Version classiqueVersion mobile

À l’ombre du Pouvoir

 | 
Jean-Louis Kupper
, 
Alain Marchandisse

Avant-propos

Alain Marchandisse

Texte intégral

  • 1 La politique, Faire de l’histoire, t. 2, Nouvelles approches, sous la dir. de J. Le Goff et P. Nor (...)
  • 2 Id., p. 230-231.

1« L’histoire politique a mauvaise presse chez les historiens français. Condamnée il y a une quarantaine d’années par les meilleurs d’entre eux, un Marc Bloch, un Lucien Febvre, victime de sa solidarité de fait avec les formes les plus traditionnelles de l’historiographie du début du siècle, elle conserve aujourd’hui encore un parfum Langlois-Seignobos qui détourne d’elle les plus doués, les plus novateurs des jeunes historiens français. » Ainsi décrivait en 1974 l’historien Jacques Julliard le statut alors peu enviable de ce créneau de la recherche historique jadis florissant qu’est le politique1. Il stigmatisait par ailleurs — et les cautionnait — les « attendus du jugement ». « L’histoire politique est psychologique, et ignore les conditionnements ; elle est élitiste, et ignore la société globale et les masses qui la composent ; elle est qualitative et ignore le sériel ; elle vise le particulier et ignore la comparaison ; elle est narrative et ignore l’analyse ; elle est idéaliste et ignore le matériel ; elle est idéologique et n’a pas conscience de l’être ; elle est partielle et ne le sait pas davantage ; elle s’attache au conscient et ignore l’inconscient ; elle est ponctuelle et ignore la longue durée ; en un mot, [...] elle est événementielle. » Et J. Julliard d’ajouter : « Elle ne mérite pas le nom de science, même affublée de l’épithète d’“humaine”, et surtout pas de sociale. Car désormais, de l’aveu général, il n’est d’histoire que sociale, c’est-à-dire collective, mettant en scène des groupes, et non des individus isolés. [...] depuis longtemps, elle a cessé de sécréter sa problématique, et d’inspirer des travaux novateurs2. »

  • 3 « L'honneur de la maréchaussée ». Maréchalat et maréchaux en Bourgogne des origines à la fin du XVe(...)

2Nul doute que l’ouvrage créé par les Actes du Colloque international qui s’est tenu à Liège en mai 2000 s’attirera certaines des critiques énoncées plus haut. Et nous aimons à dire, du thème du présent volume, à l’instar de Philippe Contamine à propos du maître ouvrage de Bertrand Schnerb sur les maréchaux de Bourgogne3, qu’« il y a encore quelques années, un semblable sujet, ressortissant d’abord et avant tout à l’histoire des institutions, aurait paru quelque peu démodé ». « Son auteur, poursuit-il, aurait été stigmatisé par les maîtres de l’historiographie dominante — du moins en France — comme un tenant attardé de l’histoire positiviste traditionnelle. » Et Ph. Contamine termine en précisant fort à propos que « traiter de la “maréchaussée”, c’est traiter des maréchaux, donc faire de l’histoire sociale, de la prosopographie ».

  • 4 Tendances, perspectives et méthodes de l'histoire médiévale. Actes du 100e Congrès national des So (...)

3La prosopographie, voilà très précisément une méthode de recherche, une approche du phénomène politique en histoire qui a permis une véritable renaissance de l’histoire politique. Comme le dit très justement B. Guenée dans un essai sur Les Tendances actuelles [en 1977] de l’histoire politique du Moyen Âge français4, « l’étude de la société politique, des groupes qui la composent, des tensions qui les opposent les uns aux autres, des pressions que chacun exerce sur le pouvoir et des abdications qu’il lui impose » passe notamment par la reconstitution de « la carrière de personnages exceptionnels, ou, mieux, représentatifs ». Au-delà des institutions proprement dites, qui ont été analysées très précisément par des générations d’historiens du politique — Jean-Marie Cauchies le mettait encore en exergue au cours du colloque —, c’est la « chair humaine » que l’historien cherche aujourd’hui à « flairer », selon l’expression de B. Guenée.

4Telle est bien l’ambition du volume qui s’ouvre ici. Mais peut-être en est-il encore une autre, qui s’avère peut-être davantage novatrice. Il veut en effet dépasser une étude sérielle des classes de dirigeants, des officiers au service des dynastes, de tous ceux qui incarnent des fonctions à responsabilités auprès du pouvoir politique, pour s’intéresser aux très proches, ces intimes, parfois sans fonction particulière, sans titre spécifique, dont l’action ne se dévoile qu’en filigrane, qu’en contrepoint d’une œuvre princière qui pourtant, très souvent, ne serait rien sans leur appoint de tous les instants. Une telle étude suppose davantage d’intérêt pour des individualités et donc un certain retour au qualitatif tellement décrié par les « fossoyeurs » de l’histoire politique...

5C’est à ces hommes installés « à l’ombre du pouvoir », à ces membres des entourages princiers que le présent volume est voué par ses éditeurs. Il se veut l’expression d’un échantillonnage représentatif de dynastes et de leurs proches. À l’Église, ses cardinaux (B. Guillemain), ses évêques (M. Maillard-Luypaert, A. Marchandisse, P.-V. Claverie), succèdent le monde germanique (R. Kaiser, J. Ehlers et M. Kintzinger), les souverains français (É. Boumazel, J. Richard, Ph. Contamine), anglais (Chr. Allmand, J.-Ph. Genêt), angevin (N. Bock) et navarrais (B. Leroy), puis un ensemble de principautés, Bretagne (M. Jones), Savoie (B. Demotz), Brabant (G. Croenen), Flandre (M. Boone, M. Vandermaesen), Luxembourg (M. Margue), Hainaut (J.-L. Kupper), un accent tout particulier étant mis sur la Bourgogne et l’exceptionnelle connaissance qu’il est possible d’avoir de ses structures institutionnelles et humaines (B. Schnerb, M. Sommé, W. Paravicini, J.-M. Cauchies).

Notes

1 La politique, Faire de l’histoire, t. 2, Nouvelles approches, sous la dir. de J. Le Goff et P. Nora, Paris, 1974, p. 229.

2 Id., p. 230-231.

3 « L'honneur de la maréchaussée ». Maréchalat et maréchaux en Bourgogne des origines à la fin du XVe siècle, Tumhout, 2000, p. 3.

4 Tendances, perspectives et méthodes de l'histoire médiévale. Actes du 100e Congrès national des Sociétés savantes (Paris, 1975). Section de philologie et d’histoire jusqu'en 1610, t. 1, Paris, 1977, p. 45-48.

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search