Version classiqueVersion mobile

À l’ombre du Pouvoir

 | 
Jean-Louis Kupper
, 
Alain Marchandisse

Les entourages des cardinaux à Avignon

Bernard Guillemain

Texte intégral

  • 1 B. Guillemain, La Cour pontificale d’Avignon (1309-1376). Étude d’une société, 2e éd., Paris, 1966 (...)
  • 2 G. Mollat, Les Papes d’Avignon, 1305-1378, 10e éd., Paris, 1965.– Y. Renouard, La Papauté d’Avigno (...)

1Après onze mois de tractations, les cardinaux élirent à Pérouse le 5 juin 1305 l’archevêque de Bordeaux, le gascon Bertrand de Got, qui devint le pape Clément V. Le conclave avait réuni 12 Italiens, 2 Français et 1 Castillan. Le nouveau pontife bouleversa la composition du Sacré Collège : s’il rendit leurs prérogatives aux deux Colonna, exclus par Boniface VIII et réhabilités par Benoît XI sans recouvrer leurs pouvoirs, il choisit, en trois promotions, un seul étranger au royaume de France (un Anglais) et 23 Français, dont 13 Gascons, 7 autres Français du Midi et 3 du Nord1. Une telle révolution explique le choix d’un autre prélat de la langue d’oc en 1316, Jacques Duèse de Cahors qui fut le pape Jean XXII. La préférence donnée aux hommes du Midi français se perpétuant, cinq autres papes originaires de la France méridionale furent successivement choisis. Ils résidèrent à Avignon où Clément V avait déjà séjourné à partir de 1309, avant puis après le concile tenu à Vienne, et dont Jean XXII avait été l’évêque. Le Comtat Venaissin proche était une possession de l’Église romaine et Avignon fut achetée en 1348 à la comtesse de Provence et reine de Naples (à ce titre vassale de l’Église romaine). Papes légitimes, conscients qu’ils étaient les évêques de Rome où ils tentèrent de revenir au prix de politiques diverses et de dépenses considérables, ils ne cessèrent pas de privilégier leurs relations avec le roi de France dont ils tentèrent d’éviter le conflit avec le roi d’Angleterre qui déboucha sur la guerre dite de Cent Ans, et de faire peser leur tutelle sur l’Église de France dont ils se réservèrent le choix des évêques, d’un grand nombres d’abbés, prieurs et chanoines, dont ils tirèrent une notable partie de leurs ressources financières2.

2Les créations cardinalices, de celle du 15 décembre 1305 à la 23e du 20 décembre 1375, honorèrent 95 Français du Midi dont 48 compatriotes des pontifes avec, en particulier, outre les Gascons, 8 Quercynois sous Jean XXII et 24 Limousins sous Clément VI, Innocent VI et Grégoire XI, et seulement 16 Français du Nord (de langue d’oïl), 14 Italiens, 3 Castillans, 2 Aragonais, 2 Anglais, 1 Genevois, 1 Contadin. Sur 134 cardinaux des papes légitimes d’Avignon, 91 appartenaient au clergé séculier, 43 au clergé régulier (dont 17 bénédictins, 8 frères mineurs et 8 frères prêcheurs). Si 3 cardinaux moururent avant même de recevoir leur chapeau, si 10 autres disparurent moins d’un an après leur création, 34 siégèrent au Sacré Collège durant plus de 20 ans et 6 en firent même partie pendant plus de 40 ans (dont 3 Italiens créés avant l’avènement de Clément V). La carrière ecclésiastique, l’origine géographique, la durée du cardinalat n’ont pas manqué d’influencer la composition des entourages.

  • 3 Ms. Vatican latin 4171, f° 64 v°.
  • 4 A.-M. Hayez, Les livrées avignonnaises de la période pontificale, Mémoires de l’Académie du Vauclau (...)

3Les cardinaux, qui ont joué un rôle parfois considérable dans l’administration et la politique des papes d’Avignon, ont naturellement réuni des serviteurs et des clientèles. Ils ont été sollicités pour obtenir l’attribution de bénéfices ecclésiastiques. Conscients de leur importance, ils ont voulu se poser en princes, s’entourer d’une cour, imiter le faste et le cérémonial pontifical. Jean XXII, témoin des excès dont s’étaient rendus coupables les cardinaux de son prédécesseur qui s’étaient jetés sur la ville d’Avignon avec leur clientèle quand la curie s’y arrêta, tenta de réglementer la composition des « maisons » cardinalices. Sa constitution De honestate cardinalium d’octobre 1316 tendit à limiter à dix le nombre des chapelains, à vingt celui des écuyers et à réglementer l’appellation de « familier3 ». C’était sans compter avec les goûts fastueux des cardinaux et aussi les fonctions qu’ils exerçaient dans le gouvernement de l’Église : des causes très diverses leur étaient confiées depuis des contestations bénéficiales jusqu’à des affaires d’hérésie ou la préparation des procès de canonisation ; ils les instruisaient hors du palais pontifical dans leurs propres demeures. Leurs prétentions et leurs responsabilités exigeaient une installation appropriée. À Avignon, comme dans les cités par où la cour romaine passait, des assignateurs de logements et des taxateurs comprenant des représentants de la curie et de la localité, étaient préposés à l’attribution et à l’évaluation des gîtes. Ils accordaient ou, très souvent, ratifiaient l’occupation de demeures ou de parties de demeures moyennant un certain loyer ; ils définissaient ainsi des livrées (librate). Comme ces locaux étaient souvent voisins les uns des autres, pour d’évidentes raisons de commodité, le mot de « livrée » désigna à Avignon le quartier attribué à un cardinal qui, souvent, acheta certains immeubles, ordonna des aménagements, voire des reconstructions, tandis que d’autres parties de la livrée continuaient à appartenir à des particuliers qui percevaient des loyers4. Dès 1316, 26 livrées étaient définies. Elles furent affectées à une succession de cardinaux. Quelques autres complétèrent la série en 1321 et en 1328. Dès le début on observe que 24 hôtels peuvent être affectés à une seule livrée. Des barrières de bois, dites cancels, tentaient d’isoler les livrées. Il arriva à des cardinaux d’obtenir la jouissance de deux ou trois livrées. Il n’y eut que deux livrées en dehors des anciens remparts. Plusieurs cardinaux aménagèrent des résidences campagnardes ou se firent construire de belles demeures à Villeneuve, sur la rive opposée du Rhône dans le royaume de France. Des greniers ou des écuries étaient placés en dehors des livrées. Quelques vestiges des livrées sont repérables dans des bâtiments plus récents. On en découvre encore à l’occasion de travaux. La toute moderne médiathèque a utilisé la livrée dite de Ceccano, du nom du cardinal italien qui en ordonna l’aménagement avant 1350.

  • 5 G. Mollat, Contribution à l’histoire du Sacré Collège de Clément V à Eugène IV, Revue d’Histoire e (...)

4Le train de vie d’un cardinal5 supposait la présence d’un camérier qui administrait son hôtel, d’un acheteur et d’un répartiteur qui s’occupaient du ravitaillement, d’un maître-queue, d’un panetier, d’un bouteiller, d’un maître de table, d’un maître de l’écurie, d’écuyers, tandis que des chambriers et un barbier servaient la personne du cardinal et que des chapelains et des chantres l’assistaient dans ses fonctions liturgiques. L’indispensable personnel laïque est mal connu. La présence de trop nombreux écuyers gascons fut dénoncée autour de Clément V ; dans la suite, cette escorte fut réduite à deux ou trois damoiseaux. Demeura l’indispensable personnel des offices. En revanche, les suppliques, les lettres communes révèlent l’entourage clérical et la clientèle du cardinal, sans qu’il soit toujours aisé de séparer l’une de l’autre.

5On peut estimer qu’au moins 500 clercs et 300 laïcs ont composé l’entourage des cardinaux. Particulièrement suggestifs sont les registres 1, 25 et 36 des suppliques qui correspondent à la première année des pontificats de Clément VI, Innocent VI et Urbain V. On ne peut assurer que tout le personnel clérical des cardinaux y figure, mais il est vraisemblable que les personnages recommandés aux largesses de Clément VI et d’Urbain V représentent une grande partie des serviteurs, alors qu’innocent VI limita à dix le nombre des requêtes que chaque cardinal était autorisé à présenter.

  • 6 P. M. Baumgarten, Beiträge zur Liste der Vize-kanzler, Römische Quartalschrift, t. 21, 1910, p. 45 (...)

6Une évolution est perceptible dans le recrutement des serviteurs. Le temps des Gascons terminé, Pierre Tessier, originaire du Rouergue, ancien professeur de droit canon à Toulouse, vice-chancelier de 1319 à 1325, s’entoure de parents et de clercs méridionaux6. Mais, avec l’attribution aux cardinaux de bénéfices lucratifs dans les régions septentrionales, les hôtels cardinalices s’ouvrent à des clercs issus de ces contrées. En 1362, 107 diocèses sont représentés. Selon les cardinaux, la diversité varie sensiblement. Talleyrand de Périgord favorise les Méridionaux : dans les rouleaux de suppliques figurent 88 demandes pour 34 diocèses des pays d’oc, dont 9 pour des diocèses limousins, 8 pour des quercynois et autant pour des rouergats. Mais la France septentrionale offre des chiffres exactement équivalents pour le nombre des diocèses comme pour celui des requêtes, avec prépondérance de Reims (7 suppliques), Amiens, Tournai et Thérouanne (6 demandes). L’Italie est sollicitée 16 fois pour 15 diocèses du nord et du centre, à l’exclusion du sud. Dans la péninsule ibérique, 16 fois citée, les bénéfices réclamés se répartissent entre 10 diocèses, de la Navarre à la Nouvelle-Castille. Si l’Angleterre n’apparaît que deux fois à Canterbury et à York, 39 bénéfices sont sollicités dans les diocèses d’Empire, essentiellement vers l’ouest, le long du Rhin et surtout à Cambrai (dans 9 rouleaux) et à Liège (dans 10) : les Liégeois représentent un tiers du personnel de Nicolas de Besse, neveu de l’ancien pape limousin Clément VI, tout comme chez le Romain Rinaldo Orsini qui avait reçu en bénéfice l’archidiaconé de Campine et demandait en 1362 des bénéfices pour 8 de ses clercs liégeois. L’intérêt des cardinaux oscille entre leurs régions d’origine et les églises dont ils ont obtenu de percevoir les revenus. Ils se préoccupent de la reconnaissance de leur influence et aussi du lustre de leur livrée.

  • 7 Guillemain, La Cour pontificale, p. 363-367.

7Apparenté à la famille royale, le cardinal Gui de Boulogne, outre un vicaire général, un auditeur, un secrétaire et un procureur, entretient 8 chapelains, 4 chambriers et 1 médecin dès sa création cardinalice en 1342 ; sous Innocent VI, son maître de chapelle fait office de secrétaire. À la mort d’Arnaud de Villemur en 1355, sa livrée est peuplée de 26 clercs — 10 étant simplement qualifiés de familiers. Les cardinaux Guillaume Bragose et Androin de la Roche — celui-ci clunisien —, entretiennent 8 et 7 clercs dans leurs chapelles respectives. Il est prouvé que la nouvelle musique (ars nova) fut introduite dans les chapelles des cardinaux italiens par les maîtres et les chantres issus des diocèses septentrionaux, peut-être dès le cardinalat de Giovanni Colonna, revêtu de la pourpre en 1327, et qu’elle fut adoptée ensuite, malgré les réticences que Jean XXII avait exprimées, dans les chapelles de nombreux cardinaux et, grâce à Clément VI, dans la chapelle pontificale desservie par des capellani et cantores capellae intrinsecae7. Ce furent aussi des cardinaux italiens qui, au temps de Grégoire XI, appelèrent dans leur entourage des fervents du premier humanisme, voués selon l’exemple de Pétrarque au culte de la forme dans les lettres antiques. Jacopo Orsini et Piero Corsini engagèrent Giovanni Moccia et Jacopo da Figline qui correspondirent avec Coluccio Salutati et lui racontèrent, non sans préciosité, les tâches multiples auxquelles ils faisaient face.

  • 8 Registra Supplicationum, 29, f° 10 v° – 12
  • 9 Quelques exemples de longueur de services : Pierre Bastier est durant 20 ans le procureur du cardi (...)

8Autour des princes de l’Église, toutes sortes de clercs, collaborateurs ou protégés, essayaient de se faire connaître et d’obtenir des faveurs. Significative est la série de 30 suppliques présentées en janvier 1357 par les cardinaux exécuteurs testamentaires de Gaillard de la Mothe, neveu de Clément V, appelé dans le Sacré Collège en 1316 par Jean XXII8. Y figurent quatre neveux du défunt, dont l’un est étudiant et l’autre seulement âgé de 10 ans, pour lequel est sollicitée une prébende canoniale dans l’église de Lincoln, le procureur et cinq chapelains, dont l’un, âgé de plus de 70 ans, peut faire état de 50 années de service — les premières auprès du cardinal de Pellegrue qui était son oncle —, un serviteur de plus de 40 ans, Arnaud de Fabre, qui occupa divers emplois auprès des papes Benoît XII et Clément VI et fut même préposé à l’écriture des lettres secrètes de la Chambre apostolique, mais qui n’a pas perçu depuis longtemps ses prébendes de Saintes et d’Angoulème à cause des guerres, un autre scribe du pape, « familier » du défunt, tout comme s’intitulent un clerc de Cambrai, un clerc de Sarrebourg, un clerc d’Osnabruck, et un clerc de Prague. Ne sont pas oubliés deux damoiseaux qui espèrent obtenir pour eux et leurs épouses une indulgence plénière in articulo mortis. Le cardinal chancelier a barré sur l’original la demande d’un clerc déjà détenteur d’un bénéfice à la collation du doyen et du chapitre de Saint-Sauveur d’Utrecht. Le pape lui-même a négligé de répondre à Amanieu de la Mothe, neveu du défunt et de l’archevêque de Bordeaux, qui briguait le prieuré bénédictin de Saint-Macaire, dans le diocèse de Bordeaux. L’on s’aperçoit que le service d’un cardinal peut s’accommoder d’une longue fidélité, faciliter le passage dans la maison d’un autre prince de l’Église ou même préparer une entrée dans l’administration pontificale9.

9Les cardinaux sollicitaient les papes afin d’attribuer des évêchés à des membres de leurs familles. Guillaume de Mendagout en obtint quatre, Pierre des Prés trois tout comme les La Jugie et les Aigrefeuille ; Bérenger Frédol en aurait eu quatre si l’un des élus n’avait pas défroqué ! De grands serviteurs du roi de France comme les Dormans n’hésitèrent pas à demander des évêchés pour les membres de leur famille.

10Les familiers des cardinaux étaient justiciables de l’auditeur de la Chambre apostolique. Le procureur qui introduisait les causes faisait face à de multiples sollicitations puisque sa compétence s’exerçait surtout dans le domaine fiscal. Les condamnés étaient gardés dans la prison du Soudan, distincte de celle du maréchal de justice qui avait autorité sur les « courtisans ». S’il n’y eut pas d’affrontements entre les clientèles cardinalices comme il y en avait eus à cause des Gascons après la mort de Clément V, rivalités et intrigues ne pouvaient disparaître. Les graves incidents qui éclatèrent à Viterbe quand Urbain V tentait de ramener à Rome le Siège apostolique, montrèrent que les entourages des cardinaux français, tout comme la lourde présence de leurs maîtres dans la curie, ne pourraient plus être admis une fois la papauté revenue dans la cité de saint Pierre.

Notes

1 B. Guillemain, La Cour pontificale d’Avignon (1309-1376). Étude d’une société, 2e éd., Paris, 1966, p. 183 s. Je me permets de renvoyer une fois pour toutes à ce livre.

2 G. Mollat, Les Papes d’Avignon, 1305-1378, 10e éd., Paris, 1965.– Y. Renouard, La Papauté d’Avignon, Paris, 1954.– B. Guillemain, Les Papes d’Avignon, Paris, 1998.

3 Ms. Vatican latin 4171, f° 64 v°.

4 A.-M. Hayez, Les livrées avignonnaises de la période pontificale, Mémoires de l’Académie du Vauclause, 8e sér., t. 1-3, 1992-1994. Ces articles corrigent et complètent les travaux de P. Pansier (Les Palais cardinalices d’Avignon aux XIVe et XVe siècles, 3 fasc., Avignon, 1926-1932) et de M. Dykmans (Les palais cardinalices d’Avignon, Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, t. 83, 1971, p. 389-438).

5 G. Mollat, Contribution à l’histoire du Sacré Collège de Clément V à Eugène IV, Revue d’Histoire ecclésiastique, t. 46, 1951, p. 22-112 et 566-594.

6 P. M. Baumgarten, Beiträge zur Liste der Vize-kanzler, Römische Quartalschrift, t. 21, 1910, p. 45-46.

7 Guillemain, La Cour pontificale, p. 363-367.

8 Registra Supplicationum, 29, f° 10 v° – 12

9 Quelques exemples de longueur de services : Pierre Bastier est durant 20 ans le procureur du cardinal Hugues Roger ; Clément de Soilly resta pendant 25 ans au service du cardinal de Dormans ; Jean de Vlamont est pendant 26 ans, avant et après la promotion cardinalice, procureur d’Hélie de Saint-Yrieix ; Armand de Faye compte un demi-siècle de service auprès de la famille de Périgord. On voit aussi des clercs servir tour à tour plusieurs cardinaux : Jean de Colombes est secrétaire de Gilles Rigaud, de Jean de Dormans et d’Androin de la Roche ; Pierre Chasle est médecin d’André de Florence puis de Gui de Boulogne...

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search