Version classiqueVersion mobile

À l’ombre du Pouvoir

 | 
Jean-Louis Kupper
, 
Alain Marchandisse

De Richard II à Richard III : le Conseil

Jean-Philippe Genet

Texte intégral

  • 1 Historical Poems of the XIVth and XVth Centuries, éd. R.H. Robbins, New York, 1959, p. 196-197.
  • 2 Mais voir à ce propos les remarques de P. Strohm, Postmodernism and History, Theory and the Premod (...)

1God amend wykkyd cownsel, telle est la lamentation qu’un promeneur, par un beau crépuscule, alors que brillent déjà au firmament la lune et les étoiles, entend prononcer par le pauvre roi Henri VI, errant abandonné au pied des collines1... Et la formule devient le refrain de l’une de ces « poésies politiques » (la définition d’un tel genre n’est évidemment pas d’époque) qui nous en disent plus, par la violence et l’amertume qu’elles traduisent, que bien des chroniques ou de longs traités, en nous rappelant qu’en politique il n’y a pas que des raisons bonnes ou mauvaises, mais qu’il y a aussi des sentiments, des atmosphères, que les textes littéraires (par opposition aux archives administratives ou aux textes théoriques) peuvent nous faire saisir. La nouvelle école d’histoire de la littérature anglaise se veut historiciste2, mais les historiens ne doivent pas pour autant abandonner ce terrain et cesser de considérer les textes littéraires comme des sources fondamentales, ne serait-ce que dans la mesure où elles seules permettent une approche approfondie de la langue et de ses sens et donc une sémiologie historique.

  • 3 J.-P. Genet, Les conseillers du Prince en Angleterre : sages et prudents ?, Powerbrokers in the la (...)

2Il peut pourtant paraître paradoxal d’ouvrir une enquête sur le thème du conseil et des conseillers par un texte en apparence aussi simpliste, mais j’ai cru bon de me situer dans la perspective et la suite immédiate d’un précédent travail qui m’avait conduit à aborder l’étude des membres du Conseil Royal en Angleterre au xve siècle dans une perspective à la fois culturelle et prosopographique3. Plutôt donc que de l’entourage du prince proprement dit, c’est de l’une des fonctions essentielles, aux yeux de tous, des membres de l’entourage du prince qu’il sera question ici, à savoir la fonction de conseil dans la société politique en général, et ceci donc en se fondant sur l’interrogation de textes considérés aujourd’hui pour la plupart comme des textes littéraires. Le terme conseil sera d’ailleurs pris ici avec son ambivalence fondamentale, puisqu’il désigne tantôt l’avis (particulier ou général), tantôt le groupe d’hommes réunis pour donner cet avis. Rappelons aussi que dans la société politique médiévale le conseil est toujours un devoir, et jamais un droit ; c’est d’ailleurs cette situation — qui perdure jusqu’à la fin du xvie siècle en Angleterre du moins — qui explique que le conseil en tant qu’institution soit si difficile à délimiter avec précision : tout le monde est censé devoir conseiller le roi, s’il en exprime le désir, mais nul ne peut lui imposer de suivre ou même de recevoir un conseil.

  • 4 Vue d’ensemble dans A.B. Ferguson, The Articulate Citizen and the English Renaissance, Durham, 196 (...)
  • 5 Bibliographie et présentation dans l’introduction de J.-P. Genet, Four English Political Tracts of (...)
  • 6 Les deux exceptions sont les Miroirs de William de Paull-Meopham et de Philip Repingdon qui ont co (...)
  • 7 Il est à noter que ce sont deux Anglais qui ont donné le commentaire médiéval standard de ce texte (...)
  • 8 Sur Gilles de Rome et son succès, voir C.F. Briggs, Giles of Rome’s De Regimine Principum Reading (...)
  • 9 Genet, Les conseillers, p. 137-138.

3Qu’est-ce qui se cache derrière ce concept du conseil omniprésent dans la littérature politique4, que ses intentions soient morales (comme dans les « Miroirs au prince »), ou qu’elle se propose d’influer sur l’action et sur le cours politique (comme dans les discours ou les manifestes) ? Pour mener à bien cette enquête, j’aurai pu choisir de constituer un corpus homogène en utilisant les « Miroirs au Prince » latins5, puisque chaque roi anglais, ou presque, s’est vu dédier son Miroir d’Edouard III à Henri VI : malheureusement, ces textes n’ont eu aucun succès et deux d’entre eux seulement ont eu une certaine circulation6. Les Anglais qui savaient le latin lisaient tout autre chose : dans une recherche en cours sur les bibliothèques des universitaires anglais, et qui m’a permis pour le moment de réunir des informations sur 13 362 « volumes », j’ai pu attribuer 306 volumes au champ du politique. Cinq titres se détachent nettement : le De Civitate Dei de saint Augustin (60 mentions)7, l'Éthique d’Aristote (31 mentions), le De Regimine Principum de Gilles de Rome (24 mentions)8, le Polycraticus de Jean de Salisbury (13 mentions) et la Politique d’Aristote (10 mentions). Parmi les conseillers des rois d’Angleterre dont j’ai étudié les bibliothèques, sept possédaient un De Regimine Principum, et trois le Regement of Princes de Thomas Hoccleve, le seul Miroir en langue anglaise dédié à un souverain anglais, en l’occurrence Henri V (encore n’était-il alors que Prince de Galles)9.

  • 10 Mais nous sommes dans les milieux cultivés au minimum en situation de diglossie et plus généraleme (...)
  • 11 J.-P. Genet, Un corpus de textes politiques : les textes parlementaires anglais de 1376 à 1410, Ac (...)
  • 12 J’ai donné une brève explication de cette notion empruntée à P. Bourdieu dans La Mutation de l’édu (...)
  • 13 J.-P. Genet, New Politics or New Language ? The Words of Politics in Yorkist and Early Tudor Engla (...)

4J’ai donc choisi de construire un corpus autour de ce texte qui a quant à lui connu une très large diffusion, c’est-à-dire un corpus de type essentiellement littéraire et entièrement rédigé en langue anglaise, à l’exclusion des textes latins10 et des textes parlementaires dont seule une petite partie nous a été transmise en anglais11. Ces textes correspondent tous au champ de production12 des textes politiques, mais ce sont, à une exception près, des textes qui appartiennent aussi au champ littéraire, dans la mesure où ils sont écrits en vers anglais et (on en est sûr au moins pour ceux des textes qui ne sont pas anonymes), par des auteurs qui se connaissent parfaitement les uns les autres et fonctionnent en situation d’intertextualité. Appartenant au champ du politique mais pas à celui du littéraire (entre autres parce qu’ils sont en prose, mais ce n’est pas une raison suffisante), le groupe des textes de Fortescue introduit une relative hétérogénéité et il a donc vocation à jouer dans ce corpus un rôle de repoussoir ; là aussi j’aurais pu choisir d’autres textes, comme un corpus de textes yorkistes13 que j’ai étudié par ailleurs, mais les textes de Fortescue ont eu eux aussi comme les textes littéraires une certaine circulation et leur public, s’il n’est pas identique à celui des textes littéraires, le recoupe partiellement.

  • 14 Sur cette littérature, l’ouvrage essentiel est aujourd’hui J. Ferster, Fictions of Advice. The Lit (...)
  • 15 Geoffrey Chaucer, The Riverside Chaucer, éd. L. Benson, 3e éd., Oxford, 1987, p. 217-239. Le texte (...)
  • 16 William Langland. Piers Plowman, the three versions, éd. E.T. Donaldson et G. Kane, Londres, 1988  (...)
  • 17 Sur Fortescue, voir J.-P. Genet, Les idées sociales de Sir John Fortescue, Économies et Sociétés a (...)

5En fin de compte, le corpus retenu, dont on trouvera le détail de la composition et les références en annexe, regroupe sept textes ou groupes de textes, 1) le livre VII de la Confessio Amantis de John Gower, 2) le Regement of Princes de Thomas Hoccleve, 3) un choix de poèmes de John Lydgate, 4) des poèmes lancastriens, 5) des poèmes yorkistes, 6) l'Active Policy of a Prince de George Ashby et enfin 7) trois textes en prose de Sir John Fortescue, dont le principal est le Governance of England. On peut répartir ces textes en trois grands groupes : le premier (textes 1-3) rassemble des textes dont beaucoup ont eu une large circulation, tant en termes de nombres de manuscrits (si l’on tient compte des extraits et des texte incomplets, 58 pour la Confessio, 46 manuscrits pour le Regement, 40 pour les vers sur les rois d’Angleterre et 60 pour le Fall of Princes de John Lydgate) que de variété sociologique des détenteurs de ces manuscrits : la Confessio et le Regement sont deux des principaux textes de « conseil » adressés aux princes anglais14 et le Fall of Princes est sans doute, avec l’histoire de Mellibée15 (de Dame Prudence son épouse et de leur fille Sophie, noms transparents) que Chaucer lui-même semble prendre à son compte dans les Canterbury Tales, d’une part, et le Piers Plowman de William Langland de l’autre16, le texte « littéraire » de la période le plus riche en contenu politique. Ceci dit, le groupe de textes « Lydgate » contient aussi des poèmes de circonstances, et notamment les poèmes consacrés au double couronnement à Londres et à Paris de Henri VI, qui auraient aussi bien pu Figurer dans le groupe suivant. Celui-ci rassemble des brèves poésies politiques, les unes plutôt lancastriennes (texte 4), les autres plutôt yorkistes (texte 5). Enfin, les textes 6 (George Ashby) et 7 (Fortescue) sont des textes de la dernière période lancastrienne, encore que le Governance porte probablement la marque des palinodies du vieux Chancelier contraint de faire sa paix avec le régime Yorkiste17. Le poème d’Ashby n’est connu que par un seul manuscrit ; et les traités de Fortescue sont en prose, contrastant donc fortement sur le plan de l’écriture avec pratiquement tous les autres textes.

  • 18 Ce travail s’inscrit dans le cadre de Meditext, constitution et exploitation d’un corpus de textes (...)
  • 19 HYPERBASE III, logiciel développé par Étienne Brunet ; disponible auprès de l’Université de Nice.
  • 20 Voir P. Cibois, L'Analyse factorielle, Paris, 1983.

6Ce travail n’est cependant ni exhaustif, ni définitif, simplement parce que le long travail de préparation pour le traitement informatique n’est pas encore achevé18. Les relevés de fréquence utilisés ici ne sont pas définitifs, dans la mesure où les comptages, pour être sûrs, doivent reposer sur un texte dont la lemmatisation est exhaustive. En clair, il faudrait en effet pouvoir travailler sur deux textes, un texte conforme aux versions originales éditées ou manuscrites, et un texte lemmatisé, où les formes sont regroupées en fonction du lemme et où les homographes ont été différenciés en fonctions des lemmes auxquels ils renvoient. Cela explique que certains mots à « haute fréquence » n’aient malheureusement pas pu être utilisés dans l’exemple qui suit : c’est le cas de God, par exemple, qu’il faut pouvoir distinguer avec certitude de good et de goods. Il faut ajouter que j’ai ici procédé à des regroupements de lemmes, de façon à éviter les dispersions sur des fréquences trop faibles. Autrement dit, en dépit de la rigueur apparente des chiffres, le traitement présenté ici souffre de plusieurs compromissions, sans lesquelles — et c’est leur seule justification-— le temps, pourtant déjà considérable, qu’il a requis aurait été tout à fait excessif. Ce corpus a été étudié avec le logiciel Hyperbase19, qui a généré les fréquences et les contextes. Le tableau de fréquence a ensuite été exploré avec la méthode de l’analyse factorielle des correspondances et le logiciel TRI DEUX de Philippe Cibois20.

7Nous commencerons par un coup d’œil rapide sur un tableau qui donne les listes des vingt-cinq mots les plus fréquents de chaque texte, et qui révèle au premier coup d’œil de forts contrastes entre les différents textes (on se reportera, pour les fréquences comme pour les regroupements de lemmes, au tableau qui figure en annexe). Pour en faciliter la lecture, les mots qui figurent dans une seule des sept listes sont en caractère gras, et ceux qui figurent dans au moins quatre des sept listes sont en italiques, ce qui permet de repérer facilement les mots « communs » (italiques) et les mots « spécifiques » (gras) :

8L’analyse factorielle permet de dépasser ce constat et d’obtenir une image plus raffinée des caractéristiques lexicales de ces différents textes. Je propose d’abord de donner, en restreignant les commentaires au maximum, les résultats de cette analyse, résultats que le lecteur exercé pourra aisément contrôler à partir des annexes (il peut même refaire l’analyse à partir des données). Un texte, qui est d’ailleurs le seul en prose, sort assez naturellement du lot : les trois traités de Fortescue qui, à eux seuls, portent 32,2 % de la variance. Fortescue s’oppose à tous les autres textes sur le premier facteur (qui exprime 38 % de la variance du système), dont il est responsable à 84,4 %. Les six autres textes contribuent faiblement à ce facteur, le moins insignifiant étant le Regement of Princes de Thomas Hoccleve. Dix mots sont associés aux textes de Fortescue et dépassent un seuil de contribution de 3 % (seuil à mettre en regard avec le fait que l’analyse porte sur 213 mots et que le seuil de contribution moyen est donc d’à peine 0,5 %). Ce sont, dans l’ordre, livelod, reaime, charges, King, reward, subject, officer, office, political, council. On trouve ensuite, toujours dans l’ordre, expenses, councillor, land, lordship, necessity, temporal, French, spiritual, poor et payment, dont la contribution s’échelonne entre 1 et 2 %. Enfin, « tombent » clairement du côté des textes de Fortescue, avec une coordonnée fortement négative, des mots tels que parlement, estate, communes, country, costs, rebel, rule et merite. La cohérence des coordonnées et la force des contributions élevées marquent clairement ce vocabulaire politique et son lien presque exclusif avec les textes de Sir John. De l’autre côté, les choses sont moins nettes, ce qui est normal, puisque l’ensemble des six autres textes en opposition à ceux de Fortescue ne contribue que pour 15,6 % à la configuration de ce premier facteur. Deux mots, dans l’ordre peace et love (décidément, nil novi sub sole...), dépassent, seuls, le seuil de 1 % de contribution, mais ils sont suivis de très près d’un groupe de vocables dont le sens général s’accorde avec eux : dans l’ordre, grace, virtue, heart, worth, pity, truth, glad, mercy, joye, et faith.

9Sur le deuxième facteur (22,6 % de la variance), les textes de Sir John Fortescue ne jouent plus aucun rôle, de même que l'Active Policy of a Prince d’Ashby dont la contribution au facteur est nulle. Ce sont les cinq autres textes qui s’opposent entre eux, tombant en deux groupes opposés : au « Nord » (coordonnées positives), on trouve essentiellement la Confessio Amantis de John Gower (50,4 %), accompagnée — mais avec une contribution nettement plus faible, 3,4 % — par Thomas Hoccleve, tandis qu’au « Sud » (coordonnées négatives), le texte principal est le choix des poésies de John Lydgate (32,4 %) suivi par les poèmes Yorkistes (8,2 %) et les poèmes Lancastriens (5,3 %). On suspecte donc à première vue une opposition de nature chronologique, mais le vocabulaire qui correspond à cette opposition Gower-Lydgate montre qu’il ne s’agit pas seulement de cela : certes, les deux mots les plus importants des poèmes yorkistes, lancastriens et de Lydgate sont England et France, projetés là par l’exaltation de la double monarchie et la douloureuse issue de la Guerre de Cent Ans, mais ensuite l’opposition change de nature. Le vocabulaire mis en lumière à partir des poèmes de Gower et secondairement d’Hoccleve est d’abord didactique et pédagogique : termes de la communication et du savoir (word, science, philosopher, to teach-teacher, to knowknowledge, to answer, ensample, clergie), vocabulaire moral (lawful, pity, flattery, wise, just, pity ; vice, cruel) ou évocation de modèles (Rome, Gedeon, Alexander, Aristotle, Athenes). On note aussi l’importance du mot woman. En face, côté Lydgate, on trouve le vocabulaire religieux (saint, Christ, church) notoirement absent chez Gower (mais pas chez Hoccleve, et c’est probablement là l’explication de la relative faiblesse de sa contribution, puisque pour ce segment de vocabulaire, il n’est pas éloigné de Lydgate). Deux termes ressortent, faith-faithful, partagé avec Lydgate par les Lancastriens, et lynelyneall partagé avec Lydgate par les Yorkistes ; un accent commun sur la généalogie mais, on s’en doute, avec des contextes différents, puisque Lydgate s’attache à démontrer qu’Henri VI est l’héritier en droite ligne de Saint Louis, quand les Yorkistes proclament Richard d’York (ou Edward, earl of March) de la droite ligne d’Edouard III ! Pour le reste, à l’exception de call, on trouve toute une série de termes positivant : dans l’ordre, comme toujours, joye, noble, crown, sovereign, peace, grace, royal, benevolence.

  • 21 P. Strohm, England’s Empty Throne. Usurpation and the Language of Legitimation, 1399-1422, New Hav (...)

10Le troisième facteur n’exprime plus que 13,4 % de la variance : les oppositions que nous lisons à partir de maintenant peuvent donc être considérées comme secondaires, et elles sont plus difficilement lisibles, dans la mesure où elles ne sont souvent qu’un écho d’une opposition précédente. C’est le cas dans ce troisième facteur, où s’opposent au négatif Hoccleve (47,9 %) et Ashby (6,1 %) et, au positif, Gower (29,4 %) et Lydgate (14,4 %). Le facteur précédent unissait Gower et Hoccleve, celui-ci traduit au contraire leur opposition. Côté positif, donc Gower-Lydagte, la liste de mots est pour la plus grande partie, à l’exception de deux mots (King et fortune) un mélange de celles que nous avions sur le facteur précédent : England, France, crown, reign, royal viennent surtout de Lydgate, science, philosopher, tyran, Gedeon, ensample et Rome surtout de Gower. Autrement dit, ni le vocabulaire de la double monarchie, qui caractérise Lydgate, ni le didactisme de Gower ne se retrouvent dans la liste « Hoccleve-Ashby », qui apparaît beaucoup plus intéressante. Après Lord, commun à ces deux auteurs, la liste se scinde en fait en deux groupes distincts : il y a d’abord un vocabulaire « économique » (poor, rich, welth, payment, largesse, covetous) et puis un groupe que l’on peut qualifier de « douloureux » (heart, suffer-suffrance, grief, harm, wrecched, peril, punish). Le vocabulaire « économique » est effectivement très présent, chez Hoccleve notamment, mais son registre n’est pas le même que celui de Fortescue : il est de l’ordre du riche et du pauvre, donc fonctionne dans un cadre à la fois moral et marchand, comme dans le conte de Candace, récemment analysé en détail par Paul Strohm21.

11Les facteurs quatre et cinq ont une importance du même ordre (un peu moins de 10 %). Le quatrième, à première vue curieusement, oppose deux textes, la poésie Yorkiste (43,9 %) et Ashby (36,9 %), dont on sait qu’il était proche de la reine Marguerite d’Anjou et a écrit son traité en vers pour son fils, le malheureux prince Édouard. Ces deux textes sont opposés à tous les autres et plus particulièrement à la poésie lancastrienne (14,2 %). Le lien entre les partisans de la rose blanche et le poète de Marguerite d’Anjou peut paraître étonnant : aussi le cinquième facteur nous révèle-t-il ce qui sépare aussi les poèmes yorkistes (28,4 %) des poètes lancastriens Ashby (13,9 %) et Lydgate (26,2 %) : mais cette fois les poèmes lancastriens sont du même côté que les poèmes yorkistes. Ce qui ressort de ces deux facteurs est d’abord la liste des mots « yorkistes » : dans l’ordre, England (11,2 %, ce qui correspond à la fréquence de 48, et ceci pour le plus court des sept textes du corpus), gentle, falsehood, traytour, false, discrete, rule, just, trust, estate, pray, fame, treasure, work, advise, opinion... ; une liste fortement polarisée en termes à connotations négatives ou positives. Face à ce discours, les termes caractéristiques des autres textes et plus particulièrement des poèmes lancastriens sont, dans l’ordre des contributions au facteur : peace, church, Christ, holy, war, king, faith, punish, (Saint) George, crown et love, une chaîne beaucoup plus consensuelle et paisible. Le facteur cinq mêle au positif les deux listes, pour en opposer les termes au vocabulaire plus « moral » des deux poètes contemporains (Ashby, Lydgate), en l’occurrence un vocabulaire typique de celui des Miroirs au Prince, bien que les poèmes de John Lydgate soient tout autant des poèmes de circonstance que ceux des corpus yorkiste et lancastrien : on trouve en effet au négatif, dans l’ordre, estate, prudence, glad, virtue, noble, sapience, excellence, please, call, heaven, perfect etc.

  • 22 Pour ne pas alourdir inutilement l’article et étant donné que la perspective est ici avant tout qu (...)
  • 23 Strohm, England’s Empty Throne, p. 197-213.
  • 24 Trois fois sur six : une fois un conseil est attribué à Buckingham, et deux fois c’est l’auteur du (...)

12Après cette vue d’ensemble, en pleine connaissance du fonds lexical sur lequel se déploient les diverses acceptions des différents mots qui expriment la notion de conseil, il est possible de revenir plus précisément sur le vocabulaire du conseil, et son emploi par chacun de nos auteurs, en passant au crible les contextes dans lesquels apparaissent ces mots22. Chez Gower, tout d’abord, sur 43 occurrences du substantif conseil, onze seulement désignent le conseil comme un groupe de personnes (y compris une évocation des lords of the council et une de la council house) : sa préoccupation première est donc le conseil que le roi ou le prince a (have), prend (take), désire (desire), recherche (seek), ou qui lui est donné (give). L’épithète la plus fréquente est good (ou not bad), suivie de true et de vertuous, associé à old age : bien évidemment, le roi a besoin de bons conseils, et doit au contraire éviter les conseils false ou bad, souvent attribués à la jeunesse (that yong conseil which is to warm). Cette vision parfaitement traditionnelle se retrouve chez Thomas Hoccleve, au moins en ce qui concerne les verbes (sauf une occurrence de to do by conseil) et l’opposition entre jeunes (et dangereux, perilous) conseillers et bons et vieux conseillers : mais, significativement, les épithètes ont changé. Hoccleve fait rarement allusion au bon conseil (good), il préfère l’adverbe well qui accompagne le verbe conseiller, dont il est de loin le plus fréquent utilisateur ; quand il veut être positif, il parle de conseils sages (wise) mais, surtout, il est souvent négatif et ne se contente alors pas de false : il évoque les conseils des mauvais (wykkyd, wrecche) ou les conseils trompeurs (deceyvable) ou envenimés (envenymouse). Aux certitudes du moraliste Gower a succédé l’instabilité larvée née de l’usurpation lancastrienne que Paul Strohm a si bien mise en lumière23. Hoccleve, s’il a une belle métaphore, comparant le conseil à une bride, n’évoque pour ainsi dire pas le conseil en tant qu’institution, ce qui le différencie de Lydgate. Mais ni chez Lydgate, ni dans les poèmes yorkistes ou lancastriens, les occurrences de conseil ne sont assez nombreuses pour dégager des contextes originaux. Tout au plus note-t-on dans les poésies lancastriennes où le thème du conseil figure d’ailleurs beaucoup plus souvent que dans les poèmes « yorkistes », une propension à faire appel à Dieu (comme dans le refrain cité à la première ligne de cet article) et une proximité sémantique entre councel et crowne. Les poèmes yorkistes insistent comme Gower sur le bon (good) conseil. Mais, au total, d’un côté comme de l’autre, la vision du conseil est simple, voir simpliste : il n’y a que deux catégories de conseil, les bons (good, true) et les mauvais (false, yvel, wykkyd), et les conditions matérielles de transmission du conseil ne sont que rarement évoquées : on parle peu des conseillers, sinon dans les poèmes yorkistes24, et moins encore de l’institution du conseil (knyghtes of thy counseill).

  • 25 Cf. Genet, Les conseillers du prince, p. 122.

13Une note nouvelle se fait entendre chez Ashby, qui préfère avis (advice) à conseil, et qui associe le conseil au secret et à la prudence ; il avise aussi le prince de ne pas laisser son conseil tout faire à sa place. Mais comme l’on pouvait s’y attendre, la véritable rupture survient avec Sir John Fortescue. Hoccleve avait rappelé qu’Aristote conseilla Alexandre mais Fortescue fait, quant à lui, surtout référence à Rome (il est juste mentionné que lorsqu’ils étaient au faîte de leur puissance, les Athéniens étaient best counselled) et à son Sénat, au point de consacrer un chapitre entier à cette évocation. Et c’est à l’institution qu’il fait surtout référence, à un conseil qu’il s’agit d’établir (estableshed, stablisshed etc.) et dont font partie des conseillers, qu’il est pratiquement le premier à évoquer avec précision, puisqu’il évoque longuement leurs qualifications et les raisons pour lesquels ils doivent être choisis, leur nombre et leur sélection25. Je ne reviens pas ici sur les propositions de réforme constitutionnelle (la proposition d’un conseil continuel, siégeant donc même en dehors des sessions du Parlement, et dont la composition serait fixée à 24 membres représentant les divers groupes dirigeants de la société) qui sont bien connues, mais je m’en tiens au vocabulaire : il n’y a pour ainsi dire pas d’épithète pour qualifier ce conseil (sinon continuel, puisqu’il doit être permanent), mais il est associé à d’autres substantifs ; Sir John évoque le gouvernement (rule) du conseil et sa sagesse (wysdom), et il annonce qu’il apportera richesse et prospérité à tout le pays. On a donc quitté la notion abstraite de conseil, pour s’intéresser au conseil en tant qu’institution et aux conseillers, et c’est de là que va repartir l’abondante littérature que le xvie siècle a consacré au conseil.

  • 26 Je reprends ici l’excellente analyse de H. Barr et K. Ward-Perkins, « Spekyng for one’s sustenance (...)
  • 27 Éd. dans H. Barr, The Piers Plowman Tradition, Londres, 1993, p. 134-202.
  • 28 A.B. Ferguson, The Problem of Counsel in Mum and the Sothsegger, Studies in the Renaissance, t. 2, (...)
  • 29 Cf. Genet, La Mutation de l’éducation, t. 2, p. 446-447.
  • 30 A. Fox, Sir Thomas Elyot and the Humanist’s Dilemna, Reassessing the Henrician Age, éd. A. Fox et (...)
  • 31 Le poème est édité dans V.J. Scattergood, John Skelton : The Complete English Poems, Londres, 1983 (...)
  • 32 John Skelton a notamment écrit un « Miroir » tout à fait classique, qu’il a dédié en 1501 au jeune (...)

14À ce stade, trois remarques me paraissent s’imposer. Tout d’abord, tous les textes retenus pour cette étude ont en commun une même confiance dans le discours. Aucun d’entre eux ne soulève ffontalement le problème de l’impossibilité du conseil. Si les conseils sont false, c’est qu’ils émanent de traîtres qui cherchent à tromper, ou de jeunes gens dont l’immaturité est seule en cause : le lieu de la tromperie, de la fausseté, n’est pas le langage lui-même. Or, cette position n’est pas celle de toutes nos sources littéraires26 : ainsi le poème allitératif Mum and the Sothsegger27 a-t-il pour thème l’expression de la vérité dans la vie publique et le problème du conseil apparaît ici non seulement comme essentiel28 mais encore placé sous un éclairage entièrement différent. Dire la vérité ne va pas de soi, et encore moins quand celui qui voudrait la dire doit pour cela prendre des risques politiques qui peuvent mettre en danger sa carrière, sa vie, sa fortune. On retrouve ici toute une thématique qui depuis Gautier Map et Jean de Salisbury est bien assimilée en Angleterre comme ailleurs, à savoir la duplicité inhérente au courtisan et la cour comme lieu de perdition et de mensonge. Avec l'humanisme, le déni va plus loin encore, puisqu’en ramenant le langage à sa rhétorique et à l’art avec lequel il est manié, les humanistes font passer le besoin de vérité tout à fait à l’arrière-plan : ce qui compte désormais, c’est la qualité ou l’efficacité du discours, non une vérité, qui ne peut d’ailleurs être tout au plus que relative. Moins cyniques sans doute que leurs modèles italiens29, les humanistes anglais comme Thomas More ou Thomas Elyot essaieront de dominer cette contradiction en construisant une image crédible du courtisan sage et avisé30, en s’appuyant sur la tradition platonicienne de l’importance de l’éducation dans la formation des futurs citoyens et plus particulièrement de ceux qui exerceront des responsabilités politiques. Mais pour un John Skelton, par exemple, le conseil devient une impossibilité pure et simple : c’est en tout cas ce que démontre la mésaventure que connaît un malheureux (nommé Drede !) qui veut réussir à la cour et qui est monté sur le Bowge of Court (c’est en fait le navire de l’État qui est ainsi tristement nommé à partir de l’expression française « bouche en cour »), chargé de « marchandises royales » et qui est venu jeter l’ancre devant la maison où il demeure, appelée Power Keys. Il est assailli en un odieux cauchemar par des courtisans aux noms transparents (Favell, Ryote, Dyssymulation etc.) qui tiennent des discours auxquels il est impossible de se fier et qui finit par se réveiller pour se jeter à l’eau ; mais le poème dit simplement qu’il se met alors à écrire : peut-être est-il en fait resté à bord, comme les autres, pour tenter d’obtenir de Dame Fortune une part des riches marchandises que le vaisseau porte dans sa coque31. Autrement dit, en contrepoint de ces poèmes politiques dont le discours, s’il est différencié par les nuances sémantiques que nous avons relevées, reste confiant dans la possibilité du conseil, court sans discontinuer du xive au xvie siècle un discours infiniment plus subversif qui met en cause jusqu’à la possibilité du conseil. Il est vrai que ce discours-là doit à son tour être relativisé, puisque ceux qui le tiennent figurent eux-mêmes parmi les donneurs de conseils patentés32 !

  • 33 Letters and Papers illustratives of the Wars in France, éd. J. Stevenson, t. 1,2, Londres, 1861-18 (...)
  • 34 Sur ce document voir les analyses contrastées de R. Brill, The English Preparation for the Treaty (...)
  • 35 Par exemple la série de cinq lettres datant de 1428 et mettant en scène Richard Bokeland, Treasure (...)

15Deuxième remarque : à côté de la littérature proprement dite du conseil, il existe aussi toute une catégorie de textes qui sont liés à la pratique politique du conseil, et sont eux aussi à leur manière des textes de conseil : j’entends par là les rapports écrits ou les présentations de dossier qui sont destinés à aider le souverain à former une opinion et à prendre une décision. Cette littérature pratique du conseil est extrêmement abondante pour le xvie siècle, notamment pour certaines affaires épineuses comme la politique irlandaise de la Couronne où tous ceux qui se sentent (à tort ou à raison) compétents, y vont de leur lettre ou de leur memorandum, mais elle existe aussi au Moyen Âge, quelques exemples permettent de l’affirmer. Sans doute est-ce grâce à l’industrie de William de Worcester, cet exceptionnel « gentleman-bureaucrat » dont le profil annonce déjà à un demi-siècle de distance celui des hommes d’affaires de Thomas Cromwell, que l’on a conservé les memoranda de Sir John Fastolfe. Il y en a au moins quatre, dont le premier est adressé au Conseil royal. C’est un mémorandum sur l’attitude à adopter en cas de paix entre le roi de France et le duc de Bourgogne33, écrit en toute hâte, au moment où le vent change, pas plus de quinze jours avant la volte-face des Bourguignons au Traité d’Arras, alors que leur attitude n’était que trop prévisible pour qui savait voir : c’est un plaidoyer pour l’intensification de l’effort de guerre, proposant que deux compagnies de 750 lances chacune, commandées par des capitaines expérimentés, soient envoyées sur le terrain, et que tous ceux qui sont hostiles à l’occupation anglaise soient considérés comme des rebelles auxquels il conviendra donc d’appliquer la loi dans toute sa rigueur. On sait que le conseil royal choisira une toute autre stratégie, mais l’intéressant est ici l’argumentation de Sir John Fastolfe qui exprime ici clairement des choix stratégiques qui ont la faveur de tous ceux qui ont un intérêt personnel à la défense des pays occupés34. Des bribes de correspondance permettent aussi de voir comment se construit l’opinion et l’action des conseillers proches des souverains, tel un Thomas Beckington35 dont les collections de lettres et de documents montrent comment il s’assure des positions (notamment en termes de patronage) des uns et des autres et essaie de maîtriser l’information la plus fiable. Certes, il y a une différence d’échelle avec les monceaux de papier dont nous a gratifié l’hyperactivité de William Cecil, mais les procédures sont-elles si différentes ?

  • 36 S.B. Chrimes, English Constitutional Ideas in the XVth Century, Cambridge, 1936.

16Troisième remarque, enfin. S’il faut attendre Fortescue pour que le conseil en tant qu’institution apparaisse au premier plan dans la littérature politique, on ne l’a pas attendu pour que le problème du conseil soit au premier plan de la pratique politique. Les protestataires qui se sont élevés au cours des siècles contre l’arbitraire ou l’irresponsabilité du gouvernement royal, qu’il s’agisse des Barons en 1214-1215, de Simon de Montfort et de ses partisans en 1259-1265, de Thomas de Lancastre et des Ordainers en 1309-1311, des Apellants en 1386-1388, ont toujours mis au premier plan de leurs préoccupations le problème du conseil et plus précisément celui de la composition du conseil, afin que les favoris du roi n’y occupent pas une place indue et que ceux dont le rôle naturel est d’être les conseillers du Prince (une définition assez floue pour recouvrir des profils variés mais qui met toujours la noblesse au premier rang) puissent occuper la place qui leur revient. Le besoin qu’a le roi d’être conseillé, et le besoin qu’ont ses sujets qu’il soit bien conseillé et par les personnes les mieux qualifiées pour cela, sont deux exigences essentielles qui traversent toute T« histoire constitutionnelle » de l’Angleterre36. Cette préoccupation se retrouve intacte et plus vivante que jamais au xvie siècle, mais il est clair qu’elle a pour l’essentiel changé d’objectif, puisque la discussion sur le conseil tend à se centrer plus sur le Parlement que sur le conseil royal, alors que les auteurs médiévaux, sans ignorer le Parlement (il est notamment évoqué par l’auteur de Mum et par le Governance of England) s’intéressent plutôt au Conseil Royal, à commencer par Fortescue lui-même.

  • 37 J. Guy, The rhetoric of counsel in early modem England, Tudor Political Culture, éd. D. Hoak, Camb (...)
  • 38 M.T. Crane, Video et Taceo : Elizabeth I and the Rhetoric of Counsel, Studies in English Literatur (...)
  • 39 F.W. Conrad, The problem of counsel reconsidered : the case of Sir Thomas Elyot, Political Thought (...)
  • 40 A.N. McLaren, Delineating the Elizabethan Body Politic : Knox, Aylmer, and the definition of couns (...)

17Autrement dit, nos trois remarques se confortent mutuellement : la rupture que nous lisons dans la littérature politique à travers la prose de Sir John Fortescue doit s’interpréter, mutatis mutandis, sur le fond d’une triple continuité, quant à la thématique littéraire du conseil, quant aux pratiques écrites du conseil et quant aux préoccupations « constitutionnelles ». Si le concept de conseil est omniprésent dans la littérature médiévale, il le reste dans les textes politiques de l’époque moderne. Pour John Guy, par exemple, le conseil fonctionne « comme un mythe inspirateur et une matrice socio-politique » et, citant les Essays de Sir Francis Bacon, il souligne la symbiose entre l'imperium (élément masculin du couple) et le consilium (élément féminin)37 : l’un ne va pas sans l’autre, ce qui garde effectivement des prétentions illimitées d’une monarchie théocratique (qui était au moins potentiellement à redouter avec Henry VIII), mais laisse par contre un vaste espace à la discussion selon les conceptions que l’on peut avoir du rapport entre ces deux éléments. Or, cet espace de discussion est d’autant plus un espace public que la discussion sur le conseil va progressivement tendre à se focaliser sur le Parlement et sur le rôle qu’il prétend avoir et que le souverain est prêt à lui laisser38. On a donc à la fois une discussion du conseil (en tant que notion) et de sa nature dans la tradition « médiévale » mais maintenant informée par la lecture des textes humanistes, par des auteurs comme John Skelton, Sir Thomas More, ou Sir Thomas Elyot39 ; cette discussion tend à se focaliser autour de la cour et du rapport personnel des conseillers et/ou courtisans à la personne du prince. Mais avec de plus en plus d’insistance se développe, avec Christopher Saint-Germain, William Tyndale ou Thomas Starkey ou John Aylmer40, un deuxième discours du conseil qui est directement en prise avec la pratique politique, qu’elle soit réelle ou voulue, et qui tend lui à se focaliser sur le Conseil royal et, de plus en plus au fur et à mesure que l’on avance dans le xvie siècle, sur le Parlement, où la notion de conseil devient un enjeu dans les débats qui se déroulent en son sein ou autour de lui. Alors apparaît sur un troisième plan un discours historique et juridique, qui porte sur les origines et le fonctionnement des lieux de conseil et donc du Parlement.

  • 41 Bien sûr, dès l’époque médiévale la notion de conseil a été utilisée en relation avec le Parlement (...)

18La rupture que nous avions décelé grâce à l’analyse factorielle était en quelque sorte prédite par la constitution du corpus lui-même. L’analyse factorielle a permis de voir quels étaient les éléments du lexique impliqués dans cette rupture, et, en même temps, quelles différenciations s’opéraient parmi les textes poétiques anglais à contenu politique, de Gower à Ashby. De façon consciente, les poètes de l’époque ricardienne, et, à un moindre degré, ceux de l’époque lancastrienne, s’adressent au public comme s’ils étaient investis de par leur fonction d’auteur d’un rôle moral et d’une responsabilité publique. Le discours du conseil qu’ils véhiculent est donc très important : il est destiné à un public avec lequel les auteurs entretiennent une relation dialectique, puisqu’ils lui parlent, mais ne peuvent en être compris que s’ils parlent son langage. Le champ littéraire apparaît donc ici comme l’un des composants essentiels de l’espace public, et ceci déjà bien avant l’introduction de l’imprimerie et surtout de la presse, qui, pour Jürgen Habermas, marque les débuts de la constitution d’un espace public (mais il est vrai qu’il ne parle pas tout à fait de la même chose, puisqu’il entend parler de l’espace public « libéral ») : c’est en partie en raison de son existence qu’il est possible de parler d’« opinion publique » au moins à la fin du Moyen Âge. Mais cet espace public évolue avec le temps et la « mise en texte », j’entends par là sous la forme d’un traité rédigé, structuré en chapitres et écrit dans une langue qui n’est ni technique, ni allusive (comme les textes de la pratique du conseil, dont Fortescue est lui-même un producteur), d’un discours du conseil radicalement différent en ce qu’il s’ancre précisément dans la réalité concrète du fonctionnement politique, marque l’apparition d’un nouveau discours du politique, celui que vont utiliser au xvie siècle aussi bien les pamphlétaires que les théoriciens quand ils voudront atteindre un public non clérical appartenant à la société politique. Le texte de Fortescue, qui n’a certainement ni le génie visionnaire d’un Machiavel ni le talent littéraire et la vision d’un Commynes, appartient pourtant à la même « modernité ». La rupture qu’il opère dans la langue politique et dans la structuration du champ politique en créant un genre nouveau, accompagne le début d’une lente évolution qui va profondément transformer l’espace public, en faisant peu à peu du Parlement anglais, qui tend à se considérer de plus en plus comme le dépositaire privilégié de la fonction de conseil au sein de la société politique anglaise41, l’un des centres les plus dynamiques de l’espace public, à la fois en tant que producteur direct de texte, mais aussi comme sujet des débats qui agitent entre eux ses membres et tous ceux qui participent à la vie politique anglaise. Le conseil n’appartient plus aux conseillers, il a définitivement quitté le cercle magique de l’entourage immédiat du prince.

Annexes

ANNEXES

1. Le corpus « Conseil »

Le corpus est composé de sept textes ou groupes de textes :

I. G = John Gower, le livre 7 de la Confessio Amantis42 (25 780 mots, 149951 caractères).

II. H = Thomas Hoccleve, The Regement of Princes43 (32998 mots, 188090 caractères).

III. L = John Lydgate, 19 poèmes choisis (20915 mots, 99008 caractères). Il s’agit de :

– Ordenaunces for the kyng made in the cite off London (pageant de 1432)44.

A Ballade in Despyte of the Flemynges45.

The Title and Pedigree of Henry VI 46.

– Trois46 poèmes du couronnement : Roundel for the Coronation of Henry VI, The soteltes at the Coronation Banquet of Henry VI, Ballade to King Henry VI upon his Coronation47.

Ballade on a New Year's Gift of an Eagle, presented to King Henry VP48.

A Praise of Peace49.

– Cinq Mummings : A mumming at Eltham, A mumming at Bishopswood, A mumming at London, A mumming at Windsor, A mumming for the mercers of London50.

The Kings of England I et II51.

Advice to the several estates52.

A prayer for England by John Lydgate53

The sudden fall of Princes54.

The fall ofprinces, prologue du livre I55.

IV. La = Poèmes « lancastriens », 22 poèmes choisis (12250 mots, 69825 caractères) :

John Gower, TO King Henry IV in praise of peace56.

Thomas Hoccleve, Balade to my gracious Lord of York (1411) et To the duke of Bedford (1411)57.

God save King Henry V (1413)58.

Thomas Hoccleve, Richard II interred in Westminster (1413)59.

Thomas Hoccleve, Ceste balade ensuante feust faite au tres noble Roy H. le V. (que Dieu pardoint !) le iour que les seigneurs de son roialme lui firent lour homages a Kenyngton (1413) et Cestes balades ensuyantes feurent faites au tres noble Roy H. le Quint (que Dieu pardoint !) et au tres honourable compaignie du Garter60.

The crowned King : on the art of governing (1415)61.

– Poèmes d’Azincourt : The battle of Agincourt (1415) et The Agincourt Carol62, et The London pageant of 141563.

Thomas Hoccleve, The remonstrance against Oldcastle (1415) et Ballade to Henry V : « Victorious kyng... » (1416)64.

The Rose on the Branch (1415)65.

John Audelay, A Recollection of Henry V (1429)66.

The five dogs of London (1456)67.

The ship of state (1458)68.

of Henry Vl and the Yorkists (1458)69.

A prayer for victory70.

God amend wicked counsel (1464)71.

Willikin’s return (1470)72.

James Ryman, A remembrance of Henry VI (1492)73.

V. Yo = Poèmes « yorkistes », 13 poèmes choisis (6788 mots, 29310 caractères) :

Prelude to the wars (1449) et Advice to Court I et II (1450)74.

Take Good heed, Balat set upponne the yates of Caunterbury, The Battle of Northampton (1460), The battle of Towton (1461), Twelve letters save England (1461)75.

Edwardus Dei Gracia (1461 ?), A Political retrospect (1462) et The Battle of Barnet (1471)76.

The death of Edward IV (1483) et The Lily White Rose (1486)77.

VI. A = George Ashby, The Active policy of a prince (7486 mots, 31 644 caractères).

VII. F = Sir John Fortescue, trois textes78 (17 686 mots, 71 479 caractères) :

– Advertisementes sente by my lord to the Earl of Warwick his father in law.

Example what good counsel helpith.

The Governance of England.

2. Occurrences des mots les plus fréquents pouvant du « vocabulaire politique »

3. Analyse factorielle du corpus « CONSEIL »

Caractéristiques générales

Avec 213 mots, le phi-deux est de 0.632884.

Facteur 1

Valeur propre = 0.240537

Pourcentage du total = 38.0

Facteur 2

Valeur propre = 0.142879

Pourcentage du total = 22.6

Facteur 3

Valeur propre = 0.084606

Pourcentage du total = 13.4

Facteur 4

Valeur propre = 0.060546

Pourcentage du total = 9.6

Facteur 5

Valeur propre = 0.060470

Pourcentage du total = 9.6

Avec 100 mots, le phi-deux est de : 0.521519.

Facteur 1

Valeur propre = 0.206364

Pourcentage du total = 39.6

Facteur 2

Valeur propre = 0.119732

Pourcentage du total = 23.0

Facteur 3

Valeur propre = 0.066007

Pourcentage du total = 12.7

Facteur 4

Valeur propre = 0.051057

Pourcentage du total = 9.8

Facteur 5

Valeur propre = 0.047016

Pourcentage du total = 9.0

Le tableau d’inertie, des coordonnées (F1 à F5) et des contributions aux facteurs 1 à 5

4. Le graphique factoriel

Notes

1 Historical Poems of the XIVth and XVth Centuries, éd. R.H. Robbins, New York, 1959, p. 196-197.

2 Mais voir à ce propos les remarques de P. Strohm, Postmodernism and History, Theory and the Premodem Text, Minneapolis, 2000, p. 149-162.

3 J.-P. Genet, Les conseillers du Prince en Angleterre : sages et prudents ?, Powerbrokers in the late Middle Ages. Les Courtiers du pouvoir au Moyen Âge, éd. R. Stein, Tumhout, 2001, p. 117-151.

4 Vue d’ensemble dans A.B. Ferguson, The Articulate Citizen and the English Renaissance, Durham, 1965, chapitre I, The Literature of Comment and Counsel, p. 42-69.

5 Bibliographie et présentation dans l’introduction de J.-P. Genet, Four English Political Tracts of the Later Middle Ages, Londres, 1977. Edouard III a reçu deux textes de conseil, dont l’un au moment de son mariage (voir F. Lachaud, Un « miroir au prince » méconnu : le De nobilitatibus, sapiendis et prudenciis regum de Walter Milemete (vers 1326-1327), Guerre, pouvoir et noblesse au Moyen Age. Mélanges en l’honneur de Philippe Contamine, éd. J. Paviot et J. Verger, Paris, 2000, p. 401-410) et l’autre au début de son règne, sous la forme d’une lettre de William de Pauli, lettre révisée et transformée en Miroir par un archevêque de Canterbury prénommé Simon, en l’occurrence Meopham plutôt qu’Islip (De Speculo Regis Edwardi Tertii, éd. J. Moisant, Paris, 1891). Les traités à Richard II et à Henri VI sont dans Four English Political Tracts. L'Epistola adressée par Philip Repingdon à Henri IV figure dans plusieurs chroniques (éd. dans G. Williams, The Official Correspondance of Thomas Beckington, t. 1, Londres, 1873, p. 151-155) et Henri V a reçu une lettre-Miroir sans doute de son oncle Henri Beaufort (Letters of Queen Margaret of Anjou and Bishop Beckington and others, written in the reigns of Henry V and Henry VI, éd. C. Monro, Camden Series, O. S., t. 86, Londres, 1863).

6 Les deux exceptions sont les Miroirs de William de Paull-Meopham et de Philip Repingdon qui ont connu une certaine circulation.

7 Il est à noter que ce sont deux Anglais qui ont donné le commentaire médiéval standard de ce texte, Thomas Waleys et Nicolas Trevet.

8 Sur Gilles de Rome et son succès, voir C.F. Briggs, Giles of Rome’s De Regimine Principum Reading and Writing Politics at Court and University, c. 1275-c. 1525, Cambridge, 1999. La traduction anglaise du De Regimine Principum faite par John de Trevisa pour Lord Berkeley ne semble pas avoir été diffusée : The Governance of Kings and Princes : John Trevisa's Middle English Translations of the De Regimine Principum of Aegidius Romanus, éd. D.C. Fowler, C.F. Briggs et P.G. Remley, New York, 1997.

9 Genet, Les conseillers, p. 137-138.

10 Mais nous sommes dans les milieux cultivés au minimum en situation de diglossie et plus généralement de triglossie (anglais, français et latin) et le vocabulaire latin doit aussi être pris en compte : cf. J.-P. Genet, Le vocabulaire politique du Polycraticus de Jean de Salisbury : le prince et le roi, La Cour Plantagenêt (1154-1204). Actes du Colloque tenu à Thouars du 30 avril au 2 mai 1999, éd. M. Aurell, Poitiers, 2000, p. 187-215.

11 J.-P. Genet, Un corpus de textes politiques : les textes parlementaires anglais de 1376 à 1410, Actes du IIe Colloque national de l’Association française pour l'histoire et l’informatique, éd. A. Ruggiero, Cahiers de la Méditerranée, no 53, décembre 1996, p. 123-148.

12 J’ai donné une brève explication de cette notion empruntée à P. Bourdieu dans La Mutation de l’éducation et de la culture médiévales. Occident chrétien (XIIe siècle-milieu du XVe siècle), t. 1, Paris, 1999, p. 178-179. J’y reviendrai plus longuement dans un ouvrage qui doit paraître prochainement.

13 J.-P. Genet, New Politics or New Language ? The Words of Politics in Yorkist and Early Tudor England, The End of the Middle Ages ? England in the fifteenth and sixteenth Centuries, éd. J. Watts, Stroud, 1998, p. 23-64.

14 Sur cette littérature, l’ouvrage essentiel est aujourd’hui J. Ferster, Fictions of Advice. The Literature and Politics of Counsel in Late Medieval England, Philadelphie, 1996, p. 108-136 pour Gower et 137-159 pour Hoccleve.

15 Geoffrey Chaucer, The Riverside Chaucer, éd. L. Benson, 3e éd., Oxford, 1987, p. 217-239. Le texte est une traduction du Livre de Mélibée et de Dame Prudence de Renaud de Louens, lui-même une traduction datant de peu après 1336 d’un texte latin du xiiie siècle, le Liber consolationis et consilii d’Albertanus de Brescia. Voir la traduction française d’A. Crépin, Paris, 2000, p. 435-485.

16 William Langland. Piers Plowman, the three versions, éd. E.T. Donaldson et G. Kane, Londres, 1988 ; voir la traduction française de A. Mairey, William Langland. Pierre le Laboureur, Paris, 1999.

17 Sur Fortescue, voir J.-P. Genet, Les idées sociales de Sir John Fortescue, Économies et Sociétés au Moyen Age. Mélanges offerts à Édouard Perroy, Paris, 1973, p. 446-462 et A. Gross, The Dissolution of the Lancastrian Kingship, Stamford, 1996. Sur ces textes, voir M.L. Kekewich, C. Richmond, A.E. Sutton, L. Visser-Fuchs et J. Watts, The Politics of Fifteenth Century England : John Vale’s Book, Stroud, 1995. Dans leurs commentaires, C. Richmond et M.L. Kekewich datent les Articles et 1’Example de 1470, présentant le second comme l’épilogue du premier (p. 50-51) ; ces deux textes leur apparaissent comme une sorte de première version du Governance, dont la version que nous utilisons aujourd’hui a en tout état de cause été rédigée pour Edouard IV (p. 53-64).

18 Ce travail s’inscrit dans le cadre de Meditext, constitution et exploitation d’un corpus de textes politiques médiévaux. Ce travail est présenté sur le site internet du Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris (accès par le site Ménestrel — le plus rapide —, par celui de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, via les centres de recherche, ou par l’adresse directe, http://www.lamop@univ-Paris1.fr).

19 HYPERBASE III, logiciel développé par Étienne Brunet ; disponible auprès de l’Université de Nice.

20 Voir P. Cibois, L'Analyse factorielle, Paris, 1983.

21 P. Strohm, England’s Empty Throne. Usurpation and the Language of Legitimation, 1399-1422, New Haven-Londres, 1998.

22 Pour ne pas alourdir inutilement l’article et étant donné que la perspective est ici avant tout quantitative, je ne renvoie pas systématiquement aux vers précis.

23 Strohm, England’s Empty Throne, p. 197-213.

24 Trois fois sur six : une fois un conseil est attribué à Buckingham, et deux fois c’est l’auteur du poème qui se place en position de conseiller : « I counsel you... »

25 Cf. Genet, Les conseillers du prince, p. 122.

26 Je reprends ici l’excellente analyse de H. Barr et K. Ward-Perkins, « Spekyng for one’s sustenance » : The Rhetoric of Counsel in Mum and the Sothsegger, Skelton’s Bowge of Court, and Elyot’s Pasquil the Playne, The Long Fifteenth Century. Essays for Douglas Gray, éd. H. Cooper et S. Mapstone, Oxford, 1997, p. 249-272.

27 Éd. dans H. Barr, The Piers Plowman Tradition, Londres, 1993, p. 134-202.

28 A.B. Ferguson, The Problem of Counsel in Mum and the Sothsegger, Studies in the Renaissance, t. 2, 1955, p. 67-83 va jusqu’à dire que le poème est en réalité « a substantial (if not closely knit) and only partially satirical commentary on the problem of counsel ».

29 Cf. Genet, La Mutation de l’éducation, t. 2, p. 446-447.

30 A. Fox, Sir Thomas Elyot and the Humanist’s Dilemna, Reassessing the Henrician Age, éd. A. Fox et J. Guy, Oxford, 1986, p. 52-73.

31 Le poème est édité dans V.J. Scattergood, John Skelton : The Complete English Poems, Londres, 1983, p. 46-61.

32 John Skelton a notamment écrit un « Miroir » tout à fait classique, qu’il a dédié en 1501 au jeune prince dont il était le tuteur, le prince Arthur ; puis, après la mort de ce dernier, il Ta redédicacé en 1511 à Henri VIII. Le texte est édité par F.M. Salter, Skelton’s Speculum Principis, Speculum, t. 9, 1934, p. 25-37.

33 Letters and Papers illustratives of the Wars in France, éd. J. Stevenson, t. 1,2, Londres, 1861-1864, p. 578-585.

34 Sur ce document voir les analyses contrastées de R. Brill, The English Preparation for the Treaty of Arras : A New Interpretation of Sir John Fastolf s Report, sept. 1435, Studies in Medieval and Renaissance History, t. 7, 1970, p. 211-247 et surtout de M.G.A. Vale, Sir John Fastolf's Report of 1435 : a new interpretation reconsidered, Nottingham medieval Studies, t. 17, 1973, p. 78-84.

35 Par exemple la série de cinq lettres datant de 1428 et mettant en scène Richard Bokeland, Treasurer of Calais, Rychard Wydvile, chamberlain du duc de Bedford, et Lewis John, warden of the Mint of Calais and London, accusés par Richard Beauchamp, Earl of Warwick, de lui avoir fait perdre son poste de Capitaine de Calais. En fait, la décision a probablement été motivée par la désignation du comte comme responsable de l’éducation d’Henri VI, fonction qui requiert sa présence continue en Angleterre. Le duc de Bedford se mêle de l’affaire, s’entremettant auprès de Warwick pour le faire changer d’avis (p. 34-45).

36 S.B. Chrimes, English Constitutional Ideas in the XVth Century, Cambridge, 1936.

37 J. Guy, The rhetoric of counsel in early modem England, Tudor Political Culture, éd. D. Hoak, Cambridge, 1995, p. 292-310.

38 M.T. Crane, Video et Taceo : Elizabeth I and the Rhetoric of Counsel, Studies in English Literature, t. 28, 1988, p. 1-15.

39 F.W. Conrad, The problem of counsel reconsidered : the case of Sir Thomas Elyot, Political Thought and the Tudor Commonwealth : Deep structure, discourse and disguise, éd. P.A. Fideler et T.F. Mayer, Londres, 1992, p. 75-107.

40 A.N. McLaren, Delineating the Elizabethan Body Politic : Knox, Aylmer, and the definition of counsel, 1558-1588, History of political Thought, t. 17, 1996, p. 224-252.

41 Bien sûr, dès l’époque médiévale la notion de conseil a été utilisée en relation avec le Parlement : voir pour des exemples puisés dans les sermons parlementaires, Genet, Les conseillers, p. 140-146. Mais ces discours sont à usage interne : ils n’ont pas pour contrepoint la production et la diffusion de « programmes » ou de « débats », même si l’on trouve trace de quelques campagnes d’affichage (notamment dans un contexte lollard). Lorsqu’à la fin de son règne, la reine Elizabeth consent à reconnaître du bout des lèvres un rôle de conseil au Parlement, elle est nettement moins enthousiaste que les chanceliers du xve siècle, Henry Beaufort, John Stafford ou William Warham. Mais c’est que désormais le Parlement revendique une fonction qui restreindra l’autonomie royale, alors qu’au xve siècle il s’agit au contraire en responsabilisant et en flattant les députés d’accroître la marge de manoeuvre (notamment financière) du pouvoir.

42 Éd. G.C. Macaulay, The English Works of John Gower II, t. 2, Londres, 1900, p. 233-385.

43 Éd. F. J. Furnivall, The Regement of Princes, Londres, 1897.

44 Éd. H.N. MacCracken, The Minor Poems of John Lydgate, 2e part., Secular Poems, Londres, 1934, p. 630-651

45 Id., p. 600-601

46 Id.,p. 613-622.

47 Id., p. 622-630.

48 Id., p. 649-651.

49 Id., p. 785-791.

50 Id., p. 668-674 et 682-698.

51 Id., p. 710-713 et éd. R.H. Robbins, Historical Poems of the XIVth and XVth Centuries, New York, 1959, p. 3-6 (II).

52 Éd. Robbins, Historical Poems, p. 232-233 d’après W. de Worde, The Temple of Glass.

53 Éd. Robbins, Historical Poems, p. 235-239.

54 Éd. Robbins, Historical Poems, p. 175-176.

55 Éd. H. Bergen, Lydgate’s Fall of Princes, Early English Texts, Extra Series, t. 1, Londres, 1924.

56 Éd. Macaulay, English Works of John Gower, t. 3, p. 481-492.

57 Éd. F.J. Furnivall et I. Gollancz, Hoccleve’s Works. The Minor Poems, Londres, 1892, p. 49-51 et 56-57 et éd. M.C. Seymour, Selections from Hoccleve, Oxford, 1981, p. 55-56 et p. 57.

58 Éd. Robbins, Historical Poems, p. 45-49.

59 Id., p. 106-108.

60 Éd. Furnivall et Gollancz, Hoccleve’s Works, p. 39-43 et Seymour, Selections, p. 58-60.

61 Éd. Robbins, Historical Poems, p. 227-232.

62 Id., p. 74-77 et 91-92.

63 Éd. F. Taylor et J.S. Roskell, Gesta Henrici Quinti, Oxford, 1975, p. 191-192.

64 Éd. Furnivall et Gollancz, Hoccleve's Works, p. 8-24 et 308-309 et éd. Seymour, Selections, p. 61-74 et 53-54.

65 Éd. Robbins, Historical Poems, p. 92-93.

66 Id., p. 108-110.

67 Id., p. 189-190.

68 Id, p. 191-193

69 Id., p. 194-196.

70 Id., p. 196.

71 Id., p. 196-197.

72 Id., p. 198-199.

73 Id., p. 199-201.

74 Id., p. 201-205.

75 Id., p. 205-221 et éd. R. Brotanek, Mittelenglische Dichtungen aus der Handschrift 432 des Trinity College in Dublin, Halle, 1940, p. 128-129, 199-202, 116-121, 138-141 et 152-158.

76 Éd. Robbins, Historical Poems, p. 221-227

77 Id., p. 111-113 et 93-95.

78 Les trois textes sont édités dans C. Plummer, The Governance of England, Oxford, 1885 ; sur ces textes, voir les commentaires de M.L. Kekewich dans Kekewich, Richmond, Sutton, Visser-Fuchs et Watts, The Politics of Fifteenth Century England : John Vale's Book.

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search