Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À l’ombre du Pouvoir

 | 
Jean-Louis Kupper
, 
Alain Marchandisse

De la région à l’Europe. Recrutement et fonction de l’entourage de l’empereur Sigismond

Martin Kintzinger

Texte intégral

1Après un séjour de trois mois en Angleterre, le roi et futur empereur germanique Sigismond entama son voyage de retour sur le continent depuis Douvres, en août 1416. Il avait quitté la France en mai, fort contrarié par la politique que menait la cour parisienne. De longs pourparlers amicaux avec le roi Henri V d’Angleterre avaient finalement abouti à l’alliance de Cantorbéry. Mais il ne fut pas uniquement question de politique au cours de ce voyage : le roi Henri invita également le roi Sigismond à de magnifiques cérémonies, à la cour et à la chasse. La bonne entente régnait.

2Certains critiques — à l’époque comme aujourd’hui — ont affirmé que Sigismond aurait alors agi de but en blanc. Dira-t-on alors que la politique intérieure et la politique extérieure européenne dépendirent uniquement de l’humeur du roi ? Les sources historiques attestent d’autres réalités. Elles montrent que, plusieurs semaines déjà avant l’arrivée de Sigismond en Angleterre, ses envoyés étaient déjà en route pour les îles britanniques. Depuis son avènement, six ans auparavant, les contacts avec la cour des rois Lancastre étaient préservés, entretenus par des confidents-voyageurs.

  • 1 Pour les citations suivantes cf. M. Kintzinger, Westbindungen im spätmittelalterlichen Europa. Aus (...)

3Les Anglais remarquèrent avec fierté l’influence qu’ils avaient à la cour du futur empereur. Il est d’ailleurs question de son départ d’Angleterre dans la Brut Chronicle1 : And after, the emperor went home into his cuntre, and many Englissh men with hym made officers. Le chroniqueur y explique même pourquoi Sigismond engagea des Anglais dans son entourage : [...] for he trustid hem better then his oune nacion.

4Le terme Englissh men devait indiquer deux choses : il s’agissait de personnes originaires d’Angleterre, qui comptaient parmi les sujets du roi d’Angleterre. Les critères de choix étaient donc le pays, la domination, l’origine régionale et la suite « politique ». Sigismond rassembla visiblement des personnes de toute l’Europe, du moins des Allemands et des Anglais comme nous le voyons ici. Son entourage comprenait donc des membres de différents pays européens et de différents royaumes, ce qui à cette époque n’allait pas de soi.

5C’est pourquoi je voudrais à présent traiter des points suivants : d’où provenaient les gens qui agissaient dans l’ombre de ce roi et empereur ? Quelles qualifications devaient-ils détenir pour servir le prince et quelles étaient leurs fonctions ? Quel contexte et quelles desseins politiques ont exercé une influence sur le recrutement de l’entourage de Sigismond ? Je traiterai ces questions tout principalement au regard du personnel qu’il engagea et qu’il employa dans le cadre de sa politique étrangère.

  • 2 Cf. Identité régionale et conscience nationale en France et en Allemagne du Moyen Âge à l’Époque m (...)

6Depuis peu, la recherche médiévale accorde une plus grande importance à la région comme valeur historique2. La région se caractérise par des conditions d’évolution culturelle et socio-économique qui ne se rapportent qu’à un petit espace géographique. Il s’y développe un tissu social particulier, des élites locales conscientes de leur particularité culturelle et sociale et de leur identité régionale. Pour les rois germaniques, plus encore que pour les rois de France et d’Angleterre ou de la péninsule ibérique, la région jouait un rôle essentiel dans la perception de soi et dans le choix des membres de leur entourage.

7Au Moyen Âge, lorsqu’un roi prenait le pouvoir, souvent il remplaçait son entourage. Il ne conservait à son service que quelques proches de son prédécesseur et en nommait de nouveaux. Il s’agissait de personnes qui l’avaient servi par le passé, sur lesquelles il savait pouvoir compter et qui, de leur côté, en ayant la possibilité d’évoluer à la cour du roi, se trouvaient récompensées pour leur fidélité dans le passé. Même lorsqu’un fils succédait à son père, ces considérations entraient en ligne de compte — à plus forte raison si le changement de souverain s’accompagnait d’un changement de dynastie. Ce fut par exemple le cas en 1328, lorsque les Valois succédèrent aux Capétiens directs en France, et, en particulier, lorsque la maison anglaise de Lancastre s’empara du trône d’Angleterre en 1399.

  • 3 La recherche fondamentale sur ce sujet est constituée par les publications de P. Moraw. Cf. aussi (...)
  • 4 P. Moraw a plusieurs fois prouvé cette interprétation.

8Ce qui resta l’exception au cours de l’histoire de la France et de l’Angleterre fut la règle dans l’Empire romain germanique. La continuité dans la succession des rois et de leur entourage y était rarement assurée compte tenu du caractère électif de la royauté germanique. Ce fut toujours un prince du royaume de Germanie, qui, comme Primus inter pares parmi ses semblables, fut élu roi romain. Aussi sa principauté territoriale constitua-t-elle toujours la base de sa position dans l’Empire. Le souverain aimait à choisir comme confidents des membres de la noblesse et du clergé de ses propres territoires, ou plus précisément des régions qui lui étaient particulièrement proches. Ce n’est donc pas l’Empire, mais la région qui déterminait la composition de l’entourage du roi et de l’empereur3. Néanmoins, restaient aux services du nouveau roi certains conseillers et confidents de son prédécesseur. La continuité de la royauté n’a donc jamais été remise en question par la structure de l’entourage du roi4.

  • 5 Moraw, König, Reich und Territorien, p. 786-790. Cf. H. Thomas, Deutsche Geschichte des Spätmittela (...)

9Après son élection, en 1410, puis sa réélection comme empereur germanique en 1411, Sigismond de Luxembourg poursuivit la tradition de la maison de Luxembourg et du règne du comte palatin Robert de Wittelsbach. Le père de Sigismond, l’empereur Charles IV, était mort en 1378 ; son fils et successeur Wenceslas, frère de Sigismond, avait été déposé en 1410 par les princes électeurs allemands. L’empereur Robert, son successeur, choisit comme confidents des personnes issues de ses propres principautés territoriales mais conserva cependant un quart des conseillers de son prédécesseur5. L’entourage constituait en effet un élément de continuité et de stabilisation de la domination en dépit d’un changement de dynastie.

10L’empereur Sigismond ne jouissait pas du pouvoir de sa maison lors de son élection. Après avoir donné le margraviat de Brandebourg en gage dès 1411, il ne possédait plus que le royaume de Hongrie, lequel ne faisait pas partie de l’Empire romain. C’est aussi l’une des raisons pour lesquelles il mena une politique pragmatique à propos de son entourage. Il appela aussi bien à sa cour des serviteurs de Charles IV que des hommes ayant fait leurs preuves au service de Robert. Il put également compter sur certains princes de l’Empire qui se trouvaient depuis un certain temps déjà à la cour du roi, comme le duc Louis VII de Bavière-Ingolstadt, qui avait des liens de parenté avec la cour de France. Malgré la compétition avec la dynastie de son prédécesseur, il poursuivit la politique et l’administration de ce dernier en de nombreux points et entretint un contact étroit avec le fils de Robert. Louis du Palatinat comptait parmi les princes confidents les plus proches de l’empereur Sigismond au début de son règne et avait lui-même des liens de parenté avec la cour d’Angleterre.

11Il existait donc des contacts personnels entre le roi et les princes, mais ils n’étaient pas réglementés sur le plan institutionnel. Le conseiller princier appartenait à l’entourage du roi ; il pouvait remplir des fonctions de diplomate dans le cadre de la politique étrangère du roi. Mais il ne détenait pas de poste, ni de fonction officielle ad hoc.

  • 6 S. Wefers, Art. Si(e)gmund, Lexikon des Mittelalters, t. 7, Munich, 1997, col. 1868-1871, en parti (...)

12En raison de sa faible position dans l’Empire, Sigismond dépendait, plus que ses prédécesseurs, du bon vouloir des princes de l’Empire, ce qui accrût l’influence des principautés territoriales dans l’Empire tout comme celle des intérêts régionaux à la cour du roi6. Lorsque l’entourage ne constituait pas uniquement une suite royale et que celle-ci jouait un rôle dans l’exercice du pouvoir, ces relations devenaient difficiles. Outre la représentation des états du royaume et de la cour du roi, la consultation politique voire juridique, l’action des représentants et la diplomatie entre les cours jouaient un rôle considérable comme nous venons de le montrer avec l’exemple des ducs de Bavière et du Palatinat. Il fallait s’assurer que les conseillers et les envoyés du roi représentaient vraiment les intérêts de l’empereur et de l’Empire, et pas seulement ceux de certaines principautés territoriales ou de certaines régions.

  • 7 Cf. P.-J. Heinig, Art. Schlick, Kaspar, Lexikon des Mittelalters, t. 7, Munich, 1997, col. 1489 s.
  • 8 J.K. Hoensch, Kaiser Sigismund. Herrscher an der Schwelle zur Neuzeit 1368-1437, Munich, 1996, p.  (...)

13À cela s’ajoutait un autre problème. La provenance régionale et sociale et les compétences étaient aussi importantes les unes que les autres. Kaspar Schlick, d’origine bourgeoise et étudiant en arts en est un parfait exemple. Il devint secrétaire à la chancellerie de Sigismond en 1416, vice-chancelier en 1429 et, plus tard, le premier chancelier laïque de l’Empire romain germanique7. D’autres exemples montrent également que Sigismond choisissait souvent ses confidents en fonction de leurs compétences. En tant que roi de Hongrie, il avait déjà engagé — au grand dam des barons hongrois — des spécialistes étrangers à sa cour8.

  • 9 Dans les relations entre l’Empire romain et les autres monarchies de l’Europe de l’Ouest, il est m (...)

14C’est moins en raison de leur constance propre — qui était infiniment plus grande que dans l’Empire — que grâce à leur fonctionnement efficace, que les entourages princiers d’Europe de l’Ouest, le royal household d’Angleterre et surtout les hôtels des rois de France et des ducs de Bourgogne, servirent de modèles à la cour du roi romain. Ce n’est pas la curie papale, comme on pourrait le croire, mais ces cours dominantes d’Europe de l’Ouest qui devinrent le modèle d’organisation de l’entourage personnel du souverain allemand9.

  • 10 Cf. W. Rösener, Art. Hofamter, Lexikon des Mittelalters, t. 5, Munich-Zurich, 1991, col. 67 s.

15Conformément à ce qu’il constatait ailleurs, Sigismond constitua un cercle de « tenants » à sa cour appelé familia regis. Cette familia constituait une suite ou un entourage traditionnel, mais elle était déjà plus institutionnalisée que la consultation princière du roi et plus axée sur la pratique politique quotidienne que sur les charges formalisées de la cour10. En outre, Sigismond fut davantage confronté que ses prédécesseurs à des défis internationaux, comme la menace d’invasion turque par l’Est, le Grand Schisme des trois papes à l’Ouest et les conflits entre la France et l’Angleterre, qui rendaient difficile une action commune en Europe. C’est pourquoi son entourage comportait plus d’étrangers que celui de ses prédécesseurs ou d’autres rois contemporains.

  • 11 Pour l’heure il n’existe pas d’étude sur le sujet. Cf. I. Hlaváček, Überlegungen zum Kapellanat am (...)
  • 12 Sur les conseillers clercs et laïques, P. Moraw a publié des études essentielles. Pour le présent (...)

16De telles structures se dessinaient déjà sous Charles IV et Wenceslas ; la familia royale inspirée des modèles d’Europe de l’Ouest ne fit apparemment son apparition que sous le règne de Sigismond11. Le chancelier Kaspar Schlick en faisait partie, ainsi que des personnes de haut rang du pouvoir temporel et du clergé12. La familia se développa indépendamment du conseil et de la chancellerie du roi. Elle comprenait quelques personnes qui y remplissaient également une fonction, mais définissait celle de ses membres, les familiares, de manière indépendante.

  • 13 Favier, Art. Famille, Dictionnaire, p. 401.
  • 14 Hoensch, Kaiser Sigismund, p. 160.
  • 15 Détails suivants : Kintzinger, Westbindungen, p. 165-197.

17Était familiaris celui qui avait été officiellement nommé confident du roi et suivait ce dernier d’une manière ou d’une autre. Sa tâche précise n’était bien souvent pas encore définie lors de son admission dans la familia ; la seule chose certaine était que tous les familiares étaient directement au service du roi, qui (tel un pater familias) était le maître de la familia13. La domination du roi de l’Empire romain germanique ne connaissait ni « capitale (ni) appareil gouvernemental disposant de collaborateurs loyaux et compétents14 ». C’était au roi de remplir cette fonction, ainsi qu’aux membres de la cour qui l’accompagnaient lors de ses déplacements, et à son entourage personnel, sa familial15. Il convient donc de distinguer l’appartenance générale au roi et à sa cour et l’appartenance à la familia regis au sens étroit du terme.

18Chaque membre de la familia étroite se voyait remettre lors de sa nomination une pièce officielle : la litera familiaritatis. Les confidents ecclésiastiques du roi pouvaient agir comme ses familiares, mais également devenir membres de la chapelle royale. Ils obtenaient alors un acte semblable, la litera capellanatus. En général, on prenait note ou insérait, plus rarement, une copie de l’acte de nomination dans les registres de la chancellerie de l’Empire.

19Dans ces registres se trouvent inscrits environ 530 membres de la familia étroite, des clercs comme des laïcs, des nobles comme des bourgeois. Les familiae des rois de France et d’Aragon comptaient un nombre à peu près égal de membres à la même époque, celles des rois d’Angleterre un nombre plus restreint.

20Pour environ 400 familiares de Sigismond, nous ne savons pas avec certitude si nous pouvons les classer en fonction de leur origine et de leurs qualifications. Les deux tiers d’entre eux étaient certainement d’origine bourgeoise, le tiers restant d’origine noble. Parmi les 130 familiares environ qui sont décrits plus en détail, un cinquième était d’origine bourgeoise, un dixième d’origine ecclésiastique et un autre dixième d’origine noble (nobiles). En tout, il y avait presque autant de bourgeois que de nobles parmi les familiares. Pour 15 personnes, nous disposons d’un titre de noblesse exact. Pour 14 autres, nous savons qu’il s’agissait de personnes de rang princier. Aux côtés de princes de l’Empire et d’évêques se trouvaient donc également des membres de la petite noblesse et de la bourgeoisie. Ils étaient apparemment rigoureusement égaux en tant que familares regis, abstraction faite de leurs différences de rang social parfois considérables.

21Comme nous l’avons mentionné, l’origine et les compétences jouaient un rôle déterminant dans le recrutement des familiares. Ce sont ces deux critères qui déterminaient la fonction à laquelle ils accédaient. Ainsi les princes et les évêques aidaient-ils à consolider la position du roi à l’intérieur de l’Empire grâce à leur position politique et sociale, tout comme à l’extérieur, en agissant et décidant en son nom.

  • 16 P. Moraw, Gelehrte Juristen im Dienst der deutschen Könige des späten Mittelalters (1273-1493), Di (...)

22Un important groupe de familiares qualifiés se composait de spécialistes titulaires d’un grade universitaire, qui représentaient le douzième des membres de la familia. La plupart d’entre eux étaient d’origine bourgeoise. Il faut y ajouter les personnes qui avaient suivi une formation à l’université et en étaient sortis sans titre ! Sigismond fut le seul empereur romain germanique à s’entourer d’autant de gens de savoir16.

23L’origine régionale des familiares est très instructive : plus de 200 parmi les 530 personnes concernées, au total, soit presque la moitié d’entre eux étaient des Italiens originaires des principautés territoriales et des villes d’Empire de l’Italie du Nord, en particulier Milan, Florence, Gênes, Vérone, Mantoue et Parme. Parmi les 150 Allemands, un peu plus de la moitié venait du Sud du royaume d’Allemagne, quelques-uns seulement du Nord de l’Allemagne. La plupart des territoires et régions de l’Empire étaient cependant représentées dans la familia regis — une nouveauté par rapport aux prédécesseurs de Sigismond. Il n’existait apparemment pas de différence formelle entre les familiares d’origine régionale différente.

24Les personnes mentionnées jusqu’ici faisaient toutes partie de l’Empire romain, y compris les Italiens. Mais Sigismond fit également appel à des personnes provenant de pays et de royaumes étrangers. Il comptait par exemple parmi les membres de sa familia avant et après son voyage en Angleterre des membres de l’entourage du roi d’Angleterre Henri V, 12 exactement — les Englissh men dont il était question plus haut. Pendant tout son règne, il appela également des Français, au moins 14 en tout. Ils étaient tous en relation avec la cour de leurs maîtres, étaient les envoyés de Sigismond. Parfois, ils étaient en même temps les confidents de l’empereur germanique, des rois de France et d’Angleterre. Ces personnes étaient généralement porteuses de messages ou intermédiaires d’informations confidentielles entre les monarques ; ils participaient à la réalisation de la politique étrangère très personnelle de Sigismond.

  • 17 Cf. aussi sur les étrangers à la cour, à l’extrême fin du Moyen Âge : M. Jones, Entre la France et (...)

25Le cercle des familiares étrangers de Sigismond comprenait 50 personnes qui venaient pour la plupart d’Europe de l’Ouest — non seulement de France et d’Angleterre mais aussi de Castille et d’Aragon ; presque aucun, en revanche, ne venait d’Europe du Nord17. Peu de familiares — et c’est assez étonnant — provenaient des pays de l’Est. Le cas échéant, ils étaient tous, sans exception, des ressortissants polonais et hongrois, et seulement dix d’entre eux étaient originaires du propre royaume du roi : la Hongrie. Pour la politique de l’empire romain et la politique étrangère à l’Ouest, Sigismond semble s’être adressé à tout aussi peu de confidents des pays de l’Est. Les relations et les traditions de la culture de la cour et de la noblesse étaient trop différentes, de même que celles du recrutement de l’entourage personnel. Les procédés décrits ici sont incontestablement ceux des traditions d’Europe de l’Ouest.

26Les événements politiques du moment (comme le voyage en Angleterre de 1416) ou les exigences diplomatiques latentes (comme une entente étroite avec la France) furent autant d’occasions d’admettre un confident étranger parmi ses proches. Tout au moins pendant les phases de politique étrangère intensive à l’Ouest, entre 1410 et 1420, la source de recrutement de confidents du roi ne se limita pas seulement aux régions, mais s’étendit à toute l’Europe. De même que les rois cherchèrent toujours à recruter leurs confidents dans les régions ayant pour eux une signification politique, Sigismond gagna à lui des confidents des cours royales étrangères déterminantes pour sa propre politique et celle des cours royales entre elles.

27En remplissant les missions les plus diverses, les familiares exerçaient diverses fonctions pour le roi — les confidents étrangers étant particulièrement actifs sur ce plan. Mais ils n’étaient jamais que des organes exécutifs du roi et restaient donc dans son ombre. Les princes de l’Empire aux réactions peu prévisibles étaient donc rarement chargés, ou seulement dans des circonstances particulières, de tâches diplomatiques. Pour les divers contacts diplomatiques entre les cours royales, Sigismond demandait avant tout le soutien de petits nobles ou de bourgeois, et de familiares aux larges connaissances.

28On reconnaît également à cela que la politique étrangère était, dans l’ensemble, celle du roi, et pas forcément la politique de l’Empire, qui aurait été également prise en charge par les Etats laïques et cléricaux de l’Empire. C’est seulement grâce à cette politique personnelle que Sigismond mena de bonnes relations diplomatiques, qui servirent aussi bien dans des situations ordinaires qu’extraordinaires ou de crise, comme lors de son voyage en Angleterre au printemps 1416.

  • 18 Kintzinger, Westbindungen, p. 277-288.

29Voici un dernier exemple qui montre combien Sigismond soignait ses relations diplomatiques en Europe en se servant de ses relations personnelles. Lorsqu’au début de l’année 1416, quelques semaines avant son départ pour l’Angleterre, il se rendit à Paris, on lui montra le Parlement. Sigismond prit immédiatement place sur le trône du roi de France et fit chevalier un homme qui se trouvait là. L’incident suscita de vives discussions dans le public parce qu’il avait ainsi usurpé un privilège du roi de France et blessé son droit de régner en Imperator in regno suo. En vérité, les choses furent toutes différentes. Cette personne, Guillaume Saignet, envoyée par les cours royales et princières de France, était auparavant appame à la cour de Sigismond, le connaissait donc bien et pourrait même avoir été membre de sa familia. En le faisant chevalier, Sigismond voulait soutenir le roi de France contre ses adversaires dans son propre pays18.

30À la différence de conseillers du roi instruits et de confidents de la haute noblesse, à la différence des médecins royaux également, les familiares regis n’opéraient que dans l’ombre du souverain et ne pouvaient pas en sortir. Ils restaient des fonctionnaires du roi. Mais c’est précisément de cette manière qu’ils permettaient au souverain de préparer sa politique, de manière diplomatique, à tous les niveaux, et de la réaliser efficacement : depuis les régions de l’Empire même jusque dans la sphère des monarchies dominantes d’Europe de l’Ouest.

Notes

1 Pour les citations suivantes cf. M. Kintzinger, Westbindungen im spätmittelalterlichen Europa. Auswärtige Politik zwischen dem Reich, Frankreich, Burgund und England in der Regierungszeit Kaiser Sigmunds, Stuttgart, 2000, en particulier p. 208 s.

2 Cf. Identité régionale et conscience nationale en France et en Allemagne du Moyen Âge à l’Époque moderne. Actes du colloque organisé par l’Université de Paris XII-Val de Marne, l’Institut universitaire de France et l’Institut historique allemand à l’Université de Paris XII et à la Fondation Singer-Polignac, les 6, 7, et 8 octobre 1993, éd. R. Babel, J.-M. Moeglin, Sigmaringen, 1997.

3 La recherche fondamentale sur ce sujet est constituée par les publications de P. Moraw. Cf. aussi sa thèse d’habilitation : König, Reich und Territorium im späten Mittelalter. Prosopographische Untersuchungen zu Kontinuität und Struktur königsnaher Führungsgruppen, ms., Heidelberg, 1971.

4 P. Moraw a plusieurs fois prouvé cette interprétation.

5 Moraw, König, Reich und Territorien, p. 786-790. Cf. H. Thomas, Deutsche Geschichte des Spätmittelalters, 1250-1500, Stuttgart, 1983, p. 346-348.

6 S. Wefers, Art. Si(e)gmund, Lexikon des Mittelalters, t. 7, Munich, 1997, col. 1868-1871, en particulier col. 1870.– J.K. Hoensch, Die Luxemburger. Eine spätmittelalterliche Dynastie gesamteuropäischer Bedeutung 1308-1437, Stuttgart, 2000, p. 237.– P. Moraw, Königliche Herrschaft und Verwaltung im spätmittelalterlichen Reich (ca 1350-1450), Das spatmittelalterliche Königtum im europäischen Vergleich, éd. R. Schneider, Sigmaringen, 1987, p. 185-200, en particulier p. 199.

7 Cf. P.-J. Heinig, Art. Schlick, Kaspar, Lexikon des Mittelalters, t. 7, Munich, 1997, col. 1489 s.

8 J.K. Hoensch, Kaiser Sigismund. Herrscher an der Schwelle zur Neuzeit 1368-1437, Munich, 1996, p. 121.

9 Dans les relations entre l’Empire romain et les autres monarchies de l’Europe de l’Ouest, il est moins question d’imitation que d’interférence. La situation, au même moment, des cours française, anglaise et bourguignonne est sommairement exposée par Kintzinger, Westbindungen, p. 143-164.– J. Favier, Art. Hotel, Dictionnaire de la France médiévale, Paris, 1993, p. 501. Cf aussi les publications de W. Paravicini sur les ordonnances de la cour des ducs de Bourgogne au xve siècle.– C. Given-Wilson, The royal household and the king’s affinity. Service, politics and finance in England, 1360-1413, New Haven-Londres, 1986.– R.A. Griffiths, The reign of King Henry VI. The exercise of royal authority, 1422-1461, Londres, 1981.

10 Cf. W. Rösener, Art. Hofamter, Lexikon des Mittelalters, t. 5, Munich-Zurich, 1991, col. 67 s.

11 Pour l’heure il n’existe pas d’étude sur le sujet. Cf. I. Hlaváček, Überlegungen zum Kapellanat am Luxemburgischen Hof unter Johann von Luxemburg, Karl IV. und Wenzel, Alltag bel Hofe. 3. Symposium der Residenzenkommission der Akademie der Wissenschaften in Gottingen, Ansbach, 28. Februar bis 1. März 1992, éd. W. Paravicini, Sigmaringen, 1995, p. 93-112.

12 Sur les conseillers clercs et laïques, P. Moraw a publié des études essentielles. Pour le présent article, je préfère mettre l’accent sur la familia, sur laquelle j’ai réalisé la première recherche systématique. Kintzinger, Westbindungen, p. 143-228.

13 Favier, Art. Famille, Dictionnaire, p. 401.

14 Hoensch, Kaiser Sigismund, p. 160.

15 Détails suivants : Kintzinger, Westbindungen, p. 165-197.

16 P. Moraw, Gelehrte Juristen im Dienst der deutschen Könige des späten Mittelalters (1273-1493), Die Rolle der Juristen bei der Entstehung des modernen Staates, éd. R. Schnur, Berlin, 1986, p. 77-147.

17 Cf. aussi sur les étrangers à la cour, à l’extrême fin du Moyen Âge : M. Jones, Entre la France et l’Angleterre : Jeanne de Navarre, duchesse de Bretagne et reine d'Angleterre (1368-1437), Autour de Marguerite d'Écosse. Reines, princesses et dames du XVe siècle. Actes du colloque de Thouars (23 et 24 mai 1997), éd. G. et P. Contamine, Paris, 1999, p. 45-72, en particulier p. 54, 59, 62 s.– M. Kintzinger, Viri religiosi et literati. Kleriker am Fürstenhof im späten Mittelalter, Vita Religiosa im Mittelalter. Festschrift Kaspar Elm, éd. F. J. Felten et N. Jaspert, Berlin, 1999, p. 543-562. Une étude du même auteur, qui aura pour titre Servir deux princes. Les familiares étrangers au XVe siècle, est en préparation (Revue du Nord, no Exposant thématique : Les Étrangers à la cour de Bourgogne, éd. W. Paravicini et B. Schnerb).

18 Kintzinger, Westbindungen, p. 277-288.

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.