Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À l’ombre du Pouvoir

 | 
Jean-Louis Kupper
, 
Alain Marchandisse

Fideles regis. Héraldique et comportement public à la fin du Moyen Âge

Nicolas Bock

Texte intégral

  • 1 Les études relatives au regroupement des armoiries dans une ville et à leur interdépendance sont r (...)

1Au début du xve siècle, plusieurs familles nobles de Naples commencèrent à placer sur leurs édifices — hôtels, palais, chapelles et églises —, à côté de leurs armoiries, celles de la dynastie régnante, les Anjou-Durazzo. En utilisant les armoiries royales comme symbole politique, ils se posaient publiquement en fidèles partisans du roi. Cette coutume, reprise quelques années plus tard en France et dans des villes italiennes comme Florence et Rome, contraste clairement avec l’usage ancien des armoiries1. Les racines et le contexte de ce changement dans la représentation nobiliaire peuvent être trouvés dans l’emblématique des fêtes courtoises, mais aussi dans le cérémonial royal et dans l’iconographie des monuments funéraires de la noblesse. Par rapport à la tradition du xive siècle, cette association héraldique constitue une modification importante dans la représentation de la noblesse et de sa relation à la couronne.

  • 2 L’utilisation représentative des armoiries dans les églises et palais nobles est bien connue pour (...)
  • 3 Pour l’histoire de la construction de S. Chiara, cf T. Michalsky, Memoria und Repräsentation. Die (...)
  • 4 Par exemple à Sulmona, S. Filippo, portail de 1315. La nouvelle construction de l’église a été ren (...)
  • 5 Une donation des parties architectoniques est très commune au Moyen Âge et pouvait (comme dans le (...)
  • 6 Un exemple du xve siècle : les armoiries des Miroballo sur le portail du couvent de S. Lorenzo Mag (...)
  • 7 Pour la situation en France cf. Mathieu, Le Système, p. 215-219 : « En règle générale, tout posses (...)
  • 8 Les palais médiévaux de la famille royale de Naples, tels le Castel Capuano ou le Castel Nuovo, on (...)

2L’apposition des armoiries de donateurs, commanditaires et propriétaires sur les façades des églises est courante à partir de la deuxième moitié du xiiie siècle2. À Naples, par exemple, les armoiries royales se trouvent sur la façade et le portail de l’église et double couvent franciscain de S. Chiara, qui fut fondé par Robert le Sage et sa femme Sanche de Majorque en 13103. Là comme dans le regnum, les armoiries royales mettent en évidence l’engagement — regio patronato — du souverain envers l’église4. De plus, à Naples, on trouve souvent des portails d’églises marqués des armoiries d’un noble donateur5 : celles du protonotaire de Charles II et Robert le Sage, Bartolomeo de Capoue, sont placées au-dessus des portails principaux de S. Lorenzo Maggiore et de S. Domenico Maggiore6. La décoration héraldique des palais privés du xive siècle — soit les résidences des différents membres de la famille royale, soit les hôtels de la noblesse — est beaucoup plus difficile à appréhender, car ceux-ci ont, pour la plupart, été détruits ou sévèrement modifiés dans leurs structures architectoniques7. Au vu de ce qui reste, leurs façades devaient être peu ornementées et parfois présenter les armoiries du propriétaire, de préférence au-dessus du portail central8.

  • 9 Pour le palais Penna, voir N. Bock et W. Jung, Der Stadtraum als Bühne. Formen architektonischer I (...)
  • 10 Le palais a été considérablement réduit et modifié par les constructions et transformations postér (...)
  • 11 À propos des palais de ville au Moyen Âge en Italie cf H. Klotz, Der Florentiner Stadtpalast. Zum (...)
  • 12 Depuis les années 1280, Naples était devenue de plus en plus la capitale du royaume. Le transfert (...)
  • 13 Il faut noter la régularité et la forme des blocs de pierre, qui diffèrent beaucoup des exemples t (...)
  • 14 Le blason des de Penna présente trois plumes. Voir par exemple les blasons sur les frontons latéra (...)
  • 15 Les fausses arcades étaient un élément architectonique commun à toutes les façades des palais du M (...)
  • 16 L’hypothèse d’A. Tönnesmann, qui estime que la façade devient un lieu idéal pour l’introduction d’ (...)

3L’usage consistant à mettre des armoiries sur la façade d’un édifice constitue donc déjà une tradition au début du xve siècle, même s’il n’existe alors aucun cas d’association héraldique avec les armes du roi comme nous en avons relevés plus haut. Le palais du secrétaire et conseiller royal Antonius de Penna en constitue le premier exemple, qui est aussi le plus riche du point de vue iconographique9 (fig. 1). Le palais, érigé en 1406, d’après l’inscription située au-dessus du portail central10, est également remarquable par le fait qu’il possède une vraie façade principale, exemple précoce dans l’histoire de l’architecture11. Il est situé à côté d’une petite place, en dehors des premiers murs de la ville, mais dans un territoire qui lui fut ajouté pendant le haut Moyen Âge12. La façade, construite en tuf jaunâtre local, est conçue à l’image de la porte fridericienne de Capoue13 (fig. 2). Dans la partie inférieure, les pierres équarries ont été rendues très lisses. Au-dessus du portail, dans la moitié supérieure de la façade, les panneaux frontaux des blocs sont renfoncés et décorés avec des éléments héraldiques : les trois premières couches du bas, qui occupent une position héraldique inférieure, sont ornées de plumes (ital. penné), élément héraldique propre à la famille des de Penna, propriétaires du palais14 (fig. 3). Les huit couches suivantes, jusqu’aux consoles de la fausse arcade, présentent les fleurs de lys des Anjou15. Au-dessus de cette fausse arcade, la décoration héraldique est somptueusement enrichie (fig. 4). Dans la première couche sont réunis tous les éléments héraldiques des armoiries des Anjou, c’est-à-dire la croix de Jérusalem, les raies de Hongrie et les fleur de lys de France. Ils sont littéralement couronnés par la couche finale, décorée avec une série de couronnes16.

  • 17 Comme exemple de Irise héraldique paratactique, on signalera la Tavema Ducale à Popoli (Pescara), (...)
  • 18 L’inscription au-dessous du blason est : XX ANNO REGNO / REGIS LADISLAI / SUNT DOMUS HE FACTE / N( (...)
  • 19 Ceci s’applique aussi à son inscription funéraire qui le décrit comme res publica semper amans : P (...)

4Les armoiries royales et celles des de Penna apparaissent encore une fois sur la même façade, mais cette fois sous la forme de blason (fig. 5). Le blason triparti des Anjou se trouve au-dessus d’une inscription insérée dans la paroi qui surmonte le portail. Le blason royal est beaucoup plus grand que le blason des de Penna à la fin de cette inscription. Il ne s’agit donc pas d’une parataxe communément utilisée comme forme d’arrangement dans les frises héraldiques, mais d’une visualisation de la hiérarchie sociale, mise en évidence par la grandeur et par la position des blasons17. L’inscription confirme cette hypothèse. Elle date l’édifice de l’an 1406 et indique — fait surprenant pour une inscription architecturale mais courant dans les documents juridiques — aussi l’année de la régence du roi Ladislas d’Anjou-Durazzo18. La fonction hautement représentative de l’inscription est mise en évidence par le choix d’une forme moderne pour ses lettres. Probablement pour la première fois en Italie on utilise dans une inscription les lettres capitales de la Renaissance, jusque-là utilisées seulement dans les manuscrits humanistes. De cette façon, le propriétaire, Antonius de Penna, se déclare ouvertement et publiquement partisan de son roi, expressis verbis par l’inscription et symboliquement par l’association de ses armoiries avec celles de son roi. Il se fait remarquer comme fidelis regis, comme un intime de l’entourage du roi à qui il rend hommage sur la façade de son propre palais19.

  • 20 Pour une vue générale du concept du « public » au Moyen Âge, voir J. Habermas, Strukturwandel der (...)
  • 21 Même si la cathédrale possède le regio patronato des Anjou, cela n’explique — surtout en comparais (...)
  • 22 Ici, le roi de Naples, sous les traits de l’archange saint Michel, protège la sainte Église romain (...)
  • 23 La meilleure et la plus amusante description de la situation à Rome et des relations entre la Curi (...)

5Ce phénomène d’association entre les armoiries de la noblesse et celles du roi se répétera au cours des années suivantes : il ne se limitera pas aux façades des palais — c’est-à-dire à l’espace public profane — mais s’étendra aussi à l’espace public sacral, notamment les portails d’églises20. En 1407, presque au moment de la construction du palais des de Penna, l’archevêque et cardinal napolitain Henricus Minutulus offrit une nouvelle façade à la cathédrale (fig. 6, 7). Il figure sur le tympan du portail central où il est présenté par les saints Pierre et Janvier, agenouillé devant la Vierge. Ses armoiries, surmontées par le chapeau de cardinal, y apparaissent trois fois à côté de celles des Anjou : sur le stipes du portail, sur les pinacles latéraux et enfin dans le tympan21. L’iconographie du portail présente un intérêt particulier, car son programme sculpté est l’un des rares exemples subsistant d’un programme anti-avignonnais et pro-romain de la période du Grand Schisme22. Le cardinal Minutulus se fait donc représenter dans le lieu central de la vie communautaire, comme fidèle du parti napolitain qui entoure le pape romain — il s’agit d’une déclaration à haute valeur politique étant donné le petit nombre de cardinaux et le grand pouvoir du cardinal Minutulus à la Curie23.

  • 24 Pour le contexte historique, cf. É.G. Léonard, Gli Angioini di Napoli, Varese, 1967.– G. Peyronnet(...)
  • 25 M. Boone et T. de Hemptinne, Espace urbain et ambitions princières : les présences matérielles de (...)

6Vu la situation historique dans le royaume de Naples au début du xve siècle, ces premières marques d’attachement à la famille royale semblent dériver directement du contexte politique. Depuis 1386, les Anjou-Durazzo avaient été forcés de quitter leur capitale pour résider dans la ville de Gaète, à cause des révoltes civiles et de l’occupation française du pays sous Louis II d’Anjou24. C’est seulement en 1400 que le roi Ladislas d’Anjou-Durazzo réussit, après de sévères combats, à rentrer définitivement à Naples. Pendant cette guerre, la noblesse du royaume s’était fractionnée en royalistes et opposants francophiles ; les grandes familles changeaient de parti selon les opportunités. Les buts principaux du jeune roi étaient d’unifier le pays sous son règne, de battre l’opposition et de chasser les ennemis de leurs terres. Avec sa victoire, les partisans du prétendant français à la couronne de Naples furent poursuivis et leurs terres confisquées. Devant cette insécurité et cette instabilité politique, le rapprochement ostentatoire avec le roi victorieux devient compréhensible. L’association héraldique est alors un moyen de mettre publiquement en évidence le fait que l’on appartient à l’entourage fidèle du roi vainqueur et que l’on profite à juste titre de cette situation25.

  • 26 L’inscription sur le stipes du portail est : HANC TIBI QUI RESERAS LUMEN DE LUMINE VERBUM / VI(r)G (...)
  • 27 Chr. Weber, Familienkanonikate und Patronatsbistümer. Ein Beitrag zur Geschichte von Adel und Kler (...)
  • 28 Les revenus annuels de S. Giovanni dei Pappacoda, soit 200 ducats, n’étaient, selon P. di Stefano,(...)
  • 29 Arthusius et son père Lionellus avaient combattu pour Ladislas d’Anjou-Durazzo et participaient en (...)
  • 30 Pour les progrès des riches patriciens dans la noblesse, voir Weber, Familienkanonikate, p. 284 s. (...)
  • 31 O. Ferrari, Per la conoscenza della scultura del primo Quattrocento a Napoli, Bollettino d’Arte, t (...)
  • 32 Pour la réception de l’Antiquité à Naples, voir Bock, Kunst am Hofe, passim.– Beyer, Parthenope, p (...)
  • 33 Au-dessus du portail du palais des Pappacoda, il y avait aussi le blason royal. La restauration dé (...)

7D’autre part, l’association héraldique de ses propres armoiries et de celles du roi comme attestation de la fidélité ne dérive certainement pas seulement du contexte historique. Elle est l’expression d’un changement du caractère de la représentation de la noblesse dans l’espace public, présent à partir de la deuxième moitié du xive siècle. Mais, sa signification politique mise à part, elle pouvait prendre aussi valeur de symbole de succès social. L’exemple suivant en témoigne. En 1415, le sénéchal et consiliarius du roi, Arthusius Pappacoda, avait fait ériger une petite église privée de sumptibus propriis26. Ce type d’église privée (fig. 8) et presque autonome, où le canonicat restait dans la famille des propriétaires, est typique à Naples car il offrait à la noblesse une influence durable et maximale sur leurs donations pieuses27. De plus, S. Giovanni dei Pappacoda était l’une des églises privées de Naples les plus richement dotées28, et son patron et donateur, Arthusius Pappacoda, appartenait à l’entourage du roi et aux hauts fonctionnaires de la cour comme Antonius de Penna29. Sa famille était au service des Anjou depuis le xiiie siècle, mais elle avait été anoblie par Ladislas d’Anjou-Durazzo seulement quelques années auparavant30. Pour mieux montrer son nouveau statut social, Arthusius Pappacoda choisit Antonio Baboccio, l’artiste le plus célèbre de la ville. Ses œuvres, le palais des de Penna, la façade de la cathédrale et les monuments funéraires de la reine mère et de deux princesses, comptaient parmi les plus modernes et les plus prestigieuses de la ville31. Le portail de la chapelle des Pappacoda réitère formellement le portail de la cathédrale mais, bien qu’il soit construit à une échelle plus petite, son décor sculptural est plus riche et plus somptueux. La référence à l’Antiquité, qui s’était déjà exprimée sur la façade du palais des de Penna, est reprise ici pour attester publiquement du nouveau rang social des Pappacoda. Quatre dalles funéraires romaines sont insérées en haut du clocher où elles affichent prétentieusement les origines antiques de la famille32. Le discours héraldique sur les pinacles du portail — c’est-à-dire l’association des armoiries des Pappacoda avec celles des Anjou, qui témoigne à nouveau de leurs liens et du service fidèle de la famille — ne constitue donc qu’une partie de la rhétorique complexe d’Arthusius Pappacoda33.

  • 34 Le couvent et l’église, situés jusqu’en 1489 à l’extérieur des murs de la ville, recevaient beauco (...)
  • 35 G. Urban, Der Tempietto in Vicovaro und Domenico da Capo d’Istria, Festschrift für Herbert von Ein (...)
  • 36 F. Petrucci, Gianni Caracciolo, Dizionario biografico degli Italiani, t. 19, Rome, 1976, p. 370-37 (...)

8L’association de ses propres armoiries avec celles du roi n’est pas limitée à des nouveaux venus à Naples. De vieilles familles nobles se servaient aussi de ce mode d’expression. Tout comme la vieille famille des Minutuli, le Grand sénéchal Ser Gianni Caracciolo, autre noble de vieille souche napolitaine, a voulu montrer publiquement son attachement à la dynastie royale. Autour des années vingt, il fit décorer le portail latéral de l’église S. Giovanni a Carbonara avec les armoiries royales et de petits soleils, emblèmes de sa famille34 (fig. 9). Cette liaison politique, visiblement proche, s’affiche aussi à l’intérieur de l’église elle-même, où la chapelle privée des Caracciolo est située directement derrière le grand monument funéraire de Ladislas d’Anjou-Durazzo, qui se trouve dans le chœur35. La position très proche du Grand sénéchal par rapport à la reine, de laquelle il était le serviteur et peut-être aussi l’amant, mais surtout le favori omnipotent, est rappelée quotidiennement aux yeux du grand public36. L’association héraldique de Ser Gianni et la position de sa chapelle familiale expriment sa relation étroite avec la maison royale.

  • 37 Sur la façade du Palazzo Carafa de 1466, l’hommage au roi est rendu vers l’extérieur par une inscr (...)
  • 38 Bock-Jung, Der Stadtraum als Bühne, p. 775-781, avec les exemples du Palazzo di Jacopo da Brescia à (...)

9Cela semble être la dernière fois à Naples que des armoiries nobles sont combinées sur une façade avec les armoiries royales au cours du xve siècle37. Par contre, cette tradition continuera dans les autres villes italiennes jusqu’au xviie siècle, notamment dans la Rome papale et à Florence, où aujourd’hui encore les touristes peuvent remarquer les boules des Medicis omniprésentes dans la ville38.

  • 39 Pour la concession des armoiries en général, voir Pastoureau, Traité d’héraldique, p. 60 s.- Id., (...)
  • 40 Johanna Secunda Regina etc. Illustri principi Philippo Marie Angelo duci Mediolani papie anglerieq (...)
  • 41 Filippo Maria Visconti (1392-1447), devenu duc de Milan après le mort de Giangaleazzo en 1402, ava (...)

10Les origines juridiques exactes de cette coutume sont bien difficiles à découvrir39. À Naples, la première concession officielle permettant de porter les armoiries royales avec ses propres armoiries remonte à 1420 ; elle avait été attribuée au duc de Milan lui-même40. Le texte du document rédigé par Jeanne II d’Anjou-Durazzo parle d’une « quadruplication » du blason ducal. Le résultat héraldique de cet acte est donc bien différent de l’usage plus au moins décoratif des éléments héraldiques sur la façade du palais des de Penna et de l’usage parallèle des armoiries royales avec celles des Minutuli, des Pappacoda et des Caracciolo. Avec la partition du blason ducal et l’intégration des armoiries angevines, Filippo Maria Visconti apparaît comme membre de la famille royale des Anjou41.

  • 42 Les armoiries d’Anjou ont été peintes au-dessus du portail. B. Cole, The Interior Decoration of th (...)
  • 43 Inv. no 6740.’60, diamètre 3,24 m. Sous les propriétaires suivants, les Pazzi, le palais a reçu pl (...)
  • 44 Mathieu, Le Système, p. 219 s., cite un cas sous Charles VI. En 1396, il protégea les habitants de (...)
  • 45 Mathieu, Le Système, p. 220, présente un exemple datant de 1312 sous Philippe le Bel et un autre so (...)

11Déjà auparavant, en 1410, le prince français Louis II d’Anjou avait accordé au marchand de Prato, Francesco Datini, le privilège de pouvoir ajouter la fleur de lys à ses armoiries, en remerciement de son hospitalité42. Le grand blason du roi René fait par Luca della Robbia pour la Loggia dei Pazzi à Fiesole, qui se trouve aujourd’hui au Victoria & Albert Museum de Londres, a sans doute une histoire similaire43 (fig. 10). Les deux Anjou, Louis et René, se réfèrent à une tradition qui est attestée en France depuis le xive siècle. En apposant ses armoiries, le roi pouvait prendre des villages et des palais sous sa protection44. De même, il pouvait accorder le port de la fleur de lys royale comme marque juridique de sa protection45.

  • 46 Il a été souvent constaté que l’organisation héraldique en Italie n’était pas très développée. Les (...)
  • 47 Ces observations vont dans le sens indiquée par B. Thum, dans le domaine de l’histoire de la litté (...)
  • 48 G. Althoff, Spielregeln der Politik im Mittelalter. Kommunikation in Frieden und Fehde, Darmstadt, (...)
  • 49 Pour l’apposition des armoiries sur les immeubles privés, voir Mathieu, Le Système, p. 215-217. Le (...)

12La concession de Jeanne II d’Anjou-Durazzo au duc de Milan témoigne d’une certaine connaissance des coutumes juridiques françaises et d’une proximité avec ces dernières46. Mais la multitude et la diversité des exemples napolitains indiquent qu’il ne s’agit pas d’une utilisation d’armoiries juridiquement légalisée, mais plutôt d’actions « volontaires » et « spontanées » des commanditaires, qui se déroulent dans une zone judiciaire grise47. On peut supposer qu’elles étaient officieusement autorisées par le roi et sanctionnées cum gratia, mais elles n’étaient certainement pas concédées sous une forme juridique ou de diplôme48. Une comparaison avec la France et surtout avec la décoration de l’hôtel de Jacques Cœur à Bourges confirme cette supposition : il s’agissait d’un comportement démonstratif dû à une initiative personnelle, comme preuve publique de la fidélité à la dynastie régnante et comme signe de familiaritas avec le roi49 (fig. 11).

  • 50 J. Heers, Jacques Cœur, 1400-1456, Paris, 1997, avec une ample bibliographie.
  • 51 Heers, Jacques Cœur, p. 166-172.– C. de Mérindol, L’emblématique des demeures et chapelles de Jacqu (...)
  • 52 Pour les fonctions des parties architecturales, voir Architecture et vie sociale. L’organisation i (...)

13Jacques Cœur, comme Antonius de Penna ou Arthusius Pappacoda, n’appartenait pas à la vieille noblesse, mais était d’origine bourgeoise. Sa carrière sociale le mena de simple marchand au poste d’argentier du roi. En 1441, il était finalement anobli et en 1446 il obtenait un siège au conseil du roi50. Son palais de Bourges a été construit entre 1445 et 1451, alors qu’il était au sommet de sa carrière51. À son époque, la partie la plus éminente de la façade, au-dessus du portail principal, était décorée par une statue équestre du roi Charles VH, insérée dans une niche surmontée d’un baldaquin. De même, le décor de la cour, des salles d’accueil et des autres salles à l’intérieur du palais était focalisé sur la personne du roi. La porte royale était décorée des emblèmes de Charles VII et de son épouse et les fenêtres de la grande salle d’apparat montraient le sacre du roi, en présence des douze pairs de France et de Jacques Cœur, soulignant ainsi la légitimité de son règne52. Le roi et la reine étaient symboliquement présents jusque dans la chapelle privée. Charles VII et Marie d’Anjou figuraient en effet sur le tableau d’autel en présence d’autres personnages de la cour. Le décor témoigne de la volonté personnelle de Jacques Cœur de se manifester comme partisan fidèle de son roi. Sa maison, autrement dit, apparaît comme le palais du roi lui-même.

  • 53 Cf. les observations de Althoff, Spielregeln.– Id., Verwandte, Freunde und Getreue. Zum politische (...)
  • 54 « On ne peut également négliger le caractère personnel de ce choix. Lusignan pouvait être un rappe (...)
  • 55 de Mérindol Les Fêtes, p. 51.

14Cette utilisation débordante des armoiries, des symboles et des emblèmes du roi dépasse largement l’emploi légalement concédé du blason royal tel qu’il est attesté par les décrets de l’administration royale. Il s’agit d’une mise en scène de la fidélité, de la part des courtisans, destinée à flatter le roi et à témoigner de leur relation étroite avec lui devant les autres courtisans53. L’adoption du langage symbolique royal découlait selon toute probabilité principalement d’une décision personnelle, mais les souverains pouvaient également régler eux-mêmes l’utilisation allusive de leurs emblèmes, couleurs et armoiries, ou même la suggérer à leur entourage. Ceci s’avère évident à l’occasion de fêtes et de tournois, comme les joutes de Nancy organisées en 1445 par le roi René en honneur de Charles VIL Pendant ces fêtes, les symboles des souverains et ceux des participants se mélangèrent à des allusions purement légendaires et mythologiques, par exemple aux chevaliers de la Table Ronde du roi Arthur. Les participants pouvaient se servir des symboles royaux en fonction de la situation, à des degrés divers — un ou plusieurs emblèmes, une ou plusieurs couleurs héraldiques, des blasons entiers ou seulement quelques-uns de leurs éléments54. « Charles VH et le roi René savent admirablement utiliser ces éléments pour exposer leur politique d’affirmation, d’opposition ou de prétention55. » À Naples comme à Bourges, l’emploi des éléments héraldiques sur les palais des nobles était donc déjà esquissé dans la culture des festivités courtoises de leur société.

  • 56 Comme les archives angevines furent détruites pendant le deuxième guerre mondiale, la recherche ac (...)
  • 57 T. Michalsky, Die Repräsentation einer Beata Stirps. Darstellung und Ausdruck an den Grabmonumente (...)
  • 58 Le but était une représentation sacrale et suprapersonnelle du pouvoir royal. « Donc, l’art funéra (...)

15Indépendamment de cette observation, l’utilisation des armoiries royales sur les palais et chapelles de la noblesse signifie plus qu’un simple changement ou enrichissement de la culture festive courtoise : elle est le résultat d’une modification du caractère de la représentation de la noblesse, d’un changement dans la relation entre la couronne et la noblesse. En l’absence de sources normatives, il faut recourir à d’autres sources pour une description de ce développement56. Les témoignages les plus nombreux de ce changement de la représentation nobiliaire se trouvent sur les monuments funéraires de la noblesse et de la famille royale. Jusqu’à la première moitié du xive siècle, la représentation royale était clairement séparée de celle de la noblesse. La famille royale — soit le roi, sa femme, sa mère et les cousins des différentes branches cadettes — était incorporée dans le système complexe et «multimédia » de la représentation des Anjou comme beata stirps57, excluant toute la noblesse qui trouvait dans les autres chapelles privées un espace représentatif pour sa memoria. Les monuments funéraires des membres de la famille royale étaient répartis entre les grandes églises de la ville de Naples — la cathédrale, S. Domenico Maggiore, S. Lorenzo Maggiore, S. Chiara, S. Croce —, où ils se trouvaient presque toujours dans le chœur, à proximité directe de l’autel majeur58. Les éventuelles scènes d’hommage sur les sarcophages angevins ne différentiaient pas les nobles entre eux (fig. 12) et une référence à des hauts fonctionnaires de la cour, comme dans le monument funéraire de l’empereur Henri VII à Pise, était exclue. Le but était une représentation suprapersonnelle et sacrale du pouvoir royal.

  • 59 D’A.J.D. Boulton, The Knights of the Crown. The Monarchical Orders of Knighthood in Later Medieval (...)
  • 60 L’étoile, emblème de l’ordre, apparaît sur le gisant d’un chevalier noble, à S. Chiara de Naples, (...)
  • 61 Bock, Kunst am Hofe, p. 275-308.

16La situation changea après la mort de Robert le Sage en 1343. Avec la fondation d’un ordre de chevalerie monarchique napolitain, l'Ordre du Saint-Esprit au Droit Désir, le roi Louis d’Anjou-Tarente ne suivait pas seulement les modèles des autres cours européennes (l’ordre français de l’Étoile, l’ordre anglais de la Jarretière et l’ordre hongrois de Saint-Georges), mais manifestait aussi le désir de créer autour de lui un cercle social restreint issu de la noblesse59. Notons que ce cercle était visuellement reconnaissable par des insignes et qu’il se manifestait en public sous la forme de soupers conviviaux, de réunions, de messes et de monuments funéraires60. Durant la même période, la noblesse commença à utiliser — sinon à usurper — des modèles de représentation jusqu’ici réservés au roi et à sa famille. Sur les monuments funéraires de Thomas de San Severino (Gran Comestabile, 1358), de Raimund del Balzo et de sa femme Isabella d’Apia (fig. 13), l’on trouve par exemple un personnage trônant, motif jusqu’alors réservé à la famille royale61. Parallèlement, les monuments de la noblesse s’enrichissent toujours plus de caryatides et de baldaquins, et se rapprochent donc aussi formellement de leurs modèles royaux.

  • 62 Esch, Das Papstum, passim.
  • 63 Böninger, Die Ritterwürde, p. 82, souligne le fait que les chevaliers créés par les Anjou portaient (...)

17Presque aucun monument funéraire ne fut érigé pendant les guerres civiles de la fin du xive siècle, et c’est seulement avec le retour des Anjou-Durazzo que la capitale retrouva une activité artistique forte et durable. Pour garantir son pouvoir, le roi essaie de profiter de la polarisation de la noblesse. Il se crée un cercle étroit de courtisans fidèles qui bénéficient d’avantages et de privilèges62. La familiarité, jusque-là un privilège à caractère judiciaire pour les personnes de l’hôtel royal, est de plus en plus mise en évidence publiquement par la noblesse et acquiert une signification propre63. Parallèlement, l’on constate une augmentation des références à des charges tenues à la cour dans les inscriptions funéraires, phénomène qui trouve son explication dans un processus de consolidation d’une aristocratie liée à la cour. L’utilisation des armoiries royales à côté des armoiries propres sur les façades des églises et des palais de la noblesse s’inscrit dans le même processus de mutation de la représentation nobiliaire.

  • 64 N. Bock, Honor et Gratia. Das Grabmal des Ludovico Aldomoresco als Beispiel familiârer Selbstdarst (...)
  • 65 L’inscription funéraire du côté ouest est : HAEC EST SEPOLTURA MAGNIFICI MILITIS DOMINI LODOVICI A (...)
  • 66 « Inhalt des Hulderweises von Seiten der Leute aber war in erster Linie das Versprechen der fides,(...)

18Un exemple illustrant particulièrement bien la nature de la relation étroite entre noblesse et couronne au début du xve siècle est celui du monument funéraire de l’amiral Ludovico Aldomorisco († 1414), qui date de 142164. La typologie le rapproche des monuments funéraires des condottieri d’Italie du nord : quatre hommes armés portent le sarcophage de l’amiral défunt. Une inscription les identifie comme des parents de l’amiral et des hommes d’armes de Charles III d’Anjou-Durazzo, le père du roi Ladislas d’Anjou-Durazzo, pour lequel Ludovico Aldomorisco avait combattu et perdu la vie. Le monument funéraire de l’amiral sert donc à visualiser le fait que la famille des Aldomorisco était étroitement liée depuis des générations au sort de la dynastie royale. De plus, on trouve pour la première fois dans une inscription funéraire l’adjectif fidelis pour caractériser un noble défunt65. La plupart des quelque 150 inscriptions funéraires du xive siècle étant assez stéréotypées dans le choix des termes et des formulaires, cette caractéristique est particulièrement frappante. Cette terminologie se réfère à un topos utilisé pour caractériser les liens féodaux au Moyen Âge ; il est totalement absent dans la représentation de la noblesse napolitaine au xive siècle, c’est-à-dire sur les monuments funéraires, les inscriptions, les palais et les donations66.

  • 67 C. Trottmann, La Vision béatifique. Des disputes scolastiques à sa définition par Benoît XII, Rome (...)

19Le concept de la fidelitas, nommé expressis verbis dans l’inscription funéraire du monument de Ludovico Aldomorisco, correspond totalement à l’utilisation contemporaine des armoiries royales par des familles de l’entourage royal. L’iconographie du relief du sarcophage le met encore plus en évidence. Le roi Ladislas d’Anjou-Durazzo — qui est intitulé Divus Ladislaus sur son monument funéraire à S. Giovanni a Carbonara érigé lui aussi dans la troisième décennie — intercède comme un véritable saint auprès de la Vierge, puis auprès du Christ-Juge pour son amiral défunt (fig. 14). Ludovico Aldomorisco a combattu fidèlement — fidelis — pour son roi pendant sa vie — pugil iusto rege dit l’inscription. Il reçoit donc après sa mort, comme compensation méritée, la visio beatifica et il est admis à la cour céleste par l’intercession de son roi67. Le système courtois de la fidelitas trouve ici son apothéose : la fidélité des sujets est récompensée, sur terre bien sûr, mais encore plus au ciel.

20Crédits photographiques

21Albrecht, Von der Burg zum Schloβ (cf. n. 51) : 11

22Archives Alinari (Rome) : 6

23Archives Anderson (Rome) : 1, 13

24Auteur : 3, 4, 5, 9, 14

25Bildarchiv Marburg : 2

26Enderlein, Die Grablegen des Houses Anjou (cf. n. 12) : 12

27Gentium, I della Robbia (cf. n. 43) : 10

28S.B.A.A. Napoli e Provincia : 8

29Valentino Pace (Rome) : 7

Annexes

Fig. 1. Naples, palais des Penna, façade principale.

Fig. 2. Capoue, tour fridéricienne.

Fig. 3. Naples, palais des Penna, façade principale.

Fig. 4. Naples, palais des Penna, façade principale, éléments héraldiques.

Fig. 5. Naples, palais des Penna, façade principale, éléments héraldiques.

Fig. 6. Naples, cathédrale, portail ouest.

Fig. 7. Naples, cathédrale, portail ouest, tympan.

Fig. 8. Naples, S. Giovanni dei Pappacoda, portail.

Fig. 9. Naples, S. Giovanni a Carbonara, portail.

Fig. 10. Blason du René d’Anjou, Londres, Victoria & Albert Museum.

Fig. 11. Bourges, hôtel de Jacques Cœur.

Fig. 12. Naples, S. Chiara, tombeau de Charles de Calabre († 1328), détail du sarcophage.

Fig. 13. Naples, S. Chiara, tombeau d’Isabelle d’Apia († 1374).

Fig. 14. Naples, S. Lorenzo Maggiore, tombeau de Ludovico Aldomoresco, détail du sarcophage : le roi Ladislas d’Anjou-Duras présente son amiral Ludovicus Aldomoriscus à la Vierge.

Notes

1 Les études relatives au regroupement des armoiries dans une ville et à leur interdépendance sont rares. Voir W. Paravicini, Gruppe und Person. Repräsentation durch Wappen im spâteren Mittelalter, Die Repräsentation der Gruppen. Texte-Bilder-Objekte, éd. O.G. Oexle et A. von Huelsen-Esch, Gottingen, 1998, p. 327-389 (avec bibl. exhaustive), ici p. 345. Sur ce thème en général, voir M. Pastoureau, Les Armoiries, Tumhout, 1975, p. 51 s.– Id., Traité d’héraldique, Paris, 1979, 2e éd., 1993, p. 63 : « Or tout possesseur d’un écu est également entièrement libre de le faire figurer sur les objets, les biens meubles et même les immeubles lui appartenant. À la fois ornements décoratifs et marques de propriété [...] les armoiries envahissent donc tous les objets de la vie quotidienne, toutes les productions de la vie artistique, toutes les créations nécessaires à la vie intellectuelle. » Description plus détaillée chez R. Mathieu, Le Système héraldique français, Paris, 1946, p. 214-229.

2 L’utilisation représentative des armoiries dans les églises et palais nobles est bien connue pour tout le Moyen Âge. Surtout pour le xive siècle, l’on constate une multiplication des décorations héraldiques dans tous les espaces de la vie quotidienne. De plus, la naissance des chapelles privées à la fin du xiiie siècle contribua à un important développement de la décoration héraldique de l’espace sacré, notamment à l’intérieur des églises. L’utilisation des armoiries à l’extérieur des églises, donc du côté de l’espace public, est bien moindre. Exemple précoce de décoration héraldique de l’extérieur d’une chapelle privée : la chapelle des Savelli à S. Maria in Aracoeli à Rome. S. Romano, L’Aracoeli, il Campidoglio, e le famiglie romane nel Duecento, Roma medievale. Aggiornamenti, éd. P. Delogu, Florence, 1998, p. 193-209. Dans son chapitre L'Apposition des armoiries dans les édifices religieux, Mathieu, Le Système, p. 220-229, traite principalement du droit de litre. Ses exemples reflètent l’état réduit de la recherche sur les chapelles privées des années quarante et ne concernent pas la période antérieure au xvie siècle.

3 Pour l’histoire de la construction de S. Chiara, cf T. Michalsky, Memoria und Repräsentation. Die Grabmäler des Königshauses Anjou in Italien, Gottingen, 2000, p. 125-136-G. Dell’Aja, Il restauro della Basilica di S. Chiara in Napoli, Naples, 1980.– C. Bruzelius, Hearing is believing : Clarissan Architecture, ca 1213-1340, Gesta, t. 31, 2, 1992, p. 83-91.

4 Par exemple à Sulmona, S. Filippo, portail de 1315. La nouvelle construction de l’église a été rendue possible grâce à une donation de Charles II d’Anjou en 1299. M. Moretti, Architettura medioevale in Abruzzo, t. 2, Rome, s. d., p. 578 s. Tossicia (Isola di Gran Sasso), S. Antonio Abbate, portail d’Andreas Lombardus, 1471, avec les armoiries des Aragon. De même en France, à Sainte-Radegonde, Poitiers. À propos des fondations d’églises par Charles II d’Anjou, voir C. Bruzelius, Church building in the Angevin kingdom of Naples, 1266-1343 (en préparation). Charles II exigeait que les façades des églises fondées par lui et celles du regio patronato portent ses armoiries. Contrairement à la France (Saint-Maximin-du-Var), les églises du regnum ne possédaient pas de fenêtres décorées des armoiries du roi. Il semble que la représentation héraldique angevine sous Charles Ier et Charles II concernait principalement leurs territoires français. Le reliquaire de sainte Marie-Madeleine, donné par Charles II au couvent dominicain de Saint-Maximin-du-Var, porte beaucoup plus d’armoiries de membres de la famille royale de Naples que son correspondant, le reliquaire de saint Janvier, donné également par Charles II à la cathédrale de Naples. Cf. C. de Mérindol, Les princes et l’usage de l’histoire à la fin de l’époque médiévale : le témoignage des « images » médiévales, Les Princes et l’histoire du XIVe au XVIIIe siècle. Actes du colloque organisé par l’Université de Versailles-Saint-Quentin et l’Institut Historique Allemand, Paris/Versailles, 13-16 mars 1996, éd. C. Grell, W. Paravicini et J. Voss, Bonn, 1998, p. 41-66.

5 Une donation des parties architectoniques est très commune au Moyen Âge et pouvait (comme dans le cas des clochers de la cathédrale de Ratisbonne) être liée à certaines concessions, par exemple celle du droit de sépulture. Une décoration héraldique de ces parties n’en était pas nécessairement la conséquence.

6 Un exemple du xve siècle : les armoiries des Miroballo sur le portail du couvent de S. Lorenzo Maggiore à Naples.

7 Pour la situation en France cf. Mathieu, Le Système, p. 215-219 : « En règle générale, tout possesseur d’un immeuble avait le droit d’y faire apposer ses armoiries. » Il souligne les règles de la décoration héraldique d’un édifice qui donne sur le terrain du suzerain : les armoiries du vassal doivent être affichées plus bas que celles de son suzerain. La même règle s’applique à des édifices publics : les armoiries du donateur doivent se trouver plus bas que celles du roi. Pour ces règles, Mathieu recourt bien entendu à des sources post-médiévales.

8 Les palais médiévaux de la famille royale de Naples, tels le Castel Capuano ou le Castel Nuovo, ont été presque entièrement détruits ou remplacés par de nouvelles constructions. Exemple de palais des xive et xve siècles : le Palazzo Antignano à Capoue. Son portail date du milieu du xve siècle. C. Robotti, Il Palazzo Antignano di Capua, Napoli Nobilissima, n. s., t. 8, 1969, p. 187-193.

9 Pour le palais Penna, voir N. Bock et W. Jung, Der Stadtraum als Bühne. Formen architektonischer Inszenierung zwischen Mittelalter und Neuzeit, Raum und Raumvorstellungen im Mittelalter. Akten der 30. Kölner Mediaevistentagung, Köln, 10.-13. September 1996, éd. J.A. Aertsen et A. Speer, Berlin-New York, 1998, p. 763-792.– N. Bock, Kunst am Hofe der Anjou-Durazzo. Der Bildhauer Antonio Baboccio (1351 – ca. 1423), Berlin-Munich, 2001, p. 197-216, 437-440, Cat. no 5. Parmi la littérature plus ancienne, il faut citer G. Ceci, Il palazzo Penna, Napoli Nobilissima, t. 3, 1894, p. 83-86.– A. de Rinaldis, Forme tipiche dell’architettura napoletana del primo Quattrocento, Bollettino d'Arte, n. s., t. 4, 1924-1925, p. 162-183, ici p. 168-176.– L. Catalani , I palazzi di Napoli, Naples, 1845, réd. 1969, p. 23 s.– G. Chierici, Il palazzo italiano, 2e éd., Milan, 1964, p. 60.– R. De Fusco, L'architettura del Quattrocento, Turin, 1984, p. 151.– A. Beyer, Napoli, Storia dell’architettura italiana. Il Quattrocento, éd. F.P. Fiore, Milan, 1998, p. 434-459.

10 Le palais a été considérablement réduit et modifié par les constructions et transformations postérieures. De la phase originale subsistent la façade principale, le passage voûté vers la première cour d’où l’on entrait dans les écuries et la deuxième cour avec une Loggia vers le jardin. Le palais n’a jamais fait l’objet d’une recherche archéologique ou architectonique sérieuse. Durant les années 1420, la façade a reçu un nouveau portail portant une inscription latine tirée d’une épigramme de Martial (I, 40) : QUI DUCIS VULTUS NEC ASPICIS LIBENTER/OMNIBUS INVIDIAS INVIDE NEMO TIBI.

11 À propos des palais de ville au Moyen Âge en Italie cf H. Klotz, Der Florentiner Stadtpalast. Zum Verstandnis einer Repräsentationsform, Architektur des Mittelalters. Funktion und Gestalt, éd. F. Möbius et E. Schubert, Weimar, 1984, p. 307-343 - W. Braunfels, Mittelalterliche Stadtbaukunst in der Toskana, Berlin, 1953,4e éd., 1979, p. 208 s.– R.A. Goldthwaite, The building of Renaissance Florence. An economic and social history, Baltimore-Londres, 1980.

12 Depuis les années 1280, Naples était devenue de plus en plus la capitale du royaume. Le transfert de l’administration de la Sicile à Naples accéléra la construction des demeures de la famille royale. Même s’il n’appartenait pas aux quartiers (seggi) les plus anciens de Naples, celui où était construit le palais d’Antonius de Penna comportait néanmoins nombre de résidences de marchands et de nobles. Pour le développement de la ville voir L. Enderlein, Die Grablegen des Houses Anjou in Unteritalien. Totenkult und Monumente 1266-1343, BerlinWorms, 1997, p. 40-43.– E. Ennen, Die europaische Stadt des Mittelalters, Gottingen, 1972.– A. Venditti, Urbanistica e architettura angioina, Storia di Napoli, t. 3, Napoli angioina, Naples, 1969, p. 665-888.— W. Döpp, Die Altstadt Neapels. Entwicklung und Struktur, Diss. Marburg, 1968, spéc. p. 139 s.– A. Kiesewetter, Die Anfänge der Regierung König Karls II. von Anjou (1278-1295). Das Königreich Neapel, die Grafschaft Provence und der Mittelmeerraum zu Ausgang des 13. Jahrhunderts, Husum, 1999.

13 Il faut noter la régularité et la forme des blocs de pierre, qui diffèrent beaucoup des exemples toscans et qui ne peuvent être comparés qu’aux édifices des Hohenstaufen. Ces éléments architectoniques et l’utilisation d’une citation de Martial sur le portail indiquent que le propriétaire avait une connaissance approfondie de l’Antiquité et qu’il connaissait le porte fridericienne de Capoue qui était encore intacte. Pour Capoue, voir C.A. Willemsen, Kaiser Friedrich II. Triumphtor zu Capua, Wiesbaden, 1953.– B. Brenk, Antikenverständnis und weltliches Rechtsdenken im Skulpturenprogramm Friedrichs II. in Capua, Musagetes, Festchrift W. Prinz, Berlin, 1991, p. 93-103.– T. Michalsky, De ponte Capuano, de turribus eius et de ymagine Frederici... Überlegungen zu Repräsentation und Inszenierung von Herrschaft, Kunst im Reich Kaiser Friedrich II. von Hohenstaufen, éd. K. Kappel, D. Kemper et A. Knaak, Brunswick, 1996, p. 137-151 avec la littérature récente.– A. Beyer, Parthenope. Neapel und der Süden der Renaissance, Munich-Berlin, 2000, p. 110-116, sur l’importance de la porte de Capoue pour l’architecture de la Renaissance.

14 Le blason des de Penna présente trois plumes. Voir par exemple les blasons sur les frontons latéraux du baldaquin et à côté du gisant du tombeau d’Antonius de Penna à S. Chiara de Naples, qui date de 1410-1412 environ.

15 Les fausses arcades étaient un élément architectonique commun à toutes les façades des palais du Moyen Âge, comme l’illustrent le Palazzo Lamba Doria et le Palazzo Vecchio del Comune à Gènes.

16 L’hypothèse d’A. Tönnesmann, qui estime que la façade devient un lieu idéal pour l’introduction d’une représentation héraldique seulement à partir de la construction du Palazzo Medicis de Florence, est complètement erronée. A. Tönnesmann, Zwischen Bürgerhaus und Residenz. Zur sozialen Typik des Palazzo Medici, Piero de Medici « il Gottoso ». Kunst im Dienste der Mediceer, éd. A. Beyer et B. Boucher, Berlin, 1993, p. 82. Pour la signification des couronnes comme symbole de pouvoir, voir J. Morsel, Geschlecht und Repräsentation. Beobachtungen zur Verwandschaftskonstruktion im fränkischen Adel des späten Mittelalters, Die Repräsentation der Gruppen, p. 259-325, spéc. p. 306 s. n. 97.

17 Comme exemple de Irise héraldique paratactique, on signalera la Tavema Ducale à Popoli (Pescara), érigée probablement par Giovanni Cantelmo (1333-1377), Signore di Popoli, comme point de collecte de la dîme. Moretti, Architettura, p. 844 s. identifie les blasons des familles d’Artois, celui des Cantelmo, d’Angela di Galeotto Stendardo et d’Enrico Legonessa, l’époux de Guglielmina Cantelmo. Deux autres blasons, parmi lesquels les armoiries des Anjou, ne sont pas nommés. Un autre exemple en dehors du royaume est la Loggia papale à Viterbe (1255-1266). Dans ce contexte, il convient également de citer les fresques de la petite salle du Palazzo Pubblico à San Gimignano qui datent des alentours de 1291. Au-dessus d’une inscription on y voit un membre trônant des Anjou (Charles Ier ?), accompagné de plusieurs nobles avec leurs faucons et chiens de chasse. Au-dessus de cette série de personnages, une frise héraldique avec les armoiries des Anjou, du pape et des autres familles nobles. Voir l’ouvrage récent de Michalsky, Memoria und Repräsentation, p. 216 s., ill. 133.-J.C. Campbell, The Game of Courting and the Art of the Commune of San Gimignano, 1290-1320, Princeton, 1997. Des frises similaires existent aussi en France, par exemple dans le château de Codignat à Ravel (Puy-de-Dôme). Un phénomène bien différent est l’affichage dispersé des armoiries des titulaires d’une fonction administrative sur les parois d’un palais public, comme dans la cour du Palazzo del Capitano del Popolo (autrement dit le Bargello) à Florence, ou celui des armoiries de nobles voyageurs et membres d’ordres chevaleresques comme à Rhodes et Königsberg. D. Kraak, Die Johanniterinsel Rhodos als Residenz. Heidenkampf in ritterlich-höfischen Ambiente, Zeremoniell und Raum. 4. Symposium der Residenzen-Kommission der Akademie der Wissenschaften in Göttingen, éd. W. Paravicini, Sigmaringen, 1997, p. 215-238, ici particulièrement p. 229.– W. Paravicini, Verlorene Denkmäler europäischer Ritterschaft : Die heraldischen Malereien des 14. Jahrhunderts im Dom zu Königsberg, Geschichte und Kunst im Ostseeraum, Kiel, 1990, p. 67-167. Plus généralement Paravicini, Gruppe und Person, p. 351 s. sur le groupement héraldique.

18 L’inscription au-dessous du blason est : XX ANNO REGNO / REGIS LADISLAI / SUNT DOMUS HE FACTE / N(u)LLO SI(n)T TU(r)BI(n)E FRACTE / MILLE FLUUNT MAGNI / BISTRESCE(n)TUM QUATER AN(n)I.

19 Ceci s’applique aussi à son inscription funéraire qui le décrit comme res publica semper amans : PREMIA SI MERITIS DONANT CONDIGNA SUPERNI HIC MERUIT SUPERUM POST SUA [FAT]A LOCUM DUM VIXIT VIRTUTE MICANS BONUS ATQUE / MODESTUS // SECRETUS REGIS CONSILIATOR ERAT PUBLICA SEMPER AMANS ANTONIUS ISTE VOCATUS DE PENNA DICCTUS (sic) Q(u)EM TEGIT / ISTE LAPIS. Pour le monument funéraire, voir BOCK, Kunst am Hofe, Cat. no 2, ainsi que la littérature plus ancienne.

20 Pour une vue générale du concept du « public » au Moyen Âge, voir J. Habermas, Strukturwandel der Öffentlichkeit. Untersuchungen zu einer Kategorie der bürgerlichen Gesellschaft, Francfort, 1962, 4e éd., 1995, spéc. p. 58-66.– N. Elias, Die höfische Gesellschaft. Untersuchungen zur Soziologie des Königtums und der höfischen Aristokratie, Darmstadt, 1969, 7'éd., Francfort, 1994, spéc. p. 80-95.– J. Heers, Espaces publiques, espaces privés dans la ville. Le Liber terminorum de Bologna (1294), Paris, 1984.– H. Kamp, Philippe de Commynes und der Umgang mit der Öffentlichkeit in der Politik seiner Zeit, Öffentlichkeit und Nicht-Öffentlichkeit in Mittelalter und früher Neuzeit (Tagung in der Reimers-Stiftung, 1994), sous presse.

21 Même si la cathédrale possède le regio patronato des Anjou, cela n’explique — surtout en comparaison avec les portails de S. Lorenzo Maggiore et S. Domenico Maggiore qui sont aussi du regio patronato — ni l’apparition des armoiries des Minutulus, associées en tant que signes de donation à celles du roi, ni l’abondance de cette décoration héraldique. Pour la cathédrale voir F. Strazullo, Saggi storici sul Duomo di Napoli, Naples, 1959 et Il Duomo di Napoli dal paleocristiano all’età anjoiana. Atti della I Giornata di Studi su Napoli, Losanna, 23 novembre 2000, éd. S. Romano et N. Bock, Naples, 2002.

22 Ici, le roi de Naples, sous les traits de l’archange saint Michel, protège la sainte Église romaine napolitaine, représenté par les saints Pierre et Janvier, et garantit son triomphe final contre les infidèles et les hérétiques.

23 La meilleure et la plus amusante description de la situation à Rome et des relations entre la Curie et le royaume de Naples est celle d’A. Esch, Das Papsttum unter der Herrschaft der Neapolitaner, Festschrift Hermann Heimpel, t. 2, Göttingen, 1972, p. 713-800.– Id., Bonifaz IX. und der Kirchenstaat, Tübingen, 1969.

24 Pour le contexte historique, cf. É.G. Léonard, Gli Angioini di Napoli, Varese, 1967.– G. Peyronnet, I Durazzo e Renato d’Angiò, Storia di Napoli, t. 3, Naples, 1969, p. 335-435.– A. Valente, Margarita di Durazzo, vicaria di Carlo III e tutrice di Re Ladislao, Archivio storico per le provincie napoletane, t. 40, n. s., t. 1, 1915, p. 265-312, 457-502 ; t. 43, n. s., t. 4, 1918, p. 55-43, 169-214.– A. Cutolo, Re Ladislao d’Angiò-Durazzo, 2 vol., Milan, 1936-1944, 2e éd., Naples, 1969.

25 M. Boone et T. de Hemptinne, Espace urbain et ambitions princières : les présences matérielles de l’autorité princière dans le Gand médiéval (xiie siècle – 1540), Zeremoniell und Raum. 4. Symposium der Residenzen-Kommission der Akademie der Wissenschaften in Göttingen, éd. W. Paravicini, Sigmaringen, 1997, p. 279-304, ici p. 302 : « La présence et le succès d’une dynastie dans un contexte urbain se mesurent également par la présence des officiers et des serviteurs de l’État. Les processus d’intégration et de formation d’un État reposent entre autres choses sur le fait que les élites locales s’identifient à la cause de l’État, y reconnaissent leurs propres intérêts. Ainsi, le fait d’acquérir des demeures dans une ville précise, d’y acheter des maisons, de les embellir pour en faire des symboles de réussite sociale, soutient l’action d’une dynastie autant ou plus que les victoires militaires. » Cette observation ne s’attache pas à un cas isolé et n’est pas limitée aux Pays-Bas (en l’espèce, Gand, lieu concerné par cette recherche) mais elle décrit un phénomène général à la fin du Moyen Âge, un changement dans la représentation politique visible dans toute l’Europe.

26 L’inscription sur le stipes du portail est : HANC TIBI QUI RESERAS LUMEN DE LUMINE VERBUM / VI(r)GINIS I(n) GREMIU(m) CARO FACTUM S(an)C(t)E JOHANNES / EDEM CO(n)TRIBUI MILES ARThUSIUS ALMAM/DE PAPPACUDIS PROPRIIS DE SUMPTIBUS ACTAM. Inscription sur le socle de la Vierge : +ANNO DOMINI MILLENO CCCC / DECIMOQUINTO +.

27 Chr. Weber, Familienkanonikate und Patronatsbistümer. Ein Beitrag zur Geschichte von Adel und Klerus im neuzeitlichen Italien, Berlin, 1988.

28 Les revenus annuels de S. Giovanni dei Pappacoda, soit 200 ducats, n’étaient, selon P. di Stefano, Descrittione de i luoghi sacri della città di Napoli, Naples, 1560, dépassés que par ceux de l’église des Pignatelli, laquelle avait des revenus de 300 ducats par an. La plupart des 41 églises privées nommées par di Stefano avaient des revenus beaucoup plus bas. Weber, Familienkanonikate, p. 274 s.

29 Arthusius et son père Lionellus avaient combattu pour Ladislas d’Anjou-Durazzo et participaient en conséquence à son triomphe sur son rival français. Arthusius accéda très tôt à des charges élevées à la cour royale et en 1401 il est déjà appelé familiaris et nappe nostra. Son père Lionellus était alors le justicier du Principato Citra. À l’occasion de la suppression de l’opposition baronniale en 1404, les Pappacoda profitèrent encore une fois de leur position proche du roi et reçurent de l’argent et les terres de la grande famille des Sanseverino. Petit à petit Arthusius agrandit ses possessions. En 1410, il fut nommé sénéchal de la maison royale, fait également mentionné dans son inscription funéraire : IANUA NE PEREAT O TU QUI TRANSIS ET EXIS / PROPTEREA METRIS ARTUSIUS HIS MEMORAT(ur) / PAPPACUDA YTER(um) VIR IUST(us) FORTIS HONEST(us) / hEU LADIXLAO TUNC FACT(us) MILES AB ALTO / ATQUE SENESCALCUS ET CONSILIARIUS INGENS / SPE PIETATE FIDE I[.]EG ? PRO(m)PTISIM(us) ARDENS / MILLEQUATGENTIS (sic) T[...] TRIGI(n)TA SUB ANNIS / ET MADII TERNO DOMINI CUM LUCEM SERO.

30 Pour les progrès des riches patriciens dans la noblesse, voir Weber, Familienkanonikate, p. 284 s. Déjà en 1268, les Papppacoda sont mentionnés parmi les mutuatores Aversae pro maritagio Beatricis Imperatricis Costantinpolis. Voir P. Caroli Borelli C.R.M., Apparatus historicus ad antiquos cronologos illustrandos opera studio laboribus, ex vetustis Monumentis Neapolitanorum Archiviorum collectus, 4 vol., finis tomi IV. 13. Novembris 1713, Naples, Biblioteca Nazionale, Ms. IX.C.14-17, t. 3, p. 86 s.– C. de Frede, Da Carlo I d’Angiô a Giovanna I. (1263-1382), Storia di Napoli, t. 3, Naples, 1969, p. 55 (1269).– S. Ammirato, Belle famiglie nobile napoletane, 2 vol., Florence, 1580/1651, réimpr., t. 2, Bologne, 1973, p. 285. Au cours des années suivantes apparaissent régulièrement les noms des Pappacoda, famille dont il existait aussi une branche au temps des Anjou-Durazzo à Ischia. Borelli, Apparatus historicus, t. 3, p. 565. Pour la classe des milites en Italie, voir L. Böninger, Die Ritterwürde in Mittelitalien zwischen Mittelalter und Früher Neuzeit. Mit einem Quellenanhang : Päpstliche Ritterernennungen 1417-1464, Berlin, 1995.

31 O. Ferrari, Per la conoscenza della scultura del primo Quattrocento a Napoli, Bollettino d’Arte, t. 39, 1954, p. 11-24.– M.G. Rimini, Antonio Baboccio da Pipemo, Siculorum Gymnasium, n. s., t. 12, 1959, p. 1-30.– Bock, Kunst am Hofe.

32 Pour la réception de l’Antiquité à Naples, voir Bock, Kunst am Hofe, passim.– Beyer, Parthenope, p. 102, qui fait référence à la porte de Capoue.

33 Au-dessus du portail du palais des Pappacoda, il y avait aussi le blason royal. La restauration décisive du palais, pendant les années vingt, qui suivit le modèle formel du palais des de Penna, a presque détruit toute trace de l’édifice original. L’aspect de la porte reste donc incertain, mais le cimier et le blason de Ladislas d’Anjou-Durazzo font vraisemblablement partie de la substance originale. De Rinaldis, Forme tipiche dell’architettura napoletana del primo Quattrocento, p. 170-172.– A. Avena, Monumenti dell’Italia Meridionale, t. 1, Rome, 1902, p. 247-252.– B. Capasso, Il Palazzo di Fabrizio Colonna a Mezzocannone, II. Il palazzo nel sec. XV, Napoli Nobilissima, t. 3, 1894, p. 33-39.– Catalani, I palazzi di Napoli, p. 22.

34 Le couvent et l’église, situés jusqu’en 1489 à l’extérieur des murs de la ville, recevaient beaucoup de donations de la part des Anjou-Durazzo et jouaient un rôle important dans la vie spirituelle de la cour. Pour l’église et ses œuvres d’art, voir A. Filangieri di Candida, La chiesa e il monastero di S. Giovanni a Carbonara, éd. R. Filangieri di Candida, Naples, 1924.– A. Venditti, Urbanistica e architettura angioina, Storia di Napoli, t. 3, Naples, 1969, p. 665-888, ici p. 801-809. Dernièrement D.M. Pagano et L. di Mauro, Napoli Sacra. Guida alle chiese di Napoli, Secondo Itinerario, Naples, 1993, p. 78-97.

35 G. Urban, Der Tempietto in Vicovaro und Domenico da Capo d’Istria, Festschrift für Herbert von Einem, Berlin, 1965, p. 266-291, spéc. p. 288 s. Les deux documents des 25 septembre et 10 décembre 1427 sont déjà cités par N.F. Faraglia, La tomba di Ser Gianni Caracciolo in S. Giovanni a Carbonara, Napoli Nobilissima, t. 8, 1899, p. 20-23 n. 1.– Filangieri Di Candida, La chiesa, p. 43. F. Trinchieri Camiz, Augustinian Musical Education in the 15th Century Caracciolo del Sole Chapel, Naples, Imago Musicae, t. 5, 1988, p. 41-64, avance l’hypothèse selon laquelle la chapelle était utilisée par les moines du couvent comme chœur musical. Pour le tombeau de Ser Gianni, sa datation et sa relation avec le monument royal, voir N. Bock, Antiken-und Florenzrezeption in Neapel 1400-1450, Opere e giorni. Studi su mille anni di arte europea dedicati a Max Seidel, éd. K. Bergdolt et G. Bonsanti, Venise, 2001, p. 241-252.– Id., Scultura e umanesimo a Napoli fra Angioini e Aragonesi, Napoli, il Mediterraneo, l'Europa. Atti del Convegno del Comité International d'Histoire de l’Art (CIHA), Naples, 5-7 mars 1998, Naples, sous presse.

36 F. Petrucci, Gianni Caracciolo, Dizionario biografico degli Italiani, t. 19, Rome, 1976, p. 370-375.– F. de Pietri, Cronologia della Famiglia Caracciolo, Naples, 1605.– N.F. Faraglia, Storia della regina Giovanna II. d’Angio, Lanciano, 1904.– Léonard, Gli Angioini, p. 611-628.– Peyronnet, I Durazzo e Renato d’Angio, p. 389-410.

37 Sur la façade du Palazzo Carafa de 1466, l’hommage au roi est rendu vers l’extérieur par une inscription au-dessus du portail : IN HONOREM OPTIMI REGIS / ET NOBILISSIME PATRIAE / DIOMEDES CARAFA COMES MATALUNE / M CCCC LXVI. Beyer, Parthenope, p. 84 s., 91 s., 98 s. Les armoiries royales (Aragon) sont affichées sur la paroi en face de l’entrée dans la cour. D’autres inscriptions se trouvent sur les bases des colonnes de l’arcade, à gauche de l’entrée. Id., p. 94 s., ill. 52.

38 Bock-Jung, Der Stadtraum als Bühne, p. 775-781, avec les exemples du Palazzo di Jacopo da Brescia à Rome et du Palazzo Ginetti à Velletri. On pourrait facilement allonger cette liste d’exemples.

39 Pour la concession des armoiries en général, voir Pastoureau, Traité d’héraldique, p. 60 s.- Id., Les Armoiries, p. 37.– V. Filip, Art. Wappen/Wappenverleihung, Lexikon des Mittelalters, t. 8, Stuttgart-Weimar, 1999, col. 2031-2034, 2035 s. Plus détaillé G.A. Seyler, Geschichte der Heraldik. Wappenwesen, Wappenkunst, Wappenwissenschaft, Nuremberg, 1885-1889, rééd. Neustadt a.d. Aisch, 1970, p. 337-352, qui constate le déclin de la Heerschildverfassung à la fin du xiiie siècle, et un changement progressif vers une noblesse par diplôme sous l’empereur Charles IV. La tradition juridique impériale avait selon lui une importance bien mineure au regard de l’influence de juristes italiens comme Bartholomeus de Saxoferrato. Il cite (p. 342 s.) un formulaire des Formulae Cancelleriae Imperatoris Caroli IV de Johann von Geylnhausen (olim supremus Cancellarie Imperialis registrator nunc scriba Brunnensis). Ce formulaire ne sera presque pas modifié jusqu’aux règnes de Robert du Palatinat et de Sigismond, sauf pour la Bohème et la Hongrie. Le droit de concession des armoiries était selon lui une prérogative royale et papale, qui pouvait être attribuée à des charges inférieures, comme à l’occasion de l’investiture de l’archevêque Conrad de Mayence par le roi Sigismond en 1422. La fonction de « Hofpfalzgrafen » aussi, souligne Filip, op. cit.

40 Johanna Secunda Regina etc. Illustri principi Philippo Marie Angelo duci Mediolani papie anglerieque comiti etc. Consanguineo fratrique nostro carissimo salutem et felicium successuum incrementa, ut notorie cunctis pateat, verus perfectusque zelus, qui inter nostram celsitudinem Illustremque fraternitatem tuam hinc inde reciproce indissolubiter extat, tum ex consanguinitatis affinitatisque vinculo, tum ex vera vetustaque amicitia, que ex bono et honesto inter inclitam nostram prosapiam Illustreque genus vestrum contracta interque nos et vos non solum frequentata, sed aucta esse dignoscitur, deliberavimus ad perpetuum monumentum verumque pignus amoris erga Illustrem fraternitatem vestram patenter ostendere quibus vos diligamus vixeribus caritatis premissis, itaque et aliis considerationibus digne mote vobis et vestris utriusque sexus heredibus imperpetuum decenter et honorifice quartarizandi nostra regalia arma seu Insignia cum vestris claris Insigniis sive armis eaque sic quartariczata tam in bellis quam in cunctis actibus deferendi illisque utendi tenore presentium de certa nostra scientia liberam et omnimodam concedimus licentiam et potestatem plenariam impartimur. In cuius rei testimonium présentes litteras exinde fieri et magno nostro pendenti sigillo iussimus communiri, Quas pro earum validiori robore dedimus et subscripsimus propria manu nostra Ritu et observanda nostre curie quacumque contraria non obstante, Datum in castro nostro Novo neapolis per manus nostri predicte Johanne Regine Anno domini millesimo quatringentesimo vicesimo die XVj mensis aprilis Xiiie inditionis Regnorum nostrorum anno sexto. De mandato Reginali oretenus facto. Angelillus. Presentibus Magno Senescallo Comite Mathere, Comite Vigiliarum et domino Francisco de Orthona, Reginalibus consiliariis. Naples, Archivio di Stato, Registre Angioino 1419, n. 375, f° 153 v°.– C. Minieri Riccio, Saggio di codice diplomatico formato suile antiche scritture dell’Archivio di Stato di Napoli, t. 2, Naples, 1879, p. 78 s., no LV.

41 Filippo Maria Visconti (1392-1447), devenu duc de Milan après le mort de Giangaleazzo en 1402, avait depuis longtemps des contacts étroits avec la cour de Naples. Le 22 juin 1414, il signe aussi à Assise le traité de paix entre Ladislas d’Anjou-Durazzo et la commune de Florence. Florence, Archivio di Stato, Diplomatico, Riformazioni, Atti Publici, Giugno 22, dans Cutolo, Re Ladislao d'Angiò-Durazzo, t. 1, p. 421, t. 2, p. 218-228 n. 182, ici p. 225. (entre les nomina colligatorum). Jeanne II se trouvait au début de l’année 1420 dans une position difficile. Après son couronnement, le 28 octobre 1419, sur pression politique du pape, elle avait dû laisser sortir de prison son mari Jacques de la Marche. Il retourna en France où il mourut plus tard sous l’habit franciscain. Au même moment, Louis III d’Anjou tentait par la diplomatie, auprès du pape et de Jeanne II d’Anjou-Durazzo (laquelle n’avait pas d’enfants), de se faire accepter comme successeur et héritier au trône de Naples. La concession de Jeanne II au duc de Milan pouvait éventuellement indiquer qu’elle réfléchissait à la possibilité de s’allier avec lui contre le prétendant français à la couronne. Ce plan n’a pas pu durer longtemps : très vite elle s’est alliée avec Alphonse d’Aragon qui possédait une force militaire bien plus grande en Méditerranée.

42 Les armoiries d’Anjou ont été peintes au-dessus du portail. B. Cole, The Interior Decoration of the Palazzo Datini in Prato, Mitteilungen des Kunsthistorischen Institutes in Florenz, t. 13, 1967-1968, p. 61-82, spéc. p. 80 n. 44 s. Pour les fresques à l’intérieur de la maison M. Dachs, Die Freskendekoration des Florentiner Wohnhauses, Mitteilungen des Kunsthistorischen Institutes in Florenz, t. 27, 1993, p. 71-129.

43 Inv. no 6740.’60, diamètre 3,24 m. Sous les propriétaires suivants, les Pazzi, le palais a reçu plusieurs désignations : Villa Pancitichi Ximenes et, plus tard, Villa di Montughi. Pour une illustration en couleurs, voir G. Gentilini, I della Robbia. La cultura invetriata nel Rinascimento, t. 1, Florence, s.d., p. 115 (planche) et p. 137 n. 59. A. Marquand, Luca della Robbia, New York, 1972, p. 202-205, no 56, remarque que les vases portant des flammes à côté du blason, au centre, étaient aussi un emblème de la famille des Pazzi, créé en mémoire de Pazzo dei Pazzi qui ramena en 1099 une pierre du Saint-Sépulcre, pierre utilisée pour les festivités d’avant Pâques. Les liens entre les Pazzi et le duc d’Anjou étaient étroits : René avait rendu visite à Andrea dei Pazzi en 1442, il était devenu le parrain de son fils avant d’anoblir Andrea. Plus tard, en 1458, René reçut Jacopo dei Pazzi parmi les membres de son ordre chevaleresque. Le même blason se trouvait dans le palais de René à Aix-en-Provence, qui fut abattu entre 1776-1788. Il existe encore des dessins de F.-R. Gaignières à la Bibliothèque Nationale de France et de Jacques Gabriel Pouillard à la Bibliothèque Méjanes d’Aix. M. Evans, The stemma of René of Anjou, Londres, 1982. C. de Mérindol, Programmes de la décoration des demeures et des chapelles du roi René d’après l’héraldique et l’emblématique, Artistes, artisans et production artistique au Moyen Âge, éd. X. Barral i Altet, t. 2, Paris, 1987, p. 235-255, ici p. 239 s., constate une influence de l’Italie sur les emblèmes de René. Cette observation concerne probablement plutôt les aspects du contenu des emblèmes que la façon dont ils étaient utilisés. Malgré toute cette problématique des influences réciproques, il faut souligner que les exemples napolitains sont largement antérieurs aux français. Il manque de travaux sur l’emblématique à la cour pontificale d’Avignon et sur celle des Aragon à Majorque. Sur la relation étroite entre les deux cours, voir récemment G. Kerscher, Architektur als Representation. Spätmittelalterliche Baukunst zwischen Pracht und zeremoniellen Voraussetzungen, Avignon-Mallorca-Kirchenstaat, Berlin, 2000.

44 Mathieu, Le Système, p. 219 s., cite un cas sous Charles VI. En 1396, il protégea les habitants de Tournus contre leur abbé ; il fit de même avec la comtesse de Comminges à l’égard de son époux.

45 Mathieu, Le Système, p. 220, présente un exemple datant de 1312 sous Philippe le Bel et un autre sous Charles IV, en 1323. Paravicini, Gruppe und Person, p. 359, signale deux exemples d’échange de cadeaux héraldiques in signum amicitie : le 21 juillet 1336, Otton d’Autriche concéda au comte Guillaume V de Juliers, à l’occasion de son accession au rang de margrave et de prince d’Empire, le privilège de porter son cimier. À la Noël 1350, Matthieu de Roye dit le Flamand permit, à Jérusalem, au chevalier Hartmann von Cronenberg l’Ancien et à ses successeurs de porter son cimier.

46 Il a été souvent constaté que l’organisation héraldique en Italie n’était pas très développée. Les hérauts français, au contraire, avaient des relations internationales — bien sûr aussi à la cour de Naples et d’Aragon en Sicile — et ils étaient organisés en collèges en 1406. Pastoureau, Traité, p. 62.

47 Ces observations vont dans le sens indiquée par B. Thum, dans le domaine de l’histoire de la littérature, à propos du public et du système juridique au Moyen Âge, qu’il a caractérisés comme des systèmes ouverts avec des marges flexibles (« ein offenes System mit “weichen” Rändem »). B. Thum, Öffentlich-Machen, Ôffentlichkeit, Recht. Zu Grundlagen und Verfahren der politischen Publizistik im Spätmittelalter (mit Überlegungen zur sog. « Rechtssprache »), Politik und Dichtung vom Mittelalter bis zur Neuzeit, éd. W. Haubrichs, LiLi, Zeitschritfür Literaturwissenschaft und Linguistik, t. 10,37, 1980, p. 12-69.

48 G. Althoff, Spielregeln der Politik im Mittelalter. Kommunikation in Frieden und Fehde, Darmstadt, 1997, p. 16, pour la mise en scène. Pour les bases théoriques, voir le résumé de W. Frijhoff, Communication et vie quotidienne à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne : Réflexions de théorie et de méthode, Kommunikation und Alltag in Spätmittelalter und früher Neuzeit. Intemationaler Kongreβ in Krems an der Donau, 9.-12. Oktober 1990, Vienne, 1992.

49 Pour l’apposition des armoiries sur les immeubles privés, voir Mathieu, Le Système, p. 215-217. Les documents faisant état de concessions d’armoiries, mentionnés par Seyler, Geschichte der Heraldik, p. 350, mettent l’accent sur la fidélité. Par exemple la Concessio armorum Dyloni von der Sachssa, Venise, 2 janvier 1402, par Robert du Palatinat : Nos peticionibus eiusdem Tyle favorabiliter annuentes habitoque respectu ad eius fidei constandam et utilia sincere fidelitatis obsequia que nobis et sacro Romano imperio fideliter exhibuit ac de cetero exhibere poterit et debebit, de regie celsitudinis benignitate sibi ac Johanni et Tyle predictis necnon ab eis legittime descendentibus hanc gratiam specialem facimus auctoritate regia per presentes, quod ipsi et ab eis legittime descendentes arma siva clynodia in pres entibus depicta [...] gestare libere debeant [...].

50 J. Heers, Jacques Cœur, 1400-1456, Paris, 1997, avec une ample bibliographie.

51 Heers, Jacques Cœur, p. 166-172.– C. de Mérindol, L’emblématique des demeures et chapelles de Jacques Cœur. Une nouvelle lecture. Le Grande Loge de Montpellier et les monuments de Bourges, Actes du 110e Congrès national des Sociétés savantes, Montpellier 1985, t. 2, Section d’histoire médiévale et de philologie : recherches sur l’histoire de Montpellier et du Languedoc, Paris, 1986, p. 153-178.– Id., Nouvelles observations sur l’hôtel Jacques-Cœur à Bourges : l’hommage au roi, Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 1989, p. 188-210.– Bock et Jung, Der Stadtraum als Bühne, p. 773-775-U. Albrecht, Von der Burg zum Schloβ. Französische Schloβbaukunst im Spätmittelalter, Worms, 1986.

52 Pour les fonctions des parties architecturales, voir Architecture et vie sociale. L’organisation intérieure des grandes demeures à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance. Actes du colloque tenu à Tours du 6 au 10 juin 1988, éd. J. Guillaume, Paris, 1994.

53 Cf. les observations de Althoff, Spielregeln.– Id., Verwandte, Freunde und Getreue. Zum politischen Stellenwert der Gruppenbindungen im früheren Mittelalter, Darmstadt, 1990, spéc. p. 91 s., 139 s.

54 « On ne peut également négliger le caractère personnel de ce choix. Lusignan pouvait être un rappel du Poitou, de Jean de Berry et des Armagnacs. Enfin ce choix correspondait au propos d’une joute à résonance légendaire : se dissimuler avec les armes d’un autre comme les chevaliers de la Table ronde. Les jeux de l’inversion sont fréquents. L’héraldique présente de nombreux cas d’emprunts des armoiries de l’adversaire. » C. de Mérindol, Les Fêtes de chevalerie à la cour du roi René. Emblématique, art, histoire, Paris, 1993, p. 21 s.-Id., Le prince et son cortège. La théâtralisation des signes du pouvoir à la fin du Moyen Âge, Les Princes et le pouvoir au Moyen Age, XXIIIe congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public, Brest, mai 1992, Paris, 1993, p. 303-324, ici p. 308 s., à propos de l’entrée du roi à Caen en 1450.

55 de Mérindol Les Fêtes, p. 51.

56 Comme les archives angevines furent détruites pendant le deuxième guerre mondiale, la recherche actuelle se base principalement sur les publications historiques de la deuxième moitié du xixe siècle.

57 T. Michalsky, Die Repräsentation einer Beata Stirps. Darstellung und Ausdruck an den Grabmonumenten der Anjous, Die Repräsentation der Gruppen, p. 187-224.– J. Gardner, Seated kings, sea-faring saints and heraldry : some themes in angevin iconography, L’État Angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle. Actes du colloque international, Rome/Naples 1995, Rome 1998, p. 115-126-A. Barbero, La propaganda di Roberto d’Angiò re di Napoli (1309-1343), Le forme della propaganda politica nel Due e nel Trecento. Relazioni tenute al convegno internazionale, Trieste, 2-5 marzo 1993, éd. P. Cammarosano, Rome, 1994, p. 111-135.

58 Le but était une représentation sacrale et suprapersonnelle du pouvoir royal. « Donc, l’art funéraire s’inscrivait dans l’ensemble du discours adressé aux sujets, mais il représentait bien une expression privilégiée de la “foi monarchique”. » J.-P. Boyer, La « foi monarchique » : Royaume de Sicile et Provence (mi-xiiie – mi-xive siècle), Le forme della propaganda politica, p. 85-110, ici p. 101.

59 D’A.J.D. Boulton, The Knights of the Crown. The Monarchical Orders of Knighthood in Later Medieval Europe 1325-1520, Suffolk, 1987.– A. Bräm, Zeremoniell und Miniatur im Neapel der Anjou. Die Statuten vom Orden des Heiligen Geistes des Ludwig von Tarent, Römisches Jahrbuch der Bibliotheca Hertziana, sous press.– N. Bock, L’ordre du SaintEsprit. Cérémonial, idéologie et fonction politique, Art, cérémonial et liturgie au Moyen Âge. Actes du colloque de 3e Cycle romand de Lettres, Lausanne-Fribourg, 24-25 mars, 14-15 avril, 12-13 mai 2000, éd. N. Bock, P. Kurmann, S. Romano et J.-M. Spieser, Rome, 2002, p. 415-460.

60 L’étoile, emblème de l’ordre, apparaît sur le gisant d’un chevalier noble, à S. Chiara de Naples, dans la deuxième chapelle à droite.

61 Bock, Kunst am Hofe, p. 275-308.

62 Esch, Das Papstum, passim.

63 Böninger, Die Ritterwürde, p. 82, souligne le fait que les chevaliers créés par les Anjou portaient souvent le titre de miles de hospicio nostro. « Dieser seltene und nur bei den Anjou anzutreffende Ausdruck verweist bereits auf die gänzlich gewandelte Rolle der militia, die nunmehr rein höfïsch geworden war. »

64 N. Bock, Honor et Gratia. Das Grabmal des Ludovico Aldomoresco als Beispiel familiârer Selbstdarstellung im spätmittelalterlichen Neapel, Kunst als ästhetisches Ereignis, Marburger Jahrbuch für Kunstwissenschaft, t. 24, 1997, p. 109-134.

65 L’inscription funéraire du côté ouest est : HAEC EST SEPOLTURA MAGNIFICI MILITIS DOMINI LODOVICI ALDEMARISCO DE NEAPOLI HUIUS REGNI ME / NESCALLUS FIDELISSIMUS CONSILIARIUS DILECTUS SERENISSIMI REGIS LADISLAI NEC NON DUX MARIS / ARMATIAE STRENUUS PRUDENS SENSU ROBUSTUS IN ARMIS INTEGER ATQUE PUGIL IUSTO REGE / FIDELIS. NEC NON TENUIT EX PARTE REGIS UFFICIUM AMMIRANTIAE ITA TALITER QUOD NAVIGIA GERE / BANT VESSILLUM EIUS ET IN HIIS OFFICIIS SUA VITA CLAUSIT EXTREMUM.

66 « Inhalt des Hulderweises von Seiten der Leute aber war in erster Linie das Versprechen der fides, der Treue, und ein dementsprechendes Verhalten. Deshalb sind fides oder fideliter zentrale Begriffe fur die Huld der Leute wie gratia fur die des Herren. » G. Althoff, Huld. Überlegungen zu einem Zentralbegriff der mittelalterlichen Herrschaftsordnung, Friihmittelalterliche Studien, t. 25, 1991, p. 259-282, réd. dans ID., Spielregeln, p. 223. Pour les bases théoriques de la fidelitas dans le système féodal, voir par exemple H. Mitteis, Lehensrecht und Staatsgewalt. Untersuchungen zur mittelalterlichen Verfassungsgeschichte, Weimar, 1933.– H. Keller, Adel, Rittertum und Ritterstand nach italienischen Zeugnissen des 11.-14. Jahrhunderts, Institutionen, Kultur und Geschichte im Mittelalter, Festschrift J. Fleckenstein, éd. L. Fenske, Sigmaringen, 1984, p. 581-608.– S. Reynolds, Fiefs and Vassals. The medieval evidence reinterpreted, Oxford 1994.– P. Contamine, Art. Lehen, -wesen ; Lehnrecht, III. Frankreich, Lexikon des Mittelalters, t. 5, Stuttgart-Weimar, 1999, col 1813-1816.– H. Keller, Id., II. Reichsitalien, col. 1811-1814.

67 C. Trottmann, La Vision béatifique. Des disputes scolastiques à sa définition par Benoît XII, Rome, 1995.– Enderlein, Die Grablegen, p. 124-126.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Naples, palais des Penna, façade principale.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5688/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Fig. 2. Capoue, tour fridéricienne.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5688/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende Fig. 3. Naples, palais des Penna, façade principale.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5688/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Légende Fig. 4. Naples, palais des Penna, façade principale, éléments héraldiques.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5688/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende Fig. 5. Naples, palais des Penna, façade principale, éléments héraldiques.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5688/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Fig. 6. Naples, cathédrale, portail ouest.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5688/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende Fig. 7. Naples, cathédrale, portail ouest, tympan.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5688/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Légende Fig. 8. Naples, S. Giovanni dei Pappacoda, portail.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5688/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 557k
Légende Fig. 9. Naples, S. Giovanni a Carbonara, portail.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5688/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Légende Fig. 10. Blason du René d’Anjou, Londres, Victoria & Albert Museum.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5688/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Légende Fig. 11. Bourges, hôtel de Jacques Cœur.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5688/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Légende Fig. 12. Naples, S. Chiara, tombeau de Charles de Calabre († 1328), détail du sarcophage.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5688/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende Fig. 13. Naples, S. Chiara, tombeau d’Isabelle d’Apia († 1374).
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5688/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Légende Fig. 14. Naples, S. Lorenzo Maggiore, tombeau de Ludovico Aldomoresco, détail du sarcophage : le roi Ladislas d’Anjou-Duras présente son amiral Ludovicus Aldomoriscus à la Vierge.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5688/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 598k

Auteur

Maître-assistant à l’Université de Lausanne

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.