Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À l’ombre du Pouvoir

 | 
Jean-Louis Kupper
, 
Alain Marchandisse

Choix et représentations. L’entourage des comtes de Savoie du xie au xve siècle

Bernard Demotz

Texte intégral

  • 1 À la suite de l’ouvrage fondamental de S. Guichenon, Histoire généalogique de la royale Maison de (...)

1C’est en apparence déjà un vieux débat que de savoir si un souverain conduit seul une politique ou s’il s’agit du règne d’un état-major. Ce débat, qui n’est point achevé du reste, eut le mérite de lancer de nombreuses études sur les royaumes durant les xixe et xxe siècles. Mais les études sur les principautés territoriales semblent en général moins avancées. Il est réconfortant de trouver dans ce colloque un remède à cette situation. Les historiens anciens des maisons princières ont naturellement exalté chaque membre de chaque dynastie, tandis que les spécialistes plus récents ont commencé à repérer l’entourage princier et son rôle. L’entreprise est heureuse car les institutions ne valent que ce que valent les hommes, mais savoir qui vit dans la familiarité du prince et pourquoi est difficile : il faut détecter la frontière entre le domestique et le politique, quand bien même une mission peut en cacher une autre ; il faut aussi croiser dès que possible les données des chartriers princiers avec les précisions des autres sources juridiques et financières et même chercher des explications dans les fonds seigneuriaux conservés. On voudrait ici, à titre d’exemple, définir dans les grandes lignes l’entourage du comte de Savoie et amorcer les explications nécessaires en cherchant les constantes sur la longue durée1.

1. Les composantes d’un entourage princier

2Une cour princière connaît toujours un va-et-vient incessant de vassaux, de clercs, d’officiers, d’émissaires de provenances variées, que l’on ne saurait compter dans la familiarité du chef de la maison, pas plus que les invités occasionnels. En revanche il existe des membres habituels désignés par leur titre précis ou par des formulations du type « familiers » ou conseillers : un monde qui n’est pas réductible à quelques personnages réputés de premier plan, car il faut faire la part du rang et aussi celle de l’intimité.

La famille princière

3Son influence est loin d’être négligeable, tantôt en dehors, tantôt à l’intérieur du Conseil de la grande principauté d’Empire ici évoquée.

  • 2 M. Bruchet, Le Château de Ripaille, Paris, 1907, p. 386-388, doc. 35. C’est un effectif record qui (...)
  • 3 Previte-Orton, op. cit., p. 217-250.
  • 4 Résumé dans S.M. Marie-José de Savoie, La Maison de Savoie : les origines, Paris, 1956, deuxième pa (...)

4La comtesse de Savoie, comme toute princesse mariée, n’a pas pour seule mission d’assurer la continuité dynastique, ni même l’éducation première des enfants, tous promis à un rôle, politique ou diplomatique ou religieux. Elle organise la vie de cour et pour cela dispose d’une suite de dames et demoiselles autour de laquelle va finir par se constituer un Hôtel particulier, au plus tard au début du xive siècle. Alors peu à peu s’accroît l’effectif des chevaliers et écuyers, dames et demoiselles d’une part, valets et servantes des divers services d’autre part, sans oublier le secrétaire, le trésorier, le chapelain, le médecin, le portier. À la fin de ce même siècle, on approche parfois de cent personnes2. C’est que la comtesse assure des interventions ponctuelles, la régence dès que le comte s’absente longuement ou disparaît prématurément et elle peut poursuivre éventuellement son action en qualité de douairière. Ainsi au xie siècle Adélaïde de Suse : comtesse depuis l’avènement de son époux, Odon, elle codirige ensuite le comté avec son fils aîné Pierre Ier, puis avec son fils cadet Amédée II et ne réduit son rôle qu’avec son petit-fils, Humbert IL Elle sut brillamment marier ses enfants, si bien que l’empereur Henri IV est devenu son gendre en 1066 et dut, dix ans plus tard, se montrer très généreux à l’époque de Canossa. À la mort d’Adélaïde en 1091 cela représente plus de quarante ans de vie politique intense3. La même longévité se retrouve avec Bonne de Bourbon, comtesse de Savoie depuis 1355. Assez vite associée aux affaires, elle dirige le gouvernement de l’état savoyard du printemps 1366 à la fin de l’été 1367 quand le comte Amédée VI conduit, face aux Turcs et aux Bulgares, la seule arrière croisade victorieuse. C’est elle qui installe la cour de Savoie à Ripaille, qui codirige le comté au temps de son fils Amédée VII et qui assure ensuite une régence délicate jusqu’en 13954.

  • 5 Outre la présentation ancienne de S. Guichenon, Cl. Blanchard, Histoire de l’abbaye d’Hautecombe e (...)
  • 6 Sur la formation et le rôle des princesses de Savoie, les constatations ne sont pas différentes de (...)

5Évidemment toutes les comtesses n’aspirent pas à jouer un long rôle politique de premier plan et certaines n’en sont pas capables, mais la recherche révèle des surprises. Nul n’aurait jadis pensé qu’une Béatrice de Genève aurait pu se charger en 1210 d’un arbitrage très délicat dans le conflit fort vif entre l’abbaye cistercienne de Tamié et les prieurs des chanoines réguliers de Saint-Augustin à propos d’emprise foncière. Il s’agissait bien de détendre la situation dans le secteur clé de la Combe de Savoie, alors que cette comtesse n’était guère connue jadis que par ses dix maternités. Il est apparu aussi que Béatrice de Genève avait donné un accord préalable à des concessions importantes du comte Thomas Ier, notamment en 1231 en faveur d’Hautecombe5. En règle générale Madame peut aussi jouer de ses influences, ce qui souvent laisse peu de traces écrites. Elle a aussi toute latitude d’envoyer comme émissaires des gens de son hôtel dans le comté et au-delà, tel cet Hugues de Voiron en mission en Angleterre en 13016.

6Le reste de la famille comtale joue un rôle plus variable. Les enfants ne commencent à compter qu’à partir de leur majorité et très progressivement : l’héritier avant les cadets et ceux-ci avant les filles. Le poids politique n’est pas sans rapport avec l’ampleur des terres concédées en apanage aux garçons et avec le niveau des alliances prévues pour les filles. De façon plus irrégulière une place de choix peut incomber au tuteur du jeune comte : ainsi Boniface de Montferrat qui, depuis 1189 et dans les années suivantes, renoue pour Thomas Ier les alliances gibelines de la Savoie ; ou bien Amédée de Genève qui après 1343 cherche pour Amédée VI une solution au lourd contentieux territorial franco-savoyard. En revanche les cousins du Pays de Vaud ou du Piémont, tout en ayant des relations suivies avec le comte, ne sont qu’exceptionnellement de la familiarité du prince.

Les gens de l’Hôtel

  • 7 Sur la situation de 1247, E.L. Cox, The eagles of Savoy, Princeton, 1974, p. 179-188.

7Là se situent par excellence tous les membres de l’entourage du comte au quotidien et l’on en a maintes traces révélatrices : ici la nourrice soigneusement récompensée, plus loin la lingère dotée, ailleurs le cuisinier Belleville inséparable d’Amédée VI en ses déplacements jusque dans les Détroits au nord de la mer Égée. La question centrale reste de savoir si les « gens de l’Hôtel » dépassent les diverses fonctions domestiques et les « gens d’armes de l’hôtel » la protection du prince. On peut supposer sans peine que le personnel, toujours itinérant, doit glaner des informations utiles, mais aucun document ne nous dira sans doute jamais si par exemple les veneurs et les fauconniers qui partent fort loin ont une véritable mission de renseignement. De même le chapelain, le confesseur, le médecin, qui apparaissent rarement pour la souscription d’actes, peuvent recevoir des missions secrètes payées sur la cassette du prince et, du fait de ce procédé, on a soupçonné ainsi Amédée IV, soutien militaire de l’empereur Frédéric II, de n’avoir pas été étranger au soudain soulèvement guelfe de Parme en 1247. Un familier paie discrètement quelques Mendiants et le tour est joué. L’empereur dut, depuis Turin, marcher vers l’est au lieu de prendre la direction de Lyon où Philippe de Savoie, frère du comte, protégeait le pape Innocent IV7. C’était le temps où la Maison de Savoie cherchait à attirer à elle Lyon, située juste à sa frontière du Viennois septentrional. D’autres activités sont plus visibles. Le responsable de l’Hôtel a longtemps été, aux xie et xiie siècles, le séchai ou sénéchal, fonction héréditaire de la famille de la Chambre. Cette famille apparaît souvent parmi les souscripteurs d’actes, sans que l’on sache si c’est à ce titre ou en qualité de vicomte. Le maître de l’Hôtel qui prit la succession du simple trésorier des dépenses de l’hôtel du xiiie siècle, n’est sûrement pas tenu à l’écart des affaires politiques, mais son rôle est difficile à évaluer dans les sources disponibles.

  • 8 Les comptes de châtellenie fourmillent d’imputations de frais de missions pour les membres de l’Hô (...)

8En revanche les chevaliers et écuyers de l’hôtel, voire de plus minces personnages, sont souvent sollicités pour des missions aux motifs, tantôt publics, tantôt secrets dès qu’il s’agit de dépasser la simple transmission d’instructions par messagers ordinaires8. L’ensemble de la comptabilité savoyarde est truffé de mentions de missions sans motif précisé, ou bien encore de virements de fonds au comte sans justification. Comme cette comptabilité est rigoureuse pour l’époque, on a le sentiment de silences volontaires, rappelant Gênes et surtout Venise avec lesquelles la Savoie était en relations au prix de grandes acrobaties diplomatiques. Entre les grandes ambassades et le déplacement de simples messagers, il existe un volet intermédiaire, plus ou moins discret et forcément actif, représenté par les missions des hommes de confiance de l’Hôtel. Ces circulations sont d’ailleurs nombreuses, car la diplomatie savoyarde se développe non seulement dans les Alpes et le Jura ainsi qu’au long du sillon rhodanien et dans toute la plaine padane pour l’ordinaire, mais aussi de Londres à Constantinople, avec des antennes vers les résidences impériales.

Les hommes de confiance du Conseil

9Le Conseil, où se prennent toutes les décisions du gouvernement est entièrement à la discrétion du comte de Savoie qui choisit ponctuellement les conseillers, aussi bien que la date, le lieu et l’ordre du jour de la réunion. Pourtant il existe des conseillers habituels que l’on retrouve comme souscripteurs d’actes, voire intervenants dans tels domaines quand la documentation le laisse entrevoir.

  • 9 Previte-Orton, op. cit., p. 170-171.
  • 10 R.C.S., no 260-295.
  • 11 R.C.S., no 370-535.

10Aux xie et xiie siècles le prince fait appel aux vicomtes (notamment les Seyssel, la Chambre, Briançon, Aoste), ainsi qu’à des seigneurs bannerets (Villette, Tournon, Rossillon par exemple) et parfois à des prélats (Tarentaise, Maurienne, Aoste). Le chancelier n’est encore qu’un simple secrétaire. Ainsi, au temps d’Humbert II, à la fin du xie siècle, paraissent régulièrement les La Chambre de Maurienne, les Briançon de Tarentaise, les Chambéry vicomtes de Savoie propre et de notables seigneurs comme les Bocsozel du Sermorens et les Grammont du Bugey méridional9. Dans la première moitié du xiie siècle, Amédée III fait appel de préférence aux Toumon, de la haute Combe de Savoie, aux Rossillon du Bugey, aux Allinges et aux Blonay du Chablais, aux Châtillon de vallée d’Aoste, et parfois à des prélats comme les évêques de Maurienne et d’Aoste10. Au début du xiiie siècle, Thomas Ier reste dans la tradition : ses conseillers sont Aymeri de Briançon, vicomte de Tarentaise, Pierre II de Seyssel, vicomte de Novalaise (pays du Guiers), Richard II de La Chambre, vicomte de Maurienne, Boson, vicomte d’Aoste, ainsi que des puissants Villette et Miolans11.

  • 12 Wurstemberger, op. cit., no 649-749. Voir aussi J.-P. Chapuisat, L’état-major de Pierre de Savoie, (...)

11Mais les innovations se dessinent déjà : Thomas Ier invite au Conseil les premiers châtelains de l’administration moderne ; son successeur Amédée IV esquisse un rôle timide pour quelques légistes. Plus original, Pierre II choisit volontiers des clercs plus modestes comme hommes de confiance : maître Arnaud, le vice-gerens du comté pour les affaires juridiques et éventuellement financières, Thomas de Rossillon et Simon de Verthier pour les finances avec remplacement final par Vincent de Pierre-Châtel, éventuellement Pierre de Solier et le chapelain Don Pierre12. Astreint à de longs séjours pour des opérations en Angleterre, Pierre II a confié le gouvernement à sa sœur Béatrice, la plus expérimentée, à l’archevêque de tarentaise et à la comtesse Agnès de Faucigny, mais en même temps il dorme ses instructions à un petit groupe de clercs des comptes pour faire exécuter des ordres touchant au domaine militaire et il fait appel au frère prêcheur Aymon de Cruseilles pour les relations avec les prélats savoyards et avec la papauté. Après ce temps d’exception, la situation se stabilise au début du xive siècle, au temps d’Amédée V, puis de ses fils, Édouard et surtout Aymon.

  • 13 Protocole du notaire secrétaire du comte, Jean Reynaud, no 1 à 10.

12À titre d’exemple choisi pour le premier comte nous faisant bénéficier d’une documentation très élargie, voici les personnalités rencontrées au Conseil d’Aymon le Pacifique (1329-1343)13. Parmi les vassaux les plus habituels, voici Pierre Maréchal, d’une famille possessionnée en Maurienne et près de Montmélian, Antoine de Clermont, le seigneur de la Bâtie en Albanais (au nord d’Aix sur les confins du comté de Genève), Odon de Chandée un Bressan, Rodolphe de Blonay le seigneur de Saint-Paul en Chablais, Pierre de Châtillon en Michaille aux abords du Bugey, Aymon de Verdon venu de la Combe de Savoie. Une bonne douzaine d’autres paraissent plus irrégulièrement, tels Louis de Vaud, Édouard de Beaujeu, et le seul originaire des abords de Chambéry, Pierre de Montgelaz qui fait une brillante carrière d’officier. Derrière ce groupe viennent les juristes. De la dizaine de noms apparaissant assez souvent, émergent le chancelier Jean de Méry, venu des abords d’Aix et remplacé ensuite par le Genevois Guichard Tavel ; puis viennent Philippe de Provana aux attaches piémontaises et Georges de Sober d’Ivrée en Canavais, promis à un avenir célèbre dans les destinées de la principauté. Il est caractéristique que la présence des hommes d’Église soit au contraire nettement irrégulière, mais toujours avec la même diversité géographique. On reconnaît surtout Pierre de Seyssel, l’official de Maurienne, et l’évêque de Maurienne lui-même, puis le prélat de Belley, l’abbé de Saint-Maurice en Chablais (Saint-Maurice d’Agaune) et celui de Saint-Michel de la Cluse en Vallée de Suse.

  • 14 Protocole du notaire secrétaire du comte, Jean Bombât, no 3, p. 84-86 et 319-327.

13Naturellement le Conseil tend à s’étoffer avec l’essor de l’administration centrale dont une partie (les organes de contrôle) s’est fixée à Chambéry en 1295. Les nobles sont toujours en force et, si l’on en juge par les protocoles des notaires-secrétaires, tout Conseil de quelque importance, sans être exceptionnel, comporte au xive siècle de cinq à dix chevaliers et écuyers deux (ou trois) à cinq juristes. Le comte complète cette assemblée, toujours majoritairement noble, avec un membre de sa famille et surtout avec quelques dignitaires ecclésiastiques (archevêque de Tarentaise, évêque de Maurienne ou de Belley, abbés d’Hautecombe, de Saint-Maurice d’Agaune, de Saint-Michel de la Cluse). Pour des affaires très importantes, le Conseil s’élargit encore, notamment au début du xve siècle : pour recevoir l’hommage des quatre recteurs de Quieri et des 96 représentants de son consulat, Amédée VEI, le 18 septembre 1408, s’entoure de 26 grands officiers, chevaliers et juristes ; de même ils sont au nombre de 27, sans compter une série de témoins allemands et italiens, pour l’hommage du marquis de Saluces en 141314.

14Compte tenu de l’ordre de préséance comme de la fréquence de présence, il est alors visible que le chancelier, les deux maréchaux et des membres de la haute noblesse occupent une place essentielle, mais les notaires secrétaires sont toujours là en sus et souvent le trésorier ou d’autres officiers, ainsi que des chevaliers distingués par le prince. En revanche la sédentarité obligée des maîtres de la Chambre des comptes ou du président du Conseil résident à Chambéry limite leur présence au conseil du comte itinérant (dit officiellement le Conseil résident près du comte). Il est vrai que ce Conseil tend à se réunir toutes les semaines, parfois tous les jours.

15On est bien dans l’ordre de la familiarité avec le comte, pour les conseillers habituels comme pour la proche parenté et pour les membres de l’Hôtel. Toutefois l’examen de toutes les sources pourrait permettre de repérer un entourage plus large et plus épisodique, lié aux sujets à aborder.

2. Les visées du prince et de ses dépendants

16Plutôt que de développer ces constats, il semble plus utile de remonter aux explications. Fondamentalement elles apparaissent de deux ordres.

Le choix du comte et les motifs

17En rassemblant les données encore bien incomplètes sur les dépendants du comte, il est possible de faire ressortir quatre critères.

  • 15 Bruchet, op. cit., p. 436 et s., doc. 53.

18La fidélité est forcément le premier des motifs et elle ne va jamais de soi dans un pays de forte tradition allodiale qui incline à l’indépendance. Mais très tôt le comte de Savoie a su lier la fortune des vicomtes à la sienne par une imbrication très calculée des terres concédées en fief avec les terres demeurant domaniales. À ce procédé étendu à de moindres seigneurs, Thomas Ier a ajouté l’expectative d’offices rémunérés, probablement vers 1200 et Pierre de Savoie, après 1240, une vaste politique de rentes en fief qui a vivement intéressé toute l’aristocratie, notamment dans les pays romands. Les habitudes de fidélités s’enracinent avec le temps. Toutefois le prince veille à chercher dans les familles nobles fidèles ceux qui, dans une génération donnée, sont désireux de le servir au point de rester dans son entourage. Ainsi Amédée VI a-t-il peu à peu accordé sa confiance à un groupe restreint que devait conserver après sa mort en 1383 son fils Amédée VII15. En tête arrive le bressan Girard d’Estrée, ce juriste remarqué lors de la régence de 1366-1367 et maintenant un chancelier âgé et éprouvé. Il est suivi de près par Louis de Cossonay, un grand seigneur vaudois promu « lieutenant général du comte deçà les monts », car il a déjà démontré son engagement politique sans faille au service de la maison de Savoie. De prestige voisin, voici Gaspard de Montmayeur en Savoie propre, le brillant compagnon d’armes qui devait rester durablement maréchal de Savoie. Quant à l’évêque de Maurienne, Savin de Floran, originaire d’Ivrée, c’est un fin diplomate qui sait sa promotion liée à la faveur princière. À ces personnalités essentielles, devait s’ajouter le célèbre chevalier-poète Othon de Grandson, issu du lignage vaudois le plus fameux et par conséquent le plus jalousé, et aussi le valdôtain Yblet de Challant, fort capable de se charger du Piémont. À l’évidence la famille comtale s’appuie constamment sur des hommes droits comme une épée.

19Après la fidélité, la position sociale importe au comte. En effet, si l’État ne cesse de se développer, la hiérarchie féodale demeure toute puissante, si bien que les grands seigneurs de vieille noblesse de l’entourage princier sont le gage du soutien de vastes réseaux de dépendants. Pour autant, il suffit d’examiner de près les missions des conseillers habituels pour s’apercevoir combien le petit cercle des intimes ne saurait se limiter aux personnages les plus en vue du moment. Cette précaution du comte constitue un puissant attrait pour ceux qui, par des voies diverses, peuvent espérer une promotion dans ces catégories comme pour ceux qui ont un rang à maintenir, la voie des offices étant la plus recherchée, car nobles et non nobles se côtoient dans l’Hôtel et dans les grands corps de l’État, voire au Conseil.

  • 16 Sur ces missions voir respectivement les comptes des trésoriers généraux 1377-1382, p. 91 et 1386- (...)
  • 17 Respectivement comptes des trésoriers généraux 1360-1363, p. 60, 1366-1368, p. 33, 1371-1376, p. 2 (...)

20La compétence va aussi de soi. On ne trouve pas d’incapables parmi les vicomtes (dont les fonctions et les moyens sont définis par le prince), ni parmi les vassaux, pas plus d’ailleurs que parmi les métraux (ministériaux aux fonctions domaniales essentielles avant 1200 sans paraître au Conseil). Lorsque le suivi des officiers peut être effectué de plus près depuis le xiiie siècle, le critère de compétence est encore plus flagrant pour des représentants contrôlés et révocables du prince, à tous les niveaux de fonctions, et a fortiori au plus haut. Là les missions confiées sont toutes d’importance. À l’intérieur du comté, Gaspard de La Baume, accompagné par le sire des Hurtières, doit vers 1378-1379 aller imposer des trêves entre des seigneurs agités du Piémont, et particulièrement en Canavais les Saint-Martin et les Valpergue ont toujours envie d’en découdre. Mais, s’il s’agit d’enquêtes sur les droits du prince savoyard à Seyssel et dans une dizaine d’autres points très litigieux, c’est en l’été 13898 Guigues Marchand, secrétaire du comte et comme tel souvent appelé au Conseil, qui est chargé d’un rôle de confiance et non quelques commissaires16. Hors du comté, il faut encore plus de compétence, ce qu’Amédée VI demande à Gaspard de Montmayeur, envoyé vers le souverain pontife en mars 1363 ; il en va de même pour l’écuyer du comte, Girard de Grammont, en Provence en 1368, pour les secrétaires Jean Gaillard, envoyé avec un écuyer du comte auprès de l’empereur en 1373, ou pour Mermet Rouget, de même en juillet 1383 et encore en 138517. Ainsi, par leur compétence, les notaires-secrétaires du comte de Savoie, présents à toutes les décisions d’importance et probablement aussi lors de beaucoup de tractations, tendent à recevoir peu à peu au xive siècle les mêmes missions que les membres de la haute aristocratie. Résultat d’un passage classique des grands barons vers les légistes sans doute, mais, soulignons-le, les seigneurs restent majoritaires en Savoie où une certaine polyvalence est atteinte : le noble d’épée doit aussi manier la plume et le droit, comme d’ailleurs le légiste doit savoir se battre si besoin est. Mais, comme pour la fidélité, cette compétence politique, militaire, juridique, doit être cherchée partout : de là, la diversité des origines géographique de l’entourage du comte, ce qui conduit à la question de représentation qui est le quatrième critère.

Représentation du comte – représentation du pays

21L’idée de représentation par l’entourage apparaît à double sens. D’une part, en se déplaçant, le comte doit donner une image flatteuse du prince par la qualité même d’un entourage qui comporte autant que possible des personnes du pays paraissant justement informées sur les réalités locales. D’autre part chaque partie de la principauté, et à partir du xiiie siècle chaque bailliage ou équivalent, doit se sentir représenté aussi près que possible du prince. De là des convergences dans le soin de diversifier les origines géographiques de l’entourage du prince dont toutes les sources témoignent, à une double réserve près. Il semble que les pays apanagés (pays de Vaud, Piémont surtout) soient moins représentés comme agissant auprès de leurs seigneurs et non du comte lui-même. Par ailleurs le poids des traditions donne avantage à ceux qui sont originaires du vieux noyau initial du comté (Savoie propre, Bugey, Maurienne, Tarentaise ainsi que Vallée d’Aoste et grand Chablais). Mais les autres acquisitions, plus menacées (Viennois, Sermorens) ou plus récentes (particulièrement la Bresse érigée à la fin du xiiie siècle en apanage de l’héritier du comté) ont toutes eu une part de représentation dans l’entourage princier, les mentions d’origine d’un seigneur ou quelquefois d’une ville ne laissant aucune hésitation à ce sujet.

  • 18 Les conflits ne sont aisés à détecter que lorsque le comte intervient pour arbitrage, décision de (...)

22La continuité d’une représentation relative équilibrée doit sûrement beaucoup à la politique comtale, mais on peut deviner aussi que l’accès à l’entourage comtal a suscité bien des rivalités entre pays, entre lignages et même entre personnes18. On observera d’ailleurs que cet état longtemps gibelin a limité la place des clercs et que les villes sont présentes (au niveau étudié) par les juristes, non par les marchands. Tout cela pourrait aussi entrer dans la toile de fond agitée de quelques crises de succession, à la mort de Thomas Ier en 1233, de Philippe Ier en 1283 et d’Amédée VII en 1391 et de quelques affaires intéressantes visant des officiers trop rapaces (Pierre de Gerbais en 1375-1382, Jean Lageret en 1416). Ce sont là des tensions de cour qui sont de toutes les époques et de tous les régimes, mais leur caractère limité permet de considérer que l’atmosphère de la cour itinérante de Savoie, sans être inaltérable selon les vues des chroniqueurs tardifs, ne dépassait pas ordinairement le jeu normal des influences et ne remettait pas en cause l’équilibre politique de la principauté.

  • 19 Cette approche du sacré paraît avoir commencé avec la concession par l’empereur Henri IV, en l’hiv (...)

23Au vu de la marque personnelle laissée par la quasi totalité des 19 comtes qui en 400 ans firent la Savoie, il apparaît que la grande principauté alpine a connu chaque fois un véritable règne du prince informé et conseillé, bien audelà de ses conseils, mais en aucun cas le règne d’un état-major. Ce constat ne saurait surprendre. Le comte de Savoie détient une forte autorité, liée au vigoureux maintien de la notion de puissance publique au niveau comtal dans le royaume de Bourgogne et aussi à l’art de s’approcher du sacré dès le xie siècle19. Mais l’esprit du monde féodal s’est assez ancré pour résister longuement à la montée de l’idée d’un État puissant. L’entourage est appelé à donner son avis, le prince décide. Encore a-t-il fallu que les Humbertiens se soient caractérisés par de solides personnalités durant quatre siècles, une performance qui n’est pas fréquente dans l’histoire. Il reste que la place de l’entourage comtal mérite d’être soulignée : c’est avec les audiences que donne le prince, durant ses déplacements, une forme de représentation permanente du pays à travers un vaste système de relations entre le comte et ses dépendants. Finalement on touche ici à l’essentiel du pouvoir princier :

  • en pays de tradition allodiale comme le monde alpin, le pouvoir doit se justifier par des titres, par les capacités à l’exercer, par des formes de contacts humains aussi ;
  • en pays d’Empire servir le prince tend à anoblir le serviteur, surtout si la reconnaissance des services par le prince est publique et rendue manifeste par des titres. Point de lettre d’anoblissement ici. Toute fonction aulique ou estimée suffisante par le prince ouvre la voie à cette promotion sociale recherchée.

Notes

1 À la suite de l’ouvrage fondamental de S. Guichenon, Histoire généalogique de la royale Maison de Savoie, Lyon, 1660, le chartrier princier a été reconstitué pour la période antérieure au xiiie siècle par D. Carutti, Regesta comitum Sabaudiae, Turin, 1889, ici abrégé R.C.S. avec le no du document. Il a été complété pour le xiiie siècle par L. Wurstemberger, Peter der Zweite, t. 4, Berne-Zurich, 1858. La suite se trouve chronologiquement dans les protocoles des notaires de cour de Savoie (en microfilms aux Archives départementales de Savoie sous la cote 1 MI 89) et dans la très importante série SA propre à la Savoie. Les abondantes archives financières commencent dès le milieu du xiiie siècle pour les comptes de châtellenie, mais le sujet traité ici oblige à privilégier les comptes des receveurs et trésoriers généraux de Savoie, conservés depuis 1297 (en microfilms aux Archives départementales de Savoie sous la cote 1 MI 90). Sur la situation générale du comté de Savoie avant 1233, C.W. Previte-Orton, The early history of the House of Savoy, Cambridge, 1912. Pour une vue d’ensemble B. Demotz, Le Comté de Savoie du XIe au XVe siècle : Pouvoir, Château et État au Moyen Âge, Genève, 2000.

2 M. Bruchet, Le Château de Ripaille, Paris, 1907, p. 386-388, doc. 35. C’est un effectif record qui, d’ordinaire, est plutôt celui de l’Hôtel du comte.

3 Previte-Orton, op. cit., p. 217-250.

4 Résumé dans S.M. Marie-José de Savoie, La Maison de Savoie : les origines, Paris, 1956, deuxième partie : le Comte Vert.

5 Outre la présentation ancienne de S. Guichenon, Cl. Blanchard, Histoire de l’abbaye d’Hautecombe en Savoie, Mémoires de l'Académie de Savoie, 1875, p. 121-123.

6 Sur la formation et le rôle des princesses de Savoie, les constatations ne sont pas différentes de la conclusion tirée pour la période antérieure à 1450 par M. Aurell à l’issue du colloque de Thouars de 1997. Les actes ont été publiés à Paris en 1999 sous le titre Autour de Marguerite d'Écosse : reines, princesses et dames du xve siècle.

7 Sur la situation de 1247, E.L. Cox, The eagles of Savoy, Princeton, 1974, p. 179-188.

8 Les comptes de châtellenie fourmillent d’imputations de frais de missions pour les membres de l’Hôtel, alors que ces missions sont loin d’être toujours motivées par des nécessités d’intendance.

9 Previte-Orton, op. cit., p. 170-171.

10 R.C.S., no 260-295.

11 R.C.S., no 370-535.

12 Wurstemberger, op. cit., no 649-749. Voir aussi J.-P. Chapuisat, L’état-major de Pierre de Savoie, Revue savoisienne, 1965, p. 47-60.

13 Protocole du notaire secrétaire du comte, Jean Reynaud, no 1 à 10.

14 Protocole du notaire secrétaire du comte, Jean Bombât, no 3, p. 84-86 et 319-327.

15 Bruchet, op. cit., p. 436 et s., doc. 53.

16 Sur ces missions voir respectivement les comptes des trésoriers généraux 1377-1382, p. 91 et 1386-1390, p. 261

17 Respectivement comptes des trésoriers généraux 1360-1363, p. 60, 1366-1368, p. 33, 1371-1376, p. 28, 1382-1385, p. 83 et 1385 p. 53

18 Les conflits ne sont aisés à détecter que lorsque le comte intervient pour arbitrage, décision de justice ou parfois par envoi d’une troupe pour empêcher une guerre privée. Les seigneurs ecclésiastiques et laïques, si prolixes dans la défense de leurs terres, sont de la plus grande discrétion dans leurs archives sur les rivalités entre eux. Cependant les essais et progression dans l’entourage comtal ou dans les offices, la volonté au contraire de se tenir en retrait dans certaines périodes, procèdent de ce jeu complexe révélé par des analyses méthodiques de situations par secteur.

19 Cette approche du sacré paraît avoir commencé avec la concession par l’empereur Henri IV, en l’hiver 1076-1077, de l’anneau de saint Maurice, l’insigne religieuse des anciens rois de Bourgogne. C’est le point de départ d’un lent et remarquable mouvement qui, fortifié par la reconnaissance de plusieurs béatifications dans la maison princière, devait aboutir au xve siècle à un véritable gallicanisme savoyard ou sabaudisme.

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.