Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À l’ombre du Pouvoir

 | 
Jean-Louis Kupper
, 
Alain Marchandisse

Les capitaines de Jean sans Peur, duc de Bourgogne (1404-1419)

Bertrand Schnerb

Texte intégral

  • 1 Voir essentiellement R. Vaughan, John the Fearless. The Growth of Burgundian Power, Londres, 2e éd (...)
  • 2 Dijon, Archives départementales de la Côte-d’Or (= A.D.C.O.), B 1543, 1547, 1554, 1556, 1558, 1560, (...)

1Le principat du duc de Bourgogne Jean sans Peur fut une période de grande mobilisation des moyens militaires de l’État bourguignon et l’entourage du prince fut alors fortement militarisé1. Le duc Jean fut servi par des capitaines qui constituèrent, pendant quinze années, un groupe de conseillers et de chefs de guerre indispensable. J’ai tenté de reconstituer ce groupe en exploitant un corpus de sources abondant2. Ma démarche a consisté à repérer dans ces sources les capitaines ayant figuré le plus fréquemment dans les armées conduites par le duc de Bourgogne en personne. En retenant ce double critère (fréquence du service et présence du prince) j’ai pu établir un fichier des chefs de guerre qui ont formé l’encadrement régulier de l’armée ducale et l’entourage militaire de Jean sans Peur. Ce fichier comporte quatre-vingt-neuf noms (tableau no 1).

2Ce travail préalable effectué, il convenait, en premier lieu, de synthétiser les données concernant le recrutement géographique et social des capitaines de Jean sans Peur. En deuxième lieu, il fallait déterminer quelles avaient été leur formation et la nature des liens qui les unissaient au prince. Enfin, on pouvait aussi se demander si, en quinze ans, le groupe de ces capitaines s’était ou non renouvelé.

  • 3 Je compte comme originaires de « France » les personnages suivants qui ne sont recrutés ni en Pica (...)

3En ce qui concerne les origines géographiques, il est nécessaire de distinguer les capitaines venant des principautés bourguignonnes, ou des régions placées directement sous l’influence du duc, et ceux qui furent recrutés en dehors de cet espace géopolitique. Sur les quatre-vingt-neuf personnages recensés, soixante-dix étaient originaires de l’espace bourguignon : trente des deux Bourgognes et quarante des principautés septentrionales ; pour ces derniers, la répartition était la suivante : douze venaient du comté d’Artois, douze du comté de Flandre, seize de Picardie, Boulonnais et Ponthieu. Les capitaines étrangers à l’espace bourguignon étaient dix-neuf : sept provenaient de Savoie et de Bresse, trois de Bretagne, trois de Hainaut, trois de France3, un de Lombardie, un d’Allemagne.

4Au vu des chiffres, on constate aussi que, si l’on fait le compte, pour l’ensemble du principat du duc Jean, des capitaines recrutés dans le seul espace directement dominé par ce prince, les pays du nord (Artois, Flandre, Picardie) fournirent 58 % d’entre eux, tandis que les deux Bourgognes en fournirent 42 %. Toutefois, nous verrons un peu plus loin que cette prédominance des capitaines recrutés dans le nord n’est pas observable durant toute la période.

  • 4 Fils de Hugues de Chalon-Arlay et de Blanche de Genève, né v. 1361, mort en 1418, Jean III de Chal (...)
  • 5 Né vers 1368, mort en 1414, Enguerrand de Boumonville porta toujours le titre d’écuyer. Il fut suc (...)

5Sur le plan de l’origine sociale, tous les capitaines recensés étaient naturellement des représentants de la noblesse d’armes ; cependant tous n’étaient pas du même rang. Certains étaient de rang princier : ainsi Jean HI de Chalon, prince d’Orange4, d’autres étaient d’une noblesse moins haute comme Enguerrand de Bournonville, cadet d’une famille de moyenne noblesse des « marches de Picardie5 ».

6Deux moyens s’offrent à nous pour saisir la complexité de cette réalité : le premier consiste à déterminer la place occupée par chacun de nos capitaines au sein de la hiérarchie socio-militaire, le second à montrer comment le duc lui-même établissait une hiérarchie au sein de ce groupe.

  • 6 Schnerb, Bourgogne et Savoie au début du xve siècle, p. 13-29.
  • 7 Dijon, A.D.C.O., B 11754-11793 et de la Chauvelays, op. cit., p. 124-264.

7Le relevé du rang des différents personnages recensés indique que, sur quatre-vingt-neuf capitaines, cinquante-deux étaient chevaliers bannerets ou le devinrent durant le principat de Jean sans Peur ; vingt-six étaient ou devinrent chevaliers bacheliers ; le reste, onze individus, était constitué d’écuyers parmi lesquels se trouvaient trois écuyers bannerets qui étaient, tous trois, des Savoyards (Jacques de La Baume, Guigue de Sallenove et Amé de Viry)6. Ces chiffres permettent de souligner le caractère fortement aristocratique de l’encadrement de l’armée puisque, si l’on trouve parmi les principaux capitaines de Jean sans Peur 88 % de chevaliers et que ce groupe de chevaliers est composé pour les deux-tiers de bannerets, durant la même période, les structures sociales des armées ducales présentent des proportions rigoureusement inverses, le groupe des hommes d’armes étant composé à plus de 92 % de simples écuyers (voir le tableau no 2)7.

  • 8 Dijon, A.D.C.O., B 1588, f° 262 r°.– 271 r°. Sur les indemnités de commandement nommés « états », (...)

8Cet encadrement hautement aristocratique était lui-même hiérarchisé mais sa hiérarchisation n’était pas seulement fondée sur des critères sociaux car la faveur du prince était un élément qui entrait aussi en ligne de compte. Le fait apparaît en août 1417 lorsque Jean sans Peur ordonna à son receveur général de Bourgogne de distribuer à vingt-sept des trente-deux capitaines qui commandaient ses troupes, en plus de leurs gages ordinaires, une somme destinée à maintenir l’« état » de leur personne. Ces « états de capitaines » furent effectivement versés en fonction d’une échelle hiérarchique qui apparaît au tableau no38.

  • 9 Originaire du comté d’Artois, Jean, seigneur de Fosseux († 1418), était fils de Jean, seigneur de (...)
  • 10 Sur ce personnage, fils de Jean III de Chalon et de Marie des Baux, voir Barbey, op. cit., passim.
  • 11 A. Coville, Les Cabochiens et l’ordonnance de 1413, Genève, 1974 (réimpr. de l’édition de Paris, 1 (...)

9L’échelle du montant des états distribués par ordre du duc de Bourgogne en 1417 correspondait davantage à la place occupée dans la hiérarchie sociale par le bénéficiaire qu’à l’importance de ses fonctions militaires : ainsi Jean, seigneur de Fosseux, qui conduisait sous sa bannière dans cette armée plus de 3 400 combattants9, reçut un état inférieur à celui de Louis de Chalon, fils aîné du prince d’Orange, dont la compagnie comptait 387 combattants10. Il est également remarquable que les écuyers n’aient reçu aucun état et se soient contentés de leurs seuls gages ordinaires. Notons également l’importance des états alloués à des personnages que le duc entendait particulièrement distinguer : ainsi Élyon de Jacqueville et Charles de Lens, gratifiés respectivement d’un état de 200 francs et d’un état de 150 francs ; les deux hommes étaient deux anciens meneurs cabochiens pour lesquels Jean sans Peur avait une particulière dilection11. Cette remarque renvoie à une autre réalité qui est celle des liens unissant ces hommes au prince, question sur laquelle nous allons revenir après avoir abordé celle de la formation des chefs de guerre de l’armée ducale.

  • 12 Dijon, A.D.C.O., B 11756-11768.– De la Chauvelays, op. cit., p. 138-160.

10Dans un certain nombre de cas, en effet, il est possible de connaître cette formation et, partant, d’établir une sorte de typologie. En premier lieu, certains de nos personnages commencèrent leur carrière militaire au début du principat de Jean sans Peur. Révélateurs sont, sur ce point, les documents se rapportant à la prise d’armes de 1405 (première grande mobilisation du principat). En les dépouillant on constate en effet que plusieurs chefs de guerre de haut rang ont figuré en tant qu’écuyers dans l’armée ducale réunie alors à Paris et qu’ils ne furent adoubés que plus tard. Cet indice nous montre que ces capitaines n’en étaient qu’au début de leur carrière. C’est le cas d’au moins onze individus, et non des moindres : Claude de Beauvoir, seigneur de Chastellux, Guillaume, seigneur de Châteauvillain, Jean de Cusance, seigneur de Beauvoir, Guy de La Trémoille, seigneur d’Uchon, Guillaume V de Mello, seigneur d’Epoisses, Jean de Montagu, seigneur de Couches, Renaud, vicomte de Murat, Jean de Neufchâtel, seigneur de Montaigu, « Guyard » de Pontailler, seigneur de Talmay, Thibaud VIII, seigneur de Neufchâtel, Jean, seigneur de Toulongeon. Notons, à propos de cette liste que la plupart des hommes qui y figurent étaient originaires des deux Bourgognes (à l’exception du vicomte de Murat)12.

  • 13 Dijon, A.D.C.O., B 1460, f° 152 v°.– Barbey, op. cit., p. 61 n. 4.
  • 14 Dijon, A.D.C.O., B 1462, f° 88 v°.

11A côté de ces jeunes gens, figuraient aussi des hommes qui avaient une solide expérience militaire ; beaucoup d’entre eux avaient servi Philippe le Hardi dans ses guerres. On peut citer comme étant dans ce cas, par exemple, Jean de Chalon, prince d’Orange, fait chevalier sur le champ de bataille de Roosebeke en 138213, ou Wicart de Bours, qui figurait déjà comme écuyer dans l’hôtel du duc de Bourgogne en 138514.

  • 15 Pour ce qui précède, voir en dernier lieu B. Schnerb, Le contingent franco-bourguignon à la croisa (...)

12S’agissant d’hommes d’expérience, il faut souligner aussi l’importance du voyage dans leur formation. En effet, nombre des capitaines de Jean sans Peur avaient été dans le passé des voyageurs ; le fait est attesté pour au moins onze individus. Plusieurs d’entre eux avaient fait le voyage de Prusse, certains avaient participé au « voyage de Barbarie » du duc Louis II de Bourbon, mais naturellement il faut ménager une place particulière à ceux qui, parmi eux, avaient fait le « voyage de Hongrie » de 1396 : Gauthier de Ruppes, Jacques de Courtiambles, Victor, bâtard de Flandre, Jacques, seigneur de Heilly, Jacques, seigneur de Mametz, Regnier Pot, Guillaume de Vienne. Pour ces derniers, la participation à la croisade de Nicopolis avait créé un lien de fraternité d’armes avec le duc Jean, lien renforcé pour quelques-uns par une co-détention. Cette remarque nous conduit à nous intéresser aux autres liens unissant le duc de Bourgogne à ses principaux chefs de guerre15.

  • 16 En 1417, le duc fait crier dans tous les bailliages d’Artois : a tous nos vassaux et sujets tenons (...)
  • 17 Voir l’affaire Mansart du Bois : J. Sornay, Ignaucourt, une donation embarrassante, Revue du Nord,(...)
  • 18 Schnerb, Bourgogne et Savoie au début du xve siècle, p. 16 et 19-20.

13En premier lieu, on ne saurait omettre l’importance des relations féodales : 60 % des capitaines recensés étaient des nobles originaires des principautés bourguignonnes au sens strict (deux Bourgognes, Artois, Flandre). Ils étaient tous unis au duc par un lien de type féodal. Jean sans Peur a sans cesse invoqué les obligations de ses vassaux, soit pour exiger d’eux le service16, soit pour réprimer implacablement les défections17. Quant aux capitaines recrutés en dehors de ses principautés, Jean sans Peur s’est appliqué à les attacher, eux aussi, à sa personne par un lien féodal, soit en leur constituant des fiefs-rentes, soit en leur inféodant une seigneurie en Bourgogne. Le cas des capitaines savoyards Amé de Viry et Guigue de Sallenove est, de ce point du vue, tout à fait révélateur18.

  • 19 Dijon, A.D.C.O., B 361 (1405) et B 1554, f° 53 v° – 54 r° (1406).
  • 20 Dijon, A.D.C.O., B 1547, f° 139 r° (Jeumont), B 1556, f° 44 r° (La Hamaide), B 1560, f° 121 r° (Lal (...)
  • 21 Schnerb, Bourgogne et Savoie au début du xve siècle, p. 15-16 et 19-20.
  • 22 Schnerb, Un capitaine italien au service de Jean sans Peur, p. 12-28.

14Mis à part le lien féodal, le lien essentiel qui apparaît à la lecture du tableau no 1 est l’appartenance à l’hôtel ducal. Cinquante-cinq des capitaines qui y figurent apparaissent comme ayant été intégrés à l’hôtel de Jean sans Peur : cinquante-trois en tant que chambellans, un en tant que chambellan, puis premier maître d’hôtel (Morelet de Béthencourt), un en tant qu’écuyer d’écurie (Hector de Saveuse) ; la plupart des chambellans étaient aussi conseillers (cinquante sur cinquante-trois) ; quelques-uns reçurent le seul titre de conseiller. On peut remarquer à propos de l’intégration à l’hôtel qu’il fut un moyen pour le duc de s’attacher notamment un bon nombre des capitaines étrangers qu’il retint à son service : c’est ainsi que Jean, seigneur de La Chapelle, un chevalier breton engagé par Jean sans Peur en 1405, devint conseiller et chambellan l’année suivante19 ; de même les trois principaux capitaines hennuyers qui figurèrent dans les armées ducales, Jean, seigneur de Jeumont, Jean, seigneur de La Hamaide, et Othe, seigneur de Lalaing, furent tous trois chambellans, les deux premiers portant également le titre de conseiller20 ; parmi les Savoyards, Jean de La Baume, seigneur de Bon-Repos, Amé de Viry et Guigue, seigneur de Sallenove, furent également retenus comme conseillers et chambellans21. Quant au capitaine lombard Castellain Vasc, entré au service du duc en 1412, il gravit les échelons de la hiérarchie de l’hôtel devenant successivement écuyer d’écurie, puis chambellan et finalement conseiller et chambellan22.

15La dernière question que je voudrais poser est celle du renouvellement du groupe. En effet, nombre de personnages recensés dans notre corpus disparurent avant la fin du principat du duc Jean. Sur les quatre-vingts individus dont on peut connaître avec plus ou moins de précision la date de décès, près de la moitié (trente-sept au total) sont morts avant l’année 1420. Pour la plupart, ces trente-sept capitaines sont tombés au combat ou sont morts d’une maladie contractée lors des opérations militaires. Il n’est pas inintéressant de reconstituer les grandes vagues de décès qui ont occasionné des coupes sombres dans ce groupe.

  • 23 Dijon, A.D.C.O., B 1556, f° 164 v°.
  • 24 Enguerran de Monstrelet, Chronique, éd. L. Douët-d’arcq, t. 2, Paris, 1858, p. 290.– J. Vanacker et (...)
  • 25 Schnerb, Enguerrand de Boumonville, p. 131-132.
  • 26 Enguerran de Monstrelet, Chronique, t. 3, p. 67.
  • 27 En l’absence d’une étude récente sur les morts d’Azincourt, il reste possible de se référer à R. d (...)
  • 28 Vanacker et Opsomer, Bijdragen tot de geschiedenis der heren van Gistel, p. 178-183.
  • 29 Enguerran de Monstrelet, Chronique, t. 3, p. 235-237.
  • 30 Id, t. 3, p. 288.-Paris, B.N.F., Bourgogne 57, f° 110.– Barbey, op. cit., p. 61.
  • 31 Schnerb, « L’honneur de la maréchaussée », p. 68.
  • 32 Enguerran de Monstrelet, Chronique, t. 3, p. 357.

16La première vague se situe en 1408, date de la campagne contre Liège : cette année-là tombèrent sur le champ de bataille d’Othée le capitaine picard Florimont de Brimeu et le Breton Jean, seigneur de La Chapelle23. La vague suivante arriva en 1412 et emporta Amé de Viry et Jean VII de Ghistelles, tous deux victimes de l’épidémie de dysenterie qui sévit dans l’armée bourguignonne lors du siège de Bourges24. Par la suite, en 1414 et 1415, Jean sans Peur eut à déplorer les pertes les plus lourdes : en mai 1414 Enguerrand de Bournonville fut exécuté par les Armagnacs à Soissons25 ; en avril 1415 le comte de Saint-Pol mourut de maladie26 et surtout, le 25 octobre suivant, ce fut la terrible saignée d’Azincourt. Sur les trente-sept capitaines morts durant le principat du duc, vingt-deux, soit 59,4 %, tombèrent lors de cette bataille (ce chiffre représente plus de 25 % de l’ensemble des capitaines recensés)27. Vient ensuite la vague des années 1417-1418. En 1417, le duc perdit Jean VI, seigneur de Ghistelles, mort de mort naturelle28, et Elyon de Jacqueville, assassiné par un autre capitaine, Hector de Saveuse ; ce dernier tomba alors en disgrâce29. L’année suivante, à Paris, que les Bourguignons venaient de reconquérir, une épidémie emporta deux personnages de poids : Jean de Chalon, prince d’Orange, et Jean, seigneur de Fosseux30 ; par ailleurs, la même année Jean de Vergy, maréchal de Bourgogne, mourut de mort naturelle31. Enfin en 1419, Charles de Lens fut massacré par les Armagnacs après le meurtre de Montereau32. Comme on peut en juger, le groupe des principaux capitaines de Jean sans Peur fut particulièrement exposé.

17Les pertes humaines dont je viens de faire état ont eu pour conséquence une certaine modification dans la structure du groupe. Cette modification est surtout sensible sur le plan du recrutement géographique. En effet, lorsqu’on fait le compte des capitaines morts pendant la période 1405-1419 on constate que ce sont surtout ceux des pays du nord (Picardie, Artois, Flandre) qui furent les plus touchés. Le fait apparaît dans le tableau no 4 où l’on voit que vingt-six capitaines sur trente-sept étaient originaires de ces régions. Cette sur-représentation est notamment due aux effets de la bataille d’Azincourt dans laquelle tombèrent dix-neuf de ces vingt-six personnages.

  • 33 Dijon, A.D.C.O., B 1588, f° 262 r° – 271 r° et B 11 771.

18Cette mortalité différenciée conféra une plus grande importance aux capitaines originaires des deux Bourgognes qui n’avaient pas participé à la bataille d’Azincourt. C’est ainsi que dans l’armée réunie par Jean sans Peur à Beauvais en août 1417, sur les trente-deux principaux capitaines cités plus haut, on voit que dix-sept étaient de Bourgogne, six de Flandre, Artois et Picardie, les neuf autres étant étrangers à l’espace bourguignon (par comparaison, dans l’armée levée par le duc Jean en 1408 pour affronter les Liégeois, les capitaines de Bourgogne étaient au nombre de dix, pour onze capitaines d’Artois, de Flandre et de Picardie)33.

19On peut noter aussi, comme une conséquence de cette situation, les modifications intervenues dans le groupe des capitaines étrangers : les Hennuyers furent durement touchés puisque, sur trois personnages, deux furent tués au combat (les seigneurs de Jeumont et de La Hamaide, tous deux morts à Azincourt) et le troisième, Othe de Lalaing, n’apparut plus dans les rangs de l’armée bourguignonne après 1415. En revanche, ce fut la grande période de promotion des capitaines mercenaires. Les Savoyards : Guigue, seigneur de Sallenove, Jean de Gingins et les frères Jean et Clavin du Clou jouèrent un rôle de plus en plus important auprès du duc. Dans la même période, l’Italien Castellain Vasc connut une ascension sociale fulgurante tandis qu’apparaissait le Breton Charles Labbé. Du côté des capitaines recrutés en France un nouveau venu se ménagea aussi une place dans la faveur du duc : Jean de Villiers, seigneur de L’Isle-Adam, homme précieux, promis à un bel avenir.

20Pour conclure, on peut souligner la grande spécificité de l’entourage militaire du duc de Bourgogne Jean sans Peur : recruté essentiellement dans l’espace géo-politique dominé par le prince, il n’en acceptait pas moins dans ses rangs des éléments étrangers (qui ont représenté plus de 20 % de l’effectif total). Son recrutement social était homogène et hautement aristocratique mais n’excluait pas l’existence d’une hiérarchie en partie établie en fonction de la faveur du duc. Cette faveur était aussi le reflet des liens étroits qui unissaient le prince à ses capitaines. Ces liens étaient complexes et fondés sur la fidélité personnelle, la mouvance féodale, l’appartenance à l’hôtel, la fraternité d’armes. Enfin, on retiendra l’une des caractéristiques principales de ce groupe qui est sa fragilité et, en corollaire, son constant renouvellement.

Annexes

Tableau No 1 Les principaux capitaines de Jean sans Peur (1404-1419)

Tableau No 1 Les principaux capitaines de Jean sans Peur (1404-1419)

TABLEAU No 2 Le recrutement social des hommes d'armes dans les armées de Jean sans Peur (1405-1417)

TABLEAU No 2 Le recrutement social des hommes d'armes dans les armées de Jean sans Peur (1405-1417)

TABLEAU No 3 Les « états » versés aux capitaines de l’armée réunie en août 1417

Bénéficiaires

Rang

Montant versé

Louis de Chalon, seigneur d’Arguel

Chevalier banneret

300 francs

Jean de Vergy, seigneur de Fouvent, maréchal de Bourgogne

Chevalier banneret

300 francs

Jean, seigneur de Toulongeon

Chevalier banneret

300 francs

Jean de Luxembourg

Chevalier banneret

280 francs

Jean, seigneur de Fosseux

Chevalier banneret

280 francs

Thibaud VIII, seigneur de Neufchâtel

Chevalier banneret

250 francs

Guillaume, seigneur de Châteauvillain

Chevalier banneret

200 francs

Jean de Neufchâtel, seigneur de Montagu

Chevalier banneret

200 francs

Girard, seigneur de La Guiche

Chevalier banneret

200 francs

Elyon, seigneur de Jacqueville

Chevalier banneret

200 francs

Guillaume, seigneur de Champdivers

Chevalier banneret

150 francs

Charles de Lens

Chevalier banneret

150 francs

Guigue, seigneur de Sallenove

Écuyer banneret

120 francs

Jean de La Clyte, seigneur de Comines

Chevalier banneret

100 francs

Jean de Cusance, seigneur de Beauvoir

Chevalier banneret

100 francs

Jean de Montagu, seigneur de Couches

Chevalier banneret

100 francs

Jean de Vergy, seigneur d’Autrey

Chevalier banneret

100 francs

Guy de La Trémoille, comte de Joigny

Chevalier banneret

100 francs

Frère Pierre de Bauffremont

Chevalier banneret

100 francs

Jean, seigneur de Rochefort

Chevalier banneret

100 francs

Claude de Beauvoir, seigneur de Chastellux

Chevalier banneret

100 francs

Jacques de La Baume

Écuyer banneret

100 francs

Félix de Steenhuize, souverain bailli de Flandre

Chevalier bachelier

100 francs

Castellain Vase

Chevalier bachelier

100 francs

Guy de Pontailler, seigneur de Talmay

Chevalier banneret

80 francs

Guy, dit le Veau de Bar, bailli d’Auxois

Chevalier bachelier

80 francs

Victor, bâtard de Flandre

Chevalier bachelier

40 francs

Philippe de Saveuse

Écuyer

Néant

Charles Labbé

Écuyer

Néant

Jean de Gingins

Écuyer

Néant

Clavin du Clou

Écuyer

Néant

Jean du Clou

Écuyer

Néant

Tableau No 4 Capitaines morts entre 1408 et 1419

Origine géographique

Nombre de morts

Picardie, Boulonnais, Ponthieu

11

Artois

9

Flandre

6

Bourgogne

4

Hainaut

2

France

2

Bretagne

1

Savoie

2

Notes

1 Voir essentiellement R. Vaughan, John the Fearless. The Growth of Burgundian Power, Londres, 2e éd., 1979, notamment le ch. 5, The Means to Power, spécialement les p. 138-152.– C. De Borchgrave, Diplomaten en diplomatie onder hertog Jan zonder Vrees. Impact op de Vlaamse politieke situatie, Courtrai-Heule, 1992.-B. Schnerb, Bourgogne et Savoie au début du xve siècle : évolution d’une alliance militaire, Publication du Centre européen d’Etudes bourguignonnes (XIVe-XVIe siècles), no32, 1992, p. 13-29.– Id., Un capitaine italien au service de Jean sans Peur : Castellain Vasc, Annales de Bourgogne, t. 64, 1992, p. 5-38.– Id., Enguerrand de Bournonville et les siens. Un lignage noble du Boulonnais aux XIVe et XVe siècles, Paris, 1997.– Id., « L’honneur de la maréchaussée ». Maréchalat et maréchaux en Bourgogne des origines à la fin du XVe siècle, Turnhout, 2000.

2 Dijon, Archives départementales de la Côte-d’Or (= A.D.C.O.), B 1543, 1547, 1554, 1556, 1558, 1560, 1562, 1563, 1570-1572, 1576, 5520 (comptes de la recette générale des finances), 11 754-11 793 (montres d’armes).– Lille, Archives départementales du Nord (= A.D.N.), B 1903 (compte de la recette générale des finances).– J. De La Chauvelays, Les armées des trois premiers ducs de Bourgogne de la maison de Valois, Mémoires de l’Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Dijon, 3e sér., t. 6, 1880, p. 19-335.– Comptes généraux de l’État bourguignon entre 1416 et 1420, éd. M. Mollat, 6 vol., Paris, 1966-1976.

3 Je compte comme originaires de « France » les personnages suivants qui ne sont recrutés ni en Picardie, Flandre, Artois et Bourgogne, ni en Bretagne : le seigneur de Jacqueville (Gâtinais), le vicomte de Murat (Auvergne), le seigneur de L’Isle-Adam (Île-de-France).

4 Fils de Hugues de Chalon-Arlay et de Blanche de Genève, né v. 1361, mort en 1418, Jean III de Chalon, seigneur d’Arlay, épousa Marie des Baux et devint prince d’Orange en 1393, à la mort de son beau-père Raymond V des Baux. F. Barbey, Louis de Chalon, prince d’Orange, seigneur d’Orbe, Èchallens, Grandson, 1390-1463, Lausanne, 1926, passim.

5 Né vers 1368, mort en 1414, Enguerrand de Boumonville porta toujours le titre d’écuyer. Il fut successivement écuyer d’écurie et chambellan de Jean sans Peur. Schnerb, Enguerrand de Bournonville, p. 81-138.

6 Schnerb, Bourgogne et Savoie au début du xve siècle, p. 13-29.

7 Dijon, A.D.C.O., B 11754-11793 et de la Chauvelays, op. cit., p. 124-264.

8 Dijon, A.D.C.O., B 1588, f° 262 r°.– 271 r°. Sur les indemnités de commandement nommés « états », voir P. Contamine, Guerre, État et Société à la fin du Moyen Âge. Etudes sur les armées des rois de France 1337-1494, Paris-La Haye, 1972, p. 106-107.

9 Originaire du comté d’Artois, Jean, seigneur de Fosseux († 1418), était fils de Jean, seigneur de Fosseux († ap. 1405), et de Catherine d’Ailly. Chevalier banneret en 1412, cité comme conseiller et chambellan de Jean sans Peur en 1414, il avait été établi comme garde et gouverneur du comté d’Artois en mars 1416. Paris, Bibliothèque nationale de France (= B.N.F.), Pièces originales 1208, dossier Fosseux, no 9 - Id., Nouvelles acquisitions françaises no 20 528, p. 238.– Lille, A.D.N., B 1903, f° 101 v° ; B 1601, f° 117 r°-v°.

10 Sur ce personnage, fils de Jean III de Chalon et de Marie des Baux, voir Barbey, op. cit., passim.

11 A. Coville, Les Cabochiens et l’ordonnance de 1413, Genève, 1974 (réimpr. de l’édition de Paris, 1888). Charles de Récourt, châtelain de Lens († 1419), originaire du comté d’Artois, était fils de Jean de Récourt, châtelain de Lens, et de Catherine de Béthune. Cité comme chevalier banneret en 1417, il fut institué amiral de France en 1418 et est mentionné comme conseiller du roi la même année. Paris, Archives nationales, JJ 171, no 37.– B.-A. Pocquet Du Haut-Jussé, La France gouvernée par Jean sans Peur. Les dépenses du receveur général du royaume, Paris, 1959, passim.– C. Bozzolo et H. Loyau, La cour amoureuse dite de Charles VI, t. 2 Paris, 1992, p. 37, no 352. Élyon, seigneur de Jacqueville († 1417), chambellan du duc en 1408 est retenu comme son conseiller aux gages de trois francs par jour en mars 1417. Dijon, A.D.C.O., B 1560, f° 69 r°.– Paris, B.N.F., Bourgogne 57, f° 91.

12 Dijon, A.D.C.O., B 11756-11768.– De la Chauvelays, op. cit., p. 138-160.

13 Dijon, A.D.C.O., B 1460, f° 152 v°.– Barbey, op. cit., p. 61 n. 4.

14 Dijon, A.D.C.O., B 1462, f° 88 v°.

15 Pour ce qui précède, voir en dernier lieu B. Schnerb, Le contingent franco-bourguignon à la croisade de Nicopolis, Nicopolis, 1396-1996. Annales de Bourgogne, t. 68, 1996, p. 59-74.

16 En 1417, le duc fait crier dans tous les bailliages d’Artois : a tous nos vassaux et sujets tenons de nous en fief et ariere fief qu’il fussent prestz, montez et armez suffisamment pour nous venir servir en nostre presente armee. Paris, B.N.F., Flandre 15, f° 479 r°-v°.

17 Voir l’affaire Mansart du Bois : J. Sornay, Ignaucourt, une donation embarrassante, Revue du Nord, h. s. no 3, 1987, p. 103-107.

18 Schnerb, Bourgogne et Savoie au début du xve siècle, p. 16 et 19-20.

19 Dijon, A.D.C.O., B 361 (1405) et B 1554, f° 53 v° – 54 r° (1406).

20 Dijon, A.D.C.O., B 1547, f° 139 r° (Jeumont), B 1556, f° 44 r° (La Hamaide), B 1560, f° 121 r° (Lalaing).

21 Schnerb, Bourgogne et Savoie au début du xve siècle, p. 15-16 et 19-20.

22 Schnerb, Un capitaine italien au service de Jean sans Peur, p. 12-28.

23 Dijon, A.D.C.O., B 1556, f° 164 v°.

24 Enguerran de Monstrelet, Chronique, éd. L. Douët-d’arcq, t. 2, Paris, 1858, p. 290.– J. Vanacker et R. Opsomer, Bijdragen tot de geschiedenis der heren van Gistel, Gestella 1988. Duizend jaar Gistel. Bijdragen tot de geschiedenis, archeologie en genealogie van Gistel, Gistel, 1988, p. 179.– Schnerb, Bourgogne et Savoie au début du xve siècle p. 19.

25 Schnerb, Enguerrand de Boumonville, p. 131-132.

26 Enguerran de Monstrelet, Chronique, t. 3, p. 67.

27 En l’absence d’une étude récente sur les morts d’Azincourt, il reste possible de se référer à R. de Belleval, Azincourt, Paris, 1865 et à G. Baquet, Azincourt, s.l., 1977.

28 Vanacker et Opsomer, Bijdragen tot de geschiedenis der heren van Gistel, p. 178-183.

29 Enguerran de Monstrelet, Chronique, t. 3, p. 235-237.

30 Id, t. 3, p. 288.-Paris, B.N.F., Bourgogne 57, f° 110.– Barbey, op. cit., p. 61.

31 Schnerb, « L’honneur de la maréchaussée », p. 68.

32 Enguerran de Monstrelet, Chronique, t. 3, p. 357.

33 Dijon, A.D.C.O., B 1588, f° 262 r° – 271 r° et B 11 771.

Table des illustrations

Titre Tableau No 1 Les principaux capitaines de Jean sans Peur (1404-1419)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5733/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5733/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5733/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5733/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5733/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Titre TABLEAU No 2 Le recrutement social des hommes d'armes dans les armées de Jean sans Peur (1405-1417)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5733/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.