Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À l’ombre du Pouvoir

 | 
Jean-Louis Kupper
, 
Alain Marchandisse

L’entourage des rois du regnum Burgundiae aux époques burgonde et mérovingienne

Reinhold Kaiser

Texte intégral

  • 1 Das Nibelungenlied, Str. 4-11, d’après l’éd. K. Bartsch, éd. H. de Boor, 22e éd. revue et augmenté (...)

1Pour brosser un tableau brillant de la cour des rois burgondes, un tableau qui s’approcherait de celui qui a été esquissé à propos d’autres cours princières du Moyen Âge classique et du bas Moyen Âge, il suffirait de prendre pour argent comptant la description de la cour des trois rois burgondes Gonthier, Gemot et Giselher régnant sur leur pays (lant) de Burgondie (Brúgónden) et résidant ze Wormez bî dem Rîne, à Worms sur le Rhin. Les rois, servis par la fière chevalerie de leur pays (in diente von ir landen vil stolziu ritterscaft) étaient les protecteurs de la reine-mère Uote, veuve du roi Dankrat qui leur avait laissé le pays comme héritage légitime, et les protecteurs de leur sœur Kriemhilt. Les chevaliers les plus preux, les plus forts, les plus courageux au combat (die besten recken [...] stárc ünd vil küene, in scarpfen strîten unverzaget) leur étaient soumis (in wâren undertân) parmi lesquels Hagen de Tronje, Ortwin de Metz, le sénéchal, les deux marquis Gere et Eckewart, Volker d’Alzey, Rumolt, le maître de la cuisine (der kúchenmeister), Sindold et Hunold, le bouteiller et le camérier du roi, Dankwart, le maréchal, et bien d’autres encore, dont le seul souci est de rehausser l’honneur, la dignité et la qualité chevaleresque de la cour des rois burgondes. Las ! ce tableau qu’on pourrait facilement compléter ne serait que littérature, inventions, tirées de la première des 39 aventiures des Chants des Nibelungen, sans doute plus proche de la réalité du xiie siècle que de celle du haut Moyen Âge1. Force est donc d’abandonner cette description de la vie de cour, même si elle nous est familière, et si elle nous permettrait plus aisément que l’âpre réalité du haut Moyen Âge de faire le lien avec les autres conférences de ce colloque.

  • 2 La littérature sur l’entourage princier est des plus vastes, comme l’indiquent les notes bibliogra (...)
  • 3 Ammien Marcellin, Histoire, XXVIII, 5, 10 et 13, éd. et trad. E. Galletier, J. Fontaine et al., t.  (...)
  • 4 Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures à la Renaissance carolingienne, t. 1, (...)
  • 5 Ammien Marcellin, Histoire, XXVIII, 5, 14, p. 186 ; l’interprétation de ce curieux passage est donn (...)
  • 6 La localisation de ce premier royaume à Worms et même son existence ont été souvent mises en doute (...)
  • 7 Pour 411 : Olympiodore, frgt 18, The Fragmentary Classicising Historians of the Later Roman Empire (...)

2La cour des Burgondes, celle des Burgondes historiques, nous introduit dans un pays exotique, la brumeuse Germanie, brumeuse parce que nous n’y voyons pas clair. Pour qu’il y ait « entourage des rois » il faudrait d’abord qu’il y ait un roi ou plusieurs rois ou princes, il faudrait qu’il y ait un regnum, une regio, patria, un groupe autour du gouvernant, une aula, un palatium2. Tout cela apparaît très tard dans nos sources sur les Burgondes historiques. Avant la fondation du royaume au bord du Rhin, les Burgondes semblent avoir eu plusieurs rois3, peut-être apparentés entre eux comme l’indiquerait une inscription de Trèves pour Hariulfus, protector domesitigus (!), filius Hanhavaldi, regalis gentis Burgundionum. Le jeune Hariulf = « Heerwolf », membre de la garde impériale ou plutôt de l’état-major des empereurs de Trèves dans la deuxième moitié du ive siècle, appartenait à une famille de regales des Burgondes4. C’est sans doute dans ces familles que les Burgondes prenaient leur roi, leur chef de guerre ou hendinos, un « Heerkönig », amovible celui-ci en cas de revers politique ou économique, et leur sacerdos maximus ou sinistus, une sorte de « Volkskönig », inamovible celui-là5. Ce dualisme royal qu’Ammien Marcellin († apr. 392/393) rapporte comme trait caractéristique des Burgondes a disparu quand les Burgondes fondent leur royaume au bord du Rhin, aux alentours de Worms sans doute6. Un seul phylarchos est attesté en 411, un seul rex, Gondichaire de la famille de Gibichides, en 436, quand les Burgondes sont battus par Aëtius allié aux Huns et que leur roi est tué, catastrophe qui donna la matière des chants des Nibelungen7.

  • 8 Chronica Gallica, ad a. 443, éd. T. Mommsen, M.G.H., Auctores antiquissimi, t. 9, p. 660. La contr (...)
  • 9 Les discussions sur la localisation et l’étendue de la Sapaudia sont évoquées dans Favrod, Royaume (...)
  • 10 Jordanès, Getica, 231, éd. T. Mommsen, M.G.H., Auctores antiquissimi, t. 5, 1, Berlin, 1882, p. 117 (...)
  • 11 Favrod, Royaume burgonde, p. 148-168.
  • 12 Schmidt, Ostgermanen, p. 169 (avec références).
  • 13 Cassiodore, Variae, I, 46, éd. T. Mommsen, Auctores antiquissimi, t. 12, Berlin, 1894, p. 42.
  • 14 Marius d'Avenches, Chron. ad a. 534.1, ed. T. Mommsen, Auctores antiquissimi, t. 11, Berlin, 1893, (...)
  • 15 Avit de Vienne, Ep., 93, éd. R. Peiper, M.G.H., Auctores antiquissimi, t. 6, 2, Berlin, 1883, p. 10 (...)

3Après le déplacement du reste des Burgondes (reliquii Burgundionum) en Sapaudia8, région qui de Genève et du Lac Léman s’étend éventuellement jusqu’à Windisch/Vindonissa et le Haut Rhin à l’embouchure de l’Aare9, c’est seulement en 455 qu’un roi apparaît à nouveau à la tête des Burgondes, Gondioc. À côté de lui régnait son frère, Chilpéric l’Ancien, également qualifié de rex10 ; Gondioc, après l’expansion du royaume dans les années 60 du ve siècle, avait sa résidence à Lyon, Chilpéric l’Ancien, lui, à Genève. Ce système de la tanistry ou du séniorat se continua sous leurs successeurs, les deux frères Gondebaud et Godégisel, jusqu’à ce que Gondebaud transforme le régime en primogéniture et désigne Sigismond comme seul successeur ; Godemar, resté à l’ombre de son frère Sigismond, lui succéda quand celui-ci fut tué par le Mérovingien Chlodomir en 523 ou 52411. Ainsi, de fait, y avait-il souvent plusieurs rois des Burgondes. Leurs pouvoirs s’étendaient sur leurs regnum, regio, sors, patria, provinciae ad nos pertinentes, loca ad nos pertinentia12. Le nom de Burgundia ne désigne, dans une lettre de Théodoric le Grand de 507, que l’ensemble des Burgondes13, et n’apparaît comme terme territorial qu’à propos de la conquête du royaume par les Mérovingiens en 534 chez Marius d’Avenches et plus tard chez Grégoire de Tours14. Pour l’époque burgonde il faut donc tenir compte d’une double cour, d’une double résidence, d’un double entourage royal et — plus important encore — d’une position double du roi lui-même, car d’une part il est rex Burgundionum, d’autre part vir inluster, magister militum, patricius ou comme dit Sigismond dans ses lettres à Anastase : il est le miles de l’empereur15. Plus nettement que les rois wisigoths ou francs, les rois burgondes sont intégrés dans la hiérarchie et l’administration de l’Empire romain.

4D’où la première question : comment cette position double du roi burgonde, à la fois rex et patricius, influence-t-elle ses rapports avec la noblesse sénatoriale gallo-romaine et avec les restes de l’administration impériale en Gaule ?

5La deuxième question vient du contraste, cette fois-ci, par rapport aux seuls wisigoths. Les rois burgondes, en effet, bien qu’ariens et milites fédérés comme eux, n’accentuent pas cette opposition confessionnelle dans leurs rapports avec la population romane, catholique et civile : comment l’absence d’une discrimination ethnique et confessionnelle a-t-elle conditionné la composition de l’entourage des rois burgondes ?

6La troisième et dernière question découle de la conquête mérovingienne : les particularités de la cour des rois de l’ancienne Burgondie se sont-elles maintenues, après la conquête, dans le regnum Burgundiae tel qu’il s’est reconstitué depuis la deuxième moitié du vie siècle sous les rois Gontran, Childebert II ou Thierry II ? Est-il possible de voir dans ce royaume mérovingien une tradition ou une continuité burgonde au niveau de l’entourage royal ?

I

  • 16 Cf. n. 7 et 10 ; Sidoine Apollinaire, Ep., V, 7, 1, éd. A. Loyen, Sidoine Apollinaire, t. 2, Lettr (...)
  • 17 Epistolae Arelatenses, Ep. 19, éd. W. Gundlach, M.G.H., Epistolae, t. 3, Berlin, 1892, p. 28.
  • 18 Vita Patrum Jurensium, c. 92, 95, éd. F. Martine, Vie des pères du Jura. Introduction, texte criti (...)
  • 19 P.L.R.E., t. 2, p. 524-525.
  • 20 Avrr de Vienne, Ep., 9, p. 43, cf Ep., 78, p. 93 ; Vita abbatum Acaunensium, c. 3, éd. B. Krusch, M (...)
  • 21 Cf. n. 15.
  • 22 Comme Dahn, Burgunden, p. 252, 254.
  • 23 Avit de Vienne, Ep., 93, p. 100 : cunctisque auctoribus meis semper magis habitum est, quod a princ (...)

7Pour les Burgondes installés en très petit nombre en Sapaudia leur chef était roi : rex Burgundionum, rex, l’ancien phylarchos signalé par Olympiodore pour l’année 411 ou le tetrarcha, terme utilisé par Sidoine Apollinaire, dont la connotation biblique fait allusion aux rois des gentiles16. En tant que généraux des fédérés romains les rois des Burgondes occupaient de hautes charges dans l’armée et l’administration romaines : en 463 Gondioc, marié avec la sœur de Ricimer, agit en tant que vir illustris, magister militum (per Gallias) dans une affaire ecclésiastique à Die17 ; son frère Chilpéric l’Ancien — d’après d’autres son fils Chilpéric le Jeune — trancha vers 467 en tant que magister militum per Gallias et patricius, dans le Jura, un litige entre saint Lupicin et un grand gallo-romain, dignitaire de la cour royale, et ceci en présence des courtisans, adstantibus aulicis18. Gondebaud, avant de succéder à son père Gondioc en tant que rex Burgundionum a été magister militum praesentalis, c’est-à-dire généralissime de l’Empire d’Occident, et, à la mort de son oncle Ricimer (19 août 472), il devint patricius et faiseur d’empereurs en portant Glycère sur le trône de l’Empire d’Occident (3 mars 473)19. Sigismond, fils de Gondebaud, portait le titre de patricius déjà avant de succéder à son père en 516 et fut peut-être, comme ses devanciers, magister militum per Gallias20. Nous avons vu qu’il se considère comme le miles de l’empereur21. Au lieu d’y voir le signe d’une lâche bassesse22, il convient de souligner la volonté des rois burgondes de rester intégrés dans les institutions de l’Empire, ce qui leur donnait le seul titre de légitimité auquel ils puissent prétendre sur leurs sujets romains. Cette volonté est si consciente qu’elle a été énoncée en maxime par Sigismond dans une lettre à Anastase : « Tous mes ancêtres ont de tout temps accordé plus de considération aux dignités qu’ils recevaient des empereurs qu’à celles qui leur venaient de leurs pères23. »

  • 24 Marius d’avenches, Chron. ad a. 456.2, éd. Mommsen, p. 232 ; éd. Favrod, p. 64 : Eo anno Burgundion (...)
  • 25 Frédégaire, Chron., II, 46, éd. B. Krusch, M.G.H., SS. rerum Merovingicarum, t. 2, Hanovre, 1888, p (...)

8Cette attitude et les titres romains ont facilité la passation des pouvoirs des praesides des provinces ou des praefecti aux rois burgondes. Et surtout ils ont permis, très tôt, la collaboration entre la noblesse sénatoriale et les rois, et ceci probablement dès 457 quand « les Burgondes occupèrent une partie de la Gaule et partagèrent les terres avec les sénateurs gaulois », comme dit Marius d’Avenches24, ou quand « les Burgondes furent invités par les Romains ou les Gaulois qui vivaient dans la province de Lyonnaise [...] », comme raconte Frédégaire25. L’opinion des Gallo-Romains n’était cependant pas uniforme. Elle oscillait de la collaboration ouverte à l’opportunisme, allant jusqu’à la méfiance, la réserve, voire la résistance.

  • 26 Sidoine Apollinaire, Carm., XII, 3-7, 14-15, éd. A. Loyen, Sidoine Apollinaire, t. 1, Poèmes, Paris (...)
  • 27 Sidoine Apollinaire, Carm., XII, 11, éd. Loyen, t.1, p. 103 : septipedes patroni Ennode, Vita Epiph (...)
  • 28 Sidoine Apollinaire, Ep., VII, 11, 1, éd. Loyen, t. 3, p. 63 ; cf. Favrod, Royaume burgonde, p. 259 (...)
  • 29 Sidoine Apollinaire, Ep., IV, 20, éd. Loyen, t. 2, p. 155-156.
  • 30 Sidoine Apollinaire, Ep., V, 6, 7, éd. Loyen, t. 2, p. 182, 183 ; Sidoine met en garde son beau-frè (...)

9Sidoine Apollinaire (430/433-479/486) ne cache pas son dédain des Burgondes dans un poème célèbre (Carm. XII) où il se plaint de vivre « au milieu de hordes chevelues » aux « cheveux enduits de beurre rance », d’entendre « leur langage germanique » et de « subir l’odeur de l’ail ou de l’oignon infect que renvoient dès le petit matin dix préparations culinaires26 ». Qualifiés vers 461 encore d’une façon ironique et amère de « protecteurs »-patroni, les Burgondes deviennent bientôt les Burgundiones nostri27. Vers 471/472 Sidoine, évêque de Clermont depuis 470/471, obtint même, pour résister aux Wisigoths, des troupes auxiliaires des Burgondes28. Avant cette date déjà, Sidoine avait dû entrer dans l’entourage large des rois burgondes, car en 469 il assista, à Lyon certainement, à la réception solennelle du futur gendre du roi burgonde Chilpéric l’Ancien. Ce gendre, Sigismer, probablement un Franc rhénan, est décrit avec tout son accoutrement barbare. Sidoine était présent et témoin oculaire de l'adventus du prince et donne un compte rendu de ce spectaculum à son ami Domnicius, friand de ce genre de défilé militaire29. Peu de temps après, Sidoine avait à intervenir auprès du couple royal — Chilpéric l’Ancien et son épouse qu’il compare à Tarquin l’Ancien et son épouse Tanaquil et à Germanicus et Agrippina. L’affaire était dangereuse car il s’agissait de déjouer la dénonciation dont son oncle Apollinaris avait été victime auprès du roi burgonde qualifié par Sidoine de magister militum et de tetrarcha noster30.

  • 31 Sidoine Apollinaire, Ep., I, 7, éd. Loyen, t. 2, p. 21-26.
  • 32 Vita Patrum Jurensium, c. 92-95, éd. Martine, p. 336-340 ; Amory, Names, p. 9-10, souligne l’attit (...)
  • 33 Sidoine Apollinaire, Ep., V, 5, éd. Loyen, t. 2, p. 180-181 ; Amory, Names, p. 20. Syragius fait pa (...)
  • 34 Corpus incriptionum latinarum (= C.I.L.), t. 12, no2660 ; ou t. 13, 1, no 8.– E. Diehl, Inscriptio (...)
  • 35 Ennode, Vita Epiphanii, c. 168-170, éd. Vogel, p. 105 ; éd. CESA, p. 72 ; Ennode, Ep., II, 5, III, (...)
  • 36 Avit de Vienne, Ep., 53, 54, 95, 96, p. 81-83, 102-103.– Mathisen, Roman Aristocrats, p. 128. Déjà (...)
  • 37 Grégoire de Tours, Hist., II, 32, éd. Krusch et Levison, p. 79-80.
  • 38 Avit de Vienne, Ep., 9,46 a, 47, 48, p. 43, 76-77.
  • 39 Sur Avit de Vienne cf. les articles concis de T. Zotz, dans Lexikon des Mittelalters, t. 1, Munich (...)
  • 40 Lex Burgundionum. Constitutiones extravagantes 20, éd. L.R. von Salis, M.G.H., Leges nationum Germ (...)
  • 41 Ennode, Vita Epiphanii, c. 151, éd. Vogel, p. 103 ; éd. Cesa, p. 69 et son épitaphe : C.I.L., t. 13 (...)
  • 42 C.I.L., t. 13, no 2398.
  • 43 E. Leblant, Inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures au viiie siècle, t. 2, Paris, 1865, p (...)

10D’autres Gallo-Romains de la génération de Sidoine Apollinaire sont allés plus loin dans l’acceptation du nouveau régime, ainsi Arvandus, praefectus praetorio (464-468), qui proposa à Euric d’abandonner le foedus avec Rome pour partager le pouvoir en Gaule avec les Burgondes ; accusé de trahison en 469, Arvandus n’évita la peine de mort que grâce à l’intervention de ses amis, parmi lesquels Sidoine Apollinaire31. Très tôt nous trouvons des GalloRomains dans l’entourage des rois burgondes, ainsi ce grand dignitaire de la cour de Chilpéric qui vers 467 se voit accusé par saint Lupicin, devant le roi et sa suite, adstantibus aulicis, d’oppression des petites gens (pro adflictione pauperum)32. Parmi les grands de la noblesse sénatoriale nombreux sont ceux qui rentrent au service du roi burgonde, comme Syagrius, membre de la célèbre famille des Syagrii de Lyon qui apprend la langue germanique — seul exemple connu d’ailleurs d’un membre de la noblesse sénatoriale qui ait appris la langue burgonde. Syagrius participe à l’assemblée des Burgondes et agit en tant qu’arbitre et juge. Sidoine le nomme dans une lettre d’environ 469 novus Burgundionum Solon, il semble donc bien avoir assisté le roi en matière juridique (in legibus disserendis)33. D’un autre grand, Aletheus, nous connaissons l’inscription funéraire (vers 500) qui le célèbre comme Lugduni procerum nobile consilium et comme genus egregium atque ordine princeps ; il était sans doute, lui aussi, un des conseillers du roi comme Syagrius34. Laconius, correspondant cultivé d’Ennode de Pavie, fut le consiliarius et en même temps le secrétaire du roi Gondebaud et organisa la libération des prisonniers italiens, obtenue grâce à une intervention de saint Epiphane de Pavie35. Héraclius, correspondant d’Avit de Vienne, fait figure auprès de Gondebaud de poète de cour36. Aredius, vir inluster, sert d’intermédiaire entre Gondebaud et Clovis37 ; Laurentius, également vir inlustris, et son fils se rendent à Constantinople en messagers du roi burgonde38. Enfin, il faut nommer ici Alcimus Ecdicius Avitus, évêque de Vienne, parent de l’empereur Avitus et de Sidoine Apollinaire, fleur de la noblesse sénatoriale dont le rôle à la cour de Gondebaud et de Sigismond est souvent évoqué quand il s’agit de marquer les étapes qui ont amené les rois burgondes au catholicisme39. L’évêque de Vaison, Gemellus, semble aussi avoir fait partie de l’entourage du roi Sigismond. Il est le seul à être nommé dans le Liber constitutionum, à propos d’une intervention qu’il avait faite au profit des orphelins40. D’autres évêques d’origine sénatoriale ont occupé des fonctions au service des rois avant d’accéder à l’épiscopat : par exemple Rusticus de Lyon (mort en 501) en tant que juge41, Sacerdos de Lyon (évêque après 541)42, fut patricius ou Pantagatus de Vienne, chargé de la quaestura, de la collecte de l’impôt43.

  • 44 Vita Apollinaris Ep. Valentinensis, c. 2, éd. B. Krusch, M.G.H., SS. rerum Merovingicarum t. 3, Ha (...)

11L’administration fiscale des rois burgondes semble avoir été, comme l’on pouvait s’y attendre, le champ d’activité privilégié des Romains. Un nommé Étienne avait la charge du fisc burgonde (Stephanus qui super omnem dominationem fisci principatum gerebat) sous Sigismond qui le protégea quand il fut accusé, puis excommunié par des évêques à cause d’un inceste — il avait épousé en seconde noce la sœur de son épouse44. Cette affaire, sujet d’un concile à Lyon (518-523), montre qu’Étienne « était un proche du roi exerçant de hautes fonctions ».

  • 45 Lex Burgundionum, c. 52, 2, éd. von Salis, p. 85.
  • 46 Avit de Vienne, Ep., 55, 80, 81, p. 83-85, 93-94 ; cf. Passio Sigismundi, c. 10, éd. B. Krusch, SS. (...)
  • 47 J.M. Pardessus, Diplomata, chartae, epistolae, leges aliaque instrumenta ad res Gallo-Francicas sp (...)
  • 48 Vita abbatum Acaunensium, c. 1, éd. Krusch, p. 330.

12À côté de tous ces Gallo-Romains de l’entourage des rois burgondes il est plus difficile de reconnaître les Burgondes, à leur seul nom. Tout juste peut-on citer ce spatarius Fridégisel au service de Gondebaud en 51745 ou cet Ansemundus, proche du roi Sigismond qui a dû être juge à Lyon et qu’Avit de Vienne appelle vir inluster dans les trois lettres qu’il lui adresse46. Si l’on identifie cet Ansemundus à juste titre avec l’auteur du testament portant ce nom, qui fit une donatio en faveur de l’église de Vienne en 543, il n’y a pas, dans son comportement, de différence d’attitude vis-à-vis du roi, de l’Église, ou de sa patria de Vienne qui le distinguerait d’un noble gallo-romain47. De même nous voyons Hymnémode, natione barbarus, un grand de la cour de Gondebaud qui a dû y exercer une haute fonction (dum in aula regali sedulus famulator regiae potestati adsisteret) se retirer contre la volonté du roi au monastère de Grigny, avant de devenir en 515 abbé de Saint-Maurice48. Visiblement les différences entre l’aristocratie gallo-romaine et la noblesse burgonde tendent à disparaître.

  • 49 Marius d’avenches, Chron. ad a. 500.2, éd. Mommsen, p. 234 ; éd. Favrod, p. 68, parle de pluresque (...)
  • 50 Lex Burgundionum, Prima Constitutio 5, éd. von Salis, p. 31 ; cf. Mathisen, Roman Aristocrats, p.  (...)
  • 51 Lex Burgundionum, tit. 49, 4 (pueri regis), 76 (wittiscalci), 52, 2 (spatarius), 38, 2 (conviva re (...)
  • 52 La collégialité des juges, burgondes et romains, a été défendue en dernier par Favrod, Royaume bur (...)
  • 53 Lex Burgundionum, Prima Constitutio, éd. von Salis, p. 34-35 ; sur cette liste cf. G. Baesecke, Da (...)
  • 54 Dahn, Burgunden, p. 123.– Amory, Names, p. 25-27, explique l’absence de noms latins dans la liste d (...)
  • 55 Fr. Descombes, Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures à la Renaissance carol (...)
  • 56 Vita Eptadii, c. 19, éd. B. Krusch, M.G.H., SS. rerum Merovingicarum, t. 3, Hanovre, 1896, p. 192- (...)

13L’entourage des rois burgondes est formé, vers 500, par des Gallo-Romains et des Burgondes49, par des laïcs et des clercs, par des ariens et des catholiques, mais aussi par d’autres hommes et par des femmes comme nous allons le voir bientôt. Ceux qui sont au service du roi, soit à la cour, soit dans l’administration régionale et locale, sont énumérés dans la préface de la Lex Burgundionum, la loi Gombette. Sont nommés les obtimates, consiliarii, domestici et maiores domus nostrae, cancellarii etiam, Burgundiones quoque et Romani civitatum aut pagorum comites vel iudices deputati, omnes etiam et militantes50. L’énumération n’est pas exhaustive, car la loi mentionne encore les notarii chargés de rédiger les jugements, les pueri regis ou wittiscalci chargés de la rentrée des amendes, ou un spatarius, sans doute quelqu’un de la garde personnelle du roi et un conviva regis, dont on ne sait pas s’il fut romain ou burgonde51. L’équilibre entre les Gallo-Romains et les Burgondes est soigneusement maintenu par la règle voulant que deux comtes soient en fonction dans chaque cité, un romain et un burgonde, jugeant chacun d’après son propre droit52. Ceci n’est pas contredit par la liste des 31 (ou 32) noms des comtes qui ont signé la publication de la loi Gombette, noms qui, à l’exception d’un seul, Silvanus, sont d’origine germanique, car cette loi s’adresse en premier lieu aux Burgondes53. Les comtes romains n’avaient donc pas à signer cette loi, d’où leur absence54 ! Parmi les noms germaniques de cette liste des comtes, un seul, Aunemundus, est attesté ailleurs, par une inscription de 48655. Un autre comte burgonde et arien, Sigifunsus, connu par la Vie d’Eptade, montre un autre cas de figure lorsque celui-ci, convaincu de la sainteté d’Eptade, se convertit au catholicisme56. Ceci nous amène à notre deuxième question : quel impact a pu avoir la coexistence entre ariens et catholiques dans l’entourage des rois burgondes ?

II

  • 57 Orosius, Historiarum adversum paganos libri VII, VII 32, 13, éd. C. Zangemeister, Corpus scriptorum (...)
  • 58 Gregoire de Tours, Hist., II, 28, éd. Krusch et Levison, p. 73.
  • 59 Sur l’attitude anti-burgonde et anti-arienne de Grégoire de Tours cf. Wood, Ethnicity, p. 60.– Fav (...)

14Cette coexistence se manifeste le mieux dans le sein de la famille royale elle-même. Les hommes y sont ariens, les femmes et les enfants souvent catholiques. Que les Burgondes, au bord du Rhin, aient d’abord été catholiques comme le disent Orose et Socrate n’a pas suffi pour établir une tradition catholique continue chez les Burgondes57. D’après Grégoire de Tours la dynastie de Gondioc appartiendrait à la famille d’Athanaric, le « roi persécuteur » des catholiques58. Comme il n’y a aucun lien de parenté vraiment prouvé entre Gondioc et les Wisigoths, mais un lien politique et une croyance arienne commune, on peut prêter à cette phrase un sens métaphorique et dire que les rois burgondes appartenaient aux persécuteurs ariens, ce qui correspondrait au parti pris anti-burgonde de Grégoire de Tours59.

  • 60 P.L.R.E., t. 2, p. 523-524, d’après Jean d’antioche, Fragment 209, éd. K. Müller, Fragmenta Histor (...)
  • 61 Sidoine Apollinaire, Ep., V, 7, 7, éd. Loyen, t. 2, p. 185, 236 n. 21 (citation).

15En fait, l’arianisme des rois burgondes fut fortement contrebalancé par le catholicisme de leurs épouses et, éventuellement, celui de leurs enfants ou de leurs parents lointains. Gondioc avait épousé la sœur de Ricimer dont on ignore le nom60. Le nom et l’origine de la femme de Chilpéric l’Ancien ne sont pas connus. Sidoine Apollinaire la compare à Tanaquil, l’épouse « efficace et bienfaisante de Tarquin l’Ancien », et à Agrippine, l’épouse de Germanicus, célèbre pour ses vertus. Il espère qu’en faveur de ses parents accusés par des détracteurs elle interviendra avec succès auprès du roi, en modérant sa colère61.

  • 62 Id., Ep., VI, 12, 3, p. 27.

16Dans une autre lettre, Sidoine Apollinaire remarque que le roi partage ses repas avec l’évêque Patiens de Lyon, que la reine loue les jeûnes de cet évêque et que le roi visiblement ne met pas d’obstacles à la conversion de burgondes ariens convaincus par les prêches de Patiens. Il est permis d’en conclure que la reine était catholique et que son catholicisme était pour beaucoup dans l’estime que des aristocrates et des ecclésiastiques tels que Sidoine et Patiens, tous deux dans l’entourage large du roi, manifestaient à leur roi62.

  • 63 Carétène est mentionnée en tant que regina Burgundionum nomine Carathena et coniux Gundebaudi regi (...)
  • 64 Avit de Vienne, Appendix VI, 6, éd. Peiper, p. 185.
  • 65 Id., v. 19-20 : Condidit haec templum praesens, quod personat orbe,/Angelicisque dedit limina cels (...)
  • 66 Grégoire de Tours, Virt. s. Juliani, 8, éd. B. Krusch, M.G.H., SS. rerum Merovingicarum, t. 1, 2, H (...)

17L’épouse de Gondebaud est mieux connue. Carétène, peut-être originaire de la Francie rhénane, était catholique63. D’après son épitaphe, connue par une inscription du ixe siècle, elle est morte en 50664. Peu de temps avant sa mort elle avait fondé à Lyon, sur la presqu’île formée par la Saône et le Rhône, une église dédiée à saint Michel où elle fut enterrée. Cette église fut consacrée par Avit de Vienne probablement, dont nous connaissons le sermon in dedicatione ecclesiae archangeli Michahelis, en présence de beaucoup d’évêques, parmi lesquels saint Marcel de Die. À l’occasion de cette réunion l’évêque de Die avait demandé au roi un dégrèvement d’impôts pour sa cité. Gondebaud l’avait refusé, et ce ne fut qu’après un miracle du saint, qui avait obtenu la guérison de la servante (puella) de la reine, que Carétène put faire fléchir son époux, qui accorda la réduction d’impôts demandée par la cité de Die65. Une autre fois Carétène fit restituer par Gondebaud un vase sacré que des Burgondes avaient pris comme butin quand ils avaient pillé Saint-Julien-de-Brioude et qu’ils lui avaient donné pour être bien en cour. Une fois de plus elle suggère une décision à son mari (fideliter insinuans regi) et se conforme à ce que dit d’elle son épitaphe : elle partagea les soucis de son mari et lui donna conseil (Principis excelsi curas partita mariti / Adiuncto rexit culmina consilio)66. Grâce à son épouse catholique Gondebaud obtint donc l’adhésion des catholiques. Ceux-ci avaient en elle un appui et un moyen sûr pour atteindre l’oreille du prince.

  • 67 Passio Victoris et Ursi, éd. A. Lütolf, Die Glaubensboten der Schweiz vor St. Gallus, Lucerne, 187 (...)
  • 68 La fondation est mentionnée dans une donation de 965/968, cf. Coville, Recherches, p. 265, qui met (...)
  • 69 Marius d’avenches, Chron. ad a. 500.2, éd. Mommsen, p. 234 ; éd. Favrod, p. 68 : seniores (h)ac Bur (...)

18Théodelinde, dont le nom suggère une origine alamannique ou franque rhénane, semble avoir joué le même rôle auprès de son mari, Godégisel, roi de Genève et frère de Gondebaud. Dans les années 480 ou 490 elle aurait fondé une église à Genève et obtenu, par l’évêque Domitien de Genève, des reliques de saint Victor de Soleure, membre de la célèbre légion thébaine martyrisée à Agaunum/Saint-Maurice67. Pendant que Godégisel régnait sur l’ensemble de la Burgondie et avait repoussé, avec l’aide des Francs, son frère Gondebaud jusqu’en Avignon, bien qu’arien, il aurait fondé, avec Théodelinde, un monastère à Lyon, dédié à saint Pierre68. Ceci se comprendrait fort bien, si l’on voit dans les deux fondations la tentative de donner un signe politique, signe d’une entente entre ariens et catholiques, entente réalisée dans le couple royal, comme dans l’entourage du roi. Manifestement cette politique avait porté ses fruits, car quand Gondebaud prit le dessus et fit exécuter son frère, son épouse et leurs enfants, il fit aussi mettre à mort les nobles gallo-romains (seniores) et les Burgondes qui avaient suivi Godégisel69. L’adhésion des Gallo-Romains a dû être très souvent ainsi facilitée par la présence d’une reine catholique.

  • 70 Grégoire de Tours, Hist., II, 28-31, éd. Krusch et Levison, p. 73-78, cf. les longs chapitres sur l (...)
  • 71 Avit de Vienne, Appendix VI, 6, v. 13-14, éd. Peiper, p. 185.– Grégoire de Tours, Hist., III, 5, éd (...)

19Les épouses catholiques des rois burgondes expliquent aussi la présence très tôt d’enfants catholiques dans la lignée des rois burgondes, ainsi de Clotilde, fille de Chilpéric le Jeune, épouse de Clovis, qui a tant œuvré pour que le roi franc se convertisse au catholicisme, mais aussi de sa sœur aînée Crona, qui prit l’habit de religieuse70. Suavegotha et Sigeric, les enfants de Sigismond et d’Ostrogotha, la fille de l’arien Théodoric le Grand et elle-même arienne, semblent avoir reçu une éducation catholique par leur grand-mère, Carétène, si l’on en croit du moins son épitaphe (Praeclaram subolem dulcesque gavisa nepotes / Ad veram doctos sollicitare fidem)71. Le mariage de Suavegotha avec le Mérovingien Thierry Ier, roi de Metz, laisse penser que la fille de Sigismond était catholique ou du moins Tétait devenue.

  • 72 Grégoire de Tours, Hist., III, 5, éd. Krusch et Levison, p. 100.– Anonymus Valesianus, § 63, éd. T. (...)
  • 73 Schmidt, Ostgermanen, p. 152-154, 158-159.

20Le mariage que Sigismond conclut vers 493 avec Ostrogotha, fille de Théodoric, a dû renforcer l’influence arienne à la cour de Gondebaud72, mais il n’a pas empêché la conversion de Sigismond au catholicisme, vers 506, et le renversement des alliances au profit des Francs mérovingiens et au détriment des Goths73.

  • 74 Avit de Vienne, Ep., 8, éd. Peiper, p. 40-43, pour l’interprétation cf. M. Burckhardt, Die Briefsam (...)
  • 75 Cf. n. 65 et Favrod, Royaume burgonde, p. 367-371.
  • 76 Avit de Vienne, Ep., 1-6, 21-23, 30, 44, éd. Peiper, p. 12-35, 54-56, 60-62, 73-74. Le débat est me (...)
  • 77 Avit de Vienne, Ep., 53, 54, éd. Peiper, p. 81-83. Sur Héraclius cf P.L.R.E., t. 2, p. 542-543 et H (...)
  • 78 Agobard de Lyon, Ep., 3, § 13, éd. E. Dümmler, M. G. H., Epistolae, t. 5, Berlin, 1899, p. 163.
  • 79 La conversion et la demande de reliques sont mentionnées dans une lettre d’avit de Vienne, Ep., 8, (...)
  • 80 Vita abbatum Acaunensium, 1-8, éd. B. Krusch, M.G.H., SS. rerum Merovingicarum, t. 7, Hanovre-Leip (...)

21Cette conversion, décisive pour le royaume burgonde, fut surtout l’œuvre d’Avit de Vienne, dont les efforts pour convertir Gondebaud restèrent cependant sans effets74. Gondebaud avait joué un jeu complexe de soutien ouvert à l’Église arienne et de faveurs cachées, accordées par l’intermédiaire de son épouse Carétène, aux catholiques75 ; il avait pourtant organisé un débat entre catholiques et ariens, avait eu beaucoup d’entretiens, de discussions théologiques et d’échanges de lettres avec Avit de Vienne, qui lui dédia trois gros traités de théologie et qui avait bon espoir de voir aboutir ses efforts76. Les discussions religieuses à la cour étaient aussi soulevées par des laïcs, tel le sénateur Héraclius, poète de cour et courtisan, qui défendait le catholicisme contre les attaques ariennes77. Mais Gondebaud, peut-être parce que son souci principal était d’établir la concorde entre Burgondes ariens et Gallo-Romains catholiques, resta arien jusqu’à la fin de sa vie, contrairement à Sigismond qui, lui, franchit le pas. Sa conversion, vers 506, fut largement l’oeuvre d’Avit de Vienne (Avitus [...] Sigismundum regem, ad fidem catholicam convertit)78. Peu de temps après, Sigismond fit renouveler une partie de la cathédrale double de Genève et demanda au pape Symmaque (498-514) des reliques de saint Pierre pour sa fondation79. À la tête de son autre fondation, la célèbre abbaye de Saint-Maurice, il mit comme premier abbé Hymnémode, ce burgonde et ancien fonctionnaire royal devenu moine, jadis, à Grigny, contre la volonté du roi Gondebaud80. En mettant un tel Burgonde à la tête du monastère royal, véritable sanctuaire de son royaume, Sigismond voulait probablement montrer qu’une harmonie entre le monde arien des Burgondes et le monde des clercs et moines catholiques et gallo-romains était possible.

22Voici donc la réponse à notre deuxième question. L’entourage des rois burgondes était, dès que nous le voyons apparaître dans les sources, interconfessionnel. Par un jeu complexe, où les reines jouaient un rôle primordial, les rois burgondes savaient s’appuyer d’une part sur la fidélité des Burgondes encore ariens, mais aussi intégrer ceux qui s’étaient convertis et d’autre part sur la bienveillance des Gallo-Romains catholiques qui nourrissaient l’espoir de voir le roi se convertir à leur foi.

III

23Dernière question ! Y aurait-il quelques caractéristiques de l’entourage des rois burgondes qui auraient persisté à l’époque mérovingienne ?

  • 81 Pour l’histoire politique du regnum Burgundiae à l’époque mérovingienne cf. E. Ewig, Die fränkisch (...)

24Après la conquête et le partage du royaume burgonde par les Francs en 532/534 une Burgundia mérovingienne s’est formée sous Gontran, Childebert II, son fils Thierry II et la mère de Childebert Brunehaut. Ce regnum Burgundiae différait sensiblement du point de vue territorial de l’ancien royaume burgonde puisqu’il comprenait outre les quelque 32 civitates de l’ancienne Burgondie des pays « francs » de la Gaule médiane (Bourges, Orléans, Sens et depuis 567 Troyes), une partie de la Provence (Arles surtout) et quelques civitates aquitaines ainsi que des parties du royaume de Caribert († 567). La nouvelle Burgondie, mérovingienne, n’avait qu’une sedes principale, Chalonsur-Saône, à la place des deux antérieures, Genève et Lyon. Elle n’avait qu’un roi au lieu de deux. Elle n’était plus divisée en deux confessions, même si l’arianisme n’avait pas totalement disparu tout de suite. Les données nouvelles de la domination franque modifiaient l’entourage du roi, c’est évident. Le roi n’avait plus à faire la balance entre ariens et catholiques81. Mais est-ce pour autant que l’entourage de Gontran et de ses successeurs ait été un groupe homogène ? Nullement, comme nous allons le voir.

  • 82 La forte tradition romaine en tout ce qui concerne l’État et l’Église a été soulignée en dernier p (...)

25La Burgondie mérovingienne assuma une forte continuité des structures politiques et ecclésiastiques de l’époque romano-burgonde. Pour s’en convaincre il suffit de rappeler les textes et les datations consulaires des inscriptions trouvées en grand nombre en Burgondie, les datations consulaires dans la chronique de Marius d’Avenches qui contrastent avec les datations d’après les règnes des rois mérovingiens chez Grégoire de Tours, les monnaies au nom des empereurs byzantins, la continuité du système fiscal, judiciaire et administratif qui repose sur une très forte tradition du droit romain. Dans le domaine ecclésiastique rappelons la prédominance de la noblesse sénatoriale dans l’épiscopat, la tenue plus ou moins régulière de conciles dans le royaume de Gontran, la prépondérance du métropolitain de Lyon, la tradition et les connaissances du droit canonique spécialement à Lyon82.

  • 83 Le titre de patrice est connu pour Chilpéric Ier ou Chilpéric II, pour Gondebaud et Sigismond : P. (...)
  • 84 K. Selle-Hosbach, Prosopographie merowingischer Amtsträger in der Zeit von 511-613, Bonn, 1974, p. (...)
  • 85 Id., p. 29-30.
  • 86 Id., p. 23-24.
  • 87 Pour la noblesse militaire cf. A. Demandt, Der spätrömische Militäradel, Chiron, t. 10, 1980, p. 6 (...)
  • 88 Frédégaire, Chron., IV, 78, 90, éd. Krusch, p. 160, 166 ; Vita Columbani, I, 14, éd. B. Krusch, SS. (...)
  • 89 Grégoire De Tours, Hist., IV, 42, éd. Krusch et Levison, p. 174, cf. P.L.R.E., t. 3, p. 899-901.
  • 90 Frédégaire, Chron., IV, 24, 26, 27, éd. Krusch, p. 130-132 ; cf. P.L.R.E., t. 3, p. 1068-1069.
  • 91 Marius d’avenches, Chron. ad a. 573.2, 574.2, éd. Mommsen, p. 238-239 ; éd. Favrod, p. 82, 84.– Fré (...)
  • 92 R. Kaiser, War der Ring des Graifarius der Siegelring des Vaefarius dux Francorum ?, Iconologia sa (...)

26Cette forte continuité des structures romano-burgondes va de pair avec la continuité du personnel dirigeant. Celle-ci est très nette dans l’administration civile et ecclésiastique où les membres de la noblesse gallo-romaine occupent toujours une bonne partie des charges, ainsi celle du patricius, titre conféré jadis au roi burgonde, sous les Mérovingiens aux gouverneurs de la Provence et de la Burgondie ou à des parties de ces régions83. Parmi les dix patricii connus depuis Gontran jusqu’à Thierry II († 613) sept sont sûrement d’origine romaine84. Les cinq comités connus pour la région de l’ancienne Burgondie portent tous un nom romain85. L’office de dux n’est pas attesté pour l’ancienne Burgondie. On peut supposer que cette fonction ait été introduite en Burgondie par les Mérovingiens comme charge militaire et judiciaire, supérieure à celle des comtes. Les noms des duces mérovingiens du vie siècle indiqueraient, la plupart du temps, une origine germanique86. Cependant il est possible que la mode des noms barbares ait atteint tôt et fortement la « noblesse militaire » du Bas Empire, de telle manière que ceux qui choisissaient la carrière militaire adoptaient plus rapidement un nom germanique87. Toujours est-il que parmi les sept duces que l’on peut assigner à la région burgonde il y en a un, Waldelenus, dux à Besançon, marié à une noble dame Flavia et père de Donatus, qui devint évêque de Besançon, et de Chramnelenus, ex genere Romano, qui lui succèda en tant que dux88. Le choix des deux noms me semble significatif. Le chef militaire, le dux le plus célèbre de l’époque de Gontran était Eunius Mummolus, fils et successeur de son père, le comes Peonius d’Auxerre89. Il porte un nom romain comme Protadius qui fut promu par Brunehaut dux du pagus Ultraiuranus, patricius et en 604/605 maior domus de Thierry H. Il fait figure de proue de la politique de restauration fiscale sous Brunehaut, politique qui lui coûta la vie90. Les trois devanciers de Protadius au poste de dux du pagus Ultraiuranus portent des noms germaniques (Vaefarius, Teudefredus, Wandalmarus). Leur origine n’est pas connue91. L’un des trois, Vaefarius, semble nous avoir laissé un signe matériel du lien étroit entre lui et son roi sous la forme de son anneau sigillaire officiel en or portant l’inscription +GRAIFARIUS · VTERE FEL(I)X autour d’un buste au cheveux longs, orné d’un diadème qui semble représenter Gontran à en juger d’après des monnaies contemporaines. L’usage de l’anneau sigillaire pour valider des documents écrits montre bien que ce Graifarius-Vaefarius était non seulement au courant des pratiques administratives romaines, mais les appliquait lui-même92.

  • 93 Stroheker, Der senatorische Adel, p. 121-122.
  • 94 Id., p. 195, no259 (Nizier), p. 143, no7 (Aetherius) ; cf. M. Heinzelmann, Bischofsherrschaft in G (...)
  • 95 Grégoire de Tours, Hist., V, 45, éd. Krusch et Levison, p. 256.

27Le poids de la noblesse gallo-romaine pesait plus lourd encore dans le domaine ecclésiastique. Parmi les évêques connus pour la Burgondie mérovingienne la majorité écrasante était romaine, voire même d’origine sénatoriale. Ceci est confirmé notamment pour les sièges épiscopaux les plus importants tels que Lyon, Autun, Chalon-sur-Saône, Langres ou Vienne93. Il suffit de rappeler ici le rôle que jouèrent auprès de Gontran des évêques comme Nizier de Lyon, grand-oncle de Grégoire de Tours ou Aetherius, un de ses successeurs, qui, avant de devenir évêque, comptait parmi les conseillers du roi. En 591, il était chargé par Gontran en même temps que les évêques Siagrius d’Autun et Flavus de Chalon-sur-Saône de préparer, à Paris, le baptême de Clotaire II94. Avant de devenir évêque de Chalon, en 580, Flavus était référendaire du roi Gontran95. Il faisait donc partie de l’entourage étroit du roi.

  • 96 Selle-Hosbach, Prosopographie, p. 9.
  • 97 Id., p. 10 ; cf. P.L.R.E., t. 3, p. 1052 pour Priscus.
  • 98 Selle-Hosbach, Prosopographie, p. 13.
  • 99 Frédégaire, Chron., IV, 4, 13 ; IV, 2, 5, éd. Krusch, p. 125, 127 ; 124, 125 ; cf. P.L.R.E., t. 3, (...)
  • 100 Frédégaire, Chron., IV, 30, éd. Krusch, p. 132.
  • 101 Id., III, 89, p. 118.
  • 102 Cf. n. 95 (Flavus) ; Grégoire de Tours, Hist., VIII, 39, éd. Krusch et Levison, p. 406 (Licerius).
  • 103 M.G.H., Conc. I, p. 162.– Grégoire de Tours, Hist., IX, 20, éd. Krusch et Levison, p. 434-439.– De (...)
  • 104 Id., p. 636-638 (Celsus), p. 645-648 (Asclipiodetus), p. 648-653 (Claudius), p. 653-655 (Felix pre (...)
  • 105 Frédégaire, Chron., IV, 27, éd. Krusch, p. 131.

28Cet entourage étroit comprenait plusieurs charges, même si, en dehors de celle des référendaires, elles ne sont pas encore clairement différenciées, ainsi celle des maires du palais qui sont connus pour la Burgondie mérovingienne, mais sous Thierry II seulement. Après Warnacharius et Bertoaldus, un Franc, ce furent Protadius et Claudius, deux Romains et probablement favoris de la reine Brunehaut, qui remplirent cette charge96. Parmi les domestici nous connaissons sous Gontran Attila et Domnolus ainsi que Priscus, plus tard évêque de Lyon (573-585/589)97, parmi les cubicularii Chundo et sous Thierry II Bertharius (vers 612)98. Wandalmarus était camerarius de Gontran avant de devenir en 590 dux Ultraiuranus ; Leudeghiselus était comes stabuli de Gontran avant de devenir dux et patricius de la Provence99. Un autre comes stabuli est attesté sous Thierry II, Aeborinus, qui participa en 606/607 à l’ambassade chargée, sous la direction de l’évêque Aridius de Lyon, d’aller chercher la princesse wisigothique Ermenberga, future épouse de Thierry II100. Le seul spatarius connu de Gontran, Cariatto, devint en 585 évêque de Genève101. Parmi les trois référendaires connus sous Gontran, deux devinrent également évêques, Flavus, comme nous l’avons vu, à Chalon-sur-Saône, en 580, Licerius à Arles, en 586102. Le troisième, Asclipiodetus, finit sa carrière en tant que patricius de Provence. Dès 585 nous le voyons écrire, au nom du roi Gontran, des lettres adressées aux évêques réunis en synode à Valence (rex per virum illustrem Asclipiodetum referendarium datis ad sanctam synodum epistulis suis iniunxit), en 587 il semble avoir rédigé le traité d’Andelot, seul traité mérovingien dont le texte nous soit parvenu, et en 596 il confirma la decretio Childeberti103. Asclipiodetus fit partie, autour du roi de la Burgondie mérovingienne, d’un groupe qui avait encore reçu une formation professionnelle de juriste romain. Il est significatif que parmi les huit « juristes romains des Mérovingiens » que Detlef Liebs avait pu détecter quatre sont à assigner à la Burgondie mérovingienne et trois parmi eux au service du roi : Celsus, d’origine sénatoriale, de Vienne, que Gontran nomma patricius de la Provence, puis Asclipiodetus et enfin Claudius, en 591 cancellarius de Childebert H, en 605/606 maire du palais de Thierry II et successeur de Protadius, finalement conseiller juridique de Clotaire II et de Dagobert Ier104. De ce groupe de « spécialistes » dans l’entourage du roi fait aussi partie Pierre, le médecin du roi, archyatrus de Thierry II en 605/606. Son nom, et sa fonction, indiquent une origine gallo-romaine105.

  • 106 Ewig, Fränkische Teilreiche.– L. Dupraz, Le premier duché de Bourgogne. Ses titulaires ; leur famil (...)

29Concluons ! Dans la première phase de la consolidation du regnum Burgundiae, sous Gontran notamment, le roi mérovingien puisait principalement dans l’aristocratie gallo-romaine pour pourvoir aux charges de sa cour, aux fonctions administratives régionales et aux hautes fonctions ecclésiastiques. Ceci est un élément de continuité très net. Les grands d’origine barbare ne forment qu’une minorité dans l’entourage des rois. Les Burgondes y sont pratiquement évincés. Ceci est un élément de discontinuité, lui aussi très net. Mais à la fin du vie siècle et au début du viie siècle à côté ou à la place des Gallo-Romains apparaissent des Francs et — au viie siècle notamment — des Burgondes. Ces groupes aristocratiques qui sont en train de devenir des groupes régionaux plus qu’ethniques se disputeront durant le viie siècle le pouvoir dans une Burgundia sans roi, puisque celle-ci est alors ralliée à la Neustrie106.

Notes

1 Das Nibelungenlied, Str. 4-11, d’après l’éd. K. Bartsch, éd. H. de Boor, 22e éd. revue et augmentée par R. Wisniewski, Wiesbaden, 1996, p. 4-5.

2 La littérature sur l’entourage princier est des plus vastes, comme l’indiquent les notes bibliographiques des contributions réunies dans ce recueil. Une vue d’ensemble se trouve dans les art. Curia regis et Hof du Lexikon des Mittelalters, t. 3, Munich-Zurich, 1986, col. 373-373-386 ; t. 5, Munich-Zurich, 1991, col. 66-67 ; cf. aussi K.H. Spiess, Königshof und Fürstenhof, Deus qui mutat tempora. Menschen und Institutionen im Wandel des Mittelalters. Festschrift fur Alphons Becker zu seinem 65. Geburtstag, éd. E.-D. Hehl, H. Seibert, F. Staab, Sigmaringen, 1987, p. 203-234.– H. Jakobs, Kirchenreform und Hochmittelalter 1046-1215, Munich-Vienne, 1984, 3e éd. augmentée, 1994, p. 138-152, passe en revue les études spécialisées ; pour le haut Moyen Âge cf R. Schneider, Das Frankenreich, Munich, 1982, 2e éd. augmentée, 1990, p. 50-56.– E. Ewig, Die Merowinger und das Frankenreich, Stuttgart, 1988, 3e éd., 1997, p. 91-93.– R. Kaiser, Das rômische Erbe und das Merowingerreich, Munich, 1993, 2e éd. 1997, p. 89-91. Cf. le modèle, basé sur les théories de la communication, esquissé par A. Winterling, « Hof ». Versuch einer idealtypischen Bestimmung anhand der mittelalterlichen und frühneuzeitlichen Geschichte, Zwischen « Haus » und « Staat ». Antike Höfe im Vergleich, éd. Id., Munich, 1997, p. 11-25. Sur la cour impériale du Bas-Empire, souvent modèle des cours royales, voir K.L. Noethlichs, Strukturen und Funktionen des spâtantiken Kaiserhofs, Comitatus. Beitrage zur Erforschung des spatantiken Kaiserhofes, éd. A. Winterling, Berlin, 1998, p. 13-49.

3 Ammien Marcellin, Histoire, XXVIII, 5, 10 et 13, éd. et trad. E. Galletier, J. Fontaine et al., t. 5, Paris, 1984, p. 185, 186. L’histoire des Burgondes et de leur royaume est résumée d’une façon précise par H.H. Anton, dans l’article sur les Burgunden du Reallexikon der germanischen Altertumskunde, t. 4, Berlin-New York, 1981, p. 235-248. Parmi les ouvrages anciens citons surtout C. Binding, Das burgundisch-romanische Kônigreich (von 443-532 n. Chr.), Leipzig, 1868.– A. Jahn, Die Geschichte der Burgundionen und Burgundiens bis zum Ende der I. Dynastie, 2 vol., Halle, 1874.– F. Dahn, Die Könige der Germanen, t. 11, Die Burgunden, Leipzig, 1908.– A. Coville, Recherches sur l’histoire de Lyon du ve siècle au ixe siècle, 450-800, Paris, 1928, en particulier p. 77-236.– L. Schmidt, Geschichte der deutschen Stamme bis zum Ausgang der Völkerwanderung I : Die Ostgermanen, 2e éd., Munich, 1941 (réimprimé en 1969) ; les ouvrages plus récents s’adressent parfois à un large public et manquent de critique : R. Guichard, Essai sur l’histoire du peuple burgonde, Paris, 1965.– O. Perrin, Les Burgondes : leur histoire, des origines à la fin du premier Royaume (534), Neuchâtel, 1968. Une abondante bibliographie raisonnée se trouve dans les n. de l’article de R. SORACI, Roma e i Burgundi, Passaggio dal mondo antico al medio evo da Teodosio a san Gregorio Magno, Convegno Internazionale, Roma, 25-28 maggio 1977, Rome, 1980, p. 477-513.– B. Saitta, I Burgundi (413-534), Catane, 1977. La thèse de doctorat de J. Favrod, Histoire politique du royaume burgonde [443-534], Lausanne, 1997, très importante pour l’histoire administrative du royaume burgonde, ne consacre que quelques pages aux Burgondes avant la fondation du royaume.

4 Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures à la Renaissance carolingienne, t. 1, éd. et trad. N. Gauthier, Paris, 1975, p. 595 ; cf. O. Fiebiger, L. Schmidt, Inschriftensammlung zur Geschichte der Ostgermanen, Vienne, 1918, p. 46, no 72.– E. Ewig, Trier im Merowingerreich. Civitas, Stadt, Bistum, Trèves, 1954, p. 21 n. 49, considère Hariulfus comme chrétien d’après Schmidt, Ostgermanen, p. 137. H. Heinen, Trier und das Trevererland in römischer Zeit, Trèves, 1985, p. 326, et Id., Frühchristliches Trier. Von den Anfängen bis zur Vôlkerwanderung, Trèves, 1996, p. 37, 243, souligne l’absence de tout symbole chrétien et le considère comme païen. Cf A.H.M. Jones et J.R. Martindale, The Prosopography of Later Roman Empire (= P.L.R.E.), t. 1 (A.D. 260-395), Cambridge, 1971, p. 408 ; t. 2 (A D. 395-527), Cambridge, 1980 ; t. 3 (A D. 527-641), Cambridge, 1992.

5 Ammien Marcellin, Histoire, XXVIII, 5, 14, p. 186 ; l’interprétation de ce curieux passage est donnée par R. Wenskus, Stammesbildung und Verfassung. Das Werden der frühmittelalterlichen Gentes, 2e éd., Cologne-Vienne, 1977, p. 576-582.

6 La localisation de ce premier royaume à Worms et même son existence ont été souvent mises en doute, cf. la discussion ardue dans Anton, Burgunden, p. 238-240.

7 Pour 411 : Olympiodore, frgt 18, The Fragmentary Classicising Historians of the Later Roman Empire, éd. et trad. R.C. Blockley, t. 2, Liverpool, 1983, p. 152-209, en particulier p. 182 ; pour 436 : Prosper Tiro, Chron. 1322, éd. T. Mommsen, M.G.H., Auctores antiquissimi, t. 9, Berlin, 1892, p. 475.

8 Chronica Gallica, ad a. 443, éd. T. Mommsen, M.G.H., Auctores antiquissimi, t. 9, p. 660. La controverse sur la modalité de leur installation est résumée par Favrod, Royaume burgonde,p. 189-206.

9 Les discussions sur la localisation et l’étendue de la Sapaudia sont évoquées dans Favrod, Royaume burgonde, p. 100-117, dont je suis ici la conclusion, comme une éventualité.

10 Jordanès, Getica, 231, éd. T. Mommsen, M.G.H., Auctores antiquissimi, t. 5, 1, Berlin, 1882, p. 117 ; cf. P.L.R.E., t. 2, p. 286, 523-524.

11 Favrod, Royaume burgonde, p. 148-168.

12 Schmidt, Ostgermanen, p. 169 (avec références).

13 Cassiodore, Variae, I, 46, éd. T. Mommsen, Auctores antiquissimi, t. 12, Berlin, 1894, p. 42.

14 Marius d'Avenches, Chron. ad a. 534.1, ed. T. Mommsen, Auctores antiquissimi, t. 11, Berlin, 1893, p. 235 ; éd. J. Favrod, La Chronique de Marius d’Avenches (455-581), Lausanne, 1991, p. 72.– Grégoire de Tours, Hist., II, 33, éd. B. Krusch et W. Levison, M.G.H., SS. rerum Merovingicarum, t. 1, 1, Hanovre, 1951, p. 81 ; cf. Favrod, Royaume burgonde, p. 127-131.

15 Avit de Vienne, Ep., 93, éd. R. Peiper, M.G.H., Auctores antiquissimi, t. 6, 2, Berlin, 1883, p. 100. Sur les titres romains des rois burgondes cf. Dahn, Burgunden, p. 251-254.– Schmidt, Ostgermanen, p. 170, 176, 178.– Favrod, Royaume burgonde, p. 141-148.– P. Amory, Names, ethnic identity, and community in fifth-and sixth-century Burgundy, Viator, t. 25, 1994, p. 1-30, en particulier p. 11-12.

16 Cf. n. 7 et 10 ; Sidoine Apollinaire, Ep., V, 7, 1, éd. A. Loyen, Sidoine Apollinaire, t. 2, Lettres, Paris, 1970, p. 183 ; cf. Favrod, Royaume burgonde, p. 141, 152.

17 Epistolae Arelatenses, Ep. 19, éd. W. Gundlach, M.G.H., Epistolae, t. 3, Berlin, 1892, p. 28.

18 Vita Patrum Jurensium, c. 92, 95, éd. F. Martine, Vie des pères du Jura. Introduction, texte critique, lexique, traduction et notes, Paris, 1968, p. 336, 340.

19 P.L.R.E., t. 2, p. 524-525.

20 Avrr de Vienne, Ep., 9, p. 43, cf Ep., 78, p. 93 ; Vita abbatum Acaunensium, c. 3, éd. B. Krusch, M.G.H., SS. rerum Merovingicarum, t. 7, Hanovre-Leipzig, 1920, p. 331 ; cf. P.L.R.E., t. 2, p. 1009 ; cf. A. Demandt, Magister militum, Paulys Realencyclopadie der classischen Altertumswisenschaft. Supplement, t. 12, Stuttgart, 1970, col. 699, 701 ne voit pas en Sigismond un magister militum et considère Gondebaud simplement comme un « Kronprinz », qui, une fois roi, n’aurait plus porté le titre de magister militum (col. 701).

21 Cf. n. 15.

22 Comme Dahn, Burgunden, p. 252, 254.

23 Avit de Vienne, Ep., 93, p. 100 : cunctisque auctoribus meis semper magis habitum est, quod a principibus sumerent, quam quod a patribus attulissent', traduction d’après Favrod, Royaume bourgonde, p. 147.

24 Marius d’avenches, Chron. ad a. 456.2, éd. Mommsen, p. 232 ; éd. Favrod, p. 64 : Eo anno Burgundiones partem Galliae occupaverunt terrasque cum Gallis senatoribus diviserunt. Cf. R.W. Mathisen, Resistance and reconciliation : Majorian and the Gallic aristocracy after the fall of Avitus, Francia, t. 7, 1979, p. 597-627, en particulier p. 604-607.

25 Frédégaire, Chron., II, 46, éd. B. Krusch, M.G.H., SS. rerum Merovingicarum, t. 2, Hanovre, 1888, p. 68, [...] per legatis invitati (Burgundiones) a Romanis vel Gallis, qui Lugdunensium provinciam et Gallea comata, Gallea domata et Gallea Cesalpinae manebant.

26 Sidoine Apollinaire, Carm., XII, 3-7, 14-15, éd. A. Loyen, Sidoine Apollinaire, t. 1, Poèmes, Paris, 1960, p. 103 s. Cf. R.W. Mathisen, Roman Aristocrats in barbarian Gaul. Strategies for survival in an Age of Transition, Austin, 1993, p. 43. Cf. aussi A. Loyen, Résistants et collaborateurs en Gaule à l’époque des Grandes Invasions, Bulletin de l’Association Guillaume Budé, t. 22, 1963, p. 437-450, en particulier p. 446-450.

27 Sidoine Apollinaire, Carm., XII, 11, éd. Loyen, t.1, p. 103 : septipedes patroni Ennode, Vita Epiphanii, c. 160, éd. F. Vogel, M.G.H., Auctores antiquissimi, t. 7, Berlin, 1885, p. 104 ; éd. M. Cesa, Ennodio. Vita del beatissimo Epifanio vescovo della chiesa pavese, Côme, 1988, p. 70.

28 Sidoine Apollinaire, Ep., VII, 11, 1, éd. Loyen, t. 3, p. 63 ; cf. Favrod, Royaume burgonde, p. 259-260.

29 Sidoine Apollinaire, Ep., IV, 20, éd. Loyen, t. 2, p. 155-156.

30 Sidoine Apollinaire, Ep., V, 6, 7, éd. Loyen, t. 2, p. 182, 183 ; Sidoine met en garde son beau-frère Ecdicius contre les dangers d’une trop grande familiarité avec les rois, c’est-à-dire, en l'occurrence, le roi Chilpéric : Ep., III, 3, 9, p. 89 : adsiduitatem tuam periculosae regum familiaritati celer exime, quorum consuetudinem spectatissimus quisque flammarum naturae bene comparat, quae sicut paululum a se remota inluminant, ita satis sibi admota comburunt. Sur Ecdicius cf. P.L.R.E., t. 2, p. 383, K.F. Stroheker, Der senatorische Adel im spatantiken Gallien, Tübingen, 1948, p. 98, 165 ( no 110) et Mathisen, Roman Aristocrats, p. 75, 130.

31 Sidoine Apollinaire, Ep., I, 7, éd. Loyen, t. 2, p. 21-26.

32 Vita Patrum Jurensium, c. 92-95, éd. Martine, p. 336-340 ; Amory, Names, p. 9-10, souligne l’attitude « romaine » du roi et le comportement « barbare » de l’aristocrate galloromain. Mathisen, Roman Aristocrats, p. 122-124, considère ce dernier comme burgonde, un de ces « barbarian potentates » qui profite de l’expansion burgonde vers 457/458, après la chute d’Avit.

33 Sidoine Apollinaire, Ep., V, 5, éd. Loyen, t. 2, p. 180-181 ; Amory, Names, p. 20. Syragius fait partie des juristes romains dont parle Sidoine Apollinaire, cf. D. Liebs, Die Juristenwelt bei Sidonius Apollinaris. Römische Juristen 420 bis 500 n. Chr. im südlichen Gallien, Mélanges à la mémoire d’André Magdelain, éd. M. Humbert, Y. Thomas, Paris, 1998, p. 259-273, en particulier p. 271-272.

34 Corpus incriptionum latinarum (= C.I.L.), t. 12, no2660 ; ou t. 13, 1, no 8.– E. Diehl, Inscriptiones Latinae Christianae Veteres (= I.L.C.V), Berlin, 1925-1931, no 148 - O. Fiebiger, Inschriftensammlung zur Geschichte der Ostgermanen, Neue Folge, p. 16-17, no 20.— Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures à la Renaissance carolingienne, t. 15, Viennoise du Nord, éd. F. Descombes, Paris, 1985, no 11 ; cf. Coville, Histoire de Lyon, p. 224.– Amory, Names, p. 20.– Mathisen, Roman Aristocrats, p. 124-125, 128.

35 Ennode, Vita Epiphanii, c. 168-170, éd. Vogel, p. 105 ; éd. CESA, p. 72 ; Ennode, Ep., II, 5, III, 16, V, 24, éd. F. Vogel, Magni Felicis Ennodi opera, Auctores antiquissimi, t. 7, Berlin, 1885, p. 37, 115, 197 ; cf. Favrod, Royaume bourgonde, p. 287 n. 12.– mathisen, Roman Aristocrats, p. 128.

36 Avit de Vienne, Ep., 53, 54, 95, 96, p. 81-83, 102-103.– Mathisen, Roman Aristocrats, p. 128. Déjà sous Chilpéric Ier un Gallo-romain, Secundinus, fait figure de poète de cour d’après une lettre de Sidoine Apollinaire, Ep., V, 8, éd. Loyen, t. 2, p. 186, datée d’environ 467.

37 Grégoire de Tours, Hist., II, 32, éd. Krusch et Levison, p. 79-80.

38 Avit de Vienne, Ep., 9,46 a, 47, 48, p. 43, 76-77.

39 Sur Avit de Vienne cf. les articles concis de T. Zotz, dans Lexikon des Mittelalters, t. 1, Munich-Zurich, 1980, col. 1307-1308, et de C. Kasper, dans Lexikon der antiken christlichen Literatur, éd. S. Döpp et W. Geerlings, Fribourg-Bâle-Vienne, 1998, p. 89-90.

40 Lex Burgundionum. Constitutiones extravagantes 20, éd. L.R. von Salis, M.G.H., Leges nationum Germanicarum, t. 2, 1, Hanovre, 1892, p. 119 ; cf. la lettre d’Avit de Vienne, Ep., 60, p. 87.-Concile d'Epaone (517), M.G.H., Concilia I, éd. F. Maasen, Hanovre, 1894, p. 29.– Amory, Names, p. 22.

41 Ennode, Vita Epiphanii, c. 151, éd. Vogel, p. 103 ; éd. Cesa, p. 69 et son épitaphe : C.I.L., t. 13, no 2395 = I.L.C. V., no 1070.

42 C.I.L., t. 13, no 2398.

43 E. Leblant, Inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures au viiie siècle, t. 2, Paris, 1865, p. 101-103, no 429, en particulier vers 9-10.

44 Vita Apollinaris Ep. Valentinensis, c. 2, éd. B. Krusch, M.G.H., SS. rerum Merovingicarum t. 3, Hanovre, 1896, p. 198.– Concilium Lugdunense (516/523), c. 1, éd. F. Maassen, M.G.H., Concilia, t. 1, Hanovre, 1893, p. 32-33, cf p. 34 ; cf. sur cette affaire Favrod, Royaume burgonde, p. 172 (citation) et p. 425-427.

45 Lex Burgundionum, c. 52, 2, éd. von Salis, p. 85.

46 Avit de Vienne, Ep., 55, 80, 81, p. 83-85, 93-94 ; cf. Passio Sigismundi, c. 10, éd. B. Krusch, SS. rerum Merovingicarum, t. 2, Hanovre, 1888, p. 339.

47 J.M. Pardessus, Diplomata, chartae, epistolae, leges aliaque instrumenta ad res Gallo-Francicas spectantia, t. 1, Paris, 1843, no 140 ; cf. P. Amory, The Textual Transmission of the Donatio Ansemundi, Francia, t. 20, 1993, p. 163-183, en particulier p. 166 n. 22.– Id., Names, p. 16-19.

48 Vita abbatum Acaunensium, c. 1, éd. Krusch, p. 330.

49 Marius d’avenches, Chron. ad a. 500.2, éd. Mommsen, p. 234 ; éd. Favrod, p. 68, parle de pluresque seniores ac Burgundiones, qui cum ipso [i e. Godegeselo] senserant et qui ont été mis à mort par Gondebaud ; cf. Gregoire de Tours, Hist., II, 33, éd. Krusch et Levison, p. 81 : interfectis senatoribus Burgundionibusque, qui Godigiselo consenserant.

50 Lex Burgundionum, Prima Constitutio 5, éd. von Salis, p. 31 ; cf. Mathisen, Roman Aristocrats, p. 128-129.

51 Lex Burgundionum, tit. 49, 4 (pueri regis), 76 (wittiscalci), 52, 2 (spatarius), 38, 2 (conviva regis), éd. von Salis, p. 81, 100-101, 85, 70.

52 La collégialité des juges, burgondes et romains, a été défendue en dernier par Favrod, Royaume burgonde, p. 173-176 ; de même par Anton, Burgunden, p. 247, contre Schmidt, Ostgermanen, p. 182 ; aussi J. Richard, Une hypothèse à propos de l’origine de la cour comtale. Le destin de la curie municipale, Album J. Balon, Namur, 1968, p. 49-57, en particulier p. 51-52, 54, part du principe d’une dualité des comtes, burgondes et romains.

53 Lex Burgundionum, Prima Constitutio, éd. von Salis, p. 34-35 ; sur cette liste cf. G. Baesecke, Das Verhaltnis der Handschriften der Lex Gundobada nach der Grafenliste, Zeitschrift der Savigny-Stiftung fur Rechtsgeschichte, Germanistische Abteilung, t. 59, 1939, p. 233-249.

54 Dahn, Burgunden, p. 123.– Amory, Names, p. 25-27, explique l’absence de noms latins dans la liste des comtes par le caractère de code militaire de la Lex Burgundionum, code qui règle les relations entre l’armée burgonde et la population romaine. Ce seraient donc les membres de l’armée portant, par leur fonction, des noms germaniques qui auraient donné, par leurs signatures, leur consentement au code.

55 Fr. Descombes, Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures à la Renaissance carolingienne, t. 15, Viennoise du Nord, Paris, 1985, p. 733-736, no 287 ; cf. Amory, Names, p. 14.

56 Vita Eptadii, c. 19, éd. B. Krusch, M.G.H., SS. rerum Merovingicarum, t. 3, Hanovre, 1896, p. 192-193.

57 Orosius, Historiarum adversum paganos libri VII, VII 32, 13, éd. C. Zangemeister, Corpus scriptorum ecclesiasticorum Latinorum Academiae Vindobonensis, t. 5, Vienne, 1882, p. 514 ; éd. M.-P. Arnaud-Lindet, t. 3, Paris, 1991, p. 87 ; Socrate, Hist. eccl., VII, 30, éd. J.-P. MIGNE, Patrologie grecque, t. 67, col. 806-807 ; éd. G.C. Hansen, Griechische christliche Schriftsteller, nlle sér., t. 1, Berlin, 1995, p. 378-379. Orose écrit vers 417/418, Socrate est mort en 440 ; les deux se trouvent très loin des événements ; la tendance apologétique d’Orose est bien connue. C’est pourquoi leurs témoignages sur une première phase catholique chez les Burgondes, acceptés par exemple par A. Hauck, Kirchengeschichte Deutschlands, 3e et 4e éd., Leipzig, 1912 (réimprimé 1954), p. 93-94 et par Coville, Recherches, p. 139-153, qui tente notamment à réfuter la thèse inverse de H. von Schubert, Die Anfànge des Christentums bei den Burgundern, Sitzungsberichte der Heidelberger Akademie der Wissenschaften, Philosoph.-histor. Klasse, Heidelberg, 1911, 3. Abhandlung, qui, lui, n’accepte ni le témoignage d’Orose ni celui de Socrate. La thèse de von Schubert a été acceptée largement, ainsi par Schmidt, Ostgermanen, p. 136-137.– K.D. Schmidt, Die Bekehrung der Germanen zum Christentum, t. 1, Der ostgermanische Arianismus, Gottingen, 1939, p. 404-411.– Anton, Burgunden, p. 240 (avec prudence).– Favrod, Royaume burgonde, p. 50-54. Ce dernier critique la nouvelle tentative de revaloriser le texte d’Orose faite par J. Wood, Ethnicity and the Ethnogenesis of the Burgundians, Typen der Ethnogenese unter besonderer Berücksichtigung der Bayern. Teil 1, éd. H. Wolfram, W. Pohl, Vienne, 1990, p. 53-69, en particulier p. 58-61. Soraci, Roma e i Burgundi, p. 509, parle d’une parenthèse catholique probable. H. Büttner, Frühes fränkisches Christentum am Mittelrhein, Archiv fur mittelrheinische Kirchengeschichte, t. 3, 1951, p. 9-55 (réimprimé dans ID., Zur frühmittelalterlichen Reichsgeschichte an Rhein, Main und Neckar, Darmstadt, 1975, p. 47-101, en particulier p. 68-69) retient le témoignage d’Orose comme digne de foi, de même que E. Ewig, Der Raum zwischen Selz und Andernach vom 5. bis zum 7. Jahrhundert, Von der Spätantike zum frühen Mittelalter, éd. J. Werner, E. Ewig, Sigmaringen, 1979, p. 271-296, en particulier p. 276-277, qui ajoute aux références d’Orose et de Socrate celle de la vie de l’évêque Loup de Troyes parlant de l’évêque Severus de Trèves qui prêcha aux gentes de la Germania Ia : Vita Lupi ep. Trecensis, c. 11, éd. B. Krusch, M.G.H., SS. rerum Merovingicarum, t. 7, Hanovre-Leipzig, 1920, p. 302.

58 Gregoire de Tours, Hist., II, 28, éd. Krusch et Levison, p. 73.

59 Sur l’attitude anti-burgonde et anti-arienne de Grégoire de Tours cf. Wood, Ethnicity, p. 60.– Favrod, Royaume burgonde, p. 140, 324-327.

60 P.L.R.E., t. 2, p. 523-524, d’après Jean d’antioche, Fragment 209, éd. K. Müller, Fragmenta Historicorum Graecorum, t. 4, Paris, 1868, p. 618 et Jean Malalas, Chronographia, XIV, 374, éd. Migne, Patrologie grecque, t. 97, col. 557.

61 Sidoine Apollinaire, Ep., V, 7, 7, éd. Loyen, t. 2, p. 185, 236 n. 21 (citation).

62 Id., Ep., VI, 12, 3, p. 27.

63 Carétène est mentionnée en tant que regina Burgundionum nomine Carathena et coniux Gundebaudi regis dans la Vita Marcelli, 9, 1, 2, éd. F. Dolbeau, La vie en prose de saint Marcel, évêque de Die, Francia, t. 11, 1983, p. 97-130, en particulier p. 124. Sur Carétène voir la notice de M. Heinzelmann, Gallische Prosopographie 260-527, Francia, t. 10, 1982, p. 531-718, en particulier p. 574. Sur son origine franque supposée cf. Favrod, Royaume burgonde, p. 286.

64 Avit de Vienne, Appendix VI, 6, éd. Peiper, p. 185.

65 Id., v. 19-20 : Condidit haec templum praesens, quod personat orbe,/Angelicisque dedit limina celsa choris ; Avit de Vienne, Homilia, 17, éd. Peiper, p. 125-126 ; Vita Marcelli, 9, 1-5, éd. Dolbeau, p. 124-126. L’église fut reconstruite avant 1029, puis démolie en 1742, cf. P.-A. Février, J.-C. Picard, C. Pietri, L-F. Reynaud, Lyon, Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du viiie siècle, éd. N. Gauthier, J.-C. Picard, t. 4, Province ecclésiastique de Lyon, Paris 1986, p. 31.– J.-F. Reynaud, Lugdunum Christianum. Lyon du IVe au VIIIe s. : topographie, nécropoles et édifices religieux, Paris, 1998, p. 197-198.

66 Grégoire de Tours, Virt. s. Juliani, 8, éd. B. Krusch, M.G.H., SS. rerum Merovingicarum, t. 1, 2, Hanovre, 1969, p. 118 ; Avit de Vienne, Appendix VI, 6, v. 11-12, éd. Peiper, p. 185.

67 Passio Victoris et Ursi, éd. A. Lütolf, Die Glaubensboten der Schweiz vor St. Gallus, Lucerne, 1871, p. 172-176, en particulier p. 174 ; d’après Frédégaire, Chron., IV, 22, éd. B. Krusch, M.G.H., SS. rerum Merovingicarum, t. 2, Hanovre, 1888, p. 129, l’église aurait été construite par la « reine » Sédéleubeude ; pour la discussion des thèses différentes à ce sujet cf Favrod, Royaume burgonde, p. 294-301, dont nous suivons les conclusions.

68 La fondation est mentionnée dans une donation de 965/968, cf. Coville, Recherches, p. 265, qui met en doute cette mention, Id., p. 251-265 ; alors que Favrod, Royaume burgonde, p. 345-347 et J. Wood, Kings, Kingdoms and Consents, Early Medieval Kingship, éd. P.H. Sawyer, J.N. Wood, Leeds, 1977, p. 6-29, en particulier p. 21 (n. 108) l’acceptent.

69 Marius d’avenches, Chron. ad a. 500.2, éd. Mommsen, p. 234 ; éd. Favrod, p. 68 : seniores (h)ac Burgundiones.– Grégoire de Tours, Hist., II, 33, éd. Krusch et Levison, p. 81 : interfectis senatoribus Burgundionibusque ; la Passio Sigismundi, 3, éd. B. Krusch, M.G.H., SS. rerum Merovingicarum, t. 2, Hanovre, 1888, p. 334, mentionne aussi comme victimes l’épouse de Godégisel et ses enfants.

70 Grégoire de Tours, Hist., II, 28-31, éd. Krusch et Levison, p. 73-78, cf. les longs chapitres sur le mariage de Clotilde et le baptême de Clovis dans M. Rouche, Clovis, Paris, 1996, p. 229-285.

71 Avit de Vienne, Appendix VI, 6, v. 13-14, éd. Peiper, p. 185.– Grégoire de Tours, Hist., III, 5, éd. Krusch et Levison, p. 100-101, le nom de la fille de Sigismond est donné par Flodoard, Historia Remensis ecclesiae, II, 1, éd. M. Stratmann, Flodoard von Reims. Die Geschichte der Reimser Kirche, M.G.H., Scriptores, t. 36, Hanovre, 1998, p. 132.

72 Grégoire de Tours, Hist., III, 5, éd. Krusch et Levison, p. 100.– Anonymus Valesianus, § 63, éd. T. Mommsen, M.G.H., Auctores antiquissimi, t. 5, 1, Berlin, 1882, p. 322 Jordanes, Getica, c. 58, § 297, éd. T. Mommsen, M.G.H., Auctores antiquissimi, t. 5, 1, p. 134.

73 Schmidt, Ostgermanen, p. 152-154, 158-159.

74 Avit de Vienne, Ep., 8, éd. Peiper, p. 40-43, pour l’interprétation cf. M. Burckhardt, Die Briefsammlung des Bischofs Avitus von Vienne († 518), Berlin, 1938, p. 76-87.

75 Cf. n. 65 et Favrod, Royaume burgonde, p. 367-371.

76 Avit de Vienne, Ep., 1-6, 21-23, 30, 44, éd. Peiper, p. 12-35, 54-56, 60-62, 73-74. Le débat est mentionné dans la lettre no 23, adressée à Sigismond (p. 55), cf. Ep., 30 (p. 60-62) ; le traité Contra Arrianos et les deux traités Contra Eutychianam haeresim, sous forme de lettres (Ep., 1-3, p. 12-29) sont signalés d’une façon vague par Agobard de Lyon, Id., p. 2-3, cf. aussi Grégoire de Tours, Hist., II, 34, éd. Krusch et Levison, p. 81-83. La discussion théologique entre Avit et Gondebaud est analysée par Burckhardt, Briefsammlung, p. 55-76. Amory, Names, p. 11, rappelle les relations entre le comes Boniface et saint Augustin un siècle plus tôt.

77 Avit de Vienne, Ep., 53, 54, éd. Peiper, p. 81-83. Sur Héraclius cf P.L.R.E., t. 2, p. 542-543 et Heinzelmann, Gallische Prosopographie, p. 623.

78 Agobard de Lyon, Ep., 3, § 13, éd. E. Dümmler, M. G. H., Epistolae, t. 5, Berlin, 1899, p. 163.

79 La conversion et la demande de reliques sont mentionnées dans une lettre d’avit de Vienne, Ep., 8, éd. Peiper, p. 40-43 ; cf. Burckhardt, Briefsammlung, p. 7-83 ; Favrod, Royaume burgonde, p. 377-380.

80 Vita abbatum Acaunensium, 1-8, éd. B. Krusch, M.G.H., SS. rerum Merovingicarum, t. 7, Hanovre-Leipzig, 1920, p. 330-334 ; son épitaphe : éd. B. Krusch, M.G.H., SS. rerum Merovingicarum, t. 3, Hanovre, 1896, p. 180.

81 Pour l’histoire politique du regnum Burgundiae à l’époque mérovingienne cf. E. Ewig, Die fränkischen Teilungen und Teilreiche (511-613) et ID., Die fränkischen Teilreiche im 7. Jahrhundert (613-714), dans ID., Spatantikes und fränkisches Gallien, éd. H. Atsma, t. 1, Munich, 1976, p. 114-171, 172-230, ainsi que DU MÊME, Volkstum und Volksbewusstsein im Frankenreich des 7. Jahrhunderts, Id., p. 231-273, en particulier p. 255-264 ; bref aperçu par K.F. Werner dans l’article Burgund, fränkisches Teilreich dans le Lexikon des Mittelalters, t. 2, Munich-Zurich, 1983, col. 1062-1064.

82 La forte tradition romaine en tout ce qui concerne l’État et l’Église a été soulignée en dernier par S. Esders, Römische Rechtstradition und merowingisches Königtum. Zum Rechtscharakter politischer Herrschaft in Burgund im 6. und 7. Jahrhundert, Göttingen, 1997, en particulier p. 268-316.

83 Le titre de patrice est connu pour Chilpéric Ier ou Chilpéric II, pour Gondebaud et Sigismond : P.L.R.E., t. 2, p. 286-287, 524-525, 1009, cf. Favrod, Royaume burgonde, p. 143-143-146 ; sur les patrices de l’époque mérovingienne voir R. Buchner, Die Provence in merowingischer Zeit. Verfassung-Wirtschaft-Kultur, Stuttgart, 1933, p. 86-108.

84 K. Selle-Hosbach, Prosopographie merowingischer Amtsträger in der Zeit von 511-613, Bonn, 1974, p. 19.

85 Id., p. 29-30.

86 Id., p. 23-24.

87 Pour la noblesse militaire cf. A. Demandt, Der spätrömische Militäradel, Chiron, t. 10, 1980, p. 609-636, pour le choix des noms de comtes cf. Amory, Names, p. 27-28.

88 Frédégaire, Chron., IV, 78, 90, éd. Krusch, p. 160, 166 ; Vita Columbani, I, 14, éd. B. Krusch, SS. rerum Merovingicarum, t. 4, Hanovre-Leipzig, 1902, p. 79-80.

89 Grégoire De Tours, Hist., IV, 42, éd. Krusch et Levison, p. 174, cf. P.L.R.E., t. 3, p. 899-901.

90 Frédégaire, Chron., IV, 24, 26, 27, éd. Krusch, p. 130-132 ; cf. P.L.R.E., t. 3, p. 1068-1069.

91 Marius d’avenches, Chron. ad a. 573.2, 574.2, éd. Mommsen, p. 238-239 ; éd. Favrod, p. 82, 84.– Frédégaire, Chron., III, 68 ; IV, 13, 24, éd. Krusch, p. 111, 127, 130 ; cf P.L.R.E., t. 3, p. 1234, 1351, 1400.

92 R. Kaiser, War der Ring des Graifarius der Siegelring des Vaefarius dux Francorum ?, Iconologia sacra. Mythos, Bildkunst und Dichtung in der Religions-und Sozialgeschichte Alteuropas. Festschrift fur Karl Hauck zum 75. Geburtstag, éd. H. Keller, N. Staubach, Berlin-New York, 1994, p. 263-282. Sur l’utilisation de 1’anulus regius au viiie siècle, en Bourgogne, voir J. Richard, Le defensor civitatis et la curie municipale dans la Bourgogne du viiie siècle, Mémoires de la Société pour l’Histoire du Droit et des Institutions des anciens Pays bourguignons, comtois et romands, t. 21, 1960, p. 141-145, en particulier p. 142-143.

93 Stroheker, Der senatorische Adel, p. 121-122.

94 Id., p. 195, no259 (Nizier), p. 143, no7 (Aetherius) ; cf. M. Heinzelmann, Bischofsherrschaft in Gallien, Munich, 1976, p. 152-176.– Grégoire de Tours, Hist., X, 28, éd. Krusch et Levison, p. 520-521 pour 591.

95 Grégoire de Tours, Hist., V, 45, éd. Krusch et Levison, p. 256.

96 Selle-Hosbach, Prosopographie, p. 9.

97 Id., p. 10 ; cf. P.L.R.E., t. 3, p. 1052 pour Priscus.

98 Selle-Hosbach, Prosopographie, p. 13.

99 Frédégaire, Chron., IV, 4, 13 ; IV, 2, 5, éd. Krusch, p. 125, 127 ; 124, 125 ; cf. P.L.R.E., t. 3, p. 788-789, 1400.

100 Frédégaire, Chron., IV, 30, éd. Krusch, p. 132.

101 Id., III, 89, p. 118.

102 Cf. n. 95 (Flavus) ; Grégoire de Tours, Hist., VIII, 39, éd. Krusch et Levison, p. 406 (Licerius).

103 M.G.H., Conc. I, p. 162.– Grégoire de Tours, Hist., IX, 20, éd. Krusch et Levison, p. 434-439.– Decretio Childeberti, M.G.H., Capitularia, t. 1, éd. A. Boretius, Hanovre, 1883, p. 17 ; cf. Stroheker, Der senatorische Adel, p. 149, no38 et surtout D. Liebs, Römische Juristen der Merowinger, Wirkungen europaischer Rechtskultur. Festschrift K. Kroeschell zum 70. Geburtstag, éd. G. Köbler, H. Nehlsen, Munich, 1997, p. 635-666, en particulier, p. 645-648.

104 Id., p. 636-638 (Celsus), p. 645-648 (Asclipiodetus), p. 648-653 (Claudius), p. 653-655 (Felix presbyter, de la région de Briord et de Vézeronce ; sans relation connue avec l’entourage du roi).

105 Frédégaire, Chron., IV, 27, éd. Krusch, p. 131.

106 Ewig, Fränkische Teilreiche.– L. Dupraz, Le premier duché de Bourgogne. Ses titulaires ; leur famille ; leur politique, Mélanges offerts à P.-E. Martin, Genève, 1961, p. 19-37-J.L. Nelson, Queens as Jezebels : The Careers of Brunhild and Balthild in Merovingian History, Medieval Women, éd. D. Baker, Oxford, 1978, p. 31-77 ; P. Fouracre, Merovingian History and Merovingian Hagiography, Past and Present, t. 127, 1990, p. 3-38.

Auteur

Professeur à l’Université de Zürich

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.