Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À l’ombre du Pouvoir

 | 
Jean-Louis Kupper
, 
Alain Marchandisse

Le sang, l’hôtel, le conseil, le peuple : l’entourage de Charles VII selon les récits et les comptes de ses obsèques en 1461

Philippe Contamine

Texte intégral

1. Charles VII dit le bien servi : un système de gouvernement ?

  • 1 Lettres de Charles VII sur les blasphémateurs, Paris, 1er décembre 1437. Ordonnances des rois de F (...)
  • 2 Georges Chastellain, Œuvres, éd. J.B.M.C. Kervyn de Lettenhove, t. 4, Chronique 1461-1464, Bruxelle (...)
  • 3 P. Contamine, Pouvoir et vie de cour dans la France du xve siècle : les mignons, Comptes rendus de (...)

1Il est bien connu que, selon la philosophie politique dominante à la fin du Moyen Âge, comme d’ailleurs à d’autres époques, un bon roi, un sage prince se devait de prendre ses décisions majeures par grant advis et meure deliberation de plusieurs de nostre sang et lignage et de nostre grant conseil, prelats, princes, barons et autres notables personnes1. Sinon, sa conduite pouvait et même devait être qualifiée de volontaire (le terme était alors nettement péjoratif) ou, pire, de tyrannique. Avoir tout son conseil contenu dans son seul chapeau ou porté par un seul cheval (comme on l’a dit de Louis XI) était à l’évidence mal vu2. De même qu’étaient mal vues les indiscrétions et surtout les interventions en coulisse de confidents, de serviteurs domestiques trop privés, de marmousets et autres mignons3.

  • 4 Alain Chartier, Le Livre de l’espérance, éd. F. Rouy, Paris, 1989, p. 105.

2Ainsi selon Alain Chartier, le sens des rois est plus en bien croire conseil que bien le donner. Et de fait, choisir le bon conseillier et eslire du sens dez autres conseil proufitable, voilà ce qui revient à celui qui doit ouïr chacun. Mieux vaut un prince simple de soy et docile a bon conseil que un prince subtil et voulentif4.

  • 5 A. Vallet de Viriville, Advis à Isabelles de Bavière. Mémoire politique adressé à cette reine vers (...)

3Sur les quelque cent articles qui composent ce qu’il convient désormais d’appeler l'Avis à la reine Yolande, en fait adressé à Charles VH en ou vers 1425, lors d’un changement si décisif de son gouvernement que l’on peut parler à bon droit de révolution de palais, pas moins de sept concernent la question du conseil et des conseillers5 :

Item, que le roy doit bien entendre ce que on lui dit et mectre ce que on lui requiert au conseil et par bon conseil y deliberer et tellement que il ne lui faille mie avoir cause de soy repentir de chose que il ait respondue.
Item, que le roy doit prandre en petit nombre des plus saiges chevaliers et clers secrez de son royaume pour conseillier les haulx faiz de son royaume et tiengne le roy et chascun desdiz conseilliers secret conseil sans en rien reveler a personne qui vive, homme ou femme.
Item, que un roy ne se doit descouvrir de son secret touchant le gouvernement du royaume a variet qu'il ait, tant soit bien amé, ne a autre personne fors a ses secrez conseilliers.
Item, que un roy devroit avoir pour son conseil cinq ou six bons saiges chevaliers expers et autant de bons saiges clers aagés, qui aroient veu les sciences et la pratique des jugemens et des procés ou temps passé, et secretement soy conseillier par eulx et suffiroit autant que d’un millier.
Item, que ceulx qui sont prés du roy et de son conseil le doivent advertir de la maniere qu’il a a tenir une chascune besoigne qu'il a affaire et par especial en grandes besoignes quant il fault tenir grant conseil ou il doit avoir plusieurs gens de grans et de divers estatz.
Et des autres choses survenens chascun jour a expedier doit le roy estre telement pourveu de conseil si bon et si leal que aucune chose par lui ne soit faicte ou il y ait faulte au regard de son honneur et du bien du royaume.
Item, que un roy ne se doit mie laisser conseillier par variez et par gens de nulle prudence et ne leur doit demander conseil ne advis des haultes choses que il a affaire ne en tenir parole devant eulx.

  • 6 A. Vallet de Viriville, Charles VII, roi de France et ses conseillers, Paris, 1859.
  • 7 P.-R. Gaussin, Les conseillers de Charles VII (1418-1461). Essai de politologie historique, Franci (...)
  • 8 N. Valois, Fragment d’un registre du grand conseil de Charles VII (mars-juin 1455), Paris, 1885. E (...)
  • 9 Paris, Bibliothèque nationale de France [désormais B.N.F.], Baluze 17, f° 11.
  • 10 Armorial de France... composé vers 1450 par Gilles le Bouvier, dit Berry, éd. A. Vallet de Virivil (...)

4Il va de soi que, régulièrement, Charles VII convoqua — et présida — son conseil, en sorte qu’il a été jadis possible, selon les procédés classiques, à Auguste Vallet de Viriville de dresser la liste année après année de ses conseillers6, et plus récemment à Pierre-Roger Gaussin, dans une copieuse étude, d’en constituer la liste alphabétique, d’identifier la plupart d’entre eux et de proposer à leur sujet toute une analyse prosopographique et socio-politique7. Sans compter le fait que nous avons conservé par exception les procès-verbaux d’un certain nombre de séances du conseil tenues en 14558 et d’une séance tenue en 14589. Georges Chastellain écrit de Charles VII qu’il était bien sage en conseil. Et le même : Tout gouvernoit par sens et riens sans conseil car propre oppinion il confermoit par autrui. Il a convoquié les bons, il y a mis en employ les utiles, encorragié les nobles et de toutes conditions d’hommes a fait son pourfit. Selon l’armorial du héraut Berry, Charles VII l’emporta à l’aide de Dieu et des nobles de son reaume et de son noble conseil10. Mais derrière le fonctionnement routinier et obligé de l’institution officielle, il y a le jeu des influences réelles : or, les sources narratives et autres mettent précisément l’accent sur le fait que, durant une grande partie de son règne, Charles VII s’en remit successivement pour le gouvernement de ses affaires à un, deux, trois ou quatre personnages accaparant, voire monopolisant l’essentiel du pouvoir, en deçà ou au-delà du conseil.

  • 11 Geste des nobles François, éd. A. Vallet de Viriville, Paris, 1864, p. 199.

51425. Mutations de conseillers. En cellui an mist le roy hors d'entour lui et de sa court Tangui du Chastel, le president de Prouvence (Jean Louvet) et maistre Jehan Cadart [son médecin] qui lors gouvernoit du tout le roy11.

  • 12 Id., p. 237.
  • 13 Id., p. 200.
  • 14 Jean Chartier, Chronique de Charles VII, éd. A. Vallet de Viriville, t. 1, Paris, 1858, p. 64.
  • 15 Geste des nobles François, p. 239.

61426. Du sire de Giac et du Camus de Beaulieu, du sire de la Trimoille que le roy print a gouverner. Le roy s'en vint aprés a Yssoudun et estoit avec luy le seigneur de Giac qui estoit bien hautain et disoit on que le roy l’aimoit fort et qu’en effect il faisoit ce qu’il vouloit, dont les choses alloient tres mal12. Toujours à propos du sire de Giac, il est dit que plus ot auctorité que nul autre entour le roy13. Ou encore qu’il fut principal conseiller du roy par lequel ainssy c’om disoit se gouvernoit le roy et tout le fait du royaulme14. Et lors un escuyer nommé le Camus de Beaulieu se mit prés du roy15.

  • 16 Gilles le Bouvier dit le Héraut Berry, Les Chroniques du roi Charles VII, éd. H. Courteault, L. Cel (...)

71427. En l’an mil CCCCXXVII [... ] fut tué pres du chastel de Poitiers ung escuier nommé le Camus de Beaulieu du pais d’Auvergne, lequel avoit grant gouvernement devers le roy plus que a lui ne appartenait et pour ce il fut tué, et lors vint le sire de la Tremouille au gouvernement du roy aprés la mort d’icellui16.

  • 17 Id., p. 156.

8Puis ce fut au tour de Georges, seigneur de la Trémoille, d’avoir, de 1427 à 1433, le gouvernement de ce royaume (1427-1433)17.

  • 18 Id., p. 157.

9En 1433, suite à un coup d’Etat fomenté par le sire de Bueil et d’autres, lors demoura et entra au gouvernement messire Charles d’Anjou18.

  • 19 Id., p. 196.

101437. En ce temps estoient en gouvernement devers le roy Christofle de Harecourt, le sire de Chaumont et maistre Martin Gouge, evesque de Clermont19.

  • 20 Guillaume Gruel, Chronique d’Arthur de Richemont, éd. A. Le Vavasseur, Paris ; 1890, p. 182.

111443. Et a celle heure monseigneur l’admirai de Coetivy fut esloingné de la court sans perdre nulles de ses offices et entra messire Pierre de Brezé en gouvernement et Jamet de Tillay et Petit Mennil20.

  • 21 Mathieu d’Escouchy, Chronique, éd. G. du Fresne de Beaucourt, t. 3, Paris, 1864, p. 318.
  • 22 Il était alors chambellan du dauphin (voir les indices des deux volumes d’A. Tuetey, Les Écorcheur (...)
  • 23 I était alors premier chambellan du dauphin (Tuetey, op. cit.).
  • 24 Il était alors gouverneur du dauphin (Tuetey, op. cit.).
  • 25 Il était alors chambellan du dauphin (Tuetey, op. cit.).
  • 26 Il était le confesseur du dauphin (X. de la Selle, Le Service des âmes à la cour. Confesseurs et a (...)
  • 27 On s’en serait douté, a priori.
  • 28 Le personnage m’est inconnu par ailleurs.
  • 29 Il s’agit d’un des trésoriers de France. G. Jacqueton, Documents relatifs à l'administration finan (...)
  • 30 Selon les relevés de Vallet de Viriville, les noms suivants furent membres du conseil d’octobre 14 (...)
  • 31 Agnès Sorel.
  • 32 Bien plus tard, dans une lettre du 9 mai 1461, l’ambassadeur milanais écrivait à son maître le duc (...)

12Un document du 3 février 1445 fournit la liste, dressée par Guillaume Mariette à l’intention de Philippe, duc de Bourgogne, de ceulx qui se tiennent souvent devers le roy en son retrait et de ceux qui pou se tiennent ou retrait du roy, avec les noms de code des uns et des autres21. Parmi les premiers, dans l’ordre : Pierre de Brezé, seigneur de la Varenne, Bertrand de Beauvau, seigneur de Précigny, Jamet de Tillay, le Petit Mesnil (il s’agit de Jean du Mesnil Simon, sire de Maupas), maître Jean Bureau. Parmi les seconds, (la liste est plus longue et plus déroutante), toujours dans l’ordre : Jacques Juvénal des Ursins, archevêque de Reims, Geoffroi Vassal, archevêque de Lyon, Robert de Rouvres, évêque de Maguelonne, Regnault du Dresnay, bailli de Sens, maître Jean Rabateau, président au Parlement, le maréchal de la Fayette, Gérard Machet, confesseur du roi, le dauphin Louis, Jean, sire de Bueil, Jean Daillon, seigneur de Fontaines22, Amaury, seigneur d’Estissac23, messire Jean Sanglier, seigneur de Bois-Rogues24, Jacques, sire de Châtillon et de Dampierre, grand panetier de France, messire Guillaume de Coursillon, bailli de Dauphiné, Guy de Chaourse, seigneur de Malicorne25, Charles, seigneur de Culan, le chancelier Guillaume Jouvenel, le confesseur Jean Majoris26, Henri VI, roi d’Angleterre et William de la Pole, comte de Suffolk27, le roi René, Louis, seigneur de Beauvau, le seigneur de Myson28, Jean Ardoin29, Charles d’Anjou, comte du Maine30. Viennent enfin — la chose mérite d’être relevée — quelques dames : la reine Marie d’Anjou, la sénéchale de Poitou (autrement dit Madame de Brezé), la dauphine Marguerite d’Écosse, la reine d’Angleterre (Marguerite d’Anjou), la reine de Sicile (Jeanne de Laval), la dame de Beauvau, et Annes (ou plutôt Annés : son surnom est Helyos, le soleil31). Ainsi à cette date les dames n’occupent-elles pas, ou pas encore, le devant de la scène32. Or, si tous ceux ayant accès au retrait du roi sont bien ses conseillers, des conseilleurs (et aussi des personnages qui ne sont pas membres du conseil selon la liste de Vallet de Viriville) sont déclarés moins proches de sa personne.

  • 33 B.N.F., fr. 18441, cité dans le mémoire de maîtrise de M. Dinot, consacré à l’édition du procès de (...)
  • 34 Aeneas Silvius Piccolomini, Opera omnia quae extant, Bâle, 1551, p. 440, cité dans P. Gilli, AU mir (...)

13En 1455-1456, le duc Jean d’Alençon chargea un de ses émissaires de dire à certains seigneurs d’Angleterre que le roy de Cesille et lui estoient mis hors de court et n y avoit pour lors a court aucuns des seigneurs du sang fors Charles d'Anjou, le bastard d’Orléans, le conte de Dampmartin, le chancellier et un trouppeau de meschans gens qui gouvernaient le roy33. Un propos confirmé par Aeneas Silvius dans son De Europa (1458). « Charles d’Anjou, oncle du dauphin, était à cette époque tout-puissant auprès du roi. Cette puissance de l’Angevin, ni Jean, duc d’Alençon, ni son frère le bâtard, prince de Bourbon (?), ne pouvaient la supporter sans acrimonie. Ils conseillèrent au dauphin de s’éloigner de son père. Ainsi serait-il possible que le roi, désireux de revoir son fils, éloignerait de lui Charles d’Anjou et gouvernerait avec plus de sagesse le royaume qui, sous la tutelle de ce dernier, semble au plus mal34. »

14Dans la même veine, Chastellain écrit encore de Charles VII : Moult estoit de condition muable, dont a cause de tel accident escheurent frequentes et diverses mutations entour de sa personne et se formoient ligues et bandes contraires entre les curiaux.

  • 35 Ce point est souligné dans M.G.A. Vale, Charles VII, Londres, 1974.

15S’appuyant sur ces divers témoignages, les historiens ont longtemps et souvent estimé que Charles VII, personnalité réputée faible et falote, craintive et apathique, confronté au surplus à une situation extrêmement difficile, fut le jouet de ses favoris successifs, dont quelque intrigue de cour, avec ou sans son aval, finissait par le débarrasser. Mais une autre lecture est possible, suggérant qu’en tout cas durant ses dernières années, le roi fut réellement le maître du jeu, promouvant ou disgrâciant ses principaux conseillers au gré de son désir ou de son jugement afin de susciter dans son entourage une saine et profitable émulation35.

  • 36 Georges Chastellain, Chronique. Les Fragments du livre IV révélés par l'Additional Manuscript 54156 (...)

16Toujours selon Chastellain, c’est ce que le roi lui-même expliqua un jour à sa demi-soeur naturelle dont il se sentait très proche, Marguerite de Valois, fille de Charles VI et d’Odette de Champdivers. Cette Marguerite avait épousé un noble poitevin de bon lignage, Jean Harpedenne, seigneur de Belleville. La scène se passe à Poitiers, sans doute en juin-juillet 1443. Marguerite lui posa en substance la question suivante : pourquoi, après la paix d’Arras et contrairement à votre engagement, avoir gardé à vos côtés Prigent de Coëtivy, neveu de Tanguy du Chastel, l’un des assassins de Jean sans Peur, lui accordant même telle auctorité que tout se conduisait par luy et sans ly riens ? Réponse de Charles VII : Prigent est un vaillant chevalier et l’un des sages de mon royaume. Au reste, je n’en suis pas entiché (je n’y ay toutevoies nul assotement) mes je lui souffre avoir son tour comme un aultre. La sœur continue : dans ces conditions, pourquoi, si ses avis vous sont profitables, ne l’entretenez-vous pas, lui et les autres, en estat estable, pourquoi, en d’autres termes, toutes ces mutations ? Réponse du roi : autour de moi, plusieurs gens de bien s’efforcent de percer, je le tolère, mais c’est, comme pour la Table ronde, le siege perilleux. J’en suis d’autant mieux servi. En vain mes serviteurs espèrent-ils demourer plus ferme[s] que leurs devanciers [...]. Oncq ne s’i assist de mon vivant qu’il ne lui en soit mal pris [...]. Et ainsy du second au tiers, du tiers au quart, du quart au quint jusques en fin dura ceste continuacion et maniere de faire. Quand quelqu’un, poursuit Chastellain, était au sommet de la roue de fortune, le roi commençait à en prendre ombrage, dont a la premiere occasion qui pouvoit trouver aucune apparence volentiers les renversoit de haut a bas confusement toutesvoies [...]. Par quoi autres, ayant labouré en longue contendance dehors l’huis et parvenus a nouvelle grace, parvinrent aussi a nouvelle exaltation, longuement pourjetee lors, ou par espoir qu’avoient de demeurer plus fermes que leurs devanciers travaillaient aussi a plus hautement desservir leur regner par haute euvre et de fonder leur longue duree en multitude d’utilités rendues, lesquels, aprés avoir regné une espace aussi et que tiré avoit du ventre ce qui y estoit, neanmoins a telle occasion comme les autres en soudain sursaut se trouvaient enversés et payés du mesme salaire dont autres leur avoient esté miroir36.

  • 37 Voir par exemple l'Histoire de la Toison d’Or de Guillaume Fillastre, B.N.F., fr. 2621, f° 101 : B (...)
  • 38 Charles le bien servy : Vatican, Bibliothèque vaticane, lat. 689, fos 61 r° – 62 r° : chronique ab (...)
  • 39 Georges Chastellain, Chronique. Les Fragments, p. 317.

17Le fait est qu’à côté de son titre ou de son surnom le plus officiel, celui de victorieux ou de très victorieux, attesté au moins depuis 1452, à côté d’autres surnoms parfois employés comme ceux de bon, de bien aimé, de fortuné et de bien fortuné37, un autre surnom apparaît dès l’époque : celui de bien servi38. Chastellain commente : selon certains, ce a esté le mieulx servi prince de la terre et par tant en la vertu de ses serviteurs il est monté en son throne par leurs mains [...], jamais voirement roy si haultement ne fut servi de tel ceur39.

18De l’importance et de la qualité de l’entourage de Charles VH on se contentera ici de mentionner deux indices.

  • 40 Paris, Arsenal 3730, f° 1 r°.– Rouen, B.M., U 94, f° 1 r°. Voir la couverture du présent ouvrage.

19Non seulement les représentations ne manquent pas montrant Charles VII assis sur son trône entouré de ses conseillers debout mais encore, ce qui est, semble-t-il, assez exceptionnel, deux miniatures similaires placées au frontispice de manuscrits datant du règne de Louis XI de la Chronique de Charles VII de Jean Chartier montrent le roi entouré d’une douzaine de conseillers, certains d’entre eux étant identifiés au moyen d’une inscription. Ces conseillers sont les suivants : Arthur de Richemont, tenant dans sa main à la verticale l’épée de connétable de France, le comte de Dunois, Pierre de Brezé, Joachim Rouaut, Jean Bureau et Jehanne la Pucelle40. Peu importe ici les raisons ou les motifs de cette sélection, laquelle naturellement pose quantité de problèmes, ce qui compte c’est le procédé.

  • 41 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn de Lettenhove, t. 6, p. 437-457. Assez nouvelle de ce côté (...)

20Le mystère de la mort du roi Charles VII, de (ou attribué à) Georges Chastellain, met en scène la France et le roi qui refuse l’honneur que France lui baille en l’attribuant plustost a ses bons serviteurs qu’a sa personne. Le roi se tourne alors vers eux en les remerciant de leurs services. Tour à tour les nobles barons refusent cet honneur et le renvoient au roi, tout en admettant qu’ils l’ont bien servi : Arnaud-Guilhem, seigneur de Barbazan (tué à Bulgnéville en 1431), le maréchal de Boussac, Raoul, sire de Gaucourt, Poton de Saintrailles, La Hire, son frère Amadoc de Vignolles, Jean de Brezé (frère de Pierre, mort dans un combat près d’Évreux en 1442), l’amiral de Coëtivy (tué à Cherbourg en 1450), messire Robert de Floques, Jean d’Harcourt, comte d’Aumale (tué à Vemeuil en 1424), le comte de Buchan (tué à Verneuil), le comte Douglas (tué à Vemeuil), le seigneur de Gamaches, le baron de Coulonces, Tugdual le Bourgeois (tué à Cherbourg en 1450), Arthur de Bretagne, le seigneur d’Orval, le comte du Maine, Pierre de Brezé (tué à Montlhéry en 1465), le comte de Dunois, le comte de Foix, le seigneur de Bueil, le seigneur de Lohéac, Joachim Rouaut. Puis l'acteur demande à France entre autres de faire souldre en air ymages et statues, / Marbre plomber comme jadis en Rome ,/ Fait gergonner murailles revestues / De Charles mort que le VIF on nomme. Quant à vous, princes et nobles que je n’ai pas mentionnés, impossible est de tout mettre en peinture, contentez-vous pour le moment de cette ramenbrance, dans l’espoir qu’un jour, quand vous serez morts, vos hauts faits seront proclamés sur vos tombeaux41.

2. Autour du corps du roi mort

  • 42 Aussi y revint-il mourir, en faisant comme « le bon lievre / Qui se rend tousjours en son giste ». (...)
  • 43 Paris, Archives nationales, KK 53, f° 153 v°.
  • 44 Martial d’Auvergne, op. cit., t. 2, p. 167. Charles VII donna le nom de Madeleine à l’une de ses fi (...)
  • 45 A. Coulon, Fragment d’une chronique du règne de Louis XI, Mélanges d’Archéologie et d'Histoire de (...)
  • 46 Mathieu d’Escouchy, op. cit., t. 2, p. 438.
  • 47 Trois sources essentielles : 1. le récit qui figure à la fin de la Chronique de Mathieu d’Escouchy(...)
  • 48 Les gens et serviteurs pleuroient / A chauldes larmes fondamment / Et les Escossoys hault crioient (...)
  • 49 Obsèques.

21Charles VII mourut au château de Mehun-sur-Yèvre, là même où il avait passé une bonne partie de sa jeunesse42 et là où il avait pris le nom de roi quelque trente-neuf ans et neuf mois plus tôt, à l’annonce du décès de son père Charles VI43. Le décès de Charles le Victorieux survint le jour de la fête de sainte Marie-Madeleine, qu’il avoit servie comme dame44, mercredi 22 juillet 1461, entre XII heures et une aprés midi45, alors qu’on lisait à l’agonisant l’évangile de la Passion selon saint Jean, au moment même où étaient prononcées les paroles Inclinato capite emisit spiritum46. Cette mort, compte tenu aussi bien de son âge que de son état de santé, ne prit personne au dépourvu47. Les premiers frappés, douloureusement, furent les serviteurs du roi, membres de sa maison ou de son hôtel48. Quant à la reine Marie d’Anjou, avertie en toute hâte, elle se trouvait à Chinon et dut y demeurer49.

22Aussitôt, le mécanisme des obseques et funerailles royales se mit en branle, à l’initiative du chancelier de France Guillaume Jouvenel, de Pierre d’Oriole, général sur le fait des finances, et de messeigneurs du grand conseil du feu roi, et sous le contrôle de messeigneurs de la chambre de ses comptes, à Paris, d’emblée consultés. Une part décisive dans le déroulement du cérémonial fut confiée à Tanguy du Chastel, neveu du meurtrier de Jean sans Peur, premier écuyer de corps et maître de l’écurie de Charles VII, assisté dans sa tâche par l’argentier Pierre Burdelot. Un autre personnage semble avoir joué un grand rôle : Jean, comte de Dunois.

  • 50 R.E. Giesey, Le roi ne meurt jamais. Les obsèques royales dans la France de la Renaissance, Paris, (...)
  • 51 Mathieu d’Escouchy, op. cit., t. 2, p. 427.
  • 52 Martial d’Auvergne, op. cit., t. 2, p. 168.

23Laissant ici de côté quantité d’aspects de la mise en scène puisqu’aussi bien ils ont été diligemment examinés par Ralph Giesey dans son ouvrage classique sur les funérailles royales dans la France de la Renaissance50, je me bornerai à signaler que le cadavre du roi (le corps naturel, comme dit Mathieu d’Escouchy51), après avoir été soigneusement embaumé, fut présenté deux jours durant à visage découvert sur le lit de la chambre ou de la salle mortuaire du château de Mehun-sur-Yèvre52, puis fut déposé tout habillé, avec chemise, robe, manteau, souliers, sceptre, main de justice et couronne d’argent doré, dans un cercueil de bois, lequel fut placé dans un cercueil de plomb du poids de 390 livres, qui prit à son tour sa place dans un grand coffre de bois. Le coffre en question fut mis sur un chariot branlant tiré par cinq destriers tout de noir couverts. Un engin à trois roues fut aussi fabriqué, destiné à descendre le cercueil du chariot aux endroits prévus.

  • 53 Accueilli par le clergé local qui se portait à son devant en procession, le cercueil fit halte dan (...)

24Scandé ou ponctué par différents services religieux53, l’itinéraire du convoi, du lundi 27 juillet au samedi 8 août 1461, fut le suivant : la chambre, la salle du château puis l’église collégiale de Mehun-sur-Yèvre (dans ces trois endroits le corps du roi reposa en tout six jours, du 22 au 27 juillet), l’église abbatiale de Notre-Dame de Vierzon, l’église paroissiale de Notre-Dame de Romorantin, Vernou-en-Sologne et Villeneuve, La Ferté-Saint-Cyr, Beaugency, où le luminaire fut offert par Dunois (en effet, pour une raison ou pour une autre, la traversée d’Orléans, un moment envisagée, fut annulée), Mervilliers, Janville, Le Puiset, Rouvray-Saint-Denis, Angerville, l’église collégiale de Notre-Dame d’Étampes, Étrechy, Chastres près Montlhéry (aujourd’hui Arpajon), Longjumeau, Chilly (aujourd’hui Chilly-Mazarin), Antony, Bourgla-Reine, le prieuré de Notre-Dame-des-Champs près de Paris, où le convoi arriva le mercredi 5 août, entre neuf heures et dix heures du soir. Un service s’y déroula le jeudi 6 au matin. Puis le cortège fut réorganisé, avant l’entrée dans Paris par la porte Saint-Jacques.

25Jusqu’alors le cercueil placé sur le chariot avait été précédé par cent pauvres vêtus de noir et accompagné ou suivi par un certain nombre de gens de l’hôtel du roi, y compris sans doute différents seigneurs. Mais pour l’entrée dans Paris et le parcours jusqu’à la cathédrale Notre-Dame par la rue Saint-Jacques et le Petit Pont, une procession solennelle se déroula, dont on peut reconstituer comme suit la composition :

  • 24 crieurs en deuil agitant leurs clochettes de façon proprement assourdissante ;
  • 200 pauvres vêtus de noir portant chacun une torche et une délégation de 14 à 18 aveugles des Quinze-Vingt ;
  • sur deux doubles files, d’un côté 144 cordeliers, 143 jacobins, 54 augustins et 72 carmes, des mathurins et des cisterciens, de l’autre les chanoines, curés et chapelains des églises paroissiales et collégiales de Paris ;
  • toujours sur deux files, d’un côté au moins quatre abbés et sept évêques, de l’autre, les suppôts de l’université de Paris (recteur, bedeaux, procureurs des quatre nations, précédés par la foule des écoliers, bacheliers, licenciés et docteurs)54 ;
  • le prévôt de l’hôtel du roi Jean de Gardette, le prévôt de Paris Robert d’Estouteville, leur entourage de gentilshommes, les sergents à verge ;
  • sept hérauts55 vêtus des cottes d’armes du roi et le premier écuyer d’écurie Tanguy du Chastel ;
  • sur une litière portée sur leurs épaules par 64 hommes dont les fameux henouars ou porteurs de sel, le cercueil, ainsi que, posés sur une planche, un matheras et un lit où était couchée, visible de tous les côtés, la figure, portraicture, estature ou représentation du roi, avec là encore chemise, pourpoint, robe, manteau fourré d’hermine et de menu vair, chausses, béguin, gants, sceptre, main de justice et couronne d’argent doré. On avait pris soin de réaliser un masque mortuaire qui fut ensuite peint au vif au plus pres de la pourtraicture56, autrement dit de la façon la plus ressemblante possible. Le lit était couvert d’un velours cramoisi dont les quatre coins étaient tenus ou soutenus par quatre seigneurs du parlement dont les présidents, en robe rouge fourrée57 ;
  • est aussi signalé, un peu en arrière de la litière afin que celle-ci soit plus visible, un dais (ciel) de drap d’or soutenu par huit bâtons d’azur et de fleurs de lis d’or que tenaient huit écuyers et bourgeois de Paris ;
  • puis venait le deuil, à cheval, autrement dit quatre personnages, Charles, duc d’Orléans, sur un mulet, son frère Jean, comte d’Angoulême, Charles, comte d’Eu et Jean, comte de Dunois ;
  • le chariot, désormais vide mais toujours tiré par ses cinq chevaux ;
  • six pages, suivis par le chancelier, les maîtres des requêtes de l’Hôtel, les chambellans, un millier dit-on de seigneurs, les notaires et secrétaires du roi, les bons commensaulx serviteurs, les gens des comptes, les gens du Châtelet et du Palais, les marchands et les bourgeois — bref, pour ces deux dernières catégories, les estatz de la ville.
  • 58 Par maître Jean de Châteaufort, vaillant docteur en théologie, selon Martial d’Auvergne, op. cit.,(...)
  • 59 Il avait été commandé aux Parisiens d’ôter sur le passage du cortège les enseignes, les auvents et (...)
  • 60 Si fust en icelle abbaye / Le disner ce jour appresté / Pour tous ceulx de la compaignie / Qui au (...)

26À Notre-Dame de Paris, magnifiquement décorée et resplendissante de centaines de cierges et de torches, furent célébrées ce même jeudi 6 août, les vigiles à partir de trois heures de l’après-midi. La matinée du vendredi 7, il y eut une très longue messe des morts, accompagnée d’une oraison funèbre58, puis ce fut, à partir de trois heures de l’après-midi, le départ en procession depuis Notre-Dame jusqu’à Saint-Denis, par la rue de la Calendre, jusqu’au palais de la Cité, ensuite la traversée du Pont-au-Change, la rue Saint-Denis, une courte halte au cimetière des Innocents, la porte Saint-Denis59, La Chapelle-Saint-Denis, la Croix-aux-Fiens, le Lendit, enfin l’abbatiale de Saint-Denis où l’on arriva très tard dans la soirée. Inévitablement, la fatigue se faisait sentir. Le lendemain, c’est-à-dire le samedi 8 août, la messe commença à huit heures du matin, avec une prédication prononcée cette fois par Thomas de Courcelles, doyen du chapitre de Notre-Dame de Paris. La messe terminée, l’enterrement eut lieu dans une des chapelles latérales, où se trouvaient déjà les restes de Charles V et de Charles VI. Alors un héraut d’armes prononça d’une voix forte : Priez pour l'ame du tres excellent, tres puissant et tres victorieux prince le roy Charles VIIe de ce nom. Le même héraut descendit au fond de la fosse, tout contre le cercueil, puis, après y avoir passé le temps de réciter un Notre Père, il redressa sa masse, les armes de France dirigées vers le haut, et cria Vive le roy ou Vive le roy Loys. À leur tour, les secrétaires du roi s’exclamèrent : Vive le roy Loys. Il y avait là deux notaires qui rédigèrent un instrument public selon lequel les moines de Saint-Denis certifiaient avoir bien reçu le corps du défunt roi. À trois heures de l’après-midi, une bonne partie de l’assistance, éprouvée, se retrouva pour le dîner rituel libéralement offert60.

***

  • 61 Messeigneurs du sang. Martial d’Auvergne, op. cit., t. 2, p. 172.
  • 62 Il sut avoir les gestes qu’il fallait, ainsi lorsqu’il se mit à genoux devant le corps de Charles (...)
  • 63 Qui partit dès le samedi matin, sans doute pour retrouver Louis XI. Jean Chartier, Chronique de Ch (...)
  • 64 Ibid. Lors des obsèques de Louis de Male et de Marguerite de Flandre dans l’église Saint-Pierre de (...)
  • 65 P. Champion, Louis XI, t. 2, Le roi, Paris, 1927, p. 233.
  • 66 En dépit ce que dit H. Stein, Charles de France, frère de Louis XI, Paris, 1919, p. 24.
  • 67 A. Lecoy de la Marche, Le Roi René, sa vie, son administration, ses travaux artistiques et littéra (...)
  • 68 G. Dupont-Ferrier, Gallia regia ou état des officiers royaux des bailliages et sénéchaussées de 13 (...)

27Un deuil, même royal, c’est d’abord, dans le contexte du temps, la famille. D’où la présence des quatre princes du sang61 qu’étaient, par ordre hiérarchique, ainsi que la chose est pleinement visible à travers la description de l'assiette dans le chœur de Notre-Dame, le vieux duc d’Orléans (qu’on était parfois obligé de soutenir62), le comte d’Angoulême, le comte d’Eu63 et le comte de Dunois. Assemblée d’hommes, certes : il faut toutefois signaler la présence de Marie de Clèves, duchesse d’Orléans, lors de la messe à Saint-Denis et du banquet qui s’ensuivit64. Ce qui veut dire que furent absents, dans l’ordre de succession au trône de France selon la loi salique : Louis XI, qui avait dû donner des ordres pour que les obsèques de son père se déroulent sans lui, et qui, à l’époque où nous nous plaçons, avait perdu ses deux premiers fils, Joachim et Louis65 ; Charles de France, son frère puîné, né le 28 décembre 1446, donc âgé de quatorze ans et demi et bel et bien majeur66 ; le roi René, qui se trouvait alors quelque part en Provence après avoir, en compagnie de son fils Jean de Calabre, essuyé un grave échec de la part des Génois (17 juillet 1461)67 ; Charles El d’Anjou, comte du Maine, dont l’absence est d’autant plus surprenante que quasiment jusqu’au bout il avait bénéficié de toute la confiance de Charles VII et qu’il se vit attribuer, nous le verrons, une robe longue et un chaperon de deuil par les soins de l’argentier Burdelot (mais déjà il préparait son ralliement à Louis XI qui de fait ne tarda pas à le confirmer comme son lieutenant général et gouverneur de Languedoc68), son fils Charles IV (né en 1436), et bien sûr Philippe le Bon et son fils Charles, comte de Charolais. Tout cela explique le troisième rang occupé par Charles d’Artois, comte d’Eu, un parent plutôt éloigné puisqu’il faut remonter à Louis VIII pour lui trouver par les hommes un ancêtre commun avec Charles VII ! Bref, la maison de France se montra fort discrète.

28Parmi les grands seigneurs et grands officiers présents, l’on trouve, par ordre de préséance, selon l’assiette du chœur, à droite, André de Laval, seigneur de Lohéac, maréchal de France, Jean d’Estouteville, sire de Torcy, maître des arbalétriers de France, Jean, sire de Bueil, amiral de France, Louis, marquis de Saluces, lequel hantait à l’occasion la cour de France puisqu’aussi bien sa présence est signalée en 1458 lors du procès du duc Jean d’Alençon, Charles de Gaucourt, chevalier, seigneur de Châteaubrun, Jean de Combom, seigneur de Rochefort, marié en 1456 à Jeanne, sœur d’Antoinette de Villequier, la maîtresse du défunt roi, Tanguy du Chastel, Pierre d’Oriole, enfin un autre général des finances dont on ignore le nom ; et à gauche, le chancelier de France Guillaume Jouvenel, les gens du Parlement, de la Chambre des comptes et les secrétaires du roi.

29Est également signalé, parmi les seigneurs, Antoine d’Aubusson, bailli de Touraine, marié à Marguerite, autre sœur d’Antoinette de Maignelais. Il n’est pas exclu que Pierre de Brezé ait été présent : une source du moins le signale à Saint-Denis.

30Quant aux prélats, on peut signaler, en additionnant le témoignage de sources inégalement fiables : les archevêque de Narbonne et de Bordeaux, l’évêque de Bayeux qui célébra le service les deux fois, les évêques de Paris, Beauvais, Coutances, Troyes, Chartres, Orléans, Angers, Béziers, Senlis, Meaux et les abbés de Saint-Germain-des-Prés, Saint-Magloire, Saint-Victor et Saint-Étienne de Dijon. La haute Église était bien représentée aux obsèques du père de la Pragmatique Sanction. Un absent de marque : Jean Juvénal des Ursins, archevêque de Reims, qui devait être sur place pour surveiller les préparatifs du sacre de Louis XI, qui eut lieu le 15 août.

  • 69 Mathieu d’Escouchy, op. cit., t. 2, p. 427.
  • 70 Jean de Roye, Chronique scandaleuse, éd. B. de Mandrot, t. 1, Paris, 1894, p. 22.

31Les récits ne manquent pas de faire état de la présence, attristée, des gens de l’Hôtel. Parvenus à Notre-Dame-des-Champs, la plupart des gens de l'hostel se partirent pour aler couchier, dans les faubourgs de Paris, mais en s’éloignant le moins possible69. Une fois la litière entrée dans Paris, a pié, deux a deux, tous les officiers de l’ostel dudit defunct, aussi tous vestus de dueil angoisseux, la suivirent jusqu’à Notre-Dame70.

32De fait, à chacun d’eux l’argentier Burdelot fit livrer une robe et un chaperon à courte cornette de drap noir, avec deux variantes : tantôt la robe était longue, tantôt courte ; quant au prix de l’aune de drap (mesure de Paris), il varia entre trois écus, deux écus et deux livres.

  • 71 À cette date, l’écu d’or valait 27 s. 6 d. t. : É. Fournial, Histoire monétaire de l’Occident médi (...)

331. Treize personnages reçurent une robe longue et un chaperon à trois écus l’aune71 :

  • Charles, comte du Maine ;
  • le chancelier Guillaume Jouvenel ;
  • quatre maîtres des requêtes de l’Hôtel (dont Georges Havart et Etienne le Fèvre72) ;
  • deux médecins ;
  • deux chirurgiens ;
  • l’argentier Burdelot ;
  • quatre gens de finances, dont Antoine Raguier, l’immuable trésorier des guerres, qui, pour les frais des obsèques, avait reçu à Mehun-sur-Yèvre 20 000 livres tournois livrées par Jean de Poncher, général des monnaies ;
  • quatre chapelains dont le fameux musicien Johannes Ockeghem ;

342. Reçurent une robe longue et un chaperon à deux écus l’aune :

  • neuf prêtres ;
  • trois clercs ;
  • deux sommeliers ;

353. Reçurent des robes courtes et des chaperons à trois écus l’aune :

  • Charles de Gaucourt, chevalier, seigneur de Châteaubrun ;
  • Jean de Brosse, seigneur de Sainte-Sévère et de Boussac ;
  • Jean de Comborn, seigneur de Rochefort ;
  • deux valets de chambre ;
  • quatre huissiers d’armes, dont Guillaume Genez, dit l’Auvergne, qui, en 1444, avait reçu 27 1. 10 s. t. pour avoir une bonne harpe pour jouer devant le roy73 ;
  • quatre maîtres d’hôtel (dont Rogerin Blosset, Louis de Combom, qui devait être parent de Jean de Combom, Jean de Ricarville, sans doute parent de Guillaume de Ricarville qui, en 1458, fut l’un des geoliers du duc Jean d’Alençon) ;
  • quatre panetiers, dont Raymonnet de Brécy, que l’on retrouvera plus loin à la tête d’un petit détachement de la garde ;
  • deux valets tranchants ;
  • quatre échansons, dont Arnauton d’Espagne, collègue de Raymonnet de Brécy ;
  • deux écuyers de cuisine ;
  • deux queux ;
  • deux fruitiers ;
  • le grand écuyer Tanguy du Chastel ;
  • cinq écuyers (d’écurie), dont Claude de Châteauneuf et Jean de Lannois, qui étaient à la tête des 24 archers du corps, l’Écossais Patrick Folcart et Merlin de Cordebeuf, l’un et l’autre bien connus par ailleurs ;
  • six écuyers d’honneur ;
  • Roland de Lescouet en grand veneur74 ;
  • Georges de la Chastre en grand fauconnier ;
  • le prévôt des maréchaux Tristan l’Hermite ;
  • Jean de Gardette, prévôt de l’Hôtel ;
  • le maître et le contrôleur de la chambre aux deniers ;

364. Reçurent 59 robes courtes et autant de chaperons à 2 écus l’aune :

  • un chausse-cire ;
  • quatre sergents d’armes ;
  • un sommelier du corps ;
  • un valet de garde-robe ;
  • deux barbiers ;
  • un tailleur de robes, Jean Pocquet, lequel, précisément, fut chargé de tailler entre autres les habits du défunt et de sa statue ;
  • un fourreur ;
  • huit clercs d’office ;
  • deux sommeliers et panetiers ;
  • deux sommeliers d’échansonnerie ;
  • un barillier ;
  • cinq valets servants ;
  • deux sommeliers de fruiterie ;
  • quatre huissiers de salle ;
  • deux portiers ;
  • deux valets de porte ;
  • quatre fourriers ;
  • trois tendeurs de tapisserie ;
  • quatre hérauts d’armes (Berry, Normandie, Touraine et Vermandois), lesquels devaient jouer un assez grand rôle au cours de la cérémonie ;
  • un palefrenier ;
  • quatre trompettes ;
  • un clerc de l’argentier ;
  • un clerc du contrôleur de l’argenterie ;
  • un clerc du maître et un clerc du contrôleur de la chambre aux deniers ;

375. Trois personnages eurent encore droit à une robe et à un chaperon au même tarif de deux écus l’aune :

  • frère Denis Lapostolle, augustin, confesseur du commun, qui, docteur en théologie, avait été confesseur d’Agnès Sorel, l’assistant sur son lit de mort75 ;
  • frère Raoul Lubin, son compagnon ;
  • Alizon la Pagesse, lavandière du linge du corps [du roi], dont nous savons que, mariée à Gérardin le Page, elle reçut 41 1. 5 s. t. en 1456-1457 pour avoir une haquenee et, en tant que lingiere et lavandiere du corps du roy, 20 écus d’or en 1458-1459 pour avoir une robe a son plaisir76.
  • 77 Dans ce groupe, les noms d’office et d’officiers sont les suivants :
    a) paneterie, échansonnerie, f (...)

386. Suit la distribution de 121 robes et autant de chaperons à 40 sous l’aune cette fois à de menus officiers de l’hôtel du feu roi, ressortissant à la paneterie (y compris une lavandière de paneterie), à la boulangerie, à la pâtisserie, à l’échansonnerie. Il y avait aussi un brayeur (broyeur ?) avec son valet, des porteurs (d’eau ?), des galopins, tous ceux qui s’activaient dans le cadre de la cuisine du commun77.

  • 78 Toujours craintif, Charles VII ne se fiait qu’à des étrangers pour sa garde personnelle.

397. Reçurent des robes et des chaperons à deux écus l’aune les 24 archers (écossais) du corps, les 31 hommes d’armes (écossais) de la garde du corps, commandés par Patrick Folcart, les 51 archers (écossais) et 16 cranequiniers (allemands), les uns à cric, les autres à croc, de la garde sous le même Patrick Folcart, enfin 7 archers, 4 cranequiniers à cric et 7 cranequiniers à croc (certains d’entre eux, mais non pas tous, étant supposés allemands, au vu de la consonance de leur nom), sous la charge de Raymonnet de Brécy, panetier, et d’Arnauton d’Espagne, échanson78.

408. De même enfin reçurent des robes courtes et des chaperons à 40 s. l’aune 6 archers et 6 sergents étant sous la charge de l’écuyer Jean Gardette, prévôt de l’Hôtel et à ce titre responsable non pas de la sécurité du roi mais du maintien de l’ordre dans l’hôtel et dans la cour.

  • 79 En tout cas les sources n’en parlent pas.

41Soit au total la distribution de 408 robes et autant de chaperons, dont 152 robes et chaperons destinés à la garde du corps. Un chiffre assez considérable : il n’est pas sûr pour autant que tous les officiers de l’hôtel du défunt aient reçu leur livrée de deuil ; il n’est pas sûr d’autre part que la garde ait fait tout entière le déplacement jusqu’à Paris et Saint-Denis79. Il faut noter aussi qu’en sus de ce que paya Jean Burdelot, Tanguy du Chastel fit faire un habit de deuil pour les six pages, des robes et des chaperons de deuil pour les 200 pauvres (à 20 s. t. l’aune), et pour les 64 porteurs (à 27 s. 6 d. t. l’aune). Ainsi s’élargit encore la gamme des différentes qualités de drap.

42Si l’on compare les noms mentionnés par les sources narratives et documentaires comme présents aux obsèques de Charles VII et les noms des conseillers du roi signalés en 1461, un net — et significatif— déficit se creuse. Certes y assistèrent Pierre de Brezé, Jean de Bueil, Tanguy du Chastel, Dunois, Jean d’Estouteville, sire de Torcy, Georges Havart, Étienne le Fèvre, André de Laval-Lohéac, Pierre d’Oriole. Mais brillèrent apparemment par leur absence, en ne relevant que les seigneurs (car les moindres conseillers ont pu être passés sous silence par les sources narratives) : Odet d’Aydie, Amanieu d’Albret, Charles du Maine, Charles de France (exclu des funérailles paternelles, n’en doutons pas, par ordre de Louis XI), Antoine de Chabannes, comte de Dammartin, (qui devait déjà s’être mis à l’abri), Gaston, comte de Foix (qui était au loin) et le comte de Saint-Pol.

  • 80 Jean Chartier, Chronique de Charles VII, t. 3, p. 140.– Martial d’Auvergne, op. cit., t. 2, p. 175.

43Tout le monde se dispersa dans l’appréhension de ce qui allait se passer avec l’arrivée de Louis XI. Selon Jean Chartier, après le dîner du samedi 8 août, qui eut lieu dans la grande salle de l’abbé de Saint-Denis, avec court plainiere et ouverte a tous venans, le comte de Dunois dit de sa voix douce et courtoise que lui et tous les autres serviteurs avoient perdu leur maistre et que ung chascun pensast a soy et que chascun en son particulier pourchassast de soy pourvoir80.

  • 81 Présence toutefois du comte d’Eu, du party du roy Louis (il était au sacre où il joua le rôle d’un (...)

44Le fait est en tout cas que ce fut seulement le 23 octobre 1465, dans le cadre de la liquidation de la guerre du Bien public, à coup de concessions de la part de Louis XI, que celui-ci finit par approuver le compte des obsèques, qui ne fut d’ailleurs définitivement réglé que le 14 juin 1469. Dans le même ordre d’idée, on constate sans surprise que la plupart des seigneurs attestés aux obsèques de Charles VII furent absents quelques semaines plus tard lors de l’entrée de Louis XI dans Paris, le 31 août 146181.

  • 82 Mathieu d’Escouchy, op. cit., t. 2, p. 428.

45Il n’empêche que les funérailles de Charles VH furent bien des funérailles en quelque sorte nationales, où se trouva rassemblé — clercs et laïcs, riches et pauvres membres de Nostre Seigneur — le corps de policie ou mieux le corps mystique du royaume entourant d’une ferveur douloureuse les deux corps du roi mort : le sang, la maison civile et militaire, les institutions centrales (Parlement, Chambre des comptes, notaires et secrétaires du roi, Châtelet), le clergé régulier et séculier, l’Université, enfin l’échevinage et le peuple de Paris et d’ailleurs dûment convié par les crieurs publics82. Les différents états du royaume étaient là.

  • 83 Mathieu d’Escouchy, op. cit., t. 2, p. 427. Présence autour du corps de vingt des archers de la vil (...)
  • 84 Ainsi les gros bras qui voulurent tout prendre lors de la distribution des aumônes : Obsèques.

46On peut bien sûr penser à une mise en scène soigneusement organisée, aux frais de la monarchie, c’est-à-dire des contribuables. On avait prévu une force de maintien de l’ordre83, ce qui n’empêcha pas les bousculades84. Mais il eût été impossible de réquisitionner, de mobiliser tant de monde pour un roi impopulaire et les chroniqueurs n’auraient pas tant insisté sur la multitude des pleurs et des gémissements, sur tous ces gens dolents et courroucés, au milieu des clochettes des crieurs publics, des cloches sonnant à toute volée dans toutes les églises de Paris, des chants religieux. Faut-il parler d’une communion, d’une émotion collective qui aurait entraîné le passage, aurait dit Jean-Paul Sartre, de l’entassement d’individus (comme des pommes de terre dans un sac) au groupe fusionnel, selon une formule qui se constate encore aujourd’hui pour les grands deuils publics mais dans d’autres civilisations que la nôtre ?

  • 85 Mathieu d’Escouchy, op. cit., t. 2, p. 425.
  • 86 Martial d’Auvergne, op. cit., t. 2, p. 168.
  • 87 Id., t. 2, p. 170.
  • 88 Id., t. 2, p. 172.
  • 89 Id., t. 2, p. 173.
  • 90 Id., t. 2, p. 174.
  • 91 Id., t. 2, p. 175.
  • 92 Jean de Roye, Chronique scandaleuse, t. 1, p. 22.

47Et pluseurs autres et grant nombre de ses gens, rendons de piteux cris et lamentacions par tout leur chemin, aussy le povre poeuple, par ou ilz passaient pareillement85. Et y eut grans plaintes et crys. / Chascun l’amoit parfaictement, / Par quoy quant on le vit passer / Hommes, femmes entierement / En pleuroient es rues sans cesse86. Le portrait du roi, quant on le vit au convoy / Il fit pleurer mainte personne87. Non seulement les commensaux du roi se signalèrent par leur tristesse mais marchons et bourgois furent fort marris / De la mort qui a tous douloit88. L’assistance pleurait, dit encore Martial d’Auvergne, pendant la messe et la prédication à Notre-Dame89. De même quand le corps descendit dans la fosse : Y eut une cririe moult grosse / De pleurs, souspirs et grosses larmes90. À la fin de la messe, chascun si se partit / Criant et plorant dans l'Eglise. À l’issue du dîner, les aucuns par douleurs subites/Se prindrent fort a lermoier. Nouveaux pleurs aussitôt après le discours final de Dunois : C’estoit grant esbahissement / De veoir les gens qui lacrimoient/Par souspirz et gemissement, / Et tant que presque se paulmoient91. Conformément au phénomène classique de la contagion de l’émotion, ce fut en voyant la tristesse angoissée, le courroux des officiers de l’hôtel de Charles VII que furent grans pleurs et lamentacions faictes parmy toute ladicte ville92.

48On ne manquera pas d’être étonné par la popularité de Charles VII telle qu’elle se manifesta lors de ses obsèques. Une popularité qui va bien au-delà de son cercle de commensaux et de féaux. Une popularité visible à Paris même, c’est-à-dire dans une ville où, pour des raisons trop évidentes, un contentieux avait longtemps existé entre ses habitants et le roi. Une popularité paradoxale au bénéfice d’un prince si peu charismatique, se tenant à l’écart dans ses discrètes demeures, au milieu de son harem, d’un prince âgé et malade, secret et méfiant. Il faut croire qu’on lui savait gré d’avoir su ramener la paix et la victoire, la paix par la victoire, d’avoir gouverné avec miséricorde et justice, prudence et sagesse. Il faut croire aussi que l’avènement de Louis XI n’était pas sans soulever déjà de multiples appréhensions.

Notes

1 Lettres de Charles VII sur les blasphémateurs, Paris, 1er décembre 1437. Ordonnances des rois de France de la troisième race, t. 13, Paris, 1782, p. 247-248.

2 Georges Chastellain, Œuvres, éd. J.B.M.C. Kervyn de Lettenhove, t. 4, Chronique 1461-1464, Bruxelles, 1864, p. 196, écrit en parlant du comportement de Louis XI : C’estoit plus faire et user de propre teste que par conseil, et plus par volonté que par raison, qui mal siet a un prince, non pas tant seulement a un roi le souverain du monde mais a un noble homme le plus povre de la terre. Pierre de Brezé s’adressant à Louis XI : « Sire, votre cheval est fort, il porte le roi et tout son conseil » (cité dans P.-R. Gaussin, Louis XI, un roi entre deux mondes, Paris, 1976, p. 149).

3 P. Contamine, Pouvoir et vie de cour dans la France du xve siècle : les mignons, Comptes rendus des Séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1994, p. 541-554. A la liste des mignons de Louis XI, il conviendrait d’ajouter Tanguy du Chastel (voir Jean Molinet, Chroniques, éd. G. Doutrepont et O. Jodogne, t. 1, Bruxelles, 1935, p. 191).

4 Alain Chartier, Le Livre de l’espérance, éd. F. Rouy, Paris, 1989, p. 105.

5 A. Vallet de Viriville, Advis à Isabelles de Bavière. Mémoire politique adressé à cette reine vers 1434, Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 27, 1866, p. 128-157.

6 A. Vallet de Viriville, Charles VII, roi de France et ses conseillers, Paris, 1859.

7 P.-R. Gaussin, Les conseillers de Charles VII (1418-1461). Essai de politologie historique, Francia, t. 10, 1982, p. 67-130.

8 N. Valois, Fragment d’un registre du grand conseil de Charles VII (mars-juin 1455), Paris, 1885. Extrait de l’Annuaire-Bulletin de la Société de l’histoire de France, 1885.

9 Paris, Bibliothèque nationale de France [désormais B.N.F.], Baluze 17, f° 11.

10 Armorial de France... composé vers 1450 par Gilles le Bouvier, dit Berry, éd. A. Vallet de Viriville, Paris, 1866, p. 38.

11 Geste des nobles François, éd. A. Vallet de Viriville, Paris, 1864, p. 199.

12 Id., p. 237.

13 Id., p. 200.

14 Jean Chartier, Chronique de Charles VII, éd. A. Vallet de Viriville, t. 1, Paris, 1858, p. 64.

15 Geste des nobles François, p. 239.

16 Gilles le Bouvier dit le Héraut Berry, Les Chroniques du roi Charles VII, éd. H. Courteault, L. Celier et M.-H. Jullien de Pommerol, Paris, 1979, p. 125.

17 Id., p. 156.

18 Id., p. 157.

19 Id., p. 196.

20 Guillaume Gruel, Chronique d’Arthur de Richemont, éd. A. Le Vavasseur, Paris ; 1890, p. 182.

21 Mathieu d’Escouchy, Chronique, éd. G. du Fresne de Beaucourt, t. 3, Paris, 1864, p. 318.

22 Il était alors chambellan du dauphin (voir les indices des deux volumes d’A. Tuetey, Les Écorcheurs sous Charles VII, Montbéliard, 1874).

23 I était alors premier chambellan du dauphin (Tuetey, op. cit.).

24 Il était alors gouverneur du dauphin (Tuetey, op. cit.).

25 Il était alors chambellan du dauphin (Tuetey, op. cit.).

26 Il était le confesseur du dauphin (X. de la Selle, Le Service des âmes à la cour. Confesseurs et aumôniers des rois de France du XIIIe au XVe siècle, Paris, 1995, p. 319).

27 On s’en serait douté, a priori.

28 Le personnage m’est inconnu par ailleurs.

29 Il s’agit d’un des trésoriers de France. G. Jacqueton, Documents relatifs à l'administration financière en France de Charles VII à François Ier (1443-1523), Paris, 1891, p. 289.

30 Selon les relevés de Vallet de Viriville, les noms suivants furent membres du conseil d’octobre 1444 à juin 1445 sans figurer dans la liste citée : Jean de Bar, seigneur de Baugy, Jean le Picart, Lucé, évêque de Maillezais, le comte de Vendôme, Jean de Torcy, sire de Blainville, Étienne Chevalier, Guillaume Cousinot, et Guillaume d’Harcourt, comte de Tancarville.

31 Agnès Sorel.

32 Bien plus tard, dans une lettre du 9 mai 1461, l’ambassadeur milanais écrivait à son maître le duc de Milan, de Saint-Omer : El re de Franza protinus hé in governo de femine. Soit mais influence privée ou publique ou les deux ? Dispatches with related documents of Milanese Ambassadors in France and Burgundy, éd. P.M. Kendall et V. Ilardi, t. 2, Athens, 1971, p. 345.

33 B.N.F., fr. 18441, cité dans le mémoire de maîtrise de M. Dinot, consacré à l’édition du procès de Jean, duc d’Alençon, p. 163 (Université de Paris X-Nanterre, 1983).

34 Aeneas Silvius Piccolomini, Opera omnia quae extant, Bâle, 1551, p. 440, cité dans P. Gilli, AU miroir de l'humanisme. Les Représentations de la France dans la culture savante italienne à la fin du Moyen Age, Rome, 1997, p. 80-81.

35 Ce point est souligné dans M.G.A. Vale, Charles VII, Londres, 1974.

36 Georges Chastellain, Chronique. Les Fragments du livre IV révélés par l'Additional Manuscript 54156 de la British Library, éd. J.-C. Delclos, Genève, 1991, p. 311-312.

37 Voir par exemple l'Histoire de la Toison d’Or de Guillaume Fillastre, B.N.F., fr. 2621, f° 101 : Bien duement lui est attribué ce nom car merveilleusement fortune eut en son temps, prospere et diverse. Le bien fortuné : selon Jean Bouchet, Le Panegyric du seigneur Loys de la Trimoille dit le chevallier sans reproche, éd. J.A.C. Buchon, Paris, 1836, p. 732.

38 Charles le bien servy : Vatican, Bibliothèque vaticane, lat. 689, fos 61 r° – 62 r° : chronique abrégée des rois de France insérée dans le traité d’armes du héraut Sicile. Le même texte ajoute : le bon roy Charles le bien servy qui depuis a l'ayde de ses bons amis a conquis sur les Anglais tout le royaume de France. Chastellain mentionne ce titre mais l’écarte car il estime que ce n’est pas assez rendre justice à l’action propre du roi. Enguerran de Monstrelet, Chronique, éd. L. Douët-d’Arcq, t. 4, Paris, 1860, p. 129 : Et aussy le commencement du regne de tres noble memoire Charles le Bien servi par la grace de Dieu roy de France VIIe de ce nom. Mathieu d’Escouchy, Chronique, t. 2, p. 42 : Car publicquement on le pooit bien nommer Charles le Bien servy et bien amé.

39 Georges Chastellain, Chronique. Les Fragments, p. 317.

40 Paris, Arsenal 3730, f° 1 r°.– Rouen, B.M., U 94, f° 1 r°. Voir la couverture du présent ouvrage.

41 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn de Lettenhove, t. 6, p. 437-457. Assez nouvelle de ce côté des Alpes apparaît l’idée de multiplier, de façon systématique, les peintures et les statues des grands capitaines au service du roi. Une absente : la Pucelle.

42 Aussi y revint-il mourir, en faisant comme « le bon lievre / Qui se rend tousjours en son giste ». Martial d’Auvergne, Les Vigiles de la mort du roy Charles VII a neuf pseaulmes et neuf leçons, t. 2, Paris, 1724, p. 167.

43 Paris, Archives nationales, KK 53, f° 153 v°.

44 Martial d’Auvergne, op. cit., t. 2, p. 167. Charles VII donna le nom de Madeleine à l’une de ses filles.

45 A. Coulon, Fragment d’une chronique du règne de Louis XI, Mélanges d’Archéologie et d'Histoire de l'Ecole française de Rome, t. 15, 1895, p. 112-113.

46 Mathieu d’Escouchy, op. cit., t. 2, p. 438.

47 Trois sources essentielles : 1. le récit qui figure à la fin de la Chronique de Mathieu d’Escouchy, op. cit., t. 2, p. 424-444 (voir aussi B.N.F., fr. 23144, à la fin d’un ms. de la chronique du Héraut Berry, et B.N.F., fi. 5739, fos 234-237 r°, où il y a une version différente) ; 2. B.N.F., fr. 10372 et fi. 10373 [désormais Obsèques] : compté des obsèques de Charles VII, publié (incomplètement et avec des réaménagements) par G. du Fresne de Beaucourt dans l'Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France, 1864, p. 178-198 ; 3. B.N.F., fi. 7853, f° 207 r° et s., extrait du compte de Me Pierre Burdelot, notaire et secrétaire du roi et son argentier l’année finie en septembre 1461 [désormais Burdelot]. Martial d’Auvergne tut sans doute un témoin oculaire à Paris.

48 Les gens et serviteurs pleuroient / A chauldes larmes fondamment / Et les Escossoys hault crioient / Par forme de gemissement. Martial d’Auvergne, op. cit., t. 2, p. 167.

49 Obsèques.

50 R.E. Giesey, Le roi ne meurt jamais. Les obsèques royales dans la France de la Renaissance, Paris, 1987.

51 Mathieu d’Escouchy, op. cit., t. 2, p. 427.

52 Martial d’Auvergne, op. cit., t. 2, p. 168.

53 Accueilli par le clergé local qui se portait à son devant en procession, le cercueil fit halte dans toute une série d’églises, des prières y étaient dites tandis que les cloches sonnaient le glas.

54 400 chaperons fourrés sans compter ceux qui ne l’étaient pas.

55 Ou peut-être seulement quatre.

56 Martial d’Auvergne, op. cit., t. 2, p. 170.

57 Si l’on suit Mathieu d’Escouchy, op. cit., t. 2, p. 424, on pourrait admettre que la représentation du roi fut placée sur le chariot branlant dès le départ de Mehun, et cela malgré les risques d’intempérie et la poussière. Des dizaines, voire des centaines de milliers de sujets du roi auraient alors été en mesure de l’apercevoir : Lequel personnaige estoit illec si bien assis que chascun le pooit veoir par le devant et le derriere dudit chariot.

58 Par maître Jean de Châteaufort, vaillant docteur en théologie, selon Martial d’Auvergne, op. cit., t. 2, p. 172-173.

59 Il avait été commandé aux Parisiens d’ôter sur le passage du cortège les enseignes, les auvents et les pots placés sur le rebord des fenêtres. Mathieu d’Escouchy, op. cit., t. 2, p. 425.

60 Si fust en icelle abbaye / Le disner ce jour appresté / Pour tous ceulx de la compaignie / Qui au service avoient esté. / Table generalle et tynnier / Furent publiquement tenuz / Sans payer maille ne denier / Et furent la tous bien venuz. Martial d’Auvergne, op. cit., t. 2, p. 174.

61 Messeigneurs du sang. Martial d’Auvergne, op. cit., t. 2, p. 172.

62 Il sut avoir les gestes qu’il fallait, ainsi lorsqu’il se mit à genoux devant le corps de Charles VII. Mathieu d’Escouchy, op. cit., t. 2, p. 428.

63 Qui partit dès le samedi matin, sans doute pour retrouver Louis XI. Jean Chartier, Chronique de Charles VII, t. 3, p. 118.

64 Ibid. Lors des obsèques de Louis de Male et de Marguerite de Flandre dans l’église Saint-Pierre de Lille en 1384, n'i avoit dame ne damoiselle de par monseigneur de Bourgongne ne de par madame sa femme fors la gouverneresse de Lille, femme au gouverneur. Jean Froissart, Chroniques, t. 11, éd. G. Raynaud, Paris, 1899, p. 164.

65 P. Champion, Louis XI, t. 2, Le roi, Paris, 1927, p. 233.

66 En dépit ce que dit H. Stein, Charles de France, frère de Louis XI, Paris, 1919, p. 24.

67 A. Lecoy de la Marche, Le Roi René, sa vie, son administration, ses travaux artistiques et littéraires d'après les documents inédits des archives de France et d’Italie, t. 2, Paris, 1875, p. 328-330.

68 G. Dupont-Ferrier, Gallia regia ou état des officiers royaux des bailliages et sénéchaussées de 1328 à 1515, t. 3, Paris, 1947, p. 484.

69 Mathieu d’Escouchy, op. cit., t. 2, p. 427.

70 Jean de Roye, Chronique scandaleuse, éd. B. de Mandrot, t. 1, Paris, 1894, p. 22.

71 À cette date, l’écu d’or valait 27 s. 6 d. t. : É. Fournial, Histoire monétaire de l’Occident médiéval, Paris, 1970, p. 136.

72 Ce dernier mentionné dans le chœur de Notre-Dame : Mathieu d’Escouchy, op. cit., t. 2, p. 439.

73 G. du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, t. 6, Paris, 1891, p. 421. L’un des huissiers est signalé à cheval, portant les armes du roi, lors de l’arrêt devant l’église Notre-Dame-des-Champs.

74 Contrairement à ce que dit du Fresne de Beaucourt, op. cit., t. 6, p. 353 n. 5, le Père Anselme a donc raison de faire de lui le grand veneur de Charles VII en 1457, même s’il avait été auparavant grand veneur du dauphin en 1448 (la tâche devait être plus lourde).

75 Jean Chartier, Chronique de Charles VII, t. 2, p. 184.

76 du Fresne de Beaucourt, op. cit., t. 6, p. 430 n. 4.

77 Dans ce groupe, les noms d’office et d’officiers sont les suivants :
a) paneterie, échansonnerie, fruiterie, saucerie, écurie ;
b) aide de paneterie, porteur de paneterie, lavandière de paneterie, boulanger, pâtissier, valet pâtissier, page, broyeur et valet du broyeur, porteur, galopin, huchier, poissonnier, poulailler, boucher, enfant de cuisine, lavandier, aide de portier, valet d’aumônes, sert de l'eau, fourrier, aide de chapelle, apothicaire et son serviteur, lingère, aide de garde-robe, chevaucheur, valet des sommiers, aide d’écurie, clerc des pages, conduiseurs et ceux qui portent les torches, maréchaux, charretiers de paneterie, d’échansonnerie, de cuisine, de garde robe et d’argenterie, sommeliers d’armures, cranequinier (il s’agit naturellement d’un Allemand appelé Hance), artilleur, sergent d’armes.

78 Toujours craintif, Charles VII ne se fiait qu’à des étrangers pour sa garde personnelle.

79 En tout cas les sources n’en parlent pas.

80 Jean Chartier, Chronique de Charles VII, t. 3, p. 140.– Martial d’Auvergne, op. cit., t. 2, p. 175.

81 Présence toutefois du comte d’Eu, du party du roy Louis (il était au sacre où il joua le rôle d’un des pairs), et, en retrait, du duc d’Orléans et du comte d’Angoulême. Coulon, Fragment d’une chronique du règne de Louis XI, p. 103-140.– C. Couderc, L’entrée solennelle de Louis XI à Paris (31 août 1461), Mémoires de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 23, 1896, p. 125-166.– B. Guenée et F. Lehoux, Les Entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, 1968, p. 86-95.

82 Mathieu d’Escouchy, op. cit., t. 2, p. 428.

83 Mathieu d’Escouchy, op. cit., t. 2, p. 427. Présence autour du corps de vingt des archers de la ville : Mathieu d’Escouchy, op. cit., t. 2, p. 440.

84 Ainsi les gros bras qui voulurent tout prendre lors de la distribution des aumônes : Obsèques.

85 Mathieu d’Escouchy, op. cit., t. 2, p. 425.

86 Martial d’Auvergne, op. cit., t. 2, p. 168.

87 Id., t. 2, p. 170.

88 Id., t. 2, p. 172.

89 Id., t. 2, p. 173.

90 Id., t. 2, p. 174.

91 Id., t. 2, p. 175.

92 Jean de Roye, Chronique scandaleuse, t. 1, p. 22.

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.