Version classiqueVersion mobile

Individus et familles : les dynamiques d'une société rurale

 | 
Muriel Neven

Partie III. Les étapes de la vie

Introduction

Texte intégral

  • 1 Dans son examen du cours de la vie des femmes à Verviers, G. Alter adoptait déjà la même démarche  (...)
  • 2 Hareven T.K. (1994), Synchronizing individual time, family time and historical time, p. 204.

1Jusqu’ici, nous avons replacé le Hervien dans son contexte régional (partie I) et familial au sens large (partie II). Dans cette troisième partie, l’individu lui-même est au centre des préoccupations, ce qui implique un paradoxe apparent : toutes les analyses se focalisent sur chacun en particulier, mais toujours en fonction de son environnement familial et communautaire. En effet, les choix et les comportements personnels ne peuvent être appréhendés en dehors de tout contexte : le ménage, la famille et la communauté au sens large jouent un rôle prépondérant dans les destinées individuelles, interagissant avec des aspirations et des caractéristiques propres à chacun. Très concrètement, les chapitres qui composent cette troisième partie visent à comprendre les parcours de vie individuels dans une perspective dynamique, en fonction de leurs multiples interactions avec les autres dimensions1 : « A life course perspective links individual timing to the social and cultural context in which it occurs, and synchronizes individual behavior with that of the family unit, under varying historical circumstances »2.

2La vie de chaque individu est jalonnée d’une série de transitions, de ruptures entre différents états : l’enfant devient un adulte, découvre la sexualité, quitte le foyer parental, se marie, fonde un ménage, a des enfants qui à leur tour quittent le cocon familial. Il perd son conjoint et, une fois vieux, décide de rejoindre un fils marié ou un de ses frères ou sœurs. Toutes ces étapes, dont l’énoncé est loin d’être exhaustif, sont véritablement au cœur de notre étude, et nous les envisageons dans deux perspectives complémentaires. D’une part, dans une optique que nous qualifierons de « chronologique », une première approche fixe une sorte de calendrier des différentes phases, afin de voir à quel âge se réalise tel ou tel changement. D’autre part, dans une optique de démographie différentielle, nous émettons une série d’hypothèses susceptibles d’expliquer que certains individus connaissent telle rupture plutôt précocement ou plutôt tardivement, voire n’expérimentent pas une transition donnée. C’est à ce niveau qu’interviennent toute une série de facteurs « environnementaux », qui permettent de dépasser la perception de la personne isolée. À cet effet, nous intégrons directement dans l’analyse individuelle des indicateurs mis au point et développés dans la deuxième partie de ce travail. Il en va ainsi de l’influence du ratio microéconomique du ménage sur la probabilité de franchir certains stades ou de l’impact de la taille du réseau patronymique de chaque Hervien sur ses options de vie.

  • 3 Levy P. (1977), Quetelet et la sociologie contemporaine — Hankins F. (1935), Quetelet’s average ma (...)

3Notre objectif « chronologique » ne peut être considéré comme une fin en soi. Les seuils, les ruptures entre les transitions, sont des points de repère précieux, qui permettent dans un premier temps de saisir des spécificités locales, d’inscrire la région étudiée dans un contexte plus large en la situant par rapport à d’autres régimes démographiques et familiaux. La recherche de l’âge moyen au manage offre un exemple type du rôle révélateur joué par les signaux numériques, puisque ce simple chiffre, statistiquement assez grossier, a servi de fondement pour caractériser un régime européen de mariage tardif. Mais, parce qu’il existe justement autour des attitudes standard des variations parfois considérables, il ne faut pas en être dupe. L’homme est la somme de nombreux comportements et, presque par définition, l’homme moyen n’existe pas3 !

4En réalité, il est beaucoup plus intéressant d’observer les distributions autour des moyennes. Les tables de vie nous apportent de ce point de vue une perception plus concrète qui dépasse largement la statistique descriptive classique. Au-delà de l’âge moyen au mariage, elles permettent d’observer que x % des jeunes filles convolent avant 25 ans, par exemple, mais que la majorité (le mode) s’unissent à un époux entre 25 et 29 ans. Elles fixent un calendrier plus sensé, plus réel ; elles repèrent les comportements courants et, à l’opposé, ceux qui se démarquent de la norme, elles indiquent jusqu’à quel point et dans quelles proportions.

5Dans cette optique, nous avons opté pour des conceptions souvent très larges, pour un découpage qui est loin d’être strict et mathématiquement défini. Notre ligne de conduite consiste à examiner des processus dans le cours de la vie. Dans ce but, il est nécessaire d’observer des populations soumises à tel ou tel risque, en prenant soin que la définition préalable de cette population ne préjuge pas des résultats, ne les détermine pas a priori. Les transitions reposent donc sur des notions volontairement fluctuantes, plutôt que sur des tranches d’âge prédéfinies. Ainsi, l’approche des personnes âgées doit avant tout se comprendre comme une recherche de seuils successifs, de transformations qui s’opèrent dans les comportements individuels. Il s’agit beaucoup moins d’analyser la démographie de gens pour lesquels nous aurions décidé arbitrairement qu’au-delà de l’âge x, ils sont nécessairement vieux.

6Le graphique ci-dessous symbolise, de manière schématique, la transition entre la deuxième et la troisième partie de ce travail. Il illustre les diverses positions que les individus occupent au sein de leur foyer, en fonction de leur âge. Il indique, de manière bien sûr incomplète, mais en articulant parcours individuel et dynamique des ménages, un certain nombre d’étapes du cours de la vie. Avant vingt ans, environ 90 % des personnes inscrites dans les registres de population vivent dans une cellule dont le chef est un de leurs parents. Entre 20 et 24 ans, trois jeunes adultes sur quatre sont encore dans cette situation. Cette proportion tombe à un peu plus de un sur deux entre 25 et 29 ans, mais l’on peut tout de même noter qu’entre 35 et 39 ans, un cinquième des Herviens habitent non seulement avec au moins un de leurs géniteurs, mais surtout dans un groupe dirigé par lui !

7C’est finalement assez tard que la probabilité de devenir le chef de ménage (ou son épouse) se dessine nettement. Juste avant 30 ans, à peine plus d’un Hervien sur dix est maître chez lui. La proportion de chefs augmente avec l’âge : à 70 ans et plus, 62 % des individus, tous sexes confondus, dirigent leur propre foyer. Notons aussi au passage que, si la proportion d’épouses atteint son apogée vers 40-54 ans, puis décroît par la suite, c’est en raison de la mortalité différentielle par sexe. Il apparaît qu’avec l’âge, le poids des femmes chefs de ménage augmente : il s’agit avant tout de veuves qui prennent le relais de leur défunt mari dans la gestion du foyer.

Graphique PIII-1 La position des individus au sein de leur ménage dans le cours de leur vie

Graphique PIII-1 La position des individus au sein de leur ménage dans le cours de leur vie
  • 4 Reher D.S. (1997), Perspectives on the family, p. 98.

8À partir de 60 ans, les risques de vivre avec au moins un membre de sa famille (proche ou éloignée) dans un rôle autre que celui de chef s’accentuent. Entre 60 et 64 ans, ils sont déjà près de 10 % à être dans cette situation ; après 70 ans, ce sont désormais 18 % des Herviens qui corésident avec un parent au sens large. Cette évolution n’est guère surprenante, mais le pourcentage de personnes concernées par cette forme de cohabitation est tout de même assez élevé pour être souligné. Dans la petite ville espagnole de Cuenca, où une étude similaire a été menée, c’était moins de 5 % des individus âgés de 65-69 ans qui vivaient dans ce contexte, et moins de 15 % après 70 ans4.

9Bien entendu, ce graphique illustre seulement quelques transitions parmi d’autres. La troisième partie de cet ouvrage n’a pas davantage la prétention, ni même l’ambition, d’envisager de manière exhaustive tous les comportements possibles et imaginables. Il s’agit, plus modestement et de manière plus réaliste, de comprendre des trajectoires de vie, d’atteindre l’histoire des Herviens qui s’inscrit, immanquablement, dans un temps individuel. Bien sûr, cette approche aussi est limitée, dans la mesure où l’analyse porte sur des existences parfois, souvent même, tronquées. Il s’agit exclusivement des gens qui, entre 1846 et 1900, ont vécu au cœur de l’Entre-Vesdre-et-Meuse, dans un des trois villages de notre échantillon. Leur vie n’est donc pas considérée d’une manière globale, elle n’est abordée que pendant la période que chaque individu a passée dans les trois communes observées. Cette restriction, inhérente à toute analyse démographique, est aussi un atout : les destinées, les morceaux de biographies que nous étudions, appartiennent à un contexte bien particulier, le contexte hervien...

10Le chapitre VIII s’attache à une étape fondamentale dans le cadre d’une société du xixe siècle : « survivre à l’enfance ». S’il commence par une description des niveaux de la mortalité avant 15 ans et de leur évolution entre 1846 et 1900, la recherche de déterminants différentiels forme le véritable pilier de ce chapitre. Outre l’âge et le sexe, facteurs de discrimination communs à toutes les analyses multivariées, la mortalité des petits Herviens est observée en fonction de la conjoncture économique régionale et d’une série de conditions familiales, d’ordre à la fois microéconomique, culturel et biologique. Il ne s’agit donc pas de se limiter à décrire la situation sanitaire, mais l’objectif est avant tout de voir quels sont les bambins qui auront le plus de chances de fêter leur quinzième anniversaire, en fonction de critères aussi variés que leur date de naissance, la profession de leur père, l’âge de leur mère, la survie de leur frère aîné, les fluctuations des prix ou encore la présence de grands-parents, entre autres.

11Dans le chapitre suivant, la définition de seuils revêt une signification particulière. L’entrée dans la vie adulte s’assimile à un processus polymorphe et de long terme. Nous la traitons en deux étapes. Dans un premier temps, nous privilégions deux aspects : l’émergence d’une vie sentimentale et sexuelle et le départ du foyer parental. En nous plaçant à ces deux points de vue, nous souhaitons non seulement fixer le calendrier des transitions, mais aussi intégrer le Pays de Herve dans une perspective historiographique plus large. Le but est double : l’observation des comportements les plus fréquents met aussi en lumière certaines attitudes hors normes, dont il s’agit alors de mesurer l’impact. C’est le cas, par exemple, des conceptions prénuptiales ou de l’absence de départ du cocon familial : ces comportements marginaux méritent une attention particulière. Dans un second temps, la réflexion se focalise sur la compréhension d’un phénomène fondamental, le ’leaving home’. Les jeunes qui quittent le foyer de leurs parents sont concrètement confrontés à une alternative : soit ils se marient, soit ils émigrent en tant que célibataires. Ces deux choix ne s’excluent pas et vont d’ailleurs souvent de pair. De nouveau, le recours à l’event history analysis permet de mieux cerner les sources de discrimination entre les individus. Les mêmes hypothèses sont testées conjointement sur les hommes et les femmes, tant pour les risques de convoler que pour ceux d’émigrer.

12Les adultes mariés ont une place de choix dans le chapitre X, largement organisé autour de la vie reproductive des épouses. Mais l’observation de la fécondité légitime peut être interrompue par deux processus démographiques : la mobilité et la mortalité. Les migrations des familles font l’objet d’une investigation détaillée. Après une description de l’intensité des mouvements, c’est surtout l’hétérogénéité de la population des mariés et de leurs aspirations qui est prise en considération, en fonction de leur origine et du type d’union réalisée (endogame ou exogame). Ensuite, les modèles d’analyse des biographies s’attachent à comprendre l’émigration des familles selon l’influence de divers facteurs économiques et familiaux. La mortalité des adultes est surtout étudiée du point de vue de la mère, donc de la femme mariée. En réalité, l’analyse différentielle se situe à un double niveau : d’abord, celui des adultes de 15 à 54 ans, qu’elle aborde en fonction de leur sexe et leur état matrimonial ; ensuite, celui des sous-populations identifiées parmi ces adultes et dans lesquelles elle essaie de repérer une sensibilité plus ou moins grande à des facteurs familiaux ou socio-économiques.

13La vie féconde est envisagée sous un angle forcément nouveau, puisque notre approche ne se fonde pas sur la reconstitution des familles. En réalité, notre recherche se centre d’abord sur une mesure assez conventionnelle, le taux de fécondité légitime. Il s’agit de voir si certaines sous-populations (les immigrées, les locataires, les femmes d’agriculteurs, etc.) se caractérisent par des traits spécifiques. Parallèlement, nous mettons l’accent sur l’évolution des tendances au cours de la seconde moitié du xixe siècle. Ensuite, dans ce régime principalement prétransitionnel, au sein duquel le contrôle des naissances ne survient que très tardivement, nous nous attacherons à d’éventuelles différences d’attitudes chez les femmes mariées au cours de leur vie féconde. L’absence de reconstitution des familles ne nous permet pas de dresser un portrait biométrique parfait, car la prise en compte de vies fécondes tronquées rend impossible une série de mesures. En revanche, l’analyse des biographies permet une richesse nouvelle dans l’étude de la fécondité différentielle, ne serait-ce justement que par l’intégration dans notre échantillon des femmes immigrantes, des familles instables. Le but est de distinguer, grâce à l’event history analysis, quels sont les facteurs biologiques, conjoncturels, professionnels et familiaux qui poussent certaines femmes à connaître des intervalles proto- et intergénésiques plus ou moins restreints, en l’absence même de pratiques contraceptives « modernes ».

14Enfin, le chapitre XI considère une dernière étape des parcours individuels : l’entrée dans la vieillesse. Dans un premier temps, nous définissons un seuil, ou plutôt des seuils d’entrée dans la vieillesse. Les critères possibles sont nombreux. À côté de mesures « objectives » fondées sur les tables de mortalité, de récentes solutions alternatives ont été proposées pour estimer l’espérance de vie en bonne santé. De même, la perte d’autonomie peut se percevoir à travers l’évolution des formes de cohabitation. Dans ce contexte, le rôle officiel assumé par les personnes âgées au sein de leur ménage, leur corésidence avec leurs enfants, les caractéristiques mêmes de ces enfants cohabitants sont autant d’indices de la qualité de vie des ’aînés’, de la considération dont ils jouissent et du rôle qui leur est reconnu au sein de la société hervienne. Dans un second temps, nous soulignons l’hétérogénéité des comportements des personnes âgées. La ‘nuclear hardship hypothesis’ est testée en détail à travers des modèles d’analyse multivariée qui portent à la fois sur les risques d’émigrer et sur ceux de décéder. Cette lecture à deux niveaux permet de mettre en lumière des processus de compensation, mais aussi de véritablement cerner toute la complexité du système nucléaire et les multiples conséquences de l’isolement dans la vieillesse.

Notes

1 Dans son examen du cours de la vie des femmes à Verviers, G. Alter adoptait déjà la même démarche : « This study adopts the individual’s perspective, and we see the role of the family through the decisions of individual family members. Thus, the focus here is on how family characteristics affected the life course transitions of individuals, and family patterns are considered the outcome of the individuals decisions » (Alter G. (1988), Family, fertility and the female life course, p. 12).

2 Hareven T.K. (1994), Synchronizing individual time, family time and historical time, p. 204.

3 Levy P. (1977), Quetelet et la sociologie contemporaine — Hankins F. (1935), Quetelet’s average man.

4 Reher D.S. (1997), Perspectives on the family, p. 98.

Table des illustrations

Titre Graphique PIII-1 La position des individus au sein de leur ménage dans le cours de leur vie
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5510/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 177k

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search