Version classiqueVersion mobile

Individus et familles : les dynamiques d'une société rurale

 | 
Muriel Neven

Partie III. Les étapes de la vie

Chapitre XI. L’entrée dans la vieillesse

Texte intégral

Introduction

  • 1 Imhof A.E., Goubert J.-P., Bideau A., Garden M. (1982), Le vieillissement —Hareven T.K. (1996), Agi (...)
  • 2 Bourdelais P. (1997), L’âge de la vieillesse, pp. 19-89. Voir aussi, plus succinctement, la présent (...)

1La lame de fond du vieillissement qui traverse les sociétés occidentales suffit à expliquer la vogue des études historiques consacrées aux aînés1. Le plus souvent parties d’analyses démographiques, elles ont parfois mal géré leur part de préconçu. En effet, dans une approche structurelle, le problème qui se pose pour mesurer quantitativement l’évolution du poids des personnes âgées, leur importance dans une société donnée, réside dans la fixation d’un seuil nécessairement arbitraire. Depuis une dizaine d’années, cette méthode est remise en cause par des historiens comme P. Bourdelais qui soulignent l’extraordinaire variation dans le temps, l’espace et les structures sociales à la fois d’un seuil physique de la vieillesse et de ce qui est socialement et culturellement perçu comme vieux2.

2Étudier les populations âgées sans fixer une limite d’entrée dans la vieillesse est pourtant impossible dans une optique démographique. Quelle que soit cette borne cependant, il est clair qu’elle est discutable : telle norme peut, dans un cadre défini, apparaître comme la plus adéquate, mais que les circonstances se modifient – selon les époques, les lieux, voire les objectifs poursuivis – et elle paraît dénuée d’intérêt ou de réalisme. Il faut donc garder cette restriction à l’esprit, sans renoncer pour autant à étudier les personnes âgées comme une population spécifique, avec des aspirations, des comportements qui la différencient des adultes plus jeunes et, a fortiori, des enfants. Dans le chapitre III, sachant que nous allions nous corriger ici, nous nous sommes fondée sur un seuil de 55 ans. C’est tôt, trop tôt sans doute surtout pour étudier des vieillards, mais deux raisons majeures ont guidé notre choix.

  • 3 Oris M. (1991), Économie et démographie de Huy, partie II, vol. 1, pp. 721-723.
  • 4 En réalité, aucune homogénéité parfaite ne se dégage des témoignages des contemporains, malgré un (...)

3D’une part, c’est le seuil que retiennent les statisticiens belges du xixe siècle pour définir leurs grands groupes d’âge : les jeunes ont moins de 15 ans, les adultes sont âgés de 15 à 54 ans et les vieux ont 55 ans et plus. Certes, dans leurs discussions au sein de la Commission Centrale de Statistique, les spécialistes n’explicitent pas leur décision, mais il n’en reste pas moins qu’au milieu du xixe siècle, le seuil de la vieillesse pour les statisticiens belges se situe à 55 ans3. Cette limite est conservée jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale, malgré d’importants changements dans la situation sanitaire de la population belge. Entre 1840 et 1890, de nombreux témoignages qualitatifs de médecins, de philanthropes, d’industriels justifient ce niveau de 55 ans, car c’est à peu près à cet âge que les ouvriers sont forcés d’opter pour des travaux moins lourds4. Ceci étant, aucun témoignage de cet ordre n’existe, à notre connaissance, au sujet des populations rurales et le niveau singulièrement élevé de l’espérance de vie dans le Pays de Herve incite d’emblée à douter que ce seuil de 55 ans, justifiable pour des populations urbaines et industrielles, puisse s’appliquer tel quel aux Herviens.

4Pourtant, nous pouvons maintenir ce choix pour une deuxième raison, déterminante a nos yeux : il est essentiel d’observer les individus avant même que ne survienne réellement la vieillesse, afin de ne pas présumer les résultats de l'analyse... Il est impossible en effet d’observer une transition dans le cours de la vie si cette transition, justement, s’est déjà produite. Pour cette raison d’ailleurs, notre chapitre s’intitule L’entrée dans la vieillesse. Son but est double : d’une part, observer les comportements démographiques des personnes âgées et, d’autre part, voir quand leurs attitudes se modifient, repérer s’il y a lieu des passages, des étapes effectuées par une majorité de Herviens plus ou moins âgés, à certains moments du cours de leur vie. Partir de 55 ans, c’est se donner les moyens de percevoir des changements, d’autant que les analyses que nous développons dans ce chapitre ne considèrent pas les ‘vieux’ d’un seul bloc, comme une catégorie forcément homogène, mais les répartissent en sous-populations.

1. Premiers essais de quantification de l’entrée dans la vieillesse

  • 5 Voir chapitre III, point 2.1.

5Pour rappel, la proportion de personnes de 55 ans et plus évolue à la baisse au cours de la seconde moitié du xixe siècle. Chez les hommes, les ‘vieux’ ainsi définis représentent 16,3 % de la population avant 1873 et 14,7 % seulement entre 1891 et 1900. Chez les femmes, la part des personnes âgées est simplement un peu plus élevée : 16,7 % au cours de la première période, contre 15,2 % dans la dernière décennie étudiée5. Quant à l’indice de vieillissement, c’est-à-dire le rapport entre la proportion de personnes âgées de 65 ans et plus et celle des jeunes de moins de 15 ans, il diminue au cours de cette même période, grâce à la légère décroissance de la proportion de ‘vieux’ et à la baisse très lente et tardive de la natalité.

6Ces mesures permettent de se représenter, même approximativement, le poids de la population âgée dans le Pays de Herve entre 1846 et 1900. Pour les dépasser, P. Bourdelais propose des mesures dites relatives ou évolutives, dont le but est de parvenir à mieux cerner, à mieux situer l’entrée dans la vieillesse. Discutables de son propre aveu, elles impliquent cependant d’autres préconçus que le choix d’un seuil, comme nous le verrons ci-dessous. C’est pourquoi nous commencerons par un examen d’indicateurs neutres, fondés sur l’analyse des tables de mortalité annuelles.

7Une première solution consiste à observer l’évolution de l’âge médian au décès. Concrètement, nous avons repéré dans les tables annuelles de mortalité des trois communes de notre échantillon à quel âge la moitié de la cohorte fictive disparaissait, puis nous avons fait de même avec le troisième quartile, qui indique quand 75 % de la cohorte de départ a théoriquement cessé d’exister, compte tenu des conditions de mortalité herviennes. Les graphiques XI-1 et XI-2 présentent les résultats de cet exercice. L’âge médian est en hausse constante tout au long de la deuxième moitié du xixe siècle. Chez les hommes, pendant les dix premières années de notre observation, la moitié de la cohorte fictive disparaît avant 57,2 ans en moyenne. Cinquante ans plus tard, cette borne s’est élevée de 6 années et c’est à l’âge de 63,3 ans, en moyenne, que 5000 individus du groupe de départ ont disparu. Chez les femmes, le même profil s’observe : le gain entre la première et la dernière décennie est même de 7,5 ans. Par contre la même mesure effectuée sur le troisième quartile offre des résultats différents, puisque le bénéfice au cours du temps est très limité : plus 1 an pour le sexe dit faible, plus 1,8 ans pour les hommes. En moyenne, à 75 ans, quel que soit le sexe, exactement les trois quarts des effectifs de départ sont décédés.

Graphique XI-1. Âge auquel il reste 5.000 survivants (âge médian)

Graphique XI-1. Âge auquel il reste 5.000 survivants (âge médian)

Graphique XI-2. Âge auquel il reste 2.500 survivants (3e quartile)

Graphique XI-2. Âge auquel il reste 2.500 survivants (3e quartile)
  • 6 Calcul lui aussi fondé sur l’analyse des tables de mortalité annuelles.

8Ces premières indications sont confirmées par l’évolution du poids des survivants à 55, 65, 75 et 85 ans6 (graphique XI-3). Au milieu du xixe siècle, sous les seules conditions de mortalité, environ la moitié des Herviens fêteraient leur 55e anniversaire et cette proportion ne cesse de s’accroître au cours des cinquante années qui suivent, si bien qu’après 1890, ce sont plus de six personnes sur dix qui survivraient pendant 55 années minimum. Une évolution similaire s’observe lorsque l’on regarde la proportion de survivants fictifs à 65 ans, avec un gain supérieur à 10 % en un demi-siècle : sur une cohorte fictive de 10.000 habitants soumis aux conditions de mortalité de la région bocagère, 40 % vivent jusqu’à 60 ans au moins vers 1850, contre 50 % vers 1900. Mais ces gains ne se vérifient pas au-delà de 75 ans : les courbes des survivants fictifs à 75 et à 85 ans restent très stables tout au long de la période observée, avec des moyennes respectives de 24,9 et 5,8 %.

9Ces deux indicateurs révèlent un double phénomène : d’abord, les progrès de la vie à 55-74 ans et, ensuite, un statu quo de la mortalité à 75 ans et plus. Ainsi, une amélioration de la « première vieillesse » se dessine : elle se vit en meilleure santé, la sénescence est repoussée. En revanche, le sort des plus vieux n’évolue guère. La rupture se situe quelque part entre 65 et 75 ans (à 70 ans, la proportion de survivants fictifs évolue en très légère hausse entre le milieu et la fin du xixe siècle (+3 %)).

Graphique XI-3. Évolution du nombre de survivants fictifs de 55 à 85 ans (en % ; moyennes mobiles par pas de 5 ans)

Graphique XI-3. Évolution du nombre de survivants fictifs de 55 à 85 ans (en % ; moyennes mobiles par pas de 5 ans)
  • 7 Bourdelais P. (1996), Un seuil évolutif d’âge de la vieillesse, p. 88.
  • 8 Ibidem. Sur cette notion d’espérance de vie en bonne santé, voir aussi Legare J. (1990), Espérance (...)

10P. Bourdelais, quant à lui, propose de mesurer l’âge auquel il reste dix ans à vivre. « Nous cherchons à suivre l’évolution de l’âge caractérisé par l’absence de handicaps invalidants plus que par des caractéristiques biologiques identiques. L’intérêt de ce nouveau calcul est lié à la convergence des conclusions de la plupart des gérontologues qui s’accordent pour affirmer qu’apparaissent en général les premiers signes de perte d’autonomie (...) dix ans avant la mort »7. Bien sûr, rien ne permet de dire que ce constat, fondé sur l’examen des populations actuelles, reste valable pour le xixe siècle, « Néanmoins, les personnes qui atteignent les âges ainsi déterminés partagent le même espoir, l’horizon d’une décennie à vivre »8. Dans le Pays de Herve, les variations sont minimes dans le temps : entre 1847 et 1872, c’est à 59 ans en moyenne que les Herviens de sexe masculin ont encore dix années à vivre, contre un an de plus pour les femmes (tableau XI-1). Chez ces dernières, cet âge n’évolue pas, tandis qu’il grimpe légèrement chez les hommes. Au total, dans la dernière décennie du xixe siècle, les habitants du Plateau âgés de 60 ans, quel que soit leur sexe, ont une espérance de vie d’encore 10 ans. Si les observations des médecins actuels se confirmaient pour les populations anciennes, c’est donc à soixante ans très exactement que les Herviens entreraient dans la vieillesse, définie comme une période de la vie pendant laquelle l’individu perd peu à peu son autonomie.

Tableau XI-1. L’âge auquel il reste dix ans à vivre

Périodes

Hommes

Femmes

1847-1872

59,1

60,1

1873-1890

59,8

60,8

1891-1900

61,4

61,1

  • 9 La formule se résume à cette équation simple : Survivants à l’âge x/Survivants à 15 ans = 0, 63
  • 10 Bourdelais P. (1996), Un seuil évolutif d’âge de la vieillesse, p. 88.

11Une deuxième mesure suggérée par P. Bourdelais évoque « la construction d’un seuil évolutif ». Dans la France des années 1980, 63 % des jeunes hommes de 15 ans étaient susceptibles de fêter leur 70e anniversaire. La formule qu’il propose consiste à appliquer cette probabilité aux populations du passé pour voir quel âge cette même proportion de 63 % d’individus de 15 ans pouvaient atteindre9. Comme pour l’âge médian, un gain se profile très nettement (graphique XI-4). Au milieu du xixe siècle, 63 % des jeunes de 15 ans pouvaient espérer vivre jusqu’à 59,3 ans s’ils étaient de sexe masculin, jusque 60,7 ans s’il s’agissait de filles. Entre 1891 et 1900, la même proportion d’adolescents peut espérer atteindre respectivement 63,3 et 65,3 ans, soit des gains de 4 à 5 ans. C’est un résultat qui se rapproche très fort du cas suédois qui, entre 1860 et 1900, a bénéficié d’une évolution similaire. À l’aube du xxe siècle, la différence entre les habitants du Pays de Herve et les Scandinaves n’est que de 1,6 ans maximum (au bénéfice des Herviens). A l’opposé, les Français ne bénéficient d’aucune augmentation nette de cet indicateur au cours de la même période, si bien qu’en 1900, les valeurs herviennes sont six à huit années plus élevées que celles observées chez nos voisins d’Outre-Quiévrain10.

  • 11 L’écart entre I observation réelle de la proportion de personnes âgées dans les trois villages her (...)

12En somme, ces mesures confirment la difficulté de fixer un seuil de la vieillesse et montrent la diversité des résultats selon les indicateurs sélectionnés. D’une part, les ‘vieux’ semblent avoir un rôle de plus en plus important à jouer dans la société : l’espérance de vie s’accroît de 4,5 ans en un demi-siècle. L’âge médian, dans les tables de mortalité annuelles, ne cesse d’augmenter, ce qui signifie que c’est à un âge de plus en plus avancé que la moitié de la cohorte disparaît. De même, la proportion de survivants fictifs à 55 et 65 ans s’élève de quelque 10 % en cinquante années d’observation. Enfin, une part croissante de jeunes de quinze ans peut espérer vivre longtemps. Bref, tous ces indicateurs révèlent des mutations au cœur de l’Entre-Vesdre-et-Meuse. Mais d’autre part, une série d’évaluations présentent au contraire une situation quasi stationnaire. Le poids des personnes âgées de 55 ans et plus reste pratiquement inchangé, et même en léger déclin11. De même, la proportion de Herviens qui survivent aux 75e et 85e anniversaires est constante tout au long de ce demi-siècle, tout comme l’âge moyen au troisième quartile calculé sur base des tables de mortalité. Enfin, a 60 ans en moyenne, il reste dix années à vivre aux habitants du pays bocager, tant en 1850 que cinquante ans plus tard...

  • 12 Leboutte R. (1990), Perception et mesure du vieillissement.

13Notre objectif, à ce stade, consistait à répondre à une question précise, à savoir l’âge auquel les Herviens de la seconde moitié du xixe siècle entraient dans la vieillesse. La réponse s’avère toutefois complexe. Deux âges, deux périodes émergent : d’une part, les mesures suggérées par P. Bourdelais mettent en exergue une transition vers 60-65 ans, tandis que l’examen, plus neutre, des tables de mortalité, situe plutôt la rupture aux alentours de 75 ans. En fait, il est probable que ces deux chiffres mesurent des réalités différentes. Aujourd’hui, les gérontologues distinguent en effet une première entrée dans la vieillesse, qui se manifeste par l’affaiblissement des forces physiques, par une plus grande sensibilité aux variations climatiques, aux accidents bactériens, etc. Et ensuite, à un moment au cours de ce processus très progressif, survient l’entrée dans la sénilité, rupture souvent brutale qui se traduit notamment par une incapacité à se mouvoir, par l’incontinence, etc. Cette deuxième définition cerne surtout la perte d’autonomie12 : elle est justement au cœur de la problématique des historiens qui étudient la vieillesse à travers les ‘living arrangements’.

2. L’évolution des formes de cohabitation (living arrangements)

  • 13 Bourdelais P. (1985), Vieillir en famille.
  • 14 Capron C., Oris M. (2000), Ruptures de cohabitation entre parents et enfants.

14L’importance des problèmes de cohabitation des personnes âgées change radicalement en fonction du niveau et de l’évolution du processus de vieillissement. En 1985, P. Bourdelais a étudié une région de familles-souches où l’enfant aîné se marie du vivant de ses parents, prend le relais comme chef de ménage et assure la charge de ses parents jusqu’à leur décès. C’est un arrangement familial traditionnellement fondé sur la culture des familles-souches. Mais au cours du xixe siècle, la montée de l’espérance de vie des personnes âgées fait que le poids des seniors pèse sur le couple héritier pendant un période de plus en plus longue. P. Bourdelais avance l’hypothèse que cette pression des ‘vieux’ explique la diffusion de la limitation des naissances 13. Dans le Pays de Herve, le néo-malthusianisme n’apparaît pas de manière très prononcée et, d’autre part, les progrès de l’espérance de vie sont relativement restreints puisque son niveau est déjà très élevé dès 1846. Néanmoins, l’évolution du seuil de la vieillesse et l’évolution des formes de cohabitation sont deux éléments liés, simplement dans la mesure où la perte d’autonomie est une façon de concevoir l’entrée dans la vieillesse. Dans une société nucléaire, les ‘vieux’ ne veulent pas être une charge pour leurs enfants et ne sont pas censés l’être14. Dès lors, ils restent le plus longtemps possible chefs de leur ménage : parfois, ils cohabitent avec des enfants, parfois, ils vivent seuls ou en couple. Mais parmi ces derniers, il arrive que certains ne parviennent plus, à un moment donné, à préserver leur autonomie. Ils deviennent alors les hôtes de leurs enfants ou entrent à l’hospice...

  • 15 Alter G. (1996), The European marriage patternAlter G., Cligget L., Urbiel A. (1996), Household (...)
  • 16 Alter G. et al. (1997), Household formation systems— Desama C. (1985), Population et révolution ind (...)

15C’est cette question que G. Alter et quelques autres historiens envisagent en observant le moment auquel les personnes âgées cessent d’être autonomes15. Elle a un sens particulier dans le Pays de Herve, étant donné l’importance du célibat définitif. A priori, tous ces gens célibataires, et donc dans la très grande majorité des cas, sans enfants, sont moins bien lotis que les autres, puisqu’ils ne peuvent se tourner ni vers un conjoint, ni vers leur progéniture pour espérer un soutien. Le tableau XI-2 fournit la répartition par âge, sexe et état matrimonial des Herviens de 55 ans et plus. Les célibataires ont un poids non négligeable, puisqu’ils représentent en moyenne chez les femmes 19,5 % des plus de 55 ans, contre 16,7 % chez les hommes. C’est véritablement ce qui fonde la spécificité du Pays de Herve, puisque ces proportions sont deux fois supérieures à celles observées à Sart entre 1812 et 1899 et que le poids des célibataires parmi les personnes âgées à Venders dans la première moitié du xixe siècle est deux à trois fois plus faible16.

  • 17 À Sart, ce constat vaut pour les deux sexes, mais dans le centre textile verviétois, il vaut uniqu (...)

16À 55-59 ans, les mariés sont les plus nombreux, avec des poids respectifs de 69,3 % du côté masculin et de 62,5 % du côté féminin. Mais leur importance décroît progressivement au profit des veufs, qui deviennent dès 70-74 ans chez les femmes, et à partir de 80-84 ans chez les hommes, la sous-population la plus importante. D’une manière générale, en raison d’une bonne espérance de vie, les veufs sont moins nombreux, proportionnellement parlant, qu’à Sart et même qu’à Verviers17. Une évolution s’observe au cours de la seconde moitié du xixe siècle, dans le sens d’un poids croissant des célibataires. En moyenne, entre 1891 et 1900, un homme sur cinq âgé de 55 ans ou plus n’a jamais été marié. Le constat est encore renforcé chez les femmes, où le célibat concerne près d’une personne sur quatre.

Tableau XI-2. Structure par âge, sexe et état matrimonial des Herviens de 55 ans et plus

Tableau XI-2. Structure par âge, sexe et état matrimonial des Herviens de 55 ans et plus

17Nous avons vu que c’est entre 60 et 75 ans, en moyenne, que les ennuis de santé seraient censés survenir dans la vie des Herviens et, de ce point de vue, ces âges pourraient constituer le seuil de la vieillesse. Envisagée sous l’angle de la cohabitation, la définition de la vieillesse comme perte d’autonomie est aussi ambiguë, aussi difficile à cerner. Dans les pages qui suivent, nous reviendrons rapidement sur ce que nous savons du système familial hervien tel qu’il a été envisagé dans le chapitre V, et nous développerons des outils complémentaires pour mieux parvenir à comprendre les comportements démographiques des ‘vieux’. L’objectif est à la fois de situer dans le temps les changements de structures de cohabitation pour les Herviens les plus âgés et de distinguer ces personnes âgées en fonction de critères comme le sexe, l’âge et l’état matrimonial. En effet, ce dernier élément, que nous n’avons pas directement abordé dans le chapitre V, pourrait s’avérer décisif, car les études consacrées à la parenté ont montré combien les aînés, dans la région bocagère, pouvaient compter sur leurs enfants... à condition bien sûr qu’ils en aient eu !

  • 18 Pour noter un chiffre précis, un tiers des individus de 55 ans et plus répertoriés aux dates préci (...)

18Trois résultats obtenus dans nos analyses antérieures sur la cohabitation des personnes âgées émergent de façon évidente. D’abord, à partir de 45 ans, les Herviens des deux sexes vivent dans des ménages dont la taille moyenne est de plus en plus restreinte. À 55-59 ans, les hommes habitent dans des foyers de 5,4 individus et les femmes dans des entités un peu plus restreintes de 4,7 personnes. Vingt ans plus tard, soit à 75-79 ans, le groupe domestique est inférieur à 4 personnes. Un autre élément caractérise les aînés : la structure du ménage est d’autant plus variée que l’âge des individus augmente. En d’autres termes, dès l’âge de 50 ans, les Herviens ont une moindre propension à vivre dans un ménage nucléaire. D’autres stratégies de cohabitation se font jour. À côté de l’isolement, qui touche davantage les vieux que les jeunes, l’âge accroît aussi les probabilités de vivre dans un ménage étendu ou un ménage sans noyau, c’est-à-dire essentiellement dans des fratries18. Enfin, le rôle des ‘vieux’ au sein de la cellule de cohabitation est également un indicateur intéressant, même si les résultats reflètent pour une part la perception de l’agent recenseur. Nos analyses portant sur la population des 55-74 ans montrent qu’à ces âges, les Herviens avaient encore une position de choix au sein des ménages, puisque 79 à 90 % d’entre eux étaient ou chefs de leur groupe domestique, ou épouse de ce dernier.

  • 19 Les effectifs sont trop réduits au-delà de 90 ans (129 personne-années du côté masculin, 93 du côt (...)
  • 20Leboutte R. (1990), Perception et mesure du vieillissement, p. 602. Notons qu’au cours du XIXe si (...)

19Il faut maintenant dépasser ces premières mesures grâce à des calculs effectués sur tous les Herviens âgés de 55 à 89 ans19. Le ‘leadership’ des personnes âgées au sein de leur ménage se confirme jusqu’à un âge avancé (tableau XI-3). De 55 à 80 ans, 84 à 87 % des hommes se présentent comme les chefs de la cellule familiale. À partir de 80-84 ans, la proportion tombe à 78 % et à partir de 85 ans, ce ne sont plus guère que deux tiers des individus de sexe masculin observés qui assument encore cette fonction. C’est véritablement une constante dans le système familial régional : « la vieillesse n’entraîne pas, aux xviiie-xixe siècles, une véritable ‘mort sociale’, puisque les personnes âgées restent le plus souvent à la tête d’un ménage qui compte plus d’une personne »20. C’est le constat qu’établit R. Leboutte sur base de deux analyses menées en région liégeoise.

  • 21 R. Leboutte propose pour la Basse-Meuse liégeoise des chiffres qui, s’ils ne sont pas strictement (...)

20Assez paradoxalement, mais nous l’avions déjà souligné dans le chapitre V, les ‘vieux’ qui ne dirigent pas eux-mêmes leur ménage ne se retrouvent pas en majorité chez leurs enfants (seulement 6 à 12 % après 80 ans), mais plutôt chez des membres de leur famille non-souche, tels des frères et sœurs, cousins, neveux, etc. Chez les femmes âgées, la passation du flambeau est plus précoce d’environ dix années et elle est directement liée au statut de veuve. En réalité, plus elles vieillissent, plus elles sont susceptibles d’être le chef de ménage, mais moins il est probable qu’elles en soient l’épouse. A 55-59 ans, 83 % des Herviennes dirigent elles-mêmes leur foyer (16 %) ou sont l’épouse du chef (67 %). Trente années plus tard dans le cours de leur vie, 48 % sont désormais chef de ménage, 20 % sont mariées au chef. Plus encore que chez les hommes, la famille non-souche a un rôle à jouer puisqu’après 70 ans, 13 à 14 % des femmes cohabitent avec un parent qui n’est pas de leur progéniture. En réalité, seulement 3,7 % des femmes de 55-90 ans ont pour chef de ménage un de leurs enfants. Il est d’ailleurs plus fréquent pour une Hervienne âgée de vivre dans une cellule dirigée par un nonapparenté que par un descendant direct21.

Tableau XI-3. Répartition des 55-90 ans selon leur sexe, leur âge et la relation par rapport au chef de ménage

Tableau XI-3. Répartition des 55-90 ans selon leur sexe, leur âge et la relation par rapport au chef de ménage

21Ces mesures indiquent quand même, avant tout, que les ‘vieux’ dans le Pays de Herve ne comptent pas pour la portion congrue et ne sont pas relégués au second plan. Ils conservent, au moins en théorie, un statut de chef de la maisonnée. Il faut cependant considérer cette estimation avec précaution. D’une part, contrairement à la méthode que nous avons privilégiée dans le chapitre V, nous travaillons ici avec des personne-années. Or les changements de statut sont mentionnés uniquement lors des recensements ou lors de réinscriptions. Les chiffres que nous proposons ici sont donc surestimés, ce qui n’enlève rien à la perception générale qui se dégage des registres de population. D’autre part, une partie des individus sont les chefs de leur ménage pour la simple raison qu’ils vivent seuls...

  • 22 Notons que le terme ‘solitaire’ a un sens différent de celui retenu dans le chapitre V, où nous no (...)

22La question de la solitude renvoie à une problématique récurrente dans ce travail : les célibataires définitifs sont-ils les sacrifiés du système hervien ? Le tableau XI-4 offre une ébauche de réponse en indiquant, parmi les personnes âgées de 55 à 90 ans, la part d’individus qui vivent seuls en fonction de leur état matrimonial22. Dans ce contexte, les mariés apparaissent sans surprise comme les grands privilégiés : moins d’1 % d’entre eux, en effet, vivent seuls. Il s’agit vraisemblablement, dans ces cas extrêmement rares, de personnes dont le conjoint se trouve dans un hospice. La situation des célibataires âgés est beaucoup plus délicate puisque 22 % d’entre eux, quel que soit leur sexe, vivent en isolés entre 55 et 90 ans. Ils sont bel et bien, de ce point de vue, des individus sacrifiés. Chez les hommes, cette proportion est plus ou moins constante dans toutes les tranches d’âge, tandis que chez les femmes, elle va en s’accroissant. C’est le résultat sans doute de la disparition progressive des fratries. Chez les veufs, le bilan est plus mitigé, mais ils bénéficient, comme prévu, du soutien de leurs enfants aux âges élevés. À 55-59 ans, moins de 10 % des veufs et veuves vivent dans l’isolement total, contre 24 à 31 % à 85-89 ans. Les veufs sont légèrement privilégiés par rapport à leurs homologues féminines, puisque 15 % des hommes de 55 ans et plus qui ont perdu leur femme sont solitaires au sein de leur ménage, contre 4 % de plus pour les veuves.

23Deux questions importantes se posent pour les quelque 40 à 65 % d’individus qui cohabitent, aux âges avancés, avec leur progéniture : quel rôle ont-il à jouer dans ces ménages particuliers et avec quels enfants cohabitent-ils ? Ces thèmes ont déjà été abordés, à la fois dans ce chapitre et dans le chapitre V. Il ne convient pas de revenir ici sur le point de vue des enfants, mais simplement de saisir, s’il y a lieu, des évolutions éventuelles au cours de la vie des personnes âgées.

24Très clairement, les aînés qui cohabitent avec leur progéniture dirigent le groupe domestique dans l’immense majorité des situations, puisque plus de neuf fois sur dix, le ‘vieux’ est le chef du ménage (tableau XI-5). La situation est exactement la même pour les femmes âgées. C’est seulement à l’entrée de ce que l’on appelle aujourd’hui le quatrième âge que les personnes d’âge mûr sont prises en charge, plus officiellement, par leurs enfants, mais encore dans une faible mesure : seulement un quart des hommes de 85-89 ans n’assument plus le rôle premier dans leur ménage.

Tableau XI-4. Proportion de solitaires parmi les 55 – 90 ans en fonction de l'âge, du sexe et de l’état matrimonial (en %)

Tableau XI-4. Proportion de solitaires parmi les 55 – 90 ans en fonction de l'âge, du sexe et de l’état matrimonial (en %)

Tableau XI-5. Proportion de chefs de ménage parmi les aînés (5590 ans) qui vivent avec au moins un de leurs enfants, par âge et sexe

Âge

Hommes

Femmes

55-59

96,4

97,4

60-64

96,4

97,6

65-69

97,4

96,1

70-74

96,9

93,0

75-79

94,5

90,4

80-84

83,8

87,3

85-89

73,8

81,9

Total

95,7

95,6

  • 23 Alter G. et al. (1997), Household formation systems.

25Nous avons vu dans le chapitre V que les enfants qui cohabitent avec leurs parents sont majoritairement célibataires. C’est un modèle qui se retrouve d’ailleurs dans toute la région de la Belgique orientale au xixe siècle, puisqu’une étude menée conjointement sur Sart et Venders a mis en exergue la même spécificité23. Le graphique XI-5 met en lumière un élément nouveau : l’évolution des structures au cours de la vie des ‘vieux’. En réalité, parmi les Herviens qui cohabitent avec un de leurs descendants direct, les enfants célibataires jouent un rôle qui décroît avec l’âge de leurs parents, tandis que la propension à partager le foyer d’un enfant marié s’accentue. Quand l’individu a 55-59 ans, qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme, l’enfant qui vit avec lui est célibataire dans 91 % des cas. À cet âge, les enfants mariés représentent à peine 2 % de la progéniture cohabitante, contre 30 % lorsque les vieux ont 80-84 ans... Cohabiter avec plusieurs descendants, certains mariés, d’autres non, est à la fois un phénomène marginal et non négligeable dans la région herbagère, puisque la situation se présente en moyenne dans 8 % des cas, quel que soit l’âge ou le sexe des parents.

26Dans ces formes de cohabitation avec des enfants mariés, plus encore que dans toute autre, il est toutefois évident que les ‘vieux’ sont déclarés et acceptés comme chefs de ménage par respect et affection plus qu’en raison de leur autorité réelle. Cette restriction rappelle que toutes ces perceptions de la vieillesse, aussi intéressantes soient-elles, fournissent seulement des visions approximatives. L’âge auquel il reste dix ans à vivre est une supputation de la vie en bonne santé, mais selon une mesure définie par des médecins du xxe siècle pour des populations actuelles. De même, l’approche de la perte d’autonomie via les structures de cohabitation s’avère difficile, car dans le système nucléaire hervien, et même régional, la personne âgée n’est pas censée céder le flambeau avant de mourir. La transition qui s’observe est très tardive et proportionnellement limitée. Parmi les Herviens de 55 ans et plus, un décalage révélateur s’observe entre l’ensemble de la population et ceux qui cohabitent avec leurs enfants. Si l’on considère toutes les personnes âgées, la proportion de chefs de ménage (ou d’épouses du chef) diminue de manière notable dès 70 ans pour les femmes, dès 80 ans pour les hommes. Par contre, si on se limite aux 54 à 58 % de ‘vieux’ qui vivent avec leurs enfants, la passation de « pouvoir » survient plus tardivement. La proportion de chefs de ménage âgés dans ces deux groupes est aussi significative : on dénombre en moyenne 81 à 85 % de personnes de 55 ans et plus qui dirigent leur ménage, toutes populations confondues, contre 96 % parmi ceux qui cohabitent avec leur progéniture. C’est le signe d’un respect de l’autorité du parent, de l’ancêtre, mais aussi l’indice d’une vision plus idéalisée que réelle, transcrite dans nos registres de population.

Graphique XI-5. Proportion d'individus de 55 ans et plus vivant avec enfant(s), en fonction de l'état matrimonial de l’enfant

Graphique XI-5. Proportion d'individus de 55 ans et plus vivant avec enfant(s), en fonction de l'état matrimonial de l’enfant

3. La destinée des aînés : une rupture des solidarités familiales ?

27En acceptant une définition de la solitude selon laquelle est seul celui qui vit sans enfant, la solitude à 55 ans et plus touche 41,7 % des individus de sexe masculin, contre 45,9 % des femmes du même âge. Le graphique XI-6 montre que cette proportion est minimale chez les femmes à 60-64 ans (41 %), puis elle augmente constamment par la suite pour atteindre 60 % à 80 ans et plus. Chez les hommes, la courbe suit un profil similaire malgré une « solitude » moins prononcée. Elle plafonne à 46-47 % à 75 ans et plus.

Graphique XI-6. Évolution de la proportion d’individus âgés de 55 ans et plus qui vivent sans enfant dans leur ménage

Graphique XI-6. Évolution de la proportion d’individus âgés de 55 ans et plus qui vivent sans enfant dans leur ménage
  • 24 Si nous retenons pour la mobilité et la mortalité des personnes âgées la borne de 55 ans (voir inf (...)

28Cette courbe d’entrée progressive dans une solitude sans enfant s’explique par des mécanismes complexes qui peuvent engager les parents autant que leurs rejetons. Le tableau XI-6 fournit une vision synthétique des causes de sortie de cohabitation. Deux tiers des ruptures sont simplement provoquées par le décès du parent : c’est véritablement la cause majeure, que nous envisagerons dans la dernière section de ce chapitre, consacrée à la mortalité des personnes âgées. Un peu plus d’une personne sur dix, entre 40 et 90 ans24, quitte son ménage en y laissant sa progéniture : il s’agit dans la grande majorité des cas d’émigrations en dehors du village. D’emblée, la mobilité des personnes âgées se présente comme une attitude sinon courante, du moins loin d’être marginale : elle fait l’objet de la quatrième section. A ce stade, nous allons donc centrer notre attention sur les mouvements des enfants, responsables d’environ une cessation de cohabitation sur cinq.

  • 25 Cf. chapitre VII, surtout sections 3.2. et 3.5.

29Le tableau XI-6 et les tables de vie qui en sont dérivées portent sur une population très spécifique. Il s’agit de tous les Herviens de 40-90 ans qui cohabitent au moins avec un de leurs enfants. Sont exclus d’office tous les adultes sans enfant dans leur ménage, puisque dans leur position, il ne saurait y avoir rupture de cohabitation. Quant aux enfants pris en considération, il faut garder présent à l’esprit qu’il ne s’agit pas de tous ceux qui vivent avec des personnes âgées, mais bien très exclusivement du dernier enfant qui reste dans chaque famille. Il s’agit de mesurer, pour les personnes d’un âge avancé, le risque de cesser de cohabiter avec le dernier de leurs enfants, étant entendu que celui-ci est tout aussi bien aine que cadet, garçon que fille25.

Tableau XI-6. Les causes de rupture de cohabitation entre parents (âgés de 40 à 90 ans) et enfants (%)

Causes

Hommes

Femmes

Total

Décès du dernier enfant présent dans le ménage

5,6

5,1

5,3

Émigration du dernier enfant présent dans le ménage

11,0

12,4

11,7

Mutation du dernier enfant présent dans le ménage

4,1

4,8

4,4

Décès de l'individu observé

66,9

64,1

65,5

Émigration de l'individu observé

11,5

13,0

12,2

Mutation de l'individu observé

0,9

0,7

0,8

Toutes les causes %

100

100

100

n

1071

1025

2096

  • 26 Nous avons réalisé les tables de sortie de cohabitation pour les deux sexes, mais comme l’indique (...)

30Le graphique XI-7 résume en un coup d’œil l’évolution des risques. Sur une cohorte fictive de 10.000 parents âgés de 40 ans vivant avec au moins un descendant direct, peu de changements surviennent au cours des vingt années qui suivent. Dans ces conditions, c’est même seulement à 65 ans que 10 % de ces parents ont vu partir leur « petit dernier ». Le rythme s’accélère par la suite : près de 1.400 géniteurs ont été abandonnés par leur dernier soutien. Si les ruptures entre parents et enfants se limitaient à ce seul aspect, 64 % des Herviens âgés de 85 ans vivraient encore avec un de leurs descendants26.

31Malgré un contexte de faible mortalité, le décès du dernier enfant ne doit pas être totalement négligé, même s’il ne compte que pour 5 % des ruptures observées. Étant donné le nombre restreint d’événements (108 décès d’enfants), il serait un peu hasardeux de commenter en détail les quotients de mortalité, dont aucune tendance ne se dégage d’ailleurs clairement : le poids des décès des enfants ne s’alourdit pas à mesure que l’âge des parents augmente. Sur base d’une cohorte fictive de 10.000 géniteurs, moins de 1.500 ruptures causées par le décès du dernier enfant surviendraient en quarante ans de cohabitation.

32En conclusion, les sorties de cohabitation dues au départ, volontaire ou non, du dernier enfant cohabitant sont proportionnellement peu importantes : à 85 ans, plus de la moitié des parents vivraient toujours dans le même foyer qu’un de leurs descendants direct. Deux périodes se distinguent tout de même dans le cours de la vie des ‘vieux’. Avant 65 ans, peu de parents sont « abandonnés », simple conséquence du mariage tardif. Dans une région où l’âge moyen au mariage est de 28 ans pour les femmes, de 30 ans pour les hommes, et où la fécondité légitime est importante – donc étalée sur un certain nombre d’années-, des adultes de 60-65 ans ont toutes les chances d’encore vivre avec un de leurs cadets, puisque ce dernier aussi convolera tard... Jusqu’à cet âge, il est même difficile d’évoquer un sacrifice éventuel, puisque dans le contexte démographique local, il est normal que les plus jeunes soient toujours là. Après 65 ans, les personnes âgées sont confrontées à une érosion plus rapide des effectifs, de leurs « bâtons de vieillesse », mais celle-ci est loin d’être vertigineuse :-6 % chez les pères de 65-69 ans,-9 % chez ceux de 70-74 ans et-10 % chez ceux de 75-79 ans. Les mères sont davantage délaissées, avec un quotient maximal, malgré tout limité, de 13 % à 75-79 ans. Sans surprise donc, ces résultats indiquent que les enfants qui « optent » pour la corésidence conservent dans leur majorité la même ligne de conduite jusqu’au décès de leurs géniteurs ; ils font leur devoir jusqu’au bout.

Graphique XI-7. Courbe de survie des parents cohabitant avec enfant(s) : effets de l’émigration ou du décès du dernier enfant présent dans le ménage

Graphique XI-7. Courbe de survie des parents cohabitant avec enfant(s) : effets de l’émigration ou du décès du dernier enfant présent dans le ménage

4. Les mobilités des troisième et quatrième âges

33Les deux chapitres précédents ont montré que la mobilité des individus était un élément caractéristique, déterminant des comportements démographiques des Herviens adultes. Davantage encore que les célibataires, les mariés – donc les familles – sont impliqués dans une turbulence migratoire tout à fait impressionnante pour une population rurale. Notre but ici est de voir si cette attitude tout à fait particulière des habitants de la région herbagère se limite aux âges actifs, ou si au contraire, elle caractérise encore les aînés. L’étude des mouvances de l’ensemble des Herviens âgés de 55 à 90 ans s’articule en deux temps. Il s’agit tout d’abord de dégager les traits principaux de leur mobilité à travers trois aspects : l’intensité des mouvements migratoires et son évolution dans le cours de leur vie, le type de déplacements observés (selon la taille du groupe migrant) et, enfin, les régions d’origine/destination. Ensuite, dans la lignée des études menées dans la troisième partie de ce travail, nous développerons une analyse de type multivarié afin de repérer les facteurs discriminants, les sources du différentiel entre les ‘vieux’ qui bougent et ceux qui restent.

4.1. La mobilité des aînés : intensité, modalités et aires géographiques

  • 27 Les bureaux de bienfaisance passaient régulièrement des accords avec les commissions des hospices (...)

34Le graphique XI-8 envisage les quotients de mobilité des aînés, fondés sur une méthode désormais familière, le calcul de tables de migrations. Deux risques sont envisagés : celui d’entrer dans un des trois villages tests entre 55 et 90 ans et celui d’en sortir. Trois éléments se détachent. D’abord, la mobilité décroît à mesure que l’âge augmente, mais une reprise s’observe à partir de 75 ans, reprise qui apparaît surtout clairement au niveau de l’émigration. Ce comportement est moins surprenant qu’il n’y paraît à première vue. En effet, nous avons vu dans les deux premières sections de ce chapitre que 75 ans se dessine, à certains points de vue, comme un âge charnière, celui auquel la proportion de survivants fictifs stagne, celui aussi du troisième quartile dans les tables de mortalité de toute la deuxième moitié du xixe siècle. Si cet âge correspond bien, comme nous le croyons, à celui d’une entrée dans la sénilité, dans la perte d’autonomie, il est possible d’interpréter ce résultat comme une « fuite » des plus âgés vers les hospices urbains27. Nous tâcherons ci-dessous d’affiner cette théorie en envisageant les lieux de destination des personnes âgées en fonction de leur âge.

35Ce graphique appelle aussi une considération plus générale : la mobilité des ‘vieux’ est relativement intense. À 55-59 ans, l’addition des quotients d’émigration et d’immigration des hommes fournit un niveau de turbulence de 30,3 % : en l’espace de cinq années, c’est donc près d’un tiers de la population des adultes de cette catégorie d’âge qui se voit ainsi renouvelée. C’est à 70-74 ans que le brassage est le plus faible, même s’il touche malgré tout un Hervien sur cinq, quel que soit son sexe. Ensuite, conformément à ce que nous venons de voir, les déplacements s’accentuent de nouveau, pour grimper à 28-29 % entre 85 et 89 ans.

Graphique XI-8. Évolution des quotients migratoires des 55 ans et plus

Graphique XI-8. Évolution des quotients migratoires des 55 ans et plus

36Des deux mouvements – entrées et sorties – ce sont au total les émigrations qui l’emportent. Globalement, c’est un résultat tout à fait attendu. À partir du moment où les structures par âge indiquent un rajeunissement alors que l’espérance de vie progresse, le solde migratoire des seniors ne peut qu’être négatif. La région bocagère perd donc des ‘vieux’ à tout âge, mais l’écart est surtout marqué avant 60 ans et après 75 ans. Tout au long de sa vie, le Hervien peut être considéré comme un migrant en puissance, un être sans cesse sur la route. C’est finalement entre 60 et 74 ans que, dans une certaine mesure, s’affirme son caractère le plus casanier... C’est un constat général, qui touche les femmes autant que les hommes et bien peu d’éléments, de ce point de vue, distinguent les deux sexes.

37Si les migrations des adultes mariés sont, dans la majorité des cas, des mobilités familiales, il est vrai aussi que parmi les plus âgés, mobilité et solitude ne sont pas nécessairement deux éléments dissociés. Le tableau XI-7 indique, de ce point de vue, le rôle déterminant de deux facteurs : l’âge et le sexe de la personne concernée.

  • 28 Sur la notion de ‘groupe migrant’, voir Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’œuvre p. 46 (...)

38Après 55 ans, deux grandes tendances se dégagent. D’une part, plus l’âge de l’individu augmente, plus la taille du groupe migrant se restreint28 : à 55-64 ans, les immigrants de sexe masculin arrivent dans des groupes migrants de 4,3 individus en moyenne, tandis que ceux âgés de 75 ans et plus appartiennent à des groupes de 2,6 personnes en moyenne. De même, chez les femmes, la taille moyenne se réduit d’un individu en l’espace de vingt années. Cette réduction est partielle ment liée à l’augmentation, dans le cours de la vie, des migrations solitaires. En effet, alors que ces dernières comptent pour un maximum de 26 % parmi les 55-64 ans, leur poids peut atteindre déjà jusqu’à 43 % à 65-74 ans, puis 58 % à plus de 75 ans. D’autre part, les mouvements se font moins nombreux : plus de la moitié des déplacements observés surviennent en fait lors de l’entrée très progressive dans le troisième âge, entre 55 et 64 ans. Ceux qui aujourd’hui seraient considérés comme de jeunes pensionnés, se situent toujours dans la continuité des adultes actifs, qu’ils sont d’ailleurs sans doute encore. Vers 65 ans, c’est un nouveau type de mobilité qui apparaît, une mobilité moins intense. Par contre, la recrudescence des départs (surtout) à partir de 75 ans n’émerge pas de ce tableau, simplement en raison d’un effet de structures : à ces âges, les ‘vieux’ sont tout de même nettement moins nombreux que vingt ans plus tôt.

Tableau XI-7. La mobilité des 5590 ans selon l’âge, le sexe et la taille du groupe migrant

Tableau XI-7. La mobilité des 55 – 90 ans selon l’âge, le sexe et la taille du groupe migrant

39Outre une prépondérance des migrations solitaires qui se manifeste très tardivement, on note que celles-ci ont un poids plus important chez les femmes. En effet, les migrantes de 55 ans et plus sont seules une fois sur trois. Chez les hommes, ces proportions sont 5 à 8 % plus basses. Par conséquent, aussi, la taille moyenne des groupes migrants est inférieure d’environ une unité pour les femmes âgées.

40Sans surprise, au vu des résultats développés dans les chapitres antérieurs, l’aire de migration des personnes âgées s’inscrit dans une région géographique assez restreinte : selon le sexe, 64 à 68 % des immigrants proviennent de la région herbagère, 57 à 63 % des émigrants se dirigent vers une autre localité du Pays de Herve (tableau XI-8). Ces chiffres résument les deux principales différences qui émergent entre les ‘vieux’ dans leurs choix migratoires : d’une part, les femmes sont un peu plus susceptibles de se diriger vers des centres urbains (et même d’en provenir) ; d’autre part, Charneux, Clermont et Neufchâteau attirent plus de gens en provenance des localités herviennes voisines qu’ils n’en envoient. C’est un constat que nous avions déjà formulé dans le chapitre DI : les sorties sont davantage orientées vers les régions urbaines.

Tableau XI-8. Destinations et origines des migrants de 5590 ans

Provenance des IMMIGRANTS

Hommes

Femmes

Total

Vrai Pays de Herve

54,4

52,6

53.5

Pourtour hervien

13,8

11,2

12.5

Autres communes rurales

4,1

3,3

3,7

Région urbaine et industrielle de Liège

4,1

6,1

5,1

Région urbaine et industrielle de Venders

5,9

6,8

6,3

Autres villes + Aachen-Köln-Maastricht

0,7

0,7

0,7

Étranger + cantons rédimés

1,6

2,1

1,8

Inconnue

15,6

17,3

16,4

Total %

100,0

100,0

100,0

n

443

428

871

Destination des ÉMIGRANTS

Hommes

Femmes

Total

Vrai Pays de Herve

42,0

39,6

40,8

Pourtour hervien

21,1

17,5

19,3

Autres communes rurales

4,6

3,5

4,0

Région urbaine et industrielle de Liège

5.4

5.5

5,5

Région urbaine et industrielle de Venders

8.5

12,2

10,4

Autres villes + Aachen-Köln-Maastricht

1,2

1,7,

1,4

Étranger + cantons rédimés

1,0

0,8

0,9

Inconnue

16,2

19,2

17,7

Total %

100,0

100,0

100,0

n

588

599

1187

41Globalement, 12,1 % des nouveaux venus proviennent d’une zone urbaine ou industrielle, avec une légère prépondérance de Verviers. En retour, 17,3 % des personnes âgées observées qui quittent ces trois villages se dirigent vers des villes, deux fois sur trois d’ailleurs vers la zone industrielle verviétoise. Il faut enfin noter que le poids des destinations ou origines inconnues n’est pas négligeable, puisqu’il concerne 16 à 19 % des mouvements. C’est une lacune qui pénalisera, nous le verrons ci-dessous, certaines analyses plus détaillées.

42Les attitudes des aînés varient quelque peu en fonction de leur âge . Du côté masculin, un trait surtout se dégage du tableau XI-9, c’est la poussée des émigrations en direction de la zone industrielle verviétoise. Cet élément conforte l’hypothèse émise ci-dessus d’un départ des personnes les moins autonomes vers des hospices urbains. Toutefois, il ne faut pas en exagérer l’ampleur, puisque seuls 14 % des 75-90 ans sont concernés, contre 7 % à 55-64 ans. Du côté féminin, le phénomène se dessine de façon encore moins nette, dans la mesure où dès 55-64 ans, déjà, une Hervienne sur cinq choisit comme lieu d’exil les zones industrielles de Liège et Verviers. Cette attraction des aires urbaines se réduit assez nettement à 65-74 ans (14 %), puis augmente d’1 % seulement après 75 ans. Toutefois, c’est aussi chez les femmes de 75-90 ans que les destinations inconnues ont le poids le plus grand et cela rend les comparaisons difficiles. En même temps, cet élément, à lui seul, indique une évidente marginalité des personnes âgées, par rapport à l’administration d’une part, mais aussi par rapport à la communauté de parents, d’amis, de voisins qui ne sont pas capables de renseigner les autorités communales sur ce que ces seniors sont devenus. En effet, tandis que dans l’ensemble de la population hervienne, les origines et destinations inconnues ne représentent que 10 % des mouvements, elles concernent 16 % des hommes et même 19 % des femmes de 55 ans et plus. Chez ces dernières, leur proportion ne cesse de s’accroître avec l’âge, passant de 16 % à 55-64 ans, à 30 % à 75-90 ans.

  • 29 C’est un schéma traditionnel et souvent évoqué dans la littérature : les veuves se concentrent dan (...)
  • 30 Les immigrants célibataires présentent un profil identique, quoique le trait soit moins prononcé ((...)
  • 31 En outre, entre les ‘vieux’ qui migrent seuls et ceux qui migrent en groupe, il existe surtout un (...)

43Les lieux de destinations en fonction de l’état matrimonial sont aussi susceptibles de mettre en évidence une certaine marginalité. Nous émettons l’hypothèse que les célibataires sont à l’origine des « disparitions », avec une question récurrente : sont-ils les sacrifiés du système ? Il pourrait en aller de même pour les veufs et en particulier les veuves. De fait, il existe un différentiel entre les mariés et les veufs (tableau XI-10). Indépendamment du sexe, les premiers ont environ 12 % de destinations inconnues, tandis que ce chiffre monte à 17 % parmi les seconds. En outre, malgré cette zone d’ombre, il semble que les mariés soient les principaux acteurs des migrations de courte distance à l’intérieur du Pays de Herve. Les veufs, surtout les veuves d’ailleurs, cherchent davantage refuge dans les villes29. Ceci étant, le principal différentiel émerge bien entre les célibataires et tous les autres, en particulier les mariés. En effet, le poids des destinations ignorées atteint 29 à 35 % parmi les émigrants célibataires30. Il est donc clair que nous saisissons là une population marginale : ces observations présentent une frange importante des vieux célibataires comme les victimes du système familial hervien, isolés de tous en leur troisième âge31.

Tableau XI-9. Destinations des émigrants de 55 – 90 ans en fonction de leur âge

Tableau XI-9. Destinations des émigrants de 55 – 90 ans en fonction de leur âge

(*) : Région Urbaine et Industrielle

Tableau XI-10. Destinations des émigrants de 55 90 ans en fonction de leur état matrimonial

Tableau XI-10. Destinations des émigrants de 55 – 90 ans en fonction de leur état matrimonial

(*) : Région Urbaine et Industrielle

4.2. Pourquoi migrer quand on est ‘vieux’ ? L’influence de la famille sur la mobilité des 55-90 ans

  • 32 Voir chapitre IX section 2 et chapitre X section 1.1.2.1.

44Contrairement à ce qui s’observe pour les adultes « actifs », tant célibataires que mariés32, les variables socio-économiques jouent un rôle mineur dans les décisions d’émigrer des personnes âgées. Seul résultat vraiment tangible et parfaitement attendu : les ‘vieux’ connaissaient une propension moindre à quitter leur village avant 1873 qu’après (-22 % pour les hommes,-33 % pour les femmes). Pour les hommes, le fait d’avoir comme chef de ménage un journalier est un facteur de stabilisation (tableau XI-11).

45Les raisons qui poussent les Herviens à quitter leur village après 55 ans sont à la fois semblables et diverses. Semblables parce que, d’une manière générale, quel que soit leur âge ou leur sexe, ce sont véritablement les déterminants familiaux qui jouent un rôle moteur dans la mobilité des personnes âgées. Diverses parce que hommes et femmes ne sont pas nécessairement sensibles aux mêmes facteurs.

  • 33 L’effet est faible à première vue, mais rappelons que le ratio microéconomique varie sur une grand (...)

46Tout d’abord, la composition du ménage influence l’émigration des hommes âgés. En effet, chaque adulte actif supplémentaire (15-54 ans) qui réside dans la cellule familiale réduit de 10 % le risque, pour le ‘vieux’, de quitter le village (tableau XI-12). De même, la présence d’autres personnes âgées tend à renforcer son ancrage dans la localité. À l’opposé, plus la proportion d’enfants de moins de 15 ans est importante, plus le ‘vieux’ a de probabilités de partir. C’est un élément qui illustre l’hypothèse de P. Bourdelais, évoquée plus haut : dans un ménage trigénérationnel, où les personnes âgées côtoient de jeunes enfants, l’équilibre du ménage est mis en péril par cette double charge et la mobilité des ‘vieux’, tout au moins, s’en trouve accrue. Cette interprétation est confirmée par l’impact de l'équilibre microéconomique du ménage : quand celui-ci augmente d’une unité, la mobilité des aînés se réduit de 1 %33. Par contre, pas plus que son état matrimonial, la position de l’homme âgé au sein de son ménage n’a d’effet réellement significatif, sauf justement quand il vit dans un foyer au sein duquel il n’a aucun lien de parenté.

47Les femmes quant à elles sont nettement plus dépendantes de leur position dans le ménage. En réalité, contrairement aux hommes, la situation même du groupe domestique est peu déterminante, puisque la structure par âge du ménage et son ratio microéconomique n’ont pas d’effet significatif. Par contre, les célibataires encourent 30 % de risques supplémentaires de bouger par rapport aux femmes mariées, et les veuves carrément 43 % ! En outre, le fait d’être chef du groupe de cohabitation – ce qui implique, pratiquement, d’être veuve ou célibataire – accroît les risques de partir de 32 %. Le caractère profondément nucléaire du système familial apparaît quand on voit que les femmes qui vivent dans le foyer d’un parent éloigné (qui n’appartient pas à leur famille-souche) ont une probabilité d’émigrer supérieure de 39 % aux épouses. Quant à celles qui sont accueillies par des ménages étrangers, elles ne le sont manifestement qu’à titre temporaire (+ 57 %). En fait, les plus stables sont soit épouses, soit mères du chef de la cellule familiale.

Tableau XI-11. Les déterminants socio-économiques de l’émigration des 55 – 90 ans Régression de Cox

Tableau XI-11. Les déterminants socio-économiques de l’émigration des 55 – 90 ans Régression de Cox

Tableau XI-12. Les déterminants familiaux de l’émigration des 55 – 90 ans Régression de Cox

Tableau XI-12. Les déterminants familiaux de l’émigration des 55 – 90 ans Régression de Cox
  • 34 Sur les valeurs moyennes et les fréquences relatives des variables explicatives de la mobilité des (...)

48Si ces résultats indiquent un fort différentiel de sexe, deux traits communs caractérisent aussi la mobilité des seniors. Au niveau du ménage, tout d’abord, le fait de vivre avec ses enfants accroît la stabilité des plus ‘vieux’ dans leur ensemble. Quel que soit le statut matrimonial des enfants, la tendance est la même, mais les risques relatifs sont surtout significatifs quand ils font état de cohabitation avec des enfants célibataires. En réalité, c’est la situation qui prédomine parmi les personnes d’un âge avancé : 46 % d’entre elles cohabitent avec au moins un enfant célibataire, contre 5 % qui vivent avec au moins un enfant marié et 4,5 % avec à la fois des descendants célibataires et mariés. Quant aux 44 % des personnes de 55-90 ans qui n’habitent pas avec leur progéniture, elles apparaissent véritablement comme une sous-population fragilisée au sein du système hervien, contraintes plus que tout autre à l’émigration34.

49Toutefois, les personnes âgées n’ont pas comme seule ressource leurs propres enfants et ce serait caricaturer le système familial que de le réduire à ce seul aspect. Nous avons vu dans le chapitre VI que le réseau familial potentiel des Herviens était non négligeable, même aux âges élevés. Il s’avère ici que ce réseau potentiel est très efficace puisque la variable patronymique fournit des résultats statistiquement significatifs et assez appuyés. Plus le nombre de personnes résidant dans le village et portant le même nom de famille que l’individu étudié est important, plus les risques pour cet individu de quitter son village sont réduits. L’effet est plus prononcé pour les hommes de 55 ans et plus (28 %) que pour les femmes (15 %).

50En somme, la mobilité globalement élevée des personnes âgées dans le Pays de Herve est fondée sur un différentiel important. Trois facteurs de stabilisation émergent : les individus âgés de 65 à 74 ans, qui disposent d’un réseau familial étendu et qui cohabitent avec au moins un enfant, surtout si ce dernier est célibataire. Si les hommes et les femmes de 55 ans et plus bougent, bon an mal an, autant les uns que les autres, des différences se font jour par contre au niveau de leurs « motivations », des variables familiales qui les influencent. L’équilibre microéconomique du ménage est décisif pour la stabilité des hommes d’âge mûr, tandis que chez les femmes de plus de 55 ans, c’est avant tout leur statut matrimonial et la position qu’elles occupent au sein du groupe de cohabitation qui sont prépondérants. Enfin, l’analyse de la mobilité des ‘vieux’ met aussi en exergue une série de « marginaux », d’individus sacrifiés. Les personnes de 75 ans et plus, surtout de sexe féminin, sont moins bien épaulées : cela se traduit à la fois par une prépondérance des migrations solitaires et par un poids important de destinations/origines inconnues. Il est clair que les fameux célibataires définitifs, qui dans la société hervienne jouent un rôle spécifique et déterminant, apparaissent au moins en partie, dans leur vieillesse, comme des individus sacrifiés : c’est parmi eux que la proportion d’individus vivant seuls est la plus importante (plus d’un célibataire définitif sur cinq vit sans cohabitant) et, par conséquent, ils migrent seuls le plus souvent et pour des destinations inconnues. Il est vraisemblable, dans ces conditions, que des traits similaires ressortent également dans l’étude de la mortalité.

5. La mortalite des aînés selon leur cadre de vie

5.1. L’égalité des sexes à la source d’une inégalité ? L’absence d’une sous-mortalité féminine

  • 35 Perrenoud A. (1981), Surmortalité féminine, p. 90— Eggerickx T., Debuisson M. (1990), La surmortali (...)
  • 36 « L’insidieuse maladie professionnelle ou le brutal accident de travail font partie de la vie quot (...)

51Les tables de mortalité par sexe après 55 ans ne mettent en évidence aucun différentiel très clair. D’emblée, ce constat est étonnant car la sous-mortalité des femmes aux âges élevés est une observation presque universelle, liée à des phénomènes génétiques et biologiques : le sexe dit faible est, intrinsèquement, plus résistant que le sexe fort35. Souvent, en outre, l’écart entre les sexes est renforcé parce que les hommes se distinguent par des comportements plus « risqués », liés notamment à leurs conditions de travail, particulièrement dans les villes du xixe siècle36. Mais toute règle a ses exceptions. Dans le Pays de Herve, aucun privilège féminin n’apparaît aux âges élevés, au contraire (tableau XI-13). L’espérance de vie des hommes et des femmes est pratiquement équivalente, puisque les Herviens des deux sexes âgés de 55 ans peuvent espérer vivre en moyenne jusqu’à 73 ans.

  • 37 Parmi ces essais novateurs, voir Barker D. (1994), Mothers, babies and disease in later lifeBen (...)
  • 38 Beral V. (1985), Long term effects of childbearing on healthFriedlander N. (1996), The relation (...)
  • 39 Doblhammer G. (1999), Reproductive history and mortality later in life. Nous tenons à remercier Geo (...)

52Une telle situation indique donc que l’avantage biologique des femmes est gommé, dans leur vieillesse, par des pénalités spécifiques à leur sexe. Plusieurs hypothèses peuvent être avancées. La première renvoie à l’influence des conditions de vie dans l’enfance sur la survie aux âges adultes. C’est un courant d’investigations relativement récent qui postule que la longévité et la santé ne résultent pas uniquement des conditions de vie du moment, mais sont aussi la conséquence des expériences vécues dès le plus jeune âge. Ainsi, les enfants qui seraient nés en période de crise, et qui y auraient survécu, sortiraient affaiblis de l’épreuve, mais n’en paieraient le prix fort que beaucoup plus tard dans le cours de leur vie37. Toutefois, dans ces études, il n’est guère question d’un différentiel éventuel entre les hommes et les femmes. Une autre interprétation, elle aussi avancée dans des recherches actuelles, se fonde sur les relations entre le nombre d’enfants auquel une femme a donné la vie et la longévité féminine. Des recherches menées sur des populations du xxe siècle, donc post-transitionnelles, défendent la thèse selon laquelle les mères de familles nombreuses sont plus fragiles que les autres38. D’autres cependant, arguent que les femmes qui ont eu un nombre « modéré » d’enfants encourent des risques moindres que celles qui en ont eu beaucoup ou pas du tout39.

Tableau XI-13. Tables de mortalité par sexe, à 55 ans et plus

Tableau XI-13. Tables de mortalité par sexe, à 55 ans et plus

53Enfin, plus simplement, une troisième hypothèse consiste à invoquer ce que les Anglo-Saxons appellent les ‘prevailing living conditions’, c’est-à-dire les circonstances de vie du moment. Dans cette société rurale, l’absence de différentiel de mortalité aux âges élevés résulte peut-être tout simplement de conditions de vie différentes pour les deux sexes, les hommes âgés étant davantage protégés, aidés, assistés que leurs homologues féminines. C’est ce que semble indiquer, par exemple, la proportion d’esseulés à 55 ans et plus, puisque 8 % des hommes vivent isolés, contre 11 % des femmes. Le poids plus important des migrations solitaires parmi les femmes âgées tend aussi à étayer cette interprétation. De même que les hommes semblent être un peu plus épaulés que les femmes par leur progéniture (58 % de cohabitation avec au moins un enfant, contre 54 %). Toutefois, il faut admettre que si tous ces indicateurs vont dans le même sens, aucun ne met réellement en évidence une distorsion patente. C’est donc avec l' event history analysis que nous allons tenter de mieux cerner les facteurs discriminants.

5.2. La mortalité différentielle : la famille reléguée au second plan

54La mobilité des personnes âgées s’avérait peu dépendante des variables d’ordre socio-économique, comme le prix des denrées ou le statut socioprofessionnel du chef de ménage. Vis-à-vis de la mortalité, ces facteurs se révèlent tout aussi peu déterminants, si Ton excepte une surmortalité des personnes âgées de 55 ans et plus dont le chef de ménage est sans profession (tableau XI-14). D’autre part, la mortalité s’avère très homogène au cœur de l’Entre-Vesdre-et-Meuse, puisque les habitants de Charneux, Clermont et Neufchâteau ne supportent aucune pénalité significative par rapport à leurs voisins. Seule la période semble jouer un rôle, surtout du côté masculin, dans la mesure où les personnes âgées meurent davantage pendant les années 1873-1890. Il est possible d’en déduire que les ‘vieux’ sont ceux qui ont le plus mal supporté ces années de relative dépression économique, mais ce résultat isolé permet difficilement d’apporter une preuve formelle à cette assertion.

55Les analyses menées sur la mobilité des personnes âgées mettent en relief l’importance de l’état matrimonial sur les conditions de vie aux âges élevés, du moins du côté féminin. Les femmes célibataires ou veuves apparaissaient comme lésées par rapport aux femmes mariées, souvent contraintes en tout cas à émigrer. De ce point de vue, il semble logique de postuler que les dames du troisième âge sont des êtres fragilisés, dont la survie est plus précaire. En effet, le tableau XI-15 indique un différentiel de l’ordre de 20-25 % entre les femmes célibataires et les femmes mariées. Mais ce sont les veuves, surtout, qui apparaissent les plus pénalisées, avec une mortalité accrue de quelque 95 %. Chez les hommes, qui semblaient pour leur part plus ou moins égaux devant l’émigration quel que soit leur état civil, les contrastes devant la mort se dessinent de manière encore plus nette et les veufs, ici encore, sont moins bien lotis que les célibataires.

56Quant au contexte familial, qui apparaissait décisif dans les parcours migratoires des personnes âgées, il s’avère un peu moins déterminant en ce qui concerne leur mortalité, dans la mesure notamment où l’existence d’un réseau familial étendu ne diminue pas les risques de décès. La présence d’enfants dans le ménage peut se révéler aussi bien positive que négative : tout dépend de l’état civil de l'enfant cohabitant. D’une part, vivre avec un enfant célibataire est nettement plus favorable, pour les veufs et les mariés, que vivre sans enfants. En revanche, l'analyse montre aussi qu il vaut mieux vivre seul que de cohabiter avec un enfant marié.

Tableau XI-14. Les déterminants socio-économiques de la mortalité des 55 – 90 ans Régression de Cox

Tableau XI-14. Les déterminants socio-économiques de la mortalité des 55 – 90 ans Régression de Cox

Tableau XI-15. Les déterminants familiaux de la mortalité des 5590 ans Régression de Cox

Tableau XI-15. Les déterminants familiaux de la mortalité des 55 – 90 ans Régression de Cox

Tableau XI-16. États matrimoniaux des parents et des enfants cohabitants comme déterminant de la mortalité des 5590 ans. Régression de Cox

Tableau XI-16. États matrimoniaux des parents et des enfants cohabitants comme déterminant de la mortalité des 55 – 90 ans. Régression de Cox

57Le tableau XI-16 montre toutefois que, plus encore que l’état matrimonial des enfants, c’est celui des parents qui crée le plus grand différentiel. Tous les veufs et veuves endurent une surmortalité, qu’ils résident ou non avec leur progéniture, par rapport aux mariés qui vivent avec un enfant célibataire, mais cette surmortalité est d’autant plus marquée que le veuf/la veuve cohabite avec des enfants mariés. Pour les personnes âgées mariées, l’incidence de ce facteur est à la fois plus limitée et moins significative.

58Parallèlement, la microéconomie du ménage exerce aussi une influence sur la mortalité des ‘vieux’, puisque la probabilité de décès diminue lorsque l’équilibre entre consommation et production s’améliore au sein de leur groupe domestique. Cette information se voit confirmée par la substantielle augmentation des risques quand le poids des personnes âgées s’accroît (+ 86 à +104 %), ou même, pour les femmes en tout cas, lorsque la part des enfants de moins de 15 ans augmente.

59Enfin, la position des individus dans le ménage est elle aussi à l’origine de discriminations. Quand un homme âgé vit dans un foyer au sein duquel soit il n’a aucun lien de parenté avec le chef de ménage, soit simplement un lien relativement ténu, ses risques de mourir augmentent respectivement de 51 et de 34 % par rapport à ceux qui sont à la tête de leur cellule domestique. Chez les femmes, la situation la plus enviable est aussi la plus courante : les 56 % d’épouses de 55-90 ans bénéficient du statut le plus privilégié. Toutes les autres positions entraînent une surmortalité.

Conclusion

60Dernière transition parmi les multiples ruptures qui jalonnent les parcours individuels, l'entrée dans la vieillesse est encore plus difficile à situer que les étapes précédentes. Les normes et les repères qui permettent d’en fixer les limites sont flous et, plus que jamais, arbitraires. Pourtant, il est difficile de nier aux personnes âgées un statut particulier, une relative homogénéité de comportement, qui les différencie des adultes plus jeunes. Malgré des mesures forcément approximatives, il est possible de fixer un seuil d’entrée dans la vieillesse, et même à proprement parler un double seuil, car cette transition s’opère plutôt en deux temps.

61Vers 60-65 ans, apparaît une première rupture dans la vie des Herviens : géographiquement parlant, ils se stabilisent pendant une dizaine d’années, leurs mouvements migratoires se font moins intenses. Parallèlement, d’un point de vue démographique, la part de ces « jeunes vieux » devrait croître tout au long de la seconde moitié du xixe siècle. Les survivants des tables de mortalité sont plus nombreux à atteindre 55, même 65 ans. L’espérance de vie progresse aussi, pas spectaculairement étant donné son excellent niveau de départ, mais néanmoins de quatre ans environ en l’espace d’un demi-siècle. La première vieillesse se porte de mieux en mieux. Ensuite, une seconde rupture s’opère vers 75 ans, avec une recrudescence des mouvements migratoires, qui manifeste davantage le passage vers la sénilité, la décrépitude, qu’un regain subit de dynamisme. La part des survivants à 75 ans – qui s’assimile exactement au troisième quartile dans les tables de mortalité – ne progresse pas au fil du temps. Il s’agit incontestablement de seuils élevés, révélateurs de la situation privilégiée de la région au xixe siècle. Par conséquent, les problèmes très classiques de la solitude des aînés, de leurs « arrangements de vie » en termes de cohabitation, de position au sein du ménage, revêtent une ampleur toute particulière dans le Pays de Herve.

  • 40 Alter G. (1996), The European marriage pattern.

62Dans ces conditions, il est plausible d’imaginer une application plus ou moins répandue de la ‘nuclear hardship hypothesis’. Pour rappel, cette théorie surtout développée par P. Laslett puis souvent reprise dans les travaux d’histoire de la famille, repose sur l’idée que dans les systèmes nucléaires, la solidarité familiale ne joue pas au-delà du ménage. Dès lors, les personnes isolées, et les ‘vieux’ en particulier, tombent à charge de la société quand ils ne peuvent plus s’assumer. Mais ce scénario-catastrophe a été quelque peu nuancé par G. Alter. Ce dernier propose en effet de corriger cette vision pessimiste en insistant sur le rôle du mariage tardif caractéristique des sociétés occidentales, grâce auquel les parents peuvent bénéficier longtemps de la présence de leurs enfants non mariés, et par conséquent, de leur soutien. Toutefois, il est évident que cette situation a aussi ses revers. s ils ne parviennent pas finalement à se marier, ces enfants célibataires encourent le risque de se retrouver totalement seuls40. Dans le Pays de Herve, étant donné le grand nombre de « survivants » qui atteignent les seuils de la vieillesse, ce problème des ‘vieux garçons’ et des ‘vieilles filles’ revêt aussi une importance toute particulière, puisque plus d’une personne sur cinq âgée de 55 ans et plus est célibataire (22 %).

63D’un côté, la cohabitation des aînés avec leurs enfants est généralisée dans la région bocagère : environ sept parents potentiels sur dix (mariés et veufs confondus) partagent le toit et le couvert avec au moins un de leurs enfants. Deux traits caractérisent véritablement ces corésidences. D’abord, et c’est un constat général dans le système familial belge, les ‘vieux’ assument officiellement le rôle prépondérant, celui de chef de l’unité domestique : 95 % des seniors de 55 ans et plus qui vivent avec un de leurs descendants directs sont chefs de ménage (ou leur épouse). D’une manière générale, d’ailleurs, quelle que soit leur configuration de cohabitation, ce sont plus de huit personnes sur dix qui, dans leur vieillesse, remplissent cette fonction, ou du moins, ce rôle officiel. Les proportions tendent seulement à décliner très tardivement, après 75, voire 85 ans ! Ensuite, comme le suggérait G. Alter, les enfants qui prennent soin de leurs géniteurs sont célibataires à plus de 80 %. De ce point de vue, le système hervien est plus proche du système nucléaire « pur et dur » qui s’observe dans la ville voisine de Venders notamment, voire dans le bassin industriel liégeois, que du système ardennais qui tend vers la famille-souche. En effet, à Sart, au xixe siècle, un tiers des hommes et des femmes âgés habitent avec un enfant marié.

64D’autre part, le processus en deux temps – support des parents par certains enfants, pénalisation par la suite d’une partie de ces derniers – crée une situation ambiguë, presque paradoxale. Si sept mariés ou veufs sur dix cohabitent avec au moins un enfant, il n’en reste pas moins que, en raison de l’importance du célibat définitif, tout de même 42 % des hommes et 46 % des femmes de 55 ans et plus vivent sans enfants. C’est une proportion finalement très élevée et même assez peu attendue en regard des résultats mis en évidence précédemment, particulièrement dans le chapitre V, où la solidarité familiale et les ‘living arrangements’ évitaient à beaucoup de ‘vieux’ l’isolement complet. De fait, la ‘nuclear hardship’ qui pèse sur les parents sans enfant et les célibataires peut être adoucie par la grande diversité des stratégies de cohabitation : conjoints, frères et soeurs, et même cousins ou neveux peuvent assumer un rôle de soutien. Et finalement, la famille étendue, voire les réseaux d’amis, ont un poids non négligeable puisqu’au total, seulement un Hervien sur dix passe son existence tout seul après 55 ans.

  • 41 Neven M., Alter G., Oris M. (à paraître), How hard was the road to modernization !

65En réalité, si ±44 % des personnes âgées vivent sans descendance, c’est pour une grande part, mais une part seulement, en raison du célibat définitif. Concrètement, le pourcentage de ‘vieux’ sans enfants tombe à 29 % du côté masculin et à 31 % du côté féminin à partir du moment où seules sont prises en considération les personnes mariées ou veuves. La différence est donc de taille, mais elle n’efface pas totalement la première impression. Dans l’Ardenne voisine, par exemple, ce sont seulement 12 à 15 % des ‘ever married’ de 55 ans et plus qui vivent sans enfants, grâce aux cohabitations avec les enfants mariés que nous évoquions plus haut41.

66Toutes ces observations sur la nature composite de la population âgée et sur ces « arrangements de vie » nuancent et renouvellent déjà la ‘nuclear hardship hypothesis'. Les modèles d’event history analysis contribuent plus encore à réviser substantiellement la lecture de la vieillesse. L’état matrimonial est une variable cruciale : certes, du côté masculin, ni les célibataires, ni les veufs ne connaissent par rapport aux mariés des risques supérieurs de quitter leur village ; en revanche, leur mortalité est très largement accrue, allant jusqu’à doubler dans le chef des veufs. Chez les femmes, veuves et non mariées sont davantage contraintes à l’émigration, et elles endurent aussi une surmortalité patente.

67La cohabitation avec les enfants et la position au sein du ménage s’avèrent tout aussi déterminantes. Les Herviens qui ont la chance de vivre avec un enfant célibataire bénéficient à la fois d’un meilleur ancrage et d’une mortalité réduite. En outre, d’une manière générale, les ‘vieux’ qui résident dans un ménage au sein duquel ils n’ont aucun lien de parenté sont, conformément à l’hypothèse de P. Laslett, les plus mal lotis puisqu’ils émigrent et meurent plus que les autres. Du côté féminin, être chef est aussi une position pénalisante, qui s’explique par le statut même de ces femmes (veuves ou célibataires, parfois isolées). De même, résider avec la famille éloignée accroît la mortalité des personnes âgées dans leur ensemble, tout en incitant les vieilles dames à migrer davantage.

68Par contre, alors que le réseau familial étendu joue un rôle protecteur évident face à l’émigration, il n’a aucun impact sur la longévité des Herviens aux âges avancés. Toutes ces analyses montrent à quel point il est essentiel non seulement de replacer l’individu dans un contexte plus vaste, mais aussi d’éviter de focaliser les études sur un seul aspect de la vie humaine, sur un seul comportement démographique. La complexité des interactions transparaît à travers la réponse à une question lancinante dans tout ce travail : quel est le statut réel des célibataires définitifs qui jouent dans le système familial hervien un rôle qu’on ne peut négliger ? D’un point de vue qualitatif, ils apparaissent dans une certaine mesure comme des individus sacrifiés. Leur isolement est double : plus nombreux à vivre seuls, leur mouvance est aussi moins connue, leurs déplacements plus rarement mentionnés. Sur le plan quantitatif, les résultats conjugués des analyses de mobilité et de mortalité mettent en évidence la position inconfortable des vieux célibataires, qui apparaissent pourtant mieux lotis encore que les veufs. La surmortalité est nette chez les hommes âgés et chez les femmes, elle s’accompagne d’une émigration plus intense.

69En somme, ce chapitre est un premier pas vers une meilleure compréhension de la vie des personnes âgées dans le passé au sein d’une société rurale. Il rompt avec des analyses sur le vieillissement généralement menées à un niveau agrégé, sur base de statistiques nationales. Dans le Pays de Herve, il s’avère que les relations familiales et la position des ‘vieux’ au sein de leur ménage, déterminent davantage leur qualité de vie que les conjonctures économiques ou la structure sociale.

Notes

1 Imhof A.E., Goubert J.-P., Bideau A., Garden M. (1982), Le vieillissement —Hareven T.K. (1996), Aging and generational relations.

2 Bourdelais P. (1997), L’âge de la vieillesse, pp. 19-89. Voir aussi, plus succinctement, la présentation de son livre : Id. (1994), Le vieillissement de la populationPerrot J.-C. (1985), La vieillesse en questions— Troyansky D.-G. (1985), Le vieillard dans la société françaiseConrad C. (1985), La ‘sénilité’. Plus récemment encore, se reporter au volume spécial de The History of the Family consacré à The ages of life and the thresholds of age, vol. 4, no 1, 1999.

3 Oris M. (1991), Économie et démographie de Huy, partie II, vol. 1, pp. 721-723.

4 En réalité, aucune homogénéité parfaite ne se dégage des témoignages des contemporains, malgré un consensus qui situe entre 45 et 60 ans la diminution sensible du potentiel physique des travailleurs. M. Oris a synthétisé une série de perceptions : « Déjà vers 1840-60, Quetelet situait les débuts de la vieillesse à 50-55 ans, (...). En 1863, Kuborn note que beaucoup de houilleurs sont incapables de travailler au fond des mines dès 40-45 ans. À Cockerill en 1886, les ouvriers quittent l'abattage vers 50 ans mais deviennent boiseurs ou manœuvres jusqu’à 60 ans passés À la même date, les dirigeants d’une importante société de fabrication de zinc, La Vieille Montagne placent l’âge à la retraite de leurs travailleurs vers 60-70 ans, mais notent qu’ils sont incapables de fournir un labeur régulier à partir de 55-60 ans » (Oris M. (1998), Mortalité industrialisation et urbanisation, pp. 297-298).

5 Voir chapitre III, point 2.1.

6 Calcul lui aussi fondé sur l’analyse des tables de mortalité annuelles.

7 Bourdelais P. (1996), Un seuil évolutif d’âge de la vieillesse, p. 88.

8 Ibidem. Sur cette notion d’espérance de vie en bonne santé, voir aussi Legare J. (1990), Espérance de vie en bonne santé.

9 La formule se résume à cette équation simple : Survivants à l’âge x/Survivants à 15 ans = 0, 63

10 Bourdelais P. (1996), Un seuil évolutif d’âge de la vieillesse, p. 88.

11 L’écart entre I observation réelle de la proportion de personnes âgées dans les trois villages herviens et les résultats fournis par les tables de mortalité s’explique par l’importance, non négligeable, des migrations, qui ne sont pas prises en compte dans les tables de mortalité. Voir ci-dessous section 4.

12 Leboutte R. (1990), Perception et mesure du vieillissement.

13 Bourdelais P. (1985), Vieillir en famille.

14 Capron C., Oris M. (2000), Ruptures de cohabitation entre parents et enfants.

15 Alter G. (1996), The European marriage patternAlter G., Cligget L., Urbiel A. (1996), Household patterns of the ElderlyLeboutte R. (1990), Perception et mesure du vieillissement.

16 Alter G. et al. (1997), Household formation systems— Desama C. (1985), Population et révolution industrielle, p. 151.

17 À Sart, ce constat vaut pour les deux sexes, mais dans le centre textile verviétois, il vaut uniquement pour les femmes (Alter G. et al. (1997), Household formation systems).

18 Pour noter un chiffre précis, un tiers des individus de 55 ans et plus répertoriés aux dates précises des recensements ne vivent pas dans un ménage nucléaire (exactement 31 % chez les hommes et 36 % chez les femmes).

19 Les effectifs sont trop réduits au-delà de 90 ans (129 personne-années du côté masculin, 93 du côté féminin).

20Leboutte R. (1990), Perception et mesure du vieillissement, p. 602. Notons qu’au cours du XIXe siècle, à Sundsval, ville industrielle suédoise, seulement 25 à 65 % des personnes âgées de 50 et plus restent à la tête de leur cellule après le décès de leur conjoint. Mais si l’on y adjoint les individus qui restent seuls, donc forcément chef de leur ménage d’isolé, ce sont entre 80 et 90 % des hommes et des femmes âgés qui conservent ce statut. De même, à Etne en Norvège, 89 à 92 % des hommes de 60 ans et plus dirigent leur foyer. En somme, le Pays de Herve s’inscrit bel et bien dans le système familial occidental, où les ‘vieux’ conservent leur statut (Hôgman A.-K. (1999), The impact of demographic, p. 155— Dyrvik S. (1985), Pression démographique et condition de vie des vieux, p. 105).

21 R. Leboutte propose pour la Basse-Meuse liégeoise des chiffres qui, s’ils ne sont pas strictement comparables, indiquent un rôle plus important de la famille après 65 ans, surtout chez les femmes : à Herstal, 26 % des personnes âgées de sexe féminin sont apparentées au chef de ménage (sans en être l’épouse), contre 12,8 % des hommes du même âge (Leboutte R. (1990), Perception et mesure du vieillissement, p. 603).

22 Notons que le terme ‘solitaire’ a un sens différent de celui retenu dans le chapitre V, où nous nous en tenions à la définition de P. Laslett : était considérée comme solitaire toute personne qui ne vivait avec aucun membre de sa famille. Nous adoptons dans ce chapitre une définition beaucoup plus restrictive, en considérant comme solitaires les Herviens sans cohabitants.

23 Alter G. et al. (1997), Household formation systems.

24 Si nous retenons pour la mobilité et la mortalité des personnes âgées la borne de 55 ans (voir infra), nous choisissons ici un seuil assurément très bas (40 ans), surtout dans le contexte hervien de mariage tardif. En réalité, c’est à 40 ans que, du point de vue des parents, la cohabitation avec les enfants est maximale. Par la suite, le nombre absolu de parents qui partagent le toit et le couvert avec leur progéniture se réduit sans cesse. C’est donc un excellent point de départ pour observer des transformations dans les structures de cohabitation.

25 Cf. chapitre VII, surtout sections 3.2. et 3.5.

26 Nous avons réalisé les tables de sortie de cohabitation pour les deux sexes, mais comme l’indique le graphique XI-7, aucun différentiel patent n’émerge.

27 Les bureaux de bienfaisance passaient régulièrement des accords avec les commissions des hospices des villes pour que ces dernières accueillent les ‘vieux’ malades dans ce qui s’appelait l’hospice des incurables. Mais dans les registres de populations, la seule indication claire qui puisse figurer est celle d’un départ pour Liège ou pour Venders, sans que nous puissions avoir une quelconque certitude qu’il s’agit d’un hospice d’une de ces villes (Van Damme D. (1990), Onderstandswoonst, sedentarisering en stad-platteland-tegenstellingen).

28 Sur la notion de ‘groupe migrant’, voir Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’œuvre p. 469.

29 C’est un schéma traditionnel et souvent évoqué dans la littérature : les veuves se concentrent dans les villes, où elles trouvent un soutien plus important. Dans une récente recherche historiographique consacrée aux conséquences de la mort du chef de ménage, E. Ochiai et M. Oris réservent une place particulière aux travaux centrés sur les veuves. D’une part, ils soulignent la claire sur-représentation des veuves dans les centres urbains. D’autre part, ils notent que « the many studies of social history devoted to the ‘survival strategies’ of widows are almost all devoted to urban widows. We know almost nothing about the rural widows » (Oris M., Ochiai E. (2002), Family crisis, p. 58). Ces auteurs renvoient à une bibliographie abondante.

30 Les immigrants célibataires présentent un profil identique, quoique le trait soit moins prononcé (Neven M. (2000a), Dynamique individuelle, p. 558).

31 En outre, entre les ‘vieux’ qui migrent seuls et ceux qui migrent en groupe, il existe surtout un trait distinctif, de nouveau lié à la proportion de lieux inconnus (cf. Neven M. (2000a), Dynamique individuelle, p. 667). Seulement 10 % des lieux d’origine ou de destination sont ignorés pour les personnes âgées qui bougent avec d’autres membres de leur ménage. Cette proportion est trois fois plus importante parmi les migrants solitaires, qu’ils arrivent dans un des trois villages tests, ou qu’ils en partent. L’isolement est donc double : d’une part, parce que la personne bouge seule ; d’autre part, parce que dans l’entourage du migrant, personne ne renseigne l’agent recenseur sur le lieu de destination de la personne âgée.

32 Voir chapitre IX section 2 et chapitre X section 1.1.2.1.

33 L’effet est faible à première vue, mais rappelons que le ratio microéconomique varie sur une grande amplitude (de 40 à 100) : 1 % de baisse pour chaque unité supplémentaire traduit donc un impact non négligeable.

34 Sur les valeurs moyennes et les fréquences relatives des variables explicatives de la mobilité des personnes âgées, c’est-à-dire les déterminants utilisés dans les analyses multivariées, se reporter à l’annexe XI-1.

35 Perrenoud A. (1981), Surmortalité féminine, p. 90— Eggerickx T., Debuisson M. (1990), La surmortalité urbaine, pp. 34-35. C’est un trait toujours typique des sociétés contemporaines (Kunst A.K., Wolleswinkel J., Mackenbach J.P. (1999), Medical demography, p. 198).

36 « L’insidieuse maladie professionnelle ou le brutal accident de travail font partie de la vie quotidienne. Le statut ou la profession jouent un rôle encore mal mesuré sur l’espérance de vie des adultes » (Leboutte R. (1988), Reconversions de la main d’œuvre, p. 437). À Seraing, l’écart entre les espérances de vie respectives des hommes et des femmes est patent : de 1846 à 1900, elle oscille à 55 ans, entre 12 et 16 ans pour les hommes, 15 à 19 ans pour les femmes, soit un écart minimal de trois années ! (Pasleau S. (1998), Industries et populations, pp. 434-435 — Oris M. (1998), Mortalité, industrialisation et urbanisation, pp. 292-293). D’une manière générale, en Belgique, au cours de la seconde moitié du xixe siècle, la surmortalité masculine s’est accentuée de 35 à 59 ans et de 70 à 79 ans (Andre R., Pereira-roque J. (1974), La démographie de la Belgique, p. 102).

37 Parmi ces essais novateurs, voir Barker D. (1994), Mothers, babies and disease in later lifeBengtsson T. (1997), Adult mortality in rural Sweden 1760-1895.

38 Beral V. (1985), Long term effects of childbearing on healthFriedlander N. (1996), The relation of lifetime reproduction — Lund E. et al. (1990), Patterns of childbearing and mortality.

39 Doblhammer G. (1999), Reproductive history and mortality later in life. Nous tenons à remercier George Alter pour les renseignements bibliographiques qu’il nous a fournis sur ces nouveaux courants de recherche.

40 Alter G. (1996), The European marriage pattern.

41 Neven M., Alter G., Oris M. (à paraître), How hard was the road to modernization !

Table des illustrations

Titre Graphique XI-1. Âge auquel il reste 5.000 survivants (âge médian)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5525/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Graphique XI-2. Âge auquel il reste 2.500 survivants (3e quartile)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5525/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique XI-3. Évolution du nombre de survivants fictifs de 55 à 85 ans (en % ; moyennes mobiles par pas de 5 ans)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5525/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5525/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Tableau XI-2. Structure par âge, sexe et état matrimonial des Herviens de 55 ans et plus
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5525/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Tableau XI-3. Répartition des 55-90 ans selon leur sexe, leur âge et la relation par rapport au chef de ménage
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5525/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Tableau XI-4. Proportion de solitaires parmi les 55 – 90 ans en fonction de l'âge, du sexe et de l’état matrimonial (en %)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5525/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Graphique XI-5. Proportion d'individus de 55 ans et plus vivant avec enfant(s), en fonction de l'état matrimonial de l’enfant
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5525/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Graphique XI-6. Évolution de la proportion d’individus âgés de 55 ans et plus qui vivent sans enfant dans leur ménage
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5525/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Graphique XI-7. Courbe de survie des parents cohabitant avec enfant(s) : effets de l’émigration ou du décès du dernier enfant présent dans le ménage
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5525/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Graphique XI-8. Évolution des quotients migratoires des 55 ans et plus
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5525/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Tableau XI-7. La mobilité des 5590 ans selon l’âge, le sexe et la taille du groupe migrant
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5525/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Tableau XI-9. Destinations des émigrants de 55 – 90 ans en fonction de leur âge
Légende (*) : Région Urbaine et Industrielle
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5525/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Tableau XI-10. Destinations des émigrants de 55 90 ans en fonction de leur état matrimonial
Légende (*) : Région Urbaine et Industrielle
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5525/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Tableau XI-11. Les déterminants socio-économiques de l’émigration des 55 – 90 ans Régression de Cox
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5525/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Tableau XI-12. Les déterminants familiaux de l’émigration des 55 – 90 ans Régression de Cox
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5525/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Titre Tableau XI-13. Tables de mortalité par sexe, à 55 ans et plus
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5525/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Tableau XI-14. Les déterminants socio-économiques de la mortalité des 55 – 90 ans Régression de Cox
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5525/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Tableau XI-15. Les déterminants familiaux de la mortalité des 5590 ans Régression de Cox
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5525/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Tableau XI-16. États matrimoniaux des parents et des enfants cohabitants comme déterminant de la mortalité des 5590 ans. Régression de Cox
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5525/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 196k

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search