Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À l’ombre du Pouvoir

 | 
Jean-Louis Kupper
, 
Alain Marchandisse

De l’entourage royal à l’entourage pontifical : l’exemple méconnu de l’archevêque Gilles de Tyr († 1266)

Pierre-Vincent Claverie

Texte intégral

  • 1 Voir sur ces derniers H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights. The Images of the (...)
  • 2 J. Baudot et L. Claussin, Vie des saints et des bienheureux selon l’ordre du calendrier, avec l’hi (...)
  • 3 J. Delaville Le Roulx, Titres de l’Hôpital des Bretons d’Acre, Archives de l’Orient latin, t. 1, P (...)
  • 4 Les Archives nationales de France conservent de nombreux documents concernant Gilles de Tyr restés (...)
  • 5 F. Chamard, Gilles de Tyr ou une gloire en Anjou sous le règne de saint Louis, Revue de l’Anjou et (...)

1Parmi les saints engendrés par les croisades tels Matthieu de Beauvais, Jean de Montfort ou encore les bienheureux Gérard Tenque et Raymond du Puy1, fondateurs de l’Hôpital de Saint-Jean, figure un prélat angevin du xiiie siècle aujourd’hui tombé dans l’oubli2. L’archevêque Gilles de Tyr (1254-1266) ne demeure pas moins « une des plus grandes figures de l’épiscopat de Terre sainte » pour reprendre une expression formulée à son égard par Joseph Delaville Le Roulx au siècle dernier3. De nombreux documents conservés dans les registres pontificaux ou divers fonds d’archives français permettent de retracer assez fidèlement la carrière de ce prélat successivement évêque de Damiette, archevêque de Tyr, et « exécuteur des affaires de la Croix » dans le royaume de France4. Beaucoup de ces pièces publiées au début de ce siècle par la direction des Archives Nationales ont échappé au premier biographe sérieux de Gilles de Tyr, le père François Chamard, à qui l’on doit deux études empreintes de fierté régionale5.

  • 6 Y. Dossat, Guillaume II, évêque d’Agen, patriarche de Jérusalem, Cahiers de Fanjeaux, t. 18, 1983, (...)
  • 7 R.B.C. Huygens, Guillaume de Tyr étudiant : Un chapitre (XIX, 12) de son Histoire retrouvé, Latomu (...)
  • 8 C. Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, Paris-Angers, 18 (...)

2La jeunesse de Gilles de Tyr comporte encore aujourd’hui de larges parts d’ombre en dépit de ces avancées. Cette situation est caractéristique du clergé latin d’Orient dont beaucoup de prélats sont méconnus. Le cas du patriarche de Jérusalem Guillaume II d’Agen, étudié en 1980 par Yves Dossat, reste à ce niveau exemplaire, seule l’origine saintongeaise de ce prélat étant aujourd’hui connue6. La jeunesse du plus grand historien du Moyen Âge, Guillaume de Tyr, n’était jusqu’à une date récente guère mieux connue. R.B.C. Huygens et Hans Eberhard Mayer y ont remédié en réalisant à quelques années d’intervalle des découvertes décisives sur l’enfance et l’adolescence de ce prélat hors du commun7. La béatification populaire de son lointain successeur, Gilles de Tyr, nous empêche de disposer aujourd’hui d’une Vita sancti Egidii, composée peu après son éventuelle reconnaissance par l’Église. L’indigence des sources a de tout temps autorisé de nombreuses hypothèses sur les premières années d’existence de Gilles de Tyr. Célestin Port a été le premier en 1878 à souligner l’incertitude de ces conjectures dans une notice rigoureuse consacrée au grand archevêque8. La contribution qui va suivre a pour objectif de développer certaines de ces conclusions au vu des recherches que j’ai entreprises sur la question depuis près de deux ans.

1. Une jeunesse obscure

  • 9 N. Bouvreau (?), Advis donné à Monsieur l’abbé de Bourgueil touchant la sépulture de Gilles archev (...)
  • 10 Angers, Bibliothèque municipale, Ms. no 1000 (= Rerum Andegavensium Pandectae, t. 2), f° 49.
  • 11 Dom Chamard et son émule (pour ne pas dire plagiaire) E. Pavie (cf. Id., L’Anjou dans la lutte de (...)
  • 12 Bouvreau, Advis donné, p. 31.

3La plupart des historiens placent la naissance de Gilles de Tyr dans la région de Saumur au début du xiiie siècle en liant intimement ses lieux de sépulture et de naissance. Le procureur fiscal de Saumur, N. Bouvreau, paraît être le premier à avoir avancé cette hypothèse en janvier 1614, peu après la découverte dans une église de Saumur du tombeau de Gilles de Tyr9. L’historien angevin Claude Ménard (1574-1652) reprit à son compte cette hypothèse dans ses Pandectes angevines rédigées sous Louis XIII10. Cet ouvrage resté inédit a exercé au xixe siècle une énorme influence sur les différents biographes angevins de Gilles de Tyr11. L’absence de patronyme attaché au prénom du vénérable archevêque aurait pu cautionner une origine modeste si la famille saumuroise des Gilles n’avait pas depuis fort longtemps voué un culte à sa sépulture le premier septembre de chaque année12.

  • 13 P. Rangeard, Histoire de l’Université d’Angers (XIe-XVe siècle), éd. A. Lemarchand, t. 1, 1877 (18 (...)

4L’appartenance de Gilles de Tyr à la famille des Gilles, devenue de Cernay à l’époque moderne, pose en fait problème. Les patronages religieux invoqués par cette famille au xviie siècle à Saint-Mainebeuf de Villebernier ou à Saumur même avec la Chapelle des Gilles (Capella Egidiorum) ne prouvent en effet pas grand chose. Cette famille de juristes devenue célèbre sous Louis XI semble avoir été d’ailleurs incapable en 1614 de produire des titres de famille antérieurs à 1300. On ne peut en conséquence exclure l’éventualité d’une récupération au bas Moyen Âge de la mémoire de Gilles de Tyr par une lignage en quête de notoriété. L’historien Pierre Rangeard (1692-1726) prétend que Gilles professa dans sa jeunesse le droit canon à l’Université d’Angers après y avoir été lui-même formé sans malheureusement fournir de preuves explicites13.

  • 14 Gallia Christiana, t. 14, Paris, 1861, col. 593.
  • 15 Jacques Pantaléon, mort en 1264 deux ans avant son ami Gilles de Tyr, passe en effet pour être né (...)
  • 16 Chamard, Gilles de Tyr ou une gloire en Anjou sous le règne de saint Louis, p. 130-131.
  • 17 Paris, Bibliothèque Nationale, Ms. lat. no 2584, f° 126 v° – 128 r° (sermon pour le 14 août).

5Il se pourrait que cette expatriation précoce l’ait amené à occuper assez tôt une charge dans l’Église diocésaine, où un diacre du nom de Gilles est attesté entre l’année 1215 et le mois de décembre 1231. Cette identification hypothétique en aurait fait un fidèle serviteur de l’évêque Guillaume de Beaumont dès 1219, où Gilles le remplace officiellement lors de l’acquisition d’une vigne par la puissante abbaye de Saint-Aubin d’Angers14. Il n’est pas exclu à la lueur de ces documents que Gilles soit né dans le dernier quart du xiie siècle à l’instar de son contemporain, le pape Urbain IV15. Le père Chamard a néanmoins opté au xixe siècle pour une naissance plus tardive, qu’il se proposait de placer vers 121016. Les quarante ou cinquante premières années de Gilles de Tyr restent difficiles à cerner avec précision en raison du peu d’informations disponibles. Il est possible que Gilles ait rédigé durant cette période un sermon inédit sur la Vierge Marie aujourd’hui conservé à la Bibliothèque Nationale en un exemplaire unique dont l’auteur porte le même nom que lui17.

  • 18 P. Marchegay, Archives d’Anjou, t. 1, Angers, 1843, p. 175-176 n. 2.
  • 19 É. Jordan, Les Registres de Clément IV, Paris, 1893, p. 67-68, no 247.

6La bienveillance que manifesta Gilles à l’égard de l’abbaye de Saint-Florent de Saumur à la fin de sa vie a incité certains historiens à se demander si l’archevêque de Tyr n’y aurait pas réalisé son instruction élémentaire. Sa demeure paraît en tout cas n’avoir été guère éloignée de l’église de Nantilly où l’abbaye entretenait depuis tout temps deux moines placés sous l’autorité d’un prieur. Gilles de Tyr céda cette maison à l’abbaye de Saint-Florent peu avant sa mort comme l’indique un acte de 1269 mal interprété par le père Chamard18. Cette donation n’empêcha pas Gilles d’excommunier en 1264 sur ordre du pape Urbain IV l’abbé de Saint-Florent de Saumur, qui refusait de recevoir dans l’église de Nantilly des représentants du clergé séculier. Le pape Clément IV se fit un devoir d’annuler cette décision le 17 février 1266 par une bulle qui fit longtemps jurisprudence lors des querelles entre l’abbaye et l’évêché d’Angers19.

2. Gilles de Tyr et saint Louis

  • 20 Chamard, op. cit., p. 134-135.
  • 21 Angers, Bibliothèque municipale, Ms. no 1000, f° 49.

7Les historiens du xixe siècle font rentrer Gilles de Tyr sur la scène historique au mois de juin 1241 lors des fêtes de chevalerie données à Saumur par saint Louis à l’occasion de l’adoubement de son frère Alphonse de Poitiers20. Tous suivent le récit de Claude Ménard qui affirme que Louis IX aurait pris à son service Gilles de Tyr après avoir remarqué ses talents de prédicateur21. Pour autant séduisante qu’elle soit, cette assertion ne repose sur aucun fait établi, Claude Ménard ayant tiré cette conclusion du récit de Joinville qu’il avait édité en 1617.

  • 22 J. Richard, La fondation d’une Église latine en Orient par saint Louis : Damiette, Bibliothèque de (...)
  • 23 Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. latin no 9778, f° 210 v°, col. a, f° 213 v°, col. a.

8La première mention historique de Gilles de Tyr demeure dans ces conditions la charte de fondation de la cathédrale de Damiette instituée par saint Louis en novembre 1249 pour rendre grâce à son débarquement victorieux du 5 juin précédent. Le Professeur Richard a étudié en 1963 ce document sans équivalent en soulignant la volonté explicite de saint Louis de fonder une nouvelle province ecclésiastique dans le delta du Nil22. Gilles de Tyr, qui avait accompagné le roi de France en Orient aux côtés de clercs comme Guillaume de Chartres, Pierre et Jean de Lissy ou Simon Desponts, venait d’être consacré archevêque de la cité par le légat Eudes de Châteauroux lors d’une cérémonie organisée dans l’ancienne grande mosquée de Damiette23. Saint Louis lui concéda les deux tiers des futures dîmes de son diocèse ainsi qu’un important domaine foncier aux revenus annuels estimés à 5 000 besants sarracénats. Le roi céda en outre à son protégé un quartier regroupant deux tours, une ancienne mosquée et une place proche de l’enclôt reservé aux chanoines de la cathédrale. Louis IX s’engagea à compléter ce temporel par l’octroi de dix fiefs chevaleresques permettant à l’archevêque de fournir une contribution armée à l’ost royal.

9Gilles reçut le droit d’user de poids et de mesures propres dans le port de Damiette ainsi que de ne payer aucune redevance sur les marchandises transitant pour son compte à travers la ville. Ces privilèges étendus au chapitre de la cathédrale semblent avoir été couronnés par le droit d’utiliser librement une flottille de vasa aquatica dans laquelle nous pensons reconnaître l’expression de barges fluviales. Ce droit conforme aux observations faites il y a plus de trente ans par Jean Richard aurait permis à l’archevêque de réaliser de substantiels profits en déchargeant sans frais de douane des navires de haute mer tout en bénéficiant de la possibilité de commercer avec les cités situées en amont sur le Nil. Ce privilège fournit une preuve supplémentaire de la détermination du roi de France à s’implanter durablement en Égypte. Sa défaite à l’issue de la bataille de la Mansourah compromettra définitivement ce projet durant le printemps 1250. Gilles de Tyr abandonnera alors son siège, le 6 mai, pour gagner Acre aux côtés de son protecteur.

  • 24 J. Le Goff, Saint Louis, Paris, 1996, p. 207, 716.– Jean de Joinville, Vie de saint Louis, éd. J. (...)
  • 25 P.-V. Claverie, Un nouvel éclairage sur le financement de la première croisade de saint Louis, Mél (...)

10Le début du séjour en Syrie de Gilles est très mal connu en raison de l’entêtement de ses biographes à avoir voulu voir en lui le prédécesseur officiel de Raoul Grosparmi comme garde des Sceaux de saint Louis. Cette erreur procède d’une lecture hâtive de Joinville, reprise récemment par Jacques Le Goff malgré les observations faites par Élie Berger dès 1895. Jacques Monfrin a souligné à nouveau en 1995 l’incohérence de cette version dans son introduction à son édition critique de Joinville24. L'Estoire d’Éracles comme le confesseur du roi, Geoffroy de Beaulieu, établissent en effet de façon limpide que le garde des Sceaux du roi en 1251 et 1252 n’était pas Gilles de Saumur mais l’archevêque de Tyr Niccoló Lercari, arrivé en Orient le 8 janvier 1251. C’est en effet ce proche parent du pape Innocent IV qui annonça à saint Louis durant son séjour à Jaffa le décès de sa mère en compagnie du légat Eudes de Châteauroux, en dépit des assertions contraires de Joinville. Ces conclusions viennent d’être rappelées dans un article récent sur le financement de la septième croisade25.

  • 26 É. Baluze, Miscellaneorum liber quartus, Paris, 1683, p. 495.
  • 27 É. Berger, Les Registres d’innocent IV, t. 3, Paris, 1897, p. 350, no 7167.

11Cette étude permet de replacer dans son contexte exact un privilège concédé à Gilles de Tyr au mois de juillet 1252 durant le séjour de l’armée royale à Jaffa. L’ancien archevêque de Damiette, qui n’est plus alors auréolé que du titre d’évêque, reçoit dans ce diplôme une rente annuelle de 200 livres parisis, percevable aussi longtemps qu’il restera dépourvu de siège épiscopal. Ce privilège dissimule en fait une reconnaissance de dettes du roi à qui son protégé a avancé des subsides importants, puisque Gilles est désigné dans ce document comme pauper propter ejus gratum servitium26. Un compromis équitable semble avoir été trouvé par les deux hommes qui déléguèrent durant l’année suivante une ambassade auprès du pape Innocent IV afin de mettre un terme à cette situation temporaire27. Un événement inattendu devait accélérer les choses.

  • 28 Dom M. Bouquet, Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. 20, Paris, 1840, p. 99-100, (...)
  • 29 L’estoire de Éracles empereur et la conqueste de la terre d’Outremer, Recueil des historiens des c (...)
  • 30 La première occurrence diplomatique de Gilles avec le titre d’« élu consacré de Tyr » ne dépasse l (...)
  • 31 Berger, op. cit., t. 3, p. 350, no 7167, p. 489, no 7902-7903.
  • 32 H.R. Luard, Annales monastici, t. 1, Londres, 1864, p. 368-369 (lettre du 2, 9, 16, 23 ou 30 septe (...)

12Saint Louis expédia en effet à Sidon à la fin du printemps 1253 le chef de ses arbalétriers afin de superviser la réfection des murailles de la petite cité chrétienne. Une incursion de l’armée damascène le contraignit à se replier dans le château de Mer en abandonnant sur le rivage 2 000 à 4 000 ouvriers, dont 800 auraient été tués selon l'Estoire d’Éracles. Le roi accouru avec des renforts à la fin du mois de juillet ne put que constater les dégâts et se distinguer par son dévouement habituel en inhumant de ses propres mains durant près de cinq jours les cadavres en putréfaction. Guillaume de Saint-Pathus signale que saint Louis s’adjoignit à cette occasion les services de son garde des Sceaux, secondé par Gilles de Tyr et un autre prélat, en qui il est tentant de voir l’évêque du lieu. Niccoló Lercari semble ne pas avoir survécu plus de trois jours à un tel traitement en dépit de ses efforts pour protéger ses narines de l’air vicié28. Cette libération providentielle du siège de Tyr ne profita malheureusement pas immédiatement à l’ancien évêque de Damiette qui dut attendre une dispense officielle de la papauté avant de pouvoir postuler à la succession de Niccolô Lercari29. Innocent IV la lui concéda le 3 janvier 1254 avant de prendre connaissance de son élection au début de l’été30. Le pape remit le 31 juillet à un chanoine de l’Église de Tyr nommé Guillaume le pallium que l’évêque de Beyrouth devait assigner à Gilles en son nom31. La consécration de Gilles de Tyr, encore désigné sous le terme d’élu en septembre 125432, dut survenir durant l’automne suivant avant le retour en Occident du légat pontifical Eudes de Châteauroux. Ce dernier fut le témoin à cette époque de la fondation par Gilles de Tyr d’une institution charitable destinée à soulager les pèlerins natifs de sa province d’origine.

3. La Création de l’hôpital des Bretons d’Acre (1254)

  • 33 J. Delaville Le Roulx, L’Hôpital des Bretons de S. Jean d’Acre au XIIIe siècle, Nantes, 1880.– Id. (...)

13L’histoire de cette fondation pieuse doit beaucoup aux travaux de J. Delaville Le Roulx qui a publié au xixe siècle une partie des archives de cet établissement hospitalier33. Ces documents relatent comment Gilles de Tyr a acquis durant l’été 1254 une maison relevant de la censive des chevaliers de Saint-Jean contre quarante besants sarracénats afin d’y établir un hôpital à l’attention des pèlerins de la province de Tours. Eudes de Châteauroux y autorisa le 29 août 1254 la construction d’un oratoire dédié à saint Martin, doté d’une cloche permettant de célébrer les offices comme il se doit. Gilles de Tyr acquit au début de l’année 1255 une seconde maison auprès d’un certain Jean Brisebassin pour laquelle il était redevable à l’ordre de l’Hôpital d’un cens de trois besants. Ses relations avec les hospitaliers paraissent avoir été excellentes, car Gilles augmenta spontanément de trois besants au mois de juin 1255 le loyer qu’il devait pour ses deux propriétés. Ces dernières se localisaient à Montmusard près du rivage dans le Vicus Anglorum majoritairement peuplé d’Anglais depuis la troisième croisade.

14Le pape Alexandre IV confirma le 5 mars 1256 la fondation de l’Hôpital des pauvres Bretons de Saint-Martin d’Acre avant de régler le costume de ses membres deux mois plus tard. Il leur accorda alors le droit d’arborer à titre distinctif sur leur habit une représentation figurée de la charité de saint Martin. Un libelle adressé en 1265 ou 1266 à Gilles de Tyr par un responsable de l’hôpital nous apporte de précieuses informations sur l’histoire ultérieure de cet établissement religieux. L’hôpital, submergé de malades, reçut dès le 5 mars 1258 l’autorisation de leur conférer les sacrements sans causer de préjudice aux droits paroissiaux dévolus à l’évêque d’Acre. Alexandre IV renouvela ce privilège le 7 mars 1260 par un acte qui révèle l’existence d’un petit cimetière contigu à l’hôpital, où les pèlerins pourront désormais être ensevelis. Le manque de place poussa Gilles de Tyr à solliciter l’année suivante auprès du nouveau pape Urbain IV un privilège permettant de porter les dépouilles des malades jusqu’au cimetière de l’église Saint-Nicolas situé à l’extérieur d’Acre. L’ancien patriarche de Jérusalem accéda de bonne grâce à cette demande le 3 décembre 1261 en confirmant les droits sacramentels de l’hôpital. Les motivations réelles de Gilles de Tyr ont échappé à Joseph Delaville Le Roulx, qui a pourtant souligné les difficultés à la fois juridiques et financières éprouvées par l’Hôpital des Bretons d’Acre à compter de l’année 1261. Le pape plaça le 27 novembre l’établissement convoité sous la protection de l’archevêque Henri de Nazareth en l’absence de Gilles de Tyr, alors en Europe. Urbain IV exhorta le même jour les fidèles des patriarcats de Jérusalem et d’Antioche à venir en aide financièrement à l’Hôpital des Bretons dont les ressources commençaient à manquer.

  • 34 Cf. infra document 5. Ces privilèges semblent avoir rassemblé deux concessions quinquennales et tr (...)
  • 35 H. Michelant et G. Raynaud, Itinéraires à Jérusalem et descriptions de la Terre sainte rédigés aux (...)

15Gilles de Tyr semble ne s’être jamais désintéressé de sa fondation selon un document inédit de la Bibliothèque nationale qui prolonge son action jusqu’à la veille de sa mort. Un frère du nom d’Henri ou Hugues sollicita à cette date auprès de sa personne le renouvellement des privilèges pontificaux accordés à l’Hopital des Bretons depuis 125834. Cette requête suggérée par des clercs de son entourage nous apprend que l’établissement n’a procédé à aucune sépulture depuis 1261. La papauté semble avoir voulu compenser cette baisse d’activités en conférant dès cette époque quatre ans et quarante jours d’indulgences aux pèlerins qui visiteraient Saint-Martin d’Acre. Ce capital bien inférieur aux quinze ans concédés à l’ordre de Saint-Thomas ou aux huit ans et quelque reconnus au Temple et à l’Hôpital de Saint-Jean parvint toutefois à assurer la survie du petit établissement jusque dans les années 127035. La disparition de Gilles de Tyr en 1266 compromit pourtant le développement de l’hôpital qui dut solliciter désormais lui même en cour de Rome le renouvellement de ses privilèges fondamentaux. La carrière exemplaire de son fondateur se découpe à compter de 1255 en deux phases distinctes qui méritent d’être évoquées brièvement.

4. L’activité pastorale de Gilles de Tyr en Orient (1255-1260)

  • 36 C. Bourel de La Roncière et al., Les Registres d'Alexandre IV, t. 1, Paris, 1902, p. 81-82, no 305 (...)
  • 37 B. Hamilton, The Latin Church in the Crusader States : the Secular Church, Londres, 1980, p. 268.-(...)
  • 38 Bourel de La Roncière, op. cit., t. 1, p. 102, no 344 (bulle du 11 avril 1255).
  • 39 Id., t. l, p. 83-84, no 311.
  • 40 Röhricht, R.R.H., p. 6-7, no 39, p. 10, no 51 (en date du 23 juillet 1255).
  • 41 Bourel de La Roncière, Les Registres d’Alexandre IV, t. 1, p. 287, no 953.
  • 42 R. Röhricht, Annales de Terre sainte, Archives de l’Orient latin, t. 2 B, Paris, 1884, p. 445-446, (...)

16La première mission qui échut à Gilles de Tyr le 8 avril 1255 fut de prendre en charge l’administration de l’Église de Jérusalem dépourvue de pasteur depuis la mort du patriarche Robert de Nantes survenue dix mois plus tôt. Le nouveau pape Alexandre IV trouva bon d’associer à Gilles l’évêque Arnaud de Lydda, sans savoir que Robert de Nantes avait désigné comme vicaire avant de mourir l’archevêque de Césarée, Joscelin36. Bernard Hamilton, qui a relevé sa présence dans une charte du premier mai 1255, a cru y voir la main du nouveau patriarche de Jérusalem, Jacques Pantaléon, qui aurait invalidé la décision du pape au lendemain de sa nomination pour une raison obscure37. Le bon sens veut tout simplement que la commission du pape expédiée le 8 avril n’était pas encore parvenue en Orient à cette date. Gilles de Tyr reçut cette lettre dans les semaines qui suivirent en compagnie d’une seconde bulle lui notifiant la dévolution du monastère du Mont-Thabor à l’ordre de l’Hôpital. Le pape attendait que Gilles surveillât avec l’abbé de Notre-Dame de Josaphat la refortification effective de l’endroit après son éventuelle rétrocession aux chrétiens38. Cette commission décennale avait été notifiée aux hospitaliers dès le premier avril afin de les inciter à entretenir sur place une garnison de quarante cavaliers39. La transmission de pouvoirs entre Joscelin de Césarée et Gilles de Tyr se déroula durant le printemps dans un climat de confiance qu’attestent trois vidimus émis par les deux hommes au mois de juillet 1255 pour le compte de l’abbaye du Mont-Thabor40. Alexandre IV ne reprit contact avec Gilles de Tyr que le 11 décembre suivant pour lui demander de faciliter l’entrée en fonctions prochaine de Jacques Pantaléon qu’il venait de nommer légat a latere. Ce dernier souhaitait en effet pouvoir disposer de son trésor dès son arrivée en Orient41. L’opération se déroula le plus normalement du monde le 3 juin 1256 lorsque le patriarche accosta à Acre la veille de la Pentecôte42.

  • 43 R. de Mas Latrie, Chroniques d'Amadi et de Strambaldi, t. 1, Paris, 1891, p. 204.
  • 44 Bourel de La Roncière, Les Registres d’Alexandre IV, t. 1, p. 356-357, no 1168 ; infra document 1.

17Gilles de Tyr dut informer rapidement son supérieur de la situation tendue qui régnait dans la ville depuis quelque temps. La communauté génoise d’Acre, qui venait de fomenter une tentative d’assassinat contre l’ancien bayle royal, Jean de Jaffa, se comportait alors en maîtresse dans la cité43. Une querelle arbitrée par Gilles de Tyr au mois de mars 1256 révèle cet état d’esprit voué à déboucher sur la guerre de Saint-Sabas. Une bulle du 23 février 1256 nous livre l’origine de ce contentieux en signalant comment un certain Signoretto s’est procuré durant son séjour à la curie de prétendues lettres pontificales lui assurant un bénéfice dans la cathédrale d’Acre. Ce dernier a quitté Rome sans répondre à la citation que l’évêque Florent, alors auprès du pape, a déposée contre lui. Le verdict sans appel de l’écôlatre de Parme, Guillaume, semble être remonté assez rapidement aux oreilles d’Alexandre IV, qui révoque par sa bulle toute provision conférée au susdit Signoretto. Une sentence ecclésiastique de la Bibliothèque nationale nous permet de suivre le déroulement ultérieur de cette affaire arbitrée par Gilles de Tyr durant l’absence de son suffragant Florent d’Acre44.

  • 45 J.A. Brundage, Latin Jurists in the Levant : the Legal Elite of the Crusader States, Crusaders and (...)

18Le scandale poussa Gilles de Tyr à se pencher sur le cas de Signoretto avant l’arrivée en Orient des recommandations édictées par Alexandre IV le 23 février 1256. Le chantre d’Acre et vicaire épiscopal Bernard ne pouvait en effet plus supporter les agissements frauduleux du clerc italien, qui usurpait depuis le mois décembre une stalle du choeur de la cathédrale Sainte-Croix. Ses intrusions répétées au milieu de l’office n’avaient cessé en trois mois que durant les festivités de Noël pendant lesquelles Signoretto avait épargné miraculeusement le trésorier Jean qu’il cherchait à évincer. L’archevêque de Tyr enregistra la plainte du chantre Bernard après que ce dernier eut déposé une caution de 200 besants sarracénats avancée par deux de ses amis, parmi lesquels figure un avocat Orléanais réputé45. Signoretto comparut de son côté en compagnie d’un clerc de Chiavari nommé Marco dans lequel Bernard voyait un complice dévoué. Les deux hommes se présentèrent devant l’archevêque aux côtés d’un banquier nommé Baldovino, du doyen de l’Église de Tibériade, Marchese Marchesi, et de deux bourreaux peu engageants. Les menaces de mort que Signoretto avait proférées contre Bernard et ses deux compagnons incitèrent Gilles de Tyr à exiger de sa part un serment de non-agression. Un rapide examen de la situation le convainquit de la mauvaise foi des deux Ligures. Signoretto tergiversa en effet avant de remettre à l’archevêque de Tyr les titres, qu’il prétendait détenir, en prétextant les avoir déjà confiés à deux autres arbitres ecclésiastiques, introuvables.

  • 46 W. Hotzelt, Kirchengeschite Paläsinas im Zeitalter der Kreuzziige (1099-1291), Cologne, 1940, p. 2 (...)
  • 47 Cum magna societate militum fratrum suorum selon le document (cf. document 1).
  • 48 H.F. Delaborde, Chartes de Terre sainte provenant de l'abbaye de Notre-Dame de Josaphat, Paris, 18 (...)
  • 49 G. Servois, Emprunts de saint Louis en Palestine et en Afrique, Bibliothèque de l’École des Charte (...)

19Gilles ne commença l’examen des pièces qu’après l’arrivée dans son palais des principaux dignitaires religieux d’Acre, qu’il entendait associer à son verdict. Pas moins de dix prélats répondirent à son invitation comme l’a observé en 1940 Wilhelm Hotzelt46. Cette assemblée du haut clergé de Terre sainte réunit outre les archevêques de Césarée et de Nazareth, Joscelin et Henri, l’évêque Arnaud de Lydda, les abbés du Temple du Seigneur, du Mont-Thabor et de Saint-Samuel d’Acre, ainsi que les archidiacres de Tyr et de Lydda accompagnés par les supérieurs des couvents franciscain et dominicain d’Acre. Les armes qu’arborait ostensiblement Signoretto poussèrent Gilles de Tyr à requérir l’aide musclée des maréchaux de l’Hôpital et du Temple qui vinrent s’assurer de sa personne avec une escorte imposante47. L’examen des pièces présentées par Signoretto fut mené avec le plus grand soin, les jurés étudiant les caractères à la fois internes et externes des actes. Leur verdict hautement prévisible aboutit à l’emprisonnement immédiat des deux accusés, respectivement convaincus de faux et de complicité en écritures. L’absence de documents nous empêche de savoir si les coupables furent ultérieurement remis à la justice pontificale. Il n’est pas exclu que les troubles liés à la guerre de Saint-Sabas aient permis leur évanouissement dans la nature durant l’été 1256. Un acte de 1261 laisse à penser que Signoretto devint par la suite notaire au sein de la communauté génoise d’Acre48. Les rivalités des Italiens paraissent en tout cas avoir marqué durablement Gilles de Tyr, qui dans une lettre du 23 novembre 1265 en fait le principal obstacle aux croisades menées en Orient comme en Occident par la papauté49.

  • 50 Le nom de ce prélat assassiné par un chevalier acconitain reste toujours inconnu des historiens (c (...)
  • 51 A. de Ruffi, Histoire de la ville de Marseille, Marseille, 1696, p. 96, § XIV.– P. Mabilly, Départ (...)
  • 52 Bourel de La Ronciere, Les Registres d’Alexandre IV, t. 1, p. 466-468, no 1494-1495.
  • 53 Id, t. 2, Paris, 1917, p. 599-600, no 1939.
  • 54 Id., t. 2, p. 600, no 1940.
  • 55 H.E. Mayer, Das Pontifikale von Tyrus und die Krönung der Lateinischen Kônige von Jerusalem, Dumba (...)

20La ville d’Acre plongea avec la guerre de Saint-Sabas dans une anarchie où la violence n’épargnait personne comme put en faire l’expérience l’évêque de Famagouste au sortir de ces affrontements50. Gilles de Tyr, qui avait senti ce climat se détériorer, se replia dans sa métropole où Philippe de Montfort l’associa à ses décisions politiques comme l’atteste une confirmation des privilèges établis en faveur de la commune de Marseille51. Gilles reçut néanmoins la mission le 24 septembre 1256 d’expulser un prêtre tyrien qui occupait illégalement un groupe de maisons appartenant au doyen de l’Église d’Acre, Guillaume. Ce dernier n’avait pas craint de remonter jusqu’à la personne du pape afin d’obtenir une condamnation en bonne et due forme de son adversaire52. Gilles dut parvenir à déloger Philippe Poisson avec l’aide du bayle royal Jean d’Arsur qui administrait tant bien que mal la cité de Ptolémaïs depuis le début de l’année. Alexandre IV attendit plusieurs mois avant de contacter à nouveau Gilles de Tyr le 28 avril 1257. Le pape lui confia la mission de seconder le patriarche de Jérusalem dans la collecte puis la dépense de legs testamentaires effectués en vue de la fortification des principales villes de Palestine53. Alexandre IV adressa à Gilles une nouvelle lettre le 7 mai pour l’informer que les pèlerins qui se rendraient dans la cathédrale de Tyr les jours de la Sainte-Croix et de la Saint-Jean-l’Évangéliste pourraient bénéficier dorénavant de 100 jours d’indulgences54. Ce privilège semble avoir été étendu à la semaine suivant ces festivités par considération pour l’archevêque de Tyr, qui avait expliqué dans sa requête que le grand autel de la cathédrale était placé sous le vocable de saint Jean. Cet attachement à l’aigle de Patmos est attesté par le pontifical de l’Église de Tyr aujourd’hui conservé à Sienne, ainsi que par certains sceaux archiépiscopaux du xiie siècle dont l’apôtre orne le revers55.

  • 56 Bourel de La Roncière, Les Registres d'Alexandre IV, t. 2, p. 782-783, no 2510.
  • 57 Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 78, 1917, p. 488-490 (lettre du 22 avril 1260).

21L’une des dernières affaires réglées par Gilles de Tyr en Terre sainte concerne l’annulation du mariage conclu en 1254 entre le jeune Balian d’Arsur et la reine de Chypre Plaisance, veuve du roi Henri Ier († 1253). La reine, qui souhaitait se débarrasser de Balian, chaque jour plus envahissant, déposa au cours de l’année 1257 une requête auprès de l’archevêque de Nicosie et de l’évêque de Famagouste, qu’Alexandre IV transmit à Gilles de Tyr et à son confrère Joscelin de Césarée. L’état de guerre civile régnant à Acre convainquit les deux prélats de renvoyer la cause en cour de Rome après avoir assigné aux parties une date d’audition limite. Cette procédure un temps confiée au cardinal-évêque de Palestrina aboutit à l’annulation officielle du mariage par Alexandre IV le 27 mars 1258 pour cause de consanguinité56. Gilles de Tyr ne tarda pas à gagner Viterbe en compagnie du seigneur de Cayphas, Jean de Valenciennes, afin d’informer personnellement le souverain pontife sur les difficultés traversées par l’Orient latin, désormais exposé aux assauts des Mongols57. La disparition de Rinaldo da Jenne le 25 mai 1261 relança indirectement sa carrière en amenant sur le trône de Saint-Pierre son supérieur, Jacques Pantaléon.

5. Un interminable séjour en Europe (1260-1266)

  • 58 Berger, Layettes, t. 4, p. 27, no 4714, p. 28, no Exposant 4722.– Survey of Israel, Atlas of Israel (...)
  • 59 Berger, op. cit., t. 4, p. 28, no 4723.
  • 60 Cf. infra document 2.
  • 61 J. Guiraud, Les Registres d’Urbain IV (1261-1264), t. 2, Paris, 1901, p. 181-182, no 374-375.

22Une des premières mesures du nouveau pape Urbain IV fut de prendre son ancien métropolitain sous sa protection comme l’attestent trois privilèges de la fin de l’année 1261 délivrés en faveur de l’Hôpital des Bretons d’Acre. Le pape étendit cette protection le 24 novembre 1261 au casai de Khirbet Jarudiya, acquis plus ou moins légalement par Gilles de Tyr en Orient, avant de lui accorder le 12 décembre le pouvoir d’absoudre de 40 jours de pénitence les fidèles qui se porteront à sa rencontre58. Le pape doubla cette libéralité de la possibilité de porter son pallium en Europe durant les trois années à venir59. Gilles de Tyr, qui était rentré en France aux côtés de Jean de Valenciennes, dut recevoir ces privilèges des mains de ses procureurs en cour de Rome. Les deux hommes liés de longue date à la monarchie capétienne essayaient alors de convaincre saint Louis de venir à nouveau en aide aux colonies franques de Syrie. Jacques Pantaléon répondit à cette attente le 22 avril 1262 en confiant aux deux « nonces de la Terre sainte » la responsabilité de prélever durant cinq ans un centième des revenus ecclésiastiques du royaume de France et du diocèse de Cambrai. La collecte de ces fonds devait être assurée à un niveau élémentaire par l’archevêque de Rouen, Eudes Rigaud, et le chanoine de Bayeux, Eudes de Lords, qui rechignèrent à passer à l’acte60. Le pape reporta cette charge dès le 9 janvier 1263 sur les épaules de Gilles de Tyr après avoir rejeté un appel du clergé français taxé de frivolité. Le souverain pontife élargit dans les semaines qui suivirent la zone de prélèvement du centième aux évêchés impériaux de Toul, Liège, Metz et Verdun où Gilles fut invité à rassembler l’ensemble des vœux de croisade et des legs testamentaires destinés à venir en aide à la Terre sainte61.

  • 62 Berger, op. cit., t. 4, p. 38, no 4759.
  • 63 Röhricht, R.R.H., p. 297, no 1114. Cet inventaire vénitien du mois d’octobre 1243 désigne le casai (...)
  • 64 Berger, op. cit., t. 4, p. 42-43, no 4775.
  • 65 D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova, et amplissima collectio, t. 23, Venise, 1779, col. 1111-1114 (...)
  • 66 Servois, Emprunts de saint Louis en Palestine et en Afrique, p. 287-288, no IV.– Berger, Layettes, (...)
  • 67 Cf. infra documents 3 et 4. L’archevêque Maurin mourut sept ans plus tard le 27 juillet 1272.

23Gilles de Tyr, dont la santé donnait dès cette époque des signes d’inquiétude, avait reçu dès le 3 mai de l’année précédente le droit de conserver après une éventuelle résignation de sa charge les revenus du casai de Khirbet Jarudiya acquis sous son ministère62. Gilles semble être parvenu à racheter à Philippe de Montfort le tiers de ce finage possédé par les Vénitiens avant la guerre de Saint-Sabas63. Son travail inlassable en faveur de la Terre sainte le força à se détourner de cette nouvelle acquisition pour arpenter pendant près de quatre ans la plupart des routes de France et de Belgique. Une dizaine de lettres signées de sa main permettent de reconstituer ce long itinéraire amorcé à Clermont-Ferrand au mois de juillet 1262 lors d’une rencontre historique entre les rois de France et d’Aragon64. Ce parcours le conduisit à Paris durant l’automne 1263, où il requit l’aide du théologien Robert de Sorbon, avant de tenir dans la capitale un concile général à l’octave de la Saint-Martin afin de fixer les modalités de prélèvement du centième dévolu à la défense de la Terre sainte65. Le clergé de France consentit à verser ces fonds à deux échéances arrêtées aux 24 juin et 25 décembre de chaque année. Une centaine de lettres conservées par les Archives Nationales rendent compte des innombrables missions ou privilèges confiés à cette époque à Gilles de Tyr. L’ampleur du travail rejaillit sur sa nombreuse suite dont quelques membres sont connus. Le trésorier du pape et chanoine de Tyr, Richard de Tripoli, semble avoir représenté son maître à la curie, tandis qu’un bayle et un vicaire choisis dans le chapitre de la cathédrale Sainte-Croix veillaient à la défense de ses intérêts en Orient. L’administration de l’archevêché de Tyr échut probablement à l’archidiacre Ottobono que le chapitre de la cathédrale s’empressera d’élire comme successeur de Gilles de Tyr en 1266 sans avoir l’autorisation du pape66. La collecte du centième voué à la défense de la Terre sainte fut assurée par d’autres clercs comme Girard de Brive, Thomas Taupier, Jean de Montlhéry ou Crépin de Verrières, qui se heurtèrent à l’inertie des clergés lyonnais et narbonnais jusqu’en 1265. Les croisés du diocèse de Toulouse se plaignirent à cette date auprès de Gilles de Tyr de tracasseries judiciaires répétées, qui l’incitèrent à les placer sous la protection personnelle de l’archevêque de Narbonne, Maurin67.

  • 68 Berger, op. cit., t. 4, p. 110, no 4966 (avec 200 livres tournois d’astreinte éventuelle).
  • 69 Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. latin no 9778, f° 254 v° – 255 r° (donations).
  • 70 Jordan, op. cit., p. 493-494, no 1707 (Appendice IV).
  • 71 CL Borrelli de Serres, Compte d’une mission de prédication pour secours à la Terre sainte (1265), (...)
  • 72 Servois, op. cit., p. 287-290, no IV.– Berger, op. cit., t. 4, p. 159, no 5106-5108, p. 159-162, no(...)

24Gilles après avoir reçu au printemps 1264 des nouvelles de Syrie de la bouche du dominicain Guillaume de Tripoli abandonna le comté de Vendôme pour gagner durant l’automne suivant le Hainaut. Il rentra à Paris au début de Tannée 1265 après avoir prêché la croisade à Mons, Lessines et Tournai avec un zèle qui incita Alix d’Audenarde à prendre la croix le 23 septembre 126468. Cette décision n’est pas surprenante, car la veuve de Roger de Rozoy[-surSerre] entretenait alors avec l’Église d’excellents rapports depuis plus d’une dizaine d’années69. Gilles finança avec saint Louis durant Tété 1265 le passage en Orient d’Érard de Vallery et de Geoffroy de Sergines avant d’entreprendre à l’automne un véritable forcing diplomatique afin d’être déchargé de sa mission. La fatigue l’avait contraint à formuler ce voeu dès la mort du pape Urbain TV sans parvenir à gagner l’adhésion de son successeur Clément IV, qui l’avait encouragé à poursuivre son entreprise le 17 juin 126570. Gilles, qui était las de ces déplacements, passa Tété à Paris sans accompagner la mission d’une quarantaine de personnes qui partit collecter en son nom au mois de juillet les revenus ecclésiastiques des évêchés de Picardie et de Flandre. L’itinéraire de cette familia rassemblant seulement vingt-cinq personnes en 1263 a été reconstitué au début du siècle dernier par le colonel Borrelli de Serres, qui a retrouvé aux Archives Nationales une partie de ses comptes journaliers71. Gilles de Tyr profita de cette longue tournée pour solliciter l’appui de onze dignitaires de la curie susceptibles de plaider sa cause auprès du pape. Notre archevêque ne contacta pas moins de neuf cardinaux lors de cette offensive épistolaire menée les 9 et 23 novembre 1265 en deux vagues successives. Les lettres adressées au notaire apostolique Bérard de Naples ainsi qu’aux évêques de Palestrina, Ostie et Porto révèlent sa parfaite connaissance du fonctionne ment de la cour pontificale où ces prélats faisaient alors office de ministres délégués72.

  • 73 Jordan, op. cit., p. 377-378, no 1045, 1047 (Appendice II).
  • 74 On doit rejeter à ce titre la date du 24 avril avancée à tort par Célestin Port (cf. Port, Diction (...)

25Une cédule apposée à la lettre expédiée au trésorier du pape, Richard de Tripoli, recèle plusieurs commentaires amères sur la politique italienne mise en œuvre par le nouveau pape Clément IV. Gilles de Tyr critique le détournement des fonds collectés en faveur de la Terre sainte au profit de la croisade dirigée contre Manfred de Sicile. « Ces mesures satisfont bien peu la volonté des testateurs que nous rencontrons lors de nos nombreuses campagnes de prédication », souligne avec dépit l’archevêque de Tyr, qui n’aspire plus qu’à être déchargé de sa mission afin de finir ses jours en Terre sainte. Cette requête finit par trouver l’assentiment du pape le 14 avril 1266 après que ce dernier eut nommé pour succéder à Gilles de Tyr le cardinal Simon de Sainte-Cécile73. Notre infatigable archevêque s’éteignit malheureusement le 23 avril 1266 à Dinant, dans l’évêché de Liège, sans avoir eu connaissance de cette décision74.

6. L’œuvre de la postérité

  • 75 Bouvreau, Advis donné, p. 59-60.– Chamard, Gilles de Tyr, p. 223-224 n. 2.
  • 76 Bouvreau, op. cit.
  • 77 Paris, Bibliothèque nationale de France, Fonds français no 8229, p. 332.

26Le corps de Gilles de Tyr fut rapporté conformément à ses dernières volontés dans l’église saumuroise de Notre-Dame-de-Nantilly où le produit des offrandes attirées par sa présence devint l’enjeu de querelles entre l’évêque d’Angers et l’abbaye de Saint-Florent de Saumur. Le pape Clément IV mit l’évêque Nicolas Gellent (1261-† 1290) en demeure de cesser ses prélèvements abusifs le 1er février 1267 par une bulle dont le texte nous est parvenu dans deux versions légèrement différentes75. Un fossoyeur préparant une sépulture le 2 décembre 1613 provoqua l’ouverture accidentelle de la tombe de Gilles de Tyr en causant l’effondrement d’une voûte proche du grand autel. On retrouva alors dans un cercueil de bois cerclé de métal la dépouille du grand archevêque encore chevelu, revêtue d’une chasuble de soie cousue de fils d’or. L’inventaire minutieux des objets retrouvés dans la fosse contenant ce cercueil mentionne une bague, un calice et une patène, un fragment d’étole, une lampe de verre, une crosse émaillée, ainsi qu’une plaque de plomb portant la date de décès du prélat76. La tombe refermée sur ordre de l’évêque d’Angers fut profanée à la Révolution sans laisser d’autre vestige que la crosse de Gilles de Tyr aujourd’hui fixée à un pilier de l’église de Nantilly. Ici a pourtant reposé pendant plus de cinq siècles celui que son épitaphe présente comme « le feu archevêque Gilles de Tyr, légat dans les affaires de la Croix, qui mourut à Dinant, en Allemagne, le neuf des calendes de mai de l’an du Seigneur 126677 ».

Annexes

ANNEXES

1

Deux clercs du nom de Signoretto et Marco da Chiavari sont condamnés par l’archevêque Gilles de Tyr pour faux et usage de faux à la suite d'une plainte du vicaire épiscopal d’Acre, Bernard.

Acre, palais de l’archevêque de Tyr, 10 mars 125678

A. Original, en latin, sur parchemin jadis scellé d’un sceau pendant dont l’emplacement subsiste. Ce procès-verbal d’une trentaine de cm sur vingt porte les traces visibles d’une pliure par quatre en hauteur et trois en largeur (x 12). Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. lat. no 9071 (recueil de chartes), pièce no 12.
Analyse : R.R.H., p. 323, no 1226 (avec une correction pertinente de Machio Marqueis — ligne 7 — en Marchio Marqueis).

In nomine sancte et individue Trinitatis, amen. Anno Domini millesimo ducentesimo quinquagesimo quinto, die veneris decima mensis martii, in presentia mei notarii et testium subscriptorum, comparait coram venerabili patre domino E[gidio] Dei gratia Tyrensi archiepiscopo, dominus B[emardus] cantor et vicarius episcopi et ecclesie Achonensis ex una parte, et Signoretus clericus citatus coram domino archiepiscopo predicto ad instantiam dicti cantoris, et Marchus, clericus de Clavaro, ex alia, quibus dominus cantor obtulit libellum coram dicto domino archiepiscopo, prout inferius continetur, et dictus archiepiscopus, oblato predictis Signoreto et Marcho libello recepit cautiones fidejussorias ab eisdem Signoreto et Marcho, pro dicto cantore et domino Girardo canonico Achonensi et magistro Petro advocato assecurandis usque ad penam ducentorum bisantiorum, pro quo Signoreto fidejusserant dominus Balduinus, bancarius, Ma[r]chio Marqueis, decanus Tyberiadensis, Renaldus, Gerardus, carnifices et dictus cantor versa vice pro se et domino Gerardo et magistro Petro predictis dedit fidejussores usque ad quantitatem predictam pro dicto Signoreto assecurando necnon predictus Signoretus et dicti cantor Girardus et Petras juraverant ad sancta Dei Euvangelia per se nec per alium ad invicem se offendere et incontinenti receptis cautionibus supradictis idem dominus archiepiscopus petiit a dicto Signoreto quod afferret et ostenderet sibi litteras apostolicas quas dicebat se habere super prebenda et thesauraria Achonensia de quibus fit mentio in libello, ad videndum si dicte littere essent false vel vere, quia dictum erat eidem quod erant false, et Signoretus post multa verba et difficultates non modicas litteras predictas domino archiepiscopo supradicto asportavit, quas primo dixerat et asseruerat coram prefato domino archiepiscopo se non habere ; immo dicebat quod judices sui eas habeant videlicet.. Tyberiadensis archidiaconus et.. thesaurarius Cesariensis vel alter eorum, quibus litteris traditis et assignatis dicto domino archiepiscopo per Signoretum superius nominatum, idem dominus archiepiscopus easdem recipiens cameram suam intravit et vocatis venerabilibus patribus, Cesariensi et Nazareno archiepiscopis et Lyddensi episcopo79 ac etiam abbatibus Templi domini, Montis Thabor et Sancti Samuelis, archidiaconis Tyrensi et Liddensi et ministro ordinis fratrum minorum et priore fratrum predicatorum in Achon cum quibusdam fratribus suis et marescalcis Templi et Hospitalis sancti Johannis Jerosolimitani cum magna societate militum fratrum suorum, qui venerant ibi ad custodiendum personam dicti domini archiepiscopi, ne dictus Signoretus qui armatus comparuerat cum pluribus amicorum suorum eundem dominum archiepiscopum in aliquo posset offendere, omnes et singuli prefatas litteras tam in bulla quam in filo quam etiam in modo dictaminis ac etiam carta et scriptura litterarum diligenter et diligenter inspexerunt. De quorum consilio dominus archiepiscopus supradictus, presentibus predictis Signoreto et Marcho et cantore et pluribus aliis, publice pronunciavit hoc modo : « Nos E[gidius], miseratione divina Tyrensis archiepiscopus, usi jurisperitorum consilio, visis litteris nobis traditis per Signoretum clericum et diligenter inspectis ac etiam examinatis tam in dictamine quam in scriptura ac in omnibus aliis, prefatas litteras pro[nunci]amus80 esse falsas ac ipsas esse retinendas et Signoretus qui eisdem usus est penes quem invente sunt tanquam falsarium arestamus quousque super hoc dominum nostrum summum pontificem consuluerimus et suam nobis super hoc rescripserit voluntatem. Quia vero dictum Marchum invenimus fautorem et conscium falsitatis predicte eundem etiam arestamus donec super hoc suam nobis dominus noster summus pontifex rescripserit voluntatem. » Tenor autem libelli predicti talis est : « Coram vobis reverende patre domine E[gidie], Dei gratia Tyrensis archiepiscope ecclesie Jerosolimitane vicarie proponit B[emardus] cantor et vicarius episcopi et ecclesie Achonensis quod Signoretus clericus perturbat et infestat ecclesiam Achonensem pretextu quarumdam falsarum litterarum quas dicit se habere a domino papa super prebenda et thesauraria ecclesie Achonensis, usurpando sibi stallum canonicalem in choro ecclesie supradicte pretextu litterarum predictarum ita quod per ejus turbationem et infestationem divina officia celebrata non fuerunt, exceptis horis matutinis, in ecclesia memorata a tribus mensibus citra, preterquam in tribus diebus Nativitatis dominice non sine magno scandalo et dampno ecclesie ac totius propuli Achonensis, unde petit per vos prefatum Signoretum compelli ut a predictis desistat et ne pretextu predictarum falsarum litterarum in dicta ecclesia divina officia perturbet. Item petit vestrum officium implorando quatinus predictum Signoretum compellatis incontinenti ut prefatas falsas litteras vobis exibeat ne pretextu more maiorum falsitas falsitati valeat superaddi. Item cum Marchus de Clavaro clericus sit fautor et defensor et conscius falsitatis predicte et ipsam detegere noluerit, petit ipsum compelli per vos ad eam detegendam et manifestandam. Item, cum dictus Signoretus predicto cantori et domino Gerardo canonico Achonensi et magistro Petro advocato mortem minetur et insidias eisdem paraverit petit idem cantor nomine suo et predictorum Gerardi et Petri quatinus ex vestro officio eisdem securitatem prestari faciatis ut secure valeant incedere et haec petit salvo jure etc. » Actum in Achon in palatio predicti domini archiepiscopi Tyrensis anno, mense, die predictis, in presentia omnium predictorum et plurimorum aliorum.

(S.R.) Et ego, Egidius, auctor domini papae judex et notarius publicus, hiis omnibus supradictis interfui, rogatus scripsi, signum meum apposui et in hanc publicam formam redegi et etiam ad maiorem fidem omnium predictorum predictus dominus Tyrensis archiepiscopus presenti instrumento sigillum suum fecit apponi.

(Locus sigilli).

2

Urbain [IV] annonce à l’archevêque de Rouen Eudes Rigaud et au chanoine de Bayeux Eudes de Lorris qu’il vient d’assigner pour cinq ans un centième des revenus ecclésiastiques du royaume de France et du diocèse de Cambrai afin de venir en aide à la Terre sainte. La collecte finale de cette somme sera assumée par l’archevêque de Tyr, Gilles, et le seigneur de Cayphas, Jean de Valenciennes, venus en Occident représenter les chrétiens de Terre sainte.

Viterbe, 22 avril 1262

A1, A2, etc. Original non enregistré émis en plusieurs exemplaires aujourd’hui perdus.
B1. Vidimus de l’archevêque Gilles de Tyr du 7 octobre 1264. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. lat. no 8992, pièce no 28 (recotée 27 au dos), lignes 3-18 (il s’agit de notre copie utile).
B2. Vidimus de l’archevêque Gilles de Tyr du 11 octobre 1264. Paris, Bibliothèque nationale de France, Baluze 389, pièce no 390, lignes 3-18.

Urbanus, episcopus servus servorum Dei, venerabili fratri [Odoni], archiepiscopo Rothomagensi et dilecto filio magistro Odoni de Loriaco81, canonico Bajocensi, salutem et apostolicam benedictionem. Clamat instanter ad nos pro festino succursu Terra Sancta Christi responsa sanguine, clamat inquam, in angustiis vehementibus posita, tribulationibus afflicta continuis et diris attrita flagellis et secundum dolorum suorum multitudinem amarius voces sue lamentationis replicat et exaltat. Nos autem miserabiles ipsius Terre voces patulis suscipientes auribus et dolendum illius statum amara consideratione pensantes pro corde tantis ejus miseriis condolemus tantoque vehementius ad ejus auxilium inardescimus quanto vires hostium conspicimus fortius invalescere contra eam. Volentes igitur eidem Terre providere de oportuno subsidio hoc tempore, quo succursus est ei magis necessarius propter gentis Tartarice feritatem (que ipsam vexat multipliciter et molestat), centesimam omnium ecclesiasticorum proventuum regni Francie ac civitatis et totius dyocesis Cameracensis usque ad quinquennium eidem Terre pro ejus succursu, de fratrum nostrorum consilio, duximus concedendam. Ideoque discretioni vestre per apostolica scripta mandamus quatinus vos vel alter vestrum hujusmodi centesimam annuatim usque ad predictum quinquennium per vos vel per alium, sive alios integre colligentes, quicquid collectum fuerit venerabili fratri nostro.. E[gidio]82, archiepiscopo Tyrensi, et dilecto filio, nobili viro Johanni de Valencenis, domino Cayfe, ejusdem Terre nunciis absque diminutione83 qualibet assignare curetis in dicte Terre subsidium cum consilio carissimi in Christo filii nostri, [Ludovici], illustris regis Francie per eos fideliter convertendam ; rescripturi nobis quid et quantum, et a quibus, de predicta centesima colligi contigerit et quantum etiam eisdem nunciis duxeritis assignandum. Contradictores autem, si qui fuerint, vel rebelles, monitione premissa per censuram ecclesiasticam, appellatione postposita, compescatis, non obstante si prelatis, personis, capitulis, collegiis, conventibus et locis aliquibus exemptis et non exemptis a Sede Apostolica sit indultum quod ad exhibendum alicui subsidium pecuniarium minime teneantur, quodque ad id compelli aut quod interdici, suspendi, vel excommunicari non possint per litteras apostolicas plenam et expressam non facientes de induito hujusmodi mentionem et qualibet alia prefate Sedis indulgentia per quam presentibus non expressam aut de verbo ad verbum totaliter non insertam tam pium subsidium impediri valeat vel differri. Datum Viterbii, decimo kalendas maii, pontificatus nostri anno primo.

3

Gilles de Tyr demande à l’archevêque de Narbonne, [Maurin], de remettre à son envoyé Girard de Brive avant le 24 juin la somme qu’il lui doit depuis près de deux ans.

Paris, 26 février 1265

A. Original sur parchemin de 23 cm de large sur 8,2 cm de haut à droite et 8,4 à gauche amputé de son repli inférieur. L’émargement du document est de 1 cm en haut ainsi qu’à droite et à gauche et de 1,5 cm en bas. Paris, Bibliothèque nationale de France, Baluze 389, pièce no 391.

Venerabili in Christo patri sibi carissimo, Dei gratia Narbonensi archiepiscopo, [Maurino], E[gidius], miseratione divina Tyrensis archiepiscopus, executor negocii Crucis in regno Francie, necnon in Cameracensi, Tullensi, Leodiensi, Metensi et Verdunensi84 civitatibus et dyosesibus85 a Sede Apostolica deputatus, salutem et sinceram in Domino caritatem. Vobis referre non sufficimus dignas grates pro eo quod negotium Terre Sancte affectatis liberaliter promovere solvendo centesimam Terre Sancte subsidio concessam et vestrum clerum et populum vestris exhortationibus salutaribus inducendo ad solutionem centesime et legatorum et obventionum Terre Sancte subsidio faciendam et nostro dilecto clerico, magistro G[irardo] de Briva, latori presencium, tam in dando sanum consilium quam in necessariis liberaliter providendo sicut ipse asseruit coram nobis. Ideo paternitatem vestram de qua plenam in Domino fiduciam obtinemus exorandam duximus in Domino et hortandam quatinus centesimam de duobus annis preteritis debitam solvatis libere et in pace infra festum beati Johannis Baptiste proximo venturum, sicut in alio parlamento nobis promisistis, et suffraganeos vestros inducatis modis omnibus ad solutionem dicte centesime faciendam et maxime cum Terra Sancta plus solito succursu « festinato86 » indigeat et prefatum clericum nostrum, latorem presentium, quem ad partes vestras pro colligenda centesima destinamus erga suffraganeos vestros et alios ita recommendetis quo Terre Sancte negocium et etiam prefatum clericum nostrum, cum ad ipsos accesserit, ob reverenciam Sedis Apostolice ac nostram favore benivolo prosequantur. Datum Parisius, IV kalendas march, anno Domini millesimo ducentesimo sexagesimo quinto.

4

Gilles de Tyr demande à l’archevêque [Maurin] de Narbonne de prendre la défense des croisés de sa province, qui ne peuvent se rendre en Orient à cause de procédures juridiques théoriquement ajournées.

Paris, 1er décembre 1265

A. Original sur parchemin original de 16,1 cm de large sur 20,5 de haut à droite et 21 à gauche encore pourvu sur son repli inférieur d’un fragment de sceau de couleur rouge représentant Gilles de Tyr en majesté auréolé de son pallium. L’émargement du document atteint 0,8 cm sur ses bords supérieur et latéraux tandis que son repli inférieur fait 2,2 cm de haut à gauche contre 1,2 cm seulement à droite. Paris, Bibliothèque nationale de France, Baluze 389, pièce no 392.

Venerabili in Christo patri [Maurino], Dei gratia Narbonensi archiepiscopo, Egidius, miseratione divina Tyrensis archiepiscopus, executor negocii Crucis in regno Francie, necnon in Cameracensi, [Leodiensi]87, Tullensi, Metensi et Virdunensi civitatibus et diocesibus a Sede Apostolica deputatus, salutem et sinceram in Domino caritatem. Gravis admodum crucesignatorum Narbonensis provincie ad nos querela pervenit quod nonnulli potestates, consules, rectores, seu bailivi civitatum et locorum ac judices seculares ipsius provincie, maxime in civitate et diocese Tholosana, non attendentes, ut videtur, quantis periculis subjacet Terre Sancte negocium, quantis opprimatur angustiis et pressuris ac afligi88 pluribus et gravioribus, nisi se oponat virtus altissimi timeatur ipsos crucesignatos in Terre Sancte subsidium, sub sua ditione manentes, in personalibus actionibus coram se cogunt ad suorum adversariorum querimoniam respondere licet parati sint iidem crucesignati coram suis ordinariis et judicibus ecclesiasticis stare juri ac alias multipliciter ipsis crucesignatis opido sunt infesti, eosque gravant, imperant et molestant in prejudicium non modicum eorumdem et grave dispendium Terre Sancte, propter quod hujusmodi crucesignatorum impeditur passagium et non sine gravi culpa ipsorum secularium retardatur negocium Jhesu Christi. Ne igitur ob culpam nostri vel negligenciam, quod absit, tantum negocium tantaque necessitas Terre Sancte nostris temporibus per aliquorum vexationem indebitam aliquatenus disturbetur, paternitati vestre auctoritate apostolica comitimus et mandamus quatinus non permitatis quod crucesignati vel crucesignandi vestre provincie in subsidium Terre Sancte trahantur amodo in judicium ab aliquo super personalibus questionibus coram judice seculari, dum tamen parati sint coram suo ecclesiastico judice facere suis querelantibus justicie complementum aliasque ipsos crucesignatos et crucesignandos a clericis et laicis vestre provincie ipsis in juriantibus et quod ab aliquo non cogantur ad tallias exactiones, collectas boatica, angarias per angarias, seu alia indebita prestanda servitia, que possent eorum passagium in aliquo impedire, aut quod non trahantur in dictis personalibus questionibus coram judice seculari auctoritate fulci apostolica et nostra, modis quibus poteritis per vos, vel alium, seu alios quos ad hoc ex nunc eligimus ex auctoritate presencium deputamus viriliter defendatis ne ob defectum defensionis ipsos crucesignatos contingat in rebus aut personis aliquam paci molestiam, injuriam, vel gravamen, seu eorum passagium quomodolibet impediri. Contradictores et rebelles et specialiter illos qui amodo ipsos cru[c]esignatos vel crucesignandos coram se cogerent in seculari judicio suis adversariis, ut premissum est, respondere, vel eos qui indulta, privilegia, libertates et immunitates eis concessas a summo pontifice in aliquo gravarent seu indebite pertubarent, auctoritate nostra immo verius apostolica, tam vos quam illi quos ad hoc deputandos duxeritis per censuram ecclesiasticam ratione prima compescentes. Datum Parisius, kalendas decembris, anno Domini millesimo ducentesimo sexagesimo quinto.

5

Frère H[enri] ou H[ugues] implore Gilles de Tyr d’œuvrer auprès de la papauté afin de renouveler les privilèges de l’Hôpital des Bretons d’Acre consignés de part et d’autre de cette lettre.

[Acre, après le 27 novembre 126589]

A. Original en latin aujourd’hui perdu.
B. Copie de la fin du xiiie siècle, d’après A., figurant sur le rabat d’un parchemin contenant cinq privilèges pontificaux copiés anarchiquement. La languette fait 15,3 cm de large sur 4,9 cm de haut à droite et 5,3 cm à gauche. Elle porte au dos la mention Archiepiscopo Tyrensi. Paris, Archives nationales de France, Ms. lat. no 8992, pièce no 27 (recotée 26 au dos).

Reverentissimo patri ac domino E[gidio], Dei gratia Tyrensi archiepiscopo, H., humilis frater Hospitalis pauperum Britonum sancti Martini Acconensis, salutem et obedientiam debitam et devotam. Paternitati vestre volumus non latere nos usos fuisse tribus privilegiis suprascriptis in omnibus, nisi in sepultura mortuorum, et quia non usi fuimus dictis privilegiis in dicto obsequio, dictum fuit nobis a quibusdam nobis consulentibus quod dicta privilegia a tertio non valebunt et alia duo similiter subscripta, cum datum tempus sit transactum. Unde paternitatem vestram humiliter imploramus quatinus super predictis privilegiis velitis operari vel renovando illa, vel confirmando, vel alia impetrando, sicut melius videritis expedire.

Notes

1 Voir sur ces derniers H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights. The Images of the Military Orders 1128-1291, Leicester-Londres-New York, 1995, p. 119, § 1-2.

2 J. Baudot et L. Claussin, Vie des saints et des bienheureux selon l’ordre du calendrier, avec l’historique des fêtes, t. 1, Paris, 1946, p. 603-605.– F. Caraffa et G. Morelli, Bibliotheca sanctorum, t. 4, Rome, 1964, col. 965-966 (notice de J. Fernández Alonso).

3 J. Delaville Le Roulx, Titres de l’Hôpital des Bretons d’Acre, Archives de l’Orient latin, t. 1, Paris, 1881, p. 423.

4 Les Archives nationales de France conservent de nombreux documents concernant Gilles de Tyr restés inédits. Nous avons consulté sous forme de microfilms ces pièces analysées par É. Berger puis H.F. Delaborde dans les Layettes du Trésor des chartes (cf. t. 4-5, Paris, 1902 et 1909, rééd. 1977).

5 F. Chamard, Gilles de Tyr ou une gloire en Anjou sous le règne de saint Louis, Revue de l’Anjou et du Maine, t. 6, 1860, p. 129-146, 193-230 (essai assez désordonné).– Id., II. Le bienheureux Gilles, archevêque de Tyr, Les Vies des saints personnages de l’Anjou, t. 2, Paris-Angers, 1863, p. 295-323 (synthèse).

6 Y. Dossat, Guillaume II, évêque d’Agen, patriarche de Jérusalem, Cahiers de Fanjeaux, t. 18, 1983, p. 79 (d’après le témoignage quelque peu postérieur de Bernard Gui).

7 R.B.C. Huygens, Guillaume de Tyr étudiant : Un chapitre (XIX, 12) de son Histoire retrouvé, Latomus, t. 21, 1962, p. 811-829.– H.E. Mayer, Guillaume de Tyr à l’école, Mémoires de l’Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Dijon, t. 127, 1988, p. 257-265 (réédité sous la même pagination dans Kings and Lords in the Latin Kingdom of Jerusalem, Aldershot, 1994).

8 C. Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, Paris-Angers, 1878, p. 644-645 (avec la formule « croit-on »).

9 N. Bouvreau (?), Advis donné à Monsieur l’abbé de Bourgueil touchant la sépulture de Gilles archevesque de Tyr, légat du S. Siège pour la croisade, trouvée en l’église de Nostre Dame de Nantilly de Saumur (†), Saumur, le 2 janvier 1614, p. 28. L’auteur anonyme de cet opuscule pourrait toutefois être l’historien Claude Ménard, auteur en 1610 d’un ouvrage comparable intitulé Recherche et advis sur le corps de saint Jacques le Majeur.

10 Angers, Bibliothèque municipale, Ms. no 1000 (= Rerum Andegavensium Pandectae, t. 2), f° 49.

11 Dom Chamard et son émule (pour ne pas dire plagiaire) E. Pavie (cf. Id., L’Anjou dans la lutte de la chrétienté contre l’islamisme, Revue historique, littéraire et archéologique de l’Anjou, t. 20, 1878, p. 371-394).

12 Bouvreau, Advis donné, p. 31.

13 P. Rangeard, Histoire de l’Université d’Angers (XIe-XVe siècle), éd. A. Lemarchand, t. 1, 1877 (1868), p. 166-167. Il serait profitable de pouvoir vérifier un jour ces dires.

14 Gallia Christiana, t. 14, Paris, 1861, col. 593.

15 Jacques Pantaléon, mort en 1264 deux ans avant son ami Gilles de Tyr, passe en effet pour être né à Troyes vers 1185 (cf. l’art. de T. Boespflug dans Dictionnaire historique de la papauté, sous la dir de P. Levillain, Paris, 1994, p. 1678).

16 Chamard, Gilles de Tyr ou une gloire en Anjou sous le règne de saint Louis, p. 130-131.

17 Paris, Bibliothèque Nationale, Ms. lat. no 2584, f° 126 v° – 128 r° (sermon pour le 14 août).

18 P. Marchegay, Archives d’Anjou, t. 1, Angers, 1843, p. 175-176 n. 2.

19 É. Jordan, Les Registres de Clément IV, Paris, 1893, p. 67-68, no 247.

20 Chamard, op. cit., p. 134-135.

21 Angers, Bibliothèque municipale, Ms. no 1000, f° 49.

22 J. Richard, La fondation d’une Église latine en Orient par saint Louis : Damiette, Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 120, 1962, p. 39-54.

23 Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. latin no 9778, f° 210 v°, col. a, f° 213 v°, col. a.

24 J. Le Goff, Saint Louis, Paris, 1996, p. 207, 716.– Jean de Joinville, Vie de saint Louis, éd. J. Monfrin, Paris, 1995, p. LVI.

25 P.-V. Claverie, Un nouvel éclairage sur le financement de la première croisade de saint Louis, Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, t. 113, 2001, p. 624-625 n. 1.

26 É. Baluze, Miscellaneorum liber quartus, Paris, 1683, p. 495.

27 É. Berger, Les Registres d’innocent IV, t. 3, Paris, 1897, p. 350, no 7167.

28 Dom M. Bouquet, Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. 20, Paris, 1840, p. 99-100, 386-387 (témoignages de Guillaume de Saint-Pathus et de Guillaume de Nangis).

29 L’estoire de Éracles empereur et la conqueste de la terre d’Outremer, Recueil des historiens des croisades, Historiens occidentaux, t. 2, Paris, 1859, p. 441.

30 La première occurrence diplomatique de Gilles avec le titre d’« élu consacré de Tyr » ne dépasse le 16 juillet de cette année (cf. R. Röhricht, Regesta regni Hierosolymitani, Innsbruck, 1893, p. 265, no 1012, désormais appelés R.R.H.).

31 Berger, op. cit., t. 3, p. 350, no 7167, p. 489, no 7902-7903.

32 H.R. Luard, Annales monastici, t. 1, Londres, 1864, p. 368-369 (lettre du 2, 9, 16, 23 ou 30 septembre 1254).

33 J. Delaville Le Roulx, L’Hôpital des Bretons de S. Jean d’Acre au XIIIe siècle, Nantes, 1880.– Id., Titres de l’Hôpital des Bretons d’Acre, p. 423-433, no 8 (réédition).

34 Cf. infra document 5. Ces privilèges semblent avoir rassemblé deux concessions quinquennales et trois triennales, renouvelées partiellement après le décès du pape Alexandre IV.

35 H. Michelant et G. Raynaud, Itinéraires à Jérusalem et descriptions de la Terre sainte rédigés aux XIe, XIIe et XIIIe siècles, Genève, 1882, p. 236. Ce texte nécessairement antérieur au concile de Lyon II, qui vit la suppression de l’ordre de la Pénitence du Christ, remonterait aux années 1258-1264 selon D. Jacoby.

36 C. Bourel de La Roncière et al., Les Registres d'Alexandre IV, t. 1, Paris, 1902, p. 81-82, no 305 ; supra n. 30.

37 B. Hamilton, The Latin Church in the Crusader States : the Secular Church, Londres, 1980, p. 268.-Rôhricht, R.R. H., p. 324-325, no 1234.

38 Bourel de La Roncière, op. cit., t. 1, p. 102, no 344 (bulle du 11 avril 1255).

39 Id., t. l, p. 83-84, no 311.

40 Röhricht, R.R.H., p. 6-7, no 39, p. 10, no 51 (en date du 23 juillet 1255).

41 Bourel de La Roncière, Les Registres d’Alexandre IV, t. 1, p. 287, no 953.

42 R. Röhricht, Annales de Terre sainte, Archives de l’Orient latin, t. 2 B, Paris, 1884, p. 445-446, col. B.

43 R. de Mas Latrie, Chroniques d'Amadi et de Strambaldi, t. 1, Paris, 1891, p. 204.

44 Bourel de La Roncière, Les Registres d’Alexandre IV, t. 1, p. 356-357, no 1168 ; infra document 1.

45 J.A. Brundage, Latin Jurists in the Levant : the Legal Elite of the Crusader States, Crusaders and Muslims in Twelfth-Century Syria, éd. J. Shatzmiller, Leyde-New York-Cologne, 1993, tabl. 3 et 5.

46 W. Hotzelt, Kirchengeschite Paläsinas im Zeitalter der Kreuzziige (1099-1291), Cologne, 1940, p. 214.

47 Cum magna societate militum fratrum suorum selon le document (cf. document 1).

48 H.F. Delaborde, Chartes de Terre sainte provenant de l'abbaye de Notre-Dame de Josaphat, Paris, 1880, p. 109, no LIII (acte du 9 décembre 1261). Tout risque d’homonymie n’est cependant pas exclu.

49 G. Servois, Emprunts de saint Louis en Palestine et en Afrique, Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 19, 1868, p. 288-289, no 4.– Berger, Layettes, t. 4, p. 161-162, no 5119.

50 Le nom de ce prélat assassiné par un chevalier acconitain reste toujours inconnu des historiens (cf. N. Coureas, The Latin Church in Cyprus, 1195-1312, Aldershot, 1997).

51 A. de Ruffi, Histoire de la ville de Marseille, Marseille, 1696, p. 96, § XIV.– P. Mabilly, Département des Bouches-du-Rhône Ville de Marseille — Inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790. Série AA, Marseille, 1907 (acte en déficit émis avant 1258).

52 Bourel de La Ronciere, Les Registres d’Alexandre IV, t. 1, p. 466-468, no 1494-1495.

53 Id, t. 2, Paris, 1917, p. 599-600, no 1939.

54 Id., t. 2, p. 600, no 1940.

55 H.E. Mayer, Das Pontifikale von Tyrus und die Krönung der Lateinischen Kônige von Jerusalem, Dumbarton Oaks Papers, t. 21, 1967, p. 149-150, 216-P.W. Edbury, The Cartulaire de Manosque : a grant to the Templars in Latin Syria and a Charter of King Hugh I of Cyprus, Bulletin of the Institute of historical Research, t. 51, 1978, p. 175.

56 Bourel de La Roncière, Les Registres d'Alexandre IV, t. 2, p. 782-783, no 2510.

57 Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 78, 1917, p. 488-490 (lettre du 22 avril 1260).

58 Berger, Layettes, t. 4, p. 27, no 4714, p. 28, no Exposant 4722.– Survey of Israel, Atlas of Israel, Jérusalem-Amsterdam, 1970, feuille IX/10. Le toponyme latin Laudia ou Lahyudia peut être en effet rapproché du site de Jarudiya situé au nord-est de Tyr.

59 Berger, op. cit., t. 4, p. 28, no 4723.

60 Cf. infra document 2.

61 J. Guiraud, Les Registres d’Urbain IV (1261-1264), t. 2, Paris, 1901, p. 181-182, no 374-375.

62 Berger, op. cit., t. 4, p. 38, no 4759.

63 Röhricht, R.R.H., p. 297, no 1114. Cet inventaire vénitien du mois d’octobre 1243 désigne le casai de Jarudiya sous le nom de Laiarodie.

64 Berger, op. cit., t. 4, p. 42-43, no 4775.

65 D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova, et amplissima collectio, t. 23, Venise, 1779, col. 1111-1114 (réédition, Paris, 1903).– C. Jourdain, Index chronologicus chartarum pertinentium ad historiam Universitatis Parisiensis, Paris, 1862, p. 29, col. 1, no CII — lettre du 18 octobre 1263 — (rééd., Bruxelles, 1966).

66 Servois, Emprunts de saint Louis en Palestine et en Afrique, p. 287-288, no IV.– Berger, Layettes, t. 4, p. 161, no 5118.– Jordan, Les Registres de Clément IV, p. 166-167, no 522-523.

67 Cf. infra documents 3 et 4. L’archevêque Maurin mourut sept ans plus tard le 27 juillet 1272.

68 Berger, op. cit., t. 4, p. 110, no 4966 (avec 200 livres tournois d’astreinte éventuelle).

69 Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. latin no 9778, f° 254 v° – 255 r° (donations).

70 Jordan, op. cit., p. 493-494, no 1707 (Appendice IV).

71 CL Borrelli de Serres, Compte d’une mission de prédication pour secours à la Terre sainte (1265), Mémoires de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 30, 1903, p. 243-280.

72 Servois, op. cit., p. 287-290, no IV.– Berger, op. cit., t. 4, p. 159, no 5106-5108, p. 159-162, no 5110-5119.

73 Jordan, op. cit., p. 377-378, no 1045, 1047 (Appendice II).

74 On doit rejeter à ce titre la date du 24 avril avancée à tort par Célestin Port (cf. Port, Dictionnaire historique, p. 645.– Delaville Le Roulx, Titres de l’Hôpital, p. 425 n. 16).

75 Bouvreau, Advis donné, p. 59-60.– Chamard, Gilles de Tyr, p. 223-224 n. 2.

76 Bouvreau, op. cit.

77 Paris, Bibliothèque nationale de France, Fonds français no 8229, p. 332.

78 Le document nous donne la date « ancien style » de 1255 qui nécessite une correction d’un an, le 10 mars tombant un vendredi en 1256. La transcription de ce procès-verbal n’aurait pu aboutir sans l’aide précieuse de Madame A. Dufour de l’I.R.H.T. à qui l’essentiel du mérite de ce travail revient.

79 Un doute subsiste à propos de l’identité de l’évêque Arnaud de Lydda dont la dernière souscription remonte au 26 septembre 1253 et dont le premier successeur n’est cité que dix ans plus tard (cf. Röhricht, R.R.H., p. 318, no 1207.-G. Fedalto, La Chiesa latina in Oriente, t. 2, Vérone, 1976, p. 143).

80 Restitution due à un trou dans le parchemin.

81 Lorioco in B2. L’édition des pièces qui suivent n’aurait pu aboutir sans les conseils de Mesdames M. Lamer et A. Dufour qui ont amendé mes transcriptions initiales en divers points.

82 Sic.

83 Diminunutione in B1.

84 Sic.

85 Sic.

86 Sic.

87 Om.

88 Sic.

89 Cette lettre, qui se réfère aux bulles IV-VIII publiées par Delaville Le Roulx dans ses Titres de l’Hôpital des Bretons d’Acre, devait figurer originellement en quatrième position dans le libelle adressé à Gilles de Tyr durant la dernière année de validité des privilèges quinquennaux concédés par Urbain IV. Ce livret se terminait alors par les deux privilèges fondamentaux d’Alexandre IV recensés par Delaville Le Roulx sous les no IV et V.

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.