Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À l’ombre du Pouvoir

 | 
Jean-Louis Kupper
, 
Alain Marchandisse

Entre soustraction et restitution d’obédience : les relations « douces-amères » de Pierre d’Ailly, évêque de Cambrai, avec ses « proches » (1398-1408)

Monique Maillard-Luypaert

Texte intégral

  • 1 Sur les péripéties des années 1398-1399, comme, d’une façon générale, sur le déroulement de la cri (...)

1Quand Pierre d’Ailly débarque à Cambrai au mois d’août 1397 pour prendre possession de son siège épiscopal, il y arrive les mains quasi vides. Dans ses bagages et dans sa suite, guère d’amis ni de conseillers ; tout au plus un valet de chambre et un chapelain. Le nouvel évêque va hériter d’un entourage qu’il n’a pas choisi et dans lequel, chose curieuse, il ne propulsera que deux membres de sa parenté. Deux personnages qui ne pèseront guère sur les décisions que le clergé cambrésien prendra lors de péripéties liées au Grand Schisme d’Occident, en 1398 et en 1408, deux « temps forts » autour desquels s’ordonnera mon propos1. Ce n’est donc pas d’un entourage au sens classique du terme qu’il sera question ici — celui que les princes, qu’ils fussent laïques ou d’Église, choisissaient eux-mêmes en raison d’affinités particulières —, mais d’un entourage de facto, imposé par les circonstances, en l’occurrence l’accession de Pierre d’Ailly à l’évêché de Cambrai. Des hommes avec lesquels le nouvel évêque a été contraint de composer : d’une part, l’appareil administratif et judiciaire du diocèse, la curia episcopalis — archidiacres, vicaires généraux, official —, d’autre part, les chanoines prébendés du chapitre cathédral, réserve dans laquelle les évêques de Cambrai puisaient généralement leurs vicaires généraux et leurs officiaux. Je ne prétends pas me livrer ici à une tentative de typologie. Je me contenterai plutôt de fournir un éclairage indirect, l’étude systématique de l’entourage épiscopal restant à mener pour Cambrai.

  • 2 Le 22 décembre 1389, Clément VII nomme son familier, âgé de dix-sept ans et donc muni d’une dispen (...)
  • 3 Philippe le Hardi. Né à Pontoise en 1342. Décédé à Hal le 27 avril 1404. Fils cadet du roi de Fran (...)
  • 4 Des frais ont été engagés par le chapitre, le 28 novembre 1397, pour la candidature de l’évêque de (...)
  • 5 L’historiographie de Benoît XIII (1394-1423) est très abondante, surtout en langue espagnole. Sur (...)
  • 6 Ami personnel de Benoît XIII, Pierre d’Ailly fut évêque de Cambrai pendant quinze ans. Il renonça (...)
  • 7 Supplique de Benoît XIII du 13 octobre 1394 (Vatican, Archivio Segreto, Registra Supplicationum, 8 (...)

2Le 31 octobre 1396, l’évêque André de Luxembourg meurt à l’âge de 24 ans2. Le duc de Bourgogne, Philippe le Hardi3, tente alors de placer à Cambrai, cité épiscopale située avantageusement en terre d’Empire, mais à proximité du Royaume, un de ses anciens conseillers : il « suggère » vivement au chapitre cathédral d’élire son candidat Louis de la Trémouille, alors évêque de Tournai4. La tentative tourne court, le pape Benoît XIII5 ne l’entendant pas de cette oreille. Le 19 mars 1397, le pontife d’Avignon transfère son familier Pierre d’Ailly, qui n’a rien demandé, du siège du Puy à celui de Cambrai6. Où d’ailleurs son nom n’est pas inconnu : le prélat y avait été archidiacre de Cambrésis, c’est-à-dire grand archidiacre, charge qu’il avait résignée en 13947.

  • 8 Voir plus loin n. 58.
  • 9 Cambrai, B.M., Mss, 1055, f 105 v°.
  • 10 P. Pietresson de Saint-Aubin, Documents inédits sur l’installation de Pierre d’Ailly à l’évêché de (...)

3C’est en l’absence du principal intéressé que se déroule, le 2 juin 1397, la réception officielle devant le chapitre cathédral : Raoul le Prêtre8, neveu de Pierre d’Ailly, prête serment au nom de son oncle9, au grand dam du duc de Bourgogne. Un serment que le prélat réitère trois jours plus tard, en personne, à Soissons. Les incidents — et c’est là un euphémisme ! — qui émaillent la journée du dimanche 19 août 1397 ont été narrés par Pierre Piétresson de Saint-Aubin sur la base de documents inédits : l’hostilité du duc de Bourgogne, qui a interdit au chapitre cathédral d’accueillir l’évêque, la « Joyeuse Entrée » de Pierre à Cambrai, en l’absence des chanoines terrorisés par les menaces ducales, la célébration de la grand-messe, en présence des seuls chapelains et vicaires et sous les insultes des officiers ducaux, le repas officiel au palais épiscopal, au milieu de nombreux sièges vides, le retrait de l’évêque ensuite, pour d’évidentes raisons de sécurité, dans la petite ville du Cateau...10. Comme l’a dit justement Piétresson, « jamais le terme traditionnel de “joyeuse entrée” ne fut plus inexact pour qualifier cette solennité » ! Philippe le Hardi est fou de rage et ce ne sont pas les dénégations de l’évêque ni les missives expédiées à quelques grands intercesseurs potentiels qui apaiseront sa colère... Il est loin le temps où le duc de Bourgogne entretenait avec la papauté d’Avignon, en l’occurrence Clément VII, les meilleures relations...

  • 11 Id., p. 119.
  • 12 Diplôme original de l’empereur Wenceslas du 3 avril 1398 (Lille, A.D.N., Fonds de l’évêché de Camb (...)
  • 13 Acte épiscopal du 8 octobre 1399 (Lille, A.D.N., 3G 28, no 310).
  • 14 Vaticano, Archivio Segreto, Obligationes et Solutiones 53, f° 153 r°. Voir U. Berlière, Inventaire (...)

4L’année suivante, le climat paraît se calmer. Le nouvel évêque se targue d’obtenir rapidement une obéissance assez large, tant en Cambrésis qu’en Hainaut et en Brabant11. L’empereur lui accorde l’investiture12 et Pierre d’Ailly fera hommage à Wenceslas en 139913. Il avait souscrit son obligation le 9 mai 1397. Le 24 décembre 1398, il acquitte une partie de son service commun, en même temps qu’il règle le solde de sa dette pour son ancien évêché du Puy14. Mais les ennuis ne sont pas terminés. Ce serait compter sans le Grand Schisme... Par deux fois en l’espace de dix ans, les proches de Pierre d’Ailly vont lui faire « un enfant dans le dos »..., en d’autres termes, une déclaration de soustraction d’obédience vis-à-vis de Benoît XIII, son vieil ami...

  • 15 H. Millet et E. Poulle, Le vote de la soustraction d’obédience en 1398, t. 1, Introduction. Editio (...)
  • 16 Jean, duc de Berry (1340-1416). Troisième fils de Jean II et de Bonne de Luxembourg. Époux de Jean (...)
  • 17 Louis II, duc de Bourbon. Époux de Jeanne, dauphine d’Auvergne. Beau-père de Marie, fille de Jean, (...)
  • 18 Et dit que aucuns dient que par l’evesque de Cambray en plain consistoire a esté sommé et requis d (...)
  • 19 Charles VI (1368-1422). Fils aîné de Charles V et de Jeanne de Bourbon. Roi de France à partir de  (...)

5Avant d’évoquer la situation cambrésienne, un rappel du contexte général s’impose. En juillet 1398, le clergé français s’est réuni en assemblée générale15, présidée par les ducs de Berry16, de Bourgogne et de Bourbon17. Dans son intervention, Philippe le Hardi plaide pour la soustraction en s’appuyant sur deux arguments de poids : d’une part, l’échec de la tentative de Pierre d’Ailly, requis par le roi des Romains en sa qualité de prince d’Empire, d’aller en Avignon persuader Benoît de se démettre ; d’autre part, l’avantage qu’aurait l’Église de France de retrouver ses libertés. Après un débat contradictoire, l’assemblée se prononce pour la soustraction, par 247 voix sur 30918. Le 28 juillet 1398, le roi Charles VI19 et son clergé retirent officiellement leur obéissance à Benoît XIII.

  • 20 Sur Pierre Blanchet, qui mourut en ambassade en Angleterre en 1401, voir F. Autrand, Naissance d’u (...)
  • 21 Gautier de Beauvoir (de Bellovisu) fut chanoine de Cambrai de 1379 à 1401, écolâtre du chapitre ca (...)
  • 22 La réunion du 2 décembre est rapportée dans l’acte notarié établi le 5 suivant. N. Valois, La Fran (...)
  • 23 Jacques Grégoire (Gregorii) fut official de Cambrai de 1398 (au plus tôt) à 1415 (au moins). Il ét (...)
  • 24 Lille, A.D.N., 3G 14, no 169. Ce document est mentionné par P. Pietresson de Saint-Aubin, Répertoir (...)

6Les Français lancent alors une vaste offensive diplomatique, qui, chez nous, remportera un certain succès. À l’automne 1398, le roi Charles VI et le duc de Bourgogne œuvrent de concert pour entraîner le clergé de la cité épiscopale de Cambrai dans la désobéissance. Ils y envoient leurs ambassadeurs. Le 2 décembre, les conseillers Pierre Blanchet et Jean de Boyssay20, qui exercent à Paris les fonctions de maîtres des requêtes de l’hôtel royal, se présentent devant le clergé cambrésien réuni, pour la circonstance, dans la salle capitulaire de la cathédrale. Ils y font lecture des missives de Philippe le Hardi, datées du 25 novembre, et des lettres patentes du roi, du 28, énonçant les objectifs de la soustraction votée par l’assemblée du 27 juillet précédent, à savoir l’extirpation du schisme et le rétablissement de l’unité de l’Église : [...] ad denegationem obedientie domini Benedicti predicti et ad finem unionis ecclesie sancte dei procurande et scismatis pestiferi [...] extirpandi. À la suite de cette lecture, l’assemblée, déjà très embarrassée par l’absence de l’évêque, prétexte l’éloignement de certains de ses membres et demande un délai de réflexion, afin de pouvoir délibérer à l’aise. Le 5 décembre, Gautier de Beauvoir, prévôt du chapitre cathédral et porte-parole du clergé21, répond par l’affirmative aux ambassadeurs : adheremus. Le chapitre cathédral, les chapitres collégiaux de Saint-Géry et de Sainte-Croix et les communautés des monastères de Saint-Aubert (chanoines réguliers de saint Augustin) et du Saint-Sépulcre (bénédictins) de Cambrai adhèrent donc à la soustraction d’obédience22. Un procès-verbal est immédiatement dressé par un notaire, Jean de Pontoise, en présence de deux témoins de l’événement, Jacques Grégoire23, qui est l’official de Cambrai, en place depuis un certain temps, et Jean Loubert, un prêtre notaire du diocèse. C’est ce document que j’ai exhumé des archives lilloises et que je publie ici en annexe24.

  • 25 L’auteur de cette lettre signe Watier. Pierre Piétresson de Saint-Aubin dit de ce personnage qu’il (...)
  • 26 Le prieur de la Chartreuse de Marly (Valenciennes) est Jean de Lille, identifié comme tel grâce à (...)
  • 27 [...] la response ne pot estre acceptee, et a falli par les cumminacions a nous faites de grans pl (...)
  • 28 L’évêque devait être absent depuis un mois au moins. Nulle trace d’actes épiscopaux durant le mois (...)
  • 29 [...] fu faite response tant pour l’absence no prelat, tant aussi pour avoir collacion en ceste ma (...)
  • 30 Le 18 octobre, les chanoines réclamaient le retour de l’évêque à Cambrai (Cambrai, B.M., Mss, 1055 (...)
  • 31 En 1394, ils célèbrent un service carillonné pour « le pape Clément » ; en janvier 1393 et avril 1 (...)
  • 32 Les registres capitulaires de Cambrai ignorent purement et simplement l’événement du début du mois (...)

7Cette grave décision — la soustraction d’obédience — a-t-elle été prise librement et avec une conviction sincère ? Le doute est permis. Tout d’abord, on observera que l’adhésion du clergé de Cambrai à la soustraction a été actée par un notaire français, Jean de Pontoise, originaire du diocèse de Noyon, qui deviendra plus tard secrétaire du chapitre cathédral. Ensuite, ni les parties en présence, ni le notaire ni les témoins, n’ont mis en cause la légitimité du pape d’Avignon : en effet, le mode de datation de l’acte fait référence, comme de coutume, au pontificat de Benoît XIII. Enfin, et c’est là le plus intéressant, une lettre privée adressée peu après par le prévôt du chapitre cathédral, Gautier de Beauvoir25, au prieur de la Chartreuse de Marly-lez-Valenciennes, Jean de Lille26, évoque explicitement des menaces : c’est sans délai que le clergé a été sommé par les deux ambassadeurs de retirer son obéissance à Benoît XIII27, alors qu’il demandait à pouvoir différer sa réponse jusqu’au mois de mars, date prévue pour le retour de l’évêque Pierre d’Ailly28 ; ce délai lui aurait également permis d’entrer en concertation avec les princes et les autres membres du clergé diocésain29. Le prévôt laisse entendre à son interlocuteur que la plupart des ecclésiastiques n’ont pas eu le choix : la soustraction d’obédience a été adoptée par ce que les gens dou clergié qui sont pour le plus grant partie ou né dou royaulme ou beneficiié ou ont possessions ont fort doubté. Et de conclure : ainsi va au jour d’hui Dieu grace ! Voilà qui est clair. L’évêque était absent et les ambassadeurs français ne le savaient que trop30. Là est bien le problème ! Pierre d’Ailly, absorbé par son intense activité diplomatique, n’était pas au « poste » pour infléchir le cours des événements et débouter les ambassadeurs français. Le « chat » était parti... En son absence, les « souris », effrayées, affaiblies, probablement désunies, manipulables, furent contraintes de danser sur une musique imposée... Les chanoines devaient être très gênés, eux qui priaient depuis si longtemps pour la paix et l’unité de l’Église31. Les registres capitulaires sont restés étrangement silencieux sur cet épisode peu glorieux de la vie du chapitre32...

  • 33 Valois, La France et le Grand Schisme, t. 3, p. 295 n. 6.– J. Paquet, Le schisme d’Occident à Louva (...)
  • 34 Jeanne de Brabant. Née à Bruxelles en 1322. Décédée sans postérité en 1406. Fille aînée du duc Jea (...)
  • 35 [...] perplexam, tum super litteris regiis manu propria signatis super non obedientiam... concorda (...)
  • 36 [...] quibus litteratoribus responderat se huc usque matrici ecclesie sue Cameracensi fuisse confo (...)
  • 37 Pierre d’Ailly n’a pas participé à l’assemblée générale du clergé français de 1398, puisque son év (...)
  • 38 Le mode de datation des actes notariés postérieurs à janvier 1399, dans lesquels l’évêque intervie (...)

8Encouragés par leur succès, les ambassadeurs français ont poursuivi leur route à travers le diocèse et son voisin liégeois au début de l’année 1399. Leur présence est signalée à Bruxelles et à Louvain33. L’annonce de l’adhésion du clergé de Cambrai a rendu perplexe la duchesse de Brabant34. Jeanne, troublée, se confie au doyen de l’église Saint-Gommaire de Lierre, Guillaume de Bruges35, autre membre de la curie épiscopale, et elle lui demande si elle doit suivre l’exemple de l’église de Cambrai, « comme elle l’a toujours fait », et se rallier à la soustraction. Le doyen de Lierre s’en inquiète alors auprès de l’évêque36. Quelle fut la réponse de ce dernier ? Nous l’ignorons. Bien que fort attaché à son ami Benoît XIII, Pierre d’Ailly, qui était partisan depuis longtemps de la tenue d’un concile pour rétablir l’unité, adhère à la soustraction, sans doute à contrecœur et avec beaucoup d’amertume, à la fin de l’hiver 139937. À Cambrai, celle-ci est désormais effective : les notaires attachés au service de la curie épiscopale cesseront pour quelques années de faire référence au pontificat dans le mode de datation des actes38.

  • 39 Pletresson de Saint-Aubin, Documents inédits, p. 120.
  • 40 Jean de Bavière, l’élu de Liège (voir n. 44), et ses chanoines suivront l’exemple. Sur le retrait (...)
  • 41 La situation à Bruxelles était assez préoccupante. Le 24 octobre 1390, l’évêque, qui y séjournait, (...)
  • 42 Nombreuses interventions en 1399 au chapitre de Sainte-Gudule, à propos des mœurs du clergé (24 ma (...)
  • 43 Aubert de Bavière. Né en 1336 à Munich. Décédé à La Haye en 1404. Fils cadet de l’empereur Louis I (...)
  • 44 Jean de Bavière. Né en 1373. Décédé à Delft en 1424. Fils d’Aubert de Bavière, comte de Hainaut et (...)
  • 45 Comme il est dit dans la bulle d’Alexandre V du 10 juillet 1409, conservée aux Archives de l’État (...)

9En octobre 1399 au plus tard, la duchesse de Brabant rejoint finalement le parti de la soustraction, sans doute davantage sous l’influence de Philippe le Hardi et de Charles VI que sous celle des autorités ecclésiastiques du diocèse de Cambrai39. Elle poussera à son tour les villes liégeoises à retirer leur obéissance à Boniface IX40. Dans cette affaire, Jeanne craint surtout que la paix religieuse ne soit troublée dans son duché partagé entre deux diocèses, à la frontière des obédiences. Or, cette paix a déjà été mise en péril quelques années plus tôt41. La duchesse sait qu’elle peut compter sur Pierre d’Ailly : les interventions du prélat dans les institutions ecclésiastiques de la région bruxelloise attestent d’une volonté marquée de tenir sa place d’évêque42. Quant à la réaction d’Aubert de Bavière43, comte de Hainaut et père de l’élu de Liège44, elle nous est inconnue. Mais un document postérieur de dix ans aux faits rapportés ici nous apprend que son fils Guillaume, gendre du duc de Bourgogne depuis 1385, était à l’époque un chaud partisan de la désobéissance45.

  • 46 Sur la question des assemblées du clergé français, voir H. Millet, Du Conseil au Concile (1395-140 (...)
  • 47 Vidimus des lettres royales du 21 septembre 1408 : E. Gautier et A. Lesort, Ville de Cambrai. Inve (...)
  • 48 M. Soenen, Art. Grégoire XII, Dictionnaire historique de la papauté, p. 758-760.
  • 49 Lettres patentes datées de Paris (Lille, A.D.N., 3G 14, no 171).

10La soustraction d’obédience à Benoît XIII durera cinq ans. En 1403, l’unité de l’Église n’est pas encore rétablie. Certaines voix se font alors entendre pour opérer une marche arrière. Le 28 mai 1403, Charles VI proclame la restitution d’obédience de son royaume, à la condition que le pontife d’Avignon accepte de s’employer à la recherche de l’union. L’évêque de Cambrai, Pierre d’Ailly, s’empresse évidemment d’y souscrire. En 1408, le clergé français s’assemble à nouveau à Paris pour trouver un moyen de revenir à l’unité46. Considérant les Cambrésiens comme ses alliés, Charles VI invite Pierre d’Ailly. L’évêque se fait excuser, prétextant une crise de goutte47. L’idée d’une deuxième soustraction est dans l’air. Après le rendez-vous manqué de Savone où, en 1407, Benoît XIII a vainement attendu son rival, neuf cardinaux de Grégoire XII48 font défection, en mai 1408, et se réfugient à Pise, où ils sont rejoints par six cardinaux de Benoît XIII. Le 25 mai, Charles VI proclame une neutralité complète entre les deux pontifes49.

  • 50 Jean sans Peur. Né à Rouvres en 1371. Décédé à Montereau en 1419. Fils aîné de Philippe le Hardi e (...)
  • 51 C’est la deuxième fois que les deux grandes abbayes de la cité épiscopale participaient aux assemb (...)
  • 52 Le registre capitulaire l’atteste : ce sont les vicaires généraux qui actent en novembre 1408, en (...)
  • 53 Cambrai, B.M., Mss, 1055, f° 137 v°. Le 10 juillet suivant, les petits vicaires de la cathédrale ch (...)
  • 54 Cambrai, B.M., Mss, 1055, f 140 r°.
  • 55 [...] si bullas a papa habuisset non obstante neutralitate... fuit conclusum quod si quis ausu tem (...)
  • 56 Cambrai, B.M., Mss, 1055, f 146 v° (30 octobre 1408). Ces deux chanoines font l’objet d’une notice (...)
  • 57 Cambrai, B.M., Mss, 1055, f 144 (5 octobre 1408).

11À Cambrai, l’émotion est vive. Les registres capitulaires, silencieux en décembre 1398, se montrent subitement bavards. On y apprend que deux mois après la publication des ordonnances royales, le 2 juillet 1408 exactement, poussés par Charles VI et par le duc de Bourgogne Jean sans Peur50, les dignitaires de la cathédrale et des collégiales Saint-Géry et Sainte-Croix, les abbés de Saint-Aubert et du Saint-Sépulcre51, se rassemblent à nouveau dans la salle capitulaire de la cathédrale pour discuter de la neutralité. Et cette fois encore, l’évêque est absent52. Deux jours plus tard, le 4 juillet, la réunion s’achève sur un désaccord : le chapitre cathédral, Sainte-Croix, Saint-Aubert et Saint-Sépulcre acceptent de suivre la France, mais Saint-Géry se dérobe, préférant attendre le retour de Pierre d’Ailly, dont on connaît la répugnance à lâcher son ami Benoît53. Le 7 septembre enfin, l’adhésion à la neutralité est annoncée officiellement aux chapelains54. Pourtant, le climat reste tendu au sein même du chapitre cathédral. De vifs propos sont échangés entre Réginald Fréron et Étienne de Semur (de Sinemuro) le 28 septembre : ce dernier, soupçonnant son « collègue » de prétendre à la prévôté avec l’appui de lettres apostoliques55, porte l’affaire devant l’officialité de Reims, puis il abandonne56. Reçu prévôt, Fréron prête néanmoins serment d’adhésion à la neutralité57.

  • 58 Raoul le Prêtre l’Aîné (Presbiteri). Fils de la sœur de Pierre d’Ailly, qui s’était mariée à Compi (...)
  • 59 H. Millet, Les Pères du Concile de Pise (1409). Édition d’une nouvelle liste, Mélanges de l’École (...)

12À l’heure où se produisaient ces événements, tant en 1398 qu’en 1408, le chapitre cathédral ne comptait guère de gens très proches de l’évêque. L’indigence des sources pour ces deux années ne nous permet pas de connaître le nombre et l’identité de toutes les personnes présentes à Cambrai lors des deux assemblées, à l’exception de l’une ou de l’autre « figure de proue ». Nous aurions pu croire que, pour conforter sa position à la tête de l’évêché, Pierre d’Ailly aurait mis à profit les années de soustraction d’obédience, à l’instar de tant d’autres collateurs ordinaires, pour faire entrer ses parents ou ses fidèles amis dans le chapitre cathédral. Il n’en fut rien. Entre 1398 et 1403, l’évêque n’a poussé dans les rangs de l’imposant chapitre aux cinquante prébendes et associé au gouvernement du diocèse que deux de ses parents, Raoul le Prêtre l’Aîné et Pierre le Maire (Maioris) le Jeune. Et encore faut-il nuancer. Le premier, Raoul le Prêtre, originaire du diocèse de Soissons, est le neveu de Pierre d’Ailly. Il entre au chapitre à la demande de son oncle, qui est intervenu auprès de Benoît XIII, le 24 juillet 1398, et il y restera jusqu’à sa mort en 1443. Pierre d’Ailly le choisit immédiatement comme vicaire épiscopal et scelleur de l’évêché. Il devient archidiacre de Hainaut le 21 avril 1402, un an avant son ordination sacerdotale, et refuse la prévôté qui lui sera offerte le 26 février 1409, de peur d’être perçu comme trop ambitieux. Au sein du chapitre, il est tenu pour l’« œil » et l’« oreille » de l’évêque : c’est à lui que les chanoines, inquiets des nouvelles en provenance de Paris, réclamaient le retour de Pierre d’Ailly à Cambrai dès la mi-octobre 139858. C’est lui aussi qui représentera le chapitre cathédral au concile de Pise à partir du 25 mars 140959.

  • 60 Sur la carrière de Pierre le Maire (Maioris), voir Lourme, Chanoines, officiers et dignitaires, t. (...)

13Le second protégé de l’évêque est son cousin, Pierre le Maire. Lui aussi n’est que sous-diacre quand il entre au chapitre cathédral en 1400, en pleine épidémie de peste. Il avait été vicaire épiscopal au Puy, en Auvergne, pendant le très bref passage de Pierre d’Ailly à la tête de cet évêché. Sa carrière n’aura par la suite aucun relief60.

  • 61 Sur l’ensemble de la question, voir H. Millet, Quels furent les bénéficiaires de la soustraction d (...)

14L’évêque en reste donc là, n’assurant pas davantage ses « arrières ». Les chanoines entrés au chapitre cathédral entre 1399 et 1403 comptent plutôt parmi les fidèles serviteurs de princes laïques. Ils profitent des stalles devenues vacantes par le décès des curialistes et des protégés de Benoît XIII. La soustraction est une aubaine, en effet, pour les collateurs locaux61.

15Ainsi donc, par deux fois, l’évêque a été en quelque sorte « trahi » par un entourage peu fiable, quand il avait le dos tourné, et malgré la présence « aux commandes », si l’on peut dire, de son neveu. Nous ne nous hasarderons pas à faire de la politique-fiction en imaginant quelle aurait été l’issue des assemblées du clergé si l’évêque avait été présent à Cambrai pour les présider. Nous observerons simplement que l’entrée fort « mesurée » de deux proches parents dans l’entourage épiscopal n’a pas pesé d’un poids très lourd, du moins dans les circonstances précises décrites ici. La maîtrise de la situation a échappé à l’évêque, dès lors que les intérêts supérieurs de l’Église requéraient sa présence en d’autres lieux. Et malgré cela, nulle trace, dans les sources, de relations conflictuelles entre le prélat et son entourage à la suite des deux déclarations du clergé, mais dans le cœur du prélat, sans doute beaucoup d’amertume...

  • 62 La carrière épiscopale de Pierre d’Ailly à Cambrai mérite en soi une étude approfondie. On en déco (...)

16On pourrait croire que, confronté aux pires difficultés, embarrassé par le climat qui entoure les soustractions d’obédience, occupé sans répit à son activité diplomatique au service de l’unité de l’Église, Pierre d’Ailly aurait « négligé » sa mission pastorale à Cambrai. Il n’en est rien. Travailleur infatigable, l’évêque s’est aussi efforcé de sillonner les routes et les chemins de son diocèse, pour légiférer, concéder des privilèges, intervenir partout où son action s’avérait nécessaire, dans le domaine spirituel comme dans le temporel. Il n’a jamais ménagé sa peine pour renouer les liens qui s’étaient relâchés entre certaines parties du diocèse et la tête de l’évêché depuis le début du Schisme. Ses très nombreux actes en font foi. Mais ceci est un autre objet d’étude et de réflexion62.

Annexes

ANNEXE. Acte notarié relatif à la soustraction d’obédience.

5 décembre 1398

A. Original sur parchemin, en latin, avec seing notarial. Lille, A.D.N., Fonds de l’évêché de Cambrai, 3G 14, no 169.

In nomine domini amen. Notum sit universis presens publicum instrumentum inspecturis quod cum anno eiusdem domini millesimo trecentesimo nonagesimo octavo indictione septima mensis decembris die secunda pontificatus sanctissimi in Christo patris domini Benedicti divina providentia pape terciidecimi anno quinto nobiles et circunspecti viri magistri et domini Petrus Blancheti et Johannes de Boyssay excellentissimi principis francorum Regis consiliarii magistri requestarum sui hospitii et per eundem Regem ambaxiatores ad infrascripta specialiter deputati in loco capitulari Cameracensis ecclesie unacum clero civitatis Cameracensis ad ipsorum instanciam ibidem adunato convenissent eidem que clero litteras creditivas dicti domini Regis presentassent fidem continentes creditivam hiis que litteris ibidem perlectis iniunctam sibi credentiam exposuissent litteras que eiusdem domini Regis patentes exhibuissent continentes rationes motiva et processum que post solennes deliberationes et indagines antedictum Regem moverant ad denegationem obedientie domini Benedicti predicti et ad finem unionis ecclesie sancte dei procurande et scismatis pestiferi quod diutius prochdolor grassatum est extirpandi requisiverunt ex parte prefati domini Regis dictos de clero et exhortati fuerunt ob animarum suarum salutem et zelum unionis et extirpationis iamdictarum quatinus determinationi et obedientie denegationi factis per prefatum dominum Regem ad finem pretactum et bonum ecclesie militantis se conformarent. Tandem dicti de clero responderunt quod super visis auditis et expositis tanquam universalis ecclesie pacis et unionis zelatores deliberationem inter se et cum aliis absentibus haberent quamcitius oportunitate captata accuri et responsuri post huiusmodi deliberationem quod justum et racionabile foret domino ministrante. Adveniente quod quinta die dicti mensis congregatis prefatis dominis ambaxiatoribus et clero in loco capitulari antedicto pro parte dictorum de clero per organum venerabilis viri magistri Walteri de Bellovisu prepositi Cameracensis ecclesie iamdicte de mandato et commissione omnium de dicto clero presentium dictis dominis ambaxiatoribus data et facta fuit responsio viva voce et in scriptis ad uberiorem cautelam modo et forma inferius annotatis. In dei nomine amen. Visis et diligenter recensitis per nos capitula maioris sanctorum Gaugerici et Crucis abbates et conventus monasteriorum sanctorum Auberti et Sepulcri Cameracensium litteris credentie serenissimi domini nostri Regis ffancorum et metuendissimi domini nostri ducis Burgundie per vos eleganter exposite processibus et determinacione eiusdem domini Regis super denegatione obediencie domini nostri Benedicti pape terciidecimi in litteris patentibus comprehensis et per nos lectis et auditis requisitionibus per vos factis de eiusdem Regis mandato cum nonnullis aliis causis et racionibus et inter ceteras adhesit colegii sacri dominorum cardinalium ad finem precise unionis universalis ecclesie et extirpacionem ipsius scismatis pestiferi quod diutius ecclesiam commaculavit prochdolor non aliter aut alia determinacioni prefati domini Regis christianissimi principis adheremus. Qua responsione facta et perlecta prefati domini ambaxiatores pro parte dicti domini Regis et ad opus omnium quorum interest et interesse poterit quesierunt a me notario publico subscripto ibidem presenti et ad hoc specialiter vocato sibi confici de premissis publicum instrumentum unum vel plura publica instrumenta sub astantium testimonio personarum. Acta fuerunt hec in loco capitulari predicto anno indictione mense diebus et pontificatu predictis presentibus ibidem venerabilibus viris magistro Jacobo Gregorii officiali Cameracense et domino Johanne Louberti presbytero notario publico Cameracensis diocesis testibus ad premissa vocatis specialiter et rogatis.

Et ego Johannes de Pontisara presbyter Noviomensis diocesis publicus auctoritate apostolica et imperiali notarius quia premissis omnibus et singulis sic ut premittitur actis et gestis unacum prenominatis testibus presens interfui. Ideo presens publicum instrumentum inde confectum quod per alium scribi feci legitime certa alia prepeditus signo meo consueto signavi me propria manu subscribente in testimonium veritatis premissorum requisitus et rogatus.

Seing notarial.

Notes

1 Sur les péripéties des années 1398-1399, comme, d’une façon générale, sur le déroulement de la crise de 1378 à 1417, on consultera avec profit la notice de H. Millet, Art. Grand Schisme d’Occident (1378-1417), Dictionnaire historique de la Papauté, sous la dir. de P. Levillain, Paris, 1994, p. 729-735. Celle-ci dispensera le lecteur pressé, qui souhaite disposer d’une synthèse claire et limpide, de recourir à l’abondante littérature antérieure.

2 Le 22 décembre 1389, Clément VII nomme son familier, âgé de dix-sept ans et donc muni d’une dispense apostolica auctoritate, à la tête de l’évêché de Cambrai (Vatican, Archivio Segreto, Registra Avenionensia 262, f° 331 v° – 332 v°, et 263, f° 303 r°). Archidiacre de Petit Caux dans l’Église de Rouen, André est le fils de Gui de Luxembourg, comte de Ligny et de Saint-Pol, et de Mathilde de Châtillon. Il appartient donc à une branche cadette de la grande famille de Luxembourg. Il est aussi le frère cadet de Waleran, comte de Ligny et de Saint-Pol, et de Pierre de Luxembourg, ancien chanoine prébendé de Cambrai et archidiacre de Bruxelles devenu cardinal, mort le 2 juillet 1387 en odeur de sainteté. La vie et la carrière d’André de Luxembourg, décédé lui aussi « saintement », n’ont pas encore fait l’objet d’une étude systématique : C. Eubel, Hierarchia catholica medii aevi, 2e éd., Münster, 1913, réimpr., 1968, p. 160.– E.I. Strubbe et L. Voet, De chronologie van de Middeleeuwen en de Moderne Tijden in de Nederlanden, Anvers-Amsterdam, 1960, p. 266.-V. Tabbagh, Fasti Ecclesiae Gallicanae. Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines de France de 1200 à 1500, t. 2, Diocèse de Rouen, Tumhout, 1997, p. 57, 154.

3 Philippe le Hardi. Né à Pontoise en 1342. Décédé à Hal le 27 avril 1404. Fils cadet du roi de France, Jean II, et de Bonne de Luxembourg. Duc de Bourgogne et comte de Flandre. En 1363, six ans avant son mariage avec Marguerite de Male, il reçut de son père le duché de Bourgogne en apanage (H. Pirenne, Art. Philippe de Bourgogne, Biographie nationale de Belgique, t. 17, Bruxelles, 1903, col. 201-220.– Art. Philippe le Hardi, Dictionnaire d'Histoire de Belgique, sous la dir. d’H. Hasquin, Bruxelles, 1988, p. 376). Pour le premier duc de Bourgogne comte de Flandre, contemporain du Grand Schisme, on consultera l’étude monumentale de R. Vaughan, Philip the Bold. The formation of the Burgundian state, Londres, 1962, rééd. Woodbridge, 2002.

4 Des frais ont été engagés par le chapitre, le 28 novembre 1397, pour la candidature de l’évêque de Tournai, Louis de la Trémouille, à l’évêché de Cambrai. C’est ce que révèlent les registres capitulaires de Cambrai (Cambrai, Bibliothèque Municipale (= B.M.), Mss, 1055, f° 20 v°). Le 1er décembre de l’année précédente, après la mort d’André de Luxembourg, le chapitre avait procédé à l’élection de Louis, puis rédigé, à une date indéterminée, une supplique pour demander à Benoît XIII d’approuver son choix (Lille, Archives Départementales du Nord (= A.D.N.), Fonds du chapitre métropolitain de Cambrai, 4G 1082). Ces documents de 1396 sont signalés par P. Pietresson de Saint-Aubin, Trois formulaires et recueils de jurisprudence de l’église de Cambrai, Revue du Nord, t. 30, 1948, p. 238, no 125 et 268. Sur Louis de la Trémouille, promu évêque de Tournai par Clément VII le 2 mars 1388, décédé en 1410, voir Eubel, Hierarchia catholica, p. 490.-J. Pycke, De Louis de la Trémoïlle à Ferry de Clugny (1388-1483) : cinq évêques tournaisiens au service des ducs de Bourgogne, Les Grands Siècles de Tournai (XIIe- XVe siècles). Recueil d’études publié à l’occasion du XXe anniversaire des Guides de Tournai, Tournai-Louvain-la-Neuve, 1993, p. 210-211, 223.

5 L’historiographie de Benoît XIII (1394-1423) est très abondante, surtout en langue espagnole. Sur le successeur en Avignon de Clément VII, on pourra consulter, en langue française, la notice de H. Millet, Art. Benoît XIII, Dictionnaire historique de la papauté, p. 208-212.

6 Ami personnel de Benoît XIII, Pierre d’Ailly fut évêque de Cambrai pendant quinze ans. Il renonça à son évêché en 1411 et fut élevé au cardinalat par Jean XXIII le 6 juin de la même année (au titre de Saint-Chrisogone). Surnommé « cardinal de Cambrai », il décéda le 9 août 1420 (Eubel, Hierarchia catholica, p. 33, 40). La vie, la carrière universitaire et diplomatique, ainsi que l’œuvre intellectuelle de Pierre d’Ailly, ont donné lieu à une abondante bibliographie. Il m’est impossible d’en rendre compte ici. Je renvoie le lecteur aux travaux de L. Salembier, Petrus de Alliaco, Lille, 1886.– Id., Art. Ailly (Pierre d’), Dictionnaire de Théologie catholique, t. 1, Paris, 1903, col. 642-654.– Id., Art. Ailly (Pierre d’), Dictionnaire d'Histoire et de Géographie ecclésiastiques, t. 1, Paris, 1912, col. 1154-1165.– Id., Le cardinal Pierre d’Ailly, chancelier de l’université de Paris, évêque du Puy et de Cambrai (1350-1420), Lille, 1931, Tourcoing, 1932. Ces travaux faisant date, je signale les contributions de B. Guenée, Entre l’Église et l’État. Quatre vies de prélats français à la fin du moyen âge (XIIIe- XVe siècle), Paris, 1987.– L. Nys, La tombe de Pierre d’Ailly, cardinal et évêque de Cambrai († 9 août 1420). Une œuvre à verser au catalogue du tailleur d’images et tombier tournaisien Jean Tuscap, Revue des Archéologues et des Historiens d’Art de Louvain, t. 26, 1993, p. 33-58.-A. Frenken, Art. Petrus von Ailly (Petrus de Alliaco, Pierre d’Ailly), Kard., Biographisch-bibliographisches Kirchenlexikon, éd. F.W. Bautz et T. Bautz, t. 7, Herzberg, 1994, col. 320-324.

7 Supplique de Benoît XIII du 13 octobre 1394 (Vatican, Archivio Segreto, Registra Supplicationum, 86, f° 120 r°) et lettre du même, du 23 juillet 1395 (Registra Avenionensia, 278, f° 365 v°-366 r°).

8 Voir plus loin n. 58.

9 Cambrai, B.M., Mss, 1055, f 105 v°.

10 P. Pietresson de Saint-Aubin, Documents inédits sur l’installation de Pierre d’Ailly à l’évêché de Cambrai en 1397, Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 113, 1955, p. 111-122.

11 Id., p. 119.

12 Diplôme original de l’empereur Wenceslas du 3 avril 1398 (Lille, A.D.N., Fonds de l’évêché de Cambrai, 3G 10, no 113 et 113 a). Sur Wenceslas, voir P. Moraw, Art. Luxemburg, Luxemburger, III : Die Luxemburger als Könige und Kaiser, Lexikon des Mittelalters, t. 6, Munich-Zurich, 1993, col. 30-33.

13 Acte épiscopal du 8 octobre 1399 (Lille, A.D.N., 3G 28, no 310).

14 Vaticano, Archivio Segreto, Obligationes et Solutiones 53, f° 153 r°. Voir U. Berlière, Inventaire analytique des Libri obligationum et solutionum des Archives Vaticanes au point de vue des anciens diocèses de Cambrai, Liège, Thérouanne et Tournai (1296-1548), Bruges, 1904, p. 145, no 1289.

15 H. Millet et E. Poulle, Le vote de la soustraction d’obédience en 1398, t. 1, Introduction. Edition et fac-similés des bulletins du vote, Paris, 1988, p. 36. Sur cette question de la soustraction d’obédience de 1398, voir également H. Kaminsky, The politics of France’s substraction of obedience from Pope Benedict XIII, 27 july 1398, Proceedings of the american philosophical Society, octobre 1971, p. 366-397, et H. Millet, Les votes des évêques à l’assemblée du clergé de 1398 : analyse diplomatique et étude du comportement, L’Écrit dans la société médiévale. Divers aspects de sa pratique du XIe au XVe siècle. Textes en hommage à Lucie Fossier, éd. C. Bourlet et A. Dufour, Paris, 1991, p. 195-214.

16 Jean, duc de Berry (1340-1416). Troisième fils de Jean II et de Bonne de Luxembourg. Époux de Jeanne d’Armagnac (1360), puis de Jeanne de Boulogne (1389). Pendant la folie de son neveu Charles VI, il partagea le pouvoir avec son frère, le duc de Bourgogne. Sa deuxième fille, Marie, épousa en troisièmes noces Jean Ier de Bourbon. Pendant le Schisme, il prit le parti de Clément VII, encouragea vainement Benoît XIII à la cession, fit décréter la soustraction d’obédience en 1398 et s’opposa à la restitution en 1403 : P. Roman d’Amat, Art. Berry (Jean, duc de), Dictionnaire de Biographie française, t. 6, Paris, 1954, col. 154-156.– L. Gueneau, Jean de Berry et le grand Schisme, Mémoires de la Société historique du Cher, t. 43, 1937-1938. Plus généralement, cf. F. Autrand, Jean de Berry. L’art et le pouvoir, Paris, 2000.

17 Louis II, duc de Bourbon. Époux de Jeanne, dauphine d’Auvergne. Beau-père de Marie, fille de Jean, duc de Berry : P. Roman d’amat, Art. Bourbon (Louis II, duc de), Dictionnaire de Biographie française, t. 6, Paris, 1954, col. 1403-1404.– G. Fournier, Art. Bourbon, Lexikon des Mittelalters, t. 2, Munich-Zurich, 1983, col. 501-504.

18 Et dit que aucuns dient que par l’evesque de Cambray en plain consistoire a esté sommé et requis de par le roy des Rommains de la voye de cession et que il a plainement refusé et persevere en sa rigour ; par quoy samble que qui le sommeroit derechief il pourroit dire que ce seroit une impression et se aideroit des protestations par lui faites au contraire [...] Apres touche le grant bien sera et le grant honneur pour le roy que a son temps il remette l’Église de son royaume a ses franchises et libertez anciennes, laquelle chose se fait par ladite substruction (Millet et Poulle, Le vote de la soustraction, p. 52-53).

19 Charles VI (1368-1422). Fils aîné de Charles V et de Jeanne de Bourbon. Roi de France à partir de 1380. Pris de folie en 1393, il fut obligé d’accepter l’autorité des régents, son oncle Philippe († 1404), duc de Bourgogne, et son frère Louis († 1407), duc d’Orléans, qui gouvernèrent le royaume. De son épouse, Isabeau de Bavière, il eut douze enfants, dont quatre dauphins successifs : Charles (1391-1400), d’abord duc de Guyenne, Louis (1396-1415), porteur du même titre, Jean (1398-1417), d’abord duc de Touraine, et le futur Charles VII (1403-1461), dauphin en 1417 (F. Autrand, Charles VI. La folie du roi, Paris, 1986).

20 Sur Pierre Blanchet, qui mourut en ambassade en Angleterre en 1401, voir F. Autrand, Naissance d’un grand corps de l'État. Les gens du Parlement de Paris (1345-1454), Paris, 1981, p. 72.

21 Gautier de Beauvoir (de Bellovisu) fut chanoine de Cambrai de 1379 à 1401, écolâtre du chapitre cathédral en 1384 et prévôt de 1398 à 1401 : D. Lourme, Chanoines, officiers et dignitaires du chapitre cathédral de Cambrai (1357-1426). Étude prosopographique et institutionnelle, t. 1, Notices biographiques, Paris, École des Chartes, 1991, p. 47, 100 (thèse inédite consultable à Lille, A.D.N).

22 La réunion du 2 décembre est rapportée dans l’acte notarié établi le 5 suivant. N. Valois, La France et le Grand Schisme, t. 3, Paris, 1901, p. 283 et n. 1, s’est trompé, d’abord en donnant les dates du 5 et du 7 décembre, ensuite en associant les « autorités municipales » de Cambrai à la soustraction : il n’en est nullement question dans l’acte notarié du 5 décembre.

23 Jacques Grégoire (Gregorii) fut official de Cambrai de 1398 (au plus tôt) à 1415 (au moins). Il était aussi curé de Binche au moment du transfert du chapitre et des reliques de Saint-Ursmer de Lobbes dans l’église Notre-Dame de Binche en 1409.

24 Lille, A.D.N., 3G 14, no 169. Ce document est mentionné par P. Pietresson de Saint-Aubin, Répertoire numérique. Archives départementales du Nord. Série G (clergé séculier), t. 2, Lille, 1968, p. 4.

25 L’auteur de cette lettre signe Watier. Pierre Piétresson de Saint-Aubin dit de ce personnage qu’il fut « mêlé de très près aux événements » (Lille, A.D.N., Supplément Cumulus, no 15830 : document édité par Pietresson de Saint-Aubin, Documents inédits, p. 121, no XII). Je crois pouvoir reconnaître en lui le prévôt du chapitre cathédral, Gautier de Beauvoir lui-même, c’est-à-dire le Walterus de l’acte notarié du 5 décembre 1398 (n. 24). Ma conviction repose sur plusieurs passages de la lettre. D’abord, « Watier » parle en son nom propre ; ensuite, il évoque l’arrivée des deux ambassadeurs de Charles VI, afin que nous conformissiemes a le voie de denegacion de obedience au pape ; enfin, il se plaint des menaces a nous faites [...] et a mestre Nichole et moy de en avoirprincipalment indignacion : Nichole est soit Nicolas Falourdier, qui deviendra plus tard prévôt (Lourme, Chanoines, officiers et dignitaires, t. 1, p. 50, 100), soit Nicolas Claiquin, lui aussi chanoine du chapitre cathédral (Id, t. 1, p. 48).

26 Le prieur de la Chartreuse de Marly (Valenciennes) est Jean de Lille, identifié comme tel grâce à un acte daté du 8 décembre 1398 et conservé dans les archives lilloises : Lille, A.D.N., Fonds de la chartreuse de Marly-lez-Valenciennes, 62H 71, no661. Les Chartreux sont clémentins depuis 1378 : B. Bligny, La Grande Chartreuse et son Ordre au temps du Grand Schisme et de la crise conciliaire (1378-1449), Historia et spiritualitas Cartusiensis. Colloquii quarti internationalis acta. Gandavi-Antverpiae-Brugis 16-19 sept. 1982, éd. J. De Grauwe, Destelbergen, 1983, p. 35-57. La Chartreuse de Valenciennes obtiendra le 10 octobre 1401, en pleine soustraction d’obédience, une bulle de Benoît XIII exemptant l’Ordre des taxes levées par la Chambre apostolique (Lille, A.D.N., 62H 1, no 4).

27 [...] la response ne pot estre acceptee, et a falli par les cumminacions a nous faites de grans plaies, perilz et dommages (voir n. 25).

28 L’évêque devait être absent depuis un mois au moins. Nulle trace d’actes épiscopaux durant le mois de novembre 1398.

29 [...] fu faite response tant pour l’absence no prelat, tant aussi pour avoir collacion en ceste matere aveuc les princes et aultres clergié dou dyocese (voir n. 25).

30 Le 18 octobre, les chanoines réclamaient le retour de l’évêque à Cambrai (Cambrai, B.M., Mss, 1055, f° 31 r°). Le 9 novembre, les vicaires généraux actaient à sa place (Lille, A.D.N., Fonds du chapitre Saint-Géry de Cambrai, 7G 91, no 1277 et 1277 bis).

31 En 1394, ils célèbrent un service carillonné pour « le pape Clément » ; en janvier 1393 et avril 1394, ils processionnent à grands renforts de cloches, à Saint-Géry et à Cantimpré, « pour la paix de l’Église » ; après la mort de Clément VII, ils font de même « pour l’unité de l’Église », en octobre 1394, en avril 1395, en juin 1398, dans les premiers jours de l’assemblée du clergé français qui va proclamer la soustraction d’obédience, et encore, par trois fois, en 1398 et 1399 (A. Derville, La vie religieuse au xive siècle d’après les comptes de la cathédrale de Cambrai, Revue d’Histoire de l'Église de France, t. 74, 1988, p. 214, 223-224).

32 Les registres capitulaires de Cambrai ignorent purement et simplement l’événement du début du mois de décembre 1398. Nulle trace dans le texte des délibérations, comme si rien d’important ne s’était produit... (Cambrai, B.M., Mss, 1055, f° 33 r°).

33 Valois, La France et le Grand Schisme, t. 3, p. 295 n. 6.– J. Paquet, Le schisme d’Occident à Louvain, Bruxelles et Anvers, Revue d’Histoire ecclésiastique (= R.H.E.), t. 59, 1964, p. 410 n. 2.

34 Jeanne de Brabant. Née à Bruxelles en 1322. Décédée sans postérité en 1406. Fille aînée du duc Jean III de Brabant et de Marie d’Évreux. Duchesse de Brabant et de Limbourg. Veuve en premières noces du comte Guillaume II de Hainaut (IV en Hollande-Zélande), elle épousa à une date indéterminée (entre le 16 novembre 1351 et le 20 avril 1352) le duc Wenceslas de Luxembourg. En 1355, elle succéda à son père à la tête du duché, ses trois frères étant morts prématurément. Son règne fut entaché par la guerre entre le Brabant et la Flandre, à laquelle le traité d’Ath mit fin le 4 juin 1357 (H. Pirenne, Art. Jeanne, Biographie nationale de Belgique, t. 10, Bruxelles, 1888-1889, col. 454-462-Art. Jeanne, Dictionnaire d’Histoire de Belgique, p. 262).

35 [...] perplexam, tum super litteris regiis manu propria signatis super non obedientiam... concordantibus cum litteris capitulo et civitate Cameracensibus transmissis (Lille, A.D.N., Supplément Cumulus, no 15830 : document publié par Pietresson de Saint-Aubin, Documents inédits, p. 137, no XI). Guillaume de Bruges faisait partie de l’entourage épiscopal ; il exerçait les fonctions de clerc.

36 [...] quibus litteratoribus responderat se huc usque matrici ecclesie sue Cameracensi fuisse conformatam eumdem quam ipsi de capitulo tenendo, episcopum absque altera hesitatione seu dubitatione quacumque, et ita proposuit et proponit, nec aliter sciret cum papa stetit neutralis in ista dyocesi suam consciendam ordinare, licet in omnibus sicud decet et debet, mandatis suis vellet obtemperare, in qua obediencia optinenda totis viribus et mentibus conamine exacta diligentia nomine, Reverende Pater Vester, prefate posse tenus ero, divina favente clementia, vigil, pugil seu athleta (voir n. précédente).

37 Pierre d’Ailly n’a pas participé à l’assemblée générale du clergé français de 1398, puisque son évêché se trouve hors du royaume. Salembier, Art. Ailly (Pierre d’), Dictionnaire d’Histoire et de Géographie ecclésiastiques, col. 1158, avance la date du 31 janvier 1399 comme étant celle de l’adhésion de l’évêque à la soustraction, « comme l’avaient déjà fait les chanoines et les dignitaires de son diocèse » (Salembier eût été mieux inspiré de parler de la « cité épiscopale », plutôt que du diocèse).

38 Le mode de datation des actes notariés postérieurs à janvier 1399, dans lesquels l’évêque intervient comme partie contractante, ne fait plus référence à Benoît XIII : voir, par exemple, Lille, A.D.N., 4G 148, no 2267-2267A (26 mars 1399) et 3G 22, no 225 (29 mai 1399). Dans un acte du 27 juillet 1399, relatif à la fondation d’un couvent de recluses près de Braine-l’Alleud, en Brabant, l’évêque déclare agir auctoritate pontificali et ordinaria (Bruxelles, Archives Générales du Royaume (= A.G.R.), Archives ecclésiastiques du Brabant (= A.E.B.), Fonds du couvent de Jéricho à Bruxelles, no 12564, f° 2 v° – 3 v°).

39 Pletresson de Saint-Aubin, Documents inédits, p. 120.

40 Jean de Bavière, l’élu de Liège (voir n. 44), et ses chanoines suivront l’exemple. Sur le retrait d’obéissance des Liégeois — ville et clergé — au pape romain Boniface IX, de 1399 à octobre 1404, voir l’orientation bibliographique donnée par Paquet, Le schisme d’Occident, p. 404. Sur le retour des Liégeois à l’obéissance, voir M. Maillard-Luypaert, Une lettre d’innocent VII du 2 octobre 1405 à propos du retour de Liège à l’obédience romaine, R.H.E., t. 72, 1977, p. 54-60. Sur Boniface IX, lire la notice de F. Jankowiak, Boniface IX, Dictionnaire historique de la Papauté, p. 236-237.

41 La situation à Bruxelles était assez préoccupante. Le 24 octobre 1390, l’évêque, qui y séjournait, adressa une lettre aux échevins. Conciliant sur le fait même de leur neutralitas, il les prévint qu’il ne tolérerait pas les agissements des detestabiles malefactores qui troublaient la tranquillité publique, et qu’il ne supporterait pas davantage que des prédicateurs franciscains, dominicains, carmes et augustins vinssent discuter du schisme dans les églises — de materia scismatis aliquid dogmatizent, unde possit murmur in populo oriri (lettre d’André de Luxembourg datée du 24 octobre 1390 : Bruxelles, A.G.R., Archives de Sainte-Gudule, 77, no 1222 ; voir à ce sujet Paquet, Le schisme d’Occident, p. 414). L’agitation perdura, puisque, le 25 septembre 1394, les autorités durent sévir contre des batailleurs qui provoquaient continuellement des rixes entre les habitants (A. Verkooren † et A. Grunzweig, Inventaire des chartes et cartulaires des duchés de Brabant et de Limbourg et des Pays d’Outre-Meuse, 3e part., t. 1, 1383-1396, Bruxelles, 1961, p. 257-258, no 6822). Le 1er octobre suivant, l’évêque fit clairement allusion à la falsa doctrina répandue par des zizanie seminatores (P. Lefèvre, L’attitude du clergé et des autorités communales à Bruxelles pendant le Grand schisme d’Occident de 1379 à 1390, Revue belge de Philologie et d’Histoire, t. 12, 1933, p. 644.– Paquet, op. cit., p. 414).

42 Nombreuses interventions en 1399 au chapitre de Sainte-Gudule, à propos des mœurs du clergé (24 mars : Bruxelles, A.G.R., Archives de Sainte-Gudule, 200, f° 223 r° – 224  v°), aux prieurés de Sept-Fontaines à Rhode-Saint-Genèse (faveur spirituelle du 17 mars : Id., A.G.R., A.E.B., Fonds du prieuré de Sept-Fontaines, 15499, f° 6 v° – 7 r°) et de Wauthier-Braine, dont il confirme la fondation (27 juillet : A.E.B., Fonds du couvent de Jéricho, 12564, f° 2 v° – 3 v°), entre 1400 et 1402 au chapitre de Sainte-Gudule (Archives de Sainte-Gudule, 200, f° 225 v° – 228 v°, 229 r° – 230 r°), aux prieurés de l’Ermite à Braine-l’Alleud (A.E.B., Fonds du couvent de Jéricho, 12564, f° 3 v°), de Sept-Fontaines (15497, f° 5 r°, 15499, f  7 r°), du Rouge-Cloître à Auderghem (A.E.B., Fonds du Rouge-Cloître, 16239, f° 7 r°, 10 v° – 11 r°, 12 v° – 13 r°) et de Groenendaal à Hoeilaart ; D. Van Derveeghde, Inventaire des archives de Saint-Jacques-sur-Coudenberg, 1re part., Inventaire analytique des chartes (1190-1756), Bruxelles, 1962, p. 113-114, no 500 ; en 1403 à Groenendaal encore, où d’Ailly intervient dans un conflit interne (16 juin ; A.E.B., Fonds de l’abbaye Saint-Jacques-sur-Coudenberg, 6446, acte no 292).

43 Aubert de Bavière. Né en 1336 à Munich. Décédé à La Haye en 1404. Fils cadet de l’empereur Louis IV de Bavière et de Marguerite d’Avesnes. Duc de Bavière-Straubing. Comte de Hainaut et de Hollande-Zélande en mars 1389. Époux en premières noces de Marguerite de Brieg, fille du duc Louis Ier de Silésie-Liegnitz, puis de Marguerite de Clèves, fille du comte Adolphe Ier : A. Mathieu, Art. Aubert ou Albert de Bavière, Biographie nationale de Belgique, t. 1, Bruxelles, 1866, col. 524-529.– P.J. Blok, Art. Albrecht van Beieren, Nieuw nederlandsch biografisch Woordenboek, t. 4, Leyde, 1918, col. 25-27.– Art. Aubert de Bavière, Dictionnaire d’Histoire de Belgique, p. 28.

44 Jean de Bavière. Né en 1373. Décédé à Delft en 1424. Fils d’Aubert de Bavière, comte de Hainaut et de Hollande-Zélande, et de Marguerite de Brieg. Sous-diacre. Élu de Liège en 1390. Nommé par Boniface IX administrateur apostolique du diocèse de Cambrai en 1391. Il résigna son évêché en 1418 : Eubel, Hierarchia catholica, p. 302.– F.S. Schneider, Herzog Johann von Baiern, erwählter Bischof von Lüttich und Graf von Holland (1373-1425). Ein Kirchenfürst und Staatsmann am Anfang des XV. Jahrhundert, Berlin, 1913.– Strubbe et Voet, De chronologie, p. 284.– A. Marchandisse, Le prince-évêque de Liège et les comtes de Hainaut des maisons d’Avesnes et de Wittelsbach. Un marché de dupes quasi permanent, Revue du Nord, t. 82, 2001, p. 640-641, 651-655.– Id., Vivre en période de vide législatif et institutionnel : l’après-Othée (1408) dans la principauté de Liège, Faire bans, edictz et statuz. Légiférer dans la ville médiévale. Sources, objets et acteurs de l’activité législative communale en Occident. Actes du colloque international tenu à Bruxelles les 17-20 novembre 1999, sous la dir. de J.-M. Cauchies et É. Bousmar, Bruxelles, 2001, p. 535-554, et sa contribution, ici-même. Voir également M. Maillard-Luypaert, La succession de Jean T’Serclaes à l’évêché de Cambrai : une tentative avortée des Bavière pour occuper le siège vacant (janvier-décembre 1389), Cahiers du Centre de Recherches en Histoire du Droit et des Institutions, t. 15, Sede vacante. La Vacance du pouvoir dans l’Église du Moyen Âge, éd. J.-L. Kupper, A. Marchandisse, B.-M. Tock, 2001, p. 95-116.

45 Comme il est dit dans la bulle d’Alexandre V du 10 juillet 1409, conservée aux Archives de l’État à MONS, Trésorerie des Chartes des Comtes de Hainaut, no 1292 : L. Devillers, Cartulaire des comtes de Hainaut, de l’avènement de Guillaume II à la mort de Jacqueline de Bavière, t. 3, Bruxelles, 1886, p. 366, no 970.-G. Wymans, Inventaire analytique du chartrier de la Trésorerie des comtes de Hainaut, Bruxelles, 1985, p. 271, no 1292. Guillaume IV († 1417) était le fils aîné d’Aubert de Bavière et de Marguerite de Brieg. Il épousa en 1385 Marguerite de Bourgogne, fille de Philippe le Hardi et de Marguerite de Male. Comte de Hainaut et de Hollande-Zélande en 1404. Sa fille, Jacqueline de Bavière, lui succéda en 1417 : les mariages successifs de cette dernière et les événements dramatiques du règne, notamment le conflit avec l’oncle Jean de Bavière, élu de Liège, et avec l’époux, n’eurent d’autre effet que de jeter le comté dans les bras du Bourguignon. En 1427-1428, Philippe le Bon prit en main le gouvernement des possessions de Jacqueline (Général baron Guillaume, Art. Guillaume IV, Biographie nationale de Belgique, t. 8, Bruxelles, 1884-1885, col. 484-487.– R. Post, Art. Willem VI, Nieuw nederlandsch biografisch Woordenboek, t. 10, Leyde, 1937, col. 1214.-P.J. Blok, Art. Jacoba van Beieren, Nieuw nederlandsch biografisch Woordenboek, t. 6, Leyde, 1924, col. 841-846). On trouvera des matériaux utiles, notamment d’ordre généalogique, dans l’étude de J.G. Smit, Vorst en onderdaan. Studies over Holland en Zeeland in de late Middeleeuwen, Louvain, 1995.

46 Sur la question des assemblées du clergé français, voir H. Millet, Du Conseil au Concile (1395-1408). Recherche sur la nature des assemblées du clergé en France pendant le grand schisme d’Occident, Journal des Savants, 1985, p. 137-159.

47 Vidimus des lettres royales du 21 septembre 1408 : E. Gautier et A. Lesort, Ville de Cambrai. Inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790 (Département du Nord), Cambrai, 1907, p. 29. À ce sujet, voir A. Combes, Sur les Lettres de consolation de Nicolas de Clamanges à Pierre d’Ailly, Archives d’Histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, t. 13, 1940-1942, p. 359-389.

48 M. Soenen, Art. Grégoire XII, Dictionnaire historique de la papauté, p. 758-760.

49 Lettres patentes datées de Paris (Lille, A.D.N., 3G 14, no 171).

50 Jean sans Peur. Né à Rouvres en 1371. Décédé à Montereau en 1419. Fils aîné de Philippe le Hardi et de Marguerite de Male. Duc de Bourgogne et comte de Flandre. En 1404, il hérita du duché de Bourgogne au décès de son père. En 1407, il fit occire son cousin et rival, le duc d’Orléans, frère du roi (B. Guenée, Un meurtre, une société. L’assassinat du duc d’Orléans, 23 novembre 1407, Paris, 1992). En 1419, à Montereau, il fut à son tour assassiné lors d’une entrevue avec le dauphin, futur Charles VII (E. Duchesne, Art. Jean, Biographie Nationale de Belgique, t. 10, Bruxelles, 1888-1889, col. 176-193.– G. Michaux, Art. Jean sans Peur, Dictionnaire de Biographie française, t. 18, Paris, 1991, col. 577-579). Pour le deuxième duc de Bourgogne comte de Flandre, contemporain du Grand Schisme : R. Vaughan, John the Fearless. The growth of the Burgundian power, Londres, 1966, rééd. Woodbridge, 2002. On consultera également J.-M. Cauchies, Ordonnances de Jean sans Peur, 1405-1419, Bruxelles, 2001.

51 C’est la deuxième fois que les deux grandes abbayes de la cité épiscopale participaient aux assemblées du clergé à propos de l’attitude à adopter vis-à-vis de Benoît XIII. Bien que Cambrai ne fasse pas partie du royaume de France, on lira sur le sujet l’étude intéressante de H. Millet, La participation des abbayes aux assemblées du clergé réunies par le roi de France de 1395 à 1408, Naissance et fonctionnement des réseaux monastiques et canoniaux. Actes du Ier Colloque international du C.E.R.C.O.R., Saint-Étienne, 16-18 septembre 1985, éd. N. Bouter, Saint-Étienne, 1991, p. 437-447.

52 Le registre capitulaire l’atteste : ce sont les vicaires généraux qui actent en novembre 1408, en février et en mars 1409 (Cambrai, B.M., Mss, 1055, f° 147 r°, 165 v° – 166 v°, 171 r°-v°).

53 Cambrai, B.M., Mss, 1055, f° 137 v°. Le 10 juillet suivant, les petits vicaires de la cathédrale chantent une messe du Saint-Esprit pro unione ecclesie (Lille, A.D.N., 4G 5046).

54 Cambrai, B.M., Mss, 1055, f 140 r°.

55 [...] si bullas a papa habuisset non obstante neutralitate... fuit conclusum quod si quis ausu temerario litteras apostolicas aut processus earumdem in capitulo presentaverit eundo contra neutralitatem talis cum suis litteris detineatur (Cambrai, B.M., Mss, 1055, f° 143 r°, 153 r°).

56 Cambrai, B.M., Mss, 1055, f 146 v° (30 octobre 1408). Ces deux chanoines font l’objet d’une notice dans Lourme, Chanoines, officiers et dignitaires, t. 2, 2, no 151 (Semur) et 219 (Fréron).

57 Cambrai, B.M., Mss, 1055, f 144 (5 octobre 1408).

58 Raoul le Prêtre l’Aîné (Presbiteri). Fils de la sœur de Pierre d’Ailly, qui s’était mariée à Compiègne. Bachelier en droit canon formé à Angers. Vicaire épiscopal de Cambrai entre 1398 et 1412. Scelleur de l’évêché de 1398 à 1402. Archidiacre de Hainaut de 1402 à 1443. Secrétaire du roi de France en 1398. Sur les détails de sa carrière ecclésiastique, voir Lourme, Chanoines, officiers et dignitaires, t. 2, 2, no 208.

59 H. Millet, Les Pères du Concile de Pise (1409). Édition d’une nouvelle liste, Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Age, t. 93, 1981, p. 786. Le chapitre cathédral avait décidé de ne pas engager de frais pour le concile réuni à Pise. Le 13 septembre, Raoul le Prêtre se présenta au chapitre pour y rendre compte de son séjour ; il précisa clairement ne pas vouloir de dédommagement financier : [...] magister Radulphus Presbiteri erat in Pisis [...] fecit relationem in capitulo de hiis que acta fuerunt in concilio pisano et tradidit in scriptis [...] (Cambrai, B.M., Mss, 1055, f° 188 r°-189 r°, 194 v°).

60 Sur la carrière de Pierre le Maire (Maioris), voir Lourme, Chanoines, officiers et dignitaires, t. 2, 2, no 214.

61 Sur l’ensemble de la question, voir H. Millet, Quels furent les bénéficiaires de la soustraction d’obédience de 1398 dans les chapitres cathédraux français ?, Medieval lives and the Historian. Studies in medieval prosopography. Proceedings of the First international interdisciplinary on medieval prosopography, University of Bielefeld, 3-5 December 1982, Kalamazoo, 1982, p. 123-137, qui a effectué, dans ce domaine, une recherche approfondie, limitée cependant à quelques chapitres français. Cambrai n’en fait donc pas partie. Hélène Millet est arrivée à la conclusion que la soustraction d’obédience a essentiellement profité aux serviteurs des évêques et des princes. Voir également le travail plus ancien de G. Mollat, L’application en France de la soustraction d’obédience à Benoît XIII jusqu’au concile de Pise, Revue du Moyen Âge latin, t. 1, 1945, p. 149-163.

62 La carrière épiscopale de Pierre d’Ailly à Cambrai mérite en soi une étude approfondie. On en découvrira quelques perspectives dans M. Maillard-Luypaert, Papauté, clercs et laïcs. Le diocèse de Cambrai à l’épreuve du Grand Schisme d'Occident (1378-1417), Bruxelles, 2001.

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.