Version classiqueVersion mobile

Individus et familles : les dynamiques d'une société rurale

 | 
Muriel Neven

Conclusion

Texte intégral

Les innovations méthodologiques au service d’une démographie différentielle

1L’analyse des dynamiques individuelles et familiales au cœur d’une société rurale en recomposition appelait un double renouveau méthodologique : d’une part, l’ouverture à une perception polymorphe de la famille ; d’autre part, une approche longitudinale du cours de la vie fondée sur une perspective individuelle.

2Dans le cadre des sociétés nucléaires, la tentation de certains démographes fut longtemps d’assimiler famille et ménage. Le groupe de corésidence est, il est vrai, une réalité quotidienne, au sein de laquelle chacun a un rôle à jouer, des fonctions à assumer. C’est une unité de production et de consommation dont l’équilibre microéconomique influence directement le bien-être des individus qui vivent en son sein. C’est d’ailleurs cette forme que les autorités chargées des divers recensements de la population ont privilégiée pour mener à bien leurs investigations. Mais nous nous sommes efforcée de dépasser le concept de ménage afin d’atteindre la famille dans ses diverses dimensions, à la fois transversales et longitudinales. Toutefois, nous ne pouvons certainement pas revendiquer l’élargissement du concept de famille.

  • 1 Delille G. (1985), Famille et propriété dans le Royaume de Naples— Segalen M. (1985), Quinze généra (...)
  • 2 Perrenoud A. (1993), Mobilité et reproduction.
  • 3 Oris M. (2001), Une démographie des familles.

3Des historiens comme G. Delille ou M. Segalen, par exemple, ont développé depuis plusieurs années des analyses de type généalogique1. A. Perrenoud s’est également investi dans la reconstitution de lignées familiales qui dépassaient le cadre géographique du village pour atteindre l’échelle du canton2, puis M. Oris, très récemment, a concrétisé ces concepts pour les appliquer à une population industrielle en pleine expansion, à partir de registres de population belges3. Pour le Pays de Herve, nous assumons d’emblée une restriction par rapport à la plupart de ces études : nous n’avons pas suivi les individus qui quittaient la région herbagère pour s’installer ailleurs. Bien sûr, l’observation des familles émigrantes aurait réclamé un travail considérable et difficile, mais la question n’est pas là. Une telle enquête aurait simplement été sans intérêt dans une étude sur les Herviens. Notre plan a certes privilégié la famille et l’individu, mais leur dynamique s’opère dans un milieu hors duquel il ne serait pas possible de les comprendre. À l’intérieur de l’approche généalogique, nous nous en sommes tenue à un concept de lignées qui apparaissent ou disparaissent au cours de l’observation. Par contre, nous avons croisé généalogies descendantes et ascendantes et identifié les lignées stables.

  • 4 Sans prétention exhaustive, on trouvera une illustration des différentes approches dans : Capron C (...)

4L’inscription des individus dans le temps familial se dessine aussi dans une perspective transversale et la recherche des liens de parenté au-delà du ménage témoigne d’une nouvelle tendance dans la démographie historique4. Nous avons largement eu recours au concept de réseau patronymique, qui situe à tout moment dans le cours de la vie individuelle le nombre de personnes qui portent le même nom de famille. Les restrictions méthodologiques de cet indicateur ne doivent pas être occultées et elles ont d’ailleurs été évoquées en détail dans le chapitre VI. Toutefois, notre objectif n’était pas de reconstituer de stricts liens de parenté, mais bien d’atteindre un réseau familial, réseau qui n’existe, par définition, que s’il fonctionne, que s’il exerce une influence identifiable sur les options et les choix des individus. Sans conteste, les multiples résultats engrangés dans le domaine de la mobilité, tout particulièrement, confirment que les statistiques patronymiques nous permettent d’approcher une réalité.

  • 5 Les premiers essais d’approche de la microéconomie du ménage ont été réalisés, par nos soins, dans (...)

5Si cet ouvrage apporte une pierre à l’édifice, c’est surtout parce que ces divers essais d’intégration de l’individu au sein de « ses » familles n’ont pas été menés de manière isolée. Le ménage, la lignée et les réseaux familiaux sont étudiés conjointement pour tenter de comprendre, dans toute sa complexité, un faisceau d’influences plus ou moins cohérent. Toutes les applications concrètes de cette recherche sur les parentés à partir des registres de population n’ont pas été inventées dans le cadre de ce travail. Certaines d’entre elles avaient déjà été développées au cours des dernières années au sein du Laboratoire de Démographie de l’Université de Liège, par nous-même ou par nos collègues5. Nous les avons reprises, parfois adaptées, même complétées, mais surtout nous avons réellement, pour la première fois, intégré en un ensemble commun les diverses approches, dans un effort systématique de compréhension des dynamiques individuelles et familiales.

6Le renouveau méthodologique réside aussi dans le choix d’une analyse longitudinale, qui seule permet l’interaction entre les trois acteurs de cet ouvrage : région, famille et individu. Une telle option nécessitait une source suffisamment riche. Le registre de population belge est indéniablement à la hauteur de nos ambitions : collection de biographies tronquées qui situe les personnes dans leur ménage, il permet non seulement de recomposer la vie d’un même individu à la suite de couplages successifs, mais aussi de reconstituer, jusqu’à un certain point, son environnement familial.

  • 6 Le Programme de Recherche en Démographie Historique est sans doute le programme d’étude le plus an (...)

7Par ces deux aspects – élargissement du concept de famille et analyse longitudinale dans une perspective individuelle – cette étude de la société hervienne se veut nouvelle, ce qui peut à certains égards apparaître comme un point faible. En effet, si des comparaisons avec d’autres « systèmes démographiques » sont envisageables ponctuellement, il s’avère difficile de trouver des analyses qui englobent des dynamiques familiales et communautaires sous leurs multiples aspects. Toutefois, il est clair que ce travail s’inscrit totalement dans le champ toujours fécond d’une histoire des populations qui diversifie ses méthodes et repense ses problématiques. Le Projet Eur Asien pour l’Histoire Comparée de la Population et de la Famille est certainement le groupe d’étude avec lequel notre approche a le plus de points communs. Incontestablement, notre recherche a puisé des éléments de renouveau, et même des questionnements, dans les communications et articles présentés depuis près de dix années dans le cadre de ce projet international. D’autre part, à l’heure actuelle, une tendance s’affirme en démographie historique pour reconstituer des registres là où ils n’existaient pas à l’origine, afin justement d’envisager des analyses de type longitudinal6.

L’homéostasie au cœur du paradoxe : économie moderne et démographie ancienne

  • 7 Capron C. (1996), La population de Limbourg.

8Toutefois, aussi essentielle soit-elle, cette dimension méthodologique ne doit pas étouffer le but même de ce travail. De nombreuses techniques d’analyse furent utilisées, développées et mises en œuvre, mais toutes ces avancées avaient pour intention de répondre à des questions sur le fonctionnement d’une société et sur les trajectoires des individus et des familles dans un environnement très typé. Les méthodes longitudinales constituent un moyen, pas une fin en soi. La recomposition de la société hervienne au cours de la seconde moitié du xixe siècle s’opère, au niveau macrorégional, dans un paradoxe apparent, celui d’une démographie languissante et d’Ancien Régime au sein d’une économie florissante et en avance sur son temps. Cette société rurale très conservatrice, où le respect des normes sociales et des interdits religieux est profondément intériorisé, se développe en effet dans un cadre économique plutôt moderne : les contacts avec les milieux urbains sont nombreux et précoces, comme l’indiquent parfaitement les flux migratoires, tout à fait comparables à ceux d’une petite ville de l’époque7 !

9Si l’économie hervienne subit deux transformations majeures, une ruralisation évidente et une prolétarisation des paysans – qui perdent la mainmise sur les propriétés qu’ils exploitent -, elle n’en demeure pas moins prospère. Le « modèle hervien », celui d’une agriculture d’exportation tout entière orientée vers l’élevage, résiste bien à la dépression des années 1873-1890, qui touche assez sévèrement l’ensemble de la Belgique. Il se renforce même dans la dernière décennie du xixe siècle, pour être plus ou moins imité par les régions rurales environnantes, l’Ardenne en tête. Toutefois, les restructurations se sont toujours opérées au détriment des besoins en main-d’œuvre.

10Dans ces conditions, l’ajustement entre démographie et économie se réalise étonnamment bien, comme en témoigne la faible mortalité. La conjonction de deux phénomènes est en cause : l’émigration et le contrôle de l’accès au mariage. Le système démographique se caractérise par un solde naturel positif et par une balance migratoire déficitaire, particulièrement dans la dernière décennie du xixe siècle. Il se distingue par trois traits « archaïques » : un mariage tardif, une forte proportion de célibataires définitifs et une transition de la fécondité qui survient très tard, perceptible surtout à partir de 1890.

  • 8 Wrigley E.A. (1978), Fertility strategy for the individual and the group.

11L’homéostasie renvoie à la notion de « rationalité inconsciente » évoquée par Wrigley : dans les systèmes homéostatiques, les individus pensent avoir, et ont d’ailleurs dans une certaine mesure, un espace de liberté. Ils accomplissent des choix qui ne sont pas totalement contraints, mais de la somme des décisions individuelles naît l’équilibre entre population et économie. Les aspirations des personnes, de même que leurs options de vie, sont partiellement conditionnées par les possibilités qu’offrent l’économie et l’espace, ainsi que par les cultures régionales, familiales, par l’intériorisation d’un certain nombre de normes sociales et de devoirs moraux8. De ce point de vue, la religion peut apparaître comme un déterminant essentiel dans une région herbagère imprégnée de la culture catholique. Dans le Pays de Herve, il est en tout cas clair que c’est un double processus qui permet d’atteindre l’homéostasie : le malthusianisme (mariage tardif et célibat définitif) et la dispersion des fratries, qui se réalise par le biais des migrations.

12Au niveau microdémographique, les comportements différentiels des familles et des individus révèlent un nouveau paradoxe, celui d’une société relativement égalitariste et profondément hétérogène. Ces deux concepts antagonistes apparaissent en filigrane tout au long de ce travail, mais aussi parfois de manière beaucoup plus évidente.

Les signes du relatif égalitarisme hervien

13Que des signes d’égalitarisme se dessinent au sein d’un système démographique saturé, d’une société où la sélection se montre sévère, est déjà, en soi, une première découverte. Ils émergent à la fois lorsque l’on envisage la sélection des lignées et la sélection des individus à l’intérieur même des familles.

14En l’espace de cinquante-quatre années, dans les trois villages de notre échantillon, s’opère un véritable renouvellement des familles, puisque plus de six lignées sur dix disparaissent progressivement. Leur extinction tient à la fois d’une émigration très prononcée et d’une balance naturelle peu dynamique. Pourtant, hormis une mobilité différentielle nette entre locataires et propriétaires, les autres comportements démographiques qui apparaissent à travers les analyses de la nuptialité, de la fécondité légitime et de la mortalité des différentes sous-populations sont assez similaires. Les critères de sélection entre les familles de 1846 qui se sont éteintes et celles qui se sont maintenues ne sont pas faciles à discerner. Seuls un indice de nuptialité moindre et une propension à l’émigration plus grande caractérisent réellement les premières.

  • 9 Capron C. (1998), Essai de reconstruction.

15Parallèlement, si 37 % des familles originelles se perpétuent pendant plus d’un demi-siècle, c’est au prix d’une sélection importante. L’« éclatement » des réseaux familiaux se réalise lui aussi de manière peu discriminée. Concrètement, ceux qui étaient les plus étendus en 1846 ne se sont pas renforcés au fil du temps au détriment des structures familiales plus restreintes, théoriquement plus fragiles. Au contraire, un véritable renouvellement des réseaux patronymiques les plus larges est à l’œuvre entre 1846 et 1900. Cet élément traduit de nouveau un système relativement égalitaire. Dans la commune ardennaise de Sart, qui connaît elle aussi, à la même époque, un phénomène de dépopulation, les familles les plus étendues renforcent leur ancrage dans la localité, tandis que celles qui disposent des réseaux les plus restreints s’effacent peu à peu9. Dans le Pays de Herve, au contraire, toutes les familles se dispersent. Il en résulte une dimension moyenne plus réduite des réseaux patronymiques : chaque Hervien compte, en moyenne, 12 personnes du même nom dans sa localité, contre 25 pour les Ardennais de Sart.

16De même, à l’intérieur des familles, il n’est pas facile de trouver des critères fermes de discrimination, alors même que l’écrémage est considérable. Ni le sexe, ni le rang au sein de la fratrie ne prédisent les chances de se marier, d’émigrer ou de rester définitivement célibataire. Tout au plus discerne-t-on le rôle « d’éclaireurs » que jouent parfois les aînés : leurs probabilités de se marier ou de rester célibataires sont semblables à celles de leurs frères et sœurs plus jeunes, mais leur propension à émigrer est légèrement supérieure. En outre, ils sont généralement plus jeunes quand ils quittent le foyer parental pour tenter leur chance ailleurs.

17Les contraintes familiales qui pèsent sur le mariage des jeunes adultes et sur leurs possibilités d’émancipation du foyer s’appliquent de manière égalitaire, tant sur les femmes que sur les hommes. Les orphelins partiels ou complets bénéficient d’une liberté plus grande que ceux qui vivent avec leurs deux géniteurs, dans des limites fixées, toutefois, par la complémentarité des sexes nécessaire à la survie des ménages ruraux : les mères veuves laissent leurs filles émigrer plus tôt, mais pas leurs fils. Inversement, quand un époux perd sa femme, ses fils peuvent profiter d’une émancipation précoce, ce qui n’est pas le cas de ses filles. Parallèlement, le poids des fratries est particulièrement important dans le domaine de la nuptialité. Pour un jeune Hervien, la perspective de se marier dans son village est d’autant moins solide que ses frères et sœurs sont nombreux. Dans cette rude concurrence familiale, le sexe des enfants a peu d’importance. Fille ou garçon, aîné ou cadet, chacun semble bénéficier des mêmes atouts, mais si l’un d’entre eux parvient à convoler en justes noces, la probabilité qu’un second réussisse à son tour devient aussitôt plus mince.

18Parmi les adultes mariés et féconds, l’égalitarisme transparaît avant tout dans la forte représentativité des comportements standard. Malgré des variations inévitables dans les intensités, il reste que la forte mobilité qui caractérise déjà les célibataires est plus patente encore parmi l’ensemble des mariés. De même, les traits caractéristiques de la fécondité légitime élevée se retrouvent dans toutes les sous-populations, avec des intervalles protogénésiques relativement longs (14 mois), en raison du faible pourcentage de conceptions prénuptiales, et, par la suite, des naissances espacées de 26 mois en moyenne.

19Enfin, la mortalité témoigne à première vue d’une société peu discriminée. Le différentiel de sexe existe dans l’enfance, mais son ampleur est limitée par rapport à ce qui s’observe dans le reste du pays. La surmortalité infantile des garçons ne dépasse pas 11 % ; entre 1 et 4 ans, les différences sont quasi inexistantes et, par la suite, la pénalité encourue par les fillettes de 5-14 ans est peu prononcée. Aux âges adultes, les dissemblances se font plus nettes, mais l’état matrimonial intervient pour beaucoup dans les inégalités. Les hommes célibataires supportent les risques les plus élevés et, parallèlement, la surmortalité des femmes mariées se dessine dans un contexte, rappelons-le, de mortalité modérée. Enfin, dans la vieillesse, une absence de différentiel de mortalité entre hommes et femmes émerge de nouveau.

20Mais l’égalité a ses limites et, dans ce cas précis, elle est même un signe de discrimination, puisque le patron de la mortalité hervienne va parfois à l’encontre des critères biologiques normaux. Ainsi, le statut de la femme est assez ambigu. Dans l’enfance, il s’avère que les fillettes souffrent, dans une mesure toute relative, d’un manque de soins. Certes, elles n’apparaissent pas systématiquement lésées, mais plusieurs indices laissent transparaître un système familial où elles sont les premières victimes. Il en va ainsi quand les enfants sont nombreux, que la mère vieillit et ne parvient manifestement plus à assumer la charge de sa progéniture. Aux âges adultes, la surmortalité des femmes mariées n’est que partiellement liée aux risques directement encourus lors des accouchements. En réalité, elle s’explique davantage par l’épuisement dû aux grossesses répétées, à la charge des enfants et au rôle actif de la femme dans l’économie laitière. Parmi les adultes, les femmes mariées sont d’ailleurs les seules dont la survie paraît sensible à la conjoncture économique. Enfin, dans sa vieillesse, la gent féminine ne bénéficie pas de l’avantage biologique qui lui est généralement acquis. L’espérance de vie des hommes et des femmes, au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, est, au total, strictement identique, ce qui est en soi un signe évident d’inégalité... Paradoxe encore et toujours !

Les facteurs d’hétérogénéité

21Le relatif égalitarisme a donc des limites et la figure ci-dessous symbolise parfaitement la disparité, l’hétérogénéité des comportements autour d’une moyenne. Elle illustre trois transitions qui scandent les parcours de vie : le départ du foyer parental, le mariage et le décès.

Trois transitions dans la vie des Herviens : le ‘leaving home’, le mariage et le décès. Âges aux 1er, 2e et 3e quartiles

Trois transitions dans la vie des Herviens : le ‘leaving home’, le mariage et le décès. Âges aux 1er, 2e et 3e quartiles
  • 10 Cette figure a été réalisée sur la base de tables de vie. Pour le ‘leaving home’ et le mariage, la (...)

22Nous avons représenté sur ce schéma les âges aux premier, deuxième et troisième quartiles qui symbolisent les moments auxquels 25, 50, puis 75 % de la population soumise au risque ont franchit les différentes étapes. L’âge au ‘leaving home’ est le plus précoce, mais la transition s’opère malgré tout sur le long terme. A 23 ans, un quart des hommes ont déjà quitté leurs parents, mais c’est seulement à 38 ans, soit quinze années plus tard, que le pas a été franchi par les trois quarts d’entre eux10. Chez les femmes, ce processus est encore plus étalé puisqu’à 45 ans, plus d’un quart d’entre elles vivent encore dans le cocon parental. Le mariage tardif qui caractérise la région bocagère est encore renforcé, dans cette figure, par la prise en compte du célibat définitif. Quoi qu’il en soit, c’est seulement à 38 ans chez les hommes et à 34 ans chez les femmes que la moitié des Herviens sont censés être mariés, compte tenu des conditions de nuptialité qui s’observent sur place. Indéniablement, et très logiquement, c’est le seuil définitif qu’est la mort qui indique la dispersion la plus grande. Plus d’un quart de la population hervienne disparaît avant vingt ans, conséquence de la forte mortalité infantile qui caractérise la région. Mais le faible niveau des risques pour les adultes fournit un âge médian au décès qui est plutôt élevé (59 ans chez les hommes, 62 chez les femmes). Très logiquement, le processus s’accélère nettement par la suite et à 74-75 ans, les trois quarts de la population de départ sont décédés.

23Bien entendu, ces lignes de vie ne répertorient que trois transitions, ce qui caricature à l’excès les trajectoires individuelles. Leur but est simplement d’illustrer l’hétérogénéité des parcours accomplis par les Herviens à travers trois étapes relativement claires. Mais les critères de discrimination, ceux qui incitent à franchir plus ou moins tôt une étape déterminée, varient eux aussi fortement selon l’âge, le sexe, l’état matrimonial et, surtout, la rupture envisagée. Certains facteurs, décisifs dans une transition donnée, s’avèrent sans objet à d’autres moments dans le cours de la vie.

  • 11 Très souvent dans ce volume, nous parlons d’agriculteurs, ce qui paraît logique dans une société o (...)

24Assurément, le statut d’agriculteur est une des variables qui influencent le plus fortement l’existence des Herviens11. Que l’individu assume cette fonction, ou qu’il vive dans un ménage dirigé par un paysan, présente d’ailleurs une incidence équivalente. Tout au long de leur vie, les personnes qui se rattachent à cette sous-population ont des attitudes assez particularisées, qui montrent les limites des théories qui condamnent, d’office, toute idée de déterminisme social. Déjà, l’endogamie matrimoniale s’observe dans ce groupe assez fermé. Ce sont eux, aussi, qui affichent la plus grande stabilité, à la fois socioprofessionnelle et géographique. C’est d’ailleurs leur caractéristique la plus prononcée : le statut d’agriculteur est un réel facteur d’ancrage tant parmi les célibataires que parmi les adultes d’âge actif et fécond. Seule la mobilité des personnes âgées de 55 ans et plus n’est pas liée à leur statut socioprofessionnel.

25Sans surprise, dans ce groupe très endogame, l’émancipation des jeunes gens est plus contrôlée que dans tout autre milieu. Du point de vue de la nuptialité, les dissemblances émergent surtout par rapport aux fils d’inactifs et de journaliers, qui bénéficient d’une liberté plus grande et plus précoce. Mais la pression plus forte exercée sur le mariage des enfants d’agriculteurs est surtout symbolisée par deux aspects. D’abord, la compétition entre frères et sœurs est encore plus ardue que dans les autres groupes. Ensuite, le rapport de masculinité des célibataires de 18-44 vivant dans des foyers d’agriculteurs influence directement leurs chances de convoler. C’est une situation normale dans un régime d’homogamie : si le choix se restreint, les possibilités diminuent également !

26Une fois mariés, les agriculteurs continuent à se démarquer des autres sous-populations par une fécondité spécifique. D’une part, leurs intervalles protogénésiques sont plus longs que la moyenne, en raison d’un plus grand respect des normes sociales et des interdits religieux. Ils sont les moins susceptibles de donner naissance à des enfants conçus en-dehors des liens du mariage. En revanche, leurs écarts intergénésiques sont systématiquement plus courts que ceux des autres groupes sociaux : ils sont les véritables moteurs de la forte fécondité légitime hervienne.

27Enfin, certaines différenciations apparaissent même au niveau de la mortalité. Les décès des enfants de moins de deux ans sont très largement conditionnés par le statut du chef de ménage. Si ce dernier est agriculteur, leurs risques de mourir sont plus faibles de 40 à 76 % par rapport aux bambins des autres sous-populations. Cette sous-mortalité disparaît pour les enfants plus âgés, puis même parmi les adultes en général. Seuls les hommes mariés de moins de 55 ans qui exercent la profession d’agriculteur bénéficient encore d’une protection assez nette.

28Mais le statut socioprofessionnel est loin de représenter, à lui seul, l’hétérogénéité de la société hervienne. Dans cette région, une « barrière » sépare aussi les individus bien implantés dans leur village et ceux qui sont à l’origine du réel brassage migratoire qui caractérise la région. Outre le métier d’agriculteur, trois facteurs principaux influencent considérablement l’ancrage des Herviens. Au premier chef, le statut de propriétaire constitue un élément décisif. Le couplage des registres de population et des matrices de Popp révèle en effet que la principale différence entre locataires et propriétaires réside dans la turbulence évidente des premiers. Qu’ils possèdent des terres agricoles ou une simple maison, les propriétaires et leurs descendants encourent environ deux fois moins de risques de quitter leur village que ceux qui proviennent des lignées de locataires. Un deuxième déterminant, lié au premier, s’affiche aussi clairement : le statut d’immigré. Quelle que soit la définition retenue – personne née en dehors du Vrai Pays de Herve ou personne entrée par immigration –, les immigrants sont plus susceptibles de quitter la localité observée. Enfin, le rôle de la famille élargie est lui aussi primordial dans le domaine de la mobilité : un réseau patronymique étendu est le gage d’un meilleur ancrage au sein de la société villageoise, malgré l’effritement et le renouvellement progressif des larges familles herviennes.

29Cependant, il faut rester prudent. Ces trois critères ne divisent pas en deux groupes bien distincts l’ensemble de la population. S’il est important, leur rôle se limite néanmoins à une frange bien précise – les adultes d’âge actif et fécond, mariés et célibataires réunis – et à une transition spécifique, l’émigration. Sur la nuptialité des célibataires, ils n’ont par contre aucun impact significatif. D’autre part, parmi ces déterminants sociaux, seuls les réseaux patronymiques influencent la mobilité des personnes âgées.

30D’une manière générale, la composition du ménage est à l’origine de nombreuses sources de discrimination en matière de nuptialité, d’émigration et même de mortalité. Bien sûr, le même facteur ne pèse pas de la même manière sur toutes les transitions, ni à tous les âges de la vie. La multiplicité des interactions émerge à maintes reprises et il n’est pas possible de les envisager en détail dans le cadre d’une conclusion générale. Nous nous arrêtons donc volontairement sur les grands traits. La taille des fratries a déjà une influence sur la mortalité des enfants en bas âge, mais avant deux ans, c’est surtout l’écart entre les enfants successifs qui joue le rôle le plus déterminant. En réalité, la compétition entre frères et sœurs revêt toute son importance lors d’une étape bien précise : le mariage. Chaque individu voit ses chances décroître substantiellement sur le marché matrimonial à chaque frère ou sœur supplémentaire. Plus tard dans le cours de la vie, la progéniture joue un rôle incontestable sur les comportements démographiques des parents, particulièrement sur leur propension à bouger. Cohabiter avec ses enfants est un facteur d’ancrage, tant pour les mariés actifs qui ont des bambins en bas âge que pour les personnes âgées qui vivent avec un enfant adulte. Il est vrai que la corésidence avec les parents est aussi déterminante pour les plus jeunes : les orphelins se démarquent par des comportements spécifiques. Quand ils ont moins de quinze ans, l’absence des parents (même d’un seul) les fragilise, ce qui se traduit par une mortalité plus élevée. En revanche, les jeunes adultes sans père ou mère profitent d’une liberté accrue, avec globalement, des possibilités de mariage et d’émigration plus grandes et plus précoces.

31La position que l’individu occupe au sein de sa cellule familiale, sa relation de parenté avec son chef de ménage, l’équilibre macroéconomique de son groupe domestique, sont autant de variables qui, souvent, agissent sur ses décisions, voire sur sa survie. C’est aussi le cas de son réseau familial, à tout le moins en ce qui concerne les parcours migratoires.

32Par contre, l’influence des variables dites communautaires est à la fois moins prononcée et plus disparate. Un premier résultat important réside dans la confirmation de la réelle homogénéité de notre échantillon hervien. Il est rare en effet que les modèles d’event history analysis révèlent des différences significatives dans les comportements des individus en fonction du village dans lequel ils résident. L’effet de période et les fluctuations des prix n’ont quasiment aucun effet sur la mortalité, mais ils se répercutent à la fois sur le marché matrimonial, sur la fécondité et sur la mobilité. Avec le temps, la pression sur le mariage s’accentue et l’émigration s’accroît. Les indicateurs macrodémographiques prouvent quant à eux que fonder un foyer au sein du Pays de Herve ne dépend pas de la possibilité d’avoir un partenaire, mais de celle de s’établir....

33Dans cette démographie assez « structurée », l’âge est bien entendu un déterminant essentiel. Le différentiel par sexe ressort moins nettement. Toutefois, si les hommes et les femmes ont, à l’arrivée, des comportements très similaires, ils ne réagissent pas nécessairement aux mêmes critères de sélection : leurs motivations divergent par moments. Mais surtout, le grand absent de cette analyse est l’état matrimonial. Très tôt dans le cours de la vie, des divergences apparaissent dans les comportements respectifs des mariés et des célibataires. Les premiers, étonnamment plus mobiles que les seconds, se caractérisent aussi par une mortalité spécifique évoquée ci-dessus : les femmes mariées de moins de quarante ans meurent davantage que leurs homologues célibataires, tandis que les hommes mariés bénéficient d’une réelle sous-mortalité par rapport aux hommes célibataires. Toutefois, les véritables différences émergent réellement dans la vieillesse.

Une population marginale, mais essentielle : les célibataires définitifs

34Le système à la fois démographique et familial du Pays de Herve a besoin de gens qui ne suivent pas nécessairement les trajectoires types. Sur la ligne de vie dessinée ci-dessus, ces individus se situent au-delà du troisième quartile, tant pour le leaving home que pour le mariage. Les célibataires définitifs, qui représentent un cinquième à un quart de la population, ont forcément un statut un peu particulier, dans la mesure où ils assurent en partie la viabilité du système. La question de la ‘nuclear hardship hypothesis’ qui pèse sur les isolés, et les ‘vieux’ en particulier, est donc plus que jamais au cœur des préoccupations. Pourtant, sa véracité ne s’impose pas d’emblée, pour deux raisons au moins. D’une part, P. Laslett postule que, dans un système nucléaire, la solidarité ne joue pas au-delà du ménage. Or, dans le Pays de Herve, la famille élargie est au contraire un appui précieux, en tout cas quand il s’agit de se marier ou de rester dans son village. D’autre part, seulement 6 % des individus vivent réellement seuls ou dans des ménages sans noyau familial, c’est-à-dire sans descendants ou ascendants directs. L’efficacité des stratégies de substitution en matière de cohabitation est donc parfaitement établie.

35En réalité, la ‘nuclear hardship’, gommée à beaucoup d’endroits, apparaît dans la vieillesse. Les femmes veuves et célibataires supportent une surmortalité importante, ainsi qu’une émigration nettement accrue. Chez les hommes âgés, l’état matrimonial n’est à la source d’aucune discrimination vis-à-vis de la mobilité, mais les veufs et les célibataires accusent une réelle surmortalité. Si l’isolement complet des personnes âgées est finalement bien limité, notamment grâce à la cohabitation avec des membres de la famille étendue, il n’en reste pas moins que l’absence d’un conjoint et/ou d’enfants penalise lourdement les Herviens dans leurs vieux jours. D’une manière générale, le contexte familial des plus âgés et la position qu’ils occupent au sein de leur foyer déterminent non seulement leur mobilité mais aussi leur mortalité.

***

36Finalement, cet ouvrage est traversé par trois questions lancinantes, qui resurgissent dans presque tous les chapitres. L’une est apparue d’emblée, les deux autres se sont affirmées dans le cours de la recherche.

37Les célibataires définitifs, à la fois marginaux et fondamentaux dans le fonctionnement du système démographique et familial hervien, sont-ils réellement des individus sacrifiés ? La réponse se dessine tardivement dans le cours de leur vie, mais manifestement, au vu de tous les paramètres démographiques et socioéconomiques, ils paient dans leur vieillesse le prix de leur célibat.

38Cette question est une des facettes d’une autre problématique, celle de l’homogénéité ou de l’hétérogénéité de la société rurale hervienne. Nous concluons, comme nous l’avons explicité ci-dessus, à un relatif égalitarisme. La tension entre population et subsistance a globalement été bien répartie entre les individus, les familles et les groupes sociaux.

39Troisièmement, une exception à ce constat apparaît à travers le contraste entre locataires et propriétaires. Il nous intéresse surtout parce qu’il amène une réflexion plus générale : les reconversions du tissu économique et les mutations sociales – en particulier l’effondrement de la propriété paysanne – se sont-elles traduites par un renouvellement en profondeur de la population et des familles herviennes ? Une fois encore, la réponse est nuancée. D’une part, les lignées de la minorité de paysans propriétaires résistent farouchement. Malgré la montée des locataires en leur sein, les agriculteurs s’affirment les plus endogames, les plus conservateurs, les plus stables. D’autre part, les éléments collectés dans le chapitre VII indiquent que rester, s’accrocher au cœur la région bocagère, a davantage produit des situations d’échecs individuels que de succès. En outre, il est incontestable que le Pays de Herve est caractérisé par des migrations dont l’intensité est impressionnante pour un terroir rural. Certes, la population brassée est majoritairement originaire du Vrai Pays de Herve. C’est une micromobilité d’individus et de familles qui partagent les mêmes valeurs culturelles et des comportements démographiques similaires, notamment les attitudes malthusiennes vis-à-vis de la nuptialité et une forte fécondité légitime. Toutefois, le fait même d’être immigrants et locataires modifie leurs trajectoires de vie, leurs rapports avec la terre, avec la propriété et certainement aussi leurs amitiés, leur sociabilité. L’absence d’ancrage permanent brise les communautés paysannes quand les rapports ne sont plus que du voisinage temporaire, quand ils ne s’inscrivent plus dans le temps long des familles à travers les générations successives.

40Entre égalitarisme et hétérogénéité, la société hervienne, dans la seconde moitié du XIXe siècle, se caractérise par un système démographique cohérent, où les comportements des individus sont lourdement contraints. Il n’exclut pas, loin s’en faut, des nuances et des marginalités. Dans ce cadre, d’ailleurs, les aspirations de chacun jouent un rôle qu’il n’est pas permis de négliger, même dans une communauté où les pressions familiales, tout particulièrement, influencent de manière considérable de nombreuses options individuelles. Dans ce monde soumis à une forte pression démographique, solidarité et égalitarisme sont des valeurs précieuses, mais elles s’exercent dans les limites d’une sélection sévère des individus et des familles.

Notes

1 Delille G. (1985), Famille et propriété dans le Royaume de Naples— Segalen M. (1985), Quinze générations de Bas-Bretons.

2 Perrenoud A. (1993), Mobilité et reproduction.

3 Oris M. (2001), Une démographie des familles.

4 Sans prétention exhaustive, on trouvera une illustration des différentes approches dans : Capron C. (1998), Essai de reconstruction— Post W. et al. (1997), Reconstructing the extended kinnetwork— Bideau A., Brunet G. (1996), Rester ou partir— Kertzer D.I., Hogan D.P., Karweit N. (1992), Kinship beyond the household— Laslett P. (1988), La parenté en chiffres.

5 Les premiers essais d’approche de la microéconomie du ménage ont été réalisés, par nos soins, dans le cadre d’une étude de la mortalité différentielle à Tilleur, puis dans un article relatif aux conséquences du veuvage (Neven M. (2000b), Mortality differentials— Id. (1998), Intensity and Consequences). L’approche des parentés au-delà du ménage sur base des registres de population belges a été initiée par Capron C. ((1998), Essai de reconstruction), tandis que M. Oris fut le premier à envisager une analyse des descendants de réseaux familiaux (Oris M. (2001), Une démographie des familles).

6 Le Programme de Recherche en Démographie Historique est sans doute le programme d’étude le plus ancien et le plus connu. Son but est de reconstituer un registre de population du Québec ancien. Les ouvrages et articles publiés par les collaborateurs de ce projet sont légion. Citons simplement : Charbonneau H. (1988), Le registre de population du Québec ancien. D’autres travaux s’inscrivent dans le même courant, comme le récent Lee J., Campbell C. (1997), Fate and fortune in rural China.

7 Capron C. (1996), La population de Limbourg.

8 Wrigley E.A. (1978), Fertility strategy for the individual and the group.

9 Capron C. (1998), Essai de reconstruction.

10 Cette figure a été réalisée sur la base de tables de vie. Pour le ‘leaving home’ et le mariage, la cohorte de départ est composée des individus âgés de 18 ans et elle est observée jusqu’à 45 ans. Pour la mortalité, les chiffres se fondent sur les tables de mortalité globales, de 0 à 99 ans. Il s’agit donc de chiffres « fictifs » dans la mesure où ils considèrent chaque risque séparément.

11 Très souvent dans ce volume, nous parlons d’agriculteurs, ce qui paraît logique dans une société où l’élevage constitue l’activité essentielle. Il faut noter toutefois que, dans les registres de population, le terme le plus souvent mentionné est celui de cultivateur.

Table des illustrations

Titre Trois transitions dans la vie des Herviens : le ‘leaving home’, le mariage et le décès. Âges aux 1er, 2e et 3e quartiles
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5528/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search