Version classiqueVersion mobile

À l’ombre du Pouvoir

 | 
Jean-Louis Kupper
, 
Alain Marchandisse

Servir le duc : remarques sur le rôle des hérauts à la cour de Bretagne à la fin du Moyen Âge

Michael Jones

Texte intégral

  • 1 Cf. L.M.J. Delaissé, Les copies flamandes du Livre des tournois de René d’Anjou, Scriptorium, t. 2 (...)
  • 2 A. Wagner, Heralds and Heraldry in the Middle Ages, 2e tir., Oxford, 1956, p. 41-45, « Les réponse (...)
  • 3 M. Keen, Chivalry, New Haven-Londres, 1984, p. 125-142, pour une vision du héraut comme prêtre séc (...)

1Le Livre des Tournois de René d’Anjou est l’une des œuvres chevaleresques les plus célèbres du milieu du xve siècle. Quelques copies manuscrites sont de purs chefs-d’œuvre d’enluminure de la fin du Moyen Âge. Ce texte raconte, au gré de scènes pittoresques, l’histoire d’un défi, celui qu’un duc de Bretagne lança à un duc de Bourbon, défi dans lequel les hérauts de chaque duc jouèrent leur rôle traditionnel en organisant le tournoi qui s’ensuivit1. Cet aspect des activités du héraut a été soigneusement décrit, dès avant l’époque du roi René jusqu’à nos jours, aussi bien par des hérauts eux-mêmes ou par des contemporains intéressés par la minutie du cérémonial, que par les générations successives d’antiquaires et d’historiens2. Indépendamment de la dette que nous avons encore à l’égard d’œuvres aussi classiques que Le Vray Theâtre d’honneur et de chevalerie (1648) de Marc Vulson de la Colombière, les travaux de hérauts modernes ou de chercheurs du xxe siècle ont considérablement amélioré notre compréhension de l’ascension sociale et du rôle que jouèrent les hérauts dans les cours de la fin du Moyen Âge, sur les champs de bataille et dans la diplomatie3. Aucun souverain du xve siècle, pas même Louis XI, qui méprisait d’habitude le faste de la chevalerie, n’ignorait l’importance des hérauts dans la gestion quotidienne de leur État, en tant que maîtres des cérémonies chevaleresques et agents des procédures diplomatiques.

  • 4 O. Mattéoni, Servir le Prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Age (1356-1527) (...)

2Néanmoins, quand on pense à la manière dont un souverain communiquait avec ses sujets ou voisins, recueillait des informations ou faisait de la désinformation, donnait des ordres ou réagissait aux circonstances du moment, on constate, chez les historiens, un manque d’enthousiasme à examiner de façon détaillée le rôle que jouèrent les hérauts et d’autres messagers dans le gouvernement des États. Prenons, par exemple, la discussion récente, par ailleurs excellente, d’Olivier Mattéoni, sur ceux qui servirent les ducs de Bourbon entre le milieu du xive et le début du xvie siècle : il semble qu’il n’y ait aucune mention de hérauts ou de poursuivants parmi ceux qui étaient porteurs de nouvelles ou d’instructions du duc et de son conseil dans ses nombreux territoires et seigneuries éparpillés4. De tels hommes étaient souvent en fait les yeux et les oreilles du prince ; ils occupaient aussi certainement une série de fonctions dépassant celles participant du seul cérémonial. Il semble donc approprié, dans un colloque consacré à ceux qui vivaient « à l’ombre du pouvoir », d’essayer d’exposer brièvement le rôle des hérauts dans un État de la fin du Moyen Âge, celui dont le chef est appelé, dans le fictif Livre des tournois, le duc de Bretagne.

  • 5 Cf. W. Paravicini, Die Hofordnungen Herzog Philipps des Guten von Burgund, Francia, t. 10, 1982, p (...)

3Je mettrai l’accent pour commencer sur un réel contraste, qui n’est pas dû simplement à une spécificité des sources et de leur disponibilité, bien que ce soit une réalité qui gène énormément les recherches : les comptes financiers subsistants, à propos des événements publics comme de la vie privée des ducs Montfort de Bretagne, entre 1364 et 1491, sont extrêmement fragmentaires. De plus, il n’est pas possible d’étudier en profondeur le personnel de la maison ducale au xve siècle en l’absence d’ordonnances comparables à celles conservées pour les ducs de Bourgogne5. On peut seulement en esquisser les grandes lignes. Cependant, une différence notable peut être mise en lumière entre les règnes de Jean IV (1364-1399) et de François II (1458-1488) quant à l’utilisation de hérauts.

  • 6 E. Izarn, Le Compte des recettes et dépenses du roi de Navarre en France et en Normandie de 1367 à (...)
  • 7 Catalogo del archivo general de Navarra : Catálogo de la seccion de comptos, éd. J.R. Castro, t. 1 (...)

4Entre 1367-1370, Jean IV et Charles II de Navarre s’inquiétèrent tous les deux des mouvements de troupes (en particulier celles des Grandes Compagnies) qui menaçaient leurs seigneuries respectives au nord-ouest de la France. Ils partageaient aussi des inquiétudes sur le plan diplomatique dans la mesure où Édouard III d’Angleterre et Charles V de France étaient prêts à recommencer la guerre franco-anglaise pendant l’été de 1369, créant des pressions nouvelles, susceptibles de limiter leur liberté d’action personnelle comme souverains de petites principautés. Il n’est donc pas surprenant qu’un grand nombre de messages furent échangés entre le duc de Bretagne et le roi de Navarre, lequel, pendant toutes ces années, habitait la plupart du temps dans ses propriétés normandes. La preuve de cette intense activité diplomatique nous est fournie par les comptes financiers de Navarre qui ont subsisté accidentellement et qui révèlent les noms de certains des messagers qui faisaient la navette entre les deux cours. Aucun de ces messagers ne paraît avoir été héraut6. Il semble qu’il en soit de même en grande partie pour ce qui est des contacts entre la Bretagne et la Navarre après 1386, lorsque Jean IV épousa, en troisièmes noces, Jeanne, fille de Charles II. Il y avait alors encore des échanges assez réguliers de civilités et de personnel. Encore une fois, cependant, il semble que les hérauts soient absents ; ils le sont du moins dans les sources qui ont subsisté7.

  • 8 Nantes, Archives départementales de la Loire-Atlantique (= A.D.L.A.), B, Parchemins non inventoriés (...)
  • 9 Selon Olivier de la Marche, Charles le Téméraire avait six rois d’armes, huit hérauts et quatre po (...)
  • 10 Cette contribution corrige quelques aspects de M. Jones, Les signes du pouvoir : l’ordre de l’Herm (...)

5Cent ans plus tard, un petit dossier de 85 mandats, qui a lui aussi subsisté accidentellement, révèle combien le duc se fiait aux hérauts pour le transport de ses lettres et de ses ordres dans toutes sortes d’affaires ; ces mandats furent donnés principalement à Guillaume Moulnier, « commis » de Pierre Landais, le trésorier tout-puissant de Bretagne, entre 1460 à 1485, lui ordonnant d’opérer une série de paiements, durant la période 1473-1478, pour des questions diplomatiques et gouvernementales, avec les quittances appropriées8. Des preuves supplémentaires, discutées ci-dessous, révèlent qu’au xve siècle la Bretagne, comme d’autres États princiers importants, avait une hiérarchie bien définie de rois d’armes, de hérauts et de poursuivants9. Il s’avère possible de préciser la situation personnelle de ces hommes, leurs origines sociales, la structure de leur carrière et de leur rémunération, sujets curieusement trop souvent négligés. Mon exposé s’intéressera à la date du développement de cette hiérarchie en Bretagne avant de considérer d’autres aspects de la vie et du travail des hérauts bretons10.

  • 11 Londres, Public Record Office (= P.R.O.), E 101/393/11, f° 70 r°.
  • 12 Giles Mellot, le héraut de Du Guesclin, fut anobli en 1374 (B.N.F., ms. français 18345, p. 61). Sa (...)
  • 13 Londres, P.R.O., E 101/42/13.
  • 14 Dom H. Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, (...)

6Il n’existe jusqu’à présent aucun témoignage convaincant sur l’utilisation de hérauts par les ducs de Bretagne avant la guerre civile de 1341-1364. Il est probable, cependant, qu’eux aussi en avaient déjà avant, puisque le fameux capitaine anglais Robert Knolles, en tant que, de facto, seigneur de Derval (dép. Loire-Atlantique), avait son héraut personnel, Derval, en 136211, tout comme son rival, Bertrand du Guesclin, le connétable de France breton, quelques années plus tard (subsiste le remarquable porte-lettres en cuivre émaillé portant les armes de du Guesclin)12. Mais il faut attendre 1377 pour que nous trouvions peut-être un héraut lié au duc, Richemond, d’après le nom de l’honneur anglais du duc, mentionné parmi ceux qui l’accompagnèrent en mer au cours d’une expédition lancée d’Angleterre13. Au milieu du xve siècle, le duc Arthur III, qui porta le titre de « comte de Richemont » pendant la plus grande partie de sa vie, y compris durant cette longue période au cours de laquelle il fut connétable de France, eut, lui aussi, comme on pouvait peut-être s’y attendre, même s’il n’y a aucune preuve d’une continuité d’office depuis l’époque de Jean IV, un héraut appelé Richemont, qu’il employa durant son très court règne (1457-1458)14.

  • 15 Jean Froissart, Chroniques, éd. S. Luce et al., t. 11, Paris, 1899, p. 104-105.
  • 16 N. Saul, Richard II, New Haven-Londres, 1997, p. 401 d’après la Chronique de la trahison et mort d (...)
  • 17 M. Vulson de la Colombière, Le Vray Theâtre d’honneur et de chevalerie, t. 2, Paris, 1648, p. 423- (...)
  • 18 Jones, Les signes, p. 170 ; pour une quittance avec son autographe mal-formé à la somme de 45 l. 16 (...)

7C’est au cours du règne de Jean IV, cependant, que deux hérauts, qui allaient avoir des successeurs au même poste d’armes en Bretagne même, sont pour la première fois mentionnés : Montfort et Bretagne. Nous devons à Froissart le triste récit du décès du héraut Montfort, tombé entre les mains des rebelles durant la campagne de Flandre de 1383, au moment où Jean IV se portait au secours de Charles VI et de Philippe de Bourgogne, après l’invasion du pays par l’évêque de Norwich au nom du pape Urbain VI15. Le héraut Bretagne était en Angleterre à Coventry en septembre 1398 ; il y assistait au duel ordonné par Richard II entre Henry, comte de Derby, et Thomas Mowbray, duc de Norfolk, duel qui fut stoppé par le roi avant que les combattants n’en viennent aux mains, au grand dam d’une foule de spectateurs qui s’y étaient rassemblés16. Bien qu’il faille attendre une vingtaine d’années avant que Bretagne ne soit à nouveau mentionné, soit comme héraut, soit comme roi d’armes, il resta constamment au service du duc avant de passer à celui de la couronne de France après 1491. La dernière mention découverte jusqu’à présent date de 154717. Le poursuivant Montfort (appelé occasionnellement héraut Montfort) eut une histoire moins continue, qui se situe principalement entre 1430 et 1473 ; cependant, le poste semble avoir été tenu par plus d’un homme. Il est en effet peu probable qu’un héraut envoyé en Italie en 1430 pût encore être actif dans des ambassades quarante ans plus tard, en 1473, comme le fut Jean Heraut, dit Monffort le Herault18.

  • 19 Sauf indication du contraire, les détails sur les noms et les dates actives des hérauts qui suiven (...)
  • 20 Espy a une fois reçu 20 l. du duc François Ier (Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins).
  • 21 Benon nostre poursuivant a transmis des lettres du duc au sire de Derval vers 1467 et au chancelie (...)
  • 22 Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins.
  • 23 Envoyé d’aller aud. lieu de Chasteaugiron porter lectres de par nous aud. Neuffchastel [un capitai (...)
  • 24 Il s’agit peut-être du même Pierre Pille que celui qui, vers 1470, fut envoyé au roi d’Angleterre, (...)

8C’est en fait vers le milieu du règne de Jean V (1399-1442) que les informations relatives au nombre de hérauts et poursuivants ducaux bretons proliférèrent le plus rapidement. En 1418-1419, trois postes, qui furent alors occupés de façon continue jusqu’à la fin du duché indépendant, apparaissent dans les comptes, même s’ils existaient déjà peut-être depuis quelque temps : le poursuivant Brest, le héraut Ermine et le héraut ou roi d’armes Malo, qui resta le roi d’armes breton le plus important jusqu’aux années 147019. Quelques années plus tard, d’autres personnages, qui s’inscrivirent eux aussi dans une certaine continuité, apparurent également : les poursuivants A ma vie, Auray, Dinan, Etampes, Nantes, Rennes et Vannes. Surviennent aussi d’autres hommes, qui ont une existence très morne du temps de Jean V (les poursuivants Houdenc ou Gabriel) ou sous le règne de ses fils, François Ier (1442-1450), Pierre II (1450-1457), ou de son jeune frère, Arthur III (les poursuivants Cornouaille, Saint-Aubin ou Sanglier). Plusieurs personnages portant le même nom furent manifestement désignés à la suite l’un de l’autre. Le poursuivant Espy est mentionné pour la première fois pendant le règne de François Ier et un Espy était toujours en activité aux funérailles de François II en 148820 ; un héraut Fougères, signalé sous le règne de Pierre U, était également présent aux funérailles de 1488 et le poste était toujours occupé en 1498. Pierre Daruau et son fils Jean incarnèrent successivement le poursuivant Guingamp de 1450 à 1494, tout comme le poursuivant Plaisance est mentionné de 1451 à 1500 environ. Dans le cas du poursuivant Benon, qui apparaît en 1451 et est toujours en fonction vers 1470, il n’y eut probablement qu’un seul titulaire pour le poste21. De même, dans le cas du poursuivant Vertus, documenté à partir de 1473, signalé comme héraut en 1490 mais mort avant 1500, il semble qu’il y ait eu là aussi un seul titulaire, Jean Tizon, dont la veuve tenta de recouvrer l’argent prêté au prince breton durant une bonne partie du règne de la reine Anne. Pour un certain nombre d’autres officiers, nous n’avons que très peu de témoignages : les poursuivants Conq (1473-1474)22, Gahart (1488-1490)23, Guérande (1488), Jugon (1488-1490) et Percepelle (1488)24, par exemple ; le poursuivant Hennebont semble avoir vécu pour le moins de 1488 à 1499. Au total, plus de quarante officiers d’armes sont nommés dans les comptes ducaux du xve siècle. Un tiers d’entre eux peut-être fut remplacé automatiquement à chaque changement de prince, tandis qu’une majorité servit pendant des règnes successifs.

9On notera que la majorité des hérauts bretons portait des noms territoriaux reflétant les possessions disséminées du duc. Étampes et Houdanc, par exemple, qui apparaissent seulement vers la fin du xve siècle, portent des titres qui dérivent du comté d’Étampes donné en 1421 au plus jeune frère de Jean V, Richard, par Charles VI, comté rattaché au domaine ducal à l’avènement du fils de Richard, François II, en 1458. Benon (dép. Charente-Maritime) tomba entre les mains de Pierre II suite à son mariage avec Françoise d’Amboise ; le poursuivant Chastelaillon fut payé par Arthur III en 1457-1458, bien qu’il possédât la seigneurie (aussi dép. Charente-Maritime) depuis 1432 au moins. Comme connétable, Arthur nomma également les poursuivants Parthenay et Pouvant d’après ses autres seigneuries ; le premier d’entre eux devint plus tard officier d’armes ducal.

  • 25 J’ai pris connaissance de l’importante étude de C. de Merindol, Le collier de l’Épi, en Bretagne, (...)
  • 26 Cap (Landévennec, FL, 4B/136).– Colin (id., 126).– Potier (id., 132, 134).– Quero (id., 135). Coli (...)
  • 27 Cf C. de Merindol, Essai sur l’emblématique et la thématique de la maison de Bretagne. Mise au poi (...)

10D’autres portaient des titres plus bizarres : Oliffant, brièvement actif au milieu des années 1430, rappelle vraisemblablement le cor légendaire de Roland. D’autres allusions sont nettement moins claires. A ma vie, Ermine et Espy doivent être nettement associés à l’Ordre ducal de l’Hermine (et son excroissance du milieu du xve siècle, l’Épi)25. L’énigmatique A ma vie fut la devise de l’Ordre, fondé par Jean IV en 1381, tandis que hermines et, par la suite, épis, étaient utilisés comme décorations pour les colliers des ordres ducaux. Nous ne savons rien de la manière dont les poursuivants éponymes peuvent avoir contribué officiellement au cérémonial. Un témoignage suggère qu’ils étaient souvent placés au-dessous des deux rois d’armes bretons, Malo et Bretagne, en la plupart des occasions. Quelques poursuivants de François II ou de la duchesse Anne — Tristan Colin, Jean Quero, Phelippes Cap ou Thomas Potier — étaient appelés simplement par leur nom propre plutôt que par celui de leur office26. Gabriel (Pierre Pievain) était peut-être le poursuivant de Jeanne de France, femme de Jean V, qui semble avoir eu une dévotion particulière pour l’Archange27. Cependant, les origines de Percepelle (ou Pierre Pille), Sanglier, Ainsi le vueil (poursuivant de Pierre de Bretagne en 1431), Comment qu'il soit (poursuivant de Richard d’Étampes de 1419 à 1432 au plus tôt), Qui que le vueille (l’un des poursuivants du connétable de 1431 à 1458), Passe oultre (poursuivant de Tanguy, bâtard de Bretagne en 1434) et Sans faillir (poursuivant de Gilles de Bretagne, 1432-1433), restent dans l’ensemble mystérieuses, reflétant peut-être seulement les caprices chevaleresques de leurs maîtres.

  • 28 B.N.F., ms. français 11542, f° 4-30, passim, extraits des comptes d’Auffroy Guinot, trésorier du d (...)

11On retrouve les mêmes mélanges de noms — territoriaux, chevaleresques, personnels ou allusifs — parmi les chevaucheurs employés par les ducs, qui reçoivent le même type de rémunération et qui sont généralement traités de la même façon que hérauts et poursuivants (par exemple, les chevaucheurs Bretaische, Nozay, Tabouret et Stofrelan sont mentionnés dans quelques comptes de 1430-1433)28. S’ils n’occupaient pas au début un poste héraldique officiel, quelques-uns d’entre eux pouvaient finir par être admis au rang d’officiers d’armes. Parmi les plus travailleurs d’entre eux, par exemple, l’on trouve Gentilhomme dont la carrière peut être suivie pendant trente ans. Il ne cessa en effet de sillonner la Bretagne et la France toute entière pour le service de François II, avant d’être promu héraut sous la duchesse Anne, comme on va le voir de façon plus détaillée ci-dessous.

  • 29 Jones, Les signes, p. 162-163, 168-171.
  • 30 Cf. Wagner, op. cit., p. 44. Les débats armoriaux en Bretagne frirent portés fréquemment devant le (...)

12Pendant la plus grande partie de son règne, Jean V eut régulièrement à son service huit ou neuf hérauts et poursuivants, jusqu’à onze ou douze au cours des dernières armées. Ses successeurs directs, bien qu’ajoutant de nouveaux noms, s’en tinrent au même nombre de hérauts. En 1451-1452 quatre hérauts (Bretagne, Ermine, Montfort et Rennes) et cinq poursuivants (A ma vie, Benon, Châteaulin, Espy et Plaisance) figurent dans les comptes ducaux, tandis qu’une liste semblable en 1454-1455 révèle les noms de douze hérauts et poursuivants (Malo, Bretagne, Espy, Ermine, Montfort, Rennes, Guingamp, Benon, A ma vie, Châteaulin, Plaisance et Brest). Fougères, St-Aubin et Vannes sont également mentionnés pendant le règne de Pierre II29. Douze hérauts et poursuivants étaient d’ordinaire considérés comme nécessaires à l’établissement d’une Marche héraldique depuis le début du xve siècle, la Bretagne formant une Marche tellement séparée qu’elle était apparemment sous juridiction ducale exclusive30.

  • 31 Paiement de 13 l. à Dinan poursuivant a present nommé Rennes (Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins).

13Bien que beaucoup de noms différents apparaissent sous le règne d’Arthur EU et qu’il accorda beaucoup de place aux poursuivants qui étaient à son service longtemps avant son accession, ce sont encore douze hommes qui sont payés pendant son règne, probablement enregistrés par ordre d’ancienneté : Malo, roi d’armes, Bretagne, le héraut, A ma vie, Ermine, Rennes, Richemont, Parthenay, Sanglier, Plaisance, Chastelaillon, Qui que le veuille et Espy. Parmi ceux dont les noms ont temporairement disparu des listes, l’on trouve Auray, Benon, Fougères, Guingamp, Nantes et Vannes, mais tous réapparaissent sous François H. Dinan, qui fut promu au rang de Rennes pendant le règne de Pierre II31, revint lui aussi plus tard puisque, avec Rennes, il reçoit des habits de deuil pour les funérailles (beguin) de François II en 1488.

  • 32 Morice, op. cit., t. 3, col. 603-607, plus complet dans Documents inédits sur le Complot breton de (...)

14C’est à cette occasion que l’on est susceptible de rassembler les noms de la plus grande partie de l’institution héraldique bretonne de l’époque32. Ceux-ci montrent qu’il y en avait encore douze, divisés à cette occasion en trois catégories, en fonction de la valeur du tissu qu’ils reçoivent : Bretagne, Nantes et Espy ; Fougères, Brest, Dinan, Étampes, Vertus, Percepelle ; Hennebont, Guérande et Houdanc. Cependant, comme nous l’avons déjà vu, François II employa certainement d’autres hérauts à différents moments de son règne, de telle sorte qu’il est imprudent d’estimer qu’il y a toujours eu un nombre maximum de hérauts ducaux bretons, compte tenu, en particulier, de l’ambiguïté relative de la fonction de certains chevaucheurs.

  • 33 Jones, Les signes, p. 163.
  • 34 Id., p. 159 et n. 80.
  • 35 A. LE Roux de Lincy, Discours des cérémonies du mariage d’Anne de Foix, de la maison de France, av (...)
  • 36 B.N.F., ms. français 1672.
  • 37 Les copies existantes sont mentionnées dans M. Jones, Les manuscrits d’Anne de Bretagne, reine de (...)
  • 38 Potier de Courcy, op. cit., t. 1, p. 249.
  • 39 R. Mathieu, Le Système héraldique français, Paris, 1946, p. 67 n. 3. Mathieu se réfère au père de (...)
  • 40 Vulson de la Colombière, op. cit., t. 2, p. 423-424. La dernière mention que j’ai trouvée pour Malo(...)

15Après le mariage d’Anne avec Charles VIH en 1491 le nombre des hérauts bretons actifs tomba car les officiers décédés n’étaient pas remplacés. En 1496-1498 Anne semble avoir utilisé les services du roi d’armes Bretagne et de cinq poursuivants (Étampes, Fougères, Plaisance, Hennebont et Vannes)33. Les hérauts de grandes familles aristocratiques, dont il y a quelques exemples bretons (Laval, La Hunaudaye, Rays, Rieux, Rohan), disparurent également avec la fin de l’indépendance bretonne. Ce fut aussi celle de l’âge d’or de la science héraldique bretonne34. À la fin de son règne, seuls les rois d’armes Malo et Bretagne avaient encore de l’avenir comme hérauts royaux. En 1502 Bretagne (Pierre Choque), peut-être le héraut breton le mieux connu, se rendit en Hongrie pour le mariage d’Anne de Foix avec Ladislas VI de Bohème et de Hongrie, auquel il consacra un récit35. L’année précédente il avait déjà suivi jusqu’à Mitylène Philippe de Ravenstein, parti en campagne contre les Turcs sur La Cordelière, le fameux navire de la reine Anne. Après la perte tragique du vaisseau en 1512, il contribua à la commémoration de la mort glorieuse de son capitaine, Hervé de Portzmoguer, en traduisant en français le poème Chordigerae navis conflagratio de Guillaume Brie36. Après avoir officié aux funérailles de la reine Anne en 1514, il en rédigea un compte rendu manuscrit qui eut une diffusion importante dans les cercles de la cour37. Choque était encore vivant en 1523 ; il obtint alors la permission de changer de nom38. En 1531, le roi d’armes Bretagne, lui ou l’un de ses successeurs donc, assisté de Champagne et de Dauphiné, porta un jugement sur les armes de la famille de Cunchy en Artois39. En 1547 également, Henri II ordonna au héraut Bretagne de porter des lettres à deux seigneurs poitevins au sujet de leur querelle judiciaire40.

  • 41 Jones, Les signes, p. 165 et n. 105. Pour un contrat entre le prieur de Ste-Croix et noble homme Pi (...)

16Pierre Choque est l’un des rares hérauts bretons dont nous connaissions assez bien la rémunération des services ainsi que le profil de la carrière. Grâce à des revenus réguliers et aux largesses dont, par tradition, les hérauts bénéficiaient, Choque devint un homme relativement riche. Il fut propriétaire foncier. Il acheta en effet des terres dévastées pendant le siège de Nantes en 1487, sur les bords de la Loire, dans la paroisse de Saint-Clément, où il construisit une maison appelée Belle Vue, fit planter des jardins, des vergers et une vigne à proximité de l’actuel Jardin des Plantes nantais41. Les rémunérations des autres hérauts sont plus difficiles à déterminer.

  • 42 Landévennec, FL, 4A/44, cf. Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne (1402-1442), éd. R. Bl (...)
  • 43 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les comptes du duché de Bretagne en 1435-1436, B.É.C., t. 77, 1919, p (...)
  • 44 Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins.
  • 45 Id. Nantes poursuivant a reçu 7 l. 6 s. 8d., Rennes, 13 l., A ma vie, 9 l. 8 s. 4 d., Espy, 25 l. (...)
  • 46 Nantes, A.D.L.A., B 3, f° 148 r°.
  • 47 Id., B 8, f° 143 v° (1477) et B 13, f° 55 v° (1490).
  • 48 Lettres de Jean V, t. 3, no 1483. En 1422 il fut envoyé en Flandre (ibid., no 1516).
  • 49 Nantes, A.D.L.A., B 8, f° 143 v°. Plus tôt, il a été envoyé en ambassade vers le roi Louis XI avec (...)

17L’on dispose de quelques documents sur les salaires réguliers, honoraires et pensions que les hérauts ducaux reçurent à partir du règne de Jean V. En 1425-1426, le roi d’armes Malo était payé 100 l. par an42. À la Pentecôte 1435 le duc donna une largesce de 20 l. à tous ses hérauts et ménestrels43. Quelques comptes fragmentaires de François Ier montrent que Bretagne percevait alors une pension annuelle de 80 l., d’autres hérauts 40 l. et les poursuivants 20 l.44. Les hérauts Montfort et Fougères recevaient chacun 40 l. par an à un moment donné du règne de Pierre II45. Quand Bremor du Trellay, le héraut Malo, fut promu roi d’armes le 1er août 1463, il reçut un salaire de 240 l. par an, soit la même somme que celle perçue par le très influent premier secrétaire du duc, Maître Henri Milet, quelques années plus tard46. Autre héraut ducal parmi les mieux rétribués, Bretagne (Jean du Boulay) vit son salaire passer de 100 l. dans les années 1470 à 240 l. en novembre 1490, sans garantie toutefois de pouvoir toucher la totalité de la somme47. Comme dans d’autres administrations et en tant qu’employés de la maison du seigneur, les hérauts pouvaient être les premiers à ne plus recevoir de salaire quand celui-ci avait des obligations financières plus urgentes. Ils pouvaient aussi attendre longtemps avant de recevoir leur dû. En 1421 le héraut Malo (Guillaume Nicolle) reçut du blé pour compenser deux ans d’arriérés de salaire48. En 1477, on ordonna d’acquitter à Bretagne des arriérés qui s’élevaient à ce moment-là à 200 l.49.

  • 50 Morice, op. cit., t. 2, col. 1395, pour luy aider a faire un esmail des armes du duc. Le héraut bou (...)
  • 51 B.N.F., ms. français 22331, p. 48, no 277.
  • 52 H. Stein, Charles de France, frère de Louis XI, Paris, 1921, p. 573.
  • 53 Philippe de Commynes, Mémoires, éd. B. de Mandrot, t. 1, Paris, 1901, p. 126-127. Selon Alain Bouch (...)
  • 54 Ibid.

18Un duc reconnaissant octroyait souvent, en revanche, des gratifications supplémentaires, au surplus du simple remboursement des frais, calculés d’habitude à un taux journalier, pour voyage en Bretagne ou à l’extérieur du duché. Si la mission était susceptible de comporter d’importantes cérémonies (par exemple l’accompagnement d’ambassadeurs, des visites à des souverains étrangers ou au pape), une allocation pour vêtements, en argent ou en nature, était souvent accordée. Des accessoires pour les tenue et équipement héraldiques (par exemple, l'esmail, un bouclier en émail aux armes ducales (hermines) qui se portait sur la poitrine, comme il est clairement décrit dans le Livre des tournois, ou le coût de son achat) pouvaient également être fournis au moment de la nomination ou de la promotion d’un héraut, comme ce fut le cas pour Saint-Aubin, récemment fait poursuivant en 144550. Vers la même époque François Ier ordonna aussi d’accorder 200 écus au héraut Bretagne pour continuer a le servir comme il a fait son pere51. Normalement, il était d’usage de procurer au moins un cheval aux hérauts et chevaucheurs. Des rémunérations particulièrement bienvenues pouvaient également venir de princes étrangers ; le don le plus important, s’élevant à 382 l. 16 s. 3 d., fut fait par Charles, duc de Normandie, à Bretagne pour services rendus la première fois qu’il entra à Rouen à l’automne 146552. Les hérauts de passage recevaient normalement un don en argent ou en nature, même si les nouvelles qu’ils apportaient étaient mauvaises. Philippe de Commynes n’en raconte pas moins que, en 1468, la colère de Charles le Témeraire, duc de Bourgogne mit en grand danger le héraut Bretagne alors qu’il venait lui annoncer que son maître avait fait la paix avec Louis XI53. Ce fut peut-être le même Bretagne qui obtint du roi en 1477 la permission d’expédier 50 pipes de vin hors taxes sur la Loire54.

  • 55 Nantes, A.D.L.A., B 7, F 55 v° et 137 v°.– Potier De Courcy, op. cit., t. 1 p. 143. Mort avant 1516 (...)
  • 56 B.N.F., ms. français 8310, f° 190 v°.– Potier de Courcy, op. cit., t. 2, p. 387.
  • 57 Nantes, A.D.L.A., E 209/23 f° 1 v° et 27 r°.– Potier de Courcy, op. cit., t. 2, p. 5.
  • 58 Nantes, A.D.L.A., B 7, f° 75 v° ; B 13, f° 43 v°.– Potier de Courcy, op. cit., t. 2, p. 600.
  • 59 Nantes, A.D.L.A., E 209/23, f° 30 r°.
  • 60 Nantes, A.D.L.A., B 8, f° 187 v°.– Potier de Courcy, op. cit., t.1, p. 299.
  • 61 Nantes, A.D.L.A., H 225, no 29.– Potier de Courcy, op. cit., t. 2, p. 210. Comme Vannes chevaucheur (...)

19Tout comme Pierre Choque, certains hérauts étaient en mesure d’acquérir terres et propriétés. En 1472, l’un de ses prédécesseurs au poste de héraut Bretagne, Jean du Boulay, reçut le manoir de Quilfistre et ses revenus dans le Morbihan pour toute la durée de son service au duc ; l’année suivante, on lui donna tous les droits que le duc détenait sur Plessis Moessant. Son propre patrimoine était situé dans la paroisse de Soudan, dans le diocèse de Nantes, où il était seigneur de la Guibretière55. D’autres hérauts étaient issus d’une plus petite noblesse. Robert Pigeon, qui succéda à du Boulay comme héraut Bretagne, posséda également des terres dans la paroisse de Soudan, où sa famille détint plus tard la seigneurie de Grandchamps. L’on ne sait pas si les deux hommes était apparentés ou non56. Le contemporain de Pigeon, Yvon Hamon (Espy) était seigneur de la Haye en Langonnet, dans le diocèse de Quimper57. Jean Tizon (Vertus) était le fils d’un autre Jean Tizon, seigneur de la Villedeneuc en Corseul, dans le diocèse de Saint-Brieuc ; des membres de la famille figurent sur des montres entre 1441 et 151358. Sa veuve, Perrine le Sénéchal, appartenait aussi à une longue lignée de petits nobles ; vers 1500 elle réclamait encore des sommes d’argent dues à son mari au temps de François II59. Olivier Coué (Auray), qui reçut 30 l. sur les recettes de Nantes de 1477, appartenait probablement à la famille de Coué, seigneurs du Brossay en Rénac, dans le diocèse de Nantes, qui apparaissent aussi sur des montres entre 1426 et 153660. Thébaut Lucas (Vannes en 1489) était probablement l’un des Lucas, seigneurs de Kersalo en Cléguérec, dans le diocèse de Vannes61.

  • 62 Nantes, A.D.L.A., B 7, f° 77 v°, quand il eut diminué la somme de 22 l. 10 s. pour les six derniers (...)
  • 63 J. Kerhervé, L'État breton aux XIVe et XVe siècles. Les ducs, l'argent et les hommes, t. 1, Paris, (...)
  • 64 Guingamp, Archives municipales, AA, liasse 3, no 43 et liasse 7 (Livre Rouge), no 8, prins du corps (...)
  • 65 Nantes, A.D.L.A., B 6, P 47 r°.
  • 66 Il est mentionné comme poursuivant « du duc » au mois de mars 1468 partant de Rennes à Craan [Crao (...)

20D’autres officiers d’armes venaient d’un milieu bourgeois. En 1473 le héraut Ermine dut rembourser les dettes de son fils défunt, Eustache Cadin, fermier des sceaux et papiers au tribunal de Fougères62. Pierre Daruau (le poursuivant Guingamp) était collecteur d’impôts à Châteaulin-sur-Trieux en 1455 et miseur de Guingamp dès 1446 ; il fit office de commissaire chargé de recevoir les revenus du diocèse de Tréguier pendant une vacance en 1465, et de commis de Guillaume de Rosmar, receveur des châtellenies de Châteaulin-sur-Trieux et la Roche Derrien. Son fils, Jean, qui lui succéda au titre de Guingamp, fut l’un des sous-fermiers des ports des diocèses de Tréguier et Saint-Brieuc en 1476-147763 En 1487, au plus fort de la première campagne qui devait mener à la fin de l’indépendance bretonne, Guingamp comme lun desd. bourgeois, fut dépêché en extrême urgence par la ville de Guingamp, chargé de lettres pour François II ; une année plus tard, après une mission semblable, il fut arrêté à son retour par Jacques le Moine, grant escuier de Bretaigne et dépouillé de son esmail et des sauf-conduits qu’il avait portés, au grand mécontentement du duc64. Jean Héraut (le poursuivant Montfort) fut nommé (à la fois de façon surprenante et plutôt inopportune, pouvons-nous penser) contrôleur du grenier à sel dans le comté ducal de Montfort l’Amaury à partir du 1er février 146865, cumulant par la suite des tâches héraldiques et d’administration financière66.

  • 67 Nantes, A.D.L.A, B 9, f° 173 v°.

21Ce sont cependant les activités traditionnelles de messagers, porteurs de lettres, accompagnateurs d’ambassadeurs, organisateurs de manifestations chevaleresques et porteurs de nouvelles au duc qui ont laissé le plus de traces dans nos registres fragmentaires. Il est par ailleurs assez rare de rencontrer un héraut breton remplissant ce qui peut être considéré comme l’une de ses fonctions les plus importantes, à savoir l’émission d’une opinion sur une affaire se rapportant au port d’armes. Signalons toutefois que Bretagne fut dépêché pour interdire l’usage des armes à Avaugour par Loup de Belouan, sire de Kergroes et ses frères, Yvon et Guillaume, en novembre 1480, une affaire à propos de laquelle François II était probablement particulièrement susceptible car qu’il avait récemment conféré la seigneurie d’Avaugour à son fils favori mais illégitime67.

  • 68 Lettres de Jean V, t. 3, no 1797.
  • 69 B.N.F., ms. français 8267, f° 137, 138, 144, 145. En mai 1431 il fut envoyé encore une fois à Pari (...)
  • 70 B.N.F., ms. français 11542, f° 27 r°.
  • 71 Id., f° 28 r°.
  • 72 Id., f° 18 r° et 21 r°.
  • 73 Id., f° 20 et 26 r°.– Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins.– Morice, op. cit., t. 2, col. 1261. Plus tô (...)

22La vie quotidienne de la plupart des hérauts était rythmée par des voyages répétés et souvent urgents. Sous le règne de Jean V, la menace d’attaques extérieures de la part des Anglais en Normandie ou, sous celui de François II, les dangers que représentaient les armées de Louis XI et de Charles VIII, accordaient rarement des loisirs aux hérauts du duc. A ma vie, par exemple, fut envoyé de toute urgence à Lord Scales pour empêcher les Anglais de piller la Bretagne en mars 1428, alors que les dames de Vitré et de Laval avaient refusé de prêter un serment, celui de garder une trêve anglo-bretonne conclue récemment68. En juin 1428 il reprenait la route pour se rendre à la cour de Charles VH. En juillet, il fut dépêché auprès du duc de Bedford à Paris, et de nouveau en septembre. Il accomplit d’autres missions auprès de Bedford à Paris en avril et septembre 1429, prolongeant ce dernier voyage par une mission à la cour du duc de Bourgogne69. En 1432, une nuit, Montfort et Comment qu’il soit furent chargés de négocier une trêve avec le duc d’Alençon et d’accompagner le célèbre capitaine royal Ambroise de Loré à Châteaubriant70 ; à peu près au même moment, Montfort et Nantes étaient payés pour faire venir le garnisons de Chasteaubrient et Marcillé pour ce qu’on esperoit d’avoir la bataille71. En janvier 1432 Auray était envoyé à Combour, Landal et en d’autres endroits, au nord-est de la Bretagne, pour aviser les capitaines d’icelles places de se prendre garde d’icelles, et en septembre il se rendit de Basse-Bretagne à Rennes chez le trésorier de Bretagne et de là chez le duc d’Alençon à Tours et se tenir en sa compaignie jusques à savoir quel chemin l’armée de France tendroit pour la doubte qu’on avoit quilz veneissent en Bretagne72. Le poursuivant Gabriel accomplit aussi plusieurs missions en 1432-1433 après une guerre d’importance secondaire du duc contre le duc d’Alençon à propos de Pouancé. Il fut envoyé auprès de Sir John Fastolf qui se trouvait à ce moment-là à Alençon et de Robert, seigneur Willoughby, pour les presser venir au siege, puis dans le Maine pour la demolition de la Tour Esmond. Le 6 janvier 1433 il fut aussi envoiée toute la nuit à la Gravelle devers les gens d’armes et capitaine dudit lieu et peu après en Angleterre porter lettres de par [le duc] à mons. le Regent et aultres de par dela73. Étant donné le caractère incomplet de nos sources, ces séquences d’intense activité ont une signification plus générale ; elles montrent toute l’importance du travail militaire associé à celui des services de renseignements accomplis par les hérauts du duc.

  • 74 Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins. Pour les instructions qu’il a reçues le jour de Noël 1425, voir Mo (...)
  • 75 Le Voyage d’Outremer de Bertrandon de la Broquière, éd. C. Schefer, Paris, 1892, p. 246.
  • 76 B.N.F., ms. français 11542, f° 5 r°, 6 r° et 8 r°.

23Les missions diplomatiques embarquaient souvent les hérauts dans des voyages encore bien plus longs, au-delà du royaume de France. L’Angleterre figurait naturellement en bonne place dans leurs itinéraires. En 1426 Bretagne dut aller jusqu’en Zélande pour rencontrer le duc de Bourgogne, et il se blessa au retour, si bien que Jean V fut obligé de lui donner 40 l. pour lui aider a ce faire guerir d’une espaulle74. Les Flandres étaient évidemment le lieu le plus propice pour communiquer avec la cour bourguignonne, du temps de Jean V comme de François U. Cependant, le fameux voyageur Bertrandon de la Broquière mentionne sa rencontre avec un poursuivant de langue bretonne par ailleurs complètement absent des archives, Toutseal, à la cour du duc d’Autriche en 1432 ou 143375. Des négociations de mariage entre Jean V et René d’Anjou et plus tard avec le comte de Savoie attirèrent les hérauts Bretagne et Malo ainsi que les poursuivants Gabriel et Montfort non seulement à leur cour respective mais aussi à celle du pape en Italie76. Il est probable que le mariage écossais que Jean arrangea pour son fils, le futur François Ier, nécessita un échange héraldique, mais aucun document relatif à cet événement ne subsiste.

  • 77 Jean Chartier, Chronique de Charles VII, roi de France, éd. A. Vallet de Viriville, t. 1, Paris, 18 (...)
  • 78 Nantes, A.D.L.A., B 5, f° 59 r°.
  • 79 Nantes, A.D.L.A., E 106.– Morice, op. cit., t. 3, col. 496.
  • 80 B.N.F., ms. français 8310, f° 219 r°. Vers 1500, à Olivier Estienne, dit Plesance, poursuivant, 10 (...)
  • 81 Phillipps ms. 18465, p. 115 (1419).– Lettres de Jean V, t. 4, no 2198 (Basle), où on appela Montfo (...)
  • 82 C’est un Espagnol, Pierres Dalakia qui fut payé pour son deffroy d’aller devers nous et pour noz a (...)

24D’autres types d’alliances et de traités ont certainement donné beaucoup de travail à un grand nombre de hérauts. Le roi d’armes Malo et les poursuivants Bretagne et Ermine se trouvaient à Arras au moment du Congrès de 1435, tout comme le poursuivant du connétable Richemont, Parthenay, en compagnie de dizaines d’autres hérauts77. Malo en tant que roi d’armes accompagna le vice-chancelier Jean de Rouville et Olivier du Breill en Angleterre en mai 1467 pour négocier une alliance avec Édouard IV78. Espy fut chargé de sceller une trêve avec Henry VU d’Angleterre à la fin de l’automne 148579. En 1495, Malo accompagna Charles VIH en Italie, revenant de Milan et de Turin avec des messages80, tandis que, comme il a déjà été noté, Bretagne (Pierre Choque) se rendit en Hongrie et en mer Égée au nom de la reine Anne. Un Bretagne précédent fut envoyé à Henry V en 1419 et Montfort au Concile de Bâle en 143581. Sous François II et Anne, des ambassades échangées avec les autorités ibériques réclamèrent la présence de hérauts bretons : ils ont laissé peu de trace dans les registres82.

  • 83 Nantes, A.D.L.A., B 2, f° 18 r°.
  • 84 Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins.
  • 85 Ibid.

25Cependant, c’étaient les affaires intérieures qui occupaient l’essentiel du temps des hérauts sous le règne de François H, activité qui consistaient à porter les ordres du duc et de son conseil aux officiers et inversement dans toutes les parties du duché. Le poursuivant Auray, par exemple, était payé 16 écus pour porter différents ordres pour des montres à des commissaires désignés en novembre 146283 ; Benon se rendit de Nantes à Vannes avec des lettres pour le chancelier et l’abbé de Bégar, un conseiller ducal, selon un document non daté, à placer vers 147084. Le poursuivant Conq, dont les activités sont brièvement révélées en 1473-1474, reçut 4 écus pour aller, le 17 octobre 1473, assigner le seigneur de La Roche Jagu à comparaître devant le duc dans les 12 jours et, à sa demande, 46 s. 8 d. de 7 l. dus le 15 janvier 1474, pour la distribution journalière de lettres aux alloués et procureurs de Tréguier et de Goëllo85.

  • 86 Les détails qui suivent sur la carrière de Gentilhomme sont tirés de Nantes, A.D.L.A., B, Parchemi (...)
  • 87 Pour Châteaugontier, dép. Mayenne.
  • 88 La responsabilité du héraut quant au transport de lettres entre conjoints est confirmée par les «  (...)
  • 89 Landévennec, FL, 4B/127, vers 1485.
  • 90 Invt. somm., t. 1, p. 195 d’après CC 269, pour aller à Vannes, porter lectres de la ville pour les (...)

26C’est la carrière d’un chevaucheur d’écurie, Germain le Gentilhomme, qui illustre le mieux la vie laborieuse de ceux qui servaient le duc comme hérauts ou messagers. Il apparaît d’abord vers 1462, portant des lettres de Nantes à Clisson. Beaucoup de ses voyages, probablement la plupart, se passèrent à l’intérieur du duché86. La majorité concerne la transmission d’ordres aux officiers ducaux, même s’il fut autorisé à publier des ordres lui-même, comme il le fit à Machecoul, Clisson et Loroux Bottereau en 1467. Parmi les autres endroits bretons où l’on sait qu’il s’est rendu de nombreuses fois, l’on signalera Ancenis, Châteaubriant, Dinan, Fougères, Guérande, La Bretesche, La Guerche, Le Gavre, Quimper, Redon, Rennes, Saint-Malo, Vannes et Vitré. Cependant, il porta aussi des lettres et des messages à l’extérieur du duché, notamment à Bourges, Poitou, Pouancé, Tours (en plus d’une occasion), Vendôme et Châteaugaultier87. À côté des affaires administratives, il y avait le transport de la correspondance privée échangée par le duc et la duchesse88, les messages diplomatiques, les ordres militaires, les sommations à paraître devant le conseil ou le duc ; il fit même office de porteur d’ung nacier pour nater la gallerie de nostre chasteau de Nantes rapporté de Ancenis89. Un de ses chevaux (pour lequel il reçu compensation) fut réquisitionné par François II qui le donna à Louis, duc d’Orléans, en 1485, et la dernière mention que nous ayons de lui sous François II le présente comme recevant un vêtement de deuil pour le beguin de septembre 1488 au titre d’archer de la garde ducale. Il réapparaîtra comme poursuivant et héraut sous la duchesse Anne ; il a alors derrière lui plus d’une trentaine d’années de service ininterrompu au duc90.

  • 91 Phillipps ms. 18465, p. 65 et 69.
  • 92 B.N.F., ms. français 11542, f° 19 r° et 22 r°.
  • 93 Morice, op. cit., t. 2, col. 1374.– A. Bourdeaut, Gilles de Bretagne : entre la France et l’Anglete (...)
  • 94 B.N.F., ms. français 8267, f° 142.– Phillipps ms. 18465 p. 115 (1419).
  • 95 B.N.F., ms. français 8267, f° 142.
  • 96 Pocquet du Haut-Jussé, Les comptes, p. 97, no 8.– Morice, op. cit., t. 2, col. 1316. Vers septembre (...)

27Comme Gentilhomme, d’autres hérauts se chargeaient aussi de missions plus personnelles pour le duc et sa famille. Quand le fils de Jean V, Gilles, vivait en Angleterre, à la cour d’Henry VI, une série de hérauts furent dépêchés avec de l’argent et d’autres cadeaux, notamment des chiens de chasse pour le prince, et ils reçurent l’ordre de ramener de ses nouvelles en Bretagne. Le héraut Bretagne reçut un cadeau spécial quand il apporta au duc la nouvelle du retour de Gilles en avril 143491. Le héraut personnel du prince, Sans faillir, fit de même pendant ces années et fut aussi récompensé par Jean V92. À la suite du mariage de Gilles avec la fameuse enfant-héritière Françoise de Dinan, dame de Châteaubriant, il employa un héraut qui s’appelait Châteaubriant et l’envoya négocier avec les Anglais en mars 1445 : ce fut le prélude à la chute politique et au meurtre de Gilles93. Plus chanceux, Comment qu'il soit, le poursuivant de Richard, comte d’Étampes, depuis au moins 1419, représenta son maître au couronnement de Charles VII en juillet 142994, alors que, deux mois plus tôt, le héraut Ermine fut envoyé avec le confesseur du duc à Orléans devers la pucelle ; par la suite il reçut aussi l’ordre d’assister au couronnement du roi, toujours en la compagnie du confesseur, mais également avec le trésorier du duché95. En 1436, quand Gilles tomba malade, Oliffant fut envoyé à Saint-Martin de Tours pour déposer en offrande une bague en or sur la tombe du saint, et en mars 1438, il se rendit dans le Limousin pour une mission mystérieuse96.

  • 97 Morice, op. cit., t. 2, col. 1718.
  • 98 Landévennec, FL, 4B/126.
  • 99 A pluseurs messagiers pour certains deffroiz les sommes qui ensuivent, savoir a ung homme venu des (...)
  • 100 Id., 4B/135 ; plus tôt, il a reçu 65s pour son deffroy d’aller à l'ost des Francoys devers le lieu (...)
  • 101 Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins.
  • 102 Cf. H. Stein, Les habitants d’Évreux et le repeuplement d’Arras en 1479, B.É.C., t. 84, 1923, p. 2 (...)

28Plus sinistre est cette allégation selon laquelle Montfort fut dépêché en Italie en 1457 pour y acquérir du poison97. Comme la tension monta entre la Bretagne et la France sous le règne de François H, les messageries de par nous et pour noz affaires devinrent très nombreuses, et, ce qui est frustrant, ne sont guère documentées, bien qu’il semble clair, parfois d’après le contexte, qu’elles tenaient de l’espionnage et comportaient des opérations clandestines. Le poursuivant Vendôme reçut 20 écus en 1482-1483 pour bailler et distribuer de nostre commandement à certaines personnes qui alloint de par nous en certains lieux98. L’ambiance clandestine au cours des dernières années que vécut le duché est bien décrite dans une décharge destinée à François Avignon, le secrétaire particulier du duc en 1485, à cause des nombreuses dépenses suscitées par les messagers pour des raisons délibérément vagues, parce que le duc ne voulait pas d’autre declaracion99. Plus tard, le poursuivant Jugon obtint 30 s. pour avoir esté pour noz affaires es parties de Laval en 1489 ou 1490100. En septembre 1478, le poursuivant Vertus fut envoyé à Louis XI et gagna la cour royale a Aras pour certain chevaulx que le duc envoyoit querir audit lieu d’Aras101. Peut-être faut-il y voir un prétexte du duc pour obtenir des informations sûres sur la résistance à la récente annexion d’Arras par Louis XI, une annexion qui le conduisit, en mai 1479, à en expulser la population indigène récalcitrante, à la rebaptiser Franchise et à la repeupler avec des contingents issus d’autres villes françaises102.

  • 103 S. Luce, Histoire de Bertrand du Guesclin ; la jeunesse de Bertrand, Paris, 1876, p. 25.
  • 104 Rennes, A.D. Ille-et-Vilaine, 1 F 1542 (tournez).– Luce, op. cit., p. 25.
  • 105 Cf N. Spéranze, Les chevaleresses de l’Hermine, Le Foyer Breton/An Oeled, no 66, 1932, p. 312-315. (...)
  • 106 Arthur lui-même fit une référence sardonique à cette caractéristique quand il signa des lettres vo (...)

29Avant de conclure, retournons brièvement aux tournois par lesquels nous avons commencé. À l’inverse de la Bourgogne, ils ne sont pas bien connus pour les derniers temps de la Bretagne médiévale. À l’occasion du mariage de Charles de Blois avec l’héritière du duché, Jeanne de Penthièvre, en 1337, il semble qu’un tournoi se soit tenu à Rennes103 ; des comptes de la seigneurie d’Aubigné, en 1340, font aussi mention de tournez à Rennes, tandis que d’autres se tenaient à Pontorson et Dinan en 1353 ou 1354104. Cependant les informations restent peu abondantes et au xve siècle le pas d’armes coûteux et à la mode ne semble pas s’être enraciné, malgré l’enthousiasme manifeste de François Ier et de Pierre II pour les démonstrations chevaleresques. Le cérémonial ducal prit, cependant, quelques dispositions quant aux femmes et à leur distraction. L’Ordre de l’Hermine les recevait comme membres, ce qui n’était pas habituel à l’époque105, et la cour bretonne (sauf peut-être pendant le bref commandement du connétable Richemont, un vieux soldat taciturne106), dut beaucoup à leur présence.

  • 107 A. de La Borderie et B. Pocquet, Histoire de Bretagne, t. 4, Paris-Rennes, 1906, p. 441-442,445, 4 (...)
  • 108 Nantes, A.D.L.A., B 8, f° 28 v°.
  • 109 Id., B, Parchemins.
  • 110 Morice, op. cit., t. 2, col. 1412.– Pocquet du Haut-Jussé, Les comptes, p. 95 n. 4.– A. Couffon de (...)
  • 111 Morice, op. cit., t. 2, col. 1687, 1724.– A. Kazérawski et G. Rosec, Vivre et mourir à la cour des (...)

30François II lui-même est généralement connu pour son manque de volonté, et même pour sa faiblesse d’esprit, et fut certainement un jouet entre les mains de personnages plus puissants, comme ses deux principaux ministres, Guillaume Chauvin, chancelier de Bretagne (1459-1484), et Pierre Landais, trésorier de 1460 à 1485, ou une série de personnages, bretons et autres, qui séjournaient de courts moments à la cour bretonne avant ou après avoir servi le roi de France — Tanguy du Chastel, Odet d’Aydie, Philippe des Essars, Guillaume de Souplainville, Poncet de Rivière, Jean, comte de Dunois, ou son propre neveu, Jean de Chalon, prince d’Orange107. Certains comptes subsistants témoignent du fait que François, comme la plupart des princes de son époque, prenait grand plaisir à ces démonstrations ostentatoires et exerça son patronage à la fois généreusement et de façon éclectique ; le tournoi faisait partie occasionnellement d’une telle manifestation. Un ordre du 24 février 1477 remettant à Guillaume Géraut, receveur de Nantes, 29 l. 15 s. pour les lices de jouxte de lan Ixx [...] rapportant relaccion de Bretagne herault qu'il eut la charge de veoir faire icelles lices et aussi 67 l. 9 s. 8 d. pour la construction dautres lices qui furent faictes oud. Bouffay ou moys de decembre derrain108, et une quittance délivrée par Gentilhomme le 31 août 1478 pour porter des lettres de Nantes à Fougères au sire de la Claretière pour recouvrer des chevaulx pour les joustes assignés tenir à Nantes au premier jour de l’an [1474]109, suggèrent qu’il y avait à cette époque au moins un tournoi à Nantes chaque année. En 1447 Guyon de Molac et François de Tiercent en organisèrent certainement un ; un autre se déroula dans la ville le 5 novembre 1459 quand il fut ordonné au héraut Bretagne de séparer les adversaires alors que le danger se faisait pressant110. Bretagne fut aussi payé pour se rendre aux joutes à Quimperlé en 1454 ou 1455, tandis que Arthur HI, bien que souffrant, emmena une équipe de jouteurs pour bouhourdeix à Tours en janvier 1458, finançant 29 vestes et tout un matériel pour son équipe111.

  • 112 Le premier compte rendu du couronnement d’un roi d’armes est celui de Chariot, roi d’armes de Fran (...)
  • 113 Cf. M. Jones, Les ambassades de Roger Machado, le héraut Richmond en Bretagne (1490), 1491. La Bre (...)
  • 114 Le premier rôle d’armes breton connu concerne Lost de 1294, mais il est malheureusement perdu et n (...)
  • 115 A. Manning, The Argentaye Tract, edited from Paris, BN, fonds français 11464, Toronto-Buffalo-Lond (...)
  • 116 Cf. Nassiet, Signes de parenté, p. 175-232.
  • 117 Encore une fois, je suis très redevable à Renée Neuville qui a bien voulu traduire cette communica (...)

31Concluons. Entre la fin des xive et xve siècles et peut-être même un peu plus tard, comparativement aux autres États112, la fonction de héraut devint bien plus importante à la cour des ducs de Bretagne. Leur nombre s’accrut rapidement et il fut bientôt normal de trouver au moins douze hérauts en service à n’importe quel moment, hérauts inscrits dans une hiérarchie. Hormis le plus bas échelon, celui de poursuivant, il y avait un nombre égal de chevaucheurs laborieux, attachés normalement au service des étables du duc. Quelques-uns pouvaient, par la suite, devenir hérauts ; ils étaient certainement rémunérés à peu près de la même façon. Parmi les hérauts et autres messagers, on peut brosser d’une façon assez détaillée certaines carrières et déterminer à la fois le statut social en progrès ainsi que les rémunérations matérielles du service « à l’ombre du pouvoir ». Pendant qu’ils se spécialisaient dans un cérémonial chevaleresque particulier ou des fonctions diplomatiques pour lesquels leur capacité à lire et à écrire, leur connaissance des armes et de l’étiquette constituaient d’indéniables atouts, les hérauts avaient le droit de participer à d’autres tâches administratives ou financières d’ordre à la fois confidentiel et ordinaire. Comme ils avaient beaucoup voyagé et visité fréquemment les autres cours, nous pouvons imaginer que leurs rapports étaient souvent soigneusement analysés et écoutés. Leur influence sur la politique ducale est malheureusement condamnée à rester également « à l’ombre » puisque aucun héraut breton médiéval n’a laissé un compte rendu complet d’une quelconque de ses missions, à l’image de celui rédigé par le héraut anglais Richmond, qui se rendit à la cour de la duchesse Anne en 1490113. Peu de rôles d’armes connus furent compilés dans le duché114 et il semble qu’un seul traité, celui d’un héraut breton du xve siècle, subsiste115. Contrairement au héraut bourguignon, Toison d’Or, ou au français, Berry, aucun héraut breton n’a rédigé de chronique au xve siècle. Néanmoins, tous ceux qui ont examiné les intérêts et soucis culturels de la noblesse bretonne en témoigneront, la connaissance et le respect de l’héraldique, ainsi que ceux de l’histoire et de la généalogie de famille, constituèrent une force puissante dans le duché de la fin du Moyen Âge116. La perte de son indépendance en 1491 asséna un coup décisif à un groupe plus important que celui des hérauts, poursuivants et chevaucheurs ducaux qui ont fait l’objet de la présente étude117.

Notes

1 Cf. L.M.J. Delaissé, Les copies flamandes du Livre des tournois de René d’Anjou, Scriptorium, t. 23, 1969, p. 187-198.– Le Livre des Tournois du Roi René (de la Bibliothèque Nationale (ms. français 2695)), Paris, 1986.

2 A. Wagner, Heralds and Heraldry in the Middle Ages, 2e tir., Oxford, 1956, p. 41-45, « Les réponses du Roi d’armes Anjou » vers 1400, pour la vie et le métier d’un héraut.

3 M. Keen, Chivalry, New Haven-Londres, 1984, p. 125-142, pour une vision du héraut comme prêtre séculier, tandis que P. Contamine, Office d’armes et noblesse dans la France de la fin du Moyen Âge, Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 1994, p. 310-322, s’intéresse au statut des hérauts français au xve siècle.

4 O. Mattéoni, Servir le Prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Age (1356-1527), Paris, 1998. M.C. Hill, The King’s Messengers 1199-1377, Londres, 1961 et Id., The King’s Messengers in England, 1199-1377, Medieval Prosopography, t. 17, 2, 1996, p. 63-96, a éclairé ce sujet pour au moins un État. Bien que ces messagers n’aient pas été des hérauts, ils portaient aussi un « pouch » avec les armoiries de leur maître. Pour l’Anglais Nicholas Upton, qui a écrit son De Studio Militari au milieu du xve siècle, il existe un cursus honorum au gré duquel les messagers, après trois ans de service, pouvaient être promus au rang de poursuivant (Hill, op. cit., p. 118).

5 Cf. W. Paravicini, Die Hofordnungen Herzog Philipps des Guten von Burgund, Francia, t. 10, 1982, p. 131-166 et t. 11, 1983, p. 257-301. Au moment du colloque, P. Contamine et B. Schnerb ont attiré mon attention sur l’étude de S. Thuret, Les Officiers d’armes du duc de Bourgogne Philippe le Bon (1419-1467) (d’après les comptes de la recette générale de toutes les finances du duc de Bourgogne), Mémoire de Maîtrise, Université de Paris IV-Sorbonne, 1993, dont ils m’ont gentiment envoyé une copie. Cet étude replace dans son vrai contexte ce que R. Vaughan a dit dans son Charles the Bold, Londres, 1973, p. 193, sur le développement institutionnel des hérauts bourguignons et, grâce aux richesses des archives bourguignonnes, fournit beaucoup d’informations qui peuvent être utilisées pour des comparaisons entre les cours de Bourgogne et de Bretagne. Mais je conserve ici pour l’essentiel la version de ma communication présentée au colloque.

6 E. Izarn, Le Compte des recettes et dépenses du roi de Navarre en France et en Normandie de 1367 à 1370, Paris, 1885, p. 136, 148, 150, 152, 169, 358, 361, 362, 369, 381. La plupart des hommes qui furent les messagers de Jean IV étaient des Anglais de son hôtel ; Charles II a employé ailleurs ses propres hérauts, y compris le célèbre roi d’armes Navarre, Martin Carbonnel (cf. p. 169, 219, 275-277, 353, 357, 359, 362, 364, 367, 376), mais il ne l’utilisait pas pour des échanges diplomatiques avec la Bretagne.

7 Catalogo del archivo general de Navarra : Catálogo de la seccion de comptos, éd. J.R. Castro, t. 15-22, Pampelune, 1956-1958, passim. Je voudrais remercier Madame Béatrice Leroy pour les diverses informations qu’elle m’a transmises à propos des activités d’autres hérauts en Navarre à cette période.

8 Nantes, Archives départementales de la Loire-Atlantique (= A.D.L.A.), B, Parchemins non inventoriés. Je remercie vivement Madame Vivienne Miguet, Directrice, de m’avoir permis de consulter ces documents, que l’on est en train d’inventorier. Je les cite simplement sous l’appellation Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins.

9 Selon Olivier de la Marche, Charles le Téméraire avait six rois d’armes, huit hérauts et quatre poursuivants au sein de son hôtel (Mémoires, éd. H. Beaune et J. d’Arbaumont, t. 4, Paris, 1888, p. 67), mais cf. S. Thuret, op. cit. pour une discussion plus nuancée de l’évolution de la hiérarchie héraldique bourguignonne au xve siècle.

10 Cette contribution corrige quelques aspects de M. Jones, Les signes du pouvoir : l’ordre de l’Hermine, les devises et les hérauts des ducs de Bretagne au xve siècle, Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne (= M.S.H.A.B.), t. 68, 1991, p. 141-173.

11 Londres, Public Record Office (= P.R.O.), E 101/393/11, f° 70 r°.

12 Giles Mellot, le héraut de Du Guesclin, fut anobli en 1374 (B.N.F., ms. français 18345, p. 61). Sa boîte de messager se trouve au Musée Dobrée, à Nantes (voir 1491-1991. La Bretagne aux temps des Ducs. Catalogue de l'exposition à l’Abbaye de Daoulas et au Musée Dobrée, 15 juin 1991-9 février 1992, Daoulas, 1991, p. 47, no 38).

13 Londres, P.R.O., E 101/42/13.

14 Dom H. Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, t. 2, Paris, 1744, col. 1726. Richemont a reçu une pension de 20 l. par an, le 28 mai 1464 (Nantes, A.D.L.A., B 3, f° 68 v°). Une confusion est possible dans l’identification de ce héraut car le héraut Richmond du roi Édouard IV d’Angleterre à ce moment s’appelait également Guillaume Breton ! (Thuret, op. cit., p. 90).

15 Jean Froissart, Chroniques, éd. S. Luce et al., t. 11, Paris, 1899, p. 104-105.

16 N. Saul, Richard II, New Haven-Londres, 1997, p. 401 d’après la Chronique de la trahison et mort de Richard II, éd. B. Williams, Londres, 1846.

17 M. Vulson de la Colombière, Le Vray Theâtre d’honneur et de chevalerie, t. 2, Paris, 1648, p. 423-424. Pour son traité sur les officiers d’armes, voir De l’office des rois d’armes, hérauts et des poursuivants, dans Collection des meilleurs dissertations, notices et traités particuliers relatifs à l’Histoire de France, t. 13, Paris, 1838.

18 Jones, Les signes, p. 170 ; pour une quittance avec son autographe mal-formé à la somme de 45 l. 16 s. 8 d. pour deux mois dans la compaignie des ambas[sad]eurs envoiez par le duc [? au roi] le 11 novembre 1473, voir Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins.

19 Sauf indication du contraire, les détails sur les noms et les dates actives des hérauts qui suivent se trouvent dans l’Appendice I de Jones, Les signes, p. 168-171.

20 Espy a une fois reçu 20 l. du duc François Ier (Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins).

21 Benon nostre poursuivant a transmis des lettres du duc au sire de Derval vers 1467 et au chancelier et à l’abbé de Bégard vers 1470 (Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins) ; en 1467-1468 il a aussi reçu 68 s. 9 d. pour son deffroy daller de par nous porter lettres aud. Missire Michel [de Parthenay] estant devers mondit seigneur le Roy (Landévennec, Abbaye Saint-Guénolé, F[onds] L[ebreton], 4A/118).

22 Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins.

23 Envoyé d’aller aud. lieu de Chasteaugiron porter lectres de par nous aud. Neuffchastel [un capitaine français] vers 1488-1490 (Landévennec, FL, 4B/133).

24 Il s’agit peut-être du même Pierre Pille que celui qui, vers 1470, fut envoyé au roi d’Angleterre, porteur de lettres concernant la prise de certains navires bretons (Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins). Un Robert Pille est aussi mentionné comme chevaucheur au service du duc vers 1467 (Landévennec, FL, 4A/116) jusqu’à 1485 (id., 4B/127), et il a signé aussi une quittance donnée par Conq, poursuivant en 1474 (Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins).

25 J’ai pris connaissance de l’importante étude de C. de Merindol, Le collier de l’Épi, en Bretagne, d’après des documents inédits conservés à Besançon (fonds Chiflet), Revue française d’Héraldique et de Sigillographie, t. 66, 1996, p. 67-81, seulement après le colloque de Liège.

26 Cap (Landévennec, FL, 4B/136).– Colin (id., 126).– Potier (id., 132, 134).– Quero (id., 135). Colin est peut-être un parent de Hervé Colin, chevaucheur de l’écurie du duc François II (Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins, et cf. P. Potier de Courcy, Nobiliaire et armorial de Bretagne, 6e tir., t. 1, Mayenne, 1986, p. 280).

27 Cf C. de Merindol, Essai sur l’emblématique et la thématique de la maison de Bretagne. Mise au point, nouvelles lectures, nouvelles perspectives, 1491. La Bretagne, terre d’Europe. Colloque international, Brest, 2-4 octobre 1991, éd. J. Kerhervé et T. Daniel, Brest-Quimper, 1992, p. 284.

28 B.N.F., ms. français 11542, f° 4-30, passim, extraits des comptes d’Auffroy Guinot, trésorier du duché, réalisés par Dom Lobineau, dont une transcription du xixe siècle est conservée à Rennes, A.D. Ille-et-Vilaine, 1 F 629 (cf. Morice, op. cit., t. 2, col. 1232-1236, pour une édition incomplète). Il y a aussi quelques feuilles originales dans Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins et Landévennec, FL. Je suis en train de reconstruire ces comptes à partir des fragments et transcriptions dispersés, pour la période 1430-1436 ; quelques-uns se trouvaient aussi dans le ms. olim Phillipps 18465, actuellement en ma possession, semblable au B.N.F., mss français 8267 et 11542.

29 Jones, Les signes, p. 162-163, 168-171.

30 Cf. Wagner, op. cit., p. 44. Les débats armoriaux en Bretagne frirent portés fréquemment devant le conseil ducal, en particulier s’il y avait eu violence (cf. M. Nassiet, Signes de parenté, signes de seigneurie : un système idéologique (xve-xvie siècle), M.S.H.A.B., t. 68, 1991, particulièrement p. 231-232, annexe no 5, Conflits violents de prééminences dans des églises).

31 Paiement de 13 l. à Dinan poursuivant a present nommé Rennes (Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins).

32 Morice, op. cit., t. 3, col. 603-607, plus complet dans Documents inédits sur le Complot breton de M. CCCC.XC.II, éd. A. de La Borderie, Nantes, 1884, no XLVII.

33 Jones, Les signes, p. 163.

34 Id., p. 159 et n. 80.

35 A. LE Roux de Lincy, Discours des cérémonies du mariage d’Anne de Foix, de la maison de France, avec Ladislas VI, roi de Bohème et de Hongrie, Bibliothèque de l’École des Chartes (= B.É.C.), t. 21, 1861, p. 156-185 et 422-439, d’après B.N.F., ms. français 90.

36 B.N.F., ms. français 1672.

37 Les copies existantes sont mentionnées dans M. Jones, Les manuscrits d’Anne de Bretagne, reine de France, duchesse de Bretagne, M.S.H.A.B., t. 55, 1978, p. 79-81 [réimprimé dans M. Jones, The Creation of Brittany, Londres, 1988, p. 407-409].

38 Potier de Courcy, op. cit., t. 1, p. 249.

39 R. Mathieu, Le Système héraldique français, Paris, 1946, p. 67 n. 3. Mathieu se réfère au père de Charondas le Caron comme le héraut Bretagne sous le roi François Ier.

40 Vulson de la Colombière, op. cit., t. 2, p. 423-424. La dernière mention que j’ai trouvée pour Malo se situe vers 1518-1520 (Inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790, Nantes, éd. S. de la Nicollière-Teijeiro, t. 1, Nantes, 1888, p. 124, citant Arch. Mun. CC 108, Mallo, roy d’armes du Roy notre seigneur pour avoir apporté lettres aux bourgeoys de ceste ville de la joyeuse naissance d'un filz de France [le futur Fleuri II ?] pour en faire procession par ceste ville, 40 s).

41 Jones, Les signes, p. 165 et n. 105. Pour un contrat entre le prieur de Ste-Croix et noble homme Pierre Choque dit Bretaigne par lequel Choque obtient deux pièces de terre, jadis une vigne, détruite au siège de Nantes dans la paroisse de St-Clément, le 4 juillet 1506, voir Nantes, A.D.L.A., H 136 ; et pour son aveu le 18 décembre 1508 comme noble homme Pierre Choque allias Bretaigne premier herault de la Royne [...] et lun de ses Roys Darmes, voir id., H 139.

42 Landévennec, FL, 4A/44, cf. Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne (1402-1442), éd. R. Blanchard, t. 3, Nantes, 1892, no 1650.

43 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les comptes du duché de Bretagne en 1435-1436, B.É.C., t. 77, 1919, p. 98 no 27. C’est un autre fragment original des comptes d’Auffroy Guinot (B.N.F., ms. nouv. acq. française 21689, f° 48-55).

44 Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins.

45 Id. Nantes poursuivant a reçu 7 l. 6 s. 8d., Rennes, 13 l., A ma vie, 9 l. 8 s. 4 d., Espy, 25 l. 10 s., Vannes, 32 1. 6 s. 8 d., Plaisance, 48 s. 4 d. et St-Aubin, 14 1. 18 s. 10 d. à cette occasion.

46 Nantes, A.D.L.A., B 3, f° 148 r°.

47 Id., B 8, f° 143 v° (1477) et B 13, f° 55 v° (1490).

48 Lettres de Jean V, t. 3, no 1483. En 1422 il fut envoyé en Flandre (ibid., no 1516).

49 Nantes, A.D.L.A., B 8, f° 143 v°. Plus tôt, il a été envoyé en ambassade vers le roi Louis XI avec Jean Loaisel, Président de Bretagne, ambassade pour laquelle il a reçu 15 l. (Landévennec, FL, 4A/123).

50 Morice, op. cit., t. 2, col. 1395, pour luy aider a faire un esmail des armes du duc. Le héraut bourguignon Hannes (pour Hommes ?) reçut la permission de porter un écusson aux armes du duc François II en septembre 1463 (Morice, op. cit., t. 3, col. 67).

51 B.N.F., ms. français 22331, p. 48, no 277.

52 H. Stein, Charles de France, frère de Louis XI, Paris, 1921, p. 573.

53 Philippe de Commynes, Mémoires, éd. B. de Mandrot, t. 1, Paris, 1901, p. 126-127. Selon Alain Bouchart, le roi d’armes qui apporta les nouvelles déconcertantes du traité de paix fut Malo (Grandes Croniques de Bretaigne, éd. M.-L. Auger et G. Jeanneau, t. 2, Paris, 1987, p. 408). Bonespoir et Rouge Croix, hérauts d’Henri V, qui arrivèrent à Dinan en mai 1419, ont reçu des dons (Morice, op. cit., t. 2, col. 980) ; pour des paiements de la comtesse de Montfort au roi d’armes Sicile et les poursuivants Saumur et François de la reine de Sicile en 1437-1438, voir Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins. Jarnac poursuyvant du sire d’Angolesme a reçu 12 l. 10 s. vers 1470 et 1475, pour estre venu devers nous (ibid.). Montjoie roi d’armes de France a reçu 6 florins de la ville de Nantes au moment de la Proclamation de la paix franco-bretonne en septembre 1488 (Invt. somm., t. 1, p. 121, d’après CC 103).
B.N.F., ms. français 8269, F 139.

54 Ibid.

55 Nantes, A.D.L.A., B 7, F 55 v° et 137 v°.– Potier De Courcy, op. cit., t. 1 p. 143. Mort avant 1516. La maison qu’il possédait jadis dans la paroisse de Saint-Laurent, à côté de celle de Guillaume Lebel, chirurgien du duc, est aussi connue (Invt. Somm., t. 1, p. 272, d’après DD 4).

56 B.N.F., ms. français 8310, f° 190 v°.– Potier de Courcy, op. cit., t. 2, p. 387.

57 Nantes, A.D.L.A., E 209/23 f° 1 v° et 27 r°.– Potier de Courcy, op. cit., t. 2, p. 5.

58 Nantes, A.D.L.A., B 7, f° 75 v° ; B 13, f° 43 v°.– Potier de Courcy, op. cit., t. 2, p. 600.

59 Nantes, A.D.L.A., E 209/23, f° 30 r°.

60 Nantes, A.D.L.A., B 8, f° 187 v°.– Potier de Courcy, op. cit., t.1, p. 299.

61 Nantes, A.D.L.A., H 225, no 29.– Potier de Courcy, op. cit., t. 2, p. 210. Comme Vannes chevaucheur, il a reçu 27 s. 6 d. de don pour le rest de certain voiage quil a fait devers nous [le duc] vers 1485 (Landévennec, FL, 4B/126).

62 Nantes, A.D.L.A., B 7, f° 77 v°, quand il eut diminué la somme de 22 l. 10 s. pour les six derniers mois d’une ferme de trois ans en considération de la guerre et la mortalité qui régnait.

63 J. Kerhervé, L'État breton aux XIVe et XVe siècles. Les ducs, l'argent et les hommes, t. 1, Paris, 1987, p. 435.– Nantes, A.D.L.A., E 153/11 ; B 3, f° 142 v° ; B 4, f° 86 v°, 100 et 130 r°-v° ; B 8, f° 191 v°.– Saint-Brieuc, A.D. Côtes-d’Armor, E 903, 922, 941 et 1478.

64 Guingamp, Archives municipales, AA, liasse 3, no 43 et liasse 7 (Livre Rouge), no 8, prins du corps luy, araché son esmail et luy osté les lettres et saufconduytz que par luy nous aurez envoyez, et ce matin s'en est party led. escuyer [Jacques le Moine] et a emporté lesd. esmail et saufconduytz sans les nous avoir aulcunement congnez par ou ne povons scavoir l’effeit d’iceulx dont suymes grandement desplaisstz. Le 14 novembre 1494, Jean Darrau, fils de Pierre Darrau, dit Guingamp le poursuivant donna une quittance pour le paiement de 4 l. 1 s. 1 d. pour avoir porté des lettres aux sénéchaux de Saint-Brieuc, de Tréguier et de Saint-Pol de Léon en avril 1474, signant la quittance J. Darouau (Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins).

65 Nantes, A.D.L.A., B 6, P 47 r°.

66 Il est mentionné comme poursuivant « du duc » au mois de mars 1468 partant de Rennes à Craan [Craon, dép. Maine-et-Loire] (Stein, op. cit., p. 673), mais c’est peut-être une erreur du clerc qui a omis de Bretagne après avoir écrit poursuivant du duc dans ses comptes.

67 Nantes, A.D.L.A, B 9, f° 173 v°.

68 Lettres de Jean V, t. 3, no 1797.

69 B.N.F., ms. français 8267, f° 137, 138, 144, 145. En mai 1431 il fut envoyé encore une fois à Paris et à Rouen près du duc de Bedford, du comte de Warwick et du conseil du roi Henry VI en France (B.N.F., ms. français 11542, f° 12, no 93) et en juin 1431, avec le chancelier Malestroit, Jean Prégent et Alain Coaynon, il se rendit en ambassade devers le Roy et le sire de Tremoille à Amboyze (id., no 101).

70 B.N.F., ms. français 11542, f° 27 r°.

71 Id., f° 28 r°.

72 Id., f° 18 r° et 21 r°.

73 Id., f° 20 et 26 r°.– Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins.– Morice, op. cit., t. 2, col. 1261. Plus tôt, vers Noël 1429, il fut envoyé au duc de Savoie lui porter lectres pour proroger la journée prinse sur le fait du mariage de Monseigneur le Conte (id., f° 5.– Morice, op. cit., t. 2, col. 1231.– Lettres de Jean V, t. 3, no 1877).

74 Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins. Pour les instructions qu’il a reçues le jour de Noël 1425, voir Morice, op. cit., t. 2, col. 1183-1186 et Lettres de Jean V, t. 3, no 1652.

75 Le Voyage d’Outremer de Bertrandon de la Broquière, éd. C. Schefer, Paris, 1892, p. 246.

76 B.N.F., ms. français 11542, f° 5 r°, 6 r° et 8 r°.

77 Jean Chartier, Chronique de Charles VII, roi de France, éd. A. Vallet de Viriville, t. 1, Paris, 1858, p. 206-207.

78 Nantes, A.D.L.A., B 5, f° 59 r°.

79 Nantes, A.D.L.A., E 106.– Morice, op. cit., t. 3, col. 496.

80 B.N.F., ms. français 8310, f° 219 r°. Vers 1500, à Olivier Estienne, dit Plesance, poursuivant, 10 écus furent donnés par la ville de Nantes pour avoir apporté lettres de par la Royne de la prinse de sieur Ludovic [Sforza] (Invt. somm., t. l, p. 123, d’après CC 105).

81 Phillipps ms. 18465, p. 115 (1419).– Lettres de Jean V, t. 4, no 2198 (Basle), où on appela Montfort le héraut du comte de Montfort.

82 C’est un Espagnol, Pierres Dalakia qui fut payé pour son deffroy d’aller devers nous et pour noz affaires es parties Despaigne vers 1482-1483 (Landévennec, FL, 4B/126). Vers 1489-1490 on trouve Francois de Royer, chevalier, ambassadeur venu devers nous de par le Roy et Royne Despaigne de don que lui avons fait pour lui aider a porter la mise qu'il a eu en nostre service, 1000 l. et un paiement de 25 s. A Jehan de la Mote chevaucheur de nostre escurerie pour son deffroy d’aller de par nous porter lectres apres les ambassadeurs d’Espaigne (id., 4B/135). Les visites en Bretagne de Joyeux aller, héraut du roi de Castille et d’autres hérauts castillans et navarrais en 1428 sont mentionnées dans B.N.F., ms. français 8267, f° 139 et 150.

83 Nantes, A.D.L.A., B 2, f° 18 r°.

84 Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins.

85 Ibid.

86 Les détails qui suivent sur la carrière de Gentilhomme sont tirés de Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins et Landévennec, FL, 4A/116, 118, 123 ; 4B/126, 127 et 129.– Morice, op. cit., t. 3, col. 606.

87 Pour Châteaugontier, dép. Mayenne.

88 La responsabilité du héraut quant au transport de lettres entre conjoints est confirmée par les « Réponses » du roi d’armes Anjou (cf. Keen, Chivalry, p. 137).

89 Landévennec, FL, 4B/127, vers 1485.

90 Invt. somm., t. 1, p. 195 d’après CC 269, pour aller à Vannes, porter lectres de la ville pour les Estatz.

91 Phillipps ms. 18465, p. 65 et 69.

92 B.N.F., ms. français 11542, f° 19 r° et 22 r°.

93 Morice, op. cit., t. 2, col. 1374.– A. Bourdeaut, Gilles de Bretagne : entre la France et l’Angleterre, les causes et les auteurs du drame, M.S.H.A.B., t. 1, 1920, p. 69.

94 B.N.F., ms. français 8267, f° 142.– Phillipps ms. 18465 p. 115 (1419).

95 B.N.F., ms. français 8267, f° 142.

96 Pocquet du Haut-Jussé, Les comptes, p. 97, no 8.– Morice, op. cit., t. 2, col. 1316. Vers septembre 1433, il fut envoié devers les comtes de Huntiton et Darondel et le sire de Scalles lour porter lettres de par mondit seigneur (Landévennec, FL, 4A/57.– Morice, op. cit., t. 2, col. 1260).

97 Morice, op. cit., t. 2, col. 1718.

98 Landévennec, FL, 4B/126.

99 A pluseurs messagiers pour certains deffroiz les sommes qui ensuivent, savoir a ung homme venu des parties de Tours devers nous, vj escuz. Item, a ung autre venu nous apporter certaines lettres, x escuz. Item, a ung certain homme de nostre don, xx escuz. Item, a ung autre messaigier de nostre don, deux escuz. Item, a ung autre pour aller en certains lieux, x escuz. Et pour lui aider a avoir ung cheval, xv escuz, somme Ixxv escuz. Et que voulons valloir aud. Francois par ces presentes avecques la relacion de maistre Guillaume Gueguen sans autre declaracion ne nominacion pour ce, iiijxxx xij l. ijs. vjd. (Landévennec, FL, 4B/127).

100 Id., 4B/135 ; plus tôt, il a reçu 65s pour son deffroy d’aller à l'ost des Francoys devers le lieutenant dud. ost et armee pour recouvrer ung saufconduyt et pour aucun personnaige (id., 4B/133).

101 Nantes, A.D.L.A., B, Parchemins.

102 Cf. H. Stein, Les habitants d’Évreux et le repeuplement d’Arras en 1479, B.É.C., t. 84, 1923, p. 284-297.

103 S. Luce, Histoire de Bertrand du Guesclin ; la jeunesse de Bertrand, Paris, 1876, p. 25.

104 Rennes, A.D. Ille-et-Vilaine, 1 F 1542 (tournez).– Luce, op. cit., p. 25.

105 Cf N. Spéranze, Les chevaleresses de l’Hermine, Le Foyer Breton/An Oeled, no 66, 1932, p. 312-315.– Jones, Les signes, p. 172-173.

106 Arthur lui-même fit une référence sardonique à cette caractéristique quand il signa des lettres vostre vielle type (E. Cosneau, Arthur de Richemont, Connétable de France, Paris, 1886, p. 583).

107 A. de La Borderie et B. Pocquet, Histoire de Bretagne, t. 4, Paris-Rennes, 1906, p. 441-442,445, 472, 504-507.

108 Nantes, A.D.L.A., B 8, f° 28 v°.

109 Id., B, Parchemins.

110 Morice, op. cit., t. 2, col. 1412.– Pocquet du Haut-Jussé, Les comptes, p. 95 n. 4.– A. Couffon de Kerdellech, Recherches sur la chevalerie de Bretagne, t. 1, Saint-Brieuc, 1877, p. 128 (1459).

111 Morice, op. cit., t. 2, col. 1687, 1724.– A. Kazérawski et G. Rosec, Vivre et mourir à la cour des ducs de Bretagne, Morlaix, 1993, p. 23-24 (sans référence spécifique aux sources) mentionnent que François II a arrangé des joutes à Cholet (dép. Vendée), où Antoinette de Maignelais, dame de Villequier, habitait, en mai et juin 1461, des joustes au chasteau de Nantes devant la duchesse en 1480, un tournoi tenu à Nantes en novembre 1486 où le roi d’armes Roussillon fut présent, et un autre tournoi dans le Bouffay à Nantes au début du Carême 1485, le prix ayant été gagné par le maréchal Rieux. En 1505 Bretagne fut chargé de préparer des listes à Rennes pour un tournoi en présence de la reine Anne (Rennes, Arch. Municipales, 20, une référence gentiment fournie par le Dr Mark Warner). Ce registre donne beaucoup de détails sur la construction de quelques galeries pour la reine, ses dames et d’autres spectateurs, ainsi qu’un échafaud pour les hérauts à côté d’une autre galerie, où se trouvaient les juges du tournoi.

112 Le premier compte rendu du couronnement d’un roi d’armes est celui de Chariot, roi d’armes de France, par Charles V (mort en 1380), et, depuis son règne, il reste quelques grands armoriaux comme celui du héraut Gelre et du roi d’armes Navarre (Keen, Chivalry, p. 134 et s.).

113 Cf. M. Jones, Les ambassades de Roger Machado, le héraut Richmond en Bretagne (1490), 1491. La Bretagne, terre d’Europe, p. 147-160.

114 Le premier rôle d’armes breton connu concerne Lost de 1294, mais il est malheureusement perdu et nous le connaissons simplement en partie d’après une copie de Roger de Gaignières : M. Pastoureau, L’héraldique bretonne des origines à la guerre de succession de Bretagne, Bulletin de la Société archéologique du Finistère (= B.S.A.F.), t. 101, 1973, p. 140-147 [réimprimé dans son recueil L’Hermine et le Sinople. Études d'Héraldique médiévale, Paris, 1982, p. 200-207]. Le rôle d’armes breton le plus complet, avec plus de deux cents personnages représentés à une date très précise, est aussi une copie faite par Gaignières : M. Pastoureau, Le rôle d’armes du second traité de Guérande (1381). Une « photographie » de l’héraldique bretonne à la fin du xive siècle, B.S.A.F., t. 104, 1976, p. 103-152 = L’Hermine et le Sinople, p. 208-258, mais c’est aussi une œuvre capitale parce que « nous n’avons d’équivalent dans aucune autre région d’Europe occidentale » pour une date aussi reculée.

115 A. Manning, The Argentaye Tract, edited from Paris, BN, fonds français 11464, Toronto-Buffalo-Londres, 1983, écrit probablement entre 1481 et 1491.

116 Cf. Nassiet, Signes de parenté, p. 175-232.

117 Encore une fois, je suis très redevable à Renée Neuville qui a bien voulu traduire cette communication.

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search