Version classiqueVersion mobile

Individus et familles : les dynamiques d'une société rurale

 | 
Muriel Neven

Partie III. Les étapes de la vie

Chapitre X. Maturité et reproduction des familles et des individus à travers la mobilité, la mortalité et la fécondité

Texte intégral

Introduction

1Après deux chapitres consacrés respectivement à l’enfance et à l’entrée dans l’âge adulte, le lecteur pourrait s’attendre à un troisième centré sur l’âge adulte à proprement parler, d’autant que le chapitre suivant est consacré à la vieillesse. Mais tant d’un point de vue historique que d’un point de vue démographique, cet « âge adulte » se dessine comme une notion indéfinissable. Des limites strictes sont impossibles à fixer. Peut-on par exemple dénier aux célibataires de quarante ans, étudiés dans le chapitre IX, le statut d’adulte ? D’un autre côté, les personnes âgées, malgré une capacité de travail généralement réduite, malgré aussi l’arrêt de leur vie féconde (du moins chez les femmes), n’en restent pas moins des adultes... Bref, ce nouveau chapitre connecte plutôt, comme le précédent, les destinées individuelles et les dynamiques familiales, le terme « famille » devant être entendu ici au sens de L. Henry. Il englobe les notions de « vie féconde » et de « fondation d’un foyer ».

  • 1 Watkins S.C., McCarthy J. (1980), The female life cycle Festy P. (1979), La fécondité des pays o (...)
  • 2 Delumeau J., Roche D. (1990), Histoire des pères et de la paternité Knibiehler Y. (1987), Les pè (...)

2La vie féconde, surtout dans le Pays de Herve, se ramène essentiellement aux femmes mariées dont l’existence est « cadencée », profondément marquée, par la succession des maternités1. Les hommes adultes font l’objet de moins d’études, l’histoire de la paternité étant encore un sujet neuf2. Nous n’avons pas l’intention de révolutionner l’historiographie à travers cette étude de la reproduction des individus et des familles, puisque le héros de ce chapitre est plutôt une héroïne ; nous allons parler davantage des femmes que des hommes. Ces derniers bien sûr ne sont pas exclus de nos analyses, mais deux sous-populations seront véritablement au centre de nos préoccupations : pour la reproduction au sens strict, les femmes mariées très spécifiquement ; pour les comportements démographiques des adultes en général, les mariés et les veufs particulièrement, puisque les célibataires ont déjà fait l’objet de nombreuses analyses dans le chapitre précédent et que, par définition, ils ne participent quasiment pas à la reproduction de la société hervienne.

3Les adultes mariés sont moins nombreux (47,4 % en moyenne) au cœur du Pays de Herve qu’ailleurs, mais ils n’en jouent pas moins un rôle moteur dans la « production » des dynamiques familiales. Cette population se forme et se déforme dans un processus d’incrément-décrément, c’est-à-dire dans un tableau complexe d’entrées et de sorties. Les sorties correspondent à la fois à la mortalité des individus mariés (avec son corollaire, le veuvage) et à la fin de la vie féconde, qui se situe vers 50 ans chez la femme. Ce sont deux phénomènes dont l’étude peut être qualifiée de classique dans le champ de la démographie historique, depuis l’élaboration de la méthode de la reconstitution des familles par L. Henry. L’approche de l’entrée dans cette population – l’incrément – est, dans ce contexte tout aussi traditionnelle : le mariage. Avec cet événement, commence la construction de la durée de la vie féconde, la période d’exposition au risque d’avoir des enfants légitimes. L’entrée par mariage a été largement décrite et analysée dans le chapitre précédent. Les sorties par mortalité sont abordées dans la deuxième section.

  • 3 Houdaille J., Bonneuil N. (1992), Migrations matrimoniales en France — Vernay M., Bideau A., Brune (...)
  • 4 Il est à noter d’emblée que conformément à l’optique de cette étude, nous allons réellement travail (...)

4Nous allons donc nous concentrer d’abord sur les dynamiques migratoires des adultes mariés : les registres de population permettent, réclament même, de mener des analyses plus poussées en intégrant les migrations. Il s’agit de prendre en considération l’immigration et l’émigration des couples, qu’il n’est d’ailleurs pas toujours facile de dissocier des mobilités dites « matrimoniales », d’individus qui viennent de se marier et qui rejoignent leur conjoint (migrations isolées de personnes mariées)3. La mobilité est le véritable parent pauvre des études de fécondité, très nombreuses, qui se sont développées à la suite de Louis Henry. C’est d’ailleurs le vice fondamental de ces approches qui ne portent que sur les familles connues depuis la célébration du mariage jusqu’aux 50 ans de l’épouse. Grâce aux registres de population, nous allons intégrer dans l’analyse la mobilité étonnamment élevée des couples4. Ce sera l’objet de la section ci-dessous, la suivante portant sur un élément quand même plus marginal dans le contexte de forte espérance de vie du Pays de Herve, c’est-à-dire la mortalité des adultes mariés.

5Ce chapitre s’organise donc en deux phases. Ce sont les ruptures de la vie féconde que nous étudierons en premier lieu, via les migrations et la mortalité des adultes. Dans un second temps, nous nous pencherons sur l’analyse proprement dite de la fécondité légitime, puisqu’entre les entrées et les sorties, quelles qu’elles soient, il y a l’expansion de la famille. Au niveau des sorties, hommes et femmes sont tous deux considérés, mais dans la fécondité, nous nous en tenons à une perception traditionnelle de la fécondité maternelle.

6En somme, ce chapitre ne prétend nullement éclairer tous les aspects démographiques de la vie des adultes herviens, ni même toutes les facettes de la fécondité légitime au cœur de l’Entre-Vesdre-et-Meuse. Si les femmes mariées sont véritablement la « tête d’affiche » de ce chapitre, ce dernier a une double ambition : cerner les attitudes qui caractérisent le mieux les Herviens ‘potentiellement féconds’ dans la seconde moitié du xixe siècle et mettre en relief les facteurs différentiels. Il ne s’agit pas seulement de dégager des normes, des moyennes, il s’agit avant tout de discerner quels sont les facteurs qui, à l’intérieur de cette société hervienne, permettent aux individus de se distinguer.

1. Les dynamiques de la population féconde : mobilité et mortalité

1.1. La mobilité géographique des mariés

7Dans la vision quelque peu dichotomique du chapitre IX – qui détaille deux risques de sortir du célibat, à savoir le mariage et l’émigration – ceux qui parviennent à se marier sont considérés, d’une certaine manière, comme des vainqueurs, des gens qui réussissent à s’établir sur place. Mais cette perception est un peu simpliste et les mariés ne s’installent pas nécessairement au cœur de l’Entre-Vesdre-et-Meuse. L’analyse que nous développons ci-dessous procède en deux temps. Il s’agit d’abord d’observer la mobilité des adultes mariés, actifs et féconds, afin de mesurer l’ampleur des mouvements migratoires en fonction de l’âge et du sexe. Le temps est bien sûr une dimension fondamentale et nous tenterons de voir si les couples qui s’en vont émigrent rapidement après leurs noces, ou s’ils renoncent à rester seulement au bout de plusieurs années d’essai. Dans une seconde étape, nous mènerons des analyses multivariées afin de comprendre les mécanismes qui entrent en ligne de compte dans l’émigration des familles, de mettre en évidence les facteurs économiques, familiaux, voire individuels, qui les poussent à partir.

1.1.1. La mobilité des adultes mariés. Une approche des tendances

1.1.1.1. Turbulence et solde migratoire : le brassage intense des familles

8Dans une économie relativement traditionnelle comme celle du Pays de Herve, les célibataires isolés, ceux qui ont quitté le ménage parental, sont tout au plus des adjuvants économiques : domestiques, journaliers, compagnons-artisans, etc., bref, des appoints à l’économie des ménages, économie dont l’ossature fondamentale est la famille nucléaire avec ses complémentarités entre les sexes et ses solidarités intergénérationnelles (cf. chapitre IV). Il est donc prévisible que les structures économiques et, en l’occurrence dans le Pays de Herve, les structures de la propriété, influencent profondément le comportement collectif des ménages. Deux traits caractérisent véritablement la mobilité des adultes potentiellement actifs et mariés : ce sont, en général, l’intensité du brassage et, en particulier, la plus forte mobilité des moins de 30 ans. Envisageons pour commencer le premier de ces aspects.

  • 5 L’expression – dont l’équivalent anglais est ‘transiency’ – est de Hélin E. (1990), Aux confins de (...)
  • 6 Langewiesche D., Lenger F. 1987), (Internal migration, p. 92.
  • 7 Il est très malaisé de trouver des données de comparaison, mais M. Manfredini et M. Breschi propos (...)

9Si la dépopulation, ou du moins la stagnation démographique, caractérise la région herbagère dans la seconde moitié du xixe siècle, il n’en reste pas moins vrai que les trois villages de notre échantillon s’inscrivent dans une réelle turbulence migratoire5 à laquelle participent les mariés. L’intensité des échanges est vive en effet parmi cette sous-population, tant du côté féminin que du côté masculin, puisqu’en moyenne 14 % des mariés de 20-54 ans bougent chaque année (tableau X-1). Elle interdit d’emblée de considérer nécessairement l’émigration comme un échec, comme une insertion ratée, comme un abandon. Cette mouvance générale des mariés d’âge actif et fécond peut susciter de prime abord une réaction d’étonnement, puisque « it is broadly agreed that most migratory moves were undertaken by individuals, family migration being a minonty phenomenon throughout the period »6. Or, dans le Pays de Herve, les célibataires, déjà très mobiles (cf. chapitre IX), présentent tout au long du cours de leur vie, des intensités migratoires moindres que celle des mariés : en moyenne, ce sont seulement 9,3 % des femmes non mariées de 20-54 ans et 10,3 % des hommes célibataires du même âge qui entrent et sortent chaque année dans nos trois villages tests7.

Tableau X-1. L’intensité migratoire de 20 à 54 ans, par âge, sexe et état matrimonial

Tableau X-1. L’intensité migratoire de 20 à 54 ans, par âge, sexe et état matrimonial
  • 8 Moriceau J.-M. (1985), Un système de protection sociale efficace, spécialement p. 128 — Manfredini(...)
  • 9 Langewiesche D., Lenger F. (1987), Internal migration, p. 93. Dans le Brabant wallon, les exploita (...)

10Ce résultat pourtant se comprend dans le contexte d’une société rurale dont les fondements mêmes sont les familles. Dans le fond, il exprime la turbulence normale d’une population de locataires accoutumés à bouger de ferme en ferme, ou de maison en maison, au fil de leurs contrats, comme le faisaient les fermiers d’Ile-de-France au xviiie siècle étudiés par J.-M. Monceau ou les paysans d’Émilie Romagne du xixe siècle décrits par M. Breschi et M. Manfredini8 : « family migration has accordingly been described as a form typical of agricultural populations »9. Dans le contexte du Pays de Herve au cours de la seconde moitié du xixe siècle, la diminution du nombre d’exploitants-propriétaires est une explication séduisante de la forte mobilité des familles. Nous verrons toutefois qu’elle est un peu trop simple.

  • 10 L’intensité des mouvements ne préfigure en rien leur efficacité. À propos des centres urbains, Lan (...)
  • 11 Sur cette méthodologie, voir Oris M. (1993), La transition de la mobilité, surtout p. 206.

11Mais au-delà de la turbulence des mariés, il reste encore à déterminer son efficacité réelle. L’hypothèse qui s’impose d’emblée, dans un contexte démographique maussade, est celle d’une supériorité numérique des émigrations sur les immigrations10. Pour définir des soldes migratoires, les personne-années observées dans chaque tranche d’âge quinquennale sont soumises, d’une part, au risque de voir un des leurs partir et, d’autre part, au risque d’accueillir un immigrant supplémentaire11. La même population est donc exposée à deux risques concurrents : si les entrées sont plus nombreuses que les sorties, le résultat global est positif ; il est négatif dans le cas contraire.

12En réalité, le solde global affiche un résultat négatif de 1,3 ‰ seulement, qui résulte de deux mouvements opposés : ils mettent en évidence le second trait marquant de la mobilité des mariés, à savoir les différences dues à l’âge. Chez les moins de trente ans les entrées l’emportent sur les sorties tant chez les femmes que chez les hommes, mais l’écart est surtout marqué chez ces derniers (tableau X-2). Dans un second temps, à partir de 35 ans, les départs sont systématiquement plus nombreux que les arrivées.

  • 12 Une petite précision méthodologique éclaircira sans doute la question. La population des mariés qu (...)

13Dans cette région très marquée par le malthusianisme traditionnel, un contraste clair se dessine entre les individus qui sont dans la trentaine (ou plus) – qui bougent, mais dans des proportions relativement normales – et les « électrons fous » que sont les jeunes mariés de moins de 30 ans. En effet, la mobilité décroît fortement avec l’âge. À 20-24 ans, l’addition des taux d’émigration et d’immigration fournit le chiffre impressionnant de 45 à 49 migrants sur 100 parmi les mariés observés. À 25-29 ans, cette proportion tombe déjà sous la barre des 30 % et quinze ans plus tard, entre 40 et 44 ans, les migrations ne concernent plus désormais qu’une personne mariée sur dix. Ce ballet des jeunes est dû à un élément tout à fait attendu dans le contexte régional – les départs nombreux –, mais il s’explique aussi par une autre donnée moins prévisible : un nombre important d’arrivées. En réalité, ces jeunes mariés constituent une population plutôt marginale dans l’ensemble du peuple hervien et même dans l’ensemble des mariés herviens. Il faut en effet relativiser les valeurs très élevées de turbulence migratoire observées avant 30 ans par la proportion de personne-années réellement affectées par ces changements. Ces derniers concernent surtout une frange très particulière de la population des mariés – ceux qui ont rompu le frein malthusien du mariage tardif – et, dans nos trois villages, ces époux ne représentent que 13 % de l’ensemble des mariés de 20 à 54 ans. À elles seules, ces quelque 6.700 personne-années totalisent 2.172 mouvements, soit 30 % de la totalité des migrations réalisées par les mariés de 20-54 ans. Leur forte mobilité est un trait que nous retrouverons à différentes reprises dans ce chapitre. Elle est à la fois statistiquement significative et statistiquement marginale, dans la mesure où elle touche une population assez large mais une proportion très limitée des individus mariés12.

Tableau X-2. Solde migratoire de 20 à 54 ans, par âge, sexe et état matrimonial (en ‰)

Tableau X-2. Solde migratoire de 20 à 54 ans, par âge, sexe et état matrimonial (en ‰)

Graphique X-1. Solde et intensité migratoires 20 54 ans, par âge, sexe et état matrimonial

Graphique X-1. Solde et intensité migratoires 20 – 54 ans, par âge, sexe et état matrimonial
  • 13 Les mariés de plus de trente ans connaissent quant à eux une intensité migratoire de 11,2 % environ (...)

14Les éléments les plus marquants des migrations des adultes herviens ressortent à travers le graphique X-1, qui laisse transparaître un sérieux différentiel en fonction de l’état matrimonial. D’abord, le Pays de Herve apparaît comme une région particulière, qui brasse davantage de mariés que de célibataires. Parmi les mariés, il met aussi en avant l’existence d’une dualité entre des jeunes individus et les plus âgés. Les premiers – peu nombreux relativement parlant, qui ont enfreint les normes sociales, la règle du mariage tardif – essaient de s’établir dans la région bocagère, au prix de nombreux mouvements migratoires, de plusieurs tentatives. Vu leur jeune âge, ils sont davantage contraints que les autres de bouger puisqu’ils ne peuvent pas prétendre reprendre l’exploitation parentale ou l’activité paternelle, mais ils tentent de trouver à s’établir. Les mariés de plus de trente ans, sans être casaniers, parviennent mieux à se stabiliser et ont sans doute des projets de vie familiale très différents13. Enfin, un dernier élément réside dans le profil migratoire beaucoup plus positif des mariés, quels que soient leur âge et leur sexe, puisque le nombre d’entrées compense, voire excède, celui des sorties. Ce dernier élément – une balance migratoire plus déficitaire dans le chef des célibataires – s’explique par le contexte régional malthusien, qui offre des opportunités encore plus restreintes aux non mariés.

1.1.1.2. L’ampleur des mouvements d’émigration

Les risques de partir
  • 14 « Migration is a selective process. The young, single, and childless historically have been most li (...)

15Les mariés bougent donc beaucoup, leur solde migratoire est moins négatif que celui des célibataires... et pourtant leur probabilité d’émigrer est elle aussi supérieure à celle des non mariés. En effet, le premier trait caractéristique des quotients d’émigration par âge selon l’état matrimonial réside dans les risques presque systématiquement plus nombreux encourus par les mariés (tableau X-3). C’est un constat qui contraste avec la majorité des études sur les populations de migrants. En effet, dans l’historiographie courante, les célibataires sont reconnus comme plus mobiles que les mariés, justement parce que leurs attaches sont plus ténues et leur rayon d’action potentiellement plus large14.

Tableau X-3. Quotients d’émigration des 20 — 54 ans selon le groupe d’âge, le sexe et l’état matrimonial

Tableau X-3. Quotients d’émigration des 20 — 54 ans selon le groupe d’âge, le sexe et l’état matrimonial
  • 15 Alter G., Oris M. (1999), Access to marriage in East Ardennes.

16L’écart entre mariés et célibataires est maximal avant 30 ans, c’est-à-dire en somme au moment où les premiers sont largement minoritaires dans le Pays de Herve par rapport aux seconds. Ceux qui sont mariés avant 25 ans encourent 34 à 42 % de risques supplémentaires de quitter la région bocagère. À 25-29 ans, âges auxquels les célibataires sont environ trois fois plus nombreux que les mariés du côté masculin et deux fois du côté féminin, l’écart se chiffre encore à 15 % minimum. Une telle mobilité des jeunes couples est la énième illustration de la réelle difficulté que rencontrent les jeunes ménages désireux de s’établir. Ils paient peut-être là le prix de leur union « précoce », consacrée en tout cas avant l’âge moyen au mariage. C’est une observation qui rejoint des résultats obtenus dans l’Ardenne liégeoise : ceux qui enfreignent la règle du mariage tardif sont contraints de quitter le village, car ils ne sont pas en mesure de se maintenir sur place15.

17Après 30 ans, les différences se résorbent très nettement, mais il n’en reste pas moins vrai que les mariés ont une propension à quitter le Pays de Herve qui reste supérieure à celle des célibataires, sans plus désormais excéder 7 %. Les Herviens des deux sexes qui fêtent leur trentième anniversaire en étant mariés ont une chance sur trois de quitter leur village dans les cinq années qui suivent. Les risques s’atténuent ensuite progressivement, mais à 40 ans, un marié sur quatre environ émigrera encore avant l’âge de 45 ans. Même au-delà de 50 ans, les mouvements des mariés restent importants, les risques oscillant selon le sexe entre 18 et 20 %.

18Dans ces conditions, les effectifs de départ se réduisent très rapidement. Le tableau X-4 affiche les résultats d’une simulation, où les quotients d’émigration observés dans le Pays de Herve sont appliqués à quatre cohortes fictives, distinguant hommes et femmes, célibataires et mariés. Sur une population fictive de 10.000 habitants âgés de 25 ans, environ un tiers des mariés seulement seraient toujours domiciliés dans le même village à 35 ans, contre encore 4.500 hommes et 5.200 femmes dans le camp des célibataires. Sur base des rythmes respectifs d’émigration, à l’âge de 50 ans, il resterait environ 1.400 mariés, contre près de 2.000 célibataires masculins et 2.500 femmes non mariées.

Tableau X-4. Survivants d’une population fictive de 10000 individus, âgés de 25 ans, après exposition aux quotients d’émigration, par sexe et état matrimonial

Tableau X-4. Survivants d’une population fictive de 10000 individus, âgés de 25 ans, après exposition aux quotients d’émigration, par sexe et état matrimonial
  • 16 Dans le chapitre précédent, nous n’avons pas insisté sur le différentiel entre hommes et femmes au (...)

19Un net différentiel émerge donc à nouveau entre les individus selon leur statut matrimonial et il est encore plus marqué chez les femmes que chez les hommes, en raison d’une émigration plus faible des célibataires de sexe féminin16. Au terme de quelque 25 années, seulement 14 % des hommes et femmes mariés ont réussi à rester au pays, à s’implanter de façon durable, contre 20 à 25 % des célibataires. Le mariage n’est donc au mieux qu’un premier pas dans un processus d’établissement au cœur de la région herbagère, et pour beaucoup de Herviens, il est loin de constituer un pas décisif. Ce résultat nous oblige dès lors à revoir le lien entre mariage et stabilisation : dans une société de locataires, il peut être discutable de postuler que les couples aient comme ambition de s’installer « à vie » dans une localité donnée. L’analyse de leur durée de séjour, en fonction de deux critères – leur origine et leur endogamie – a justement pour but d’éclairer à la fois le devenir et les ambitions des mariés qui vivent au cœur de la région bocagère.

Les durées de séjour selon l’origine

20Il semble difficile de considérer la population des mariés de 20-54 ans comme un groupe véritablement homogène. Déjà, les analyses antérieures ont montré qu’il existait un contraste entre les jeunes mariés et les plus de 30 ans. Nous avons aussi noté que les migrations strictement matrimoniales – c’est-à-dire la mobilité d’un conjoint qui va rejoindre son nouveau partenaire dans une autre localité – avaient un statut particulier dans la mesure où elles ne suscitent pas des mouvements de couples, généralement attendus dans les migrations des mariés, mais plutôt des émigrations isolées et qui sont censées survenir rapidement après les noces. Nous postulons en outre que des attitudes différentes caractérisent les migrants et les indigènes, les premiers étant impliqués dans un processus de mobilité plus intense, tandis que les seconds bénéficieraient de meilleures opportunités d’établissement.

  • 17 Notons d'emblée que nous faisons le choix délibéré de travailler uniquement sur les femmes mariées (...)
  • 18 Dans ce contexte, est appelée immigrante toute personne qui entre dans un des trois villages de no (...)

21En fonction de ce mélange d’hypothèses et d’observations concrètes, il est logique de décomposer la population des mariées en trois groupes au moins, aux aspirations et donc aux comportements potentiellement différents17. Il faut distinguer les « indigènes » qui ont célébré leur union sur place avec un conjoint extérieur (mariages exogames), celles qui après leurs noces ont vécu dans un des trois villages avec leur partenaire (mariages endogames) et, enfin, celles qui ont immigré après la cérémonie nuptiale, arrivant donc déjà mariées dans un de nos trois villages tests18. Notre hypothèse veut que les premières soient les plus susceptibles de partir, les plus désireuses aussi de le faire. Nous postulons à l’oppose qu’il y a dans le chef des secondes, les Herviennes qui épousent un homme du village, un désir de rester au cœur de la région herbagère. Quant aux immigrantes, leurs aspirations sont a priori plus difficiles à imaginer, malgré une mobilité sans doute accrue.

  • 19 Notons un petit point méthodologique : parmi les « indigènes », c’est-à-dire les femmes mariées da (...)
  • 20 Oris M. (2000), The age at marriage of migrants — Dupaquier J. (1981), Pour la démographie histori (...)

22Au total, pour les trois sous-populations réunies, ce sont quelque 3.046 pièces de vie de femmes mariées que nous étudions entre 1846 et 1900 dans notre échantillon hervien. La majorité d’entre elles, soit 60,8 % (1851), sont arrivées à la suite d’une immigration. Seulement quatre femmes sur dix se sont donc mariées pendant cette période dans un des trois villages : 849 ont épousé un homme qui vivait dans la même localité, ou qui s’y est domicilié, et 346 autres ont réalisé un mariage exogame, dans la mesure où elles ont choisi un « étranger », un homme d’une autre commune19. Dans chacun de ces groupes, la part des jeunes varie : parmi celles que nous appellerons par facilité les « indigènes endogames », figurent à parts égales des personnes qui ont dépassé l’âge moyen au mariage et des femmes qui ne l’ont pas encore atteint. Chez les « indigènes exogames », les femmes de moins de 28 ans sont légèrement plus nombreuses (54,9 %) que leurs homologues plus âgées. C’est chez les immigrantes que le contraste est le plus marqué, puisqu’un peu plus d’un tiers seulement des femmes mariées qui entrent dans un des trois villages étudiés ont moins de trente ans. C’est bien sûr la durée entre leur mariage et leur immigration qui explique ce trait souvent observé20.

  • 21 Les migrations matrimoniales sont « rythmées généralement par le principe de la gynélocalité du mar (...)

23Le tableau X-5 met d’emblée en exergue le profil très spécifique des « indigènes exogames », qui correspond parfaitement à l’hypothèse du lien direct entre mariage et émigration, puisqu’un tiers d’entre elles quittent leur domicile dans le mois qui suit la cérémonie nuptiale. Quarante-huit pour cent supplémentaires changent de commune dans les onze mois qui suivent, ce qui donne pour ces femmes 80 % d’émigration au cours de la première armée de leur mariage. Bref, l’établissement patrilocal des couples, du moins dans les premiers temps de l’union, se voit ici confirmé21.

Tableau X-5. La durée de résidence des femmes mariées en fonction de leur origine, de leur âge et de leur endogamie (en %)

Tableau X-5. La durée de résidence des femmes mariées en fonction de leur origine, de leur âge et de leur endogamie (en %)

Note : indigène endogame = femme qui se marie dans la commune avec un homme qui y habite ou qui vient s’y installer ; indigène exogame = femme qui se marie dans la commune avec un homme qui n’y habite pas ; immigrée = femme qui entre dans la commune déjà mariée. L’observation est tronquée si elle n’a pas pu être faite pendant cinq ans, soit parce que la cérémonie a eu lieu après 1895, soit parce que la mariée était âgée de plus de 50 ans.

  • 22 Ce sont des valeurs qui se rapprochent très fortement de celles observées à Seraing ou à Huy au mi (...)

24Par contre, la situation est tout autre lorsque les deux conjoints résident dans le même village hervien, lors de leurs noces ou juste après. La faible proportion de ceux qui partent immédiatement après la cérémonie (3,1 %) confirme la volonté de s’établir au cœur de la région herbagère, mais 8,5 % des couples observés émigrent tout de même dans un délai assez court (moins d’un an). Quant aux immigrantes, elles sont encore moins nombreuses dans l’ensemble à partir peu de temps après leur arrivée, puisqu’à peine 8 % d’entre elles restent moins d’un an dans la localité22. Ces observations mettent en avant un double résultat : honnis les émigrations clairement matrimoniales, les départs qui suivent immédiatement le mariage ou l’immigration sont proportionnellement peu nombreux et, résultat plus étonnant, concernent davantage les indigènes que les immigrantes.

25La suite de l’analyse relativise ce premier constat. Si l’on considère comme une réussite le fait de rester dans le même village hervien cinq années minimum, les indigènes qui avaient épousé un « pays » l’emportent haut la main. Sur les 849 Herviennes de cette sous-population particulière, 64,1 % précisément demeurent dans leur commune pendant au moins les cinq années qui suivent leur union. Le taux de réussite des immigrantes se limite à une proportion tout de même honorable de 49,3 %, tandis que, très logiquement, moins de 5 % des filles qui se sont mariées sur place, mais que leurs maris n’ont jamais rejointes officiellement, sont restées, et dans leur cas, ce ne peut certes pas être considéré comme un succès.

  • 23 Voir section 1.1.1. de ce chapitre.
  • 24 Moch L.P. (1992), Moving Europeans, p. 7. Outre cette différence, on peut supposer aussi que les a (...)

26L’écart réel entre les immigrantes et les mariées qui, selon notre postulat de départ, désiraient s’établir sur place, se situe dans la catégorie plus floue des personnes dont la durée de résidence fluctue entre une et cinq années. Parmi les premières, le résultat essentiel réside dans les quelque 30 % de femmes – et donc de couples – qui demeurent entre 1 et 4 ans dans un des trois villages étudiés. La difficulté est d’ailleurs plus marquée pour les jeunes de moins de trente ans, ce qui correspond tout à fait aux hypothèses que nous avons développées précédemment et à divers résultats qui les confirmaient déjà23. Les mariées indigènes endogames se distinguent par une part relativement restreinte de 17,3 % de départs qui surviennent plus d’un an et moins de cinq ans après la cérémonie nuptiale. En fait l’écart entre ces deux groupes s’explique plus clairement quand est pris en compte le statut de locataire ou de propriétaire. Les propriétaires sont proportionnellement plus de deux fois plus nombreux parmi les indigènes que parmi les immigrantes (20,3 % contre 8,2 %). Or, comme nous avons eu l’occasion de le souligner et de le constater à plusieurs reprises dans ce travail, et comme nous aurons encore l’occasion de le voir à travers les analyses multivariées menées ci-après, la propriété est un des facteurs d’ancrage les plus forts dans le Pays de Herve. Le chapitre VII a montré que les petits paysans propriétaires sont ceux qui résistent le plus farouchement, qui restent les plus stables. C’est d’ailleurs un phénomène constant dans l’espace et dans le temps : « among the structural factors that immediately affected the ability of rural people to survive was land ownership »24.

27Quant aux différences liées à l’âge, elles se confirment tout en douceur, tant chez les indigènes endogames que chez les immigrantes. Les écarts dans les pourcentages de « réussite » (séjour de 5 ans minimum) entre les plus jeunes et les âgées se limitent à 4,6 % chez les premières, à 6,6 % chez les secondes. Sans montrer une distorsion énorme, ce résultat est toutefois suffisamment tangible pour être significatif et ils s’inscrit dans la lignée des observations précédentes. Un de nos objectifs consistait à vérifier l’hypothèse selon laquelle les gens qui convolent trop tôt ne parviennent pas à s’établir sur place. Il est sans doute trop radical d’énoncer qu’il n’y a guère de place pour les « trop jeunes » dans la région laitière, mais il est certain que les obstacles que rencontrent les jeunes mariés sont d’autant plus difficiles à surmonter que l’union a été contractée tôt.

28Cette étude de la destinée des femmes mariées qui ont vécu au cœur de la région bocagère dans la seconde moitié du xixe siècle montre la coexistence de plusieurs sous-populations aux aspirations différentes et aux opportunités elles aussi diverses. Les unions que nous avons qualifiées d’exogames, c’est-à-dire quand l’époux réside dans un autre village que celui de sa femme, constituent véritablement une catégorie particulière : la mobilité de ces femmes, légèrement plus jeunes que la moyenne, est intense et directement liée à la célébration des noces. En moins d’un an, quatre épouses sur cinq rejoignent leur conjoint. À l’opposé, près des deux tiers des couples endogames, domiciliés dans les trois villages herviens, « réussissent » leur établissement dans la commune, en ce sens qu’ils y demeurent au moins pendant les cinq années qui suivent leurs noces. La distinction entre les femmes qui avaient convolé avant l’âge moyen au mariage et les autres révèle un différentiel assez limité, mais quand même palpable. Un tiers des couples formés précocement quittent leur commune de domicile endéans les cinq ans, contre un quart seulement des couples formés tardivement. Cette mobilité plus forte des jeunes mariées, qui s’observe tant parmi les indigènes que parmi les immigrantes, traduit sans doute à la fois des aspirations différentes et des possibilités d’établissement moins évidentes. Enfin, un certain paradoxe se fait jour entre un nombre important d’immigrantes, témoin d’une capacité de mouvements appréciable, et, parallèlement, sinon une volonté de s’installer, du moins un désir de durer un certain temps. La mobilité réelle et indiscutable des mariés dans leur ensemble va de pair avec une absence de « feux follets », de va-et-vient continus.

Les aires de destinations des mariées
  • 25 Contrairement au paragraphe précédent, aucune notion de durée n’est ici prise en compte et le tota (...)
  • 26 Les célibataires qui effectuent une émigration isolée (un ‘leaving home’) choisissent les destinat (...)

29Dans la lignée du paragraphe précédent, l’analyse des destinations porte uniquement sur les femmes, en distinguant les mêmes sous-populations que ci-dessus, afin de repérer les choix préférentiels respectifs de celles qui émigrent juste après leurs noces, des autochtones qui sont domiciliées un moment avec leur conjoint au cœur de la région herbagère et des immigrantes. De ces trois groupes, celui des mariées qui partent rapidement après le cérémonie nuptiale présente le profil le plus spécifique (tableau X-6) : un quart d’entre elles choisissent comme futur lieu de domicile une localité urbaine, Venders et sa zone industrielle se révélant, sans surprise, la région la plus attractive25. Ces 330 femmes présentent le profil migratoire qui se rapproche le plus de celui des jeunes Herviens célibataires qui s’émancipent de la tutelle parentale en quittant le foyer26.

30Les émigrations des autres femmes mariées s’opèrent dans un cercle plus fermé, puisque trois « indigènes endogames » sur quatre qui changent de commune partent pour le Pays de Herve au sens large. C’est quelque 10 % de plus que les immigrantes, plus enclines à choisir comme destination les villes (19 %), les autres communes rurales (4,9 %) et, dans une mesure encore plus restreinte, l’étranger (2,2 %). D’une manière générale, les mariées bougent beaucoup, mais hormis le sous-groupe des exogames, leurs mouvements restent circonscrits dans une sphère géographique limitée.

Tableau X-6. Les régions de destination des émigrantes mariées de 20 – 54 ans en fonction de leur origine et de leur endogamie (en %)

Destinations

Indigènes endogames

Indigènes exogames

Immigrées

Total

Vrai Pays de Herve

51,1

41,8

45,3

45,9

Pourtour hervien

24,6

25,8

21,3

22,8

Autres communes rurales

3,2

3,6

4,9

4,3

RUI de Liège

3,7

7,3

7,7

6,7

RUI de Venders

12,0

17,0

10,3

11,9

Autres villes + Aachen-Köln- Maastricht

0,0

0,9

1,0

0,7

Étranger + cantons rédimés

0,2

0,3

2,2

1,4

Inconnu

5,2

3,3

7,3

6,1

Total (%)

100

100

100

100

Total (n)

407

330

1135

1872

***

31Un bilan intermédiaire : l’hétérogénéité de la population des mariés. Entre turbulence migratoire et volonté d’établissement

32La mobilité des mariés offre des visages quelque peu différents selon l’angle d’approche privilégié. Cette ambiguïté s’explique par les différences de comportement des couples exogames et endogames d’une part, des migrants et des indigènes d’autre part. En fait, il est question ici d’une double hétérogénéité, de deux hétérogénéités qui se cumulent selon que l’on considère les gens qui sont mariés et ceux qui se marient.

33D’abord, parmi l’ensemble des habitants dont l’état civil porte la mention ‘marié’ entre 1846 et 1900 dans l’une des trois communes de notre échantillon, un différentiel émerge entre les individus originaires de la région qui ont envie de s’implanter dans leur village natal (les indigènes qui s’accrochent) et les immigrants. Ces derniers – qui constituent la population turbulente du chapitre III – passent dans la région herbagère, mais ont des temps de résidence plus orientés vers les durées courtes. Ce sont, dans leur grande majorité, des locataires (plus de 90 %), tandis qu’un cinquième des mariées indigènes endogames, soit une part à la fois réduite et beaucoup plus substantielle, est propriétaire. C’est véritablement un élément discriminant et, pour les indigènes, même si les parents ne sont que locataires, ces parents sont là, ils ont ouvert la voie, et permettent peut-être de négocier des contrats plus intéressants. Dans ce processus de sélection, l’âge joue un rôle important. Quelle que soit leur origine, indigène ou immigrée, les mariés les plus jeunes ont une mobilité plus importante, symbole des obstacles qui se dressent devant ceux qui ne respectent pas les normes sociales. On ne saurait cependant parler à leur égard d’ostracisme, de ségrégation systématique. Encore une fois, c’est le « relatif égalitarisme hervien ».

34Parmi les gens qui se marient à Charneux, Clermont ou Neufchâteau entre 1846 et 1900, soit en majorité des indigènes, deux sous-populations se distinguent. D’une part, il est clair que certains individus veulent partir : le mariage est pour eux un projet directement associé à l’émigration. C’est le cas notamment pour les 29 % de femmes natives d’un des trois villages tests, qui contractent une union ‘exogame’ avec un membre extérieur à leur village et qu’elles choisissent d’emblée d’aller rejoindre ailleurs. Par contre, une autre frange de mariées, majoritaires (71 %), essaient de rester et, comme le montre l’analyse du tableau croisé, elles atteignent en général leur objectif (64 % de « réussites »). Leur succès n’est que partiellement lié à l’âge au mariage, puisque quand les endogames se marient jeunes, ils parviennent à se maintenir presque autant que les autres. Entre ces deux groupes aux aspirations opposées – ceux qui veulent partir et ceux qui veulent rester – l’espace est assez réduit pour une population moins bien définie : peu nombreux sont les Herviens « hésitants » qui quittent leur village entre 1 mois et un an après leurs noces.

***

1.1.2. Comprendre l’émigration des familles. L’influence des facteurs économiques et familiaux

35La section précédente a mis en évidence l’ampleur a priori insoupçonnée de la mobilité des familles dans un monde rural qui, sur le plan strictement démographique, était en perte de vitesse. Si les mouvements d’entrée sont statistiquement importants, il n’en reste pas moins que dans ce contexte de dépopulation progressive, nous avons choisi de focaliser notre attention sur ceux qui partent, afin de comprendre justement ce qui les pousse à s’en aller. C’est à la fois un choix logique et contraint. En effet, une analyse multivariée n’est guère envisageable pour les immigrants dans la mesure où il n’est pas possible de déterminer une population soumise au risque de partir (d’ailleurs) pour arriver (à Charneux, Clermont ou Neufchâteau). Tous les Herviens, tous les Wallons, puis dans une moindre mesure tous les Belges, voire les étrangers proches, sont des immigrants en puissance ! Par contre, tous les habitants des trois villages tests sont des émigrants potentiels, dont nous connaissons un nombre de caractéristiques suffisant pour établir sinon leur profil type, au moins les éléments les plus susceptibles d’influencer leur choix.

36Pour ce faire, trois séries de variables ont été retenues : les facteurs de caractère socio-économique, les déterminants liés à la composition du ménage et les variables familiales au sens large du terme, au-delà du ménage. En outre, étant donné l’hétérogénéité que la section 1.1. a permis de mettre en exergue à travers la population des femmes mariées, nous avons choisi de vérifier si certains éléments de différenciation, comme l’origine autochtone ou immigrée des individus, influencent leur risque même de s’en aller. Il s’agit concrètement de voir si les causalités qui agissent sur les comportements de l’ensemble des mariées se répercutent de manière similaire, et avec une ampleur équivalente, sur les différentes sous-populations. Deux groupes ont pu être distingués – les « indigènes endogames » et les immigrantes – car ces femmes sont relativement nombreuses et restent suffisamment longtemps pour accumuler un nombre respectable de personne-années, qui autorise des calculs statistiques fiables. Par contre, les femmes qualifiées jusqu’ici de « mariées indigènes exogames » ne peuvent pas être prises en considération. Par définition, elles quittent la région bocagère très rapidement, donc le simple fait d’appartenir à cette sous-population est un facteur qui exerce un effet considérable sur l’émigration. Par ailleurs, il ne s’agit pas, dans leur chef, de migrations familiales.

1.1.2.1. Le modèle socio-économique

37Contrairement à ce que nous avons fait dans le chapitre précédent, nous avons choisi d’intégrer dans le modèle socio-économique les indicateurs communautaires que sont les prix, les périodes et les villages. En effet, pour les mariés, aucune variable locale de type démographique comme le rapport de masculinité, par exemple, n’intervient. Dès lors, pour ne pas multiplier les modèles isolés, il est plus cohérent de constituer immédiatement une formule plus complète, croisant d’emblée les structures et les conjonctures, et dont les résultats figurent dans le tableau X-7.

38Le fait de résider à Neufchâteau est en soi un premier facteur de stabilisation, puisque les Neucastellois ont un risque d’émigrer de 16 à 19 % inférieur à celui des Charneutois. C’est une observation qui n’est guère étonnante, dans la mesure où ce village, qui n’a jamais connu la proto-industrie textile, n’a pas été confronté aux mêmes problèmes que les deux autres entités de notre échantillon au cours du xixe siècle. Nous avons vu d’ailleurs que, contrairement à Chameux et à Clermont, sa population se maintient plus ou moins au même niveau entre 1800 et 1900 (cf. chapitre III). Par contre, les Clermontois sont plus enclins à partir que leurs voisins de Chameux puisque, selon le sexe, ils encourent des risques de 15 à 23 % supérieurs. Ces divergences entre localités voisines sont malaisées à interpréter, d’autant plus qu’elles ne se vérifient pas pour la population des célibataires.

Tableau X-7. Les déterminants socio-économiques de l’émigration des mariés 20 54 ans. Régression de Cox

Tableau X-7. Les déterminants socio-économiques de l’émigration des mariés 20 – 54 ans. Régression de Cox
  • 27 Voir en Annexe X-1 le tableau récapitulatif des fréquences des variables explicatives (ou leur val (...)

39L’impact des périodes et des prix sur la mobilité des Herviens mariés n’est guère patent, mais deux autres déterminants se détachent par contre nettement : les régions de naissance et les professions des individus. Comme nous avons déjà eu l’occasion de le noter pour les célibataires, parmi les mariés, ceux qui ne sont pas nés au cœur du Vrai Pays de Herve sont beaucoup plus susceptibles de partir que les autres. Le différentiel le plus net se marque parmi les hommes. Les natifs des villes et régions industrielles de Belgique émigrent deux fois plus que les Herviens de souche, mais ils ne représentent guère que 3,6 % des hommes mariés27. Les étrangers encourent quant à eux 93 % de risques supplémentaires, contre 68 % pour les individus de sexe masculin nés dans une région rurale du pays. Du côté féminin, un profil similaire se dessine puisque les citadins sont les plus mobiles, mais les écarts sont moins marqués. En réalité, lorsque l’on applique la même analyse multivariée aux « indigènes endogames » d’une part, aux immigrantes d’autre part, il ressort que le différentiel dû à la région de naissance n’est valable que pour les secondes. Dans leur cas d’ailleurs, il est même plus appuyé (voir tableau X-8). Plus encore que d’être né dans la localité, c’est bel et bien le fait d’y résider au moment du mariage qui accroît les chances d’y rester. Par contre, quand une immigrante est née dans la région herbagère, son ancrage est meilleur que celui de ses homologues nées en dehors du Pays de Herve.

  • 28 Notons aussi deux points méthodologiques. D’une part, le statut socioprofessionnel des mariés est (...)

40Le statut socioprofessionnel des mariés est un autre facteur déterminant au sein des profils migratoires. Toutes les analyses développées jusqu’à présent sont confirmées par le fait que la catégorie numériquement la plus importante, à savoir les agriculteurs, est une fois de plus la plus stable de toutes. À l’opposé, les inactifs – proportionnellement peu nombreux parmi les hommes (4,3 %) – connaissent une propension à partir plus élevée de quelque 65 %. Les journaliers et les membres du textile sont également prompts à s’en aller (+50 % environ). Finalement, après les agriculteurs, ce sont les artisans qui demeurent les mieux implantés dans leur village. C’est une observation qui n’est guère étonnante dans la mesure où le chapitre II a montré que cette profession a crû en importance tout au long de la seconde moitié du xixe siècle28.

  • 29 Moch L.P. (1992), Moving Europeans, p. 111.

41L’insertion de données relatives aux propriétaires via les plans Popp de Charneux et de Clermont confirme un phénomène que nous avons noté par ailleurs pour les célibataires : les propriétaires de maisons et de terres agricoles en 1862, ou leurs descendants, ont un ancrage plus fort au cœur du pays herbager que les locataires (annexe X-2). L’écart minimal observé se situe déjà à 22 %, mais il grimpe à quelque 46 % entre les femmes qui appartiennent aux familles des propriétaires de maisons en 1862 et celles des lignées de locataires. Quant aux quelque 62 % d’individus mariés qui ne se rattachent ni aux noyaux familiaux des locataires ni à ceux des propriétaires, ils encourent des risques de partir qui sont de 16 a 26 % supérieurs à ceux des locataires. Ce sont des résultats prévisibles. En effet, même si les données quantifiées relatives à cette question sont rares, il est admis que traditionnellement « the landless among rural-dwellers were the most willing to move »29.

Tableau X-8. Les déterminants socio-économiques de l’émigration des mariées de 20 – 54 ans indigènes endogames ou immigrantes. Régression de Cox

Tableau X-8. Les déterminants socio-économiques de l’émigration des mariées de 20 – 54 ans indigènes endogames ou immigrantes. Régression de Cox
  • 30 C’est une caractéristique particulière puisque la littérature met plutôt en évidence le lien entre (...)

42En somme, les déterminants socio-économiques de l’émigration sont assez similaires pour les célibataires et les mariés, même si l’ampleur de leur impact est parfois variable. Un seul résultat diffère : l’influence des prix. En effet, la conjoncture à court terme influence la mobilité des Herviens non mariés, qui seraient incités à rester quand les prix des denrées de consommation augmentent. L’absence d’un phénomène similaire parmi les gens mariés doit se lire comme une preuve supplémentaire du fait que la mobilité des familles est davantage construite par les structures que par la conjoncture. Il faut noter, en outre, que de ce point de vue, aucun différentiel n’émerge entre indigènes et immigrantes30.

1.1.2.2. La composition du ménage

  • 31 Il faut exclure surtout les émigrations matrimoniales, c’est-à-dire, rappelons-le, les départs de (...)

43La mobilité des mariés représente, dans la majorité des cas, la mobilité des familles31 et, dans cette optique, il est clair que les indicateurs relatifs à la famille sont censés avoir un poids important dans leurs décisions d’émigrer. En réalité, parmi les variables familiales, il faut distinguer deux dimensions : la composition du ménage proprement dit et, d’autre part, l’influence éventuelle de la famille au sens large, telle que nous l’avons envisagée dans le chapitre VI. Par souci de clarté, nous avons choisi de présenter dans un premier temps uniquement les facteurs relatifs à la composition de la cellule de cohabitation, puis nous intégrerons ces résultats dans un modèle plus général consacré aux déterminants familiaux, entendus à la fois aux sens large et restreint du terme. Nous avons donc choisi de repérer avant toute chose des effets « purs » en mesurant, par des régressions de Cox successives, quels étaient les effets de chaque variable prise isolément sur le risque d’émigrer des mariés de 20-54 ans domiciliés dans le Pays de Herve entre 1846 et 1900 (tableau X-9).

44Le nombre et l’âge des enfants des mariés ont une incidence sur la mobilité des adultes. La progéniture est un facteur d’ancrage, puisque chaque enfant supplémentaire réduit de 9 à 20 % le risque de partir. Deux particularités retiennent l’attention. D’abord, les femmes sont plus sensibles à cet impact que les mariés de sexe masculin. Ensuite, sans qu’aucune autre variable soit prise en compte, il semble que les enfants âgés de plus de 15 ans – qui constituent une force de travail appréciable – ont un effet « stabilisateur » plus fort encore que les enfants plus jeunes. Il est vrai qu’avec des âges moyens au mariage de 28/30 ans, leur présence indique des parents âgés de 45 ans et plus, dont nous venons de souligner la plus grande stabilité.

Tableau X-9. L’impact de diverses variables de composition familiale sur l’émigration des adultes mariés. Risques relatifs (régression de Cox)

Tableau X-9. L’impact de diverses variables de composition familiale sur l’émigration des adultes mariés. Risques relatifs (régression de Cox)

Remarque : seules sont indiquées dans ce tableau les probabilités inférieures à 0,10. Celles inférieures à 0,01 sont inscrites en gras.

45L’étude de l’influence éventuelle du ratio microéconomique du ménage permet de lier en quelque sorte le bien-être théorique du ménage, son équilibre, et le besoin ou la nécessité de partir. L’hypothèse la plus plausible consiste à considérer que les gens les plus susceptibles d’émigrer sont ceux qui éprouvent les difficultés matérielles les plus importantes. À première vue pourtant, ce postulat ne se vérifie pas dans la région herbagère, puisque les émigrants se recrutent préférentiellement parmi les ménages dont l’équilibre potentiel est plutôt bon. Concrètement, nous avons vu que la conjoncture économique n’a aucun impact clair sur l’émigration des familles. Quand leurs conditions de vie se détériorent, elles ne s’enfuient pas directement. Au contraire, c’est plutôt quand la situation à l’intérieur même du ménage est bonne que les départs s’accentuent. Ce résultat confirme les informations du chapitre IX : quand tout va mal dans le groupe domestique, il effectue un repli sur lui-même et laisse encore moins filer les forces vives que sont les jeunes adultes célibataires. D’autre part, parmi les mariés observés figurent les autochtones qui, juste après leurs noces, choisissent de quitter le village pour rejoindre leur nouveau conjoint. Or, ces individus sont de jeunes adultes qui partent du ménage parental, où ils cohabitent avec frères et sœurs eux aussi dans la force de l’âge. En toute logique, le foyer qu’ils quittent est généralement à ce stade bien équilibré, composé d’enfants suffisamment âgés pour participer pleinement à l’économie de la cellule de cohabitation.

  • 32 Capron C. (2002), Une analyse statistique des migrations.

46Cette sous-population, par définition, se retrouve parmi les individus qui ne sont ni chefs de ménage, ni époux du chef, et il est clair que leur risque d’émigrer est nettement supérieur par rapport aux chefs : +26 % du côté des hommes et même +52 % dans le cas des femmes. Des résultats parfaitement similaires ont été obtenus pour les mariés de la ville textile de Limbourg entre 1847 et 1866. Ils illustrent, selon l’expression de C. Capron, « la force du modèle familial nucléaire », où les cérémonies nuptiales sont fortement liées à la fondation d’un nouveau foyer32.

  • 33 Nous ne nous appesantissons pas sur les conséquences des sorties antérieures (décès et émigrations (...)

47Lorsque nous observons les ménages dans lesquels évoluent des mariés de 20-54 ans pendant trois années d’affilée, nous constatons que les naissances interviennent pour 71 % dans leur développement, tandis que les 29 % restants sont dus aux immigrations. Inversement, 53 % des pertes sont causées par des décès, contre 47 % provoquées par des départs (pour un autre village ou simplement un autre ménage). Le résultat le plus clair du modèle multivarié est que la minorité de ménages qui attire des immigrés est beaucoup plus stable que les autres (27 à 31 %). Et c’est encore bien plus vrai si ces cellules familiales sont elles-mêmes arrivées au cœur du bocage à la suite d’une immigration ! En somme, les ménages en expansion voient, très logiquement, se réduire les probabilités de partir de leurs membres33.

48La taille du ménage constitue une dernière variable, fortement liée à toutes les précédentes, qui doit être prise en considération dans l’étude des migrations familiales. Sans surprise au vu des éléments que nous venons de développer ci-dessus, plus les membres d’un foyer sont nombreux, plus les risques de partir sont réduits pour les mariés du groupe domestique concerné et inversement.

49Ces multiples facteurs sont bien entendu étroitement associés à l’âge du ménage, à son cycle de vie. Mais le groupe domestique ne constitue certainement pas une imité isolée et la famille au sens large peut, elle aussi, avoir un impact sur l’émigration des mariés. C’est ce que nous envisageons dans la section suivante, en tenant compte tout de même de quelques éléments du ménage et de la position des individus mariés en son sein, ainsi que du statut socioprofessionnel du marié lui-même, en guise de variables de contrôle.

1.1.2.3. Un modèle global de déterminants familiaux

50Le tableau X-10 met bien en exergue une série d’éléments que nous avons développés dans les deux sections précédentes. Même quand les variables de composition du ménage et les indicateurs socio-économiques se contrôlent mutuellement, il n’en reste pas moins clair que les mariés de Neufchâteau connaissent des risques d’émigrer moindres et ceux de Clermont émigrent davantage. En outre, les ‘sans profession’, les journaliers, les travailleurs du textile et même les bourgeois – surtout dans la population masculine – s’en vont plus que les agriculteurs. Parallèlement, et quel que soit son âge, chaque enfant supplémentaire ancre davantage le marié dans la localité où il vit.

Tableau X-10. Les déterminants familiaux de l’émigration des mariés 20 54 ans. Régression de Cox

Tableau X-10. Les déterminants familiaux de l’émigration des mariés 20 – 54 ans. Régression de Cox
  • 34 Pour des précisions méthodologiques sur cet indicateur, se reporter au chapitre VI, section 2.

51Dans ce contexte, le réseau familial potentiel a une influence déterminante, puisque l’indicateur patronymique révèle clairement la dimension « protectrice » de la famille étendue34. En effet, plus le nombre de personnes portant le même patronyme est grand, plus les chances de rester sont importantes. Notons d’ailleurs que cet indicateur, bien que fondé sur le système patrilinéaire de transmission des noms de famille, fonctionne aussi bien pour les femmes que pour les hommes, ce qui montre toute l’importance du père, mais aussi des frères et sœurs, oncles, cousins, neveux, etc.

1.2. La surmortalité des mères

  • 35 Perrenoud A. (1981), Surmortalité féminine — Vandenbroeke C. (1991), Quelques précisions.
  • 36 Servais P. (1989), La femme dans le monde médical.
  • 37 Les historiens-démographes ne sont pas strictement d’accord sur la durée pendant laquelle il faut (...)
  • 38 Schofield R. (1986), Did the mother really died ?, pp. 231-260.
  • 39 Imhof A.E. (1984), The amazing simultaneousness— Perrenoud A. (1981), Surmortalité féminine Alte (...)

52En matière d’interruption de vie féconde due à la mortalité, deux dimensions sont à considérer : le veuvage de la femme quand son conjoint meurt et la mortalité de la femme elle-même. La question de la mortalité maternelle a été très débattue parmi les historiens-démographes. Une surmortalité des femmes fécondes mariées s’observe très couramment en Europe au cours des xviiie et xixe siècles35 : les hémorragies, les infections puerpérales, les opérations gynécologiques pratiquées sans anesthésie, ni désinfection, auraient eu des effets dévastateurs avant les progrès conjoints de la chirurgie, de l’asepsie et de l’antisepsie36. Pourtant, des tests empiriques ont été réalisés à partir d’une mesure estimée de la mortalité maternelle, en tenant compte de la proportion de décès dans les x jours qui suivent un accouchement37. Même approximatif, ce type de mesure a amené R. Schofield à poser une question provocatrice : « Did the mothers really died ? »38. En fait, dès 1981, dans un numéro spécial des Annales de Démographie historique consacré à la condition féminine, A. Imhöf et A. Perrenoud soulignent que la surmortalité des femmes mariées n’est pas ipso facto en relation avec les accidents dus à l’accouchement et qu’il est un peu simpliste de réduire la fragilité des femmes mariées à la simple mortalité maternelle. Ils privilégient plutôt la thèse d’une détérioration de leur vie quotidienne, liée notamment à la proto-industrialisation, voire l’idée d’une exposition des mères aux risques de contagion des maladies infantiles39.

  • 40 Imhof A.E. (1984), The amazing simultaneousness, p. 202.
  • 41 Et inversement ! « Même dans une population homogène, la mort de la mère entraîne souvent celle de (...)
  • 42 L’expression est de Eggerickx T., Poulain M. (1991), Le choléra, cet autre fléau social.

53Nous avons vu dans le chapitre VIII que le Pays de Herve se rapprochait, à certains points de vue, des systèmes de « gaspillage de vies » chers à A. Imhöf40. En particulier, l’importance de la mortalité infantile et divers processus de discrimination dans la mortalité aux jeunes âges supportent cette hypothèse. Or, la surmortalité des enfants en bas âge va traditionnellement de pair avec des risques accrus pour la maman41. Il s’agit donc maintenant de vérifier cette théorie, en évaluant le poids de la mortalité maternelle au sein même de la mortalité des femmes mariées. Les mesures, bien entendu, ne prendront un sens que replacées dans le double contexte de la mortalité aux âges adultes dans la région bocagère – tous sexes et états matrimoniaux confondus – et de l’importance relative des décès aux âges adultes dans d’autres sociétés belges et européennes. Dans un second temps, des analyses multivariées s’efforceront de mettre en évidence les éventuelles « inégalités face à la mort »42 des adultes de la zone herbagère.

1.2.1. La surmortalité relative des Herviennes mariées dans un contexte de sous-mortalité

  • 43 Nous analysons en réalité la mortalité des femmes mariées et veuves en même temps, faute d’effectif (...)

54Comme nous l’avons signalé dans l’introduction de ce chapitre, les femmes mariées constituent le véritable fil conducteur de notre analyse de la reproduction au coeur de l’Entre-Vesdre-et-Meuse43. Dans l’absolu, c’est à 15-19 ans, 30-39 ans et 50-54 ans que les dames endurent les risques les plus forts : sur 100 femmes mariées à 30 ans, 5,4 exactement ne fêteront pas leur 35e anniversaire. Par opposition, les chances de survie sont maximales pour les épouses d’une vingtaine d’années, puisque leurs risques de décès dans les cinq ans se situent sous les 3 % (tableau X-11).

  • 44 Une exception à noter toutefois à 25-29 ans.
  • 45 Quant aux hommes, conformément au patron qui s’observe dans la littérature, une sélection s’opère (...)

55D’emblée, une surmortalité se dessine par rapport aux hommes mariés, mais elle ne persiste que jusqu à 39 ans. Avant 25 ans toutefois, les quotients des hommes mariés sont peu significatifs puisqu’ils sont calculés sur base d’une population restreinte (moins de 500 personne-années). Entre 25 et 29 ans, l’écart entre les mariés des deux sexes est relativement limité (27 ‰), mais dans la trentaine, les risques encourus par la gent féminine sont une fois et demi à deux fois plus grands ! À 40 ans, le rapport s’inverse et les femmes mariées, pour la première fois, ont une probabilité de survie supérieure à celle de leurs conjoints. Le même schéma se dégage quand il s’agit de comparer les femmes selon leur état matrimonial. Avant 40 ans, les mariées sont presque systématiquement désavantagées par rapport aux célibataires du même âge44, l’écart maximal se situant aussi à 30-34 ans45.

  • 46 Sur le lien entre mortalité maternelle et infantile, voir Pundel J.-P., Beckius C. (1990), La morta (...)

56En somme donc, la surmortalité des femmes mariées est surtout très prononcée dans la trentaine. C’est une observation qu’il convient de rapprocher des résultats obtenus à travers le chapitre VIII : quand la mère est âgée de 30-40 ans, les petits garçons de moins de deux ans n’encourent aucune surmortalité, mais ce n’est pas le cas des petites filles46. Nous tenterons de mieux cerner les causes de la surmortalité des mères grâce à l’analyse multivariée et à l’étude de la fécondité. À ce stade, cependant, il est indispensable de replacer la mortalité des femmes mariées dans un contexte plus vaste et de repérer quelle est la part « exacte » de la mortalité dite maternelle, c’est-à-dire directement imputable à l’accouchement ou à ses suites.

Tableau X-11. Les quotients de mortalité des 15-54 ans, par sexe et état matrimonial

Tableau X-11. Les quotients de mortalité des 15-54 ans, par sexe et état matrimonial
  • 47 Notons que nous avons choisi le délai maximal (60 jours) afin d’être certaine, dans un contexte de (...)
  • 48 Le total des naissances observées est supérieur à 6.093, mais seules sont reprises ici les 93 % de (...)
  • 49 Vandenbroeke C. (1991), Quelques précisions, p. 199. Pour des chiffres détaillés sur la Flandre de (...)
  • 50 Ibidem.

57À Chameux, Clermont et Neufchâteau réunis, entre 1846 et 1900, 31 femmes mariées âgées de 15 à 49 ans décèdent endéans les soixante jours qui suivent leur accouchement47, sur un total de 6.093 naissances observées48. Concrètement, le taux de mortalité maternelle s’élève à 5,1 décès pour 1.000 naissances. Cela signifie qu’à l’époque, les mères herviennes encouraient à l’accouchement, ou juste après, des risques deux fois moindres que leurs homologues du Nord du pays. En effet, en 1851-1890, C. Vandenbroeke observe en Flandre 12 décès de mamans pour 1.000 naissances49. Le Pays de Herve, dès la seconde moitié du xixe siècle, affiche déjà les valeurs moyennes que présente la Belgique cinquante ans plus tard, entre 1900 et 192050.

  • 51 Perrenoud A. (1981), Surmortalité féminine, pp. 89-104 — Guttierez H., Houdaille J. (1983), La mor (...)
  • 52 Knodel J. (1988), Demographic behaviour in the past, p. 105.
  • 53 Schofield R. (1986), Did the mother really died ?, pp. 238 et 248.

58Bien sûr, la Flandre, réputée pour son système démographique de « gaspillage de vies » où la forte fécondité va de pair avec une mortalité elle aussi très élevée, ne peut pas apparaître comme le point de comparaison idéal avec le pays herbager. Il n’est cependant pas très facile de trouver des chiffres similaires pour l’époque contemporaine puisque de nombreux travaux, de A. Perrenoud à H. Guttierez et J. Houdaille, en passant par R. Schofield, portent essentiellement sur l’Ancien Régime, se prolongeant tout au plus jusqu’en 185051. Néanmoins, les valeurs proposées pour des villages ruraux allemands dans la seconde moitié du xixe siècle sont plus proches de la Flandre que du Pays de Herve : 11 ‰ en 1850-1874 et 10,2 ‰ en 1875-189952. Seule la Suède du milieu du xixe siècle affiche une mortalité maternelle plus faible (4,5 ‰), de même que l’Angleterre de 1800-1849 (5,5 ‰)53.

  • 54 Alter G., Oris M. (2000), Mortality and economic stress— Capron C. (1998), Mortalité différentiell (...)

59À l’échelon européen, le Pays de Herve s’inscrit donc comme une des régions les plus favorisées du point de vue de la mortalité des mères, sans toutefois présenter des valeurs extraordinairement basses. Dans le contexte régional, la mortalité maternelle de nos trois villages est bien moins élevée que celle de Sart, dans l’Ardenne voisine (11,8 ‰), mais similaire par contre aux valeurs de la petite ville de Limbourg au milieu du xixe siècle (5 ‰)54.

  • 55 Notons cependant une exception : à 25-29 ans, la mortalité des jeunes femmes mariées – soit 3.208 p (...)

60Ceci étant, bien que le niveau lui-même soit intrinsèquement bas, il n’en reste pas moins que la surmortalité relative des femmes mariées est une réalité dans la région herbagère. Ainsi, si l’on supprime de l’ensemble de leurs décès ceux qui peuvent être attribués à la mortalité maternelle, leurs quotients de mortalité restent plus élevés que tous les autres (hommes mariés et femmes célibataires)55. En tout état de cause, la mortalité en couches des femmes mariées, voire dans les semaines qui suivent la naissance, ne peut être tenue pour seule responsable du différentiel qui s’observe dans la région bocagère. C’est donc plutôt du côté de l’épuisement des mères de famille que se situe l’explication de ce phénomène. Les causes potentielles en sont multiples et variées : les maternités répétées, un travail permanent dans une économie rurale laitière où le labeur de l’épouse compte pour une part importante dans la gestion du ménage, un sacrifice spontané au profit des enfants et de l’époux en période de « vaches maigres », sont autant de facteurs susceptibles d’altérer l’espérance de vie des Herviennes mariées. L’objet des analyses multivariées que nous développons ci-après est justement d’éclairer davantage, si possible, les processus de discrimination.

1.2.2. La mortalité différentielle des adultes

  • 56 Parmi les 15-54 ans, les veuves représentent 5,6 % du total des femmes ‘ever married’.
  • 57 Pour les variables explicatives de la mortalité des mariés et des veufs, voir annexe X-3.

61Dans ce contexte de basse mortalité « adulte », où les femmes mariées apparaissent malgré tout comme les laissées pour compte, toutes ne sont pas égales devant la mort. Dans le tableau X-12, nous utilisons une série de facteurs explicatifs que nous jugeons susceptibles d’affecter la mortalité des Herviens âgés de 15 à 54 ans. De nouveau, les femmes mariées ou veuves nous intéressent au tout premier plan, justement parce qu’il est établi qu’elles endurent des conditions plus difficiles que les autres adultes. La plupart des variables utilisées dans ce modèle ont déjà été présentées dans les analyses multivariées antérieures (des chapitres VIII, IX ou X). Outre les variables communautaires « traditionnelles » (localité, période et prix) et la profession du chef de ménage en guise d’indicateur socio-économique, une série de facteurs individuels et familiaux ont été intégrés dans un modèle général : la taille du ménage et sa composition en termes d’adultes actifs potentiels et de personnes à charge indiquent l’équilibre microéconomique du ménage. Les patronymes permettent de repérer l’importance des réseaux de parenté au-delà du foyer. Deux variables touchent directement l’individu concerné : son état matrimonial (mariée ou veuve)56 et sa position dans la cellule de cohabitation, compte tenu du fait qu’une femme mariée est traditionnellement (soit dans 78,2 % des cas exactement), l’épouse du chef de ménage57.

62Deux traits caractérisent la mortalité des femmes mariées : d’une part, une petite sensibilité à la conjoncture économique, d’autre part, un relatif égalitarisme (déjà souvent évoqué) en ce qui concerne toutes les autres variables. L’influence des prix sur la mortalité des Herviennes mariées ou veuves n’est certes pas flagrante et seul l’indice des prix des denrées est accompagné d’une probabilité inférieure à 0,10. Une réceptivité se dessine donc en douceur : les décès des femmes mariées augmentent parallèlement à la hausse des prix des denrées alimentaires (+1,4 %), tandis que la montée des prix du beurre va de pair avec une très légère baisse de la mortalité des Herviennes mariées (-0,3 %). Bien qu’isolé, ce résultat correspond aux hypothèses émises par Imhöf ou Perrenoud et évoquées ci-dessus : épuisées par des maternités répétées et un travail toujours harassant, les mères de famille résistent moins bien aux crises conjoncturelles.

Tableau X-12. La mortalité des 15–54 ans selon le sexe et l’état matrimonial. Régression de Cox

Tableau X-12. La mortalité des 15–54 ans selon le sexe et l’état matrimonial. Régression de Cox

(1) référence des mariés ; (2) référence des célibataires

63Deux éléments nous poussent à prendre parti pour cette interprétation. D’abord, c’est l’absence totale d’un impact significatif de la conjoncture dans les autres sous-populations d’adultes (hommes mariés ou célibataires, femmes célibataires). Ce contraste entre les réponses des femmes mariées et celles des autres Herviens de 15-54 ans renvoie à la théorie de la fragilisation de la mère de famille, moins apte que les autres à résister en cas de coups durs, voire à son sacrifice quand elle décide de réduire sa portion alimentaire au bénéfice des autres membres du ménage. D’autre part, c’est dans notre modèle le seul élément qui laisse transparaître une légère discrimination. Toutes les autres variables, qu’elles soient communautaires, socio-économiques, familiales et même individuelles, mettent au contraire en exergue un égalitarisme presque parfait. Bien sûr, le nombre relativement limité de décès (235) permet difficilement d’atteindre un seuil de signification statistique, mais s’il existait un différentiel marqué, il apparaîtrait certainement à travers notre analyse multivariée. D’ailleurs, parmi les autres adultes de 15-54 ans, qui meurent moins encore, différents critères de discrimination ressortent clairement.

64Contrairement aux femmes mariées ou veuves, les conjoints de sexe masculin ont un profil beaucoup plus typé. D’un point de vue socioprofessionnel, les 40 % d’hommes mariés qui ont pour chef de ménage un agriculteur (c’est-à-dire eux-mêmes dans 80 % des cas) bénéficient, une fois de plus, d’une démographie particulière. Par rapport aux cinq autres catégories socioprofessionnelles retenues, leur sous-mortalité est de 59 % minimum (par rapport aux travailleurs du textile) et de 106 % maximum (par rapport aux artisans). Deux traits individuels jouent également un rôle important. D’abord, les veufs connaissent par rapport aux mariés du même âge une surmortalité de 82 %. Ensuite, les enfants du chef de ménage connaissent une sous-mortalité de quelque 60 % par rapport aux chefs de familles mariés. Un dernier facteur discriminant, a priori moins attendu, c’est que plus le nombre d’adultes de 15-54 ans est élevé dans le groupe domestique, plus le risque de décéder est accru pour les hommes mariés qui y vivent ! Ce résultat indique une situation de concurrence entre adultes qui joue en défaveur de l’adulte marié.

65Les célibataires, de leur côté, présentent également des profils de causes spécifiques face à la mort. Du côté masculin, le principal trait distinctif réside dans la cohabitation avec des personnes âgées, dont la présence accroît considérablement les risques de décès. Cet élément pourrait attester de la situation très inconfortable des célibataires définitifs. Une deuxième discrimination émerge parmi les non-mariés selon la position qu’ils occupent dans le ménage. Ceux qui n’ont aucun lien de parenté avec le chef de la cellule domestique ont des chances de survie accrues de 46 à 59 % selon le sexe. Ce résultat tend à prouver que les journaliers, les domestiques, les valets de ferme, bref ce groupe proportionnellement peu nombreux dans la région bocagère, est biologiquement sélectionné : ces gens qui, pour les deux tiers, sont âgés de moins de 35 ans, sont solides, en bonne santé. C’est un profil attendu pour des individus qui prêtent leurs bras pour des travaux ruraux qui réclament une bonne résistance physique.

66À l’opposé, il s’avère que les filles célibataires qui cohabitent avec un membre de leur famille autre que leurs géniteurs (soit un frère, voire un cousin, un neveu ou un oncle) encourent des risques de décéder supérieurs de 94 % par rapport aux célibataires qui sont les enfants du chef de ménage. Le profil de ces femmes n’est pas clairement défini. Majoritairement jeunes (39 % d’entre elles ont moins de 25 ans), leur fragilité face à la mort n’est pas aisée à comprendre : orphelines peut-être, recueillies en tout cas par des parents plus ou moins éloignés, elles sont sans doute dans le ménage qui les héberge la cinquième roue du chariot.

67En conclusion, la surmortalité des femmes mariées est indéniable dans le Pays de Herve. Elle est liée à l’épuisement, en sus de la mortalité maternelle proprement dite. C’est ce que tend à prouver l’impact de la conjoncture économique sur la mortalité des femmes mariées, alors même que les prix n’influencent en aucune manière les décès des autres sous-populations d’adultes herviens. Pourtant, à l’intérieur de cette surmortalité relative, aucune discrimination ne se fait jour : ni les facteurs socio-économiques, ni la composition du ménage, ni même une série de variables individuelles ne créent des inégalités flagrantes. Par contre, à 15-54 ans, la mortalité des hommes mariés apparaît beaucoup plus déterminée par des caractéristiques personnelles comme l’âge, l’état matrimonial, la profession, mais aussi par la composition même du groupe de cohabitation. La mortalité des célibataires se situe un peu entre ces deux extrêmes : pour eux, la composition de l’unité de cohabitation et la relation au chef de ménage constituent les deux véritables facteurs de ségrégation.

2. La fécondité légitime

2.1. Les limites des méthodes d’étude de la fécondité légitime. Remises en question et innovations

68Les migrations et la mortalité peuvent être considérées comme deux ruptures de la vie féconde, même si la première est surtout une interruption artificielle imposée au démographe par les contingences des sources, presque toujours limitées à une entité géographique stricte. La mort entraîne par contre, irrémédiablement, la fin de la procréation au sein d’un couple, ce qui n’empêche nullement une reprise de la vie féconde à travers une deuxième union. Compte tenu de ces réalités et de ces restrictions méthodologiques, la vie féconde d’une femme se résume, pour le démographe, à la durée de vie, entre 15 et 49 ans, pendant laquelle elle est mariée. Concrètement, dans les trois villages de notre échantillon hervien, 3.303 femmes différentes ont été observées en cet état entre 1846 et 1900, c’est-à-dire exactement 23.717 personne-années. La durée d’observation moyenne est donc à peine de 7,2 ans par épouse, mais il est évident que cette moyenne cache une grande diversité (tableau X-13).

69La mobilité des femmes mariées peu de temps après leur entrée en observation est loin d’être négligeable, puisqu’une femme féconde sur cinq est suivie pendant moins d’un an. Bien entendu, les migrations matrimoniales évoquées dans la première partie de ce chapitre sont très largement responsables de cette volatilité des effectifs. Pour près d’un tiers des épouses étudiées, la durée de séjour oscille entre une et cinq années : ces femmes constituent la catégorie modale, elles affichent le comportement le plus courant. Très logiquement, plus la période d’observation augmente, plus la population diminue. Néanmoins, près d’un tiers des femmes mariées (31,9 %) vivent 5 à 15 années de leur vie féconde à Chameux, Clermont ou Neufchâteau. Seulement 16,3 % des épouses de moins de 50 ans ont donc pu être étudiées pendant plus de 15 ans, ce qui s’explique à la fois par la forte mobilité et par un âge au mariage tardif : si une personne de sexe féminin se marie à 30 ans, sa vie féconde théorique ne dure que 20 ans.

Tableau X-13. Durée d’observation des femmes mariées fécondes

durée

Chiffres bruts

Chiffres relatifs (%)

<1 mois

158

4,8

1 mois <1 an

526

15,9

1 an <5 ans

1027

31,1

5 ans <10 ans

640

19,4

10 ans <15 ans

414

12,5

15 ans <20 ans

278

8,4

20 ans <25 ans

190

5,8

>=25 ans

70

2,1

Total

3303

100,0

  • 58 C’est sur cette base que se fonde la sélection des familles dans l’ouvrage que J. Knodel a consacr (...)

70L’étude de ces vies fécondes pose de sérieux problèmes méthodologiques, précisément en raison des troncatures à gauche comme à droite. Le tableau X-14 montre la difficulté de mettre en œuvre la solution classique de la reconstitution des familles. Dans son acception la plus restrictive, cette technique requiert de connaître la date de mariage et de suivre la femme, sans discontinuer, jusqu’à son cinquantième anniversaire. Dans le cas qui nous occupe, l’observation stricte de ces critères nous permettrait de décrire la vie féconde de 381 Herviennes sur les 3.303 qui figurent réellement dans nos fichiers ou, en termes de personne-années, 5.518 sur 23.717. L’étude se focaliserait, selon l’unité de référence choisie, sur 11,5 % des femmes mariées ou 23,3 % des durées. Bien sûr, les canons de L. Henry permettent aussi d’intégrer pour la plupart des calculs les couples dont la vie féconde est interrompue par la mort de l’épouse ou par son veuvage, mais le gain est mineur dans le contexte de faible mortalité du Pays de Herve58. Dans ces conditions, la reconstitution des familles autoriserait l’étude de 14,7 % des vies fécondes, soit 27,7 % en termes de personne-années.

  • 59 Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’œuvre, p. 358.
  • 60 L. Henry et A. Blum estiment que « le rendement de la reconstitution des familles s’apprécie par le (...)

71R. Leboutte, selon le même principe, a proposé d’intégrer aussi, pour améliorer la représentativité des échantillons reconstitués, les familles ‘achevées’59. Deux conditions doivent être réunies : une date de mariage et une date de sortie d’observation connues, même s’il s’agit, pour cette dernière, d’une émigration. Par ce procédé, les mesures classiques de l’étude de la fécondité restent pour la plupart parfaitement cohérentes et identifiables, même s’il faut renoncer à calculer l’âge à la dernière naissance. Pour le Pays de Herve, le gain s’avère désormais plus substantiel, puisque 688 mariées supplémentaires viennent grossir les rangs des femmes fécondes. Le total ainsi reconstitué représente pourtant seulement 35,6 % de l’ensemble des femmes répertoriées dans notre base de données démographique ! Dans ces conditions, ce sont donc près des deux tiers des fiches de familles qui passeraient aux pertes et profits...60

Tableau X-14. Causes d’entrées et sorties d’observation des femmes fécondes de 15-49 ans

Tableau X-14. Causes d’entrées et sorties d’observation des femmes fécondes de 15-49 ans
  • 61 Eggerickx T. (1999), La baisse de la fécondité dans les milieux industriels — Id. (1999), La dynam (...)
  • 62 Idem, p. 5.

72T. Eggerickx prend en compte les migrants pour tenter une approche différentielle de la fécondité des populations urbaines selon l’origine. Son but est de répondre à la problématique suivante : « Face à la grande dépression économique de 1873-1892, des familles complètes de sédentaires et de migrants, appartenant à des générations différentes, se sont-elles caractérisées, au cours de leur vie génésique, par des comportements de fécondité différents ? »61. Fondée sur un échantillon de quelque 2.000 familles, sa sélection est cependant sévère, puisqu’elle « se compose exclusivement de familles ayant une fécondité complète ». Dans ces conditions, seules les familles d’immigrants qui se sont sédentarisées sont prises en considération, laissant de côté « la partie instable de la population ouvrière, celle qui se caractérise par des va-et-vient fréquents, celle qui participe au mouvement de ‘turn-over’ »62.

73L’analyse de la fécondité s’est donc enrichie, au fil du temps, d’une série d’essais, d’initiatives, d’amendements de la méthodologie de départ, dont le but consistait chaque fois à améliorer la représentativité des familles étudiées. Malgré ces innovations dont on ne peut nier l’intérêt, il reste que toutes se résument à une tentative d’adaptation d’une méthode d’étude des populations stables à des populations qui ne le sont pas. Par conséquent, il n’est pas possible d’en pallier les faiblesses. Dans ce contexte méthodologique difficile, notre analyse de la fécondité basée sur les registres de population se fondera sur une double approche.

74La première, très classique, consiste à calculer des mesures agrégées à partir des données individuelles, c’est-à-dire des taux de fécondité légitime selon l’âge de la mère, afin d’en déduire des descendances finales théoriques à 20 ans. Au-delà des nombreuses comparaisons qu’elles autorisent, de telles mesures peuvent se concevoir non seulement pour l’ensemble de la population, mais encore pour de nombreuses sous-populations (pour autant que les effectifs le permettent). Outre les enseignements qu’elle apporte et qui seront décrits dans la section suivante, cette méthode a l’avantage d’inclure toutes les personne-années des femmes mariées fécondes et toutes les naissances légitimes, sans qu’aucune sélection préalable des familles ne soit nécessaire. Son principal désavantage a déjà été évoqué dans le premier chapitre : la fécondité différentielle peut être étudiée sur base du statut socioprofessionnel, selon la région d’origine, selon la période, ou encore selon l’appartenance aux noyaux familiaux.... mais s’il s’agit de croiser deux, voire trois groupes de critères, les effectifs deviennent d’emblée trop faibles, malgré la taille respectable de notre base de données.

  • 63 En réalité, la technique d’analyse des biographies n’est pas, à la base, très différente de celle (...)

75C’est pourquoi nous avons choisi de compléter cette approche par une seconde, qui fera l’objet de la troisième section. C’est un essai d’analyse des biographies appliquée à l’étude de la fécondité. Ce choix permet d’éviter une partie des pièges de la reconstitution des familles63, mais pas tous. En réalité, il s’agit avant tout de travailler sur les intervalles intergénésiques

76 G. Alter, en 1988, a été le premier, à notre connaissance, à développer un ‘hazard model of the birth interval’. Depuis, cette voie est restée peu explorée, jusqu’aux travaux menés ces dernières années par le ‘groupe eurasien’, dont les résultats n’ont pas encore été publiés à ce jour (Alter G. (1988), Family, fertility and the female life course, pp. 180-184).

64
  • 65 Rappelons qu’est appelé ‘fondateur’ tout individu qui était présent le 16 octobre 1846 et, dans le (...)

77Par contre, pour les immigrants ou les fondateurs65, la première naissance observée est irrémédiablement perdue, dans la mesure où l’on ne peut présupposer l’histoire antérieure du couple. Le fait qu’une famille arrivant avec trois enfants donne naissance à un quatrième ne prouve absolument pas que celui-ci soit réellement le quatrième, puisque d’autres ont pu décéder avant que la famille ne s’installe dans la localité étudiée. D’autre part, l’intervalle entre le nouveau-né observé et l’enfant précédent ne peut, pour ces mêmes raisons, être pris en compte. Les durées antérieures à la première naissance observée sont donc exclues du fichier, qui comptabilise finalement 4.186 naissances.

78Au total, notre étude se fondera sur l’examen de 4.775 naissances, qui représentent 78,4 % de l’effectif théoriquement observable. Le gain par rapport à ce que nous auraient permis les méthodes de L. Henry est notable, puisque la représentativité de notre échantillon a progressé de plus de 40 % ! En termes de personne-années, le bénéfice est légèrement moindre dans la mesure où un peu plus d’un quart de la durée totale de séjour des femmes fécondes est « abandonné » puisque l’on ne peut tenir compte des durées antérieures à la première naissance. Le gain par rapport aux méthodes traditionnelles fondées sur l’étude des populations stables est tout de même de l’ordre de 36 %.

2.2. La mesure de la fécondité légitime. Une première approche différentielle

2.2.1. Les naissances au fil du temps

  • 66 Voir chapitre III, section 3.1.

79Le taux de fécondité des Herviennes mariées, toutes origines confondues, est maximal à 20-29 ans, puisqu’il se situe à ces âges autour de 423/425 naissances pour 1.000 femmes (tableau X-15). La courbe d’aspect nettement convexe est typique d’une société sans pratiques anticonceptionnelles (graphique X-2). Dans le chapitre III, nous avons déjà abordé la question de la fécondité au cœur de l’Entre-Vesdre-et-Meuse, à travers des taux de natalité générale, mais aussi des indicateurs synthétiques de Coale, If et Ig66. Les traits essentiels résidaient non seulement dans une fécondité légitime relativement élevée dans le contexte de la province de Liège, mais surtout dans une évolution très particulière au cours de la seconde moitié du xixe siècle. En 1846 les valeurs herviennes sont plus ou moins équivalentes à celles observées dans les centres urbains voisins (Verviers, Dison, Bassin Aval, Basse Meuse). Elles augmentent dans les années 1860-1870, alors même que partout ailleurs, la fécondité stagne, voire entame un léger déclin. C’est seulement dans les années 1880 qu’une diminution progressive se dessine. Dès ce moment, outre un différentiel marqué avec les localités urbaines, la fécondité légitime des zones rurales ardennaises et hesbignonnes est clairement plus basse que dans le bocage hervien.

Tableau X-15. Taux de fécondité légitime des femmes mariées de 15 – 49 ans, par âge et par période, 1846 1900. Indice base 100 = période 1846-1872

Tableau X-15. Taux de fécondité légitime des femmes mariées de 15 – 49 ans, par âge et par période, 1846 – 1900. Indice base 100 = période 1846-1872
  • 67 Pour des données de comparaison, volontairement limitées à la région liégeoise de la seconde moiti (...)
  • 68 La descendance moyenne fictive par femme est aussi appelée ‘Total Marital Fertility Rate’. Il s’ag (...)
  • 69 Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’œuvre, p. 347. À Huy, où la transition démographiqu (...)
  • 70 Alter G., Neven M. (1997), Belgian fertility-nuptiality report. Vers 1870, la descendance attendue (...)

80Il n’est guère utile de multiplier à l’envi les comparaisons67. Notons simplement ici que la descendance moyenne fictive par femme, sur base des taux de fécondité légitime à 20 ans, est plus faible au milieu du xixe siècle dans le Pays de Herve (8,6) que dans la Basse Meuse liégeoise et le Bassin aval étudiés par R. Leboutte68. Elle augmente toutefois par la suite, alors que, conformément à ce que nous avions noté dans le chapitre III, une baisse substantielle se marque déjà dans la zone plus industrielle de Liège. En 1873-1890, la descendance moyenne théorique dans les bocages s’élève à 9 enfants, contre 7,9 seulement déjà en aval de Liège. Au cours de la dernière décennie, les valeurs herviennes tombent à 8 de moyenne, contre 7,4 en région liégeoise69. Le même profil se dégage lorsque les valeurs des trois villages de notre échantillon sont confrontées à celles de l’Ardenne liégeoise70 : au milieu du siècle, la descendance finale théorique des mères mariées à 20 ans est de 11 enfants, mais ce chiffre ne cesse de décroître si bien qu’en 1890, elle n’est plus que de 7,2 enfants.

Graphique X-2. Les taux de fécondité légitimes des femmes mariées de 15 – 49 ans, par âge et par période, 1846-1900

Graphique X-2. Les taux de fécondité légitimes des femmes mariées de 15 – 49 ans, par âge et par période, 1846-1900
  • 71 Dans le Pays de Herve, comme à Tourouvre-au-Perche, « le taux ‘tous âges’ a les caractéristiques h (...)
  • 72 Oris M. (1988), Fécondité légitime et illégime, p. 144 — Leboutte R. (1988), Reconversions de la ma (...)

81En somme, plus que le niveau même de la fécondité légitime hervienne, c’est son évolution quelque peu atypique au fil du temps, et spécialement une hausse marquée dans les années 1860-1870, qui la caractérise. Ce qui est clair tout au moins, c’est que contrairement à l’hypothèse du ‘ski jump’ que nous évoquions dans le chapitre III, le relâchement du frein malthusien de la nuptialité ne peut ici être incriminé, dans la mesure où l’âge au mariage ne diminue que très tardivement dans le pays bocager. Mais au-delà de l’évolution générale, les taux permettent de voir à quels âges les changements de comportements s’opèrent. Dans un premier temps, l’augmentation qui s’observe entre la première période (avant 1873) et la deuxième (1873-1890) est due principalement aux femmes âgées de 25-29 ans, qui sont plus fécondes de 13 %. Le déclin qui s’ébauche dans la dernière décennie du xixe siècle est loin d’être homogène. Très limité parmi les femmes de 25-39 ans (1 à 7 % de chute seulement), il résulte d’un double processus. D’abord, de la baisse de fécondité des femmes mariées très jeunes (moins de 25 ans), mais elles sont proportionnellement peu nombreuses (moins de 5 %). Ensuite et surtout, d’un déclin de la fécondité des plus âgées, de l’ordre de –24 % entre 40 et 44 ans, et de –40 % à 45-49 ans71. Manifestement, c’est donc une transition d’arrêt qui s’installe au cœur du pays herbager, ce qui correspond à un trait général dans la… 72 région liégeoise...

2.2.2. Le différentiel socio-économique

  • 73 Une troisième catégorie regroupe les fondatrices (présentes mariées le 16 octobre 1846), dont on n (...)

82Outre une évolution dans le temps, un différentiel se dessine aussi selon l’origine des femmes mariées et selon le statut socioprofessionnel (tableau X-16). La première question s’envisage sous divers angles, selon que Ton adopte une définition plus ou moins large des notions respectives d’indigènes et d’immigrées. Au sens large, toutes les femmes nées au cœur du Vrai Pays de Herve – soit 72,8 % des femmes mariées fécondes – sont indigènes, puisque natives. Mais une définition plus restreinte peut limiter les autochtones à l’ensemble des femmes qui se sont effectivement mariées dans l’un des trois villages de notre échantillon, par opposition à celles qui y sont entrées, après leur mariage, par immigration, même si ces dernières venaient d’un village voisin73. La première acception renvoie à une perception socioculturelle de l’immigration, la seconde envisage beaucoup plus strictement la notion de mobilité, même si elle est de très courte distance.

  • 74 Livi-Bacci M. (1986), Social-group forerunners Alter G. (1988), Family, fertility and the female (...)

83La première approche montre que les femmes originaires du Vrai Pays de Herve ont une fécondité très proche de la moyenne, ce qui s’explique simplement par le fait que trois femmes mariées sur quatre sont nées au cœur de la région herbagère. La fécondité la plus basse s’observe parmi les quelque 5 % de personnes nées dans une zone urbaine ou industrielle. C’est un constat qui correspond aux schémas traditionnellement observés, les citadines opérant plus vite la transition74. L’écart entre elles et les autres se creuse avant 40 ans, ce qui tendrait à mettre en avant des pratiques d’espacement des naissances plutôt qu’un arrêt prématuré de la vie féconde. Cependant, les effectifs sont un peu limités (maximum 262 personne-années par groupe d’âge) pour permettre d’en tirer des conclusions catégoriques.

Tableau X-16. Taux de fécondité légitime, par âge de la mère, en fonction de critères socio-économiques et familiaux

Tableau X-16. Taux de fécondité légitime, par âge de la mère, en fonction de critères socio-économiques et familiaux

Note : pour les personne-années et les naissances correspondant à chaque sous-population, se reporter à l’annexe X-4.
* propriétaires 1 = propriétaires de maisons uniquement ;
propriétaires 2 = propriétaires de maisons et de terres agricoles.

84Abordée sous un autre angle, la fécondité des femmes « indigènes », les 37,8 % qui ont convolé dans l’un des trois villages de notre échantillon, apparaît supérieure à celle des immigrées. En réalité, l’écart entre ces deux groupes est dû à une fécondité légitime plus importante des premières entre 30 et 44 ans. La très faible fécondité des fondatrices est par contre très difficile à expliquer de prime abord, d’autant que, par définition, ces femmes mariées au milieu du xixe siècle procréaient davantage que les Herviennes de la fin du siècle. Mais l’ambiguïté n’est qu’apparente : les effectifs de cette catégorie sont très faibles aux âges jeunes, quand les taux de fécondité sont maximum, ce qui suffit à biaiser le résultat général.

85La comparaison des taux de fécondité légitime respectifs dans les familles des locataires et des propriétaires ne laisse émerger aucun différentiel net, puisqu’un maximum de 9 naissances pour mille femmes fécondes sépare les premiers des seconds. Avant 25 ans, les effectifs trop réduits ne permettent aucune analyse sérieuse et, même au-delà, les différences de comportements entre les uns et les autres apparaissent de manière aléatoire, ne semblant suivre aucune tendance préétablie.

  • 75 Alter G. (1988), Family, fertility and the female life course, p. 193.

86En somme, quelle que soit l’approche privilégiée, que l’on examine les immigrantes ou les locataires, il ressort avant tout que la mobilité ne semble pas être un frein à la fécondité. L’absence de discrimination entre indigènes et immigrantes, entre locataires et propriétaires, est en soi un résultat important, dans la mesure où cette question n’a pas fait l’objet de nombreuses analyses : par définition, la reconstitution des familles s’attache aux comportements démographiques des stables. C’est un résultat d’autant plus important qu’il va à l’encontre des observations de G. Alter dans la population urbaine de Venders, où le « migrant status is clearly related to fertility control in the transitional cohort. Women who had entered Venders after age 15 were much less likely to show signs of family limitation »75.

  • 76 H. Charbonneau, A. Perrenoud et J.-P. Bardet furent parmi les premiers, à notre connaissance, à pr (...)
  • 77 Selon M. Livi-Bacci, les pionniers de la transition démographique en Europe ont en commun une morta (...)
  • 78 Notons qu’en Flandre, c’est un schéma opposé qui s’observe, puisque les agricultrices ont une féco (...)

87Le statut socioprofessionnel du chef de ménage met surtout en exergue les comportements différenciés de deux sous-populations76. D’une part, la petite et moyenne bourgeoisie se distingue très logiquement par un contrôle plus intense, plus précoce aussi de la fécondité. C’est, comme l’indiquent nombre d’études, le comportement traditionnellement observé parmi les élites77. À l’opposé, les femmes mariées dont le chef de ménage est ‘sans profession’ constituent aussi une sous-population quelque peu marginale, à la fois proportionnellement (elles représentent seulement 7 % de l’ensemble des femmes fécondes) et en raison de leur structure par âge. Par contre, les quatre autres groupes forment, de par leur poids et leur fécondité, une population à la fois importante et aux comportements très homogènes, dont le taux de fécondité légitime fluctue entre 246 et 264 ‰. Il faut noter toutefois une petite particularité chez les épouses vivant dans des ménages dirigés par un agriculteur : c’est entre 30 et 44 ans que leur fécondité est la plus élevée78.

2.2.3. Les déterminants familiaux

88L’âge de la femme par rapport à son époux est un premier indice de la composition du ménage. Les couples dont l’écart d’âge est traditionnel, c’est-à-dire inférieur à cinq ans, la femme étant plus jeune que son époux, sont un peu plus féconds que les autres (280 ‰). Par contre, il n’y a pour ainsi dire pas de différence entre les femmes plus âgées que leur mari et celles qui, au contraire, sont beaucoup plus jeunes que lui. Enfin, l’analyse de la fécondité différentielle selon l’appartenance à différents noyaux familiaux permet d’approcher, d’une certaine manière, l’insertion dans une famille étendue et l’importance de l’ancrage des couples au sein de la société hervienne. Les résultats montrent une très belle homogénéité de la fécondité, que les familles se soient maintenues (noyaux stables), qu’elles aient disparu (noyaux de 1846), ou qu’elles aient simplement transité dans la région (non-noyaux). C’est une nouvelle réponse partielle à la question du renouvellement de la population hervienne au cours de la seconde moitié du xixe siècle (cf. chapitre VII). En réalité, les familles qui se sont éteintes et celles qui se sont maintenues n’avaient guère une fécondité légitime très différente. Par contre, les membres des noyaux de 1900 qui, par définition, sont arrivés en cours de route, se caractérisent par une sous-fécondité. A priori, on pourrait penser qu’ils sont les pionniers de la transition, que ce sont eux qui introduisent une nouvelle culture de la famille et de la reproduction au cœur du bocage. Mais l’examen détaillé des taux par âge de la mère montre que ce qui les distingue, ce n’est pas le nouveau comportement qui apparaît à partir de 1880-1890, à savoir l’arrêt, c’est une fécondité systématiquement plus basse à tout âge, de 25-29 à 40-44 ans, qui les singularise.

2.3. La fécondité des Herviennes à travers l’‘event history analysis’

89Les deux analyses menées ci-dessous (sur les intervalles proto-et intergénésiques) permettent de considérer 78 % des naissances légitimes, dans la mesure où toutes les premières naissances des immigrantes et des fondatrices ont été exclues.

  • 79 Bideau A., Bardet J.-P., Houdaille J. (1988), La fécondité, p. 353. Sur les ‘proximate determinant (...)
  • 80 C’est ce que mettent en évidence des monographies françaises menées d’une part dans le Sud-Ouest ( (...)
  • 81 L’impact du degré d’alphabétisation sur la fécondité est d’ailleurs un objet d’étude assez courant (...)

90Dans la seconde moitié du xixe siècle, la société hervienne est une population prétransitionnelle, avec malgré tout une apparition de signes de diminution de la fécondité durant la dernière décennie. Cette situation, souvent considérée comme correspondant à une fécondité naturelle, fut à l’origine même de la mise au point de la méthode de reconstitution des familles, cette dernière ayant été « principalement conçue pour analyser la fécondité légitime »79. Mais en réalité, les travaux menés dans les populations traditionnelles ne pratiquant pas à proprement parler la contraception mettent en évidence de nettes variations du niveau même de la fécondité : autour du standard, de la référence constituée par les Huttérites, une relative hétérogénéité se dégage80. Au sein même de ces sociétés prétransitionnelles, d’ailleurs, une fécondité différentielle ressort également, selon le statut social ou d’autres critères, sans que nécessairement des méthodes contraceptives soient pratiquées sciemment. Au Québec, par exemple, où « on peut parler d’un régime de fécondité naturelle (avec toutes les réserves dont on a entouré ce concept) depuis les débuts du peuplement en Nouvelle France jusque dans le deuxième tiers du xixe siècle », le différentiel de fécondité en fonction du degré d’alphabétisation a fait l’objet de plusieurs études, dont les conclusions ne sont cependant pas toujours convergentes81.

91C’est ce différentiel que nous allons essayer d’atteindre, en partie pour comprendre la fécondité régionale, mais surtout en gardant présent à l’esprit que la mise au monde d’enfants est réellement l’événement répétitif qui, plus que tout autre, scande la vie des femmes mariées.

2.3.1. Les intervalles protogénésiques

  • 82 Watkins S.C., McCarthy (1980), The female life cycle, p. 173.

92Dans leur étude sur le cours de la vie des femmes de La Hulpe au milieu du xixe siècle, S. C. Watkins et J. McCarthy estiment que « The choice of first birth as a significant event in the female life cycle seems an obvious one ; for most women, it marks the beginning of a stage which will continue for a long time, that of daily responsabilities for the care of children »82. Pour rappel, 1.175 femmes âgées de 15 à 49 ans se sont mariées à Charneux, Clermont ou Neufchâteau entre 1846 et 1900. Toutes ont donc été soumises à une série de risques concurrents : la moitié (589) ont donné naissance à un premier enfant légitime dans la commune même où la cérémonie nuptiale a été célébrée, tandis que les autres sont décédées, devenues veuves ou ont émigré sans qu’aucune naissance soit survenue dans la localité observée. Les durées d’exposition aux risques de mourir et d’émigrer ont été abordées dans la première partie de ce chapitre. Il s’agit maintenant d’étudier d’une part la durée qui a séparé le mariage et la première naissance et, d’autre part, de tenter une première approche différentielle de cet intervalle protogénésique, à travers une analyse multivariée.

  • 83 Notons que cette analyse fournit une proportion de conceptions prénuptiales un peu plus élevée que (...)

93En moyenne, les habitantes du Plateau qui convolent en justes noces attendent 14 mois pour voir naître leur premier enfant. Exactement deux tiers des premières naissances légitimes surviennent dans l’année qui suit la cérémonie83, tandis que 23 % des aînés naissent 13 à 24 mois après le mariage de leurs parents (tableau X-17). À peine une première naissance sur dix survient plus de deux ans après le mariage.

Tableau X-17. Les intervalles protogénésiques : moyenne et distribution

Tableau X-17. Les intervalles protogénésiques : moyenne et distribution
  • 84 Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’œuvre, p. 372.
  • 85 Oris M. (1984), Pauvreté et transition démographique à Huy, p. 252 et 256. Dans la Basse-Meuse d’a (...)

94Pour un régime que nous avons toujours décrit jusqu’ici comme caractérisé par une forte fécondité légitime, l’intervalle protogénésique moyen de 14 mois peut apparaître comme relativement long. À la même époque, R. Leboutte observe dans la Basse-Meuse des durées qui oscillent, selon la cohorte de manages, entre 10,5 et 11,3 mois84. En fait, la véritable différence se joue justement au niveau des conceptions prénuptiales qui, même dans l’hypothèse maximale, ne touchent qu’une jeune mère sur quatre dans le Pays de Herve, contre une sur trois dans la vallée mosane. À Huy, l’intervalle protogénésique moyen est aussi inférieur à celui que nous observons dans la région herbagère (12 à 13 mois en moyenne), mais de nouveau, le poids des conceptions avant le mariage est significatif : d’une part, l’intervalle moyen pour ces conceptions est de 3,5 à 3,7 mois entre 1841 et 1875 ; d’autre part, lorsque seules sont prises en comptes les conceptions survenues après l’union légitime, l’écart entre le mariage et la première naissance oscille entre 13,6 et 15,2 mois, valeurs qui sont beaucoup plus proches des chiffres observés dans l’Entre-Vesdre-et-Meuse85.

  • 86 Faron O. (1997), La ville des destins croisés, p. 410— Knodel J. (1988), Demographic behavior in t (...)
  • 87 Bideau A., Bardet J.-P., Houdaille J. (1988), La fécondité, p. 357 — Bardet J.-P. (1983), Rouen, p (...)

95Les intervalles protogénésiques dans le Pays de Herve sont même plutôt courts pour leur époque quand on les compare aux statistiques étrangères. A Milan, au milieu du xixe siècle, les femmes mariées donnent naissance à leur premier enfant en moyenne 15,3 mois après leurs noces. De 1750 à 1899, l’intervalle protogénésique moyen observé dans quatorze villages allemands par J. Knodel oscille, selon l’âge au mariage des mères entre 16,2 et 19,3 mois86. Pour l’Ancien Régime, les mesures de comparaison sont légion. Malgré une diversité qu’il n’est pas possible de nier, ni de détailler ici, il reste que les chiffres observées dans le Pays de Herve sont plus bas que ceux mis en lumière par ce que l’on peut appeler les « grands classiques de la reconstitution des familles ». À Crulai (1674-1742), l’écart entre le mariage et la première naissance est de 18,3 mois, à Rouen, de vingt mois environ et à Tourouvre, de 16,6 mois minimum87. En comparaison, les Herviennes ne traînaient pas en chemin...

96Le modèle d’event history analysis présenté dans le tableau X-18 tente de cerner les facteurs qui influencent directement la durée de l’intervalle protogénésique. D’abord, une grande homogénéité dans l’espace et dans le temps émerge de l’analyse : les trois villages ne présentent aucune différence statistiquement significative et aucune évolution ne se dessine franchement entre 1846 et 1900. La conjoncture économique n’a guère plus d’importance. Par contre, le rôle du statut socioprofessionnel du chef de ménage est une fois encore déterminant : les mères de familles mariées à un artisan ont des temps d’attente 44 % plus courts que les épouses d’agriculteurs. C’est donc chez les paysans-cultivateurs que le mariage ****apparaît le plus contrôlé, que la proportion de conceptions prénuptiales est la plus faible, ce qui allonge dès lors l’intervalle précédant la première naissance.

Tableau X-18. Les intervalles protogénésiques. Régression de Cox

Tableau X-18. Les intervalles protogénésiques. Régression de Cox
  • 88 En effet, « la notion de fécondité, en apparence limpide, est en réalité complexe. Il faut distingu (...)

97Dans les analyses de la fécondité, les facteurs biologiques sont déterminants88. À 20-24 ans, le risque d’avoir une première naissance proche du mariage est maximal. À partir de 35 ans, l’écart entre le mariage (qui survient de plus en plus rarement) et la première naissance tend à s’allonger, et l’écart par rapport aux femmes mariées de 30-34 ans est particulièrement significatif après 45 ans (+88 %).

2.3.2. Les intervalles intergénésiques

Le Pays de Herve en contexte

  • 89 Alter G. (1988), Family, fertility and the female life course, p. 175.

98L’analyse des intervalles intergénésiques soulève un problème de technique statistique qui est assez ardu et dont G. Alter a souligné l’importance : les familles à forte fécondité seront à l’origine d’un nombre disproportionné d’intervalles, relativement courts de surcroît, par rapport aux familles qui pratiquent la contraception89. Mais en fait, la population du Pays de Herve ne peut guère être considérée comme transitionnelle, puisque la descendance théorique des femmes mariées à 20 ans est encore de huit enfants dans la dernière décennie du xixe siècle. De surcroît, une belle homogénéité d’ensemble caractérise les habitantes du pays herbager, comme en atteste la distribution des espacements intergénésiques (tableau X-19). En moyenne, tous rangs de naissance confondus, les frères et sœurs se succèdent tous les 26 mois (25 mois et 27 jours précisément).

  • 90 L’écart-type est de 1,2 et le coefficient de variation de 0,56.

99Autour de cette moyenne, les écarts sont faibles90 : quatre durées sur cinq se situent dans une fourchette de 1 à 3 ans, la valeur modale étant franchement de 12 à 24 mois (51,2 % de l’ensemble des durées observées). Les intervalles intergénésiques inférieurs à 12 mois sont en effet très rares (3,3 %), de même que les espacements longs. Seuls 15 % des intervalles sont supérieurs à 3 années.

  • 91 Notons que pour l’Ancien Régime, les historiens français n’hésitent pas, au contraire, à évoquer ‘ (...)
  • 92 Eggerickx T. (1995), Urbanisation et déclin de la fécondité légitime— Oris M. (1995), La transitio (...)
  • 93 Alter G. (1988), Family, fertility and the female life course, p. 166.
  • 94 Oris M. (1984), Pauvreté et transition démographique à Huy, p. 268 — Leboutte R. (1988), Reconvers (...)
  • 95 Faron O. (1997), La ville des destins croisés, p. 411.
  • 96 Knodel J. (1988), Demographic behavior in the past, p. 324.

100L’historiographie récente met en évidence la surfécondité des ruraux au xixe siècle91, notamment parce que les citadins adoptent plus rapidement la limitation des naissances92. À Venders, tous intervalles confondus, et quels que soient les rangs de naissance, la durée moyenne est en effet légèrement supérieure à celle du Pays de Herve, puisqu’il existe un écart de 27 mois entre les naissances successives93. À Huy, les femmes mariées entre 1841 et 1875 ont des naissances espacées en moyenne de 32 mois, de même que dans le Bassin aval, pour les personnes mariées entre 1840 et 1889, l’intervalle minimal est de 26,3 mois, mais il peut grimper à 46 mois quand il s’agit de la dernière naissance94. Les confrontations des valeurs herviennes avec des repères étrangers fournissent cependant des résultats plus nuancés : à Milan, entre 1831 et 1860, l’intervalle moyen est très légèrement inférieur à celui des trois villages herviens (25,2 mois)95. Par contre, les durées observées dans les campagnes allemandes sont un peu plus élevées, de l’ordre de 27-28 mois pour la période 1850-189996.

Tableau X-19. Les intervalles intergénésiques : moyenne et distribution

Tableau X-19. Les intervalles intergénésiques : moyenne et distribution

La fécondité à travers l’analyse multivariée

  • 97 Les spécialistes de la reconstitution des familles, de L. Henry à O. Faron, défendent avec force l (...)
  • 98 Seuls finalement un nombre assez restreint de travaux de grande envergure ont pu conduire à une étu (...)

101La fécondité, nous l’avons vu, a fait l’objet de nombreuses analyses biométriques dans le cadre de la reconstitution des familles. Tous les auteurs insistent sur la nécessité, pour parvenir à des résultats parfaitement comparables, de confronter des rangs de naissances identiques dans des familles de taille similaire97. L. Henry, démographe qui cherchait la fécondité naturelle, a construit un outil d’observation biométrique parfait quand la fiche de famille est complète. Toutefois, un reproche majeur peut lui être adressé : cette méthode s’est toujours difficilement prêtée à l’analyse différentielle, car la reconstitution des familles implique un long investissement pour la collecte des données, qui sont de ce fait la plupart du temps trop peu nombreuses pour permettre des subdivisions en un certain nombre de catégories98

102Outre cette restriction, d’une importance non négligeable dans un travail dont l’ambition est justement de proposer une démographie différentielle au niveau des familles et des individus, il reste que, de toute façon, dans le Pays de Herve, nous n’avions pas véritablement le choix de la méthode, en raison de la très faible proportion de familles complètes, et même achevées. L’event history analysis est donc un choix mi-contraint, mi-volontaire. Contraint parce qu'il faut reconnaître que l’intégration des immigrées dans l’analyse n’autorise pas le contrôle de toutes les variables biologiques qui affectent directement la fertilité, comme la durée du mariage, l’âge à la dernière naissance ou encore le nombre de naissances précédentes. Ce dernier élément ne nous est connu qu’indirectement par le nombre d’enfants déjà observés : c’est une approche partielle, car les enfants nés et morts en dehors de la commune étudiée échappent à notre contrôle. Volontaire parce qu’il a le triple avantage de nous permettre de travailler sur une proportion beaucoup plus substantielle de naissances (environ 80 % des effectifs), d’atteindre ainsi une meilleure représentativité et, enfin, d’intégrer dans l’étude de la fécondité des femmes des caractéristiques très diverses. Celles-ci peuvent englober aussi bien des différenciations interfamiliales, que des facteurs biologiques ou des indicateurs macroéconomiques. Dans ces conditions, notre analyse de la fécondité légitime au cœur de l’Entre-Vesdre-et-Meuse, s’inscrit surtout dans le cadre du croisement du temps familial et socio-économique, en tenant compte des structures sociales (profession, origine).

  • 99 Le Roy Ladurie E. (1973), L’aménorrhée de famine.

103À l’échelle macro, l’event history analysis offre la possibilité de situer la vie féconde des individus dans une périodisation historique plus large, tant à travers les mouvements annuels des prix, qu’à travers les grandes périodes d’ajustement économique. Les fluctuations des prix sont théoriquement susceptibles d’avoir un impact sur la fertilité. Bien sûr, nous l’avons vu dans le chapitre II tout particulièrement, les habitantes du Plateau de Herve ne souffrent pas de famine dans la seconde moitié du xixe siècle. Toutefois, il n’est pas exclu qu’un appauvrissement limité du régime alimentaire, une diminution de la ration journalière de protéines, de vitamines et simplement de calories, puisse entraîner des aménorrhées temporaires99. Cette hypothèse est d’autant plus plausible que la section précédente (2.2.) a mis en exergue une relative sensibilité des femmes mariées à la conjoncture économique, alors que tant les femmes célibataires que les hommes dans leur ensemble n’étaient pas affectés par les mouvements des prix. Parallèlement, la période étudiée joue a priori un rôle important dans cette seconde moitié du xixe siècle, caractérisée par la transition démographique. Celle-ci survient assez tard dans la région bocagère et de manière plutôt discrète, mais une évolution vers 1890 se dessine malgré tout à travers plusieurs indices (cf. supra et chapitre III).

104La méthode choisie rend possible aussi, et ce n’est pas, nous l’avons dit, son moindre avantage, l’intégration de variables familiales. Ainsi des effets d’origine – lieu de naissance ou entrée dans la commune après le mariage (immigration) – sont directement étudiés et, pour une fois, la fécondité des familles mobiles peut être considérée. De même, l’analyse intègre le statut socioprofessionnel du chef de ménage. Outre cette prise en compte des structures sociales, un certain nombre de stratégies familiales sont également envisagées, dans le cadre d’une fécondité non contrôlée par des moyens artificiels. Nous avons retenu trois indicateurs. D’abord, le nombre d’enfants déjà observés, tout en gardant présentes à l’esprit les restrictions évoquées ci-dessus : certains enfants nous échappent. D’autre part, nous testerons l’hypothèse du remplacement d’un enfant décédé, ainsi que celle de la prolongation de la vie féconde jusqu’à ce qu’une naissance masculine se soit produite.

105Enfin, une seule variable strictement individuelle figure dans notre modèle d’analyse multivariée, mais elle est d’importance, puisqu’il s’agit d’un facteur biologique primordial dans tout examen de la fécondité : l’âge de la mère.

  • 100 Notons que le fichier des intervalles intergénésiques est composé de toutes les durées observées a (...)

106Le tableau X-20 présente les résultats de cet essai d’approche de la fécondité différentielle. Il s’agit de comprendre quels sont les facteurs qui allongent ou diminuent la durée entre deux naissances successives, qui déterminent autrement dit l’espacement ou l’arrêt des naissances100. C’est une étude qui porte donc, soulignons-le, sur les intervalles intergénésiques. Pour commencer, à l’échelon macrorégional, notre échantillon se révèle parfaitement homogène puisque les divergences entre les trois villages choisis ne sont pas significatives. L’effet de période fournit une première information intéressante, tant pour la compréhension de la fécondité hervienne que pour l’aspect méthodologique. En effet, l’analyse multivariée montre que les écarts observés dans la dernière décennie du xixe siècle sont plus longs d’environ 11 % que ceux des années antérieures (1873-1890). Pourtant, le calcul de la durée moyenne entre deux naissances donne a priori des résultats totalement opposés, puisque les intervalles intergénésiques moyens passent de 26 mois 18 jours avant 1873 à 24 mois 27 jours pour les années 1891-1900. Ce constat paradoxal est la parfaite illustration du fait que la transition qui s’opère au cœur de l’Entre-Vesdre-et-Meuse est une contraception d’arrêt. Les intervalles entre les naissances ne s’allongent pas au fil du temps, au contraire, mais les femmes âgées qui, pour de simples raisons biologiques ont des naissances plus distantes, cessent carrément de procréer. L’on voit donc se dessiner une double évolution : l’espacement moyen diminue puisque les durées longues caractéristiques de la fin de la vie féconde disparaissent ; parallèlement, à travers la méthode de Cox où même les intervalles ouverts sont pris en compte, il ressort qu’une contraception d’arrêt se manifeste dans les dix dernières années du xixe siècle.

Tableau X-20. Les intervalles intergénésiques. Régression de Cox

Tableau X-20. Les intervalles intergénésiques. Régression de Cox

107L’impact des conjonctures économiques sur la fécondité est conforme aux hypothèses émises ci-dessus. D’une part, une hausse de l’indice des denrées de consommation va de pair avec un allongement léger, mais significatif, du temps entre les naissances dans le Pays de Herve (-0,5 %). À l’opposé, une montée du prix du beurre s’accompagne d’une petite augmentation de la fécondité (+0,2 %).

  • 101 Voir en Annexe X-5 les fréquences des variables explicatives (ou leur valeur moyenne) utilisées po (...)

108L’origine de la mère peut s’estimer de deux manières et les deux définitions retenues dorment des résultats différents. D’abord, les immigrantes – c’est-à-dire celles qui sont entrées dans un de nos trois villages tests après leurs noces – espacent davantage leurs conceptions (+11 % par rapport aux femmes dont le mariage a pu être observé dans une des trois communes). Par contre, le lieu de naissance n’a pas d’impact sur la fécondité des femmes mariées du Pays de Herve, sauf pour les 6,9 % de femmes nées à l’étranger.101 C’est donc davantage la mobilité qui est responsable d’un allongement des intervalles intergénésiques que la région natale.

109Un net différentiel se manifeste quand on envisage la profession du chef de ménage. Sans aucune exception, dans les ménages dirigés par les agriculteurs, les écarts entre les naissances sont de 18 à 24 % plus courts que dans les autres foyers. Ici, c’est véritablement le statut de paysan-agriculteur qui apparaît avec des traits spécifiques, tandis que le différentiel entre les autres statuts socioprofessionnels est peu marqué. Le profil particulier des agriculteurs émerge clairement : respectueux des normes sociales – comme l’indique d’ailleurs leurs intervalles protogénésiques supérieurs à la moyenne –, ils sont parallèlement les principaux moteurs de la forte fécondité légitime hervienne.

  • 102 À Rouen, au xviiie siècle, l’intervalle intergénésique est en moyenne six mois plus long quand la (...)
  • 103 L’aménorrhée post-partum est estimée à 11 mois dans les sociétés où l’allaitement est pratiqué, à 2 (...)
  • 104 Alter G. (1988), Family, fertility and the female life course, p. 181.

110Quant aux stratégies familiales de la fécondité, un seul élément ressort clairement : le risque pour une mère de donner naissance à un enfant dans un délai rapproché augmente de 148 % lorsque l’enfant précédent est décédé. C’est un constat qui rejoint toute une série d’observations réalisées par de nombreux auteurs dans le cadre de la reconstitution des familles102. Les causes ne sont pas simples à isoler : d’une part, il peut s’agir d’une volonté délibérée de remplacer l’enfant perdu ; d’autre part, dans les régions où l’allaitement maternel est répandu, le décès d’un nourrisson permet un retour plus précoce de la mère à la fertilité103. Les résultats semblent confirmer en tout cas que les mères herviennes allaitaient leurs bébés, sinon il est peu probable que le décès d’un enfant ait eu autant d’influence sur la réduction subséquente de l’intervalle intergénésique. Dans son ‘hazard model of birth interval’, composé de sept variables différentes, G. Alter estimait que l’information la plus intéressante était constituée par l’effet d’un décès d’enfant, « because it shows whether parents increased fertility to ‘replace’the deceased child »104.

  • 105 Idem, p. 184.

111Pour réellement mesurer l’effet de remplacement, G. Alter inclut d’ailleurs dans son modèle le nombre de décès constatés au sein de la famille : « if parents were aiming for a particular family size, those who experienced a child death would be less likely to practice contraception than those who had not lost a child »105. Dans le cas du Pays de Herve, cependant, étant donné la forte mobilité des couples et les périodes relativement limitées pendant lesquelles nous pouvons les suivre, le risque est grand d’ignorer un décès en bas âge. Nous avons d’ailleurs inclus dans notre modèle le nombre d’enfants déjà observés. Cette variable n’a pas d’impact significatif sur les durées entre deux naissances, mais cette information, nous l’avons signalé, est lacunaire. Ces enfants correspondent exactement au nombre d’enfants auxquels une mère a donné naissance, qu’ils soient toujours en vie ou décédés, uniquement lorsque nous avons pu observer la femme mariée pendant tout son cycle de vie féconde. C’est cependant rarement le cas... Enfin, quand une mère n’a que des filles vivant avec elle, l’intervalle suivant est plus court de près de 15 %. À première vue, cet élément tendrait à démontrer une volonté d’avoir absolument un fils dans la famille. Toutefois, la prudence est de mise. D’abord, l’effet est quasiment le même quand la mère ne vit qu’avec des fils (+10 %)... En outre, il semble que ce facteur soit trop directement lié à la taille même du ménage : moins il y a d’enfants, plus les risques qu’ils soient du même sexe sont grands, et c’est justement au début de la vie féconde que les espaces entre les conceptions sont les plus brefs. En somme, ce résultat ne permet absolument pas d’affirmer qu’il y a une quelconque stratégie familiale relative à la composition par sexe de la progéniture, mais il n’exclut pas non plus cette hypothèse. Dans un régime de forte fécondité légitime, il est de toute façon statistiquement très probable de donner naissance à des enfants des deux sexes.

  • 106 Notons que nous avons aussi appliqué la même analyse en ajoutant les statuts de locataires et de p (...)

112Les naissances successives au sein d’une même famille sont plus rapprochées lorsque la mère a moins de 30 ans. Par contre, à partir de 35 ans, un déclin de la fécondité s’observe comme simple effet de l’âge de la mère. L’infertilité naturelle, conjuguée à l’arrêt plus ou moins volontaire des naissances ou à leur espacement, se traduit par des intervalles intergénésiques de plus en plus longs. L’impact est exponentiel : +23 % à 35-39, +61 % à 40-44 et +91 % à 45-49 ans (par rapport aux femmes de 30-34 ans)106.

Conclusion

113Globalement, trois traits caractérisent les comportements démographiques des familles herviennes dans la deuxième moitié du xixe siècle : une turbulence migratoire insoupçonnée, une fécondité légitime importante et une mortalité faible, entachée cependant par une surmortalité relative des femmes mariées. L’importance des migrations est véritablement un élément saillant de la démographie des Herviens mariés âgés de 15 à 54 ans, qui amène d’ailleurs à reconsidérer l’hypothèse selon laquelle les gens qui s’établissent dans une localité donnée à la suite de leur mariage ont pour volonté d’y demeurer longtemps ! La sédentarisation comme projet familial des mariés est ici remise en cause. Toutefois, il n’est pas question d’un va-et-vient incessant, de migrations-retour permanentes. Simplement, à peine un peu plus de la moitié des mariés restent plus de cinq années d’affilée dans le même village.

114Parallèlement, la mortalité des adultes apparaît plus comme un accident possible de la vie quotidienne que comme une réalité de tous les jours. Mais dans ce contexte de basse pression, le profil quelque peu particulier des femmes mariées se détache, puisqu’elles endurent de 15 à 40 ans une surmortalité indéniable par rapport à toutes les autres sous-populations. La mortalité maternelle n’est pourtant pas seule à l’origine de ce particularisme. L’usure, la fatigue, l’épuisement à la suite de grossesses répétées et d’une participation active aux tâches domestiques dans cette économie laitière sont aussi responsables de cette surmortalité relative.

115Enfin, comme nous l’avions souligné dans le chapitre III, une fécondité légitime élevée caractérise la région bocagère. D’une part, les intervalles protogénésiques moyens sont relativement longs (14 mois), en raison de la faible proportion de conceptions prénuptiales. En revanche, les intervalles intergénésiques sont assez rapprochés (26 mois) et le restent d’ailleurs tout au long de la période observée. Pourtant, l’amorce d’une transition de la fécondité se dessine, mais tardivement et progressivement, dans la dernière décennie du xixe siècle.

116Au-delà de cette description des tendances, notre objectif consistait aussi à discerner l’homogénéité ou l’hétérogénéité relative de la population hervienne. Les frontières entre ces deux termes sont parfois ambiguës. Un élément est pourtant acquis : aucune dichotomie ne divise nettement les Herviens mariés, mais autour des comportements standard, des attitudes généralement adoptées, des discriminations se révèlent plus ou moins flagrantes, plus ou moins discrètes.

Trois traits récurrents de discrimination

117Indiscutablement, à travers toutes les analyses développées dans ce chapitre, une sous-population se distingue, une fois de plus, par sa démographie très particulière : le groupe des agriculteurs. Leur mobilité est moindre que celle de tous les autres statuts socioprofessionnels, ils endurent une mortalité elle aussi plus basse (en tout cas du côté des hommes mariés) que les autres sous-populations et ils se caractérisent, enfin, par une fécondité spécifique, à la fois plus respectueuse des normes (intervalles protogénésiques longs) et plus élevée (intervalles intergénésiques courts).

118Le rôle de la conjoncture économique régionale, bien qu’étudié à travers des indicateurs peu précis, se confirme via une série d’indices. Certes, elle n’a pas d’impact sur la mobilité, qui s’avère davantage liée aux structures qu’aux conjonctures, mais elle semble influencer par contre la mortalité et la fécondité des femmes mariées. Indéniablement, la mère dans la société hervienne apparaît bel et bien soumise à un rythme de vie épuisant, entre grossesses répétées et participation active à l’économie domestique. Il en résulte une sensibilité relative aux fluctuations des prix, qui se marque par une fécondité légèrement ralentie pendant les temps les plus durs, et sans doute aussi par une mortalité accrue. Parallèlement, les prix n’ont aucun impact sur les autres adultes du Plateau de Herve.

119L’âge des individus est un facteur lui aussi essentiel pour comprendre les comportements dans toute leur complexité. Les mouvements migratoires, tout d’abord, sont partiellement déterminés par l’âge des Herviens mariés. Plus ils sont jeunes, plus leur propension à bouger est importante, ce qui traduit notamment des opportunités ‘d’installation’ plus restreintes pour ceux qui enfreignent la règle du mariage tardif. Mais ici encore, il ne s’agit pas d’un groupe parfaitement ségrégé, obligée de partir. Simplement, dans le contexte général d’une population rurale en mouvement quasi perpétuel, les plus jeunes participent plus encore que les autres à la mobilité générale. En revanche, les jeunes qui restent contribuent davantage – proportionnellement parlant – à la reproduction de la population locale, dans la mesure où, conformément aux ‘normes biologiques’, la fécondité des femmes est maximale vers 20-24 ans et ne cesse de décroître par la suite.

Les autres facteurs d’hétérogénéité dans une population relativement homogène

120Outre ces trois facteurs de démarcation, d’autres éléments distinguent les Herviens, les singularisent, mais pas nécessairement à tous les points de vue. Comme les précédents d’ailleurs, ils introduisent des nuances plus que des oppositions.

121À l’échelon communautaire, outre les prix évoqués ci-dessus, l’échantillon des trois communes herviennes apparaît relativement homogène, malgré quelques légères divergences entre localités qui se font jour ça et là au fil des analyses. Le facteur temps a surtout été considéré dans le deuxième volet de ce chapitre et il confirme l’ébauche de transition démographique après 1890.

122La structure, l’origine de la population étudiée est à la source de certaines différenciations. Les femmes qui s’installent dans le village où leurs noces ont été célébrées ont une durée de séjour plus longue, mais la distance qui les sépare des femmes entrées après leur mariage n’est pas énorme. De même, leur fécondité tend à être légèrement plus élevée que celle des immigrantes, mais ces dernières sont seulement un rien à la traîne (-10 % environ). Le lieu de naissance, par contre, n’a que peu d’impact sur les comportements démographiques futurs des femmes mariées. Entre propriétaires et locataires, seul un élément crée la différence, ce sont les mobilités respectives. Indiscutablement, les premiers sont plus sédentaires que les seconds et ce rôle de la propriété comme facteur d’ancrage primordial a d’ailleurs été souligné dans le chapitre VII. Nos analyses font ainsi ressortir un résultat contrasté : d’une part, les locataires sont très mobiles, mais d’autre part, les agriculteurs herviens sont incontestablement les plus stables. Contrairement à notre hypothèse de départ, qui liait la mobilité familiale à celle d’une société rurale de locataires, c’est surtout la structure globale de la propriété, plus que les structures agraires en particulier, qui expliquent la turbulence et la circulation des familles au cœur de l’Entre-Vesdre-et-Meuse.

123D’un point de vue familial, une série d’indicateurs ont été introduits dans les multiples analyses. Il ressort d’abord que les enfants ont un effet stabilisateur, de même que l’intégration dans un réseau familial relativement dense : les individus qui appartiennent à de grandes familles ont de moindres propensions à émigrer. Les femmes mariées, qui souffrent d’une surmortalité générale, sont par contre égales devant la mort. À l’opposé, le profil des hommes mariés est beaucoup plus typé. les agriculteurs meurent moins que les autres, de même que les jeunes hommes, les mariés (par opposition aux veufs) et ceux qui vivent dans des ménages de taille restreinte. Chez les célibataires, l’âge est l’élément de discrimination essentiel : fragilité de départ ou fragilisation progressive, il n’est cependant pas permis de trancher.

124Le fait que l’enfant précédent soit décédé est un élément prépondérant dans l’étude des intervalles intergénésiques, mais il est difficile d’en déduire, ipso facto, une volonté de remplacement. Simplement, cet élément prouve indirectement que les mères herviennes allaitaient leurs enfants. Il n’est pas possible de déceler l’un ou l’autre signe tangible de stratégies familiales pour parvenir à un nombre d’enfants fixé ou à une parité garçons-filles ; simplement, une transition d’arrêt s’observe à la fin du xixe siècle.

125En somme, ce chapitre révèle une société relativement homogène, dans la mesure où les comportements standard, les attitudes moyennes, ont une forte représentativité. Mais cet ensemble cohérent n’est pas dépourvu d’hétérogénéité. Dans cette société « doucement égalitaire », le différentiel entre deux sous-populations émerge de plus en plus clairement. Tant dans leurs profils migratoires que dans les niveaux respectifs de la mortalité, célibataires et mariés affichent leurs particularismes. Nous tenterons de voir, dans le chapitre suivant, si les inégalités entre ces deux groupes dont le poids numérique n’est pas équivalent, se perpétuent, voire s’accentuent, dans la vieillesse.

Notes

1 Watkins S.C., McCarthy J. (1980), The female life cycle Festy P. (1979), La fécondité des pays occidentaux.

2 Delumeau J., Roche D. (1990), Histoire des pères et de la paternité Knibiehler Y. (1987), Les pères aussi ont une histoire.

3 Houdaille J., Bonneuil N. (1992), Migrations matrimoniales en France — Vernay M., Bideau A., Brunet G. (1998), Flux matrimoniaux.

4 Il est à noter d’emblée que conformément à l’optique de cette étude, nous allons réellement travailler dans une perspective longitudinale. Le grand avantage d’une telle pratique est qu’elle permet notamment de distinguer les sorties par émigration des sorties par décès, ce qui n’est guère possible si l’on se borne à comparer les résultats de deux recensements successifs. Sur les apports de l’approche longitudinale dans l’étude des migrations, voir l’excellent article – à la fois précis, détaillé et didactique – de Hogan D.P., Kertzer D.I. (1985), Longitudinal approaches. Sur le thème plus général des études des migrations dans le champ historique, sur les grands courants de recherche, les principales voies investiguées jusqu’ici et celles qui restent en friche, voir Jackson J. H., Moch L. P. (1989), Migration and the social history of Modem Europe.

5 L’expression – dont l’équivalent anglais est ‘transiency’ – est de Hélin E. (1990), Aux confins de la démographie historique, p. 629.

6 Langewiesche D., Lenger F. 1987), (Internal migration, p. 92.

7 Il est très malaisé de trouver des données de comparaison, mais M. Manfredini et M. Breschi proposent des chiffres strictement comparables pour les mariés âgés de 20-54 ans dans deux villages italiens au xixe siècle. L’intensité migratoire est deux fois plus élevée à Madregolo que dans le Pays de Herve, mais se limite à 8 % environ à Casalguidi. Ces divergences proviennent, selon ces auteurs, de contextes sociaux et économiques différents dans ces deux zones rurales, Madregolo étant « more dependant on short time agricultural contracts » (Manfredini M., Breschi M. (2002), Individual and family mobility).

8 Moriceau J.-M. (1985), Un système de protection sociale efficace, spécialement p. 128 — Manfredini M., Breschi M. (2002), Individual and family mobility.

9 Langewiesche D., Lenger F. (1987), Internal migration, p. 93. Dans le Brabant wallon, les exploitants agricoles comptent parmi les plus mobiles. « La recherche de terres, le bail d’une exploitation plus vaste, les épousailles avec la fille d’un censier de la région rendent compte de la mobilité » (Bruneel C. (1995), Mobilité rurale et migrations des campagnes vers les villes, p. 108).

10 L’intensité des mouvements ne préfigure en rien leur efficacité. À propos des centres urbains, Langewiesche et Lenger estiment que « there is no systematic relationship between the number of moves recorded and the net population gain made by a city through immigration. Usually, the gain was small in proportion to the figures for all movements, since the number of outward migrations tends to be highly correlated with the number of immigrations » (Langewiesche D., Lenger F. (1987), Internal migration, p. 89).

11 Sur cette méthodologie, voir Oris M. (1993), La transition de la mobilité, surtout p. 206.

12 Une petite précision méthodologique éclaircira sans doute la question. La population des mariés qui figure dans les registres de population est composée de deux sous-populations qui sont à l’origine de la dualité observée. D’une part, il y a l’ensemble des mariés qui ont vécu à Charneux, Clermont ou Neufchâteau entre 1846 et 1900 et, d’autre part, les gens originaires de ces trois localités, qui se marient et émigrent peu de temps après pour rejoindre leur conjoint. Les seconds ne comptent pratiquement pas dans la population de référence, dans la mesure où ils n’apparaissent mariés que pendant une durée très courte, mais ils sont responsables d’un grand nombre de mouvements. L’écart entre hommes et femmes s’explique d’ailleurs par le nombre de jeunes filles qui convolent dans leur village, puis partent juste après leurs noces : le solde migratoire des femmes est seulement de 44 ‰ à 20-24 ans, puis de 2 %0 à 25-29 ans, contre respectivement 145 ‰ et 49 ‰ chez leurs homologues masculins. Sur les migrations selon l’état matrimonial, et en particulier sur les mouvements liés aux mariages exogames, voir Oris M. (1993), La transition de la mobilité, p. 209 — Leboutte R., Hélin E. (1985), Le choix du conjoint, p. 431 — Lepage Y. (1977), Zones d’intermariage de quatre communes.

13 Les mariés de plus de trente ans connaissent quant à eux une intensité migratoire de 11,2 % environ, légèrement plus élevée que les valeurs de l’ensemble de la société hervienne.

14 « Migration is a selective process. The young, single, and childless historically have been most likely to take to the road » (Moch L.P. (1992), Moving Europeans, p. 13). Voir aussi Oris M. (2000), The female life course. Toutefois, G. Alter note que, contrairement aux résultats attendus en vertu du principe selon lequel « nineteenth-century cities often seem to have been magnets for unmarried women », les immigrantes de Venders étaient plus souvent mariées que les natives de la ville textile et que la proportion de célibataires parmi les immigrantes déclinait avec l’âge (Alter G. (1988), Family, fertility and the female life course, pp. 79-80). À Seraing, dans la seconde moitié du XIXe siècle, les célibataires sont à première vue nettement plus nombreux que les mariés parmi les migrants, mais les taux calculés en fonction de l’état matrimonial montrent, au contraire, une mobilité accrue des adultes mariés, du moins chez les hommes (Pasleau S. (1993), L’immigration des travailleurs à Seraing, surtout p. 234).

15 Alter G., Oris M. (1999), Access to marriage in East Ardennes.

16 Dans le chapitre précédent, nous n’avons pas insisté sur le différentiel entre hommes et femmes au niveau des quotients d’émigration, car il est quasiment résorbé une fois que l’on y adjoint les sorties de célibat par mariage.

17 Notons d'emblée que nous faisons le choix délibéré de travailler uniquement sur les femmes mariées pour étudier leur destinée. Plusieurs raisons ont dicté cette option méthodologique. D’abord, dans un régime d’établissement virilocal, ce sont les femmes qui sont censées émigrer pour rejoindre leur conjoint : étudier les femmes nous permettra donc mieux de saisir l’importance des migrations matrimoniales (Vernay M., Bideau A., Brunet G. (1998), Flux matrimoniaux, p. 187). Et hormis ce cas particulier, les migrations de mariés sont principalement des mobilités de couples : il serait donc largement redondant d’étudier les hommes et les femmes.

18 Dans ce contexte, est appelée immigrante toute personne qui entre dans un des trois villages de notre échantillon avec l’état civil mariée, qu’elle soit ou non originaire du Pays de Herve. Il peut même s agir dans certains cas de migrations-retour. Les immigrantes sont opposées aux « indigènes », c’est-à-dire aux femmes qui ont célébré leurs noces à Charneux, à Clermont ou a Neufchâteau, qu’elles soient ou non originaires du Vrai Pays de Herve. Ces deux éléments vont d’ailleurs quasiment toujours de pair chez les femmes, celles-ci se mariant le plus souvent dans leur village natal. Notons aussi que cette distinction en trois sous-populations entraîne ipso facto une troncature à gauche pour les femmes mariées âgées de 20 à 54 ans et présentes lors du premier recensement de la population, dont on ne connaît forcément ni la date de mariage, ni l’origine !

19 Notons un petit point méthodologique : parmi les « indigènes », c’est-à-dire les femmes mariées dans le Pays de Herve, les deux catégories – endogames ou exogames – s’additionnent : il s’agit de 1.195 femmes différentes. Par contre, chez les immigrantes, il est plus correct de parler de mouvements : si une même femme mariée entre et sort à plusieurs reprises du village, chaque nouvelle arrivée est comptabilisée. Non seulement une même femme peut être comptée à plusieurs reprises dans les immigrantes, mais il est possible aussi qu’une Chameutoise mariée dans son village le quitte pour revenir par la suite : dans ce cas, elle figure à la fois comme indigène et immigrante.

20 Oris M. (2000), The age at marriage of migrants — Dupaquier J. (1981), Pour la démographie historique.

21 Les migrations matrimoniales sont « rythmées généralement par le principe de la gynélocalité du mariage et de la virilocalité de l’établissement du coupe marié » (Vernay M., Bideau A., Brunet G. (1998), Flux matrimoniaux, p. 187).

22 Ce sont des valeurs qui se rapprochent très fortement de celles observées à Seraing ou à Huy au milieu du xixe siècle (Pasleau S. (1998), Industries et populations, p. 206 — Oris M. (1995), Cultures de l’espace et cultures économiques, p. 171). Par contre, dans le centre textile de Limbourg, 16,9 % des immigrés des deux sexes, tous états matrimoniaux confondus, repartent dans l’année même qui suit leur arrivée (Capron C. (2002), Une analyse statistique des migrations). Mais il n’est pas toujours aisé de comparer les données, puisque parmi les immigrants, le contingent des jeunes gens célibataires a un poids non négligeable et son instabilité est réputée beaucoup plus prononcée (Langewiesche D., Lenger F. (1987), Internal migration, p. 95 — Alter G. (1988), Family, fertility and the female life course, p. 82).

23 Voir section 1.1.1. de ce chapitre.

24 Moch L.P. (1992), Moving Europeans, p. 7. Outre cette différence, on peut supposer aussi que les autochtones, même non-propriétaires, bénéficient d’une information plus complète et de meilleure qualité sur les opportunités locales. Elles sont plus à même par exemple de négocier des contrats de location d’une durée supérieure. Bien sûr, il est utile de préciser que dans la région bocagère, si les agriculteurs sont les plus nombreux, il ne s’agit tout de même pas de tout ramener à la structure agricole. Il existait aussi des baux de location pour les maisons et ateliers. Il faut garder à l’esprit cette hétérogénéité de la population.

25 Contrairement au paragraphe précédent, aucune notion de durée n’est ici prise en compte et le total des émigrantes en fonction de leur lieu de destination ne peut donc être comparé à celui de la destinée des femmes mariées endéans les cinq années suivant leur mariage ou leur immigration.

26 Les célibataires qui effectuent une émigration isolée (un ‘leaving home’) choisissent les destinations les plus lointaines et s’avèrent plus attirés par la ville. Selon le sexe, 35 à 40 % d’entre eux optent pour un domicile urbain (cf. Neven (2000a), Dynamique individuelle, pp. 465-467).

27 Voir en Annexe X-1 le tableau récapitulatif des fréquences des variables explicatives (ou leur valeur moyenne) utilisées pour les analyses multivariées relatives à l’émigration des mariés.

28 Notons aussi deux points méthodologiques. D’une part, le statut socioprofessionnel des mariés est une donnée qui, bien que discrète, est aussi beaucoup plus fiable que celle des célibataires, dans la mesure où presque toutes les unions sont suivies, dans le Pays de Herve, par la création d’un nouveau ménage et donc par la réinscription de ses membres et de leur profession, sur un nouveau folio. D’autre part, comme le sous-enregistrement du travail des femmes mariées est un problème constant dans les sources historiques belges, qui se pose d’ailleurs d’une manière particulièrement aiguë dans nos registres de population (cf. chapitre II), nous avons choisi de retenir pour les femmes la profession de leur époux. Là encore, l’instabilité plus grande des femmes d’inactifs et de journaliers se fait jour. Pour les immigrantes tout particulièrement, le fait de ne pas être agricultrice ou de ne pas avoir épousé un homme de ce métier est un facteur décisif dans leur cheminement migratoire (cf. tableau X-8).

29 Moch L.P. (1992), Moving Europeans, p. 111.

30 C’est une caractéristique particulière puisque la littérature met plutôt en évidence le lien entre crises et mobilité dans le monde rural : « in the short run, particularly in the period between 1850 and World War I, crises in rural economies promoted mobility » (Ibidem). Toutefois, il est vrai qu’il n’est pas clair que dans la région bocagère, il soit correct de parler de crise de l’économie rurale dans la seconde moitié du xixe siècle. Les gros problèmes de reconversion sont survenus à l’aube du xixe siècle (cf. chapitre II).

31 Il faut exclure surtout les émigrations matrimoniales, c’est-à-dire, rappelons-le, les départs de jeunes adultes qui viennent de se marier et qui quittent le domicile parental pour rejoindre leur conjoint dans une autre localité.

32 Capron C. (2002), Une analyse statistique des migrations.

33 Nous ne nous appesantissons pas sur les conséquences des sorties antérieures (décès et émigrations) car les résultats obtenus dans le modèle ne sont significatifs que pour les hommes. Chez les femmes, aucune tendance ne se dégage.

34 Pour des précisions méthodologiques sur cet indicateur, se reporter au chapitre VI, section 2.

35 Perrenoud A. (1981), Surmortalité féminine — Vandenbroeke C. (1991), Quelques précisions.

36 Servais P. (1989), La femme dans le monde médical.

37 Les historiens-démographes ne sont pas strictement d’accord sur la durée pendant laquelle il faut attribuer les décès des mères aux suites d’un accouchement. Les spécialistes français retiennent une durée de 60 jours, tandis qu’à l’opposé, A. Perrenoud se limite à un délai très court de 30 jours. Entre ces deux extrêmes, l’Organisation Mondiale de la Santé définit la mortalité maternelle comme celle des femmes qui décèdent endéans les 42 jours qui suivent leur accouchement (Schofield R. (1986), Did the mothers really died ?, pp. 233-234 — Vandenbroeke C. (1991), Quelques précisions, pp. 195-202).

38 Schofield R. (1986), Did the mother really died ?, pp. 231-260.

39 Imhof A.E. (1984), The amazing simultaneousness— Perrenoud A. (1981), Surmortalité féminine Alter G., Oris M. (1998), Rural marriage in an industrializing region.

40 Imhof A.E. (1984), The amazing simultaneousness, p. 202.

41 Et inversement ! « Même dans une population homogène, la mort de la mère entraîne souvent celle de l’enfant en bas âge ; en cas de décès en couches, en particulier, la mortalité infantile atteint 600 à 700 pour 1000 » (Bideau A. (1991), La mesure indirecte de la mortalité des adultes,p. 164).

42 L’expression est de Eggerickx T., Poulain M. (1991), Le choléra, cet autre fléau social.

43 Nous analysons en réalité la mortalité des femmes mariées et veuves en même temps, faute d’effectifs. En effet entre 1846 et 1900, à 15-54 ans, pour les deux sexes confondus, seulement 41 décès sont attribués à des Herviens dont l’état matrimonial est veuf. Cela correspond à moins de 10 % des décès observés parmi ce que les Anglo-Saxons appellent les ‘ever married’. En personne-années, les veufs/veuves représentent 6 % de cette même population

44 Une exception à noter toutefois à 25-29 ans.

45 Quant aux hommes, conformément au patron qui s’observe dans la littérature, une sélection s’opère parmi eux : ceux qui ne parviennent pas à accéder au mariage constituent une population plus fragile (Kunst A.E., Wolleswinkel-van Den Bosch J.H., Mackenbach J.-P. (1999), Medical demography, pp. 198-200).

46 Sur le lien entre mortalité maternelle et infantile, voir Pundel J.-P., Beckius C. (1990), La mortalité infantile et maternelle.

47 Notons que nous avons choisi le délai maximal (60 jours) afin d’être certaine, dans un contexte de mortalité maternelle déjà faible, de ne pas biaiser la perception en raccourcissant abusivement la durée d’observation. C. Vandenbroeke considère d’ailleurs que « les surestimations éventuelles des risques de mortalité, lorsqu’on élargit l’intervalle, sont de toute façon faibles. Il est indéniable que les deux tiers, ou même les trois quarts des décès ont eu lieu au cours des premières semaines (...) » (Vandenbroeke C. (1991), Quelques précisions, p. 198). Cette opinion est d’ailleurs confirmée par des données suédoises où 92 % des décès maternels surviennent dans le mois qui suit la naissance (Schofield R. (1986), Did the mother really died ?, p. 244).

48 Le total des naissances observées est supérieur à 6.093, mais seules sont reprises ici les 93 % de naissances légitimes pour lesquelles l’âge de la mère est connu, à condition encore qu’elle ait moins de 50 ans. C’est en effet la norme arbitraire fixée par L. Henry et adoptée depuis par les démographes dans leur ensemble, comme constituant la fin de la vie féconde féminine.

49 Vandenbroeke C. (1991), Quelques précisions, p. 199. Pour des chiffres détaillés sur la Flandre depuis le xviie siècle, voir Id. (1977), Zuigelingensterfte, bevallingsstoornissen en kraambedsterfte, surtout p. 151.

50 Ibidem.

51 Perrenoud A. (1981), Surmortalité féminine, pp. 89-104 — Guttierez H., Houdaille J. (1983), La mortalité maternelle Schofield R. (1986), Did the mother really died ?, pp. 231-260. Pour un aperçu bibliographique sur la mortalité maternelle dans les historiographies françaises, anglaises et allemandes, se reporter aux notes 8, 9 et 10 de Vandenbroeke C. (1991), Quelques précisions, p. 197.

52 Knodel J. (1988), Demographic behaviour in the past, p. 105.

53 Schofield R. (1986), Did the mother really died ?, pp. 238 et 248.

54 Alter G., Oris M. (2000), Mortality and economic stress— Capron C. (1998), Mortalité différentielle, pp. 54-55.

55 Notons cependant une exception : à 25-29 ans, la mortalité des jeunes femmes mariées – soit 3.208 personne-années – est moindre que dans les autres sous-populations : celles qui se marient semblent sélectionnées du point de vue de la santé.

56 Parmi les 15-54 ans, les veuves représentent 5,6 % du total des femmes ‘ever married’.

57 Pour les variables explicatives de la mortalité des mariés et des veufs, voir annexe X-3.

58 C’est sur cette base que se fonde la sélection des familles dans l’ouvrage que J. Knodel a consacré à 14 villages allemands (Knodel J. (1988), Demographic behavior in the past, pp. 461-477).

59 Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’œuvre, p. 358.

60 L. Henry et A. Blum estiment que « le rendement de la reconstitution des familles s’apprécie par le rapport du nombre de fiches MF au total des fiches M », c’est-à-dire la proportion de fiches qui commencent par un mariage dont la date est connue et se termine par un événement lui aussi daté, parmi l’ensemble des fiches commençant par un mariage. Ils citent l’exemple de dix villages français du Nord-Ouest où le rapport vaut 62 %. Dans son étude de la société milanaise au xixe siècle, O. Faron a pu reconstituer près de 6.000 fiches de familles de type M, c’est-à-dire dont la date de mariage est connue : elles constituent 60 % de l’échantillon de départ... (Faron O. (1997), La ville des destins croisés, p. 105 — Henry L., Blum A. (1988), Techniques d’analyse en démographie historique, p. 69). Or, dans le Pays de Herve, le rapport est inverse ! Cela confirme l’importance considérable des mobilités familiales au sein de la société rurale que nous étudions et, corollairement, la nécessité d’atteindre une meilleure représentativité des données.

61 Eggerickx T. (1999), La baisse de la fécondité dans les milieux industriels — Id. (1999), La dynamique démographique.

62 Idem, p. 5.

63 En réalité, la technique d’analyse des biographies n’est pas, à la base, très différente de celle de la reconstitution des familles. Il est nécessaire dans les deux méthodes de disposer d’une date d’entrée en observation, d’une date de sortie d’observation et, par conséquent, d’une durée d’exposition au risque. La véritable divergence entre ces deux méthodologies réside dans la moindre rigidité de l’analyse des biographies qui se limite à de simples exigences de dates. Toutes les femmes ne doivent pas entrer obligatoirement dans l’échantillon par mariage. Parmi les pionniers de l’étude des cycles de vie individuels sur base des registres de population belges, S.C. Watkins et J. McCarthy confirment : « (...) information on migration permits the exact determination of the population at risk of each month’s demographic event, and thereby exposes. the stability of first-marriage rates over the whole decade during which a woman is in her twenties » (Watkins S.C., McCarthy J. (1980), The female life cycle, p. 168).

64 S.C. Watkins et J. McCarthy formulent les mêmes restrictions dans leur étude consacrée au ‘female life cycle’à La Hulpe entre 1847 et 1866 (Watkins S.C., McCarthy J. (1980), The female life cycle, p. 174).

65 Rappelons qu’est appelé ‘fondateur’ tout individu qui était présent le 16 octobre 1846 et, dans le cas précis qui nous concerne ici, qui était déjà marié

66 Voir chapitre III, section 3.1.

67 Pour des données de comparaison, volontairement limitées à la région liégeoise de la seconde moitié du xixe siècle, voir Neven (2000a), Dynamique individuelle, p. 662. Se reporter aussi à Vandenbroeke C. (1977), Caractéristiques de la nuptialité — Bideau A., Bardet J.P., Houdaille J. (1988), La fécondité Bouchard G., Roy R. (1991), Fécondité et alphabétisation, surtout tableaux 11 à 16 — Faron O. (1997), La ville des destins croisés, pp. 429-430.

68 La descendance moyenne fictive par femme est aussi appelée ‘Total Marital Fertility Rate’. Il s’agit de la somme des taux observés à partir de 15 ou de 20 ans et multipliée par cinq. Elle fournit le nombre d’enfants qu’une femme aurait eu si, mariée à 20 ans, elle avait été exposée jusqu’à 49 ans inclus, aux risques de fécondité légitime observés dans une localité donnée.

69 Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’œuvre, p. 347. À Huy, où la transition démographique fut précoce, M. Oris observe une descendance fictive de 5,9 enfants par femme seulement en 1850-1859 et de 4,8 enfants en 1870-1879 (Oris M. (1988), Fécondité légitime et illégitime, p. 149).

70 Alter G., Neven M. (1997), Belgian fertility-nuptiality report. Vers 1870, la descendance attendue sans contraception dans les pays voisins de la Belgique est beaucoup plus basse déjà : 5,99 en France, 5,87 en Allemagne, 6 en Angleterre et 6,11 en Italie (Bardet J.-P., Le Bras H. (1988), La chute de la fécondité, p. 354). Pour les populations françaises d’Ancien Régime, nombreuses données de comparaisons dans Bideau A., Bardet J.-P., Houdaille J. (1988), La fécondité.

71 Dans le Pays de Herve, comme à Tourouvre-au-Perche, « le taux ‘tous âges’ a les caractéristiques habituelles : fécondité nettement plus élevée à 20-24 ans qu’à 15-19 ans ; décroissance à partir de 20-24 ans, lente de 20-24 à 25-29 ans, de plus en plus rapide ensuite » (Bideau A., Bardet J.-P., Houdaille J. (1988), La fécondité, p. 362).

72 Oris M. (1988), Fécondité légitime et illégime, p. 144 — Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’œuvre, p. 344. C’est un constat assez répandu en Europe : « A number of family-reconstitution studies have shown that during the fertility transition fertility rates at older ages are the first to decline. (...) As fertility declines the average age at last birth tends to decline and the length of the last birth interval increases » (Alter G. (1988), Family, fertility and the female life course, p. 178). Sur les critères de distinction des comportements d’arrêt, voir l’article (assez technique) de Okun B.S. (1995), Distinguishing stopping behavior.

73 Une troisième catégorie regroupe les fondatrices (présentes mariées le 16 octobre 1846), dont on ne sait si elles sont entrées par mariage ou par immigration.

74 Livi-Bacci M. (1986), Social-group forerunners Alter G. (1988), Family, fertility and the female life course, p. 165.

75 Alter G. (1988), Family, fertility and the female life course, p. 193.

76 H. Charbonneau, A. Perrenoud et J.-P. Bardet furent parmi les premiers, à notre connaissance, à proposer un examen de la fécondité différentielle par statut socioprofessionnel (Charbonneau H. (1970), Tourouvre-au-Perche Perrenoud A. (1977), Variables sociales en démographie urbaine— Bardet J.-P. (1983), Rouen). Au niveau belge, voir Leboutte R. (1981), Pour une autre approche de la transition démographique, surtout pp. 112-121 — Gutman M.P., Watkins S.C. (1990), Socio-economic differences in fertility control— Vandenbroeke C. (1977), Caractéristiques de la nuptialité. Ce dernier sythétise une série de monographies fondées sur la reconstitution des familles et relatives au Brabant et à la Flandre.

77 Selon M. Livi-Bacci, les pionniers de la transition démographique en Europe ont en commun une mortalité modérée et un niveau de vie supérieure à la moyenne (Livi-Bacci M. (1986), Social-group forerunners — Vandenbroeke C. (1977), Caractéristiques de la nuptialité, p. 15

78 Notons qu’en Flandre, c’est un schéma opposé qui s’observe, puisque les agricultrices ont une fécondité moindre que les autres groupes socioprofessionnels (Vandenbroeke C. (1977), Caractéristiques de la nuptialité, p. 16).

79 Bideau A., Bardet J.-P., Houdaille J. (1988), La fécondité, p. 353. Sur les ‘proximate determinants of natural marital fertility’, voir Knodel J. (1988), Demographic behavior in the past, pp. 267-281.

80 C’est ce que mettent en évidence des monographies françaises menées d’une part dans le Sud-Ouest (Quercy) et, d’autre part, en Normandie (Crulai, Tourouvre-au-Perche) : « ... Ces contrastes ne s’expliquent pas par une stratégie ; ils ne sont pas prémédités par les ménages reconstitués ; ils découlent de causes étrangères aux volontés individuelles. Ces exemples paraissent discréditer par leur force le concept de fécondité naturelle. Cette notion qui implique une sorte d’universalité biologique des comportements non contraceptifs s’effondre... » (Bideau A., Bardet J.-P., Houdaille J. (1988), La fécondité, p. 367).

81 L’impact du degré d’alphabétisation sur la fécondité est d’ailleurs un objet d’étude assez courant, mais les nombreuses analyses menées dans divers pays montrent la diversité des interactions : parfois associé à une fécondité plus faible, le degré d’alphabétisation se traduit dans d’autres cas, au contraire, par une hausse de la fécondité. Il arrive aussi que la recherche conclue à une absence de corrélation (Bouchard G., Roy R. (1991), Fécondité et alphabétisation, p. 177).

82 Watkins S.C., McCarthy (1980), The female life cycle, p. 173.

83 Notons que cette analyse fournit une proportion de conceptions prénuptiales un peu plus élevée que celle observée dans le chapitre IX, section 1.1.4. (26,8 contre 19,5 %). La différence s’explique par le fait que les femmes observées durant moins de huit mois sont ici prises en compte. Le fait que la proportion de conceptions prénuptiales soit plus élevée selon ce mode de calcul indique que, dans le Pays de Herve, une naissance survenue peu de temps après le mariage était une honte qui marquait le couple et l’incitait à quitter la communauté villageoise. C’est ce que confirment quelques témoignages oraux contemporains.

84 Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’œuvre, p. 372.

85 Oris M. (1984), Pauvreté et transition démographique à Huy, p. 252 et 256. Dans la Basse-Meuse d’ailleurs, l’intervalle protogénésique moyen passe à 13 mois quand R. Leboutte exclut les conceptions prénuptiales (Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’œuvre, p. 370).

86 Faron O. (1997), La ville des destins croisés, p. 410— Knodel J. (1988), Demographic behavior in the past, p. 273.

87 Bideau A., Bardet J.-P., Houdaille J. (1988), La fécondité, p. 357 — Bardet J.-P. (1983), Rouen, p. 273 — Charbonneau H. (1970), Tourouvre-au-Perche, p. 147.

88 En effet, « la notion de fécondité, en apparence limpide, est en réalité complexe. Il faut distinguer la fertilité, qui est la capacité biologique à procréer, et la fécondité, qui est le résultat observé sur une population donnée (...) ». Ainsi, avant 20 ans, les spécialistes ont observé une ‘stérilité des adolescentes’, expression qui traduit la plus faible fécondité des femmes mariées de 15-19 ans par rapport à celles de 20-24 ans. Ensuite, « la diminution de fécondité avec l’âge de la femme est fonction, en partie, de la progression avec l’âge de la stérilité. Malgré les difficultés de mesure, on peut évaluer à 3 % à 25 ans et à 36 % à 40 ans la proportion de femmes stériles (Bideau A., Bardet J.-P., Houdaille J. (1988), La fécondité, pp. 354-355).

89 Alter G. (1988), Family, fertility and the female life course, p. 175.

90 L’écart-type est de 1,2 et le coefficient de variation de 0,56.

91 Notons que pour l’Ancien Régime, les historiens français n’hésitent pas, au contraire, à évoquer ‘l’hyperfécondité des villes’. En réalité, la situation française est largement influencée par les mises en nourrice des enfants nés en ville et allaites à la campagne. Les mères citadines ont donc des durées d’allaitement écourtées, qui favorisent le retour de l’ovulation et, par conséquent, les risques de grossesses : « Mort de l’enfant ou élevage en nourrice, l’effet est le même ; n’allaitant pas, la mère attend rapidement un autre bébé » (Bideau A., Bardet J.-P., Houdaille J. (1988), La fécondité, pp. 370-373). L’étude menée par H. Charbonneau sur Tourouvre-au-Perche à l’époque moderne indique par ailleurs un espacement des naissances moyen, tous intervalles confondus, de 29 mois, c’est-à-dire quelque trois mois de plus que les durées observées entre 1846 et 1900 dans le Pays de Herve (Charbonneau H. (1970), Tourouvre-au-Perche, p. 158).

92 Eggerickx T. (1995), Urbanisation et déclin de la fécondité légitime— Oris M. (1995), La transition de la fécondité Faron O. (1997), La ville des destins croisés, p. 432.

93 Alter G. (1988), Family, fertility and the female life course, p. 166.

94 Oris M. (1984), Pauvreté et transition démographique à Huy, p. 268 — Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’œuvre, p. 372.

95 Faron O. (1997), La ville des destins croisés, p. 411.

96 Knodel J. (1988), Demographic behavior in the past, p. 324.

97 Les spécialistes de la reconstitution des familles, de L. Henry à O. Faron, défendent avec force l’importance d’étudier les différences d’intervalles selon la taille de la famille et selon le rang de naissance, car « la taille de la famille est bien le reflet de stratégies de reproductions opposées » (Faron O. (1997), La ville des destins croisés, p. 411).

98 Seuls finalement un nombre assez restreint de travaux de grande envergure ont pu conduire à une étude différentielle de la fécondité. Ils portent sur des populations urbaines, puisque selon A. Perrenoud : « Génératrices d’inégalité, les villes seules offrent un éventail de conditions suffisamment ouvert pour que le niveau de vie ou la profession puissent engendrer des différences sensibles dans l’âge au mariage, la fécondité ou la mort, seules elles comportent des effectifs assez importants pour en permettre l’étude ». Une première exception avec une étude des populations rurales a été apportée par J. Knodel en 1988 (Charbonneau H. (1970), Tourouvre-au-Perche Perrenoud A. (1977), Variables sociales en démographie urbaine — Bardet J.-P. (1983), Rouen — Eggerickx T. (1999), La dynamique démographique Knodel J. (1988), Demographic behavior in the past).

99 Le Roy Ladurie E. (1973), L’aménorrhée de famine.

100 Notons que le fichier des intervalles intergénésiques est composé de toutes les durées observées après la première naissance (les intervalles protogénésiques sont exclus de l’analyse). Il se compose à la fois des durées intergénésiques proprement dites et des intervalles « ouverts ». Si une femme arrête de procréer à 42 ans, mais reste en observation jusqu’à la fin de sa vie féconde, la durée de 8 ans est inscrite dans le fichier qui sert de fondement à l’analyse des biographies. De même, la durée qui sépare une naissance d’une émigration est également prise en considération.

101 Voir en Annexe X-5 les fréquences des variables explicatives (ou leur valeur moyenne) utilisées pour les analyses multivariées relatives aux intervalles génésiques.

102 À Rouen, au xviiie siècle, l’intervalle intergénésique est en moyenne six mois plus long quand la mère allaite l’enfant précédent que quand elle le met en nourrice. Le même processus d’écourtement est à l’œuvre quand un bambin décède, et l’effet est d’autant plus prononcé que le petit meurt jeune. De même, à Tourouvre-au-Perche, H. Charbonneau constate que « l’intervalle après décès est toujours plus court que l’intervalle normal. En moyenne, la différence dépasse neuf mois » (Bardet J.-P. (1983), Rouen, p. 298 — Charbonneau H. (1970), Tourouvre-au-Perche, p. 155).

103 L’aménorrhée post-partum est estimée à 11 mois dans les sociétés où l’allaitement est pratiqué, à 2 mois seulement en l’absence d’allaitement. Au total, la structure type des intervalles moyens avec allaitement est de 28 mois entre deux conceptions, contre 19 quand seule intervient l’alimentation artificielle des nourrissons (Van de Walle E. (1979), Démographie historique et modèles, p. 148).

104 Alter G. (1988), Family, fertility and the female life course, p. 181.

105 Idem, p. 184.

106 Notons que nous avons aussi appliqué la même analyse en ajoutant les statuts de locataires et de propriétaires, mais elle n’a révélé aucun différentiel supplémentaire.

Table des illustrations

Titre Tableau X-1. L’intensité migratoire de 20 à 54 ans, par âge, sexe et état matrimonial
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5519/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Tableau X-2. Solde migratoire de 20 à 54 ans, par âge, sexe et état matrimonial (en ‰)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5519/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Graphique X-1. Solde et intensité migratoires 20 54 ans, par âge, sexe et état matrimonial
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5519/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau X-3. Quotients d’émigration des 20 — 54 ans selon le groupe d’âge, le sexe et l’état matrimonial
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5519/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Tableau X-4. Survivants d’une population fictive de 10000 individus, âgés de 25 ans, après exposition aux quotients d’émigration, par sexe et état matrimonial
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5519/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Tableau X-5. La durée de résidence des femmes mariées en fonction de leur origine, de leur âge et de leur endogamie (en %)
Légende Note : indigène endogame = femme qui se marie dans la commune avec un homme qui y habite ou qui vient s’y installer ; indigène exogame = femme qui se marie dans la commune avec un homme qui n’y habite pas ; immigrée = femme qui entre dans la commune déjà mariée. L’observation est tronquée si elle n’a pas pu être faite pendant cinq ans, soit parce que la cérémonie a eu lieu après 1895, soit parce que la mariée était âgée de plus de 50 ans.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5519/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau X-7. Les déterminants socio-économiques de l’émigration des mariés 20 54 ans. Régression de Cox
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5519/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Tableau X-8. Les déterminants socio-économiques de l’émigration des mariées de 20 – 54 ans indigènes endogames ou immigrantes. Régression de Cox
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5519/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Tableau X-9. L’impact de diverses variables de composition familiale sur l’émigration des adultes mariés. Risques relatifs (régression de Cox)
Légende Remarque : seules sont indiquées dans ce tableau les probabilités inférieures à 0,10. Celles inférieures à 0,01 sont inscrites en gras.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5519/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Tableau X-10. Les déterminants familiaux de l’émigration des mariés 20 54 ans. Régression de Cox
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5519/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Tableau X-11. Les quotients de mortalité des 15-54 ans, par sexe et état matrimonial
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5519/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Tableau X-12. La mortalité des 15–54 ans selon le sexe et l’état matrimonial. Régression de Cox
Légende (1) référence des mariés ; (2) référence des célibataires
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5519/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Titre Tableau X-14. Causes d’entrées et sorties d’observation des femmes fécondes de 15-49 ans
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5519/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau X-15. Taux de fécondité légitime des femmes mariées de 15 – 49 ans, par âge et par période, 1846 1900. Indice base 100 = période 1846-1872
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5519/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Graphique X-2. Les taux de fécondité légitimes des femmes mariées de 15 – 49 ans, par âge et par période, 1846-1900
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5519/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Tableau X-16. Taux de fécondité légitime, par âge de la mère, en fonction de critères socio-économiques et familiaux
Légende Note : pour les personne-années et les naissances correspondant à chaque sous-population, se reporter à l’annexe X-4.* propriétaires 1 = propriétaires de maisons uniquement ;propriétaires 2 = propriétaires de maisons et de terres agricoles.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5519/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Tableau X-17. Les intervalles protogénésiques : moyenne et distribution
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5519/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Tableau X-18. Les intervalles protogénésiques. Régression de Cox
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5519/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Tableau X-19. Les intervalles intergénésiques : moyenne et distribution
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5519/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Tableau X-20. Les intervalles intergénésiques. Régression de Cox
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5519/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 224k

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search