Version classiqueVersion mobile

Individus et familles : les dynamiques d'une société rurale

 | 
Muriel Neven

Partie III. Les étapes de la vie

Chapitre IX. Entrer dans l’âge adulte : un si long chemin

Texte intégral

Introduction

  • 1 Sur la notion d’adolescence dans le passé, voir Katz M.B. (1975), The people of Hamilton, pp. 256- (...)
  • 2 Anderson M. (1971), Family structure, p. 121. D’une manière générale, c’est un constat que de nombr (...)

1L’enfant qui survit à ses premières années devient progressivement un adulte. Mais il entreprend là un parcours sur le long terme, une longue transition. Aujourd’hui, nous l’appellerions « adolescence », mais le terme même et sa conception sont plutôt une invention du xxe siècle1. Ce que nous envisageons dans ce chapitre, c’est une nouvelle étape dans le cours de la vie individuelle, celle de la découverte d’une émancipation progressive par rapport au contrôle parental. C’est une période équivoque, ambiguë, non seulement parce qu’elle n’est pas facile à repérer chronologiquement dans le cours de la vie, mais aussi parce qu’elle est un moment privilégié d’échanges entre deux générations et, simultanément, une période de tension entre elles. M. Anderson, par exemple, insiste sur l’importance du père pendant cette période d’apprentissage, où l’enfant bénéficie de ses conseils et de son savoir-faire : au travail, la plupart des enfants/adolescents suivent la voie professionnelle de leur géniteur2. Cependant, les intérêts et les priorités des uns et des autres ne convergent pas forcément. Dans le contexte hervien, c’est une transition qui s’opère manifestement sur le long terme et qui peut donc être source de nombreux conflits.

  • 3 Une tentative d’analyse a toutefois été menée dans Neven (2000a), Dynamique individuelle, pp. 402- (...)

2L’entrée progressive dans l’âge adulte se marque notamment par l’insertion dans le monde du travail, notion ambiguë s’il en est, ambiguë parce que le concept même de travail dans une société rurale au xixe siècle est très différent de ce que nous percevons aujourd’hui. La question de l’entrée dans la vie active constitue donc pour le xixe siècle une problématique difficile. D’une part, les sources sont inadéquates pour l’étudier : dans les registres de population, l’enregistrement est ponctuel et non continu, tandis que les livrets d’ouvriers se cantonnent à l’activité de type industriel. D’autre part, la question elle-même est sans doute inadaptée, car l’entrée dans la vie active ne se décide pas du jour au lendemain, elle résulte d’une insertion progressive, sans doute encore plus dans le monde rural que partout ailleurs3.

  • 4 T.K. Hareven définit une transition comme ‘normative’ « if a major portion of a population experie (...)

3C’est pourquoi, dans ce chapitre, nous avons choisi d’envisager seulement deux aspects de l’entrée dans l’âge adulte. Le premier tente d’approcher la maturité sexuelle et l’attente du mariage chez les Herviens. Cette quête transforme en quelque sorte l’historien en un détective un peu voyeur, qui multiplie les approches contournées, les chemins de traverse, pour comprendre les attitudes, pour déduire aussi les comportements des Herviens. Ensuite, nous envisageons comme transition ‘normative’ la fin de la cohabitation avec les parents4. C’est une rupture qui revêt des modalités très différentes, pas faciles à distinguer à partir de nos documents.

4Dans un premier temps, notre analyse vise à comprendre ces deux aspects de l’entrée dans le monde des adultes. Il s’agit d’observer les mécanismes par lesquels s’opèrent ces transitions, d’analyser leur fréquence et de les situer dans le cours de la vie individuelle. Nous consacrons une quatrième section à deux risques précis, deux choix, auxquels sont confrontés les célibataires herviens qui quittent leurs parents : celui de se marier sur place ou celui d’émigrer. Tout au long de ces études, une population toute particulière retiendra notre attention, c’est celle des individus pour lesquels les transitions ne se réalisent pas.

5Cette première partie vise donc à indiquer quand se produisent les transitions pour la majorité des Herviens. Une seconde section est consacrée au pourquoi des transitions, aux raisons qui avancent ou retardent leur arrivée, aux facteurs qui incitent les jeunes à s’émanciper plus ou moins tôt, plus ou moins tard ou pas du tout ! Elle a pour ambition de permettre une meilleure compréhension des dynamiques familiales herviennes. C’est une analyse qui se centre sur une problématique unique, celle du ‘leaving home’, c’est-à-dire du départ par émigration ou par mariage, des jeunes adultes du foyer parental. La question est vaste et requiert de nombreux recoupements, le recours aussi à plusieurs variables simultanées. C’est pourquoi nous l’envisageons à travers des analyses différentielles d'event history analysis afin de comprendre les configurations de facteurs qui influencent véritablement les risques de franchir les étapes.

1. Les transitions vers l’âge adulte : quand et comment ?

1.1. Les débuts de la vie sentimentale et sexuelle

1.1.1. Les termes du débat

  • 5 Lynch K.A., Lee W.R. (1998), Permanences et changements, p. 117.
  • 6 « En milieu rural, il est rare de trouver à la fin du xviiie siècle plus de 10 % de célibat défini (...)

6L’intervalle qui sépare la maturité sexuelle du mariage est particulièrement long dans le Pays de Herve. En effet, le modèle européen de mariage tardif suscite des questions complexes qui tournent autour d’une problématique simple : que faisaient les jeunes adultes en attendant de s’unir ? En théorie, « l’application des principes malthusiens aurait dû reposer sur la chasteté et le célibat définitif »5. En ce qui concerne le second point, la région bocagère montre un contrôle exceptionnel et confirme la situation de contrainte qui pèse sur les jeunes. Le taux de célibat définitif dans les trois villages étudiés est en augmentation au cours de la seconde moitié du xixe siècle, ce qui traduit une pression de plus en plus forte du frein malthusien. Cette tendance va à l’encontre des observations traditionnelles des démographes pour cette période, observations basées le plus souvent, il est vrai, sur la vie des populations urbaines et industrielles. Dans le Pays de Herve, avant 1872, le taux de célibat définitif se situe déjà à 19 %. Entre 1873 et 1890, il monte à 21,9 %, puis grimpe pendant la dernière décennie du xixe siècle à 25,4 %. Cela signifie concrètement qu’à 50 ans, une personne sur quatre n’a jamais été mariée6 !

  • 7 Tilly L.A., Scott J.W. (1987), Les femmes, le travail et la famille, p. 117.
  • 8 Lynch K.A., Lee W.R. (1998), Permanences et changements, p. 117.
  • 9 Alter G. (1988), Family, fertility and the female life course, pp. 112-140 — Oris M. (2000), The fe (...)

7Dans une telle situation de tension, il n’est donc pas exclu que le système accorde une certaine souplesse. Les possibilités sont variées. Malgré un âge au mariage élevé, certaines régions d’Angleterre ou de France ont vu ainsi les fiançailles et le contrôle parental sur le mariage se modifier, signalent L.A. Tilly et J. W. Scott : « Dans d’autres circonstances, les couples ont remplacé le mariage légal par l’union libre »7. Celle-ci, sans être un phénomène totalement nouveau au xixe siècle, se serait cependant davantage développée dans les milieux ouvriers urbains, qui échappaient partiellement « à l’autorité morale de l’Église et au contrôle sexuel des autorités civiles des époques antérieures »8. L’illégitimité est aussi un moyen de contourner la pression : dans les régions urbaines de Liège et de Verviers, ces pratiques existaient clairement en vue du mariage, c’est-à-dire que les couples non mariés entretenaient des relations sexuelles, mais finissaient par s’unir officiellement9.

  • 10 Shorter E. (1977), Naissance de la famille moderne xviiie- xxe siècle, p. 125.
  • 11 Flandrin J.-L. (1976), Familles, pp. 176, 184-188. La masturbation est un comportement par définiti (...)

8Dans le débat sur le potentiel de contrôle social et d’auto-contrôle des jeunes avant le mariage, deux écoles s’opposent, qui laissent d’ailleurs une place, entre elles, pour des positions intermédiaires, des interprétations moins tranchées. D’une part, E. Shorter estime que les jeunes gens se maîtrisaient, sinon parfaitement du moins largement, avant de convoler devant Dieu en justes noces. C’était selon lui un comportement presque plus naturel que contraignant, en tout cas avant 1750 : « la vie de la plupart des jeunes gens était résolument dépourvue d’érotisme et (...) la société traditionnelle parvenait très bien à réprimer (à sublimer si l’on préfère) les pulsions sexuelles des jeunes célibataires ». L’importance de la religion, particulièrement dans les régions paysannes, le poids du contrôle social, la peur aussi sans doute d’un accident, tous ces éléments conjugués auraient incité les jeunes adultes à attendre patiemment leur heure10. D’autre part, Flandrin pense qu’étant donné le délai d’attente, il était inévitable pour les jeunes encore célibataires de contourner les principes moraux, en recourant à certaines formes de contraception, à des plaisirs solitaires, en menant en somme « une vie dissolue »11.

  • 12 Shorter E. (1980), Illegitimacy, sexual revolution, p. 85.
  • 13 Ibidem. Voir aussi Segalen M. (1978), Amour et liberté, p. 22— Id. (1981), Amours et mariages, pp. (...)

9E. Shorter a largement marqué ce débat sur le contrôle de soi, la maîtrise des jeunes gens, qui s’estomperait progressivement au cours de l’histoire. Pour lui, cette transition s’opère « in England and Western Europe (...) between the middle of the eighteenth and the end of the nineteenth centuries, when a revolution in eroticism took place, specifically among the lower classes, in the direction of libertine sexual behavior »12. Cette révolution sexuelle survient parce que la tension est trop forte. La modernisation des mentalités a pour conséquence une poussée de l’illégitimité, mais aussi notamment la naissance de relations plus sentimentales dans les classes populaires, tandis que les mariages arrangés restent beaucoup plus longtemps l’apanage des bourgeois13.

  • 14 Segalen M. (1978), Amour et liberté, p. 13.

10Au-delà des grands débats d’idées, aborder la question des débuts de la vie sentimentale et sexuelle, c’est aussi reconnaître d’emblée des limites importantes au travail du chercheur : le rôle de l’amour dans les relations sentimentales n’est pas palpable, et ne peut donc être directement abordé. Il n’est pas possible, avec un siècle de retard, d’atteindre ce que les Herviens sont parvenus à cacher à leurs contemporains, à leurs voisins. « Ce qu’on peut évoquer, liberté sexuelle, relations pré-matrimoniales entre jeunes, ne sont que des indicateurs dont il faudra se contenter », écrit M. Ségalen14. Tout ce que nous possédons aujourd’hui, ce sont des signes révélateurs, des traces partielles et indirectes, qui trahissent les comportements prénuptiaux des habitants du Plateau au cours de la seconde moitié du xixe siècle.

11En démographie, les chercheurs s’intéressent classiquement à trois indicateurs afin de percevoir jusqu’à quel point les règles de l’ordre social ont été transgressées. Le premier d’entre eux, dans la lignée des développements de Shorter, scrute le poids, plus ou moins important, des naissances illégitimes dans une société donnée. Il est d’autant plus fort que la tension a été dense et Tordre religieux, Tordre des familles et celui du village en sont d’autant plus bouleversés. D’autre part, le respect plus ou moins marqué des normes sociales, des conventions, apparaît aussi par l’analyse des saisons de mariage – l’observation des fameux ‘temps clos’ religieux – et par l’étude des conceptions prénuptiales. Ce sont les trois niveaux que nous allons envisager ci-dessous, afin de comprendre, par des aspects sans doute partiels mais aussi très révélateurs, si la société hervienne, et particulièrement les jeunes qui subissent, nous l’avons vu, le plus durement les effets de la ‘nuclear hardship’, répondent aux tensions en brisant Tordre social ou si, au contraire, ils les subissent d’autant plus sévèrement qu’ils n’enfreignent pas les codes de conduite.

1.1.2. L’illégitimité

  • 15 Shorter E. (1980), Illegitimacy, sexual revolution, p. 85.
  • 16 Voir notamment Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d'œuvre, pp. 393-402 — Alter G., Oris (...)
  • 17 Sur la montée du romantisme au xixe siècle, voir Van De Putte B., Matthus K. (2001), Romantic love (...)
  • 18 Shorter E. (1980), Illegitimacy, sexual revolution, pp. 85-107— Id. (1977), Naissance de la famille (...)
  • 19 Hélin E. (1963), La démographie de Liège, pp. 212-215 — Laslett P. (1980), The bastardy prone sub-s (...)

12Pour E. Shorter, il ne fait aucun doute que les taux d’illégitimité attestent très sûrement du degré de libéralisation sexuelle d’une société donnée. Elle n’est toutefois qu’une des facettes d’une révolution beaucoup plus générale qui affecte tous les aspects de la sexualité et notamment l’amour dans le choix du conjoint, la sexualité intra-et interconjugale, etc.15 Mais cette perception même de l’illégitimité ne fait pas Tunanimité dans le corps scientifique, et plusieurs auteurs sont même enclins à la percevoir comme un signe d’archaïsme et non de modernisme. Cette controverse a fait l’objet de plusieurs débats, sur lesquels nous ne nous étendrons guère ici, afin de ne pas compiler des thèses qui ont déjà été synthétisées, comparées et explicitées par d’autres16. D’un côté, E. Shorter postule que la montée de l’illégitimité résulte d’une augmentation des rapports sexuels avant le mariage, et que cette évolution qui survient dans toute l’Europe occidentale émane d’une progressive évolution des mentalités, d’une volonté des jeunes gens de vivre romantiquement leurs expériences à la fois sexuelles et amoureuses, de s’affranchir aussi de la tutelle familiale et sociale17. Elle n’est d’ailleurs possible, selon lui, que grâce à l’industrialisation, qui offre aux jeunes des deux sexes des possibilités de travail rémunéré, et par là même, une autonomie beaucoup plus grande18. À l’opposé, E. Hélin, P. Laslett ou encore G. Alter soulignent la fréquence des naissances hors mariage bien avant l’époque contemporaine, bien avant la révolution industrielle et tant dans les milieux ruraux qu’urbains. Les enfants illégitimes témoignent plutôt d’une relégation de la femme dans un rôle secondaire, de son aliénation, de sa dépendance vis-à-vis de l’homme qui choisit ou non de l’épouser19.

  • 20 Le pourcentage d’illégitimité (illegitimacy ratio) exprime le poids des naissances survenues hors (...)
  • 21 Fine A. (1988), Enfant et normes familiales, pp. 437-438.
  • 22 Cette vison très manichéenne est aussi contestée par Knodel J., Hochstadt S. (1980), Urban and rur (...)

13Deux grilles de lecture sont donc possibles pour déchiffrer les statistiques d’illégitimité. Mais avant tout, c’est la fréquence même de ce comportement qu’il s’agit de repérer au sein d’une société donnée. Dans le Pays de Herve, entre 1847 et 1900, 3 % des nouveau-nés naissent de mère non mariée20. Le tableau IX-1 indique clairement que les valeurs herviennes sont basses dans le contexte de l’Est de la Belgique et que, dans l’ensemble, les niveaux nationaux sont supérieurs d’au moins deux pour cent à ceux observés à Charneux, Clermont et Neufchâteau. Bien sûr, il peut être objecté que l’illégitimité est sous-enregistrée dans les zones rurales, en raison d’une certaine propension des filles-mères à accoucher dans les centres urbains, afin de préserver leur anonymat21. Toutefois, le tableau révèle aussi que dans nos régions, la dichotomie villes/campagnes n’est pas si évidente et que certains villages présentent des taux d’illégitimité comparables, voire supérieurs à ceux de centres urbains22. C’est le cas notamment des localités ardennaises de Sart et de Polleur. Si sous-enregistrement il y a dans la zone bocagère, rien ne permet de dire qu’il a été plus fort, plus marqué que dans l’Ardenne voisine. D’un point de vue statistique, il nous semble raisonnable de penser que les chiffres fournis par les registres d’état civil du Pays de Herve sont d’une qualité tout à fait comparable à ceux des autres entités géographiques reprises dans le tableau. Le sous-enregistrement ne peut à lui seul être incriminé pour expliquer les naissances illégitimes proportionnellement peu nombreuses dans le Pays de Herve.

  • 23 Shorter E. (1980), Illegitimacy, sexual revolution, pp. 113-120 — Lee W.R. (1977), Bastardy and the (...)
  • 24 Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’œuvre, pp. 395-396.

14Une série de données collectées à l’échelon européen par E. Shorter et W. R. Lee confirment la première impression23. Nos trois communes tests présentent, quoi qu’il arrive, une fréquence d’illégitimité très basse pour l’époque, même si des valeurs inférieures à 1 % ont été observées dans des villages ruraux français (Crulai et Tourouvre-au-Perche), dans le Hainaut (Wasmes et Warquignies) et en Flandre24.

Tableau IX-1. Pourcentage de naissances illégitimes parmi le total des naissances. Tableau comparatif dans l’Est de la Belgique

Localité

Périodes

Proportion de naissances illégitimes ( %)

Pays de Herve

1847-1900

3,0

Sart

1812-1900

6,3

Polleur

1846-1900

4,6

Zone rurale liégeoise (*)

1750-1794

5,1

Limbourg

1846-1866

5,0

Tilleur

1847-1880

7,0

Zone industrielle liégeoise (**)

1750-1794

3,9

Liège

1730-1794

7,4

Visé

1750-1800
1850-1859
1890-1899

4,6
8,4
7,4

Bassin Aval de Liège

1850-1859
1890-1899

6,5
9,3

Basse Meuse liégeoise

1850-1859
1890-1899

4,5
4,3

Belgique

1845/1850
1865/1870
1850-1900

8, 1
7,2
plus de 5

* Mouland, Haccourt, Heure ; ** Herstal, Wandre, Jupille, Vivegnis
Sources : Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’œuvre, pp. 395-396— Alter G., Oris M., Servais P. (1999), The marriage in nineteenth century Eastern BelgiumHélin E. (1963), La démographie de Liège, pp. 256-258 — Shorter E. (1980), Illegitimacy, sexual revolution, p. 119—Lee W.R. (1977), Bastardy and the socioeconomic structure, pp. 403-425 (table 1).

15Dans notre échantillon hervien, l’illégitimité est donc un phénomène démographique particulièrement marginal dans la seconde moitié du xixe siècle. Il n’est pas inintéressant pourtant de se pencher sur le profil des mères qui engendrent des enfants hors mariage. Elles sont jeunes pour la plupart (tableau IX-2) : 39,4 % de ceux que l’on appelle péjorativement les bâtards ont une maman âgée de moins de 25 ans et un peu plus d’un quart des filles-mères ont entre 25 et 29 ans. En tout, environ les deux tiers des mères célibataires donnent naissance à un enfant illégitime avant l’âge moyen au mariage. Dans leur grande majorité, il ne s’agit donc pas de sacrifiées du système du mariage tardif.

  • 25 Les données sont tronquées entre 1896 et 1900, puisque sont exclues de l’échantillon toutes les fe (...)
  • 26 Une même tolérance est notée par Lennarts dès le xviiie siècle à Montzen et par R. Leboutte dans l (...)
  • 27 Alter G., Oris M., Servais P. (1999), The marriage in nineteenth century Eastern Belgium.

16Cependant, si les mères célibataires ne sont proportionnellement pas très nombreuses dans le Pays de Herve, si elles sont jeunes pour la plupart et restent donc « en lice » pour un éventuel mariage, peu d’entre elles convolent en justes noces après la naissance. Le tableau IX-3 considère les 177 Herviennes qui ont donné vie à un enfant illégitime entre 1846 et 1895 et montre leur devenir endéans les cinq années qui ont suivi cette naissance25. Il révèle deux éléments importants : d’une part, seulement 17 % d’entre elles ont quitté la commune, ce qui indique apparemment une tolérance assez grande vis-à-vis de ces femmes « fautives»26. D’autre part, seulement 15,3 % se sont mariées. Contrairement à ce que G. Alter, M. Oris et P. Servais ont observé dans le petit centre minier de Tilleur, où au moins un tiers des naissances illégitimes étaient suivies par un mariage dans les cinq années27, l’illégitimité hervienne ne révèle pas une anticipation des relations conjugales rattrapée par une union obligée !

Tableau IX-2. Structure par âge des mères célibataires

Âge

Chiffres bruts

Chiffres relatifs ( %)

15-19

18

9,1

20-24

60

30,3

25-29

51

25,8

30-34

21

10,6

35-39

15

7,6

40-44

10

5,1

45-49

2

1,0

inconnu

21

10,6

Total

198

100

Tableau IX-3. Le devenir des mères célibataires dans les cinq années suivant la naissance

Destinées

Chiffres bmts

Chiffres relatifs ( %)

Stabilité

85

48,0

Mariage

27

15,3

Changement de ménage

31

17,5

Émigration

30

16,9

Décès

4

2,3

Total

177

100

1.1.3. Respect de l’ordre social et religieux : les saisons du manage

  • 28 Bourgeois J. (1946), Le mariage, coutume saisonnière.
  • 29 Pour une définition plus complète des temps clos, se reporter à Hélin E. (1978), Les saisons du ma (...)
  • 30 Ainsi, dans la ville de Liège entre 1840 et 1890, les bourgeois, en majorité libéraux et anticléri (...)

17Une manière détournée, indirecte et à la fois très traditionnelle en démographie pour observer le respect de l’ordre religieux consiste à détailler la saison des mariages. Cette méthode, initiée par J. Bourgeois28, permet de voir si une société respecte les « temps clos » prescrits par l’Église catholique, c’est-à-dire principalement le Carême et l’Avent29. Au-delà même des conventions religieuses, cette mesure constitue en réalité un indicateur composite du respect de l’ordre social30. Concrètement, il s’agit de dénombrer mois par mois, pour une période donnée, l’ensemble des unions qui ont été contractées. Par souci de lisibilité, les résultats sont rapportés à un total de 1200 pour les douze mois. Une répartition égalitaire des mariages tout au long de l’année donnerait douze indices mensuels de 100. Plus la propension à se marier un mois donné est forte, plus l’indice de ce mois excède 100. Inversement, un indice inférieur dénote un rejet.

Graphique IX-1. Les indices mensuels de nuptialité dans le Pays de Herve et à Liège dans la seconde moitié du xixe siècle

Graphique IX-1. Les indices mensuels de nuptialité dans le Pays de Herve et à Liège dans la seconde moitié du xixe siècle

Sources : A. E. L. Commune, Registres de mariages de Charneux, Clermont et Neufchâteau, 1846-1890. Jacquemin A. (1991), Les mariages à Liège, p. 35.

  • 31 Idem, p. 35.

18Le graphique IX-1 montre deux situations quasiment extrêmes. D’une part, le graphique polaire réalisé sur base des indices relevés dans les registres de mariage de Charneux, Clermont et Neufchâteau entre 1847 et 1890 se caractérise par un dessin très asymétrique et des variations importantes des indices mensuels (minimum de 25 et maximum de 192). À l’opposé, les indices de la ville de Liège à la même époque (1840-1890) dessinent quasiment un cercle malgré une petite dépression durant les mois de mars et d’avril. Ils oscillent entre 69 et 11431. Ce double graphique symbolise l’écart qui subsiste dans la seconde moitié du xixe siècle, entre une zone rurale encore très imprégnée, très marquée par les interdits religieux, et une ville historique engagée dans un processus d’industrialisation, où les masses populaires se sécularisent.

  • 32 En effet, la fête de Pâques est célébrée à une date mobile et les 46 jours de Carême ne tombent do (...)
  • 33 Certaines études expliquent par les travaux des champs et les besoins du travail saisonnier une mo (...)
  • 34 Les villages ardennais de Sart et de Polleur présentent une répartition mensuelle des mariages ana (...)

19Dans les campagnes de l’Entre-Vesdre-et-Meuse, très peu d’unions sont célébrées en mars et en décembre : ce sont les mois traditionnellement retenus pour observer le respect du Carême et de l’Avent, même si cette méthode souffre de certaines approximations32. À l’opposé, avril, mai et novembre sont très prisés par les époux. Leur succès s’explique en grande partie par des systèmes de compensation/anticipation : ils suivent ou précèdent directement des périodes interdites par le code religieux. D’une manière générale, les Herviens se marient de préférence en hiver et au printemps, mais respectent les temps clos, ce qui explique des indices inférieurs à 100 en décembre, janvier et mars33. C’est le schéma plus ou moins classique du calendrier des mariages pendant l’Ancien Régime, qui reste respecté plus longtemps dans les zones rurales34.

  • 35 La proportion des mariages survenus en mars et en décembre est divisée par 2/12 (« i.e. the propor (...)

20Il faut toutefois noter que dans l’espace wallon de la seconde moitié du xixe siècle, le Pays de Herve présente un patron quelque peu original malgré tout. En effet, l’indice MLA (Marriages in Lent and Advent) mis au point par R. Lesthaeghe35, tend à démontrer que la Wallonie tout entière, y compris les arrondissements les plus ruraux, sont entrés très tôt dans la voie de la sécularisation. Cet indice exprime d’une manière synthétique la part des cérémonies célébrées pendant les temps clos (mars et décembre) par rapport à l’ensemble des mariages annuels. Si exactement deux douzièmes des unions se sont déroulées pendant ces deux mois, il vaut 100. Or, dans le Pays de Herve, pour la période 1846-1890 le MLA est égal à 26. À la même époque, les valeurs sont clairement supérieures dans le Brabant et la région des Polders. Dès 1840, des indices supérieurs à 60 s’observent dans la région de Liège et même dans des arrondissements ruraux wallons (Virton, Bastogne, Neufchâteau et Arlon). Vingt ans plus tard, les valeurs augmentent encore sensiblement dans tout le Sud du pays. Isolé à l’extrême Est, le Pays de Herve apparaît comme un îlot conservateur.

1.1.4. Les conceptions prénuptiales

  • 36 Sole J. (1976), L’amour en Occident à l’époque moderne, cité par Vandenbroeke C. (1979), Het seksue (...)
  • 37 Ce délai est bien sûr sujet à caution et peut entraîner certaines controverses. Voir notamment Wel (...)

21L’étude des conceptions prénuptiales est une deuxième voie, « un baromètre intéressant pour apprécier l’importance des relations sexuelles antérieures au mariage »36. Par convention, quand une naissance survient moins de huit mois après la célébration des noces, elle est considérée comme une preuve de relations prémaritales37. Pour obtenir la proportion de ces enfants conçus avant la date officielle d’union de leurs parents, il ne suffit pas de lier les naissances aux mariages célébrés dans la même commune, il faut encore que la mère potentielle soit restée en observation pendant toute la durée du délai minimal. Dans nos trois villages herviens, sur 550 femmes restées au village au moins huit mois après leurs noces, un cinquième environ (19,5 %) ont conçu leur enfant avant la cérémonie nuptiale (tableau IX-4).

  • 38 Oris M. (1984), Pauvreté et transition démographique à Huy, pp. 246-247 — Bougard J.-P. (1978), Les (...)
  • 39 Laslett P. (1980), Introduction : comparing illegitimacy, p. 23. Pour d’autres données de comparais (...)

22Manifestement, ce critère, comme les deux précédents (naissances illégitimes et respect des temps clos) montre une société qui se caractérise par un comportement de retenue, de contrôle très marqué. En effet, les conceptions prénuptiales touchent moins de 20 % des jeunes mariées de l’Entre-Vesdre-et-Meuse, contre 44 à 48 % des indigentes hutoises à la même époque. À Adinkerke, dans le Nord du Pays, les proportions sont passées de 22,5 % à 35,6 % entre 1841 et 1900. D’autres chiffres récoltés pour la première moitié du xixe siècle confirment le niveau finalement assez bas des statistiques herviennes : 44,2 % de conceptions prénuptiales à Wasmes et Warquegnies, 49,6 % à Venders38, 37 % dans un échantillon de paroisses anglaises39.

Tableau 1X-4. Les conceptions prénuptiales dans le Pays de Herve entre 1847 et 1890

Tableau 1X-4. Les conceptions prénuptiales dans le Pays de Herve entre 1847 et 1890

Remarque : 1.221 mariages ont été consacrés dans les trois villages herviens entre 1847 et 1890, mais seules ont été reprises ici les femmes que nous avons été en mesure de coupler avec les registres de population. De même, seuls les premiers mariages ont été pris en compte.

  • 40 À partir d’archives notariales, M. Lennarts a observé le lien étroit qui existait déjà à l’époque (...)
  • 41 Sur ces mariages de réparation, voir notamment Flandrin J.-L. (1976), Familles, p. 180.
  • 42 Laslett P. (1980), Introduction : comparing illegitimacy, p. 8. Parmi la population des mineurs de (...)
  • 43 Sur cet argument, voir Alter G. (1988), Family, fertility and the female life course, p. 120 — Leb (...)

23Au cœur du Plateau hervien, la majorité de ces naissances (soit 39,3 %) surviennent moins de 4 mois après le mariage, ce qui montre que les relations sexuelles précèdent de plusieurs mois (5-6 au minimum) la cérémonie. Il n’est toutefois pas facile de discerner les causes de ces conceptions prénuptiales. P. Laslett suggère que la plupart seraient dues à un accident survenu en cours de fiançailles, pendant une période d’attente et de formalités assez longue40. Mais il faut tenir compte également des enfants conçus par des jeunes gens sans aucun projet d’avenir commun, qui se voient contraints au mariage par la faute commise41. Il est traditionnel aussi d’évoquer le piège tendu par la jeune fille à son amant, pour qu’il l’épouse, ou encore, le fameux ‘fertility testing type’, destiné à vérifier les capacités de procréation de la femme avant de s’engager pour la vie42. Une cinquième possibilité existe : les jeunes désireux de s’émanciper mais retenus au foyer par leurs parents trouvent dans cette conception un moyen de pression pour avancer la date de leurs noces43.

24Ces enfants conçus avant le mariage ont des mamans jeunes dans le contexte hervien de l’époque. Les mères de ces enfants ont en moyenne 25,9 ans au moment de la naissance : c’est deux ans de moins que l’âge moyen au mariage dans la région. Cela conforte l’hypothèse de la faute commise volontairement pour forcer la main de parents récalcitrants...

25Tous les indicateurs convergent : ils tendent à mettre en évidence un Pays de Herve au sein duquel la pression malthusienne du mariage tardif est d’autant plus forte qu’aucune réelle soupape de décompression n’existe. Globalement, les prescriptions sociales et religieuses – qui s’observent ici à travers la saisonnalité des mariages – sont très largement respectées. Parallèlement, si les relations sexuelles précèdent parfois le mariage, comme en attestent 3 % d’enfants illégitimes et 19,2 % de conceptions prénuptiales, ces mesures démographiques indirectes sont malgré tout peu élevées dans le contexte à la fois européen, belge et simplement régional. Bien sûr, tout un aspect de la vie sentimentale et sexuelle des jeunes nous échappe encore. À ce stade, il apparaît quand même que l’entrée dans l’âge adulte est tardive du point de vue des relations sexuelles. Mais ce constat ne vaut bien entendu que pour ceux qui restent... Il s’agit donc maintenant de voir quand les Herviens quittent leurs parents et pour quelles raisons.

1.2. Quitter ses parents, un douloureux dilemme ?

1.2.1. Le sens des mots et la complexité d’une transition

  • 44 Capron C., Oris M. (2000), Ruptures de cohabitation entre parents et enfantsAnderson M. (1971), (...)

26Le signe le plus évident de l’émancipation du jeune est le moment où il « prend son envol », où il quitte le cocon familial. Au xixe siècle, le jeune Hervien est confronté à un douloureux dilemme : soit il quitte son village pour travailler en ville, avec tout ce que ce choix comporte comme risques (réels ou imaginés), soit il reste dans son village, où le marché matrimonial est restreint et les possibilités d’établissement très limitées. À ce choix déjà cornélien, s’ajoutent une série d’impératifs sociaux et économiques, dus aux capacités individuelles, aux besoins même des parents et à la structure du marché de l’emploi44.

  • 45 « Most historical studies of age at leaving home rely on single listings, such as censuses (...). (...)

27Étudier la rupture de cohabitation entre enfants et parents ne se borne pourtant pas à cette question déjà épineuse. Il faut encore distinguer les différentes causes de la séparation. Une série d’études écartent pourtant cette étape indispensable : elle requiert il est vrai des sources très riches et un traitement des données assez fastidieux. Le plus souvent, les chercheurs ont envisagé une optique unique, qui consiste à repérer l’émancipation des jeunes adultes. Elle ne constitue cependant qu’un des aspects de la question45.

  • 46 Il est possible toutefois que le choix soit le résultat d’une contrainte imposée à l’individu. San (...)

28Ce que les Anglo-Saxons appellent le ‘leaving home’, c’est-à-dire le départ de l’enfant du foyer parental, revêt deux caractéristiques : il résulte d’un choix et concerne le comportement de l’enfant46. Deux autres éléments interviennent encore dans les ruptures de cohabitation : les départs des parents eux-mêmes et les décès. D’une part, les parents peuvent choisir de laisser un enfant devenu adulte reprendre le flambeau, particulièrement dans une région rurale où la progéniture assure la relève quant à la tenue de la ferme. D’autre part, les décès viennent perturber les décisions individuelles : nous l’avons vu dans le chapitre VIII, une proportion non négligeable d’enfants décèdent en bas âge, quittant ipso facto le foyer parental. Mais pour les enfants devenus adultes, la mortalité joue un rôle tout aussi important, surtout dans le Pays de Herve où la cohabitation d’enfants célibataires avec des parents âgés atteint des proportions importantes : quand le dernier parent survivant décède, la cohabitation cesse forcément. Bref, ce rapide aperçu suffit à montrer qu’omettre la multiplicité des causes de rupture peut mener à certaines sous-estimations statistiques : en tout cas, un enfant qui meurt ne peut pas être compté parmi ceux qui quittent leurs parents et les comportements des parents eux-mêmes doivent être dissociés de ceux de l’enfant.

29La fin de la cohabitation entre deux générations prend donc de multiples formes, que nous allons envisager dans les pages qui suivent. Notre objectif est de dégager, à partir de tables de vie, des âges moyens aux ruptures de cohabitation, en fonction du sexe des individus et des causes de la rupture. Nous attacherons aussi une attention toute particulière à l’évolution des risques respectifs au cours de la vie : selon son âge et son sexe, chaque personne privilégiera telle ou telle attitude, ou sera soumise à un risque plus ou moins marqué de mourir ou de voir mourir ses parents.

30Avant de nous lancer dans une étude approfondie et détaillée, jetons pour commencer un coup d’œil au tableau IX-5. Sur les quelque six mille sorties de cohabitation observées entre 1847 et 1900, un cinquième surviennent par disparition des parents. Concrètement, les mutations et migrations des aînés jouent un rôle mineur, mais ce tableau prouve l’importance – attendue – de la rupture de cohabitation pour cause du décès du dernier parent vivant. Parallèlement, la mort de l'individu observé joue un rôle non négligeable (30 %), à première vue assez surprenant. En réalité, comme ces chiffres englobent tous les enfants quel que soit leur âge, ils sont biaisés par l’importance de la mortalité des plus jeunes. L’étude des risques par cause et tranches d’âges permettra de mieux saisir l’impact réel des décès. Enfin, ce que l’on peut considérer comme le vrai ‘leaving home’ ne constitue en réalité que 44 % des ruptures constatées : les trois quarts des enfants qui quittent « volontairement » le foyer parental sortent des frontières communales, tandis que les autres s’établissent dans le même village.

Tableau IX-5. Les ruptures de cohabitation entre enfants et parents. Tableau récapitulatif des causes

causes de la sortie de cohabitation :

Hommes

Femmes

Total

décès du dernier parent présent dans le ménage

20,5

20,5

20, 5

émigration du dernier parent présent dans le ménage

5,5

4,2

4,8

mutation du dernier parent présent dans le ménage

0,6

0,5

0,6

décès de l'individu observé

31,8

28,3

30,0

émigration de l'individu observé

31,8

34,7

33,3

mutation de l'individu observé

9,8

11,8

10,8

Toutes les causes %
n

100
2952

100
3022

100
5974

1.2.2. Le départ des parents

  • 47 Tous les décès ou les sorties des parents n’entrent pas en ligne de compte dans ce calcul. Nous n’ (...)

31Les risques de rupture de cohabitation dus au départ des parents se caractérisent par deux traits : ils augmentent au cours de la vie de l’enfant et ils sont quasiment nuls avant 20 ans (tableau IX-6). Sur une cohorte fictive de 10.000 individus, moins de 300 d’entre eux voient ainsi leur dernier parent47 disparaître au cours de leurs quinze premières années de vie. Les risques deviennent réellement marqués (supérieurs à 10 %) au-delà de 30 ans. À ce moment, environ 15 % des Herviens des deux sexes perdront leur dernier parent cohabitant avant de fêter leur 35e anniversaire. Dans la tranche d’âge supérieure, c’est un quart des individus qui connaîtront cette situation. Les risques par la suite ne cessent de s’accroître, mais à partir de 50 ans, le nombre de personnes vivant encore sous le même toit que leurs parents est restreint et la quantité d’événements est statistiquement trop faible pour permettre des interprétations.

32Dans une situation fictive où la rupture de cohabitation serait due exclusivement au départ des parents (par décès ou émigration), elle surviendrait en moyenne à 40 ans dans le Pays de Herve. Cet âge vaut tant pour les filles que pour les garçons, et la mesure reste quasiment identique (moins d’un an d’écart) qu’elle soit calculée à la naissance ou à 15 ans. On peut considérer qu’il s’agit d’un âge moyen à la succession : le fait qu’il soit particulièrement élevé accentue l’impression de sacrifice que font les enfants qui restent. En effet, si ceux-ci héritaient relativement tôt, ils auraient l’occasion une fois les parents partis de se marier, de refaire leur vie. Mais ici, les opportunités surviennent tard dans le cours de leur existence...

Tableau IX-6. Les ruptures de cohabitation entre enfants et parents pour cause de départ parental (décès et migrations)

Tableau IX-6. Les ruptures de cohabitation entre enfants et parents pour cause de départ parental (décès et migrations)

Note méthodologique : ce tableau est fondé sur le calcul d’une table de vie. La population exposée au risque est l’ensemble des personne-années qui, entre le 1er janvier 1847 et le 31 décembre 1900, ont vécu sous le même toit qu’au moins un de leurs parents. Au numérateur sont placées les différentes causes de sorties de cohabitation. Sur cette méthodologie pour l’étude des ruptures de cohabitation, voir Capron C., Oris M. (2000), Ruptures de cohabitation entre parents et enfants Pour un exemple complet de table de vie en cohabitation (fondée sur le départ des parents), se reporter à Neven M. (2000a), Dynamique individuelle, p. 653.

  • 48 Capron C., Oris M. (2000), Ruptures de cohabitation entre parents et enfants.
  • 49 En Irlande, T. Guinnane a mis en évidence ce double aspect de la question. D’une part, les parents (...)

33Peu d’études ont tenté de dégager des résultats de ce type. L’analyse sans doute la plus proche a été menée dans la province de Liège sur deux villages ruraux et un petit centre industriel, même si les auteurs – C. Capron et M. Oris – considèrent uniquement la mortalité des parents et non leurs mouvements migratoires éventuels. Malgré cette légère divergence, ils obtiennent dans l’Ardenne rurale un âge moyen « à l’extinction », pour reprendre leur expression, tout à fait semblable au constat hervien (entre 35 et 42 ans). Par contre, à Tilleur, en bord de Meuse, les citadins cessent de cohabiter avec leur dernier parent quelque dix ans plus tôt48. Il est vrai que le niveau de la mortalité est beaucoup plus élevé dans ce centre minier et l’espérance de vie réduite des parents explique sans doute une part de ce différentiel villes/campagnes. Il n’en reste pas moins que tout autour de Venders, tant dans le Pays de Herve que dans l’Ardenne liégeoise, les chiffres démontrent la difficulté pour les jeunes adultes ruraux de s’émanciper, la longue attente du départ des parents, essentiellement de leur décès ! Toutefois, si beaucoup ont fait ce choix, c’est à la fois que le système familial régional fonctionnait mieux de la sorte, que les parents le demandaient et que l’enfant lui-même y trouvait son intérêt, même à long terme49.

1.2.3. Le départ des enfants : décès et ‘leaving home’

  • 50 Cf. notamment, Anderson M. (1971), Family structure, p. 126— Katz M.B. (1975), The people of Hamil (...)

34Nous l’avons signalé, le risque pour un enfant de quitter ses parents en mourant n’est pas toujours pris clairement en compte dans les études consacrées à l’émancipation des jeunes50. Concrètement il est vrai, dans le Pays de Herve, seuls les décès à moins de 5 ans jouent un rôle réellement prépondérant puisque, selon leur sexe, 18 à 19 % des nouveau-nés encourent le risque de mourir au cours de leurs cinq premières années de vie (tableau IX-7). Par la suite, l’importance du décès de l’enfant dans les ruptures de cohabitation se réduit fortement : dans le pire des cas, les quotients se limitent à 4 %.

  • 51 Sur cette question, les analyses mettent en avant les situations les plus diverses. Selon les oppo (...)
  • 52 Dans l’Angleterre pré-industrielle, « For every hundred offspring aged 10-14, resident with their (...)
  • 53 Capron C., Oris M. (2000), Ruptures de cohabitation entre parents et enfants.

35Les sorties « volontaires » des enfants, dues à une émigration ou à une mutation, sont vraiment minimes à l’adolescence. Sur cent Herviens de sexe masculin âgés de 15 ans moins de quatre quitteront le foyer parental avant leur vingtième anniversaire. Chez les filles, ce comportement est un peu plus fréquent (près de 7 %), mais reste malgré tout marginal51. D’une manière générale, les migrations des jeunes à cet âge sont liées au ‘life-cycle servanthood’ en vigueur surtout dans les pays nord européens : les jeunes passent une dizaine d’années comme domestiques avant de se marier, se constituant ainsi une épargne qui les aidera à s’établir52. Dans le contexte de l’Est de la Belgique, aucune étude n’a mis en exergue ce type de comportement : au con-traire, à Sart et à Polleur, la proportion d’Ardennais de 15-19 ans qui se séparent de leurs parents n’est guère supérieure aux chiffres de Charneux, Clermont et Neufchâteau. Dans le centre minier de Tilleur, l’émancipation est à peine plus précoce53. Dans la région bocagère, nous avons d’ailleurs déjà noté des indices de cette quasi-absence de travail domestique (chapitre V).

Tableau IX-7. Les ruptures de cohabitation entre enfants et parents pour cause de départ des enfant (décès et migrations)

Tableau IX-7. Les ruptures de cohabitation entre enfants et parents pour cause de départ des enfant (décès et migrations)
  • 54 À 40-44 ans, par exemple, pour nos trois communes réunies, 6 personnes quittent leurs parents pour (...)

36Le véritable envol des jeunes se situe entre 25 et 29 ans. En l’espace de ces cinq années, ce sont respectivement 31 % des hommes et 32 % des femmes en observation qui « délaissent » leurs géniteurs. Les risques de partir s’amenuisent progressivement par la suite, tout en restant élevés : 28 % des Herviens qui à 30 ans cohabitaient toujours avec un de leurs parents le quittent avant d’avoir atteint 35 ans. Entre 35 et 39 ans, le quotient tombe à 24-25 % et à partir de 40 ans, les risques ne dépassent plus 14 %. Dès ce moment, toutefois, le nombre de ruptures de cohabitation par émancipation devient de moins en moins fiable statistiquement parlant54.

37Le graphique IX-2 illustre de manière très concrète la progressive émancipation des jeunes Herviens. Environ un quart d’entre eux quittent « volontairement » le foyer avant 25 ans (respectivement 21 % pour les hommes et 28 % pour les femmes). Un quart supplémentaire s’émancipent entre 25 et 30 ans, et dans les dix années qui suivent, ce sont de nouveau 25 % environ des enfants observés au départ qui partent de chez eux. Bref, à 40 ans, 27 à 29 % des habitants du pays bocager cohabiteraient encore avec au moins un de leurs parents si d’autres facteurs de rupture, principalement la mortalité, n’étaient venus perturber les décisions individuelles.

Graphique IX-2. Pourcentage d’enfants cohabitant avec leurs parents selon l’âge des enfants

Graphique IX-2. Pourcentage d’enfants cohabitant avec leurs parents selon l’âge des enfants

38L’âge moyen a la sortie de cohabitation – calculé sous la forme d’une espérance de vie en cohabitation à la naissance – est d’environ 37 ans (graphique IX-3). Après l’âge de 20 ans, le départ des enfants est d’autant plus tardif qu’ils sont restés longtemps auprès de leurs géniteurs. Cette assertion passe à première vue pour un truisme. En termes concrets, elle signifie que les filles et les garçons qui ne se sont pas émancipés avant 25 ans (ce qui est le cas de la majorité des Herviens) ont un âge moyen au départ de plus de 40 ans. Et si à 30 ans, l’enfant vit toujours dans son cocon parental, il le quittera seulement en moyenne à 47 ans !

  • 55 Stevens D.A. (1990), New evidence on the timing of early life course transitionsSteckel R.W. (19 (...)
  • 56 Guinnane T.W. (1992), Âge at leaving home, pp. 654-655.
  • 57 Dribe M. (1997), Rural youth migration, p. 83 — Janssens A. (1993), Family and social, p. 134.
  • 58 Bras H., Kok J. (1999), Naturally, every child was supposed to work.

39Ces chiffres appellent au moins deux commentaires. Tout d’abord, il est évident que ce sont des valeurs particulièrement élevées, les plus élevées de toutes celles citées dans la littérature. Aux États-Unis, à l’extrême fin du xixe siècle, l’âge de l’émancipation pour les garçons de race blanche était de 23 ans en moyenne, contre 21 pour les filles. Quelque quarante années plus tôt, en 1860, les âges calculés par Steckel oscillent entre 24 et 25 ans, les filles s’émancipant un rien plus tôt que les garçons55. En Irlande, sur base des recensements de 1900 et de 1911, Guinnane estime les départs volontaires des mâles à 21,1 ans, ceux des femmes étant légèrement plus précoces (19,8 ans)56. Bien sûr, les comparaisons strictes entre le Pays de Herve et ces diverses régions sont quelque peu hasardeuses, puisque toutes ces données de comparaisons proviennent d’études fondées sur des observations ponctuelles. Mais d’autres analyses longitudinales menées récemment, qui permettent des confrontations plus fiables, mettent aussi en relief la spécificité de la région bocagère. En Suède orientale, M. Dribe trouve des âges moyens inférieurs à 20 ans pour les deux sexes, tandis qu’aux Pays-Bas, malgré des différences non négligeables davantage liées au statut du chef de ménage qu’au sexe des enfants, le vrai ‘leaving home’ survient entre 17 et 25 ans57. Une étude plus récente menée dans ce dernier pays montre d’ailleurs que sur une cohorte fictive de 10.000 individus nés entre 1850 et 1879, plus de quatre personnes sur cinq quittent leurs parents avant d’avoir atteint 30 ans58 !

Graphique IX-3. Le vrai ‘leaving home’. Age moyen aux émigrations et mutations selon l’âge de l’enfant

Graphique IX-3. Le vrai ‘leaving home’. Age moyen aux émigrations et mutations selon l’âge de l’enfant
  • 59 Capron C., Oris M. (2000), Ruptures de cohabitation entre parents et enfants.
  • 60 Le fait que certains auteurs comme Guinnane, Steckel ou Stevens ne prennent en compte que les indi (...)

40Il n’est pas utile de multiplier à l’envi ces recensions pour mettre en exergue le caractère extraordinairement tardif du départ des enfants adultes au cœur de l’Entre-Vesdre-et-Meuse. À Tilleur, dans la seconde moitié du xixe siècle, les ruptures causées par les décisions des enfants surviennent 7 à 8 ans plus tôt dans le cours de la vie. Même dans les Ardennes liégeoises, les filles s’éloignent du cocon familial à 32 ans maximum en moyenne, contre 35 ans pour les garçons59. Outre des divergences de méthodes entre les diverses études, il ressort nettement que le principal facteur de différenciation repose sur l’importance du célibat définitif dans la région bocagère. En effet, le fait que plus d’un cinquième des enfants ne se marient pas et restent, dans la majorité des cas, auprès de leurs parents, fournit une perception quelque peu déformée de l’âge au ‘leaving home’ à Charneux, Clermont et Neufchâteau60.

  • 61 Une situation inverse aurait plutôt mis en exergue un comportement de désillusion des émigrés. Les (...)
  • 62 Il existe un lien assez évident entre le mariage et la rupture de cohabitation volontaire, qui app (...)

41Un second constat ressort également du graphique IX-3. Alors que quasiment aucun Hervien ne s’en va avant 20 ans, la moitié des départs surviennent malgré tout entre 20 et 29 ans. Par rapport à l’âge moyen au mariage (28 chez les femmes, 30 chez les hommes), il s’avère que les émigrations et les mutations (qui toutes deux peuvent d’ailleurs être liées au mariage) sont relativement précoces. Elles montrent donc qu’il s’agit de jeunes qui choisissent de tenter leur chance ailleurs ou, peut-être, de laisser de la place pour les cadets de la famille61. S’il a laissé passer sa chance et dépassé l’âge moyen au mariage, les problèmes deviennent plus aigus pour le trentenaire : autant pour les hommes que pour les femmes, les quotients d’émigration diminuent après cet âge clé. Certes, les hommes voient leur potentiel d’établissement dans la commune rester stable jusqu’à 40 ans, mais il est malgré tout très faible62.

1.2.4. Les ruptures de cohabitation : une perception plus globale

42Le tableau IX-8 dresse un bilan de la situation. Toutes causes confondues – mortalité, migrations et mutations – la moitié des enfants nés dans le Pays de Herve cohabitent encore avec leurs parents à l’âge de 25 ans. Dans les premières années de vie, ce sont les décès des enfants en bas âge qui prélèvent le plus lourd tribut, mais dès 20 ans, les jeunes habitants du Plateau commencent à voler de leurs propres ailes. Les départs s’accentuent entre 25 et 30 ans, si bien qu’à cet âge, il reste moins d’un tiers du contingent de départ. Vers 35 ans, les émancipations «volontaires » s’essoufflent sensiblement et la mortalité parentale provoque désormais l’essentiel des ruptures.

43Dans ces conditions, l’âge moyen à la rupture de cohabitation se situe à 23 ans pour tout enfant qui naît à Chameux, Clermont ou Neufchâteau dans la seconde moitié du xixe siècle. Si seuls sont pris en compte ceux qui ont survécu jusqu’à leur quinzième anniversaire, ce qui revient concrètement à éliminer l’influence de la mortalité infantile et enfantine, les filles se séparent de leurs parents à 29 ans en moyenne, les garçons à 30 ans.

Tableau IX-8. Les ruptures de cohabitation entre enfants et parents : toutes causes confondues

Tableau IX-8. Les ruptures de cohabitation entre enfants et parents : toutes causes confondues

Note : DMC à la naissance (ou à 15 ans) = durée moyenne pendant laquelle les enfants qui naissent (ou âgés de 15 ans) cohabiteront avec leurs parents

***

44Les ruptures de cohabitation entre enfants et parents ne se résument pas aux émigrations des premiers. Dans le Pays de Herve, particulièrement, la mortalité des seconds joue un rôle de premier plan, étant donné la forte proportion d’enfants qui ont opté pour le célibat définitif et la cohabitation permanente avec leurs géniteurs. Le ‘leaving home’ à proprement parler, entendu comme le départ des enfants du foyer parental pour une raison autre que le décès, apparaît malgré tout comme une décision tardive d’un double point de vue. D’abord, quasiment aucun adolescent de moins de vingt ans ne s’écarte de sa cellule familiale. D’autre part, l’âge moyen au départ des Herviens dans la seconde moitié du xixe siècle s’élève à 37 ans en moyenne.

45Mais une fois de plus, le célibat définitif joue les trouble-fête et fausse les données du problème. En réalité, une étude détaillée des risques de partir en fonction de l’âge montre que l’essentiel des jeunes qui s’émancipent franchissent le pas entre 20 et 30 ans, soit quand il est encore temps pour eux de tenter leur chance ailleurs. La plupart n’attendent pas qu’il soit trop tard. Une réelle hétérogénéité de la population se fait jour entre les ‘leavers’ et les ‘stayers’, ces derniers adoptant un comportement à la fois marginal et répandu ! Leur situation, déjà évoquée à plusieurs reprises dans ce travail (cf. notamment chapitre VI), n’est pas claire. Néanmoins, on peut supposer, vu les proportions d’enfants qui ont opté pour cette voie-là, qu’ils y trouvaient un jour ou l’autre leur compte, particulièrement quand les parents décédaient et leur permettaient d’hériter du contrat de locataire, qui n’était pas une valeur patrimoniale divisible. Jusqu’à 40 ans, pour cette raison sans doute, les hommes ne voient pas leurs chances de s’installer dans la commune s’amoindrir.

1.3. Se marier ou partir ? Les célibataires de 18 à 44 ans

  • 63 Alter G., Oris M., Servais P. (1999), The marriage in nineteenth century Eastern Belgium
  • 64 Henry L., Blum A. (1988), Techniques d’analyse en démographie historique, pp. 32-33.

46Au sein du ‘leaving home’, il s’agit maintenant de distinguer un peu plus clairement le calendrier des mariages et des migrations, en ne considérant désormais que les célibataires âgés de 18 à 44 ans. La borne inférieure repose sur une base légale : depuis le Code Napoléon promulgué en 1804 et en vigueur dans la législation belge après l’Indépendance, les hommes de moins de 18 ans et les femmes de moins de 15 ans ne peuvent contracter d’union63. Étant donné les résultats des sections 1.1 et 1.2. de ce chapitre, il était plus logique de s’en tenir à l’âge de 18 ans dans le contexte hervien, le départ des enfants du foyer parental même avant 20 ans étant plus que marginal. Quant au terminus ad quem, nous l’avons choisi en fonction des limites que les démographes fixent, depuis L. Henry, pour évaluer le célibat définitif64. En principe, ce dernier se base sur la proportion de gens qui ne se sont jamais mariés avant d’atteindre 50 ans, mais en pratique, il se calcule sur base de la proportion des célibataires dans le groupe des 45-54 ans.

  • 65 Tous les mariés ne parviennent pas nécessairement à s'établir sur place, voire choisissent délibér (...)

47L’enfant qui choisit de quitter ses parents est encore confronté à une alternative : va-t-il se marier ou émigrer ? Évidemment, considérer le mariage et l’émigration comme des risques concurrents, des solutions qui s’excluent mutuellement, c’est faire preuve d’une dichotomie un peu simpliste : parmi les Herviens qui se marient, beaucoup émigreront par la suite, et d’un autre côté, certains émigrants quittent leur village natal pour convoler dans une autre localité. Cependant, nous devons nous contenter ici de la réalité que nos sources nous permettent d’atteindre, même s’il ne s’agit que de la partie visible de l’iceberg. De toute façon, le point de vue que nous adoptons n’est pas nécessairement une vision erronée, même si elle masque indéniablement une certaine complexité. Quand un individu se marie, il cesse ipso facto d’être célibataire... et n’est donc plus soumis au risque d’émigrer en état de célibat65.

1.3.1. Âges moyens au mariage et à l’émigration

48Nous avons déjà évoqué à de nombreuses reprises l’âge moyen au mariage dans le Pays de Herve, dans la mesure où c’est un indicateur déterminant du régime démographique régional, caractérisé par le mariage tardif. Toutefois, cet âge moyen au mariage peut varier sensiblement selon les sources utilisées. D’une part, les registres des mariages, que nous avons exploités jusqu’à présent pour toutes les données matrimoniales, mentionnent les célébrations qui ont eu lieu dans la commune, que les mariés y soient ou non domiciliés. Toutes les combinaisons sont possibles : les deux époux résident dans le village où sont célébrées les noces, seul l’un des deux y habite (le plus souvent la femme), voire dans certaines situations extrêmes, tous deux sont domiciliés ailleurs. Il s’agit donc de l’ensemble des cérémonies civiles célébrées sur le territoire des trois villages étudiés, qui concernent notamment des gens qui ne vivent pas dans ces localités.

  • 66 Pour une explication détaillée des différents modes de calcul de l’âge au mariage à partir des reg (...)

49D’autre part, dans les registres de population, tous les changements d’état civil doivent être inscrits pour l’ensemble des personnes officiellement domiciliées dans l’entité administrative concernée, que les noces s’y soient déroulées ou non. C’est cette base – appelée ici par commodité les « mariages observés » – que nous allons désormais exploiter. En effet, ces mariages mentionnés dans le registre de population, complétés le cas échéant par les renseignements fournis par les registres d’état civil, concernent des personnes dont nous connaissons les caractéristiques individuelles, le contexte familial et même des données comme l’environnement communautaire66. Ils se prêtent donc particulièrement aux analyses multivariées que nous mènerons dans la seconde partie de ce chapitre afin de comprendre les facteurs de nuptialité différentielle.

50Au bout du compte, les divergences entre l’âge au manage d’après les deux types de sources (registres de mariages ou de populations) s’avèrent minimes à Chameux, Clermont et Neufchâteau. En effet, d’après les « mariages observés », les hommes se marient à 30,0 ans exactement, les femmes à 28,3 ans, soit des écarts de respectivement 0,2 et 0,1 an par rapport aux résultats obtenus à partir des registres d’état civil (voir chapitre V, section 1.2.). Le graphique IX-4 indique que cet âge a subi de légères fluctuations entre 1847 et 1900. Dans la population masculine, l’âge moyen se situe à 29 ans vers 1850, puis il s’élève progressivement pour fluctuer entre 30 et 31 ans entre 1855 et 1885. Dans les quinze dernières années du xixe siècle, il retombe de nouveau sous la barre des 30 ans. L’âge moyen au mariage des femmes a connu une évolution quasiment inverse, puisqu’il est plus élevé en début et en fin de période. En 1864, année où les valeurs les plus basses ont pu être observées, les Herviennes attendaient tout de même 27,5 ans en moyenne avant de se marier pour la première fois.

Graphique IX-4. Age moyen au mariage des célibataires de 18-44 ans, 1846 – 1900 (moyennes mobiles par pas de 5 ans)

Graphique IX-4. Age moyen au mariage des célibataires de 18-44 ans, 1846 – 1900 (moyennes mobiles par pas de 5 ans)

51Les célibataires du Plateau de Herve qui optent pour l’émigration sont plus précoces : en moyenne, dans la seconde moitié du xixe siècle, les émigrants de sexe masculin sont âgés de 27,6 ans, contre 26,9 ans pour les femmes. Une évolution se dessine assez nettement au fil du temps, puisque dans la dernière décennie du xixe siècle, les femmes célibataires quittent leur village à 25,4 ans, soit près de deux ans plus tôt que celles qui optaient pour le départ avant 1872. Chez les hommes, la diminution de l’âge à l’émigration est moins nette, mais réelle, comme l’illustre le graphique IX-5.

52L’écart entre les âges moyens à l’émigration et au mariage était attendu puisque le ‘leaving home’ survient pour la plupart des enfants entre 20 et 29 ans. Les Herviens qui émigrent sans s’être mariés sont plus jeunes de 1,4 ans (femmes) à 2,4 ans (hommes) que ceux qui convolent au cœur de la région bocagère. On peut donc penser que les individus qui envisagent de se marier plus tôt doivent partir, a priori vers des localités industrielles où l’âge au mariage est plus bas. Mais ce n’est qu’une hypothèse. En tout cas, ceux qui pensent qu’ils vont pouvoir s’établir au cœur du pays herbager doivent rester et attendre plus longtemps. Parmi eux, certains, nous l’avons vu, n’y arriveront jamais. Toutes ces dimensions peuvent se concevoir à travers des tables de vie. Elles permettent de décomposer les risques de quitter le statut de célibataire – par mariage ou par émigration – en fonction de l’âge et du sexe, mais aussi d’évaluer la proportion de personnes qui, en définitive, restent célibataires et ne quittent pas leur localité.

Graphique IX-5. Age moyen à l’émigration des célibataires de 18-44 ans, 1846 – 1900 (moyenne mobile par pas de 5 ans)

Graphique IX-5. Age moyen à l’émigration des célibataires de 18-44 ans, 1846 – 1900 (moyenne mobile par pas de 5 ans)

1.3.2. Le calendrier du mariage et de l’émigration

53Les tables de nuptialité fournissent un âge moyen au mariage de 34,1 ans pour les hommes et de 32,2 ans pour les femmes. Ces valeurs, plus élevées que la simple moyenne arithmétique de l’âge à la sortie du célibat d’après les mariages observés, s’expliquent par la prise en compte de la structure par âge des célibataires et, donc, des célibataires définitifs. Elles révèlent, une fois encore, la dichotomie entre ceux qui parviennent à se marier et les autres : à quarante ans, 47 % des hommes et 40 % des femmes sont toujours célibataires !

54Evidemment, ce portrait illustre la dureté du système hervien, mais il repose aussi sur une hypothèse fictive, dans la mesure où il ne tient pas compte du fait que de nombreux jeunes échappent à la contrainte malthusienne en allant s’établir ailleurs. Les tables d’émigration par sexe indiquent un âge moyen au départ de 29 ans. L’analyse des « survivants fictifs » permet de détailler quelque peu ce portrait : à 23,4 ans, 25 % des jeunes célibataires présents dans la commune à l’âge de 18 ans sont sortis du village. Vers 29 ans, 50 % des effectifs de départ ont opté pour l’émigration et à 40 ans, 21 % des célibataires de sexe masculin n’ont toujours pas déserté leur village, de même que 26 % de leurs homologues féminines.

55Les tables de nuptialité et d’émigration considérées séparément mettent en relief la difficulté d’insertion des jeunes adultes dans leur propre village, une fois qu’il est question de s’établir et de fonder un foyer. Bien sûr, l’émigration est importante, mais plus d’un cinquième, voire un quart, des adolescents célibataires à 18 ans n’optent pas pour cette voie-là ! Le tableau IX-9 est plus proche de la réalité, puisqu’il mesure simultanément les risques de partir et de se marier. Un écart relativement important se fait jour entre les cours de la vie respectifs des hommes et des femmes.

Tableau IX-9. Les « survivants » célibataires après exposition aux risques de mariages et d’émigration

Tableau IX-9. Les « survivants » célibataires après exposition aux risques de mariages et d’émigration

56Du côté masculin, une population fictive de départ de 10.000 personnes soumises aux conditions observées dans le Pays de Herve entre 1847 et 1900 est amputée de quelque 3.700 membres en l’espace de sept ans (entre 18 et 24 ans), sous l’effet conjugué des mariages et des émigrations, sans tenir compte d’aucun impact éventuel de la mortalité (de toute façon très faible). À 30 ans, il reste dans les trois villages tests un tiers des hommes présents douze ans plus tôt. Entre 35 et 39 ans, les quotients de sortie par mariage ou émigration sont toujours assez importants, de sorte qu’à 40 ans, subsistent 9,3 % des hommes observés.

57Chez les femmes, le résultat final est très similaire, mais le calendrier est un peu avancé. Entre 18 et 25 ans, approximativement 4.400 célibataires quittent notre champ d’observation, environ deux fois sur trois par émigration et une fois sur trois par mariage. Entre 25 et 29 ans, la cohorte se réduit encore de quelque 2.700 unités, réparties équitablement entre le mariage et l’émigration. L’éventualité de quitter la cohorte des célibataires est la plus importante entre 25 et 29 ans, grâce à un risque de mariage maximal (26 %) et à une émigration toujours forte (28 %). Ensuite, les mouvements se réduisent sensiblement au-delà de 35 ans pour les femmes, 40 ans pour les hommes. En somme, malgré un certain décalage dans les calendriers féminins et masculins, la proportion de ceux qui (1) sont restés célibataires et qui (2) n’ont pas quitté le village à l’âge de 40 ans, est analogue de part et d’autre : 9,3 % côté masculin, 9,9 % côté féminin.

58Il peut sembler étrange, a priori, que moins de 10 % des célibataires de 18 ans survivent dans le Pays de Herve sans se marier ni émigrer, alors que le célibat définitif oscille entre 20 et 25 % de la population (cf. chapitre VI). En réalité, quand la table de vie prend en compte à la fois les taux de mariage et le solde migratoire des célibataires observés dans les trois communes tests entre 1847 et 1900, il s’avère que 23 % des hommes présents à 18 ans sont toujours célibataires à 40 ans, de même que 22 % des femmes. C’est un résultat parfaitement compatible avec les taux de célibat définitifs évoqués précédemment.

59À travers ces tables, un phénomène intéressant se dessine pour l’émigration. Les risques sont maximaux chez les femmes les plus jeunes (18-24 ans) et restent très élevés pendant les 10 années qui suivent (28-29 % de risques). Chez les hommes, les départs les plus nombreux s’étalent sur 17 ans (de 18 à 34 ans). Ces chiffres indiquent donc clairement que beaucoup de Herviens font le choix de quitter leur village avant même d’atteindre la période d’âge la plus propice au mariage. Pendant cette phase favorable et durant les années qui suivent, ceux qui échouent dans leur tentative d’établissement – si tentative il y a – continuent de partir. Il n’y a donc pas de renoncement et l’on observe grosso modo pendant la dizaine d’années qui suit l’âge moyen au mariage que la vague d’émigration se poursuit à un rythme soutenu. Ce résultat peut se lire de deux manières. Soit les Herviens décident volontairement de jouer leur dernière carte sous d’autres cieux tant qu’il est encore temps ; soit ils sont en surnombre dans le système familial hervien et comme ils ont échoué, ils doivent céder leur place à des cadets qui ont encore une chance... Les modèles d’event history analysis développés dans la seconde partie de ce chapitre tenteront d’éclairer cette problématique en évaluant notamment l’influence des frères et sœurs plus jeunes sur les probabilités d’émigrer avant ou après l’âge moyen au mariage.

2. Quitter le célibat ou le village : les fondements d’un différentiel

60Dans le cadre de cette analyse multivariée, nous avons considéré seize variables et sept risques différents, chaque fois en distinguant les hommes et les femmes. Il va de soi qu’il fallait ordonner cet ensemble trop touffu. Dans un premier temps, trois paragraphes envisagent successivement les caractéristiques individuelles, essentiellement sociales, ensuite le contexte familial, puis les variables dites communautaires qui décrivent la conjoncture économique ou le marché matrimonial. Dans un deuxième temps, nous essayons d’approfondir les premières analyses multivariées. Il s’agit d’abord de tester l’homogénéité de la classe d’âge, c’est-à-dire de vérifier si des causalités différentes se dessinent avant et après l’âge moyen au premier mariage. D’autre part, un paragraphe décompose les risques de se marier ou d’émigrer parmi les célibataires des 18-44 ans en catégories plus fines : mariage endogame ou exogame, émigration solitaire ou familiale.

2.1. L’influence des structures sociales sur les risques de se marier et d’émigrer

  • 67 L annexe IX-1 reprend la liste des variables utilisées dans les différents modèles d’event history (...)
  • 68 Chez les femmes, le statut socioprofessionnel du chef de la cellule de cohabitation n’influence pa (...)

61Le tableau IX-10 présente les risques pour un habitant du cœur du Pays de Herve, célibataire et âgé de 18 à 44 ans, de se marier ou d’émigrer, en fonction de deux caractéristiques sociales de son chef de ménage : le statut socioprofessionnel et l'origine. Bien sûr, le chef de ménage n’est pas systématiquement le père ou la mère de l’enfant concerné, mais c’est tout de même le cas huit fois sur dix (cf. annexe IX-1)67. Les célibataires adultes de sexe masculin dont le chef de ménage est sans profession ont 35 % de risques en plus de se marier que ceux qui vivent dans des ménages dirigés par un agriculteur. De même, les chances de convoler des personnes dont le chef de ménage est journalier sont accrues de 23 %68. Ce sont aussi ceux pour qui les potentialités d’émigrer s’avèrent les plus importantes. C’est un constat a priori très surprenant, car notre hypothèse de départ postule que plus les possibilités de mariage sont effectives, plus les risques de partir sont réduits et inversement.

62En fait, ce postulat est bien respecté quand il s’agit d’observer le statut socioprofessionnel de l’individu lui-même, plutôt que celui de son chef de ménage. Le tableau IX-11 montre une propension à se marier deux fois plus faible chez les célibataires qui se déclarent sans profession que chez ceux qui ont le statut d’agriculteur. Les journaliers aussi, bien que dans des proportions moindres, sont de moins sérieux candidats au mariage. Chez les femmes, malgré une moins grande fiabilité des données socioprofessionnelles, les mêmes traits se dégagent des tableaux. Dans l’ensemble, malgré des problèmes d’enregistrement déjà maintes fois évoqués dans ce travail, les caractéristiques professionnelles individuelles sont plus discriminantes que la position sociale du chef de ménage et une moindre propension au mariage va de pair avec un risque d’émigrer plus important.

  • 69 C’est un reproche d’ailleurs qu’adressent les observateurs de la fin du xviiie siècle à leurs cont (...)
  • 70 Cf. annexe IX-1. Seuls 2,9 % des célibataires âgés de 18 à 44 ans sont chefs de ménage (respective (...)

63L’influence sur le mariage des statuts socioprofessionnels n’est donc pas la même selon que l’on considère le chef de ménage ou le célibataire concerné. Ce résultat n’est pas pour autant contradictoire ; simplement, ce ne sont pas les mêmes individus qui appartiennent à ces deux groupes. En fait, si les enfants de personnes sans profession ou journaliers tendent à se marier davantage, c’est que les parents exercent sur eux une pression moins grande ! C’est un phénomène qui a pu être constaté dans diverses sociétés : les règles du mariage sont d’autant plus strictes que l’on s’élève dans la hiérarchie sociale, parce que les enjeux patrimoniaux sont plus importants. Les gens de condition plus modeste jouissent d’une liberté plus grande, à la fois parce que les parents n’ont pas beaucoup d’arguments à avancer pour retenir leur progéniture, et parce qu’ils risquent moins aussi de voir leurs descendants contracter une mésalliance69. Cependant, si le célibataire lui-même n’a pas grand-chose à offrir à un(e) prétendant(e) potentiel(le), parce qu’il est sans profession ou simple journalier, c’est un parti moins séduisant ! C’est l'explication du contraste apparent, qui met en évidence les distorsions entre le statut individuel des célibataires et la position socioprofessionnelle de leur chef de ménage. Le tableau IX-12 confirme cette interprétation en croisant ces deux caractéristiques, même si dans quelques rares cas, le célibataire et le chef de ménage ne sont qu’une seule et même personne70.

Tableau IX-10. Une approche sociale de la nuptialité et de l’émigration différentielles des 18 – 44 ans : le statut socioprofessionnel et la région de naissance des chefs de ménage. Régression de Cox

Tableau IX-10. Une approche sociale de la nuptialité et de l’émigration différentielles des 18 – 44 ans : le statut socioprofessionnel et la région de naissance des chefs de ménage. Régression de Cox

Tableau IX-11. Une approche sociale de la nuptialité et de l’émigration différentielles des 18 – 44 ans : le statut socioprofessionnel et la région de naissance des individus. Régression de Cox

Tableau IX-11. Une approche sociale de la nuptialité et de l’émigration différentielles des 18 – 44 ans : le statut socioprofessionnel et la région de naissance des individus. Régression de Cox

64Les célibataires inscrits comme inactifs appartiennent très rarement à un ménage dont le chef lui-même est ‘sans profession’ : c’est le cas uniquement pour 8 % des individus, tant chez les hommes que chez les femmes. L’hypothèse que nous évoquions ci-dessus se voit donc totalement confirmée. Par contre, la mobilité socioprofessionnelle des autres statuts est relativement réduite, particulièrement du côté des célibataires de sexe masculin. Les agriculteurs et les bourgeois sont les deux professions qui apparaissent comme les plus fermées : 85 % des célibataires adultes se déclarant agriculteurs ont pour chef de ménage un agriculteur. Quant aux bourgeois, qui constituent une minorité de moins de 5 % parmi les jeunes célibataires, plus de la moitié d’entre eux font partie d’un groupe domestique tenu par un membre de la petite ou moyenne bourgeoisie. Dans les autres catégories, la permanence du statut entre deux générations est moins nette, mais néanmoins perceptible : entre 32 et 39 % des journaliers, des travailleurs du textile et des artisans exercent leur profession dans le même domaine que leur chef de ménage. Chez les filles, il est vrai, le tableau n’est réellement similaire que pour les agricultrices, les travailleuses du textile et les membres de la bourgeoisie, mais l’importance numérique des ‘sans profession’ perturbe toute analyse.

Tableau IX-12. Une approche de la mobilité socioprofessionnelle entre générations : le statut des célibataires de 18 – 44 ans et celui de leur chef de ménage

Tableau IX-12. Une approche de la mobilité socioprofessionnelle entre générations : le statut des célibataires de 18 – 44 ans et celui de leur chef de ménage

Note : (a) travailleurs du textile ; (b) Petite et Moyenne Bourgeoisie

  • 71 Gutmann M.P. (1988), Toward the modem economy, p. 175 — Aghulon M. (1976), Les transformations du m (...)

65L’analyse multivariée (tableaux IX-10 et IX-11) indique encore, et sans surprise, que toutes les catégories socioprofessionnelles sont plus enclines à émigrer que les agriculteurs. L’observation vaut tant pour les hommes que pour les femmes, surtout quand on s’en tient au statut de l’individu lui-même. Le fait que les agriculteurs, principalement masculins, soient les plus stables renvoie à un attachement à la terre, bien compréhensible dans leur chef et observé dans plusieurs études relatives aux sociétés rurales71. Ce constat n’était pas nécessairement évident dans une région où les paysans sont de moins en moins propriétaires et de plus en plus locataires.

66Justement, pour distinguer les comportements des propriétaires et des locataires, toutes professions confondues, le couplage de notre base de données démographiques avec les matrices de Popp constituées vers 1862 s’avère ici encore bien utile. Comme nous l’avons vu dans le chapitre VII, il est possible de repérer les gens qui étaient propriétaires à Charneux et à Clermont au début des années 1860. Nous distinguons ainsi quatre catégories : les propriétaires de maisons, les propriétaires de maisons et de terres agricoles, les locataires (c’est-à-dire ceux qui étaient domiciliés à Chameux ou à Clermont le 1er janvier 1862 mais qui ne possédaient aucun bien) et les autres. Rappelons que sont considérés comme ‘propriétaires’ tous les descendants directs des propriétaires inscrits dans la matrice de Popp. Parallèlement, les descendants des locataires sont repris sous le statut de ‘locataires’. La quatrième catégorie – les ‘autres’ – est formée par les individus qui n’étaient ni à Chameux, ni à Clermont en 1862 et qui ne descendent pas des personnes présentes dans ces deux villages à ce moment précis.

67Le but du tableau IX-13 est de montrer l’éventuel impact du statut de propriétaire sur la nuptialité et l’émigration des célibataires de 18-44 ans. Considérer l’individu lui-même ou son chef de ménage ne modifie quasiment pas les résultats, et pour ne pas noyer le lecteur sous une avalanche de tableaux, seules sont présentées ci-dessous les données professionnelles et les mentions de l’origine relatives au célibataire lui-même. Être propriétaire n’affecte en rien le mariage, mais a par contre une influence non négligeable sur la mobilité. Chez les filles, le simple fait de posséder une maison réduit déjà de près de 40 % le risque d’émigrer, mais la possession d’une terre agricole marque encore davantage l’ancrage dans le Pays de Herve. Les propriétaires d’un terrain rural exploitable (ou leurs descendants) émigrent presque deux fois moins que les locataires. Chez les filles célibataires, l’écart entre ces deux catégories atteint même 60 % !

68En somme, même lorsque l’effet de la profession est contrôlé dans le cadre d’une régression de Cox, il ressort que les propriétaires sont moins mobiles que les autres, sans qu’ils aient cependant aucune propension particulière à se marier davantage. Il existe bel et bien, au cœur de l’Entre-Vesdre-et-Meuse, des ancrages différentiels, comme le démontre d’ailleurs nettement le statut d’immigré

Tableau IX-13. Une approche sociale de la nuptialité et de l'émigration différentielles des propriétaires et des locataires : le statut socioprofessionnel et la région de naissance des individus. Régression de Cox

Tableau IX-13. Une approche sociale de la nuptialité et de l'émigration différentielles des propriétaires et des locataires : le statut socioprofessionnel et la région de naissance des individus. Régression de Cox

Note : Propriétaire 1 = propriétaires de maisons ; Propriétaire 2 = propriétaires de maisons et de terres agricoles

69Pour déterminer si l’individu est ou non un immigré, il est loisible de s’attacher à son lieu de naissance ou à celui de son chef de ménage. Dans le cas qui nous occupe, ces deux procédés débouchent pratiquement sur le même résultat, comme l’indique le tableau IX-14, qui retrace en quelque sorte le parcours migratoire des célibataires. Quel que soit leur sexe, 83 % des individus non mariés âgés de 18 à 44 ans et vivant à Charneux, Clermont ou Neufchâteau entre 1847 et 1900 sont nés dans l’une des 19 communes qui constituent le Vrai Pays de Herve. Parmi les quelque 17 % restant, la plupart (soit 12 %) proviennent d’une autre région rurale de Belgique, moins de 2 % sont nés dans une zone urbaine et 4 % seulement sont nés en dehors des frontières belges. L’histoire migratoire de ces individus est relativement simple : les trois quarts ont pour chef de ménage un Hervien « pur souche ». Les autres ont dans la majorité des cas un chef de ménage né dans la même région qu’eux : 57 % des célibataires nés dans les campagnes belges ont pour chef un autre campagnard, tandis qu’un tiers environ des citadins de naissance sont dans un ménage tenu par un homme originaire de la ville.

Tableau IX-14. Le parcours migratoire des célibataires à travers leur lieu de naissance et celui de leur chef de ménage

Tableau IX-14. Le parcours migratoire des célibataires à travers leur lieu de naissance et celui de leur chef de ménage

70Concrètement, l’impact de l’origine sur le risque de se marier et surtout d’émigrer est évalué par l’analyse multivariée présentée dans le tableau IX-11 ci-dessus. Deux constats s’imposent. D’abord, en ce qui concerne le mariage, la région de naissance a simplement une influence pour les étrangers, qui voient leurs chances de trouver un partenaire réduites d’environ 40 % par rapport aux natifs du Vrai Pays de Herve. Par contre, l’effet sur la mobilité est indéniable et plus net encore dans la population masculine que féminine. Les célibataires nés hors frontières connaissent la plus forte propension à quitter le cœur du pays herbager, suivis par les natifs des villes, puis par les autres ruraux. Chez les hommes, l’émigration est environ deux fois plus forte dans tous ces groupes que parmi les vrais Herviens ; chez les femmes, elles est entre 60 et 90 % plus importante.

  • 72 Les résultats sur la durée de séjour des immigrants dans le Pays de Herve sont étonnamment similai (...)

71Toutefois, pour prendre réellement en compte l’impact de l’origine sur la plus ou moins grande probabilité de (re)partir, la durée de résidence au cœur de la région herbagère est une variable qui doit impérativement être prise en considération, même si elle ne concerne que 16 % des célibataires âgés de 18 à 44 ans. En réalité, la région bocagère n’apparaît pas comme une zone de transit : les immigrés s’installent la plupart du temps pour une durée relativement longue (tableau IX-15). Seulement 8 % des Belges qui arrivent dans la zone la plus herbagère de Wallonie en repartent dans l’année qui suit leur venue. Cette proportion est à peine plus élevée pour les étrangers (13 %). Un quart environ émigrent après un séjour qui aura duré entre un et moins de 5 ans. Mais en définitive, la moitié des campagnards et des citadins en provenance de Belgique qui se domicilient dans le Pays de Herve au cours de la seconde moitié du xixe siècle s’y installent pour cinq ans et plus. Chez les étrangers, cette proportion est d’environ 40 %72.

Tableau IX-15. Région de naissance et durée de résidence des célibataires immigrés de 18 – 44 ans

Tableau IX-15. Région de naissance et durée de résidence des célibataires immigrés de 18 – 44 ans

Note : sont considérés comme immigrées toutes les personnes nées en dehors du Vrai Pays de Herve, soit environ 16 % de la population des célibataires de 18 à 44 ans.
* l’individu était présent lors du 1er recensement et on ignore sa date d’entrée dans la commune

  • 73 Ce constat confirme, par des méthodes statistiques fines, ce que des études antérieures ont établi (...)

72Malgré cette relative stabilité des immigrants, la régression de Cox menée sur base du critère de la durée de résidence ne laisse planer aucun doute sur les risques accrus de mobilité parmi cette sous-population, très minoritaire dans le Pays de Herve (tableau IX-16). Par rapport aux natifs du Vrai Pays de Herve, le risque de partir pour les individus nés hors de la région et qui arrivent dans un des trois villages tests entre 1847 et 1900 est largement accentué. Ceux qui restent moins d’un an dans la zone bocagère partent environ trois fois plus que les Herviens de souche. Ceux qui y vivent entre 1 et 4 ans non seulement se marient proportionnellement moins, mais connaissent aussi une émigration près de deux fois plus importante. Même les immigrés bien implantés, ceux qui s’installent minimum cinq ans à Charneux, Clermont ou Neufchâteau encourent 55 à 69 % de risques supplémentaires d’abandonner ces localités73.

Tableau IX-16. L’impact des durées de séjour des immigrants de 18 – 44 ans sur leur propension à émigrer. Régression de Cox

Tableau IX-16. L’impact des durées de séjour des immigrants de 18 – 44 ans sur leur propension à émigrer. Régression de Cox

* l’individu était présent lors du 1er recensement et on ignore sa date d’entrée dans la commune

***

73En somme, l’influence des structures sociales, résumée ici à travers quatre indicateurs – le statut socioprofessionnel, le statut de propriétaire, la région de naissance et la durée de résidence – se marque sur la nuptialité et sur l’émigration à travers des processus bien dissemblables et selon des intensités variables. Avant tout, un facteur émerge : la mobilité des célibataires est plus déterminée, plus « construite », que leur nuptialité.

74En effet, les différents modèles d’event history analysis débouchent sur peu de résultats statistiquement significatifs prouvant une discrimination des individus quant à leurs chances de convoler dans l’un des trois villages de notre échantillon. Seul le statut socioprofessionnel indique un différentiel clair et la place particulière qu’occupent les ‘sans profession’ et les journaliers dans le marché matrimonial. Quand les célibataires ressortissent à ces deux groupes, ils ont des chances réduites de trouver un parti, mais par contre, si c’est leur chef de ménage qui appartient à une de ces deux catégories, et qu’eux ont réussi à dépasser ce stade, ils jouissent d’une plus grande liberté, bénéficient d’une moindre pression familiale. Les immigrants aussi ont un statut spécifique dans le contexte hervien : les étrangers ont moins de chances encore que les Belges de convoler dans le pays herbager, de même, très logiquement, que les nouveaux venus qui effectuent un séjour de courte durée.

75Par contre, au niveau de l’émigration, les variables discriminantes sont nombreuses. Trois facteurs d’ancrage, solidaires, souvent redondants, se détachent : le statut d’agriculteur, le statut de propriétaire (surtout quand il s’agit d’une terre agricole) et l’origine hervienne. À première vue, de tels résultats semblent enfoncer des portes ouvertes, mais en réalité, ils confirment ici, par une démonstration statistique, des observations le plus souvent empiriques.

2.2. Le poids des contraintes familiales

  • 74 Le groupe des agriculteurs étant largement majoritaire dans le Pays de Herve, ses caractéristiques (...)

76Le modèle familial d’analyse multivariée, présenté dans le tableau IX-17, considère le ménage et la position de l’individu en son sein. Pour contrôler les différentes variables familiales, le statut socioprofessionnel du chef a été intégré dans le modèle, mais nous ne reviendrons pas sur ce déterminant, largement débattu dans la section 2.1.74 Dans le Pays de Herve, 79 % des filles célibataires de 18-44 ans et 83 % des hommes sont les enfants du chef de ménage. Une minorité de 2,9 % est à la tête de sa propre cellule. Les ‘non apparentés au chef sont plus nombreux (13 % des hommes, 19 % des filles) : il s’agit pour la plupart de domestiques, servantes, journaliers logés, apprentis, etc., qui participent vraisemblablement à la phase de ‘life-cycle servanthood’ déjà évoquée dans ce travail (chapitre V). Cette période de transition, destinée essentiellement à se constituer une situation pour l’avenir, et qui est antérieure au mariage, va de pair assez logiquement avec une moindre propension à se marier (-39 à-46 % selon le sexe) et avec une plus forte intensité migratoire.

  • 75 Ce constat d’un contrôle parental sur le mariage n’est pas nouveau. Dès 1867, Blake Davis souligne (...)
  • 76 De ce point de vue, le Pays de Herve se distingue assez nettement du système ardennais où l’émigra (...)

77Un deuxième indicateur de la situation familiale décrit la cohabitation éventuelle avec les parents. Près de la moitié des célibataires étudiés vivent sous le même toit que leurs deux géniteurs : ce sont eux qui endurent le plus sévèrement le contrôle parental sur le marché matrimonial. En effet, les individus qui habitent avec seulement un de leurs parents, voire sans aucun des deux, voient leurs chances de se marier s’accroître. Ceci est vrai surtout pour les garçons (environ +60 %), mais se révèle juste aussi pour les filles (19 à 40 %). Dans ce système familial tendu à l’extrême, la perte d’un des parents entrouvre une porte, elle est une voie vers une émancipation plus précoce et plus intense75. Les mouvements d’émigration confirment l’analyse : les ‘orphelins’ partent plus que les autres et, ici encore, les garçons profitent davantage de leur liberté puisque leur probabilité de délaisser leur village double presque en cas d’absence totale des parents. Une observation intéressante, directement liée à la complémentarité des sexes, émerge du tableau : quand une mère reste seule, ses filles voient leurs risques d’émigrer augmenter de 27 %, tandis que le départ des fils n’est pas affecte dans les mêmes proportions, ni avec autant de certitude. À l’inverse, ces derniers quittent plus tôt le foyer parental quand seul le père est en vie, alors que les filles ne s’éloignent ni plus, ni plus vite. Un tel constat tend à prouver que, dans le Pays de Herve, l’intérêt familial prime les aspirations individuelles. Certes, l’absence des parents, même d’un seul, crée une brèche dans la rigidité du système, mais la complémentarité des sexes dont le ménage rural a besoin pour son fonctionnement économique reste une priorité76.

78Deux éléments sont à mettre en exergue quand un couple est rompu par le veuvage. D’une part donc, une sélection sexuelle s’opèrerait parmi les enfants, permettant une émancipation plus précoce des garçons quand le père reste en vie, des filles quand c’est la mère qui survit. D’autre part, ceux qui restent pour garantir la viabilité du ménage en terme de complémentarité des sexes ne sont pas pour autant des enfants sacrifiés : ils voient leurs chances de se marier s’accroître. On voit donc ici de manière très claire et très pratique comment, au sein du système familial nucléaire du Pays de Herve, naissent les structures étendues : quand le couple fondateur est rompu par le veuvage, une partie de la progéniture, sexuellement sélectionnée, s’en va, tandis que ceux qui restent se marient... et le nouvel époux est accueilli dans la cellule familiale.

Tableau IX-17. Le rôle des variables familiales sur les risques encourus par les célibataires 18 – 44 ans de se marier ou d’émigrer. Régression de Cox

Tableau IX-17. Le rôle des variables familiales sur les risques encourus par les célibataires 18 – 44 ans de se marier ou d’émigrer. Régression de Cox
  • 77 Alter G., Oris M. (1999), Access to marriage in East Ardennes.
  • 78 Un même processus est à l’œuvre à Sart, où les individus appartenant à des fratries plus important (...)

79En termes de variables explicatives familiales, la concurrence au sein de la fratrie joue a priori un rôle majeur, puisque les enfants sont nombreux et que les places sont chères : en Ardenne, une étude récente a montré que les célibataires vivant sous le même toit que des frères et sœurs, qu’ils soient plus jeunes ou plus âgés, avaient moins de chances à la fois de se marier et d’émigrer77. Dans le Pays de Herve, les célibataires voient leurs chances de convoler se réduire de 11 à 31 % pour chaque frère ou sœur supplémentaire vivant avec eux, aîné ou cadet ! On saisit ici, au cœur de la cellule familiale, le poids de la trappe malthusienne qui touche les jeunes Herviens dans la seconde moitié du xixe siècle78. D’abord, plus les enfants sont nombreux, plus les chances de se marier sont réduites car la famille ne peut tous les établir sur place. Ensuite, les aînés ont un impact plus fort que les benjamins, ce qui signifie que lorsque le ménage a réussi à établir un enfant, les possibilités subsistantes pour les autres se sont fortement réduites.

80Le rôle de la fratrie sur la mobilité est plus ambigu et moins net, le différentiel maximal plafonnant à 13 %. D’un côté, le risque de partir diminue quand l’individu a des frères et sœurs aînés, tandis qu’il s’accroît à chaque frère et sœur cadet. Ceci tend à confirmer une hypothèse avancée dans le paragraphe 1.3. de ce chapitre, selon laquelle les plus grands devaient faire place nette aux benjamins. Par contre, un nouvel indice de la relative égalité au sein des familles herviennes se fait jour dans la mesure où le sexe des enfants ne joue pas un rôle déterminant : la présence de filles ne lèse pas davantage leur sœur que leur frère et inversement.

2.3. Le micro dans le macro : l’impact du marché matrimonial et de la conjoncture économique sur le mariage et l’émigration des célibataires

81Au-delà des variables sociales et familiales, l’analyse multivariée développée dans le tableau IX-18 s’attache à observer l’impact des conjonctures économiques et démographiques sur les choix individuels ou familiaux que constituent le mariage et l’émigration. Le temps qui passe est un premier facteur pris en considération : il montre que les Herviens qui ont atteint l’âge adulte avant 1873, donc avant la grande crise agricole qui affecte l’ensemble du royaume, étaient moins contraints à l’émigration. C’est une observation qui va de pair avec une série d’éléments constatés au fil de ce travail : la pression malthusienne s’accroît au fil du temps.

Tableau IX-18. Effets des conjonctures économiques et démographiques sur la nuptialité et l’émigration des célibataires 18 – 44 ans. Régression de Cox

Tableau IX-18. Effets des conjonctures économiques et démographiques sur la nuptialité et l’émigration des célibataires 18 – 44 ans. Régression de Cox
  • 79 Même si dans les années 1860-1870, le différentiel de sexes est clairement réduit.
  • 80 Alter G., Oris M. (1999), Access to marriage in East Ardennes .

82Une autre variable incluse dans notre modèle témoigne en ce sens, c’est la proportion de célibataires âgés de 25 à 34 ans dans la population des trois villages tests. Comme l’indique le graphique IX-6, des écarts se dessinent entre les deux sexes, montrant un accès au mariage un peu différencié avant 35 ans. La proportion des femmes célibataires à 25-34 ans est inférieure d’environ 7 % en moyenne à celle des hommes mariés79. Au-delà de ces divergences, les deux courbes suivent un tracé commun : relativement stables jusqu’à la fin des années 1880, avec des fluctuations annuelles attendues, le poids des célibataires augmente significativement dans la dernière décennie du xixe siècle, passant à 72 % en moyenne pour les hommes et 64 % pour les femmes. Ce sont des proportions impressionnantes ! À la même époque, dans un contexte de dépopulation relativement similaire à celui du Pays de Herve, la pression exercée sur les jeunes femmes du village ardennais de Sart se marque de façon beaucoup moins contraignante : plus de la moitié des femmes âgées de 25 à 34 ans sont en effet mariées, contre 30 à 35 % des hommes du même âge80.

Graphique IX-6. Évolution de la proportion de célibataires de 25 – 34 ans dans la seconde moitié du xixe siècle

Graphique IX-6. Évolution de la proportion de célibataires de 25 – 34 ans dans la seconde moitié du xixe siècle

83Pourtant, la régression de Cox ne met nullement en évidence une relation sensée entre la proportion de célibataires au sein de la population et les risques de quitter le Pays de Herve. Dans la ville textile de Limbourg, par exemple, l’augmentation relative des célibataires de 25-34 ans était directement liée à une diminution des chances de convoler et, parallèlement, à un accroissement des départs. En somme, ceux qui ne parvenaient pas à trouver un partenaire émigraient. Dans le Pays de Herve, le processus n’est pas aussi simple. Quand le mariage diminue, les enfants n’ont pas plus de propensions à se lancer dans l’aventure migratoire. Cet indicateur démographique contrôlé par la conjoncture économique montre que, dans la région herbagère, les célibataires ne profitent pas réellement d’une échappatoire quand la pression malthusienne se fait plus forte.

84Parallèlement, l’accès au mariage est tellement contrôlé que le marché matrimonial n’a pas un rôle majeur. Le rapport de masculinité des célibataires de 18-44 ans, lui aussi envisagé comme une variable explicative, n’apporte pas davantage un éclairage probant (graphique IX-7). Son évolution entre 1846 et 1900 ne suit pas une tendance bien nette. Supérieur à 100 jusqu’en 1852, il diminue alors progressivement pour atteindre un minimum de 86 en 1867, avant de repartir lentement à la hausse. À partir de 1892, les hommes sont de nouveau systématiquement plus nombreux que les femmes. Quoi qu’il en soit, l’impact de ce rapport sur les probabilités de se marier ou d’émigrer des Herviens et Herviennes ne débouche sur aucun résultat cohérent. Le tableau IX-18 confirme simplement que le rapport de masculinité de la population mariable n’affecte guère le mariage, qui ne dépend donc pas de la possibilité purement démographique de trouver un partenaire, mais plutôt de la capacité à s’établir.

Graphique JX-7. Evolution du rapport de masculinité parmi les célibataires âgés de 18 à 44 ans

Graphique JX-7. Evolution du rapport de masculinité parmi les célibataires âgés de 18 à 44 ans
  • 81 Notons qu’une analyse plus poussée menée exclusivement sur les célibataires réalisant un ‘leaving (...)

85L’indice des prix des denrées de consommation courante, considéré ici comme un baromètre des dépenses, montre quant à lui un lien avec les émigrations. Globalement plus élevé après les débuts de la dépression agricole (graphique IX-8), il oscille entre un minimum de 80 et un maximum de 115. Chaque augmentation de l’indice de une unité, c’est-à-dire littéralement chaque hausse du coût de la vie, va de pair avec une diminution de 1 % des émigrations des célibataires, tandis que le mariage n’est pas affecté. Étant donné l’ampleur des écarts entre les valeurs minimales et maximales de l’indice, l’influence des prix des denrées de première nécessité est sensible81. Par contre, l’indice des prix du beurre sur le marché de Verviers, qui donne, bon an mal an, une approximation des revenus d’une large frange de la société hervienne, n’a semble-t-il aucun effet tangible.

Graphique IX-8 Évolution des indices de prix dans la seconde moitié du xixe siècle

Graphique IX-8 Évolution des indices de prix dans la seconde moitié du xixe siècle

2.4. Saisir sa chance au bon moment : les risques en fonction de l’âge

86Outre les variables sociales, familiales et communautaires qui différencient les célibataires sur le marché matrimonial et les chemins de la migration, divers aspects différentiels n’ont guère été abordés ici et le sont d’ailleurs exceptionnellement dans la littérature spécifique. C’est le cas au premier chef des risques en fonction de l’âge. Les modèles que nous développons ci-dessous présentent une certaine redondance par rapport aux analyses antérieures, mais ils servent chaque fois à souligner un caractère particulier. Nous n’allons donc pas recommencer systématiquement des commentaires détaillés, mais simplement tester une série d’hypothèses qui tournent toutes autour de l’homogénéité ou de l’hétérogénéité de la population des célibataires de 18 à 44 ans. Justement, 27 aimées séparent les plus jeunes des plus vieux et leurs motivations, voire les contraintes qui pèsent sur chacun, diffèrent vraisemblablement en fonction de leur âge. C’est pourquoi nous avons développé un modèle d’analyse multivariée afin de comprendre les facteurs qui comptent pour les plus jeunes, mais pas pour les autres, et inversement. Notre critère de distinction entre jeunes et « vieux » est simple : les premiers sont ceux qui sont en dessous de l’âge moyen au mariage (soit 28,3 ans pour les femmes et 30 ans pour les hommes), tandis que les seconds ont dépassé cette limite.

Tableau IX-19. L’âge comme critère de différenciation : risques de se marier et d’émigrer encourus par les célibataires 18 – 44 ans selon qu’ils ont ou non dépassé l’âge moyen au mariage. Régression de Cox. A. les risques de se marier

Tableau IX-19. L’âge comme critère de différenciation : risques de se marier et d’émigrer encourus par les célibataires 18 – 44 ans selon qu’ils ont ou non dépassé l’âge moyen au mariage. Régression de Cox. A. les risques de se marier

B. les risques d’émigrer

B. les risques d’émigrer

87Le tableau IX-19 compare les probabilités respectives de se marier selon l’âge. Le mariage des hommes jeunes apparaît plus construit que celui des gens qui ont plus de 30 ans. En réalité, la différence entre eux se joue surtout à un niveau : l'absence des parents n’a d’impact que sur les plus jeunes, en accroissant de manière nette leur chance de convoler. Du côté féminin, le différentiel entre ‘jeunes’ et vieilles filles n’est pas très net, mais le statut socioprofessionnel révèle un résultat intéressant : les travailleuses du textile, qui ne semblaient pas jouir à travers ce chapitre d’une position véritablement spécifique, se distinguent pour la première fois. Les moins de 28 ans paraissent avoir une propension à se marier plus forte que les agricultrices, ce qui rejoint l’hypothèse évoquée plus haut de la plus grande liberté octroyée aux enfants des moins nantis, mais leurs chances de se marier sont réduites de 27 % par rapport à ces mêmes agricultrices une fois qu’elles ont dépassé l’âge moyen. C’est un indice de leur position sociale peu intéressante, de leur faible attractivité, surtout par rapport à des agricultrices qui, bien que ‘vieilles’, ont peut-être une exploitation à apporter en dot... Un autre résultat indique que seules les plus jeunes risquent de se marier davantage après le décès de leur père (+72 %), tandis que, comme pour les hommes, la présence des parents ne joue plus aucun rôle pour les plus âgées.

88L’âge des célibataires est aussi responsable d’une série de causalités différentes dans les décisions de quitter le village (tableau IX-19, volet B). Pour les plus jeunes, hommes comme femmes, une évolution se dessine au cours de la seconde moitié du xixe siècle : avant 1873, en effet, les Herviens célibataires émigrent moins que pendant la dépression agricole des années 1873-1890. D’autre part, comme pour le mariage, l’absence des parents est un facteur déterminant, qui augmente sensiblement la propension à émigrer.

  • 82 Il est vrai que pour les plus jeunes des deux sexes, on note aussi le rôle des petites sœurs, qui (...)

89Les hommes qui ont dépassé l’âge moyen au mariage sont surtout poussés à s’éloigner par un facteur : leur statut socioprofessionnel. Bien sûr, celui-ci joue déjà un rôle pour les jeunes, mais il est encore plus appuyé chez les trentenaires et quadragénaires, où tous les non-agriculteurs connaissent des risques plus élevés. Du côté féminin, le statut semble au contraire moins fondamental que pour celles qui n’ont pas atteint l’âge moyen au mariage, mais on connaît les problèmes d’enregistrement du travail des femmes. Un autre élément semble aussi émerger, c’est le rôle joué par les cadets, puisque les Herviennes voient leurs risques de partir s’accroître de 10 à 13 % pour chaque frère ou sœur plus jeune cohabitant. C’est la confirmation d’une hypothèse évoquée ci-dessus : les enfants d’une même fratrie ont, bon an mal an, des chances équivalentes d’accéder au mariage, mais quand un individu échoue, en particulier une fille, il/elle est contraint(e) de laisser les suivants tenter leur chance82.

2.5. Endogamie ou exogamie : quels critères de différenciation ?

  • 83 En réalité, le croisement des statuts respectifs des époux fournit, malgré les problèmes de sous-e (...)

90Au-delà de la probabilité même de contracter un premier mariage au cœur du Pays de Herve, il n’est pas illogique de supposer que toutes les unions ne se réalisent pas sur base des mêmes facteurs incitants. A priori, des causalités différentes favorisent les mariages endogames – c’est-à-dire où l’époux et l’épouse appartiennent au même milieu socioprofessionnel83 – et un mariage exogame.

  • 84 Leboutte R., Hélin E. (1985), Le choix du conjoint, pp. 423-424.
  • 85 Ce paragraphe synthétise les résultats obtenus dans le chapitre VI de la thèse originale entièreme (...)

91Dans les sociétés paysannes, l’endogamie géographique, c’est-à-dire le mariage entre habitants du même village ou de localités contiguës, est la norme. Elle va traditionnellement de pair avec l’homogamie sociale et professionnelle, parce que les occasions de rencontres sont rares et que les sociétés rurales sont souvent très homogènes, avec une très forte proportion de main-d’œuvre concentrée dans l’agriculture84. Dans le Pays de Herve, les mariages respectent des règles plus ou moins strictes. D’un point de vue géographique, l’endogamie est assez marquée, surtout lorsque l’on élargit le socle de base à l’ensemble du Vrai Pays de Herve. Ce phénomène s’explique aisément par le fait que l’aire de recrutement des époux, dans une société rurale, est très limitée. Sous l’angle socioprofessionnel, la ségrégation entre les groupes se fait plus nette encore. Les agriculteurs forment sans conteste le « bloc » le plus fermé : ils choisissent comme épouses des femmes elles-mêmes cultivatrices, filles de paysans de préférence, et recrutent même leurs témoins parmi leurs homologues et collègues. Malgré des effectifs faibles qui ne permettent pas des analyses fouillées, l’endogamie de la petite et moyenne bourgeoisie se révèle également assez forte. Les travailleurs du textile sont rejetés par l’ensemble de la population et sont donc contraints de se replier sur eux-mêmes. Quant aux autres, les « sans profession », les journaliers, les artisans, ils affichent aussi une homogamie certaine, mais toutefois moins absolue. Ils s’unissent parfois les uns aux autres ou parviennent de temps à autre à créer quelques liens ténus avec l’élite locale. Les bourgeois, notamment, assistent comme témoins à quelques noces célébrées entre journaliers85.

  • 86 Ces résultats sont issus d’une régression de Cox. Le modèle testé est strictement identique à celu (...)

92Une analyse multivariée confirme ce résultat, puisque les agriculteurs, surtout de sexe masculin, sont les plus à même de réaliser des mariages au sein de leur groupe. D’autre part, il ressort aussi que les chances de contracter une union endogame s'amenuisent considérablement dans la dernière décennie du xixe siècle86.

93Le groupe des agriculteurs apparaissant comme le plus homogène, le plus stable, le plus endogame, nous avons choisi de tester un modèle spécifique sur les célibataires ayant pour parent un chef de ménage agriculteur (tableau IX-20). Globalement, les tendances observées dans les sections 2.2. et 2.3. se dégagent, mais certaines variables favorisant le mariage ont un rôle encore plus net pour les enfants d’agriculteurs. C’est notamment le cas pour la liberté plus grande dont jouissent les orphelins, ce qui conforte l’idée d’une pression véritablement puissante exercée sur la progéniture – masculine en tout cas – des agriculteurs. Visiblement, plus que sur les autres encore, de très lourdes contraintes pèsent sur leur union. C’est un constat assez attendu dans la mesure où leur homogamie témoigne de l'existence de mariages de convenance. Deux éléments confirment cette observation. D’une part, alors que le rapport de masculinité ne pèse guère sur le marché matrimonial hervien, il influence par contre la nuptialité des agriculteurs. Lorsque la proportion d’hommes augmente parmi les célibataires de 18-44 ans appartenant à des ménages d’agriculteurs, les chances de ces hommes diminuent. C’est un lien normal en situation d’homogamie : s’il y a plus d’hommes que de femmes dans une sous-population bien définie, et que le choix doit principalement s’effectuer au sein de ce groupe, alors les candidats masculins voient leurs opportunités se réduire. D’autre part, la concurrence au sein d’une même fratrie, déjà déterminante dans la nuptialité des Herviens en général, l’est plus encore dans le chef des enfants d’agriculteurs. La terre disponible est, plus qu’ailleurs, un déterminant fondamental !

Tableau IX-20. Le mariage des enfants (18 – 44 ans) d’agriculteurs. Quelques variables explicatives. Régression de Cox

Tableau IX-20. Le mariage des enfants (18 – 44 ans) d’agriculteurs. Quelques variables explicatives. Régression de Cox

Conclusion

94Approcher l’entrée progressive dans la vie adulte oblige le démographe à reconnaître ses limites, mais pas à rebrousser chemin. Si les sources sont partielles, parfois même inadaptées, une série d’indices jalonnent les parcours individuels, permettant ainsi au chercheur d’aborder, le plus souvent par des chemins de traverse, la problématique du passage de l’enfance à l’âge adulte, sa datation dans le cours de la vie et la durée de la transition.

95Les débuts de la vie sentimentale et sexuelle constituent dans le Pays de Herve une transition vers l’âge adulte tardive et difficile à scruter. Malgré une observation forcément indirecte, tous les indicateurs fournissent la même image de la région, celle d’un pays où la libération sexuelle – terme un peu exagéré d’ailleurs dans le contexte hervien – n’apparaît au plus tôt que dans les mois qui précèdent directement le mariage. En somme, dans ce monde où la pression malthusienne du mariage tardif pèse lourdement sur les jeunes adultes, aucune soupape de décompression ne vient atténuer la rigidité du système. Les naissances illégitimes représentent seulement 3 % des mises au monde, les interdits religieux du Carême et de l’Avent sont largement respectés et seul un mariage sur cinq est entaché d’une conception prénuptiale. Les jeunes Herviens ont bien intériorisé les normes sociales qui pesaient sur eux.

96A première vue, les sources démographiques permettent d’appréhender plus directement, plus concrètement, une autre transition « normative » dans la vie de la plupart des Herviens : la fin de la cohabitation avec les parents. Pourtant, la tâche s’avère plus ardue qu’il n’y paraît, tant la rupture peut revêtir des modalités diverses : décès, mutations, émigrations et mariages sont autant de causes de dissolution, susceptibles de provenir à la fois des enfants ou de leurs parents. Dans le Pays de Herve, le départ des géniteurs, presque toujours par décès, est responsable de près d’un quart des cessations de cohabitation entre enfants et parents. C’est une nouvelle démonstration du rôle des enfants adultes auprès de leurs géniteurs. Considérée sous ce seul angle, la rupture surviendrait tardivement dans le cours de la vie de l’enfant, en moyenne à 40 ans.

97Chez les enfants en bas âge, la mortalité influence bien entendu très largement les risques, mais si l’on considère uniquement ceux qui ont survécu jusqu’à l’âge de 15 ans, il est clair que les choix individuels – plus ou moins volontaires, plus ou moins imposés – acquièrent un rôle prépondérant. Le vrai ‘leaving home’, c’est-à-dire le départ du foyer parental pour un autre ménage, situé dans le même village ou en dehors des frontières communales, lié ou non à la célébration d’un mariage, est-il est vrai exceptionnel avant l’âge de 20 ans. Les premiers mouvements décisifs et de masse s’ébauchent dès 20 ans, mais le véritable décollage s’opère entre 25 et 29 ans. À 30 ans, la moitié des enfants nés dans le Pays de Herve auraient quitté volontairement leurs parents si aucun autre facteur, et notamment la mortalité et l'immigration, n’intervenaient dans le processus. Si les tables de vie fournissent un chiffre moyen de 37 ans au ‘leaving home', c’est qu’une fois de plus, une nette disparité se dessine entre ceux qui partent (même assez tardivement) et la frange non négligeable de ceux qui restent au contraire auprès de leurs parents jusqu’au décès de ces derniers. Un contraste apparaît également entre la forte probabilité d’émigration et la possibilité assez faible de s’établir sur place.

98Tous risques confondus, il ressort que les Herviens qui ont survécu jusqu’à leur quinzième anniversaire se séparent en moyenne de leurs parents à 29 ans pour les filles, à 30 ans pour les garçons. Ces chiffres, identiques voire supérieurs aux âges moyens au mariage, montrent toute la limite de l’émancipation des jeunes adultes dans le contexte hervien : elle est liée aux noces, voire au décès des parents, et les plus affranchis ne partent pas avant 20 ans ! Plus que tout, une hétérogénéité se fait jour entre deux sous-populations à la fois importantes et non représentatives de l’ensemble de la société herbagère : ceux qui tentent leur chance ailleurs avant 30 ans et les casaniers qui restent célibataires toute leur vie.

  • 87 Malgré le fait que les deux phénomènes se recouvrent partiellement, l’un cachant parfois l’autre e (...)

99Au-delà de ces étapes du cours de la vie, du moment auquel elles surviennent, l'analyse différentielle du mariage et de l’émigration – les deux seules transitions vers l’âge adulte que nos sources nous permettent d’isoler clairement87 – apporte un éclairage nouveau sur les caractéristiques et les motivations des individus qui réalisent ces ruptures. À travers tout ce chapitre, nous nous sommes efforcée d’analyser simultanément les facteurs qui influencent le mariage et l’émigration, qu’ils aient ou non un impact similaire sur ces deux comportements. Pour synthétiser les résultats et obtenir une perception à la fois globale et précise, nous allons rompre avec cette pratique et dégager les causalités respectives de ces deux phénomènes. Manifestement, la nuptialité des jeunes Herviens apparaît comme moins structurée, moins déterminée que leur émigration. Malgré tout, le mariage se situe véritablement à l'intersection des aspirations individuelles, des contraintes familiales et des conjonctures communautaires.

100Au niveau de l'individu même, un premier résultat négatif mais intéressant se dégage : le sexe n’est pas un facteur réellement discriminant. Hormis des différences bien minimes dans l'ensemble, peu d’éléments affectent les hommes sans toucher les femmes ou inversement. L’âge met par contre en avant un certain contraste entre les Herviens qui convolent avant l’âge moyen au mariage et ceux qui se marient après 28 ou 30 ans. Dans une société très rigide où peu de jeunes adultes enfreignent les normes sociales, il s’avère que les plus précoces n’ont pas un comportement moins déterminé, moins respectueux que les autres. Au contraire, des analyses spécifiques menées dans ce chapitre montrent que les critères de discrimination sont encore plus marqués pour les célibataires qui réalisent un mariage « anticipé ». Il faut savoir cependant que plus de la moitié des célibataires de 18-44 ans se marient avant l’âge moyen au mariage. Parmi les femmes, 24,1 % y sont parvenues en brisant l’ordre social, dans la mesure où elles ont eu une conception prénuptiale, et ce poids des conceptions prénuptiales est plus important parmi les plus jeunes, les moins de 28 ans. Malgré donc une proportion substantielle qui ont forcé la main à leur famille, préféré la mauvaise réputation à l’attente, le mariage précoce s’avère aussi respectueux de toutes les constructions sociales, familiales et conjoncturelles que le mariage tardif. En somme, les jeunes audacieux ne l’étaient quand même que dans des limites très étroites.

101Des variables plus ambiguës, situées à la frontière entre l’individu et son contexte familial, sont également susceptibles d’orienter la nuptialité des habitants du pays herbager. Le lieu de naissance de l’individu concerné et celui de son chef de ménage révèlent des chances de mariage réduites de 25 à 44 % pour les personnes originaires de l’étranger, par rapport à celles nées dans le Vrai Pays de Herve. C’est un résultat lié à leur faible durée de séjour au cœur du pays bocager : très logiquement, ceux qui résident peu de temps ont des capacités d’insertion réduites. Par contre, quelle que soit leur localité d’origine, tous les individus nés en Belgique bénéficient de chances équivalentes, qu’ils proviennent ou non de l’Entre-Vesdre-et-Meuse. Le statut socioprofessionnel joue un rôle relativement net dans la nuptialité hervienne. Les enfants issus des classes les plus pauvres – concrètement ceux dont le chef de ménage est ‘sans profession’ ou journalier – profitent d’une liberté plus grande que leurs congénères, surtout si on les compare aux enfants d’agriculteurs. Par contre, quand un célibataire de 18-44 ans exerce lui-même le métier d’agriculteur, il jouit d’une position privilégiée sur le marché matrimonial, surtout justement par rapport aux moins nantis.

102Sa position privilégiée va de pair avec une endogamie prononcée, la plus prononcée de tous les groupes socioprofessionnels, même si les risques de contracter une union endogame se réduisent fortement au cours du xixe siècle. Au cœur de l’Entre Vesdre-et-Meuse, les agriculteurs sont ceux qui ont le meilleur accès au mariage, mais ils subissent aussi le revers de la médaille, dans la mesure où c’est dans cette sous-population que l’accès est le plus contrôlé. Les contraintes qui pèsent sur eux mettent en exergue une stratégie rurale d’union matrimoniale qui vise à maintenir des exploitations viables, voire le patrimoine familial, dans un contexte singulièrement difficile d’implosion de la propriété paysanne.

103Les variables familiales manifestent aussi nettement la difficulté de s’établir. Tout spécialement, deux facteurs influencent négativement le mariage : la présence des deux parents dans le ménage et l’existence d’une grande fratrie. Concrètement, les orphelins jouissent d’une ouverture plus grande, de même que les individus qui ont peu de frères et sœurs.

104Les variables communautaires jouent un rôle très mineur, que l’on envisage la démographie ou l’économie. D’une part, les indices de prix s’avèrent sans effet sur la nuptialité des herviens. D’autre part, les indicateurs macro démographiques, liés à la proportion de célibataires disponibles ou à leur rapport de masculinité, s’avèrent sans influence directe sur les chances des célibataires. Cet élément témoigne, une fois de plus, de la difficulté pour une famille de placer une progéniture nombreuse sur le territoire de la commune. Il montre explicitement que la nuptialité hervienne ne depend pas de la disponibilité d’éventuels partenaires, mais avant tout de la possibilité matérielle de fonder un foyer.

105Dans l’émigration des célibataires âgés de 18 à 44 ans, un nombre plus important encore de facteurs influencent les décisions des Herviens. À nouveau, une série de variables individuelles déterminent les comportements. Le statut socioprofessionnel est un élément clé puisque les agriculteurs, une fois de plus, arborent un comportement nettement différencié. Leur moindre propension à émigrer va d’ailleurs de pair avec trois autres grands corollaires qui favorisent l’ancrage : le statut de propriétaire (en 1862), celui de natif du Vrai Pays de Herve et la longue durée de résidence. Ce sont trois résultats, il faut le souligner, qui pour être évidents une fois qu’ils sont énoncés, ne s’imposaient pas d’emblée dans une société en phase de remembrement, tendant de plus en plus vers le faire-valoir indirect. Dans un contexte bouleversé, le paysan hervien résiste farouchement !

106La composition du ménage n’a pas exactement le même effet sur la mobilité des célibataires que sur leur nuptialité. D’une part, si les orphelins voient leurs risques de partir s’accroître par rapport à ceux qui cohabitent avec leurs deux géniteurs, leur émancipation précoce – ou plutôt anticipée – est malgré tout limitée par les besoins du groupe familial : un veuf laisse s’éloigner ses fils, mais ses filles n’ont par contre aucune liberté plus grande que les autres jeunes femmes du village et, inversement, la pression se relâche un peu pour les filles qui vivent avec une mère sans mari, mais pas pour les fils ! D’autre part, chaque aîné réduit les risques de partir, mais les cadets boutent les plus grands dehors. Tous sont a priori égaux devant la nuptialité, mais ceux qui ratent l’occasion sont poussés à laisser leurs cadets tenter leur chance en libérant la place.

107Enfin, la conjoncture économique semble aussi peser au xixe siècle sur l’émigration des célibataires, mais pas nécessairement dans le sens attendu. Les fluctuations à la hausse du coût de la vie entraînent sur le court terme une diminution des sorties, surtout celles liées au ‘leaving home’. L’émigration ne constituait pas toujours la panacée en matière d’échappatoire, comme le confirme d’ailleurs la non influence du rapport de masculinité sur les mouvements migratoires : la hausse de la proportion des célibataires ne parvient pas à se régler par une augmentation équivalente des émigrations.

108En somme, reprenant une expression déjà souvent utilisée, nous pouvons dire que les transitions vers l’âge adulte au sein de la société hervienne s’opèrent dans un contexte de relatif égalitarisme. D’une part, assez peu de facteurs entrent en ligne de compte dans la nuptialité hervienne : les propriétaires n’ont pas un statut privilégié et aucune hiérarchie entre frères et sœurs, aînés ou cadets ne se détache. La région herbagère offre le paradoxe d’un mariage très difficilement accessible, mais qui n’est fermé à personne. Seuls finalement les agriculteurs profitent dans une certaine mesure d’opportunités plus grandes – encore que ce soit seulement par rapport aux plus démunis – au prix cependant de contraintes plus marquées. D’autre part, l’émigration apparaît comme beaucoup plus structurée. De nombreuses variables influencent lourdement le comportement des célibataires, surtout les déterminants sociaux et la composition familiale. Ce constat exprime toute la difficulté de s’établir au sein du Pays de Herve, mais il ne traduit pas une stratégie de discrimination clairement orientée, qui avantagerait ou léserait une frange très ciblée de la population.

Notes

1 Sur la notion d’adolescence dans le passé, voir Katz M.B. (1975), The people of Hamilton, pp. 256-sv — Alter G. (1988), Family, fertility and the female life course, p. 142.

2 Anderson M. (1971), Family structure, p. 121. D’une manière générale, c’est un constat que de nombreux chercheurs ont pu dresser jusqu’à présent, notamment Oris M. (1990), Les électeurs du Conseil de l’Industrie et du Travail, p. 862 — Gaier C. (1977), Quatre siècles d'armurerie liégeoise, p. 135.

3 Une tentative d’analyse a toutefois été menée dans Neven (2000a), Dynamique individuelle, pp. 402-412. Les registres de population fournissent quelques indications intéressantes, même si la question du travail des enfants ne peut être envisagée de manière globale à travers eux. Ils montrent en tout cas qu’un peu moins d’un tiers des Herviens âgés de 10 à 15 ans sont inscrits avec une mention professionnelle explicite, sans qu’aucun secteur semble particulièrement privilégié. Ils montrent en outre un taux d’activité qui reste stable tout au long de la seconde moitié du xixe siècle. Le pourcentage de travailleurs déclarés à 10-14 ans s’inscrit parfaitement dans les observations qui ont pu être faites dans la région liégeoise dans diverses monographies. Par contre, à 15-19 ans, le sous-enregistrement des données herviennes est étonnamment plus marqué. D’autre part, les registres de délivrance des premiers livrets d’ouvriers, malgré un point de vue forcément partiel puisque limité au monde industriel, complètent la vision du travail de l’enfant. Dans un milieu rural où chacun apporte dès son plus jeune âge une modeste contribution aux tâches domestiques, l’insertion dans l’univers du travail déclaré s’opère entre 11 et 15 ans, 12 ans apparaissant d’ailleurs comme un âge clé. Ils confirment aussi le rôle des enfants dans le domaine de l’industrie textile : à Charneux, huit livrets sur dix octroyés aux jeunes de moins de 15 ans sont destinés à une profession textile.

4 T.K. Hareven définit une transition comme ‘normative’ « if a major portion of a population experiences them, and if a society expects its members to undergo such transitions at certain points in their lives » (Hareven T.K., Masoaka K. (1987), Turning points and transitions).

5 Lynch K.A., Lee W.R. (1998), Permanences et changements, p. 117.

6 « En milieu rural, il est rare de trouver à la fin du xviiie siècle plus de 10 % de célibat définitif chez les femmes : le cas de l’Irlande (...) est exceptionnel », signalent A. Fauve-Chamoux et R. Wall. Il faut noter en effet que T. Guinnane a observé un phénomène strictement similaire à celui du Pays de Herve en Irlande où, entre 1841 et 1911, le taux de célibat définitif passe de 10-12 % à 27-25 % ! (Fauve-Chamoux A., Wall R. (1998), Nuptialité et famille, p. 363 — Guinnane T.W. (1997), The vanishing Irish, pp. 21-22, 89). Pour la région liégeoise, R. Leboutte propose des taux de célibat définitifs qui montrent une tendance déclinante chez les femmes entre 1800 et 1890, et plutôt une stagnation, voire une légère augmentation chez les hommes. Toutefois, en 1890, les valeurs extrêmes se situent entre 10,2 % (femmes du bassin aval) et 18,8 % (hommes de la Basse Meuse), loin en deçà des valeurs herviennes (Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’œuvre, p. 293).

7 Tilly L.A., Scott J.W. (1987), Les femmes, le travail et la famille, p. 117.

8 Lynch K.A., Lee W.R. (1998), Permanences et changements, p. 117.

9 Alter G. (1988), Family, fertility and the female life course, pp. 112-140 — Oris M. (2000), The female life course. Dans la Basse Meuse liégeoise et le Bassin aval, l’illégitimité s’inscrit aussi clairement dans la perspective de la nuptialité estime R. Leboutte, ((1988), Reconversions de la main-d’œuvre, p. 398). Voir aussi Lennarts M. (1984), Institution matrimoniale.

10 Shorter E. (1977), Naissance de la famille moderne xviiie- xxe siècle, p. 125.

11 Flandrin J.-L. (1976), Familles, pp. 176, 184-188. La masturbation est un comportement par définition difficile à étudier dans la mesure où il est caché, privé. Pour une approche du ‘comportement masturbatoire’ à travers la littérature, les publications ecclésiastiques ou médicales, voir Servais P. (1993), Histoire de la famille, pp. 143-147— Stengers J., Van Neck A. (1998), Histoire d’une grande peur.

12 Shorter E. (1980), Illegitimacy, sexual revolution, p. 85.

13 Ibidem. Voir aussi Segalen M. (1978), Amour et liberté, p. 22— Id. (1981), Amours et mariages, pp. 15-16 — Burguière A. (1986), La formation du couple, pp. 132-133.

14 Segalen M. (1978), Amour et liberté, p. 13.

15 Shorter E. (1980), Illegitimacy, sexual revolution, p. 85.

16 Voir notamment Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d'œuvre, pp. 393-402 — Alter G., Oris M., Servais P. (1999), The marriage in nineteenth century Eastern Belgium.

17 Sur la montée du romantisme au xixe siècle, voir Van De Putte B., Matthus K. (2001), Romantic love and marriage.

18 Shorter E. (1980), Illegitimacy, sexual revolution, pp. 85-107— Id. (1977), Naissance de la famille moderne xviiie- xxe siècle, pp. 98-152.

19 Hélin E. (1963), La démographie de Liège, pp. 212-215 — Laslett P. (1980), The bastardy prone sub-societyId (1977), Family life and illicit loveAlter G. (1988), Family, fertility and the female life course, pp. 112-140.

20 Le pourcentage d’illégitimité (illegitimacy ratio) exprime le poids des naissances survenues hors mariage parmi le nombre total de naissances. E. Shorter insiste sur la différence avec la notion de taux d’illégitimité (illegitimacy rate) qui représente le nombre de naissances illégitimes pour 1.000 femmes célibataires en âge de procréer. Nous avons calculé le premier indicateur : couramment utilisé en démographie, il autorise dès lors le plus grand nombre de comparaisons.

21 Fine A. (1988), Enfant et normes familiales, pp. 437-438.

22 Cette vison très manichéenne est aussi contestée par Knodel J., Hochstadt S. (1980), Urban and rural illegitimacy, p. 311.

23 Shorter E. (1980), Illegitimacy, sexual revolution, pp. 113-120 — Lee W.R. (1977), Bastardy and the socioeconomic structure, (table 1). Voir aussi une comparaison avec l’Angleterre et le Pays de Galles dans Laslett P. (1980), Introduction : comparing illegitimacy, p. 17.

24 Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’œuvre, pp. 395-396.

25 Les données sont tronquées entre 1896 et 1900, puisque sont exclues de l’échantillon toutes les femmes qui n’ont pas pu être observées pendant 5 ans.

26 Une même tolérance est notée par Lennarts dès le xviiie siècle à Montzen et par R. Leboutte dans la région liégeoise au xixe siècle (Lennarts M. (1984), Institution matrimoniale, p. 153 — Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d'œuvre, p. 401). Mais l’observation du démographe s’arrête là. G. Alter estime que si les filles-mères sont rarement rejetées par leur famille, il n’en reste pas moins qu’elles subissent l’opprobre : « Unwed mothers were not rejected by their families. Nevertheless, the double standard of male and female morality was deeply embedded in the culture, and unwed mothers were clearly disapproved » (Alter G., Family, fertility and the female life course, p. 157).

27 Alter G., Oris M., Servais P. (1999), The marriage in nineteenth century Eastern Belgium.

28 Bourgeois J. (1946), Le mariage, coutume saisonnière.

29 Pour une définition plus complète des temps clos, se reporter à Hélin E. (1978), Les saisons du mariage, p. 162.

30 Ainsi, dans la ville de Liège entre 1840 et 1890, les bourgeois, en majorité libéraux et anticléricaux, sont ceux qui respectent le mieux les temps clos dans la seconde moitié du xixe siècle. Sans être catholiques, ils se soucient des notions de respectabilité et d’interdits sociaux (Jacquemin A. (1991), Les mariages à Liège, pp. 158-163).

31 Idem, p. 35.

32 En effet, la fête de Pâques est célébrée à une date mobile et les 46 jours de Carême ne tombent donc pas chaque année à la même date. E. Hélin préconise aussi de tenir compte des prescriptions catholiques entre Noël et l’Epiphanie et entre Pâques et le dimanche suivant in albis (Hélin E. (1978), Les saisons du mariage, p. 162). Toutefois, un calcul annuel pointu réclamerait des traitements relativement lourds, alors que les simples indices mensuels fournissent des informations déjà précises sur la plus ou moins grande propension d’une société donnée à respecter les interdits religieux (Dupaquier J. (1978), Le mouvement saisonnier des mariages, p. 133).

33 Certaines études expliquent par les travaux des champs et les besoins du travail saisonnier une moins grande proportion de mariages célébrés en été et en automne (voir notamment Dupaquier J. (1978), Le mouvement saisonnier des mariages, p. 133 — Armengaud A. (1973), Les mariages, p. 15). Dans le Pays de Herve, vu la surface relativement restreinte réservée aux cultures, l’explication est peu convaincante. En outre, E. Hélin note que « la dépression de la fin de l’été et du début de l’automne ne s’explique pas entièrement par les travaux des champs puisqu’elle se creuse aussi dans les villes et notamment à Paris » (Hélin E. (1978), Les saisons du mariage, p. 164).

34 Les villages ardennais de Sart et de Polleur présentent une répartition mensuelle des mariages analogue à celle des villages herviens de notre échantillon, tandis qu’à l’opposé, Tilleur connaît des valeurs mensuelles très proches de celles de Liège. Sur cette dualité patente au xixe siècle, voir Alter G., Oris M., Servais P. (1999), The marriage in nineteenth century Eastern BelgiumDupaquier J. (1978), Le mouvement saisonnier des mariages, pp. 142-143.

35 La proportion des mariages survenus en mars et en décembre est divisée par 2/12 (« i.e. the proportion that would occur if seasonality is absent) » (Lesthaeghe R. (1991), Moral control p. 260).

36 Sole J. (1976), L’amour en Occident à l’époque moderne, cité par Vandenbroeke C. (1979), Het seksueel gedrag der jongeren, p. 197.

37 Ce délai est bien sûr sujet à caution et peut entraîner certaines controverses. Voir notamment Wells R.V. (1980), Illegitimacy and bridal pregnancy, p. 351 — Smith D.S. (1980), The long cycle in American illegitimacy, p. 367 — Van Bavel J. (2001), Malthusian sinners.

38 Oris M. (1984), Pauvreté et transition démographique à Huy, pp. 246-247 — Bougard J.-P. (1978), Les familles de Wasmes, p. 293 — Alter G. (1978), The influence of social stratification on marriage, pp. 181-185, p. 246.

39 Laslett P. (1980), Introduction : comparing illegitimacy, p. 23. Pour d’autres données de comparaison, voir Smith D.S., Hindus M.S. (1975), Premarital pregnancy, pp. 537-570 (appendix II).

40 À partir d’archives notariales, M. Lennarts a observé le lien étroit qui existait déjà à l’époque moderne entre la promesse de mariage et les premiers rapports sexuels dans la localité de Montzen, qui se situe, rappelons-le, à la frontière du Pays de Herve (Lennarts M. (1984), Institution matrimoniale et vie sexuelle, p. 153).

41 Sur ces mariages de réparation, voir notamment Flandrin J.-L. (1976), Familles, p. 180.

42 Laslett P. (1980), Introduction : comparing illegitimacy, p. 8. Parmi la population des mineurs de la région liégeoise, cette dernière attitude est attestée par des sources qualitatives (Oris M. (1993), La révolution au lit, p. 59). R. Lesthaeghe remarque qu’en Flandres, à partir de l’ère napoléonienne, les conceptions hors mariage donnent naissance à davantage d’enfants illégitimes qu’à des conceptions prénuptiales. L’auteur en déduit notamment une capacité de plus en plus réduite des autorités ecclésiastiques à obliger le fauteur à « réparer » son péché en épousant la jeune fille (Lesthaeghe R. (1991), Moral control, p. 268).

43 Sur cet argument, voir Alter G. (1988), Family, fertility and the female life course, p. 120 — Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’œuvre, p. 401 — Oris M. (2000), The female life course in the industrial cities.

44 Capron C., Oris M. (2000), Ruptures de cohabitation entre parents et enfantsAnderson M. (1971), Family structure, pp. 123-124.

45 « Most historical studies of age at leaving home rely on single listings, such as censuses (...). Historians employing such sources have conventionally used the proportion of children who lived at home at each age to infer some measure of age at leaving home » (Guinnane T.W. (1992), Age at leaving home, p. 655). Voir aussi par exemple, Bideau A., Brunet G. (1996), Rester ou partir — Wall R. (1986), Leaving home — Dribe M. (2000), Leaving home in a peasant society — VAn Poppel F„ Oris M, Lee J. (eds), The road to independance. Leaving home in Europe and Asia, 18th-20th centuries.

46 Il est possible toutefois que le choix soit le résultat d’une contrainte imposée à l’individu. Sans nous étendre sur cette question, signalons simplement que les parents peuvent exercer une pression plus ou moins grande pour garder à domicile leurs enfants devenus adultes, désormais aptes à contribuer pleinement au bien-être microéconomique du ménage (cf. chapitre IV). À l’inverse, un enfant qui part, c’est aussi un descendant de moins à établir, qui peut éventuellement aider financièrement ses parents restés au village.

47 Tous les décès ou les sorties des parents n’entrent pas en ligne de compte dans ce calcul. Nous n’enregistrons que les mouvements parentaux qui laissent l’individu « seul », donc concrètement le départ du dernier parent restant.

48 Capron C., Oris M. (2000), Ruptures de cohabitation entre parents et enfants.

49 En Irlande, T. Guinnane a mis en évidence ce double aspect de la question. D’une part, les parents avaient toutes les raisons de choisir de diriger leur ferme aussi tard que possible et de forcer ainsi leur héritier potentiel à attendre, celui-ci étant contraint le plus souvent de rester célibataire jusqu’à ce qu’il hérite. D’un autre côté, l’enfant possédait un certain pouvoir dans la mesure où il pouvait opter pour l’émigration, abandonnant dès lors ses parents aux mains d’étrangers. Bref, cet âge à la succession résultait d’un compromis entre des aspirations parfois contradictoires et les pouvoirs respectifs des différents protagonistes dans chaque situation particulière, qui dépendaient notamment de la valeur des biens : plus les parents étaient nantis, plus la pression exercée sur les enfants était grande (Guinnane T.W. (1997), The vanishing Irish, pp. 154-156).

50 Cf. notamment, Anderson M. (1971), Family structure, p. 126— Katz M.B. (1975), The people of Hamilton, p. 261. T. Guinnane quant à lui prend en considération à la fois les décès et les départs volontaires, mais pour les décès, il doit se contenter d’approximations fondées sur les tables de Coale et Demeny plutôt que sur des observations réelles (Guinnane T.W. (1992), Age at leaving home, pp. 651-674, surtout p. 652).

51 Sur cette question, les analyses mettent en avant les situations les plus diverses. Selon les opportunités des milieux socio-économiques respectifs, ce sont tantôt les garçons, tantôt les filles qui sont les plus prompts à prendre leur envol : « these patterns, then, result from different employment opportunities as well as cultural ideals concerning suitable types of paid work for boys and girls » (Janssens A. (1993), Family and social change, p. 135).

52 Dans l’Angleterre pré-industrielle, « For every hundred offspring aged 10-14, resident with their parents, there might be fewer than 40 still present aged 15-19. The reasons for this should already be apparent. Young people were moving out in search of employment as servants or into lodgings » (Wall R. (1986), Leaving home, p. 91). Sur le ‘life cycle servanthood’, voir Hajnal J. (1983), Two kinds of pre-industrial household, pp. 69-71 — Lundh C. (1998), The marriage pattern — Id. (1995), Households and families — Dribe M. (1997), Rural youth migration, p. 83.

53 Capron C., Oris M. (2000), Ruptures de cohabitation entre parents et enfants.

54 À 40-44 ans, par exemple, pour nos trois communes réunies, 6 personnes quittent leurs parents pour fonder un foyer dans le même village. C’est peu, surtout pour 54 années d’observation !

55 Stevens D.A. (1990), New evidence on the timing of early life course transitionsSteckel R.W. (1996), The age at leaving home.

56 Guinnane T.W. (1992), Âge at leaving home, pp. 654-655.

57 Dribe M. (1997), Rural youth migration, p. 83 — Janssens A. (1993), Family and social, p. 134.

58 Bras H., Kok J. (1999), Naturally, every child was supposed to work.

59 Capron C., Oris M. (2000), Ruptures de cohabitation entre parents et enfants.

60 Le fait que certains auteurs comme Guinnane, Steckel ou Stevens ne prennent en compte que les individus de moins de 40 ans, par exemple, voire suppriment d’office toutes les personnes qui restent « à vie » dans le même foyer que leurs géniteurs, explique une partie des écarts observés.

61 Une situation inverse aurait plutôt mis en exergue un comportement de désillusion des émigrés. Les sorties auraient dû être perçues comme des choix émanant de personnes qui ont échoué et qui sont forcées d’aller voir ailleurs. Elles auraient montré que les Herviens préféraient rester quand ils en avaient vraiment l’occasion.

62 Il existe un lien assez évident entre le mariage et la rupture de cohabitation volontaire, qui apparaît aussi dans les campagnes ardennaises. Par contre, en ville, C. Capron et M. Oris ont montré que l’émancipation était plus précoce et que le jeune disposait ainsi d’une période de relative liberté entre sa sortie du foyer parental et son mariage (Capron C., Oris M. (2000), Ruptures de cohabitation entre parents et enfants).

63 Alter G., Oris M., Servais P. (1999), The marriage in nineteenth century Eastern Belgium

64 Henry L., Blum A. (1988), Techniques d’analyse en démographie historique, pp. 32-33.

65 Tous les mariés ne parviennent pas nécessairement à s'établir sur place, voire choisissent délibérément de partir juste après la célébration du mariage. L’émigration des mariés est une question sur laquelle nous reviendrons dans le chapitre suivant.

66 Pour une explication détaillée des différents modes de calcul de l’âge au mariage à partir des registres de population et des registres de mariages, voir Alter G., Oris M. (1999), Access to marriage in East Ardennes.

67 L annexe IX-1 reprend la liste des variables utilisées dans les différents modèles d’event history analysis de cette deuxième partie du chapitre IX, avec leur proportion ou leur valeur moyenne.

68 Chez les femmes, le statut socioprofessionnel du chef de la cellule de cohabitation n’influence pas de manière significative le risque de se marier des célibataires, mais il a un impact clair sur les migrations. Comme pour les hommes, les filles appartenant à des foyers tenus par des ‘sans profession’ et des journaliers sont plus mobiles que les autres.

69 C’est un reproche d’ailleurs qu’adressent les observateurs de la fin du xviiie siècle à leurs contemporains des classes défavorisées : alors que la noblesse et la bourgeoisie tentent de retarder l’âge au mariage afin de constituer aux filles une dot confortable, et que chez les paysans, les fils doivent souvent attendre d’obtenir de leur père une terre à cultiver, les pauvres, par contre, sont souvent imprévoyants (Haesenne-Peremans N. 1981), La pauvreté dans la région liégeoise, p. 324). Sur les différents âges au mariage selon le statut socioprofessionnel, voir aussi Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’œuvre, pp. 307-315. G. Alter évoque également le lien entre l’autorité parentale et le mariage d’intérêt (Alter G. (1988), Family, fertility and the female life course, pp. 145-148).

70 Cf. annexe IX-1. Seuls 2,9 % des célibataires âgés de 18 à 44 ans sont chefs de ménage (respectivement 4,3 % des hommes et 1,6 % des femmes).

71 Gutmann M.P. (1988), Toward the modem economy, p. 175 — Aghulon M. (1976), Les transformations du monde paysan, pp. 472-481 — Pitie J. (1979), L’exode rural, p. 7.

72 Les résultats sur la durée de séjour des immigrants dans le Pays de Herve sont étonnamment similaires aux valeurs observées dans le centre industriel de Seraing, en pleine croissance démographique. Hormis une proportion élevée d’immigrants sérésiens qui quittent leur cité d’accueil moins d’un an après leur arrivée dans les années 1890, tout de même la moitié d’entre eux restent 5 ans et plus. Pourtant, la turbulence des mouvements migratoires dans la ville de J. Cockerill n’est plus à démontrer. En réalité, l’écart entre Seraing et la région herbagère résulte d’une différence majeure : les immigrants constituent environ 60 % de la population sérésienne, contre seulement 15 % à Chameux, Clermont et Neufchâteau : l’intensité des émigrations n’y a donc pas du tout le même impact ! (Pasleau S. (1993), L'immigration des travailleurs à Seraing, p. 243). Par contre, la petite ville de Limbourg s’inscrit plus clairement encore dans un schéma de va-et-vient des immigrants : 16,9 % des nouveaux arrivants restent moins de douze mois et environ 65 % s’en vont endéans les cinq ans (Capron C. (2002), Une analyse statistique des migrations).

73 Ce constat confirme, par des méthodes statistiques fines, ce que des études antérieures ont établi sur base non pas de risques comparés, mais de la durée de résidence des nouveaux venus : « les émigrants se recrutent préférentiellement parmi les immigrants » (Oris M. (1993), La transition de la mobilité au xixe siècle, p. 199). Sur ce point, voir aussi Hélin E. (1990), Aux confins de la démographie historique, p. 618.

74 Le groupe des agriculteurs étant largement majoritaire dans le Pays de Herve, ses caractéristiques familiales risquent de fausser l’analyse. Il est dès lors approprié, pour évaluer l’impact réel des différentes variables familiales, d’intégrer au modèle le statut socioprofessionnel du chef de ménage comme variable de contrôle.

75 Ce constat d’un contrôle parental sur le mariage n’est pas nouveau. Dès 1867, Blake Davis souligne le désir des parents de retenir leurs enfants à la maison le plus longtemps possible. Ce comportement n’est bien sûr pas étranger aux besoins du ménage en termes de force de travail, que nous avons largement développés dans le chapitre IV. D’autres facteurs comme les dots à offrir ou tout simplement l’attachement sentimental entrent aussi en ligne de compte. Sur ce thème, voir Alter G., Family, fertility and the female life course, pp. 148-150. Des constats similaires au nôtre ont été dressés pour Hingham aux Etats-Unis, mais aussi pour la ville de Venders. Dans ce centre textile, les orphelines voient leur liberté accrue, excepté peut-être lorsque c’est le père qui décède (Idem, pp. 158-159 — Smith D.S. (1973), Parental power and marnage patterns). En réalité, dans une synthèse relative aux conséquences de la mort du père, M. Oris et E. Ochiai montrent que le mariage des orphelins peut aussi bien s’en trouver retardé qu’avancé, sans qu’à ce stade il soit possible de déterminer les facteurs qui font pencher la balance dans un sens ou dans l’autre (Oris M., Ochiai E. (2002), Family crisis).

76 De ce point de vue, le Pays de Herve se distingue assez nettement du système ardennais où l’émigration des « demi-orphelins », c’est-à-dire des enfants qui ont perdu un de leurs parents, est plus faible que celle des célibataires qui cohabitent toujours avec leurs deux géniteurs. Par contre, une situation semblable à celle de la région herbagère s’observe aux Pays-Bas entre 1850 et 1940, où « The death of one of the parents (...) turns out to be one of the most important determinants in explaining the tendency to leave home » (Alter G., Capron C. (1999), Leavers and stayersBras H., Kok J. (1999), Naturally, every child was supposed to work).

77 Alter G., Oris M. (1999), Access to marriage in East Ardennes.

78 Un même processus est à l’œuvre à Sart, où les individus appartenant à des fratries plus importantes sont moins susceptibles de se marier que d’émigrer (Alter G., Capron C. (1999), Leavers and stayers).

79 Même si dans les années 1860-1870, le différentiel de sexes est clairement réduit.

80 Alter G., Oris M. (1999), Access to marriage in East Ardennes .

81 Notons qu’une analyse plus poussée menée exclusivement sur les célibataires réalisant un ‘leaving home’ a montré un impact plus net encore (de l’ordre de 3 %) de la montée du coût de la vie. Quand la conjoncture est mauvaise, la famille a plutôt tendance à rester groupée et ce n’est pas le bon moment pour donner un ticket de sortie à un jeune adulte dont la capacité de travail apparaît alors cruciale. Bien sûr il faut garder présent à l’esprit que ce que nous voyons ici n’est pas une composante structurelle, mais bien une réponse de court terme (aux fluctuations annuelles des prix). Toutefois, cet élément fait écho à une observation similaire sur les familles ardennaises. Il illustre une logique de fonctionnement des familles rurales de l’Est de la Belgique (cf. Capron C., Oris M. (2000), Ruptures de cohabitation entre parents et enfants).

82 Il est vrai que pour les plus jeunes des deux sexes, on note aussi le rôle des petites sœurs, qui poussent les aînés à émigrer, mais il est limité à 5-8 %.

83 En réalité, le croisement des statuts respectifs des époux fournit, malgré les problèmes de sous-enregistrement et les distorsions dans certaines définitions de catégories, de très bons résultats d’homogamie. Pour pallier partiellement le sous-enregistrement du travail féminin, pour toutes les femmes inscrites comme ménagères ou comme inactives, nous avons eu recours à la profession de leur père, quand elle était connue via les registres de mariage ou de population. Au total, ce sont 3.734 célibataires de sexe masculin et 3.755 célibataires de sexe féminin, âgés de 18 à 44 ans, que nous avons suivis à travers les registres de population.

84 Leboutte R., Hélin E. (1985), Le choix du conjoint, pp. 423-424.

85 Ce paragraphe synthétise les résultats obtenus dans le chapitre VI de la thèse originale entièrement consacré aux alliances matrimoniales (Neven M. (2000a), Dynamique individuelle, pp. 266-296).

86 Ces résultats sont issus d’une régression de Cox. Le modèle testé est strictement identique à celui présenté dans le tableau IX-19. Nous l’avons testé séparéement pour les hommes et les femmes, en considérant les mariages exogames et endogames comme des risques concurrents.

87 Malgré le fait que les deux phénomènes se recouvrent partiellement, l’un cachant parfois l’autre et inversement.

Table des illustrations

Titre Graphique IX-1. Les indices mensuels de nuptialité dans le Pays de Herve et à Liège dans la seconde moitié du xixe siècle
Légende Sources : A. E. L. Commune, Registres de mariages de Charneux, Clermont et Neufchâteau, 1846-1890. Jacquemin A. (1991), Les mariages à Liège, p. 35.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5516/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Tableau 1X-4. Les conceptions prénuptiales dans le Pays de Herve entre 1847 et 1890
Légende Remarque : 1.221 mariages ont été consacrés dans les trois villages herviens entre 1847 et 1890, mais seules ont été reprises ici les femmes que nous avons été en mesure de coupler avec les registres de population. De même, seuls les premiers mariages ont été pris en compte.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5516/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Tableau IX-6. Les ruptures de cohabitation entre enfants et parents pour cause de départ parental (décès et migrations)
Légende Note méthodologique : ce tableau est fondé sur le calcul d’une table de vie. La population exposée au risque est l’ensemble des personne-années qui, entre le 1er janvier 1847 et le 31 décembre 1900, ont vécu sous le même toit qu’au moins un de leurs parents. Au numérateur sont placées les différentes causes de sorties de cohabitation. Sur cette méthodologie pour l’étude des ruptures de cohabitation, voir Capron C., Oris M. (2000), Ruptures de cohabitation entre parents et enfants Pour un exemple complet de table de vie en cohabitation (fondée sur le départ des parents), se reporter à Neven M. (2000a), Dynamique individuelle, p. 653.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5516/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Tableau IX-7. Les ruptures de cohabitation entre enfants et parents pour cause de départ des enfant (décès et migrations)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5516/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Graphique IX-2. Pourcentage d’enfants cohabitant avec leurs parents selon l’âge des enfants
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5516/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Graphique IX-3. Le vrai ‘leaving home’. Age moyen aux émigrations et mutations selon l’âge de l’enfant
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5516/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Tableau IX-8. Les ruptures de cohabitation entre enfants et parents : toutes causes confondues
Légende Note : DMC à la naissance (ou à 15 ans) = durée moyenne pendant laquelle les enfants qui naissent (ou âgés de 15 ans) cohabiteront avec leurs parents
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5516/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Graphique IX-4. Age moyen au mariage des célibataires de 18-44 ans, 1846 – 1900 (moyennes mobiles par pas de 5 ans)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5516/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Graphique IX-5. Age moyen à l’émigration des célibataires de 18-44 ans, 1846 – 1900 (moyenne mobile par pas de 5 ans)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5516/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Tableau IX-9. Les « survivants » célibataires après exposition aux risques de mariages et d’émigration
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5516/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Tableau IX-10. Une approche sociale de la nuptialité et de l’émigration différentielles des 18 – 44 ans : le statut socioprofessionnel et la région de naissance des chefs de ménage. Régression de Cox
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5516/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre Tableau IX-11. Une approche sociale de la nuptialité et de l’émigration différentielles des 18 – 44 ans : le statut socioprofessionnel et la région de naissance des individus. Régression de Cox
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5516/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Tableau IX-12. Une approche de la mobilité socioprofessionnelle entre générations : le statut des célibataires de 18 – 44 ans et celui de leur chef de ménage
Légende Note : (a) travailleurs du textile ; (b) Petite et Moyenne Bourgeoisie
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5516/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Tableau IX-13. Une approche sociale de la nuptialité et de l'émigration différentielles des propriétaires et des locataires : le statut socioprofessionnel et la région de naissance des individus. Régression de Cox
Légende Note : Propriétaire 1 = propriétaires de maisons ; Propriétaire 2 = propriétaires de maisons et de terres agricoles
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5516/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Tableau IX-14. Le parcours migratoire des célibataires à travers leur lieu de naissance et celui de leur chef de ménage
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5516/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau IX-15. Région de naissance et durée de résidence des célibataires immigrés de 18 – 44 ans
Légende Note : sont considérés comme immigrées toutes les personnes nées en dehors du Vrai Pays de Herve, soit environ 16 % de la population des célibataires de 18 à 44 ans.* l’individu était présent lors du 1er recensement et on ignore sa date d’entrée dans la commune
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5516/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Tableau IX-16. L’impact des durées de séjour des immigrants de 18 – 44 ans sur leur propension à émigrer. Régression de Cox
Légende * l’individu était présent lors du 1er recensement et on ignore sa date d’entrée dans la commune
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5516/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Tableau IX-17. Le rôle des variables familiales sur les risques encourus par les célibataires 18 – 44 ans de se marier ou d’émigrer. Régression de Cox
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5516/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Titre Tableau IX-18. Effets des conjonctures économiques et démographiques sur la nuptialité et l’émigration des célibataires 18 – 44 ans. Régression de Cox
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5516/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Graphique IX-6. Évolution de la proportion de célibataires de 25 – 34 ans dans la seconde moitié du xixe siècle
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5516/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Graphique JX-7. Evolution du rapport de masculinité parmi les célibataires âgés de 18 à 44 ans
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5516/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Graphique IX-8 Évolution des indices de prix dans la seconde moitié du xixe siècle
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5516/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Tableau IX-19. L’âge comme critère de différenciation : risques de se marier et d’émigrer encourus par les célibataires 18 – 44 ans selon qu’ils ont ou non dépassé l’âge moyen au mariage. Régression de Cox. A. les risques de se marier
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5516/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre B. les risques d’émigrer
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5516/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre Tableau IX-20. Le mariage des enfants (18 – 44 ans) d’agriculteurs. Quelques variables explicatives. Régression de Cox
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5516/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 238k

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search