Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À l’ombre du Pouvoir

 | 
Jean-Louis Kupper
, 
Alain Marchandisse

La familia regis Francorum

Éric Bournazel

Texte intégral

1« À l’ombre du pouvoir » : cette locution, même si elle sonne un peu comme un cliché, nous paraît particulièrement bien choisie, car elle recouvre le problème, toujours actuel et passionnant, de la réalité et des limites du pouvoir politique, par-delà les apparences parfois trompeuses des constructions et des théories institutionnelles.

2Certes, si on en juge par les actes, au sens diplomatique, qui en sont une forme d’expression ultime, le pouvoir, à l’époque qui nous préoccupe, appartient aux rois ou aux princes. Mais nous savons aussi que les uns ou les autres ont alors bien des compagnons en leur majesté royale ou princière. Dès lors, la question qui se pose est de savoir à partir de quelles influences et par quels cheminements les décisions ont été arrêtées, ou les résistances qu’elles ont pu rencontrer. Et nous rencontrons là le poids des entourages ou, plus largement, le problème de ce qu’on appelle aujourd’hui les cercles, plus ou moins proches, du pouvoir, de tous ces noyaux qui gravitent autour du décideur final et qui ont incontestablement leur part dans la mesure adoptée.

  • 1 É. Bournazel, Le Gouvernement capétien au XIIe siècle (1108-1180). Structures sociales et mutation (...)
  • 2 Id., Société féodale et fonction publique (fin xe siècle-milieu xiiie siècle), Histoire de la fonct (...)

3Plus précisément, le milieu qui nous préoccupe est celui, au xiie siècle, de la familia regis, la mesnie royale en langue vulgaire, qui recouvre les entourages immédiats des rois Louis VI et Louis VII, entre 1108 et 1180 — et même pour le premier dès 1097, lorsqu’une fois adoubé, il fut associé aux affaires, en qualité de rex designatus, par son père Philippe Ier. Composé de chevaliers et de clerc royaux, ce groupe — comme nous avons pu l’établir par la fréquence et la répétition des mentions de ceux qui le composent là où le roi se trouve1 — constitue l’entourage permanent du Capétien, sa suite qui l’accompagne dans ses déplacements et l’assiste dans toutes ses activités2.

  • 3 J.-P. Poly et É. Bournazel, La Mutation féodale, Xe- Xe siècle, Paris, 1991, p. 277 s.

4Une telle institution, à vrai dire, n’est pas propre au roi de France ; à la même époque, le roi d’Angleterre Henri Ier, des princes territoriaux, comme le comte de Flandre, Charles le Bon, ou de moindres seigneurs, ont constitué autour d’eux ou de leur héritier de semblables familiae3. Mais ce qui nous importe c’est le parti et le profit particuliers que le Capétien, faute sans doute de pouvoir s’appuyer sur d’autres forces, saura en tirer.

  • 4 J.-F. Lemarignier, Le Gouvernement royal aux premiers temps capétiens (987-1108), Paris, 1965, cha (...)
  • 5 É. Bournazel, La royauté féodale en France et en Angleterre (xe-xiiie siècles), Les Féodalités, so (...)
  • 6 Cf., à ce sujet, les déplorations d’Abbon de Fleury, aux temps d’Hugues Capet, Poly et Bournazel, (...)

5Comme l’a fort bien établi Jean-François Lemarignier : au cours du xie siècle, les plus grands du royaume ont progressivement déserté la compagnie royale4. Cela ne signifie en aucun cas que le Capétien n’ait plus à compter avec eux, avec la puissance que les uns ou les autres représentent dans leurs principautés ou comtés, voire, pour certains, avec leurs velléités d’indépendance5. Cela implique simplement qu’ils ne se soucient guère des intérêts d’une royauté — devenue à bien des égards seigneuriale — qui au fond ne diffèrent pas des leurs. Que même s’ils conservent un vague respect (reverentia) pour l’institution royale, ils ne sont pas — sauf circonstances exceptionnelles — pressés d’apporter effectivement au roi l’aide et le conseil que théoriquement ils lui doivent6.

  • 7 J.-P. Poly, La crise, la paysannerie libre et la féodalité, Les Féodalités, chap. ii, p. 111-206. (...)
  • 8 Lemarignier, Le Gouvernement royal, p. 141 s.– É. Bournazel, Les temps féodaux (fin xe-fin xiiie si (...)

6Le mouvement s’est encore amplifié à la fin du xie siècle avec les incidences de la réforme grégorienne qui chasse de l’entourage royal ce qu’il conservait encore de hauts dignitaires ecclésiastiques et de comtes de la France mineure. Ne restent plus alors auprès du Capétien que ces sires et châtelains de l’Île-de-France, apparus à la faveur des mutations de l’an mil7, qui, en qualité de vassaux directs du roi, avaient fait irruption auprès de lui dès les années 1020. Turbulents et encombrants alliés qui occupent maintenant seuls, ou presque seuls, les allées de ce qu’il reste alors du pouvoir royal8.

  • 9 Bournazel, Société féodale et fonction publique, p. 259 s.

7Presque seuls en effet, puisqu’on constate qu’à partir du xiie siècle, les rois Louis VI et son fils Louis VH n’hésitent pas à s’entourer de personnages de plus bas niveau social, ceux-là mêmes qui font former la familia regis. Des hommes aux origines obscures, parfois douteuses, qui comblent le vide laissé par le départ des grands, laïcs et ecclésiastiques, au point de suppléer les sires et les châtelains qui dominaient le palais à la fin du règne de Philippe Ier. Des hommes dont le dénuement est le gage le plus sûr de leur dévouement à la cause royale et dont l’influence ne se dément pas, même passé 1150, lorsque la royauté renoue avec la plus haute aristocratie et avec sa vocation de gouverner tout le royaume9. Des hommes dont l’activité et la permanence auprès du roi vont peser sur la transformation des mécanismes du pouvoir, prélude aux grandes mutations politiques et institutionnelles du xiiie siècle.

1. D’obscurs compagnons

  • 10 Id., Le Gouvernement capétien, p. 125 n. 26.

8Un jour Gauthier Map, futur conseiller d’Henri II d’Angleterre, se trouvait auprès du roi Louis VII ; il entendit son hôte se lancer dans une description comparative de la puissance respective de ceux qu’il devait considérer comme les grands de ce monde : « L’empereur d’Allemagne — dit celui-ci — a de bons hommes d’armes et des chevaux de guerre... Ton maître, le roi d’Angleterre, il ne lui manque rien : les hommes et les chevaux, l’or et la soie, les pierres précieuses, les fruits, le gibier, il a tout... » Et le Capétien d’ajouter : « Nous, en France nous n’avons rien, si ce n’est du pain, du vin et de la joie10. »

9Du pain, du vin et de la joie : voilà qui résume assez bien la familia regis, la compagnie royale au xiie siècle. Elle est formée de jeunes, exubérants et démunis, issus des couches les plus humbles de la société féodale, commensaux attitrés d’une table royale qui conditionne leur avenir politique et leur ascension sociale.

Des jeunes

  • 11 Id., p. 26 s., le phénomène est moins patent pour le passage du règne de Philippe Ier à celui de L (...)
  • 12 Id., Le Gouvernement capétien, p. 102 s. : Vulgrin d’Étampes, 19 ans ; Barthélémy de Poissy, 26 ans (...)

10À leur avènement respectif, Louis VI et Louis VII sont en effet entourés d’une bande de jeunes gens, de jeunes milites/chevaliers — du moins c’est ainsi qu’ils se présentent — ou de clercs, qui pour l’essentiel les accompagneront tout au long de leur règne, et pour certains comme l’abbé Suger d’un règne à l’autre. Cependant, la montée sur le trône de Louis VII s’est plutôt traduite, après une période de transition, par l’avènement d’une nouvelle équipe11. Il n’y a rien d’étonnant à cela car, au début du xiie siècle, les chevaliers de l’entourage de Louis VI ont à peu près son âge12 et les fidèles serviteurs ont forcément vieilli en même temps que leur maître.

  • 13 G. Duby, Les « jeunes » dans la société aristocratique dans la France du Nord-Ouest au xiie siècle (...)

11Pour l’essentiel, les membres de la familia regis sont donc des jeunes, des juvenes, et nous savons — notamment depuis les travaux de Georges Duby13 — que le terme désigne aussi, dans la société féodale, ceux qui ne sont pas encore établis, qui n’ont pas suffisamment de biens, de fiefs, de revenus, pour subsister par eux-mêmes, et qui, pour fuir l’oisiveté et l’ennui d’une trop médiocre maisonnée familiale, en sont réduits à entrer dans la clientèle d’un puissant.

  • 14 Tels Renaud de Clermont, Adam de Chailly ou le chambrier Gautier : Bournazel, Le Gouvernement capé (...)
  • 15 Bournazel, Le Gouvernement capétien, p. 103 et 113.

12Nombre d’entre eux sont d’ailleurs des cadets de famille, de ceux que les nouvelles règles successorales (aînesse, indivision) des lignages nobles, de petite noblesse surtout, écartent de l’héritage paternel et condamnent à aller chercher refuge et aventure dans une mesnie plus accueillante. Comme leurs semblables des familiae princières, la chasse à l’héritière n’est pas leur moindre souci et nous savons que certains d’entre eux ont trouvé la Mélusine qui a pu les établir et ont fait de riches mariages14. Mais le gibier est rare, ou les chasseurs trop nombreux ; beaucoup, vieillissant avec leur maître, garderont longtemps leur jeunesse, tel Galon de Chaumont, connétable de Louis VI, qui était encore qualifié de juvenis vers la fin de sa trentaine15.

  • 16 Cf. en ce sens, Suger, Histoire de Louis VII, éd. et trad. F. Gasparri, Paris, 1996, p. 156.– Bour (...)

13Certains, parmi les clercs et les chevaliers qui forment l’entourage royal au xiie siècle resteront pour nous simplement des noms que nous avons été incapable de situer dans une famille ou dans un terroir. Pour les autres, dont nous avons pu retrouver l’origine, ils appartiennent à ces lignages chevaleresques des villes et des châteaux que le Capétien possède ou contrôle en Ile-de-France, là où il fait épisodiquement étape ou réside plus durablement : ainsi à Orléans, à Étampes, à Corbeil, à Chaumont, à Senlis, à Poissy, et aussi à Paris qui tend avec Louis VII à devenir sa capitale16. Sous le règne de celui-ci, on observe également un élargissement du recrutement vers le sud-est parisien, en direction de Nemours et de Fontainebleau, d’où sont issus les chambellans Adam et Gautier, là où se déplace aussi la politique royale.

  • 17 Poly et Bournazel, La Mutation féodale. Car, et n’en déplaise à certains..., la « mutation féodale  (...)

14Les uns et les autres, souvent unis entre eux par des liens familiaux, sont les descendants d’obscurs prévôts du xie siècle ou de gardiens de forteresses royales, comme cette famille de Senlis, dite de la Tour, qui exerça la charge de bouteiller royal une bonne partie du xiie siècle. Ils sont à leur niveau les produits des bouleversements socio-politiques de l’an mil qui ont accompagné l’avènement du système seigneurial, la redistribution des pouvoirs et des terroirs17.

  • 18 J. Dufour, Recueil des actes de Louis VI, roi de France (1108-1137), t. 1, Paris, 1992, p. 164-165 (...)
  • 19 Il finira par y renoncer, La Chronique de Morigny, éd. L. Mirot, Paris, 1912, p. 45-49.

15Leur extraction parfois semble encore moins reluisante. En 1112, Henri le Lorrain, familier de la première heure du roi Louis VI, est accusé de servitude devant la cour royale. Lors du procès, il s’en tire en jurant que ni lui, ni son père, ni son grand-père n’était ou n’avait été serf royal, mais il se garde bien de remonter plus haut. Quelque temps auparavant, comme pour prévenir cette honteuse accusation, il avait obtenu du Capétien qu’eu égard aux services qu’il lui avait fidèlement rendus, celui-ci le confirmât dans la possession des biens qu’il tenait de Philippe Ier, à titre de bénéfices héréditaires et sous condition d’hommage : beneficium, hominium, le vocabulaire ici est bien celui de la chevalerie18. Toutefois, en 1129, à la mort de son chambellan, Vulgrin d’Étampes, Louis VI ne craint pas de disputer, par droit de mainmorte, l’héritage de celui-ci à l’abbaye de Morigny19...

  • 20 Poly et Bournazel, La Mutation féodale, p. 279-280.

16Et l’on retrouve ici, au moins au début du xiie siècle, toute l’ambiguïté de cette structure de la familia regis qui englobe, en une même conception de la ministérialité royale, de très obscurs dépendants dans la tradition des familiae monastiques et des parvenus chevaleresques de plus ou moins fraîche date20.

  • 21 Guillaume, Vie de Suger, dans Suger, Œuvres complètes, éd. A. Lecoy de la Marche, Paris, 1867, p. 3 (...)

17Cette impression est d’ailleurs ressentie par les contemporains. Selon son biographe, le moine Guillaume, les ennemis de Suger, abbé de Saint-Denis, familier et conseiller écouté des rois Louis VI et Louis VII, « reprochaient à cet homme illustre la bassesse de ses origines », et il ajoute « aveugles et insensés, ils ne voyaient pas que c’est pour lui une plus grande gloire d’avoir fait les siens nobles que d’être né de parents nobles ». Dans le même esprit, nous savons que Gautier, chambellan du roi Louis VII, « fut plus noble par ses actes que par sa naissance ». Quant au chroniqueur Guibert de Nogent, il ne craint pas d’affirmer que le roi Louis VI « prêtait trop son oreille et son esprit à des personnes viles et corrompues par l’appât du gain21 ».

L’appât du gain

18C’est là en effet un autre trait qui caractérise la mesnie royale au xiie siècle, mais qui se retrouve aussi à la cour d’Angleterre ou dans les entourages princiers ou pontificaux, à la même époque. Les clercs et chevaliers du roi, par eux-mêmes, ne possèdent rien ou pas grand chose. Ce qui fait leur fortune, c’est la proximité du Capétien.

  • 22 Poly et Bournazel, La Mutation féodale, p. 281 s.

19D’une manière générale, les gens de la familia reçoivent, chaque année, à date fixe, des vêtements et des cadeaux, et aussi une solde/stipendium, sous forme de fiefs-rentes, dont la pratique coutumière est attestée dès la première moitié du xiie siècle22.

  • 23 Bournazel, Le Gouvernement capétien, p. 84 s.

20Certains d’entre eux, pour prix de leurs services, tels Henri le Lorrain ou Étienne Maréchal, et sous Louis VII, Hugues Tirel, Aubert d’Avon ou Ferry de Paris, ont reçu, généralement à titre de fiefs, quelques terres parfois assorties de droits plus ou moins disséminées dans leur terroir d’origine, ou se sont vus confier la garde de certaines forteresses. Des biens que le roi n’hésitera pas à confisquer en cas de désobéissance ou d’infidélité23.

  • 24 Bournazel, Les temps féodaux, no 215 s. Sur les offices, cf. infra.

21Les plus huppés d’entre eux, les plus proches du pouvoir, exercent dans le palais des charges de grands officiers (chancelier, sénéchal, chambrier, connétable, bouteiller) ou d’officiers inférieurs (chambellans, maréchaux, échansons) avec les biens et revenus qui y sont affectés, là encore assez souvent sous forme de fiefs. Quant aux clercs de la chapelle et de la chancellerie, ils sont pourvus de chapelles dans les villes où le roi dispose de palais et de résidence, et dont ils perçoivent les revenus tout en demeurant dans la compagnie royale. En leur faveur, le Capétien dispose des bénéfices cathédraux à sa collation, et le cumul des prébendes, comme d’ailleurs celui des offices, est souvent le signe le plus sûr de la familiarité avec le maître24.

  • 25 P. Contamine, M. Bompaire, S. Lebecq, J.-L. Sarrazin, L’Économie médiévale, Paris, 1993, p. 185 s.
  • 26 É. Bournazel, L’argent du renouveau : les revenus de la royauté française au xiie siècle, Anuario (...)

22Entre 1120 et 1127, Étienne de Garlande conjugue, sous le règne de Louis VI, les fonctions de sénéchal et de chancelier, en cumulant les ressources de nombreuses dignités ecclésiastiques. Durant la période où, avec ses frères, Anseau, Guillaume et Gilbert, il domine l’entourage du Capétien, il amassera des biens et des richesses qui tranchaient avec la modestie de ses origines, et qu’il saura d’ailleurs fort bien faire fructifier. Et, il n’est pas le seul, parmi les proches de la royauté, à entretenir des relations avec les financiers et les marchands, le milieu des affaires et des affairistes des villes renaissantes du XIIe siècle25. Henri le Lorrain est aussi un prêteur à gage dont les clients sont les églises parisiennes. Quant au clerc Cadurc, chapelain puis chancelier de Louis VH, abbé de Saint-Sulpice de Bourges et chanoine de Sainte-Croix d’Orléans, il a accumulé suffisamment d’argent pour prêter au roi, à la veille de la seconde croisade26.

  • 27 Guibert de Nogent, Autobiographie, p. 320 s.

23Certains d’entre eux enfin, ceux du premier cercle, de par leur intimité auprès du Capétien sont des hommes influents qui n’hésitent pas à monnayer leur intervention auprès de lui, quitte à l’associer directement à ces discutables profits. Une bonne illustration nous en est donnée par les démêlés qui, en avril 1112, opposent l’évêque Gaudry de sinistre mémoire aux bourgeois de Laon qui viennent de se constituer en commune. Exécrable liberté que le tyrannique prélat ne pouvait tolérer, aussi intrigue-t-il auprès des familiers royaux pour obtenir « par la destruction de la commune » la réduction « des droits de la cité à leur état primitif ». Pris de peur, les bourgeois promettent alors au roi et à ses compagnons la somme de 400 livres, mais l’évêque fait de la surenchère et propose « des monceaux d’or ». Louis VI et sa mesnie touchèrent de part et d’autre. Après quoi, ils laissèrent aux prises l’évêque et la commune. L’affaire se termina dans le sang : Gaudry et ses chevaliers furent massacrés par les bourgeois révoltés. Alors, le roi se résolut à intervenir et à sévir27...

  • 28 Bournazel, Société féodale et fonction publique, p. 283 s.
  • 29 Rien d’étonnant à cela, la pacification du domaine royal, qui avait mobilisé l’essentiel des énerg (...)

24De pareilles pratiques ne semblent pas se retrouver, du moins avec une pareille acuité, durant le règne au demeurant plus austère de Louis VE. Cela tient peut-être à la mentalité du roi et au fait que les gens de la domus regis y sont beaucoup mieux installés, au point de former de véritables dynasties, déjà à l’abri du besoin, de serviteurs plus dévoués à la seule cause royale28. On peut aussi observer que l’entourage du fils est moins rudement guerrier et plus ouvertement savant que celui du père29.

Le prestige du savoir

25Dès le règne de Louis VE, en effet, les chevaliers et les clercs de la suite royale entretiennent des relations étroites avec le monde, alors en plein essor, des écoles parisiennes. Ils ont reçu cette formation savante qui confère aux décisions qu’ils inspirent le prestige du savoir renaissant. En 1164, le roi est saisi d’un litige opposant la vicomtesse de Narbonne à un petit châtelain du Midi ; ses conseillers, après quelques hésitations, écartent l’application, en l’espèce, du droit romain au profit de la « coutume du royaume ». Deux ans plus tard, lors d’une assemblée réunie à Moret, pour trancher un des nombreux différends qui opposent l’église de Vézelay au comte de Nevers, ils invoquent la « coutume de la cour royale ». Parmi eux, se trouve un certain Mainier, ancien disciple d’Abélard, versé dans la science des lois et qualifié expressément de juris-peritus.

  • 30 Bournazel, Le Gouvernement capétien, p. 169, et Id., Société féodale et fonction publique, p. 286.
  • 31 A. Gouron, L’entourage de Louis VII face aux droits savants : Giraud de Bourges et son Ordo, Bibli (...)

26À la même époque, figure dans l’entourage de Louis VII le clerc Philippe que l’on peut raisonnablement identifier avec Philippe Sarrazin, un athlète complet du droit, savant dans les Arts et le Décret et aussi dans les sacratae leges30. Que dire enfin du notaire royal, Giraud de Bourges, qui d’après notre collègue André Gouron serait l’auteur d’un traité de procédure, l'Ordo criminalia judicia, rédigé vers 1163/1164, et connaît fort bien, outre le Décret, les travaux de Rogerius (l’un des « quatre docteurs de Bologne ») et de Placentin, le Maître de l’école de Montpellier31.

27Tous ces magistri, ces juris-periti apparaissent comme des experts que le roi consulte sur certains points et dont il s’entoure à l’occasion. Mais, en tant que tels, ils annoncent déjà ce corps de juges permanents et spécialisés que l’on retrouvera au xiiie siècle dans les formations judiciaires de la curia regis.

28Présence de juristes, invocations des droits savants confrontés ou conjugués aux références coutumières, c’est là un signe qui ne trompe pas d’une remise en ordre de l’entourage royal et plus largement du gouvernement capétien.

2. Les mutations institutionnelles

29La familia regis, sous le règne de Louis VI, et sans doute encore au début de celui de son fils, jusqu’au départ de celui-ci à la croisade, était plutôt placée sous le signe de la jeunesse et de l’effervescence. En dépit des titres, les fonctions des clercs et des chevaliers de la suite royale n’apparaissent pas toujours institutionnellement bien définies, aussi bien dans l’administration de la maison royale que dans le gouvernement ou la conduite des opérations militaires, dans la plus pure tradition féodale. Passé 1145/1150, le palais capétien semble plus ordonné, tandis que se mettent en place de véritables structures de gouvernement, à partir de la notion de conseil.

Les charges palatines

30Parmi les membres de la familia, certains détiennent et parfois cumulent des charges que l’on dira par la suite de « grands officiers » : sénéchal, connétable, bouteiller, chambrier, chancelier. Comme ces fonctions appartenaient au passé carolingien, certains ont considéré, dans une vision empruntée au De ordine palatii d’Hincmar de Reims, qu’elles continuaient à recouvrir des attributions parfaitement déterminées. Ainsi, appartiendrait au sénéchal le commandement de l'ost royal, la surveillance des agents domaniaux, des prévôts notamment, et l’administration de la justice. Au connétable, la charge des écuries royales et des prérogatives militaires. Au chambrier, le soin des palais et des gîtes royaux, ainsi que la garde du trésor. Au bouteiller, la gestion des vignobles et l’approvisionnement en vin de la table royale.

31En vérité, il ne nous semble pas qu’il y ait à notre époque, au moins durant la première moitié du xiie siècle, de répartition spécifique des tâches. Le domestique s’y confond le plus souvent avec le politique et les fonctions peuvent être également remplies par tous, du moins par tous ceux qui appartiennent au premier cercle du pouvoir. Selon la volonté du roi et les influences du moment, le chambrier commandera l’armée, comme pourrait le faire le sénéchal, ou veillera à la bonne administration de la justice.

32Ce qui détermine le prestige et le contenu de l’office, c’est d’abord la personnalité de son titulaire. Ainsi le sénéchalat est-il successivement détenu par des hommes d’envergure, comme les Rochefort ou les frères Garlande qui font alors figures de véritables lieutenants de la royauté et passent naturellement, à ce titre, pour les chefs de l’ost ou les maîtres de la justice. Mais on observe aussi que Guillaume de Garlande, avant même d’être investi de cette fonction, apparaît dans plus de diplômes relatant un procès que le sénéchal en titre. Il en est alors de même pour l’office de chancelier dont les attributions d’établissement en bonne et due forme des actes royaux semblent a priori mieux définies. Mais nous savons qu’Étienne de Garlande qui, de 1120 à 1127, cumule cette charge avec celle de sénéchal, préside en fait à toutes les affaires de la royauté.

  • 32 Cette veille nocturne peut se poursuivre symboliquement jusque dans l’Au-delà : le chambellan Gaut (...)

33Avec les grands officiers, demeurent dans la maisonnée royale d’autres serviteurs, de moindres officiers, clercs et chevaliers de la suite, réunis autour d’un certain nombre de nécessités de la vie quotidienne : le pain et la viande, le vin, et aussi le sommeil et la prière. Des panetiers, des queux ou des échansons, nous ignorons presque tout. En revanche, nous sommes un peu mieux renseignés sur le groupe des chambellans qui composent la camera, la garde personnelle et rapprochée du roi qui veille la nuit sur sa chambre, là où est entreposé son trésor32. La capella regis regroupe l’ensemble des chapelains qui fournissent au roi ses notaires et ses chanceliers, accomplissent ses ambassades, prêchent ses chevaliers et prient dans ses batailles ou pour le succès de ses entreprises.

  • 33 Poly et Bournazel, La Mutation féodale, p. 277 s.

34Certains indices montrent que la haute main sur ces groupes était confiée aux grands officiers. Le bouteiller, dans certains textes, est dit « maître des échansons » ; le chancelier est depuis longtemps archichapelain. On peut raisonnablement en déduire que le chambrier dirige les chambellans et que les maréchaux sont sous les ordres du connétable. Et sans doute est-ce d’abord cela la familia regis, au xiie siècle : cet ensemble de groupes, d’officiers, d’officiers inférieurs, de simples clercs et chevaliers, qui constituent l’entourage permanent de la royauté, alors dominé par le sénéchal33.

  • 34 Bournazel, La royauté féodale, p. 432 s., et Id., Société féodale et fonction publique, p. 142 s. L (...)

35Comme telle, la mesnie royale forme un tout relativement homogène, indistinctement associé à la conduite des affaires publiques, même si certains du fait de leur personnalité, comme Anseau et surtout Etienne de Garlande, le lignage des « Bouteiller de Senlis », l’abbé de Saint-Denis Suger, ou la famille des chambellans Gautier et Adam de Nemours, paraissent avoir joué parfois un rôle plus important que d’autres, et même si la participation à l’exercice de la fonction royale attire les convoitises et suscitent la formation de clans34.

  • 35 Ainsi, en 1169, si l’on en croit le chroniqueur normand, Robert de Torigny, le comte d’Anjou, Henr (...)

36À partir du règne de Louis VII aussi, et notamment passé 1150, la royauté plus forte et mieux organisée, suscite à nouveau l’intérêt des grands. Aux rendez-vous du pouvoir, prélats et barons sont assez souvent présents et les plus grands offices sont maintenant recherchés par la plus haute aristocratie. Assurément, le Capétien, conformément à ses ambitions nouvelles, ne peut les leur refuser. Mais on constate aussi que ces charges sont dans la pratique dépouillées de leur éventuel contenu politique, pour insister sur leurs attributs honorifiques et domestiques : rompre le pain, trancher la viande, apporter les plats. Signe des temps, dans la liturgie de la monarchie qui s’esquisse à la fin du xiie siècle, les plus grands du royaume, à l’instar du comte d’Anjou, non seulement revendiquent mais acceptent de tenir ce rôle, comme s’il voulaient retrouver dans la Cène royale ce goût de « pain de ménage » qui était à l’origine de la familia35.

  • 36 Id., Société féodale et fonction publique, p. 274 s.

37Assez souvent aussi, le roi n’hésite pas à laisser vacantes certaines charges jugées encore trop dangereuses, ainsi du dapiférat, dès 1152 à la mort de Raoul de Vermandois, de la connétablie, entre 1160 et 1164. Ou encore, en 1172, Louis VII retire la fonction de chancelier à Hugues de Champfleury, évêque de Soissons, qui l’exerçait depuis vingt ans et avait fini par tenir une place trop importante dans le gouvernement royal, en pleine mutation. La chancellerie ne sera à nouveau pourvue qu’en 1179 et supprimée en 118536.

38Si la royauté peut ainsi jouer avec les fonctions qu’elle distribue ou retire, au gré des circonstances et de ses intérêts, attirant ou repoussant ceux qui pourraient lui porter ombrage, c’est que la relève est bien là désormais, aux mains de ces obscurs familiers qui tiennent les offices les moins prestigieux ou les charges carrément subalternes et qui, depuis longtemps, ont fait preuve de leur fidélité et leur dévouement à la cause royale, dans la plus pure tradition féodale.

La tradition féodale

  • 37 Poly et Bournazel, La Mutation féodale, chap. ii, p. 107-154.

39Les chevaliers du roi sont assurément ses vassaux qui tiennent de lui en fiefs des seigneuries ou des terres parfois assorties de droits, voire de moindres chasements ou de simples fiefs-rentes. À ce titre et à cette époque, ils sont naturellement astreints aux services féodo-vassaliques : l’aide, militaire surtout, et le conseil, autrefois liés à l’hommage et désormais attachés au fief37. Ce sont surtout des familiers, des palatins, qui en cette qualité sont immédiatement associés à toutes les entreprises de la royauté.

40Comme l’a fort bien résumé Philippe Contamine : « la guerre était pour Louis VI, sa familia, ses fidèles, une préoccupation lancinante, une éventualité toujours proche ». De fait, les chevaliers royaux sont avant tout des guerriers, des professionnels de la guerre dont les exploits sont relatés et peut-être amplifiés dans les récits de l’abbé Suger.

  • 38 P. Contamine, La Guerre au Moyen Âge, 3e éd., Paris, 1992, p. 123 s.– Bournazel, La royauté féodal (...)

41Avant même son avènement, ce sont eux qui composent les maigres troupes que le prince Louis, payant de sa personne, entraîne dans des opérations de pacification du domaine ou des zones d’influence royale qui se poursuivront presque tout au long de son règne, jusqu’en 1135. Ce qui n’empêche pas aussi le roi de lancer son ost, avec le soutien de contingents de grands féodaux, dans des entreprises de plus grande envergure, ainsi dans les conflits répétés qui l’opposeront à Henri Ier d’Angleterre, lors de la menace d’invasion de l’empereur d’Allemagne, en 1124, ou à l’occasion d’expéditions en Auvergne, en Flandre ou en Aquitaine. Mais en dehors de ces circonstances, où le roi bénéficie de l’aide militaire des plus grands — qui, au reste, varie au gré des alliances —, il ne dispose que des gens de sa maison dont le théâtre d’action, sous forme de coups de mains et de sièges, reste géographiquement limité38.

  • 39 Suger, Vie de Louis VI, éd. H. Waquet, Paris, 1964, p. 78 et 90, cf aussi p. 156.–Bournazel, Le Gou (...)

42Bien souvent, lorsque les nécessités l’exigent, le roi ne dispose que de sa familia. En juin 1108, pour châtier Humbaud, seigneur de Sainte-Sévère en Berry, le prince Louis — nous dit Suger — s’engagea sur ce territoire, non pas avec son ost entier, mais avec une petite troupe de chevaliers de sa maison ; il en est de même, lorsqu’il se lance au secours des gens de Corbeil, « avec une petite poignée de curiales » (pauca curialum manu). Quant à l’ost royal proprement dit, il regroupe ordinairement de 300 à 500 chevaliers au début du xiie siècle39.

43Le nombre importe peu, car la bravoure et l’audace des chevaliers royaux sont réputées ; au milieu d’eux, le Capétien se sent en sécurité : « Ce sont mes pays, ils m’ont éduqué en famille. Vivant, ils m’aideront. Mort, ils garderont mon corps et le rapporteront », s’écrie Louis VI, lors de la mobilisation de 1124, en prenant la tête de l'ost de Saint-Denis, « nombreux et dévoué à la couronne ».

  • 40 Sur la tradition de l’oriflamme, A. Lombard-Jourdan, Fleur de lis et Oriflamme. Signes célestes du (...)

44Lorsqu’ils se battent ce n’est pas seulement le prestige de chevalerie royale qu’ils défendent. Sur le terrain, ils revivent en permanence les exploits guerriers des paladins de Charlemagne dont le souvenir, diffusé par les chansons de Geste, avait été au xiie siècle récupéré et orchestré par Saint-Denis, le sanctuaire de prédilection du Capétien et de sa mesnie, où le roi, condisciple de Suger, avait été élevé et « où il descendait comme dans sa chambre ». Dans ce monastère, disait-on, étaient conservés la lance, l’épée et aussi l’étendard du vieil empereur, « Montjoie », cette bannière rouge comme l’or — l’oriflamme — que le roi, dans les circonstances périlleuses, viendra solennellement chercher sur l’autel du triple martyr — en un geste d’investiture suprême — et qui, brandi au cœur de la bataille, décuplera l’ardeur des combattants40.

  • 41 É. Bournazel, Suger and the Capetians, Abbot Suger and Saint-Denis, New York, 1986, p. 55.– Poly e (...)

45La légende se confond ici avec la réalité : au moment de pousser leur cri de guerre : « Montjoie », c’est en même temps qu’à Dieu et à Denis — devenu depuis Suger le protecteur du royaume — au vieil empereur Charlemagne que se recommandent les chevaliers royaux41.

  • 42 Bournazel, Le Gouvernement capétien, p. 157 s. Sur cette idée, à notre sens capitale, de délibérati (...)
  • 43 Ainsi, en 1179, c’est « après avoir convoqué ses conseillers » que Louis VII appelle à Reims « les (...)

46Toutes ces opérations de police domaniale, auxquelles se livrent à longueur d’années les milites regii, ne sont pas seulement les fruits du caractère batailleur et emporté du jeune Capétien. Elles ne sont le plus souvent que la mise en œuvre des décisions adoptées par sa cour, dans sa fonction de justice, par ceux-là mêmes qui ont été associés à leur adoption. Et nous rejoignons là l’idée de conseil — inséparable de l’aide dans la construction juridique féodale — qui ici se confond avec le gouvernement royal. C’est avec l’ensemble de ses compagnons, et non avec tel ou tel de ses officiers, que le roi rend la justice, octroie ses diplômes ou décide des expéditions guerrières. Parfois aussi, et le phénomène ira en se développant, le Capétien, dans la tradition antérieure, réunit de grandes assemblées où seront conviés les vassaux les plus importants du royaume — ainsi en 1155 pour proclamer la paix du roi — mais il ne le fait qu’après en avoir délibéré au préalable avec les gens de sa maison42, au sein d’institutions distinctes43.

La naissance du conseil royal

  • 44 Suger, Vie de Louis VI, p. 266 : Qui ergo intimi ejus et familiares eramus [...] consuluimus ei [.. (...)

47Incontestablement, la proximité de certains hommes de la mesnie, leur permanence auprès du roi, en son palais, font privilégier leur audience, leur conseil. Par-delà l’idée vassalique de fidélité, une autre notion se dégage, peut-être plus importante encore, forgée sur le terme de familia : celle de familiarité, d’intimité, d’amitié. « Nous qui sommes ses intimes et ses familiers », écrit Suger, parlant de lui-même et de ses semblables dans l’entourage de Louis VI et évoquant au passage leur influence déterminante sur la volonté royale. Au reste, les gens de l’extérieur ne s’y trompent pas, lorsqu’ils évoquent les « palatins », les curiales, ou mieux encore les laterales regis : ceux qui sont à côté du roi, ou encore dans son « secret », ceux-là mêmes dont on recherche l’intervention et qu’on peut tenter de corrompre44.

48Rien d’étonnant dès lors si, dès la première moitié du xiie siècle, certains parmi les intimes du roi et les membres les plus influents de sa mesnie sont expressément qualifiés de conseillers, tels Anseau et Étienne de Garlande, ou l’abbé Suger. À partir de là, l’évolution institutionnelle va s’accélérer. Passé 1150, la fonction de conseiller se rattache à un organisme distinct : le conseil. Issu des réunions naguère informelles et souvent débridées de la familia, le conseil qui s’ordonne alors, apparaît désormais dans les actes comme une entité spécifique, ayant son existence et sa permanence propres, par-delà le roi régnant et les personnes qui le composent.

49Ces transformations structurelles vont de pair avec une meilleure définition de la Curia regis, conçue comme un ensemble plus vaste que la seule cour de justice, à laquelle se rattachent un certain nombre d’agents, voire de services, cependant qu’une séparation organique commence à s’opérer entre le Conseil, perçu comme une émanation de la Cour, et la Maison du roi, sorte d’avatar du Palais, qu’on ne tardera pas à appeler l’Hôtel. Cette distinction apparaît dans les actes royaux pour la première fois en 1164. Thierry Galeran, familier du roi Louis VE, y est dit « de notre maison et de notre conseil ». Où l’on retrouve déjà cette communauté de personnels qui demeurera par la suite entre les deux institutions qui chacune devait beaucoup à l’autre. Et l’on sait que l’Hôtel-le-roi constituera pour le Capétien un vivier de serviteurs, de techniciens, notamment du droit, dont il saura peupler son Conseil.

  • 45 Bournazel, Le Gouvernement capétien, p. 165 s.– Id., Société féodale et fonction publique, p. 283 s

50D’ailleurs c’est à cette même époque que nous avons vu intervenir dans l’entourage royal, dans les sphères de décisions, les premiers légistes, les futurs « chevaliers es lois ». Généralement issus eux aussi d’un milieu de petite noblesse, ces « gens de peu », pour la plupart membres de l’Hôtel, formeront le noyau stable du Conseil, face à l’élément aristocratique et féodal, et incarneront d’un règne à l’autre la continuité de la fonction royale45.

51Toutes ces mutations institutionnelles, capitales pour la future construction monarchique, sont elles-mêmes à mettre en relation avec un certain nombre d’innovations dans la théorie du pouvoir qui ont trouvé leur expression au sein même de la familia durant cette période.

3. La théorie monarchique

  • 46 Cf., à ce sujet, infra n. 53.
  • 47 Id., Réflexions sur l’institution du conseil.

52Il est difficile d’attribuer, dans l’entourage royal, la paternité de telle idée ou de telle image qui vont sous-tendre la construction capétienne. Même si nombre d’entre elles se retrouvent formulées dans les écrits de Suger, on peut se demander aussi, et sans que le rôle de l’abbé en soit fondamentalement diminué, si elles ne sont pas plutôt le produit d’un collectif, autour du roi46. On constate en tout cas que c’est à notre époque qu’elles s’inscrivent pour la première fois dans les actes royaux et que, même si une large part d’empirisme a présidé à leur apparition47, leur développement s’ordonne autour d’une certaine conception de la royauté et s’exprime par les idées de mouvance, de couronne et enfin de service.

L’idée de mouvance

  • 48 Id., La royauté féodale, p. 429 s.

53À l’avènement de Louis VI, en 1108, trois princes territoriaux et non des moindres, les ducs de Normandie, d’Aquitaine et de Bourgogne, avaient refusé de prêter hommage. Pourtant, durant le xiie siècle, le Capétien et son entourage n’auront de cesse de se placer sur le terrain des relations féodo-vassaliques pour mieux fonder le pouvoir du roi, en obtenant des grands ce qu’eux-mêmes exigeaient de leurs propres vassaux48.

  • 49 É. Bournazel et J.-P. Poly, Couronne et mouvance : institutions et représentations mentales, La Fr (...)

54Mais comme le rapport personnel présentait encore beaucoup d’incertitudes, leur coup de génie sera de mettre l’accent sur l’élément réel, plus durable, le fief, devenu d’ailleurs déterminant dans la société des guerriers. Si un homme peut tenir de plusieurs seigneurs et moduler son service au gré de ses intérêts, une terre ne peut procéder, « mouvoir », que d’une autre, plus vaste, dont elle a été démembrée. C’est toute la théorie de la mouvance qui prend corps, au cœur de la principauté capétienne, dans ce milieu de petits chevaliers de l’Ile-de-France qui forment la mesnie royale. Dans cette région et plus qu’ailleurs, s’étaient créés, avec le temps, d’inextricables réseaux où s’enchevêtraient parentés et fidélités, mais dont la seule donnée véritablement stable, même éparpillée, restait la terre, le fief, indissociable du domaine d’où il était issu, quelle que fût son origine. Dans les années 1130, le verbe movere désigne, dans les actes de la pratique, cette descendance en cascade des terroirs, peut-être décalquée des schémas généalogiques nobiliaires du temps. Dès 1139, le terme apparaît dans les diplômes de la chancellerie capétienne49.

  • 50 Suger, Vie de Louis VI, p. 182-184.
  • 51 Id., p. 238-240, et Lemarignier, Le Gouvernement royal, p. 175.

55C’est ce même vocabulaire, proprement féodal — exprimant une hiérarchie réelle, des terres, qui double et immobilise la hiérarchie des personnes —, que l’entourage royal, et au premier chef Suger, transpose désormais dans les relations entre le roi et les grands. « Le roi de France, fort de la haute situation d’où il dominait le roi d’Angleterre duc de Normandie, s’élevait toujours au-dessus de lui comme au-dessus de son feudataire », écrit l’abbé de Saint-Denis dans sa Vie de Louis VI50 ; dans un autre passage, il prête au duc Guillaume X d’Aquitaine le discours suivant adressé au roi : « Si le comte d’Auvergne a commis quelque faute, c’est à moi de le présenter à votre cour, sur votre ordre, parce qu’il tient de moi l’Auvergne que moi je tiens de vous51. »

  • 52 Poly et Bournazel, La Mutation féodale, p. 297 s.

56À partir du xiie siècle, les princes qui, naguère, faisaient hommage au titre de leurs honores, ou encore pour telle ville ou pour tel château, le prêtent désormais pour l’ensemble de leur duché ou comté : des entités définies comme des fiefs « mouvants » à un degré ou à un autre du royaume. Du bénéfice des grands au moindre chasement chevaleresque, le fief est devenu l’unité commune de référence, la véritable assise territoriale du rapport vassalique, dans un royaume maintenant conçu comme un emboîtement ordonné de tenures, au sommet desquelles préside la majesté royale, avec, sur son chef, cette couronne qui à la fois la rehausse et la dépasse52.

Le concept de couronne

  • 53 Bournazel, Le Gouvernement capétien, p. 172 : « cette idée se dégage d’abord dans les actes royaux (...)

57Le mot, en lui-même, a longtemps désigné l’insigne matériel de la royauté : ce cercle de métal précieux que conservait jalousement, avec les autres realia, l’abbaye de Saint-Denis, avant de prendre aussi un sens figuré et d’être désormais conçue comme une entité, une abstraction distincte de la personne physique et mortelle du roi. Une personne morale, un être mystique dont « la substance serait faite de toutes les églises et seigneuries » mouvant du royaume. Précisément, cette idée dont Suger semble avoir été l’un des principaux artisans, prend corps entre 1147 et 1149, notamment durant la croisade du roi Louis VII, dont elle comble l’absence, en donnant sa permanence à la fonction royale53.

  • 54 Suger, Lettres, R.H.F., t. 15, p. 502 : Et quoniam ad vestram fidelitatem praecipue respicit honor (...)
  • 55 Bournazel, op. cit., p. 172 n. 33 et 34.– Sassier, op. cit., p. 217.
  • 56 Luchaire, Études, p. 369 : regiam majestatem et dignitatem coronae. Ce concept de « majesté » serai (...)

58La couronne se définit donc, dès cette époque, comme un principe supérieur, auquel se rattachent les prérogatives exercées par le roi et dont découlent certaines obligations. En 1148, Louis VII affirme depuis l’Orient au comte Thibaud de Blois que l’honneur de la couronne, ainsi que la défense du royaume, dépend principalement de sa fidélité54. De même, en 1150, l’abbé Suger, rappelle au frère du Capétien, Henri, évêque de Beauvais, ses « devoirs féodaux » et l’invite à ne rien entreprendre contre le roi et la couronne dont tous prélats et barons dépendent55. Ou encore, en 1156, un diplôme pour l’Église de Soissons évoque dans une même formulation : « la royale majesté et la dignité de la couronne56 ».

  • 57 R.H.F., t. 15, p. 508 : Principaliter ad vos respicit cura atque custodia regni [...] si quid cont (...)
  • 58 É. Bournazel, Rome, regnum, empire aux premiers temps capétiens, Méditerranées, t. 5, 1995, p. 39- (...)

59Désormais aussi, la couronne trouve son complément naturel, ou plutôt son support, dans le royaume constitué en un tout, une entité distincte, un « corps entier » d’où se meuvent principautés et comtés. Ainsi, en 1148, dans une lettre adressée au régent Suger, Louis VII lie la protection de la couronne à la garde et à la défense du royaume57 : le « royaume de France » envers lequel les grands engagent leur foi, comme à l’égard du roi et de la couronne58.

  • 59 Poly et Bournazel, La Mutation féodale, p. 515, et Id., Les Féodalités, p. 513.
  • 60 Bournazel, Le Gouvernement capétien, p. 159.

60Comme telle, la notion de couronne apparaît bien comme le précédent de l’idée moderne d’État, dont nous avons établi, avec Jean-Pierre Poly, qu’elle ne s’est pas construite contre la féodalité, mais à partir d’elle59 et d’une certaine conception du service public, pro regni utilitate60.

La notion de service

  • 61 Sur ce texte, Lemarignier, Le Gouvernement royal, p. 27 s., et Poly et Bournazel, La Mutation féod (...)

61Cette notion de service qui accompagne l’organisation institutionnelle et la définition nouvelle de la fonction royale emprunte à de multiples sources. Incontestablement, elle puise ses origines dans le passé théocratique carolingien et se rattache à une certaine idée du ministerium regale (« servir dieu c’est régner »), conjuguée désormais avec la réalité féodale. Ainsi, au temps d’Hugues Capet, dans un passage célèbre de sa collection canonique consacré à l’institution royale et à la fidélité due au roi, Abbon de Fleury peut écrire : « Comme la fonction du roi est de régler les affaires du royaume en son ensemble, comment pourra-t-il pourvoir à de telles tâches si les évêques et les grands du royaume ne sont pas d’accord avec lui ? Comment exercera-t-il sa fonction si les grands du royaume ne lui fournissent pas, par l’aide et le conseil, l’honneur et le respect qui lui sont dus ? » Où l’on retrouve l’expression exigeante d’une certaine conception du servitium regis, même si les primores regni semblent prendre avec lui bien des libertés61.

62Qu’importe ! Au fil du temps, le roi saura trouver dans son entourage immédiat, non seulement de quoi combler le départ des grands, laïcs et ecclésiastiques, mais aussi, dès la seconde moitié du xiie siècle, de leur y faire une place, à partir de modèles et de comportements appris et développés dans le cadre de la familia. Ainsi en est-il de l’exploitation, au profit du Capétien, de la légende carolingienne, par l’intermédiaire du monastère de Saint-Denis.

  • 62 Bournazel, Réflexions sur le concept de royauté féodale.

63Depuis la première moitié du xiie siècle, les dionysiens se sont appropriés une Histoire de Charlemagne et de Roland attribuée au légendaire compagnon du vieil empereur, l’archevêque Turpin. À la fin du xie et au début du xiie siècle, ce Pseudo-Turpin, fruit de remaniements successifs, avait notamment servi aux Clunisiens, alors solidement implantés dans l’Espagne reconquise sur les Maures, pour affirmer la primauté de Saint-Jacques-de-Compostelle sur les autres églises espagnoles. Dans leur récit, les moines de Saint-Denis transposent en faveur de leur saint le modèle compostellan en accordant au martyr Denis la place que l’apôtre Jacques était censé tenir dans le royaume ibérique. Peu avant 1150, ils forgent un diplôme de donation de Charlemagne à leur abbaye, démarqué du Pseudo-Turpin, qui propose l’expression achevée de la fonction royale selon saint Denis62.

64Dans cette « pseudo-donation », l’empereur affirme tenir son royaume de Dieu par l’intermédiaire de Denis. En reconnaissance de cette seigneurie éminente, il dépose sa couronne sur l’autel du triple martyr et confie au monastère la garde des insignes royaux. En signe de soumission, il offre en outre sur l’autel les quatre pièces rituelles — ici des besants d’or, royauté oblige — du chevage, la marque du servage. Image audacieuse, mais la servitude à l’égard du saint, comme le rappelle le pseudo-Charlemagne, n’a rien de déshonorant : « Je prie et supplie tous les rois, nos successeurs, qu’ils fassent de même chaque année et offrent ces quatre besants [...] en inclinant la tête et en se prosternant ; ce n’est point se soumettre à une obéissance humaine, mais plutôt à la divine obéissance qu’on doit appeler liberté souveraine. »

  • 63 Poly et Bournazel, La Mutation féodale, p. 288 s.– G.M. Spiegel, The cult of saint Denis and capeti (...)

65Le modèle proposé est celui d’un roi serf qui s’abaisse pour vaincre, le « roi de Saint-Denis » des chansons de geste, grandi et libéré par le service du martyr, seigneur de tout la France. Légende ? Dès Philippe Auguste, le roi donne à saint Denis, lors d’une fête solennelle, les quatre pièces qui lui reviennent. Ce que fait le Capétien, les grands sont invités à le faire : à verser, chacun pour sa maison, les quatre pièces d’or, l’offrande « qui émancipait et rendait libres à toujours tous les hommes réduits en servitude ». Étonnante image qui englobe dans une même conception du service du roi, confondu avec celui du saint, les plus grands du royaume et les plus humbles ministériaux du palais63.

  • 64 Bournazel, Le Gouvernement capétien, p. 152 s.– Poly et Bournazel, La Mutation féodale, p. 295 s.

66Légende, réalité ? C’est l’époque où, dans le vocabulaire institutionnel, la chancellerie capétienne substitue à la terminologie ancienne et authentiquement carolingienne de proceres, d’optimates, de fideles, pour désigner les grands du royaume et plus largement tous ceux qui interviennent auprès du roi, le mot de « barons » emprunté au vocabulaire des cours seigneuriales, sur le modèle desquelles sont composées les chansons de geste. Comme, dans la légende, Charlemagne apparaît entouré de douze héros fidèles, douze pairs, présentés parfois comme les neveux du roi, dès la fin du xiie et au début du xiiie siècle est instituée, auprès du Capétien, la Cour des pairs qui réunit les plus grands du royaume dans l’ordre laïc et ecclésiastique64.

  • 65 Bournazel, La royauté féodale, p. 430 s. et 473 s.

67Dans la Cène monarchique qui s’ordonne alors, le modèle légendaire est devenu le cadre réel, institutionnel, par où s’exprime la fonction royale, en assignant au roi, comme à ceux qui l’approchent ou le servent, la place qui leur revient, tout en les enserrant dans les rets d’une fidélité de plus en plus contraignante : une théorie savante de la royauté féodale qui, elle aussi construite au sein de la familia regis, est venue également se greffer sur la légende65.

Notes

1 É. Bournazel, Le Gouvernement capétien au XIIe siècle (1108-1180). Structures sociales et mutations institutionnelles, Limoges-Paris, 1975.

2 Id., Société féodale et fonction publique (fin xe siècle-milieu xiiie siècle), Histoire de la fonction publique en France, t. 1, Des origines au XVe siècle, Paris, 1993, p. 117-309, notamment p. 138 s.

3 J.-P. Poly et É. Bournazel, La Mutation féodale, Xe- Xe siècle, Paris, 1991, p. 277 s.

4 J.-F. Lemarignier, Le Gouvernement royal aux premiers temps capétiens (987-1108), Paris, 1965, chap. I, p. 37 s.

5 É. Bournazel, La royauté féodale en France et en Angleterre (xe-xiiie siècles), Les Féodalités, sous la dir. d’É. Bournazel et J.-P. Poly, Paris, 1998, chap. iv, p. 389-510, notamment p. 392 s.

6 Cf., à ce sujet, les déplorations d’Abbon de Fleury, aux temps d’Hugues Capet, Poly et Bournazel, La Mutation féodale, p. 73 s., et infra n. 61.

7 J.-P. Poly, La crise, la paysannerie libre et la féodalité, Les Féodalités, chap. ii, p. 111-206. Sur ce thème, « mutationniste », cf. infra n. 17.

8 Lemarignier, Le Gouvernement royal, p. 141 s.– É. Bournazel, Les temps féodaux (fin xe-fin xiiie siècles), dans J.-L. Harouel et al., Histoire des institutions de l’époque franque à la Révolution, 9e éd., Paris, 1999, no 210 s.

9 Bournazel, Société féodale et fonction publique, p. 259 s.

10 Id., Le Gouvernement capétien, p. 125 n. 26.

11 Id., p. 26 s., le phénomène est moins patent pour le passage du règne de Philippe Ier à celui de Louis VI, sans doute parce que le roi désigné avait déjà constitué son équipe ; il s’observe plus en revanche avec l’avènement de Louis VII mais, par-delà le renouvellement des personnes, on observe une réelle continuité structurelle. Cf. aussi Y. Sassier (Louis VII, Paris, 1991, p. 90 s.) qui note qu’à partir de 1138, l’influence de Suger a un temps décliné parmi les conseillers royaux et que de ce fait « la politique royale [...] devient brouillonne ». Au début de son règne, Philippe II (Auguste) gardera dans la « composition de sa cour la structure de personnel qu’il a reçue de son père », J.W. Baldwin, Philippe Auguste et son gouvernement. Les fondations du pouvoir royal en France au Moyen Âge, Paris, 1991, p. 57. Cette continuité des personnes qui assurait les transitions politiques dans le gouvernement royal se retrouve durant le très court règne de Louis VIII ou au début de celui de Louis IX, cf. Bournazel, Société féodale et fonction publique, p. 284 s.

12 Id., Le Gouvernement capétien, p. 102 s. : Vulgrin d’Étampes, 19 ans ; Barthélémy de Poissy, 26 ans ; Henri le Lorrain, 21 ans ; Algrin, 20 ans ; Barthélémy de Fourqueux, 24 ans.

13 G. Duby, Les « jeunes » dans la société aristocratique dans la France du Nord-Ouest au xiie siècle (1964), Féodalité, Paris, 1996, p. 1383-1397.

14 Tels Renaud de Clermont, Adam de Chailly ou le chambrier Gautier : Bournazel, Le Gouvernement capétien, chap. II, p. 29-91. Sur le thème de la « fée » Mélusine dont l’union apporte lignée et prospérité, Poly et Bournazel, La Mutation féodale, p. 464 s.

15 Bournazel, Le Gouvernement capétien, p. 103 et 113.

16 Cf. en ce sens, Suger, Histoire de Louis VII, éd. et trad. F. Gasparri, Paris, 1996, p. 156.– Bournazel, Société féodale et fonction publique, p. 259 s.

17 Poly et Bournazel, La Mutation féodale. Car, et n’en déplaise à certains..., la « mutation féodale » ce n’est pas autre chose que l’avènement d’une nouvelle forme de domination socio-politique, dans le cadre de la seigneurie dite « banale », qu’elle se soit imposée, ici, par la violence, voire la terreur, ou là, par un glissement plus progressif, une dégradation plus lente des structures publiques.

18 J. Dufour, Recueil des actes de Louis VI, roi de France (1108-1137), t. 1, Paris, 1992, p. 164-165 et 137-140, no 73 et no 65.– Bournazel, Le Gouvernement capétien, p. 109-110. Ce même vocabulaire féodal se retrouve dans d’autres actes dont bénéficient les familiers royaux, telle cette confirmation de 1123 (Id., p. 84) en faveur d’Étienne Maréchal : in feodo et ut ligio homini nostro concedimus (Dufour, Recueil des actes de Louis VI, p. 439-440, no 208).

19 Il finira par y renoncer, La Chronique de Morigny, éd. L. Mirot, Paris, 1912, p. 45-49.

20 Poly et Bournazel, La Mutation féodale, p. 279-280.

21 Guillaume, Vie de Suger, dans Suger, Œuvres complètes, éd. A. Lecoy de la Marche, Paris, 1867, p. 380.– Bournazel, Le Gouvernement capétien, p. 72 s. et 105 s.– M. Bur, Suger, abbé de Saint-Denis, régent de France, Paris, 1991, p. 15 s.– Guibert de Nogent, Autobiographie, éd. E.-R. Labande, Paris, 1981, p. 330.

22 Poly et Bournazel, La Mutation féodale, p. 281 s.

23 Bournazel, Le Gouvernement capétien, p. 84 s.

24 Bournazel, Les temps féodaux, no 215 s. Sur les offices, cf. infra.

25 P. Contamine, M. Bompaire, S. Lebecq, J.-L. Sarrazin, L’Économie médiévale, Paris, 1993, p. 185 s.

26 É. Bournazel, L’argent du renouveau : les revenus de la royauté française au xiie siècle, Anuario de Estudios medievales, t. 24, 1994, p. 703-717.

27 Guibert de Nogent, Autobiographie, p. 320 s.

28 Bournazel, Société féodale et fonction publique, p. 283 s.

29 Rien d’étonnant à cela, la pacification du domaine royal, qui avait mobilisé l’essentiel des énergies au temps de Louis VI, est désormais à peu près terminée. De fait, le Capétien, affermi en ses terres, peut renouer progressivement avec les grands du royaume, sans toutefois leur laisser prendre une place prépondérante en son palais, Id., Le Gouvernement capétien, p. 119 s. et Sassier, Louis VII, chap. 3, p. 35-51.

30 Bournazel, Le Gouvernement capétien, p. 169, et Id., Société féodale et fonction publique, p. 286.

31 A. Gouron, L’entourage de Louis VII face aux droits savants : Giraud de Bourges et son Ordo, Bibliothèque de l'École des Chartes, t. 146, 1988, p. 5-29. Cf. aussi, G. Giordanengo, Le pouvoir législatif du roi de France (xie-xiiie siècles), Id., t. 147, 1989, p. 283-310, notamment p. 295 s., et, Id., Le roi de France et la loi, 1137-1285, Federico II Legislatore del regno di Sicilia nell’Europa del Duecento, Atti del Convegnà Internazionale... Università degli Studi di Messina, Instituto di Storia e delle Istituzioni, Messina-Reggio Calabria, 20-24 juin 1995, Rome, 1997, p. 345-395. Cf. aussi peut-être l’influence du canoniste Etienne de Tournai, alors abbé de Sainte-Geneviève de Paris, spécialiste du Décret, « très proche des milieux royaux » (Sassier, Louis VII, p. 417 s.). Cf. enfin, J. Krynen, L’Empire du roi. Idées et croyances politiques en France XIIIe-XVe siècle, Paris, 1993, p. 68 s., et É. Bournazel, Réflexions sur l’institution du conseil aux premiers temps capétiens, Droit et pouvoirs, sous la dir. de G. Giordanengo, Cahiers de Recherches médiévales (XIIIe-XVe siècles), t. 7, 2000, p. 7-22.

32 Cette veille nocturne peut se poursuivre symboliquement jusque dans l’Au-delà : le chambellan Gauthier sera inhumé aux pieds de Louis VII dans l’abbaye de Barbeaux, Id., Le Gouvernement capétien, p. 100 n. 53.

33 Poly et Bournazel, La Mutation féodale, p. 277 s.

34 Bournazel, La royauté féodale, p. 432 s., et Id., Société féodale et fonction publique, p. 142 s. L’avènement des Garlande, en 1106/1107, se fait au détriment de la puissante famille châtelaine des Rochefort et leur réussite au dépens du lignage chevaleresque des Senlis... Dès 1118/1120, avant même de devenir abbé, Suger de Saint-Denis, peut-être une créature des Garlande, tenait aussi « dans l’ombre les rênes du pouvoir ». Cela ne l’empêchera pas de connaître à partir de 1138 une certaine éclipse, face au clan formé par la reine mère Adélaïde, son second époux, le connétable Mathieu de Montmorency, le chambrier Mathieu de Beaumont et le comte Raoul de Vermandois. Il ne retrouvera toute sa prééminence que durant la croisade : « avec le soutien sans faille de la papauté », il exerce la régence, cantonnant à un rôle secondaire l’archevêque de Reims Samson Mauvoisin et le sénéchal Raoul de Vermandois, cf. J. Dufour, Louis VI, roi de France (1108-1137), à la lumière des actes royaux et des sources narratives, Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1990, p. 456-482, notamment, p. 476, et Sassier, Louis VII, p. 85 s. et 201 s.

35 Ainsi, en 1169, si l’on en croit le chroniqueur normand, Robert de Torigny, le comte d’Anjou, Henri le Jeune, fils d’Henri II Plantagenêt, aurait servi Louis VII à table, en qualité de sénéchal ; en 1179, lors du sacre de Philippe Auguste, il sert le Capétien à genoux et taille les viandes devant lui, Bournazel, Le Gouvernement capétien, p. 122 s.

36 Id., Société féodale et fonction publique, p. 274 s.

37 Poly et Bournazel, La Mutation féodale, chap. ii, p. 107-154.

38 P. Contamine, La Guerre au Moyen Âge, 3e éd., Paris, 1992, p. 123 s.– Bournazel, La royauté féodale, p. 436 s.

39 Suger, Vie de Louis VI, éd. H. Waquet, Paris, 1964, p. 78 et 90, cf aussi p. 156.–Bournazel, Le Gouvernement capétien, p. 103 s.

40 Sur la tradition de l’oriflamme, A. Lombard-Jourdan, Fleur de lis et Oriflamme. Signes célestes du royaume de France, Paris, 1991, p. 151 s.

41 É. Bournazel, Suger and the Capetians, Abbot Suger and Saint-Denis, New York, 1986, p. 55.– Poly et Bournazel, La Mutation féodale, p. 287 s.

42 Bournazel, Le Gouvernement capétien, p. 157 s. Sur cette idée, à notre sens capitale, de délibération qui commande la structuration des organes capétiens de gouvernement, cf. notre article, Réflexions sur l’institution du conseil, cité supra n. 31.

43 Ainsi, en 1179, c’est « après avoir convoqué ses conseillers » que Louis VII appelle à Reims « les plus grands du royaume » pour procéder au sacre anticipé de son fils, Id., Le Gouvernement capétien, p. 161 n. 40 : Ipse (rex) vero statim, convocatis consiliaris suis praecipit edicto ut omnes majores regni convenirent in Remensem civitatem, tam clerici quam laici [...].

44 Suger, Vie de Louis VI, p. 266 : Qui ergo intimi ejus et familiares eramus [...] consuluimus ei [...], et p. 280 : communicato cum familiaribus consilio [...].– Id., Histoire de Louis VII, p. 166 : dominus rex, nostro et amicorum consilio [...]. Cf. aussi supra n. 27.

45 Bournazel, Le Gouvernement capétien, p. 165 s.– Id., Société féodale et fonction publique, p. 283 s.

46 Cf., à ce sujet, infra n. 53.

47 Id., Réflexions sur l’institution du conseil.

48 Id., La royauté féodale, p. 429 s.

49 É. Bournazel et J.-P. Poly, Couronne et mouvance : institutions et représentations mentales, La France de Philippe Auguste. Le temps des mutations, sous la dir. de R.-H. Bautier, Paris, 1982, p. 217-236.– É. Bournazel, Réflexions sur le concept de royauté féodale, Les Origines de la féodalité. Hommage à Claudio Sanchez Albornoz, Madrid, 2000, p. 127-135.

50 Suger, Vie de Louis VI, p. 182-184.

51 Id., p. 238-240, et Lemarignier, Le Gouvernement royal, p. 175.

52 Poly et Bournazel, La Mutation féodale, p. 297 s.

53 Bournazel, Le Gouvernement capétien, p. 172 : « cette idée se dégage d’abord dans les actes royaux pour n’apparaître qu’ensuite dans les écrits de Suger », à l’exception d’une brève mention concernant l’ost de Saint-Denis « dévoué à la couronne » dans la Vie de Louis VI (p. 222), rédigée vers 1144. Le premier diplôme de Louis VII où apparaît le concept de couronne est de 1147 (A. Luchaire, Études sur les actes de Louis VII, Paris, 1885, p. 163, no 200) ; les lettres royales qui s’y réfèrent depuis la croisade, sont datées de 1148 ; le terme ne figure dans la correspondance de l’abbé qu’en 1149. Sur cette régence, cf. Sassier, Louis VII, chap. 14, p. 201-211 et Bur, Suger, chap. 16, p. 271-296.

54 Suger, Lettres, R.H.F., t. 15, p. 502 : Et quoniam ad vestram fidelitatem praecipue respicit honor coronae nostrae atque totius regni nostri defensio.

55 Bournazel, op. cit., p. 172 n. 33 et 34.– Sassier, op. cit., p. 217.

56 Luchaire, Études, p. 369 : regiam majestatem et dignitatem coronae. Ce concept de « majesté » serait d’ailleurs sans doute à approfondir, tant dans les actes royaux que dans les écrits de l’abbé de Saint-Denis, cf., par exemple, ce passage de l’Histoire de Louis VII où, parlant du jeune Capétien, il invoque « la puissance de la majesté impériale » (p. 168 : imperialis majestatis potentia). Sur ce thème, cf. aussi, Krynen, L'Empire du roi, p. 49 s.

57 R.H.F., t. 15, p. 508 : Principaliter ad vos respicit cura atque custodia regni [...] si quid contra coronam machinari [...] ; cf. aussi, la lettre expédiée à Thibaud de Blois, supra n. 54.

58 É. Bournazel, Rome, regnum, empire aux premiers temps capétiens, Méditerranées, t. 5, 1995, p. 39-50.– Poly et Bournazel, La Mutation féodale, p. 301 s. C’est aussi l’époque où nombre de villes, considérées comme des vassaux collectifs pour lesquels leurs magistrats prêtent hommage, commencent à être globalement intégrées dans le système féodal, cf. Bournazel, Société féodale et fonction publique, p. 215-257, et La royauté féodale, p. 445 s.

59 Poly et Bournazel, La Mutation féodale, p. 515, et Id., Les Féodalités, p. 513.

60 Bournazel, Le Gouvernement capétien, p. 159.

61 Sur ce texte, Lemarignier, Le Gouvernement royal, p. 27 s., et Poly et Bournazel, La Mutation féodale, p. 73 s.

62 Bournazel, Réflexions sur le concept de royauté féodale.

63 Poly et Bournazel, La Mutation féodale, p. 288 s.– G.M. Spiegel, The cult of saint Denis and capetian kingship, Journal of medieval History, t. 1, 1975, p. 43.– Baldwin, Philippe Auguste, p. 474 s.

64 Bournazel, Le Gouvernement capétien, p. 152 s.– Poly et Bournazel, La Mutation féodale, p. 295 s.

65 Bournazel, La royauté féodale, p. 430 s. et 473 s.

Auteur

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.