Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À l’ombre du Pouvoir

 | 
Jean-Louis Kupper
, 
Alain Marchandisse

Entourage du roi — entourage des princes. L’aube d’une société de cour en Allemagne au xiie siècle

Joachim Ehlers

Texte intégral

1Nous venons d’entendre tellement d’études pointues que je puis me permettre d’entrer directement dans le vif du sujet, sans précéder cet exposé d’une lourde introduction théorique. Plusieurs éléments doivent être considérés si l’on veut comparer rois et princes allemands au xiie siècle, sur le plan de leur entourage, de leur cours et quant aux influences, en matière de civilisation curiale, émanant d’une cour royale ou princière, voire à celles exercées sur elle.

2Le roi allemand ne pensait et n’agissait jamais uniquement en tant que roi, mais également en tant qu’empereur ou, tout au moins, en tant qu’imperator futurus, si, comme ce fut le cas pour Conrad III, il ne pouvait acquérir la dignité impériale. Ceci avait des conséquences sur la composition de son entourage, la modifiait en fonction des circonstances et finalement empêchait la formation d’une cour cohérente.

  • 1 W. Petke, Kanzlei, Kapelle und königliche Kurie unter Lothar III., Cologne, 1985.
  • 2 O. Engels, Die Staufer, 7e éd., Stuttgart, 1998, p. 32-57.
  • 3 P. Munz, Frederick Barbarossa, Londres, 1969.– F. Opll, Friedrich Barbarossa, Darmstadt, 1990.– En (...)

3Après les secousses causées par la Querelle des investitures et les règnes de Lothaire de Supplimbourg1 et de Conrad III2, règnes que l’on peut considérer comme des phases de transition, commença en l’an 1152, avec Frédéric Barberousse, un gouvernement fondé principalement sur le consensus3. La monarchie élective allemande ne pouvait exister qu’en coopérant avec les princes. Malgré la féodalisation de l’Église impériale, après le concordat de Worms, les hauts dignitaires ecclésiastiques ne se soumettaient pas en raison du seul droit féodal, mais il fallait, en outre, les gagner, tout comme les princes laïques, au moyen de « négociations » (consilium) en vue d’un soutien (auxilium) aux initiatives royales. Il en allait de même pour les fonctions représentatives de l’empereur, qui très vite pouvait quitter le champ politique pour celui de la guerre et des conflits armés, tout spécialement en Italie. Voilà le pivot, l’axe central et le point de jonction reliant consensus et conflit, dignités royale et impériale, autonomie aristocratique et attachement des grands à la cour du monarque.

  • 4 J. Laudage, Alexander III. und Friedrich Barbarossa, Cologne, 1997.
  • 5 W. Kienast, Deutschland und Frankreich in der Kaiserzeit, t. 1, Stuttgart, 1974, p. 198-225.– J. E (...)
  • 6 S. Weinfurter, Erzbischof Philipp von Köln und der Sturz Heinrichs des Löwen, Köln. Stadt und Bist (...)

4Évidemment, il ne peut être question ici de décrire ou d’analyser tout ceci et je me bornerai donc à évoquer la genèse du long conflit européen autour du pape légitime, au lendemain de l’élection d’Alexandre III en 11594. Après les négociations du traité de Constance, en 1153, Hadrien IV, prédécesseur d’Alexandre, pouvait espérer que, en contrepartie du couronnement impérial, Frédéric Barberousse le libère du danger que représentait le royaume normand de Sicile. Effectivement, l’empereur était prêt à entreprendre une telle expédition. Les princes cependant considéraient qu’ils avaient rempli leurs devoirs en gagnant Rome et demandaient à ce qu’on licenciât les troupes impériales. Le pape se vit dès lors contraint de changer de stratégie. Il parvint à s’entendre avec les Normands et inaugura une politique relayée énergiquement par Alexandre III, lequel devait en outre lui donner une orientation nettement anti-impériale par son alliance avec les villes lombardes. Frédéric Ier, dans cette lutte contre Alexandre, qui allait bientôt prendre la forme d’un conflit avec les monarchies occidentales5, agit non pas en roi allemand, mais en empereur. Il échoua néanmoins dans sa tentative d’imposer cette dernière fonction dans l’ensemble de la chrétienté, tout en se référant sans cesse à son auctoritas impériale. Henri II d’Angleterre, à l’occasion de l’assemblée des grands de l’Empire (Reichstag), à Wurtzbourg, en 1165, fit faire des déclarations par ses légats, déclarations dont plus tard il ne voulut plus se souvenir ! L’archevêque Conrad Ier de Mayence s’enfuit en France et perdit sa dignité. Eberhard de Salzbourg refusa de se rendre en Italie et l’empereur ne fut pas en mesure de réagir. Il fallait d’importants moyens pour quiconque voulait suivre Frédéric Barberousse, des moyens considérés toutefois comme une forme d’investissements pour l’avenir. En 1174, l’archevêque Philippe de Heinsberg engagea à la ville de Cologne son droit de frapper monnaie pour pourvoir au financement de la cinquième expédition en Italie. Il fut en revanche l’un des responsables de la chute d’Henri le Lion6. En 1180, il reçut de Frédéric Ier la partie du duché de Saxe située en Westphalie, et ce fut donc l’archevêque de Cologne qui introduisit le cheval blanc sur fond rouge dans les armes du « Land » actuel de Rhénanie-Westphalie.

  • 7 Ehlers, Die deutsche Nation des Mittelalters als Gegenstand der Forschung, dans Id., Ausgewählte Au (...)
  • 8 E. Müller-Mertens, Regnum Teutonicum. Aujkommen und Verbreitung der deutschen Reichs-und Königsauf (...)

5Alors que l’Angleterre et la France devenaient des monarchies nationales s’appuyant sur une administration centralisée à la cour royale, Frédéric poursuivit des objectifs plus universels. On a beaucoup discuté sur le sens et la signification de cette orientation, surtout dans l’historiographie nationale allemande du xixe et de la première moitié du xxe siècle, qui voyait dans la politique italienne la raison principale de l’échec de l’État national allemand7. Nous croyons savoir actuellement que la politique impériale et italienne constituait un moyen essentiel d’intégration politique au sein d’un Empire dont les dimensions et le caractère de monarchie élective excluaient toute centralisation, chaque prince étant de surcroît, jusqu’au début du xiie siècle, plus puissant que le roi de France lui-même. Le seul moyen de les unir et de les dominer durablement résidait en une royauté impériale qui puisait sa légitimité dans l’idée de l’Empire romain. Grégoire VII savait parfaitement pourquoi il voulait, à tout prix, donner à Henri IV l’appellation de rex Teutonicorum, lui déniant ainsi tout droit au titre romain8.

6Au xiie siècle, cette situation de base était devenue explosive. Pas plus qu’avant il n’y avait pas de région centrale qui aurait pu agir comme clef de voûte de l’Empire, indépendamment des dynasties royales successives. Par contre, les principes avaient formé des seigneuries territoriales et acquis un statut qui, au xiiie siècle, devait faire d’eux des domini terrae reconnus, des « Landesherren ». C’est dans ces territoires que naquirent les structures gouvernementales et administratives qui existaient déjà, en Angleterre comme en France, au niveau de la royauté. Le fédéralisme allemand et le centralisme français sont bel et bien des acquis de notre histoire médiévale.

  • 9 J. Ehlers, Heinrich der Löwe, Gottingen, 1997, p. 37-46.

7Ceci se reflète, de façon ambiguë, dans l’entourage du roi. Un homme comme Henri le Lion, duc de Saxe et de Bavière, soutint la politique italienne de Barberousse aussi longtemps que sa présence auprès du roi et son engagement en sa faveur confirmaient, voire renforçaient sa position au sein de l’Empire9. Il lui retira son appui au moment où son duché de Saxe devint plus important, à ses yeux, que la soumission de Milan ; or, la plupart des seigneurs, petits et grands, agirent selon les mêmes principes.

  • 10 R. Schieffer, Rheinische Zeugen in den Urkunden Friedrich Barbarossas, Geschichtliche Landeskunde (...)
  • 11 Die Urkunden Friedrichs I., éd. H. Appelt et al., t. 1-5, DD., t. 10, Hanovre, 1975-1990.

8Les listes de témoins dans les diplômes constituent la source la plus importante pour connaître l’entourage de Frédéric Ier10. Ces catalogues, toutefois, ne peuvent pas être considérés comme des listes de présence, car les notaires de la chancellerie impériale choisissaient, très librement, parmi les présents ceux qu’ils voulaient faire apparaître dans un diplôme. En revanche, les critères selon lesquels le choix s’opérait ne sont pas très clairs. Nous ne connaissons donc pas tous ceux qui étaient présents lors des négociations et des actions juridiques qui avaient pour théâtre la cour royale, et nous devons être conscients des imprécisions que peuvent présenter les diplômes quant à la hiérarchie des personnes qui y sont mentionnées, car ici aussi, semble-t-il, les notaires n’étaient pas contraints de respecter le rang des témoins et des intervenants. Néanmoins, il est possible depuis la parution de l’édition critique de tous les diplômes de Barberousse11 de formuler quelques observations. Il convient de prendre en considération le caractère arbitraire du travail des notaires de même que le hasard de la transmission des textes. De plus, on ne sait pas vraiment comment un diplôme était expédié dans une monarchie itinérante. Il semble devoir être tenu pour acquis que celui qui apparaît dans les diplômes royaux authentiques faisait partie de la classe dirigeante de l’Empire.

9Un premier groupe est formé par ceux à qui la chancellerie de Frédéric Ier attribuait le titre de princeps : les ducs, l’ensemble des évêques et archevêques, le landgrave de Thuringe, le comte palatin du Rhin (« Pfalzgraf bei Rhein »), le margrave de Meissen, de Brandebourg et de Bade, l’un ou l’autre comte. De ce cercle faisaient également partie des gens parvenus au premier rang, non par leur dignité ecclésiastique, mais grâce à des relations personnelles : l’abbé Wibald de Stavelot et de Corvey, notaire et conseiller de Conrad HI, ou Albert d’Aix-la-Chapelle, de la maison des comtes de Sponheim, prévôt de Notre-Dame d’Aix, enfin les membres les plus distingués de la capella regis, c’est-à-dire cette communauté de clercs assurant le service liturgique auprès du roi, vivier de candidats aux positions clés dans l’Eglise impériale.

  • 12 H. Patze, Friedrich Barbarossa und die deutschen Fürsten, Die Zeit der Staufer, sous la dir. de R. (...)

10Dans le cercle des seigneurs laïques, on remarque que l’appartenance à un certain rang n’impliquait pas nécessairement une présence régulière auprès du roi12. Ceci ne peut être imputé à la position géographique de ce prince, par rapport à l’itinéraire royal. Albert l’Ours, par exemple, devait consentir un plus long voyage que le margrave de Meissen pour atteindre la cour royale ; on le trouve néanmoins trois fois plus souvent à la cour de Barberousse. La présence des princes de la rive gauche du Bas-Rhin, tels le duc Godeffoid de Louvain, les comtes de Namur, Limbourg, Hollande, Clèves ou Gueldre est étonnamment rare. Cela s’explique certainement par l’attachement de ces princes pour les rois de France et d’Angleterre, dès le xiie siècle. La composition de ce « groupe dirigeant » changeait donc au cours des déplacements permanents du roi à travers l’Empire. La cohérence, quelque peu douteuse, de la politique impériale s’éclaire d’un jour nouveau lorsque l’on prend en compte le fait que les grandes décisions du gouvernement impérial étaient prises sur la base de négociations dont les participants n’étaient jamais les mêmes.

11Le groupe suivant, dans cette hiérarchie, est constitué de gens importants dans leur région respective. Ils ne sont cependant que rarement présents dans l’entourage de Frédéric Ier : moins leur présence est liée à l’acte juridique dont ils sont partie prenante, plus leur rang doit être considéré comme élevé. Il s’agit, pour la plupart, de comtes, et ici il faudrait une étude comparative des différents territoires de l’Empire médiéval, étude qui nous fait défaut jusqu’à présent.

12On peut distinguer un troisième groupe ; on pourrait l’appeler « la suite secondaire ». Ce sont des personnes qui venaient à la cour du roi, non pas de leur plein gré ou par la volonté royale, mais dans le sillage d’un haut seigneur, qu’il soit laïque ou ecclésiastique. On les reconnaît au fait qu’ils sont énumérés par groupes dans les listes de témoins ou attachés à des actes juridiques spécifiques. Il s’agit, pour la plupart, de ces nobiles, membres d’une couche sociale assez élevée et de condition libre, portant un titre comtal ou issu du nom d’un château ou d’un monastère lié étroitement à leur famille (« Hauskloster »). Au cours du xiie siècle, ces personnages ont pu élargir considérablement les compétences liées à leur condition, soit au moyen de la fondation et de l’agrandissement de leurs biens patrimoniaux, soit en entrant au service de seigneurs plus puissants voire du roi lui-même. Le fait qu’on ignore l’origine de certains titres comtaux, y compris de familles comme les Dassel, les Amstein ou les Everstein, traduit une ascension sociale rapide. La tâche des chroniqueurs de ces monastères familiaux (« Hauskloster ») était claire : « découvrir » et affirmer une tradition à la fois ancienne et prestigieuse.

13Le sort de ces personnes dépendait de leur capacité à s’intégrer au fil du temps à l’entourage royal. Dans le cas contraire, ils devaient s’attacher à l’une puissance régionale et couraient le risque d’être broyés par les guerres féodales. Pour eux, la cour royale était moins importante que le prestige qu’elle pouvait leur apporter, dès lors qu’il y apparaissaient.

14Enfin, il y a des témoins qui n’apparaissent dans les diplômes que lorsque le roi visite leur région. On constate le même phénomène pour l’entourage des princes, et j’y reviendrai plus tard.

  • 13 Gautier Map, De nugis curialium, éd. M.R. James, Oxford, 1983, p. 2.
  • 14 P. Moraw, Die Hoffeste Kaiser Friedrich Barbarossas von 1184 und 1188, Das Fest, sous la dir. d’U. (...)

15Si l’on s’interroge sur le point de savoir ce que tous ces gens ont pu faire dans l’entourage royal, mis à part faire office de témoin, on se trouve obligé de parler de la cour. Je ne prétends pas être plus instruit que Gautier Map, « qui vivait à la cour, parlait de la cour et, pourtant, ne savait pas quid sit curia13 ». On peut cependant admettre la fonction intégrante de la cour, son statut de centre du pouvoir, d’expression concrète de l’Etat royal ou princier. Les négociations permanentes des cercles plus ou moins proches du roi, l’échange d’informations au sein des « instances secondaires » et entre elles, la préparation de décisions à ces divers niveaux, tout cela modifiait le poids politique des participants, favorisait ou empêchait des carrières, introduisait un équilibre minimal des niveaux de communication, renforçait ou affaiblissait des réseaux sociaux traditionnels ou en créait de nouveaux. On ne peut parler d’une libre concurrence, loin de là. Tout le monde s’orientait vers le roi, sommet hiérarchique de la cour, visible aux yeux de tous. Or, cette hiérarchie était souvent à l’origine de graves conflits. Que le rang du seigneur fût reconnu ou contesté publiquement et se trouvait concerné, non pas lui seul, mais aussi toute sa suite qui, comme lui, gagnait ou perdait en prestige, pouvait garder sa loyauté ou chercher meilleure alliance. Lors de la fête de la diète de Mayence, en 1184, Frédéric Barberousse avait fait dresser en cercle les tentes des princes, afin que personne ne soit désavantagé. Toutefois, pour le festin, il fallait résoudre une question particulièrement sensible : qui avait le droit de s’asseoir à droite et à gauche de l’empereur ? La place à sa droite était bien sûr réservée à l’archevêque de Mayence, ne fût-ce qu’en raison du lieu où se déroulait la fête. Quant à la place de gauche, elle fut à l’origine d’une querelle sévère entre l’archevêque de Cologne et l’abbé de Fulda. La communauté des convives se trouva divisée en deux clans, des princes puissants comme le comte palatin du Rhin, le duc de Brabant et le comte de Nassau se rangeant avec leur suite du côté de Cologne, le landgrave de Thuringe du côté de Fulda14.

  • 15 J. Ehlers, Deutsche Scholaren in Frankreich während des 12. Jahrhunderts, dans Id., Ausgewählte Au (...)

16Le savoir et l’expérience, la mémoire et la culture écrite déterminaient la performance administrative de la cour et surtout de la chancellerie ; ces exigences minimales se transformèrent durant le xiie siècle en raison du développement d’une formation intellectuelle professionnelle liée à certains centres situés en dehors de l’Empire (Paris, Orléans, Bologne). Même pour la noblesse allemande, de telles études devenaient un facteur décisif pour la carrière15. Le statut du clergé, une fois de plus, s’en trouvait renforcé et de nouvelles voies s’ouvraient à ceux qui disposaient d’un tel savoir. L’abbé Wibald de Stavelot, déjà mentionné, fit partie de ce cercle tout comme l’archevêque de Cologne Rainald de Dassel.

17Au même moment, les cours découvraient et s’appropriaient de nouvelles possibilités de représentation du pouvoir à travers le mécénat littéraire ; les cours princières atteignirent rapidement un niveau nettement supérieur à celui de la cour royale, profitant d’un avantage décisif : en comparaison au roi, ils voyageaient dans un espace plus restreint et disposaient de peu de centres parmi lesquels ils en choisissaient un, particulièrement privilégié, pour en faire leur résidence.

  • 16 Die Welfen und ihr Braunschweiger Hof im hohen Mittelalter, sous la dir. de B. Schneidmüller, Wies (...)
  • 17 Die Urkunden Heinrichs des Löwen, Herzogs von Sachsen und Bayern, éd. K. Jordan, M.G.H.DD., Laienf (...)

18Si l’on veut établir une comparaison entre la cour royale et une cour princière, celle d’Henri le Lion constitue un exemple remarquable16. Jusqu’à présent, Henri de Saxe et de Bavière est le seul prince laïque dont les diplômes conservés sont édités17, de sorte que son entourage peut être examiné sur une base aussi sûre que celui de Frédéric Barberousse. On retrouve la même distinction entre, d’une part, des groupes de témoins qui apparaissent indépendamment des lieux de passage de l’itinéraire ducal et qui s’attachent donc surtout à la personne du duc, et, d’autre part, ceux qui n’apparaissent que lorsque Henri visite une région déterminée. Alors qu’il est permis de voir dans le premier groupe le « noyau » de la cour ducale, les autres donnent l’image de plusieurs « cours externes », miroir de l’itinéraire du pouvoir et reflet du gouvernement ducal.

  • 18 T. Zotz, Die Formierung der Ministerialität, Die Salier und das Reich, sous la dir. de S. Weinfurt (...)

19Le « noyau » de la cour d’Henri le Lion ne comportait qu’un petit nombre de nobles. À côté des chapelains, on découvre un groupe qui domine avec une étonnante cohérence : les ministériaux ; ce sont des sergents de condition non libre, classe sociale propre à l’Allemagne18 qui, tant auprès du roi que d’autres seigneurs, pouvaient effectuer une ascension sociale considérable, leur rang étant évidemment lié à celui de leur seigneur. Celle-ci se déroulait lentement, à travers plusieurs générations et l’on retrouve ainsi dans l’entourage d’Henri le Lion des hommes dont les pères et les grands-pères avaient déjà servi les Brunon ou les Supplimbourg —je veux parler de familles comme celle de Blankenbourg, Dalhum, Heimbourg, Peine et Weida. Souvent des ministériaux saxons ont accompagné le duc en Bavière, jamais en revanche des ministériaux bavarois ne se sont rendus en Saxe. Le noyau de la cour d’Henri était donc d’essence saxonne. Cette réalité apparaît très clairement lorsque l’on rencontre un Lupold de Herzberg en Italie et un Jordan de Blankenbourg, accompagné de son frère Jusarius à Jérusalem...

20Mis à part les ministériaux, certains membres de familles nobles ont exercé une action importante dans l’entourage du duc, et tout particulièrement des comtes comme ceux de Woeltingerode, de Hagen, de Ravensberg, de Schauenbourg-Holstein, de Andechs ou de Vohbourg. Pour eux, le constat est presque le même que celui qui a été fait pour les ministériaux, car, à une exception près (Heinrich de Stuauf), nous ne connaissons aucun Bavarois qui ait franchi les limites de ce duché pour servir Henri le Lion. Dans le même temps, des seigneurs saxons de la suite du duc ont séjourné en Italie, en Souabe et à Jérusalem, mais jamais en Bavière.

21Autre différence entre l’entourage constitué par les nobles et celui formé des ministériaux : le fait que plusieurs nobles n’apparaissent qu’en certains lieux. Certains de ces nobles étaient à la disposition du duc pour la Saxe tout entière (les comtes de Ravensberg, Schauenbourg, Hagen, Regestein, Roden), d’autres uniquement pour la région au nord de l’Elbe avec Lubeck et Artlen bourg comme centres, d’autres encore dans la Moyenne et la Basse-Weser avec Verden, d’autres encore en Saxe méridionale avec Brunswick et d’autres enfin dans les pays avoisinant le Harz, au nord, avec Lunebourg. Le fait que chacun des seigneurs présents à ces « cours externes » se soit rendu au moins une fois à Brunswick témoigne du fait que cette ville était bel et bien devenue, dès cette époque, la résidence d’Henri le Lion. Ce n’est pas leur intérêt personnel dans l’établissement de tel acte juridique qui est à l’origine de leur présence dans les listes des témoins de l’un ou l’autre diplôme ducal, mais c’est la volonté d’Henri lui-même, qui exigeait de lourdes prestations vassaliques, prestations qui provoquèrent du reste une vive opposition. La Saxe était depuis le haut Moyen Âge une région dominée par la noblesse et elle n’accepta pas sans résistance d’être transformée en territoire welf.

  • 19 J. Ehlers, Heinrich der Löwe und der sächsische Episkopat, Friedrich Barbarossa, sous la dir. de A (...)

22Pour les mêmes raisons Henri le Lion n’a pas réussi à s’attacher les évêques de Saxe19. Halberstadt, Mersebourg, Munster, Osnabruck, Verden ne figurent jamais dans les listes de témoins ; en ce qui concerne Paderbom, Hildesheim, Minden, Brême, on peut constater un rapport étroit entre la présence du prélat et le contenu de l’acte. Quant à Lubeck, Schwerin, Ratzebourg et Oldenbourg, ils ont un statut particulier en tant que fondations nouvelles, au nord de l’Elbe. Henri le Lion revendiquait la suprématie sur ces églises, tandis que tous les autres évêques de Saxe veillaient jalousement à ce que, comme membres de l’Église impériale, ils ne soient pas soumis au roi seul. Ils étaient, comme les diplômes de Barberousse l’ont déjà montré, des principes et ils n’étaient pas prêts à se soumettre à un autre prince.

  • 20 J. Ehlers, Literatur, Bildung und Wissenschaft am Hof Heinrichs des Löwen, Transferts culturels et (...)

23L’entourage d’Henri le Lion fut donc marqué par la présence des ministériaux plutôt que par celle de l’aristocratie, ce qui le distingue sensiblement de la cour royale et impériale. La noblesse saxonne se déroba à l’influence d’un prince qui voulait la médiatiser, la soustraire au pouvoir royal et l’intégrer à son propre domaine territorial. Si, néanmoins, la cour de la résidence de Brunswick a été l’une des cours allemandes les plus actives de l’époque, faisant preuve d’intérêts à la fois littéraires, artistiques et scientifiques20, c’est grâce à la volonté ducale de mettre en évidence, par la représentation, son rang quasi royal. Henri le Lion avait rassemblé à sa cour un clergé hautement qualifié, au sein duquel se trouvaient plusieurs clerici curiales, disposant d’une formation très poussée et d’une expérience internationale. Ces clercs accédèrent à la dignité épiscopale et furent en mesure de rédiger des préambules de chartes d’une finesse rhétorique considérable, de créer une Chanson de Roland de langue allemande ou encore de compiler une encyclopédie scientifique.

24Les cours royale et princière avaient beaucoup de choses en commun. Le duc, qui cherchait à intégrer et à stabiliser, fut forcé d’établir un consensus avec les puissants de son espace, et prendre en compte leurs intérêts particuliers, mais il le fit d’une façon plus prononcée et plus nette que Barberousse : il mit l’accent sur sa « domination » féodale et réclama des « services ». Si l’Empire resta une sorte de corporation, les territoires laïques et ecclésiastiques se muèrent en États auxquels, à partir du xiiie siècle, les rois furent contraints de faire des concessions importantes. Elles s’avérèrent décisives.

Notes

1 W. Petke, Kanzlei, Kapelle und königliche Kurie unter Lothar III., Cologne, 1985.

2 O. Engels, Die Staufer, 7e éd., Stuttgart, 1998, p. 32-57.

3 P. Munz, Frederick Barbarossa, Londres, 1969.– F. Opll, Friedrich Barbarossa, Darmstadt, 1990.– Engels, Staufer, p. 55-127.

4 J. Laudage, Alexander III. und Friedrich Barbarossa, Cologne, 1997.

5 W. Kienast, Deutschland und Frankreich in der Kaiserzeit, t. 1, Stuttgart, 1974, p. 198-225.– J. Ehlers, Die Kapetinger, Stuttgart, 2000, p. 124-127.

6 S. Weinfurter, Erzbischof Philipp von Köln und der Sturz Heinrichs des Löwen, Köln. Stadt und Bistum in Kirche und Reich des Mittelalters. Festschrift fur Odilo Engels zum 65. Geburtstag, éd. H. Vollrath et S. Weinfurter, Cologne, 1993, p. 455-481.

7 Ehlers, Die deutsche Nation des Mittelalters als Gegenstand der Forschung, dans Id., Ausgewählte Aufsätze, Berlin, 1996, p. 344-398.

8 E. Müller-Mertens, Regnum Teutonicum. Aujkommen und Verbreitung der deutschen Reichs-und Königsauffassung im früheren Mittelalter, Berlin, 1970.

9 J. Ehlers, Heinrich der Löwe, Gottingen, 1997, p. 37-46.

10 R. Schieffer, Rheinische Zeugen in den Urkunden Friedrich Barbarossas, Geschichtliche Landeskunde der Rheinlande, sous la dir. de M. Nikolay-Panter et al., Weimar, 1994, p. 104-130.– A. Plassmann, Die Struktur des Hofes unter Friedrich I. Barbarossa nach den deutschen Zeugen seiner Urkunden, Hanovre, 1998.

11 Die Urkunden Friedrichs I., éd. H. Appelt et al., t. 1-5, DD., t. 10, Hanovre, 1975-1990.

12 H. Patze, Friedrich Barbarossa und die deutschen Fürsten, Die Zeit der Staufer, sous la dir. de R. Haussherr, t. 5, Stuttgart, 1979, p. 35-75.

13 Gautier Map, De nugis curialium, éd. M.R. James, Oxford, 1983, p. 2.

14 P. Moraw, Die Hoffeste Kaiser Friedrich Barbarossas von 1184 und 1188, Das Fest, sous la dir. d’U. Schultz, Munich, 1988, p. 70-83 et 425-428.

15 J. Ehlers, Deutsche Scholaren in Frankreich während des 12. Jahrhunderts, dans Id., Ausgewählte Aufsätze, p. 163-190.

16 Die Welfen und ihr Braunschweiger Hof im hohen Mittelalter, sous la dir. de B. Schneidmüller, Wiesbaden, 1995.– Der Welfenschatz und sein Umkreis, sous la dir. de J. Ehlers et D. Kötzsche, Mayence, 1998.

17 Die Urkunden Heinrichs des Löwen, Herzogs von Sachsen und Bayern, éd. K. Jordan, M.G.H.DD., Laienfürsten-undDynastenurkunden der Kaiserzeit, t. 1, Stuttgart, 1941-1949.

18 T. Zotz, Die Formierung der Ministerialität, Die Salier und das Reich, sous la dir. de S. Weinfurter, t. 3, Sigmaringen, 1991, p. 3-50.– B. Arnold, Instruments of power. The profile and profession of ministeriales within German aristocratic society, Cultures of power, sous la dir. de T.N. Bisson, Philadelphie, 1995, p. 36-55.– J.B. Freed, Noble bondsmen. Ministerial marriages in the archdiocese of Salzburg, Ithaca, 1995.– C.P. Hasse, Die welfischen Hofämter und die welfische Ministerialitat in Sachsen, Husum, 1995.

19 J. Ehlers, Heinrich der Löwe und der sächsische Episkopat, Friedrich Barbarossa, sous la dir. de A. Haverkamp, Sigmaringen, 1992, p. 435-466.

20 J. Ehlers, Literatur, Bildung und Wissenschaft am Hof Heinrichs des Löwen, Transferts culturels et histoire littéraire au Moyen Âge, sous la dir. de I. Kasten et al., Sigmaringen, 1998, p. 61-74.

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.