 13 février 1457, les noms de Croy et de Rolin sont rayés, et dans ceux des mois de mars et d’avril ils n’apparaissent plus, Croy pour plusieurs années61.

Les causes et les conséquences : une cour désunie, des entourages opposés

29Voici l'arrière-plan de cet incident. Depuis le début des années cinquante, voire plus tôt encore, deux factions s’étaient formées à la cour. L’une, celle des Croy, s’appuie sur le duc et sur le roi de France, et monte ; l’autre, celle des Rolin, est en perte de vitesse. Ces concurrences à la cour, lieu de faveur et repère des favoris, sont chose normale. Inhabituelle, mais moins que l’on ne pense, est leur exaspération par le désir de l’héritier de se dégager des diverses tutelles et de devenir un personnage politique, porteur d’avenir.

  • 62 Vaughan, Philip the Good, p. 338 : 4 000 hommes pour le comte palatin de Veldenz, en 1454 (voir éga (...)
  • 63 Pour les Croy (une monographie manque), voir Vaughan, Philip the Good, p. 336 et s., et p. 340 et (...)

30L’antagonisme de ces factions n’était point limité à la cour : les Croy, à leur tête Antoine, seigneur de Croy, comte de Porcéan, représentaient un véritable pouvoir, alliés qu’ils étaient aux Bavière, Lorraine, Moers, Namur, Luxembourg, Neufchâtel, Lannoy et Lalaing. Ils pouvaient fournir, avec leurs seuls moyens, une armée de plusieurs milliers d’hommes62. Le réseau de leurs patronages s’étendait fort loin, leurs clients étaient innombrables, en Picardie, Hainaut, Brabant, Hollande. Et ils bénéficiaient de la bienveillance du souverain, au point de ne plus savoir qui ils devaient servir en premier lieu, le roi ou le duc, à plus forte raison le comte63.

  • 64 Voir Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 3, notamment p. 286.

31Au début de cette bataille pour le pouvoir, ils semblent avoir espéré pouvoir éviter des choix douloureux : on perçoit une sorte d’innocence initiale, puis leurs tergiversions (le duc commence même à se méfier d’eux) et enfin leur décision64.

  • 65 Pour les Rolin (la grande biographie de Nicolas Rolin manque toujours), voir Vaughan, Philip the G (...)
  • 66 J. Bartier, Une crise de l’État bourguignon : la reformation de 1457, Hommage au professeur Paul B (...)
  • 67 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 3, p. 331.

32Nicolas Rolin, le vieux chancelier, en poste depuis 35 ans, n’avait, malgré toute sa richesse et ses nombreux clients, pas les mêmes moyens et pas la même surface sociale. Mais la fidélité inébranlable des Rolin65 et leur déchéance qui se concrétisa, sous l’impulsion des Croy, en cette année 1457, avec, en arrière-plan, la crise des finances ducales66, en firent l’allié naturel du prince héritier, d’autant que la méfiance du duc fut éveillée par un trop évident placement des enfants Rolin dans le sillage du comte67.

  • 68 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 3, p. 244.
  • 69 Olivier de la Marche, Mémoires, t. 2, p. 415 : ainsi entra la maison de Bourgoingne en bende et en (...)
  • 70 Cf Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 4, p. 463,482.
  • 71 Ayant changé de camp, il sera exclu de la Toison d’Or, voir M.-T. Caron, Art. Jean de Bourgogne, c (...)

33Cette simple affaire de poste à la cour est donc l’aboutissement d’une sourde guerre d’influence et de pouvoir. Désormais, la cour entre ouvertement en division68, en bande et en partialité69, malgré toutes les tentatives de médiation, d’ailleurs fort intéressantes à analyser : Chastellain les décrit en détail. Mais les peurs sont trop grandes des deux côtés : perte du pouvoir pour l’un, éviction de la succession pour le second70. Car si Charolais n’a pas de frère légitime, il a quand même un cousin, Jean de Bourgogne, comte d’Étampes, qui, lui, exigera effectivement la seigneurie de Brabant à la mort de Philippe le Bon71. La polarisation de la cour et des clientèles en est la conséquence.

  • 72 Sommé, Isabelle de Portugal, p. 54-63.– Id., Une mère et son fils ; et voir sa contribution dans ce (...)
  • 73 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 208.– Sommé, Isabelle de Portugal, p. 456-460.

34La division au sein de la famille étroite en est une autre. Si la duchesse reste loyale à son mari, elle soutiendra néanmoins toujours son fils72. L’éclat du 17 janvier 1457 n’est pourtant pas la cause de sa retraite relative loin de la cour, à la Motte-au-Bois, en Forêt de Nieppe, car elle avait été préparée depuis longtemps73.

  • 74 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 3, p. 293-294.– Jacques du Clercq, Mémoires, t. 2, p. 2 (...)
  • 75 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 3, p. 294. Cf. Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 215 n. 215, (...)
  • 76 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 3, p. 294. Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 270 et n. 465, (...)
  • 77 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 3, p. 293-294, dit donc à tort qu’il fut privé de son e (...)
  • 78 Philippe de Croy-Renty ne sera (re)nommé chambellan que le 18 mars 1475, devant Neuss, voir Thiele (...)
  • 79 Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 270-271.

35Néanmoins, le duc reste encore le maître ; il oblige le comte à épurer son hôtel et il éloigne de sa cour certains personnages qui lui sont particulièrement suspects : Antoine Rolin, celui par qui le scandale était arrivé, Guy d’Usie, Guillaume de Bisches et deux Portugais (et donc des hommes de la duchesse), anonymes, que le duc considère comme les moveurs de ce débat et périlleux pour demourer emprès lui74. Guy d’Usie, homme de belle mise et de bon bruit75, ne fera plus partie de l’hôtel comtal, mais servira néanmoins le comte dans les années soixante ; Guillaume de Bisches, de bien basse extraction, mais homme subtil et ingénieux, de grant sens et de conduite, selon Chastellain76, réapparaît dès décembre 1460 : tous les deux avaient noué d’étroites relations avec le Dauphin qui, devenu roi en 1461, les prit à son service (Bisches trahira en 1477 en sa faveur). Antoine Rolin ne réintègre l’hôtel comtal qu’en mars 146677, Philippe de Croy seulement en 1468, désormais fidèle, comme toute sa famille78. Mis à part ces éloignements, l’hôtel comtal semble fonctionner normalement et ne connaît ni grande croissance ni, surtout, perte d’effectifs79.

7. Un entourage en exil (1462-1463)

La Hollande, base politique

  • 80 P.A. Meilink, Holland en het conflict tusschen Philipps de Goede en zijn zoon van 1463/64, Bijdrag (...)
  • 81 Itinéraire des séjours 1457-1465 dans Groothuis, Karel van Charolais in Holland, Bijlage A.
  • 82 Pour la Hollande, pays périphérique, voir v. Seggern, Herrschermedien im Spatmittelalter.
  • 83 En concurrence avec Jean de Lannoy. Gaasbeek mourut le 6 févr. 1459, Groothuis, Karel van Charolai (...)
  • 84 Voir pour celle-ci, érigée en 1461-1464, Groothuis, Karel van Charolais in Holland, p. 53 et s., e (...)
  • 85 Damen, De staat van dienst, p. 233.– Sommé, Isabelle de Portugal, p. 133.
  • 86 Le 22 juillet 1462, à Rupelmonde. Groothuis, Karel van Charolais in Holland p 22 n. 13.
  • 87 Damen, De staat van dienst, p. 233-234.

36Les événements de l’automne 1463, évoqués ci-dessus, nous apprennent que le statut de Charolais avait acquis une qualité nouvelle. Tout d’abord, il dispose d’un hôtel qui ne jure que par lui et qui prend visiblement sa défense. Deuxièmement, il s’est établi en Hollande80. Après l’éclat de janvier 1457, Charolais, qui séjourne fréquemment en Hainaut (où il est seigneur du Quesnoy), commence à acquérir systématiquement des biens en Hollande et s’y tient de plus en plus souvent81. Il semble avoir compris qu’il lui fallait une base territoriale pour sa politique, et il l’établit nécessairement en périphérie, non pas au centre82. En 1459 il prend la succession d’un important seigneur hollandais, Jacques d’Abcoude, seigneur de Gaasbeek83 : il est désormais seigneur de Putten, Strijen, Half-Asperen, Heukelom et du pays d’Arkel, avec la ville et forteresse de Gorinchem, où il fera ériger la grosse Tour Bleue84. Le 25 avril 1462, cette base est encore agrandie par le don que sa mère lui fait du Gooiland avec les villes de Naarden, Muiden et Weesp85. En juillet 1462, il réussit à se faire nommer lieutenant en Hollande par le duc86. Il avait établi un réseau de relations avec les villes, les nobles et les administrations ducales établies à La Haye. Les premiers à en pâtir furent les Croy, en la personne de Jean de Lannoy, gouverneur de Hollande87.

  • 88 Vaughan, Philip the Good, p. 344-345.
  • 89 Vaughan, Philip the Good, p. 345, d’après une lettre de Peter Knorre, A. Bachmann, Urkundliche Nach (...)

37Mais le duc, lui aussi commença à s’inquiéter. Car Charolais acquit un stature politique en Hollande qui porta ombrage à sa souveraineté. Au moment même où le duc lui coupait les vivres, le comte commençait à organiser la reconnaissance de sa succession par les États de Hollande88. Le bruit courait même qu’il avait demandé au duc de le faire comte de Hollande au lieu de lui payer des sommes annuelles — ce que celui-ci aurait refusé, voulant rester le seul prince, de son vivant89.

  • 90 Vaughan, Philip the Good, p. 345-346, 374-375.

38Le conflit entre père et fils atteignit effectivement son apogée vers la fin de 1463. Une réunion des États généraux des Pays-Bas en janvier-février 1464 le désamorça. Le duc et le comte se réconcilièrent en juin, mais l’éviction des Croy prendra encore presque neuf mois90.

Vieillesse et maladie : Le duc décline, le comte monte

  • 91 Voir, pour tout ce qui concerne la croisade bourguignonne, la thèse d’Habilitation de J. Paviot, L (...)
  • 92 Cf. Vaughan, Philip the Good, p. 346 et s., 374.

39Le désaccord entre le père et le fils n’était cependant pas exclusivement une affaire d’hommes et de faveur. Il y avait aussi un profond désaccord sur la politique à mener. La prépondérance des Croy, Charles la jugeait néfaste parce qu’elle affaiblissait les défenses de l’État. Le duc, qui voulait réellement partir à la croisade contre le Turc91, souhaitait la paix avec un roi de France qui ne voulait pas la lui accorder. Cette politique d’apaisement qui s’appuyait sur les Croy mena finalement, en 1463, à la rétrocession des villes de la Somme au roi Louis XI, privant ainsi la frontière Sud de l’État bourguignon de places aussi importantes qu’Amiens, Saint-Quentin, Péronne et Abbeville92.

  • 93 Vaughan, Philip the Good, p. 397.– Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 282 et n. 26 (d’après H. David, Ch (...)
  • 94 Heers, Louis XI, p. 52-53.

40Par ailleurs, les maladies répétées du duc et son état de santé de plus en plus défaillant suscitèrent un inexorable processus de transfert de fidélités93, tout comme la maladie de Charles VIII eut pour conséquence une autorité croissante du Dauphin94.

8. La chute des favoris

  • 95 Le cas-type est l’affaire du bâtard de Rubempré, voir Vaughan, Philip the Good, p. 374-375.

41L’une des conséquences de la lutte entre anciens et nouveaux, « ins and outs », est la progressive crispation des positions et l’accroissement des rumeurs, des suspicions95 et parfois des crimes. Tombent d’abord les favoris secondaires, puis les véritables détenteurs du pouvoir. En l’occurrence Jean Coustain, puis les Croy eux-mêmes. Si, dans un premier temps, ce fut le duc qui éloigna des hommes de l’entourage de son fils, c’est maintenant le fils qui met hors d’état de lui nuire les favoris de son père.

La fin de Jean Coustain

  • 96 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 4, p. 234-269 (p. 238) ; cf. Vaughan, Philip the Good, (...)
  • 97 Bartier, Charles le Téméraire, p. 31-32. Cf. F. Collard, L’assassinat manqué de Charles le Témérair (...)
  • 98 Cf. F. Collard, Grandeur et chute d’un conseiller du roi. L’affaire Pierre de la Brosse, L’Histoir (...)
  • 99 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 4, p. 240.
  • 100 Cf. Collard, Une arme venue d’ailleurs.
  • 101 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 4, p. 243 et s. C’est le futur Grand bailli de Ferette, (...)
  • 102 Il ne figure pas dans les écrous du comte, Kruse, Hof Amt und Gagen, passim.
  • 103 Tous les deux sont près du duc immédiatement avant l’arrestation de Coustain, et le seigneur de Cr (...)
  • 104 De Pierre de Hacquembac ne fut jamais content depuis, au moins de longue piece, ainsi Georges Chas (...)
  • 105 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 4, p. 254-257.
  • 106 L’affaire Coustain est brièvement évoquée fin oct. 1463 dans la lettre de Peter Knorre (cidessus, (...)

42Coustain, se sentant en danger, nous l’avons vu, prend la sinistre décision, selon Chastellain96, de faire empoisonner Charolais97 — un cas qui est loin d’être unique98. Par personne interposée, il fait venir ce qu’il faut de Lombardie99 (pays de tous les poisons100), mais ne rémunère pas son complice comme promis. Mécontent, celui-ci parle et se confie, à Bruxelles, en juillet 1462, à un homme du comte qui n’est autre que Pierre de Hagenbach101, ainsi qu’à Tristan de Toulongeon, serviteur du duc102. Les deux hommes, preuves à l’appui, avertissent le comte, qui, entouré de chevaliers de la Toison d’or, d’Antoine et de Jean de Croy notamment103, informe le duc. Celui-ci, dans un premier temps, est indigné contre Hagenbach104 et Toulongeon, car ils ne l’ont pas averti en premier, car estoient à luy de leur serment105. Le lendemain, Coustain est amené par les hommes du comte au château de Rupelmonde, confesse tout à Charolais et bien d’autres choses encore, terribles et tenues en grand secret ; il est rapidement exécuté en sa présence106.

Le coup d’État de mars 1465

  • 107 Jacques du Clercq, Mémoires, t. 4, p. 24-33 (citation p. 30), avec reproche de sorcellerie ; George (...)

43Cette chute tonitruante n’était qu’un prélude à celle des Croy, en mars 1465. Le 5 février 1464, Charles avait bien caractérisé la situation devant les États généraux en prétendant que le seigneur de Croy, le voyant s’approcher, se serait écrié : Veés ichy ce grand diable qui vient, tant qu’il vive nous n'aurons biens a la cour107. En effet, c’était l’un ou l’autre.

  • 108 Voir Briefwechsel, t. 1, p. 111-115 (nos 233-247) et p. 116-118 (nos 253-260).– Vaughan, Philip th (...)
  • 109 Vaughan, Philip the Good, p. 378-379.
  • 110 Cf. J. Krynen, La rébellion du Bien public (1465), Ordnung und Aufruhr im Mittelalter, éd. M.T. (...)
  • 111 P. Bonenfant, J. Stengers, Le rôle de Charles le Téméraire dans le gouvernement de l’État bourguig (...)

44Durablement réconcilié avec son père dès juin, de plus en plus influent depuis septembre 1464, le comte tente une dernière fois de se réconcilier avec le seigneur de Croy, puis prépare son éviction. Elle est publiée dans deux manifestes du 12 et du 22 mars, envoyés à toutes les seigneuries de l’État bourguignon, villes et pouvoirs laïques et ecclésiastiques108. Les places fortes placées sous leur commandement sont saisies, plusieurs de leurs partisans sont arrêtés ; les Croy et les Lannoy s’exilent en France où, à leur désagréable surprise, Louis XI ne les soutient que mollement. Charles avait pris le pouvoir et il se fit reconnaître comme héritier par les États généraux et plusieurs États provinciaux109. Il dirige la révolte des princes contre Louis XI110, se fait restituer les villes de la Somme, cédées en 1463, commence à soumettre la cité rebelle de Liège. En droit, il n’agit qu’en lieutenant de son père, et il respecte cette fiction. En fait c’est lui qui décide111. Bien préparée, la succession ne posera plus de réel problème quand le vieux duc mourra, à l’âge de 71 ans, le 15 juin 1467.

9. L’hôtel comtal en temps de crise (1463-1467)

  • 112 Kruse, Hof, Amt und Gagen.– Groothuis, Karel van Charolais in Holland.– Damen, De staat van dienst.

45Que devient l’hôtel et l’entourage comtal pendant ces temps de crise ? Malheureusement je ne puis fournir l’analyse prosopographique minutieuse dont l’on a besoin pour le savoir. Elle reste à faire et serait à compléter par une étude des nouveaux officiers dans les provinces. Car la grande question est de savoir comment le comte s’est préparé au moment où il avait à prendre le pouvoir, c’est-à-dire où sa nouvelle équipe devait remplacer celle en charge. Car tout changement de régime est alors un changement d’hommes et de réseaux. Quelques travaux112, cependant, permettent de donner des réponses partielles aux questions suivantes :

Qui sont ces hommes ?

  • 113 Groothuis, Karel van Charolais in Holland, Bijlage B, donne l’itinéraire hollandais des principaux (...)

46Le cercle des hommes vraiment influents est toujours restreint. Nous mentionnerons Jean d’Auxy et Haneron, puis des nobles de souche comme Guy de Brimeu et des nobles de fraîche date comme Guillaume Lejeune, seigneur de Contay, et des gens ignobles qui deviendront nobles, comme Guillaume de Bisches. Il y a aussi les spécialistes du droit et de la finance comme Guillaume de Clugny, archidiacre d’Avallon, et Jean Gros. Puis des Hollandais : Antonis Michiels, à la tête de l’administration comtale, le noble Adriaan van Borsselen et le clan des Boschhuijsen de Leyde113.

S’agit-il d’hommes nouveaux ou de familles anciennes, au service des ducs depuis longtemps ?

  • 114 Groothuis, Karel van Charolais in Holland, p. 22.– Damen, De staat van dienst, p. 194, 226-229, 238 (...)
  • 115 Damen, De staat van dienst, p. 213-214 et n. 20.
  • 116 Pour Floris, voir Damen, De staat van dienst, p. 215-218 ; pour son fils, Jan van Boschhuijsen, dé (...)
  • 117 Il y a un problème concernant Pierre de Goux : selon Bartier, il sert, et depuis longtemps, le duc (...)
  • 118 Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 269, 270 et n. 465, p. 285, 314. Cf. pour Hugonet ci-dessous n. 129.

47Antonis Michiels, emprisonné par Philippe en août 1463 et libéré par les hommes de Charles114, au plus fort de la crise, qui atteint ainsi son apogée, est un Flamand, actif en Hollande, bien en cour déjà en 1439 ; ce n’est pas un homme nouveau ; il est conseiller de Charles en 1454 déjà, et c’est lui qui donna en 1460 à un nouveau polder de la seigneurie de Putten le nom de « Charolais115 ». Floris van Boschhuijsen, Hollandais, patricien de Leyde, avait été au service de Philippe le Bon, mais, forcé de rompre avec sa ville, il cherchait un nouveau patron. Il le trouva en la personne de Charolais ; son fils Jean figure sur les premières listes de gages de celui-ci ; et son frère cadet Brunink entra également à son service116. Les autres confidents sont inscrits dans une plus longue tradition encore de service : les Clugny, les Gros de Bourgogne117, les Brimeu et Lejeune de Picardie. Hugonet est bien originaire de Mâcon, mais sa famille n’a pas jusqu’ici fréquenté la cour. Et Bisches, ancien serviteur du receveur général Martin Comille, vient on ne sait d’où118.

Les conseillers les plus proches sont-ils des compagnons d’enfance ou des ralliés récents ?

  • 119 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 184-185.
  • 120 Paravicini, Guy de Brimeu, en particulier p. 469-470.
  • 121 Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 184-185 n. 199 (bibliogr.). Pour sa trahison : Sterchi, Über den Umga (...)
  • 122 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 185 n. 120.– Cools, Mannen met macht, p. 281-283, no 59 (notice).– Deb (...)
  • 123 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 185 n. 124.

48Nous avons déjà souligné l’importance du groupe des gentilshommes. Tous ont par après rempli d’honorables rôles dans l’administration de l’État bourguignon, mais trois d’entre eux ont fait partie des proches du Téméraire, qui les fit élire chevaliers dans son ordre de la Toison d’or119 : Guy de Brimeu tout d’abord, pour un temps, en 1474-1475, le conseiller le plus influent du duc120 ; Philippe de Crèvecœur, grand capitaine, plus tard maréchal de France121 ; enfin Philippe de Croy122. Le fidèle des fidèles a été Guy de Brimeu, bien que sa décapitation, en avril 1477, ne nous permet pas de dire si ses possessions picardes ne l’auraient pas attiré, lui aussi, dans le camp français. Philippe de Crèvecœur qui portait, comme les autres Philippe, le nom du duc, son parrain, se rallia rapidement à Louis XI et fit une grande carrière sous Charles VIII ; Philippe de Wavrin abandonna également la cause bourguignonne en 1477123. Nous l’avons vu, Philippe de Croy tomba en disgrâce en 1465, avec toute sa famille, mais il regagna rapidement la faveur du duc, dès 1468, et sera promu comte (de Chimay) en 1473. Le groupe des gentilshommes a donc eu son importance et en partie l’effet voulu ; mais sa fidélité n’a pas partout survécu à la mort du maître.

  • 124 Guillaume le Jeune, seigneur de Contay : Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 61, 127, 190, 192, 198, 203, (...)
  • 125 Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 199, 219 n. 241, 255, 314.
  • 126 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 119, 219 n. 237, 259, 318 ; pas encore en 1454 (Roland Pippe est audie (...)
  • 127 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 107, 199, 207, 218 n. 232, 255, 263, 325.
  • 128 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 318.
  • 129 W. Paravicini, Zur Biographie von Guillaume Hugonet, Kanzler Herzog Karls des Kühnen, Festschrift (...)

49D’autres montent quasiment aussi haut : les le Jeune de Contay, père et fils124, et Jan van Boschhuijsen sont déjà au service du comte en 1456125, tout comme Jean Gros126, et quelqu’un qui est, lui aussi, bien en cour : Jean le Tourneur127. Assez curieusement, ni Guillaume de Clugny, ni Pierre de Goux n’apparaissent dans les écrous du comte ; ils n’ont donc pas appartenu au sens strict à son hôtel. Pierre de Hagenbach y apparaît assez tard128 et Guillaume Hugonet pas du tout : Hugonet n’est passé qu’en 1465 du service de la maison de Bourbon à celui du Téméraire, dès que la crise fut surmontée129. Il serait intéressant d’étudier les autres ralliements et changements de parti, de s’intéresser aux opportunistes et à ceux qui retournent leur veste après mars 1465.

Que deviennent-ils après la prise de pouvoir ?

50Auxy, Haneron, Michiels, Floris van Boschhuijsen sont des hommes relativement âgés : ils se maintiendront durant un temps, mais, hormis Haneron, décédé en 1471, n’appartiennent plus, après 1465/1467, au coeur du pouvoir. Les autres, y compris Philippe de Croy, une fois rentré en grâce, seront les grands favoris : les Gros, les Clugny et les Bisches, les chanceliers de Goux et Hugonet, Guy de Brimeu et les Contay, pour ne parler que d’eux, tiendront le haut du pavé. Pour eux, la traversée du désert a payé. Et les Rolin occupent des positions honorables, sans jamais recouvrer l’importance qui avait été la leur.

  • 130 Des éléments valables d’après les archives de l’Ordre de la Toison d’Or dans Sterchi, Über den Umg (...)

51Moins bien connu est le sort du parti des Croy : connu dans ses grandes lignes, mais point étudié quant aux procédés, son retour en grâce reste à écrire130.

10. Une crise maîtrisée ? Des hommes nouveaux ou des conceptions nouvelles ?

  • 131 Damen, De staat van dienst, p. 211.

52Voilà donc cette crise de succession enfin maîtrisée. Au début de son règne et durant longtemps, le duc Charles sera bien servi. Les fidélités anciennes et nouvelles seront transférées au nouveau duc. Comme les relations avec les détenteurs du pouvoir sont essentielles, on réagit vite. Ainsi Frank van Borsselen transfère-t-il la pension payée à Antoine de Croy en 1465/1466 à Guillaume Bische et Jean Gros, en la réduisant quelque peu131.

  • 132 Damen, De staat van dienst, p. 240.

53La fidélité n’est pas un mobile en soi. Elle est argument, promesse, espoir, à condition d’avoir des chances raisonnables d’aboutir à quelque avantage et d’être récompensée à temps. La belle unité autour du comte dont témoigne la scène touchante par laquelle nous avons commencé, n’est que momentanée : il n’y a aucune solidarité des clients entre eux. Ils se disputent âprement tout avantage distribué par le prince, et tout avantage de l’un sur l’autre est créateur de fortes tensions et de maint procès132. Commynes l’observe, rétrospectivement :

  • 133 Philippe de Commynes, Mémoires, t. 2, p. 331.

[Charolais] n’avoit riens de son père, mais ce pays de Hollande estoit trop riche et luy faisoit de grans dons et plusieurs grosses villes des autres pays, pour l’esperance qu’ilz avoient d’acquerir sa grâce pour le temps advenir133.

54Chastellain, lui, est encore plus critique, et c’est pure vérité que de dire, en parlant du prince héritier :

  • 134 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 5, p. 367.

[...] paravent qu’il venist à seigneurie, et qu’il assoit souffreteux, beaucoup de gens avaricieux et convoiteux extrêmement, et de diverses notes, s’assoient ombroiés entour de luy, sur l’espoir du temps futur ; et lesquels, luy maintenant venu à terre, le saisirent à bras, et y obtinrent le gouvernement, l’un en une manière, l’autre en une autre [...]134.

  • 135 Paravicini, L’arsenal intellectuel d’un homme de pouvoir : les livres de Guillaume Hugonet, p. 261- (...)

55Reste à savoir si la nouvelle troupe du Téméraire n’a pas, en quelque sorte, une autre tonalité que la troupe précédente, s’il y a simple changement de personnel ou changement de mentalité politique. Il semble que c’est de ceci qu’il s’agit. Avec Guillaume Hugonet, formé en Italie, de nouvelles notions politiques, déjà perceptibles à l’époque hollandaise, s’imposent. Elles contribuent à donner une modernité accrue au règne135 — et à le faire haïr.

***

  • 136 Cf. les conflits entre les rois/empereurs Henri IV et V ou Frédéric II et Henri (VII), entre les d (...)
  • 137 Le cas de l’hôtel du roi Charles VII en 1461 est décrit par P. Contamine dans ce volume.
  • 138 M. P. Contamine (Paris) le rappela dans la discussion de cette communication, évoquant l’exemple d (...)

56Un prince ne pouvait rien autant souhaiter que d’avoir un fils héritier qui assure la survie de la lignée et de sa maison. Mais, alors qu’il vieillit, rien ne met autant son pouvoir en danger que cet héritier, parvenu à l’âge adulte et apte à régner. Si le père représentait le passé et au mieux le présent, l’héritier incarne l’avenir. Régulièrement cette coexistence, insupportable à la longue, divisa la cour et polarisa les clientèles136. Ceux qui, par la grâce du prince, détenaient le pouvoir avaient tout à craindre d’un changement de régime, car, au sein des corps constitués, très rares étaient les postes conservés par-delà la mort du prince et l’hôtel était cassé automatiquement à cette même occasion137. Ceux qui étaient exclu du défunt pouvoir, avaient en revanche tout à espérer du futur. Mais il était imprudent de trop s’avancer : le jeune prince pouvait mourir avant son père138. Il y avait bien sûr des procédés et des techniques religieuses, juridiques et sociales permettant de limiter ces tensions et d’éviter ces conflits néfastes. Mais dans certaines conditions ces contradictions apparaissaient au grand jour et mettaient la principauté en danger. Plus ou moins virulentes, elles étaient une constante dans tout régime héréditaire et marquaient fortement les âpres luttes d’influence dans les entourages princiers.

Notes

1 La date précise de sa naissance a été établie par H. Kruse, Hof Amt und Gagen. Die taglichen Gagenlisten des burgundischen Hofes (1430-1467) und der erste Hofstaat Karls des Kühnen (1456), Bonn, 1996, p. 157 n. 27 : c’est le 11 novembre 1433.

2 Georges Chastellain, Œuvres, éd. J.B.M.C. Kervyn de Lettenhove, t. 4, Bruxelles, 1864, p. 333-337. Cf. Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 13-14 et n. 24.– B. Groothuis, Karel van Charolais in Holland, 1457-1465, Thèse inédite, Univ. Leyde, 1990, p. 23 et n. 24.

3 Cet ordre de grandeur correspond aux chiffres établis par Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 244, 271, 278 : 190 officiers, dont une centaine présents à la fois, en tout un maximum de 210 personnes environ et 180 chevaux.

4 Cf. J. Huizinga, L’Automne du Moyen Âge [1919], avec un entretien avec J. Le Goff, Paris, 1980 (cité par Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 14 n. 24), p. 18 (ch. 1) : « L’arrangement de ce tableau est naturellement de Chastellain et nous ne savons pas en quelle mesure ce récit est conforme à la réalité. Mais ce qui importe pour nous, c’est que ce chroniqueur voit son prince sous les formes simplistes de la ballade populaire. Pour lui, toute l’affaire est dominée par les sentiments primitifs de fidélité réciproque. »

5 G. Althoff, Empörung, Tränen, Zerknirschung. Emotionen in der öffentlichen Kommunikation des Mittelalters, dans Id., Spielregeln der Politik im Mittelalter. Kommunikation in Frieden und Fehde, Darmstadt, 1997, p. 258-281.

6 Voir plus bas à la note 93 pour sa santé et ses maladies.

7 Voir Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 280-281.

8 J. Heers, Louis XI. Le métier de roi, Paris, 1999, p. 51 : « procédé ordinaire que de tabler sur sa fortune à venir en s’engageant à combler plus tard, de valeurs et de revenus, le prêteur complaisant ». Cf. Philippe de Commynes, Mémoires, éd. J. Calmette G. Durville t. 2 Paris, 1925, p. 329.

9 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 14 n. 24, et les textes dans Der Briefwechsel Karls des Kühnen (1433-1477). Inventar, éd. W. Paravicini, réd. S. Dünnebeil, H. Kruse, t. 1, Francfort-sur-le-Main, 1995, p. 91, nos 174-176 (où il est écrit par erreur 12 000 1.), 180-182. Cf. Commynes et Chastellain, ci-dessous n. 131-132. L’affaire est également évoquée dans la lettre de Peter Knorre, écrite fin oct. 1463 (à Bruxelles) (ci-dessous, n. 89), p. 24-25 : le comte de Charolais s’est rendu avec sa femme en Hollande, da haben yn die stete mit groβen eren entpfangen, bittinde, ir gnediger herr zu sein, und ob er nichts hett, efi solt ym dannoch an gelde und gute nicht gebreche[n], wann sie getruwen ime des gnug zu geben und ine bifi uff den letzsten pfennig nicht zu lafien. Item man sagt, das der herr von Charlois seine diener, die im von seinem vater zugebin sin, vast geurlaubt habe. Cf. groothuis, Karel van Charolais in Holland, p. 24 n. 27, 71-72 : Karel in geldnood : demandes de 1200, 200 l.

10 Cf M. Damen, De staat van dienst. De gewestelijke ambtenaren van Holland en Zeeland in de Bourgondische periode (1425-1482), Thèse, Univ. Libre d’Amsterdam, 2000, p. 209-222 (publiée : Hilversum, 2000).

11 Groothuis, Karel van Charolais in Holland, p. 71-72. Selon Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 271, 55 1. étaient le montant maximum des gages d’une journée.

12 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 4, p. 264.

13 georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 3, p. 273, l’appelle, en pleine crise de janvier 1457, la garde et fermoer des secrets de son maistre. Cf. W. Paravicini, Philippe le Bon en Allemagne, Revue belge de Philologie et d'Histoire, t. 75, 1997, p. 1002 n. 67.

14 Cette filiation dans R. Vaughan, Philip the Good. The apogee of Burgundy, Londres, 1970, p. 344 ; mais cf. ci-dessous n. 103.

15 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 4, p. 237. C’était Isabeau Machefoing, d’une puissante famille dijonnaise ; cf. W. Paravicini, Invitations au mariage. Pratique sociale, abus de pouvoir, intérêt de l’État à la cour des ducs de Bourgogne, 1399-1489, Stuttgart, 2000, p. 95, no 64 (1449). Veuve, elle sera épousée vers 1478 par O. de la Marche, voir H. Stein, Olivier de La Marche. Historien, poète et diplomate bourguignon, BruxellesParis, 1888, p. 12.– Id., Nouveaux documents sur Oliver de La Marche et de sa famille, Bruxelles, 1922, p. 11. Pour les mignons voir P. Contamine, Pouvoir et vie de cour dans la France du xve siècle : les mignons, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Comptes rendus, 1994, p. 541-554.

16 Cf. C. Piérard, Art. Jean IV, seigneur et ber d’Auxy, Les Chevaliers de l'Ordre de la Toison d’or au XVe siècle. Notices bio-bibliographiques, éd. R. de Smedt, 2e éd., Francfort-sur-le-Main, 2000, p. 106-107, no 45, et surtout Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 161 et 170-172. Une monographie manque.

17 Cf. Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 161 et 169-170 et n. 75 (travaux, dont H. Stein, Un diplomate bourguignon du xve siècle. Antoine Haneron, Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 98, 1937, p. 283-348), p. 218 n. 233.– G. Small, Georges Chastelain [sic] (c. 1415-1475) : Political and historical culture at the court in the fifteenth century, Woodbridge, 1997, p. 34 et n. 137, p. 255.– M. Sommé, Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne. Une femme au pouvoir au XVe siècle, Villeneuve d’Ascq, 1998, p. 56-58. Ce personnage intéressant, l’un des premiers humanistes des Pays-Bas, n’a pas encore trouvé son biographe.

18 Olivier de la Marche, Mémoires, éd. H. Beaune, J. d’Arbaumont, t. 2, Paris, 1883-1888, p. 51-52 ; cf. W. Paravicini, Guy de Brimeu. Der burgundische Staat und seine adlige Führungsschicht unter Karl dem Kühnen, Bonn, 1975, p. 86-87.– Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 176 n. 94, p. 180-181.– M. Sommé, Les jeunes nobles à la cour de Bourgogne au xve siècle, Erziehung und Bildung bei Hofe, éd. W. Paravicini, J. Wettlaufer, Stuttgart, 2002 (sous presse).

19 Son père Jean avait été gentilhomme du duc Philippe, Paravicini, Guy de Brimeu, p. 75 et 92.

20 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 181.

21 Paravicini, Guy de Brimeu, p. 88 n. 12.

22 Cf. Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 239 et n. 365.

23 Olivier de la Marche, Mémoires, t. 2, p. 51, signale aussi parmi les nobles accompagnant Charolais Antoine, (le Grand) Bâtard de Bourgogne, et Hugues de Bade-Hochberg, fils cadet du marquis Guillaume de Rötteln.

24 Paravicini, Guy de Brimeu, p. 88 et n. 12.– Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 182.

25 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 181.

26 Il y avait d’autres, mais de moindre rang : les pages. Voir les noms en 1456-1457 dans Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 235-236 et 253 (Vaudrey, Villers, Vautravers, Gamel, Lattre, Servolles, Bournel de Thiembronne, Marchant). Pour l’éducation des jeunes à la cour : Sommé, Les jeunes nobles.

27 Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 185 et n. 121 (grand veneur de Brabant), p. 229 et n. 307 ; cf. C. Niedermann, Das Jagdwesen am Hofe Herzog Philipps des Guten von Burgund, Bruxelles, 1995, p. 88-95 (son père, le précède dans l’office, mais il le perdit en 1467 et mourut en 1472).

28 W. Paravicini, Expansion et intégration. La noblesse des Pays-Bas à la cour de Philippe le Bon, Bijdragen en Mededelingen betreffende de Geschiedenis der Nederlanden, t. 95, 1980 p. 306-312.

29 Kruse, Hof, Amt und Gagen,p. 157 n. 27, d’après Paris, B.N.F., Coll. de Bourgogne, 99, p. 400-401 (cop. xviiie s.).– Sommé, Isabelle de Portugal, p. 55.

30 Vaughan, Philip the Good, p. 340 (sans note), probablement d’après J. Bartier, Charles le Téméraire, Bruxelles, 1944 (nlle éd. ill., Bruxelles, 1970, éd. all., Genève, 1976), p. 19 : « la générosité paternelle ne se contente pas de la gratifier d’une grosse pension, mais elle l’a aussi rendu maître d’un beau domaine rural — non d’une seul tenant, mais divisé en seigneuries éparses dans touts les provinces bourguignonnes : Rhode-le-Duc en Brabant, Montaigle dans le Namurois, les Quatre-Métiers en Flandre, d’autres encore en Artois, dans le Hainaut, en Hollande surtout... ». Puis il constate l’absence d’étude sur cet aspect de l’activité du Téméraire — ce qui est toujours le cas. Voir en attendant : W. Paravicini, Karl der Kühne. Das Ende des Houses Burgund, Gottingen, 1976, p. 21.– M. Sommé, La jeunesse de Charles le Téméraire d’après les comptes de la cour de Bourgogne, Revue du Nord, t. 64, 1982, p. 731-750.– Sommé, Isabelle de Portugal, p. 55.– Id., Une mère et son fils : Isabelle de Portugal après son départ de la cour (1457-1471) et Charles le Téméraire, Autour de Marguerite d'Écosse. Reines, princesses et dames du XVe siècle. Actes du colloque de Thouars (23 et 24 mai 1997), éd. G. et P. Contamine, Paris, 1999, p. 99-121.

31 Vaughan, Philip the Good, p. 343.

32 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 209 n. 181. M. Holger Kruse (Kiel) en prépare l’édition.

33 Cf. pourtant sa curieuse lettre adressée le 3 septembre 1449 de Bruges à la ville de Dijon, traduite dans Vaughan, Philip the Good, p. 340-341 = Briefwechsel, t. 1, p. 43, no 2. Elle pourrait signaler une intention de s’y rendre.

34 W. Paravicini, Charles le Téméraire à Tours, Mélanges Bernard Chevalier, éd. M. Bourin, Tours, 1989, p. 47-69.

35 Vaughan, Philip the Good, p. 341-342.– Sommé, Isabelle de Portugal, p. 59 et n. 133.– Bartier, Charles le Téméraire, p. 20 (note un précédent en 1451).

36 Pour ce mariage voir Vaughan, Philip the Good, p. 342-343.

37 Vaughan, Philip the Good, p. 342. Pour des lettres closes voir Briefwechsel, t. 1, p. 48 et s. ; pour les chartes et mandements : H. Stein, Catalogue des actes de Charles le Téméraire (1467-1477), éd. S. Dünnebeil, Sigmaringen, 1998, p. 614 et s.

38 Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 168 et n. 69.

39 Voir Paravicini, Philippe le Bon en Allemagne, p. 967, 995, 1002.

40 C’est aussi le jugement de Vaughan, Philip the Good, p. 340.

41 Cf. Louis XI, Lettres, éd. J. Vaesen, E. Charavay, t. 1, Paris, 1883, p. 177 et s.– Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 3, p. 177 et s.– Jacques du Clercq, Mémoires, éd. F. de Reiffenberg, 2e éd., t. 2, Bruxelles, 1835, p. 223 et s.– Éléonore de Poitiers, Les états de France (les honneurs de la cour), éd. J. Paviot, Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France, 1998, p. 94-96.– F. de Reiffenberg, Mémoire sur le séjour que Louis, dauphin de Viennois, depuis roi sous le nom de Louis XI, fit aux Pays-Bas de l’an 1456 à l’an 1461, Bruxelles, 1829.– G. du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, t. 6, Paris, 1891, p. 88 et s-P. Champion, Louis XI, 2e éd., t. 1, Le Dauphin, Paris, 1928, p. 208 et s.– Vaughan, Philip the Good, p. 353 et s., 366.– P.M. Kendall, Louis XI, Londres, 1971, p. 81 et s., 400-403.– P.-R. Gaussin, Louis XI, un roi entre deux mondes, Paris, 1976, p. 40-43.– Heers, Louis XI, p. 46-54.– J. Favier, Louis XI, Paris, 2001, p. 157-185. Le séjour bourguignon de Louis XI n’a jamais été traité à fond. Quelques comptes journaliers de le dépense de son hôtel sont conservés, en date du 18-20 et 30 oct. et du 1er et 3 nov. 1456 (Lille, ADN, B 3421, no 117.021-117.026).

42 Paravicini, Charles le Téméraire à Tours, p. 47-69.

43 Il intervient dans la scène du 17 janvier 1457, voir ci-dessous.

44 Heers, Louis XI, p. 47 le prétend, sans fournir de preuves. Une remarque dans Georges Chastellain, Chronique. Les fragments du livre IV révéles par l’Additional Manuscript 54156 de la British Library, éd. J.-C. Delclos, Genève, 1991, p. 109, pourrait éventuellement être interprété en ce sens, et olivier de la marche, Mémoires, t. 2, p. 415, observe une plus grand déférence des Croy envers le Dauphin qu’à l’égard de Charolais. On serait cependant tenté de dire que c’était là son genre. Jean de Croy était l’un des deux ambassadeurs du duc à Charles VII, envoyés afin de lui expliquer l’arrivée du Dauphin, et le même Jean fut parrain de Joachim, fils (aussitôt mort) du Dauphin.

45 Cf. Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 267 n. 457, qui discute, et réfute, la thèse de Kendall Louis XI, p. 400-403 : « [...] the Dauphin’s men were beginning to wonder if the whole episode [...] had not been arranged by Philip the Good [...] to let the Dauphin see how his quarrel with his father was really regarded at the Court of Burgundy. »

46 Vaughan, Philip the Good, p. 354. Cf. Heers, Louis XI, p. 52, 53-54.

47 Voir sa réaction aux maladies, puis à la mort de son père, Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 5, p. 228.

48 Voir la contribution de P. Contamine, dans ce volume.

49 Olivier de la Marche, Mémoires, t. 2, p. 420.

50 Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 159-272.

51 Sa « gouvernante » était une noble bourguignonne, Marguerite de Sercey, femme de Jacques de Villers-la-Faye, Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 163. Autre présence féminine dans son entourage : la femme du Portugais Alvaro Alfonso, serviteur de la duchesse Isabelle de Portugal, id., p. 164 s. et n. 52.

52 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 165 s., 192 (jusqu’au mois d’août 1454).– Sommé, Isabelle de Portugal, p. 264-265, 309-310.– Paravicini, Invitations au mariage, p. 51, no 15.

53 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 175, 177. Pour le personnage : id., p. 202 n. 170, p. 216 n. 221, p. 251 n. 408.– Sommé, Isabelle de Portugal, p. 305 et passim.

54 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 193 et s., la reconstruction du contenu nominatif de l’ordonnance p. 245 et s. ; sur le fait que le duc l’aurait jetée au feu (mentionné par Olivier de la Marche, Mémoires, t. 2, p. 417). De fait, l’hôtel indépendant commença à s’organiser entre le 30 janvier et le 27 février 1456, ce dernier jour étant celui du premier compte de gages journalier de cet hôtel conservé (Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 196).

55 Son père l’avait forcé à se marier avec Isabelle de Bourbon, mariage consommé le 30 oct. 1454 (cf. ci-dessus, n. 36). Charles avait déjà été marié en 1438, à l’âge de cinq ans, à Catherine de France, morte en 1446.

56 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 264-265.

57 Les sources historiographiques sont : Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 3, p. 230-294, en particulier p. 232-240, et Georges Chastellain, Chronique, éd. Delclos, p. 103-111 (en particulier p. 103-105) et p. 284 (essentiel).– Olivier de la Marche, Mémoires, t. 2, p. 414-421.Jacques Du Clercq, Mémoires, t. 2, p. 237-238.– Actes des États généraux des anciens Pays-Bas, t. 1, Actes de 1427 à 1477, éd. J. Cuvelier, Bruxelles, 1948, p. 85, 92. Cf. Vaughan, Philip the Good, p. 338-339.– Paravicini, Guy de Brimeu, p. 105 et n. 91-92 (bibliographie) : Guy de Brimeu ne semble pas avoir souffert de cette controverse.– Paravicini, Karl der Kühne, p. 17-19-Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne, 1397-1471, éd. C. Lemaire et M. Henry, [Catalogue d’exposition], Bruxelles, 1991, p. 50-51.– Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 201 n. 185, p. 215 n. 215 (d’Usie), p. 245 n. 385, et surtout p. 265-270, où le récit des chroniqueurs est utilement confronté avec chartes et comptes. En dernier lieu : M. Prietzel, Guillaume Fillastre der Jüngere (1400/07-1473). Kirchenfürst und herzoglich-burgundisch Rat, Stuttgart, 2001, p. 197-198, et P. von Moos, Enleitung : Fehltritt, Fauxpas und andere Transgressionen im Mittelalter, Der Felhtritt. Vergehen und Vesehen in der Vormoderne, éd. P. von Moos, Cologne-Weimar-Vienne, 2001, p. 1-96 (p. 43-52).

58 Georges Chastellain, Chronique, éd. Delclos, p. 107.

59 Georges Chastellain, Chronique, éd. Delclos, p. 104 : ne pensoit point a renoncier a son jeusne maistre ne aux estas de son ostel quand le cas y escherroit, ains esperoit embrascier a deux léz auctorité et gouvernement soubz le hault vol du seigneur de Croy, son oncle.

60 Voir Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 266-267.

61 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 268.

62 Vaughan, Philip the Good, p. 338 : 4 000 hommes pour le comte palatin de Veldenz, en 1454 (voir également M.-R. Thielemans, Les Croy, conseillers des ducs de Bourgogne. Documents extraits de leurs archives familiales, 1337-1487, Bulletin de la Commission royale d’Histoire, t. 124, 1959, p. 103-108, no26), p. 345 : Charolais au sujet du seigneur de Croy devant les États généraux en 1464 d’après Jacques du Clercq, Mémoires, t. 4, p. 30 : qu’il avoit noeuf cent, que chevalliers, que escuyerss, qui lui avoient promis et juré le servir jusques a la mort.– Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 4, p. 471-492.

63 Pour les Croy (une monographie manque), voir Vaughan, Philip the Good, p. 336 et s., et p. 340 et s., leur groupe, comprenant le maréchal Thibaut IX de Neufchâtel, Guillaume Fillastre, Jean de Lannoy, gouverneur de Hollande, et d’autres. Cf. A. Grunzweig, Namur et le début de la Guerre du Bien Public, Études d’histoire et d'archéologie namuroises dédiées à Ferdinand Courtoy, t. 2, Gembloux, 1952, p. 531-565.– L. Régibeau, Le rôle politique des Croy à la fin du règne de Philippe le Bon (1456-1465), Mémoire de licence inédit, Univ. Libre de Bruxelles, 1956 [non vidi] ; W. Paravicini, Moers, Croy, Burgund. Eine Studie über den Niedergang des Hauses Moers in der zweiten Hälfte des 15. Jahrhunderts, Annalen des historischen Vereins für den Niederrhein, t. 179, 1977, p. 7-113.– C. Gobeaux, Jean et Philippe de Croy ou Au service des ducs de Bourgogne (1404-1482), Mémoire de licence inédit, Univ. de Liège, 1988 [non vidi].– C. Thiry, Les Croy face aux indiciaires bourguignons : George Chastelain, Jean Molinet, Hommages à Jean Dufournet, t. 3, Paris, 1993, p. 1363-1380-H. Douxchamps, Les quarante familles belges les plus anciennes subsistantes. Croy, Le Parchemin, t. 64, no321, mai-juin 1999, p. 172-216.– H. Cools, Mannen met macht. Edellieden en de Moderne Staat in de Bourgondisch-Habsburgse landen, ca 1475-ca 1530, Thèse, Univ. d’Amsterdam, 2000 (publiée : Zutphen, 2001), p. 149-154, 200-213 (Jacques de Croy e.a.) et 278-291 (notices biographiques).– J. Devaux, Un seigneur lettré à la cour de Bourgogne : Philippe de Croy, comte de Chimay, Mélanges Raphaël de smedt, t. 4, Louvain, 2001, p. 13-33.– B. Sterchi, Über den Umgang mit Lob und Tadel. Noblesse, vertu und renommée in Lektüre und Praxis des burgundischen Hofadels, 1430-1506, Thèse, t. 2, Bâle, 2002, p. 272 et s. (montée de la famille), 350-393 (disgrâce, devant la toison d’Or, rentrée en grâce).

64 Voir Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 3, notamment p. 286.

65 Pour les Rolin (la grande biographie de Nicolas Rolin manque toujours), voir Vaughan, Philip the Good, p. 340, et les travaux plus récents de R. Berger, Nicolas Rolin. Kanzler der Zeitenwende im burgundisch-französischen Konflikt 1422-1461, Fribourg, 1971.– H. Kamp, Memoria und Selbstdarstellung. Die Stiftungen des burgundischen Kanzlers Rolin, Sigmaringen, 1993.– La bonne étoile des Rolin, Mécénat et efflorescence artistique dans la Bourgogne du XVe siècle, [Catalogue d’exposition], Autun, 1994.– H.-F. Pridat, Nicolas Rolin 1376 ?-1462. Kanzler von Burgund im Schrifttum von fünf Jahrhunderten, Berlin, 1995, trad. fr., Dijon, 1996.– M.-T. Berthier, J.-T. Sweeney, Le chancelier Rolin 1376-1462. Ambition, pouvoir et fortune en Bourgogne, Précy-sous-Thil, 1998.– La splendeur des Rolin. Un mécénat privé à la cour de Bourgogne. Table ronde 27-28 février 1995, éd. B. Mauricechabard, Paris, 1999.

66 J. Bartier, Une crise de l’État bourguignon : la reformation de 1457, Hommage au professeur Paul Bonenfant, Bruxelles, 1965, p. 501-511.

67 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 3, p. 331.

68 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 3, p. 244.

69 Olivier de la Marche, Mémoires, t. 2, p. 415 : ainsi entra la maison de Bourgoingne en bende et en partialité, les uns portez du pere et les aultres portez du fils ; dont grant dommaige vint à ceste maison ; cf. p. 417 : la maison entra en partialité, dont moult de maulx advindrent.

70 Cf Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 4, p. 463,482.

71 Ayant changé de camp, il sera exclu de la Toison d’Or, voir M.-T. Caron, Art. Jean de Bourgogne, comte d’Étampes, Les Chevaliers de la Toison d’Or, p. 125-129, no 53. Cf. Vaughan, Philip the Good, p. 378, 391.– R. Vaughan, Charles the Bold. Last Valois duke of Burgundy, Londres, 1973, p. 10, 14, 44, 233, 248.– Sterchi, Über den Umgang mit Lob und Tadel, t. 2, p. 328-330.

72 Sommé, Isabelle de Portugal, p. 54-63.– Id., Une mère et son fils ; et voir sa contribution dans ce volume.

73 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 208.– Sommé, Isabelle de Portugal, p. 456-460.

74 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 3, p. 293-294.– Jacques du Clercq, Mémoires, t. 2, p. 239 (Bisches : ne avoit gueres de temps, estoit venu ung povre valeton du pays de Champagne vers Bourgogne, d’abord au service de Martin Comille, cf. H. Kruse, Les malversations commises par le receveur général Martin Comille à la cour de Philippe le Bon d’après l’enquête de 1449, Revue du Nord, t. 77, 1995, p. 307 n. 145 ; d’Usie : un escuyer, natif du pays de Bourgogne).– Olivier de la Marche, Mémoires, t. 2, p. 420 : éloignement des deux dont il avoit ymaginacion que ceulx estoient cause de tenir en fierté le filz contre le pere ; Bisches, homme saige et subtil, serait allé à Soissons et à Paris ; d’Usie se tira en sa maison en Bourgoingne, puis il entra au service de Charles VII, informant le Dauphin et le duc, tout comme Bisches ; et à ces deux fit le conte de grans biens en leur exil. Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 269-270 et n. 464. Cf. Actes des États généraux, t. 1, p. 84-85 (Antonis Michiels [aussi p. 86-87, 89, 90], Louis de Luxembourg, comte de St-Pol, Guillaume de Clugny, Bisches). Pour les reproches du duc : Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 4, p. 485-486 (St-Pol, Guillaume de Clugny ; Guillaume de Bische, le pire subtil garçon qui fust sous la nue, p. 486 ; Adrian van Borsselen, Antonis Michiels), et p. 491.

75 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 3, p. 294. Cf. Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 215 n. 215, p. 270 et n. 465.

76 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 3, p. 294. Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 270 et n. 465, qui donne la bibliographie, à compléter par G. de Moor, Guillaume de Bische(s), Nationaal biografisch woordenboek, t. 13, Bruxelles, 1990, col. 82-86, et Paravicini, Invitations au mariage, p. 115-119, no 94. Kruse dit fort justement que ces deux personnages mériteraient une étude détaillée ; G. Desmedt (Lille), prépare une biographie de G. de Bisches, et voir J.D. Ward, Guillaume de Clugny, Guillaume de Bische and Jean Gros : Three officials of Charles of Burgundy and their roles as mediators between the prince and the cities of Holland (1460-1477), Francia, en préparation.

77 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 3, p. 293-294, dit donc à tort qu’il fut privé de son estat entièrement et n'y put oncques revenir du vivant du père.

78 Philippe de Croy-Renty ne sera (re)nommé chambellan que le 18 mars 1475, devant Neuss, voir Thielemans, Les Croy, conseillers des ducs de Bourgogne. Documents, p. 130, no 35. Voir pour lui M. Debae, Art. Jean de Croy, Les chevaliers de l’ordre la Toison d’or, p. 174-176, no 74.– Cools, Mannen met macht, p. 283-284, no 60.

79 Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 270-271.

80 P.A. Meilink, Holland en het conflict tusschen Philipps de Goede en zijn zoon van 1463/64, Bijdragen voor vaderlandsche Geschiedenis en Oudheidskunde, t. 7, fasc. 5, 1935, p. 129-153 ; fasc. 7, 1935, p. 49-66, et Id., Dagvaarten van de Staaten-Generaal, 1427-1477, Bijdragen voor de Geschiedenis der Nederlanden, t. 5, 1951, p. 198-212.– Vaughan, Philip the Good, p. 343-345.– Groothuis, Karel van Charolais in Holland-H. v. Seggern, Herrschermedien im Spatmittelalter. Studien sur Informationsübermittlung im burgundischen Staat unter Karl dem Kühnen, Thèse inédite, Univ. de Trèves, 1999 (paraîtra dans les Kieler Historische Studien).– Damen, De staat van dienst, en part. p. 225-241.– Ward, Guillaume de Clugny, en préparation. Les Actes des États de Hollande seront publiés sous peu par J.G. Smit (La Haye). Voir aussi les études de A. Janse, Ambition and administration. Charles the Bold and the feudal levy in Holland, The propagation of power in the Medieval West, éd. M. Gosman et al., Groningue, 1997, p. 143-162 et Id., Het leenbezit van de Hollandse ridderschap omstreeks 1475. Een analyse van het register Valor Feodorum, Jaarboek voor middeleeuwse Geschiedenis, t. 1, 1998, p. 163-204, pour la période ducale.

81 Itinéraire des séjours 1457-1465 dans Groothuis, Karel van Charolais in Holland, Bijlage A.

82 Pour la Hollande, pays périphérique, voir v. Seggern, Herrschermedien im Spatmittelalter.

83 En concurrence avec Jean de Lannoy. Gaasbeek mourut le 6 févr. 1459, Groothuis, Karel van Charolais in Holland, p. 5.– J.G. Smit, Vorst en oderdaan. Studies over Holland en Zeeland in de late middeleeuwen, Louvain, 1995, p. 210-212.– Damen, De staat van dienst, p. 225.

84 Voir pour celle-ci, érigée en 1461-1464, Groothuis, Karel van Charolais in Holland, p. 53 et s., en part. p. 57-58. Cf. W. Paravicini, Die Residenzen der Herzöge von Burgund, 1363-1477, Fürstliche Residenzen im spatmittelalterlichen Europa, éd. H. Patze, W. Paravicini, Sigmaringen, 1991, p. 233-234 ; Charles la fit évoquer pendant les festivités de son mariage en 1468, W. Paravicini, Die zwölf « Magnificences » Karls des Kühnen, Formen und Funktionen öffentlicher Kommunikation im Mittelalter, éd. G. Althoff, Stuttgart 2001 p. 335 n. 100.

85 Damen, De staat van dienst, p. 233.– Sommé, Isabelle de Portugal, p. 133.

86 Le 22 juillet 1462, à Rupelmonde. Groothuis, Karel van Charolais in Holland p 22 n. 13.

87 Damen, De staat van dienst, p. 233-234.

88 Vaughan, Philip the Good, p. 344-345.

89 Vaughan, Philip the Good, p. 345, d’après une lettre de Peter Knorre, A. Bachmann, Urkundliche Nachträge zur österreichisch-deutschen Geschichte im Zeitalter Kaiser Friedrich III., Vienne, 1892, p. 25 (fin oct. 1463, de Bruxelles : Zeitung im hofe zu Burgundien) : Item mir hat ein gud frundt gesagt, wie der herr von Chariots vormals zu Bruck [Bruges, où ils avaient été ensemble du 22 avril au 31 mai précédent, H. Vander Linden, Itinéraires de Philippe le Bon, duc de Bourgogne (1419-1467), et de Charles, comte de Charolais (1433-1467), Bruxelles, 1940, p. 453-455] seine vater gepeten hab umbe das land von Holland, dorumbe das er mit dem gelde, das im sein vater jerlich gebe, nicht mocht auβkomen. Das hab im der hertzog geweygert und gesagt, als lang als er lebe, selbs herr zu sein, uns sein also in groβen unwillen von einander gescheiden.

90 Vaughan, Philip the Good, p. 345-346, 374-375.

91 Voir, pour tout ce qui concerne la croisade bourguignonne, la thèse d’Habilitation de J. Paviot, Les ducs de Bourgogne, la croisade et l’Orient (fin XIVe s.-XVe s.), Univ. Paris IV, 2000, sous presse.

92 Cf. Vaughan, Philip the Good, p. 346 et s., 374.

93 Vaughan, Philip the Good, p. 397.– Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 282 et n. 26 (d’après H. David, Charles « le Travaillant », quatrième et dernier duc de Bourgogne, Annales de Bourgogne, t. 39, 1967, p. 22) : le comte profite d’une grave maladie du duc pour obtenir des jugements favorables à ses gens.

94 Heers, Louis XI, p. 52-53.

95 Le cas-type est l’affaire du bâtard de Rubempré, voir Vaughan, Philip the Good, p. 374-375.

96 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 4, p. 234-269 (p. 238) ; cf. Vaughan, Philip the Good, p. 344. Pour Coustain e.a. Damen, De staat van dienst, p. 237 et n. 90.

97 Bartier, Charles le Téméraire, p. 31-32. Cf. F. Collard, L’assassinat manqué de Charles le Téméraire, L’Histoire, no 165, avril 1993, p. 6-11. Je remercie M. Franck Collard (Reims) qui prépare un livre sur la poison au Moyen Âge, pour les renseignements qu’il a bien voulu me donner concernant cette affaire. Voir déjà Une arme venue d’ailleurs. Portrait de l’étranger en empoisonneur, L’Étranger au Moyen Âge. XXXe Congrès de la S.H.M.E.S. (Göttingen, juin 1999), Paris, 2000, p. 95-106. Cf. M.-T. Caron, La noblesse dans le duché de Bourgogne, 1315-1477, Lille, 1988 et J. Bartier, Légistes et gens de finances au XVe siècle. Les conseillers des ducs de Bourgogne Philippe le Bon et Charles le Téméraire, 2 vol., Bruxelles, 1955-1957, à l’index.– Adrien de but, Chronique, dans Chroniques relatives à l’histoire de la Belgique sous la domination des ducs de Bourgogne, éd. J.B.M.C. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, 1870, p. 245, 259, 435, 446.Jacques du Clercq, Mémoires, t. 3, p. 212-218 (1. IV, c. 41). Pour la poison dans la France de Louis XI, Champion, Louis XI, t. 2, p. 184 et n. 1 et 4.– Heers, Louis XI, p. 207-209 ; en général P.-J. Heinig, Fürstenmorde. Das europäische (Spät-)Mittelalter zwischen Gewalt, Zähmung der Leidenschaften und Verrechtlichung, Reich, Regionen und Europa in Mittelalter und Neuzeit. Festschrift für Peter Moraw, éd. P.-J. Heinig, S. Jahns et al, Berlin, 2000 p. 355-388, en part. p. 381.

98 Cf. F. Collard, Grandeur et chute d’un conseiller du roi. L’affaire Pierre de la Brosse, L’Histoire, no 197, mars 1996, p. 50-54 : le cas de Pierre de Brosse en 1278 ; là aussi, il s’agissait non seulement de sa propre situation, mais aussi de celle auprès de la reine.

99 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 4, p. 240.

100 Cf. Collard, Une arme venue d’ailleurs.

101 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 4, p. 243 et s. C’est le futur Grand bailli de Ferette, décapité en 1474, voir H. Brauer-Gramm, Der Landvogt Peter von Hagenbach. Die burgundische Herrschaft am Oberrhein, 1469-1474, Gottingen, 1957.– W. Paravicini, Hagenbachs Hochzeit (1474). Ritterlich-höfische Kultur zwischen Deutschland und Burgund im 15. Jahrhundert, Der Oberrhein im 15. Jahrhundert. Politik, Wirtschaft und Kultur zwischen Habsburg und Burgund, Colloque Breisach, sept. 2000, éd. K. Krimm e. a., sous presse.

102 Il ne figure pas dans les écrous du comte, Kruse, Hof Amt und Gagen, passim.

103 Tous les deux sont près du duc immédiatement avant l’arrestation de Coustain, et le seigneur de Croy l’interroge à Ruppelmonde : Chastellain ne semble pas les impliquer (Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 4, p. 252, 259, 261).

104 De Pierre de Hacquembac ne fut jamais content depuis, au moins de longue piece, ainsi Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 4, p. 257, qui, p. 243, l’avait cependant dit honneste homme et de beau recueil entre cent autres. Cf. Jacques du Clercq, Mémoires, t. 3, p. 213 (1. IV, c. 41) : Arrembaux.

105 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 4, p. 254-257.

106 L’affaire Coustain est brièvement évoquée fin oct. 1463 dans la lettre de Peter Knorre (cidessus, n. 89), p. 24 : Le comte de Charolais ne veut pas venir auprès de son père à Hesdin : das cheppfit seinen grund von Iohann Constentz, wie noch ettlich gross herrn in der sach verwandt sein etc. Il n’y a à ce jour aucun d’indice à propos d’une éventuelle participation des Croy ou de Louis XI à cette exécution.

107 Jacques du Clercq, Mémoires, t. 4, p. 24-33 (citation p. 30), avec reproche de sorcellerie ; Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 4, p. 471-492.– Vaughan, Philip the Good, p. 345, d’après les Actes des États généraux, t. 1, p. 58-96 (p. 70).– Sterchi, Über den Umgang mit Lob und Tadel, t. 2, p. 350 et s.

108 Voir Briefwechsel, t. 1, p. 111-115 (nos 233-247) et p. 116-118 (nos 253-260).– Vaughan, Philip the Good, p. 377-378.

109 Vaughan, Philip the Good, p. 378-379.

110 Cf. J. Krynen, La rébellion du Bien public (1465), Ordnung und Aufruhr im Mittelalter, éd. M.T. Fögen, Francfort-sur-le-Main, 1995, p. 81-98.– M. Rimboud, La paix du Bien public : démesure et marchandages, La guerre, la violence et les gens au Moyen Âge, sous la dir. de P. Contamine et O. Guyotjeannin, Paris 1996, p. 333-344.–J.-F. Lassalmonie, Un aspect de la politique de Louis XI ; le déploiement des compagnies d’ordonnance à la veille du Bien public, Mélanges Philippe Contamine, éd. J. Paviot, J. verger, Paris, 2000, p. 427-437.

111 P. Bonenfant, J. Stengers, Le rôle de Charles le Téméraire dans le gouvernement de l’État bourguignon en 1465-1467, Annales de Bourgogne, t. 25, 1953, p. 7-29, 118-133, suivis presque sans réserve par Vaughan, Philip the Good, p. 376 (« only over military affairs »), prétendent le contraire, à tort, à ce qu’il me semble. Car il faut distinguer formes et contenu, initiatives et légalisations.

112 Kruse, Hof, Amt und Gagen.– Groothuis, Karel van Charolais in Holland.– Damen, De staat van dienst.

113 Groothuis, Karel van Charolais in Holland, Bijlage B, donne l’itinéraire hollandais des principaux conseillers du comte de (1457) 1459 à 1465 : Jean d’Auxy, Guillaume de Bische, Guy de Brimeu, Guillaume de Clugny (« Coucy », identique à l’archidiacre d’Avallon), Pierre de Goux, ainsi que, Bijlage C, des principaux officiers en Hollande : Antonis Michiels, Adriaan van Borsselen et « S. Vrederic » ( ?). Pour les Boschhuijsen voir Damen, De staat van dienst, p. 215-218 (Floris van B.), 308 (Brunink van B.).– H. Brand, Floris en Jan van Boschhuijsen : Leidse edelen aan het Beierse en Bourgondische Hof, Leidschrift. Historisch Tijdschrift, t. 15, 2000, p. 64-99. Une liste des principaux clients de Charolais en Hollande est donnée par Damen, De staat van dienst, p. 241, et cf. Ward, Guillaume de Clugny, en préparation. Beaucoup d’informations dans Bonenfant, Stengers, Le rôle de Charles le Téméraire.

114 Groothuis, Karel van Charolais in Holland, p. 22.– Damen, De staat van dienst, p. 194, 226-229, 238, 344-345 (notice).

115 Damen, De staat van dienst, p. 213-214 et n. 20.

116 Pour Floris, voir Damen, De staat van dienst, p. 215-218 ; pour son fils, Jan van Boschhuijsen, déjà en 1456 : kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 199, 219 n. 241, 255, 314.– Damen, De staat van dienst, p. 217-218 ; son (autre) fils Brunink (Id., p. 308-309, notice) : tous ont été baillis de Putten (Groothuis, Karel van Charolais in Holland, p. 59).

117 Il y a un problème concernant Pierre de Goux : selon Bartier, il sert, et depuis longtemps, le duc Philippe ; mais voir Groothuis, Karel van Charolais in Holland, Bijlage C.

118 Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 269, 270 et n. 465, p. 285, 314. Cf. pour Hugonet ci-dessous n. 129.

119 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 184-185.

120 Paravicini, Guy de Brimeu, en particulier p. 469-470.

121 Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 184-185 n. 199 (bibliogr.). Pour sa trahison : Sterchi, Über den Umgang mit Lob und Tadel, t. 2, p. 332-333, 335-339,347-349.

122 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 185 n. 120.– Cools, Mannen met macht, p. 281-283, no 59 (notice).– Debae, Art. Jean de Croy.– Devaux, Un seigneur lettré.

123 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 185 n. 124.

124 Guillaume le Jeune, seigneur de Contay : Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 61, 127, 190, 192, 198, 203, 206, 213, 246, 319. Louis le Jeune dit de Contay, seigneur de Mourcourt : Id., p. 33, 199, 201 et n. 167, p. 206, 211, 246, 319. Là encore manque une étude, débutant par l’édifiante ascension du grand-père, Robert, pour lequel voir Jacques du Clercq, Mémoires, t. 3, p. 237-239 (1. IV, ch. 45).

125 Kruse, Hof, Amt und Gagen, p. 199, 219 n. 241, 255, 314.

126 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 119, 219 n. 237, 259, 318 ; pas encore en 1454 (Roland Pippe est audiencier en 1454, ci-dessus, n. 38).

127 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 107, 199, 207, 218 n. 232, 255, 263, 325.

128 Kruse, Hof Amt und Gagen, p. 318.

129 W. Paravicini, Zur Biographie von Guillaume Hugonet, Kanzler Herzog Karls des Kühnen, Festschrift für Hermann Heimpel zum 70. Geburtstag am 19. September 1971, t. 2, Göttingen, 1972, p. 449 ; attesté en tant que Maître des requêtes du comte à partir du 6 juin 1465.– A. et W. Paravicini, L’arsenal intellectuel d’un homme de pouvoir ; les livres de Guillaume Hugonet, chancelier de Bourgogne, Penser le pouvoir au Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Études offertes à Françoise Autrand, éd. D. Boutet et J. Verger, Paris, 2000, p. 261-325.

130 Des éléments valables d’après les archives de l’Ordre de la Toison d’Or dans Sterchi, Über den Umgang mit Lob und Tadel, t. 2, p. 376 et s.

131 Damen, De staat van dienst, p. 211.

132 Damen, De staat van dienst, p. 240.

133 Philippe de Commynes, Mémoires, t. 2, p. 331.

134 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn, t. 5, p. 367.

135 Paravicini, L’arsenal intellectuel d’un homme de pouvoir : les livres de Guillaume Hugonet, p. 261-262, 297-298. Il m’est pourtant difficile de voir en ces gens des « serviteurs de l’État », pour lesquels, avec une note d’optimisme, voir P. Contamine, Le Moyen Âge occidental a-t-il connu des « serviteurs de l’État » ?, Les serviteurs de l’État au Moyen Âge, XXIXe Congrès de la S.H.M.E.S. (Pau, mai 1998), Paris, 1999, p. 9-20.

136 Cf. les conflits entre les rois/empereurs Henri IV et V ou Frédéric II et Henri (VII), entre les ducs de Gueldre père et fils au xve siècle, entre Frédéric le Grand et son père Guillaume, etc.

137 Le cas de l’hôtel du roi Charles VII en 1461 est décrit par P. Contamine dans ce volume.

138 M. P. Contamine (Paris) le rappela dans la discussion de cette communication, évoquant l’exemple du Dauphin Louis, duc de Guyenne, mort du vivant de Charles VI en 1415.

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search