Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À l’ombre du Pouvoir

 | 
Jean-Louis Kupper
, 
Alain Marchandisse

De l’entourage comtal à l’entourage royal : le cas des Luxembourg (xiie – première moitié du xive siècle)1

Michel Margue

Texte intégral

  • 1 Le texte qui suit est basé sur l’exposé présenté au colloque international À l’ombre du pouvoir. L (...)
  • 2 Sur la bataille de Worringen et ses implications, voir Der Tag bei Worringen 5. Juni 1288, éd. W. (...)
  • 3 Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, ms. IV 685, f° 113-114 (copie illustrée du xve siècle de (...)
  • 4 Les conséquences de la bataille de Worringen sur la formation territoriale et l’évolution interne (...)

1En 1288 la bataille de Worringen, point culminant de la lutte pour la succession au duché de Limbourg entre le duc de Brabant et le comte de Luxembourg2, fut pour la Maison de Luxembourg un véritable désastre. La fameuse enluminure — certes tardive — illustrant les Brabantsche Yeesten de Jan van Boendale montre, gisant inertes dans une mare de sang, les corps du comte de Luxembourg Henri VI, de son frère Waléran, comte de Ligny, et de ses deux demi-frères, les bâtards Henri et Baudouin3. Le 5 juin 1288, le comté de Luxembourg qui — à côté du duché de Brabant — avait acquis une place prépondérante dans l’ancienne Lotharingie, fut littéralement décapité4. Le prince ayant disparu, ne restait que l’entourage.

  • 5 U.Q.B., t. 5, p. 312, no 290, 23 juillet 1289.
  • 6 En dernier lieu : K. Klefisch, Kaiser Heinrich VII. als Graf von Luxemburg, Diss., Bonn, 1971, p.  (...)
  • 7 U.Q.B., t. 5, p. 312, no 290 (supra, n. 5).

2Pour les survivants de la famille comtale, en premier lieu la veuve de Henri VI, Béatrice d’Avesnes, et son jeune fils Henri VII, le futur empereur alors âgé de neuf ans, les déboires ne firent que commencer. À l’humiliation en politique extérieure — si l’on peut s’exprimer ainsi — vint s’ajouter l’affront en politique intérieure. Le 26 mars 1289, la régente et le damoiseau subirent à Luxembourg — d’après la charte qui scella la paix ultérieure5 — un meffait de la part de la communiteis de la ville de Lucembourch, méfait traditionnellement interprété comme une sédition bourgeoise6. Il est intéressant de noter que le mécontentement des bourgeois — qui aurait même provoqué la fuite de la famille comtale — ne se dirigea pas seulement contre la régente et son fils mineur, mais aussi contre le seigneur d’Esch, l’un des grands vassaux comtaux, et no conseil et nos hommes (réunis) en la maison des Freires Mineurs7. C’est là en effet, dans l’enceinte du couvent des Franciscains, que se réunissait le conseil élargi, la curia plena ou la cour féodale du comté. En même temps que la régente et le comte mineur, c’est donc le conseil et les hommes du comte qui étaient visés par la révolte bourgeoise, ceux que l’on pourrait appeler 1’« entourage comtal ». Manifestement l’entourage comtal sous la direction du puissant seigneur d’Esch jouissait en cette période cruciale, période de régence, d’un pouvoir important, violemment opposé aux intérêts urbains.

  • 8 L’entourage des princes laïques lotharingiens avant le xive siècle n’a guère encore fait l’objet d (...)

3La question du poids politique de l’entourage comtal est un élément d’analyse important pour qui veut saisir le développement des principautés territoriales, des luttes d’influences internes, des facteurs d’intégration ou de résistance favorisant ou paralysant leur épanouissement8. Il en est un autre qui lui est intimement lié, celui de la composition de l’entourage, composition géographique, mais aussi sociale, ainsi que celui de sa structure interne et de ses fluctuations. Ces deux questions capitales appellent des réponses nuancées selon les époques, en particulier dans le cas des comtes de Luxembourg, dont l’histoire mène d’un comté lotharingien au xiie siècle au trône royal en Bohême et au trône impérial dans l’Empire romain au xive siècle.

  • 9 Pour le comté de Luxembourg, la question de l’entourage comtal n’a jamais été traitée sur l’ensemb (...)
  • 10 Il est évident que les vues synthétiques qui vont suivre ne permettront pas d’entrer dans le détai (...)

4Retracer cette évolution pluriséculaire en quelques pages relève évidemment de la gageure9. Il a donc semblé utile d’opérer un choix et de se limiter à trois moments clés dans la formation de la principauté territoriale luxembourgeoise et dans celle de la « Hausmacht » des Luxembourg, qui équivalent aussi à trois questions clés dans la caractérisation de l’entourage princier10 :

  • les origines du comté, fin xie, début xiie siècle, et le rôle de l’entourage princier dans l’émergence d’un pouvoir public nouveau ;
  • la première moitié du xiiie siècle et la question du développement de l’administration princière ;
  • la période royale et impériale et l’élargissement dans la continuité.

1. Vers 1100 : les origines

  • 11 Pour cette période mal documentée de la fin du xie et du début du xiie siècle, il faut en effet ét (...)
  • 12 Pour ce qui suit, voir Margue, Autorité publique, les chapitres II, III et IV consacrés aux charte (...)

5Première phase, celle des origines. Déterminer les origines, la mise en place d’un pouvoir n’est jamais chose aisée. En simplifiant, on pourrait situer les débuts des principautés territoriales dans l’espace central lotharingien11 au moment où les comtes parviennent à imposer leur pouvoir aux autres, ce qu’ils traduisent par une notion juridique et politique précise, l’auctoritas publica dont ils font état à la fin du xie siècle dans leurs actes les plus solennels. Comme on a pu le montrer dans le domaine de la diplomatique, n’est revêtu de l'auctoritas publica que celui qui arrive à doter ses actes d’une fides publica suffisante et incontestable reconnue là où s’exerçait concrètement et physiquement, si j’ose dire, le pouvoir dont émanait cet acte12.

  • 13 La formule d’ordre général actum publice se retrouve évidemment aussi dans des actes privés et ne (...)
  • 14 L’expression auctum [sic] apud Montiacum in curia publica se trouve dans un acte du comte de Mouss (...)
  • 15 Expression utilisée peu avant 1106 par l’auteur de la Chronique de l’abbaye de Saint-Hubert pour d (...)
  • 16 L’influence des synodes épiscopaux sur la formation des cours des princes laïques reste à étudier. (...)

6Il faut donc au nouveau pouvoir une résonance, une notoriété. La notion d’« autorité publique » implique par conséquent l’idée de la publicatio, la proclamation des actes comtaux devant un entourage de plus en plus important tant quantitativement que qualitativement. Voilà déjà, il me semble, l’une des fonctions essentielles de l’entourage princier, en particulier aux origines des principautés territoriales : il constitue le premier public indispensable à la représentation du pouvoir comtal, corps de résonance de ce pouvoir en quelque sorte, avant d’être aussi son relais et donc l’agent de ce pouvoir. D’où l’insistance sur le caractère public que les princes laïques tendent à donner aux assemblées les entourant lorsqu’ils procèdent à des actes de juridiction gracieuse ou contentieuse : une expression ancienne du droit romain, actum publice13, combinée à un château ducal ou comtal, prend ainsi tout son sens, tout comme les qualificatifs de curia publica14 ou de audientia publici juris agendi15. Ainsi le groupe plus ou moins informel de parents, d’amis et d’hommes au service du comes tend à devenir plus régulier, tout en restant très hétérogène : l’entourage se fait cour. Cette mutation suit tout naturellement les modèles qu’offraient les cours préexistantes d’autorités publiques supérieures : les cours royales et les grandes réunions autour des évêques, ici ceux de Trèves, Metz, Verdun et Liège16.

  • 17 Sur le rôle des témoins des actes écrits voir A. Dumas, Étude sur le classement des formes des act (...)
  • 18 Il est désormais communément admis que les souscripteurs des actes dits « princiers », c’est-à-dir (...)
  • 19 Au cours d’un plaid de justice tenu à Verdun, Godefroid le Barbu est amené à régler les droits des (...)
  • 20 (Testes) qui fidem dederunt et qui juraverunt hii (accord entre l’abbé de Saint-Mihiel et le comte (...)
  • 21 Interfuere quoque quamplures ingenui milites quorum nomina pro testimonio subscripta continentur ( (...)
  • 22 Ainsi p. ex. pour le rôle d’enquêteurs joué par trois hommes du comte Conrad II de Luxembourg dans (...)
  • 23 Hujus rei confirmationi testes adhibuit (le comte Renaud) quos nobiliores habere potuit, ex quibus (...)
  • 24 L’engagement du témoin sous sa forme suprême, le serment prêté lors de l’attouchement de la charte (...)
  • 25 Pour comparaison, voir les études de J.-F. Lemarignier, Le Gouvernement royal aux premiers temps c (...)

7L’entourage princier devient plus ou moins tangible avec les premières listes de témoins des actes expédiés au nom d’autorités laïques régionales à la fin du xie siècle17. Quel est le statut de ses membres, quelles sont leurs fonctions ? Les sources pour cette époque ne nous fournissent guère de précisions à ce sujet. Quant aux témoins des actes princiers — actes princiers au sens strict du terme, entendons par là les actes dont le prince est l’auteur et dont les témoins appartiennent en conséquence à son entourage plus ou moins permanent18 — elles nous les montrent dans un rôle capital : participer à la prise de décision du prince en apportant leur juste conseil avant l’établissement d’un acte19, témoigner de sa sincérité lors de l’acte juridique et en valider l’instrument20, contribuer à la recherche de la vérité en cas de contestation par témoignage21 ou par enquête22, garantir le respect des décisions conscrites au-delà du décès du prince23. À la fin du xie siècle et au début du siècle suivant, dans la majorité des cas ici présentés, les souscripteurs de l’acte écrit sont les mêmes qui sont impliqués dans l’acte juridique, notamment au niveau de la corroboration24. Contrairement à ce que l’on observe dans les grandes principautés françaises, le passage au témoignage instrumentaire pur, simple témoignage de la passation de l’acte écrit, ne s’est pas encore opéré25. Cela tient probablement au fait que entre Meuse et Rhin, les principautés territoriales et leur appareil « administratif » se constituèrent tardivement par rapport à l’évolution française et que donc la pratique de l’écrit ne s’y développa qu’au cours du xiie siècle.

  • 26 Pour le détail, voir Margue, Autorité publique, p. 402 s.
  • 27 Voir à ce sujet pour les hautes époques l’importante étude de J. Hannig, Consensus fidelium. Frühf (...)

8Ici, le rôle des témoins dépasse donc de loin le seul témoignage instrumentaire au sens strict du terme. Au-delà du devoir éventuel de défendre l’acte juridique, il s’étend plus largement au conseil dû en même temps que l'auxilium au seigneur par son vassal. Le terme couramment utilisé dans les actes de consilium montre bien que dans la deuxième moitié du xie siècle, les tâches ne sont pas encore strictement réparties dans l’entourage princier et qu’il faut éviter pour cette époque de parler d’« administration » dans un sens trop moderne. La notion même de « conseil » indique l’action de porter conseil et non une institution régulière et organisée. Certains épisodes rapportés par les rares sources narratives de l’époque montrent explicitement que les conseillers jouissaient d’une réelle autorité à la cour princière, que ce fût en matière de décision politique ou juridique26. En prêtant serment de consilium, les membres de l’entourage princier étaient loin de se soumettre à la volonté du suzerain. Bien au contraire, le rôle de conseiller permettait aux vassaux de lier leur seigneur au consensus de la cour et leur donnait ainsi voix au chapitre27.

  • 28 Pour le détail, voir Margue, Autorité publique, p. 405-420.

9L’étude de la structure du premier entourage princier que j’ai récemment étendue à tous les duchés et comtés dans l’espace Meuse-Moselle28, aboutit à un constat surprenant : pour la très grande majorité, les membres de la cour princière sont de modeste extraction. Aux rares homines liberi, nobles d’ancienne souche entrés dans la vassalité du comte, s’oppose la masse des simples hommes au service du comte, qualifiés parfois de membres de la familia du comte ou de ministériaux. Pour ces derniers, dont les origines sont souvent obscures, une partie provient certainement des domaines comtaux où ils occupaient des tâches subalternes comme celle des villici, ou des points forts comtaux où ils étaient châtelains. D’autres sont issus du temporel des abbayes dont le comte était avoué, anciens ministériaux de l’abbaye qui sont montés en grade en accédant à la fonction de sous-avoués comtaux. Nommés soit d’après les châteaux princiers, soit d’après des toponymes qui renvoient à leurs fiefs, ils déterminent une zone d’influence princière plutôt réduite.

  • 29 Lemarignier, Le Gouvernement royal.
  • 30 Prell, Les Souscriptions.
  • 31 Croenen, Governing Brabant, p. 51-58.
  • 32 Le terme de « ministériaux » peut prêter à confusion. On l’utilise ici dans le sens d’hommes au se (...)

10Autour des ducs de Basse-et de Haute-Lotharingie, autour des comtes de Bar, de Namur ou de Luxembourg, dans ces principautés qui se constituent au courant du dernier quart du xie siècle, peu de nobles seigneurs, une majorité d’agents du comte de modeste origine sociale : à première vue, entre Meuse et Moselle, la cour a une forte allure d’entourage familier, dans le sens médiéval de familia comtale. Voilà une constatation qui rejoint celle que Jean-François Lemarignier avait faite en son temps pour l’entourage des rois de France à la fin du xie siècle29, et qui a été récemment confirmée par Jan Hendrik Prell pour celui des ducs d’Aquitaine à la même époque30. Mais entre Meuse et Moselle, tout comme en Brabant31 et probablement ailleurs en Lotharingie, cet état des choses est un point de départ, et non pas l’aboutissement d’une évolution. Autour des Robertiens en Neustrie et des ducs d’Aquitaine, l’évolution d’un groupe de témoins prestigieux composé de grands dignitaires laïques et ecclésiastiques vers un « entourage témoignant » de plus modeste condition sociale peut s’expliquer par le moindre rôle que les témoins sont appelés à jouer à la fin du xie siècle : en même temps que les témoins ne sont plus destinés à corroborer l’action juridique mais seulement à souscrire l’acte écrit, la présence des grands dans l’entourage des rois et ducs n’est plus requise. En Lotharingie, point de grands dignitaires ecclésiastiques ou de puissants comtes, peu de grands seigneurs périphériques autour des tenants des principautés territoriales naissantes. Tant pour corroborer l’action juridique que pour souscrire l’acte écrit, les princes s’appuient largement sur les hommes de leur entourage direct, des ministériaux32 plutôt que des nobles. Le passage vers le strict témoignage instrumentaire est d’ailleurs tardif par rapport aux principautés françaises : il s’agit là d’une évolution qui date du xiie siècle déjà bien avancé.

2. La première moitié du XIIIe siècle : la mise en place d’une structure administrative

  • 33 Dans le dernier quart du xiie siècle, les premiers burgenses apparaissent comme témoins dans les a (...)
  • 34 Cette période correspond grosso modo au règne de la comtesse Ermesinde († 1247), à laquelle il fau (...)
  • 35 J’ai montré ailleurs que l’institution de la prévôté, pouvoir comtal régional, a été développée da (...)

11Entamée déjà dans le dernier quart du xiie siècle sous le long règne de Henri l’Aveugle33, le deuxième moment clé de l’évolution de l’entourage princier se situe dans la première moitié du xiiie siècle, où le comté est soumis à des influences « étrangères » importantes34. Cette évolution suit le mouvement général du développement des institutions dans les principautés territoriales d’ouest en est ; touchant une principauté située à la limite occidentale de l’Empire, elle est fortement marquée par des modèles français, champenois ou barrois, tout en restant empreinte de formes rhénanes, germaniques, ce qui fait la spécificité luxembourgeoise35. Voyons en d’abord les traits généraux.

  • 36 L’étude prosopographique détaillée de la curia comtale au xiiie siècle reste à faire. Toutefois, p (...)
  • 37 Un conseil institutionnalisé émanant de la curia restreinte ne semble apparaître qu’au cours du rè (...)
  • 38 La puissance des grandes familles nobles apparaît dans la constance avec laquelle un cercle réduit (...)
  • 39 Parmi ceux-ci surtout les premiers sénéchaux issus des châteaux comtaux de Thionville, Bitburg et (...)
  • 40 La question de la chancellerie — ou mieux : d’un bureau d’écriture — ayant rédigé les chartes comt (...)
  • 41 L’étude méritoire de N. Van Werveke, Das Rittergericht oder le siège des nobles des Luxemburger La (...)
  • 42 La charge de banneret est citée dès 1192 et détenue comme fief héréditaire dans la famille des sei (...)
  • 43 Le premier sénéchal, Thierry de Thionville, est cité comme détenteur de cette fonction de 1232 à 1 (...)
  • 44 Sur l’introduction des prévôts au cours du début du xiiie siècle et le découpage administratif pro (...)
  • 45 Voir plus haut, les travaux cités en n. 35
  • 46 Le travail fondamental à ce sujet : Pauly, Luxemburg im späten Mittelalter.

12Ceux-ci tournent autour de trois axes : la différenciation et la spécialisation des institutions, la mise en place d’agents étroitement dépendants du pouvoir comtal et la bipolarisation accentuée de l’entourage comtal. L’extension continuelle du pouvoir et du domaine comtal ainsi que de sa vassalité nécessita à partir de la fin du xiie siècle la création d’un embryon d’administration comtale s’étendant au-delà de l’ancienne curia comtale, peu structurée et très diverse du point de vue de sa composition sociale jusqu’ici36. D’abord, en même temps qu’elle « s’institutionnalise37 », la curia se scinde en plusieurs organes, aux compétences plus ou moins définies : le conseil étroit du comte formé presque exclusivement d’une noblesse très puissante38, de quelques grands officiers non nobles39, parfois de clercs aussi40. La cour élargie ensuite, où la noblesse d’ancienne souche prédomine également, convoquée pour traiter les affaires générales du prince et du pays. Enfin une cour spécialisée en matière de justice féodale, la future « cour des chevaliers41 ». Deuxième témoignage de spécialisation de l’administration : à côté des conseillers permanents et des détenteurs des anciennes dignités auliques42, de nouveaux officiers comtaux apparaissent : au niveau du gouvernement central, le sénéchal, véritable lieutenant et représentant du comte en son absence43 ; à l’échelon régional, les prévôts placés à la tête des circonscriptions administratives correspondant aux anciens comtés ou châtellenies44. À l’image des baillis français, ils sont dotés d’attributions administratives, judiciaires et militaires régionales45 ; enfin, au niveau urbain, le justicier et les échevins, choisis par le comte dans le groupe des ministériaux urbains46.

  • 47 Voir supra, n. 42 et 43.
  • 48 Ceci avait déjà été démontré en son temps par J. Vannérus, Les avoués d’Arlon, Mélanges Godefroid (...)
  • 49 M. Margue, Rayonnement urbain et initiative comtale : l’exemple des chefs-lieux du comté de Luxemb (...)
  • 50 Supra, n. 45.

13Ces nouveaux officiers du pouvoir se distinguent par certains traits communs : l’étendue de leur pouvoir, leur étroite dépendance vis-à-vis du prince, et — à quelques exceptions près — leurs origines sociales non nobles, ceci au moins pour les deux premiers tiers du xiie siècle47. Dotés de pouvoirs étendus dans le domaine du gouvernement central et notamment dans le domaine militaire, les sénéchaux en viennent ainsi à prendre la relève des anciens dignitaires auliques dont la charge dévient honorifique. Au niveau régional, on a pu démontrer que les prévôts à la fonction amovible et très restreinte dans le temps remplacent les châtelains ou avoués des principaux châteaux comtaux dont le pouvoir était devenu héréditaire dans certains lignages seigneuriaux48. Ces avoués castraux doivent aussi céder leur emprise sur les bourgs préurbains qui se sont développés au pied du château comtal et qui, sous l’initiative du comte, se muent en chef-lieux administratifs49. Les agents comtaux en ville sont dorénavant les justicier et échevins — en attendant qu’ils ne deviennent au bas Moyen Âge les vrais représentants de la bourgeoisie50.

  • 51 Voir plus haut, n. 32.
  • 52 Margue, Ermesinde, comtesse de Luxembourg, p. 200-207 (« Un entourage nouveau »).
  • 53 Margue, Politique monastique, p. 404-415.
  • 54 Voir les deux études citées ci-dessus (n. 52-53). L’exemple de leur action auprès des mulieres rel (...)
  • 55 Voir p. ex. C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, 1985, rééd., 1993, p. 177 s.

14Hommes castraux, villici des domaines comtaux, bourgeois au service du prince, avoués locaux issus de la familia des abbayes dont le comte est avoué, on désignera ces agents comtaux du terme commode de ministériaux non-nobles, pour l’aspect « service » qui les caractérise tous51. On pourrait insister sur les charges qu’ils occupent ; mais celles-ci ne servent que de cadre institutionnel à une autre question, celle du poids de ces hommes nouveaux dans l’entourage du comte. L’éclosion de la ville et celle de la ministérialité provoquent non seulement un changement politique, mais aussi des bouleversements culturels52. Ces changements de mentalités qui, à travers l’entourage comtal touchent aussi le prince, peuvent être bien illustrés dans le domaine religieux. Les ministériaux du prince sont des hommes bouillonnants, ouverts aux nouveautés. Dans le domaine religieux, les faveurs des nouveaux piliers du gouvernement princier vont aux ordres nouveaux, plus proches de la ville aussi, comme les franciscains et les dominicains. J’ai pu montrer récemment que l’entourage comtal est ainsi à l’origine des nombreuses fondations religieuses de la première moitié du xiiie siècle, qu’on attribue souvent faussement à la prétendue « pieuse » comtesse Ermesinde53. À côté des ministériaux non nobles, les frères prêcheurs jouent un rôle important dans l’entourage de la comtesse Ermesinde, comme confesseurs et chapelains, mais aussi comme conseillers politiques. On sait qu’ils agirent en commun avec le comte pour institutionnaliser le mouvement des « femmes pieuses54 ». Mais on aimerait en savoir plus sur leur influence directe, personnelle sur le comte, un peu à l’image du rôle des dominicains dans certaines grandes cours princières comme en France sous Louis IX55.

15Ainsi donc, dans la première moitié du xiiie siècle, l’entourage comtal s’élargit, s’ouvre à des impulsions nouvelles, tant politiques que socio-culturelles. Tandis que le conseil restreint reste sous l’influence de l’ancienne noblesse, les nouveaux agents de l’administration sont recrutés dans la ministérialité non noble. En construisant sa principauté sur ces deux pôles rivaux et complémentaires, le comte fortifie son pouvoir. La fusion des deux groupes sociaux dans la chevalerie assure la solidité de la principauté au bas Moyen Âge. Ce sera notre dernière étape.

3. Le XIVe siècle : de l’entourage comtal à l’entourage impérial

  • 56 L’élection de Henri VII a été abondamment commentée ; un état de la question récent se trouve dans (...)
  • 57 On trouve l’analyse détaillée de ce processus qui s’opère à partir du long règne de Henri V (1247- (...)

16Comme nous l’avons déjà suggéré en introduction, ce fut la stabilité des rouages gouvernementaux et administratifs qui permirent à la maison comtale de passer sans encombre la période cruciale après le massacre de Worringen, puis le redressement de la dynastie aboutissant à l’élection royale de Henri VII en 130856. Cette continuité s’annonce dans la mutation des titulatures à partir du dernier quart du xiiie siècle : dorénavant, les fonctions des agents comtaux ne se réfèrent plus au comte, mais au pays, au comté, une sorte de « territorialisation » des fonctions qui touche aussi les relations féodo-vassaliques à la même époque57.

  • 58 Margue et Pauly, Luxemburg vor und nach Worringen, p. 133-138. La fusion d’agents comtaux d’origine (...)

17Ce phénomène ne doit pas pour autant être interprété comme un relâchement des liens entre le comte et son entourage ou une perte du poids politique des conseillers du comte. Bien au contraire, il est le résultat d’une remarquable intégration de l’ancienne noblesse seigneuriale dans la « Landesherrschaft », qui lui a même permis de regagner en influence par rapport aux ministériaux non nobles. En ce sens, la fin du xiiie siècle montre une évolution inverse de celle du début. Ce constat spécifique au Luxembourg s’explique probablement par l’absence d’un contre-poids social : la bourgeoisie est encore sous la coupe du comte — l’issue de la révolte de 1289 le montre clairement —, tandis que les ministériaux non nobles fusionnent avec la noblesse d’ancienne souche dans la chevalerie seigneuriale — une fusion à laquelle le conseil restreint, la plena curia et les dies militum ont largement contribué. C’est là en effet que chevaliers nobles et non nobles se côtoient, formant ainsi un entourage homogène fondé non pas sur les origines nobles, mais sur le rang social, dont la détention d’une seigneurie et d’un château, le titre de chevalier et surtout la présence autour du comte sont les éléments constitutifs58.

  • 59 Sur Jean l’Aveugle, comte de Luxembourg et roi de Bohême, voir le dernier aperçu dans Hoensch, op. (...)
  • 60 Reichert, Landesherrschaft, p. 678.
  • 61 Pour une première approche aux résultats déjà consistants que seule une étude prosopographique dét (...)

18On le sait, c’est au tournant du xive siècle que la Maison de Luxembourg connaît une brusque montée en grade, Henri VII étant en 1308 élu roi des Romains et assurant en 1310 la couronne de Bohême à son jeune fils Jean59. Lorsque Henri et Jean se séparent à Colmar en 1310, prenant l’un les chemins de l’Italie et l’autre de la Bohême, leur entourage se scinda également60. Les bouleversements qui touchent ces entourages n’ont pas encore été étudiés dans le détail. D’un coup, la documentation à leur sujet devient très abondante, et surtout, « internationale ». En attendant une analyse complète, les études de Charles Funck, Winfried Reichert et Peter Moraw permettent de relever certains traits spécifiques de l’entourage luxembourgeois dans la première moitié du xive siècle61 :

  • Au niveau du conseil, on observe une scission en deux et parfois en trois entourages, scission de fait et non pas institutionnalisée : le conseil impérial de Henri VH, le conseil royal de Jean l’Aveugle en Bohême et le conseil comtal au Luxembourg62. Le conseil comtal reste très fortement marqué par la chevalerie seigneuriale luxembourgeoise et ne s’ouvre pas à des membres étrangers. Les conseils de la couronne s’élargissent par contre considérablement aussi bien dans leurs compositions géographiques que sociales ou professionnelles. Tant chez Henri VII en Italie que chez Jean l’Aveugle en Bohême, les conseillers luxembourgeois ne représentent qu’une infime partie, les fideles et les amis les plus intimes. Les autres membres sont de grands princes, parents et alliés de souche ducale et comtale, des vassaux de grande noblesse et de simples seigneurs, mais aussi pour la première fois des secretarii, des hommes de lois et de finance issus de la ministérialité ou de la bourgeoisie. À l’exception des Italiens et des nobles bohémiens, la grande majorité vient de la frange occidentale de l’Empire, en particulier des espaces rhénans et lotharingiens.
  • Sous Jean l’Aveugle, les déplacements incessants du roi entre Paris, Luxembourg, l’Allemagne et Prague, sa diplomatie très active aussi en direction d’Avignon et de l’Italie nécessitèrent un entourage très mobile, un « Reisegefolge » informel et très variable. Dans ce quatrième type d’entourage plus restreint, les membres du conseil comtal luxembourgeois jouèrent un rôle important.
  • Pris globalement, l’entourage des Luxembourg apparaît en conséquence extrêmement hétérogène. La terminologie différenciée fait apparaître à côté des traditionnels conseillers, des clercs et chapelains, des officiers de la cour, des amici et des familiares, des secretarii, hommes de religion. À parcourir les listes provisoires de l’entourage de Jean l’Aveugle63, on se rend compte de cette diversité en passant de l’archevêque de Mayence Pierre d’Aspelt au modeste seigneur de Pittange64, de Jean de Pistoia, conseiller du pape Clément VI65, au poète Guillaume de Machaut66 en passant par un simple clerc issu de la chapelle comtale de Thionville67.
  • Dans le comté de Luxembourg, la continuité dans le gouvernement est avant tout assurée par une demi-douzaine de clans seigneuriaux qui monopolisent conseil et fonctions68. Tous issus de la partie germanophone du pays, donc des comtés anciens, ils occupent de façon permanente l’avant-scène de l’entourage politique du comte au bas Moyen Âge et ce jusqu’au xve siècle, puisque c’est leur fidélité au pays incorporé par le souverain « légitime » qui expliquera aussi leur animosité contre l’« occupant » bourguignon69.

***

  • 70 Guillaume de Machaut, The Judgement of the King of Bohemia, éd. et trad. R. Barton Palmer, New York (...)
  • 71 Guillaume de Machaut, La Prise d’Alexandrie ou Chronique du roi Pierre Ier de Lusignan, éd. L. de M (...)
  • 72 Les vœux de l’épervier. Kaiser Heinrichs VII. Romfahrt, éd. G. Wolfram et F. Bonnardot, Jahrbuch d (...)
  • 73 U.Q.B., t. 2, p. 562-567, no 504 du 11 février 1247. Étude critique de ce document par G. Despy, L (...)
  • 74 U.Q.B., t. 7, p. 214-217, no 1163.
  • 75 Aubry de Fouchières (Fouchières-aux-Bois, France, dép. Meuse, arr. de Bar-le-Duc) apparaît à plusi (...)

19Que retenir de cet aperçu global beaucoup trop rapide pour permettre la nuance et la précision ? Il n’y a pas de prince sans entourage. L’entourage fait la légitimité du prince, il constitue le miroir et donc le vecteur de son pouvoir, et ce non seulement aux origines du comté. Il ouvre la cour du prince vers l’extérieur, la rend perméable à des influences étrangères, en même temps qu’elle peut libérer des énergies à l’intérieur du gouvernement ou alors y provoquer des tensions. Si l’on s’est concentré ici avant tout sur les aspects politiques voire techniques, c’est que les aspects matériels, personnels ou culturels nous échappent largement. Il faut lire le Jugement du roi de Behaigne70 ou La Prise d'Alexandrie71 de Guillaume de Machaut pour entrevoir des liens entre Guillaume et son roi qui dépassent les simples rapports de service entre le clerc et son patron. Ou revoir les Vœux de l’épervier pour saisir, dans un cadre digne de la cour du roi Arthur, l’entourage princier de Henri VII en Italie avec ses intrigues, ses élans de fidélité et de prouesse72. Interpréter les testaments aussi, comme celui de la comtesse Ermesinde, citant comme ses quatre exécuteurs fidèles un dominicain, un clerc privé, un officier non noble et un seigneur d’ancienne noblesse — un condensé de l’entourage princier du xiiie siècle73 ! Y sont dotés des dames de compagnie, des domestiques, des bouffons et un tailleur dont le rôle auprès de la comtesse ne fut certainement pas négligeable. Autre disposition testamentaire, celle de Henri VII de mars 130874 : elle est un véritable camouflet à l’égard des nobles conseillers du comte, l’exécuteur testamentaire Aubry de Fouchières75, un clerc presque anonyme du comte y étant présenté comme celui qui sceit mieulx nostre conscience [...] que autre de nos hommes ne de nostre conseil. Et que dire enfin de l’entourage familier, pire ennemi ou allié fidèle du prince selon les cas, dont les positions nous échappent le plus souvent ?

20Si donc en toute honnêteté, il faut reconnaître que l’entourage reste à définir et son rôle à préciser, une chose est sûre : dans un certains sens, il fut toujours bien plus qu’« à l’ombre du pouvoir ».

Notes

1 Le texte qui suit est basé sur l’exposé présenté au colloque international À l’ombre du pouvoir. Les Entourages princiers au Moyen Âge, à l’Université de Liège, le jeudi 4 mai 2000. Je tiens à remercier mon collègue et ami Michel Pauly (Centre Universitaire de Luxembourg) pour ses judicieux conseils, ainsi que les organisateurs d’un colloque riche en enseignements et en contacts humains, le professeur Jean-Louis Kupper et Alain Marchandisse (Université de Liège), pour leur accueil chaleureux. Les sigles suivants seront utilisés en n. : P.S.H. = Publications de la Section historique de l’Institut Grand-Ducal de Luxembourg.– U.Q.B. = C. Wampach, Urkunden- und Quellenbuch zur Geschichte der altluxemburgischen Territorien bis zur burgundischen Zeit, 10 t., Luxembourg, 1935-1955, suivi du t. 11 : A. Estgen, M. Pauly, J. Schroeder, Die Urkunden Graf Johanns des Blinden (1310-1346), 1re part., Die Urkunden aus Luxemburger Archivbeständen, Luxembourg, 1997.

2 Sur la bataille de Worringen et ses implications, voir Der Tag bei Worringen 5. Juni 1288, éd. W. Janssen et H. Stehkämper, Cologne, 1988 (aussi Blätter für deutsche Landesgeschichte, t. 124, 1988).– Der Name der Freiheit 1288-1988. Aspekte Kölner Geschichte von Worringen bis heute. Handbuch zur Ausstellung des Kölnischen Stadtmuseums..., éd. W. Schäfke, Cologne, 1988.– J.-L. Kupper, Herzog Johann I. von Brabant und das Fürstentum Lüttich vor und nach der Schlacht bei Worringen, Blatter für deutsche Landesgeschichte, t. 125, 1989, p. 87-97.– W. Blockmans, Die Schlacht von Worringen im Selbstverständnis der Niederländer und Belgier, Id., p. 99-107.– W. Janssen, Worringen 1288 – Geschichtlicher Markstein oder Wendepunkt ?, Rheinische Vierteljahresblätter, t. 53, 1989, p. 1-20, et G. Droege, Worringen – Anmerkungen zu einer Gedenkfeier, Id., p. 245-250. Pour les aspects historiographiques : P. Avonds, Brabant en de Slag bij Woeringen. Mythe en werkelijkheid, Politiek en Literatuur. Brabant an de Slag bij Woeringen (1288), éd. P. Avonds et J.D. Janssens, Bruxelles, 1989, p. 16-99. L’étude militaire a été réalisée par U. Lehnart, Die Schlacht von Worringen 1288. Kriegführung im Mittelalter, Francfort-sur-le-Main, 1993. La liste des vassaux et vavassaux qui selon Lehnart auraient constitué le contingent luxembourgeois relève d’une reconstitution théorique et devrait être étayée par les sources. Les rares cas concrets établis par les sources montrent qu’au moment de choisir leur camp, les seigneurs et chevaliers faisaient intervenir autant des intérêts privés que les relations féodo-vassaliques, d’autant plus que les engagements vassaliques étaient à l’époque multiples et complexes.

3 Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, ms. IV 685, f° 113-114 (copie illustrée du xve siècle de la chronique rimée de Jan Van Boendale, Brabantsche Yeesten) ; ill. dans Der Name der Freiheit, p. 132-133.

4 Les conséquences de la bataille de Worringen sur la formation territoriale et l’évolution interne du comté de Luxembourg ont fait l’objet d’une étude substantielle où l’on trouve également cités les travaux plus anciens : M. Marque et M. Pauly, Luxemburg vor und nach Worringen. Die Auswirkungen der Schlacht von Worringen auf die Landesorganisation sowie die Territorial-und Reichspolitik der Grafen von Luxemburg, Jahrbuch fur westdeutsche Landesgeschichte, t. 16, 1990, p. 111-174. Les effets financiers du désastre de Worringen sont évoqués par W. Reichert, Landesherrschaft zwischen Reich und Frankreich. Vetfassung, Wirtschaft und Territorialpolitik in der Grafschaft Luxemburg von der Mitte des 13. bis zur Mitte des 14. Jahrhunderts, t. 1, Trèves, 1993, p. 415 s.

5 U.Q.B., t. 5, p. 312, no 290, 23 juillet 1289.

6 En dernier lieu : K. Klefisch, Kaiser Heinrich VII. als Graf von Luxemburg, Diss., Bonn, 1971, p. 15-19.– M. Margue et M. Pauly, Vom Altmarkt zur Schobermesse. Stadtgeschichtliche Voraussetzungen einer Jahrmarktgründung, Schueberfouer 1340-1990. Untersuchungen zu Markt, Gewerbe und Stadt in Mittelalter und Neuzeit, éd. M. Pauly, Luxembourg, 1990, p. 32-33.– M. Pauly, Luxemburg im späten Mittelalter. Verfassung und politische Führungsschicht der Stadt Luxemburg im 13.-15. Jahrhundert, P.S.H., t. 107, 1992, p. 61.– Margue et Pauly, Luxemburg vor und nach Worringen, p. 138-139.

7 U.Q.B., t. 5, p. 312, no 290 (supra, n. 5).

8 L’entourage des princes laïques lotharingiens avant le xive siècle n’a guère encore fait l’objet d’analyses spécifiques. En général, le sujet n’est abordé qu’en filigrane à travers l’étude des structures de gouvernement ou celles des relations féodo-vassaliques. Ainsi p. ex. dans les actes du colloque Le Gouvernement des principautés au Moyen Âge : la Basse-Lotharingie du Xe au XIVe siècle, Revue de l’Université de Bruxelles, t. 22, 1970, p. 409-510, par L. Genicot, Noblesse et principautés en Lotharingie du xie au xiiie siècle, Scrinium Lovaniense. Mélanges historiques E. van Cauwenbergh, Louvain, 1961, p. 191-206 = Id., Études sur les principautés lotharingiennes, Louvain, 1975, p. 191-206 = Id., La Noblesse dans l’Occident médiéval, Londres, 1982, III et par A. Uyttebrouck, Le morcellement du pouvoir central : du pagus à la principauté, La Wallonie. Le pays et les hommes. Histoire-économies-sociétés, éd. H. Hasquin, t. 1, Bruxelles, 1975, p. 63-91 (ici p. 81-89). L’entourage des ducs et princes est aussi abordé plus ou moins explicitement dans quelques monographies régionales ; pour le Namurois : L. Genicot, L'Économie rurale namuroise au bas Moyen Âge (1199-1429), t. 2, Les Hommes – La Noblesse, Louvain, 1960, passim ; pour Lorraine et Bar : M. Parisse, La Noblesse lorraine (XIe-XIIIe s.), 2 vol., Lille-Paris, 1976, passim, et Id., Noblesse et chevalerie en Lorraine médiévale. Les familles nobles du X Ie au XIIIe s., Nancy, 1982, passim-, pour le Hainaut : M. Bruwier, Aux origines d’une institution : baillis et prévôts de Hainaut du xiie au xive s., Anciens Pays et Assemblées d’États, t. 3, 1952, p. 91-124, et L. Genicot, Le premier siècle de la curia de Hainaut (1060 env.-1195), Le Moyen Âge, t. 49, 1953, p. 39-60 = ID., Etudes sur les principautés lotharingiennes, Louvain, 1975, p. 199-216 ; pour le Brabant : G. Croenen, Governing Brabant in the Twelfth Century : The Duke, his Household and the Nobility, Secretum Scriptorum. Liber alumnorum Walter Prevenier, éd. W. Blockmans, M. Boone, T. de Hemptinne, Louvain-Apeldoom, 1999, p. 39-76 ; pour la Hollande : J.M.A. Coenen, Graaf en grafelijkheid. Een onderzoek naar de graven van Holland en hun ongeving in de dertiende eeuw, s. 1., 1986, et ID., Graaf en grafelijkheid in de dertiende eeuw, Holland in wording. De ontstaansgeschiedenis van het graafschap Holland tot het begin van de vijftiende eeuw, éd. D.E.H. De Boer, E.H.P. Cordfunke, F.W.N. Hugenholtz, Hilversum, 1991, p. 27-50. On relèvera encore, parmi d’autres, pour leur caractère exemplaire, des études portant sur des principautés plus éloignées : B. Streich, Zwischen Reiseherrschaft und Residenzenbildung. Der wettinische Hof im spâten Mittelalter, Cologne-Vienne, 1989 ; L. Macé, Les Comtes de Toulouse et leur entourage, XIIe-XIIIe siècles. Rivalités, alliances et jeux de pouvoir, Toulouse, 2000.

9 Pour le comté de Luxembourg, la question de l’entourage comtal n’a jamais été traitée sur l’ensemble du Moyen Âge. Quant aux origines du comté, on se référera à M. Margue, Autorité publique et conscience dynastique. Études sur les représentations du pouvoir princier entre Meuse et Moselle, t. 2, Thèse de doctorat inédite, Bruxelles, Université libre de Bruxelles, 1999, p. 397-420. Pour les XIIIe-XIVe siècles : J. Schoos, Le Développement politique et territorial du pays de Luxembourg dans la première moitié du XIIIe siècle, Luxembourg, 1950.-M. Margue, Nobles et chevaliers dans le comté de Luxembourg (XIIe-XII ie s.), mémoire scientif. inédit, Luxembourg, 1984.– Id., Ermesinde, comtesse de Luxembourg. Questions nouvelles pour une réinterprétation de son règne, Ermesinde et l’affranchissement de la ville de Luxembourg. Études sur la femme, le pouvoir et la ville au XIIIe siècle, éd. M. Margue, Luxembourg, 1994, p. 181-210.– E. Wilhelmus, Le Règne de Henri V le Blondel, comte de Luxembourg 1247-1281, mém. de lic. inédit, Liège, ULg, 1975.– Id., Le Règne de Henri VI, comte de Luxembourg, 1281-1288, mém. scientif. inédit, Luxembourg, 1977.– Klefisch, Kaiser Heinrich VII.– V. Stoll, Henri VII de Luxembourg. Recherches sur son entourage lors de sa Romfahrt 1310-1313, mémoire de lic. inédit, Liège, Université de Liège, 1987.– Margue et Pauly, Luxemburg vor und nach Worringen-W. Reichert, Herrschaftliche Raumerfassung und Raumgliederung im Westen des Reiches am Beispiel der Grafen von Luxemburg, 1200-1350, Zeitschrift fur historische Forschung, t. 19, 1992, p. 257-316.– Reichert, Landesherrschaft.– Ch. Funck, La politique de Jean l’Aveugle, comte de Luxembourg, 1310-1346. Chap. III : Politique en matière administrative, T’Hémecht, t. 8, 1955, p. 285-348, et P. Moraw, Über den Hof Johanns von Luxemburg und Bohmen, Johann der Blinde, Graf von Luxemburg, König von Böhmen, 1296-1346. Actes des neuvièmes Journées Lotharingiennes... 1996, éd. M. Pauly, Luxembourg, 1997, p. 93-120.

10 Il est évident que les vues synthétiques qui vont suivre ne permettront pas d’entrer dans le détail de toutes les questions abordées, en particulier pour les références aux dossiers prosopographiques et aux sources qui devront être recherchées dans les études citées en n.

11 Pour cette période mal documentée de la fin du xie et du début du xiie siècle, il faut en effet étendre l’enquête aux comtes et ducs de l’ensemble de l’espace d’entre Meuse et Moselle afin d’aboutir à des constats d’ordre général.

12 Pour ce qui suit, voir Margue, Autorité publique, les chapitres II, III et IV consacrés aux chartes, aux sceaux comtaux et aux premiers entourages des princes entre Meuse et Moselle. Sur la notion capitale d'auctoritas publica, on suivra les réflexions fondamentales de G. Despy, Programme pour la diplomatique, Revue de l’Institut de Sociologie. Université Libre de Bruxelles, t. 2, 1971, p. 171-174. Voir aussi : L. Genicot, Les Actes publics, Turnhout, 1972, p. 15-16.– W. Trusen, Zur Urkundenlehre der mittelalterlichen Jurisprudenz, Recht und Schrift im Mittelalter, Sigmaringen, 1977, p. 197-219.– L. Genicot, Sur la survivance de la notion d’État dans l’Europe du Nord au haut Moyen Âge. L’emploi de publicus dans les sources belges antérieures à l’an mil, Institutionen, Kultur und Gesellschaft im Mittelalter. Festschrift für Josef Fleckenstein zu zeinem 65. Geburtstag, Sigmaringen, s. d., p. 147-164.

13 La formule d’ordre général actum publice se retrouve évidemment aussi dans des actes privés et ne renvoie donc pas obligatoirement à un acte accompli devant une instance officielle qui confère au document la qualité d'instrumentum publicum. Tel n’est le cas que si elle émane d’un détenteur de l'auctoritas publica, qui par son pouvoir est capable de doter l’acte écrit d’une force probatoire spéciale. Dans la suite du développement, seul ce type d’acte princier sera considéré. Genicot, Sur la survivance de la notion d’État, p. 152-153, attire cependant à juste titre l’attention sur le fait que dans tous les cas, actes privés et publics confondus, la formule actum publice renvoie à une « convention [...] reconnue publiquement, en présence de témoins qui pourront attester de sa réalité et de ses modalités » (p. 153).

14 L’expression auctum [sic] apud Montiacum in curia publica se trouve dans un acte du comte de Mousson Renaud, daté de 1145 (M. Parisse, Actes des princes lorrains, 1re sér., Princes laïques, 2, Les Comtes de Bar, t. 1, De Sophie à Henri Ier, 1033-1190 (préédition), Nancy, 1972, p. 52, no 14).

15 Expression utilisée peu avant 1106 par l’auteur de la Chronique de l’abbaye de Saint-Hubert pour désigner un plaid d’avouerie que le duc Godefroid le Barbu aurait tenu en 1064 ou en 1075 à Saint-Hubert (La Chronique de Saint-Hubert dite Cantatorium, éd. K. Hanquet, Bruxelles, 1906, p. 54). Sur ce passage qui pose des problèmes de datation, voir A. Laret-Kayser, La fonction et les pouvoirs ducaux en Basse-Lotharingie au xie siècle, La Maison d’Ardenne. Xe-XIe siècles. Actes des Journées Lotharingiennes... 1980, P.S.H., t. 95, 1981, p. 146 et n. 50.

16 L’influence des synodes épiscopaux sur la formation des cours des princes laïques reste à étudier. Jusqu’ici, seul l’entourage de l’évêque de Liège a fait l’objet d’une étude systématique : J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale, XIe-XIIe siècles, Liège, 1981, p. 211 s.

17 Sur le rôle des témoins des actes écrits voir A. Dumas, Étude sur le classement des formes des actes, Le Moyen Âge, t. 43, 1933, p. 174 s.– R.C. Van Caenegem, La Preuve dans le droit du Moyen Âge occidental, Gand, 1965, p. 15-18.– H. Holzhauer, Die eigenständige Unterschrift. Geschichte und Dogmatik des Schriftformerfordernisses im deutschen Recht, Francfort-sur-le-Main, 1973, p. 31, et les réflexions d’ordre général de Croenen, Governing Brabant, p. 43-47. Pour l’étude d’un cas particulier : B.-M. Tock, Les listes de témoins dans les chartes des évêques d’Arras (1093-1203), Archiv für Diplomatik, Schriftgeschichte, Siegelund Wappenkunde, t. 38, 1991, p. 85-118.

18 Il est désormais communément admis que les souscripteurs des actes dits « princiers », c’est-à-dire les actes émis au nom du prince, forment bel et bien son entourage, ses fidèles, même si le prince n’est pas forcément le disposant, l’auteur de l’acte juridique. Voir p. ex. les réflexions récentes de J.H. Prell, Les souscriptions des chartes des comtes de Poitiers, ducs d’Aquitaine (1030-1137), Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 155, 1997, p. 207-208, et de Croenen, Governing Brabant, p. 43-46.

19 Au cours d’un plaid de justice tenu à Verdun, Godefroid le Barbu est amené à régler les droits des sous-avoués des chapitres et abbayes de Verdun ; il le fait favore quoque et assensu comitis Manasses aliorumque nobilium meorum ipsorumque subadvocatorum annuente judicio fretus, et précise plus loin : hoc igitur decreti pactum atque judicio nobilium meorum confirmavi et ipsorum assensu corroboravi (H. Bloch, Die älteren Urkunden des Klosters S. Vanne zu Verdun, Jahrbuch der Gesellschaft fur lothringische Geschichte und Altertumskunde, t. 14, 1902, p. 79, no LIV = G. Despy, Les actes des ducs de Basse-Lotharingie du xie siècle, La Maison d’Ardenne. Xe-XIe siècles, p. 68, no 5, avec la date incertaine de 1069). Le comte de Luxembourg Henri restitue en 1095 à l’abbaye d’Echternach des biens usurpés ; il le fait sur la pression du comte palatin, représentant de l’autorité impériale, mais aussi optimatum suorum (= du comte de Luxembourg) consilio dont les noms apparaissent au bas de l’acte comme testes hujus concessionis et confirmationis idonei et nobilissimi (C. Wampach, Geschichte der Grundherrschaft Echternach im Frühmittelalter, t. 1, 2, Quellenband, Luxembourg, 1930, p. 322-324, no 197).

20 (Testes) qui fidem dederunt et qui juraverunt hii (accord entre l’abbé de Saint-Mihiel et le comte Renaud (de Bar) ; Parisse, Actes des princes lorrains, 1re sér., 2, 1, p. 34, no 7 de 1105). Atque ut in posterum ratum et inconvulsum permaneat, placuit testes denotari et nomina eorum subscribi, qui presentes interfuerunt et assensum prebuerunt huic diffinitioni (Bloch, op. cit., p. 79, no LIV.– Despy, op. cit., p. 68, no5, avec la date incertaine de 1069 ; voir n. précédente). Verum ut in dies seculi firma et stabilis permaneat haec donatio, hoc cyrographum fieri decrevimus corroboratum testimonio fidelium infra nominandorum (donation de Gérard, duc de (Haute-)Lotharingie ; Wampach, Geschichte der Grundherrschaft Echternach, p. 316, no 194 de 1067). Dans les trois cas, les témoins de l’acte juridique sont aussi les témoins instrumentaires.

21 Interfuere quoque quamplures ingenui milites quorum nomina pro testimonio subscripta continentur (règlement d’avouerie « suspect » pour certaines parties, établi au nom de la comtesse Sophie pour l’abbaye de Saint-Mihiel, datant probablement du début du xiie siècle ; Parisse, Actes des princes lorrains, 1re sér., 2, 1, p. 22, no 4 de 1091). Un autre exemple nous montre qu’en cas de contestation ou de contravention, le contrevenant est confronté publiquement à la relecture de l’acte et aux témoins (de l’acte ?) : ut si forte aliquis, quod absit, hoc destruere aut removere temptaverit, centum libras auri persolvere cogatur et tunc, relecta pagina cyrografi et testibus in palam productis, convictus discedat (Wampach, Geschichte der Grundherrschaft Echtemach, p. 316, no 194 de 1067 ; voir n. précédente).

22 Ainsi p. ex. pour le rôle d’enquêteurs joué par trois hommes du comte Conrad II de Luxembourg dans l’établissement d’un règlement d’avouerie avec Saint-Maximin de Trèves en 1135, dont deux au moins apparaissent aussi parmi les témoins instrumentaires (U.Q.B., t. 1, p. 550-552, no 385 du 30 mai 1135).

23 Hujus rei confirmationi testes adhibuit (le comte Renaud) quos nobiliores habere potuit, ex quibus pauci fide tantum, plures vero juramenti attestatione se illigaverunt, quod, si deinceps comes vel heres ipsius aut per se aut per alium vi aut qualibet occasione quicquid de his que penitus abjuraverat invaderet aut munitionem aliam firmaret, id agere studerent infra breve temporis spacium, videlicet LXXX dierum, ut et sua ecclesie redderet et abbati de juramenti infractione satisfaceret. Suivent au bas de l’acte les témoins qui fidem dederunt et qui juraverunt hii (accord entre l’abbé de Saint-Mihiel et le comte Renaud (de Bar) ; Parisse, Actes des princes lorrains, 1re sér., 2, 1, p. 33-34, no 7 de 1105).

24 L’engagement du témoin sous sa forme suprême, le serment prêté lors de l’attouchement de la charte déposée sur l’autel, est encore connu dans nos régions jusqu’au début du xiie siècle. L’accord entre l’abbaye de Saint-Mihiel et le comte Renaud de 1105 en fournit un bel exemple (voir n. précédente).

25 Pour comparaison, voir les études de J.-F. Lemarignier, Le Gouvernement royal aux premiers temps capétiens, 987-1108, Paris, 1965.– O. Guillot, Le Comte d’Anjou et son entourage au XIe siècle, 2 vol., Paris, 1972 (surtout l’introduction au catalogue des actes comtaux, t. 2, p. 5-20).– D. Barthélemy, La Société dans le comté de Vendôme de l'an mil au XIVe siècle, Paris, 1993.– Prell, op. cit.

26 Pour le détail, voir Margue, Autorité publique, p. 402 s.

27 Voir à ce sujet pour les hautes époques l’importante étude de J. Hannig, Consensus fidelium. Frühfeudale Interpretationen des Verhältnisses von Königtum und Adel am Beispiel des Frankenreiches, Stuttgart, 1982, surtout p. 24-25, 205, 299 s. F. Kern, Gottesgnadentum und Widerstandsrecht im früheren Mittelalter. Zur Entwicklungsgeschichte der Monarchie, 2e éd. revue, Darmstadt, 1954, p. 269 s. (annexe VIII : Consensus fidelium) et p. 278 s. (annexe X : Das Maβ der Konsensgebundenheit des Herrschers), avait déjà en son temps posé le problème. Pour le haut Moyen Âge et au niveau de l’Empire, voir les réflexions récentes de G. Althoff, Spielregeln der Politik im Mittelalter. Kommunikation in Frieden und Fehde, Darmstadt, 1997, p. 187-194 (Colloquium familiare-colloquium secretum-colloquium publicum Beratung im politischen Leben des früheren Mittelalters), et du Même Auteur dans G. Althoff, H.-W. Goetz, E. Schubert, Menschen im Schatten der Kathedrale. Neuigkeiten aus dem Mittelalter, Darmstadt, 1998, p. 37-47 (Beratung und Konsens. Politische Willensbildung und Entscheidungsprozesse).

28 Pour le détail, voir Margue, Autorité publique, p. 405-420.

29 Lemarignier, Le Gouvernement royal.

30 Prell, Les Souscriptions.

31 Croenen, Governing Brabant, p. 51-58.

32 Le terme de « ministériaux » peut prêter à confusion. On l’utilise ici dans le sens d’hommes au service du comte, quel que soit le type de leur fonction — militaire, domaniale, administrative, — et non dans le sens d’un groupe socio-juridique relevant d’un statut juridique bien déterminé. En dehors du critère de leur fonction au service du comte, on retiendra leurs origines non nobles. Sur ce dernier point, voir M. Parisse, Les ministériaux en Empire : ab omni jugo servili absoluti, Jahrbuch für westdeutsche Landesgeschichte, t. 6, 1980, p. 1-24. Le terme même de ministerialis est assez rare dans les chartes « luxembourgeoises », où celui de miles lui est souvent préféré. Mais comme parallèlement, et de plus en plus à partir du xiiie, les nobles se dotent également du titre chevaleresque, ce dernier n’est pas plus adapté pour caractériser les ministériaux.

33 Dans le dernier quart du xiie siècle, les premiers burgenses apparaissent comme témoins dans les actes du comte de Luxembourg Henri. Si ce témoignage instrumentaire de bourgeois dans les actes comtaux n’implique pas forcément leur présence dans l’entourage comtal, d’autres indices plaident en ce sens, en particulier le rôle de certains bourgeois dans la politique du comte en faveur du développement des villes. Les premiers échevins par exemple émanent en grande partie de l’entourage comtal. Il semblerait d’ailleurs que Henri l’Aveugle ait été déterminé dans sa politique urbaine et son recours à la « ministérialité urbaine » pour compenser le poids de la noblesse dans les rouages « administratifs » du comté par ses expériences namuroises. Voir à ce sujet Margue et Pauly, Vom Altmarkt zur Schobermesse, p. 22, 29.– Pauly, Luxemburg im späten Mittelalter, p. 29-34. Dans ce contexte des influences externes touchant l’évolution institutionnelle du comté de Luxembourg, le rôle politique important de Henri l’Aveugle dans l’espace Meuse-Moselle mais aussi dans le contexte plus large de la question de la politique impériale en Lotharingie mériterait d’être revu. En attendant, l’étude de référence reste celle de F. Rousseau, Henri l'Aveugle, comte de Namur et de Luxembourg (1136-1196), Liège-Paris, 1921, à compléter par J.-L. Kupper, Raoul de Zähringen, évêque de Liège 1167-1191. Contribution à l’histoire de la politique impériale sur la Meuse moyenne, Bruxelles, 1974.

34 Cette période correspond grosso modo au règne de la comtesse Ermesinde († 1247), à laquelle il faut associer ses deux époux, Thiébaut, comte de Bar (1197-1214 en tant que comte de Luxembourg) et Waléran de Limbourg (comte de Luxembourg de 1214 à 1226, duc de Limbourg à partir de 1221), son mambour Waléran de Montjoie après 1226 et, dans la dernière partie de son règne, à partir de 1235/36, son fils Henri V qui ont tous marqué l’évolution du comté de leur empreinte. Sur l’évolution politique externe et interne du comté à cette époque, voir M. Margue, Ermesinde. Notice biographique, Ermesinde et l’affranchissement de la ville de Luxembourg, p. 11-27, et Id., Ermesinde, Gräfin von Luxemburg, Rheinische Lebensbilder, t. 15, éd. F.-J. Heyen, Bonn, 1995, p. 23-41.

35 J’ai montré ailleurs que l’institution de la prévôté, pouvoir comtal régional, a été développée dans le comté de Luxembourg sur le modèle barrois, tandis que l’institution centrale du sénéchalat, lieutenance permanente du comté, fut adoptée sur le modèle limbourgeois : Margue et Pauly, Luxemburg vor und nach Worringen, p. 126-131. Dans le même ordre d’idées : Reichert, Landesherrschaft, p. 548-550 et 636-637.

36 L’étude prosopographique détaillée de la curia comtale au xiiie siècle reste à faire. Toutefois, pour ce qui suit, on pourra se référer à : R. Petit, Le conseil des comtes de Luxembourg des origines au début du xive siècle, Revue du Nord, t. 39, 1957, p. 164-165, Margue, Nobles et chevaliers, p. 25-29, 142-144, et surtout Reichert, Landesherrschaft, p. 663-672.

37 Un conseil institutionnalisé émanant de la curia restreinte ne semble apparaître qu’au cours du règne de la comtesse Ermesinde, après la mort de ses deux époux et son affranchissement de la mambournie de Waléran de Montjoie ; ce n’est qu’en 1237 en effet que le terme de consiliarii est utilisé pour la première fois (U.Q.B., t. 2, p. 346-347, no 321 du 1er avril 1237). Un conseil parfaitement structuré (représentation par dix des principaux vassaux issus des comtés de Luxembourg, Laroche et Durbuy, recrutement par cooptation) apparaît dans le contrat de mariage de la comtesse Ermesinde et de Waléran de Limbourg en 1214. Malgré sa présentation comme organe définitif, il constitue une formation ponctuelle devant garantir l’intégralité et les privilèges et coutumes (les honores et libertates) du « pays » lors de l’avènement d’un prince « étranger ». Aucune trace de ce conseil « des dix » n’apparaît dans les sources ultérieures, mais sa constitution à un moment crucial de l’histoire du comté montre la puissance de la noblesse dans l’entourage de la comtesse Ermesinde. Édition dans U.Q.B., t. 2, p. 86-88, no 73 de mai 1214 ; analyses par R. Petit, La formation du pays de Luxembourg, Anciens Pays et Assemblées d’États, t. 5, 1953, p. 113-119, ici p. 117. – Id., Documents relatifs à l’histoire du Luxembourg, t. 1, Antiquité et Moyen Âge, Louvain-Bruxelles, 1972, p. 41-43 (traduction p. 44-45), et Margue, Nobles et chevaliers, p. 27-29, 142).

38 La puissance des grandes familles nobles apparaît dans la constance avec laquelle un cercle réduit de familles nobles occupent les fonctions de conseillers ainsi que les diverses formes qu’elles choisissent pour marquer leur présence lorsque leurs privilèges risquent d’être menacés par une ingérence externe. Ainsi en 1171, lorsque les vassaux luxembourgeois de Henri l’Aveugle se révoltent et obligent le comte de Namur et de Luxembourg à se réfugier dans son château de Luxembourg en attendant l’aide de son neveu du Hainaut, le comte Baudouin V, auquel il avait promis le Luxembourg (Gislebert de Mons, Chronicon Hanoniense, éd. L. Vanderkindere, Bmxelles, 1904, p. 103 ; voir à ce sujet M. de Waha, La marche impériale de Namur-Luxembourg. Vicissitudes d’un concept géo-politique de 1150 à 1300, Ermesinde et l’affranchissement de la ville de Luxembourg, p. 95-159, ici p. 108-109). Ainsi aussi en 1214, au moment du contrat de mariage entre Ermesinde et Waléran de Limbourg dans lequel ce dernier notifie les engagements envers les vassaux et sujets de son épouse (cf. n. précédente).

39 Parmi ceux-ci surtout les premiers sénéchaux issus des châteaux comtaux de Thionville, Bitburg et Luxembourg, dont certains rejoignent la noblesse en fondant seigneurie et château sur leurs fiefs ou sur des terres d’avouerie (Margue, Nobles et chevaliers, p. 165-166, pour les chevaliers de Thionville devenus seigneurs de Mersch et ceux de Bitburg établis au château de Rittersdorf.– Id., Politique monastique et pouvoir souverain : Henri V, sire souverain, fondateur de la principauté territoriale luxembourgeoise ?, Le Luxembourg en Lotharingie. Mélanges Paul Margue, éd. P. Dostert et al., Luxembourg, 1993, p. 403-432 (ici p. 414-415, pour les sénéchaux Thomas et Nicolas, chevaliers de Luxembourg).

40 La question de la chancellerie — ou mieux : d’un bureau d’écriture — ayant rédigé les chartes comtales, étroitement liée à celle, très complexe, de la rédaction par les destinataires de ces chartes, ne peut être traitée dans ce cadre. Pour une première approche, on pourra consulter l’excellente (mais lacunaire) étude de N. Van Werveke, Étude sur les chartes luxembourgeoises du Moyen Age, P.S.H., t. 41, 1890, p. 1-265 (ici p. 80 s.), avec, comme complément pour la période de Henri V : Margue, Politique monastique, p. 403-432 (ici p. 425-426). Sur l’introduction progressive de la langue française dans les chartes des comtes de Luxembourg : Margue, Ermesinde, comtesse de Luxembourg, p. 197-200, H. Völker, Zur Untersuchung altfranzösischer Urkunden Ermesindes (1226-1247) und Heinrichs V. (1247-1281) von Luxemburg. Probleme und Aufgabenstellungen, Urkundensprachen im germanisch-romanischen Grenzgebiet. Beiträge zum Kolloquium am 5./6. Oktober 1995 in Trier, éd. K. Gärtner et G. Holtus, Mayence, 1997, p. 199-210, et surtout : W. Reichert, In lingua Guallica sive Romana pro comoditate domini. Beobachtungen zum Aufkommen volkssprachiger Urkunden in der Grafschaft Luxemburg, Id., p. 371-489.

41 L’étude méritoire de N. Van Werveke, Das Rittergericht oder le siège des nobles des Luxemburger Landes, Programm des Königl.-Groβherzogl. Athenäums zu Luxemburg, Schuhljahr 1886-1887, Luxembourg, 1887, p. 1-93, doit être revue — en particulier pour le xiiie siècle — à la lumière des analyses de Margue, Nobles et chevaliers, p. 27 et n. 59, 141-142 a, 153-154, Margue et Pauly, Luxemburg vor und nach Worringen, p. 124-125, et W. Reichert, Zwischen Land und Herrschaft : Rittergericht und Ritterrichter der Grafschaft Luxemburg im 13. und 14. Jahrhundert, Jahrbuch fur westdeutsche Landesgeschichte, t. 20, 1994, p. 115-157. Ce dernier suit Nicolas Van Werveke en plaçant le moment-clé de la formation de la « cour des chevaliers » (« Rittergericht ») en 1266/67, à l’époque où le comte Henri V reste en captivité barroise après la bataille de Prény (Id., p. 120-121). Or, les sources parlent un autre langage : Nicolas de Kahler (cité de 1227 à 1240), dans un acte non daté qu’il faut situer vers 1240 (cf. Th. Zimmer, Das Kloster St. Irminen-Oeren in Trier von seinen Anfàngen bis ins 13. Jahrhundert, Trèves, 1956, p. 119 et n. 254.– regeste dans U.Q.B., t. 2, no 506, p. 569) et Thierry de la Tour en 1247 (U.Q.B., t. 2, no 454, p. 497-503, d’après l’inscription sur le sceau armorial ; voir : H. Gomand, Revue sphragistique luxembourgeoise, servant de complément à la série des reliefs en terre cuite des sceaux publiés de 1847 à 1851, P.S.H., t. 7, 1851, p. 227 et tableau 5, ainsi que R. Weiller, Catalogue des sceaux de Henri Gomand, Luxembourg, 1984, p. 92, et M. Margue et M. Pauly, Privilegium libertatis. Die Freiheitsurkunde der Gräfin Ermesinde für die Stadt Luxemburg (1244), Ermesinde et l’affranchissement de la ville de Luxembourg, p. 41-58, ici p. 46 sont cités comme judex présidant la curia (féodale) de Luxembourg. Or en datant mal la première mention et en omettant la seconde, Reichert, Zwischen Land und Herrschaft, p. 118, n’a pu voir qu’il existe dès la fin du règne d’Ermesinde un justicier (des chevaliers) dans le comté de Luxembourg, parallèlement à celui qui préside la cour féodale d’Arlon, où le titre de justicier fait également suite à celui, bien antérieur, d’un judex (cf. U.Q.B., t. 1, no 542, p. 763-765 de 1195, et H. Goffinet, Cartulaire de l’abbaye d'Orval, Bruxelles, 1879, p. 319-320, no 296 du 2 février 1251). Il semble donc admis que comme dans le cas du sénéchalat, la fonction d’un président de la cour féodale fut instituée dans le comté de Luxembourg sur le modèle limbourgeois dans le marquisat d’Arlon et ce au moment justement où Arlon fut rattaché à Luxembourg suite au mariage d’Ermesinde et de Waléran de Limbourg.

42 La charge de banneret est citée dès 1192 et détenue comme fief héréditaire dans la famille des seigneurs de Fels ; les seigneurs de Daun occupent parallèlement à partir de 1224 la dignité de maréchal (et Reichert, Landesherrschaft, p. 655-659). À l’inverse, le sénéchalat devient au cours du xiiie siècle une fonction centrale importante qui échappe en partie à la noblesse (cf n. suivante). Du moins jusqu’à l’époque de Jean l’Aveugle, les charges auliques honorifiques sont donc limitées en nombre et en importance dans le comté de Luxembourg ; cf. W. Rôsener, Hofämter an mittelalterlichen Fürstenhdfen, Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, t. 45, 1989, p. 485-550.

43 Le premier sénéchal, Thierry de Thionville, est cité comme détenteur de cette fonction de 1232 à 1238. Une liste des sénéchaux du comté au xiiie siècle se trouve dans Margue, Nobles et chevaliers, p. 140 a ; elle est reprise dans Reichert, Landesherrschaft, p. 643 et complétée pour le xive siècle (p. 644). Sur les attributions des sénéchaux, voir plus haut, n. 35. Pour leur statut social : Margue, Nobles et chevaliers, p. 140-141.

44 Sur l’introduction des prévôts au cours du début du xiiie siècle et le découpage administratif progressif du comté en prévôtés tout au long des xiiie et xive siècles, voir plus haut, n. 35.

45 Voir plus haut, les travaux cités en n. 35

46 Le travail fondamental à ce sujet : Pauly, Luxemburg im späten Mittelalter.

47 Voir supra, n. 42 et 43.

48 Ceci avait déjà été démontré en son temps par J. Vannérus, Les avoués d’Arlon, Mélanges Godefroid Kurth, t. 1, Liège, 1908, p. 123-135, et Id., Les avoués de Luxembourg et de Chiny, Annales de l’Institut archéologique du Luxembourg, t. 44, 1909, p. 1-58. Voir ensuite Margue, Nobles et chevaliers, p. 154-155 et les travaux cités en n. 35.

49 M. Margue, Rayonnement urbain et initiative comtale : l’exemple des chefs-lieux du comté de Luxembourg, Mélanges Georges Despy, éd. A. Dierkens et J.-M. Duvosquel, Liège, 1991, p. 429-464, ici p. 445-457. Pour la ville de Luxembourg, voir aussi : M. Pauly, Nostre ville de Lucembourc qui en est chief. L’émergence de la fonction de capitale à l’exemple de Luxembourg, Mondes de l’Ouest et villes du monde. Regards sur les sociétés médiévales. Mélanges en l’honneur d’André Chédeville, éd. C. Laurent et al., Rennes, 1998, p. 539-550.

50 Supra, n. 45.

51 Voir plus haut, n. 32.

52 Margue, Ermesinde, comtesse de Luxembourg, p. 200-207 (« Un entourage nouveau »).

53 Margue, Politique monastique, p. 404-415.

54 Voir les deux études citées ci-dessus (n. 52-53). L’exemple de leur action auprès des mulieres religiosae à Marienthal a été développé dans M. Margue, Wy ritterlîche sy dâ streit ! Kloster und Burg : Der historische Raum in der Yolanda-Dichtung, « Man mohte schrîven wal ein bûch », Actes du colloque international « Yolanda von Vianden », Luxembourg-Vianden, 1999, Luxembourg, 2001, p. 105-124.

55 Voir p. ex. C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, 1985, rééd., 1993, p. 177 s.

56 L’élection de Henri VII a été abondamment commentée ; un état de la question récent se trouve dans J.K. Hoensch, Die Luxemburger. Eine spätmittelalterliche Dynastie gesamteuropaischer Bedeutung, 1308-1437, Stuttgart, 2000, p. 25-31. Pour une analyse récente dans l’optique luxembourgeoise : Margue et Pauly, Luxemburg vor und nach Worringen, p. 165-174. Hoensch, op. cit., p. 28, se rallie aux conclusions de Margue et Pauly s’opposant à la thèse de l’élection d’un prince faible qui se trouve à la tête d’une principauté mineure : « Da Heinrich die Verwaltung seiner Grafschaft [...] mustergültig führte [...] gewann er über die eigene Region an Ansehen [...]. »

57 On trouve l’analyse détaillée de ce processus qui s’opère à partir du long règne de Henri V (1247-1281) ainsi que les références aux sources dans Margue et Pauly, Luxemburg vor und nach Worringen, p. 113-114, 118-119, 123-126, 130-131. Voir aussi Reichert, Herrschaftliche Raumerfassung, p. 304-308.

58 Margue et Pauly, Luxemburg vor und nach Worringen, p. 133-138. La fusion d’agents comtaux d’origine non noble et de conseillers nobles dans la chevalerie au cours du xiiie siècle rend la distinction entre nobles et non-nobles parfois malaisée et souvent vaine. Le recours aux qualificatifs des listes de témoins peut par conséquent souvent se révéler trompeur puisque — au-delà des distinctions antérieures — leur terminologie globale consacre l’émergence d’un groupe social nouveau, la chevalerie. C’est en ce sens qu’il faut nuancer les propos de Reichert, Landesherrschaft, p. 719-720.

59 Sur Jean l’Aveugle, comte de Luxembourg et roi de Bohême, voir le dernier aperçu dans Hoensch, op. cit., p. 51-104, qui cite la littérature ancienne, dont on retiendra principalement, J. Schötter, Johann, Graf von Luxemburg und König von Böhmen, 2 vol., Luxembourg, 1865.– R. Cazelles, Jean l’Aveugle, comte de Luxembourg, roi de Bohême, Bourges, 1947Un itinéraire européen. Jean l’Aveugle, comte de Luxembourg et roi de Bohême (1296-1346), éd. M. Margue, Bruxelles-Luxembourg, 1996, et Johann der Blinde, Graf von Luxemburg, Kônig von Bôhmen (1296-1346).

60 Reichert, Landesherrschaft, p. 678.

61 Pour une première approche aux résultats déjà consistants que seule une étude prosopographique détaillée pourrait affiner, on pourra se référer aux travaux cités en n. 10 : Reichert, Landesherrschaft.– Funck, La politique de Jean l’Aveugle, et Moraw, Über den Hof Johanns von Luxemburg und Böhmen.

62 Pour ce qui suit, voir Reichert, Landesherrschaft, p. 678-684.

63 Liste non exhaustive des conseillers laïques et ecclésiastiques de Jean l’Aveugle dans Moraw, Über den Hof Johanns, p. 114-120.

64 Le noble seigneur et chevalier Arnoul de Pittange, modeste château au nord de Luxembourg, fit partie du conseil étroit (especiaul concil) de Jean de Luxembourg dans le premier quart du xive siècle. Signalé déjà dans l’entourage de Henri VII, il accompagna Jean en Bohême, occupa la dignité de sénéchal de 1315 à 1317, et fut chargé de missions diplomatiques auprès de Henri de Carinthie et du pape (Reichert, Landesherrschaft, p. 954-960).

65 Jean Rufin, clerc de Pistoia, où il fut publicus Apostolica et Imperiali autoritate notarius, entra peut-être au service de Jean de Luxembourg lors de l’expédition italienne de celui-ci. Il se peut cependant aussi que le roi Jean l’ait appris à connaître à cause du rôle influent qu’il joua dans l’entourage du pape Clément VI dont il fut le familiaris. Chapelain de Jean, il mena plusieurs ambassades entre Avignon, Prague et Luxembourg dans les années 1342-1346. Voir J. Schroeder, L’acte de fondation de la Schueberfouer, Schueberfouer, p. 41-46, ici p. 42 n. 4, et M. Margue et M. Pauly, Pour ce que nous desirrons moult le profit et avancement de nostre pays et especiaulment de nostre ville de Luxembourc. Kurze Bemerkungen zum wirtschaftspolitischen Umfeld der Gründung der Schobermesse, Id., p. 47-61, ici p. 52 n. 17.

66 La bibliographie sur Guillaume de Machaut est surabondante : voir L. Earp, Guillaume de Machaut. A Guide to Research, New York et Londres, 1995. Guillaume entra au service de Jean en 1323 comme notaire, clerc personnel et responsable aussi de la gestion financière de la « maison » du prince. Familiaris du prince, il fit partie de son entourage immédiat et suivit dans maints déplacements son protecteur auquel il voua un attachement réel. Sur les rapports entre le poète et son premier maître qu’il prit comme sujet de plusieurs de ses oeuvres, voir : F. Kirsch, Mécénat littéraire à la maison de Luxembourg, l’exemple de Guillaume de Machaut et Jean Froissart, Le Luxembourg en Lotharingie. Mélanges Paul Margue, p. 321-337 (ici p. 322-330), et M. Margue, Images d’un prince idéal, Un itinéraire européen, p. 145-190 (ici p. 157-161 ; littérature p. 217-218).

67 Hermann de Thionville est cité comme chapelain du roi Jean en 1321 (Moraw, Über den Hof Johanns, p. 119).

68 Reichert, Landesherrschaft, p. 683-684.

69 Une étude exhaustive sur le positionnement de la noblesse luxembourgeoise face au régime bourguignon fait encore défaut. En attendant la publication de la thèse d’A. Atten sur la puissante famille de Rodemack, voir M. Margue, Recherches sur la noblesse du Duché de Luxembourg au XVe siècle. Essai de classification et étude des relations interfamiliales, mém. dactyl., Strasbourg, 1982, p. 8-10 et l’analyse par familles seigneuriales, et Id. La noblesse du Duché de Luxembourg au xve siècle, Hémecht, t. 36, 1984, p. 339-341.

70 Guillaume de Machaut, The Judgement of the King of Bohemia, éd. et trad. R. Barton Palmer, New York-Londres, 1984.– Guillaume de Machaut, Le Jugement du Roy de Behaigne and Remede de Fortune, éd. et trad. J.I. Wimsatt et W.W. Kibler, Athènes-Londres, 1988.

71 Guillaume de Machaut, La Prise d’Alexandrie ou Chronique du roi Pierre Ier de Lusignan, éd. L. de Mas Latrie, Genève, 1877.

72 Les vœux de l’épervier. Kaiser Heinrichs VII. Romfahrt, éd. G. Wolfram et F. Bonnardot, Jahrbuch der Gesellschaft fur lothringische Geschichte und Altertumskunde, t. 6, 1895, p. 177-224. Je compte revenir sur l’étude de ce témoignage intéressant de la culture courtoise d’entre Meuse et Moselle au début du xive siècle dans le cadre des Mélanges F.-J. Heyen, à paraître en 2003.

73 U.Q.B., t. 2, p. 562-567, no 504 du 11 février 1247. Étude critique de ce document par G. Despy, Le « testament » d’Ermesinde et la fondation de l’abbaye de Clairefontaine, Ermesinde et l'affranchissement de la ville de Luxembourg, p. 211-219.

74 U.Q.B., t. 7, p. 214-217, no 1163.

75 Aubry de Fouchières (Fouchières-aux-Bois, France, dép. Meuse, arr. de Bar-le-Duc) apparaît à plusieurs reprises comme clerc, trésorier et conseiller intime de Henri VII. Voir les sources indiquées par U.Q.B., t. 7, p. 217 n. 10, et Stoll, Henri VII, p. 113-114.

Auteur

Chargé de cours à l’Université de Luxembourg Assistant à l’Université libre de Bruxelles

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.