Version classiqueVersion mobile

À l’ombre du Pouvoir

 | 
Jean-Louis Kupper
, 
Alain Marchandisse

L’animation de la cour de Navarre (vers 1350 – vers 1430)

Béatrice Leroy

Texte intégral

1La cour de Navarre n’a qu’une brève existence, à l’époque médiévale, car la cour ne vit qu’avec son roi, et avant 1350 le roi de Navarre est très peu présent dans son royaume. À l’époque des Sanches, du xe au xiiie siècles, au moment de la naissance et des changements territoriaux qui font évoluer la Navarre, les rois de l’An Mil et de la reconquista vivent d’expéditions militaires ou de cours de justice, et ne se fixent que dans des forteresses-garnisons ou surtout dans des établissements ecclésiastiques lorsqu’ils se trouvent en Navarre. Puis après 1234, les rois de la dynastie de Champagne ne viennent que de temps à autre, ceux de la dynastie de France ne viennent pas du tout. De plus, la cour et son animation sont des réalités de la fin de l’époque médiévale, lorsque les concepts politiques font naître une administration et un personnel de serviteurs de l’État et exigent du roi une représentation de faste et de gloire à la tête d’une nation.

  • 1 Abréviations : Arch. Nav. : Pampelune, Archivo de Navarra, Diputación Foral ; R C. : Registros de (...)

2Charles II roi de Navarre et comte d’Évreux (1349-1387) et son fils Charles ID (1387-1425) ont rempli ce rôle dans leur royaume, rôle parfaitement préparé par les premiers rois de la dynastie nouvelle revenue en 1328, Jeanne de France († 1349) et Philippe d’Évreux († 1343) qui avaient tenu à participer du plus près possible à la vie de leur royaume ; rôle encore tenu quelque temps en Navarre après la mort de Charles III par sa fille héritière Blanche et son mari Jean d’Aragon. Encore faut-il préciser que Charles II ne réside vraiment en Navarre qu’après 1364, et que les deux souverains quittent souvent leur État pour leurs terres françaises, pour la cour de France, et au cours de leurs voyages, ils s’arrêtent chez les princes de Bourgogne, de Bretagne, chez les souverains d’Aragon ou chez le pape à Avignon. Mais la cour suit le roi dans ses déplacements1.

1. Le cadre et le support matériel

3Une cour de 300, 400 personnes peut-être, en comptant les offices domestiques, les gardes militaires, les spécialistes divers des jardins et des dépendances, et l’arroi de la famille royale et de ses invités, cette cour doit se loger et marquer par ses réalisations construites que, malgré l’exiguïté du royaume, le pouvoir n’est pas à prendre. La souveraineté se met en scène et tout le monde le comprend ainsi.

  • 2 B. Leroy, Les grands chantiers publics en Navarre sous la dynastie d’Évreux (1328-1430), La Constr (...)

4Philippe et Jeanne d’Évreux avaient fait remanier le château de Tafalla au cœur du royaume, et avaient résidé volontiers à Pampelune dans le très ancien château urbain dominant le quartier de la cathédrale. Leurs fils Charles U et son frère l’infant Louis, qui joue parfaitement le rôle de roi délégué, de lieutenant en Navarre pendant la prison et les voyages de son frère, font édifier Olite, palais que remanie et embellit sans cesse Charles III après eux ; on doit également à ces deux souverains la reprise de fond en comble du château de Tudela, la citadelle essentielle du sud du pays qui gouverne la vallée de l’Ebre. À Olite, les réparations semblent se poursuivre constamment. À Tudela, la principale période des chantiers se situe entre 1380 et 1395. Il ne faut pas négliger les trois châteaux d’Estella, et à la fin de la période la maison forte ou plutôt de plaisance de Sanguësa2.

  • 3 Arch. Nav., R.C., t. 283.
  • 4 En 1385, le lion du roi s’appelle Marset : Id., Comptes, caj. 52, no 16 ou R.C., t. 184, f° 62. En (...)
  • 5 En 1409 : R C., t. 301, f° 24 et 27 : [...] A Martin de la Renteria et MichelMeyte, porteros, por (...)

5À Tudela, de grandes rampes et arcades courent de la rive de l’Ebre au haut de la colline Santa Barbara où est édifié le château royal, qui a des galeries ouvertes, des voûtes peintes, des statues d’albâtre, des landiers « maures de fer » dans les grandes cheminées. À Olite, palais de plaine, fortifié seulement pour le décor, tout est conçu pour l’agrément du séjour, avec une glacière, un système de roues élévatrices donnant l’eau courante dans les pièces, et des tapisseries, des peintures, des boiseries rehaussées de feuilles d’or3. La ménagerie d’Olite de Charles II et Charles III a son lion, sa lionne, son autruche, son chameau ; sa volière avec ses autours des Pyrénées et ses faucons élevés à Pampelune ; sa meute et les lévriers qu’aime tant Charles III ; et sa remarquable écurie, car les chevaux du roi de Navarre sont recherchés dans tout l’Occident et les souverains les achètent en Lusitanie et en Castille avant de les faire dresser dans leurs haras de Pampelune4. Les jardins du palais d’Olite ont des parterres de nard, de safran ; des caisses d’orangers et de citronniers achetés à Valence et convoyés avec des esclaves et tous les produits méditerranéens, par les voies maritimes et fluviales jusque dans ce bassin médian de l’Ebre5.

  • 6 En 1386, le peintre Guillem de Bayonne, R.C., t. 189, f° 94 ; en 1406, le tapissier de haute lice (...)

6Charles III aime les objets de curiosité et montre volontiers à Olite son arbalète de Turquie, sa mappemonde, son horloge que maître Henri et maître Thierry de Belduc réalisent pour lui. Les rois ont des peintres bayonnais, et Charles III le sculpteur Jean Lomme de Tournai, qui réalise pour lui et la famille royale le superbe sépulcre de la cathédrale de Pampelune. On sait encore qu’un peintre breton a enluminé un livre d’Heures et que le tapissier Jean de Noyon travaille pour la cour6. Des artistes internationaux sont donc retenus à la cour de Navarre, qui sait les payer et les honorer.

  • 7 Entre autres exemples, qui se répéteraient chaque année : en 1362, il faut une « douzaine » de gin (...)

7Les comptes de l’Hôtel du roi donnent les détails des banquets royaux. Aux fêtes carillonnées ou aux réceptions, on consomme très largement les volailles, les œufs, les viandes et les poissons que peut produire la Navarre. Les goûts espagnols et méditerranéens s’imposent à cette cour, car en plus des centaines d’oranges données aux desserts, la fruiterie de l’Hôtel fait venir le safran, le riz, les clous de girofle, les poivres, les sucres, le « pignonat » et le « massapan7 ».

  • 8 Le Juif Samuel Amarillo va en 1388 à Saragosse acheter pour Charles III 3 700 ventres de menu vair (...)
  • 9 Un simple exemple : en 1358, R.C., t. 86, f° 125 : [...] Item a Martin d’Echarri, mercadero de Pam (...)

8Le roi doit vêtir sa cour selon les couleurs liturgiques, et il n’y manque pas. Le blanc de Noël, le noir de la Passion, le rouge de la Pentecôte, le vert de mai, habillent la cour. Dans cette fin du xive siècle, on se vêt à la cour de Navarre de velours noir, de satin rouge et or, de pourpoints brodés de perles et d’écailles de nacre ; on double tout habit de ventres de vair, d’écureuil d’Allemagne, de létices et d’hermines8. Charles II offre des draps de soie blanche pour les noces des dames de la cour ; Charles III fait venir des crespines de Saragosse pour les infantes, et des chapeaux de velours, de feutre, et de paille, de Paris et de Valladolid pour lui-même. On aime les draps de Bruxelles, de Gand, d’Ypres, autant que les velours et les satins des villes méditerranéennes. Les modes des Pays-Bas et d’Espagne l’emportent souvent sur la mode de Paris9.

2. Les personnalités en présence

9La cour est un lieu de rencontres, de pourparlers, d’ambassades et de réceptions. Les rois et leur famille proche la marquent de leur personnalité. Les caractères et les carrières politiques de Charles II et de Charles III, « le Mauvais » et « le Noble », sont bien connus et il n’est pas de ce propos d’y revenir. Charles II est très aimé en Navarre à qui il redonne le lustre oublié.

  • 10 B. Leroy, El cartulario del Infante Luis de Navarra del ano 1361, Pampelune, 1981.– Id., Un seigne (...)

10La famille d’Évreux-Navarre est au cœur d’alliances internationales. L’épouse de Charles II, la reine Jeanne, princesse de Valois, est très active dans le royaume et prend souvent des initiatives dans la vie de la cour. L’infant Philippe, comte de Mortain, dernier frère de Charles H, ne parait guère en Navarre ; mais l’infant Louis, on le sait, y tient une place prépondérante. Marié à une Navarraise des Montagnes du Nord, Maria de Lizarazu, il retient dans son service tout un clan de nobles de ces régions, les Lizarazu, Lacarre, Laxague, désormais très installés à la cour et dans les offices, une nouvelle noblesse qui rejoint les vieilles familles nobles navarraises, les Aibar, Rada, Peralta, Gramont, de l’ensemble du royaume, toujours présentes dans le gouvernement du royaume10. Le roi Charles II fait cependant épouser par son frère en 1363 Jeanne de Naples, fille de Charles de Durazzo, et Louis s’éloigne en 1376 pour des expéditions en Italie. Agnès de Navarre, épouse malheureuse de Gaston Fébus de Foix-Béarn, revient vivre en Navarre dans la charité de son frère et de son neveu. Blanche, femme et veuve de Philippe VI de Valois, en 1350, demeure en France où elle se montre très diplomate entre le roi de France et le roi de Navarre. Enfin, Jeanne épouse le duc de Rohan. À la génération suivante, Charles III, mari de Leonor de Trastamare, aime recevoir chez lui ses beaux-frères et ses neveux les Trastamares de Castille et de la couronne d’Aragon à partir de 1412. Parmi les sœurs de Charles III, il convient de retenir Jeanne, mariée au duc Jean IV de Bretagne-Montfort puis au roi Henri IV d’Angleterre. Pierre de Navarre, comte de Mortain, frère cadet de Charles III, ne vient pas en Navarre, mais le roi descend chez lui à Paris. Charles III a plusieurs filles, dont Jeanne, mariée à un Foix-Grailly, et Blanche à Martin le Jeune de Sicile (dernier de la famille aragonaise de l’ancienne dynastie) puis à Jean de Trastamare-Aragon, qui portera en 1425 avec elle la couronne de Navarre.

  • 11 R. Pagola, Les Ambassadeurs de Navarre sous le règne de Charles III, 1387-1425, Mémoire de TER, Un (...)
  • 12 Voici un échantillon de cadeaux offerts et payés le 26 août 1361 par l’infant Louis à diverses per (...)
  • 13 Les expéditions armées en péninsule ibérique amènent en Navarre une clientèle internationale. Voic (...)

11Les Bretons, les Anglais, viennent en ambassade en Navarre, comme les Français, comme les Béarnais, comme bien sûr les Castillans et les Aragonais, de même que les ambassadeurs navarrais sont envoyés dans tous les pays voisins11. La politique internationale s’entrecroise en Navarre, qui reçoit sous Charles II les routiers anglais aussi bien que Bertrand du Guesclin, le cardinal de Boulogne et Jean de Lagrange12, et puis sous Charles III Jean de Lancastre, le duc de Bourbon, ou Ferdinand d’Antequera13. Les rois et leur famille ont appris le navarrais, un espagnol très proche du castillan ; leurs actes écrits personnels en font foi, ils s’expriment cependant en français. Mais la chancellerie est bien navarraise, comme toute la société promue au gouvernement, et les traducteurs-interprètes sont toujours en activité.

  • 14 En 1386, les toreros sont Gilet Sanchez de Molina, Johan de Zaragoza, et Bernardon de Montalban : (...)
  • 15 Ainsi en 1385, R.C., t. 183, P 32 et 34, ou en 1421, R.C., t. 365, f° 36.
  • 16 Comptes, caj. 47, no 24, II.

12Un roi recevant un prince, ou l’ambassadeur de ce prince, se doit d’organiser des fêtes. Les fêtes joyeuses animent la Navarre, les mariages princiers, les baptêmes des enfants, les réceptions, sont marqués de tournois, de banquets et plus volontiers de corridas. On fait venir des taureaux de Saragosse, souvent avec des matadors, qu’on récompense comme il se doit14. Les danseurs de corde viennent de Bayonne, les jongleurs et danseurs et autres batteleurs de la couronne d’Aragon, les joueuses de harpe sont anglaises et les maîtres d’orgue des pays du Nord15. En 1384, Charles II reçoit Lionel d’Arménie, un Lusignan du royaume de Chypre qui fut captif des Turcs, racheté par une collecte internationale, et qui vient remercier le pape d’Avignon, le roi de France, puis s’arrête en Navarre en allant en pèlerinage d’action de grâce à Santiago ; Charles II lui offre une nef de table garnie de 2 000 florins de pièces d’or16.

  • 17 En 1362, ces joyaux de la reine sont achetés à Bruges chez Henri Brodelin et Baudouin de Vos : Com (...)
  • 18 En 1358, Charles II offre à Bernart Folcaut l’évêque de Pampelune pour sa première messe dans la c (...)
  • 19 B. Leroy, Quelques pièces de vêtement à la cour de Navarre à la fin du xive siècle, Milieux nature (...)
  • 20 En 1392 et 1393, les colliers à la devise royale et les façons de lettres d’or : Comptes, caj. 63, (...)

13Les bijoux en effet, et toutes les pièces d’orfèvrerie, sont commandés pour la cour à l’occasion de ces fêtes. Ce sont des orfèvres de Bruges qui ont travaillé en 1362 les couronnes de la reine Jeanne. Charles II fait acheter chez eux quatre couronnes, un chapelet (tresse brodée dressée autour de la tête) et une croix d’or, les couronnes valant 6 000 réaux, 3 500, 12 000 et 4 500 respectivement, la croix 4 000 réaux, et le chapelet, qui a 72 perles, 24 diamants, 25 émeraudes et 52 rubis balais valant 2 000 réaux d’or17. Dans les décennies qui suivent, les orfèvres de Pampelune, de Tudela, ou des villes aragonaises, sont plus volontiers sollicités ; et ils le sont constamment. Car les rois offrent des tasses d’argent18, des pierres précieuses, des miniatures d’orfèvrerie à leur entourage, et tous portent saphirs, rubis, émeraudes, perles à leurs doigts ou cousus dans leurs habits19. Charles III crée l’ordre de chevalerie du Lévrier Blanc, et fait façonner des lettres d’or, « A bonne Foy », la devise de l’ordre, portées en chaîne autour du cou ou cousues dans les habits, lettres offertes en abondance aux nobles de cette nouvelle chevalerie de cour20.

3. Les responsables

  • 21 En 1350 (R.C., t. 61, f° 124 à 141), le maître de la Chambre aux Deniers et maître de l’Hôtel est (...)

14Rien n’étant improvisé, l’animation de ces fêtes, ou tout simplement de la vie quotidienne dans Olite ou dans Tudela, repose sur des officiers, les maîtres de l’Hôtel, les chambellans, les maîtres des offices domestiques (cuisine, paneterie, fruiterie, fourrière, écurie, échansonnerie, se trouvent naturellement en Navarre comme en toute cour). En 1350, lorsqu’il vient avec plus de 400 personnes se faire couronner à Pampelune, Charles II n’a encore que des officiers normands à ses côtés, Jean de Gravelle, Jean de Neufons, Jean de Champgrandbourg, pour les principaux. Son maître de l’écurie reste longtemps Jean Testedor21. Puis, comme pour tout l’ensemble de son personnel gouvernemental, l’équipe française laisse peu à peu la place à un milieu navarrais. La noblesse navarraise, vers 1380-1420, a les titres et les fonctions de chambellan, de maître de l’Hôtel ; des hommes comme Martin d’Aibar, Pes de Laxague, Beltran de Lacarra, Pero de Peralta, sont responsables du ravitaillement, des nominations aux offices, des convois de chevaux et de l’entrain des fêtes. Les maîtres des finances du royaume sont également navarrais. Les trésoriers de Charles III sont Juan Caritat, un franco de Tudela, ou Garcia Lopez de Roncesvalles, de Pampelune. Son chancelier est Francisco de Villaespesa, de la noblesse de Tudela.

  • 22 En 1397, Charles III achète au pelletier juif de Pampelune Salomon Levi, pour 214 l. 6 d., 244 ven (...)
  • 23 B. Leroy, The Jews in Navarre in the Late Middle Ages, Jerusalem, 1985. Voici quelques Juifs au tr (...)

15Il faut faire travailler sur place, autant qu’acheter à l’étranger, et les rois le comprennent parfaitement, passant commandes, au fil des ans, aux orfèvres, pourpointiers, couturiers, pelletiers, savetiers, bourreliers de Pampelune, de Tudela, d’Estella. Tout le monde navarrais est impliqué dans ces services, les francos négociants des villes, les Cruzat de Pampelune, les Caritat et les Renaît d’Ujué de Tudela, qui peuvent faire venir tout ce qu’on commande, les chevaux comme le drap de Bristol ou le velours d’Italie ; ou les Juifs des villes de Navarre qu’on rencontre partout, des couturiers et pelletiers22, des orfèvres, ou des négociants et des prêteurs, tel Samuel Amarillo, qui dispose d’un service permanent de trois chevaux et deux valets pour la fourniture de la cour, voyage lui-même ou fait voyager de Saragosse à Tudela et à Olite. Ainsi, il fournit tout le nécessaire en cire, draps noirs, et pièces d’or, pour les funérailles de Charles II en janvier 1387 et reste au service de la cour de Charles HI. Les réseaux juifs de Navarre et d’Aragon permettent le travail artisanal, la fourniture, et le soutien financier nécessaire à ces constantes dépenses. Les personnalités juives les plus actives, en toutes ces responsabilités, auprès des rois, sont Ezmel Evendavid, Jeuda ben Menir, Nathan del Gabay, et Josef Orabuena qui est médecin des deux souverains et Grand Rabbin de Navarre ; son fils Jeuda vit à la cour et porte la livrée royale23.

  • 24 Ainsi, en 1421, R.C., t. 365, les épices, confiseries et « apothecarerias » coûtent 800 l. 19 s., (...)

16Les dépenses de la cour se chiffrent en milliers de livres, tous les ans, un beau destrier peut valoir de 150 à 200 livres, un lot d’hermines 20 livres, une couronne orfévrée 2000 livres...24. Il faut emprunter, aux nobles, aux francos, aux autres princes, et aux Juifs, et rembourser le plus souvent en donnant quelque temps les revenus des rentes fiscales, pour payer tout le nécessaire, et ce nécessaire des fêtes de la cour est un souci quotidien.

***

17Mais ces préoccupations forment aussi le bonheur quotidien du roi, de la cour, du royaume. Après 1430 la cour ne vit plus en Navarre, ou si peu, ou si tardivement, vers 1490-1510. Au xve siècle les Navarrais ont aimé le prince Carlos de Viana, qui a vécu quelque temps à Sanguësa. Mais les rois n’ont pas su résider dans le royaume, en ce siècle, et l’ont gouverné depuis Barcelone, Gerone, ou Saragosse, ou Pau à la fin. La cour de Navarre, qui n’avait plus rien de navarrais, a revécu au xvie siècle à Pau et à Saint-Palais au temps de Jeanne d’Albret, et plus tard à Nérac. Mais c’est une autre histoire, qui n’a plus rien de médiéval.

Annexes

ANNEXE. Dépenses de la cour de Charles III, arrêté à Bordeaux, au retour de son séjour à Paris.

Bordeaux, 9 septembre 1398

Pampelune, Arch. Nav., Comptes, caj.76, no 32, X

Charles, par la grâce de Dieu Roy de Navarre Conte d’Evreux, a nos ames a feaulx gens de nos comptes, Salut. Nous avons fait poier e delivrer par Johan le Roux commis au fait de notre Chambre aux Deniers, les sommes d’argent qui ensuivent, pour les causes cy apres desclareez.

Primerement, a Arnouton de Bourdeaux, marchant, pour V aines de frize noire que Nous fismes achater de lui a Bourdeaux IXè iour de ce present moiz de septembre, pour nous vestir, huit frans trois quars.

Item a plusieurs marinniers de Bourdeaux e de Blaye pour leur travail e salaire de passer en leurs vesseaux par la riviere de Blaye a Bourdeaux tous nos gens e IIIc XXIIII chevaux de nous e de nos gens a notre retour de France, a V chevaux pour un franc par marchie fait aux dis marinniers, pour ce Soixante quatre frans troiz quars dix deniers parisis.

Item a Bemin Pelleton maistre du baliner du Captai de Buch, pour sa poine e travail de deux voiages quil a passe notre personne en son baliner, la dicte riviere, cest assavoir a notre alee en France e a notre retour, pour ce lui avons fait poier Vint Cinq escus valent Vint Huit frans deux soulz parisis.

Item a Gaillot notre fauconnier a lui delivrez VIH0 iour du dit moiz de septembre pour fere ses despens a aller par le pays de Gascoigne querrir faucons pour nous, six escus, valent six frans trois quars.

Item a Michelco notre aubalestrer, a lui delivrez au dit iour pour fere ses despens a aller de Bourdeaux en Navarre porter lettres de par nous, pour ce deux escus valent deux frans un quart.

Item a Jehanillo de Castille escuier de notre chere amee compaigne la Roynne, que nous lui donnasmes de don, pour une foiz, IXè iour du dit moiz en la ville de Bourdeaux, trois escus, valent trois frans six soulz parisis.

Item a un messagier du sire de Pons qui nous apporta ou dit iour certaignes nouvelles a Bourdeaux, pour don audit messager, dix frans.

Item a un variet du sire de Lesparre qui oudit iour nous apporta faucons de par son maistre, pour don audit varlet huit frans.

Item, a Martin d’Aybar notre eschançon, e a Guillemin de Seres, pour un drap de soye e une piece de camelot que nous avions fait prendre deulx, et les donnasmes a deux escuiers de Charles de Rohan quant il prinst congie de nous a Fontenay le Comte, cest assavoir pour le drap de soye, vint escus e pour le camelot douze escus. Monte tout trente six frans.

Item, a Jehannico Garvayn notre argentier, pour II coliers blans dargent de notre devise dont nous avons envoie l’un a Mossen Gienffroi Ruffier chevalier maistre d’Ostel du duc de Bretagne, e l’autre avons donne a Bourdeaux a un chevalier Gascon, pour ce, six frans.

Si, vous mandons que les parties dessusdites qui montent ensemble VIIIxxXIIII frans X deniers Parisis, vous allouez es comptes du dit Jehan le Roux e rebates de ses receptes, en vous rendant ces presentes tant soulement, sanz autre quittance ou certiffïcacion, avoir donne a Bourdeaux soubz le seel de notre chancellerie, le IXè jour de septembre l’an de grace Mil CCC IIIIxx Dix Huit. Par le Roy, P. de Guirior.

Notes

1 Abréviations : Arch. Nav. : Pampelune, Archivo de Navarra, Diputación Foral ; R C. : Registros de Comptos ; Comptes : Documentas de Comptos. Tout ceci est évoqué, précisé, dans diverses études : B. Leroy : Le Royaume de Navarre ; les hommes et le pouvoir, XIIIe-XVe siècles, Biarritz, 1994.– Id., La cour des rois Charles II et Charles III de Navarre (vers 1350-1425), lieu de rencontre, milieu de gouvernement, Realidad e imagenes del poder, éd. A. Rucquoi, Valladolid, 1988, p. 233-248.–Id., La cour des rois de Navarre dans la deuxième moitié du xive siècle et au début du xve siècle, une rencontre de techniciens, Anuario de Estudios medievales, t. 16, 1986, p. 307-318. Cf. pièce justificative à propos de la cour en voyage.

2 B. Leroy, Les grands chantiers publics en Navarre sous la dynastie d’Évreux (1328-1430), La Construction dans la péninsule ibérique (XVe- XVe siècle), Cahiers de la Méditerranée, t. 31, 1985, p. 55-71.

3 Arch. Nav., R.C., t. 283.

4 En 1385, le lion du roi s’appelle Marset : Id., Comptes, caj. 52, no 16 ou R.C., t. 184, f° 62. En 1387, le chameau et l’autruche : Comptes, caj. 53, no 38, II et LXII. Les gardes-vétérinaires sont généralement des Juifs de Navarre. Les autours des Aldudes et les faucons : en 1352, R C., t. 70, f° 11, en 1360, t. 96, f° 40, en 1386, t. 189, f° 38 : [...] A Johan Falconero del Rey, pora la provision de los falcones del Rey qui tenia en muda en Valtierra, por coda dia III s. en tanto que seran en la dicta muda, que montan por mes VI livras, segunt se contiene, por mandamiento del Rey, data IIII° dia de Junio LXXXVI, XII livras [...]. En 1362, le sergent d’armes Martin Duart va en Castille acheter 25 chevaux pour Charles II, à Salamanque. Il en achète pour 1 088 l. 13 s. 6 d. de Navarre, et ses frais généraux montent à 1 453 l. 2 s. 3 d. : Comptes, caj. 16, no 16. En 1377, une année parmi bien d’autres, un cheval bai à pieds blancs, est acheté en Castille pour 203 florins d’Aragon, qui, à 16 s. pièce, valent 162 l. 8 s. de Navarre : Comptes, caj. 33, no 13, IV. Tous les prix se rencontrent selon la qualité de la monture. En 1391, Charles III achète pour 32 florins à Vincenot Garin, l'un de ses écuyers, un cheval qu’il offre à ses deux ménestrels, Teste de Fer et Nicolas : Comptes, caj. 61, no 35, IV. Mais en 1399, Charles III paie 160 florins un coursier rouan qu’il offre au seigneur de Clisson : Comptes, caj. 77, no 29, X.

5 En 1409 : R C., t. 301, f° 24 et 27 : [...] A Martin de la Renteria et MichelMeyte, porteros, por yr en comendamiento del thesorero a ciertos logares de las Merindades d’Ollit e d’Esteilla, por fazer venir azemblas a Villanueva cabo Funes, pora que trayessen los toronialles, limonalles, e otros arbolles que el Rey nuestro Seynnor fîzo venir de Vallencia en barcas por agoa a la dicta villa, pora los jardines del dicto Seynnor que son en los palacios d’Ollit [...]. Presque tous les ans, dans ces décennies, quelques esclaves viennent par Barcelone ou Valence : en 1400, Audeilla Benamir, alcadi des Maures du royaume de Valence, amène à Olite « Assusseria », esclave noire chrétienne, achetée 30 florins, cadeau de la reine d’Aragon : Comptes, caj. 79, no 13, XL.

6 En 1386, le peintre Guillem de Bayonne, R.C., t. 189, f° 94 ; en 1406, le tapissier de haute lice Jean de Noyon, R.C., t. 290, f° 84 ; maître Enrich, réalisateur de la mappemonde, peinte sur 10 coudes de toile de Bretagne tendue dans la chapelle : Id., f° 179 ; en 1409, Thierry de Belduc, l’horloger réalise à Olite une horloge avec 5 200 planchettes de cuivre doré, « de la grandeur du noble d’Angleterre » avec des chaînettes de laiton, t. 301, f° 29 ; en 1393, « un Allemand », a monté une « arbalète de Turquie » et le roi lui offre 26 l. : t. 219, f° 56 ; en 1421, l’enlumineur Jean Clemens a peint un livre d’Heures de sainte Marie ; cette même année, travaillent à la cour Laurenz l’organiste, Jaymes le peintre et Nicolas de Strasbourg le brodeur : t. 365, f° 36, 39 et 59.

7 Entre autres exemples, qui se répéteraient chaque année : en 1362, il faut une « douzaine » de gingembre, une douzaine de cannelle, 3 l. de clous de girofle, 3 l. de graines de Paradis, une 1. de safran, que le bayle de Tudela doit faire convoyer vers la cour : Comptes, caj. 14, no 164, II et VIII. En 1354, Jean de Crèvecœur, écuyer de la cuisine, achète pour 2 635 l. 12 s. 4 d. de la cire, des chandelles, des figues, gingembre, cannelle, poivre, safran, cerises, épices, sucres, dattes, pommes, 1 500 oranges et 500 citrons et du « pignonat » : R.C., t. 75, f° 128-129.

8 Le Juif Samuel Amarillo va en 1388 à Saragosse acheter pour Charles III 3 700 ventres de menu vair, 3 300 dos de petit gris, 200 hermines, 8 « douzaines » de létices, 1 200 dos d’écureuil d’Allemagne, le tout pour 1 5661. 18 s. 8 d. : R.C., t. 197, f° 61.

9 Un simple exemple : en 1358, R.C., t. 86, f° 125 : [...] Item a Martin d’Echarri, mercadero de Pamplona, por ciertos paynnos que el seynnor Infant fizo comprar en la tienda de Miguel Laguiller tendero de Pamplona, por mano de Gillet de Bantellu su cambrero. Es assaber por IIII cobdos de mezcla d'Ypres a XV s. el cobdo, valen LX s. Item por VI cobdos de palmela de la lana d’Anglaterra, a XVIII s. el coudo, valen CVIII s. Item por V coudos de vert de la grant suert d’Ipre, a XXII s. el coudo, valen CX s. Item por V cobdos de mezcla de Broçellas a XXIIII s. el coudo, valen VI l. Item por V coudos de mezcla de la petita suert d’Ipre a XIII s. el cobdo vallen LXXs. Item por XXXVIII coudos del rosset d’Aragon a VIs. el coudo, vallen XI libras VIII s. Que montan en summa las sobredictas partidas segunt paresce por lettra del dicto Seynnor Infant, data XXVIII dia de mayo, anno LVIII : XXXIIII l. XVI s.

10 B. Leroy, El cartulario del Infante Luis de Navarra del ano 1361, Pampelune, 1981.– Id., Un seigneur de Navarre à la fin du xive siècle, Pes de Laxague, Revue de Pau et du Béarn, t. 12, 1984-1985, no 111-130.

11 R. Pagola, Les Ambassadeurs de Navarre sous le règne de Charles III, 1387-1425, Mémoire de TER, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 1997 ; J. Carrasco, Le royaume de Navarre et le duché de Bretagne au cours du dernier tiers du xive siècle. Politique matrimoniale et politique monétaire, 1491, la Bretagne terre d’Europe, sous la dir. de J. Kerhervé et T. Daniel, Brest, 1992, p. 205-222.

12 Voici un échantillon de cadeaux offerts et payés le 26 août 1361 par l’infant Louis à diverses personnalités : Comptes, caj. 14, no 155, f° 45 : A los Oydores, Salut. Nos Vos mandamos firme que al Thesorero reçibades en conto e rabatades de su recepta las quantias de juso scriptas, las quoales eill de nuestro mando ha pagado por las causas de juso scriptas. Primerament por un gobelet cuberto dorado dado por Nos a don Per Ivaynes Doctor en Leyes messagero del Rey de Castella imbiado en Francia al duc de Normandia por la delivrança del Rey nuestro Seynnor, el quoal lifue dado a la yda, ultra una copa que li fue dada al retornar, por el dicto gobelet pesant tres marcos dos onzas, XXX l. Item por dos taças de plata dadas a Maestre Pierres fisico de Monser lo Cardinal de Boloyna por su travajo de una cura fecha en nuestra perssona seyendo enfermo, las quoales pesavan tres marcos, el marco cient sueldos, valen XV l. Item por un gobelet dargent cuberto dorado e esmaltado dado por Nos a Monser Guillem Aus Espaules cavaillero del ostal de Monser Phelippe de Navarra, el quoal yendo a Sant Jayme en Galizia Nos veno ver, el quoal gobelet pesava tres marcos e medio, XXX1. X s. Item, por un gobelet dorado dado a Misser Guillem de la Haya clerigo del ostal del dicto Monser Phelippe, el quoal yendo a Sant Jayme Nos veno veer, pesant el dicto gobelet tres marcos una onça e media, XXIX libras X s. Item por un gobelet dado ensemble con un cavaillo a Monser Renaut de Labrit pesant dos marcos e medio, XXII libras. Item por un quoarto de plata quoadrada, la quoal es en nuestra boteilleria, comprada de Ochoa d’Undiano, pesant VImarcos IIIIonças Vesterlines, a VI l. el marco, valen XXXIX 1. III s. IX dineros. Data ut supra anno LX° Primo.

13 Les expéditions armées en péninsule ibérique amènent en Navarre une clientèle internationale. Voici ce qui est bien habituel de lire dans les comptes de Navarre : en 1363, R.C., t. 107, f° 88 : [...] Item, a Martin Cruzat, franco de Pomplona, por un rocin gris blanco pomelado que deill fue tornado, por dar al seynnor de Guemigni cavaillero de la compaynnia del conte de Henaut, quando fue en su compaynnia en la primera cavalgada que fue en Aragon, segunt parece por lettra del Seynnor Rey, data XV° dia de Mayo anno LXIII° : C escudos, la pieça a XIX s. vallen IIIIxx XV libras.

14 En 1386, les toreros sont Gilet Sanchez de Molina, Johan de Zaragoza, et Bernardon de Montalban : R.C., t. 189, P 38. En 1387, deux taureaux et trois matadors viennent pour la corrida de la fête de réception du duc de Bourbon : Comptes, caj. 57, no 27, VII et VIII. En 1388, on donne une corrida pour le duc de Lancastre : R.C., t. 197, f° 14. En 1412, R.C., t. 318, f° 30 : [...] A Mossen Pierres de Peralta, cavaillero et Maestre d’Ostal del Rey, por un thoro que deill fue tornado de comandamiento del dito Seynnor al tiempo que las fiestas et alegrias fueron fechas en Pomplona, por causa del Rey d’Aragon, et fue muerto a venablo en presencia del dito Seynnor, estimadopor XXX florines, que valen XLIII l. Xs. ; f° 31 : [...] A Semen d Uroz, el VIII° dia de deziembre M°CCCC°XII° que el Rey le fizo delivrar por paga de un thoro que deill fue comprado et corrido en Pomplona a las alegrias que el dicto Seynnor fezo por la elevacion del Rey don Ferrando d’Aragon, el quoal thoro morio de los colpes que y ovo, XX florines que a XXIX s. pieza valen XXIX l.

15 Ainsi en 1385, R.C., t. 183, P 32 et 34, ou en 1421, R.C., t. 365, f° 36.

16 Comptes, caj. 47, no 24, II.

17 En 1362, ces joyaux de la reine sont achetés à Bruges chez Henri Brodelin et Baudouin de Vos : Comptes, caj. 41, no 40.

18 En 1358, Charles II offre à Bernart Folcaut l’évêque de Pampelune pour sa première messe dans la cathédrale, une tasse d’argent pesant 1 marc 3 onces et demi, à 6 l. le marc, ainsi qu’un drap pers de Bruxelles : Comptes, caj. 38, no 22, III et IV et caj. 13, no 126, f° 27.

19 B. Leroy, Quelques pièces de vêtement à la cour de Navarre à la fin du xive siècle, Milieux naturels, espaces sociaux. Études offertes à Robert Delort, éd. É. Mornet et F. Morenzoni, Paris, 1998, p. 393-400.

20 En 1392 et 1393, les colliers à la devise royale et les façons de lettres d’or : Comptes, caj. 63, no 28, II et caj. 69, no 16, IV.

21 En 1350 (R.C., t. 61, f° 124 à 141), le maître de la Chambre aux Deniers et maître de l’Hôtel est Jean le Sénéchal, le panetier Guillaume de Presles, les fruitiers Robert de Chartres, Jean de Neufons, Jean de Crèvecœur, le maître de la cuisine Robert de Mandeville, l’échanson Jean de Bucy, le maître de l’écurie Jean de Champgrandbourg et le maître de la fourrière Amaury de Valdon. Les armuriers de Charles II sont alors Jean le Brigand et Pierre d’Orléans.

22 En 1397, Charles III achète au pelletier juif de Pampelune Salomon Levi, pour 214 l. 6 d., 244 ventres de vair, 11 hermines, 125 écureuils d’Allemagne et 52 douzaines d’« avortons » : Comptes, caj. 71, no 1, II.

23 B. Leroy, The Jews in Navarre in the Late Middle Ages, Jerusalem, 1985. Voici quelques Juifs au travail pour la cour en 1412 : R.C., t. 318, f° 136, 137, 139 : (136) [...] A Samuel Empesat, Judio, XXVIII° dia de avril M°CCCC°XII° que devido li eran por III dozenas e IX pielles davortones blancos que el dicto Seynnor fizo comprar deill en el mes de jenero passado por forrar una hoppa que el dicta Seynnor dio a Bertranet de Labez su donzel, a XXVI s. la dozena, montan con VI s. de fayçones de forrar la dicta hopa... CIII l. VI d. [...]. (137) A Jacob Cohen Judio de Çaragoça por coberturas de velos et mangas de alquendores que el Rey fezo comprar deill por dar a su fija la Infanta primogenita Confessa de Foix, al tiempo que çagueramente partio enta Beam, LXXVI florines III quartz, que a XXIX s. pieça valen [...] CXI l. V s. IX d. (139) A Saul Alfada Judio de Esteilla, el XXI° dia de febrer M°CCCC°XII° por dos jupones e dos pares de calças que el Rey nuestro Seynnor fezo comprar deill e los dio en dono de gracia especial por una vez a Martico de Mongelos et a Remonet de Bidaurray chicos chantres de su capilla [...] VII l. VI s. [...].

24 Ainsi, en 1421, R.C., t. 365, les épices, confiseries et « apothecarerias » coûtent 800 l. 19 s., les frais d’écurie (en dagues, selles, mors de bride) 357 l. 10 s., les achats de chevaux s’élèvent à 2 569 l. 12 s., les achats de joyaux auprès de Martin Cruzat et ses facteurs, 3 383 l. 17 s., les achats en draps, 6 081 l. 8 s., la fourrure seulement cette année-là 65 l. 19 s. 4 d., mais la mercerie coûte 279 l. 17 s. 3 d., les toiles 255 l. 13 s. 4 d., et enfin « la façon des robes » 607 l. 2 s. 6 d..

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search