Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À l’ombre du Pouvoir

 | 
Jean-Louis Kupper
, 
Alain Marchandisse

Henry V, roi d’Angleterre, et son entourage

Christopher Allmand

Texte intégral

  • 1 Pour celui qui désire suivre l’évolution de l’entourage royal anglais pendant la seconde moitié du (...)

1Afin de mieux comprendre les caractéristiques de l’entourage d’Henry V, il paraît utile de revoir brièvement comment ses prédécesseurs choisirent ceux qui devaient constituer les leurs. En nous reportant environ un demi-siècle en arrière, nous apercevons les dernières années du règne d’Édouard HI, en plein déclin, une cour royale, jadis cour militaire et aristocratique, à présent grandement diminuée par le manque d’autorité du roi. Roi vieillissant, au demeurant, roi qui a largement survécu à ses contemporains et qui se trouve, au crépuscule de la vie, sous l’influence d’un groupe de chevaliers et de marchands qui, pour certains, profitent de leur position à la cour pour s’enrichir, au gré d’entreprises plutôt louches. Comme nous le voyons dans les chroniques, le règne d’Édouard DI, qui connut des années glorieuses, s’achemine vers sa fin, sous un ciel sombre1.

2En 1377, Richard II succède à la couronne laissée par son grand-père, son propre père, le Prince Noir, étant alors déjà décédé. Quelles sont les particularités de ce règne à propos du sujet qui nous occupe ici ? Sans doute l’âge du jeune roi, qui n’a que dix ans à son avènement, en est-elle une. Au début, ceux qui entourent le roi sont ses oncles, le plus influent d’entre eux étant John of Gaunt (Jean de Gand), représentant de la haute aristocratie et d’une génération plus âgée. Petit à petit le roi se mit à choisir des personnes plus jeunes, mais c’est une jeunesse qui paraît manquer d’expérience politique. Hormis certains individus bien connus, le roi compte sur les « chamber knights » (chevaliers de la chambre), groupe créé sur son initiative dont l’impopularité est en partie responsable de la crise de 1388, mais sur qui le roi se repose pour nombre d’aspects de l’administration, de la guerre et de la diplomatie. Certains membres du clergé et de la chapelle royale bénéficient aussi de la faveur du roi. Celui-ci compte beaucoup sur les clercs et plusieurs d’entre eux sont promus évêques avant la fin du règne.

3Présenté par ses contemporains comme un homme très impressionnable et trop sensible, Richard U est le type même du jeune roi — il n’avait que trente-deux ans au moment de sa mort — qui, tout naturellement, préfère la compagnie des gens de son âge, et est dès lors soumis à des influences qui ne sont pas toujours bien vues par ceux (souvent plus âgés) qui se trouvent exclus du pouvoir. En septembre 1399, Richard est finalement déposé par son cousin, Henry, duc de Lancastre, le fils de John of Gaunt. Avec celui-ci, une nouvelle dynastie prend le pouvoir.

  • 2 Op. cit., p. 190.
  • 3 La politique de l’empereur Sigismond fut similaire, une politique par ailleurs bien connue dans le (...)

4Que représente le nouveau roi Henry IV ? Soulignons rapidement quelques points : tout d’abord une expérience de la vie politique anglaise ; ensuite un accord avec une bonne part de la haute aristocratie, par laquelle il est accepté ; et enfin le fait qu’il descend de la famille de John of Gaunt, de la maison de Lancastre. En revanche il est, de l’avis de certains, un usurpateur, fait significatif qui l’oblige à s’appuyer sur les membres de sa famille, disons de sa dynastie, et sur ceux qui l’ont bien servie dans le passé. Autour du roi, donc, plusieurs soit « retenus » par le nouveau roi lui-même, soit par son père, John of Gaunt, parmi ceux qui servirent la famille de Lancastre dans ses vastes domaines2. Ici l’influence des retenues nobles et du phénomène du « bastard feudalism » apparaît d’une importance considérable. Parvenu au pouvoir dans des circonstances exceptionnelles, Henry IV doit récompenser ceux qui l’ont aidé dans le passé et, pour l’avenir, encourager leur loyauté envers la dynastie3. Les gagnants reflètent à la fois l’expérience et la continuité du service ; les perdants, dans ce cas, sont les clercs et les « chamber knights » qui, durant ce règne, ont peu d’influence sur les affaires principales.

  • 4 Pour de plus amples détails, voir C. Allmand, Henry V, nlle éd., New Haven-Londres, 1997, ch. 3, p (...)
  • 5 Voir G.L. Harriss, Cardinal Beaufort. A study of Lancastrian ascendancy and decline, Oxford, 1988, (...)
  • 6 R.L. Storey, Thomas Langley and the bishopric of Durham, 1406-1437, Londres, 1961.
  • 7 Allmand, Henry V, p. 45.
  • 8 La lettre de retenue liant le prince et le comte d’Arundel, datée du 20 février 1408, se trouve à (...)

5À deux reprises, la maladie obligea Henry IV à confier le pouvoir effectif à son fils aîné, le prince Henry, qui en profita pour tenir le rôle de roi, avant de le devenir officiellement4. Son entourage se compose en grande partie de ceux qui ont sa confiance : les aînés de la famille, surtout Henry Beaufort, évêque et pilier de la dynastie, qui avait déjà servi comme chancelier entre 1403 et 1405, et son frère, Thomas, également chancelier quelques années plus tard5, trois membres de l’épiscopat, parmi lesquels Thomas Langley, qui resta proche d’Henry lorsqu’il devint roi en 1413 et le servit comme chancelier d’Angleterre après Henry Beaufort6, enfin trois membres de la haute noblesse, deux d’entre eux, Thomas, comte d’Arundel, et Hugues, Lord Burnell, ayant appartenu à la maison militaire du prince lors de la guerre menée contre les rebelles gallois, et Arundel ayant aussi été retenu à terme de vie par le prince en 14087. L’entourage du prince (qui agit au nom de son père malade) se trouve donc dominé par des gens qui ont beaucoup de choses en commun, qui se connaissent et qui sont connus, soit parce qu’ils sont membres de la famille royale, soit parce qu’ils ont déjà servi ensemble en temps de paix comme en temps de guerre, soit parce qu’ils ont été personnellement choisis par le roi ou par le prince8. Il n’est donc pas étonnant que nous trouvions, au centre du pouvoir, durant ces années, une sorte d’équipe, dirigée par le prince lui-même. L’importance de l’entourage comme source de conseil, et donc d’influence, dans le processus politique est confirmée par le fait qu’en 1410 le prince annoncera les noms des membres de son conseil alors que, sous le règne précédent, l’identité des conseillers n’était pas toujours connue. L’entourage de ce politique habile et inspirant confiance qu’était Henry V paraît avoir été accepté de tous côtés, dès qu’il devint roi.

  • 9 Allmand, Henry V, ch. 6, p. 102-127.-J. Catto, The king’s servants, Henry V. The practice of kingsh (...)
  • 10 Prenons, comme exemples, Hugh Mortimer, chambellan du prince, qui devint trésorier d’Angleterre ; (...)
  • 11 Ceux qui servirent tant au Pays de Galles qu’en France devaient former un groupe considérable.

6Lorsque nous examinons cet entourage, nous constatons que le choix des proches du roi résulte de plusieurs facteurs. L’âge du nouveau roi tout d’abord, comme dans le cas de Richard II ; plusieurs de ceux qui servirent Henry V appartenaient à sa génération ou presque, à quelques années près9. De plus, certains l’avaient accompagné lors de la guerre contre les Gallois10. Pour un homme comme Henry, au caractère guerrier et qui fut engagé dans un long conflit avec la France, le fait d’avoir autour de lui des hommes avec qui il pouvait partager une expérience militaire devait être important. Il est évident que toute cette frange de son entourage joua un rôle significatif : les proches du roi furent souvent ceux qui avaient accompli une carrière militaire, et le roi, en guerre et donc absent durant plus de la moitié de son règne, dut beaucoup compter sur ceux qui l’accompagnèrent en France11.

7Le caractère militaire tant du personnel que de l’administration centrale de la Maison du roi apparaît également dans d’autres témoignages importants. Malgré leur petit nombre (qui ne devait dépasser vingt-six, y compris le roi), les membres de l’Ordre de la Jarretière ont une influence considérable sur le prince. Au cours du règne de son père déjà, le prince fut entouré des membres de cet ordre chevaleresque : ses trois frères, Thomas, John et Humfrey ; Thomas Beaufort, son oncle ; Thomas, comte d’Arundel, et Hugues, Lord Burnell, deux des nobles appartenant à son administration en 1410, ainsi que Sir John Cornwall, Sir John Stanley, « steward » (maître d’hôtel) de la maison princière, et Sir Thomas Erpingham. Devenu roi, Henry se tourne à nouveau vers Erpingham ; il nomme Lord FitzHugh, qui allait devenir peu après chevalier de la Jarretière et chambellan de la Maison royale, ce qui fit de lui le serviteur le plus proche du roi et donc le détenteur d’une influence considérable. Notons que FitzHugh devait garder ce poste et, il faut le supposer, la confiance de son maître, durant tout le règne. Parmi les « stewards » de la Maison du roi, deux sur trois seront chevaliers de la Jarretière ; après Erpingham sera nommé Sir Walter Hungerford, homme expérimenté dans l’art de la guerre comme en diplomatie.

  • 12 Allmand, Henry V, p. 355.
  • 13 Londres, Duchy of Cornwall Office/Rolls Series/94/202 (Receiver-general’s accounts).– Londres, P.R. (...)

8Dans le cas d’Henry V, il y avait deux autres « sources » importantes de personnel. Le duché de Cornouailles, tout d’abord, qui, avec ses terres considérables dans plusieurs parties du pays, formait le patrimoine de l’héritier au trône. Le duché devait appartenir à Henry comme prince (donc de 1399 à 1413) mais aussi, comme il n’eut pas d’héritier avant la naissance de son fils, le futur Henry VI, en 1421, jusqu’aux derniers mois de son règne, qui prit fin l’année suivante. De plus, les terres très étendues du duché de Lancastre avaient été affectées à la couronne d’Angleterre lorsque le duc Henry de Lancastre, père d’Henry V, devint roi en 1399. Outre une importante contribution financière aux dépenses du gouvernement central, ces deux duchés constituèrent le berceau d’un groupe important d’hommes qui servirent Henry V, comme prince, dans un premier temps, puis comme roi, dès 1413 et jusqu’à la fin de ses jours. Ainsi Sir Walter Hungerford, qui succéda à Sir Thomas Erpingham comme « steward » de l’hôtel en 1416, et Sir Robert Babthorpe, qui devint « controller » de l’hôtel au cours de la même année, étaient-ils issus du duché de Lancastre12, tandis que John Waterton, membre d’une famille dévouée au service lancastrien et ancien employé du duché de Cornouailles, fut envoyé, avec Hungerford, en ambassade auprès de l’empereur Sigismond en 141413. De nouveau nous voyons le roi réagir favorablement à l’égard de ceux qui l’avaient servi dans l’un ou l’autre de ses duchés avant de les convier à entrer dans l’entourage royal.

  • 14 Erpingham, qui apparaît dans la pièce Henry the Fifth de Shakespeare, devait servir John of Gaunt, (...)

9La maison du roi a été comparée à deux cercles concentriques autour de la personne royale. Au centre, le roi, entouré de près par les membres du « chamber » (chambre), sous les ordres du chambellan, Lord FitzHugh. En sa compagnie les membres de la chapelle royale, les plus importants étant le doyen et le confesseur du roi, et les quelques « chamber knights » (chevaliers de la chambre) qui, sous Henry V et par rapport au règne de Richard II, furent peu nombreux, mais qui, comme acteurs de la vie quotidienne du roi, exercèrent peut-être une influence à la fois secrète et mal comprise. Le cercle extérieur, comprenant the « wardrobe » (ou garde-robe), fut placé sous la direction du « steward », position occupée, comme nous venons de le voir, par des hommes d’expérience militaire. Parmi eux, Sir Thomas Erpingham, créé chevalier de la Jarretière par Henry IV, qui servit le grand-père et le père d’Henry V, était de fait l’un des plus anciens serviteurs de la maison de Lancastre14. À n’en pas douter, Henry V utilisa la Maison du roi et surtout le « wardrobe », comme centre administratif et financier de la guerre. Il n’apporta rien de bien neuf à un état de fait qui datait du siècle précédent. Néanmoins, l’utilisation d’une organisation qui fonctionnait déjà parfaitement, compte tenu de la présence d’un trésorier comme Sir William Philip, chevalier de la Jarretière, en poste de 1421 à 1422, qui agissait non pas tant comme trésorier personnel du roi mais comme son trésorier de guerre, et dont l’administration se trouvait dans la demeure royale, permettait à Henry d’avoir une surveillance et une autorité immédiate sur la gestion quotidienne de la guerre. Ajoutons que l’office du « privy seal » (le sceau privé) attaché à la maison du roi depuis le règne de Richard II, donnait également au roi la possibilité d’exercer un contrôle personnel sur la diplomatie, fait important surtout en temps de guerre.

  • 15 Henry Beaufort fut évêque de Winchester de 1404 à 1447, Thomas Langley évêque de Durham entre 1406 (...)
  • 16 Ces cinq personnes furent John Prophet, John Wakering, Henry Ware, John Kemp et John Stafford. Pro (...)
  • 17 Voir à son sujet E.F. Jacob, Archbishop Henry Chichele, Londres, 1967.

10Second groupe à être favorisé pendant le règne d’Henry V : le clergé et plus particulièrement l’épiscopat. Henry avait deux bonnes raisons d’encourager ce dernier. La première était sa dévotion envers l’Église et ses ministres ; non sans raison ses ennemis, les Lollards, appelaient le roi princeps presbiterorum. La seconde résidait dans sa volonté d’encourager le haut clergé à participer aux affaires du royaume, ainsi qu’il le fit lorsqu’il contrôla la Normandie dans les dernières années de son règne. Nous avons vu que ses deux chanceliers furent, l’un et l’autre, évêques15 ; comme roi, contrairement à ce qu’il avait fait lorsqu’il exerçait le pouvoir pour son père, Henry ne nomma jamais de laïc à ce poste important. De la même façon, les cinq « keepers » du sceau privé furent tous membres du clergé ; trois devaient être promus évêques pendant le règne et un quatrième peu de temps après16. Soulignons aussi le nombre de personnes pourvues de grades académiques en droit civil parmi les proches du roi, surtout dans la diplomatie où leur entraînement avait une utilité pratique. Bien avant d’accéder au trône, Henry employa Henry Chichele, docteur en droit civil, qui fut plusieurs fois chargé de missions diplomatiques. Outre qu’il contribua au bon fonctionnement du gouvernement de l’Angleterre durant les longs déplacements du roi en France, ce savant membre du clergé, ainsi que d’autres comme lui, eurent un rôle tout particulier à jouer dans la promotion des ambitions militaires, politiques et ecclésiastiques de la cour anglaise, à l’époque du concile de Constance17.

  • 18 Allmand, Henry V, p. 172.
  • 19 Londres, P.R.O., E101/404/24, f° 5 v°.

11Les événements entourant la mort du roi, à la fin de l’été 1422, constituent un nouveau témoignage, tout aussi explicite. Certaines démarches qu’il entreprit sur son lit de mort nous montrent combien Henry V comptait sur les membres de sa famille, ses oncles, Henry et Thomas Beaufort, un de ses frères, le cadet de la famille, Humfrey, ainsi que Lord FitzHugh, son chambellan, et Sir Walter Hungerford, maître de son hôtel, pour accomplir cette tâche difficile que représentait l’éducation de son fils et successeur, et, partant, assurer l’avenir de la dynastie18. Par les noms de ses exécuteurs testamentaires, nous connaissons également ceux auxquels allait sa confiance. Parmi ceux nommés dans le testament de 1415 nous trouvons des hommes qui l’avaient servi lorsqu’il n’était encore que prince, notamment John Leventhorpe, John Wodehouse et l’évêque Thomas Langley, qui, tous trois, avaient déjà été les exécuteurs testamentaires de son père. Le second testament se focalise plutôt sur les aînés de la famille royale, mais il contient aussi les noms de certaines personnes qu’il connaissait depuis longtemps et qui étaient devenues ses amis. Ainsi Sir William Porter, qui avait été l’un de ses proches près de vingt ans auparavant lors de la guerre contre les Gallois19, avant de devenir membre de sa Maison en 1413. Au cours des cérémonies funèbres consécutives à la mort du roi, il apparaît enfin que, mis à part l’épiscopat, les partisans les plus dévoués du feu roi furent les membres de sa famille, quelques membres de la haute noblesse militaire, ainsi que des « knights » comme William Porter dont il avait favorisé la carrière. Ils lui demeurèrent fidèles jusqu’à la fin.

  • 20 Thomas Hoccleve, Works, t. 3, The Regement of Princes, éd. F.J. Furnivall, Londres, 1897, p. 175-18 (...)

12En 1411-1412, Thomas Hoccleve, secrétaire au bureau du « privy seal », dédia son œuvre, The Regement of Princes (dans le genre des miroirs princiers) au prince Henry. Vers la fin, il souligne l’importance, sinon l’obligation, pour le prince, comme être humain, d’écouter et d’accepter les conseils, et puis d’agir avec détermination. Ces conseils devaient venir surtout des personnes les plus âgées et les plus expérimentées ; mais le prince pouvait aussi prendre l’avis des plus jeunes, deux groupes qui devaient se trouver harmonieusement réunis à la cour d’Henry V20.

13Cependant, n’oublions pas que l’entourage du roi, les membres de son hôtel, y compris chapelains, médecins et confesseurs, constituent principalement un reflet des circonstances du moment, des influences politico-culturelles de l’époque, et, plus encore peut-être, du caractère et de l’âge du roi. Vers la fin de son règne, Édouard III, désormais trop âgé, perdit tout contrôle sur son entourage. Après lui, Richard II enrôla principalement des gens de son âge, mais ne réussit jamais à gagner la confiance d’un groupe important qui l’attaqua par le biais de son entourage. Sous les Lancastre, on observe de grands changements : les rois se trouvèrent plus en accord avec la communauté politique ; membres d’une grande maison noble, déjà expérimentés dans les affaires du monde, ils apportèrent avec eux une expérience pratique de la politique, ainsi qu’un personnel compétent et habitué à l’administration qui, dans certains cas, servait alors la troisième génération d’une famille qui, depuis 1399, représentait la famille royale anglaise.

14La loyauté envers un homme, cette continuité de service fondée sur la fidélité à une Maison, créa, dans l’entourage royal, une stabilité dont Henry V, absent de son pays durant de longues périodes, apprit à tirer parti. L’absence, sous ce règne, de changements majeurs dans le haut personnel — quel contraste avec le règne de Richard II ! — est frappant, tant comme le système de promotions au sein de la Maison du roi. Il convient d’y voir l’influence du roi lui-même, qui récompense la fidélité des uns tout en attirant celle de certains d’autres. Ajoutons à cela une réelle prédominance militaire dans l’entourage royal, et nous y verrons le reflet des vertus qu’admirait Henry V : la loyauté et les qualités du soldat. Dans sa communication, Bertrand Schnerb a souligné toute la fraternité qui existait entre le comte de Charolais, Jean sans Peur, et ceux qui le suivirent au cours de la campagne militaire de Nicopolis en 1396, une cinquantaine d’entre eux devant le servir comme commandants de l’armée ducale (tout comme Henry V et ses compagnons lors de la guerre galloise), tandis que, dans les leurs, Monique Sommé et Jean-Marie Cauchies ont évoqué le rôle des chevaliers de la Toison d’Or à la cour bourguignonne (parallèle, dirons-nous, à celui des chevaliers de la Jarretière à la cour d’Angleterre à l’époque d’Henry V). En ce sens, sous Richard II comme sous Henry V, l’entourage royal est le miroir de la personnalité et de la politique du roi, de son âge, de son expérience, et même de ses ambitions pour l’avenir ; il reflète aussi les succès d’un roi ou, au contraire, ses carences en la matière. C’est pour cette raison, à notre avis, que l’étude des entourages royaux, à toute époque, en tout pays, mérite d’être entreprise.

Notes

1 Pour celui qui désire suivre l’évolution de l’entourage royal anglais pendant la seconde moitié du xive siècle, voir l’étude essentielle de C. Given-Wilson, The royal household and the king’s affinity. Service, politics and finance in England, 1360-1413, New Haven-Londres, 1986, ch. 3, p. 142-202.

2 Op. cit., p. 190.

3 La politique de l’empereur Sigismond fut similaire, une politique par ailleurs bien connue dans les pays de l’Empire. À ce sujet, voir M. Kintzinger, Westbindungen im spätmittelalterlichen Europa. Auswärtige Politik zwischen dem Reich, Frankreich, Burgund und England in der Regierungszeit Kaiser Sigmunds, Stuttgart, 2000.

4 Pour de plus amples détails, voir C. Allmand, Henry V, nlle éd., New Haven-Londres, 1997, ch. 3, p. 39-58.

5 Voir G.L. Harriss, Cardinal Beaufort. A study of Lancastrian ascendancy and decline, Oxford, 1988, ch. 3, p. 44-67.– Allmand, Henry V, p. 42 et ch. 15, p. 333-348.

6 R.L. Storey, Thomas Langley and the bishopric of Durham, 1406-1437, Londres, 1961.

7 Allmand, Henry V, p. 45.

8 La lettre de retenue liant le prince et le comte d’Arundel, datée du 20 février 1408, se trouve à Londres, Public Record Office (P.R.O.), CHES/2/79, m. 3. Nous connaissons, par d’autres pièces d’archives, les noms d’autres personnages qui devinrent pensionnaires du prince et qui furent renouvelés dans leurs fonctions lorsque leur « maître » devint roi en 1413.

9 Allmand, Henry V, ch. 6, p. 102-127.-J. Catto, The king’s servants, Henry V. The practice of kingship, éd. G.L. Harriss, Oxford, 1985, p. 75-95.

10 Prenons, comme exemples, Hugh Mortimer, chambellan du prince, qui devint trésorier d’Angleterre ; John Spenser, « cofferer » du roi en 1413 ; John Rothenhale, « keeper of the wardrobe » ; ou Roger Aston, « controller » de la maison du roi en 1421-1422 (Londres, P.R.O., E101/404/24, f° 5 r°-v°, 11 v°).

11 Ceux qui servirent tant au Pays de Galles qu’en France devaient former un groupe considérable.

12 Allmand, Henry V, p. 355.

13 Londres, Duchy of Cornwall Office/Rolls Series/94/202 (Receiver-general’s accounts).– Londres, P.R.O., E101/404/16.– Allmand, Henry V, p. 69.

14 Erpingham, qui apparaît dans la pièce Henry the Fifth de Shakespeare, devait servir John of Gaunt, Henry IV et Henry V, trois générations de la famille de Lancastre.

15 Henry Beaufort fut évêque de Winchester de 1404 à 1447, Thomas Langley évêque de Durham entre 1406 et 1437.

16 Ces cinq personnes furent John Prophet, John Wakering, Henry Ware, John Kemp et John Stafford. Prophet fut le seul parmi eux à ne pas être promu à l’épiscopat.

17 Voir à son sujet E.F. Jacob, Archbishop Henry Chichele, Londres, 1967.

18 Allmand, Henry V, p. 172.

19 Londres, P.R.O., E101/404/24, f° 5 v°.

20 Thomas Hoccleve, Works, t. 3, The Regement of Princes, éd. F.J. Furnivall, Londres, 1897, p. 175-181. Je remercie Alain Marchandisse pour le soin avec lequel il s’est occupé de la révision du présent texte.

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.