Version classiqueVersion mobile

La norme en matière religieuse en Grèce ancienne

 | 
Pierre Brulé

En guise de prélude...

Pierre Brulé

Texte intégral

  • 1 Insolites parce qu’inattendues : un autre colloque, d’éleveurs bovins celui-ci, ayant empli à ras (...)
  • 2 Il y avait bien sûr les communicants comme on les appelle, mais aussi, de l’étudiant au professeur (...)
  • 3 Et une autre fois autour d’un hiereion porcin rôti au four...

1C’est sous les frondaisons insolites1 du parc de La Hublais à Cesson-Sévigné (quelque chose comme une abbaye de Thélème au petit pied), à deux pas du gîte et du couvert, qu’une trentaine de militants de la cause religieuse grecque2 s’est réunie durant trois jours dans la « Salle des Ifs »3 pour y débattre de « La norme en matière religieuse en Grèce antique ». Dussé-je rougir de la part d’apologie personnelle que recèle cette exclamation, j’ose le dire : comme la rencontre fut jolie !

  • 4 Croira-t-on l’auteur de ses lignes s’il témoigne qu’il découvrit l’hiver suivant le même choix opé (...)
  • 5 Le projet s’intéresse aux textes résultant d’une action prescriptive qui fonde, réforme, ordonne, (...)

2Aux raisons qui placent légitimement un tel thème au cœur des préoccupations de chercheurs comme ceux que rassemble le CIERGA, et qui seront évoquées plus loin, au fait qu’il y ait, comme on dit, des sujets « dans l’air »4, lorsque l’honneur nous échut à Rennes d’organiser ce XIe colloque, il existait, soyons francs, des préoccupations locales qui n’ont pas été pour rien dans la décision. Elles ont représenté comme une justification supplémentaire de ce choix, quelque chose comme « Et en plus nous sommes directement concernés ! ». Il se trouvait en effet qu’au sein de l’équipe du Crescam à laquelle se sont joints ensuite divers collaborateurs internationaux, nous avons lancé depuis 2004 un programme de recherche sur ce que l’on a coutume d’appeler les « lois sacrées »5. La ‘loi’ appartenant sans ambiguïté au champ de la ‘norme’, avec le ‘principe’, la ‘règle’, le ‘canon’, le ‘précepte’, et même si elles n’en occupent qu’une partie, les leges sacrae y étaient donc bien sûr incluses au premier chef. Comme je viens de le laisser supposer, il est heureux toutefois, que ce thème dépasse de beaucoup la question des seules « lois sacrées », et c’est à l’exploration de quelques-unes des autres pistes qui s’ouvrent sur ce champ de la norme que sont consacrés ces quelques mots de présentation.

3Avant de répondre à la question des rapports entre la notion de norme et la religion, il faut sans doute commencer par chercher une définition de la norme (c’est peut-être le plus ardu, mais comment se dérober ?). Ce terme, en effet, est susceptible d’exprimer des idées assez proches, mais qu’il convient de distinguer. Je laisse de côté la norme des techniciens, celle qui définit par exemple dans une même série d’objets ceux qui seront seuls retenus pour des raisons de rationalisation — la norme est alors un ‘standard’.

4Les autres emplois de ‘norme’ peuvent se diviser en deux catégories. Il est assez aisé de circonscrire un premier sens qui dérive de la notion de ‘mesure’ et, donc, de celle de ‘limite’ que recèle la source étymologique du mot ; en effet, norma, c’est l’‘équerre’, c’est la ‘règle’, c’est ce qui mesure et qui, mesurant, définit le contenant désormais normé, mais, ce faisant, exclut aussi un extérieur non conforme, non autorisé. Des gens aux intérêts aussi divers que les grammairiens, les économistes, mais les exégètes comme les assemblées du peuple aussi, définissent des normes, soit en les instituant, soit en enregistrant l’existence d’un type, dans les deux cas en en faisant une règle ; c’est ainsi que, par exemple, dans le concret, les physiciens ont défini le mètre comme étant la seule mesure qui aura cours légal. On est là, évidemment, très près de la notion de loi.

5Mais on voit de quel côté tire aussi la ‘norme’ quand on pense à l’adjectif ‘normal’. Certes, un usage de ‘normal’ est proche du sens précédent quand, en chimie, on parle d’une « solution normale » pour faire des analyses, entendant par là une solution qui sert à mesurer les autres, mais le sens le plus fréquent le rapproche de naturel, d’ordinaire, voire, plus souvent encore, de ce qui est conforme au type le plus fréquent. Ainsi, cette ‘norme’-ci, c’est l’habituel, le régulier.

6Il se trouve que les deux sens de ‘norme’ ne réagissent pas de la même façon à l’épreuve du temps historique. Autant, s’agissant des lois et autres textes prescriptifs, la notion de repère chronologique va de soi pour l’historien, leur datation lui permettant, au moins dans les conditions idéales, de lire l’évolution de l’action des prescripteurs de la norme (c’est, par exemple, l’histoire parallèle des dogmes et des conciles), autant le « naturel » ou le « régulier », qu’aucun événement ne semble scander, semblent interdire que l’on fasse de l’histoire avec cette seconde norme. Pire, aux yeux des historiens, les spécificités atemporelles de l’habitude, du régulier, du naturel les condamnent à figurer hors du champ de l’histoire. Or, bien entendu, rien de ‘naturel’ ni même de ‘régulier’ dans cette norme-ci. Si, à l’instant t, telle gestuelle ou telle pensée vont d’elles-mêmes pour leurs acteurs, allant de soi, ayant toujours été présentes, il s’en faut que nous devions le croire. C’est le mérite ici d’Angelos Chaniotis d’introduire une dynamique temporelle jusque dans ce qui se conçoit habituellement comme immuable : les normes rituelles (« The Dynamics of Ritual Norms in Greek Cult »).

7Passons maintenant aux problèmes que posent ces deux normes dans leurs rapports à la religion grecque.

  • 6 On peut aussi développer l’idée que chaque polis détient son corpus canonique de mythes.
  • 7 Ou de chercher à le faire.

8Le morcellement politique et religieux des cités aidant, il peut être autant question de normes que d’une norme-règle6. Mais, en ce domaine, la norme, n’est pas une normalisation, et l’on peut préférer formuler les choses autrement et dire qu’une norme est diversement appliquée. Dans ces conditions, on doit se demander sur quels critères s’applique le jugement de valeur, inhérent à la notion même de norme, car qui reconnaîtra à l’usage particulier, local, sa qualité ? Appliqué aux rituels, l’argument développé dans les sources antiques pour se prononcer sur ce qui est licite, sur ce qui est considéré comme hosios, c’est souvent l’ancienneté réelle ou supposée de tout ou partie des pratiques. Les archaia et palaia, les kata ta patria sont des certifications de qualité. Les questions de l’historien seront du type comment et pourquoi. Au-delà de la diversité constatée dans le therapeuein ou le nomizein tous theous — que la variable liturgique renvoie aux champs du biologique, de l’âge, du social ou du politique existe-t-il des normes culturelles générales (autrement dit ‘panhelléniques’) et quelles sont-elles ? Si elles existent, quelles sont celles qui varient le plus souvent, moins souvent, jamais, d’un lieu et d’un temps à un autre ? Les exemples locaux chronologiquement définis comme ceux étudiés ici par Yves Lafond (« Normes religieuses et identité civique dans les cités de Grèce égéenne (IIe av. IIIe ap. »), Adrian Robu (« Le culte de Zeus Meilichios à Sélinonte et la place des groupements familiaux et pseudo-familiaux dans la colonisation mégarienne ») et Miriam Valdés Guia (« Bouzyges nomothetes : purifications et exégèse des lois sacrées à Athènes ») illustrent ce caractère de la singularité de la polis dans un sous-ensemble (« ethnique » ou colonial) aux caractères communs, lui-même inclus dans la culture panhellénique dont un des traits est de se distinguer de l’autre7, du déviant absolu, de l’anormalité. Ainsi verra-t-on, sous des éclairages fort différents les communications de Philippe Borgeaud (« Une rhétorique antique du blâme et de l’éloge. La religion des autres »), de Pierre Bonnechere (« Le sacrifice humain, entre norme et anormalité ») et de Véronique Mehl (« La norme sacrificielle en image : une relecture de l’épisode d’Héraklès chez le pharaon Busiris »).

  • 8 Même celle qui, pour être explicite, n’en est pas moins utopique (au sens topographique) comme les (...)

9Une autre opposition traverse ce concept : celle qui oppose ce qui relève du tacite, de l’inexprimé, qui est ou non objet de consensus (au moins apparent), à l’explicite, au manifeste, à l’exprimé. À cette seconde catégorie appartiennent la législation religieuse des cités (règles de dévolution des sacerdoces, d’accès aux sanctuaires...) et ces autres décisions des cercles de sociabilités, des associations et des unités politiques que nous appelons « lois sacrées ». Si, compte tenu de nos sources, cette forme explicite de la norme constituait évidemment un objet d’étude majeur pour notre rencontre8, l’autre qui renvoie plutôt à une définition plus pragmatique de la norme comme état moyen, comme ce qui est conforme aux comportements habituels, réguliers, cette définition amène à poser des séries de questions emboîtées : on conviendra que même si elle est rarement posée, celle de la définition de la piété et celle de l’impiété vient en tête ; c’est à la question des rapports de l’opinion commune avec les comportements considérés comme déviants qu’est consacré mon article (« Contribution des Nuées au problème de l’incroyance au ve siècle »). C’est aussi celle, parallèle ou subséquente, de l’hosios et de l’anosios. Jusqu’à celle des rapports du politique avec ces formes de piété qui lui dénient le droit d’intervenir dans leur piété : les rapports de la cité avec les sectes.

10La nature même de la seconde norme, celle du type moyen, c’est qu’elle est informulée. Ce qui va de soi, ce avec quoi l’on vit sans même l’avoir appris, l’héritage commun est souvent tu. Dans ces conditions, les écarts à la norme sont pain béni pour les historiens, écarts qui prennent des formes si variées : depuis le détail liturgique jusqu’aux conceptions daïmoniques, à la superstition, aux pratiques magiques, à l’athéisme, aux « dérives » spéculatives, philosophiques. Ces trahisons à la tradition aussi bien que ces déviances par rapport à la correcte façon de nomizein les dieux présentent à leurs yeux l’insigne avantage d’expliciter fort souvent ce que la norme a d’informulé.

11Il importe, comme le disait Lalande, d’éviter d’assimiler le normatif à l’impératif. La norme peut n’avoir — elle n’a souvent — aucun caractère d’obligation. Le concept se tient, alors, près d’un idéal dont l’origine se trouve dans l’opinion commune sur l’homme et le monde, dans les valeurs socialement reconnues qui forment une sorte de gabarit mental auquel tendent à se conformer les valeurs religieuses. Pratiques sociales et politiques et pratiques religieuses sont entre elles comme en miroir : dans cette relation, comment définir la norme du bien penser et du bien agir et même du bien se comporter en matière religieuse ? Les études d’Eftychia Stavrianopoulou (« Norms of Public Behaviour towards Greek Priests : Some Insights from the Leges Sacrae ») et celle de JérômeWilgaux (« ὑγιὴς ϰαί ὁλόϰλαρος. Le corps du prêtre en Grèce ancienne ») contribuent à donner des éléments de réponse.

12Il n’est pas indifférent sans doute de remarquer que nombre des communications se présentent sous la forme de la mise à l’épreuve de la notion de norme dans le cadre d’un thème ou d’un objet particuliers. Sorte de test de la validité de cet éclairage. C’est celui choisi par la majorité des participants : par Louise Bruit Zaidman (déjà cité), par Gunnel Ekroth et Scott Scullion à propos du sacrifice (« Thighs or Tails ? The Osteological Evidence as a Source for Greek Ritual Norms » ; « Sacrificial Norms, Greek and Semitic : Holocausts and Hides in a Sacred Law of Aixone »), par Yves Lafond (déjà cité), par Francis Prost (« Norme et image divine : l’exemple de la « statue d’or » de l’Acropole »), par Emilio Suârez de la Torre (« Oracle et norme religieuse en Grèce ancienne ») et par Emmanuel Voutiras (« Attitudes de prière en Grèce ancienne ») ; il n’est pas jusqu’à la dimension normative du divin — plus modestement de telle divinité ou tel groupe de divinités — qui puisse être interrogée de la même façon, comme le montre Gabriella Pironti (« Dans l’entourage de Thémis : les Moires et les ‘normes’ panthéoniques »).

13Et puis enfin comment esquiver cette dernière question, celle de cette curieuse et spécifique absence de norme quand on déplace le regard au niveau de la superstructure ? Comment échapper à cette question des rapports originaux de la croyance et du rite dans la pensée religieuse grecque ? On a peine à y déceler une structure fédérative qui synthétiserait les deux domaines, comme si, dans un sens comme dans l’autre, un domaine ne procédait jamais totalement de l’autre. C’est ce qui explique sans doute pour partie pourquoi les historiens de la religion grecque se séparent assez clairement en deux spécialités : les « déistes » et les « ritualistes ». Certes, on parle de parenté, plus souvent encore de correspondances entre les deux domaines, mais il reste que ce déficit d’unité des faits religieux grecs est énigmatique. Comment rendre compte de l’absence de principe général « concaténateur » ?

14Et... pour la suite des aventures des militants cités au début, rendez-vous est pris avec le prochain colloque du CIERGA.

Notes

1 Insolites parce qu’inattendues : un autre colloque, d’éleveurs bovins celui-ci, ayant empli à ras bord les possibilités d’hébergement de la ville de Rennes...

2 Il y avait bien sûr les communicants comme on les appelle, mais aussi, de l’étudiant au professeur d’université, ceux que je qualifierai du beau nom d’amateurs.

3 Et une autre fois autour d’un hiereion porcin rôti au four...

4 Croira-t-on l’auteur de ses lignes s’il témoigne qu’il découvrit l’hiver suivant le même choix opéré par le Centre Louis Gernet pour organiser un séminaire ? Cela était déjà arrivé au Crescam avec le colloque Nommer les dieux et le Carra de Strasbourg.

5 Le projet s’intéresse aux textes résultant d’une action prescriptive qui fonde, réforme, ordonne, corrige un ou des élément(s) de la vie religieuse, décisions qui émanent d’une autorité agissant sur tout ou partie de la communauté politique (la cité, le roi, mais aussi des individus ou des groupes de sociabilité). Les textes des recueils existants (Ziehen, Sokolowski, Lupu), chacun incomplet ou devenu obsolète, doivent être repris ainsi que les inscriptions publiées depuis. Appartiendront aussi au recueil les prescriptions concernant le culte des souverains (hormis les empereurs) et les règlementations funéraires ; on ajoutera enfin les citations de lois sacrées dans les textes littéraires. C’est à l’histoire de la religion grecque sur plus de huit siècles que le recueil doit servir. Il convient donc qu’outre leur traduction, ces textes soient accompagnés de commentaires factuels et thématiques. Enfin, l’objectif qui peut paraître le plus important aux yeux de l’historien de la religion sera d’aboutir à la confection d’un outil aujourd’hui inexistant : un lexique raisonné de la « langue religieuse » grecque sur ce temps long.

6 On peut aussi développer l’idée que chaque polis détient son corpus canonique de mythes.

7 Ou de chercher à le faire.

8 Même celle qui, pour être explicite, n’en est pas moins utopique (au sens topographique) comme les Lois de Platon dont Louise Bruit Zaidman étudie ici le contenu religieux sous l’angle de la norme (« Lois et normes religieuses dans les Lois de Platon »).

© Presses universitaires de Liège, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search