Version classiqueVersion mobile

À l’ombre du Pouvoir

 | 
Jean-Louis Kupper
, 
Alain Marchandisse

Les conseillers et collaborateurs d’Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne, au milieu du xve siècle

Monique Sommé

Texte intégral

1Pendant plus de vingt-cinq ans, entre son mariage avec le duc Philippe le Bon le 7 janvier 1430 et son départ pour une semi-retraite au château de la Motte-au-Bois dans la châtellenie de Cassel en 1457, Isabelle de Portugal joua un rôle actif dans le gouvernement de l’État bourguignon. Cette activité, bien que peu évoquée par les chroniqueurs, ressort nettement de l’étude de sa correspondance et de celle des comptes des receveurs généraux, principalement du receveur général de toutes les finances. Les paiements à ceux qui effectuent des missions en sa compagnie, ou aux chevaucheurs et messagers qui transmettent son courrier, font apparaître une série de personnages avec lesquels elle travaille. Certains — nobles, maîtres des requêtes, voire des secrétaires — ont le titre de conseiller du duc et sont placés temporairement par celui-ci au service de son épouse lorsqu’il lui délègue son pouvoir, soit pour gouverner en son absence, soit pour des missions diplomatiques. En dehors de ces périodes, la duchesse est en relation avec des spécialistes, notamment des juristes et des hommes de finances, pour apporter des solutions aux problèmes dont elle s’occupe, qui sont souvent d’ordre financier.

  • 1 Lille, Archives départementales du Nord (= A.D.N.), B 3373, no 113501, lettre du 28 mai 1438 à Lill (...)
  • 2 M. Sommé, Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne. Une femme au pouvoir au XVe siècle, Villene (...)
  • 3 Lille, A.D.N., B 17657, Chemise « Rentes viagères », lettre datée du 22 septembre à Lille.

2Certains textes concernant la gestion de son hôtel ou ses affaires privées font parfois état de son conseil ou de ses conseillers. En 1438, lorsqu’elle certifie par lettre les dépenses de messagerie de son maître de la chambre aux deniers Olivier Marouffle (Oliviero Maruffo), qu’elle appelle son feal conseiller, elle évoque l’avis de son conseil1. Dans ce cas, s’agissant de dépenses de son hôtel, ses conseillers sont probablement des officiers de cet organisme, tel Jean de Salins, chevalier, maître d’hôtel, déclaré présent à la signature de la lettre. Mais ces aspects de l’activité d’Isabelle de Portugal ne seront pas ici développés, afin de laisser la priorité à son action politique. À ce sujet en 1438, dans une lettre que lui écrit Jean Bonost, membre d’une commission des finances nommée par le duc en 1437, pour lui apporter des éclaircissements sur plusieurs questions financières2, il emploie ces termes : il me semble a la bonne correction de vous et de vostre noble conseil3. Il apparaît donc qu’Isabelle de Portugal est entourée de conseillers, qui n’en ont d’ailleurs pas forcément le titre. À partir d’exemples choisis dans ses principaux champs d’activité, nous tenterons d’abord de cerner les groupes de conseillers et collaborateurs présents à ses côtés au cours de ses délégations de pouvoir, dans ses missions diplomatiques et dans ses interventions d’ordre financier. Il sera alors possible de retenir les personnalités les plus marquantes de son entourage politique.

  • 4 Sommé, op. cit., p. 380-382.
  • 5 A. Uyttebrouck, Le Gouvernement du duché de Brabant au bas Moyen Âge (1355-1430), t. 2, Bruxelles, (...)
  • 6 Lille, A.D.N., B 4097, f° 114.
  • 7 L. Devillers, Cartulaire des comtes de Hainaut, de Guillaume II à Jacqueline de Bavière, t. 5, Bru (...)
  • 8 Lille, A.D.N., B 1945, f° 54 : les seigneurs de Croy, de Roubaix et aultres des conseillers d’icell (...)
  • 9 M. Sommé, Jean de Roubaix, Les Chevaliers de l’Ordre de la Toison d’or au XVe siècle. Notices bio- (...)
  • 10 Lille, A.D.N., B 4097, f° 113 v° – 114 : il l’avoit ordonné estrepour le servir devers elle en son (...)
  • 11 P. Cockshaw, Le Personnel de la chancellerie de Bourgogne-Flandre sous les ducs de Bourgogne de la (...)
  • 12 Uyttebrouck, op. cit., t. 1, p. 136 et 522. Le duc fit sa joyeuse entrée à Bruxelles le 5 octobre 1 (...)
  • 13 Lille, A.D.N., B 4097, f° 113 v°.
  • 14 Sommé, op. cit., p. 26-31.

3L’entourage de la duchesse lorsqu’elle gouverne en l’absence du duc, dans le Nord les pays et seignouries de pardeça, ou dans le Sud les pays de Bourgogne, n’est connu que de façon très imparfaite, par des indications fragmentaires. C’est le cas pour sa première délégation de pouvoir du 21 janvier au 22 mai 1432, pendant un voyage de Philippe le Bon en Bourgogne4. À cette époque Isabelle de Portugal avait un conseiller que le duc lui avait attribué dès le 27 octobre 1430, Jean de Pernes, ancien conseiller de Philippe le Hardi et des ducs de Brabant, Antoine, Jean IV et Philippe de Saint-Pol5. Quant aux hommes désignés spécialement pour gouverner avec elle en l’absence du duc, ils peuvent être identifiés par les comptabilités ou par leur présence dans des listes de témoins au bas de lettres patentes. En 1432 Hugues de Lannoy, seigneur de Santés, s’est déplacé avec Jean de Thoisy, évêque de Tournai, chef du conseil, et avec Jean, seigneur de Roubaix, à Gand vers la duchesse pour besongner avec elle pour plusieurs des affaires de monseigneur jusqu’au 6 février ; au mois de mars, il se trouve de nouveau avec elle à Gand pour débattre de questions monétaires, puis en avril avec encore le seigneur de Roubaix, l’évêque de Tournai et autres du conseil6. Roland d’Uutkerque7 et Antoine, seigneur de Cray8, sont aussi signalés comme membres de ce conseil. De même que Jean de Roubaix et Hugues de Lannoy, ils appartenaient à la première promotion des chevaliers de l’ordre de la Toison d’or fondé par le duc le 10 janvier 1430 pendant les fêtes de son mariage avec Isabelle de Portugal9. Le duc avait aussi affecté à la duchesse un secrétaire particulier, Jean de Gand10. Celui-ci, comme Jean de Pemes, était lié au Brabant puisqu’il était en même temps secrétaire de la chancellerie de ce duché11 ; ces choix résultent sans doute de l’attention portée par Philippe le Bon aux Brabançons qui l’avaient librement choisi comme duc en octobre 143012. Enfin un ecclésiastique Gilles d’Escomaix, conseiller et maître des requêtes de l’hôtel du duc, prévôt de Harelbeke, est rétribué pour avoir servi et résidé continuellement auprès de la duchesse à Gand de février jusqu’au 11 juin 143213. Parmi tous ces hommes, deux étaient déjà bien connus de la princesse, Jean de Roubaix et Gilles d’Escomaix qui avaient participé à l’ambassade envoyée par Philippe le Bon au Portugal en 1428-1429 pour demander sa main à son père Jean Ier d’Avis. Jean de Roubaix, qui en était le chef, avait représenté le duc dans son mariage par procuration à Lisbonne le 25 juillet 142914.

  • 15 Lille, A.D.N., B 1606, f° xlj (44) r°-v° et xlvij (50) r°-v°.
  • 16 B. Amaury de Lagrange, Itinéraire d’Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne, Annales du Comité (...)
  • 17 Lille, A.D.N., B 1606, f° xlj (44).
  • 18 P. De Win, Jean de Luxembourg, Les Chevaliers de l'Ordre de la Toison d’or, p. 75-77, no 33 et Sim (...)

4Avant un nouveau départ pour la Bourgogne en 1441, Philippe le Bon délégua les pleins pouvoirs à sa femme le 30 novembre et nomma les conseillers qui gouverneraient les Pays-Bas lorsque la duchesse le rejoindrait dans le duché15, ce qu’elle fit au mois de mars 144216. Il lui laissait le droit de decider et determiner comme elle verra et trouvera par l’advis de noz conseillers qu’elle vouldra a ce appeller17, donc en fait avec des membres de ce conseil de régence. Parmi ceux-ci, on remarque autour de Jean Chevrot, qui a succédé à Jean de Thoisy comme évêque de Tournai et chef du conseil ducal, la présence à nouveau de Jean de Roubaix et d’Hugues de Lannoy, ainsi que de conseillers dont le rôle a été important dans certaines missions diplomatiques d’Isabelle de Portugal : Guillaume Fillastre, évêque de Verdun, Jean de Luxembourg, seigneur de Haubourdin, et Simon de Lalaing, seigneur de Montignies et bailli d’Amiens, tous deux chevaliers de la Toison d’or18, enfin Robert le Jeune, seigneur de Forest, gouverneur d’Arras, et Philippe Maugart, seigneur de Glisy et bailli de Saint-Quentin.

  • 19 Sommé, op. cit., p. 395-402.
  • 20 Isabelle de Portugal, petite-fille de Jean de Gand par sa mère Philippa de Lancastre, était la cou (...)
  • 21 M. Haegeman, De anglofdie in het graafschap Vlaanderen tussen 1379 en 1435, Heule, 1988, p. 243-24 (...)
  • 22 M.-R. Thielemans, Bourgogne et Angleterre. Relations politiques et économiques entre les Pays-Bas b (...)
  • 23 Pour ce voyage et les suivants, voir Thielemans, op. cit., p. 116.
  • 24 B. Schnerb, Jacques de Crèvecœur, Les Chevaliers de l’Ordre de la Toison d’or, p. 68-69, no 29.
  • 25 Paris, Archives nationales, J 251, no 36 : lettre de pouvoir signée du duc et de la duchesse, 8 sep (...)
  • 26 Thielemans, op. cit., p. 125. En décembre ils sont en Angleterre où le duc et la duchesse leur envo (...)
  • 27 Thielemans, op. cit., p. 136 n. 133.

5Les personnalités qui ont accompagné la duchesse de Bourgogne dans ses ambassades ou ont effectué des missions en son nom sont bien connues car aux sources comptables viennent s’ajouter les récits des chroniqueurs, les lettres de commission ou les comptes rendus officiels. Après la réconciliation de la Bourgogne et de la France à Arras en 1435, le déclenchement de la guerre entre l’Angleterre et la Bourgogne, accompagné de l’interruption des relations commerciales entre les deux pays, fut suivi rapidement, après l’échec du siège de Calais par Philippe le Bon en 1436, d’échanges d’ambassadeurs et de journées ou conférences de paix qui ont abouti à un accord commercial ou entrecours de marchandises le 29 septembre 1439, à la libération du duc Charles d’Orléans en 1440 et à une trêve renouvelable entre l’Angleterre et la Bourgogne en 144319. Le duc s’était déchargé du soin de ces négociations sur son épouse qui avait des liens de famille étroits avec les Lancastre par sa mère20. Il n’est donc pas surprenant de trouver dans son entourage plusieurs membres du groupe des conseillers anglophiles, ceux qui avaient tenté de s’opposer au traité d’Arras par fidélité à l’alliance anglaise : Jean Chevrot, Jean de Roubaix et surtout Hugues de Lannoy21. Après s’être ralliés au traité, ils travaillèrent au rétablissement des relations avec l’Angleterre, notamment Hugues de Lannoy qui était alors gouverneur de Hollande et représentait les intérêts des Hollandais et des Zélandais. Dès septembre 1436, il avait présenté à Philippe le Bon des Instructions touchant la paix de Flandre et d’Angleterre22, et en mai 1438 il partait en ambassade Outre-Manche avec un autre spécialiste des problèmes anglais Henri Utenhove, maître des requêtes de l'hôtel ducal23. Tous deux se rendirent ensuite en décembre à Calais avec Jean Chevrot, le seigneur de Roubaix et Gautier de la Mandre, secrétaire, pour discuter avec des délégués anglais des questions commerciales. Le mois suivant, en janvier 1439, tous se trouvaient dans l’entourage de la duchesse qui négociait à Oye près de Gravelines avec son oncle le cardinal Beaufort, évêque de Winchester, et une délégation française, les conditions d’une grande conférence qui se tint dans le même lieu en juillet suivant, pour la paix générale et la libération de Charles d’Orléans. Pour cette conférence, marquée par la présence d’une importante ambassade française sous la direction du chancelier Renaud de Chartres, l’entourage d’Isabelle de Portugal était grossi de deux des principaux artisans de la paix d’Arras, le chancelier Nicolas Rolin et Jacques de Crèvecœur, chevalier de la Toison d’or24. Celui-ci avait négocié à l’automne précédent le mariage de Charles, comte de Charolais, avec Catherine, fille de Charles VII, en compagnie d’Étienne Armenier, président des parlements de Bourgogne, et de Philippe de Nanterre, conseiller et maître des requêtes25. Deux secrétaires assistaient aussi Isabelle à Gravelines : le Brugeois Paul Deschamps, membre de son hôtel, et Louis Dommessent26, originaire de la région lilloise. En 1440, ce sont Guillaume Fillastre et Robert le Jeune qui ont négocié à Calais les conditions de la libération de Charles d’Orléans27 ; tous deux figurent ensuite dans le conseil de régence de 1441.

  • 28 Voir Bartier, Légistes, p. 310-324 et 384-387.
  • 29 Philippe de Nanterre, parlementaire parisien du parti bourguignon, s’exila à la cour de Philippe l (...)
  • 30 Thielemans, op. cit. : Dommessent, un voyage à Calais en 1446, p. 150 ; la Mandre, trois voyages en (...)
  • 31 Thielemans, op. cit., p. 147.
  • 32 T. Rymer, Foedera, conventiones, litterae et cujuscumque generis acta publica inter reges Angliae (...)
  • 33 Thielemans, op. cit., p. 153-154. Entre les deux journees, Isabelle lui fit porter des lettres en o (...)
  • 34 Thielemans, op. cit., p. 158.– Bruxelles, Archives générales du Royaume, CC, no 1921 : par mandemen (...)
  • 35 Id., p. 160-161 : en mars il est encore envoyé à Calais.
  • 36 B. Schnerb, Dreux de Humières, Les Chevaliers de l’Ordre de la Toison d’or, p. 108-109 no 46.

6En considérant Jean Chevrot, natif de Poligny en Bourgogne, et Philippe de Nanterre, d’origine parisienne28, comme des hommes du Nord dans la mesure où ils ont exercé leurs fonctions de conseiller au service du duc dans ses pays de par deçà dès l’instant de leur nomination29, il apparaît que tous ceux, nobles ou roturiers, qui ont assisté la duchesse dans les affaires anglaises en 1439 et 1440, appartiennent aux régions directement concernées par la reprise, puis le maintien de bonnes relations avec le partenaire économique traditionnel de la Flandre. Il en lut de même dans les années suivantes, lorsqu’il s’est agi de négocier une trêve, puis le renouvellement des traités et le règlement de problèmes de réparations liés à la piraterie dans la Manche et en mer du Nord. Louis Dommessent, Gautier de la Mandre, Henri Utenhove, rencontrent des émissaires anglais en Angleterre, à Calais ou à Bruges30. À partir de 1442, Jean de Luxembourg, bâtard de Saint-Pol, seigneur de Haubourdin près de Lille, occupe une place essentielle dans les négociations : c’est lui qui mène avec Louis Dommessent les pourparlers à Rouen avec le duc d’York qui devaient aboutir à une trêve signée par la duchesse à Dijon le 23 avril 144331. La duchesse lui donne encore pouvoir de négocier le renouvellement de ces abstinences de guerre le 14 mai 144732. On le trouve à Calais en 1448 et 144933 avec Henri Utenhove, puis de nouveau en Angleterre en 145134. En 1453, il prépare à Calais la dernière convention présidée au mois d’avril à Gravelines par la duchesse sur les réparations, à laquelle il participa35. D’autres personnages sont aussi apparus pendant cette période, notamment Dreux, seigneur de Humières, chevalier de la Toison d’or36, et Jean Postel, conseiller et maître des requêtes, qui est présent dans la plupart des négociations à partir de 1449. Tous deux seront en 1453 à Gravelines avec la duchesse.

  • 37 Sommé, op. cit., p. 402-408.
  • 38 Lille, A.D.N., B 3406, no 115623.
  • 39 B. Schnerb, Jean de Créquy, Les Chevaliers de l’Ordre de la Toison d’or, p. 51-53, no 23.– M.-T. C (...)
  • 40 Le premier s’est déplacé successivement à Bmxelles, Reims et Châlons : Lille, A.D.N., B 1988, f° 6 (...)
  • 41 Mathieu d’Escouchy, Chronique, éd. G. du Fresne de Beaucourt, t. 1, Paris, 1863, P.51.
  • 42 U. Plancher, Histoire générale et particulière de Bourgogne, t. 4, Dijon, 1781, P. J. no 145, p. c (...)

7L’entourage d’Isabelle de Portugal, lorsqu’elle est allée rencontrer Charles VII à Laon en avril 1441, puis à Reims et Châlons-sur-Marne en avril-mai 1445, présente des caractères différents. L’objectif de ces rencontres était, en 1441, de présenter à Charles VII des griefs du duc, au sujet surtout des ravages des écorcheurs dans ses États, et en 1445 de parvenir à des accords sur de nombreux points litigieux provenant de la non-application des clauses du traité d’Arras par le roi37. Le trait le plus notable lors de ces négociations est l’absence de seigneurs flamands, les nobles étant principalement des Picards et des Bourguignons. Le 19 avril 1441 à Laon sont inscrits sur l’écrou des dépenses de l’hôtel de la duchesse les noms de pluseurs chevaliers et escuiers et autres serviteurs de l'ostel monseigneur le duc envoiez pour accompaigner madicte dame38. Après Jean de Neufchâtel, seigneur de Montaigu, conseiller et chambellan, viennent les noms de trois chevaliers de la Toison d’or : Jean de Créquy, Pierre de Bauffremont, seigneur de Charny39, et Simon de Lalaing. Trois chevaliers de l’Ordre sont aussi présents à Châlons en 1445 : avec Créquy et Bauffremont se trouve cette fois Dreux de Humières. Étant donné le nombre et l’importance des points à traiter, ils sont accompagnés de plusieurs spécialistes : Étienne Armenier, président des parlements de Bourgogne, les écuyers Philippe de Courcelles, bailli de Dijon, et Jean Regnier, bailli d’Auxerre40. L’ambassade comprenait aussi deux membres du conseil de régence de 1441, Guillaume Fillastre, évêque de Verdun, et Philippe Maugart, maître des requêtes, qui mourut de maladie à Châlons41. Le secrétaire Louis Dommessent, dont la signature est inscrite à côté de celle d’Isabelle au bas des traités conclus à Châlons avec Charles VII sur les clauses du traité d’Arras et avec le duc René d’Anjou sur le règlement de sa rançon, fut rétribué pour cent quarante-sept jours passés en la compagnie de la duchesse et des ambassadeurs à Reims et à Châlons42.

  • 43 Sommé, op. cit., p. 408-419.

8En dehors de ses grandes missions d’ambassades et des périodes où elle gouvernait en l’absence du duc, Isabelle de Portugal secondait son mari dans les circonstances — très nombreuses — qui impliquaient des questions d’argent43. Le contrôle des comptabilités, les levées d’aides ou d’emprunts, les confiscations, l’amenaient à travailler avec les receveurs généraux des finances, les receveurs régionaux, les gens de la chambre des comptes de Lille, ou bien des hommes de loi. Deux exemples vont le montrer pour les années 1438-1439.

  • 44 Publiée dans L. Gilliodts-van Severen, Inventaire des Archives de la ville de Bruges. Section prem (...)
  • 45 Lille, A.D.N., B 1963, f° 117.
  • 46 Lagrange, op. cit., p. 48. Le duc ne revint pas dans la ville avant 1440 : Enguerran de Monstrelet,(...)
  • 47 J. Dumolyn, De Brugee Opstand van 1436-1438, Courtrai-Heule, 1997, p. 108-111.
  • 48 Lille, A.D.N., B 1969, f° 157 v° – 158. Cette tâche l’avait occupé jusqu’au 19 décembre 1438.
  • 49 Lille, A.D.N., B 1969, f° 158 v°. Jacques Barre, receveur de Douai, avait été nommé receveur des de (...)
  • 50 Lille, A.D.N., B 1969, f° 150. Il était avec Guillaume de Zadelare, conseiller et avocat du duc au (...)
  • 51 Celle-ci était Gertrude Scutelare, sœur de Vincent Scutelare, échevin, chef des révoltés : Dumolyn(...)
  • 52 Louis de le Walle et sa femme reçurent des lettres de rémission du duc le 24 mai 1439 et, par lett (...)
  • 53 Lille, A.D.N., B 1969, f° 158.

9Après les révoltes de Bruges en 1436-1437 et la lettre de grâce accordée par le duc le 4 mars 143844, Isabelle de Portugal fut chargée par le duc d’entendre à Bruges les habitants du Franc qui souhaitaient obtenir une rémission pour leur participation à la rébellion45, et elle s’occupa par ailleurs de la confiscation des biens des condamnés ; à cet effet elle séjourna à Bruges dès le mois de mai 143846. Elle suivit de près les ventes des biens des Brugeois exceptez et reservez, c’est-à-dire de ceux qui ne bénéficiaient pas de la grâce ducale. Elle eut pour collaborateur Medart Dael, procureur général de Flandre. Celui-ci quitte Gand le 18 novembre 1438 pour Bruges où il fait l’inventaire des biens immobiliers et mobiliers de soixante-huit cas réservés de Bruges, du Franc et de Damme, parmi lesquels trois Brugeois qui avaient exercé des fonctions municipales, Louis de le Walle, Vincent Scutelare et Josse de le Walle47 ; il fera ensuite porter cet inventaire à la duchesse en mars 143948. Sur l’ordre de celle-ci, il s’est aussi rendu à Bruges en janvier de la même année avec Jacques Barre, receveur des confiscations, pour vendre les biens meubles de plusieurs personnes49. Il vient la voir à Bruxelles le 5 mai 143950, puis le 14 mai à Bruges au sujet de Louis de le Walle et de sa femme51 qui étaient alors prisonniers52, et des veuves de Vincent Scutelare et de Josse de le Walle, et de là accompagne la duchesse à Saint-Omer jusqu’au 11 juin. Toujours sur son ordre, il repart ensuite à Bruges pour la vente des fiefs des condamnés53. Voilà donc un exemple de collaboration suivie entre la duchesse de Bourgogne et un haut fonctionnaire ducal pendant environ un an dans une affaire à la fois judiciaire et financière.

  • 54 Uyttebrouck, op. cit., t.1, p. 79-80.
  • 55 P. Van Peteghem, Frédéric IV, comte de Meurs, Les Chevaliers de l’Ordre de la Toison d’or, p. 57-6 (...)
  • 56 Lille, A.D.N., B 1963, f° 140.
  • 57 Lille, A.D.N., B 1954, f° 36. Le duc faisait alors le siège de Belleville (21 septembre-7 octobre 1 (...)
  • 58 Sommé, op. cit., p. 151-152.
  • 59 Lille, A.D.N., B 1969, f° 142 v° – 145 : paiement des frais de plusieurs voyages effectués entre le (...)
  • 60 A. Verkooren, Chartes et cartulaires des duchés de Brabant et de Limbourg et des pays d’Outre-Meus (...)

10Pendant la même période, Isabelle de Portugal était occupée au rachat de la terre et seigneurie de Fauquemont (Valkenburg) en Limbourg, dans les terres brabançonnes d’Outre-Meuse, qui était engagée depuis 1415 au comte de Moers54. En septembre 1438, elle écrit de Namur à Frédéric de Moers, qui était chevalier de la Toison d’or55, pour lui demander de venir à Bruxelles et d’y attendre sa venue56. Ses principaux émissaires pour le règlement de cette affaire furent Jean de Terrant, conseiller et maître des requêtes de l’hôtel, et Adrien van der Ee, secrétaire et garde des chartes du Brabant. Le premier était un Bourguignon bien connu de la duchesse ; il l’avait servie à Chalon-sur-Saône à l’automne 143457 et il fut aussi de 1430 à 1435 châtelain-receveur de sa châtellenie de Chaussin en Bourgogne58. Les deux hommes furent employés à des missions successives en 1438 et 1439 pour rassembler les 31000 florins du Rhin nécessaires au rachat de Fauquemont, puis pour transporter l’argent à destination. Parallèlement, ils devaient régler un différend entre le duc de Bourgogne et la ville d’Aix-la-Chapelle au sujet de droits sur des mines de calamine en Limbourg59. Deux lettres écrites par Isabelle de Portugal à Renier de Berg, seigneur de Meerssen et châtelain de Dalhem, l’une sur les mines, l’autre sur les terres engagées, dans lesquelles elle le remercie de son soutien, font état de ses deux envoyés et de leurs informations60.

  • 61 Ainsi le 16 mars 1446, le duc lui donne pouvoir de traiter la prorogation de l’entrecours de march (...)

11Dans ses activités politiques, la duchesse de Bourgogne est donc en relation avec des conseillers et collaborateurs d’origine diverse. Pour les questions spécialisées, d’ordre judiciaire ou financier, la présence de hauts fonctionnaires du duc s’impose, comme le procureur de Flandre ou les receveurs généraux des finances. Par contre lorsque le pouvoir lui est délégué, elle est responsable du choix de ses conseillers. De même lorsqu’elle négocie et conclut des traités, sa délégation inclut la commission de ses ambassadeurs61.

  • 62 Enguerran de Monstrelet, op. cit., t. 5, p. 404 : le chroniqueur souligne la très-grand pompe de l’ (...)
  • 63 Mathieu d’escouchy, op. cit., t.1, p. 50.
  • 64 Id., p. 45-46.
  • 65 Ils en sont l’« étoile montante » : J.-M. Cauchies, Le droit et les institutions dans les anciens (...)
  • 66 Boone, op. cit., p. 113.

12Dans les rencontres avec des ambassadeurs royaux, celles auxquelles elle participe, les seigneurs sont des nobles de haut rang. Ce sont en général des conseillers et chambellans de l’hôtel du duc, membres pour beaucoup de l’ordre de la Toison d’or, dont la présence rehausse le prestige de l’ambassade ducale. La représentation tient en effet une place importante dans ces rencontres et donne souvent lieu à de grandes manifestations somptuaires dans le vêtement et la décoration, avec exposition de vaisselle et de tapisseries62. Les nobles participent aussi aux joutes qui accompagnent les grandes conférences. À Châlons en 1445, Sy se fais oient très souvent joustes et aultres esbatemens dedens le marchié d’icelle ville, ausquelz se trouvaient de jour en jour pluseurs grans seigneurs et aultres chevalliers et escuiers en moult noble arroy, bien parez de diverses couleurs et riches paremens63. Aux yeux de Mathieu d’Escouchy, auteur de cette relation, le rôle des nobles semble d’ailleurs se borner à cette représentation. Lorsqu’il énumère les personnes qui accompagnent la duchesse, il nomme successivement les membres de la famille, puis les nobles, et enfin les conseillers : et pour gens de conseil, l'evesque de Verdun, maistre Phelippe Maugart, chevallier en loys, aveuc autres gens de grant auctorité64. Il est vrai que sous le règne de Philippe le Bon les juristes, issus généralement des milieux urbains, ceux qui ont droit au titre de maistre comme les maîtres des requêtes, jouent un rôle de plus en plus grand dans la vie politique de l’État bourguignon65 par leur présence croissante dans les institutions centrales, surtout à partir de 1446, aux dépens des conseillers et chambellans nobles66. Les deux groupes restent cependant complémentaires.

  • 67 Lille, A.D.N, B 4097, P 116.
  • 68 Sommé, op. cit., p. 140-141.
  • 69 M.-T. Caron, Philippe de Temant, Les Chevaliers de l’Ordre de la Toison d’or, p. 47-48, no 21.
  • 70 Lille, A.D.N., B 1948, f° 136 v°.
  • 71 Sommé, op. cit., p. 388.
  • 72 Lille, A.D.N., B 1966, f° 128 v° : Item depuis se parti de Brouxelles en la compaignie de madicte d (...)
  • 73 C.T. Allmand, Documents relating to the Anglo-French Negotiations of 1439, Camden Miscellany, t. 2 (...)
  • 74 Enguerran de Monstrelet, op. cit., t. 5, p. 344.
  • 75 Lille, A.D.N., B 1954, P 101 v°, mandement du 13 juin 1433.
  • 76 Olivier de La Marche, Mémoires, éd. H. Beaune et J. d’arbaumont, t. 2, Paris, 1884, p. 50-51.
  • 77 É. Bousmar et M. Sommé, Femmes et espaces féminins à la cour de Bourgogne au temps d’Isabelle de P (...)
  • 78 Enguerran de Monstrelet, op. cit., t. 5, p. 401.

13Les conseillers nobles du duc qui ont servi son épouse, dans plusieurs circonstances, sont en nombre finalement assez restreint. Les mêmes noms reviennent régulièrement, ce qui implique sûrement des affinités et des centres d’intérêt communs. Jacques de Crèvecœur, grand seigneur picard, retiendra d’abord l’attention. En effet Isabelle de Portugal lui confia des charges administratives dans ses domaines. Il est signalé comme bailli de la châtellenie de Cassel en 143267, puis il fut châtelain de la Motte-au-Bois de Nieppe de 1433 à 143868. Sa présence est attestée auprès d’elle à Dijon, avec celle de Philippe de Ternant, également chevalier de la Toison d’or69, le 4 novembre 1433, une semaine avant la naissance de Charles, comte de Charolais70. Pendant le siège de Calais en juillet 1436, il est à Gand avec la duchesse et d’autres membres du conseil, Philippe de Temant et Roland d’Uutkerque71. En mai 1438, il est payé pour avoir vacqué a Bruges en la compagnie de madame la duchesse, puis le 18 novembre il part de Bruxelles avec elle pour Gravelines, ce qui l’occupe jusqu’au 21 février, soit quatre-vingt-seize jours72. Selon l’auteur anonyme du protocole des négociations de Gravelines en juillet 1439, il était avec Jean Chevrot le principal conseiller de la duchesse73. Sa mort le 10 septembre 1439 priva celle-ci d’un conseiller moult saige et prudent74. Sa proximité avec Isabelle de Portugal était renforcée par la présence de sa femme, Jeanne de La Trémoille, parmi les premières dames d’honneur de l’hôtel. À l’occasion de leur mariage en 1433, le duc lui avait fait un don élevé de 2100 livres de 40 gros, en mentionnant ses services et ceux que aussi lui a fait entour madame la duchesse sa compaigne et autrement la dame de Crevecuer75. Leur fils Philippe est mentionné dès 1444 parmi les jeunes compagnons de Charles de Charolais76. Jeanne était la nièce de Jacqueline de La Trémoille, épouse de Jean de Luxembourg, seigneur de Haubourdin, qui est un autre proche de la duchesse. Certains conseillers ducaux se trouvaient donc liés à l’hôtel d’Isabelle par leurs relations familiales, et l’homme et la femme pouvaient se trouver associés aux mêmes événements77. Ainsi en 1439 madame de Crèvecœur et madame de Haubourdin ont accueilli à Cambrai la jeune Catherine de France78 dont le mariage proche avec Charles de Charolais avait été négocié par Jacques de Crèvecœur.

  • 79 Id., t. 4, 1860, p. 371.
  • 80 Lille, A.D.N., B 1962, no 57552, p. 185 : certification du paiement du terme de Pâques (150 saluts (...)
  • 81 P. Godding, Le Conseil de Brabant sous le règne de Philippe le Bon (1430-1467), Bruxelles, 1999, p (...)
  • 82 Ex. : Lille, A.D.N., B 1994, f° 92, message le 17 avril 1447 ; B 2004, f° 107, 1450.
  • 83 Lille, A.D.N., B 2017, F° 100 ; E. Lameere, Le Grand Conseil des ducs de Bourgogne de la maison de (...)
  • 84 Sommé, op. cit., p. 440.
  • 85 Id., p. 475.
  • 86 Mathieu d’escouchy, op. cit., t. 2, p. 259-261 ; A. Marchandisse, Jean de Heinsberg (1419-1455) ou (...)

14Jean de Luxembourg, fils bâtard de Waleran de Luxembourg et demi-frère de Jean, comte de Saint-Pol, est cité parmi les grands seigneurs présents à Bruges aux fêtes du mariage ducal79. En 1433 il épousa Jacqueline de La Trémoille, ce qui est peut-être à l’origine de la rente à vie de 300 saluts d’or que la duchesse lui faisait verser en deux termes sur ses fonds propres80. Connu pour ses qualités chevaleresques, il fut aussi conseiller de Brabant jusqu’en 144081. En 1441 il figure dans le conseil nommé par le duc pendant son absence, et dès lors son rôle est majeur dans les relations anglo-bourguignonnes jusqu’en 1453. Plusieurs fois il quitte sa résidence de Mortagne près de Tournai parce qu’Isabelle lui demande de venir pour affaires secrètes ou à propos d’un de ses voyages en Angleterre82. En 1454 il fit partie du conseil nommé par le duc83 pour assister son fils Charles à qui il avait confié le gouvernement des Pays-Bas avant son départ pour l’Empire. En fait pendant les quatre premiers mois, le comte de Charolais résida en Hollande dont il était aussi le gouverneur général et ce fut encore la duchesse qui gouverna84. L’année précédente elle avait fondé avec le seigneur de Haubourdin un couvent de sœurs grises à Lille85, et en 1454 elle apaisa une violente querelle qui l’opposait à l’évêque de Liège Jean de Heinsberg86.

  • 87 Lille, A.D.N., B 1988, f° 148 et B 2002, f° 76 v° : il est payé pour 22 jours entre le 13 et le 26 (...)
  • 88 Lille, A.D.N., B 4101, f° 121 : paiement de Latin de Coninglant, de Maillart de Flechin, écuyer, de (...)
  • 89 G. Small, George Chastelain and the Shaping of Valois Burgundy. Political and historical Culture a (...)
  • 90 Lameere, op. cit., p. 62.

15La présence à diverses reprises de Philippe de Ternant, un seigneur bourguignon, auprès de la duchesse permet aussi de le placer parmi ses conseillers. 11 avait épousé en 1431 une de ses demoiselles d’honneur, Isabelle de Roye, qui devint ensuite une des premières dames d’honneur. Leur fils Charles fut, comme Philippe de Crèvecœur, un des jeunes compagnons du comte de Charolais. Philippe de Ternant, déjà mentionné avec Jacques de Crèvecœur à Dijon en 1433 et à Gand en 1436, se trouve aussi avec la duchesse à Bruges en 1446, et en sa compaignye et service en avril 144887. Mais il perdit sa confiance lorsqu’il se fut emparé d’un marchand anglais malgré les trêves avec l’Angleterre, faute pour elle impardonnable. Elle le fit enfermer au château de Courtrai dont le capitaine était Latin de Coninglant, écuyer d’écurie de son hôtel88 ; il y demeura environ un an à partir du 22 novembre 144989. Ces trois chevaliers de la Toison d’or, Jacques de Crèvecœur, Jean de Luxembourg, bâtard de Saint-Pol, et Philippe de Temant, époux de dames d’honneur d’Isabelle de Portugal, ont aussi pour point commun d’avoir été désignés par le duc en 1438 parmi les conseillers qui devaient s’occuper plus spécialement de l’administration financière90. C’était l’époque où la duchesse avait elle-même la direction des finances, ce qui laisse à penser qu’elle a participé à ce choix.

  • 91 W. Paravicini, Die Hofordnungen Herzog Philipps des Guten von Burgund. Edition, II, no 5, 1426/142 (...)
  • 92 Sommé, op. cit., p. 291.
  • 93 Allmand, Documents, p. 98-99, no 6 : Si est ainsi que lesdis Delalun, Utenhove et Demandre venus pa (...)
  • 94 R. Van Marle, Le Comté de Hollande sous Philippe le Bon (1428-1467), La Haye, 1908, p. 38.
  • 95 F.-X. Wurth-Paquet, Table chronologique des chartes et diplômes relatifs à l’histoire de l’ancien (...)
  • 96 LILLE, A.D.N., B 1963, f° 116.
  • 97 Lille, A.D.N., B 10404, f° 50 : avec Jean Chevrot et Jean de Croy, grand bailli de Hainaut, qui au (...)

16Guillaume de Lalaing, seigneur de Bugnicourt, ancien chambellan du duc91 et grand bailli de Hainaut de 1427 à 1434, est mentionné comme chevalier d’honneur d’Isabelle de Portugal en 1436 et il le resta pendant vingt ans92. La duchesse lui confia une mission d’ambassade en Angleterre effectuée en mars 1439 avec Henri Utenhove et Gautier de la Mandre, évoquée dans une lettre que lui écrit le roi Henri VI le 8 mai suivant93. Ce membre de l’hôtel, dont les gages étaient ceux d’un conseiller et chambellan, exerçait aussi des fonctions politiques pour le duc : il succéda à Hugues de Lannoy comme gouverneur de Hollande de 1440 à 144594. Pendant sa délégation de pouvoir en 1441, Isabelle de Portugal le rappela et l’envoya au Luxembourg avec une ambassade pour recevoir le gouvernement de ce duché au nom du duc, à la suite de l’accord qu’elle avait signé le 11 janvier 1442 à Bruxelles avec Elizabeth de Gôrlitz, duchesse de Luxembourg, sur les conditions de l’application de la cession du duché à Philippe le Bon95. Guillaume de Lalaing a aussi été chargé de missions financières, comme l’indique une lettre envoyée à la duchesse le 15 mai 1438 par Jean de Visen, receveur général des finances, montrant qu’il a participé à une rencontre à Bruges avec des marchands qui avaient en gage des joyaux du duc96. Le 29 octobre suivant, il se trouve à Valenciennes pour demander une aide de 12000 livres97. Son frère, Simon de Lalaing, seigneur de Montignies, appartenait également au cercle des proches de la duchesse de Bourgogne. Il l’accompagna lorsqu’elle partit rencontrer Charles VII à Laon en avril 1441, puis fut membre du conseil nommé par le duc en novembre de la même année.

  • 98 Lille, A.D.N., B 2008, f° 75 v° – 76 v°.
  • 99 J. Van Rompaey, De Grote Raad van de hertogen van Boergondie en het Parlement van Mechelen, Bruxel (...)

17Guillaume de Lalaing était par sa femme, Jeanne de Créquy, le beau-frère de Jean de Créquy qui le remplaçait en son absence dans ses fonctions de chevalier d’honneur, avec le titre de premier chambellan98. Jean de Créquy, fils de Jeanne de Roye, était lui-même le cousin par alliance de Philippe de Ternant, époux d’Isabelle de Roye. Sa présence a été signalée parmi les nobles de la compagnie d’Isabelle de Portugal à Laon en 1441 et à Châlons en 1445. Le 4 janvier 1443, le duc confia à Jean de Créquy une haute responsabilité financière : pour estre doresenavant present quant nous commanderons les lettres et mandemens touchons nosdites finances99.

  • 100 Cockshaw, Le Personnel, p. 176-177.
  • 101 Lille, A.D.N., B 1966, P 164 v°.– Thielemans, op. cit., p. 137.
  • 102 Lille, A.D.N., B 3408, no 115768.– Sommé, op. cit., p. 248.
  • 103 Lille, A.D.N., B 1982, f° 65 v°.– 66. La duchesse fut aussi accompagnée par des membres du conseil (...)
  • 104 Lille, A.D.N., B 1606, f° 180.

18Quelques secrétaires et maîtres des requêtes paraissent également avoir été très présents auprès d’Isabelle de Portugal. C’est le cas de Louis Dommessent et Gautier de la Mandre, tous deux spécialistes des questions anglaises100. Le premier était présent aux négociations de Gravelines et fit ensuite deux voyages en Angleterre pour la libération du duc d’Orléans, en décembre 1439 et en novembre 1440101. La duchesse l’envoya à Rouen en 1442 avec Jean de Luxembourg, seigneur de Haubourdin, pour les négociations avec le duc d’York. En octobre 1443, pendant que le duc faisait la conquête du Luxembourg, il est compté pendant vingt jours à Bruges et à Bruxelles aux gages de la duchesse qui gouverne les Pays-Bas102. En 1444, lorsqu’Isabelle de Portugal partit dans le comté de Hollande pour tenter d’apaiser les troubles provoqués par les querelles de partis, Louis Dommessent fit le voyage en sa compagnie depuis le 31 août à Arras jusqu’à la fin septembre en Hollande, puis demeura avec elle jusqu’au 28 novembre, soit au total quatre-vingts jours103. On le retrouve aux conférences de Châlons en 1445, puis en 1446 et 1447 il est ambassadeur à Calais pour le renouvellement de l’entrecours avec l’Angleterre. En 1448 il fut nommé maître à la chambre des comptes de Lille104 et fut dès lors accaparé par ses nouvelles fonctions.

  • 105 Allmand, Documents, p. 139, no 19.
  • 106 Thielemans, op. cit., p. 123 (fin mars 1439) et p. 149 (mission du 6 juin au 20 septembre 1444).
  • 107 Id., p. 147.
  • 108 Lille, A.D.N., B 3406, no 115623, écrou des dépenses du 19 avril 1441.
  • 109 Lille, A.D.N., B 3393, no 114356, écrou des gages du 19 décembre 1441 (classé avec des écrous de 14 (...)
  • 110 P. Kauch, Le trésor de l’Épargne, création de Philippe le Bon, Revue belge de Philologie et d’Hist (...)
  • 111 Cockshaw, Le Personnel, p. 96.
  • 112 Lagrange, op. cit., p. 152-153.
  • 113 Lille, A.D.N., B 3340, III, f° 32 : Et cedit jour madicte dame disna a l'ostel du prevost de Nostre (...)
  • 114 Lille, A.D.N., B 1606, f° 180.

19Gautier de la Mandre fut aussi un des acteurs des négociations avec l’Angleterre entre 1438 et 1445. Sa signature peut être relevée au bas de la copie des propositions de paix faites par Isabelle de Portugal et Charles d’Orléans à la France et à l’Angleterre le 29 juillet 1439 près de Calais105. En plus de ses voyages en Angleterre en 1439 et 1444 pour les questions économiques106, il poursuivit les pourparlers avec le duc d’York entamés par Jean de Luxembourg et Louis Dommessent107. Par ailleurs sa présence est attestée auprès de la duchesse à Laon en avril 1441108, puis à Bruxelles en décembre pendant qu’elle exerce le pouvoir en l’absence du duc109. C’est lui encore qui signe à côté de la duchesse l’accord conclu avec Elizabeth de Görlitz en 1442. Comme Louis Dommessent, il est pendant vingt jours auprès d’Isabelle de Portugal en octobre 1443. En 1446 il devint garde de l’Épargne110, puis en 1449 conseiller et maître des requêtes111. Il fut encore en relation avec la duchesse qui lui écrit de Lille le 16 juillet 1453 au sujet de biens confisqués à des Gantois, quelques jours avant la victoire remportée par le duc à Gavere112. Gautier de la Mandre poursuivait en même temps une carrière ecclésiastique. Il était prévôt de Notre-Dame de Bruges et à ce titre reçut la duchesse à dîner le 8 septembre 1450113. En 1455, lorsqu’il fonde des services religieux dans l’église Saint-Michel de Roulers, sa ville natale, il porte aussi le titre de prévôt de Saint-Pierre de Cassel114.

  • 115 Bartier, Légistes, p. 386.– M. Sommé, Gravelines et la diplomatie anglo-bourguignonne au milieu du (...)
  • 116 Lille, A.D.N., B 1605, f° 196, charte éditée par Van Rompaey, Baljuwsambt, p. 551-553, no 15.
  • 117 Lille, A.D.N., B 1996, f° 4 v°.
  • 118 Lille, A.D.N., B 18842, no 29391 : lettre d’Isabelle à Jean Utenhove, watergrave de Flandre, datée (...)

20Le conseiller et maître des requêtes Philippe de Nanterre servit la duchesse, à la fois comme ambassadeur et comme spécialiste des finances. Il négocia avec Jacques de Crèvecœur le premier mariage du comte de Charolais et participa aux conférences de Gravelines. En 1445 il enquêtait sur les travaux du port de cette ville auxquels s’intéressait particulièrement Isabelle de Portugal115. Sur le plan financier, il avait été le 25 octobre 1437 l’un des cinq commissaires désignés par le duc pour vérifier les comptes des receveurs116 et, dix ans plus tard, il fit partie d’une autre commission des finances nommée le 14 août 1447117. La duchesse le chargea en 1441 de s’occuper d’un procès entre Termonde et sa campagne pour un problème d’impositions118. Lui aussi appartient donc à ce groupe d’hommes auxquels Isabelle de Portugal faisait confiance.

  • 119 Par exemple Guillaume Le Jeune, seigneur de Contay, maître d’hôtel, et Jean le Canu, fourrier : So (...)

21Ce regard porté sur les conseillers et collaborateurs de la duchesse de Bourgogne ne pouvait être que partiel. En dehors de Guillaume de Lalaing, les membres de son hôtel ont été très peu mentionnés, alors que par leur présence quotidienne ils participaient probablement à certaines de ses prises de décision ; quelques-uns ont aussi été utilisés comme ambassadeurs119. Le but de cette communication était surtout de faire apparaître ceux qui, normalement au service du duc, ont travaillé avec Isabelle de Portugal dans l’exercice de ses activités politiques, à diverses reprises et dans plusieurs domaines. Les séjours attestés en sa compagnie ont aussi retenu l’attention.

22Au terme de cette enquête, la place tenue par les chevaliers de la Toison d’or est très visible, tant dans les conseils lorsque la duchesse gouverne en l’absence du duc que dans ses missions diplomatiques. Plusieurs étaient parents. Trois d’entre eux, Philippe de Ternant, Jacques de Crèvecœur et Jean de Luxembourg, seigneur de Haubourdin, ont épousé dans les années 1431-1433 des demoiselles de l’hôtel. Ces alliances, conclues sans doute sous l’égide de la duchesse, contribuent à expliquer le choix de ses conseillers. Dans les affaires dont elle a la responsabilité, Isabelle de Portugal a aussi besoin d’un personnel spécialisé, ayant des compétences techniques et juridiques. Elle utilise des secrétaires et des maîtres des requêtes dont les noms reviennent avec régularité et qui, à côté des conseillers nobles, font figure de véritables collaborateurs.

Notes

1 Lille, Archives départementales du Nord (= A.D.N.), B 3373, no 113501, lettre du 28 mai 1438 à Lille : laquelle somme de nostre commandement, ordonnance et par l’advis de nostre conseil nous certifiions [...].

2 M. Sommé, Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne. Une femme au pouvoir au XVe siècle, Villeneuve-d’Ascq, 1998, p. 410-411. Jean Bonost était maître à la chambre des comptes de Dijon depuis 1408, il en devint président en 1439 : J. Bartier, Légistes et gens de finances au XVe siècle. Les Conseillers des ducs de Bourgogne Philippe le Bon et Charles le Téméraire, Bruxelles, 1955, p. 302-303.

3 Lille, A.D.N., B 17657, Chemise « Rentes viagères », lettre datée du 22 septembre à Lille.

4 Sommé, op. cit., p. 380-382.

5 A. Uyttebrouck, Le Gouvernement du duché de Brabant au bas Moyen Âge (1355-1430), t. 2, Bruxelles, 1975, p. 721 ; Lille, A.D.N., B 4097, f° 91, paiement de ses gages en 1432 : le duc Va retenu son conseiller aux honneurs, franchises, libertez, drois, prouffis et emolumens accoustumez et qui appartiennent, et a voulu qu'il soit devers ma tres redoubtee dame madame la duchesse s’espeuse a la consultacion et expedicion des affaires de lui et d’elle aux gaiges de deux frans de xxxij gros monnoie de Flandre piece a prendre par jour tant et si longuement que par son ordonnance il sera devers sadicte espeuse et compaigne.

6 Lille, A.D.N., B 4097, f° 114.

7 L. Devillers, Cartulaire des comtes de Hainaut, de Guillaume II à Jacqueline de Bavière, t. 5, Bruxelles, 1892, p. 148. Son nom est cité parmi les témoins dans une lettre patente de Philippe le Bon du 8 mai 1432, écrite a la relation du conseil tenu par madame la duchesse. Sur l’importance de ces mentions pour l’étude des mécanismes de décision, voir J.-M. Cauchies, Indices de gestion, formules de décision. Les mentions de service dans les actes princiers pour les Pays-Bas au xve siècle, Décisions et gestion. Septièmes rencontres, 26 et 27 novembre 1998, Toulouse, 1999, p. 15-24.

8 Lille, A.D.N., B 1945, f° 54 : les seigneurs de Croy, de Roubaix et aultres des conseillers d’icellui seigneur lors estons devers madame la duchesse de Bourgoingne audit lieu de Gand (fin janvier 1432).

9 M. Sommé, Jean de Roubaix, Les Chevaliers de l’Ordre de la Toison d’or au XVe siècle. Notices bio-bibliographiques, sous la dir. de R. de Smedt, 2e éd., Francfort-sur-le-Main, 2000, p. 6-8, no3.-M. Boone, Roland d’Uutkerke, Id., p. 9-11, no4.– H. Brand, Hugues de Lannoy, Id., p. 14-17, no 7.– P. De Win, Antoine de Croÿ, Id., p. 34-38, no 15.

10 Lille, A.D.N., B 4097, f° 113 v° – 114 : il l’avoit ordonné estrepour le servir devers elle en son estat et office pendant son absence.

11 P. Cockshaw, Le Personnel de la chancellerie de Bourgogne-Flandre sous les ducs de Bourgogne de la maison de Valois (1384-1477), Courtrai-Heule, 1982, p. 115 n. 718 et p. 194.

12 Uyttebrouck, op. cit., t. 1, p. 136 et 522. Le duc fit sa joyeuse entrée à Bruxelles le 5 octobre 1430. En 1433 il fit une large place aux nobles brabançons dans son hôtel : W. Paravicini, Expansion et intégration. La noblesse des Pays-Bas à la cour de Philippe le Bon, Bijdragen en Mededelingen betreffende de Geschiedenis der Nederland, t. 95, 1980, p. 298-300 et 306-313.

13 Lille, A.D.N., B 4097, f° 113 v°.

14 Sommé, op. cit., p. 26-31.

15 Lille, A.D.N., B 1606, f° xlj (44) r°-v° et xlvij (50) r°-v°.

16 B. Amaury de Lagrange, Itinéraire d’Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne, Annales du Comité flamand de France, t. 42, 1938, p. 89-90.

17 Lille, A.D.N., B 1606, f° xlj (44).

18 P. De Win, Jean de Luxembourg, Les Chevaliers de l'Ordre de la Toison d’or, p. 75-77, no 33 et Simon de Lalaing, Id., p. 60-63, no 26.

19 Sommé, op. cit., p. 395-402.

20 Isabelle de Portugal, petite-fille de Jean de Gand par sa mère Philippa de Lancastre, était la cousine du roi Henri VI et la nièce du cardinal Henri Beaufort, très influent au conseil royal.

21 M. Haegeman, De anglofdie in het graafschap Vlaanderen tussen 1379 en 1435, Heule, 1988, p. 243-248.

22 M.-R. Thielemans, Bourgogne et Angleterre. Relations politiques et économiques entre les Pays-Bas bourguignons et l’Angleterre. 1435-1467, Bruxelles, 1966, p. 111-113.– R. Vaughan, Philip the Good. The Apogee of Burgundy, Londres, 1970, p. 102-107.

23 Pour ce voyage et les suivants, voir Thielemans, op. cit., p. 116.

24 B. Schnerb, Jacques de Crèvecœur, Les Chevaliers de l’Ordre de la Toison d’or, p. 68-69, no 29.

25 Paris, Archives nationales, J 251, no 36 : lettre de pouvoir signée du duc et de la duchesse, 8 septembre 1438. Le mariage eut lieu à Saint-Omer le 11 juin 1439, pendant les préliminaires de la conférence.

26 Thielemans, op. cit., p. 125. En décembre ils sont en Angleterre où le duc et la duchesse leur envoient un messager porteur de lettres et attendant leur réponse : Lille, A.D.N., B 1966, f° 164 v°.

27 Thielemans, op. cit., p. 136 n. 133.

28 Voir Bartier, Légistes, p. 310-324 et 384-387.

29 Philippe de Nanterre, parlementaire parisien du parti bourguignon, s’exila à la cour de Philippe le Bon en 1436 et fut aussitôt nommé conseiller et maître des requêtes par le duc.

30 Thielemans, op. cit. : Dommessent, un voyage à Calais en 1446, p. 150 ; la Mandre, trois voyages en Angleterre entre 1442 et 1445, p. 147, 149 et 150 ; Utenhove, voyages à Calais en 1446, 1448 et 1449, un autre à Bruges en 1451, p. 150, 153, 154, n. 243 et 147.

31 Thielemans, op. cit., p. 147.

32 T. Rymer, Foedera, conventiones, litterae et cujuscumque generis acta publica inter reges Angliae et alios quosvis imperatores, regis..., t. 11, Londres, 1727, p. 169-171. Avec le bâtard de Saint-Pol, Isabelle de Portugal nomme maître Roland Pippe, nostre secretaire, appellation justifiée par le fait que ce dernier appartenait à son hôtel comme secrétaire du comte de Charolais.

33 Thielemans, op. cit., p. 153-154. Entre les deux journees, Isabelle lui fit porter des lettres en octobre 1448, quelque part qu’il soit, ainsi qu’à H. Utenhove affin d’eulx tirer incontinent a certaine journée a Calaix. Celle-ci fut en fait reportée en 1449.

34 Thielemans, op. cit., p. 158.– Bruxelles, Archives générales du Royaume, CC, no 1921 : par mandement ducal du 2 janvier 1453, la duchesse est remboursée des frais qu’elle avait avancés pour le voyage d’Aires Gomez da Silva, son chevalier d’honneur, en Angleterre, ensemble monseigneur de Habourdin pour aucunes causes touchons les abstinences de guerre d'entre ceulx dudit royaume et party d’Angleterre et les pais et seignouries de mondit seigneur.

35 Id., p. 160-161 : en mars il est encore envoyé à Calais.

36 B. Schnerb, Dreux de Humières, Les Chevaliers de l’Ordre de la Toison d’or, p. 108-109 no 46.

37 Sommé, op. cit., p. 402-408.

38 Lille, A.D.N., B 3406, no 115623.

39 B. Schnerb, Jean de Créquy, Les Chevaliers de l’Ordre de la Toison d’or, p. 51-53, no 23.– M.-T. Caron, Pierre de Bauffremont, Id., p. 45-47, no 20.

40 Le premier s’est déplacé successivement à Bmxelles, Reims et Châlons : Lille, A.D.N., B 1988, f° 67 r°-v° ; le second uniquement à Reims : f° 79 r°-v°.

41 Mathieu d’Escouchy, Chronique, éd. G. du Fresne de Beaucourt, t. 1, Paris, 1863, P.51.

42 U. Plancher, Histoire générale et particulière de Bourgogne, t. 4, Dijon, 1781, P. J. no 145, p. clxxxv-clxxxvi et no 146, p. clxxxvi-clxxxviii. – Lille, A.D.N., B 3659, f° 58.

43 Sommé, op. cit., p. 408-419.

44 Publiée dans L. Gilliodts-van Severen, Inventaire des Archives de la ville de Bruges. Section première. Inventaire des chartes, t. 5, Bruges, 1876, p. 136-157.

45 Lille, A.D.N., B 1963, f° 117.

46 Lagrange, op. cit., p. 48. Le duc ne revint pas dans la ville avant 1440 : Enguerran de Monstrelet, Chronique, éd. L. Douët d’arcq, t. 5, Paris, 1861, p. 445-448.

47 J. Dumolyn, De Brugee Opstand van 1436-1438, Courtrai-Heule, 1997, p. 108-111.

48 Lille, A.D.N., B 1969, f° 157 v° – 158. Cette tâche l’avait occupé jusqu’au 19 décembre 1438.

49 Lille, A.D.N., B 1969, f° 158 v°. Jacques Barre, receveur de Douai, avait été nommé receveur des deniers extraordinaires le 9 mars 1438 : J. Van Rompaey, Het grafelijk baljuwsambt in Vlaanderen tijdens de boergondische periode, Bruxelles, 1967, p. 329 et Annexe no 16, p. 553-554.

50 Lille, A.D.N., B 1969, f° 150. Il était avec Guillaume de Zadelare, conseiller et avocat du duc au Conseil de Flandre, et avec maître Simon de Fourmelles (Formelis), président du Conseil de Flandre. Sur celui-ci, voir M. Boone, Les juristes et la construction de l’État bourguignon aux Pays-Bas. État de la question, pistes de recherches, Les Pays-Bas bourguignons. Histoire et Institutions. Mélanges André Uyttebrouck, éd. J.-M. Duvosquel, J. Nazet et A. Vanrie, Bruxelles, 1996, p. 117-118.

51 Celle-ci était Gertrude Scutelare, sœur de Vincent Scutelare, échevin, chef des révoltés : Dumolyn, op. cit., p. 163.

52 Louis de le Walle et sa femme reçurent des lettres de rémission du duc le 24 mai 1439 et, par lettre patente du 13 novembre 1439, une pension annuelle de 40 1. de gros monnaie de Flandre affin que ne chient en mendencité en leurs anchiens jours : Lille, A.D.N., B 4098, f° 72 r°-v°.

53 Lille, A.D.N., B 1969, f° 158.

54 Uyttebrouck, op. cit., t.1, p. 79-80.

55 P. Van Peteghem, Frédéric IV, comte de Meurs, Les Chevaliers de l’Ordre de la Toison d’or, p. 57-60, no 25.

56 Lille, A.D.N., B 1963, f° 140.

57 Lille, A.D.N., B 1954, f° 36. Le duc faisait alors le siège de Belleville (21 septembre-7 octobre 1434) : H. Vander Linden, Itinéraires de Philippe le Bon, duc de Bourgogne (1419-1467) et de Charles, comte de Charolais (1433-1467), Bruxelles, 1940, p. 127-128.

58 Sommé, op. cit., p. 151-152.

59 Lille, A.D.N., B 1969, f° 142 v° – 145 : paiement des frais de plusieurs voyages effectués entre le 24 novembre 1438 et janvier-février 1439 à Jean de Terrant (f° 142v-143) et à Adrien van der Ee (f° 143 v°-145).

60 A. Verkooren, Chartes et cartulaires des duchés de Brabant et de Limbourg et des pays d’Outre-Meuse, IIIe partie, Chartes et cartulaires (1427-1789), t. 2, manuscrit, Bruxelles, 1989, 6 janvier 1431 et 24 août 1431. Le millésime est absent de ces lettres closes d’un 6 janvier et d’un 24 août que Verkooren a datées de 1431. Mais d’après les faits exposés par la duchesse, ces lettres doivent être datées du 24 août 1438 et du 6 janvier 1439.

61 Ainsi le 16 mars 1446, le duc lui donne pouvoir de traiter la prorogation de l’entrecours de marchandises avec l’Angleterre ; le 20 mars elle nomme Henri Utenhove, Parent Fane et Louis Dommessent pour traiter à Calais ou ailleurs avec les ambassadeurs d’Henri VI : Rymer, op. cit., p. 125-127.

62 Enguerran de Monstrelet, op. cit., t. 5, p. 404 : le chroniqueur souligne la très-grand pompe de l’ambassade anglaise près de Gravelines en 1439, la richesse des tentes et des pavillons, ainsi que de la vaisselle d’or et d’argent.

63 Mathieu d’escouchy, op. cit., t.1, p. 50.

64 Id., p. 45-46.

65 Ils en sont l’« étoile montante » : J.-M. Cauchies, Le droit et les institutions dans les anciens Pays-Bas sous Philippe le Bon (1419-1467). Essai de synthèse, Cahiers de Clio, no 123, 1995, p. 45.

66 Boone, op. cit., p. 113.

67 Lille, A.D.N, B 4097, P 116.

68 Sommé, op. cit., p. 140-141.

69 M.-T. Caron, Philippe de Temant, Les Chevaliers de l’Ordre de la Toison d’or, p. 47-48, no 21.

70 Lille, A.D.N., B 1948, f° 136 v°.

71 Sommé, op. cit., p. 388.

72 Lille, A.D.N., B 1966, f° 128 v° : Item depuis se parti de Brouxelles en la compaignie de madicte dame pour aler avec elle a Gravelinghes a certaine joumee y lors assignee pour le fait de la paix generale du royaume de France avec les Angloiz ennemis de mondit seigneur. Gautier de la Mandre est payé pour la même période de 96 jours : f° 128.

73 C.T. Allmand, Documents relating to the Anglo-French Negotiations of 1439, Camden Miscellany, t. 24, 1972, p. 112, no 13. Le premier jour de la convention, la duchesse envoia monseigneur levesque de Tournay et monseigneur de Crevecuer, ses principaux conseillers, par devers ledit Cardinal Dangleterre [...] lui faire savoir sa venue.

74 Enguerran de Monstrelet, op. cit., t. 5, p. 344.

75 Lille, A.D.N., B 1954, P 101 v°, mandement du 13 juin 1433.

76 Olivier de La Marche, Mémoires, éd. H. Beaune et J. d’arbaumont, t. 2, Paris, 1884, p. 50-51.

77 É. Bousmar et M. Sommé, Femmes et espaces féminins à la cour de Bourgogne au temps d’Isabelle de Portugal (1430-1471), Das Frauenzimmer. Die Frau bei Hofe in Spätmittelalter und Früher Neuzeit, sous la dir. de W. Paravicini, Stuttgart, 2000, p. 55-56.

78 Enguerran de Monstrelet, op. cit., t. 5, p. 401.

79 Id., t. 4, 1860, p. 371.

80 Lille, A.D.N., B 1962, no 57552, p. 185 : certification du paiement du terme de Pâques (150 saluts = 72 1. 10 s., monnaie de 40 gros de Flandre) sur la recette de la châtellenie de Cassel, 12 mai 1437. Jacqueline de La Trémoille était veuve d’André de Toulongeon, chevalier de la Toison d’or : M.-T. Caron, André de Toulongeon, Les Chevaliers de l’Ordre de la Toison d’or, p. 63-64, no 27.

81 P. Godding, Le Conseil de Brabant sous le règne de Philippe le Bon (1430-1467), Bruxelles, 1999, p. 76.–Lille, A.D.N., B 1969, f° 239 r°-v° : paiement de 500 1. pour ses gages de trois ans comme conseiller ; il a résigné son office en faveur du damoiseau de Nassau.

82 Ex. : Lille, A.D.N., B 1994, f° 92, message le 17 avril 1447 ; B 2004, f° 107, 1450.

83 Lille, A.D.N., B 2017, F° 100 ; E. Lameere, Le Grand Conseil des ducs de Bourgogne de la maison de Valois, Bruxelles, 1900, p. 95-96.

84 Sommé, op. cit., p. 440.

85 Id., p. 475.

86 Mathieu d’escouchy, op. cit., t. 2, p. 259-261 ; A. Marchandisse, Jean de Heinsberg (1419-1455) ou le dilemme d’un prince-évêque de Liège écartelé par des options politiques antagonistes, Publication du Centre européen d’Études bourguignonnes ( XIVe- XVIe siècles), t. 38, 1998, p. 75.

87 Lille, A.D.N., B 1988, f° 148 et B 2002, f° 76 v° : il est payé pour 22 jours entre le 13 et le 26 avril.

88 Lille, A.D.N., B 4101, f° 121 : paiement de Latin de Coninglant, de Maillart de Flechin, écuyer, de trois archers de corps du duc et d’un cuisinier, pour trois mois du 1er février au 31 mars 1450, pour la despense, garde et gouverne de monseigneur de Temant, prisonnier oudit chastel.

89 G. Small, George Chastelain and the Shaping of Valois Burgundy. Political and historical Culture at Court in the fifteenth Century, Woodbridge, p. 63-64. Temant était le protecteur de Thistoriographe.

90 Lameere, op. cit., p. 62.

91 W. Paravicini, Die Hofordnungen Herzog Philipps des Guten von Burgund. Edition, II, no 5, 1426/1427, Francia, t. 11, 1983, p. 265, § 30.

92 Sommé, op. cit., p. 291.

93 Allmand, Documents, p. 98-99, no 6 : Si est ainsi que lesdis Delalun, Utenhove et Demandre venus par deca, et ouy tout ce qu'ils ont de par vous voulu dire et exposer [...].

94 R. Van Marle, Le Comté de Hollande sous Philippe le Bon (1428-1467), La Haye, 1908, p. 38.

95 F.-X. Wurth-Paquet, Table chronologique des chartes et diplômes relatifs à l’histoire de l’ancien pays de Luxembourg, Publications de la Section historique de l'Institut royal grand-ducal de Luxembourg, t. 28, 1874, p. 66-67, no 126 et p. 72, no 134.

96 LILLE, A.D.N., B 1963, f° 116.

97 Lille, A.D.N., B 10404, f° 50 : avec Jean Chevrot et Jean de Croy, grand bailli de Hainaut, qui au commant de ma tres redoubtee dame madame la duchesse de Bourgoingne [...] s’en alla de Braine a Vallenchiennes.

98 Lille, A.D.N., B 2008, f° 75 v° – 76 v°.

99 J. Van Rompaey, De Grote Raad van de hertogen van Boergondie en het Parlement van Mechelen, Bruxelles, 1973, p. 109.

100 Cockshaw, Le Personnel, p. 176-177.

101 Lille, A.D.N., B 1966, P 164 v°.– Thielemans, op. cit., p. 137.

102 Lille, A.D.N., B 3408, no 115768.– Sommé, op. cit., p. 248.

103 Lille, A.D.N., B 1982, f° 65 v°.– 66. La duchesse fut aussi accompagnée par des membres du conseil et Hugues de Lannoy, ancien gouverneur du comté : f° 67 v°.

104 Lille, A.D.N., B 1606, f° 180.

105 Allmand, Documents, p. 139, no 19.

106 Thielemans, op. cit., p. 123 (fin mars 1439) et p. 149 (mission du 6 juin au 20 septembre 1444).

107 Id., p. 147.

108 Lille, A.D.N., B 3406, no 115623, écrou des dépenses du 19 avril 1441.

109 Lille, A.D.N., B 3393, no 114356, écrou des gages du 19 décembre 1441 (classé avec des écrous de 1416 à la suite d’une erreur de lecture) et B 3406, no 115630, écrou des gages du 25 décembre 1441.

110 P. Kauch, Le trésor de l’Épargne, création de Philippe le Bon, Revue belge de Philologie et d’Histoire, t. 11, 1932, p. 719.

111 Cockshaw, Le Personnel, p. 96.

112 Lagrange, op. cit., p. 152-153.

113 Lille, A.D.N., B 3340, III, f° 32 : Et cedit jour madicte dame disna a l'ostel du prevost de Nostre Dame de Bruges.

114 Lille, A.D.N., B 1606, f° 180.

115 Bartier, Légistes, p. 386.– M. Sommé, Gravelines et la diplomatie anglo-bourguignonne au milieu du xve siècle, Le Détroit : Zone de rencontres ou zone de conflits ? 3e colloque européen de Calais, 20-21 novembre 1999, éd. S. Curveiller, D. Clauzel, C. Leduc, Bulletin historique et artistique du Calaisis, 2001, p. 122-125.

116 Lille, A.D.N., B 1605, f° 196, charte éditée par Van Rompaey, Baljuwsambt, p. 551-553, no 15.

117 Lille, A.D.N., B 1996, f° 4 v°.

118 Lille, A.D.N., B 18842, no 29391 : lettre d’Isabelle à Jean Utenhove, watergrave de Flandre, datée du 20 décembre à Bruxelles.

119 Par exemple Guillaume Le Jeune, seigneur de Contay, maître d’hôtel, et Jean le Canu, fourrier : Sommé, Isabelle, p. 297-298 et 352-353.

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search