Version classiqueVersion mobile

À l’ombre du Pouvoir

 | 
Jean-Louis Kupper
, 
Alain Marchandisse

L’entourage des ducs de Brabant au xiiie siècle. Nobles, chevaliers et clercs dans les chartes ducales (1235-1267)1

Godfried Croenen

Texte intégral

  • 1 Abréviations : A.H.E.B. : Analectes pour servir à l'Histoire ecclésiastique de la Belgique ; B.C.R (...)
  • 2 Sur l’histoire de Brabant en général : P. Avonds, Brabant en Limburg 1100-1403, Algemene geschiede (...)
  • 3 L. Genicot, Empereurs et princes en Basse-Lotharingie. Suggestions de recherches, Études sur les p (...)
  • 4 La source principale pour cet événement est Gislebert de Mons, Chronicon Hanoniense, éd. L. Vander (...)

1Au bas Moyen Âge, le duché de Brabant comptait parmi les plus importants et les plus riches des territoires qui formaient alors les Pays-Bas bourguignons. Mais, contrairement au comté de Flandre, qui existait déjà bel et bien comme principauté au xe siècle, le duché de Brabant est de date beaucoup plus récente. Ce n’est en effet qu’au début du xiie siècle, en 1106 très exactement, que le comte de Louvain reçut de l’empereur germanique le titre de dux Lotharingie en même temps que celui de marchio Antverpie2. Les premiers ducs de la Maison de Louvain, Godefroid Ier (1106-1139) et ses successeurs, essayèrent en vain de restaurer la réalité politique du pouvoir supra-régional représenté par le duché de (Basse-) Lotharingie. À aucun moment durant le xiie siècle ils ne parvinrent à intervenir effectivement et d’une manière systématique dans les affaires des autres principautés de l’aire lotharingienne3. Leurs tentatives afin d’établir un pouvoir supra-régional furent définitivement écrasées en 1190, lors de la fameuse diète de Schwäbisch-Hall, où l’autorité ducale d’Henri Ier fut formellement limitée aux comtés qu’il tenait lui-même et à ceux qui étaient tenus de lui en fief4.

  • 5 Pour la haute avouerie, voir P. Bonenfant, Note critique sur le faux diplôme d’Otton Ier de 947 co (...)
  • 6 P. Bonenfant, L’origine du titre de duc de Brabant, Annales du XXXIIIe Congrès de la Fédération ar (...)

2Résultat de cette débâcle, la signification de la dignité ducale de BasseLotharingie fut tellement limitée que les ducs eux-mêmes devinrent tout à fait comparables aux chefs des principautés voisines, tels les comtes de Flandre, de Hainaut, de Namur, de Looz et de Hollande. Le sphère d’influence des ducs était réduite à leurs propres comtés, celle de Louvain et de Bruxelles-Uccle. Le projet politique durable des ducs du xiie siècle devint alors non pas la poursuite du rêve lotharingien, mais la formation, la consolidation et l’expansion de leur propre principauté. Pendant le xiie siècle, les ducs parvinrent à annexer à leurs domaines quelques territoires limitrophes, tels que Grez, Jodoigne, Brunengeruz et Duras, et à renforcer leur autorité dans l’ensemble des terres soumises à leur pouvoir par le double moyen d’une part de la haute avouerie sur les institutions ecclésiastiques, conférée par le roi des Romains Conrad III, et d’autre part par la féodalisation de la noblesse locale5. Ce conglomérat de terres, territoires et droits, formé autour du noyau Louvain-Bruxelles, sera appelé le duché de Brabant, la dignité ducale de Brabant n’étant en fait jamais que celle de Lotharingie. Rarement mentionné dans les actes avant le début du xiiie siècle, le titre de duc de Brabant fera partie du formulaire des actes ducaux à partir du règne d’Henri II (1235-1248)6.

  • 7 La prosopographie de l’entourage ducal et de l’aristocratie politique pendant le xive siècle et le (...)

3L’histoire interne du duché de Brabant aux xiie, xiiie et xive siècles est surtout celle d’une consolidation territoriale, avec la féodalisation de l’aristocratie et l’annexion de nombre de petits territoires périphériques. La plus importante fut celle du petit duché de Limbourg, territoire appartenant à la dynastie du même nom qui, tout comme la Maison de Louvain, revendiquait le titre ducal de Lotharingie. Après la victoire de Worringen, en 1288, les ducs de Brabant s’intitulèrent « ducs de Lotharingie, de Brabant et de Limbourg », parfois aussi « marquis d’Anvers ». Les aspirations politiques des ducs sont connues dans les grandes lignes, mais l’on connaît assez peu leur entourage, toutes ces personnes qui les aidaient à gouverner le duché, dans le cadre de la grande politique mais aussi dans la gestion financière et administrative du duché, dans la chancellerie et les autres institutions de ce petit État naissant7. Pour pénétrer ce monde d’officiers ducaux, de clercs, de chevaliers et de nobles, les listes de témoins des chartes ducales constituent la source par excellence.

  • 8 Croenen, op. cit.

4Dans une contribution récente, j’ai analysé la participation de l’aristocratie locale au gouvernement du Brabant, en étudiant les listes de témoins dans les actes ducaux du xiie siècle8. Au cours de cette analyse, il m’est apparu que l’entourage des ducs durant cette période était surtout composé de personnages originaires des parties centrales, voire méridionales du duché, c’est-à-dire des anciens comtés de Louvain et de Bruxelles-Uccle, où la dynastie de Louvain était implantée le plus solidement. L’aristocratie de la partie septentrionale du duché ne se trouvait que sporadiquement ou occasionnellement dans l’entourage des ducs. Une autre conclusion de cette analyse porte sur le statut social des membres de l’entourage ducal au xiie siècle : bien que la noblesse soit représentée dans l’entourage immédiat des ducs pendant cette période, c’est surtout à la ministérialité qu’ils faisaient appel. Parmi les témoins qui apparaissent fréquemment, les ministériaux représentent 55 % des occurrences, les nobles 35 % et le clergé 10 % seulement. Dans l’entourage immédiat des ducs, soit les personnages avec les taux d’occurrences les plus élevés, les ministériaux sont particulièrement nombreux, la majorité d’entre eux apparaissant en outre pendant une plus longue période (en moyenne 27 ans).

  • 9 Voir en général les ouvrages mentionnés supra n. 2 et infra n. 11, ainsi que les notices biographi (...)
  • 10 Voir en premier lieu le mémoire, malheureusement inédit, de H. Hoebanx-Nihon, Les régences d'Aleyd (...)

5Dans la présente contribution je voudrais aborder la question de l’entourage des ducs de Brabant au xiiie siècle, par le biais des listes de témoins des actes ducaux promulgués au cours des règnes d’Henri II (1235-1248), Henri III (12481261) et Henri IV (1261-1267). Les principals de ces princes sont relativement mal connus et des études générales sur le gouvernement et le pouvoir ducal durant cette période manquent pour ainsi dire9. Seule l’époque suivant la mort d’Henri HI, avec la régence de la duchesse Aleyde de Bourgogne et, en 1267, l’abdication du débile Henri IV en faveur de son frère puîné Jean, a reçu quelque attention de la part des historiens modernes10. Pour les règnes d’Henri II et Henri III, c’est surtout la politique extérieure des ducs qui a retenu l’attention. Cette réalité s’explique en partie par le silence presque complet des sources narratives contemporaines sur l’histoire interne du duché.

  • 11 M. D. Guillardian prépare actuellement pour la Commission royale d’Histoire l’édition des actes du (...)
  • 12 Il s’agit d’une charte émanant de la cour féodale, mais notifiant une décision ducale : Sachent to (...)
  • 13 Croenen, op. cit., p. 47-49, où l’on trouvera, en outre, un graphique illustrant le nombre d’actes (...)

6Les actes ducaux de la période 1235-1267 n’ont jamais été rassemblés ni édités systématiquement11. Pour l’heure, j’ai pu repérer 251 chartes ducales éparpillées dans les cartulaires et chartriers brabançons et étrangers, et éditées, en partie, dans des recueils et publications divers : 103 pour le règne d’Henri H, 123 pour celui d’Henri III et 25 pour celui d’Henri IV. Aucun acte du duc Henri IV n’a été retrouvé jusqu’à présent : toutes les chartes ducales de cette période, hormis l’une d’elles émanant de la cour féodale ducale12, furent promulguées par la duchesse-régente Aleyde de Bourgogne, veuve d’Henri III. Ce corpus de 251 actes pour la période 1235-1267 représente une production moyenne de 7,8 chartes ducales par an, niveau qui est bien supérieur à celle du xiie siècle, période de laquelle ne subsistent guère plus de 2 chartes par an en moyenne13. En revanche, il est à remarquer que pendant le règne d’Henri Ier (1190-1235) le nombre d’actes émanant du duc est beaucoup plus élevé, avec presque 500 chartes au total, plus de 10 par an en moyenne. Pour la période postérieure à 1267, on a conservé un nombre de chartes encore plus élevé, avec plus de 700 chartes pour les règnes de Jean Ier (1267-1294) et Jean II (1294-1312), et plus de 900 pour le règne de Jean III (1312-1355), soit des moyennes situées entre 23 et 38 par an.

7La grande différence entre la période 1235-1267 et l’époque précédente tient à la présence ou à l’absence de témoins. Pendant tout le xiie siècle, la grande majorité des chartes ducales (90 % du total) présentent des mentions de témoins. Dans les actes d’Henri Ier (1190-1235), des témoins sont signalés dans 55 % des actes. Entre 1235 et 1261, cette proportion diminue encore et atteint son niveau le plus bas sous Henri III : 22 % seulement du nombre total d’actes ducaux contiennent des mentions de témoins entre 1248 et 1261. Les causes de cette évolution restent à étudier, mais il semble qu’elle est à mettre en relation directe avec le renforcement général du pouvoir et de l’autorité du duc pendant cette période. On note, en effet, que pendant la minorité du duc Henri IV (1261-1267) et la régence d’Aleyde de Bourgogne, période d’une instabilité politique générale, pas moins de 38 % des actes ducaux incluent des mentions explicites de témoins.

  • 14 Croenen, op. cit., p. 44-45 n. 16.
  • 15 Il semble que cette pratique fut introduite sous l’influence des grandes villes, en particulier de (...)

8Vers la fin de la régence de la duchesse Aleyde, les listes de témoins contenues dans les actes ducaux changent considérablement de caractère. Elles cessent alors d’être de simples procès-verbaux des séances du conseil ducal et servent également de garantie pour l’authenticité de l’acte, voire pour l’exécution de la politique ducale exprimée dans la charte. Cela ne veut pour tant pas dire que les listes de témoins à cette époque sont, en tout ou en partie, fictives. Il n’est en effet aucunement prouvé que les personnages mentionnés à titre de témoins dans les chartes ducales n’étaient pas présents lors de l’acte juridique ou de la rédaction de la charte. Cette pratique qui consistait à inscrire des noms de personnes qui n’étaient pas présentes lors de l’acte juridique, mais qui étaient jugées suffisamment importantes pour être mentionnées comme témoins, n’est attestée qu’à partir du règne de Jean Ier (1267-1294)14. Le changement de fonction des témoins aboutit, d’ailleurs, au xiiie siècle, à l’introduction d’une nouvelle pratique diplomatique : pour la première fois en 1234, à nouveau en 1251, et régulièrement à partir de 1266, nobles, chevaliers, dignitaires ecclésiastiques ou villes apposent leurs sceaux à des chartes ducales, afin d’en garantir l’exécution15.

  • 16 Voir infra, annexe I.
  • 17 Voir infra, annexe II. Plusieurs actes repris dans l’annexe II sont datés de Louvain, la résidence (...)
  • 18 Les personnages sélectionnés répondent à un ou plusieurs des critères suivants (pour les « témoins (...)

9Afin de percevoir l’entourage ducal entre 1235 et 1267, j’ai recensé tous les témoins des actes ducaux. Pendant cette période, seuls 59 actes comportent des mentions de témoins16. Le nombre de ceux-ci est en moyenne de 7. En plus des actes ducaux, j’ai également pris en compte, dans la présente étude, les listes de témoins de 32 actes non ducaux, à propos desquels l’on a tout lieu de supposer que les témoins y mentionnés font partie de l’entourage ducal17. Dans ces 91 actes on trouve au total 808 occurrences de témoins et de scelleurs (y inclus les scelleurs auteurs de l’acte). De ces témoins, j’ai pu identifier 189 personnages, soit parce qu’ils apparaissent plusieurs fois dans le corpus étudié, soit parce qu’ils sont connus par d’autres sources. Hormis ces 189 personnes, il reste encore 101 témoins non identifiés. On peut donc estimer la population totale des témoins à 290. Tous ces personnages ne font quand même pas partie de l’entourage immédiat et permanent des ducs. En analysant, témoin par témoin, les statistiques des occurrences, j’ai réduit cette population à un groupe de 61 « témoins actifs » et à un autre, encore plus restreint, de 32 personnes qui toutes, d’une manière ou d’une autre, peuvent être considérées comme des « témoins très actifs18 ».

  • 19 Il s’agit des notaires ducaux Francon (1227-1245), Gerelm d’Yssche (1232-1236) et Guillaume (1248- (...)
  • 20 Il s’agit de maître Siger, qui est mentionné en 1259 et 1261 (annexe I, nos 47 et 50 et annexe II, (...)
  • 21 Sur la ministérialité dans l’Empire germanique en général, voir l’excellente synthèse de B. Arnold(...)

10Que nous apprend l’étude prosopographique de ces deux groupes ? C’est le statut social des témoins qui, de prime abord, saute aux yeux : on constate une nette prépondérance de la noblesse et de la chevalerie. Parmi les « témoins actifs » on dénombre seulement neuf ou dix clercs19, parmi les « témoins très actifs » seulement un ou deux20. Dans le groupe des « témoins actifs » on trouve aussi deux membres du patriciat anversois, Hugues et Guillaume Noze, mais les roturiers font complètement défaut parmi les « témoins très actifs ». Tous les autres membres de l’entourage ducal, tel qu’il peut être saisi par les listes de témoins, appartiennent donc à l’aristocratie ; ils représentent 80 % des « témoins actifs » et même 90 % des « témoins très actifs ». Ce groupe aristocratique est divisé en deux parties comportant un même nombre de personnages, d’une part les nobles de vieille souche, d’autre part les représentants de la classe des chevaliers, qui n’est autre que l’ancienne ministérialité21.

  • 22 Presque tous les sénéchaux actifs au cours de la période appartiennent aux « témoins actifs » ou « (...)
  • 23 Smolar-Meynart, op. cit., p. 10-38.
  • 24 Croenen, op. cit., p. 52-53.

11À noter — mais elle est tout à fait normale —, la présence, parmi les « témoins actifs » ou « très actifs », de plusieurs sénéchaux du duché22. Le sénéchalat, le plus haut office judiciaire du duché, était devenu héréditaire dans la famille de Rotselaar dès la fin du xiie siècle, mais, à partir du xiiie siècle, les ducs nommèrent d’autres sénéchaux amovibles23. Ces hommes avaient d’importantes responsabilités dans le gouvernement du duché, et l’on comprend parfaitement que les ducs aient choisi à cette fin des hommes de confiance, de leur entourage. La présence des sénéchaux au xiiie siècle n’est d’ailleurs que la poursuite d’une situation constatée pour le siècle précédant24. Changement considérable dans la composition de l’entourage ducal, au xiiie siècle, par contre : la présence d’autant de nobles, non seulement originaires du centre de la principauté, mais aussi des parties orientales et septentrionales. On trouve même, parmi les « témoins très actifs », deux princes, vassaux des ducs : les comtes Arnould IV de Looz (1243-1275/9) et Otton II de Gueldre (1229-1271). Ceci témoigne d’une participation au gouvernement des familles nobles du duché, et également de l’autorité dont jouissaient les ducs dans la noblesse et parmi les princes qui appartenaient à leur vassalité.

  • 25 Voir par exemple annexe I, no 23. On pourrait encore mentionner nombre d’autres exemples de cette (...)
  • 26 Cette question mériterait une étude plus poussée, mais qui dépasserait largement les limites de la (...)

12Il importe de souligner ici qu’au xiiie siècle les chartes brabançonnes, et surtout les chartes ducales, séparent toujours nettement les nobles (viri nobiles, chevaliers ou non) des chevaliers non nobles (milites), les premiers étant presque toujours placés en tête des listes de témoins, rarement précédés de dignitaires ecclésiastiques et seulement lorsqu’il s’agit de personnages de rang épiscopal ou d’abbés. Parmi les nobles, on distingue parfois, dans les listes de témoins, les chevaliers nobles des non-chevaliers, mais la préséance des nobles sur les laïcs non nobles reste bel et bien établie25. Ce n’est que vers la fin du siècle que la distinction entre nobles et non-nobles dans les chartes ducales ne se fait plus de façon rigoureuse et qu’on la remplace par une nouvelle, celle entre chevaliers et non-chevaliers. Néanmoins, dans ce nouveau groupe de chevaliers, les nobles restent, même à cette époque, toujours placés avant les chevaliers d’origine non noble26.

  • 27 Annexe I, nos 3, 5, 6, 11, 12, 15-24 ; annexe II, nos 4, 7, 12, 13 et 16. Il apparaît en tant qu’a (...)
  • 28 Annexe I, no 11.
  • 29 Annexe I, nos 12, 15 et 16.
  • 30 Annexe I, nos 17 et 18 ; annexe II, no 12.
  • 31 Annexe II, no 13.
  • 32 Annexe I, no 19.
  • 33 Annexe I, no 20. Aussi dans l’acte du 14 décembre, annexe II, no 16.

13En ce qui concerne la distinction des catégories sociales ou juridiques, le présent corpus présente un cas remarquable : celui de maître Daniel de Wavre alias de Genappe. Maître Daniel est mentionné 20 fois comme témoins entre 1236 et 124527. En 1236 et 1237, il se trouve parmi les clercs, mais dans la charte ducale de mai 1242 il est placé non pas en compagnie du chapelain Simon, mais au milieu des chevaliers, juste après Henri d’Ottoncourt et avant le sénéchal Gérard d’Yssche et d’autres chevaliers, Guillaume d’Everberg, Charles d’Aarschot, Conon de Bierbeek et Jean de Bergen28. Dans les chartes du 25 juin 1242, de mars 1243 et du 5 juillet 1243 il apparaît encore parmi les chevaliers29. Dans les chartes datées d’août et de septembre 1243, il se retrouve à nouveau parmi les clercs30, mais, en décembre de la même année, il est rangé parmi les témoins qualifiés explicitement de milites31. Le 6 décembre 1244, il est toujours mentionné parmi les chevaliers32, tandis que le lendemain une autre charte ducale le place parmi les clercs33.

  • 34 Annexe I, no 21. Les clercs semblent tous être mentionnés comme membres du chapitre de Louvain, ma (...)
  • 35 Annexe I, nos 22-24.
  • 36 H.P.H. camps, De stadsrechten van graaf Willem II van Holland en hun verhouding tot het recht van (...)

14L’explication de cette apparente confusion se trouve dans la charte du 10 février 1245 : l’on y trouve, parmi les clercs, un Daniel, castellanus de Ienap34. La même année, on retrouve ce Daniel, châtelain de Genappe, à nouveau comme témoin dans trois autres chartes ducales35. Il s’agit selon toute vraisemblance du même personnage. L’identité de maître Daniel et du châtelain de Genappe est confirmée par tout un dossier de sources, en partie rassemblées et éditées par H. Camps, en partie inédites et inconnues du savant néerlandais36.

  • 37 Camps, De stadsrechten, p. 169-172, no 6, p. 174-175, no 11, p. 175-176, no 12, p. 181-182, no 23.
  • 38 Voir supra, n. 31 et 32. Voir aussi Wauters, op. cit., p. 158-161.
  • 39 Malines, Archives de l’archevêché de Malines-Bruxelles, Abbaye de Villers, Cartulaire de la grange (...)
  • 40 Bruxelles, A.G.R., Archives ecclésiastiques du Brabant, no 1262/20 : mansionem [...] quam tenuit a (...)
  • 41 Bruxelles, A.G.R., Archives ecclésiastiques du Brabant, no 9497, f° 51 r°.
  • 42 Louvain, Archives de la ville, no 8447/1045.-E. de Marneffe, Documents relatifs à l’abbaye norberti (...)

15Maître Daniel était chanoine de Nivelles et c’est avec ce titre qu’il est mentionné dans un texte de 1235. En 1236 il prend à ferme la cour de Aienriu de l’abbaye de Villers. En 1236/7 l’abbesse et le couvent de La Ramée promettent de payer une rente annuelle de huit muids de seigle, à lui ou son fils Grégoire. En 1243 maître Daniel, chanoine de Nivelles, promet de payer une rente à l’abbé et au couvent d’Affligem37. Peu après il semble avoir été adoubé et avoir quitté l’état clérical, pour servir le duc comme châtelain du château ducal de Genappe38. En effet, un acte des échevins de Louvain (1248) mentionne en passant une cense à Louvain qui tenetur a domino Daniele, milite, quondam dicto magistro39. Un autre acte des mêmes échevins, daté de 1251, montre qu’il avait, à ce moment, renoncé à l’office de châtelain à Genappe40. En 1252, Daniel, quondam castellanus de Genapia, miles et son beau-fils, le chevalier Guillaume de Walhain, donnent leur consentement à un échange de biens à Kumtich entre les abbayes de Parc-les-Dames et de Komelimünster41. Enfin, deux chartes, datées de janvier et de février 1263, montrent que Daniel mourut probablement au début l’année 1263 ou peu avant42. Dans ces derniers textes sont aussi mentionnés sa veuve, Élisabeth, et ses héritiers, ses deux fils, les chevaliers Grégoire, déjà mentionné en 1237, et Otton, ainsi que son beaufils, Guillaume de Walhain, seigneur de Bonlez.

16Pour intéressant qu’il soit, le cas de maître Daniel reste tout à fait exceptionnel. Il illustre néanmoins, de façon spectaculaire, quelles étaient les catégories de personnes qui avaient le plus d’influence dans l’entourage ducal au milieu du xiiie siècle. Bien que les ducs Henri II, Henri EU et Henri IV aient toujours eu — et sans doute de plus en plus — besoin de clercs dans l’administration du duché, le vrai pouvoir était alors réservé à d’autres conseillers : des nobles et des chevaliers.

17La présente contribution ne se veut qu’une première approche prosopographique de l’élite politique brabançonne au cours de la période 1235-1267. D’autres enquêtes plus poussées sur les listes de témoins et sur d’autres sources seraient nécessaires pour mieux comprendre les relations entre les membres de l’entourage ducal. Mais une chose est déjà très claire : le pouvoir ducal au xiiie siècle était de beaucoup plus étendu qu’au siècle précédant, ce qui se traduit par une participation au gouvernement d’une part beaucoup plus large de la noblesse. L’aristocratie du duché, de son côté, avait sans doute compris la nouvelle donne politique et la présence de tant de nobles insignes auprès des ducs témoigne d’une volonté de saisir les opportunités qu’offrait le service du prince.

Annexes

ANNEXE I. Chartes des ducs de Brabant contenant mention de témoins (5 septembre 1235-25 mai 1267)

Voici la liste sommaire provisoire de tous les actes ducaux contenant mention de témoins pendant les règnes des ducs Henri II, Henri III et Henri IV. Les informations données ici sont strictement limitées. On trouvera uniquement les références à la meilleure édition ou, à défaut d’édition, à la meilleure tradition manuscrite (original ou copie), ainsi que l’indication du bénéficiaire de l’acte. Pour le règne d’Henri IV, qui était sous la tutelle de sa mère, la duchesse-régente Aleyde, je mentionne également l’auteur de l’acte.

Henri II (5 septembre 1235-ler février 1248)

I. 1235, 9 septembre, pour l’abbaye de Valduc, éd. A. Wauters, Analectes de diplomatique, 2e sér., B.C.R.H., 4e sér., t. 8, 1880, p. 350-351, no 59.

2.1235, 18 novembre, pour l’hôpital d’Anvers, éd. J. Van Den Nieuwenhuizen, Oorkondenboek van het Sint-Elizabethospitaal te Antwerpen (1226-1355), Bruxelles, 1976, p. 26-27, no 14.

3. 1236, 13 mars (n. st.), pour l’abbaye de Lieu-Saint-Bernard, éd. P.J. Goetschalckx, B. Van Doninck, Oorkondenboek der abdij van St-Bernaards aan de Schelde, Anvers, 1926, p. 13-14, no 12.

4. 1236, [1er-31] mars (n. st.), pour l’abbaye de Villers, Id., p. 15-16, no 13.

5. 1236, 7 mai, pour l’abbaye de Val-Virginal (Maagdendaal), éd. A. Miraeus, J.F. Foppens, Opera diplomatica et historica, t. 2, Bruxelles, 1723, p. 993.

6. 1236, 14 juin, pour l’abbaye de Valduc, éd. Kruisheer, Oorkondenboek van Holland en Zeeland tot 1299, t. 2, p. 180, no 579.

7. 1236, 24 juin, pour l’hôpital d’Anvers, éd. Van Den Nleuwenhuizen, Oorkondenboek, p. 28, no 16.

8. 1236, 30 août, pour l’abbaye de La Ramée, Bruxelles, A.G.R., Archives ecclésiastiques du Brabant, no 10118/25 (original).

9. 1236, [30-31] mars ou mars 1237 (n. st.), pour l’abbaye de La Cambre, Bruxelles, A.G.R., Archives ecclésiastiques du Brabant, no 5568/86 (original).

10.1239, [1er-26] mars (n. st.), pour la prieuré de Basse-Wavre, éd. de Marneffe, Cartulaire de l’abbaye d’Afflighem, p. 575, no 483.

11. 1242, [1er-31] mai, pour l’abbaye de Herkenrode, éd. E. Reusens, Documents relatifs à l’abbaye de Herckenrode, A.H.E.B., t. 16,1879, p. 238-239, no 18.

12. 1242, 25 juin, pour la commanderie d’Aldenbiezen de l’Ordre Teutonique, éd. J.H. Hennes, Codex diplomaticus ordinis sanctae Mariae Theutonicorum, Urkundenbuch zur Geschichte des deutschen Ordens, t. 2, Mayence, 1861, p. 60, no 58.

13. 1242, [1er-31] août, pour le prieuré de Val-des-Lys (Leliëndaal), éd. Miraeus, Foppens, op. cit., t. 3, p. 95.

14.1243, 23 février, traité entre le duc de Brabant et le comte de Hochstaden, éd. L.A.J.W. Sloet, Oorkondenboek der graafschappen Gelre en Zutfen, t. 2, La Haye, [1872-1876], p. 639, no 633.

15. 1243, [1er-31] mars (n. st.), pour l’abbaye de Nazareth, éd. R. De Ganck, The three foundations of Bartholomew of Tienen, Citeaux. Commentarii Cistercienses. Revue d’Histoire cistercienne, t. 37, 1986, p. 73, no 104.

16. 1243, 5 juillet, pour l’abbaye de Vorst, éd. Camps, De stadsrechten, p. 179-180, no 19.

17. 1243, 4 août, pour l’abbaye de Lieu-Saint-Bernard, éd. Goetschalckx, Van Doninck, Oorkondenboek St-Bemaards, p. 46-47, no 39.

18. 1243, 29 septembre, pour l’abbaye d’Affligem, éd. De Marneffe, Cartulaire de l’abbaye d’Afflighem, p. 616-617, no 524.

19.1244, 6 décembre, pour le monastère de Sainte-Gertrude à Louvain, éd. Camps, Oorkondenboek, t. 1, p. 284-286, no 205.

20. 1244, 7 décembre, pour le prieuré de l’Île-Duc (Hertogeneiland), éd. M. de Troostembergh, Les chartes de l’île-Duc à Gempe, Bruxelles, 1905-1911, p. 32-33, no 16.

21. 1245, 10 février (n. st.), pour l’église collégiale de Louvain, Zaventem, Archives de la paroisse de Zaventem, no XI, 0,59 (copie).

22. 1245, 9 mai, pour l’abbaye de Saint-Michel d’Anvers, éd. P.J. Goetschalckx, Oorkondenboek der Witheerenabdij van S.-Michiels te Antwerpen, Ekeren, 1909, p. 121, no 97.

23.1245, [1er-30] septembre, pour l’abbaye de Lieu-Saint-Bemard, éd. Goetschalckx, Van Doninck, Oorkondenboek St-Bernaards, p. 99-101, no 84.

24. 1245, pour l’abbaye de Mariënweerd, éd. Camps, Oorkondenboek, t. 1, p. 295, no 215.

Henri III (1er février 1248-28 février 1261)

25. 1248, 15 septembre, pour l’abbaye d’Affligem, éd. C. Coppens, Cartularium Affligemense ab anno 1245 ad annum 1253, Hekelgem, 1968, p. 23, no 45.

26. 1248, 15 septembre, pour les habitants de Berg et de Nederokkerzeel, éd. Goetschalckx, Oorkondenboek S.-Michiels, p. 131-132, no 107.

27. 1248, 20 novembre, traité entre l’élu de Liège, le duc de Brabant, et les comtes de Gueldre et de Looz, Sloet, op. cit., t. 2, p. 695, no 697.

28. 1249, 17 janvier (n. st.), confirmation d’une enquête concernant le moulin de Zaventem, Bruxelles, A.G.R., Chartes de Brabant, no 49 (original).

29. 1249, 24 février (n. st.), pour l’abbaye de Altenberg, éd. H. Mosler, Urkundenbuch der Abtei Altenberg, t. 1, Bonn, 1912, p. 135-136, no 183.

30. 1249, 27 avril, pour l’abbaye de La Cambre, Bruxelles, A.G.R., Archives ecclésiastiques du Brabant, no 5570/144 (original).

31. 1249, 6 juin, pour l’abbaye de La Cambre, Bruxelles, A.G.R., Archives ecclésiastiques du Brabant, no 5570/146 (original).

32. 1249, 19 juillet, pour l’abbaye de Tongerlo, éd. Erens, op. cit., p. 193-194, no 146.

33. 1249, 29 juillet, pour l’église collégiale d’Anvers, éd. F.H. Mertens, K.L. Torfs, Geschiedenis van Antwerpen, t. 1, Anvers, 1845, p. 533, no 2.

34. 1250, 1er janvier (n. st.), pour la ville d’Anvers, éd. Willems, Codex diplomaticus, DeBrabantscheyeesten, t. l, p. 650-651, no 47.

35. 1250, 1er janvier (n. st.), pour la ville d’Anvers, Anvers, Archives municipales, Chartes, no c 21 (original).

36. 1250, 6 janvier (n. st.), pour l’abbaye de Saint-Michel d’Anvers, éd. Goetschalckx, Oorkondenboek S.-Michiels, p. 136-137, no 109.

37. 1251, 28 juin, pour la franchise de Merchtem, sans liste de témoins mais avec mention du sceau ducal et huit sceaux de nobles et chevaliers brabançons et quatre sceaux d’abbés brabançons, éd. Wauters, De l’origine et des premiers développements des libertés communales. Preuves, p. 175.

38. 1252, 11 juin, pour l’abbaye de Saint-Michel d’Anvers, éd. Goetschalckx, Oorkondenboek S.-Michiels, p. 142, no 114.

39. 1253, 28 juin, pour le seigneur de Diest, éd. F.-J. Raymaekers, Cartularium ad chronicon Diestense, B.C.R.H., 3e sér., t.1, 1860/61, p. 461-462, no 15.

40. 1255, 20 janvier (n. st.), pour la commanderie de Bekkevoort de l’Ordre Teutonique, éd. Hennes, op. cit., t. 2, p. 106-107, no 109.

41. 1255, 15 mars (n. st.), pour l’abbaye de Grand-Bigard, Bruxelles, A.G.R., Archives ecclésiastiques du Brabant, no 7791/78 (original).

42. 1254 [12 avril-27 mars 1255], pour l’abbaye de Saint-Michel d’Anvers, éd. Goetschalckx, Oorkondenboek S.-Michiels, p. 149, no 123.

43.1255, 30 décembre, pour la ville de Léau, éd. R. Laurent, Les sceaux des princes territoriaux belges du Xe siècle à 1482, t. 2, Bruxelles, 1993, planche 111 (fac-similé).

44. 1257, 28 janvier (n. st.), pour le frère bâtard du duc, éd. Coppens, Cartularium Affligemense, p. 17, no 26.

45. 1257, 3 juillet, pour le comte de Clèves, éd. Kruisheer, op. cit., t. 3, p. 169-170, no 1168.

46. 1258, 28 février (n. st.), pour l’abbaye de Val-Virginal, éd. Bets, Geschiedenis der gemeenten Oplinter, p. 242-243, no 40.

47. 1259, 6 juillet, pour l’abbaye de Saint-Michel d’Anvers, éd. Goetschalckx, Oorkondenboek S.-Michiels, p. 172-173, no 147.

48.1259, 7 juillet, pour l’abbaye de Saint-Michel d’Anvers, Id., p. 171-172, no 146.

49. 1260, 4 juin, pour la ville d’Anvers, éd. Willems, Codex diplomaticus, De Brabantsche yeesten, t. 1, p. 659-660, no 57.

Henri IV (28 février 1261-25 mai 1267)

50. 1261, 12 octobre, charte de la duchesse-régente pour l’abbaye de Parc-les-Dames (Vrouwenpark), éd. Miraeus, Foppens, op. cit., t. 4, p. 719.

51. 1263, 2 avril, charte de la duchesse-régente pour les Dominicains de Louvain, Id., t. 1, p. 426.

52. 1263, 1er août, charte de la duchesse-régente pour l’abbaye de Villers, Malines, Archives de l’archévêché de Bruxelles-Malines, Fonds de l’abbaye de Villers, Cartulaire de la grange de Velp, f° 18 v°, no 77 (copie).

53.1263, 22 novembre, charte de la duchesse-régente pour l’église collégiale d’Anvers, éd. Mertens, Torfs, op. cit., t.1, p. 574-575, no 3.

54. 1264, 29 mai, charte de la duchesse-régente pour l’abbaye de Val-Saint-Lambert, éd. É. Poncelet, Une paix de lignage au duché de Brabant, en 1264, B.C.R.H., t. 105, 1940, p. 277-281.

55. 1266, 30 mai, charte de la duchesse-régente pour l’abbaye de Kortenberg, Bruxelles, A.G.R., Archives ecclésiastiques du Brabant, no 5885/41 (original).

57. 1266, [1er-31] juillet, charte de la cour féodale pour Henri de Grimbergen, FOIX, Archives départementales de l'Ariège, Archives du château de Léran (436 AP), no 495 (original).

58. 1266, 18 novembre, charte de la duchesse-régente, traité avec le comte de Clèves, éd. Wauters, Henri HI, duc de Brabant, Bulletins de l’Académie royale des Sciences, de Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, p. 385-387, appendice no 6.

59.1267, 14 mai, charte de la duchesse-régente pour la ville de Louvain, éd. P.F.X. De Ram, Codex chronologica-diplomaticus, dans J. Molanus, Historiae lovaniensium libri XIV, éd. P.F.X. De Ram, t. 2, Bruxelles, 1861, p. 1206-1207, no LVII.

ANNEXE II. Chartes non ducales mentionnant des témoins (1235-1267)

Dans cet appendice on trouvera la liste des actes non ducaux mentionnant des témoins « ducaux » pour la période envisagée dans cet article. Dans la plupart des cas, il s’agit des membres de la cour féodale ducale. Cette liste est conçue comme la précédente, mais ici je signale également l’auteur de l’acte.

Henri II (5 septembre 1235-ler février 1248)

1. 1235, [1er-31] décembre, charte d’Arnould de Ranst pour l’abbaye de Tongerlo, éd. Camps, Oorkondenboek, t. 1, p. 255-256, no 177.

2. 1236, [1er-31] janvier (n. st.), charte de Daniel de Wange pour l’abbaye de Tongerlo, Id., t. l, p. 256-257, no 178.

3. 1236, 24 mars (n. st.), charte de Gossuin, seigneur de Gossoncourt, pour l’abbaye de Heylissem, éd. E. De Marneffe, Documents relatifs à l’abbaye de Heylissem, A.H.E.B., t. 25, 1895, p. 334, no 106.

4. 1236, [1er-31] mai, charte de Jean Briene, seigneur de Neerlinter, pour l’abbaye de Val-Virginal (Maagdendaal), éd. Miraeus, Foppens, op. cit., t. 2, p. 993.

5. 1236, 30 juin, charte de Thierry, seigneur d’Altena pour l’abbaye de La Ramée, éd. E. De Marneffe, Cartae Rameienses, Bijdragen tot de Geschiedenis, t. 4,1905, p. 378-379, no 19.

6.1236, 10 novembre, charte de Godefroid de Louvain, frère du duc Henri H, pour le duc, Bruxelles, A.G.R., Chambres des comptes, reg. no 1, f° 19 r°-v° (copie).

7. 1237, 16 juillet, charte de l’abbesse et du couvent d’Aywières, pour le duc de Brabant, cop. Bruxelles, A.G.R., Chambres des comptes, reg. no 1, f° 19 v° (copie).

8. 1237, [1er-30] septembre, charte de Jean, seigneur d’Heverlee, pour l’abbaye de Parc, éd. E. De Marneffe, Cartae Parcenses, Bijdragen tot de Geschiedenis, t. 3, 1904, p. 28, no 53.

9. 1238, [1er-31] août, charte de Godefroid de Perwez, Lionnet, châtelain de Bruxelles, Arnould de Wezemaal et Henri d’Ottoncourt, pour le comte d’Artois, Arras, Archives départementales du Pas-de-Calais, A 7/6 (original).

10. 1241, 28 juillet, charte d’Arnould, seigneur de Diest, pour le duc de Brabant, éd. Willems, Codex diplomaticus, De Brabantsche yeesten, t. 1, p. 646, no 41.

11. 1242, 14 février (n. st.), charte de Regnier, prieur du monastère de Sainte-Gertrude de Louvain, maître Gauffoid, doyen de Bierbeek, et Gilbert de Kampenhout, pour l’abbaye de Lieu-Saint-Bernard, éd. Goetschalckx, Van Doninck, Oorkondenboek St-Bernaards, p. 44-46, no 38.

12. 1243, 13 août, charte de Charles d’Aarschot pour le monastère de Sainte-Gertrude à Louvain, éd. Miraeus, Foppens, op. cit., t. 1, p. 761.

13. 1243, 26 décembre, charte de Guillaume de Grimbergen pour l’abbaye de Parc, éd. E. de Marneffe, Cartae Parcenses, Bijdragen tot de Geschiedenis, t. 4,1905, p. 18-19, no 110.

14. 1244, 13 mars (n. st.), charte de Jean Briene, seigneur de Neerlinter, pour l’abbaye de Parc-les-Dames (Vrouwenpark), Bruxelles, A.G.R., Archives ecclésiastiques du Brabant, no 9485/29 (original).

15. 1244, [1er-30] juin, charte de Reinevide, veuve de Lambert de Neerijse pour l’abbaye de Parc-les-Dames (Vrouwenpark), éd. A. Wauters, Analectes de diplomatique. 4e sér., B.C.R.H., 4e sér., t. 14, 1887, p. 139-141, no 51.

16. 1244, 14 décembre, charte de Gislebert de Tilburg pour le monastère de SainteGertrude à Louvain, éd. Camps, Oorkondenboek, t. 1, p. 286-287, no 206.

17. 1244 [3 avril-15 avril 1245], charte d’Henri de Herentals, écoutète de Bois-le-Duc, pour l’abbaye de La Cambre, Id., t. 1, p. 287-288, no 207.

Henri III (1er février 1248-28 février 1261)

18. 1251, 19 mars (n. st.), charte de Thierry de Bierbeek et Gérard de Huppaye pour l’abbaye de Villers, Bruxelles, A.G.R., Archives ecclésiastiques du Brabant, no 11022, f° 307 v° (copie).

19. 1253, [1er-31] mai, charte de Béatrice, veuve d’Henri Berthout, seigneur de Geel, pour l’abbaye de Lieu-Saint-Bemard, éd. Goetschalckx, Van Doninck, Oorkondenboek St-Bernaards, p. 155-156, no 151.

20.1253, 20 juin, charte de Gérard, seigneur de Perwez et Grimbergen, et Arnould, seigneur de Diest, pour l’abbaye de Parc-les-Dames, Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits latins, no 9293/15 (original).

21.1253, 3 juillet, charte de Godefroid de Louvain, oncle du duc Henri III, pour les abbayes d’Affligem et de Villers, éd. Coppens, Cartularium Affligemense, p. 41-42, no 75.

22. 1257, 3 juillet, charte de Thierry Loef, fils du comte de Clèves, pour le duc de Brabant, éd. Kruisheer, op. cit., t. 3, p. 170-171, no 1169.

23.1257, 10 août, charte de Baudouin, ancien seigneur de Vught, pour le duc de Brabant, éd. Camps, Oorkondenboek, t. 1, p. 347-348, no 266.

24. 1258, 20 mars (n. st.), charte de Waleran, duc de Limbourg, pour le duc de Brabant, éd. Butkens, Trophées, t. 1, La Haye, 1724, Preuves, p. 96.

25. 1259, 13 février (n. st.), charte de Marie, ancienne reine des Romains, pour le duc de Brabant, Id., t. 1, p. 75.

26. 1260, 21 juin, charte de Michel de Kraainem, seigneur de Budingen, pour l’abbaye de Heylissem, éd. de Marneffe, Documents relatifs à l’abbaye de Heylissem, p. 172-173, no 165.

Henri IV (28 février 1261-25 mai 1267)

27.1261, 12 octobre, charte d’Arnould, seigneur de Rotselaar, pour l’abbaye de Parcles-Dames (Vrouwenpark), éd. B. Minnen, Een landelijke parochie in de middeleeuwen : Rotselaar van 1044 tot 1559, Louvain, 1991, p. 204-206, appendice no 2.

28. 1263, 15 avril, charte d’Henri de Barse, avoué de Huy, pour l’abbaye de Heylissem, éd. De Marneffe, Documents relatifs à l’abbaye de Heylissem, p. 185-186, no 174.

29.1264, 25 juillet, testament de Godefroid, seigneur de Perwez et Grimbergen, Grimbergen, Archives de l’abbaye, Cl. O, 2, f 72 v° (copie).

30.1265, [1er-28] février (n. st.), charte de Lionnet d’Aa, seigneur de Pollare, pour l’abbaye d’Affligem, éd. Coppens, Cartularium Affligemense, p. 56-57, no 98.

31. 1266, 6 octobre, charte de Thierry de Heinsberg pour le duc de Brabant, Bruxelles, A.G.R., Chambres des comptes, reg. no 1, f° 24 r°-v° (copie).

32. 1267, 14 mai, charte du magistrat et de la ville de Louvain pour le duc de Brabant, éd. J.F. Willems, Codex diplomaticus, Rymkronyk van Jan van Heelu betreffende den slag van Woeringen, éd. J.F. Willems, Bruxelles, 1836, p. 393-394, no 1.

Notes

1 Abréviations : A.H.E.B. : Analectes pour servir à l'Histoire ecclésiastique de la Belgique ; B.C.R.H. : Bulletin de la Commission royale d’Histoire. Les mentions Annexe I ou II font référence aux listes d’actes situées à la fin du présent article.

2 Sur l’histoire de Brabant en général : P. Avonds, Brabant en Limburg 1100-1403, Algemene geschiedenis der Nederlanden, t. 2, Haarlem, 1982, p. 452-482.– P. Bonenfant, Brabant en Gelre voor en na Woeringen, Algemene geschiedenis der Nederlanden, éd. J.A. Van Houtte, J.F. Niermeyer, J. Presser, J. Romein, H. Van Werveke, t. 2, Utrecht-AnversBruxelles-Gand-Louvain, 1950, p. 256-268.– P. Bonenfant, A.-M. Bonenfant-Feytmans, Du duché de Basse-Lotharingie au duché de Brabant, Revue belge de Philologie et d'Histoire, t. 46, 1968, p. 1129-1165. Pour l’histoire du duché de Lotharingie et du titre ducal, consulter W. Mohr, Geschichte des Herzogtums Lothringen, 4 vol., Saarbrück, 1974-1986 et W. Kienast, Der Herzogstitel in Frankreich und Deutschland (9. bis 12. Jahrhundert), Munich-Vienne, 1968.

3 L. Genicot, Empereurs et princes en Basse-Lotharingie. Suggestions de recherches, Études sur les principautés lotharingiennes, éd. L. Genicot, Louvain, 1975, p. 12-38.

4 La source principale pour cet événement est Gislebert de Mons, Chronicon Hanoniense, éd. L. Vanderkindere, Bruxelles, 1904, p. 250-254. Pour les commentaires voir Bonenfant, Bonenfant-Feytmans, Du duché de Basse-Lotharingie, p. 1162-1164.– Genicot, op. cit., p. 14-15 et G. Smets, Henri I, duc de Brabant, 1190-1235, Bruxelles, 1908, p. 41-44.

5 Pour la haute avouerie, voir P. Bonenfant, Note critique sur le faux diplôme d’Otton Ier de 947 conférant l’avouerie de Gembloux à Lambert, comte de Louvain, B.C.R.H., t. 99, 1935, p. 337-364 et A.J.A. Bijsterveld, Gift exchange, landed property, and eternity : the foundation and endowment of the Premonstratensian priory of Postel (1128/1138-1179), Land and ancestors : cultural dynamics in the Urnfield period and the Middle Ages in the Southern Netherlands, éd. F. Theuws, N. Roymans, Amsterdam, 1999, p. 309-348. Sur la féodalisation de la noblesse, voir l’article d’ensemble de K.S. Nicholas, The role of feudal relationships in the consolidation of power in the principalities of the Low Countries, 1000-1300, Law, custom, and the social fabric in medieval Europe. Essays in honor of Bryce Lyon, éd. B.S. Bachrach, D. Nicholas, Kalamazoo, 1990, p. 113-130, dont les conclusions pour le Brabant sont modifiées par mon article : G. Croenen, Governing Brabant in the twelfth century : the duke, his household and the nobility, Secretum Scriptorum. Liber alumnorum Walter Prevenier, éd. W. Blockmans, M. Boone, T. De Hemptinne, Louvain-Apeldoorn, 1999, p. 39-76. L’expansion territoriale du duché a été traitée par A. Uyttebrouck, Le Gouvernement du duché de Brabant au bas Moyen Âge (1355-1430), t. 1, Bruxelles, 1975, p. 43-111 et plus récemment par E. Van Ermen, Feodaal-heerlijke verhoudingen en territoriale patronen in het middeleeuwse hertogdom Brabant (12de-14de eeuw), met bijzondere aandacht voor de regio Leuven, t. 1, Thèse de doctorat inédite, Louvain, Katholieke Universiteit van Leuven, 1989, p. 185-294.

6 P. Bonenfant, L’origine du titre de duc de Brabant, Annales du XXXIIIe Congrès de la Fédération archéologique et historique de Belgique (Tournai, 4-8 septembre 1949), t. 3, Tournai, 1951, p. 704-712.

7 La prosopographie de l’entourage ducal et de l’aristocratie politique pendant le xive siècle et le début du xve siècle a été étudiée par P. Avonds et A. Uyttebrouck : P. Avonds, Ideologie en politiek : Brabant tijdens de regering van hertog Jan III (1312-1356), Thèse de doctorat inédite, 4 vol., Gand, Rijksuniversiteit Gent, 1981.–Id., Brabant tijdens de regering van hertog Jan III (1312-1356). De grote politieke krisissen, Bruxelles, 1984.-IDBrabant tijdens de regering van hertog Jan III (1312-1356). Land en instellingen, Bruxelles, 1991-Uyttebrouck, Le Gouvernement du duché de Brabant, 2 vol. En outre, on trouvera des informations sur le personnel judiciaire et administratif dans les études suivantes : C. Kerremans, Etude sur les circonscriptions judiciaires et administratives du Brabant et les officiers placés à leur tête par les ducs, antérieurement à l’avènement de la maison de Bourgogne (1406), Bruxelles, 1949.-R. Hanon De Louvet, Les bailliages de Nivelles-Genappe et de Jodoigne-Hannut au xiiie siècle, Annales de la Société archéologique et folklorique de Nivelles et du Brabant wallon, t. 17, 1952, p. 145-177.— M. Martens, L’Administration du domaine ducal en Brabant au Moyen Âge (1250-1406), Bruxelles, 1954 - A. Smolar-Meynart, La Justice ducale du plat pays, des forêts et des chasses en Brabant (XIIe- XVIe siècle). Sénéchal, maître des bois, gruyer, grand veneur, Bruxelles, 1991.

8 Croenen, op. cit.

9 Voir en général les ouvrages mentionnés supra n. 2 et infra n. 11, ainsi que les notices biographiques publiées par A. Wauters, Henri II, duc de Lotharingie et de Brabant ; Henri III, duc de Lotharingie et de Brabant ; Henri IV, duc de Brabant, Biographie nationale de Belgique, t. 9, Bruxelles, 1886-1887, col. 123-146, et son étude sur le règne d’Henri III : Id., Henri III, duc de Brabant, Bulletins de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, 2e sér., t. 38, 1874, p. 672-691 et t. 39, 1875, p. 153-207.

10 Voir en premier lieu le mémoire, malheureusement inédit, de H. Hoebanx-Nihon, Les régences d'Aleyde de Bourgogne, duchesse de Brabant, 1261-1268, Mémoire de licence, Bruxelles, Université Libre de Bruxelles, 1943, que j’ai pu consulter brièvement pour cet article. Voir aussi A. Wauters, Art. Alix ou Aleyde de Bourgogne, Biographie nationale de Belgique, t. 1, Bruxelles, 1866, col. 228-230.– Id., Suite à ma notice sur le duc Henri III de Brabant : les doctrines des hérétiques du xiiie siècle, le duc Henri IV, les premières années de Jean Ier, Bulletins de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, 2e sér., t. 40, 1875, p. 351-404.– G. Boland, Les deux versions du pacte d’alliance des villes brabançonnes de 1261-1262, Revue belge de Philologie et d’Histoire, t. 23, 1944, p. 281-289.– Id., Herk-la-Ville était-elle brabançonne en 1262 ?, Miscellanea historica in honorem Leonis Van der Essen, t. 1, Bruxelles-Paris, 1947, p. 199-207-H. Van Nuffel, Art. Aleidis van Bourgondië, hertogin van Brabant, Nationaal biografisch Woordenboek, t. 15, Bruxelles, 1996, col. 8-12.– P. Avonds, Art. Jan I, hertog van Lotharingen en van Brabant (sinds 1289 ook hertog van Limburg) en markgraaf van het Heilige Rijk, Nationaal biografisch Woordenboek, t. 15, Bruxelles, 1996, col. 377-386.– Id., Moedertrots, honor ducatus en legalisme in historiografie en literatuur. De opvolging van Hendrik III door Jan I van Brabant (1261-1267), Bijdragen tot de Geschiedenis, t. 80, 1997, p. 313-330. Sur les «testamentsments » des ducs Henri II et Henri III, voir G. Boland, É. Lousse, Le testament d’Henri II, duc de Brabant (22 janvier 1248), Revue historique de Droit français et étranger, 4e sér., t. 18, 1939, p. 348-387.– G. Boland, Le testament d’Henri III, duc de Brabant (26 février 1261), Revue d’Histoire ecclésiastique, t. 38, 1939, p. 59-96.– M. Martens, À propos des testaments d’Henri II (22 janvier 1248) et d’Henri III (26 février 1261), ducs de Brabant, Revue belge de Philologie et d’Histoire, t. 23, 1944, p. 289-294.

11 M. D. Guillardian prépare actuellement pour la Commission royale d’Histoire l’édition des actes ducaux brabançons de la Maison de Louvain, mais cette édition s’arrêtera à la fin du règne de Godefroid III (21 août 1190). Pour la liste sommaire de tous les actes ducaux jusqu’à la fin du xiie siècle, voir Croenen, op. cit., p. 60-73. En ce qui concerne la période envisagée ici, le mémoire inédit de Hoebanx-Nihon, op. cit., contient en appendice les régestes d’Henri IV (à compléter avec l’acte mentionné dans la n. suivante). On trouve l’édition d’un grand nombre d’actes importants dans les Preuves de l’ouvrage, ancien mais toujours utile, de C. Butkens, Trophées tant sacrés que profanes du duché de Brabant, 1re éd. (t. 1 seulement), Anvers, 1641 ; édition complète en 2 vol. avec 2 vol. de supplément, La Haye, 1724-1726.Butkens traite de la période 1235-1267 dans t. 1, p. 225-270.

12 Il s’agit d’une charte émanant de la cour féodale, mais notifiant une décision ducale : Sachent tout cil ki ces letres veront et oront ke Henris, par la grasse de Deu dus de Loregne et de Braebant, otria et consenti par son los et par sa plaine volentet ke mes sires Phelippes, cuens de Viane, et ma dame Marie, sa feme, contesse de Viane, dame de Grimberges, porroent airiter mon segnor Henri de Grimberges, son cousin, en tout chu ke ma dame Marie devant dite avoet et tenoet en la vile de Buggenhout, en chens et en rentes et en homages, en boes et en toutes justices hautes et basses, si ke me dame Marie devant dite le tenoet en le parroche de Buggenhout. [...] (annexe I, no 57).

13 Croenen, op. cit., p. 47-49, où l’on trouvera, en outre, un graphique illustrant le nombre d’actes émanant des ducs brabançons pendant la période 1106-1355.

14 Croenen, op. cit., p. 44-45 n. 16.

15 Il semble que cette pratique fut introduite sous l’influence des grandes villes, en particulier de Louvain. Le premier cas concerne notamment les trois chartes de privilège données par Henri Ier à la ville de Louvain en 1234 : J.F. Willems, Codex diplomaticus, De Brabantsche Yeesten, of rymkronyk van Braband, door Jan de Klerk, van Antwerpen, éd. J.F. Willems, t.1, Bruxelles, 1839, p. 638-641, nos 32-34. Le deuxième cas date de 1251 et concerne la concession du droit de Louvain à la franchise de Merchtem : A. Wauters, De l’origine et des premiers développements des libertés communales en Belgique, dans le Nord de la France, etc. (Etudes sur les progrès de la civilisation, depuis le dixième jusqu'au treizième siècle). Preuves, Bruxelles, 1869, p. 175. En 1266, plusieurs membres du conseil ducal garantirent le traité d’alliance entre la duchesse de Brabant et le comte de Clèves en apposant leurs sceaux à la charte (annexe I, no 58). L’année suivante, six nobles et huit villes brabançonnes mirent leurs sceaux à la charte confirmant la paix entre la ville de Louvain et le prince (annexe I, no 59). À partir du règne de Jean Ier (1267-1294) cette pratique devient très fréquente et presque toutes les chartes ducales en faveur des villes sont confirmées par l’apposition des sceaux des vassaux ducaux.

16 Voir infra, annexe I.

17 Voir infra, annexe II. Plusieurs actes repris dans l’annexe II sont datés de Louvain, la résidence préférée des ducs pendant cette période : nos 3, 8, 12, 14, 20, 22, 24, 27 et 28. Quelques-uns furent donnés à Bruxelles (annexe II, no 10) ou à Tervuren (annexe II, no 21), autres résidences ducales. En plus, dans la charte de 1244 (annexe II, no 15) la présence du duc est mentionnée explicitement : Facta sunt hec in dicti domini ducis presentia per eiusque consensu ac hominum suorum sententiam. Nombre de chartes mentionnées dans l’annexe II furent d’ailleurs probablement écrites à la chancellerie ducale, tels annexe II, nos 4 (cf. annexe I, no 5), 6, 7, 10, 16 (cf. annexe I, no 19), 22-25, 27 (cf annexe I, no 50), 31 et 32.

18 Les personnages sélectionnés répondent à un ou plusieurs des critères suivants (pour les « témoins très actifs ») : 1) apparaître plus de 9 fois en total ; 2) apparaître pendant plus de 15 années consécutives ; 3) apparaître dans plus de 38 % des actes promulgués pendant la période où le témoin en question était actif. Pour les détails de la méthode statistique employée, voir Croenen, op. cit., p. 50-52.

19 Il s’agit des notaires ducaux Francon (1227-1245), Gerelm d’Yssche (1232-1236) et Guillaume (1248-1257), de maître Gaufroid (1221-1246), chanoine de Louvain, puis doyen de Bierbeek et de Louvain, de maître Simon de Libertange (1233-1243), chapelain ducal, et de maître Bartholomé de Pellaines (1248-1254), clerc et physicien du duc, ainsi que des deux personnages mentionnés dans la n. suivante. Voir aussi les notices biographiques dans C. Renardy, Les Maîtres universitaires dans le diocèse de Liège. Répertoire biographique (1140-1350), Paris, 1981, p. 188-198, no 57 et p. 224-226, no 150.

20 Il s’agit de maître Siger, qui est mentionné en 1259 et 1261 (annexe I, nos 47 et 50 et annexe II, no 27 ; durant sa période active, il est mentionné dans 50 % des actes, raison pour laquelle il est considéré comme « témoin très actif ») et maître Daniel. Sur Siger, voir la notice biographique de Renardy, op. cit., p. 437-438, no 700. Sur le cas de maître Daniel, voir infra.

21 Sur la ministérialité dans l’Empire germanique en général, voir l’excellente synthèse de B. Arnold, German knighthood 1050-1300, Oxford, 1985. Sur la ministérialité brabançonne, voir l’ouvrage déjà ancien de F.-L. Ganshof, Étude sur les ministeriales en Flandre et en Lotharingie, Bruxelles, 1926, qui n’est toujours pas remplacé mais dont plusieurs conclusions me semblent insoutenables, notamment celles qui portent sur l’accession « en masse » de la ministerialité brabançonne au statut noble vers le milieu du xiiie siècle. Cf. aussi les n. 23 et 24.

22 Presque tous les sénéchaux actifs au cours de la période appartiennent aux « témoins actifs » ou « très actifs ». Il s’agit de Walter Chitinc, sénéchal entre 1232 et 1235, Gérard d’Yssche, sénéchal en 1241-1242, 1243-1247 et 1259-1260, Conon de Bierbeek, sénéchal en 1247, Henri d’Yssche, sénéchal en 1251-1252, Henri de Vilvoorde, sénéchal en 1255, Arnould de Kraainem, sénéchal en 1258, Henri de Boutersem, sénéchal en 1262 et 1264, et Goswin li Bouc, sénéchal en 1269, mais déjà mentionné en 1234. Ne comptent pas parmi les « témoins actifs » les sénéchaux Henri de Heisbroek (1242), Thierry (1257) et Walter de Winge (1263-1264).

23 Smolar-Meynart, op. cit., p. 10-38.

24 Croenen, op. cit., p. 52-53.

25 Voir par exemple annexe I, no 23. On pourrait encore mentionner nombre d’autres exemples de cette classification, dont il existe d’ailleurs quelques variantes, notamment dans la disposition des catégories d’ecclésiastiques et de non-nobles (chevaliers, patriciat, officiers ducaux, etc.). Il est à remarquer que la préséance nobles/non-nobles est également strictement observée dans la charte ducale de 1251 (annexe I, no 37), bien que la nomenclature y soit quelque peu compliquée. Cette source est la seule avancée par Ganshof pour étayer sa théorie de la transition supposée de la ministérialité à la noblesse, Ganshof, op. cit., p. 116 et 126. Plusieurs auteurs ont depuis critiqué les théories de Ganshof, mais personne n’a remarqué ce défaut dans la casuistique.

26 Cette question mériterait une étude plus poussée, mais qui dépasserait largement les limites de la présente contribution. En attendant une publication sur ce sujet, voyez G. Croenen, Familie en macht : de familie Berthout en de Brabantse adel, 12de-midden 14de eeuw, t. 1, Thèse de doctorat inédite, Gand, Rijksuniversiteit Gent, 1996, p. 187-231.

27 Annexe I, nos 3, 5, 6, 11, 12, 15-24 ; annexe II, nos 4, 7, 12, 13 et 16. Il apparaît en tant qu’arbitre dans des chartes ducales de 1241 et 1245, Bruxelles, Archives générales du Royaume (= A.G.R.), Archives ecclésiastiques de Brabant, no 10967, f° 30 v°.– S. Bormans, É. Schoolmeesters, Cartulaire de l’église Saint-Lambert de Liége, t. 1, Bruxelles, 1893, p. 479-481, no388. Il est déjà mentionné dans une charte d’Henri Ier pour l’abbaye de La Ramée en 1234, Bruxelles, A.G.R., Archives ecclésiastiques de Brabant, no 10118/21. Il s’agit peut-être du même personnage que le magistro Daniele, fisico, qui est témoin dans l’acte ducal de 1232 pour l’abbaye de Tongerlo, mais cela me semble peu probable, H.P.H. Camps, Oorkondenboek van Noord-Brabant tot 1312, t. 1, De meierij van’s-Hertogenbosch (met de heerlijkheid Gemert), La Haye, 1979, p. 237-238, no 162.

28 Annexe I, no 11.

29 Annexe I, nos 12, 15 et 16.

30 Annexe I, nos 17 et 18 ; annexe II, no 12.

31 Annexe II, no 13.

32 Annexe I, no 19.

33 Annexe I, no 20. Aussi dans l’acte du 14 décembre, annexe II, no 16.

34 Annexe I, no 21. Les clercs semblent tous être mentionnés comme membres du chapitre de Louvain, mais cette interprétation n’est pas tout à fait certaine, vu qu’il n’existe pas, à ma connaissance, d’autre preuve étayant, pour Daniel, sa qualité de chanoine de Louvain.

35 Annexe I, nos 22-24.

36 H.P.H. camps, De stadsrechten van graaf Willem II van Holland en hun verhouding tot het recht van ‘s-Hertogenbosch, Utrecht, 1948.– Id. De stadsrechten van graaf Willem II van Holland. Een diplomatische, tekstkritische en historische studie, Hilversum, 1989. Ces deux ouvrages contiennent la publication, complète ou partielle, de toutes les sources connues relatives à maître Daniel de Camps, ainsi que toute une série de sources dans lesquelles sont mentionnés d’autres maîtres Daniel contemporains, lesquels, selon Camps, constituent un seul et même personnage. Cette interprétation est, selon moi, tout à fait insoutenable. Les sources évoquées dans les notes suivantes montrent en effet que le maître Daniel brabançon est mort avant janvier 1263. Il ne peut donc être ce maître Daniel mentionné dans des sources gueldroises jusqu’en 1283. En outre, il me semble peu probable que Daniel, qui, à partir de 1245, est toujours signalé comme châtelain de Genappe dans les sources brabançonnes, soit également ce chapelain du même nom au service du comte hollandais, que l’on trouve dans des sources hollandaises entre 1245 et 1261, et qui, selon Camps, fut le rédacteur de la charte de privilèges de la ville de Haarlem. Seul indice permettant de supposer que le maître Daniel brabançon est le même que celui cité comme témoin de la charte pour Haarlem : une formule dans l'arenga de cette charte qui serait la signature de ce membre de la chancellerie brabançonne, puis hollandaise, et qui, selon Camps, apparaît seulement dans cinq autres chartes brabançonnes entre 1237 et 1244. Sur ce point il convient de faire trois remarques : 1) il n’est en rien prouvé que le maître Daniel brabançon a été notaire à la chancellerie brabançonne, 2) l’expression typique citée par Camps et des variantes de cette formule se retrouvent entre 1205 et 1246 dans beaucoup d’autres textes, tous brabançons bien sûr, mais dont on ne peut aucunement prouver les liens avec maître Daniel, 3) l’explication la plus logique à la présence du formulaire brabançon dans cette charte de Haarlem me semble résider dans le fait que cette charte était précisément fondée sur un texte brabançon, à présent perdu, qui datait d’environ 1230 et qui contenait le droit de la ville de Bois-le-Duc. Pour la discussion du formulaire, voir Camps, De stadsrechten, 1948, p. 12-16 et De stadsrechten, 1989, p. 52-53. D’autres exemples de cette arenga, non mentionnés par Camps : Camps, Oorkondenboek van Noord-Brabant, t. 1, p. 105-107, no 68 (ao 1172, acte faux du début du xiiie siècle).– M.A. Erens, De oorkonden der abdij Tongerloo, t.1, Tongerlo, 1948, p. 45-46, no28 (s. d., xiie siècle ?).– J.Laenen, Histoire de l’église métropolitaine de Saint-Rombaut à Malines, t. 1, Malines, 1919, p. 185 (a° 1205).-J. Ruwet, Cartulaire de l’abbaye cistercienne du Val-Dieu (XIIe-XIVe siècle), Bruxelles, 1955, p. 4-5, no 7.– E. de Marneffe, Cartulaire de l’abbaye d’Afflighem et des monastères qui en dépendaient, Louvain, 1894-1901, p. 450-451, no 364 ( 1227).– Mons, Archives de l’État, Cartulaires, no 1, f° 175 v°.– 176 r° ( 1227).– E. de Marneffe, Cartae Parcenses, Bijdragen tot de Geschiedenis, t. 3, 1904, p. 224-225, no78 ( 1226/7).-P.V. Bets, Geschiedenis der gemeenten Oplinter, Bunsbeek en Hauthem, alsook der abdij van Oplinter, Louvain, 1870, p. 219, no 11 ( 1230).– J.G. Kruisheer, Oorkondenboek van Holland en Zeeland tot 1299, t. 2, Assen-Maastricht, 1986, p. 176-177, no 576 ( 1230).– Malines, Archives de l’archevêché de Malines-Bruxelles, Abbaye de Villers, Cartulaire de la grange de Velp, f° 11 v° (a0 1241).– Lille, Archives départementales du Nord, 3H 234/3266 (1242).– Affligem, Archives de l’abbaye, Cartulaire de l’abbaye de Beaupré, f° 22 v°.– 23 r° (a° 1242/3).– Kruisheer, Oorkondenboek van Holland en Zeeland tot 1299, t. 2, p. 320-321, no 691 ( 1246). Kruisheer a critiqué certaines identifications de Camps, mais a quand même accepté l’identité du maître Daniel brabançon et du notaire hollandais responsable, entre autres, du texte de la charte de Haarlem. Il suit Camps en reconnaissant Yarenga brabançonne comme un trait particulier de ce notaire, J.G. Kruisheer, De oorkonden en de kanselarij van de graven van Holland tot 1299, t. 1, La Haye, 1971, p. 45-46, 95-97, 188.– Id., Het ontstaan van de stadsrechtoorkonden van Haarlem, Delft en Alkmaar, Amsterdam-Oxford-New York, 1985, p. 30-31. Voir aussi la notice biographique de ce personnage par Renardy, qui suit tout à fait les identifications de Camps : Renardy, op. cit., p. 203-205, no 98.

37 Camps, De stadsrechten, p. 169-172, no 6, p. 174-175, no 11, p. 175-176, no 12, p. 181-182, no 23.

38 Voir supra, n. 31 et 32. Voir aussi Wauters, op. cit., p. 158-161.

39 Malines, Archives de l’archevêché de Malines-Bruxelles, Abbaye de Villers, Cartulaire de la grange de Velp, f° 12 v° – 13 r°.

40 Bruxelles, A.G.R., Archives ecclésiastiques du Brabant, no 1262/20 : mansionem [...] quam tenuit a domino Daniele, quondam castellano de Genapia.

41 Bruxelles, A.G.R., Archives ecclésiastiques du Brabant, no 9497, f° 51 r°.

42 Louvain, Archives de la ville, no 8447/1045.-E. de Marneffe, Documents relatifs à l’abbaye norbertine de Heylissem, A.H.E.B., t. 27, 1898, p. 183-185, no 173.

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search